Vous êtes sur la page 1sur 24

Université des Sciences et de la Technologie

« Houari Boumediene »

Faculté de Génie Civil


Laboratoire du Bâti dans l’Environnement

Chapitre III

CALCUL DES STRUCTURES


HYPERSTATIQUES
III- Calcul des structures hyperstatiques

1- Généralités:

L’analyse d’une structure réelle compliquée comportant des éléments surabondants


reste assez difficile, et l’image idéale de cette structure va dépendre essentiellement
des qualités d’intuitions du praticien qui la réalise.
Dans tous les cas, cette image qui constitue la structure idéale, sera composée
d’assemblage d’éléments discrets, dont le nombre va dépendre :
- du type de structures à analyser.
- de l’exactitude demandée pour le résultat.
- du temps et du budget alloué à cette étude.
L’assemblage étant réalisé, le point de jonction des ces éléments (barres) est appelé
nœud. Les nœuds particuliers qui lient cette structure au sol, sont appelés appuis.
VI-A/
III- Équations
Calcul de Navier-Bresse
des structures hyperstatiques

Pour les nœuds rigides, on suppose (par hypothèse) que les angles formés par les
barres au niveau de ces nœuds sont conservés (indéformables après déformation).
VI-A/
III- Équations
Calcul de Navier-Bresse
des structures hyperstatiques

2- Effets des charges extérieures:

T
M

 N R


P

{Y}
VI-A/
III- Équations
Calcul de Navier-Bresse
des structures hyperstatiques

Soient:

P : Chargement Extérieur

F : { M, N, T, et R }   
Déformée de chaque barre P  F Y

Y +
Déplacement des nœuds
M ( x)
- Intégration directe: y ( x) = 
a- Calcul de la déformée y(x) EI
- Paramètres Initiaux

- Charges Fictives
b- Calcul des Déplacements - Maxwell-Mohr
- Equations de Bresse
VI-A/
III- Équations
Calcul de Navier-Bresse
des structures hyperstatiques

  
P  F Y et 


Y = en fonctionde F

{Y}: Fixe

{F}: Inconnu
     Méthode des FORCES
 
S  F = Y

{F}: Fixe

{Y}: Inconnu
     Méthode des DEPLACEMENTS
 
K  Y = F
(III-A)
Méthode des Forces
I-A / Méthode des Forces

1- Principe de la méthode
La structure hyperstatique (S.) est libérée des liaisons surabondantes
constituées par les réactions d’appuis (syst. Hyperst. Ext.) et les sollicitations
internes (Syst. Hyperst. Int.) par l’introduction des coupures fictives qui sont en
général au nombre de (h), le système ainsi obtenu est isostatique et est appelé
Système Isostatique de Base (SIB).
Le principe de cette méthode consiste donc a établir une équivalence
cinématique entre (S.I) et (SIB) redressée par des équations de conditions
exprimant que les déplacements sont nuls au droit des appuis et continus au
droit des sections coupées pour mettre en évidence ces inconnus.

Choix de (SIB): le (SIB) est obtenu par la suppression d’un nombre de liaisons
surabondantes égal au degré d’hyperstaticité (h).
(SIB) doit être isostatique et indéformable (géométriquement stable).
I -A / Méthode des Forces

2- Degré d’hyperstatcité (h)


h=0: Systeme Isostatique
h = [INC] – [CON]
h>0: Systeme Hyperstatique
- Approche par suppression de liaisons simples

h = Nombre de liaisons supprimées


- Approche par le nombre de contours fermés

c: zone délimitée par barre-barre ou par barre-sol


h = 3.c - 1.a - 2.s a : Nombre d’articulations ou d’appuis doubles
s : Nombre d’appuis simples

hext = R − 3
h = lext + 3.r + 2.a − 3.b = hext + hint 
hint = h − hext
I -A / Méthode des Forces

3- Analyse Géométrique:

Cette analyse consiste a vérifier la stabilité géométrique des éléments


constituant la structure ainsi que cette dernière avec l’extérieure (sol), et ce afin
d’éviter la mobilité libre de la structure (Mécanisme, , instabilité ou invariabilité
géométrique)

Pour atteindre cet objectif, deux règles a vérifier:

Règle 1: Deux disques assemblés par un minimum de trois liaisons simple


forment un seul disque, si les supports (directions) de toutes les liaisons simples
ne soient ni parallèles ni concourantes au même point simultanément.

