Vous êtes sur la page 1sur 11

Les consultations néonatales urgentes en 2019 :

Expérience du centre national de référence en


néonatologie
H. Aouraghe, A. Dibi, H. Knouni, N. Chahid, H. Aguenaou, A. Barkat 
Centre National de Référence en Néonatologie 
Faculté de Médecine et de Pharmacie - Université Mohammed V, Rabat, Maroc. 

Mots clés : Consultation urgente, nouveau-né, pathologie néonatale 


 

Introduction :  
« Les mères, les nouveau-nés et les enfants représentent le bien être d’une société et son
potentiel à venir. Si leurs besoins en matière de santé ne sont pas satisfaits, toute la société en
souffrira. » Lee Jong-Wook; Directeur de l’OMS de 2003 à 2009.
La période néonatale est une période de grande vulnérabilité. Bien que des situations
d’urgences peuvent évidemment survenir durant cette période, de nombreuses consultations aux
services d’accueil d’urgences peuvent être prévenues par une prise en charge et un suivi adéquats
dans des structures de soins primaires. [1]
La prise en charge néonatale a été depuis longtemps un sujet d’incommodité car la continuité
ininterrompue entre santé prénatale, néonatale et infantile n’est pas toujours assurée.
Le transfert des responsabilités de la maternité au centre de santé est une étape essentielle dans la
chaîne des soins, or les soins du nouveau-né sont souvent pris dans la faille entre les deux. Les
services de santé maternelle se considèrent comme dégagés de toute responsabilité après
l’accouchement ou lorsque la mère quitte l’hôpital avec son bébé. [2]
Au Maroc, des progrès remarquables ont été effectués en matière de la santé maternelle et
néonatale. Les accouchements médicalisés constituent actuellement 86,6 % avec un taux de
mortalité néonatale en baisse. L’ENPSF en 2017-2018 affirme que la mortalité néonatale a baissé
depuis 2011 de 21.5 à 13.7 décès pour 1000 naissances soit d’une valeur de 38 % en 7 ans [3].
Néanmoins, des iniquités persistent dans l’accès aux soins obstétricaux et néonatals entre
milieux urbain/rural, entre régions et entre niveaux socio-économiques. Le ratio de mortalité
maternelle en milieu rural est deux fois plus important qu’en milieu urbain et la mortalité
néonatale continue à représenter près de 62 % de la mortalité infanto-juvénile. Un taux dont les
causes sont dominées essentiellement par la prématurité, le faible poids de naissance, les
infections graves et l’asphyxie [4, 5].
Le centre national de référence en Néonatologie et en nutrition de CHU de Rabat, est considéré
le plus grand centre de médecine et de réanimation néonatales médico-chirurgicales au Maroc en
matière de prise en charge (PEC) des nouveau-nés.
Il s’assigne pour mission et objectifs : 
 La prise en charge intégrale du nouveau-né du point de vue médical, sanitaire,
hygiénique, nutritionnel et psychologique ;
 L’enseignement et la formation initiale et continue des médecins généralistes, des
pédiatres, des néonatologues et des cadres paramédicaux ;  
 La recherche clinique.  
Notre service assure annuellement 24h/24h, 7jours/7 l’accueil et la prise en charge des nouveau
nés de tous types. Ainsi une unité de consultation urgente néonatale a été mise en place, doté de
moyens techniques pour assurer un déchoquage.  
Cette unité a permis de placer le centre au cœur de la prise en charge et de réaliser des soins ou
des examens qui nécessitent la proximité d’un plateau technique, sans pour autant devoir être
hospitalisés plusieurs jours.
L’objectif de notre étude est de faire le bilan des consultations néonatales urgentes qui se sont
présentées en consultation au centre national de référence en néonatologie.

