Vous êtes sur la page 1sur 52

ECOLE SUPERIEURE BURKINA FASO

DES Unité-Progrès-Justice
TECHNIQUES AVANCEES

Pour l’obtention de la licence professionnelle (LP)


OPTION : ELECTRONIQUE ET AUTOMATISME INDUSTRIEL

rapport de stage de fin de cycle

THEME
installation des
transformateurs sur
poteau (type h61)

REDIGE ET PRESENTE PAR OUEDRAOGO YACOUBA


PERIODE DE STAGE : 30 Novembre 2014 au 31 Mars 2015

Professeur de suivi: Mr KABORE Leif Maître de stage : Mr DOMBOUE Norbert

Année académique 2014-2015


rapport de stage de fin de cycle

SOMMAIRE

DEDICACES……………………………………………………………………………………………3

REMERCIEMENTS…………………………………………………………………………………….4

SIGLES ET ABREVIATIONS…………………………………………………………………………5

INTRODUCTION GENERALE………………………………………………………………………..6

CHAPITRE І : PRESENTATION DES STRUCTURES D’ACCUEILS


I.1.PRESENTATION DE L'ESTA……………………………………………………………………...8

I.1.2.situation géographique et adresse………………………..………………………………………...8

I.1.3.Formation………………………………………………………………………………………….8

I.2.PRESENTATION DE LA SONABEL…………………...………………………………………..10

CHAPITRE ІІ :INSTALLATION DES TRANSFORMATEURS SUR


POTEAU(H61)
II.1.GENERALITES…………………………………………………………………………………...14
II.2.CONSTITUTION DU TRANSFORMATEUR ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT……..14
II.3.LES CARACTERISTIQUES NOMINALES DU TRANSFORMATEUR…...………………….17
II.4.CONDITIONS D'INTALLATION DU TRANSFORMATEUR…………………………………20
II.5.COUPLAGE DES TRANSFORMATEURS……………………………..……………………….20

CHAPITRE ІІІ : CONSTRUCTION DES TRANSFORMATEURS DE TYPE


H61
III.1.INTRODUCTION………………………………………………………………………………..25

III.2.EQUIPEMENTS DE BASE……….……………………………………………………………..25

III.3.CONDITION DE POSE………………………………………………………………………….25

CHAPITRE ІV: CONSTRUCTION DU POSTE DE TANGHIN


IV.1.INTRODUCTION SUR LA CONSTRUCTION DU POSTE DE TANGHIN……………...…..27

IV.2.PROBLEMATIQUE……………………………………………………………………………..27

IV.3.CARACTERISTIQUES DU TRANSFORMATEUR……….…………………………………..27

IV.4.EQUIPEMENTS DU POSTE…………………………...……………………………………….28

IV.5.ETUDE DE L'OUVRAGE……………………………………………………………………….29

1
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

IV.5.1.Choix de l'emplacement………………………………………………………………………..29

IV.5.2.Dimension et intégration au site……………….……………………………………………….30

Iv.5.3.Dispositions particulières……………………………………………………...………………..30

IV.5.4.Etude d'exécution du projet………………………………………………………………….…31

IV.6.REALISATION DE L'OUVRAGE……………………………………………..……………….31

IV.6.1.Travaux de réalisation………………………………………………………………………….31

IV.6.2.Vérification du transformateur avant sa mise en service…………………………………..…..41

CONCLUSION………………………………………………………………………………………..44

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE………………………...…………………………………..45

ANNEXES…………………………………………………………………………………………….46

2
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

DEDICACES
Je dédie ce document tout d’abord à DIEU le tout puissant et le miséricordieux qui m’a
soutenu et veillé sur moi durant tout au long de mon cursus scolaire et pendant tout au long de
mon stage.
Ensuite, je le dédie à mes parents et amis qui n’ont jamais cessé de me soutenir et d’investir
dans mes études, que DIEU les bénisse.
Enfin, je dédie le présent rapport à mon oncle.

3
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

REMERCIEMENTS
Au terme de ce stage, nous voulons à travers ce langage exprimer notre gratitude à nos
parents, amis, proches et à toutes ces personnes qui, de près ou de loin ont contribué d’une
manière ou d’une autre à la concrétisation et au bon déroulement de notre formation. Nous
voulons en particulier saluer :

 Mr Siriki TRAORE, Directeur Général de l’Ecole Supérieure des Techniques


Avancées (ESTA) et à l’ensemble du corps professoral pour leur contribution à notre
formation ;
 Mr François de Salle, Directeur Général de la SONABEL qui a bien voulu nous
accueillir au sein de son l’entreprise et qui n’a cessé de nous apporter son soutien
multiforme tout au long de notre stage ;
 Mr Norbert DOMBOUE, Ouvrier Qualifié en réseau électrique à la SONABEL, notre
maître de stage qui nous a beaucoup soutenu tout au long du stage ;
 Tout le personnel de la SONABEL pour l’accueil, les bons conseils et la bonne
collaboration qui nous a été offerte tout au long de notre stage ;
 Mr Leif KABORE, Enseignant en électronique, notre professeur de suivi qui, malgré
ses multiples occupations a bien voulu nous suivre tout au long de la préparation de ce
rapport ;
 Mon Père et ma Mère ainsi que mes frères et sœurs pour leur soutien moral et
financier.

A toutes ces personnes, nous disons un grand merci car la reconnaissance de l’homme quel
que soit sa grandeur, restera toujours empreint d’insuffisance.

4
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

SIGLES ET ABREVIATIONS
A : Ampère
B : Induction
BTA : Basse tension de catégorie A (50v à 500v)
D : Couplage triangle des enroulements du transformateur
Dy : Couplage triangle-étoile des enroulements du transformateur
F : Fréquence du réseau en Hertz (HZ)
DHP : Disjoncteur basse tension pour les transformateurs Haut de Poteau
HF : Haute fréquence
HTA : Haute tension de catégorie A (1kv à 50kv)
H61 : Poste transformateur sur poteau
HZ : Hertz
I : Intensité
I1 : Intensité au primaire
I2 : Intensité au secondaire
KVA : Kilovoltampère
KV : Kilovolt
M : Rapport de transformation du transformateur
NF : Norme française
N1 : Nombre de spire au primaire
N2 : Nombre de spire au secondaire
PA : Pince d’ancrage
S : Puissance nominale apparente en KVA
s : Section des conducteurs
SONABEL : Société Nationale d’Electricité du Burkina
ESTA : Ecole Supérieure des Techniques Avancées
U : Tension
U1 : Tension au primaire
U2 : Tension au secondaire
V : Volt
Y : Couplage étoile des enroulements du transformateur
Z : Couplage zig-zag des enroulements du transformateur

