Vous êtes sur la page 1sur 117

ROYAUME DU MAROC

OFPPT
Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail
Direction Recherche et Ingénierie de la Formation

RESUME THEORIQUE
&

GUIDE DES TRAVAUX PRATIQUES

MODULE 7 : TRAVAUX PRATIQUES : METAL

Secteur : GENIE MECANIQUE

Spécialité : BIJOUTERIE

Niveau : Qualification (OPTIMISE)


Élaboré par :

Nom et prénom
ALBU Octavian CDC – Génie Mécanique
FARTOUT Abdalhak ITA EL HANK

Révision linguistique
-
-
-

Validation
-
-

2
SOMAIRE

GUIDE PEDAGOCIQUE 4
CHAPITRE I OUTILS ET EQUIPEMENT 9
CHAPITRE II TRAÇAGE 10
CHAPITRE III DÉCOUPER ET SCIER 17
CHAPITRE IV MOYENS DE SERRAGE 24
CHAPITRE V LIMAGE 26
CHAPITRE VI PERÇAGE 33
CHAPITRE VII MESURAGE 39
CHAPITRE VIII BRASAGE 44
CHAPITRE XI PLIAGE 52
CHAPITRE X FABRIQUER DES ANNEAUX 58
CHAPITRE XI LAMINAGE 62
CHAPITRE XII ÉTIRAGE 64
CHAPITRE XIII REPOUSSAGE 67
CHAPITRE XIV EXERCICES ETPROJETS PRATIQUES 74
BIBLIOGRAPHIE 117

3
MODULE 7 : TRAVAUX PRATIQUES : METAL

Code : Théorie : 30 % 108 h


Durée : 360 heures Travaux pratiques : 64% 230h
Responsabilité : D’établissement Évaluation : 6% 22 h

OBJECTIF OPERATIONNEL DE PREMIER NIVEAU


DE COMPORTEMENT

COMPETENCE

z Effectuer des travaux sur les métaux


z Réaliser des opérations de : traçage, limage, perçage, brasage,
repousage…..

PRESENTATION

Ce module de compétence particulière est situé pour deux semestre essentiel à


l’exécution des tâches du métier simple.

DESCRIPTION

L’objectif de module est de faire acquérir les connaissances et habiletés


relatives au traçage, limage, perçage, brasage, repoussage des pièces et la
manipulation manuellement les outils et équipements. Il vise donc à rendre le
stagiaire apte à effectuer des opérations manuelles de travaux les métaux.

CONTEXTE D’ENSEIGNEMENT

• l’atelier de bijoutier se prête bien à la réalisation des activités pratiques :


établis équipés avec des outillages adéquates….
• Poste de travail aménagé et opérationnel : outillages, moyens de contrôle,
approvisionnement des matières,...

4
CONDITIONS D’EVALUATION

• Travail individuel.

• À partir de :

- Plan simple
- Consignes et instructions particulières

• À l’aide :

- Pièces primaires
- Outillage de contrôle
- Outillage manuel
- Accessoires spécifiques
- Eléments de sécurité liés au poste de travail
- Ilot de traçage
- Etabli équipe
- Outils de coupe
- Eléments d’ablocage
- Poste de brasage

5
OBJECTIFS ÉLÉMENTS DE CONTENU

1. Repérer les éléments sur les documents - Documents de fabrication :


• Ordre de fabrication
• Gamme et modes opératoires
• …
2. Savoir repérer le travail demandé
3. Savoir suivre les consignes - Définition d’une consigne : orale ou écrite
- Importance du respect d’une consigne
A. Interpréter le plan et les instructions
utiles au travail à exécuter - Interpréter avec justesse :
• Cahier de charge d’une production :
quantité, qualité et délai
• Désignation des matériaux
• Déterminer les outils exacts
- Décomposer le travail en opérations
élémentaires
- définir les besoins en matériaux et outils

- Définir lu mode opératoire et rédiger le


4. Percevoir l’importance de procédé de travaux des métaux
l’organisation - Faire une synthèse du procédé d’usinage
- Réduction des accidents de travail
- Rapidité et facilité d’exécution des
travaux
B. Organiser le poste de travail - Définir le poste de travail
- Préparer de l’outillages d’exécution :
bons de sortie magasin outillages
- Préparer le poste de travail
- Choisir les conditions de travail
(lumière, bruits,…)
- Ranger l'outillage (chaque chose à sa
place)
- Respecter les mesures de protection

- Respect des consignes sur le poste de travail


5. Savoir travailler avec soin, rigueur et - Conduite avec soin au poste de travail
méthodologie - Rigueur et sincérité au travail

6
6. Avoir le souci de la sécurité - Positionnement et fixation des pièces :
- Manipulation des outils à main

7. Avoir le souci de maintenir le - Entretien et maintenance des matériels


matériel en état

C. Travaux des métaux proprement dit - Préparer les outillages les appareillages et
et assembler des pièces : les accessoires utilisés
- Respecter les méthodes et techniques
d'exécution :
ƒ Limage • Limage : serrage de la pièce e ; la prise
de la lime et sa position par rapport à la
pièce et le mouvement de coupe.
Applications : limage d’un plan,
d’un plan parallèle, d’un plan
perpendiculaire et éventuellement
d’un plan oblique, surfaces concaves
et convexes
ƒ Traçage • Traçage : choix de surfaces de
références, modes de traçage

ƒ Pointage • Pointage : cas à étudier : pointage pour


un éventuel sciage ou perçage

ƒ Sciage • Sciage : choix de la denture, montage de


la lame, mode opératoire
ƒ Perçage • Perçage : type de perçage, montage et
démontage de foret, conditions de coupe
et mode opératoire.
• Affûtage de forets.

- Respecter les techniques d’ajustement


8. Prendre conscience de l’utilité d’une - Utiliser les machines, outils et accessoires
pièce avec sécurité

- Conformité de la pièce avec le plan


9. Prendre conscience de l’auto contrôle - Respecter le temps alloué
10. Avoir le goût du travail bien fait - Ebavurage des surfaces
- Nettoyage de la pièce
- Qualité du produit.

D. Contrôler le travail réalisé - Ebavurer et nettoyer les surfaces


- Utiliser correctement les instruments de
mesure Contrôle de la planéité, l’aspect.

7
11. Avoir le souci de la propreté et du - Hygiène et propreté au poste de travail
rangement
- Propreté et rangement du poste de travail
E. Ranger et nettoyer les aires de travail, - Nettoyage des outils.
les outils et l’équipement. - Rangement des outils et des
équipements.
- Nettoyage de l’aire de travail.

8
CHAPITRE I
OUTILS ET EQUIPEMENT

La première chose à faire est d’installer votre atelier. Si vous pouvez consacrer toute
une pièce à cette activité, c’est l’idéal, mais il est possible d’aménager un coin de votre
chambre ou de votre séjour, pourvu qu’il soit suffisamment éclairé et aéré.

L’établi
Il vous faut un établi stable et robuste, fait d’une planche de bois de préférence en
chêne ou en hêtre de 5 cm d’épaisseur. Un établi de bijoutier comporte traditionnellement
un évidement semi-circulaire sur le devant, ce qui permet d’être tout près de son travail les
mains et les bras peuvent travailler sans gêne autour de la cheville de l’établi sans
rencontrer aucun obstacle. L’établi doit se situer au moins à i m de hauteur. Pour être bien
assis, réglez la hauteur de votre chaise de façon à avoir les pieds posés à plat au soi, et les
yeux juste au-dessus de la cheville de l’établi. Une bonne position est essentielle pour éviter
la fatigue, oculaire ou dorsale.
Il est impossible d’effectuer un travail de précision sans un bon éclairage, à
l’aplomb de votre travail. Achetez une lampe orientable équipée d’une ampoule lumière du
jour. Fixez-la sur un côté de l’établi : il faut pouvoir l’écarter pour les travaux de soudure.
Fixez une grande pièce de cuir épais en cuvette sous le creux de l’établi pour
récupérer la limaille et les broutilles de métaux précieux. Cette peau doit être bien épaisse,
afin de protéger vos genoux et vos vêtements du métal brûlant. Un petit meuble à tiroirs à
côté de l’établi vous permettra de ranger les outils et les matériaux. Veillez à placer à
proximité immédiate les outils que vous utilisez le plus fréquemment. Une bonne
organisation vous permettra de gagner du temps.

9
CHAPITRE II

TRAÇAGE
A) INTRODUCTION
1. But:
Apprendre à tracer avec précision des lignes à espaces et de longueurs déterminés au
moyen de la pointe à tracer ou du compas:
• Sur des surfaces planes et bombées.
• Sur des surfaces planes ou de formes.,
• Des lignes qui se croisent.
• Des lignes anguleuses.
• Des lignes dessinées librement.
• Des lignes tracées selon un gabarit.
TRACER
Le traçage est la première étape d’une réalisation. Il consiste à reporter des mesures ou un
dessin sur le métal avant de le découper. Les bijoux ont souvent des formes complexes. Vous
choisirez votre méthode de traçage selon la précision recherchée et votre patience. Quand on
travaille à si petite échelle, la marge d’erreur est réduite : il importe d’être très minutieux pour
obtenir un résultat convenable.
Travaillez toujours sur un métal propre, sans rayures. Lissez la surface avec de la toile émeri
si nécessaire (fiche technique suivante).
PAPIER ÉMERI
Le papier émeri se passe après le limage et avant le polissage, Il enlève les traces d’outils.
Plus le grain est fin, plus vous obtenez une surface lisse. Il se passe à la main ou à l’aide de
la pièce à main sur laquelle a été fixé l’émeri. Ayez toujours sous la main une série de
cabrons.
Portez toujours des lunettes transparentes de protection et un masque lorsque vous travaillez
à la ponceuse électrique, pour vous protéger des éventuelles projections et de la poussière.

1) Préparez plusieurs cabrons de


grains différents. Ces bâtons
habillés de papier émeri permettent
de travailler avec précision et
d’exercer une grande pression. Ils
s’emploient comme une lime. Pour
les cabrons plats, prenez des
morceaux de bois plats, pour les
ronds, des chevilles en bois de 20
cm de longueur environ. Coupez
une feuille de papier mesurant
1 cm de moins que la longueur du
bâton, assez large pour en faire 3
ou 4 fois le tour. Pour un bâton
plat, posez le bois contre le bord du
papier et employez une pointe à
tracer pour marquer le pli du
papier. Pliez le papier et enroulez-
le autour du cabrons.

10
2) Continuez à marquer et à plier le
papier pour faire 3 ou 4 couches
autour du bâton, puis fixez-le à
chaque extrémité par du ruban
adhésif. Avec les chevilles rondes, il
n’y a pas besoin de marquer les plis
: enroulez simplement le papier
autour du bois et fixez-te par du
ruban adhésif. Lorsque les cabrons
sont usés, il suffit d’arracher une
couche de papier émeri. Ne jetez pas
les émeris usés : vous pouvez
employer un cabrons usé à la place
d’un grain plus fin, pour faire des
économies. Si vous devez poncer une
zone inaccessible au cabrons,
enroulez un morceau de papier
émeri autour d’une lime
aiguille : vous aurez un geste plus
précis qu’avec le papier seul.

3) L’émeri sert essentiellement à


gommer les traces de lime.
Chaque grain de papier enlève les
traces du grain plus gros. À ce
stade, il faut prendre son temps si
l’on veut obtenir un fini miroir.
Évitez de travailler toujours dans
le même sens, il faut croiser les
traits. Si la surface à poncer est
grande, travaillez-la sur son
ensemble, faites pivoter la pièce
d’un quart de tour et
recommencez. Ce procédé, appelé
rodage par poudre abrasive,
permet d’effacer les traces
d’outils plus efficacement.

Utilisez un pointeau ou un compas à pointes sèches pour tracer des repères d’une grande
netteté sur le métal, mais attention, vous ne pourrez pas effacer ces marques, il faut donc
vérifier vos dimensions avant de les reporter sur le métal. La pointe à tracer s’utilise comme
un stylo. Le compas, réglé à un écartement précis, permet de tracer des lignes parallèles ou
des cercles, et de reporter une mesure sur un fil ou une plaque de métal. Il est particulièrement
utile pour reporter plusieurs fois une même mesure.

11
Tracer des lignes droites

1) Employez une pointe à tracer et


un réglet. Tenez la pointe de
telle sorte que son extrémité
appuie contre le réglet.

2) Pour tracer des lignes


perpendiculaires sur une plaque de métal,
utilisez une équerre. Placez le bord de
l’équerre contre le bord de la plaque à
l’emplacement voulu, tenez-les fermement
ensemble d’une main et tracez le trait avec la
pointe de l’autre main.

12
Tracer des cercles

1) Placez un pointeau au centre du cercle


désigné par la pointe du compas et frappez
doucement avec un maillet pour faire une
marque discrète. Si vous frappez trop fort,
vous risquez de déformer la plaque de métal.
Posez-la sur un papier qui glisse plus
facilement et permet la rotation de la plaque.

