Vous êtes sur la page 1sur 67

REPUBLIC OF CAMEROON

REPUBLIQUE DU CAMEROUN
Peace – Work – Fatherland
Paix – Travail – Patrie
MINISTRY OF HIGHER
MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT
EDUCATION
SUPERIEUR
UNIVERSITY OF NGAOUDERE
UNIVERSITE DE NGAOUNDERE

INSTITUT UNIVERSITAIRE DES TECHNOLOGIES DE NGAOUNDERE


BP :455 NGAOUNDERE
TEL :677112217/677512108
E-mail : Dstages2021@gmail.com
Division des stages, de la formation permanente et des relations avec les
milieux professionnels

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE


En vue de l’obtention du Diplôme Universitaire de Technologie (D.U.T.) à
l’Institut Universitaire de Technologie de Ngaoundéré

THEME :
CONCEPTION D’UN SÉCHOIR TUNNEL POUR LES
GRAINES DE COTON

MENTION : Génie Industriel et Maintenance (G.I.M)


PARCOURS : maintenance industrielle et production

Stage effectué du 03 juin au 27 aout 2021 à l’huilerie de la SODECOTON de GAROUA


Par
MENTION : Maintenance Industrielle et Productique (M.I.P)
MANPIA MAYOUK polycape
(19M062IU)

(19M062IU)

Encadreur industriel Encadreur école


Ing DJORWE
Responsable du service M. KEGNE Benjamin
maintenance Enseignant à l’IUT de Ngaoundéré

Année académique 2020/2021


Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

DÉDICACE
Je dédie ce travail :

À
la famille
MAYOUK

i
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

REMERCIEMENTS
Au terme de ce travail, nous tenons à exprimer notre profonde gratitude envers tous ceux
qui ont contribué à sa réalisation. Nous ne saurons commencer sans rendre grâce à DIEU
Tout puissant, miséricordieux sans qui rien de tout ceci n’aurait pu aboutir. Nos
remerciements
Vont particulièrement à :
• M.MOHAMADOU BAYERO, Directeur Général de la SODECOTON, pour nous
avoir accordé le stage.
• Encadreur industriel l’ingénieur DJORWE chef de service maintenance pour son
expertise
• M. DJIMONE MARITIME chef d’usine qui a validé ce thème ;
• Pr MOHAMMEDOU BOUBA ADJI Directeur de l’I.U. T de Ngaoundéré pour
l’attention portée pour notre formation.
• Encadreurs académique M. KENGNE Benjamin pour son suivi et son accompagnement
tout au long de ce travail.
• Tout le corps enseignant à L’I.U. T de Ngaoundéré pour la qualité d‘enseignement
dispensé et l’accent mis sur notre formation.

ii
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

TABLE DES MATIÈRES


DÉDICACE ............................................................................................................................. i
REMERCIEMENTS .............................................................................................................ii
LISTE DES FIGURES .......................................................................................................... v
LISTE DES IMAGES .......................................................................................................... vi
PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE ........................................................................ viii
I.1.ADRESSE DE LA SODECOTON ................................................................................ ix
I.1.1. PLAN DE LOCALISATION ...................................................................................... x
I.1.2. SECTEURS D’ACTIVITÉS DE LA SODECOTON................................................ x
I.1.3. ORGANIGRAMME HIÉRARCHIQUE DE LA SODECOTON .........................xii
I.1.4. ORGANIGRAMME HIÉRARCHIQUE DE L’HUILERIE DE GAROUA ...... xiii
I.1.5. PRÉSENTATION DES ATELIERS DE L’HUILERIE ....................................... xiv
RÉSUMÉ ................................................................................................................................ 1
ABSTRACT ........................................................................................................................... 2
INTRODUCTION ................................................................................................................. 3
CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTÉRATURE ............................................................. 4
I.1 GÉNÉRALITÉS SUR LES SÉCHOIRS INDUSTRIELS ........................................... 4
I.1.1 Définition ........................................................................................................................ 4
I.1.2 Les différents types de séchoirs ...................................................................................... 4
I.1.3. Description des séchoirs continus .................................................................................. 4
I.1.3.1 Séchoir à atomisation ................................................................................................... 4
I.1.3.2 Séchoir à cylindre chauffant ......................................................................................... 5
I.1.3.3 Séchoir à tambour rotatif .............................................................................................. 6
I.1.3.4 Séchoir tunnel ............................................................................................................... 7
I.1.3.5 Séchoir à bande ............................................................................................................ 8
I.2 GÉNÉRALITÉ SUR LA CONCEPTION ..................................................................... 9
I.2.1 Définition de la conception ............................................................................................. 9
I.2.2 Types de conception ........................................................................................................ 9
I.2.3 Méthodes de conception ................................................................................................ 10
I.2.3.1. Analyses de la valeur ajouter .................................................................................... 10
I.3 GÉNÉRALITÉ SUR L’ETUDE DE FAISABILITÉ .................................................. 10
I.3.1 Introduction ................................................................................................................... 10
I.3.2 les étapes d’un projet ..................................................................................................... 11
CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES .............................................................. 13
II.1. MATÉRIEL ................................................................................................................. 13
II.1.1. Les graine de coton ..................................................................................................... 13
II.1.2. Ressources logicielles ................................................................................................. 13
II.2. METHODES ................................................................................................................ 15
II.2.1. Démarche méthodologique ......................................................................................... 15
II.2.2. EMPLACEMENT DU SÉCHOIR .......................................................................... 17
II.2.3. MISE EN ŒUVRE DE LA CONCETION ............................................................ 17
II.2.3.1. Analyse fonctionnelle du système ........................................................................... 17
II.2.3.2. Analyse fonctionnelle du besoin .............................................................................. 18
II.2.3.3. Analyse fonctionnelle technique .............................................................................. 19
II.2.3.4. Cahier de charge fonctionnelle (CDCF) .................................................................. 20
II.2.3.4. Diagramme FAST ( Function Analysis System Technic). ...................................... 20
II.3. DIMENSIONEMENT DU SÉCHOIR....................................................................... 21
II.3.1. Calculs des éléments ................................................................................................... 21
1). Volume du séchoir ........................................................................................................... 21
2). Calculs des caractéristiques de la chaine.......................................................................... 22

iii
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

3) calculs sur les roues dentées .............................................................................................. 24


4) calculs sur le réducteur de vitesse ..................................................................................... 25
5). Calculs sur l’arbre d’entraînement ................................................................................... 26
6). Calculs sur les clavettes.................................................................................................... 27
7). Choix des paliers .............................................................................................................. 27
II.3.2. Dessin d’ensemble ...................................................................................................... 27
II.3.3. Dessin de définition .................................................................................................... 27
III.3.4. Schéma de principe .................................................................................................... 27
II.4. ÉTUDE DE LA FAISABILITÉ ................................................................................. 28
II.4.1. Évaluation de la faisabilité technique ......................................................................... 28
II.4.1.1. Recensement des pièces disponibles sur le site. ...................................................... 28
II.4.1.2. Notion de diagramme de ressource .......................................................................... 28
CHAPITRE III : RÉSULTATS ET DISCUSSION ........................................................ 30
III.1. EMPLACEMENT DU SÉCHOIR ........................................................................... 30
III.2. RESULTATS SUR LA MISE EN ŒUVRE DE CONCEPTION ......................... 30
III.2.1. Analyse fonctionnelle ................................................................................................ 30
III.2.1.1. Résultat du bête à cône ........................................................................................... 30
III.2.1.2. Résultat sur le diagramme pieuvre ......................................................................... 31
III.2.1.3. Cahier de charge fonctionnel (CDFC) .................................................................... 32
III. 2.1.4. Résultats sur l’application de la méthode FAST ................................................... 33
III.3. Schéma de principe ....................................................................................................... 34
III.3.1. Description de fonctionnement .................................................................................. 34
III.4. RÉSULTATS SUR LE DIMENSIONNENT DU SÉCHOIR ................................ 35
1). Calcul sur le volume du séchoir ....................................................................................... 35
2). Calculs sur la chaine d’entraînement ............................................................................... 35
3). Calculs sur les roues dentées ............................................................................................ 36
4). Calculs sur le réducteur .................................................................................................... 37
5.) Dimensionnement de l’arbre ......................................................................................... 38
6). Choix de la clavette .......................................................................................................... 38
7). Choix des paliers ............................................................................................................. 39
III.5. Dessin d’ensemble ........................................................................................................ 39
III.5.1. Dessin de définition ................................................................................................... 40
III.6. Éléments auxiliaires...................................................................................................... 41
III.7. Choix des matériaux ..................................................................................................... 41
III.7.1. Type de soudure à appliquer ...................................................................................... 42
III.8. ÉTUDE FINANCIÈRE ............................................................................................. 43
III.9. Maintenance de notre séchoir ....................................................................................... 44
III.10. Opération d’entretenir courant de l’équipement ......................................................... 44
III.11. Sécurité de fonctionnement ........................................................................................ 45
CONCLUSION ET PERSPECTIVES .............................................................................. 46
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES .......................................................................... 47
ANNEXE A .......................................................................................................................... 48
Annexe 1a : normes des clavettes et rainure......................................................................... 48
Annexe 2a : poids au mètre des chaines ............................................................................... 48

iv
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : plan 3D de localisation de l’huilerie SODECOTON Garoua.................................... x