5
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

INTRODUCTION GENERALE
L’électricité est une énergie secondaire, qui occupe une importante place dans le
développement d’une société.
L’électrification permet d’évaluer le bon fonctionnement de la structure mise à la
disposition de chacun. L’objectif principal de notre étude est de pouvoir anticiper la baisse de
tension dans la ville de Ouagadougou par l’installation de transformateur avec l’aide des
productions des sources privées.
Pour cela, pendant la période du 18 novembre au 20 décembre 2014 et du 1er février au 31
mars 2015, nous avons travaillé en tant qu’Ouvrier Qualifié.
Ce rapport comme tout autre rapport de stage est la synthèse des prestations réalisées sur
divers chantiers et sites plus précisément dans la spécialité d’électrotechnique.
Pour l’obtention définitive de notre diplôme de fin de formation de la Licence Professionnel
dont ce rapport de stage sera témoin, nous avons fait recours à la Société Nationale
d’Electricité du Burkina (SONABEL) qui nous a fait l’honneur d’un stage de trois(03) mois
au département distribution, plus précisément au Service Maintenance des Réseaux et
Travaux(S.M.R.T).
La mise en place de l’ensemble des installations des transformateurs nous a conduit à
choisir un thème technique qui est : « l’installation des transformateurs
de type h61 sur poteau ».
Ce rapport fruit de stage s’articule comme suit :
Le premier chapitre concernera la présentation des structures d’accueils ;
Le deuxième chapitre portera sur l’installation des transformateurs sur poteau(H61) ;
Le troisième chapitre sera entièrement dédié à la construction du poste transformateur de
type H61 ;
Le quatrième chapitre se résumera à l’installation du poste transformateur de Tanghin.

6
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

chapitre i : présentation des


structures d’accueils

7
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

I.1 PRESENTATION DE L’ESTA

I.1.2. Situation géographique et adresse


Créée en 2003, elle est agréée par l’État du Burkina Faso : arrêté ministériel portant
autorisation d’ouverture 2004-125/MESSRS/SG/CNESSP/SP du 5 juillet 2004. L’école est
située à l’ouest de la mairie de Nongr- Massom à 400 m de l’hôtel Silmandé et depuis 2011
elle à une annexe à la zone 1 sur la circulaire en face de la station Shell. L’ESTA répond aux
adresses suivantes :

 Adresse postale : 09 BP 384 OUAGADOUGOU 09 BURKINA FASO ;


 Telephone: Siege: 50 35 56 87 / 50 50 80 48 / 70 21 61 4 ;
 Annexe: 50 50 80 49 / 72 08 61 86;
 Site Web : www.estabf.com;
 E-mail: info@esta.bf.

I.1.3. Formation
La spécificité de l’ESTA au niveau de la formation repose sur :

 La qualité et la rigueur de l’encadrement pédagogique ;


 Un partenariat diversifié et actif au niveau académique, avec des entreprises et des
institutions ;
 La qualité et le volume du matériel didactique.
Dans le souci de mettre à la disposition des entreprises nationales et sous- régionales, des
techniciens supérieurs et ingénieurs qualifiés immédiatement opérationnels et répondant aux
profils recherchés dans divers domaines d’activités, l’ESTA offre depuis sa création, une
formation professionnelle de haut niveau en cours du jour et soir dans les filières ci-dessous.

I.1.4. Formations des Diplômantes


BTS d’État et DTS (Bac +2)
- Réseaux Informatiques et Télécommunications (RIT) ;
- Génie Électrique : Option Électronique et Informatique Industrielle (GEII) ;
- Systèmes d’Information et Réseaux (SIR) ;
- Finance – Comptabilité (FC) ;
- Marketing et Gestion Commerciale (MGC).

Les DTS délivrés par l’ESTA sont reconnus par le CAMES dans les filières suivantes :

8
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

- Réseaux Informatiques et Télécommunications ;


- Génie Électronique et Informatique Industrielle ;
- Finances – Comptabilité ;
- Informatique de Gestion.

DUT Français, en partenariat avec l’Université du Littoral (Bac + 2)

- Génie Électrique et Informatique Industrielle

Licence Professionnelle

L’ESTA assure également des formations post BTS en Licence Professionnelle dans les
filières suivantes :

- Réseaux Informatiques et Télécommunications (RIT) ;


- Électronique et Automatismes Industriels (EAI) ;
- Génie Électrique : Option Électromécanique (ELM) ;
- Génie Biomédical (GBM) ;
- Systèmes d’Information et Réseaux (SIR) ;
- Finances & Audit comptables (FAC), en partenariat avec l’IBAM.

Master d’Ingénierie

L’ESTA assure également des formations en master dans les filières suivantes :

- Réseaux Informatiques et Télécommunications (RIT) ;


- Électronique et Automatismes Industriels (EAI) ;
- Électromécanique (ELM).

I.1.5. Formation Continue Professionnelle


L’ESTA organise également des séminaires de formation à l’intention des entreprises pour le
renforcement des capacités de leur personnel. Ces actions de formation contribuent
énormément à l’actualisation des méthodes et des contenus des formations diplômantes.

I.1.6. Certifications en TIC


En sa qualité d’académie, l’ESTA assure des formations préparant aux tests de certification
TIC sur les produits des fournisseurs suivants :

9
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

- Cisco ;
- Oracle ;
- Microsoft.

L’ESTA est par ailleurs un centre de test agréé Pearson VUE.

Pour toutes les formations diplômantes, une fois admissible l’étudiant doit effectuer un stage
en entreprise dont la durée est fonction du niveau de formation. C’est dans ce cadre que nous

avons effectué notre stage à la SONABEL dont le thème retenu est : « l’installation

des transformateurs de type h61 sur poteau».

I.2 PRESENTATION DE LA SONABEL

La société Nationale d’Electricité du Burkina (SONABEL) est une société d’état ; elle assure
la production, le transport et la distribution de l’énergie électrique au BURKINA FASO. La
société a connu de nombreuses mutations, tant au niveau de son capital que sa dénomination,
ainsi qu’il est indiqué ci-après :

1954: l’Energie AOF, société privée française, débute l’activité de production et de


distribution de l’énergie électrique à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso respectivement en
février et octobre ;

1956: extension de l’activité de distribution d’eau dans les deux villes ;

1960: reprise de l’ensemble des activités par la Société d’Economie Mixte Multinationale
SAFELEC- au capital de 150 millions de Francs CFA ;

1968: la société anonyme de droit voltaïque dénommée << Société Voltaïque d’Electricité >>

(VOLTELEC) dotée d’un capital social de 1 million de francs CFA assure la relève au plan
national ;

1970 : abandon de la distribution d’eau par la VOLTELEC au profit de la Société Nationale


des Eaux (SNE), actuelle ONEA ;

1976: la VOLTELEC prend la forme d’établissement public à caractère industriel et


commercial (EPIC) (décret n°76/344/PRES/MTP/URB), avec un capital de 1 387 628 FCFA ;

1984: suite au changement de nom du pays, la VOLTELEC devient Société Nationale


d’Electricité du Burkina en abrégé SONABEL ;

1995:la SONABEL devient Société d’Etat (décret n°95/160/PRES/MICM/TPHU du 14


Avril 1995) ;

10
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

1997: les statuts de la SONABEL comme Société d’Etat sont approuvés (déctret n°97-
599/PRES/PM/MEM/MCIA du 31 Décembre 1997) ;

1998: ouverture du sous secteur de l’électricité au privé ;

2001: autorisation de privatisation de la SONABEL et Interconnexion BOBO (Burkina


Faso) – FEREKESSE (Cote d’Ivoire) ;

2004: à 50 ans, la SONABEL compte 55 centres électrifiés.