2) Réglez le compas sur mesure du rayon ci-


contre, point 3. Placez une pointe sur le
centre marqué et inclinez le compas pour
voir ce que vous faites. Tenez le compas
fermement dans cette position et faites
doucement tourner le papier pour tracer le
cercle. (C’est plus facile que de faire tourner
le compas.)

3) Pour régler un compas, posez l’une des


pointes au bout du réglet et desserrez la vis
jusqu’à ce que l’autre pointe se place
précisément à la mesure voulue. Inclinez le
compas sur le côté pour mieux voir les
divisions du réglet.

13
4) Ainsi réglé, le compas vous permettra de
tracer des lignes parallèles ou de reporter
plusieurs fois une même mesure. Tenez-le
incliné et tirez-le vers vous afin de voir les
lignes que vous tracez et de mieux contrôler
votre geste.

COMPAS

14
EXERCICES DE TRASAGE

Matière d’œuvre : maillechort 10/10°

Matière d’œuvre : laiton10/10°

Matière d’œuvre : laiton 8/10°

Matière d’œuvre : maillechort 10/10°

Matière d’œuvre : laiton 8/10°

Matière d’œuvre : maillechort 8/10°

15
Matière d’œuvre : maillechort 10/10°

Exercices de traçage

A D
B C

Tracé A
-cercle de base 30 mm de diamètre;
-hexagone intérieur au cercle;
-largeur des éléments (6 branches) :8mm ;
- épaisseur constante du motif (environ 2,5 mm)

Tracé B
-cercle de base 30 mm de diamètre;
-hexagone intérieur au cercle;
-triangle équilatéral (soumets sur le cercle);
- épaisseur constante du motif (environ 2,5 mm)

Tracé C
-cercle de base 30 mm de diamètre extérieur;
-épaisseur du cercle 1,5 mm;
-carré sur diagonale intérieur au cercle;
-épaisseur 1,5 mm : cotés du carré;
-cercle intérieur au carré épaisseur 1,5 mm;
-carré sur diagonale intérieur au deuxième cercle;

Tracé D
-cercle de base 30 mm de diamètre;
-hexagone ;
-tracé des arcs de cercle centres sur les sommets de l’hexagone et passant par le centre.
-tracé du cercle Ø 20 mm extérieur, épaisseur 1 mm.

16
CHAPITRE III

DÉCOUPER ET SCIER

Les métaux sont vendus sous forme de plaques (planés), de fils ou de tubes, d’épaisseur et
de dimension variables selon l’utilisation prévue. A moins de disposer d’un laminoir
d’une guillotine, mieux vaut acheter du métal dans une épaisseur donnée en petit quantité.
La découpe s’effectue ensuite avec quelques outils de base.

Couper des gros fils, des barres et des blocs de cire

Utilisez une scie à métaux munie d’une lame solide. Fixez la pièce dans un étau muni de
protections pour éviter de marquer le métal. Vous obtenez ainsi une découpe grossière.

Couper des plaques et des fils de métal

1) Utilisez la cisaille pour découper les paillons de soudure et les fines plaques de métal.
Pour tout travail de précision, un bocfil s’impose.

2) La cisaille se tient comme une paire de ciseaux, mais en maintenant l’un des manches
entre l’annulaire et l’auriculaire, pour faire ressort.

17
3) Pour les fils gros ou fins et la chaîne, utilisez la pince coupante. II est déconseillé de
forcer sur la pince afin de ne pas la fausser.

Utiliser la scie
Le boc fil est un outil de découpe très souple, employé dans la quasi-totalité des projets.
Apprenez à utiliser cet outil avec précision et efficacité, sans trop casser de lames ! Les
apprentis sont souvent déconcertés par la complexité d’une tâche aussi simple en
apparence. Après quelques exercices élémentaires, il n’y paraîtra plus

18
1) Il faut tout d’abord avoir les mains libres
pour monter la lame. Assis à votre établi,
coincez le bocfil contre la cheville ou le bord
de l’établi, le manche appuyé sur votre
poitrine. Tenez la lame les dents vers le haut,
et pointant vers le manche, c’est-à-dire vers
vous.

2) Desserrez légèrement les 2 écrous,


ôtez l’ancienne et glissez la nouvelle dans
l’écrou le plus éloigné du manche, en
vérifiant l’orientation des dents.

3) Resserrez l’écrou. Appuyez le bocfil


contre la cheville, en appuyant légèrement
sur l’extrémité du manche avec une partie
osseuse ou moins sensible de votre thorax,
pour le mettre sous tension.

19
4) Maintenez-le sous tension et introduisez
l’autre extrémité de la lame dans le deuxième
écrou. Resserrez fermement. Relâchez la
pression : la lame est parfaitement tendue
dans le bocfil.

5) Pour vérifier ta tension de la lame faites-


la vibrer avec l’ongle, comme la corde d’un
instrument de musique. Vous devez entendre
un son aigu. Si le son n’est pas net, retendez
la lame en ne forçant pas au risque de la
casser.

Techniques de sciage

1) Tout travail de sciage


nécessite un bon maintien de
la pièce contre la cheville. Le
moindre mouvement du métal
peut casser la lame. L’ongle
du pouce sert de guide-lame.
Donnez quelques coups de
scie vers le haut pour faire un
trait de scie et assurer à la
lame une bonne prise dans le
métal.

20
2) Sciez ensuite de haut en bas, le bras
souple et détendu, sur toute la longueur de la
lame. Faites avancer la lame sans forcer, sur
un rythme constant. Maintenez le bocfil
vertical. Ne laissez pas la lame partir sur le
côté, vous risquez de la briser.

3) Pour les courbes, le bocfil doit


toujours rester droit. Ce n’est pas la lame
qui guide la découpe, mais la pièce de
métal que vous déplacez.

21
4) Découpez toujours à l’extérieur du
trait, c’est-à-dire non dans la pièce elle-
même, mais dans le rebut. Si vous
découpiez sur le trait, vous effaceriez
tous vos repères, et après limage, les
dimensions et la forme de la pièce ne
correspondraient plus au projet initial.

Découper des angles saillants


Découpez tout d’abord le long d’un
côté, en dépassant l’angle d’une
largeur de lame. Par de petits
mouvements de haut en bas sur place,
faites pivoter le métal sur lui-même,
jusqu’à ce que la lame se trouve dans
la direction où se poursuit la découpe.
Coupez ensuite le deuxième côté.

22
Découper des angles rentrants

Pour découper un angle rentrant aigu,


sciez tout d’abord aussi loin que possible
sur un côté, puis dégagez la lame par de
petits mouvements de haut en bas. Sciez
ensuite en travers du rebut, et enfin le long
du deuxième côté de l’angle. La découpe
est ainsi plus nette que si vous essayez de
tourner au niveau de l’angle. Pour plus de
netteté, inclinez légèrement la lame vers
l’avant lorsque vous sciez la pointe.

Découper des évidements

1) Avant de commencer à scier, percez un


trou dans le rebut, près de la ligne de
découpe.

2) Fixez la lame sur l’écrou du bocfil qui est


près du manche, puis glissez la lame dans le
trou. Le tracé du motif à découper doit être
tourné vers le haut.

23
3) Inclinez le bocfil de sorte que la pièce
de métal se pose contre manche du bocfil,
puis serrez la lame dans le deuxième
écrou. Sciez ensuite de la manière
habituelle.

Scier du tube et du gros fil

Lorsque vous sciez du tube ou du gros fil,


tenez-le fermement contre la cheville avec
un doigt de chaque côté de la ligne.
Utilisez une lame fine, 6/0 pour couper
des tubes fins, une lame standard 2/0 pour
tes autres travaux.

CHAPITRE IV

MOYENS DE SERRAGE
Procédé:

On fixe les pièces en travail à l’aide des outils de serrage usuels. Les pièces de petites
dimensions, à tenir en main, seront fixés fermement pour tenir l’outil de fixation on
servira en principe de la cheviller d’établi.
Outils :

• Brucelles : les brucelles de travail sont pointues et servent à tenir de petites pièces en
travail, particulièrement les paillons de soudure, les brucelles à souder comportent un
serrage automatique.
• Étau à main : l’étau à queue fer percé est la version réduite de l’étau à main. C ‘est un
outil de fixation propre au travail du bijoutier. Il permet la fixation de petites

24
pièces en travail qu’il serait,impossible de tenir convenablement entre les doigts lors du
sciage du limage ou du pliage.
• Porte-éguarrissoirs (mandrin à main): on a besoin de porte équarrissoirs de dimensions
échelonnés équipés de mandrins interchangeable de diverses dimension
• Pince plate parallèle: toute ces pinces servent à fixer des plaques métalliques plus ou
moins épaisses.
Étau parallèle : il sert surtout à fixer des outils tels que filières, enclumes, triboulets
support etc.

Brucelles

Soudez les tiges des apprêts sur le dos des fleurs à la soudure faible.
Retournez la fleur. Avec des brucelles, placez la tige en décalage par rapport au centre. Il
faut chauffer la fleur plus fortement que la tige pour que les 2 éléments atteignent la
température de soudure en même temps. Éloignez la flamme à l’instant où la soudure
commence à adhérer sur la tige.

Étau parallèle

25
CHAPITRE V
LIMAGE
A) INTRODUCTION

1. Rappel:
11: Lecture du dessin technique
12: Santé et sécurité au travail
2. But:
Apprendre à limer certaines surfaces sur un corps en se servant différent limes approprié.
Apprendre à manier les limes d’une main sure et souple.
• Sur surfaces planes.
• Sur surfaces concaves
• Sur’ surfaces convexes.
• Sur des arrêtes d’angle obtus ou aigus. Pour obtenir des mesures données sans émerisage.

Généralités

Définition
Le limage consiste à en lever la matière de base à l’aide d’une lime cette technique permet de
travailler d’une façon précise les surfaces d’élément coulée, forger et monte en procède en
deux temps façonnage avec une lime à taille rude puis adoucissage à la lime douce.
Outils
Les limes : sont faites soit en acier de haut qualité, soit en alliage d’acier et de chrome.
Les limes présentent deux rangs de taille que se coupent Il y a des limes à taille douce, demi
douce et rude.
Les limes sont divisés en trois groupes:
1 .Lime à emmancher pour les pièces résistant un façonnage important les grands surfaces les
bagues...
2. Lime à aiguille pour les petites pièces, les petites surfaces
3 .Lime les rifloirs: pour les parties inaccessible aux limes traditionnels, le bijoutier devra
fabriquer lui même les réfloires à partir lime à aiguille.

LIMER
Le limage consiste à éliminer par usure L’excédent de métal laissé après le découpage à
La scie, afin d’obtenir une surface lisse et régulière. La dernière touche se fait à l’émeri.
La lime sert aussi à créer des formes.
Il existe des limes de formes et grosseurs différentes. La plus courante est la lime
carrelette. Prenez toujours une lime suffisamment grosse pour dégrossir le travail
facilement. Réservez l’emploi des limes aiguilles aux travaux de grande précision et aux
petites pièces .Les limes sont le plus souvent vendus sans manche. Il faut donc acheter des
manches en bois et les monter soi-même.
L’ouvrage doit toujours être en appui sur la cheville. Par de longs coups réguliers, vous
appuyez sur la lime en poussant. Observez la ligne dans laquelle vous travaillez et les
traces de l’outil plutôt que la lime, pour contrôler la pression et la position de l’outil à
chaque passage. Lorsque vous avez enlevé la matière en excédent, la lime sert à lisser la
surface en douceur et à gommer les traces d’outil.

26
Type de limes

Différents types de limes


Lime carrelette S’emploie sur surfaces plates
et lignes convexes. Très utilisée.

Lime carrée Pour les fentes, les rainures et


pour angles rentrants.
Lime triangulaire Pour les angles aigus et les
recoins difficiles d’accès.
Lime ronde Pour les trous et les lignes
concaves.
Lime demi-ronde Le côté incurvé pour
creuser les courbes, le côté plat comme la
lime pilier.
Lime couteau Uniquement pour les angles
d’accès difficile.
Lime feuille de sauge Pour les lignes
concaves

Lime dos d’âne Pour accéder aux angles et


aux coins étroits. Ne lime que sur un côté.

27
TECHNIQUE DE LIMAGE

Emmancher une lime

Fixez la lime dans un étau (équipé


de protège-mâchoires), la soie
(partie effilée entrant dans le
manche) vers le haut. Chauffez la
soie au rouge avec le chalumeau.
Posez le manche sur la soie en
brûlant le bois, le métal va s’insérer
parfaitement dans le manche.
Enfoncez d’un coup de maillet.

