Vous êtes sur la page 1sur 2

Correction TP1 Compte rendu de TP

Aujourd’hui nous allons parler de la distribution de l’énergie solaire et des températures associées en fonction de
différents paramètres : Comment expliquer les variations de températures latitudinales, saisonnières et journalières
observées ?

Pour répondre à cette problématique nous allons imaginer une manipulation afin de modéliser le trajet et l’impact des
rayons solaires sur le globe terrestre. Nous nous aiderons également des documents afin d’interpréter notre expérience
et les données fournies. Nous verrons dans un premier temps l’effet de la latitude sur les températures, puis l’effet des
saisons et nous finirons par l’effet du déroulement d’une journée pour expliquer la variation des températures.

Relation entre rayons solaires, latitude et température   :

Nous avons imaginé une modélisation qui reproduit par analogie, l’effet de la latitude sur l’insolation.

45° Lampe =soleil

Potence = support

Plaque perforée

Même écart globe-lampe

Etalement de la tache lumineuse


sur la feuille

Schéma du montage de la modélisation analogique faite en classe.

On constate que le rayon lumineux est plus concentré à 0° qu’à 45° où la tache lumineuse est plus diffuse (rayon oblique).
Donc pour un rayon de même puissance, l’insolation est supérieure à 0° (rayon perpendiculaire) car la surface éclairée est
plus restreinte qu’à 45°. Cela entraîne donc une plus forte hausse des températures à 0° d’inclinaison. Donc près de
l’équateur, l’insolation est supérieure que près des pôles.
Cela est confirmé par les 3 planisphères du document 2 : la répartition de l’énergie solaire étant supérieure (=340W/m²) à
l’équateur, les températures de surface de l’air y sont aussi plus importantes (25°C de moyenne contre 15°C à 45° de
latitude). Cette répartition des températures de surface définit donc les grandes zones climatiques du globe. Les climats
les plus chauds et humides sont donc près de l’équateur. Cela se confirme avec le tableau du document 1 : on voit que
plus la latitude de la ville est faible (donc proche de l’équateur), plus la température moyenne annuelle est élevée comme
à Sidney.

Relation entre rayons solaires, saison et température  :


La première partie du document 4 nous montre qu’en fonction de la saison, l’angle d’insolation n’est pas constant : pour
la même ville (Bdx), le soleil est moins haut dans le ciel en hiver qu’en été, ce qui crée un éclairement sur une surface plus
grande et plus diffuse. L’énergie solaire est donc moins concentrée en hiver, ce qui explique les T°C de l’ordre de
6.1°contre 18.3°C en juin. On remarque le même phénomène de températures à Montréal. Par contre, on constate que
les températures les plus basses se situent en juillet à Sidney et Ushuaia qui sont localisés dans l’hémisphère sud. Cela est
dû à l’inversion des saisons entre les 2 hémisphères et peut s’expliquer à partir du document de référence. Celui-ci
montre qu’au solstice d’hiver l’hémisphère Nord a une moins grande surface éclairée que l’hémisphère Sud. C’est
l’inverse au solstice d’été. On note que l’inclinaison du globe reste toujours constante et du même côté tout au long de
l’année !

Relation entre rayons solaires, heure du jour et température  :


La seconde partie du document 4 nous explique que l’insolation pour un point donné (Bordeaux) évolue aussi en fonction
des heures de la journée. Cela est dû à la rotation de la Terre sur elle-même en 24h. Les rayons lumineux seront plus
concentrés à Bordeaux quand ce point du globe sera pile en face du soleil : on parle aussi du fait que le soleil soit au
zénith, cela arrive à 12h.Puisque les rayons solaires sont plus concentrés à 12h, la surface terrestre les températures sont
les plus élevées aux alentours de 12h.

Conclusion  :

La distribution de l’énergie solaire n’est donc pas égale en fonction des endroits de la planète et du moment de la journée
ou de l’année.

On a donc une variation des températures à la surface de la Terre selon 3 facteurs qui s’additionnent :

- La latitude (plus on est près de l’équateur, plus il fait chaud tout au long de l’année).
- La saison en fonction de la position de la Terre autour du soleil (si on est en été, quel que soit l’hémisphère, cela
veut dire qu’une plus grande surface de cet hémisphère est éclairée et donc il fait plus chaud à cette période de
l’année).
- L’heure de la journée (la Terre tournant sur elle-même, elle est à son maximum d’insolation journalière aux
alentours de 12h, heures auxquelles il fait le plus chaud).

Vous aimerez peut-être aussi