Vous êtes sur la page 1sur 67

Génie Mécanique 1

UE : Étude et conception des Systèmes Mécaniques 2 [8 crédits]


ÉLÉMENTS DE MACHINES [3 CRÉDITS]

http://www.bearingslimited.com http://imghost1.indiamart.com
VERSION 2021

Tarak BOURAOUI
ENIM-LGM
tarak.bouraoui@enim.rnu.tn/tarak.bouraoui@gmail.com

TB© 2015
Présentation
Contenu du cours
Chapitre 1
Notions fondamentales de base
1. 1. Conception en génie mécanique
1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques
1. 3. Machines et systèmes mécaniques
1. 4. Eléments de machines : vue d’ensemble
1. 5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
(Critères, Concentration de contrainte, Facteur de sécurité, Instabilité, Fatigue, …)
1.1. Conception en génie mécanique
La Conception est essentiellement un processus décisionnel
Concevoir c’est formuler un plan et des détails pour satisfaire un besoin particulier en
créant quelque chose avec une réalité physique
Connaissance,
Compétence,
Pratique,
Créativité.
Séquence de considérations
Séquence de décisions critiques
Dépendance des solutions technologiques

Approche d’analyse rigoureuse mais problèmes ouverts … ‘‘ art’’


GM1 – Éléments de machines 4
1.1. Conception en génie mécanique
Machines

https://www.ads-machines.com/machines-speciales/

Une machine est un produit fini mécanique (combinaison de solides


et de mécanismes) capable d'utiliser une source d'énergie pour
effectuer une ou plusieurs tâches spécifiques. Mouvements relatifs,
transmissions d’efforts et transformations d’énergies.
GM1 – Éléments de machines 5
1.1. Conception en génie mécanique
Evolution

Faisabilité, Fiabilité,
Efficacité, Coût

GM1 – Éléments de machines 6


1.1. Conception en génie mécanique
Évolution industrielle et techniques avancées

https://www.kreos.fr/fabrication-additive/
https://www.trumpf.com

5.0
GM1 – Éléments de machines 7
1.1. Conception en génie mécanique

Originale, adaptation, amélioration, conception dérivée

GM1 – Éléments de machines 8


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques
Un mécanisme est un ensemble de pièces reliées les unes
aux autres par des liaisons cinématiques et ceci dans le but
de réaliser une fonction déterminée.

http://sterlingtsi.com/pragati.htm http://www.daviddarling.info

GM1 – Éléments de machines 9


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques
Les pièces possèdent dans l’espace 6 degrés de liberté :

 3 Translations
Tx
Ty
Tz

 3 Rotations
Rx
Ry
Rz

GM1 – Éléments de machines 10


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques
Établir une liaison entre 2 pièces, c’est supprimer entre ces pièces
un certain nombre de degrés de liberté pour ne laisser que ceux
nécessaires au fonctionnement souhaité.

Retour au déb
GM1 – Éléments de machines ut 11
1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

Une liaison entre deux pièces d’un mécanisme présente 5 caractères :


 le nombre de degrés de liberté,
 la permanence de la liaison,
 la déformabilité de la liaison,
 la transmission d’une action
 l’existence ou non d’organes associés à la réalisation de la liaison.
LIAISON

Complète Partielle Directe Indirecte

Permanente Démontable Rigide Élastique Adhérence Obstacle

GM1 – Éléments de machines 12


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

Liaison complète

Suppression de tous les degrés


de liberté.

Liaison partielle

Suppression d’au moins un


degré de liberté et au plus cinq
degrés de liberté.

GM1 – Éléments de machines 13


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

Liaison permanente

Les 2 pièces ne peuvent pas


être désolidarisées sans
destruction.

Liaison démontable

Les 2 pièces peuvent être


désolidarisées sans dommage.

GM1 – Éléments de machines 14


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

Liaison élastique

La variation de position entre


les deux pièces est possible.

Liaison rigide

La variation de position entre


les deux pièces n’est pas
possible

GM1 – Éléments de machines 15


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

Liaison
par adhérence

La liaison peut être rompue


sans rupture d’un élément.