Limer un bord droit

Utilisez une lime carrelette ou dos


d’âne, à manche ou aiguille (ni
triangulaire, ni demi-ronde). Tenez
la pièce à plat sur la cheville ou à la
verticale contre une fente. Limez
par des gestes longs et réguliers,
sans écarter la lime du métal pour
éviter les ruptures de limage
(reprise après arrêt) formant des
vagues sur le métal. Sans
interrompre le geste, décollez
légèrement (3 mm environ) la lime
à la fin de chaque coup pour
contrôler la précision.
Limer une ligne convexe

Utilisez une lime carrelette, avec de


longs gestes de balayage, en suivant
la courbe. Exercez une pression
régulière pour respecter la courbe.
Les coups doivent se chevaucher
légèrement, la lime toujours en
mouvement.

28
Limer une ligne concave

Choisissez une lime feuille de sauge ou


demi-ronde au profil adapté à la courbe.
Imprimez à la lime de grands gestes de
balayage en suivant la courbe. Évitez de
limer de haut en bas sur place, pour ne
pas entamer la matière.

Limer un angle étroit

Pour un angle étroit ou une courbe


serrée, Il est préférable d’utiliser la lime
dos d’âne, qui permet d’atteindre le coin
sans entamer les autres bords l’angle est
ainsi vif et précis. Ne commettez pas
l’erreur de choisir une lime triangulaire
ou carrée.

Limer des espaces étroits

Pour un petit trou où les limes n’ont


pas accès, utilisez la lame de scie pour
limer. Enfilez la lame dans le trou et
fixez-la sur l’écrou du bocfil. Inclinez
la lame contre le métal et frottez
doucement le métal sur le côté de la
scie. Donnez de petits coups de lame,
en la déplaçant très légèrement
d’arrière en avant. Le pouce en appui
sur la lame, sous la cheville, offre un
meilleur contrôle, mais ce geste
demande un grand entraînement.

29
Limer en chanfrein

Pour limer une extrémité en chanfrein sur un


fit, inclinez le fil dans une fente de la
cheville, puis faites-le tourner dans votre
main, tout en donnant de grands coups de
lime carrelette de l’autre, dans le sens de la
longueur.

Nettoyer les limes

1) Les limes s’encombrent de limaille et


perdent de leur mordant. Il faut donc les
nettoyer régulièrement. Avec une brosse à
lime, brossez-les énergiquement dans le
sens des rainures, dans la direction des
dents.

2) Autre méthode frottez un morceau de


cuivre à bord plat en travers de la lime,
dans le sens des dents. Vous obtenez une
sorte de peigne en cuivre, fait sur mesure
pour enlever la limaille.

30
EXERCICES LIMAGE

Limage d’un octogone régulier


contrôle :
-parallélisme des faces;
-perpendicularités des arêtes avec
des faces.

Limage en toit
contrôle :
-tenue pièce
-symétrie
-planéité

31
Limage bombé
contrôle :
-mouvement lime
-tenue pièce
-symétrie

Limage barette
contrôle :
-parallélisme des faces;
-perpendicularités des arêtes
avec
des faces.
- hauteur régulière des
sommets et des creux

32
CHAPITRE VI
PERÇAGE

Procédé:
Le perçage consiste à prélever de la matière à l’aide d’un instrument tranchant. Le foret
pour effectuer un bon perçage exact à l’aide de la règle graduée et du compas puis pointer
avec précision.
Outils:
• Forets : les instrument de perçage courant ont la forme d’un cône qui leur permet de
pénétrer dans la matière. Le bijoutier utilise:
- Le foret hélicoïdal
- Le foret point d’aspic
- Le foret à raine et pour sertir
- Le foret plat
• Drille : il y a quelque 40 ans, le bijoutier utilise encore le drille pour les travaux de
perçage. Cet outil actionné à la main semblable à celui utilisé voici plus de 2000 ans par
les artisans en orient.

• Moteur suspendu : le moteur électrique est relié à un câble flexible. Dans lequel se fixe
une pièce à main et mandrin porte foret réglable.
Machine à percer verticale : le moteur électrique est fixé à un montant La pièce en travail
maintenue sur la table de perçage à l’aide d’une pièce de serrage, la perceuse verticale
trouve son emploi pour les grosses pièces.

33
MACHINE A PERCCER VERTICALE

34
SECTION LONGITUDINALE DE LA TETE
071 - Broche
072 - Clavette d’entraînement
073 - Ecrou 10 MA
074 - Interrupteur
075 - Anneau
076 - Anneau
077 - Douille de guidage de broche
078 - Poulie de broche
079 - Clavette
080 - Bague
081 - Couvercle
082 - Douille
083 - Canon denté
084 - Eclaraige
085 - Courroie
086 - Couvercle
087 - Poulie du moteur
088 - Vis TE 6x20
089 - Clavette
091 - Couvercle
092 - Moteur
093 - Couvercle
105 - Tête
106 - Table
107 - Colonne
108- Semelle
51 EB Manivelle blocage
PERCER
Le perçage s’emploie surtout pour glisser une lame de scie à l’intérieur d’une pièce, mais
également pour fabriquer des perles et réaliser divers effets décoratifs.
Vous pouvez utiliser différents outils pour percer : La perceuse à moteur suspendu et
transmission flexible, la machine à percer verticale et le drille. Si vous utilisez une
perceuse électrique à grande vitesse, portez des lunettes de protection transparentes. Le
foret le plus courant mesure 1 mm de diamètre.

1) Marquez soigneusement
l’emplacement où vous voulez
percer : d’abord à la pointe à
tracer, puis au pointeau, que vous
enfoncez au marteau. Le léger
enfoncement à cet emplacement
guide le foret lorsqu’il pénètre
dans te métal.

2) Choisissez le foret qui


convient et fixez-le sur un
mandrin adapté. Replacez le
bouchon et serrez avec ta clé du
mandrin. L’emploi d’un lubrifiant
facilite le perçage et prolonge la
durée de vie du foret. Employez
de l’huile, un lubrifiant spécial
ou, à défaut, un peu de salive.
3) Maintenez la pièce fermement
sur un bloc de bois. Serrez-la
éventuellement dans un étau ou une
presse d’établi. Placez le foret sur la
marque et percez avec une pression
constante. Maintenez le foret
vertical pour éviter de le casser.
Lorsque vous avez traversé
l’épaisseur du métal, retirez le foret
toujours en rotation.

4) Il est très difficile, voire


impossible de percer de très petites
pièces de métal. Planifiez votre
travail pour percer les pièces avant
de les découper.

37
5) N’employez jamais de gros foret
sans percer au préalable un avant-
trou avec un petit foret. Le foret
risque de se coincer dans le métal,
entraînant la pièce dans sa rotation.

Le drille

1) Marquez l’emplacement que


vous souhaitez percer. Fixez un
foret dans le mandrin. Enroulez la
poignée autour de la tige, la corde
bien serrée.

2) Tenez le drille avec l’index et


le majeur posé sur la poignée et
centrez le foret sur le point à
percer. Appuyez sur le bras
horizontal, la corde se déroule en
provoquant la rotation de l’axe au
bout duquel est fixé le foret.

38
CHAPITRE VII
MESURAGE

A) INTRODUCTION
1. Rappel:
2. But: savoir relever des mesures exactes:
• Longueur, largeurs avec la réglette.
• Mesures extérieures, intérieures et en profondeur avec le pied à coulisse.
• L’épaisseur de plaque et de fils à l’aide du compas dixième.

Procédé:
On mesure les longueurs, largeurs et épaisseurs des métaux à l’aide des instruments de
mesure.
Instrument de mesures:
-Règle flexible : la règle flexible est en acier souple et à une graduation millimétrique.
-Pied à coulisse : le pied à coulisse est un outil de mesure universel, il sert à mesurer
l’extérieur, l’intérieur et la profondeur. Il permet également de contrôler l’exactitude des
angles droits et des parallèles. La lecture précise au 1/10 mm s’opère à l’aide du vernier
sur le bras coulissant.
-Le rapporteur d’angles : le rapporteur d’angles permet de mesurer tout angle de fixer
l’ouverture d’un angle et de le rapporter.
-Mesure des grosseurs de doigts et des grandeurs de bagues:
a. Le baguier: le baguier sert à mesurer la grosseur des doigts, il est composé d’anneaux
dont la circonférence augmente graduellement.
b. Triboulet pour bagues : il sert à mesurer la grandeur d’un anneau, l’échelle de mesures
et de numérotation est gravée sur le cône, échelle de mesure commence généralement à 41
mm et se termine à 76mrn. Les nombres de 41 à 76 sont remplacés des numéros de
grandeur 41 à 1, 76 à 36

39
Rapporter d’angle

Equerre à centrage

40
Bagueir

Equerre à chapeau
Exemple d’utilisation

Pour que l’extrémité soit parfaitement carrée,


utilisez l’équerre et la pointe à tracer pour
tracer une perpendiculaire à chacune des 4
faces. Sciez le fil à l’extérieur de cette ligne,
avec une lame de scie grossière. Limez
ensuite à la lime carrelette pour obtenir un
bout parfaitement plat et carré.

41
Pied à coulisse à cardan

Exemple d’utilisation

Les dimensions des 2 hémisphères doivent


être identiques. Mesurez leur profondeur au
pied à coulisse.

Mesurez ensuite le diamètre de la base. Pour


obtenir une sphère parfaite, ce diamètre doit
être égal au double de la profondeur.

Triboulet

42
Exemple d’utilisation

Placez l’anneau sur un triboulet et frappez-le


avec un maillet en buis. Retournez-le et
martelez de nouveau pour éviter qu’il ne
s’évase.

Règle flexible

Dixième à bec (Compas d’épaisseur à ressort en acier avec échelle en laiton lecture)

43
CHAPITRE VIII
BRASAGE
INTRODUCTION
1. Rappel:
2. But:
• Braser des métaux nobles et communs en utilisant des agents à braser (métal d’apport).
• Des fils.
• Des plaques.
• Des pièces placées dans le plâtre.

Procédé
Le brasage consiste à lier entre elles des matières métalliques au moyen d’agents à braser
(métal d’apport). Par le brasage, les métaux se trouvent liés entre eux de manière
indivisible. Le métal d’apport à la même titre que les métaux resp. les alliages à brases
seul son point de fusion est un peu plus bas. La température nécessaire pour la fusion est
obtenue habituellement à l’aide du chalumeau à braser.
Outils
Pour tous les travaux de brasage de même que pour fondre et pour porter au rouge, on a
recours à différentes installations.
1. Chalumeau de brasage à gaze
Naturel propane convient pratiquement à tous les brasages le débit de gaz est réglable.
2. Chalumeau à souder et à braser
L’outillage cité ci-dessus peut fonctionner à l’aide de:
- Gaze de ville ou gaze naturel =gaze secs.
- Gaze propane ou gaze butane = gaze liquide
3. Support pour Brasage et Soudage:
Charbon de bois, brique pierre réfractaire, plaques d’amiante, fil de fer recuit, pinces et
pincettes à braser, brucelles à braser, plateau à braser rotatif.

Outils de soudure

Procurez-vous un petit chalumeau à


gaz avec une sélection d’embouts.
Dans la pratique, vous utiliserez
essentiellement les deux plus petits
becs.

44
Un charbon à souder de bonne qualité
offre une surface lisse et produit peu de
poussière.

La perruque est un enchevêtrement de


fils de fer, très pratique pour poser les
bijoux en cours de soudure. Elle permet
une répartition égale de la chaleur.

Protégez votre établi de la chaleur en


utilisant plusieurs plaques à souder.

On utilise des brucelles en laiton ou en


acier pour manipuler les pièces
délicates. Les fines brucelles en acier
servent à poser les paillons et à réaliser
les derniers ajustements avant la
soudure. Les pinces à feu servent à
maintenir les éléments à souder. Enfin,
on se sert de brucelles en laiton pour
retirer les objets trempés dans le
déroché.

45
CHALUMEAU DE BRASAGE
A GAZ
1- arrivée d’aire.
2- Arrivée de gaz
3- Soupape de réglage.
4- Veilleuse.
5- Buse.

SOUDER

La soudure est la technique la plus courante pour fixer 2 pièces de métal entre elles. Sauf
l’aluminium et l’acier, les métaux peuvent être soudés de façon quasi invisible. Assez
complexe à maîtriser, la soudure procède par ajout et fusion de paillons (métal rapporté).
Un bijou requiert souvent plusieurs soudures successives. Pour qu’une soudure ne fasse
pas fondre la précédente, on emploie des points de fusion (température à partir de laquelle
le métal fond) de moins en moins élevés. On parle alors de soudure forte, moyenne ou
faible. Dans une réalisation complexe, on commence donc par un paillon de soudure forte,
puis on utilise la soudure moyenne pour terminer par la soudure la plus faible. Le paillon
de métal rapporté est fusible à une température plus basse que la pièce à souder. Pour
éviter aux soudures déjà faites de fondre, on peut aussi les enduire de rouge fait à partir de
gouache mélangée à de l’alcool ou de terre d’ocre mêlée à de l’eau.
Lorsqu’on chauffe le métal, il s’oxyde et se salit, ce qui empêche l’écoulement de la
soudure. Le fondant sert à recouvrir la soudure et à la garder propre lorsqu’elle est
chauffée. Le borax est le fondant le plus couramment utilisé.
La méthode de soudage décrite ici est couramment employée. Elle se prête à de multiples
variantes, selon la façon de disposer l’ouvrage, la complexité et le nombre de soudures à
réaliser, mais le principe reste le même. Le brasage est utilisé lorsqu’il n’y a pas d’apport
de soudure. Les soudures sur l’argent se font traditionnellement à l’aide de bâtonnets,
mais cette technique peut également s’avérer utile si vous avez à souder une grande
longueur. Ce travail demande une grande précision, qui s’acquiert avec le temps. Lorsque
vous serez à l’aise, cette méthode vous fera gagner du temps.
Efforcez-vous d’utiliser le chalumeau de votre main la plus habile. La table tournante est
un accessoire très pratique pour les perles et les grands objets.