La SONABEL couvre tout le territoire national et œuvre à assurer une bonne qualité de son
énergie fournie veillant ainsi sur un équilibre entre la demande de la clientèle et son électricité
produite. Pour ce faire, un dispatching surveille l’évolution de la demande en électricité et
joue une sorte de régulateur entre la clientèle et les centrales de production tant
hydroélectriques (Bagré, Kompienga, Tourni et Niofila) que thermiques (KOSSODO,
OUAGA I, OUAGA II, komsilga).

Cette société exerce également des activités d’ingénierie et d’appui. Le suivi de ces
activités est assuré par diverses grandes directions qui sont : la Direction des Etudes,
de la Planification et de l’Equipement ; la Direction de la Production et du Transport ; la
Direction des Centres Extérieurs ; la Direction des Ressources Humaines ; la Direction
Financière et Comptable et la Direction de la Distribution.

11
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

L’organigramme de la SONABEL, se présente comme suit :

Figure1 : Organigramme de la SONABEL

12
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

chapitre ii : installation des


transformateurs sur poteau

13
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

II.1. GENERALITE
Sur le réseau de distribution électrique, un transformateur permet d’adapter la tension du
réseau Moyenne Tension (HTA) à la tension des appareils d’utilisation Basse Tension (BT).

Par définition, le transformateur est une machine statique électrique, permettant de


transformer les grandeurs d’un réseau alternatif de caractéristiques déterminées (tension,
intensité, forme de courant, nombre phase) en d’autres valeurs alternatives de caractéristiques
différentes sans varier la fréquence.

II.2 CONSTITUTION DU TRANSFORMATEUR ET PRINCIPE DE


FONCTIONNEMENT

II.2.1. Les constituants du transformateur et leurs rôles

Borne HT

Cuve contenant
les enroulements
et le diélectrique

Borne BT

Plaque signalétique

figure2 : le transformateur

Le transformateur est constitué :

 d’un circuit magnétique comprenant des colonnes, une culasse supérieure et une
culasse inférieure ;
 des bobines : deux (02) par noyau, l’une formant l’enroulement primaire, l’autre
enroulement secondaire ;
 des bornes haute tension ;
 d’un commutateur de réglage de tension à +- 5% ;
 d’un couvercle avec crochet de manutention ;
 d’une cuve formant protection et contenant l’isolant liquide diélectrique.

Le transformateur est une machine inductive qui comporte principalement :

14
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

 un circuit magnétique ;
 un circuit électrique ;
 des organes mécaniques assurant les fonctions telles que : support, protection,
manutention, refroidissement.

a) Circuit magnétique
Son rôle essentiel est de canaliser le flux magnétique et de présenter le minimum de pertes par
hystérésis et courant de Foucault. Il est réalisé à partir d’un empilage de tôle en matériaux
ferromagnétique en forme de E et de I, la branche du milieu appelée noyau central porte les
deux enroulements.

Culasse en forme de I

Circuit magnétique en

Forme de E (tôle empilé)

Figure 3 : le circuit magnétique

 Les pertes par courant de Foucault :

Lorsqu’un matériau métallique est soumis à un champ magnétique variable, ou s’il se déplace
dans un champ fixe, la variation de flux engendre des courants induits circulant dans la masse
conductrice dans un plan perpendiculaire aux lignes d’induction. Ce sont les courants de
Foucault.

 Les pertes dues aux courants de Foucault :

Ces courants induits dans les masses conductrices s’opposent à la cause qui leur a donné
naissance (Loi de Lenz). Ce qui entraine un échauffement des masses métalliques
magnétiques ou non.

 Domaines d’utilisation des courants de Foucault, Les courants de Foucault sont


utilisés dans :
 le freinage sans frottement mécanique des compteurs d’énergie du type à induction ;
 l’amortissement des oxyllations d’appareil de mesure du type Ampèremétrique à cadre

15
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

mobile ;
 les embrayages par entrainement sans liaison mécanique ;
 le dégagement de chaleur intense (four à induction pour les traitements thermiques en
métallurgie) ;
 le chauffage haute fréquence (HF) pour la trempe superficielle (surface durcie
accroissant sa résilience), c'est-à-dire sa résistance aux chocs.
 Inconvénients des courants de Foucault :

Les courants de Foucault sont particulièrement nuisibles pour les machines statiques
(transformateur) tournants (générateurs, moteurs) car ils provoquent un échauffement intense
limitant du coup la puissance de la machine.

 Lutte contre les courants de Foucault :

On réduit les pertes de Foucault en :

 feuilletant les masses métalliques soumises à des champs magnétiques variables ;


 utilisant des métaux ayant une bonne conductivité.

b) Le circuit électrique
Le circuit électrique comprend l’enroulement primaire et secondaire.

Le primaire reçoit l’énergie électrique et produit un flux magnétique. Il est constitué d’un
certain nombre de spire noté N1.

Le secondaire est l’enroulement induit qui produit la force électromotrice (F.e.m) induite.
Son enroulement est noté N2. Les deux enroulements ont des nombres de spires, enroulement
haute tension et enroulement basse tension. L’enroulement haute tension peut être le primaire
ou le secondaire selon le mode d’emploi du transformateur.

Le transformateur est dit élévateur lorsque la tension primaire est inférieure à celle du
secondaire et il est dit abaisseur quand la tension au primaire est supérieure à celle du
secondaire.

NB : Il n’y a pas de lien électrique entre les deux enroulements du transformateur.

16
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Figure 4 : le circuit électrique

II.2.2. Principe de fonctionnement


Sur un circuit magnétique, on réalise deux enroulements, l’un appelé primaire de N1
spires, l’autre secondaire de N2 spires.

Lorsque l’enroulement primaire est relié à une source alternative de tension U1, il crée un flux
alternatif. Ce flux variable induit dans l’enroulement secondaire une f.e.m. Si on relie ce
secondaire à un récepteur, un courant alternatif parcourt le circuit. La puissance électrique
passée du primaire au secondaire par l’intermédiaire des variations de flux.