Liaison
par obstacle

La liaison peut être supprimée


par rupture d’un élément. Clavette

GM1 – Éléments de machines 16


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

Liaison directe

La liaison se fait sans autre


élément

Liaison indirecte

La liaison se fait grâce à


d’autres éléments

GM1 – Éléments de machines 17


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques
Exemple : Batteur mélangeur
http://sti.pem.terminale.free.fr/

GM1 – Éléments de machines 18


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

Exemple: Batteur mélangeur


1ère liaison : entre la poulie 17 et l’arbre 7
Complète Permanente Elastique Directe
Partielle Démontable Rigide Indirecte
Pas de A cause des
Pas de Mvts Grâce à la variation de pièces 18, 19
possibles vis 19 position et 26
possible

2ème liaison : coussinet 47 et le corps 9


Complète Permanente Elastique Directe
Partielle Démontable Rigide Indirecte
Pas de Mvts A cause de Pas de Pas de pièces
l’ajustement variation de entre 47 et 9
possibles
position
H7m6
possible

GM1 – Éléments de machines 19


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

3ème liaison : pied 43 et la traverse 50


Complète Permanente Elastique Directe
Partielle Démontable Rigide Indirecte
A cause du Pas de Aucune pièc
Pas de Mvts cordon de variation de e entre 43 et
possibles soudure position 50
possible

4ème liaison : plaque 48 et la traverse 50


Complète Permanente Elastique Directe
Partielle Démontable Rigide Indirecte
Pas de Mvts Pas de
A cause des rivets variation de A cause des
possibles rivets 49
49 position
possible

GM1 – Éléments de machines 20


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

5ème liaison : Poulie 17 et le carter 9


Complète Permanente Elastique Directe
Partielle Démontable Rigide Indirecte
Rotation A cause des Pas de A cause des
possible roulements 12 variation de pièces 12, et
autour de et 14 position 14
l’axe y. possible

6ème liaison : Axe 46 et le coussinet 47


Complète Permanente Elastique Directe
Partielle Démontable Rigide Indirecte
Rotation A cause de Pas de Aucune
possible l’ajustement variation de pièce entre
autour de glissant H7g6 position 46 et 47
possible
l’axe z

GM1 – Éléments de machines 21


1. 2. Mécanismes et liaisons mécaniques

Liaisons les plus fréquentes


 liaison encastrement  liaison pivot  liaison glissière

Exemple de solutions

GM1 – Éléments de machines 22


1.3. Machines et systèmes

Une machine est une combinaison de mécanismes et d'autres composants qui transforme,
transmet ou utilise l'énergie, la charge ou le mouvement dans un but spécifique.

GM1 – Éléments de machines 23


1.3. Machines et systèmes
Contexte d’étude des éléments de machines

Une machine comprend plusieurs éléments


de machine différents correctement conçus
et agencés pour fonctionner ensemble.

Le chargement, la cinématique et le choix des matériaux


Résistance, la fiabilité, la déformation, la tribologie (friction, usure et
lubrification), l’encombrement, le coût…
L'objectif est de produire une machine qui soit non seulement suffisamment
robuste pour fonctionner correctement pendant un temps raisonnable, mais
aussi économiquement réalisable. En outre, les décisions non techniques en
matière de commercialisation, de responsabilité du produit, d’éthique, de
politique, etc. doivent être intégrées dès le début du processus de
conception.
GM1 – Éléments de machines 24
1.3. Machines et systèmes
Niveaux de complexité des systèmes techniques

Niveau I, II, III et IV

Éléments de machines
Sous-ensemble
Machine, dispositif
Installation

GM1 – Éléments de machines 25


1.3. Machines et systèmes
Notion de performance
Application 1
Si on considère la puissance mécanique d’une machine comme étant un indice
de performance. Donner des exemples d’autres indices de performance en
relation avec la puissance.

𝑃 𝑒𝑛 𝑤𝑎𝑡𝑡𝑠 = 𝐹റ 𝑒𝑛 𝑁 . 𝑣റ 𝑒𝑛 𝑚/𝑠

𝑃 𝑒𝑛 𝑤𝑎𝑡𝑡𝑠 = 𝐶റ 𝑒𝑛 𝑁. 𝑚 . Ω 𝑒𝑛 𝑟𝑎𝑑/𝑠

GM1 – Éléments de machines 26


1.3. Machines et systèmes
Notion de performance
Application 1 (suite)
Dans le cas des systèmes mécaniques qui fournissent un effort et une vitesse,
donner des exemples de machines qui fournissent principalement un effort,
principalement une vitesse et des exemples où les 2 grandeurs sont
importantes.
Principalement un effort
Principalement une vitesse (mouvement)
Les 2 grandeurs sont importantes.