 
Matériel et Méthode :  
 
Une étude descriptive et rétrospective des patients adressés en consultation urgente du centre
national de référence en néonatologie à l’hôpital d’enfants de Rabat a été menée sur une période
de 12 mois allant du Janvier 2019 à Décembre 2019.  
Une base de données recueillie par le biais des registres de consultations des nouveau-nés de
l’année 2019, a permis d’extraire des données relatives aux caractéristiques de chaque nouveau-
né adressé, à savoir son âge, son terme, son sexe, son motif de consultation ainsi que l’unité de
référence. 
Ces nouveau-nés proviennent de la maternité Souissi (In Born), de la maternité Orangers, des
urgences médicales pédiatriques de l’hôpital d’enfants de Rabat, des étages pédiatriques ou de
structures externes. Toutes ces structures ne disposant pas d’un service de néonatologie, les
nouveau nés qui nécessitent une hospitalisation ou une consultation à la naissance sont transférés
en notre centre pour prise en charge.
Pour sélectionner les nouveau-nés, nous avons défini des critères d’inclusion et des critères
d’exclusion :
 Critères d’inclusion :
Sont inclus tous les nouveau-nés âgés de 0 à 28 jours, se présentant en consultation urgente de
néonatologie. Qu’il s’agisse de consultations directes sans avis préalable ou bien de ceux
adressés par un professionnel de santé.
Dans le cas de multiples consultations ou hospitalisations, nous avons choisi de ne tenir compte
que du premier passage du nouveau-né.
 Critères d’exclusion :
 Sont exclus tous les malades âgés de plus de 28 jours, les malades consultant pour un retour de
bilan ou pour un contrôle.

Il est primordial de définir les concepts utilisés dans ce travail : 


LE NOUVEAU-NE :   
Selon l’OMS, le nouveau-né est l’enfant âgé entre 0 et 28 jours. 
LA PERIODE NEONATALE : 
Peut être divisée en deux périodes distinctes :  
 Période néonatale précoce : la première semaine de vie de 0 à 7 jours.  
 Période néonatale tardive : entre 8 jours et 28 jours de vie. 
LE TERME :    
Selon la durée de la grossesse, le terme de naissance bénéficie de 3 définitions :  
 A terme : entre 37 et 41 Semaines de gestation + 6 jours.  
 Prématuré : < 37 Semaines de gestation.  
 Post-terme : ≥ 42 Semaines de gestation. 

Toutes les données ont été colligées au sein d’un tableau Excel® 2007 (Microsoft
Corporation) et l’analyse statistique a été réalisée par le logiciel SPSS (Statistical Package for
Social Sciences) 13.0.   
Ce logiciel nous a permis d’effectuer :
 Des analyses descriptives univariées des variables qualitatives et quantitatives : calculs
des effectifs, des fréquences, des moyennes et des médians.
 Des analyses analytiques bivariées : comparaison des variables qualitatives par le test de
Khi-deux [6], qui est un test statistique dédié aux données qualitatives avec deux
échantillons non appariés.
Les tests sont effectués avec un seuil de décision de p < 0.05 en considérant que :
 Si p < 0.05, la comparaison testée est considérée comme statistiquement
significative,
 Si p > 0.05, la comparaison testée est considérée comme statistiquement non
significative.
 
Le lancement de notre étude a reçu l’approbation du comité d’éthique de la faculté de
Médecine et de pharmacie de Rabat. Le respect de l’anonymat et la confidentialité des
informations étaient respectés, les parents ont été informées et donné leur consentement pour la
collecte des données. Nous déclarons ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cette
étude.

Résultats :  

1. Description de la population étudiée : 

        En 2019, 2202 nouveau-nés ont consulté en urgence au Centre National de Référence en
Néonatologie.  
32% venant de la Maternité Souissi (in born), 34.6% des urgences médicales pédiatriques, 22.5%
sont référés de la maternité Orangers, 7.5% des étages pédiatriques et 3.4% des structures
externes. 
Nous avons classé les nouveau-nés par tranche d’âge : les nouveau-nés âgés de 0 à 7 jours, puis
de 8 jours à 28 jours. Nous constatons que :   
- 450 nouveau-nés (20.4%) sont âgés entre 0 et 7 jours,  
- 1752 nouveau-nés (79.6%) sont âgés entre 8 et 28 jours. 
La moyenne d’âge des nouveau-nés est de 17 ± 7,78. La médiane est de 16 jours, avec des
extrêmes de 3 à 30 jours de vie. Nous constatons que 79.6% des nouveau-nés ont plus de 7 jours
de vie. 
Les nouveau-nés à terme ont représenté 96 % des cas (2115 cas) contre 4 % qui étaient
prématurés (87 cas). 
Les nouveau-nés de sexe masculin ont représenté 57 % des cas (1256 garçons) avec un sex-ratio
de 1.3. 
Les nouveau-nés hospitalisés ont représenté 28% contre 72 % qui ont reçu un traitement
ambulatoire ou des conseils de puériculture.

