Vous êtes sur la page 1sur 34

CHAPITRE 1

ASSEMBLAGES POUTRE-POTEAU
1.1 INTRODUCTION
Les assemblages d’encastrement
poutre-poteau composent une famille
très importante d’assemblages de
construction métallique et dans le
cas, très fréquent, des ossatures à
nœuds déplaçables, ils conditionnent
directement la stabilité globale de la
construction..
D’une manière générale, les assemblages d’encastrement poutre-
poteau doivent équilibrer :
la réaction d’appui de la poutre sur le poteau,
l’effort normal dans la poutre (souvent, négligeable),
le moment d’encastrement de la poutre sur le poteau.
Le plus souvent, cette dernière composante est de loin
prépondérante par rapport aux deux autres qui ne sont que
marginales, et détermine à elle seule la constitution de l’assemblage.
Différentes solutions constructives sont envisageables pour
réaliser ce type d’assemblages, mais deux seulement sont utilisées
de manière significative et qui sont :
la réalisation d’une soudure directe de la poutre sur le poteau
(assemblage soudé),
l’assemblage par platine d’extrémité boulonnée.

(a) Assemblage soudé (b) Assemblage par platine d'extrémité boulonnée


1.2 ASSEMBLAGES POUTRE-POTEAU PAR PLATINE
D’EXTRÉMITÉ BOULONNÉE
1.2.1 Introduction
L’assemblage poutre-poteau par platine
d’extrémité boulonnée consiste à souder en bout de
la poutre une platine, dite platine d’extrémité (ou
platine d’about), de hauteur au moins égale à celle
du profil de la poutre et comportant généralement
deux files verticales de perçages symétriquement
disposées de part et d’autre de l’âme de la poutre.
L’aile du poteau destinée à recevoir la poutre
présente des perçages homologues, permettant la
solidarisation des deux pièces. L’assemblage offre
sa meilleure efficacité lorsque la platine comporte, du
côté de l’aile tendue, un débord suffisamment
important pour recevoir une rangée complémentaire
de boulons.
Coupe A-A
Non raidi
A
tfc
tfb

Poutre
Assemblage boulonné (beam)
par platine d’extrémité MSd
sans boulons extérieurs VSd

Poteau
(column)
tp Soudure
Platine d’extrémité A
(End plate)

Raidisseur
(stiffner)

Poutre Assemblages Poutre


boulonnés
MSd MSd
VSd par platine VSd
d’extrémité
avec boulons
extérieurs
Raidisseur Poteau
Poteau

Raidi Non raidi


1.2.2 Comportement de l’assemblage
Le fonctionnement de cet assemblage
lorsqu’un moment de flexion lui est
appliqué, conduit à identifier, de manière
globale, trois zones différentes soumises à
un même effort :
la zone tendue de l’assemblage,
directement affectée par les tractions dans
les boulons et qui se subdivise en plusieurs
parties : l’âme de la poutre, l’âme du
poteau, la platine et l’aile du poteau ;
la zone comprimée de l’assemblage qui
comporte d’un côté de la platine une des
ailes de la poutre et une partie de l’âme
adjacente et de l’autre côté une certaine
hauteur de l’âme du poteau et le raidisseur
éventuel disposé en vis-à-vis de l’aile
comprimée de la poutre ;
la zone cisaillée de l’âme du poteau qui
fait la liaison entre zone tendue et zone
comprimée.
1.2.3 Résistance de l’assemblage à l’effort tranchant
La résistance de calcul à l’effort tranchant est calculée
comme si que le moment fléchissant n’existait pas. En
conséquence, la valeur de calcul de l’effort tranchant appliqué à
l’assemblage VSd doit vérifier les conditions suivantes :

VSd  n × Fs.Rd
et
VSd  n × Fb.Rd

où n est le nombre de boulons de l’assemblage.