Figure 2 : organigramme hiérarchique de la SODECOTON ...................................................xii
Figure 3: Organigramme hiérarchique de l’huilerie .............................................................. xiii
Figure 5: Le séchoir à atomisation ............................................................................................. 5
Figure 6 : séchoir à cylindre chauffant .................................................................................... 6
Figure 7 : séchoir à tambour rotatif............................................................................................ 7
Figure 8 : Séchoir tunnel ............................................................................................................ 8
Figure 9 : Séchoir à bande ......................................................................................................... 8
Figure 10 : démarche méthodologique .................................................................................... 16
Figure 11 :Les phases de l'analyse fonctionnelle ..................................................................... 18
Figure 12 : outil bête à corne ................................................................................................... 19
Figure 13 : Diagramme pieuvre ............................................................................................... 20
Figure 14 : Etapes du diagramme FAST................................................................................. 21
Figure 15 : Efforts sur la chaine ............................................................................................... 23
Figure 16 : Roue d’entraînement ....................................................Erreur ! Signet non défini.
Figure 17 : roue d’entrainement ............................................................................................... 24
Figure 18 : Diagramme des ressources .................................................................................... 28
Figure 19 : résultat bête à cône ................................................................................................ 30
Figure 20 : Résultat sur le diagramme pieuvre ........................................................................ 31
Figure 21 : Diagramme FAST du séchoir ................................................................................ 33
Figure 22 : Schéma de principe ............................................................................................... 34

v
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

LISTE DES IMAGES


Image 1: vue de l’atelier manutention graine ......................................................................... xiv
image 2 : aperçu de l’atelier de décorticage............................................................................ xv
image 3: aperçu de l’atelier chaudière La raffinerie .............................................................xvii
image 4 : aperçu de l’atelier raffinerie ................................................................................ xviii
Image 5 : constituants de la graine de coton ............................................................................ 13

vi
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: coordonnées de la SODECOTON .......................................................................... ix


Tableau 2 : description des fonctions de services .................................................................... 31
Tableau 3 : Tableau FCC (fonction, caractéristique, contrainte) ............................................. 32
Tableau 4 : nomenclature du schéma de principe .................................................................... 34
Tableau 5: caractéristiques de l’acier inox ............................................................................... 41
Tableau 6: caractéristiques de la soudure à effectuer .............................................................. 42
Tableau 7 : coûts estimatifs.............................................................Erreur ! Signet non défini.
Tableau 8: classification des modes de graissage .................................................................... 44

vii
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE
I.HISTORIQUE

Dans cette partie nous présentons l’entreprise dans laquelle nous avons effectué notre stage
en parlant de son historique, son plan de localisation, ses secteurs d’activités, ses différents
ateliers et son organigramme.
La partie septentrionale du Cameroun qui est en grande partie sahélienne, constitue un atout
indéniable pour la culture du coton. Cette culture fût introduite vers le seizième siècle à partir
du lac Tchad pour répondre aux besoins vestimentaires des populations locales. Cette matière
première textile qu’on appelle « Hottollo » en fulfulde qui est la langue locale était
essentiellement utilisée par les tisserands et autres tailleurs locaux. L’histoire de la
SODECOTON commence en 1913 avec les premières expérimentations de la culture de coton
à Pitoa par le Dr Wolf, cette culture est développée de manière intensive dans la partie la plus
montagneuse du pays. Vers 1927, on assiste à la création de la SCNCT (Société cotonnière du
Nord-Cameroun et du Tchad), puis en 1949 de la création de CFDT (Compagnie française pour
le développement des fibres textiles) qui est une société d’économie mixte et en 1951 la
compagnie Française de Développement des Fibres Textiles (CFDT) s’implante au Nord
Cameroun et développe la culture du coton en agriculture familiale ayant son siège principal le
village Kaélé. En 1974, cette société va être nationalisée afin de créer la Société de
développement du coton (SODECOTON) qui sera une entreprise pour gérer la filière coton. Sa
mission est donc d’organiser la production et la commercialisation du coton sur l’étendue du
territoire. Elle détient plusieurs sites de production à travers le Cameroun.
Sa privatisation totale est exigée par le Fonds monétaire international (FMI) depuis 1997 mais
rejetée par les paysans, ce qui a abouti à une privatisation partielle. La banque mondiale
souhaitait que la privatisation s’accompagne d’une ouverture du marché à la concurrence. Mais
d'autres spécialistes conseillaient de conserver l’intégrité de la filière, avec

viii
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

Comme actionnaire principal la CFDT, partenaire technique de la SODECOTON depuis des


décennies. Devenue entreprise para-privée, détenant un quasi-monopole du marché du coton
au Cameroun, la SODECOTON ne possède plus de plantations de coton, mais travaille en
partenariat avec les producteurs camerounais. En 2003 la SODECOTON était la 3ème
entreprise du Cameroun après la SONARA et les Brasseries du Cameroun. Elle était aussi
classée 8ème parmi les entreprises africaines les plus performantes. Du côté de ses débouchés,
elle a souffert de l'impact des OGM sur ses exportations et peu diversifié ses clients, qui
restaient essentiellement des producteurs locaux. Elle a subi ainsi la chute de la production
textile camerounaise. Entre 2005 et 2008, la consommation locale de coton brut est passée de
189 000 t/ans à 40 000 t/an, soit une chute de près de 78 %. L'ancêtre de la SODECOTON
jusqu'en 1974, la Compagnie française pour le développement des textiles (CFDT) avait
comme elle pour mission d’organiser au mieux la culture du coton. Avec les indépendances du
début des années 1960, la plupart des pays devinrent autonomes vis-à-vis de la direction
régionale et transformèrent ses filiales en sociétés cotonnières.
I.1.ADRESSE DE LA SODECOTON
Les coordonnées de la SODECOTON sont données dans le tableau 1 suivant.

Tableau 1: coordonnées de la SODECOTON


SODECOTON Société de développement de coton

Statut Juridique SOCIETE ANONYME MIXTE

Raison sociale SODECOTON

Siège social Garoua

Adresse B.P : 302 Garoua

Téléphone 222 27 20 80

Fax 222 27 20 68 Garoua

E-mail Sodecoton@sodecoton.cm

Capital 23.643.468.000FCFA

Secteur d’activité Industries agro-alimentaire

Activité Production et commercialisation de la fibre de coton, de l’huile


végétale et du tourteau

ix
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

I.1.1. PLAN DE LOCALISATION

La SODECOTON dans la ville de Garoua est subdivisée en trois grands parties à des
endroits bien distincts. Il s’agit de la direction générale, siège social basé au quartier
MAROUARE en plein cœur de la ville, l’huilerie est située dans la zone Industrielle à l’ouest
de la ville plus précisément au quartier DJAMBOUTOU et le service maintenance et
mécanique situé au carrefour CHAMP CHINOIS. L’huilerie de Garoua où nous avons effectué
notre stage s’étend sur une superficie d’environ deux kilomètres carrés traduisant ainsi
l’immensité des installations. Elle est limitée à l’est par la centrale Électrique de l’AES SONEL
à l’ouest par la SOCAPROD au sud par le camp d’habitation des cadres et au nord par les
magasins de stockage des balles de coton. Notons que dans le même secteur se trouve l’usine
d’égrainage de GAROUA III, le garage central et les locaux de la région de Garoua.
Localisation suivant de l’usine huilerie de Garoua

Figure 1 : plan 3D de localisation de l’huilerie SODECOTON Garoua


:
I.1.2. SECTEURS D’ACTIVITÉS DE LA SODECOTON
Les secteurs d’activités de la SODECOTON sont subdivisés en deux parties : une activité
industrielle et une activité commerciale.

1). L’activité industrielle

L’activité industrielle de la SODECOTON se concentre principalement sur la transformation


du coton qui est récolté dans les régions du nord et d’extrême nord. Cette activité se repartie
en deux parties :
L’égrenage : la SODECOTON possède 09 usines d’égrenage qui sont réparties dans les
localités des régions du grand nord Cameroun (Garoua, Mayo galke, Touboro, Ngong, Maroua,

x
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

Tchatibali, Kaele, Guider et Homé). Ces usines permettent de séparer les fibres de coton des
graines. Après séparation ses fibres seront conditionnées pour obtenir un produit final prêt pour
la commercialisation.
L’huilerie : la SODECOTON possède 02 usines d’huilerie qui se trouvent dans les villes de
Maroua et Garoua. Ces usines fabriquent de l’huile DIAMAOR et les aliments de bétails grâce
aux graines de cotons provenant des usines d’égrenage.

2). L’activité commerciale

L’activité commerciale de la SODECOTON est basée sur la vente des produits finis obtenus
dans les usines d’égrenage et d’huilerie. Cette activité s’exerce principalement par
l’intermédiaire de sa direction commerciale qui commercialise les produits de l’entreprise à
travers des canaux de distribution à l’échelle nationale mais aussi internationale. Les produits
mis en vente sur le marché sont les fibres de coton, l’huile DIAMAOR et les tourteaux (aliment
de bétail).

xi
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

I.1.3. ORGANIGRAMME HIÉRARCHIQUE DE LA SODECOTON

La SODECOTON est organisée autour d’un conseil d’administration, d’une direction


générale et de plusieurs autres directions. La figure ci-dessous représente l’organigramme
hiérarchique de la SODECOTON.

Conseil d’administration

Figure 2 : Organigramme hiérarchique de la SODECOTON

xii
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

I.1.4. ORGANIGRAMME HIÉRARCHIQUE DE L’HUILERIE DE GAROUA


L’organigramme hiérarchique de l’huilerie de Garoua est représenté par la figure ci-dessous :

Figure 3: Organigramme hiérarchique de l’huilerie

xiii
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

I.1.5. PRÉSENTATION DES ATELIERS DE L’HUILERIE


Les ateliers de là sont SODECOTON sont :

 Manutention graine

Les graines de coton en provenance des égrenages arrivent à l’huilerie chargées dans
des camions dont les poids sont préalablement évalués. Les graines sont par la suite
stockées soit dans les quatre silos de l’usine (voir l’image 1), ou envoyées dans la trémie
journalière à l’aide des élévateurs à godets et des transporteurs à chaînes ou vis sans fin.
Chaque silo et la trémie journalière sont respectivement de capacité 1500 à 100 tonnes.
Les graines passeront ainsi de la trémie journalière aux nettoyeurs.