II.3 LES CARACTERISTIQUES NOMINALES DU


TRANSFORMATEUR
L’avant projet d’un transformateur est caractérisé par les données suivantes :

 la tension du primaire U1 qui est celle du réseau ;


 la tension du secondaire en charge U2 qui dépend de l’utilisation ;
 la puissance aux bornes du secondaire, c’est la puissance apparente en Volts-Ampères
(VA) ;
 la fréquence du réseau en Hz.

II.3.1. Circuit magnétique


Les dimensions du circuit magnétique sont liées à la puissance à transmettre.

II.3.2. Nombre de spire


 Au primaire

17
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Pour connaitre le nombre de spire au primaire, on effectue un calcul en appliquant la formule


de Boucherot

U1 = 4,44 X B.N1.S.f

D’où l’on tire 1=


. ∗ ∗ ∗

U1 = tension au primaire en Volt (V)

B = induction dans le fer en Tesla (T)

S = section du noyau en m2

f= la fréquence du réseau en HZ

N1 = nombre de spire du primaire.

NB : La valeur de l’induction dépend de la nature du circuit magnétique.

 Au secondaire

La tension à vide est obtenue à partir du rapport de transformation.

= = d’où 2= ∗ 1

La tension U2 à vide doit être majorée de la chute de tension en charge qui dépend de la
puissance du transformateur.

II.3.3. Section des conducteurs

 Détermination des intensités

On doit tenir compte des pertes pour déterminer l’intensité des sorties au secondaire ce qui
conduit à estimer le rendement du transformateur.

NB : la section des conducteurs est déterminée en fonction de l’intensité du courant.

Exemple d’un Cas pratique


La puissance apparente d’un transformateur 5.0kV/230 V : 50 Hz est S=21 kVA. La section
du circuit magnétique est s=0.060m2 et la valeur maximale du champ magnétique B=1.1T.

L’essai à vide a donné les résultats suivants

U1=5000 V ; U2v=230V ; I1v=0.5 A et P1v=250 W ;

L’essai en court –circuit avec I2cc=I2n a donné les résultats suivants :

18
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

P1cc=300 W et U1cc=200 V

1. Calculer le nombre de spires N1 au primaire.

2. Calculer le rapport de transformateur M et le nombre N2 de spires au secondaire.

3. Quel est le facteur de puissance à vide de ce transformateur ?

4. Quelle est l’intensité efficace du courant secondaire I2n ?

5. Déterminer les éléments Rs ; Zs et Xs de ce transformateur.

6. Calculer le rendement de ce transformateur lorsqu’il débite un courant d’intensité nominale


dans une charge inductive de facteur de puissance 0.83

Solution

1. Calcul du nombre de spire au primaire N1

1= . ∗ ∗ ∗
= . ∗ . ∗ ∗ .
=341spires

2. Calcul du rapport de transformation M et le nombre de spire au secondaire N2

m= = =0.046N2= ∗ 1 = 0.046 ∗ 341=15spires

3. Calcul du facteur de puissance à vide

= ∗
= . ∗
=0.1

4. Calcule le courant secondaire I2n

I2n= = =91.30A

5. Détermination des éléments Rs, Zs et Xs de ce transformateur

Rs= = .
= 0.035 Zs= ∗ =0.046∗ .
=0.100Ω

Xs=√ − =√0.100 − 0.035 = 0.094Ω

6. Calcule le rendement de ce transformateur lorsqu’il débite un courant d’intensité nominale


dans une charge inductive de facteur de puissance 0.83

2
=
2+ 1 + 1
P2=U2*I2*cos alors que U2=U2v-Δ 2

19
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Δ 2= ∗ 2∗ + ∗ 2∗ = 0.035*91.30*0.83+0.094*91.30*0.55= 7.372V

U2=230-7.372= 222.628V

AN :P2=222.628*91.30*0.83= 16870.53W
.
= .
= . Ou 96.8 ⋍ 97%

II.4 CONDITIONS D’INSTALLATION DU


TRANSFORMATEUR
L’installation du transformateur, doit répondre à certaines exigences :

 respecter l’environnement c’est-à-dire que son implantation ne doitpas en aucun cas


pollué l’environnement ;
 ne pas créer de gène à la population c'est-à-dire : qui doivent être aussi directes que
possible, et permettre le passage libre et permanent aux camions ou aux engins
élévateurs;
 répondre aux besoins que l’utilisateur veut qu’on lui fasse compte tenu des
caractéristiques du constructeur ;
 être simple à installer c'est-à-dire, pas de complication à l’installation.

II.5 COUPLAGES DES TRANSFORMATEURS


Pour des raisons de continuité de service, ou des variations journalières ou saisonnières de
consommation d’énergie, il est intéressant de pouvoir coupler deux ou plusieurs
transformateurs en parallèle.

a) Conditions de couplage

 La puissance :

La puissance totale disponible est la somme des puissances des transformateurs. Si les
puissances des transformateurs sont différentes, la puissance du plus grand transformateur ne
doit pas dépasser deux fois la puissance du plus petit ;

 Le réseau :

Les transformateurs sont alimentés par le même réseau ;

 Connexions

Même longueur de connexions, surtout côte basse tension (BT) :

 même indice horaire de couplage des enroulements ;


 tension de court-circuit égale à 10% près ;
 tension secondaire très peu différentes selon la charge.

20
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

b) Couplage des enroulements


 Couplage étoile

Il permet la sortie du point neutre, très utiles en basse tension(BT). Dans ce cas de
couplage, deux (02) tensions sont disponibles. Tension simple et tension composée.

Figure 5 : couplage étoile

 Couplage triangle

Ce cas de couplage nécessite plus de spires par colonne que l’enroulement étoile, pas de
neutre sorti.

Figure 6 : couplage triangle

 Couplage zigzag

Chaque enroulement comprend deux demi-bobines placées sur des noyaux différents, la
deuxième demi-bobine a ses sorties inversées. Les f.e.m de chaque demi-bobine sont
déphasées de 120° électrique. Avec ce type de couplage, on obtient une meilleure répartition
des tensions en cas de réseau déséquilibré côté basse tension(BT).

21
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Figure7 :couplage zigzag

c) Représentation des enroulements


Les bobines primaires et secondaires placées sur les mêmes noyaux sont repérées par
leurs bornes de sorties situées sur le couvercle :

Côté haute tension (HT) : A, B, C

Côté basse tension(BT) : a, b, c

La représentation schématique des enroulements se fait de part et d’autre du couvercle.

Haute Tension (HT) vers le bas

Basse Tension (BT) vers le haut

La désignation des couplages s’effectue par un groupe de deux (02) lettres et un nombre :

 Première lettre (majuscule) indique le couplage Haute Tension

Y : étoile D : triangle Z : Zigzag

 Deuxième lettre (minuscule) indique le couplage coté Basse Tension

y : étoile d : triangle z : zigzag

Le chiffre indique l’indice du couplage, c’est-à dire l’angle de déphasage entre la tension
primaire et la tension secondaire. Cet angle horaire correspond pour 360°, aux douze (12)
heures du cadran repérées de 0 à 11, chaque angle horaire étant un multiple de 30°.