2. Les motifs de consultation des nouveau-nés : 


   

Durant notre étude, l’ictère néonatal est la principale cause de consultation avec 34.2%, suivie de
l’infection néonatale précoce qui est de 17.3% ensuite la détresse respiratoire avec 10.3%
(Tableau2).  

Tableau 2 : Les motifs de consultation


 
Motifs Effectif Pourcentage (%)
N=2202
Symptômes respiratoires Détresse respiratoire 226 10.3 %
Toux 39 1.7 %
Stridor 06 0.2 %
Obstruction nasale 75 3.4 %
Symptômes cutanés Ictère 752 34.2 %
Cyanose 83 3.8 %
Eruption cutanée 31 1.4 %
Causes infectieuses Fièvre 90 4%
Infection néonatale précoce 381 17.3 %
Conjonctivite 45 2%
Entérocolite UN 12 0.5 %
Symptômes neurologiques Convulsions 83 3.6 %
Hypotonie 94 4.2 %
Troubles métaboliques Hypoglycémie 34 1.5 %
Deshydratation 61 2.8 %
Symptômes digestifs Vomissements 42 2%
Diarrhées 30 1.3 %
Hémorragies digestives 16 0.7 %
Malformations congénitales 87 4%
Lésions traumatiques Bosse séro-sanguine 25 1.1%