Silos

Transporteur à vis

Silos Bac de stockage


Transporteur à

Bac de stockage

Image 1: vue de l’atelier manutention graine


 Atelier décorticage

Les graines de la trémie journalière possèdent des impuretés qui peuvent causer des dommages
aux différentes machines. Les trois (3) nettoyeurs prévus pour faire ce travail sont équipés d’un
plan de tamisage en tôle perforée refusant les corps étrangers plus gros que les graines de coton,
à l’exemple des cailloux, des matières indésirables et une partie de coton non égrené. Les boîtes
de ventilation des nettoyeurs permettent, grâce au courant d’air, de séparer les corps lourds.
Les graines de coton viennent alors frapper contre une tôle perforée à longs trous qui laisse
passer une partie du linter et de poussières restant dans les graines qui sont évacuées à
l’extérieur de l’atelier décorticage.

La matière grasse des graines de coton est contenue dans les amandes, c’est ainsi que ces
derniers sont brisés par les décortiqueuses de l’usine qui sont au nombre de trois (3) pour libérer

xiv
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

les amandes emprisonnées dans les coques. Pour faciliter l’arrosage et la percolation du solvant
à l’atelier d’extraction, on laisse en moyenne 12% de coques dans les amandes. Ainsi les
coques. Seront aspirées vers les batteurs pour récupérer les fines amandes, tandis que les
amandes sont envoyées dans l’aplatisseur. L’image ci-dessous donne l’aperçu de l’atelier.

image 2 : aperçu de l’atelier de décorticage

 Atelier pression

Le conditionneur cuiseur est constitué de huit étages qui sont traversés par les amandes, de
la vapeur injectée et de l’eau (débit d’environ 200l/h). Dans cette étape, les amandes sont cuites
par une alternance chauffage humide et cuisson sèche, les oléifères se dilatent et les membranes
cellulaires se fragilisent. C’est une opération capitale, car elle améliore l’extraction de l’huile
des amandes par solvatation. Par la suite, à l’aide des vis sans fin les amandes cuites sont
envoyées dans l’Expander (vis sans fin) en présence de vapeur (T=105°C) qui forme les collets
en pressant celles-ci pour leurs donner une forme de bâtonnets.
Ainsi, les collets formés vont être refroidis à environ 40°C avant d’être envoyés à l’aide d’un
transporteur à chaîne à l’atelier d’extraction par solvant.

 Atelier extraction

Dans cet atelier, l’huile contenue dans les collets est extraite par action d’un solvant : l’hexane.
Le principe d’extraction est le suivant : les collets qui arrivent dans l’extracteur sont arrosés à
contre-courant par de l’hexane pour extraire l’huile qu’ils contiennent par une extraction
solide-liquide. On obtient d’une part un mélange d’huile et d’hexane (miscella) et d’autre part
la farine déshuilée. L’hexane subsistant dans la farine déshuilée est récupéré par chauffage à
environ 70°C dans le Desolvantiseur Le tourteau en sort sous forme de farine désolvantée,
déshuilée et pulvérulente, qui par la suite, sera utilisée pour la fabrication d’aliment pour le
bétail. Le miscella obtenu sera neutralisée à l’aide de la soude caustique l’acide phosphorique

xv
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

pour donner l’huile brut. Le miscella (mélange huile + hexane) contient des acides gras libres
dont la présence donne un goût acide et par conséquence, nuit à sa conservation. Pour cela nous
utilisons une neutralisation alcaline pour les éliminer en présence de l’acide phosphorique. En
fait, la neutralisation alcaline à la soude caustique permet non seulement de précipiter les acides
gras libres par saponification mais aussi le gossypol, les mucilages, les substances colorantes
et les traces des métaux. La soude réagit avec acides gras libres (réaction ci-dessous) pour
former du savon alcalin appelé communément soap stock. Les pâtes de neutralisation sont
ensuite éliminées par centrifugation dans une centrifugeuse à assiettes. Le soap stock est
introduit dans le Desolvantizer en vue d’améliorer la valeur nutritive de la farine et de le rendre
plus appétant. Le miscella neutre obtenu après neutralisation subit une série de trois (3)
distillations pour éliminer le solvant restant dans celui-ci. L’hexane dont la température
d’évaporation est comprise entre 68° et 70°C est récupéré par condensation puis recyclé vers
le circuit d’extraction.

 Atelier pelletisation
Dans cet atelier on transforme la farine extraite de l’extraction en pellet. Le pellet est un aliment
très nutritif pour les bétails. Dans cet atelier on en produit deux types : le Soyabet qui provient
de Soja et l’Alibet qui provient du coton. Tout commence au niveau du mélangeur qui reçoit
divers ingrédients : la farine, les coques et une concentrées minérale constitué de calcaire,
chlorure de sodium et les vitamines. L’image ci-dessous présente une vue d’ensemble de
l’atelier.

 Atelier chaudière
C’est l’atelier le plus complexe de l’usine. Ici l’on produit de la vapeur d’eau sèche à partir des
coques. C’est une chaudière qui entre dans la nouvelle technologie de type RHENABLOC C
2801, il a été installé en 2010. Le but du processus est de faire passer des coques de coton dans
un foyer. L’on envoie ces coques à partir des vis et on utilise un ventilateur propulseur des
coques qui fonctionne à 23%, il dépend des coques. On a aussi deux ventilateurs d’air qui
fonctionne à 90%. Cette énergie calorifique produit par la combustion des coques a pour but
de faire bouillir l’eau à plus de 345°C avec une pression d’environ 25bar L’eau est traitée dans
l’osmoseur puis envoyer dans le dégazeur puis dans la chaudière (le foyer). Cette eau est ensuite
surchauffée fin d’avoir de la vapeur sèche.

xvi
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

image 3: aperçu de l’atelier chaudière La raffinerie

L’huile brute contient des impuretés qui nuisent à sa stabilité et lui communique des
mauvaises odeurs telles les acides gras libres, les matières mucilagineuses et gommeuses, les
matières sapides (aldéhydes et cétones) et le gossypol (composé toxique). Pour éliminer ces
impuretés, on procède au raffinage de l’huile brute afin de le rendre comestible. Ce raffinage
consiste en la décoloration et la désodorisation de l’huile.
 Décoloration
La décoloration a pour but d’éliminer la couleur foncée de l’huile de coton ou de soja, cette
opération se fait par action de la terre décolorante. L’huile est laissée en contact avec cette terre
à environ 90°C et une dépression d’environ 700 mm Hg dans un dé colorateur sous un vide
partiel, la terre décolorante fixe alors par absorption les pigments responsables de la couleur et
certains acides gras libres présents dans l’huile. La terre est ensuite séparée de l’huile par
filtration qui est une opération qui permet la séparation de l’huile et de la terre à vide par le
passage de l’huile terreuse à travers une membrane semi-perméable (filtres a plaque de type
Niagara).

 Désodorisation

L’huile de coton possède une odeur caractéristique qu’il faut éliminer. Le procédé consiste à
distiller sous vide à une température comprise entre 230 et 250°C. Dans ces conditions, les
produits odoriférants (aldéhyde, cétones…) se volatilisent. Ils sont éliminés par injection de
vapeur sèche.
Mais ce procédé intéressant ne dégrade pas la vitamine E (Tocophérol) produit stabilisateur qui
retarde l’effet de l’oxygène dans les huiles végétales. A la sortie du désodoriseur et du fait de
la séparation des acides gras libres, l’huile désodorisée est refroidie, puis filtrée et on y injecte
de l’azote pour sa conservation.

xvii
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

image 4 : aperçu de l’atelier raffinerie

 Fabrication bouteille et bouchon


F
C’est idans cet atelier qu’on fabrique les bouteilles et les bouchons dans lesquelles l’huile est
g
conditionnée.
u L’entreprise utilise des préformes qu’elle achète à une entreprise. Ces préformes
r tubes ayant une forme cylindrique. Ces préformes sont chauffées par de lampes à une
sont des
e
température allant de 140 à 160°C provoquant leur déformation, puis elles sont soufflées
4
provoquant leur refroidissement brusque et obtenir les bouteilles. Il est à noter que les bouteilles
: sont broyées et renvoyées vers l’entreprise qui fournit les préformes (le recyclage).
abimées
L
Pour ce
e qui est des bouchons elles sont fabriquées à partir de la lotrène qui mélangés au colorant
subissent
s un chauffage et un refroidissement. Les bouteilles et les bouchons sont envoyés par
é roulants vers l’atelier d’embouteillage
les tapis
c
h
o
i
r
à
a
t
o
m
i
s
a
t
i
o
n

xvii
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE
i
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

RÉSUMÉ

Le stage effectué à la société SODECOTON de GAROUA avait pour objectif de concevoir un


séchoir d’une capacité de 10t/h muni d’un système de convoyage à raclette La résolution de la
partie mécanique de ce travail nous a été attribué. Pour y parvenir nous avons commencé par
étudier l’emplacement du séchoir et recenser les informations utiles qui nous ont permis de
déterminer les éléments à dimensionner pour notre séchoir. Nous avons utilisé le diagramme
bête à corne pour énoncer le besoin, le diagramme pieuvre pour identifier les fonctions, le
cahier de charge pour détailler les attentes fonctionnelles de notre équipement, et le diagramme
FAST pour ressortir les solutions technologiques. Après avoir effectué le dimensionnement
nous avons utilisé le logiciel SOLIDWORKS 3D pour réaliser les mis en plans de
l’équipement, études statiques ainsi que la représentation du dessin d’ensemble. La deuxième
partie de notre travail qui a porté sur une étude de la faisabilité technique qui s’est basée sur la
détermination des différentes méthodes intervenants dans le processus de fabrication de notre
équipement et sur la maintenance de notre équipement. La dernière phase de notre projet
consacrée à l’analyse financière nous a permis d’estimer le coût d’achats des différentes pièces
du séchoir à une valeur d’environ 604000f.