22
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Exemple : Dy11

Couplage haute tension en triangle, basse tension en étoile. Décalage 11 x 30 = 330°

23
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

chapitre iii: construction des


transformateurs de type h61

24
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

III.1. INTRODUCTION
L’alimentation de nouvelles zones ou l’augmentation la puissance de consommation
d’énergie électrique dans les zones déjà électrifiées conduit à installer des nouveaux postes de
transformation.

III.2. EQUIPEMENTS DE BASE


Généralement, les transformateurs sur poteau de typeH61 sont équipés de :

 Transformateur ;
 Support ;
 Disjoncteur haut de poteau ;
 Parafoudre ;
 Accessoires de fixation et pose.

III.3. CONDITION DE POSE


Un poste neuf doit s’intégrer à la structure haute tension (HTA) existante et respecter la
structure prévue à terme sur la zone. Il doit être conforme aux prescriptions des normes. Il
doit être placé dans une zone non inondable. Si le seul emplacement disponible est situé dans
une zone inondable, il sera mis hors, un accès facile et immédiat au poste pour effectuer les
opérations nécessaires à l’exploitation du réseau.

Les postes de transformation H61 sont insérés dans le réseau haute tension(HTA)
conformément aux règles définies dans les documents de la documentation technique de
référence :

 un réseau public de distribution ;


 descriptif au réseau ;
 principes d’études et règles techniques ;
 raccordement d’un consommateur Haute Tension(HTA).

25
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

chapitre iV : construction
du poste de tanghin

26
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

IV.1. INTRODUCTION
Compte tenu de la durée de vie très longue des ouvrages des réseaux d’électricité, les
décisions prises ont un impact durable et se doivent donc en priorité maximiser sur la durée le
coût global de gestion du réseau. Le coût des pertes électriques (fer, joule), les dépenses
d’exploitation (entretien, maintenance) et la valorisation de la défaillance subie par les
utilisateurs.

Outre un souci de l’économie du système, les principaux éléments qui guident les décisions
sont :

 la sécurité des personnes et des biens ;


 le fonctionnement durable du réseau dans les conditions techniques acceptables ;
 le respect de nos obligations règlementaires et contractuelles, notamment en ce qui
concerne les fluctuations de la tension ;
 le respect de l’environnement ;
 la capacité à réalimenter au mieux les clients en cas d’incident.

IV.2. PROBLEMATIQUE
Afin de booster une meilleure solution au problème de la baisse de tension au quartier
Tanghin (quartier de Ouagadougou) ; la SONABEL a décidé d’entreprendre des travaux de
renforcement de ses lignes électriques par la construction d’une nouvelle ligne électrique en
Haute Tension de 15KV et de construire un poste transformateur de type H61. Notre étude
portera sur la construction du transformateur.

IV.3. CARACTERISTIQUES DU TRANSFORMATEUR

 Marque : MUKAAN’S ;
 Standard IEC : 76 ;
 Nombre de phase : 3 ;
 Puissance nominale ou apparente : 160 KVA ;
 Tension au primaire : 15KV ;
 Tension au secondaire ou à vide : 410V ;
 Intensité au primaire : 6,15A ;
 Intensité au secondaire : 230,94A ;
 Fréquence : 50HZ ;
 Impédance : 4% ;
 Mode de couplage : Dyn11 ;
 Masse d’huile : 170kg ;
 Masse totale : 715kg.

27
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Figure 8 : plaque signalétique

IV.4. L’EQUIPEMENT DU POSTE


Pour que le transformateur soit fonctionnel, les équipements qui ont été utilisé se
composent comme suit :

 Poteau métallique de type HEA jumelé dont la hauteur est 13m ;


 D’un dispositif d’ancrage haute tension (HTA) permettant le raccordement du poste à
la ligne aérienne HTA (armement, isolateurs liaison HTA…) ;
 D’un dispositif de protection contre les surtensions atmosphériques (parafoudres
HTA) ;
 Des conducteurs HTA nus de 54,6mm2 ;
 D’un transformateur HTA/BTA d’une puissance de 160KVA ;
 D’une liaison BT entre le transformateur et l’ensemble de protection basse
tension(DHP) ;
 D’un ensemble de protection BT ;
 D’un e semble de circuit de terre du poste (terre des masses et terre du neutre du
transformateur) ;
 D’une plateforme de manœuvre au pied du poteau permettant les opérations
d’exploitation de l’ensemble de protection BT.

28
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Parafoudres sur les phases

Figure 9 : implantation des parafoudres et tirage des conducteurs

IV.5. ETUDE DE L’OUVRAGE

IV.5.1. Choix de l’emplacement


Pour minimiser les pertes par effet joule de la ligne de transport de l’énergie électrique et
réduire la chute de tension de la ligne et enfin régulariser la baisse de tension qui est l’objectif
fondamental de la pose du transformateur, la SONABEL a décidé d’installer le transformateur
dans la zone où la baisse de tension est fréquente (V12 : 205V , V13 : 210V, V23 : 209). Cette
baisse de tension s’explique du faite que la puissance demandée par les abonnés (clients
SONABEL) dépasse celle fournie par la société.

Il est à noter que l’emplacement du transformateur sur poteau est déterminé par la SONABEL
en tenant compte de :

 Des contraintes électriques (réseau d’alimentation, puissance) et mécaniques (charge


au sol, type de sol, efforts, dénivellation) ;

29
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

 Des considérations environnementales (implantations à proximité d’habitations) ;


 Des voies d’accès qui doivent être aussi directes que possible et permettre le passage
libre et permanent de camions ou d’engins élévateurs.

Lors de notre stage à la SONABEL, l’équipe technique nous a fait savoir qu’il est
indispensable de disposer lors de l’étude d’implantation :

 la classe du poteau Haute Tension(HTA). Celle-ci est à déterminer en fonction du


réseau HTA (exemple : ancrage, double ancrage) des contraintes environnementales,
et le poids du transformateur installé ;
 des dimensions des fondations (circulaires ou rectangulaires) retenues et de la
typologie du terrain (dur, moyen, mou).

