Vous êtes sur la page 1sur 29

LE MORTIER DE

CIMENT
Dans toute construction, il est indispensable
de réunir entre eux les différents éléments
(blocs de béton, briques, éléments en béton
préfabriqué, etc.) au moyen d’un mortier de
ciment ou d’autre liant et qui a pour but de :

 solidariser les éléments entre eux


 assurer la stabilité de l’ouvrage
 combler les interstices entre les
composantes de construction
Le mortier de ciment est obtenu par le mélange de
ciment, sable, eau et éventuellement d’autres
composantes d’additions si nécessaire .
Des compositions multiples de mortier de ciment
peuvent être obtenues en jouant sur les différents
paramètres:
 ciment (type et dosage)
 adjuvants et ajouts
 dosage en eau
En ce qui concerne le ciment ,son choix et son
dosage dépendent de l’ouvrage à réaliser et de
son environnement.
Le mortier de ciment est utilisé pour la
réalisation de :
• joints
• enduits
• chapes
• et divers travaux de scellement, de reprise
et de rebouchage,
Le mortier se distingue du béton car il ne
comporte pas de gravier.
Le mortier de ciment est le plus répandu.
Il demande un temps de séchage de trois à
quatre semaines pour un durcissement complet.
Les mortiers de ciment sont donc constitués
par le mélange de:
 liant (ciment)
 eau
 sable
 Adjuvants (si nécessaire)
Généralement, on peut utiliser:
 les ciments normalisés (gris ou blanc);
 les ciments spéciaux
 la chaux
Les sables
Comme cité dans les cours précédents , les sables
utilisés sont les sables appelés “sable normalisé”.

Les sables de bonne granulométrie doivent


contenir des grains fins, moyens et gros.

Les grains fins remplissent les intervalles entre les


gros grains pour combler les vides.
Les sables peuvent être :
• naturels et roulés (de rivières)
• naturels concassés (roches de carrières)
• spéciaux (lourds, réfractaires, légers)

Ils jouent un rôle important:


Ils réduisent les variations volumiques, les
chaleurs dégagées et même le prix.

Les dosages de mortiers se feront en poids


plutôt qu’en volume afin d’éviter les erreurs de
dosage.
Les adjuvants
Les adjuvants sont des produits chimiques que l’on utilise
dans le cas des bétons. Ils modifient les propriétés des
bétons et des mortiers auxquels ils sont ajoutés en faible
proportion (environ 5% du poids de ciment).

Différents types d’adjuvants peuvent être utilisés :

 les plastifiants
 les modificateurs de prise (retardateurs,
accélérateurs);
 les hydrofuges,…etc
Les différents types de mortier
 Les mortiers de ciment
Les mortiers de ciments sont très résistants,
prennent et durcissent rapidement.

 Les mortiers de chaux


Les mortiers de chaux sont moins résistants par
rapport aux mortiers de ciment .La durée du
durcissement des mortiers de chaux est plus
lente que pour les mortiers de ciments.
Les mortiers bâtards
Ce sont les mortiers, dont le liant est le
mélange de ciment et de chaux. Généralement, on
utilise la chaux et le ciment par parties égales, mais
des fois on prend une quantité plus ou moins grande
de l’un ou l’autre suivant l’usage et la qualité
recherchée.
Il est généralement utilisé pour monter un mur en
brique.
Son dosage se présente comme suit :
 1 volume de ciment
 1 volume de chaux
 8 volumes de sable
 1 volume d’eau
Caractéristiques principales

 Ouvrabilité (facilité de mise en œuvre et


fluiditéavant le durcissement)
 prise
 résistance mécanique
 retrait et gonflement , … etc.
Utilisation des mortiers de
ciment
Les mortiers permettent de :
• revêtir les murs à travers les enduits intérieurs
• assurer une protection contre les intempéries et infiltration
des eaux (enduits extérieurs)
• niveler les surfaces de béton
• garantir la liaison des éléments en maçonnerie
• transmettre les charges avec les joints, que ce soit des
joints verticaux, inclinés ou horizontaux

De manière générale, le mortier se dose comme suit :


 1 volume de ciment
 4 volumes de sable
 0,5 volume d’eau
Pour le cas du mortier de maçonnerie, nous pouvons
distinguer trois types de mortiers :

• Les mortiers pour application courante : on l’utilise


généralement pour les enduits extérieurs et intérieurs
mais également pour les joints des maçonneries