3. Répartition mensuelle de la population étudiée : 

Notre étude a été menée sur une période de 12 mois allant du Janvier 2019 à Décembre 2019.
Sur la figure 2, nous représentons la répartition mensuelle de la population étudiée.
865 nouveau-nés ont consulté en période hivernale, avec un pic en novembre de 479
consultations.
260 nouveau-nés ont consulté en période estivale, avec un minimum de 71 consultations au mois
de Juin.
DISCUSSION : 
Sur notre période d’étude du janvier 2019 au Décembre 2019, 2202 nouveau-nés ont consulté
en urgence au centre national de référence en néonatologie. 
La naissance du nouveau-né et son accueil au sein de la famille sont souvent anxiogènes. Ainsi,
le moindre trouble survenant dans cette population entraine une inquiétude importante.  
Les nouveau-nés de moins de 28 jours sont vulnérables du fait de leur âge, de la fragilité et de
l’immaturité de certains de leurs organes ainsi que de leur système immunitaire. Cette fragilité
entraine un risque rapide d’aggravation de certaines pathologies. La prise en charge des nouveau
nés requiert donc une attention spécifique et appelle à la prudence pour ne pas sous-estimer la
gravité potentielle d’une pathologie. 
Notre étude rapporte une moyenne d’âge des nouveau-nés lors de la consultation de 17 ± 7,8
jours. Cette moyenne est similaire aux données de la littérature [7-8-9]. 
Les nouveau-nés de sexe masculin prédominaient légèrement à 57 % avec un sex-ratio de 1.3. 
Cette prédominance masculine a été retrouvée dans la quasi-totalité des études avec des sex-
ratios rapprochés à l’exception d’une étude au Congo où le sexe féminin était majoritaire. 
Des études menées aux États-Unis [10,11], en France [12] et en Tunisie [13] ont montré que
la prématurité augmente l’incidence de l’ictère néonatal, de la détresse respiratoire du nouveau-
né et du risque infectieux par rapport aux nouveau-nés à terme, résultant ainsi à une majoration
de la prévalence des admissions aux urgences et du taux d’hospitalisation au cours du premier
mois de vie. 
Les résultats dans notre étude ont montré que les nouveau-nés prématurés n’ont constitué que
4 % de la totalité des consultations contre les nouveau-nés nés à terme nettement majoritaires à
96 % des cas, du fait de la prise en charge immédiate de tous les prématurés nés in born au sein
du centre de national de référence en néonatologie et en nutrition.
Les motifs médicaux des consultations néonatales aux urgences pédiatriques sont
généralement dominés par les mêmes catégories de recours mais avec des degrés différents d’une
étude à l’autre.  
Dans notre contexte, l’ictère a constitué le motif de consultation le plus fréquent (34.2 %)
suivi par la symptomatologie infectieuse (24 %), puis par la symptomatologie respiratoire (15.7
%). La survenue de l’ictère est expliquée d’abord par l’absence du suivi de la grossesse et donc
la majorité des femmes marocaines ignorent leurs groupages sanguins, ainsi que la sortie précoce
de la maternité avant l’installation de l’ictère chez le nouveau-né.
L’absence du dépistage et du traitement des infections maternelles au cours de la grossesse,
l’absence d’antibioprophylaxie anténatale pour les mères porteuses du Streptocoque B, et le non-
respect des règles d’hygiène et d’asepsie pendant et après l’accouchement, sont des facteurs de
risque infectieux expliquant le nombre élevé des infections néonatales précoces.
Dans les différents travaux, les motifs digestifs et respiratoires étaient les plus fréquents. Ils
représentaient 40 à 50 % des recours selon les séries, suivis de l’ictère (15 à 20 %) puis les
motifs infectieux (6 à 15 %) [8, 14, 15, 16] 
Au terme des consultations des nouveau-nés, il a été jugé que la majorité des présentations
pouvaient être facilement gérées en externe puisque 72 % des nouveau-nés n’ont bénéficié que
d’un simple traitement ambulatoire et de conseils de puériculture, et seulement 28% ont été
hospitalisés en Unité de néonatologie ou en réanimation néonatale. 
L’évolution dans notre série a été comparable à celle d’Ung et al en Australie [17] et de Batu
et al en Turquie [15]. Au Congo, un taux d’hospitalisation plus élevé a été établi par Mabiala et al
[18] où la majorité des nouveau-nés (57 %) vus en consultation urgente ont été hospitalisés. 
Dans l’étude de Richier et al [14] seuls 25 % des nouveau-nés ont été hospitalisés contre 74 %
ayant retourné à domicile. Pour Millar et al [19] au Canada, seuls 16 % des nouveau-nés vus en
consultation urgente présentaient une affection grave nécessitant une
hospitalisation. Pomerantz et al. [20] aux États Unis ont constaté que 60 % des enfants admis en
consultation urgente l’ont été pour une situation relevant d’une simple prise en charge
ambulatoire. Enfin, Lutfi et al [21] ont rapporté que près de 90 % des nouveau-nés s’étant
présentés en consultation urgente ont été retournés à domicile immédiatement.   
 

Conclusion : 
Les nouveau-nés sont confrontés à une demande d’adaptation dans leur nouveau milieu de vie.
Ce changement de vie les expose à diverses pathologies de caractère urgence médicale, telles que
les infections néonatales, l’ictère, la souffrance néonatale, les détresses respiratoires et la
prématurité.
Notre étude, réalisée sur une période de 12 mois à l’hôpital de jour et la salle d’urgence du centre
national de référence en néonatologie a permis de répondre à certaines interrogations soulevées
par la consultation des nouveau-nés en urgence.
La période automno-hivernale est la période où les pics de fréquentation sont les plus élevés pour
ces nouveau-nés.
Ainsi les principaux motifs de consultation sont l’ictère néonatal et l’infection néonatale précoce
expliqués par l’absence d’un suivi approprié de la grossesse, et de la prise en charge adéquate des
infections maternelles en anténatal. 28% de ces nouveau-nés ont été hospitalisés, ceci souligne
l’existence de pathologies sérieuses ou nécessitant un minimum de surveillance.
REFERERENCE :
[1] Lee & al. Emergency Department Visits in the Neonatal Period in the United States, Pediatric
Emergency Care, Volume 30, Number 5, May 2014, Pages 315- 318.