1.2.4 Résistance de l’assemblage au moment de flexion (MRd)
L’annexe J de l’Eurocode 3 propose une méthode de calcul de
MRd mais en observant les limitations suivantes :
Les assemblages poutre-poteau boulonnés sont supposés n’avoir
que 2 boulons seulement dans chaque rangée de boulons.
La partie en saillie d’une platine d’extrémité débordante est
supposée n’avoir qu’une seule rangée de boulons.
La partie en saillie d’une platine d’extrémité débordante est
supposée ne pas être raidie.
La poutre et le poteau sont supposés être des profils I ou H.
La résistance au moment de flexion d’un assemblage poutre-poteau
boulonné dépend de :
la résistance de la zone tendue (voir 1.2.4.2),
la résistance de la zone comprimée (voir 1.2.4.3),
la résistance de la zone de cisaillement (voir 1.2.4.4).

1.2.4.1 Centre de résistance de la zone comprimée


Le centre de résistance de la zone comprimée se situe au milieu de
la semelle comprimée de la poutre.

Centre de résistance
de la zone comprimée
Âme du tronçon en Té

Semelle du tronçon en Té

1.2.4.2 Résistance de la zone sollicitée en traction


1.2.4.2.1 Semelle non raidie de poteau
On doit considérer que la zone tendue d’une semelle non
raidie de poteau se comporte comme une série de tronçons courts
en T d’une longueur totale égale à la somme des longueurs
efficaces correspondant aux schémas de lignes d’articulation des
divers boulons situés dans la zone tendue de l’assemblage, selon
suivante :
La longueur efficace leff propre à un boulon pour chaque
rangée doit être prise égale à la plus petite des valeurs
suivantes selon le cas concerné :
dans le cas de boulons intérieurs :
leff.a = p (figure (a))
leff.a = 4m + 1,25e (figure (b))
leff.a = 2m (figure (c))
dans le cas de boulons en extrémité de rangée :
leff.b = 0,5p + 2m + 0,625e (figure (a))
leff.b = 4m + 1,25e (figure (b))
leff.b = 2m (figure (c))
1.2.4.2.2 Semelle raidie de poteau
On doit considérer que la zone tendue d’une semelle raidie de
poteau agit comme une série de tronçons en T équivalents dont la
longueur totale est égale à la longueur efficace totale
correspondant aux dispositions de boulons de la zone tendue,
comme cela est montré à la figure suivante :
La longueur efficace leff pour chaque rangée de boulons doit
être prise égale à la plus petite des valeurs suivantes selon le
cas concerné :
dans le cas de boulons adjacents à un raidisseur :
leff.a = m
leff.a = 2m
dans le cas de boulons intérieurs :
leff.b = p
leff.b = 4m + 1,25e
leff.b = 2m
dans le cas de boulons en extrémité de rangée :
leff.c = 0,5p + 2m + 0,625e
leff.c = 4m + 1,25e
leff.c = 2m
Le coefficient  intervenant dans le cas (a) est donné à
l’abaque de la figure suivante :
1.2.4.2.3 Platine d’extrémité

La zone tendue
d’une platine d’extrémité
de poutre doit être
considérée agir comme
une série de tronçons en
T équivalents dont la
longueur totale est égale
à la longueur efficace
totale correspondant aux
dispositions de boulons
de la zone tendue,
comme cela est montré à
la figure ci-contre :
La longueur efficace leff pour chaque rangée de boulons doit être
prise égale à la plus petite des valeurs suivantes selon le cas
concerné :
dans le cas de boulons extérieurs à la semelle tendue de la
poutre :
leff.a = 0,5bp
leff.a = 0,5w + 2mx + 0,625ex
leff.a = 4mx + 1,25ex
leff.a = 2mx
dans le cas de la première rangée de boulons en dessous de
la semelle tendue de la poutre
leff.b = m
leff.b = 2m

Le coefficient  intervenant dans ce cas est donné à l’abaque


montrée précédemment.