46
TECHNIQUE DE SOUDAGE
A) Préparer la soudure

1. Une préparation soignée est le secret


d’une soudure réussie. Vérifiez que les
pièces s’assemblent parfaitement, de
sorte qu’il n’y ait aucun trou à boucher.
Les bords doivent être propres et
dégraissés. Nettoyez les surfaces à
souder à la lime ou au papier émeri.

2. Maintenez les éléments susceptibles de


bouger à la chaleur avec du fil de fer, des
brucelles ou des goupilles fendues. De
petits morceaux de charbon (ils
catalysent la chaleur) ou de plaque à
souder aident parfois à équilibrer les
travaux complexes.

3. Pour fabriquer les paillons, aplanissez


la soudure en la martelant sur une surface
plate ou en la passant au laminoir. Elle
doit être assez fine pour être coupée à la
cisaille. Passez la surface au papier émeri
pour enlever toute trace d’oxydation ou
de graisse. Coupez la soudure en 5 ou 6
bandes, que vous coupez ensuite en petits
morceaux ce sont les paillons. Tenez
votre index derrière les bandes pour
empêcher les paillons de s’éparpiller.

47
B) Appliquer le borax

1. Préparez la pâte de borax en broyant le


cône de borax dans une soucoupe en grès
avec un peu d’eau. Le borax ainsi préparé a
une consistance laiteuse. Pour le brasage et
la soudure au bâtonnet, il faut un borax
plus épais. Le borax liquide est pratique
pour les soudures délicates.

2. Lorsque vous êtes prêt à commencer le


soudage, appliquez du borax sur les 2 côtés
de la jonction. Appliquez cette pâte avec
soin, car la soudure coule partout où il y a
du borax.

B) Soudure de base

1. Avec de fines brucelles ou la pointe du


pinceau à borax, déposez les paillons
sur la zone à souder, bien à cheval sur les 2
éléments à assembler.

48
2. Chauffez toute la pièce à la flamme très
douce. En chauffant doucement, le borax
gonfle puis se dépose sans déplacer les
paillons. Repositionnez si nécessaire les
paillons. Certains bijoutiers préfèrent
chauffer la pièce avant de mettre la soudure.

3.Éteignez les lumières fortes pour mieux


voir les changements de teinte du métal. La
soudure s’écoule toujours vers le point le
plus chaud. Il faut donc chauffer d’abord
toute la pièce à la flamme molle avant de
revenir vers le point de soudure. Surveillez la
teinte du métal. Puis concentrez la chaleur
autour de la soudure jusqu’à ce que les 2
côtés soient rouge brillant. Lorsque le métal
devient orange vif, la soudure fond le long
de la jonction en un flux argenté. Éloignez la
flamme dès que la soudure est fondue pour
éviter la formation d’une perle, signe d’un
trop grand échauffement de la soudure qui
risque alors de ne pas couler. Laissez
refroidir et dérochez pour enlever le borax et
les oxydes. Rincez abondamment sous le
robinet.

C. Appliquer du rouge

1. Dans un projet complexe, protégez les


soudures déjà faites avec du rouge.
Mélangez un peu de gouache avec une
goutte d’alcool ou de la terre d’ocre avec de
l’eau, pour obtenir une pâte crémeuse.

49
2. Appliquez cette pâte sur les soudures à
protéger avec un pinceau distinct de celui du
borax. L’argile contenue dans le rouge
empêche la soudure de fondre, il faut donc
l’appliquer à bon escient. Lorsque les
soudures sont faites, dérochez le bijou et
nettoyez le rouge avec une brosse et du
détergent.

D. Soudage

1. Chauffez légèrement les 2 surfaces, puis


enduisez-les de borax. Disposez des
paillons de soudure à intervalles réguliers
sur les 2 surfaces, généralement le dos
d’une pièce qui vient s’assembler sur la
face d’une autre. Si vous souhaitez souder
une pièce ajourée sur une pièce pleine,
appliquez la soudure uniquement sur le dos
de la pièce ajourée, pour éviter toute fuite
de soudure sur le support.

2. Chauffez les 2 éléments séparément


jusqu’à ce que la soudure commence à
fondre. Éloignez la flamme immédiatement
vous avez brasé la soudure. Laissez
refroidir, puis procédez à l’assemblage en
utilisant du fil de fer si nécessaire.

50
3. Chauffez enfin le bijou entier de façon
régulière. La perruque permet de chauffer
la face inférieure, de sorte que les 2
éléments atteignent la même température
en même temps. Lorsque le métal est
orange vif, la soudure fond et crée un lien
résistant.

E) Soudure aux paillons

1. Passez la soudure au laminoir pour obtenir


des paillons minces. Plus ils sont minces,
mieux ils coulent. Nettoyez soudure à
l’émeri. Chaque fois que possible, employez
une soudure forte, qui fond mieux.
Découpez-la en longues bandes fines à la
cisaille.

2 .Redressez les paillons de soudure à la


pince.

3. Trempez les bâtonnets dans le borax et


tenez-les dans des brucelles résistantes à la
chaleur, légèrement à l’oblique, de façon à
appliquer la soudure exactement là où il faut
souder en abaissant simplement votre main
vers l’ouvrage. Préparez l’objet à souder en y
appliquant un borax crémeux, qui prolonge
la fusion de la soudure. Si vous êtes droitier,
tenez la soudure dans la main droite, et
inversement, le coude posé sur l’établi pour
plus de précision.

51
4. Chauffez la pièce de façon régulière.
Lorsque le métal atteint la température de
soudure, abaissez la soudure vers le premier
point à souder. La soudure doit fondre le
long de la jonction en un flux continu.
Utilisez la chaleur de la flamme pour étirer la
soudure le long de la jonction. Si la soudure
colle, c’est que le bijou n’est pas assez
chaud. Appliquez le bâtonnet là où il a cessé
de fondre. Le secret est d’appliquer la
soudure au bon moment sur le métal. Évitez
de chauffer directement le bâtonnet de
soudure.

CHAPITRE XI

PLIAGE
INTRODUCTION
1. Rappel:
2. But:
Plier des fils, des bandes et des plaques pour obtenir des formes angulaires à l’aide de
• Pinces
• Mandrins.

Le pliage avec des pinces


Procédé:
Le pliage consiste à déformer une matière à l’aide d’une pince. Par pliage, on impose la
forme voulue aux fils bandes et aux tôles sans modifier l’épaisseur du matériau. Pour
certains procédés de pliage (par exemple, pour plier des toues de cou en fil mince).on se
servira du pouce et de l’index au lieu d’utiliser des pinces.
Outils:
Pinces: pour les procédés de pliage usuels on aura recours aux pinces standard pour vue
de profils de mâchoires appropriés.
Des pinces spéciales seront nécessaires lorsque les travaux de pliage requerront une plus
grande force et lorsqu’il s’agira de fixer et de tenir des pièces en travail. La plupart des
pinces sont faites d’acier à outils. Parfois chromé.
Il existe aussi des pinces en acier vanadium.

52
De pinces : plates, demi rondes, à bec rond et effilée

PLIER LE MÉTAL
Pour donner forme au métal, on peut le plier et l’enrouler autour d’un gabarit, de pinces,
d’un mandrin. Utilisez vos doigts pour manipuler le fil fin et le plané chaque fois que
possible, ils marquent moins la surface du métal que lesoutils. Pour exercer un contrôle,
de la précision ou de la force, les outils s’imposent.
Lorsque vous utilisez les pinces, elles doivent maintenir solidement le métal tandis que
vous faites levier avec les doigts pour le mettre en forme. Choisissez les pinces en
fonction du travail à effectuer, pour éviter de laisser des marques sur le métal. Si vous
devez faire plusieurs pièces identiques une paire de boucles d’oreilles, par exemple -
fractionnez la fabrication répétez immédiatement chaque étape sur chaque pièce.
Le métal doit toujours être recuit avant d’être plié et façonné, et à intervalles réguliers au
cours du façonnage. Même un fil fin épousera des courbes plus souples s’il est d’abord
recuit.

Étirer du fil fin

Un fil fin tordu ou déformé doit d’abord être étiré avant d’être façonné pour faire un
filigrane. Serrez une extrémité du fil recuit dans un étau et saisissez l’autre extrémité dans
une pince à étirer, ou toute pince à mâchoires striées. Debout, tirez fermement sur le fil.
Vous le sentez s’étirer et s’allonger. Tirez jusqu’à ce qu’il ne soit plus tordu et qu’il cesse
de s’allonger.

53
Plier le fil en cercle, en spirale, en angles aigus

1. Pour créer une forme circulaire,


saisissez une extrémité dans une pince
demi-ronde, la face arrondie de la pince à
l’intérieur de la courbe. Avec les doigts,
prenez l’autre extrémité et faites levier
pour former un demi-cercle. Répétez cette
opération sur l’autre extrémité pour
achever le cercle. Vous pouvez également
enrouler le fil autour d’un mandrin.

2. Pour faire une spirale, saisissez le bout


du fil dans une pince à bec
rond. Poussez le reste du fil autour de la
pince avec les doigts pour former une
boucle serrée. Resserrez le centre de la
boucle à l’aide d’une pince à bec fin. Pour
faire une spirale en S, répétez cette
opération à l’autre extrémité du fil, dans le
sens opposé.

3. Pour faire une grande spirale, maintenez


la boucle initiale dans une pince plate et
enroulez l’autre bout du fil autour du
centre.
Dès que le fil devient dur et difficile à
plier, recuisez-le. Les pinces plates
marquent moins le métal.

54
4. Pour faire une spirale ample, maintenez
l’extrémité du fil recuit dans une pince à
bec rond et ployez le fil en l’enroulant avec
les doigts. Évitez de déplacer la pince pour
ne pas marquer le fil.

5. Les courbes serrées et les angles aigus se


forment avec la pince plate ou la pince à
bec fin. Saisissez fermement le fil recuit
dans la pince et poussez avec le pouce pour
replier le métal contre le bord de la pince,
aussi serré que possible.

Courber un fil épais

1. Lorsque vous travaillez sur un fil épais, il


faut une longueur supplémentaire de fil pour
faire levier. Faites les grands cercles et les
bracelets en enroulant le fil recuit sur un
grand mandrin à bracelets ou tout outil
cylindrique. Appuyez sur le fil avec les
mains pour le courber aussi serré que
possible, puis coupez l’excédent.

55
2. Pour courber un fil épais, vous pouvez
utilisez un étau, ce qui donne plus de force.
Serrez une extrémité du fil dans l’étau et
pliez l’autre bout avec une pince, vous aidant
si nécessaire du marteau.

Courber le plané

1. Avec un dé à rainures et un mandrin


d’acier ou de bois, donnez au plané une
forme courbe rigoureuse. Pour réaliser une
courbe serrée, commencez par la plus large
du dé à rainures, et façonnez le plané
successivement sur des courbes de plus en
plus étroites.

2. Avec un coussin de cuir et un maillet en


bois arrondi, martelez le plané pour lui
donner une forme légèrement creuse. Le
métal doit être recuit, puis placé la face
contre le cuir. Martelez en cercle, depuis le
centre vers les bords du plané pour éviter les
déformations.

56
Pliage à l’aide de mandrins
Procédé:
Pour enrouler une plus grande quantité d’oeillets de forme et de grosseur identiques. On
se sert d’un mandrin. Après avoir embobiné le fil, on chauffera au rouge les oeillets et le
mandrin. Le papier de soie brûle en laissant un petit espace.
Outils:
Mandrin à oeillet: le mandrin consiste en une barre de fer ou de laiton, Cette barre peut
prendre toutes les formes désirées à l’exception de formes concaves, bien entendu le
mandrin de bois d’une latte fendue ou de deux lattes repliables

FILS TORSADÉS (OÙ FILS TORSADE)

La torsion est un moyen très simple d’obtenir des effets décoratifs variés. C’est une
technique de base de la métallurgie, très utilisée pour construire et embellir des bijoux. Si
vous torsadez plusieurs fils ensemble, Il est conseillé de prendre des métaux de
malléabilité comparable et de les recuire avec soin avant et pendant l’opération. Si le
recuit est inégal, la torsion le sera également. La torsion raccourcit le fil, il faut donc
prévoir 30 à 50 % de longueur supplémentaire.