GM1 – Éléments de machines 27


1.3. Machines et systèmes
Indice de qualité

𝑷. 𝒇
𝑰𝑸 =
𝑪

P : Performance (généralement fixée dans le cahier des charges)


F : Fiabilité (Conception/Choix des solutions technologiques)
C: Coût (Frais d’investissement, d’exploitation et d’entretien)

Rapidité d’étude et d’exécution. Défit - Risque

GM1 – Éléments de machines 28


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)

GM1 – Éléments de machines 29


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)
Un élément de machine peut fonctionner comme un transmetteur de charge
normale, un transmetteur de couple, un absorbeur d'énergie ou un joint
d'étanchéité. Certains transmetteurs de charge courants sont les paliers à
roulement, les paliers hydrodynamiques et les paliers à friction. Certains
transmetteurs de couple sont des engrenages, des arbres, des chaînes et des
courroies. Les freins et les amortisseurs sont des absorbeurs d'énergie. Tous les
éléments de machine peuvent être regroupés dans l'une de ces classifications.

•Profiter de la maturité et de la
veille technologiques.
•Base de données
•Documentation technique
•Catalogue

GM1 – Éléments de machines 30


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)

GM1 – Éléments de machines 31


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)

1. Sélection d'un type d'élément de


machine approprié en tenant compte
de sa fonction
2. Estimation de la taille de l'élément
de machine susceptible d'être
satisfaisante
3. Évaluation des performances de
l'élément de machine par rapport aux
exigences de conception ou
contraintes
4. Modifier la conception et les
dimensions jusqu'à ce que la
performance soit proche de l'optimum

GM1 – Éléments de machines 32


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)
Objectif / Démarche
Connaissance / Choix / Dimensionnement
Exemple : Assemblage Arbre - Moyeux
De nombreux ensembles mécaniques comportent des éléments en
rotation sur arbres. Ce sont notamment les engrenages, les manchons,
galets, roulements, rotors, cames...

Ils impliquent souvent des systèmes spéciaux de montage et de


renforcement.
Les assemblages moyeu-axe supportent généralement des charges axiales
ou en torsion et l'on doit recourir à des techniques spéciales de fixation.

Lorsqu'ils se trouvent confrontés avec des problèmes spécifiques de


montage moyeu-arbre, les ingénieurs peuvent faire leur choix parmi de
nombreuses méthodes de montage.

GM1 – Éléments de machines 33


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)
Objectif / Démarche
Exemple : Assemblage Arbre - Moyeux
Ajustage pressé
Il faut des tolérances serrées et un très bon état de surface.
Le montage introduit des contraintes dans le moyeu.

Moletage
Opération d'usinage supplémentaire, difficile dans le cas
d'aciers durs ou alliages spéciaux.
Cette méthode ne convient pas lorsqu'on veut transmettre
des couples importants.

Arbre conique
Nécessite des opérations de tournage conique, fraisage,
filetage et perçage.
Nécessite aussi des éléments de fixation supplémentaires.

GM1 – Éléments de machines 34


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)
Objectif / Démarche
Exemple : Assemblage Arbre - Moyeux
Ajustement glissant
Opérations supplémentaires de fraisage, brochage et
filetage et éléments de fixation supplémentaires.
Problèmes de concentricité.

Cannelures
Usinages coûteux. Tolérances sévères. Il faut
brocher ou tailler les deux pièces.

Ajustement glissant et clavetage


Opérations d'usinage et éléments de fixation
supplémentaires. Autorise un certain jeu.

GM1 – Éléments de machines 35


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)
Objectif / Démarche
Exemple : Assemblage Arbre - Moyeux

Vis-pointeau
Il faut percer et tarauder. On ne peut transmettre
qu'un couple très limité fonction de l'appui de la vis
et de la dureté de l'arbre. On utilise cette méthode
lorsqu'on prévoit des démontages fréquents

Goupille Perçage et alésage


(éventuellement conique) nécessaires pour l'arbre
et le noyau.
L'assemblage ne souffre pas de faux- alignement.