• Les mortiers légers pour l’élévation des éléments de


maçonnerie

• Les mortiers pour maçonnerie à joints minces : ce type


de mortier est utilisé pour l’élévation mais surtout pour
donner à la façade une allure plus esthétique sans avoir
recours à un enduit
Mortiers de ciment pour enduits sur murs

Types de murs :
 en briques,
 en pierres
 en blocs de béton,
Mode :
• Projeter d'abord à la truelle un enduit de fond appelé
"gobetis ( couche d'accrochage)
• Apre séchage du gobetis réaliser l’enduit principal
(corps d'enduit)
• Application enfin d’un enduit de finition
Matériel nécessaire
 Brosse
 Règle
 Fil à plomb
 Truelle
 Auge à plâtre
 Taloche
 Éponge
 Niveau à bulles
Phases de réalisation

Préparation de la surface à enduire :


Nettoyage du mur
 Même neuf, un mur n’est jamais en parfait état avant d’avoir été
recouvert par une couche d’enduit. Commencer par effectuer les
réparations éventuelles du gros œuvre (fissures, trous, retrait des
maçonneries...).
 Éliminer à la brosse la poussière et les impuretés qui peuvent se
trouver sur la surface du mur qui doit être propre et saine (un
support sale nuit à l’accrochage du revêtement).
Humidification du mur
Le plus souvent, le mur à recouvrir est constituée de
matériaux poreux. Or l’enduit de ciment est préparé
avec une grande quantité d’eau. Un support poreux
risque d'absorber une grande partie de cette eau et ainsi
empêcher une prise correcte de l'enduit.
Il est donc indispensable d'humidifier le support
avant de l'enduire
Application du gobetis:
•Préparer un enduit clair (très dilué)
•Le projeter sur la paroi humide

Ce gobetis, ou sous-couche, est essentiel. Il permet la


première imbrication d’une matière dans l’autre.
Rugueux, il joue un rôle de crampon et facilite
l'accrochage de l'enduit de mortier.
Mise en place des repères d'épaisseur
Après séchage du gobetis, disposer des cales de bois sur le mur
ou la façade à enduire : ils serviront de repères pour l'épaisseur
finale de l’enduit mural.
Contrôler leur alignement et leur aplomb avec une grande règle
en bois ou en aluminium parfaitement droite.
cales de bois
 Contrôler la verticalité avec un fil à plomb
 S'assurer, par la même occasion, que la paroi n’est
pas convexe, sinon, il faut veiller à lui rendre sa
verticalité.

 Tirer un peu de mortier entre les cales pour évaluer


l’épaisseur des futures couches d’enduit.
 Vérifier que la ou les couches d'enduit ne dépassent
pas les repères définis.
Application de l'enduit de mortier

Projection du corps d'enduit


 Gâcher le ciment de mortier
dans une auge.
 Projeter l’enduit ciment sur le
gobetis (Procéder à la truelle,
d’un geste sec)
 Jeter la totalité du mortier sur le
mur, si possible en une seule fois.
Ne pas attendre qu'il commence à
prendre
 Tirage de l'enduit à la règle
 Avant que le mortier ne
commence à prendre, tirer la
règle du bas vers le haut, sur
toute la surface ainsi enduite.
 Prendre pour repères les cales
d’épaisseur.
 Faire progresser la règle en un
mouvement alternatif latéral.
L'épaisseur de la couche sera
ainsi parfaitement égalisée.
 Retirer les cales d'alignement en
les faisant sauter délicatement
avec le bout de la truelle
 Récupérer le mortier décroché en
remontant et le projeter de nouveau sur le
mur.
 Reprendre la surface autant de fois qu’il
est nécessaire.
Lissage de l‘Enduit de Finition
. Rebouchage des trous éventuels
 Le tirage de l'enduit avec la règle ne donne pas
une surface parfaitement plane : certains
manques peuvent subsister.

 Les reboucher à l’enduit, de même qualité que


le premier utilisé, avec une truelle.
Talochage de l'enduit
Passer la taloche sur toute la surface enduite.
Talocher permet de corriger les différences de niveau
et d'égaliser parfaitement l'enduit.
Le talochage masque en effet les étapes successives
de progression. Il donne une surface finale plane et
régulière.
Travailler le plus rapidement possible avant que
l'enduit ne commence à prendre.

Commencer à le faire même si tout le mur n'est pas


enduit en totalité.
 Passer une grosse éponge mouillée sur
l’enduit taloché en un mouvement
tournant.

 Cette étape lisse l’enduit pour le préparer


à recevoir un éventuel revêtement mural
ou un crépi.

Vous aimerez peut-être aussi