Ces quelques exemples de fils torsadés montrent la grande variété d’effets décoratifs obtenus
avec cette technique simple, selon le type de fil utilisé fil simple, carré, ou fils multiples très
fins.

57
1. Commencez par le plus simple torsader un
double fil mince. Recuisez un fil mince du
métal de votre choix. Pliez-le en 2 et serrez
les 2 extrémités dans un étau. Glissez une
barre de métal ou de bois dans la boucle et
tournez cette barre pour torsader le fil, tout
en tirant pour le tendre. Recuisez le fil
lorsqu’il s’écrouit.

2. Vous pouvez également utiliser le


mouvement rotatif d’une chignole pour
torsader le fil. Recuisez le fil et coupez-le en
2. Serrez une extrémité dans un étau et
l’autre sur le mandrin de la chignole.
Tournez délicatement la manivelle jusqu’à
ce que le fil soit torsadé uniformément.
Recuisez le fil lorsqu’il s’écrouit.

3. Si le fil présente un profil complexe, ou si


vous voulez torsader plusieurs éléments
ensemble, utilisez une pince à étirer à
mâchoires dentées pour maintenir fermement
les extrémités ensemble tandis que vous les
torsadez.

CHAPITRE X

FABRIQUER DES ANNEAUX


Les anneaux de fil utilisés pour donner de la souplesse et relier entre eux les éléments d’un
bijou sont appelés anneaux d’emmailement. D’emplois très variés, ils sont faciles à fabriquer.
Vous pouvez les acheter tout faits, mais les confectionner soi-même offre plus de liberté. Ils
sont à la base de la plupart des modèles de chaînes.
Vous pouvez fabriquer des anneaux d’emmailement avec tous les types de fil, dès lors qu’ils
sont suffisamment malléables pour s’enrouler au plus près sur un mandrin. Si les anneaux
sont généralement circulaires, vous pourrez varier la forme du fil et du mandrin une fois la
technique acquise.
Fabriquez-les en grande quantité que vous stockez dans des petits compartiments, triés par
taille. La technique expliquée ici présente des anneaux d’emmailement de taille moyenne,
pour réaliser des assemblages. Vous adapterez par la suite l’épaisseur du fil et la taille du

58
mandrin à vos besoins. Conservez différents objets que vous utiliserez comme mandrins
clous, forets, chevilles de bois, etc. Prenez toujours des mandrins à surface lisse pour que les
anneaux glissent facilement.

Voici un échantillon des mailles existantes (de haut en bas) forçat ovale demi-jonc,
gourmette tordue éléments, forçat ovale demi-jonc, forçat ovale demi-jonc, gourmette pur fil
maille ovale torse, forçat ovale demi-ionc et gourmette anneaux longs ovales limés.

59
1. Prenez du fil de 0,8 mm. S’il s’enroule
facilement sur le mandrin, il n’est pas
nécessaire de le recuire. Un fil non recuit
produit un anneau qui reste bien fermé,
même non soudé. Prenez un foret ou un clou
d’environ 2,5 mm de diamètre en guise de
mandrin. Serrez dans un étau le bout du fil
en même temps que le mandrin. Enroulez le
fil autour du mandrin, pour former une
bobine serrée.

2. Coupez l’extrémité du fil à la pince


coupante et enlevez la bobine en la faisant
glisser du mandrin.

3. On peut également utiliser une chignole,


que l’on serre horizontalement dans un étau.
On serre ensuite le mandrin et le bout du fil
dans le boulon de serrage. Tournez la
manivelle de la chignole 2 ou 3 fois pour
vérifier ce serrage. Tenez le bout du fil à
angle droit par rapport à l’axe de rotation,
tendez-le et tournez la manivelle d’un geste
régulier. Gardez un doigt près de la bobine
pour guider le fil.

4. Il faut maintenant couper les anneaux :


montez une lame de scie de 2/0 sur le bocfil.
Tenez la bobine de fil serrée contre la
cheville et sciez au travers des anneaux, soit
de haut en bas, soit de bas en haut.

60
5. Vous pouvez recueillir plusieurs anneaux
entre vos doigts bien serrés. C’est une
méthode rapide, qui demande un peu
d’entraînement.

6. Sinon, laissez les anneaux tomber un à un


autour de la lame. Pour les récupérer, il suffit
ensuite de dévisser un écrou du bocfil.

61
CHAPITRE XI
LAMINAGE
INTRODUCTION
1. Rappel:
2.But:
Laminer des barres, des bandes et des plaques aux formes et aux dimensions voulues.
• Dans différents directions.
• Pour obtenir des épaisseurs définies.
Définition:
Corroyer
L’opération de corroyage comporte deux techniques en fonction de volume désiré
1- le laminage
2- l’étirage

Le Laminage
Définition:

62
Le laminage est une déformation de la matière à l’aide d’un laminoir, par ce procédé, plaques
et fils sont pressés entre deux cylindres qui se déplacent l’un vers l’autre et amènent ainsi le
métal après quelques passes, le laminage peut remplacer le travail au marteau ou à la lime
pour affiner les extrémités de plaques ou de fils.
Outils:
Machine laminoir : En principe, le mécanisme et la construction de tous les types de laminoirs
sont identiques, le mouvement est transmis au moyen d’engrenages, les cylindres mesurent en
général entre 60 et 100 mm, on distingue les laminoirs suivant en fonction de leur mécanisme
de commande:
+ Laminoir à main sans démultiplication
+ Laminoir à main avec démultiplication
+ Laminoir électrique avec démultiplication
Les modèles suivant sont utilisés
- laminoir à plaques
- laminoir à fils
- laminoir spécial

63
CHAPITRE XII

ÉTIRAGE
INTRODUCTION
1. Rappel:
2. But:
• Etirer des fils et des tubes des charnières à des dimensions définies.
• Etirage précis de fils et de tubes à des longueur et à des épaisseurs définies.

Etirage
Procédé:
L’étirage représente la déformation de la matière au moyen d’une filière appropriée à un
profil et à une épaisseur déterminée, on affûte l’extrémité du fils et on le tire ensuite à l’aide
de la pince à étirer par un trou effilé le fil devient alors simultanément plus long et plus fin.
Outils:
Fifière: La filière à étirer possède environ 30 trous de grandeur croissante gradués au 1/10
mm les trous les plus utilisés ont u diamètre de 1,5-5 mm et sont répartis sur deux filières à
étirer.
Les profils les plus importants sont le rond et le carré : viennent ensuite les ovales, demi-
rondes, triangulaires, rectangulaires et couteaux, une filière à étirer de bonne qualité doit
présenter une graduation d’une régularité parfaite et des trous d’étirage dont la surface est
lisse et polie. Des fils massifs de plus de 3 mm ne peuvent être étirés qu’à laide du banc à
étirer.
Pince à étirer le fil:
Pour l’usage courant, une pince à étirer de grosseur moyenne d’une longueur de 27 cm
environ.
Banc à étirer:
Le banc à étirer se compose principalement d’une chaîne sans fin, à laquelle on attache la
pince à étirer la chaîne est actionné par une manivelle démultipliée.
ÉTIRER
Le fil et les tubes s’achètent dans des dimensions variées, mais il est également possible, à
l’aide d’une filière, d’étirer le métal dont vous disposez pour changer sa forme ou ses
dimensions. Une filière à étirer est une plaque métallique percée de trous coniques, dans
lesquels on ait passé les fils pour les affiner. Serrez la filière dans un étau et tirez sur le fil
avec une pince à étirer (ou une pince parallèle à mâchoires dentelées). L’étirage manuel
demande de la force. On peut étirer à la main du fil ou des charnières (fils creux) à partir de 3
mm d’épaisseur.
Il est essentiel de recuire le fil tous les 2 ou 3 passages, ou dès qu’il devient difficile à étirer.
Si vous forcez sur le fil, il s’ébarbe sur les bords et parfois se casse. Il faut alors recommencer
avec un nouveau fil.

64
Étirer un fil

1. Coupez le fil à une longueur maximale de


1 m. Limez une extrémité en forme de cône
d’environ 2,5 cm de longueur. Recuisez le
fil, en bobine s’il est très fin. Laissez
refroidir et dérochez, rincez et séchez.

2. Choisissez une filière percée de trous de


formes et de dimensions correspondant à
votre projet. Il en existe de nombreuses
variétés ; les plus courantes ont des trous
carrés ou ronds.

3. Serrez la filière dans un étau, le côté le


plus large des trous (embouchure) derrière.
Commencez par un trou légèrement plus
étroit que le fil, que vous lubrifiez avec un
peu d’huile. Enfilez l’extrémité conique dans
le trou par derrière et saisissez- la par devant
avec une pince à étirer.

65
4. Serrez toute la longueur du cône dans la
pince à étirer et tirez doucement pour taire
passer le fil dans le trou, solidement en appui
sur vos 2 jambes. Répétez cette opération en
utilisant des trous de plus en plus petits
jusqu’à ce que le fil atteigne l’épaisseur
voulue. Limez le cône chaque fois que le
bout du fil casse.

Étirer un tube (fil creux)

1. Soudez une longueur de 5 à 7,5 cm de


gros fil à l’extrémité du tube. Ce fil doit
avoir à peu près la même épaisseur que le
tube, sans être nécessairement du même
métal. Utilisez une grande quantité de
soudure.

2. Limez un cône dans ce fil avec une grande


lime carrelette, puis la soudure pour que le
diamètre décroisse progressivement du tube
au fil. Étirez ensuite le tube comme du fil, en
le recuisant régulièrement. Sciez le fil
conique lorsque vous avez atteint le diamètre
voulu.

66
CHAPITRE XIII

REPOUSSAGE
INTRODUCTION
1. Rappel:
2. But:
Repousser et emboutir des plaques en métaux précieux ou - communs à l’aide de marteaux et
de ciselets en prenant appui sur du bois, du métal ou de ciment de ciseleur.
• Tracer à l’aide de ciselet des lignes droites ou sinueuses
• Ciseler des formes douces.
• Emboutir des bouterolles en prenant appui sur de plomb, bois ou un dé à emboutir.

Repoussage
Procédé:
Le repoussage consiste à façonner la matière à l’aide d’un marteau et d’un ciselet.
Par extension, plus rarement par refoulement, on donne à la plaque la forme désirée. Selon la
nature des éléments à repousser, on prendra appui sur un boulet de ciseleur rempli de ciment
une plaque de plomb, un dé à emboutir ou des supports de fer ou de bois qu’on fabriquera soi-
même.
Outils:
• Marteau à ciseler : le marteau à ciseler possède une table ronde et assez importante, un
manche mince permet d’amortir les coups, il se termine par une poignée arrondie, permettant
un maniement sûr et sans heurts.
• Ciselet : la plupart du temps, on les fabriquera soi-même selon ses propres besoins en
portant d’acier profilé carré.
• Dé à emboutir : est fait en acier à outils, ses six faces présentent des creux hémisphériques
de taille graduée croissante.
• Petites enclumes : on trouve dans le commerce de petite enclumes de formes standard. Il est
fréquent qu’on doive les modifier pour les adapter à des besoins individuels. A l’aide d’une
pièce intermédiaire. On les fixe dans un fer d’appui ou dans l’étau.
NB : le mot repoussage est un terme très général qui encloue les techniques de martelage
suivantes:
Chez les bijoutiers : martelage : emboutissage
Chez l’orfèvre : martelage : repoussage.
Chez ciseleur : martelage: ciselage.

EMBOUTIR
Cette technique consiste à défoncer une plaque de métal pour lui imprimer une forme en
creux, en prenant appui sur un dé à emboutir, un tas en plomb ou un coussin en cuir. La
pression est appliquée par l’intermédiaire de tiges de fer ou de bois, appelées bouterolles. Les
bouterolles en acier sont plus chères que les bouterolles en bois, mais elles permettent un
travail plus rapide. Le dé à emboutir sert à créer des formes parfaitement sphériques, comme
des boules creuses. On en trouve dans le commerce, généralement très fines. Il faudra donc
parfois les faire vous-même. Avec le tas en plomb ou le coussin de cuir, il est plus difficile
d’obtenir des sphères parfaites, mais vous pouvez créer toutes sortes de dessins en creux.
Certains métaux se prêtent mieux à l’emboutissage : le cuivre et l’argent sont plus malléables
que le laiton et le nickel. L’or est un métal qui se façonne aisément. N’oubliez pas de recuire
le métal régulièrement durant l’emboutissage

67
.

Le dé à emboutir
Commencez toujours par le côté du dé qui présente un creux légèrement plus grand que celui
que vous souhaitez réaliser. Si le métal est très épais ou difficile à marteler, commencez par
un creux moins profond, et passez ensuite à un creux plus profond. Employez une bouterolle
dont la forme épouse fidèlement celle du dé, en tenant compte de l’épaisseur du métal.
N’oubliez pas de recuire régulièrement le métal, dès qu’il devient difficile à travailler.