dans le cas de boulons intérieurs :


leff.c = p
leff.c = 4m + 1,25e
leff.c = 2m

dans le cas de la rangée de boulons à l’extrémité inférieure :


leff.d = 0,5p + 2m + 0,625e
leff.d = 4m + 1,25e
leff.d = 2m
1.2.4.2.4 Résistance efficace des rangées de boulons
La résistance de calcul potentiellement maximale de la semelle du
poteau n’est généralement pas la même que celle de la platine
d’extrémité. Afin de déterminer la résistance de calcul réelle de la
zone tendue, on doit réaliser une répartition compatible des efforts
des boulons qui assure, pour chaque rangée, un équilibre entre ses
contributions à la résistance de calcul de la semelle du poteau et
celles de la platine d’extrémité de la poutre.

Rangée  Rangée 

Rangée  Rangée 
Aile du poteau Platine d’extrémité
Rangée  Rangée 

Rangée  Rangée 
1.2.4.2.5 Âme non raidie de poteau
La résistance de calcul d’une âme non raidie de poteau
sollicitée en traction transversale est donnée par la formule :
Ft.Rd = fyc twc beff / M0
Dans un assemblage boulonné, la largeur efficace de l’âme tendue
du poteau doit être prise égale à la longueur efficace totale
correspondant à la disposition des boulons dans la zone tendue de
l’assemblage.

1.2.4.2.6 Âme raidie de poteau


La résistance de calcul
d’une âme raidie de poteau Raidisseur
soumise à une traction MSd
transversale est au moins égale à
la résistance de calcul de la
semelle de la poutre, à condition
que les raidisseurs satisfassent
aux exigences suivantes :
L’épaisseur des raidisseurs ne doit pas être inférieure à celle
des semelles de la poutre.
Si la nuance d’acier des raidisseurs est inférieure à celle de la
poutre, on doit également procéder à une vérification de la
capacité des raidisseurs à résister aux efforts transversaux
appliqués par les semelles de la poutre.
Les soudures entre les raidisseurs et les semelles du poteau
doivent être dimensionnées pour résister aux efforts
transversaux appliqués par les semelles de la poutre.
Les soudures entre les raidisseurs et l’âme du poteau doivent
être dimensionnées pour résister aux efforts à transmettre dans
l’âme du poteau depuis les semelles de la poutre.
1.2.4.3 Résistance de la zone comprimée
1.2.4.3.1 Âme non raidie de poteau
La résistance de calcul à l’écrasement d’une âme non raidie de
poteau soumise à un effort transversal de compression est donnée
par la formule :
Fc.Rd = fyc twc beff / M0

Dans un assemblage rc tfc tp


boulonné, la largeur efficace
de l’âme comprimée du tfc
poteau est donnée dans le
cas d’un poteau en profil tfb
rc
laminé I ou H par : twc beff
beff = tfb + 2tp + 5(tfc + rc)
1.2.4.3.2 Âme raidie de poteau
La résistance de calcul d’une âme raidie
de poteau soumise à un effort
transversal de compression est au moins MSd
égale à la résistance de calcul de la
semelle de la poutre à condition que les
raidisseurs satisfassent aux exigences Raidisseur
définies en 1.2.4.2.6.

1.2.4.4 Résistance de la zone sollicitée au cisaillement


La résistance de calcul d’un panneau non raidi d’âme de poteau
soumis à un effort de cisaillement est donnée par la formule :
VplRd = (fyc Avc / 3 M0)
où Avc est l’aire cisaillée de la section du poteau.
En outre, on doit procéder à une vérification de la résistance au
voilement par cisaillement.
Déterminer la valeur de
calcul MRd de la résistance en
moment de flexion de
l’assemblage, sur la base des
rangées de boulons dans la
FtnRd
zone tendue réduite, par :
Ftn-1Rd hn
Ftn-2Rd
hn-1 MRd =  Fti.Rd  hi
Ftn-3Rd Où
hn-3 hn-2 Fti.Rd = valeur de calcul de
la résistance efficace d’une
rangée individuelle de boulons.