Mots clés : conception, séchoir, graines de coton, coûts

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

1
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

ABSTRACT

The purpose of the internship at SODECOTON was to design a tunnel dryer whose energy is
superheated steam from the boiler to dry cotton seeds at around 10t / h. To achieve this we
started with the design of the equipment; Regarding this part, we carried out an inventory which
allowed us to have the elements that will help us size our dryer. We used the beast to horn
diagram to state the need, the octopus diagram to identify the functions of our equipment, and
the FAST diagram to highlight technological solutions. Following this, the SOLIDWORKS
3D software after dimensioning allowed us to represent the different parts of our equipment as
well as its 3D representation. The second part of our work, which focused on a technical
feasibility study which was based on determining the different methods involved in the
manufacturing process of our equipment, on the choice of material for the parts of our
equipment. The last phase of our project devoted to financial analysis allowed us to estimate
the cost of investments at a value around 1.202.000f. An analysis of the project led to a positive
net present value thus reflecting the viability of our project.

Keywords : design, dryer, cottonsee ,cost

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

2
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

INTRODUCTION

L’huilerie de la SODECOTON de Garoua rencontre des problèmes liés à l’humidité des


graines, ceci est dû aux mauvaises conditions de stockage. Les silos de stockage des graines étant
défaillants ; cela entraîne une humidité au-dessus de la norme et engendre des pertes énormes
lors du décorticage (séparation de l’amende et de la coque) et impacte sur le processus
d’extraction de l’huile. Pour pallier à ce problème la SODECOTON décide de mettre sur pied
un équipement pouvant utiliser l’énergie calorifique présent sur leur site et être capable de sécher
les graines de façon continue. Durant mon stage, l’entreprise m’a attribuée le thème
≪CONCEPTION D’UN SÉCHOIR TUNNEL POUR LES GRAINES DE COTON≫. En
somme nous nous sommes fixés pour objectif général, grâces à certains calculs de bases, de
dimensionner la partie mécanique du séchoir et de faire une étude financière pour évaluer les
coûts d’achat des différentes pièces. Pour mener à bien ce travail, nous allons dans une première
partie nous appesantir sur le cadre théorique de l’étude. Pour cela nous allons d’abord présenter
l’entreprise, au chapitre un, nous exposerons les fondements théoriques de l’étude à travers la
revue de la littérature, dans un deuxième chapitre nous allons présenter le matériel et les
méthodes utilisé et dans le troisième nous exposerons les résultats avant de conclure.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE 3


Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTÉRATURE

I.1 GÉNÉRALITÉS SUR LES SÉCHOIRS INDUSTRIELS


I.1.1 Définition

C’est un équipement qui permet de retirer une partie du solvant (généralement de l’eau) dans un
corps, par vaporisation de ce solvant.

I.1.2 Les différents types de séchoirs


On classe les séchoirs selon deux grandes familles :

1)Séchoirs continus
- Atomisation
- Cylindre chauffant
- Tambour rotatif
- Sécheur tunnel
- Sécheur à bande
- Sécheur silo
2)Séchoirs statiques
- Séchoir étuve
- Lyophilisation
- Séchoir à Lit fluidisé
- Sécheur à palettes / vis
Pour la suite de notre devoir nous nous intéresserons aux séchoirs continus.

I.1.3. Description des séchoirs continus


I.1.3.1 Séchoir à atomisation

Le séchoir à atomisation comprend 3 étapes :

1) Pulvérisation du produit
L’atomisation consiste à pulvériser la suspension à sécher en fines gouttelettes, souvent en partie
haute de l’enceinte. Le liquide peut être pulvérisé par atomisation centrifuge, par atomisation
sous pression (buse à simple fluide) ou par atomisation pneumatique (buse à 2 fluides). Cette
opération détermine la taille des gouttelettes produites (et leur granulométrie), leur trajectoire,
leur vitesse et par conséquent la dimension finale des particules sèches.

2) Mélange air-spray et évaporation de l’eau


Les gouttes formées tombent par gravitation dans un courant d’air chaud et sèchent jusqu’à
obtention d’un grain de poudre sec.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

4
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

Le contact de l’air avec le produit peut se faire selon un écoulement co-courant, contre-courant
ou mixte.
3) Séparation du produit sec de l’air rejeté

La récupération des poudres est effectuée par des cyclones, suivis ou non de filtres à manches
et de laveurs de gaz. Des variantes au procédé générique existent également (atomisation
multiple-effet, atomisation à 2 ou 3 étages). Produit liquide (doit être pompable) La figure ci-
dessous représente le séchoir à atomisation.

Légende

1. Entrée du produit humide

2. Pulvérisation des particules

3. Chambre de séchage

4. Sortie du produit sec

5. Cyclone de dépoussiérage

6. Fines

Figure 6 : séchoir à atomisation

Figure 5 : séchoir à atomisation

I.1.3.2 Séchoir à cylindre chauffant

Le procédé consiste à étaler le produit humide à sécher en film mince sur la paroi externe d’un
cylindre métallique, chauffé intérieurement (essentiellement par de la vapeur et par Infrarouge).
C’est la face externe du cylindre qui transmet la chaleur par conduction dans la couche de produit
humide en contact avec le cylindre.
Le schéma d’alimentation dépend essentiellement de la texture, de la concentration, de la
viscosité, du caractère mouillant du produit et de la sensibilité à la température. On distingue les
modes d’alimentation suivants en fonction du type de produit : Pour les fluides : alimentation
par trempage, par pulvérisation ou par rouleau encreur ; Pour les produits visqueux et pâteux :
alimentation par plusieurs rouleaux encolleurs en cascade (le produit est encollé sur le tambour
en couches successives, chaque rouleau satellite Est alimenté par raclage du précédent) ou en

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

5
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

parallèle (l’alimentation en couches successives se fait à partir de chaque rouleau satellite qui est
alimenté directement en produit frais).
Le cylindre tourne pendant que le film sèche. L’axe de rotation est horizontal et la longueur du
cylindre est plus réduite que pour un tambour rotatif. Le produit sec est raclé par un couteau et
emmené vers le conditionnement.
Des variantes au procédé générique existent également (sécheurs bicylindres, sécheurs
multicylindres). La figure ci-dessous illustre le séchoir à atomisation

Légende

1. Entrée produits
humides
2. Produits secs
3. Sortie produits secs

Figure 6 : Séchoir à cylindre chauffant


I.1.3.3 Séchoir à tambour rotatif

Ces séchoirs sont constitués d’un tambour (cylindre), généralement de grande longueur,
tournant lentement autour d’un axe légèrement incliné par rapport à l’horizontale. Le produit
humide est introduit en partie supérieure par un tapis ou une vis d’Archimède. Le produit
avance par gravité, les grains roulant les uns sur les autres. On les classe selon 02 grandes
familles, à savoir :
1) Séchoir tambour convectif (à léchage et brassage)
Dans certains cas, la paroi intérieure du cylindre est garnie d’aubes permettant de remonter le
produit et de le laisser tomber en pluie au cours de la rotation. Ce système accroît
considérablement la surface d’échange entre le produit et l’air et donc contribue à diminuer le
temps de séchage.
2) Séchoir tambour conductif

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

6
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

La paroi du cylindre est chauffée extérieurement par des gaz de combustion. La face interne du
cylindre assure par conduction la transmission de la chaleur au produit humide. Un écoulement
d’air est nécessaire pour l’extraction de la vapeur d’eau.
Des variantes au procédé générique existent également (sécheur tambour à double ou triple
passages). La figure ci-dessous illustre le séchoir rotatif.

Légende

1. Entrée du produit humide


2. Léchage air chaud
3. Sortie du produit sec
Figure 7 : séchoir à tambour rotatif

I.1.3.4 Séchoir tunnel


Un sécheur tunnel est constitué d’une enceinte fixe dans laquelle le produit à traiter se déplace
longitudinalement d’une extrémité à l’autre de l’enceinte.
- Transport du produit
Le produit initial est déposé, à l’entrée du tunnel, au moyen d’un dispositif adéquat, qui peut
être une bande oscillante, une vis d’étalement, un distributeur vibrant ou une boudineuse.
La matière est transportée sur un tapis unique (en tôles pleines ou perforées, en grillage, en toile
tissée).
- Séchage du produit
L’apport de chaleur au produit se fait généralement par l’intermédiaire d’un fluide de séchage
(circulation d’air chaud). D’autres modes de transfert de la chaleur sont également possibles.
Des variantes au procédé générique existent également (sécheur tapis à tabliers en série ;
sécheur tapis à tabliers superposés ; sécheur chariot ; sécheur à balancelles).la figure ci-dessous
illustre un séchoir tunnel

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

7
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

Légende
1. Entrée du produit humide
2. Produit en défilement
3. Sortie du produit sec

Figure 8 : Séchoir tunnel


I.1.3.5 Séchoir à bande

Le produit défile sur une rame en étant maintenu par des picots, qui permettent d’agir sur la
longueur et la largeur du produit final, c’est-à-dire sur la stabilisation dimensionnelle du
produit.
L’apport de chaleur au produit se fait généralement par l’intermédiaire d’un fluide de séchage
(circulation d’air chaud). L’utilisation des énergies radiantes est aussi possible.

1. Filtration de l’air

2. Chauffage de l’air Filtration


de l’air

Figure 9 : Séchoir à bande

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

8
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

I.2 GÉNÉRALITÉ SUR LA CONCEPTION

I.2.1 Définition de la conception

Le trésor (Dictionnaire) de la langue française définit la conception comme le fait de « former le


concept, l’idée générale ou non d’un objet, par l’extension, c’est représenté un objet par la pensée
».