IV.5.2 Dimension et intégration au site


L'emplacement du transformateur sur poteau est déterminé par le Gestionnaire du Réseau de
Distribution en concertation avec l’Aménageur en tenant compte :

 Des contraintes électriques (réseau d’alimentation, réseau desservi, puissance,


….) et mécaniques de l’ouvrage (charge au sol, type de sol, efforts,
dénivellation, ….);
 Des considérations environnementales (implantation à proximité d’habitations
et règlements de voirie en vigueur);
 Des voies d'accès qui doivent être aussi directes que possible, et permettre le
passage libre et permanent de camions ou d'engins élévateurs;
 De la présence dans le sous-sol de différentes canalisations ou la proximité de
prises de terre
Il est indispensable de disposer lors de l’étude d’implantation :
 De la classe du poteau HTA (D, E, ..). Celle-ci est à déterminer en fonction du
réseau HTA (ex : ancrage, double ancrage, ..), des contraintes
environnementales (ex : surplomb de voie, …) et du transformateur installé (ex
: poids).
 Des dimensions des fondations (circulaires ou rectangulaires). Celles-ci sont
fonction de la classe du support retenu et de la typologie du terrain (dur,
moyen, mou, ….).
Le type de poteau et le massif correspondant sont normalisés dans la NFC 11-201.
Les distances de sécurité à respecter sont mentionnées dans l’Arrêté Technique.

IV.5.3 Dispositions particulières


Pour un poste sur poteau, la protection contre les risques de surcharge du transformateur est
assurée par un disjoncteur calibré en fonction de la puissance. Cette protection peut être

30
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

intégrée à l’enveloppe du DHP du transformateur :(type 6 pour 100KVA et type 7 pour


160KVA).

Pour la protection avifaune, si celle-ci n’est pas intégrée par conception, l’installation de
matériels spécifiques doit faire l’objet d’un accord préalable du Gestionnaire du Réseau de
Distribution.

IV.5.4 Etude d’exécution du projet


En complément des dispositions mentionnées dans le fascicule « Principes de base » et la NF
C11-201, l’Aménageur soumet pour approbation :

 Le projet de convention du poste;


 Le plan de fouille du poste y compris la distance à conserver autour du poste pour
l’accès, la manutention et la préservation de l’intégrité du circuit de terre enterré;
 Le descriptif complet du poste sur poteau dont notamment :
- la puissance du transformateur et ses caractéristiques;
- le type de protection BT;
- la liste des équipements électriques auxiliaires installés (ex : parafoudres, ….).

IV.6. REALISATION DE L’OUVRAGE

IV.6.1. Travaux de réalisation


L’Aménageur doit respecter les règles de l’art et les prescriptions du présent document durant
les étapes d’installation du poste.

Ces étapes sont :

 Génie civil ;
 Armements et ancrages au réseau Haute Tension(HTA) ;
 La mise en place du transformateur ;
 La mise en place des parafoudres ;
 Raccordement électrique du transformateur ;
 Fixation et raccordement Basse Tension(BT) ;
 Dispositif de manœuvre du disjoncteur ;
 Le régime de neutre et raccordement du circuit de terre ;
 Raccordement BT.

a) Génie civil
Les opérations de génie civil se composent des quatres étapes suivantes :

Réalisation de la fouille et de la prise de terre multidirectionnelle de surface.


Constituée en conducteur de cuivre nu de 25 mm², la prise de terre ne doit pas être

31
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

noyée dans le massif béton, mais réalisée en périphérie.

Figure 10 : réalisation de la prise de terre

Sa présence doit être connue des exploitants et des propriétaires si celle-ci est en partie
implantée en terrain privatif.

Un grillage avertisseur rouge est positionné au dessus de tout conducteur de terre


sortant de l’emprise des fondations.

Figure 11 : Prise de terre multidirectionnelle

Implantation du poteau. La profondeur d’implantation et la taille des fondations


doivent respecter les exigences de la NFC 11-201.
Confection de la plate-forme de manœuvre à l’aplomb du dispositif de protection
Basse Tension(BT) . Réalisée en béton armé, ses dimensions sont d’environ 700 mm x
700 mm x 70 mm. Le quadrillage métallique est relié électriquement au circuit de
terre. Dans le cas de départ basse tension souterrain, un fourreau de 110 mm de
diamètre doit être prévu. Il est positionné au pied du poteau et à l’aplomb du dispositif
de protection basse tension.

32
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Figure 12 : Mise à la terre de la plate forme

Aménagement des accès. L’aménagement des accès (stabilisation, usage des


fossés, drainage, …) doit permettre l’accès à la plate-forme, la circulation des
engins et le déchargement du poteau et des équipements.

b) Armements et Ancrages au réseau HTA


Les conducteurs haute tension (HTA) sont amarrés en nappe horizontale, au moyen de
chaines d’ancrage (à isolement renforce s’il y a des parafoudres munis de déconnecteur). Ces
chaines sont fixées à des étriers formant une saillie d’au moins 0.10m et comportant une
rallonge galvanisée d’une longueur minimale de 0.3m permettant d’écarter suffisamment les
chaines d’ancrage de la masse du poteau pour permettre la pose sous tension du
transformateur sur potence.

Si la constitution du réseau l’exige, le transformateur sur poteau peut être installé en


dérivation sous une ligne Haute Tension (HTA) en nappe horizontale. Il peut également être
directement raccordé par une ligne HTA en conducteurs isolés

Selon les côtés et dimensions normalisées, le poteau est équipé :

 Des isolateurs qui servent à amarrer (fixer) les conducteurs et à les isoler des supports.
Ils doivent supporter à la fois des contraintes mécaniques et électriques. En haute
tension, les isolateurs sont montés en chaine.

La composition d’un isolateur :

 L’isolateur en porcelaine ou en verre est composé d’une tête et d’une jupe en une seule
pièce ;
 Axe de suspension en acier assurant la liaison avec l’isolateur inférieur ;
 Capot permettant d’assurer la fixation de l’axe de l’isolateur supérieur ;
 Capot permettant d’assurer la fixation de l’axe de l’isolateur supérieur par un
goupillage ;
 Ball-sochet ;

33
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

 Pince d’ancrage ;
 L’étrier ;
 Des traverses horizontales montées en partie haute pour ancrer les conducteurs Haute
Tension(HTA) (nappe d’ancrage) ;
 D’un dispositif d’accrochage du transformateur composé d’une ferrure verticale type
UPN et d’une ferrure support horizontale. Ces équipements peuvent être installés sur
le poteau au sol avant son implantation dans la fouille et ils doivent être raccordés au
circuit de terre du poteau.

L’armement des supports est l’ensemble constitué par les ferrures et les isolateurs avec les vis
de fixation. L’ancrage permet de fixer les conducteurs au support.

Figure 13 : armement du support

c) La mise en place du transformateur


Cette partie consiste à lever le transformateur et de le fixer contre le support ou poteau.

Pour lever le transformateur et l’installer sur le poteau, il est nécessaire d’utiliser un engin de
levage adapté (poids du transformateur, hauteur d’élévation…).

Il est possible d’utiliser indifféremment :

 Un engin de levage de type bras élévateur permettant du sol de lever et positionner

34
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

directement le transformateur en haut du poteau sur le dispositif d’accrochage. Pour


son élévation, les élingues sont accrochées aux pièces de levage du transformateur.
 Un moyen de levage de type palan à cinq (05) brins ou un treuil permettant, via des
dispositifs de renvoi, d’élever le transformateur le long du poteau et de le poser sur le
dispositif d’accrochage. Dans ce dernier cas, une potence ou "chaise du
transformateur" est fixée préalablement en partie supérieure de la ferrure verticale. Un
palonnier accroché aux pièces de levage du transformateur, permet de centrer l’effort
et de faciliter son élévation verticale.