GM1 – Éléments de machines 36


1.4. Les éléments de machines (vue d’ensemble)
Phénomènes physiques principaux liés à des organes de machines

GM1 – Éléments de machines 37


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Introduction
Critères de défaillance multiples

1. Résistance aux sollicitations statiques : contrainte seuil, limite d’élasticité


2. Limitation des déformations
3. Stabilité : phénomènes non linéaires (flambage, voilement)
4. Résistance aux sollicitations dynamiques
5. Absence d’instabilités vibratoires
6. Résistance aux sollicitations thermiques
7. Combinaison et interactions de deux ou plusieurs phénomènes

GM1 – Éléments de machines 38


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Facteur de sécurité
Fiabilité / probabilité de défaillance maitrisée/Durée de vie acceptable

Pièces d’usure

Remplacement fréquent → Coût

𝑅𝑙𝑖𝑚𝑖
𝑆 (𝑜𝑢 𝐹𝑆 ) =
𝜎

GM1 – Éléments de machines 39


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Facteur de sécurité - Démarche d’Odingue
Critères de défaillance multiples

𝑆 = 𝑆𝑚𝑎𝑡 ∗ 𝑆𝑔𝑟𝑎𝑣 ∗ 𝑆𝑝𝑟𝑒𝑐

1. 𝑆𝑚𝑎𝑡 dépend de la dispersion des résultats relatifs au matériau.


Valeurs indicatives :
𝑆𝑚𝑎𝑡 = 1,05 à 1,10 pour une pièce obtenue à partir d'une ébauche laminée ou forgée, en
statique.
𝑆𝑚𝑎𝑡 =1,15 à 1,20 pour une pièce obtenue à partir d'une ébauche moulée, en statique.
𝑆𝑚𝑎𝑡 = 1,20 à 1,30 pour une pièce soumise à la fatigue.
2. 𝑆𝑔𝑟𝑎𝑣 tient compte de la gravité d'une mise hors service. Ainsi, la plastification est
moins grave que la rupture franche d'un matériau fragile.
Valeurs indicatives :
𝑆𝑔𝑟𝑎𝑣 = l à 1,3
3. 𝑆𝑝𝑟𝑒𝑐 tient compte de la précision du calcul, dans la confiance que l'on a dans ses hyp
othèses et, en général, dans ses résultats. on pose en moyenne
𝑆𝑝𝑟𝑒𝑐 = 1, 2 à 1, 3 (parfois plus).

GM1 – Éléments de machines 40


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Facteur de sécurité – Valeurs usuelles

1,25 – 1,50 :
Matériaux bien éprouvés, bon contrôle de la qualité, et contraintes réelles
bien connues.

1,5 – 2,0 :
Matériaux et conditions d'exploitation bien connus.

2,0 – 2,5 :
Contraintes bien connues, et matériaux très souvent utilisés
(c'est le cas le plus général dans le domaine des machines).

2,5 – 3,0 :
Matériau fragile et employé dans des conditions ordinaires.

3.0 – 4,0 :
Comportement du matériau ou état des contraintes mal connu.

GM1 – Éléments de machines 41


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Résistance aux sollicitations statiques
Critères de Plasticité de Von Mises et Tresca (Voir RDM et MMC)
Von Mises
Le critère de plasticité permet de se positionner par rapport à la Re:
•Contraintes ≤ Re : non-plastification, d'où existence d'un potentiel de tenue en fatigue
•Contraintes > Re : plastification, potentiel de tenue en fatigue réduit, voire inexistant
Le critère de von Mises est le plus couramment utilisé.
Critère de von Mises :

Ce critère prend compte des composantes de contraintes en traction, compression et cisaillement pour donner un
niveau de contrainte isotrope (le même dans toutes les directions).
Le critère de Von Mises n'indique pas le type de sollicitations : traction, compression, cisaillement, ...
Tresca

Tresca

GM1 – Éléments de machines 42


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Résistance aux sollicitations statiques
Contrainte seuil / Contrainte limite
Matériaux / Propriétés des matériaux