Règle 2: Trois disques assemblés entre eux par un minimum de trois pairs de
liaisons simple (six liaison simples), forment un seul disque, si les points
d’intersection des supports (directions) de ces pairs de liaisons ne se situent pas
sur le même alignement.
I -A / Méthode des Forces

hB = 0
 v
K SIB 1  B = 0
X2 X1  = 0
A
X3
 B
X3

hK g = hK d
X3
X2

 v
A h=3 B X1
X2 X1
SIB 2

 Kg =  v
Kd

A B  K g =  K d
I -A / Méthode des Forces

4- Equations de conditions:

Les équations de condition dans la méthode des forces sont donc développées
par aspect cinématique.
D’après le principe de décomposition et de superposition:

etat P etat 1

X1
B
B
A A

A h=3 B
etat 2 etat 3

X2 B B
X3
A A
I -A / Méthode des Forces

 =  ( P) +  ( X 1 ) +  ( X 2 ) +  ( X 3 ) = 0
h
B
h
B
h
B
h
B
h
B
 v

 B = v
B ( P ) + v
B ( X 1 ) + v
B ( X 2 ) +  v
B (X3) = 0
 =  ( P) +  ( X ) +  ( X ) +  ( X ) = 0
 B B B 1 B 2 B 3

1B = 1B ( P) + 1B ( X 1 ) + 1B ( X 2 ) + 1B ( X 3 ) = 0


2  2
3 3
1

 B = 2
B ( P ) + 2
B ( X 1 ) + 2
B ( X 2 ) + 2
B (X3) = 0
1
 3
A 
 B = 3
B ( P ) + 3
B ( X 1 ) + 3
B ( X 2 ) + 3
B (X3) = 0
2
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

Cas Général:

 1 =  11 X 1 +  12 X 2 +  +  1i X i +  +  1n X n + 1P = 0
 =  X +  X +  +  X +  +  X + 
 2 21 1 22 2 2i i 2n n 2P = 0



  i =  i1 X 1 +  i 2 X 2 +  +  ii X i +  +  in X n +  iP = 0


  n =  n1 X 1 +  n 2 X 2 +  +  ni X i +  +  nn X n +  nP = 0

i j  Déplacement (translation ou rotation) dans la direction (i) dû a une charge


unitaire (force ou moment) appliquée dans la direction (j) .

i P  Déplacement (translation ou rotation) dans la direction (i) dû au


chargement extérieur
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

11 12 ....1i ....1n   X 1   1 P  0


  22 .... 2i .... 2 n   X    0
 21  2  2P   
  
   
 
 
 

   + =  
 i1  i 2 .... ii .... in   X i   iP  0
       
       
 n1
  n 2 .... ni .... nn  
X n  
 nP  
0

 .X +  = 0


   Matrice de souplesse ou de déformabilité

X   Vecteur colonne des inconnus hyperstatiques (force ou moment)

  Vecteur colonne des déplacements (translation ou rotation)


isostatiques dus au chargement extérieur
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

5- Étapes à suivre: 1 t/ml D


F

2 t.m
A E C

1- Calcul du degré d’hyperstaticité. B

Tout est ouvert + pas d’articulations internes h= R-3=5-3=2: S-Hyperst

2- Choix du Système Isostatique de Base ( SIB).

D
F X1

C
A E
X2

B
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

Analyse Géométrique (A-G)

1ere R
(I) + (II) (I+II)
()
 St geometriquement Stable (Invariable)

()

3- Tracer des diagrammes de mP et mi .