Selon AFNOR, la conception est « l’activité créative qui, partant des besoins exprimés et
des connaissances existantes, aboutit à la définition d’un produit satisfaisant à ces besoins et
industriellement réalisables » (AFNOR, 1998).
D’après SEVILLA, la conception est « l’ensemble des actes professionnels
(génération des concepts, globaux ou de détails, pratiques ou théoriques), qui permettent le
développement d’un produit nouveau depuis l’élaboration de son cahier de charges jusqu’à la
définition des conditions de son usage et de sa maintenance chez l’utilisateur, en passant par
celles de ses méthodes de production et de mise sur le marché par l’entreprise équipementière
qui le fabrique ».
Fonction : une fonction est d’après la norme NF X 50-150 : « l’action d’un produit ou de
l’un de ses constituants exprimés exclusivement en termes de finalité ».
Besoin : le besoin est l’émergence d’une nécessité, d’un désir éprouvé par un individu ou
groupe d’individus. Ce besoin peut être satisfait par un produit.
Produit : le produit est défini par le dictionnaire Larousse comme étant le résultat d’une
activité. Il peut inclure les services, les matériels, les produits issus de processus à caractère
continu, les logiciels, ou une combinaison de deux.
Utilisateur : le petit Larousse défini l’utilisateur comme une personne qui fait l’usage d’un bien
ou d’un service. L’utilisateur est celui qui, se servant d’un produit, satisfait son besoin
fondamental ; celui qu’il faut considérer plus pratiquement au moment de la conception.

I.2.2 Types de conception

On peut classer la conception en trois types.


1) La conception innovante où l’on ne s’appuie pas sur l’existant ;
2) La conception routinière où l’on part d’un prototype que l’on améliore ;
3) La conception par similitude où l’on s’inspire d’un objet ou d’un phénomène existant.
La conception par similitude est celle qui sera employée dans la suite de ce travail.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

9
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

I.2.3 Méthodes de conception


I.2.3.1. Analyses de la valeur ajouter
Définition
Selon AFNOR (NF X 50-150), l’analyse de la valeur est « une méthode de compétitivité,
organisée et créative, visant la satisfaction de l’utilisateur, par une démarche spécifique de
conception, à la fois fonctionnelle, économique et pluridisciplinaire ». La valeur d’un produit est
une grandeur qui croit lorsque la satisfaction du besoin augmente et /ou que le coût du produit
diminue. La valeur peut être considérer comme le rapport entre l’aptitude aux fonctions divisée
par le cout des solutions. Cette démarche s’intéresse au produit, repose sur ces concepts, s’appuie
sur des couts, s’articule sur des fonctions, utilise des outils normalisés et impose des conditions
de mise en œuvre. Ici, le plan de travail à 7 phases :
1. Orienter l’action ;
2. Rechercher l’information ;
3. Analyser fonctionnellement ;
4. Rechercher les idées et voies de solution ;
5. Etudier et évaluer les solutions ;
6. Bilan prévisionnel et proposition de choix ;
7. Suivre la réalisation.

Ainsi, l’analyse de la valeur peut donc être utilisée soit pour améliorer un produit ou un service
déjà existant, soit être mise en œuvre directement au moment de sa conception. Le but étant de
concevoir un « produit » parfaitement adapté aux besoins de son utilisateur avec un coût de
réalisation plus faible. Le produit peut être existant ou nouveau, simple ou complexe, répétitif
ou unique, mais être un processus administratif ou industriel, un service interne à une entreprise
ou vendu par une entreprise.

I.3 GÉNÉRALITÉ SUR L’ETUDE DE FAISABILITÉ

I.3.1 Introduction
L'Étude de faisabilité dans la gestion de projets est une étude qui permet de prouver que le projet
est techniquement faisable et économiquement rentable. Le but de l’étude de faisabilité est de
vérifier que « théoriquement » le projet technologique est cohérent avec la stratégie et les moyens
de l’entreprise. Il est donc nécessaire d’aborder le projet sous toutes ses coutures afin de valider
l’idée et d’évaluer sa :

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

10
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

 Faisabilité technologique
 Faisabilité commerciale
 Faisabilité juridique
 Faisabilité économique
 Faisabilité organisationnelle

Cette phase doit être concluante pour décider de la poursuite du projet et s’assurer par
conséquent, le maximum de chance de succès. Ainsi le projet se poursuit donc à travers plusieurs
étapes.

I.3.2 les étapes d’un projet


Ici on pourra citer 06 étapes
1. Validation de l’idée retenue
Valider l’idée, c’est la confronter à l’existant, réaliser un état de l’art (rassembler un maximum
d’informations disponibles sur le sujet), afin de décider de la suite à donner au projet. Ces
informations sont d’ordre technique principalement. Elles permettent notamment de vérifier le
caractère innovant de l’idée et concernent également les concurrents, leur stratégie en propriété
intellectuelle (brevets…)
2. Étude de la faisabilité technique
Une fois que l’idée a été validée, il faut s’assurer que la technologie envisagée peut être intégrée
dans votre entreprise et sous quelles conditions (recours à une recherche, à un développement, à
une adaptation, à un transfert, …).
3. Étude de la faisabilité commerciale
Il s’agit de s’assurer qu’un marché existe pour ce nouveau concept. Il ne sert à rien d’investir du
temps, de l’énergie et des moyens financiers dans la concrétisation d’une idée, aussi bonne et
innovante soit elle, si personne n’est prêt à l’acquérir.
4. Étude de la faisabilité économique
Il faut s’assurer que les coûts et les délais soient acceptables. Toute technologie a un coût. Vous
devez donc avoir une idée des ressources financières qui devront être dégagées pour concrétiser
le projet. Parallèlement à la technologie et au coût, l’estimation du temps que prendra le projet
est un facteur clé de décision de lancement ou d’abandon.
5. Étude de la faisabilité juridique
Il convient de vérifier les législations en vigueur dans le marché visé. Si on s’attaque à un marché
possédant une législation spécifique (agro-alimentaire, médical, chimie, …) ou qui doit satisfaire
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

11
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

à des normes environnementales par exemple, l’étude de faisabilité devra s’assurer qu’il est
possible d’accorder la faisabilité du projet avec ces législations, mais pas à n’importe quel prix.
6. Étude de la faisabilité organisationnelle
L’entreprise devra également s’assurer qu’elle aura la capacité de dédicacer une partie de son
personnel et de ses équipements à la gestion et à la réalisation du projet. Au bout du compte,
l'étude de faisabilité doit justifier le projet en termes d’objectifs chiffrés, réalistes, mesurables et
atteignables, dans un contexte donné tout en présentant les moyens pour les réaliser (Belzile et
al., 1995).

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

12
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES

Dans ce chapitre nous présenterons le matériel utilisé pour notre travail et ainsi que
la méthodologie déployée pour résoudre notre problème.

II.1. MATÉRIEL

II.1.1. Les graine de coton

Le coton-graine est composé de :


Fibre d’une proportion de 30 à 45%
Graines 53 à 65%
Soit 0-7% de l’inter,
13-15% de coques et 35-45% d’amandes.
Masse : 0.005g
Epaisseur : 3 à 5 mm
Graine de coton Linter

Amande

Image 5 : constituants de la graine de coton


II.1.2. Ressources logicielles

Pour notre travail nous utiliserons 03 logiciels à savoir :

1)SolidWorks 3D

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

13
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

L’application SolidWorks est une suite logicielle multiplateforme pour la Conception Assistée
par Ordinateur (CAO), la Fabrication Assistée par Ordinateur (FAO), l’Ingénierie assistée par
Ordinateur (IAO) et 3D, développée par la société française Dassault Systèmes. C’est un logiciel
de conception et de simulation mécanique en 3D
Paramétrique qui tire profit de l’interface graphique Microsoft Windows. Grace à cet outil facile
à utiliser, les ingénieurs et chercheurs en mécanique peuvent esquisser rapidement une idée,
expérimenter avec des fonctions et des côtes et produire des modèles et mise en plan précis.
Aussi, avec cet outil, nous pouvons dessiner chacune des pièces, les assembler, simuler des
efforts en tenant compte du type de matériau qui constitue le modèle et ressortir
Un document de mise en plan qui convertit un modèle 3 dimensions en un modèle 2 dimensions.
SolidWorks est le logiciel de CAO qui va nous permet de dessiner le prototype de la machine
entière. La version du logiciel SolidWorks que nous utiliserons dans le cadre de nos travaux est
SolidWorks 2017.
2)Microsoft Word : Microsoft Word est un logiciel de traitement de texte. Il a permis
de rédiger le texte de notre rapport
3)Microsoft Excel : Microsoft est un tableur électronique. Il nous à servis pour insérer
certains de nos tableaux

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

14
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

II.2. METHODES

II.2.1. Démarche méthodologique

Dans ce paragraphe, nous présenterons la méthode que nous avons utilisée pour concevoir notre
séchoir. Pour ce travail nous suivrons la démarche basée sur l’analyse de la valeur. En effet
cette méthode est une démarche intéressante car elle intègre toutes les vertus de la conception
d’un produit : l’approche fonctionnelle, la prise en compte de toutes les contraintes avec une
préoccupation économique et réaliste du projet, le travail en groupe systématique. Les parties
juridique et administrative ne seront pas étudiées au cours de notre travail. A cet effet, voici
présenté à la figure 10 le schéma synoptique de la méthodologie de notre travail.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

15
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

Figure 10 : démarche méthodologique

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

16
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

II.2.2. EMPLACEMENT DU SÉCHOIR


II.2.2.1 Emplacement du séchoir.
C’est un paramètre très important car il nous permettra de déterminer la forme du séchoir à
concevoir selon la disposition des équipements liés à son entrée et sa sortie.
II.2.2.2 Documents et échanges
Il s’agit ici de se procurer des documents pouvant nous être utile pour concevoir notre
équipement et de se renseigner sur les exigences souhaitées par le ≪Service de décorticage≫
II.2.2.3. Détermination des éléments du séchoir
Après s’être appréhender des différentes informations, nous pouvons énumérer et définir les
différents composants nécessaires pour concevoir notre équipement.