Rigidité/Élasticité/Plasticité

Limite d’élasticité/Résistance/Dureté/Ductilité

Effet d’échelle

Effet d’entaille

Effet d’élaboration

Fatigue

GM1 – Éléments de machines 43


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Résistance aux sollicitations statiques
Effet d'élaboration

GM1 – Éléments de machines 44


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Résistance aux sollicitations statiques

Effet d'échelle

GM1 – Éléments de machines 45


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Résistance aux sollicitations statiques

Effet d’entaille

GM1 – Éléments de machines 46


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Résistance aux sollicitations statiques

Effet de la vitesse de déformation

GM1 – Éléments de machines 47


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Limitation à la déformation
Les déformations statiques et dynamiques sont susceptibles de perturber le
fonctionnement des guidages et la précision de fonctionnement des mécanismes. Il n'est
pas rare que le critère dominant de dimensionnement soit un critère de déformation plutôt
qu'un critère de résistance (systèmes de guidage ou de positionnement par exemple).
La méthode aux éléments finis permet, dès le stade de l'avant-projet, une détermination
satisfaisante des déformations en service des pièces (pour autant que les géométries, les
charges et les conditions aux limites soient connues de manière suffisamment précise). Des
méthodes analytiques peuvent également être employées dans le cas d'éléments de forme
simple (voir par exemple les arbres de machines au chapitre 3).
On notera que le choix d'un acier à hautes caractéristiques mécaniques n'est d'aucun
secours : la déformation est directement liée au module d' Young E, sensiblement
identique pour toutes les nuances d'acier.

GM1 – Éléments de machines 48


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Stabilité vis-à-vis du flambage et du voilement

Des pièces soumises à la compression peuvent brusquement changer de forme. On


distingue
deux sortes d'instabilités de forme :
Le flambage : changement brutal de la forme de la fibre neutre de la poutre ; initialement
rectiligne, celle-ci fléchit et s'effondre sur elle-même, en se courbant,
Le voilement : changement brutal de la forme des sections sans que la forme de la fibre
neutre
ne soit affecté.

Flambage et voilement.

Toutes les structures élancées (longues et minces) sont susceptibles de flamber ou de


voiler. .

GM1 – Éléments de machines 49


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Flambage en compression
La contrainte critique de flambage pour une poutre droite de longueur L, de section S, et
de moment minimal d'inertie géométrique I, et de module d' Young E est donnée par la
formule d'Euler :

On appelle élancement  de la poutre :

.
Cette formule est applicable au flambage dit élastique (dans le cas où la structure est
particulièrement longue par rapport à sa section). La pratique montre que pour des
structures plus courtes, la contrainte limite de flambage est nettement inférieure à la
valeur donnée par la théorie d 'Euler. Dans ce cas on parle de flambage plastique.
Johnson propose une loi parabolique pour les faibles élancements:

GM1 – Éléments de machines 50


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Flambage en torsion
Une barre cylindrique de diamètre D et de longueur l ou un tube soumis à un moment de
torsion peut flamber latéralement pour une contrainte de torsion critique

O
. n se rend compte que ce mode de flambage n'est possible qu'avec des fils très fins et
n'est absolument pas à craindre avec les arbres de machine. En revanche, le voilement de
tubes à paroi mince (D le diamètre extérieur et e l’épaisseur de la paroi) en torsion
survient pour une contrainte théorique

GM1 – Éléments de machines 51


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Voilement

Un tube à paroi mince de diamètre extérieur D et d'épaisseur e soumis à une


charge axiale est susceptible de voiler sans flamber, Il se forme alors une série de
plissements, La contrainte critique théorique de voilement est donnée par la
formule.

GM1 – Éléments de machines 52


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration de contraintes

Les lignes d’écoulement des contraintes La contrainte local σy s’ exerçant sur un élément de
se concentrent à la racine de l’entaille ou volume situé à la racine de l’entaille est plus élevée
du défaut que la contrainte nominale (σnom)
σy diminue quand on s’éloigne de la racine de
l’entaille pour atteindre la valeur nominale
quand le défaut ne fait plus d’effet

GM1 – Éléments de machines 53


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration de contraintes
1.6. Torseur de cohésion & contraintes

Application 2

Considérons une pièce mécanique sollicitée


en traction comme indiqué sur la figure.