Il convient de s’assurer, avant la déposé du palonnier ou des élingues de levage, que :

 Les crochets sont engagés à fond sur la ferrure du support,


 Le dispositif de guidage situé à l’arrière du transformateur est correctement engagé sur
la ferrure verticale.

Crochet
d’accrochage sur la
potence

Figure 14 : transformateur vue arrière

d) La mise en place des parafoudres


Le parafoudre est un dispositif de protection qui sert à protéger les appareils électriques contre
les surtensions d’origine atmosphérique (foudre).

Caractéristiques :

 Dispositif d’isolement de l’extrémité des parafoudres synthétiques (broches et


connecteur) destinés à la protection de l’avifaune vis-à-vis des risques d’électrisation

35
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

entre phase ou entre phase et masse.


 Capot en matériau isolant semi rigide gris recouvert d’une couche de protection noire.

Chaque parafoudre est équipé d’un capot isolant recouvrant le connecteur pour câble gainé à
double dérivation et d’un capot isolant recouvrant la broche.

Les parafoudres sont montés verticalement sur une ferrure support placée sur la ferrure
horizontale.

Le raccordement entre les parafoudres et le réseau haut tension (HTA) est réalisé en
conducteur gainé de section 54,6mm2 équipé de connecteur à broche gainé.

e) Raccordement électrique du transformateur

Les raccordements haute tension (HTA) sont réalisés en conducteur gainé (almélec) de
section 54,6mm2 équipé de connecteur à broche gainé.

Le raccordement se fait au niveau des bornes de phases ou bornes haute tension.

Comme le transformateur est constitué d’un circuit électrique primaire qui est la haute tension
et un circuit électrique secondaire qui est la basse tension, le raccordement basse tension se
fait à la sortie du circuit électrique du transformateur par des câbles en cuivre dont la section
est 95mm2 et comme le transformateur est couplé en triangle-étoile (D -y) dont le primaire
est couplé en triangle (haute tension) et le secondaire en étoile (basse tension) avec un neutre.

On a utilisé quatre (04) conducteurs dont trois phases et un neutre de 4 x 95mm2pour la


liaison transformateur disjoncteur.

NB : le raccordement est fait de telle sorte qu’en cas de défaillance du transformateur, qu’on
puisse le remplacer facilement par un autre.

Les câbles sont préformés en forme de crosse (recourbés) pour disposer d’une longueur
suffisante en cas de mutation du transformateur. Les câbles sont fixés le log du support par
des colliers isolants sur feuillard.

36
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Figure 15 : Raccordement électrique du transformateur

f) Fixation et raccordement BT
Le disjoncteur basse tension est placé dans un coffret réalisé en matériau plastique. Ce
coffret et le bloc-support de la poignée de commande sont aux deux extrémités d’une ferrure
qui est assujettie au poteau par des colliers de serrage.
Le coffret doit posséder les caractéristiques de robustesse correspondant au symbole IP 337
défini par la norme en vigueur (NF EN 60529).
Les pièces de fixation du coffret comportent une borne de mise à la terre constituée par une
tige filetée en cuivre, en bronze B1 ou en cupro-aluminium de 12mm de diamètre.
L’entrée des câbles se fait de bas en haut, à la partie supérieur de la face arrière du coffret par
quatre trous garnis de pièce de passage isolantes assurant une étanchéité suffisante et
permettant le passage d’un câble de diamètre compris entre 9 et 19mm. Des dispositifs
isolants adaptés à la section du câble utilisé, tels que des presse-étoupe en matière plastique
peuvent également être utilisés.

37
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

La sortie des câbles se fait, à la partie inférieure du coffret, de la même façon que pour
l’entrée, par quatre ou huit trous.

Figure 16 : Raccordement BT

g) Dispositif de manœuvre de disjoncteur


Le dispositif de manœuvre est constitué par une poignée isolée et une commande par tube
agissant directement sur le disjoncteur. La poignée de manœuvre peut être condamnée par
Cardenas tant dans la position ouvert (position basse) que dans la position fermé (position
haute).

38
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Figure 17 : Raccordement électrique du disjoncteur

h) Le régime de neutre et raccordement du circuit de terre

 Le régime de neutre
La sécurité des personnes et du matériel est assurée différemment en fonction du type de
réseau de distribution d’énergie électrique. Une règlementation bien particulière à chaque
régime de neutre détermine les protections à mettre en œuvre. Enfin, chaque type
d’installation à des impératifs qui guident pour le choix de neutre le mieux adapté.

 Notion d’isolement
Tout réseau électrique présente une impédance par rapport à la terre et par rapport à la masse.
Cette impédance n’étant pas définie, il en résulte des courants de fuite à la terre. Ces courants
de fuite sont d’autant plus grands que l’impédance d’isolement est faible.

 Les différents types de régime de neutre :

 Neutre à la terre (TT)


Le neutre et les masses sont reliés à la terre

 Mise au neutre (TN)

39
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Le neutre est relié directement à la terre et les masses sont reliées au neutre.

 Le neutre isolé et impédance (IT)


Le neutre est isolé de la terre ou relié à la terre par une impédance. Les masses sont reliées à
la terre.

 Raccordement du circuit de terre


L’origine du circuit de terre des mases se situe sur la ferrure support des parafoudres.
Un conducteur d’équipotentialité en cuivre de 25mm2 par de cette ferrure et descend
directement le long du support jusqu’à la mise de terre.
Les autres masses à relier individuellement à ce circuit de terre, en dérivation avec un
conducteur de même section :

 La ferrure d’ancrage des conducteurs de lignes ;


 La cuve du transformateur ;
 La ferrure support du transformateur ;
 La ferrure de fixation de l’ensemble de protection basse tension (BT) ;
 L’armature métallique de la plate-forme de manœuvre ;
 Il est impératif de s’assurer par des mesures avant la mise en service que la valeur de
prise de terre des masses est conforme à l’arrêté technique.
Lorsque le transformateur est placé sur son support, il faut réaliser la connexion qui permet la
mise à la terre de la cuve du transformateur. Cette connexion se réalise depuis la connexion
située en bas de la cuve jusqu'à la cablette de terre qui descend le long du poteau et qui assure
la mise à la terre de l’installation. Si ces instructions ne sont pas suivies, il est possible de
mettre en danger les opérateurs et aussi de provoquer des dommages au transformateur.