II.2.3. MISE EN ŒUVRE DE LA CONCETION

II.2.3.1. Analyse fonctionnelle du système

Selon La norme NF X 50-150 l’analyse fonctionnelle consiste à recenser, caractériser,


ordonner, hiérarchiser, et valoriser les fonctions d’un produit. Elle est utilisée dans les
premières phases d’un projet pour créer (conception) ou améliorer (reconception) un produit
ou un procédé. Elle est un élément indispensable de sa bonne réalisation et se présente sous
forme de graphe ou de diagramme d’analyse.
Pour notre cas nous l’utiliserons pour déterminer les fonctions principales, les fonctions
secondaires et les fonctions contraintes de notre séchoir. Il est important de faire ce recensement
afin d’effectuer un dimensionnement correct des caractéristiques du produit. Lors de l’analyse
fonctionnelle, chaque fonction doit être recensée, caractérisée, ordonnée, hiérarchisée et
valorisée. La figure 11 présente les différentes phases de l’analyse fonctionnelle

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

17
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

BESOIN FONCTION FONCTIONS


PRODUIT
DE (BESOIN
TECHNIQUES CONSTRUCTIF
SERVICE
)

Expression Description
Fonctionnelle du Fonctionnelle du
besoin Besoin

Approche Approche
Fonctionnelle Matériel

Figure 11 : Les phases de l'analyse fonctionnelle


II.2.3.2. Analyse fonctionnelle du besoin

Selon l’association Française de Normalisation (AFNOR), une fonction se définit comme


l’ensemble « des actions d’un produit ou de ses constituants exprimés uniquement en termes
de finalités » (AFNOR X50-150) ; tandis qu’un besoin est la nécessité ou le désir éprouvé par
un utilisateur.

L’analyse fonctionnelle du besoin met en exergue dans notre cas les attentes du chef de service
de maintenance ceci en termes de services rendus. On emploie pour cette représentation l’outil
bête à cornes. Pour cela, on est amené à se poser les trois questions essentielles à savoir :

1) A qui, à quoi le système rend-il service ?

2) Sur qui, sur quoi agit-il ?

3) Dans quel but le système existe-t-il ?

Il est représenté par la figure 12 suivante.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

18
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

Usager Matière
D’œuvre

Sur quoi agit-il ?


A qui rend -il service ?
Produit

Dans quel but le système existe-t-il ?

Fonction d’usage du besoin

Figure 12 : outil bête à corne

II.2.3.3. Analyse fonctionnelle technique

L’analyse fonctionnelle technique permet d’analyser la conception sur le plan technique c’est-à-
dire sur la constitution, l’organisation et le fonctionnement interne du système ou du produit,
ceci pour remplir les fonctions de service.
Une fonction technique (FT) ou fonction contrainte (FC) selon l’AFNOR, est une action
interne au produit (entre ses constituants) définie par le concepteur – réalisateur, dans le cadre
d’une solution, pour assurer les fonctions de services. Elle n’est justifiée que par l’obligation de
construire le produit. Une fonction de service peut correspondre à une chaîne de fonctions
techniques.
Une fonction de service (FS) est une action attendue du produit (ou réalisée par lui) pour
répondre au besoin d’un utilisateur donné (AFNOR). Elle peut correspondre à une fonction
d’usage ou une fonction d’estime et, s’hiérarchise en fonction principale (FP) (C’est une
fonction qui justifie la création du produit, car elle établit une relation entre plusieurs
composantes du milieu environnant par intermédiaire du produit), et en fonction
complémentaire (FC) (fonction autres que les fonctions principales, car elle permet d’adapter
le produit à la composante considérée du milieu environnant).

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

19
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

La décomposition du système par les fonctions techniques aide le concepteur à mieux


cerner le problème posé, à faciliter la recherche des principes et des solutions, en transformant
un problème global en des problèmes subsidiaires plus petits, plus faciles à traiter, pour lesquels
des solutions existent ou peuvent aisément être inventées et réalisées. Pour le faire, on utilise le
diagramme pieuvre présenté à la figure 13.

Figure 13 : Diagramme pieuvre

II.2.3.4. Cahier de charge fonctionnelle (CDCF)

Le cahier des charges fonctionnel est un document administratif et juridique élaboré, par lequel
le demandeur exprime son besoin en termes de fonctions de services et de fonctions contraintes.
Il permet de préciser les fonctions que devra accomplir le système conformément aux exigences
spécifiques telles que la contenance, poids et les critères de réalisation du système. Cependant il
a donc pour but de permettre au concepteur-réalisateur de proposer des solutions permettant
d’atteindre le niveau spécifié par le demandeur lorsque celui-ci a situé son besoin en termes de
fonction, de cout et de qualité.

II.2.3.4. Diagramme FAST ( Function Analysis System Technic).

Lorsque les fonctions sont identifiées, le diagramme FAST (Function Analysis System Technic)
permet de présenter de façon systématique un enchainement hiérarchisé des fonctions techniques

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

20
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

et de traduire rigoureusement chacune des fonctions de service en fonction(s) technique(s), puis


les matérialisé en solution(s) constructive(s).
Le diagramme FAST se construit de la gauche vers la droite en partant d’une fonction principale,
elle présente les fonctions dans un enchainement logique en répondant aux trois questions :
Pourquoi une fonction doit être assurée ? (Suivant un axe horizontal orienté vers la gauche).
Cette question concerne les fonctions précédentes.
Comment cette fonction doit être assurée ? (Suivant un axe horizontal orienté vers la droite).
Cette question s’adresse à la fonction suivante.
Quand cette fonction doit être assurée ? (Suivant le vertical orienté vers les deux sens le haut et
le bas). Cette question s’applique à une ou des fonctions situées au même niveau.
La figure 14 présente les étapes d’un diagramme FAST.

Quand ?

&?

Pourquoi ? FONCTION

Comment ?

Quand ?

Figure 14 : Etapes du diagramme FAST

II.3. DIMENSIONEMENT DU SÉCHOIR


Dans cette partie nous allons effectuer des calculs pour justifier le choix des éléments
nécessaires pour la conception du séchoir.

II.3.1. Calculs des éléments


1). Volume du séchoir
De forme rectangulaire, le volume de notre séchoir est :
V= L∗l∗h
V : en m³
L. l : la longueur et largeur du séchoir en mètre (m)

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

21
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

H : largeur (m)
2). Calculs des caractéristiques de la chaine
 Longueur de la chaine

La longueur de la chaine sera déterminée premièrement en fonction des maillons et


ensuite en millimètre en fonction du pas. Dans notre système de transmission, la roue à
un même nombre de dents avec le pignon z = z1 = z2 , on alors.

-En fonction des maillons


a
Lm = 2 + z (1)
p
-En millimètre en fonction du pas
L = Lm ∗ p [mm]
Lm : longueur de la chaîne en maillon
a : entraxe [mm] (2)

p : pas [mm]
z : nombres de dents de la roue
 Vitesse de la chaine
C’est l’espace parcouru par unité de temps par la chaine. Il est fondamental pour
déterminer la portée du convoyeur et est strictement lié au pas de la chaîne en
fonctions des diamètres des roues. Cette vitesse est calculée par la relation :

p∗z∗n (3)
v=
60000
Ou encore par la formule de REXNORD
ⅆp ∗ n
v=
19100
v : vitesse de la chaine [m/s]
ⅆp : diamètre primitif de la roue
p : pas [mm]
z : nombres de dents de la roue
Constantes :60000 ; 19100
 Poids de la chaine
Le poids des chaines est calculé en fonction de leur masse linéique donc
donné par :
Pch aine = 9,81ρL

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

22
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

ρ : masse volumique [kg/m3]


L : longueur de chaine [mm]
 Efforts sur la chaine
Les efforts sur une chaine sont donnés par la figure suivante
Les efforts sur la chaine sont donnés par La figure 15 suivante :

Figure 15 : Efforts sur la chaine

-efforts de traction ou tension utile de la chaine


Noté Ft, c’est la force nécessaire pour vaincre le couple résistant Mt de la roue menée,
il donné par la formule suivante.

𝑀𝑡 𝑝
𝐹𝑡 = Or 𝐹𝑡 = 𝑣
𝑅 (5)

𝐹𝑡 : force de traction [N]


Mt : couple résistant de la roue menée [N/m]
P : puissance à transmettre
V : vitesse linéaire [m/s]
R : rayon primitif [mm]

-force centrifuge
C’est une force supplémentaire F2 sur la chaîne, telle que :
F2 = ρV²

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

23
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

Avec
ρ : masse de la chaîne par unité
de longueur [kg/m]
V : vitesse linéaire[m/s]

3) calculs sur les roues dentées

Notre système fonctionnant à faible vitesse de chaine <1m/s et étant ajustable, il convient
donc de choisir un nombre de dents compris entre 8-10 comme le préconise la norme sur
les roues dentées des convoyeurs à raclette.
 Rapport des transmissions
C’est le rapport entre le nombre de dents de la roue menée sur la roue menante
𝑛1 𝑧2
ⅈ= =
𝜂2 𝑧1
i= Rapport des transmissions
n :vitesse de rotation [tr/min]
 Angle au centre
Il se calcul par la formule suivante ;
𝑃
𝛼=
2𝑧
𝛼: angle au centre
 Diamètre primitif (A)
C’est le diamètre le long duquel la chaine s’enroule sur la roue. Ce diamètre est déterminé
en fonction du nombre de dents et du pas de la chaîne. Il est donné par la formule suivante ;

𝑝
A=
𝑠ⅈ𝑛 𝛼

Figure 16 : roue d’entrainement

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

24
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

 Diamètre extérieur (B)


C'est le diamètre formé par le sommet des dents du pignon
𝐵 = 𝐴 + 1,5𝑝
 Diamètre fond de dents (E)
C'est le diamètre du fond de la denture sur lequel repose le rouleau de la chaîne
lorsqu'elle est enroulée sur le pignon.
E= A−ⅆ
 Largeur de la denture (F)
Elle est déterminée par la largeur intérieure de la chaîne. Cette largeur est
normalisée.
4) calculs sur le réducteur de vitesse
 Calcul de la vitesse angulaire de la roue
Cette vitesse est fonction du diamètre de la roue
v
V = RΩr ⟨=⟩ Ωr = R

Ωp : vitesse angulaire de la roue [rad /s]


V : vitesse linéaire [m/s]
R : rayon primitif du pignon[mm]
 Calcul de la vitesse angulaire m du moteur
Elle est donnée par la formule suivante
2ΠNm
Ωm =
60
Ωm : Vitesse angulaire du moteur [rad /s]
Nm : vitesse de rotation du moteur[tr/min]
 Déduction du rapport de transmission K du réducteur
C’est le rapport entre la vitesse angulaire de la roue menante sur la vitesse
angulaire du moteur. Ce rapport nous permettra de déduire la vitesse à la sortie
du réducteur.