hi = la distance entre cette


rangée de boulons et le centre
de résistance de la zone
comprimée.
1.3 ASSEMBLAGES POUTRE-POTEAU SOUDÉS
Le soudage direct de la poutre sur le poteau s’accompagne le plus
souvent de la mise en place dans la hauteur du profil du poteau de
deux raidisseurs en prolongement des semelles de la poutre.
Dans un tel cas, l’assemblage ne pose
pratiquement pas de problème spécifique à
l’exception de la résistance en cisaillement
de l’âme du poteau. Celle-ci doit être au Raidisseur
moins égale aux efforts amenés par les
VSd MSd
semelles tendue et comprimée de la poutre
et est déterminée en utilisant les formules
usuelles de résistance en section ; un
Raidisseur
contrôle complémentaire doit être effectué
vis-à-vis du risque de voilement de
cisaillement du panneau d’âme compris
entre les deux raidisseurs.
Les cordons de soudures des semelles de la poutre et des
raidisseurs qui les prolongent, sur la semelle du poteau, doivent être
dimensionnés pour un effort identique.
Lorsque, en revanche, on se dispense de raidir l’aile du poteau au
droit d’une ou des deux semelles de la poutre, des phénomènes
importants de concentration de contraintes, à la fois dans l’aile de la
poutre et sa liaison soudée sur celle du poteau et dans l’âme du
poteau, apparaissent et doivent faire l’objet d’une vérification
particulière. Dans le cas où le poteau n’est pas raidi au droit de la
semelle tendue de la poutre, on doit considérer une largeur efficace
(réduite) beff, aussi bien pour le métal de base que pour les cordons
de soudures. Cette largueur efficace beff est déterminée par la
relation (pour un poteau en profil laminé I ou H) :
beff = min {[twc + 2rc + 7.(t2fc/tfb).(fyc/fyb)] ; [twc + 2rc + 7tfc]}

B Coupe B-B
B

VSd MSd beff


1.3.1 Dimensionnement des soudures de liaison de la poutre au
poteau
1.3.1.1 Dimensionnement de la soudure de liaison de la semelle
de la poutre au poteau
Les soudures de liaison de la semelle de la poutre au poteau doivent
être dimensionnées afin d’assurer la résistance FfbRd complète de
cette semelle.
FfbRd = fyb . tfb . bfb / M0
afb FfbRd
Prenons ici le cas de la réalisation d’une soudure
afb d’angle de gorge afb . On doit vérifier que :

 2
 3( 2   //2 )  0, 5

fu
 w   Mw
et  
fu
 Mw beff
F fbRd
  
2  a fb  l  l  2  beff  (2  rb  t wb ) rb (2rb + twb)
 //  0 twb
0,5
  F fbRd 
2
  F fbRd 
4   fu    fu
 et
  2  a fb  l     w   Mw  2  a  l    Mw
     fb 
F fbRd  2   w   Mw F fbRd   Mw
a fb  et a fb 
l   f u 2  l   f u

1.3.1.2 Dimensionnement de la soudure de liaison de l’âme de


la poutre au poteau
Les soudures de liaison de l’âme de la poutre au poteau seront
dimensionnées pour transmettre en priorité la capacité de
résistance à l’effort tranchant de la poutre, soit :
Avb  f yb
V plRd 
3  M0
avec :
Avb = Ab – 2bfb . tfb + (twb + 2rb) tfb
V plRd
Il s’agit de cordons latéraux d’où :  // 
2  awb  hwb
   0
VplRd // hwb
V plRd fu 3  V plRd   w   Mw
3  awb 
2  awb  hwb  w   Mw 2  hwb  f u