[2] Organisation Mondiale de la Santé. Les nouveau-nés : on s’intéresse enfin à eux, Rapport sur
la santé dans le monde 2005, Chapitre 5, Pages 89-113.

[4] Ministère de la santé du Maroc. Enquête nationale sur la population et la santé familiale 2018
: Présentation des résultats préliminaires, 14 Mai 2018.

[5] Ministère de la santé du Maroc. Plan d’action 2012-2016 pour accélérer la réduction de la
mortalité maternelle et néonatale.

[6] Mishra, P., Pandey, C. M., Singh, U., Gupta, A., Sahu, C., & Keshri, A. (2019). Descriptive
statistics and normality tests for statistical data. Annals of cardiac anaesthesia, 22(1), 67.

[7] I. Claudet. La prise en charge du nouveau-né aux urgences pédiatriques, Soins pédiatrie/puériculture,
Volume 31, Issue 252, 01-02/2010, Pages 27-28

[8] I. Claudet et al. Fréquentation des urgences pédiatriques par les nouveau-nés, Archives de Pédiatrie,
Volume 19, N° 9, 09/2012, Pages 900-906.  

[9] M. Vesnitch. Le nouveau-né aux urgences pédiatriques du CHU de Nantes: Caractère approprié de la
consultation. Thèse de doctorat d’université de Nantes, 2008.

[10] S. Jain, J. Cheng. Emergency Departmnt Visits and Rehospitalizations in Late Pretem Infants, Clinics
in Perinatology, Vol 33, 2006, Pages 935-945
[11] Kuzniewiez et al. Hospital readmissions and emergency departments visits in moderate preterm, late
preterm and early term infants, Clinics in Perinatology. Vol 40, 2013, Pages 753-775

[12] H. Torchin et al. Epidémiologie de la prématurité: Prévalence, évolution, devenir des enfants, Journal
de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, Vol 44, 2015, Pages 723-731
[13] F. Amri et al. Prise en charge du nouveau-né premature, Journal de Pédiatrie et de puériculture, Vol
21, 2008, 227-231

[14] P. Richier et al.  Etude épidémiologique des consultations précoces des nouveau nés aux services
d’accueil des urgences pédiatriques, Archives de pédiatrie, Volume 22, Issue 2, 02/2015, Pages 135-140.
76  
[15]  Egzi Deniz Batu, Serap Yeni, Ozlem Teksam. The factors affecting neonatal presentations to
the pediatric emergency department, The Journal of Emergency Medicine, Volume 48, N°5, 2015, Pages
542–547.  
[16]  Harrold et al. Parental characteristics and perspectives pertaining to neonatal visits to the
emergency department: a multicentre survey, CMAJ Open, 2018. 
[17] S. Ung et al. Neonatal presentations to a Mixed Emergency Department, Journal of Pediatrics and
Child Health, Volume 43, 2007, Pages 25–28
[18] J. R. Mabiala-Babela et al. Consultations et réadmissions avant l’âge d’un mois aux urgences
pédiatriques, Brazzaville (Congo), Archives de pédiatrie, Volume 14, 2007, Pages 133–137. 

[19] Millar et al. Early neonatal presentations to the pediatric emergency department, Pediatric emergency


care, 2000, Volume 16, nº 3, Pages 145-150.  
[20] W.J. Pomerantz, C.J. Schubert, H.D. Atherton et al. Characteristics of non-urgent
emergency department use in the first 3 months of life. Pediatric Emergency Care, Volume 18, 2002,
Pages 403–408.   
[21]  Samawal Lutfi, Hilal Al-Rifai, Khalid Al-Ansary. Neonatal visits to the emergency pediatric center
and its implications on postnatal discharge practices in Qatar, Journal of Clinical Neonatology, Volume 2,
Issue 1, 01-03/2013, Pages 14-19.