𝛺𝑟
𝑘=
𝛺𝑚

 Calcul du nombre des dents Zr de la roue du réducteur en fonction du


rapport de transmission.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

25
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

C’est le rapport du nombre de dents de la vis Z𝑣𝑖𝑠 du réducteur sur celui


de la roue Z𝑟

𝑧𝑣𝑖𝑠
𝑘=
𝑧𝑟

 Puissance utile Pu nécessaire à l’entraînement de la chaine et des


raclettes.
Pu = Fv
F : force de traction à vaincre [N]
V : vitesse linéaire [m/s]
 Le couple Cr nécessaire sur l’arbre de la roue.
C’est le couple nécessaire pour de vaincre l’inertie de la chaine et du pignon
Γr = F ∗ r
Γr : couple [Nm]
 Calcul de la puissance Pm fournie par le moteur au réducteur
P pu
ηr = P u <=> pm =
m ηr

ηr : rendement du réducteur
 Calcul du couple 𝜞𝒎 sur l’arbre moteur.
P
pm = Γm ∗ Ωm <=> Γm = Ωm
m

5). Calculs sur l’arbre d’entraînement

Ce calcul est indispensable, il permet de choisi le diamètre approprié pour un moment


de torsion donné.
 Calcul de l’angle de torsion
α
θ=
x
θ : angle de tordion [rad/mm]
α : vitesse angulaire de l’arbre [rad/s]
x : distance le long de l’arbre [mm]
 Calcul du diamètre de l’arbre
𝑀𝑡 𝑀𝑡 32
Mt = GIθ => 𝜃 = = 𝜋 ⅆ4
= on a donc
𝐺𝐼 𝐺 𝜋𝑑 4
2

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

26
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

4 32𝑀𝑡
𝑑=√
𝐺𝜋𝜃∗10−3

𝑀𝑡 : moment de torsion [N.m]


𝜃: angle de tordion [rad/mm]
G : module d’élasticité du matériau [N/m2]
I : moment quadratique [mm4]
Chaque chaine possède un poids au mètre. Dans Le tableau suivants nous choisissons le
poids en fonction de notre Pas

6). Calculs sur les clavettes


Elle est choisie en fonction du diamètre de l’arbre. La largeur (a) et la hauteur (b) sont
données dans le tableau 1A de l’annexe A. Sa longueur est déterminée par la formule suivante
2𝑐
𝐿>
𝑎 ∗ 𝑑 ∗ 0,58𝑅𝑝𝑒
L : longueur [mm]
𝑎 : largeur de la clavette [mm]
C : couple [N/mm]
d :diamètre [mm]

7). Choix des paliers

Le choix des paliers se fera en fonction de la charge à supporter par les roulements, sa capacité
à résister aux vibrations et aux désalignements.

II.3.2. Dessin d’ensemble


Le dessin d’ensemble est la représentation d’un mécanisme complet permettant de situer
chacune des pièces qui le complet. Dans ce dessin on peut voir toutes les solutions constructives
retenues pour réaliser les fonctions techniques.
II.3.3. Dessin de définition
Le dessin de définition permet la représentation d’une pièce extraite dans le dessin d’ensemble.il
permet de projeter sur un plan une pièce avec toutes ses dimensions (cotation, usinage).
III.3.4. Schéma de principe
Il permet de représenter les différentes liaisons entre les pièces d’un système.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

27
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

II.4. ÉTUDE DE LA FAISABILITÉ


II.4.1. Évaluation de la faisabilité technique
II.4.1.1. Recensement des pièces disponibles sur le site.
Dans cette partie il est question de parcourir l’atelier mécanique de la SODECOTON à la
recherche des composants essentiels et d’avoir l’avis du génie mécanique par rapport à l’état
de ces pièces.
II.4.1.2. Notion de diagramme de ressource

L’ensemble des activités qui permettent de transformer une matière d’œuvre pour obtenir
un élément peut être mis en œuvre par le diagramme des ressources. Il s’agit de noter tout ce
qui permet de réaliser la fabrication d’une pièce. Nous utiliserons ici les dessins de finition
comme représentation de l’élément à fabriquer. Nous exploiterons donc ce diagramme pour
déduire la liste de nos équipements. La figure18 illustre le diagramme de ressources pour un
élément X.

Ressources Ressources Milieu


Humaines Matériels

Dessin ElémentX

Procédé Matériaux Consommables

Figure 17 : Diagramme des ressources


Sur ce diagramme nous avons donc les éléments suivants :
 Dessin : c’est un dessin de fabrication il représente le dessin de la matière d’œuvre
à l’étape initiale a son entré dans l’usine ; on aura donc pour notre cas les feuilles de
tôle en acier inoxydable, les tubes, les barres en acier inox…
 Ressources humaines : c’est la main d’œuvre ; il prend en compte l’effectif et les
compétences ; on aura ici le nombre de techniciens nécessaires pour chaque
opération ainsi que leur qualification (machiniste, soudeur…)
 Ressources matérielles : c’est l’ensemble des équipements dans l’atelier à un poste
donnée ; il s’agira donc de la meule, du poste de soudure, perceuse….

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

28
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

 Milieu : c’est l’ensemble des installations présentes dans l’atelier (énergie électrique
et calorifique …)
 Procédé : ensemble d’étape au cours duquel le matériau est transformé pour former
l’élément A. on passera donc des feuilles de tôles au pliage, soudage et de l’ensemble
de tous les éléments à la chaleur.
 Matériau : c’est la matière qui subit la transformation
 Consommables : additif qui entre dans la fabrication de l’élément (électrodes
enrobées pour la soudure)
 Elément : composant que l’on souhaite réaliser (notre séchoir)

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

29
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

CHAPITRE III : RÉSULTATS ET DISCUSSION

III.1. EMPLACEMENT DU SÉCHOIR

Le séchoir sera disposé entre la trémie d’alimentation journalière en graines et la vis extérieur
du côté de l’atelier de décorticage. Cet emplacement nous permet de déduire que notre
séchoir sera de la forme d’un tunnel (forme longitudinale), d’où le nom « séchoir tunnel ».
Les avantages d’un tel séchoir sont :

 Grande capacité
 Système de convoyage fiable
 Haute température de fonctionnement
 Facilité de mise en œuvre

III.2. RESULTATS SUR LA MISE EN ŒUVRE DE CONCEPTION

III.2.1. Analyse fonctionnelle

III.2.1.1. Résultat du bête à cône

Le diagramme bête à cornes permet de définir le besoin dans le contexte où il a été exprimé.
Le diagramme bête à cornes du séchoir à concevoir est présenté à la figure 19 ci-dessous :

Figure 18 : résultat bête à cône

La lecture de cette figure nous permet de comprendre que notre séchoir permettra au service de
décorticage de l’huilerie de la SODECOTON de Garoua de sécher les graines de coton humides
en continu. Il revient à présent de recenser les fonctions du système.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

30
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.2.1.2. Résultat sur le diagramme pieuvre

L’identification des fonctions est très importante dans une démarche de conception. En effet, les
fonctions reflètent d’une part la description du besoin à remplir par le système. La figure 20
suivante illustre de diagramme pieuvre de notre séchoir : De ce diagramme,

Figure 19 : Résultat sur le diagramme pieuvre

 La fonction principale est celle qui unie deux milieux extérieurs au travers du produit
à concevoir ;
 Les fonctions contraintes sont celles qui relient directement un milieu extérieur au
produit à concevoir.
Nous dégageons dont les fonctions de service pouvant être regroupés dans le
tableau 2 suivant :

Tableau 2 : description des fonctions de services


Fonctions de servie Description

FP1 Permettre de sécher les graines de Coton humides

FP2 Permettre un séchage continu

FC1 Doit utiliser l’énergie calorifique


FC2 Doit être maintenable
FC3 Doit être en matériaux inoxydable
FC4 Doit résister aux intempéries
FC5 Doit être moins coûteux

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

31
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.2.1.3. Cahier de charge fonctionnel (CDFC)


Le cahier des charges fonctionnel est l’outil ayant permis de spécifier les caractéristiques
des différentes fonctions définies ci-dessus. Le CDCF est présenté sous forme de tableau où
toutes les fonctions de service sont représentées ainsi que leurs caractéristiques et les
contraintes qui leurs sont liées. Le tableau 3 suivant décrit notre CDCF :
Tableau 3 : Tableau FCC (fonction, caractéristique, contrainte)

Fonctions Caractéristiques Contraintes

Séjour des graines Court temps


FP1 : Permettre de sécher les
graines de Coton humides Température de séchage 110
Respecter la marge de
à 125°C
température

FP1 : Permettre un séchage continu


Convoyeur Faible vitesse, robuste

FC1 : Doit utiliser l’énergie


Air chaud De 110 Jusqu’à 180°C
calorifique
Les niveaux de Permettre un accès aux
Maintenance 1 et 2 doivent Modules
FC2 : Doit être maintenable
être exécutables par Réglables et à nettoyer
l’utilisateur régulièrement
Disponibilité du
FC3 : Doit être en matériaux
Résiste à la corrosion matériel inox sur le
inoxydable
marché