Calculer la contrainte maximale.


F=150 kN
Section = 40 mm x 20 mm
a=12mm ; r=3mm
avec

GM1 – Éléments de machines 54


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration de contraintes
Le phénomène de concentration de contrainte ne se produit pas seulement pour des solides présentant d
1.6. Torseur de cohésion & contraintes
es défauts internes ou superficiels, mais aussi pour des solides présentant des irrégularités dues aux
changements importants de dimensions/sections du solide.

Le coefficient de concentration de contraintes se détermine de diverses


manières :
 En utilisant des abaques.
 Avec des formules donnant l'expression de Kt sous forme analytique.
 A l'aide de logiciels.

GM1 – Éléments de machines 55


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration de contraintes

Utilisation des abaques


Arbre de section circulaire épaulé (utilisation d’abaque).

GM1 – Éléments de machines 56


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration de contraintes
Application 3 1.6. Torseur de cohésion & contraintes
Une poutre est sollicitée à la traction
suivant l'effort normal N = 10 kN. Calculer
les contraintes en plusieurs points de cette
poutre.

GM1 – Éléments de machines 57


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration de contraintes
1.6. Torseur de cohésion & contraintes
Application 4
Considérons un arbre soumis à trois sollicitations simultanées : un effort de traction
N=45kN, un moment de flexion Mf=10kN.m et un moment de torsion Mt=15kN.m.
Chacune des ces sollicitations engendre des contraintes qui, dans un premier temps, peuvent
être évaluées séparément.
D=138mm, d=92mm et r=8mm.

1. Calculer la contrainte équivalente en utilisant le critère de von Mises et en tenant


compte des concentrations de contrainte.
2. Nous souhaitons réduire la contrainte équivalente d’au mois 20%. Proposer une
solution.

GM1 – Éléments de machines 58


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration
1.6. Torseur de contraintes
de cohésion & contraintes
Application 3

GM1 – Éléments de machines 59


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration
1.6. Torseur de contraintes
de cohésion & contraintes
Application 3

GM1 – Éléments de machines 60


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Concentration
1.6. Torseur de contraintes
de cohésion & contraintes
Application 3

GM1 – Éléments de machines 61


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Rupture par fatigue
On se limite ici à une introduction.
Pour plus d’information voir cours Fatigue (Q3, prof. T. BENAMEUR)

28 avril 1988 : Boeing 737-200 du vol 243 d’Aloha Airlines près de Maui (Hawaï) Catastrophe ferroviaire de Meudon 1842
dont le revêtement et la structure du fuselage supérieur se sont arrachés en vol.

Écrou

GM1 – Éléments de machines 62


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Rupture par fatigue
Le phénomène en vidéo!

GM1 – Éléments de machines 63


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Rupture par fatigue
Motivation: conception en fatigue
Pour la majorité des applications, les contraintes dans la structure varient
dans le temps: en intensité, en direction

La rupture s’amorce habituellement à la surface de la pièce

Le niveau de contrainte (σ) qui cause la rupture en fatigue est très souvent
inférieur à Rm voir même inférieur à Re (!!!) (matériaux ductiles)

La rupture se produit sur des pièces après un certain cycles de


fonctionnement N (N : nombre de cycle à la rupture)

GM1 – Éléments de machines


COURS_ELEMENTS DE 64 64
1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Rupture par fatigue
Mécanisme de rupture en fatigue
Sous l’effet de contraintes cycliques, les dislocations glissent dans
le réseau cristallin  formation de micro-fissures en surface 
propagation de micro-fissures en cœur  rupture finale

GM1 – Éléments de machines


COURS_ELEMENTS DE 65 65
1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Rupture par fatigue
Modes de rupture

Plan de rupture
Mode I

Front ou pointe de fissure

Lèvre supérieure

Lèvre inférieure

Mode II Mode III

GM1 – Éléments de machines 66


1.5. Éléments de dimensionnement et de défaillance
Rupture par fatigue
Essais. Courbes de Wöhler

GM1 – Éléments de machines 67

Vous aimerez peut-être aussi