40
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Figure 18 : La mise à la terre des masses

i) Raccordement BT
Le transformateur sur poteau comporte, selon sa puissance, un ou deux départs BT triphasé:
- aériens en conducteurs torsadés de 70 ou 150 mm² conforme à la NF C 33-209;
- souterrains en câble de 35 à 150 mm² conforme à la NF C 33-210.

Puissance du transformateur 50KVA 100KVA 160KVA

Nombre de départ possible 1 départ 1 départ 2 départs


Capacité des bornes de raccordement
(conducteurs aériens et câble 35 à 70 mm2 50 à 150 mm2 50 à 150 mm2
souterrains)

Les câbles sont préformés en forme de crosse, pour disposer d'une longueur suffisante en cas
de mutation du transformateur.

IV.6.2. Vérification du transformateur avant sa mise en


service
Il faudra respecter les règles en vigueur avant de procéder à l’inspection visuelle ou à la
maintenance du transformateur et en particulier :

 Il faudra déconnecter les interrupteurs haute tension (HTA) et basse tension (BT) de
manière à mettre le transformateur hors service.
 Il faudra mettre à la terre les traversées du transformateur à l’aide d’une perche

41
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

isolante appropriée afin de s’assurer qu’aucune charge statique n’est présente.


 On suivra les 5 règles d’or suivantes :
- Procéder à l’ouverture des sources de tension de telle manière à isoler le
transformateur ;
- Procéder à la condamnation des interrupteurs pouvant provoquer une réalimentation
du transformateur ;
- Procéder à la vérification de l’absence de tension sur le transformateur ;
- Procéder à la mise à la terre et en court-circuit de toutes les sources possibles
d’alimentation du transformateur ;
- Délimiter et signaler la zone de travail.
Lorsque le transformateur est connecté au réseau, et avant d’effectuer sa mise sous tension il
faut :

 S’assurer de la concordance entre les tensions du réseau haute tension(HTA) et la


tension assignée du transformateur ;
 Appliquer la tension à vide, mesurer la tension en les bornes basse tension(BT) pour
vérifier les connexions et le réglage ;
 Le réglage de la tension s’effectuera à l’aide du commutateur situé sur le couvercle du
transformateur en veillant aux exigences de sécurité suivantes:
- Le commutateur doit toujours être actionné hors tension et s’assurer que sa position est
bien immobile en position de travail ;
- Vérifier que la tension correspond à la tension nominale du transformateur, en cas
d’anomalie avertir ;
- La tension de sortie (V12=230V, V23=231V, V31=230V) chez les clients.

Contrôle et réception de l’ouvrage


Se reporter aux dispositions mentionnées dans le fascicule n°1 Principes de base. La fiche
d’autocontrôle spécifique au poste sur poteau figure à l’annexe 4.

Mise en exploitation et mise sous tension


Se reporter aux dispositions mentionnées dans le fascicule n°1 « Principes de base ».

Entretien
Les dispositions mentionnées dans le fascicule n°1 « Principes de base » s’appliquent. Sauf
environnement sévère et/ou aménagements particuliers, ce type d’ouvrage ne nécessite pas
d’entretien particulier pour assurer sa longévité. En cas d’aménagement spécifique en accord
avec le Gestionnaire du Réseau de Distribution et nécessitant un entretien particulier (clôture
autour du poste, espace vert à proximité, ..), celui-ci sera à la charge de l’Aménageur. Ainsi
qu’aux successeurs/destinataires de l’ensemble construit durant la durée de vie de l’ouvrage.

42
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Figure 19 : Transformateur sur poteau

43
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

CONCLUSION
En somme durant notre séjour à la SONABEL, nous avons appris que la connaissance et le
savoir n’ont de valeurs que si elles sont mises en pratique. Ce stage a été pour nous une
occasion d’appliquer certaines notions acquises à l’école et de confirmer la complémentarité
entre la théorie et la pratique. Nous avons perçu la place primordiale qu’occupe l’énergie
électrique. Le problème de baisse de tension a été résolu à Tanghin (V12=230V, V31=231V,
V23=230V).
Je suis donc vraiment satisfait d’avoir eu l’opportunité de découvrir d’autres facettes de la
vie d’entreprise. Un stage est forcément plus enrichissant lorsqu’il permet de s’adonner à
plusieurs tâches, et non lorsqu’il cantonne le stagiaire à une seule mission constante. Si nous
faisons un le rapprochement avec les enseignements suivis à l’ESTA et l’expérience acquise
pendant notre stage, il y a un aiguillement vers de nouvelles ambitions professionnelles. Mes
cours d’école ont été un atout de taille pour la réalisation du travail en équipe. Pour les
présentations, nous sommes habitués à essayer de trouver le juste équilibre entre une
apparence sobre et attirante, évitant d’obtenir un résultat trop fantaisiste ou glacial. De plus,
travailler en groupe et donc partager les opinions, les idées de chacun habitue également à
faire des concessions, à être à l’écoute de l’autre et à s’adapter aux attentes à la fois générales
et individuelles. Et lors des discussions avec d’autres employés, il me fallait en effet mener ce
genre de débat. Etant stagiaire, je ne pouvais pas imposer mon point de vue, mais apporter ma
petite pierre à l’édifice déjà significatif, car m’impliquer dans un travail mené sur le terrain
apportait une véritable valeur ajoutée à mon travail. D’ailleurs, certaines de mes idées ont été
prises en compte souvent pour la réalisation finale d’un travail.

A l’issue de ce stage nous avons acquis beaucoup d’expériences et d’assurance. La


SONABEL où nous avons effectué notre stage devra faire des investissements massifs pour
acquérir du matériels plus performants, car nous avons pu remarquer que pour certains
travaux devant être exécutés au même moment se voient reporter pour manque de matériels.
En agissant ainsi, la société pourra finaliser les travaux avant les délais d’exécution, car elle a
des ouvriers et des techniciens compétents et consciencieux.

44
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

BIBLIOGRAPHIE et WEBOGRAPHIE
HENRI NEY : Technologie et schémas d’électricité niveau n°2, nouvelles éditions
Consulté le 10/03/2015 à 10h30mn
W.W.WseQUelec.com : Sécurité et qualité dans l’utilisation de l’électricité
Consulté le 15/04/2015 à 18h30mn
Google : Installation de transformateur sur poteau

Consulté le 10/12/2014 à 10h30mn

45
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

ANNEXE
ANNEXE1

Amarrage et ancrage des conducteurs HTA

46
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

ANNEXE2

Détecteur d’absence de tension(VAT) 15Kv

47
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

ANNEXE3

Le transformateur et ses différentes bornes

48
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Annexe 4

Transformateur sur poteau(H61)

49
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Annexe 5

Isolateur composite

Annexe 6

Chaine d’isolateur en verre

50
ouedraogo yacouBa 2014-2015
rapport de stage de fin de cycle

Annexe 7

Parafoudre 24Kv

51
ouedraogo yacouBa 2014-2015

Vous aimerez peut-être aussi