68
1. Placez un disque de métal sur le trou du
dé, puis avec un marteau plat, frappez la
bouterolle une ou deux fois sur le métal. Il
s’enfonce et épouse la forme du trou.

2. Continuez cette opération en utilisant


progressivement les creux et les bouterolles
de plus en plus petits. Attention, une
bouterolle trop petite risque d’aplatir le
sommet du dôme. Ne sautez aucune étape,
pour ne pas onduler les bords du métal.

Faire une perle creuse


1. Tracez 2 cercles au compas sur un plan de
0,8 à 1,5 mm d’épaisseur. Un métal plus
épais serait difficile à façonner ; plus fin, les
parois seraient trop minces. Le diamètre des
cercles doit mesurer environ 1/3 de plus que
le diamètre de la sphère finie.

69
2. Sciez les 2 disques à l’extérieur du trait et
limez si nécessaire. Recuisez, laissez
refroidir, dérochez et rincez.

3. Emboutissez les 2 disques en demi-sphère.


Si vous voulez obtenir un demi- sphère
parfaite, choisissez un trou plus petit dans le
dé, inclinez un hémisphère sur le côté et
frappez plusieurs fois avec la bouterolle en
faisant tourner l’hémisphère avec le majeur.
Vous étirez ainsi les bords du métal autour
de la bouterolle. Les traces sur le bord du
métal seront limées ultérieurement.

4. Lorsque les 2 hémisphères ont atteint la


profondeur souhaitée et une forme régulière,
limez le dessous avec une grande lime
carrelette.

5. Les dimensions des 2 hémisphères doivent


être identiques. Mesurez leur profondeur au
pied à coulisse.

70
6. Mesurez ensuite le diamètre de la base.
Pour obtenir une sphère parfaite, ce diamètre
doit être égal au double de la profondeur.

7. Rapprochez les 2 moitiés. Lorsque la


forme vous satisfait, il est conseillé de percer
un trou dans la perle pour permettre à l’air de
s’échapper lors du soudage. Ce trou central
servira par la suite pour assembler ou enfiler
la perle.

8. Pour trouver le centre du trou, placez


l’hémisphère sur une surface plane, ouvrez le
compas à environ la moitié du diamètre et
appuyez-le sur le bord. Tracez plusieurs arcs
au sommet en déplaçant le compas autour du
bord. Les arcs se recoupent en un point
central, que vous matérialisez à la pointe à
tracer.

9. Posez l’hémisphère sur l’extrémité d’une


bouterolle pour éviter l’affaissement et
marquez le trou au pointeau.

71
10. Percez un trou au centre de chaque
hémisphère.

11. La meilleure façon de souder les 2


hémisphères est d’effectuer un brasage.
Placez les 2 hémisphères à l’envers sur une
plaque de soudage ou une perruque,
appliquez du borax sur le bord et disposez
des paillons de soudure à intervalles
réguliers.

12. Chauffez les hémisphères jusqu’à ce que


la soudure commence à fondre et ôtez la
flamme immédiatement.

13. Assemblez les 2 hémisphères et posez-


les sur une perruque, l’ensemble chauffe
ainsi de façon homogène. Appliquez du
borax sur la soudure et contrôlez
l’assemblage. Chauffez les 2 hémisphères de
façon régulière de sorte qu’ils atteignent la
température de soudure en même temps.
Lorsque la soudure fond, les 2 parties
adhèrent, le joint est scellé.

72
14. Laissez la boule refroidir, puis dérochez-
la. Égouttez et rincez. Limez les traces de
soudure et les éventuelles traces
d’emboutissage. Lorsque vous limez, il est
important de tourner régulièrement la boule.

15. Passez-la à l’émeri, soit à la main avec


des cabrons plats, soit à la pièce à main.
Vous pouvez ensuite la polir avant de
l’utiliser.

73
CHAPITRE XIV
EXERCICES ETPROJETS PRATIQUES
A) Exercices de soudage/18 H

Fils/barres sur
fils/barres

Fils/barres sur
bandes/plaques

Fils/barres sur
plaques/volumes

74
Bandes/plaques sur
fils/barres

Bandes/plaques sur
bandes/plaques

Bandes/plaques sur
plaques/volumes

Plaques/volumes
sur fils/barres

Plaques/volumes sur
bandes/plaques

75
Plaques/volumes sur
plaques/volumes

A observer :
• le comportement au brasage, lorsqu’on utilise trop ou trop peu de métal d’apport
• id. avec trop ou trop peu de fondant (décapant)
• les changements de couleurs par réchauffement
• le changement de stabilité après et pendant le recuit
• l’allongement des métaux de différentes épaisseurs, resp. de diverses matières (cuivre,
argent, or, laiton, acier)
• la puissance d’absorption de chaleur de différents volumes’
• le comportement des métaux et des brasures lors d’un surchauffage.

76
B) PROJETS
PROJET NR 1
ANNEAU DEMI -JONC
Il faut :
- Fil demi-jonc
- Outils de base
- Baguier ou bande de papier
Pour ce modèle très simple, vous pouvez utiliser n’importe quel fil métallique. Selon la
forme et l’épaisseur du fil, vous obtiendrez différents modèles d’anneaux. Notre projet
utilise un fil d’argent demi-jonc qui permet de réaliser un anneau bombé et plat à
l’intérieur, une alliance par exemple.

1. Mesurez la circonférence du doigt avec un


baguier : l’anneau doit passer les jointures
sans difficulté. Le numéro indiqué à
l’intérieur correspond au diamètre interne de
la bague. Ajoutez-y l’épaisseur du fil utilisé
pour déterminer à quelle longueur scier le fil.

77
2. Si vous n’avez pas de baguier, vous
pouvez enrouler une bande de papier autour
du doigt. Mais cette technique est très
aléatoire et peu professionnelle.

3) Réglez l’écartement du compas avec un


réglet à la dimension obtenue et reportez
cette mesure sur le fil de métal

4) Sciez le fil à l‘extérieur du trait. Limez


jusqu’au trait avec une lime carrelette.

78
2) Prenez une extrémité du fil avec une
pince demi- ronde, le côté arrondi du fil
à l’extérieur et l’arrondi de la pince vers
le bas. Formez un demi-cercle. Répétez
cette opération à l’autre extrémité pour
former un cercle grossier. Si le métal est
trop rigide, recuisez-le.
-Pour créer une forme circulaire, saisissez
une extrémité dans une pince demi-ronde, la
face arrondie de la pince l’intérieur de la
courbe. Avec les doigts, prenez l’autre
extrémité et faites levier pour former un
demi-cercle. Répétez cette opération sur
l’autre extrémité pour achever le cercle.
Vous pouvez également enrouler le fil autour
d’un mandrin.

4) Maintenez l’anneau avec 2 pinces plates,


et rapprochez les extrémités l’une vers
l’autre. Poussez légèrement plus que
nécessaire afin de former un joint serré.

7. Maintenez l’anneau fermement contre la


cheville de l’établi et donnez quelques traits
de scie à travers la jonction pour obtenir des
surfaces parfaitement jointives.

79
8. Soudez l’anneau avec de la soudure forte,
puis plongez-te dans le déroché en le tenant
avec des brucelles.

9. Limez les bavures de soudure à l’intérieur


et à l’extérieur de l’anneau.

10. Placez l’anneau sur un triboulet et


frappez-le avec un maillet en buis.
Retournez-le et martelez de nouveau pour
éviter qu’il ne s’évase. Si vous rencontrez
des difficultés, recuisez l’anneau.

80
11. Vérifiez que l’anneau est bien plat en
le posant sur une surface plane et en le
martelant avec un maillet.

12. Passez l’intérieur et de l’extérieur de


l’anneau à l’émeri, en utilisant des grosseurs
de grain décroissantes. Enlevez ainsi toutes
les traces de lime afin d’obtenir une finition
lisse.

13. Polissez l’anneau pour lui donner


un fini miroir au moyen de tripoli puis de
rouge.

81
PROJET NR 2
MEDAILLON

Matière d’œuvre :
-plané maillechort 12/10

Objectifs : l’apprenti doit être capable de :

-réaliser un tracé géométrique précis;


-scier proprement en suivant un tracé;
- réaliser un chanfrein à la lime;
-respecter la symétrie;
-présenter un travail soigné.

82
PROJET NR 3
PLAQUE

PLAQUE
DUREE DU TP : 10H

OBJECTIFS : L’APPRENTI DOIT ÊTRE CAPABLE DE:


• D’EFFECTUER UN TRAÇAGE PRÉCIS
• DE MAÎTRISER LE SCIAGE
• DE RÉALISER UNE PIÈCE À DES DIMENSIONS PRÉCISES
• DE RÉALISER UN ÉQUERRAGE CORRECT
• DE PRÉSENTER UN TRAVAIL SOIGNÉ
• MATIÈRE D’OEUVRE
• MAILLECHORT 1220
TRAVAIL DEMANDÉ:
• RÉALISER UNE PLAQUE AU MODÈLE 23 X 16 MM EP: 1220
• RÉALISER UN TRAÇAGE PRÉCIS
• DÉCOUPER SUR CE TRAÇAGE EN PRENANT GARDE DE LAISSER DES PICOTS
POUR LE MAIN HIER DE LA PIÈCE.
• RÉALISER UNE BÉLIER PROPORTIONNÉE À LA PLAQUE.

N.B : ETABLIR UNE FICHE TECHNTOUE

83
PROJET NR 3
PENDANTIF 1

PENDANTIF
DUREE DU TP : 12H

OBJECTIFS : L’APPRENTI DOIT ÊTRE CAPABLE DE:


> MAÎTRISER UN TRAÇAGE
> MAÎTRISER LE SCIAGE
> MAÎTRISER LE PERÇAGE
RÉALISER UNE PROPORTIONNÉE AU PENDENTIF
> PRÉSENTER UN TRAVAIL PROPRE
> MATIÈRE D’OEUVRE : LAITON 10/100

TRAVAIL DEMANDÉ:
RÉALISER CE PENDENTIF DANS DU LAITON 10/10°, TOUS LES TRAITS DE SCIE
RECTILIGNES SERONT TERMINES EN PICOTS.
DIMENSIONS PLAQUE TERMINÉE.16 X23

N.B : ETABLIR UNE FICHE TECHNTOUE

84
PROJET NR 3
PENDANTIF 2

PENDANTIF 2
DUREE DU TP : 15H

3
2
1

OBJECTIFS : L’APPRENTI DOIT ÊTRE CAPABLE DE:


> EFFECTUER UN LIMAGE CORRECT.
MAÎTRISER LE SOUDAGE.
> MAÎTRISER LE SCIAGE ET LA REPERÇAGE.
> RÉALISER UN ENSEMBLE FINI PRÊT À POLIR.
> MAÎTRISER MISE EN FORME SUR MANDRIN.

DESCRIPTION

1. PLANÉ MAILLECHORT DE 12/10°DIMENSIONS : 34 X 25.


2. EMBOUTI RÉGULIER Ø EXTÉRIEUR 8, MAILLECHORT 10/100.
3. FIL ROND 10/100 MISE EN FORME SUR MANDRIN.
4. REPERCÉ.
5. LIMAGE PLAT EN BISEAU.
6. ANNEAU SOUDÉ PRIS DANS PLANÉ MAFFLECHORTL 10/10°.
7. BÉLIÈRE PLANÉ MAFFLECHORT 8/1 00.

85
PROJET NR 4
POISSON

1 2 3 4
Élément repercé en maillechort de Élément Élément Élément en fil
12/10-ème découpé en découpé et maillechort
laiton de encrané dans 12/10-ème,
20/10-ème les fils ajustés dans le
corps

Objectifs : l’apprenti doit être capable de :

- un reperçage correct ;
-un bon ajustage;
- un ajustage correct;
-un travail fini émerisé.