Remarque :
Une vérification complémentaire consisterait à s’assurer que le
cordon awb est bien suffisant pour transmettre le moment plastique
de la poutre. Il s’agit dans ce cas de cordons d’angle frontaux,
c’est-à-dire : F  2   w   Mw
awb  wbRd f yb
l  fu
M0
1 f yb
avec : FwbRd   hwb  t wb  FwbRd
2 M0 hwb /2
hwb

1  t wb   w   Mw f yb FwbRd
l  2    hwb  awb 
2  2   M 0  fu
1.3.2 Résistance de l’assemblage au moment de flexion (MRd)
L’annexe J de l’Eurocode 3 propose une méthode de calcul du
moment de résistance à la flexion d’un assemblage soudé poutre-
poteau MRd, et qui dépend de :
la résistance de la zone tendue (voir 1.3.2.1),
la résistance de la zone comprimée (voir 1.3.2.2),
la résistance de la zone de cisaillement (voir 1.3.2.3).

FtSd
VSd

FtSd = FcSd = VSd = FSd


hb - tfb MSd
MSd = FSd  (hb - tfb)

VSd
FcSd
1.3.2.1 Résistance de la zone tendue
1.3.2.1.1 Semelle non raidie de poteau
La résistance de calcul de la semelle non raidie d’un poteau
(en profil laminé en I ou H) soumise à un effort transversal de traction
est donnée par la formule suivante :
FtRd = beff . tfb . fyb / M0
où :
beff = min {[twc + 2rc + 7.(t2fc/tfb).(fyc/fyb)] ; [twc + 2rc + 7tfc]}
Dans le cas où :
FtRd < 0,7 . fyb . tfb . bfb
l’assemblage doit être raidi.

beff
1.3.2.1.2 Âme non raidie de poteau
La résistance de calcul de l’âme non raidie d’un poteau (en profil
laminé en I ou H) soumise à un effort transversal de traction est
donnée par la formule suivante : t rc fc

FtRd = beff . twc . fyc / M0


tfc tfb + 22afb
où :
beff = tfb + 22afb + 5(tfc + rc) tfb
rc
twc beff

1.3.2.1.3 Poteau raidi


La résistance de calcul d’un poteau raidi soumis à un effort
transversal de traction est au moins égale à la résistance de calcul
de la semelle de la poutre, à condition que les raidisseurs
satisfassent aux exigences définies en 1.2.4.2.6.
1.3.2.2 Résistance de la zone comprimée
1.3.2.2.1 Âme non raidie de poteau
La résistance de calcul à l’écrasement d’une âme non raidie de
poteau soumise à un effort transversal de compression est donnée
par la formule :
Fc.Rd = fyc twc beff / M0
Dans un assemblage soudé, la largueur efficace de l’âme comprimée
du poteau est donnée dans le cas d’un poteau en profil laminé I ou H
par :
beff = tfb + 22afb + 5(tfc + rc)
En outre, la résistance de l’âme du poteau au voilement devra être
vérifiée.

1.3.2.2.2 Âme raidie de poteau


La résistance de calcul d’une âme raidie de poteau soumise à un
effort transversal de compression est au moins égale à la résistance
de calcul de la semelle de la poutre à condition que les raidisseurs
satisfassent aux exigences définies en 1.2.4.2.6.
1.3.2.3 Résistance de la zone sollicitée au cisaillement
La résistance de calcul d’un panneau non raidi d’âme de poteau
soumis à un effort de cisaillement est donnée par la formule :
VplRd = (fyc Avc / 3 M0)
où Avc est l’aire cisaillée de la section du poteau.
En outre, on doit procéder à une vérification de la résistance au
voilement par cisaillement.

1.3.2.4 Moment résistant de l’assemblage


Le moment résistant MRd de l’assemblage est défini à partir de la
plus faible des 3 valeurs :
FtRd ; FcRd ; VplRd
c’est-à-dire:
FRd = min { FtRd ; FcRd ; VplRd}
donc :
MRd = FRd (hb – tfb)