6 D
D D
F 6 F F
X1=1
26 2
8 C C C
A E
A E 16 A E6 X2=1
6 6 6
mP m1 m2
B B B
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

4- Écriture du système d’ équations de conditions .

 1 1 X 1 +  1 2 X 2 + 1P = 0
h=2
 2 1 X 1 +  2 2 X 2 +  2 P = 0
5- Calcul des déplacements (ij et ip)
b l
mi .m j
 ij =   .dx   ij = mi  m j
1 0 E.I
b l
m p .mi
 ip =   .dx   ip = m p  mi
1 0 E.I

 1 1 = m1  m1 = 252 EI  1 p = m p  m1 = −220 EI
 2 2 = m2  m2 = 108 EI
 2 p = m p  m2 = −192 EI
 12 =  21 = m1  m2 = 36 EI
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

6- Résolution du système d’ équations.

7. X 1 + X 2 = 6.11  X 1 = RD = 0.65 


   
 1
X + 3. X 2
= 5.33   2
X = RC
= 1.56 

7- Calcul des moments au niveau des extrémités des barres.

 k =h

 M i→ j = mij ( p ) +  X k  mij ( k ) 

Barre [ i – j ]   k 
k =h 
M j→i = m ji ( p ) +  X k  m ji ( k ) 

 k

 D
F +
1 t/ml +
2
A + E + C t.m
+
B
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

M f = m p + X 1 m1 + X 2 m2
X 1 m1 X 2 m2
Barre mp 0.65 m1 1.56 m2 Mf
A→ E 0 0 0 0
[A–E]
E→A -26 +3.9 +9.36 -12.74
B→E 0 0 0 0
[B–E]
E→B +16 0 0 +16
E→C -2 0 +9.36 +7.36
[E–C]
C→E -2 0 0 -2
E→F -8 +3.9 0 -4.1
[E–F]
F→E 0 +3.9 0 +3.9
F→D 0 +3.9 0 +3.9
[F–D]
D→F 0 0 0 0
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

8- Expressions de M(x) et T(x).

M ( x) =  ( x ) + M g (1 − x / l ) + M d ( x / l )
 Md − Mg  (x) et t(x): moment et effort tranchant
T ( x) = t ( x) +   dans le tronçon isostatique
 l 
3.9 TFE
Barre [E-F]
F

 x2  x x
4
M ( x) = − + 2 x  − 4.1(1 − ) + 3.9( )
E
 2  4 4
 3.9 + 4.1 
T ( x) = 2 − x  + 
TEF 4.1

 4 
x2
M ( x) = − + 4 x − 4.1
2
T ( x) = − x + 4
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

9- Diagrammes de M(x) et T(x).

3.9 D D
3.9
F F -
12.74 0.65
16
2 + 4
A
4.1 E C A - E - C
7.36 4.2 1.56
+ 4
M(x)
B T(x).
B

10- Diagramme de N(x). Équilibre local des nœuds → à partir du diagramme


0.65 de T(x)
0.65
4
F 0 1.56
0 E 0
0
4.2
NFE NFE = +0.65 (Tract.) 4 NEB = -1.99 (Compress.)
NEB
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

0 D
F
0.65
+
0 0
A E C

- 1.99

N(x).
B
-Méthodes
I Énergétiques
-A / Méthode des Forces

11- Réactions d’appuis


Équilibre local des nœuds appuis → à partir des diagrammes
M(x), T(x) et N(x)
3.9 D D 0 D
3.9
12.74
F F - 0.65
F
0.65 +
2
A
16 + 4 0 0
4.1 E C A - E - C
A
E C
7.36 1.56
4.2
+ 4
- 1.99
M(x)
B T(x). N(x).
B B
A C D
4.2 F
1.56
0.65
RA 1.99 RC
4 A E C
B D 1.56
4.2
0.65 4
HB Rcts
RB RD 1.99 B

Vous aimerez peut-être aussi