Vous êtes sur la page 1sur 3

Le but du TP :

La détermination de la teneur en eau dans des pétroles bruts par entraînement à


l’aide de l’essence.
PARTIE THEORIQUE :
La présence de l’eau dans le pétrole cause un grand problème lors de la distillation
de ce dernier dans les colonnes de rectification.
Un volume d’eau à l’état liquide donne un volume 1600 fois plus grand à l’état
vapeur. La vaporisation rapide de l’eau provoque l’augmentation de la pression dans
la colonne. La pression élevée dans la colonne est l’une des raisons de la formation
des ruptures et des fuites. A cause de la charge de la colonne par les vapeurs d’eau
dont le volume est 10 fois plus grand que celui des vapeurs des hydrocarbures en
même quantité, la vitesse des vapeurs augmente de plusieurs fois.
Les vapeurs avec une vitesse élevée passent à travers les plateaux de la colonne en
entraînant les produits lourds et noirs. La grande vitesse des vapeurs ne donne pas
la possibilité au liquide de rester sur le plateau. Les produits lourds et noirs changent
la couleur et la composition fractionnaire de tous les produits obtenus. Ce
phénomène se nomme (soufflage des plateaux).
Pendant le soufflage des plateaux, le régime de la colonne est complètement
perturbé et les produits obtenus ne répondent pas aux normes.
La présence de l’eau dans le pétrole diminue la capacité de l’installation à cause de
la vapeur quelle donne et elle augmente aussi la consommation en combustible et
en eau de refroidissements.
Il ne faut oublier que dans l’eau, il y a des sels de calcium, magnésium et autres.
Ces sels se précipitent sur les parois des tubes des échangeurs de chaleur et elles
causent la diminution du coefficient de transfert de chaleur et même parfois leurs
bouchages.
L’eau est un poison fort pour un certains types de catalyseurs. Sa présence dans
les carburants diminue leurs pouvoirs calorifiques. Elle cause aussi le bouchage des
filtres des avions á haute altitude (– 40°C) car elle se cristallise.
La présence de l’eau dans les huiles accélère leurs susceptibilités á l’oxydation et
elle cause la corrosion des installations métalliques.

1
APPAREILLAGE :

On

OFF 4
ROTOR SPEED HEAT

Figure-1 : Schéma de L’installation de laboratoire de détermination de la teneur en Eau dans les produits
pétroliers

1. un ballon en verre.
2. un condenseur.
3. un tube de recette gradué.
4. un réchaud électrique.
2
METHODE :
Pour l’analyse, on prend 100 [ml] de pétrole brut. On mesure la température
ambiante. On met la prise dans un ballon (1). On rince l’éprouvette avec 50 [ml]
d’essence puis deux fois avec 25 [ml] pour éliminer les produits adhérents á la paroi
de l’éprouvette. Le contenu du ballon doit être aussi homogène que possible.
On assemble les éléments de l’appareil selon la figure-1. On Fait circuler l’eau
froide dans le réfrigérant. On met en marche le réchaud électrique. On règle le
chauffage de manière á avoir 2 á 5 gouttes par seconde dans le réfrigérant.
Poursuivre la distillation jusqu'à ce que le volume d’eau recueilli dans le tube ne
varie plus.
La durée de la distillation est d’environ 1 heure. Puis on arrête le chauffage. On
laisse le tube de recette et son contenu refroidir á la température ambiante.
On lit le volume de l’eau rassemblé au fond du tube de recette.
Calcul et expression des résultats :
La teneur en eau dans cette manipulation est exprimée en pourcentage volumique :
'
volume d eaudans≤tube de recette
eau % en volume= ∗100
volume de la prise d ' essai
D’après notre manipulation, on a obtenu le volume d’eau Veau=3 ml donc :
3
eau % en volume= =1 .5 %
200
Conclusion :
D’après ce TP, on a trouvé une faible teneur en eau dans le pétrole brut qui
représente 1.5% du volume total.
L’élimination d’eau (la déshydratation) est nécessaire pour prévenir les risques que
peut causer dans les procédés qui suivent pour cela on calcule la teneur en eau dans
les produits pétroliers pour déterminer si elle présente un risque ou elle est tolérée.

Vous aimerez peut-être aussi