TP/
POISSON 6 heures

86
PROJET NR 5
PENDANTIF INITIALES

PENDANTIF INITIALES

DUREE DU TP : 12H

OBJECTIFS : L’APPRENTI(E) DOIT ÊTRE CAPABLE:


- DE SUIVRE AVEC PRÉCISION UN SUJET IMPQSÉ
-D’EFFECTUER UN PLIAGE CORRECT À LA PINCE
-DE PRÉPARER AVEC SOIN UN ASSEMBLAGE
-D’EFFECTUER UNE SOUDURE SIMPLE
-DE RÉALISER UNE BÉLIÈRE SIMPLE
TRAVAIL DEMANDÉ
-RÉALISER EN LAITON MAILLECHORT CE PENDENTIF INITIALES EN
RESPECTANT SCRUPULEUSEMENT LA POSITION DES LETTRES L’UNE PAR
RAPPORT À L’AUTRE (BIEN RECHERCHER LES LIGNES DE RÉFÉRENCE)
-CONSEILS CONSIGNES
-SOIGNEZ TOUT PARTICULIÈREMENT LE TRAÇAGE
-ATTENTION À LA DIMENSION DES PAILLONS DE SOUDURE
-LES DEUX INITIALES SONT SUR LE MÊME PLAN ARRIÈRE (LA LETTRE M SERA
COUPÉE EN DEUX ET RESSOUDÉE)
MATIERE D’OEUVRE:
* LAITON : DIAMÈTRE 15/10ÉME ⇒ LETRE S
* LAITON : ANNEAU ET BÉLIÈRE
* MAILLECHORT: 8/10 ⇒ LETRE M

87
PROJET NR 6
PENDANTIF INITIALES

BROCHE PARAPLUIE
DUREE DU TP : 12H

TRAVAIL A EFFECTUER
I.. 1- ÈRE PARTIE : DOME DE PARAPLUIE.
• EMBOUTISSAGE D’UNE DEMI-BOULE DE 18MM ET D’ÉPAISSEUR 15/10-ÉME.
• TRAÇAGE ET LIMAGE DE 16 GODRONS.
• FAÇONNAGE DE FESTON
II. 2-ÉME PARTIE : MARCHE DU PARAPLUIE.
• RÉALISATION D’UNE QUEUE DE BIFIARD DE LONGUEUR 5O MM ET DE
DIAMÈTRE 17/10-ÉME EN LAITON.
• MISE EN FORME ET ASSEMBLAGE DE LA QUEUE DE BIFIARD.
• FIXER UN ANNEAU FIL RANG DIAMÈTRE 3/LOÉME, SIMULANT LE
RACCORDEMENT DE LA POIGNÉE AVEC LA TIGE.
• LA PIÈCE SERA FINIE ÉMERISÉE
MATIERE D’ OEUVRE
- MAFFLECHORT.
- LAITON.

88
PROJET NR 7
OISEAU EMBOUTI

OISEAU EMBOUTI
DUREE DU TP : 16H

OBJECTIFS : L’APPRENTI DOIT ÊTRE CAPABLE DE:


- DE REPRODUIRE UN SUJET
- IMAGINER LE VOLUME DE L’OBJET
- EXÉCUTER UN EMBOUTI CORRECT
- EXÉCUTER UN ASSEMBLAGE
- EXÉCUTER DES STRIES À LA SCIE
TRAVAIL DEMANDÉ :
RÉALISER À L’ÉCHELLE I CET OISEAU EN UTILISANT LA TECHNIQUE DE
L’EMBOUTI POUR LE CORPS, LA MISE EN FORME DES AILES À LA PINCE.
ON NE RÉALISER PAS AU COURS DE CETTE APPLICATION LE SYSTÈME DE
FERMETURE DE CETTE BROCHE.
MATIÈRE D’ OEUVRE:
• MAILLECHORT
• CORPS PLANÉ : 8/100
• AILES PLANÉ : 8/100
• QUEUE PLANÉ : 8/10°

89
PROJET NR 8
CHEVALIERE CREUSE

CHEVALIERE CREUSE
DUREE DU TP : 14 H

OBJECTIFS : L’APPRENTI DOIT ÊTRE CAPABLE DE:

- METTRE EN FORME UN PLANÉ À UN DIAMÈTRE IMPOSÉ.


- PLIER DU PLANÉ SANS LE MARQUER.
- RÉALISER UN AJUSTAGE SOIGNÉ.
- RÉALISER UN BROSSAGE PROPRE.
- PRÉSENTER UN BIJOU SYMÉTRIQUE ÉQUFFIBRÉ.
- PRÉSENTER UN TRAVAIL PROPRE.

MATIERE DOEUVRE :

L’ENSEMBLE SERA PRIS DANS DU MAFFLECHORT 10/100.

90
PROJET NR 9
PENDENTIF 3

PENDENTIF 3

DUREE DU TP : 14 H

OBJECTIF : L’APPRENTI DOIT ÊTRE CAPABLE DE:


- RÉALISER UN ENSEMBLE SYMÉTRIQUE.
- RÉALISER UN CHATON DESCENDU.
- EFFECTUER UN ASSEMBLAGE PAR MONTAGE OU PLÂTRE.
TRAVAIL DEMANDE :
- RÉALISER LE PENDENTIF CI-DESSUS COMPRENANT 5 BRANCHES
IDENTIQUES MISES EN FORME, UN CHATON DESCENDU 5 GRIFFES, UN
ANNEAU ET UNE BÉLIÈRE.
- L’ENSEMBLE SERA RÉALISÉ DANS DU MAFFLECHORT DE 8/100. TRAVAIL
PRÉSENTÉ FINI EMERISÉ, PONCÉ.

PENDENTIF A CHATON (ECHELLE 1)

91
PROJET NR 10

OISEAU

OISEAU

DUREE DU TP : 14H

OBJECTIFS : L’APPRENTI DOIT ÊTRE CAPABLE DE:


- COMPRENDRE UN VOLUME À PARTIR D’UN DESSIN TECHNIQUE.
- RÉALISER UN ASSEMBLAGE D’ÉLÉMENTS EMBOUTIS.
- PRÉSENTER UN TRAVAIL PROPRE FINI ÉMERISÉ.

TRAVAIL DEMANDE :

- RÉALISER CET OISEAU EN MAILLECHORT DE 10/10.


- L’ENSEMBLE SE COMPOSERA DE 4 ÉLÉMENTS QUI SERONT ASSEMBLÉS PAR
BRASAGE ELÉMENTS: 1. CORPS 2.AILE 3. QUEUE 4.BEC.
- L’OEIL SERA PAR UN EMBOUTISSAGE DU PLANÉ.

MATIERE DOEUVRE :

PLAQUE LAITON 10/10

92
PROJET NR 11
Anneau à boules
Cet anneau est orné de petites boules en or ou en argent, au choix. Faites jouer votre
imagination, et créez d’autres variantes selon la forme du fil pour l’anneau ou la taille des
boules.

Il faut :
- Fil demi-jonc;
- 8 boules pleines
- Outils de base
- Brosse de soie

1. Commencez par faire un anneau simple, non poli et 8 boules pleines. Préparez un petit
tas de paillons de soudure moyenne et broyez du borax. Tenez l’anneau verticalement
avec une pince à feu. Déposez au pinceau un peu de borax sur le sommet de l’anneau.

93
2. Allumez le chalumeau et tenez-le dans la
main gauche (si vous êtes droitier). De
l’autre, saisissez une boule avec une pince à
feu et chauffez-la légèrement. Trempez-la
dans la coupelle de borax, puis amenez-la en
contact avec les paillons de soudure. Un
paillon se colle sur la boule.

3. Chauffez l’anneau jusqu’à atteindre presque la température de soudure il prend une


teinte rouge mat. Approchez ensuite la boule de l’anneau et chauffez-la en même temps les 2
éléments prennent la même teinte. Quand le paillon commence à fondre, posez la boule sur
l’anneau. Maintenez fermement. Enlevez le chalumeau, puis la pince à feu, la boule est
soudée. Dérochez et rincez.
4. Appliquez du rouge sur la soudure, puis
soudez une deuxième boule, diamétralement
opposée à la première. Posez l’anneau sur
une perruque pour éviter que le poids ne
repose sur la première boule.

5. Soudez ainsi toutes les boutes autour de


l’anneau, en passant chaque soudure au
rouge pour éviter à la soudure de couler.

94
6. Avec une lime dos d’âne, enlevez toute
trace de soudure, puis poncez à l’émeri pour
effacer toute marque de lime. Polissez au
tripoli et au rouge en employant une brosse
en soie pour nettoyer autour des boules.

PROJET NR 12
Trois anneaux entrelacés
Cette bague se compose de trois anneaux identiques. Pour vos premiers essais, choisissez
un fil demi-jonc en argent.

Il faut :
-Fil d’argent demi-rond larg. 3 mm, épais. 2 mm
-Outils de base
-Baguier

1. Faites 3 anneaux identiques, mais de taille nettement plus grande que pour un anneau
simple (tailles de plus sur te baguier). Ne polissez pas ces anneaux. Ils doivent être
parfaitement circulaires à ce stade on ne pourra plus les arrondir après l’assemblage.
2. Chauffez 2 anneaux à la flamme douce
pour faire réapparaître la ligne de soudure.
Laissez- les refroidir, puis sciez au niveau de
la soudure.

95
3. Ouvrez doucement les anneaux en faisant
glisser latéralement les extrémités avec 2
pinces plates. Les anneaux doivent rester
bien ronds.

4. Glissez l’anneau fermé dans l’un des


anneaux ouverts. Rapprochez les extrémités
l’une vers l’autre, en forçant légèrement vers
l’intérieur.

5. Glissez les 2 anneaux entrelacés dans le


troisième. Refermez de la même façon.

6.Fermez les anneaux à la soudure forte


en les maintenant dans des pinces à feu pour
éviter tout risque de soudure avec les autres.

7 .Passez la bague au déroché et limez


toute trace de soudure, en veillant à respecter la forme des fils. Poncez l’intérieur et l’extérieur
des anneaux à l’émeri et au tripoli, puis polissez au rouge.

96
PROJET NR 13

Bague ornée d’une feuille

Cette bague est ornée d’une fine liane enroulée autour de l’anneau et d’une feuille.
Sa réalisation fait principalement appel à la technique du limage.

Il faut :
-Fil d’argent rond de 3 mm pour l’anneau principal
-2 fils d’argent de 2 mm sur 5 mm de longueur pour les branches
-Plané d’argent carré de 15 mm, épais. 1,5 mm pour la feuille
-Fil d’argent, long. 20 mm, épais. 1,5 mm pour la liane
-Outils de base
-Baguier
-Pointe caoutchouc abrasif (facultatif)
-Tas de plomb ou dé à emboutir et bouterolles

1. Mesurez le doigt avec un baguier. N’oubliez pas d’ajouter l’épaisseur du métal pour couper
le fil à la bonne longueur. Réglez le compas à la longueur obtenue et reportez cette dimension
sur le fil rond. Sciez à l’extérieur du trait et limez l’excédent de métal.

97
2. Limez une extrémité de chaque branche
pour pouvoir les raccorder à L’oblique sur
la tige principale. Posez ces 3 éléments sur
un charbon ou une plaque réfractaire et
soudez-les à la soudure forte. Dérochez et
rincez.

3. Limez le fil à la lime demi-ronde pour


obtenir des stries, qui évoqueront l’aspect
végétal. Employez la face courbe de la
lime. Finissez la surface à l’émeri.

4. Saisissez une extrémité du fil dans une


pince demi-ronde et arrondissez-le avec les
doigts. La face ronde de la pince doit être à
l’intérieur de l’anneau. Répétez cette
opération sur l’autre extrémité du fil pour
obtenir une forme circulaire. Donnez un ou
deux coups de scie à la jonction de
l’anneau pour la parfaire, puis soudez à la
soudure forte ou moyenne. Protégez
éventuellement les soudures précédentes
au rouge. Dérochez et rincez.

98
5. Enfilez la bague sur un triboulet et
martelez-la au maillet de bois ou de cuir
pour l’arrondir.

6. Lorsque l’anneau est bien rond, limez


les bavures de soudure et finissez à
l’émeri ou avec une pointe caoutchouc
abrasive montée sur la perceuse.

99
7. Reportez le dessin de la feuille sur le
plané d’argent. Découpez le contour à la
scie, puis limez les bords pour obtenir une
forme nette et enlevez le papier.

8. Recuisez la feuille. Posez-la sur un tas


de plomb (protégé par du métal pour éviter
le contact plomb métal) ou sur un dé à
emboutir et frappez la bouterolle pour
l’incurver légèrement.

100
9. Serrez la feuille dans une pince demi-
ronde si elle est difficile à tenir et limez les
bords à la lime carrelette. Avec une lame
de scie, creusez les nervures de la feuille,
le long du centre et à l’oblique vers le
bord.

10. Posez la feuille à l’envers sur un


charbon ou une plaque réfractaire, prenez
l’anneau avec des brucelles et posez-le sur
la feuille. La feuille se loge entre les
branches, à l’opposé de la soudure de
l’anneau, soudez les éléments en plusieurs
points et dérochez.

11. Limez chaque extrémité du fil d’argent


en cône pour faire la liane.

101
12. Posez la bague en équilibre sur une
perruque pour souder la liane. Allumez le
chalumeau, tenez le fil dans des pinces à
feu et chauffez une extrémité avec la
pointe de la flamme. Trempez-la dans du
borax dilué, puis dans la soudure faible :
un paillon y adhère. Chauffez légèrement
la soudure commence à fondre.

13. Chauffez l’anneau qui devient


rouge vif. Lorsque la soudure commence à
fondre, approchez le fil de la naissance de
la feuille. Éloignez la flamme et, lorsque la
soudure se fige, écartez la pince à feu. Le
fil est fixé à l’anneau. Dérochez et rincez.

14. Enroulez la liane autour de la tige


principale. Le fil devrait être suffisamment
souple pour plier sous les doigts. Avec une
pince à bec rond, faites une petite boucle
à l’extrémité libre du fil. Appliquez cette
boucle contre l’anneau en l’écrasant
doucement à l’aide de la pince demi-ronde,
pour l’aplatir.

102
15. Appliquez soigneusement du borax sur
la liane, à la jonction avec l’anneau
principal, puis insérez-y des paillons de
soudure faible. Chauffez doucement
jusqu’à ce que le borax se fixe, puis
chauffez jusqu’à ce que la soudure fonde à
la jonction de la liane. Dérochez et rincez.
Limez toute trace de soudure à la lime dos
d’âne et finissez à l’émeri. Polissez enfin la
bague au tripoli et au rouge.

PROJET NR 14

Bague ornementée
Cette bague s’orne de fines spirales. Vous pouvez opter pour d’autres formes d’ornement,
ou employer des fils d’un autre profil pour border le sommet et le bas de la bague.

Il faut :

- Plané d’argent de 1 mm pour la bague


- Fil d’argent de 3 mm pour les bordures
- 4 fils d’argent de 0,5 mm pour les ornements
- Outils de base
- Baguier ou bande de papier
- Ruban adhésif
- Pied à coulisse (facultatif)
- Chiffon

103
1. Mesurez le doigt avec un baguier. Prenez 2 tailles de plus que nécessaire, car la bague est
large. Le numéro du baguier vous donne la longueur de métal nécessaire, à laquelle il faut
ajouter l’épaisseur du plané.
2. Réglez le compas sur la largeur de la
bague, 8 mm par exemple. Tracez une
bande de cette largeur sur le plané
d’argent. Si le bord n’est pas rectiligne, il
faut commencer par le limer.

3 Prenez une équerre pour tracer une


perpendiculaire au bord droit : c’est une
extrémité de la bague. Réglez le compas à
la longueur voulue sur le réglet et marquez
l’autre extrémité de la bague sur la ligne
que vous avez tracée au point précédent.

104
4. Tracez la deuxième extrémité de la
bague en tenant l’équerre contre le bord
droit du plané.

5. Découpez a la scie le rectangle de métal,


à l’extérieur des tracés. Limez les
extrémités et vérifiez à l’équerre qu’elles
sont perpendiculaires. Limez les bords à la
lime carrelette.

6. Finissez la surface à l’émeri pour


enlever toute marque d’outil. Ce travail de
surfaçage doit se faire avant de souder les
ornements.

105
7. Coupez 4 morceaux de fil fin de 3,5 cm
de
longueur pour les spirales. Saisissez une
extrémité dans une pince ronde et courbez
le fit avec les doigts.

8. Poursuivez la spirale en maintenant le fil


dans ta pince et en l’incurvant. Faites la
même chose de l’autre côté pour recourber
la spirale en S. Modelez ainsi les 3 autres
fils.

9. Disposez les spirales sur la bande de


plané pour vérifier qu’elles y trouvent leur
place. Les tailles de bague étant
différentes, il faudra peut- être faire une
cinquième spirale, ou bien les répartir sur
la longueur. Aplatissez-les ensuite en les
martelant légèrement sur un support plat.

106
10. Coupez de petits paillons de soudure
forte et disposez la bande de plané sur une
perruque pour y souder les spirales.
Trempez les spirales une à une dans du
borax dilué, puis placez-les sur la bande.
Avec la pointe du pinceau à borax,
appliquez les paillons de soudure sous les
spirales, à intervalles réguliers. Vérifiez ta
position des spirales, laissez sécher le
borax pour éviter la formation de bulles et
le déplacement des spirales sous l’effet de
la chaleur.
11. Chauffez la bande de métal de façon
régulière de bas en haut. En chauffant les
spirales par l’intermédiaire de la bande de
plané, vous évitez de les déformer.
Lorsque l’argent atteint la température de
soudure, laissez la soudure fondre le long
des spirales, en appuyant si nécessaire avec
la pointe des pinces à feu. Dérochez, puis
nettoyez à la brosse métallique et au savon.

12. Saisissez une extrémité de la bande de


métal dans une pince demi- ronde et faites
ployer le métal avec les doigts. La face
ronde de la pince doit toujours être à
l’intérieur de la courbe. Habillez le côté
plat de la pince de ruban adhésif de
masquage pour ne pas marquer les spirales.
Faites de même avec l’autre extrémité pour
obtenir une forme circulaire. Recuisez si
nécessaire pour refermer l’anneau.

13. Frappez l’anneau au maillet pour


rapprocher les extrémités. Maintenez la
bague contre la cheville et donnez
plusieurs traits de scie à la jonction pour
assurer un joint parfait. Ne vous inquiétez
pas si la bague prend une forme irrégulière,
pourvu que la soudure soit nette.

107
14. Soudez la bague à la soudure moyenne.
Placez les paillons de soudure sur
l’intérieur de la jonction et chauffez la
bague sur l’intérieur et l’extérieur pour que
la soudure se répande sur l’épaisseur du
plané.
les soudures précédentes au rouge pour
éviter qu’elles ne fondent. Dérochez et
nettoyez la brosse métallique et au savon.
15. Martelez la bague sur un triboulet,
au maillet de cuir ou de bois, en la
retournant plusieurs fois pour éviter qu’elle
ne s’évase. Recuisez-la si le métal
s’écrouit.

16. Limez l’excédent de soudure avec une


lime aiguille triangulaire ou dos d’âne
(pour ne pas entamer le fil de l’ornement),
puis finissez avec un morceau de papier
émeri. Évitez le cabron qui risque d’aplatir
les ornements.

108
17. Limez les bords de la bague à la lime
carrelette. Vérifiez que les surfaces sont
planes en posant la bague à plat. Limez
l’intérieur de la bague à la lime demi-ronde
ou feuille de sauge, puis finissez à l’émeri
pour éliminer toute trace d’outil, car vous
ne pourrez pas le faire après le soudage des
anneaux. Employez une goupille fendue ou
un triboulet de feutre pour passer l’émeri.

18. Mesurez le diamètre externe de la


bague
au réglet ou au pied à coulisse. Multipliez
ce nombre par 3,142 pour obtenir la
longueur de fil nécessaire pour chacun des
deux anneaux.

19. Coupez 2 morceaux de gros fil de cette


longueur, en sciant à l’extérieur du trait.
Repliez ce fil pour faire des anneaux, avec
des pinces demi-rondes, recuisez si
nécessaire. Il est inutile de recouvrir les
pinces de ruban adhésif. Donnez plusieurs
traits de scie à la jonction pour obtenir un
joint parfait.

20. Posez un paillon de soudure forte à la


jonction de chaque anneau, soudez, puis
dérochez-les. Arrondissez les anneaux sur
un triboulet, en les recuisant si besoin.
Vérifiez leur planéité en les posant sur une
surface plane et en les martelant.

109
21. Éliminez à la lime toute bavure de
soudure à l’intérieur et à l’extérieur des
anneaux, sans modifier le profil des fils.
Limez un bord plat sur un côté de chaque
anneau, à la lime carrelette, pour y souder
la bague.

22. Disposez la bague sur une perruque,


appliquez du borax sur son sommet, puis
posez des paillons de soudure faible à
intervalles réguliers. Assemblez alors les
anneaux à la bague. Faites fondre les
paillons en chauffant jusqu’à ce que la
soudure se liquéfie, puis éloignez
rapidement la flamme.

23. Trempez le bord plat d’un anneau dans


le borax et placez-le sur les paillons
fondus. Vérifiez que l’anneau est centré et
sa soudure alignée sur celle de la bague,
avant de souder les 2 éléments. Lorsque
l’anneau atteint la bonne température, la
soudure commence à fondre et l’anneau
adhère à la bague. Contrôlez que la
soudure fond complètement en faisant le
tour de la bague avec le chalumeau.
Dérochez, puis soudez de la même façon le
deuxième anneau. Dérochez, puis nettoyez
à la brosse métallique trempée dans le
savon et l’eau.

110
24. Limez avec soin toute bavure
de soudure, à la lime triangulaire.
Passez la bague décorée à l’émeri, et les
anneaux extérieurs au cabrons. Si vous
disposez d’une perceuse, montez-y une
goupille fendue habillée de papier émeri
pour éliminer toute marque sur l’intérieur
et l’extérieur de la bague avant de la polir.
Polissez au tripoli et au rouge en
employant une brosse en soie pour nettoyer
autour des spirales. Frottez-la au chiffon à
argenterie pour mettre les motifs en valeur.

PROJET NR 115

Boucles d’oreilles en filigrane

Des boules en filigrane d’une grande délicatesse, suspendues à de grandes boucles


d’oreilles. Légères, elles peuvent également être réalisées en or.

Il faut :
- Plané d’argent de 3 X 5 cm, épais. 1 mm
- 4 grands anneaux fermés faits d’un fil rond de 0,9 mm enroulé autour d’un mandrin de
6,5 mm
- 4 boules d’argent massif, diam. 1,5 mm
- 2 petits anneaux d’argent fermés
- 2 boucles d’oreilles en argent en 8
- Outils de base
- Dé à emboutir et bouterolles
- Brosse de soie

111
1. Reportez 4 formes aux pétales arrondis et
2 disques dentés sur le plané d’argent. Avec
un pointeau, marquez le centre de chaque
motif, puis tracez les cercles concentriques
au compas en réglant le compas sur les
dessins. Marquer les différents points du
cercle où aboutissent les rayons. Enfoncez la
pointe du compas au centre des motifs pour
reporter ces points sur le métal. Tracez les
lignes droites et courbes à la pointe à tracer
et au réglet. Découpez le contour des 4
formes aux pétales, avec une lame fine 4/0
ou 6/0.
1. Limez les bords des pétales à la lime
aiguille dos d’âne.

112
3. Avec la même lime, chanfreinez les bords
des pétales sur une face seulement, puis
limez une fente entre les pétales, presque
jusqu’au centre de la fleur.

4. Recuisez les t fleurs, puis emboutissez-les


dans le petit creux d’un dé à emboutir. Placez
une fleur dans le trou, la face Limée vers le
bas et utilisez une bouterolle dont la forme
épouse le creux du dé.

5. Continuez d’emboutir les fleurs jusqu’à ce


qu’elles prennent une forme hémisphérique
et identique. Frottez-les ensuite doucement
sur une lime carrelette pour niveler les
pointes des pétales.

113
6. Prenez les grands anneaux fermés et
placez- les sur une plaque à souder. Disposez
une fleur sur chaque anneau. Contrôlez
qu’elles soient bien centrées et que la pointe
soit en contact avec la soudure de l’anneau.
Appliquez au pinceau une pointe de borax
sur chaque point de contact, puis un petit
paillon de soudure forte. Soudez les fleurs
sur les anneaux à la flamme douce et
dérochez.

7. Passez l’intérieur de j chaque fleur à


l’émeri, avec une goupille fendue.

8. Percez un trou au centre de chaque disque


denté. Enfilez la lame de scie dans ce trou et
découpez le disque central. Découpez les
bords dentés. Limez les pointes à la lime
aiguille triangulaire, puis limez le trou
central. Passez les anneaux dentés sur un
cabron plat.

114
9. Frottez le bord de l’anneau de la fleur sur
une lime carrelette pour t’aplatir légèrement.
Trempez ce bord dans le borax, puis placez-
le au centre de l’anneau denté, sur une
perruque. Disposez de minuscules paillons de
soudure moyenne autour de la jonction et
chauffez doucement jusqu’à ce que la
soudure fonde. Dérochez et retournez la
pièce, l’anneau denté vers le haut. Disposez
une autre fleur par dessus, appliquez borax et
soudure. Soudez. Réalisez la deuxième boule
de la même façon. Dérochez et nettoyez à la
brosse métallique et au savon.

10. Passez la face externe des boules en


filigrane à l’émeri pour la lisser et effacer
toute trace d’outils. Faites-la tenir sur la
perruque pour éviter qu’elle ne roule. Soudez
une boule d’argent massif au sommet, avec
un petit paillon de soudure faible. Retournez
la pièce et soudez une boule d’argent de
l’autre côté. Les petites boules doivent être
bien centrées. Dérochez.

11. Limez le sommet d’une boule d’argent de


chaque pièce pour l’aplatir légèrement. Posez
une boucle sur la perruque et tenez un petit
anneau d’argent dans des brucelles, la
soudure vers le bas. Disposez un paillon de
soudure faible et un peu de borax à la
jonction et soudez l’anneau sur la petite
boule. Faites la même chose sur la deuxième
boucle, puis dérochez .

115
12. Pour finir, les boucles avec une brosse en
soie pour atteindre les détails sans Les user.
Glissez chacune dans un apprêt en 8, elles
Sont terminées.

116
BIBLIOGRAPHIE

Ouvrage Auteur Édition


Manuel d’apprentissage du bijoutier LOOSLI MERZ UBOS SERIPTAR
Joaillerie SCHAFFINER
Résume théorique et guide de travaux FARTOUT
pratiques / ABDALHAK
TRAVAUX PRATIQUE -METAL
Bijouterie MADELINE COLES EYROLES

117

Vous aimerez peut-être aussi