FC4 : Doit résister aux Résiste aux tempêtes, Parfaite étanchéité,


intempéries pression, poussières, fibres… robustesse

FC5 : Doit être moins couteux Equipement simple

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

32
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III. 2.1.4. Résultats sur l’application de la méthode FAST

L’application de cette méthode passe par la définition des fonctions d’usage de notre
système. Elles désignent les fonctions attendues par le produit à concevoir (ou réalisées
par lui) pour répondre au besoin d’un utilisateur donné, et se déclinent en fonctions
principale et contraintes. A partir des fonctions d’usage, on aboutit aux différentes
solutions technologiques. Les fonctions et solutions technologiques de réalisation de notre
séchoir sont représentées par la figure 20 suivante :

Figure 20 : Diagramme FAST du séchoir

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

33
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.3. Schéma de principe

Le schéma de principe de notre séchoir est représenté par la figure 22 ci-dessous

Figure 21 : Schéma de principe

Tableau 4 : nomenclature du schéma cinématique

N° DESTINATIONS

3 Système de convoyage des graines

7 Extracteur d’air humide

8 Trémie d’alimentation

9 Arrivé d’air chaud

11 Trémie de sortie

III.3.1. Description de fonctionnement

Les graines humides entre dans le séchoir par la trémie d’entrée (8), l’air chaud et sec est
envoyé dans le séchoir par l’unité de chauffage (9). Le système de convoyage (10) entraine
les graines progressivement grâces aux raclettes. L’air sec après avoir échangé sa
température avec les graines sort par l’extracteur (7) et les graines sèches sortent par la
trémie inferieur (11).

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

34
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.4. RÉSULTATS SUR LE DIMENSIONNENT DU SÉCHOIR

1). Calcul sur le volume du séchoir

Le séchoir étant de forme rectangulaire, le calcule de son volume s’effectue en connaissant


ces trois paramètres ; longueur, largeur et hauteur. Pour ces données Longueur=4m,
largeur=1.5m et hauteur h=0.6m

V= L∗l∗h AN : V=4*1,5*0,6

V=3.6m³

2). Calculs sur la chaine d’entraînement


Les éléments suivant nous permettent de déterminer ;
a=3500mm ; 𝑧 =10 dents P=50,8 mm
 La longueur de la chaine d’après la :
- formule (1)
3500
Lm = 2 + 10
50,8
𝐋𝐦 =150 maillons
- formule (2)
L = Lm ∗ p
L = 7620mm

 Vitesse de la chaine
Elle est donnée par la formule (3) Où n=8tr/min. c’est la vitesse de rotation à la sortie du
réducteur, cette vitesse est déterminée en fonction du temps de séchage.
50,8 ∗ 10 ∗ 8
v=
60000
. v = 0,067m/s
 Le poids de la chaine
Chaque chaine possède un poids au mètre. Dans Le tableau de l’annexe 2a nous
choisissons là masse en fonction de notre Pas. On a alors :
Pch aine = 9,81 ∗ 9.2
Pch aine =90.25N
- traction ou tension utile de la chaine
Ft = 5000N
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

35
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

-force centrifuge

Pour une chaine 32B-1 ρ est de 9,2kg/m


F2 = ρV² A N : F2 =9,2*(0,067)2
F2 =0,045N

-la somme des forces sur la chaine est :

ΣFC = pC + Ft + F2 AN : ΣFC = 90,25 + 0,045 + 1900


Avec une force supplémentaire de sécurité de 100N en raison de la charge à entrainer et
du poids des raclettes
ΣFC =5191N
3). Calculs sur les roues dentées

 Rapport de transmission des roues d’entraînement de la chaine


Les roues menantes et les roues menées ont le même diamètre primitif, par conséquence ont
aussi le même nombre de dents 𝑧 = 𝑧1 = 𝑧2
n z
ⅈ = η 1 = z2 D’où ⅈ=1
2 1

 Angle au centre
Connaissant le pas P=50,8mm et le nombre de dents 𝑧 on a :
𝑃 50,8
𝛼 = 2𝑧 AN : 𝛼 = 2∗10
𝛼=18
 Diamètres primitifs
𝑝 50,8
A = 𝑠𝑖𝑛 𝛼 AN : A = 𝑠𝑖𝑛 18

A =169,33mm
 Diamètre extérieur
Après la détermination de (A) on a ;
𝐵 = 𝐴 + 1,5𝑝 AN : B=169,33 +1,5*50,8
B=245,53mm
 Diamètre de font de dent
E= A−ⅆ

 Largeur de la denture (F)

Elle est déterminée par la largeur intérieure de la chaîne. Cette largeur est normalisée

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

36
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

4). Calculs sur le réducteur


 La vitesse angulaire de la roue
Connaissant la vitesse linéaire et le rayon on a :
v 0,067
Ωr = R AN : Ωr = 0,084

Ωr = 0,8rad/s
 Vitesse angulaire m du moteur
La vitesse de rotation choisi est N=1500tr/min, pour cette vitesse la vitesse
angulaire est :
2ΠNm 2Π∗1500
Ωm = AN : Ωm =
60 60

Ωm = 157 raⅆ/s

 Déduction du rapport K du réducteur


Après avoir calculé les deux vitesses angulaires ci-dessus On peut déduire le rapport
K du réducteur
Ω 0,8
k = Ωr AN : k = 157
m

k = 0,005
Pour ce faible rapport de transmission, on opte de monter un réducteur à roue et vis
sans fin. Les avantages d’un tel réducteur sont :
 Très grande démultiplication de vitesse
 Irréversible
 Peu bruyant
 Peu de vibrations

 Nombre de dents de la roue du réducteur


Pour une vis de 02 dents on a :
𝑧𝑣𝑖𝑠 𝑧𝑣𝑖𝑠 2
𝑘= => 𝑧𝑟 = AN : 𝑧𝑟 =
𝑧𝑟 𝑘 0,005

zr = 400ⅆents
 Puissance utile Pu nécessaire à l’entraînement de la chaine et des raclettes.
Pour F=23090N on a ;
Pu = Fv AN : Pu = 5191 ∗ 0,067
Pu = 134W
Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

37
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

 Le couple Cr nécessaire sur l’arbre de la roue.


Le rayon de la roue est converti en mètre.
Γr = F ∗ r AN : Γr = 5191 ∗ 0,084
Γr = 168Nm
 Calcul de la puissance Pm fournie par le moteur au réducteur
Nous adopterons un rendement de 60% pour le moteur
P pu 134
ηr = P u <=> pm = AN : pm =
m ηr 0,6

pm = 223,33W
 Le couple sur l’arbre moteur
P 223,33
Γm = Ωm AN : Γm =
m 157

Γm = 1.5Nm

5.) Dimensionnement de l’arbre


L’arbre est en acier inoxydable, de longueur x=1400mm et de section circulaire
α = 0,8raⅆ/s . L’arbre est lié au réducteur par un accouplement rigide. Son couple est
𝑀𝑡 = Γr = 168Nm
 Calcul de l’angle de torsion
α 0,8
θ= AN : θ =
x 1400
θ=0,0006mm
 Calcul du diamètre de l’arbre
𝑀𝑡 𝑀𝑡 32
Mt = GIθ => 𝜃 = = 𝜋 ⅆ4
= on a donc
𝐺𝐼 𝐺 𝜋𝑑 4
2

4 32𝑀𝑡 4 32∗168 4 5376


𝑑=√ AN : 𝑑 = √ =√ d’où
𝐺𝜋𝜃∗10−3 2∗108 ∗0.0006∗10−3 120

ⅆ = 44,8mm Le diamètre normalisé est d=50mm

6). Choix de la clavette


Après avoir déterminé le diamètre de l’arbre, nous choisirons une clavette normalisée en
fonction de ce diamètre. D’après le tableau des rainures et clavettes normalisées donné à

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

38
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

l’annexe 1a, Notre choix porte sur une clavette parallèle de dimension 14x9xL. La
détermination de la longueur se fait par application numérique la formule suivante :
Données : s=6 Re=350 C=168

2𝑐 2∗1000∗168
𝐿 ≥ 𝑏⋅𝑑⋅0,58𝑅 AN : 𝐿 ≥ 9⋅50⋅0,58∗58,3
𝑝𝑒

L=57mm d’où la Clavette 14x9x60

7). Choix des paliers


Notre charge étant supérieur à 10000N nous choisissons les paliers auto-aligneurs muni d’un
roulement à rotule sur rouleaux donc les avantages sont :
 Destinés à des applications extrêmement sévères
 Offre une excellente tenue aux températures
 Supporte les charges élevées
 Absorbe les défauts d'alignement
 Absorbe les chocs et vibrations
 Fonctionne dans un environnement pollué

III.5. Dessin d’ensemble

Le dessin d’ensemble de notre séchoir est représenté par la figure N° 6 ci-dessous.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

39
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.5.1. Dessin de définition

Les figures 7,8,9 ci-dessous représentent les dessins de définition quelques-uns des
composants du séchoir. Les autres seront représentés à l’annexe B.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

40
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.6. Éléments auxiliaires

Certains éléments du système ne figurent pas sur les composants cités ci-dessus. Parmi ces
éléments nous avons :
 Les feuilles de joint : elle permet d’assurer l’étanchéité statistique entre les
éléments du séchoir lors du montage.
 Mastic d’étanchéité en silicone HT : il permet de renforcer l’étanchéité du
séchoir à des endroits où le joint ne peux pas facilement adhérer, il peut être utilisé
dans des mécanismes fonctionnant à des températures élevés (150 à 300°C).
 Vanne : elle est montée sur la conduite de vapeur principale qui est relié au
radiateur, elle permet d’isoler le séchoir en cas de défaillance ou de maintenance.

III.7. Choix des matériaux


Le choix du matériau est important dans la conception d’un mécanisme soumis à une
température de plus de 100°C et à une humidité de plus de 80%. Pour éviter un risque de
corrosion et de dégradation progressive, Le matériau que nous avons choisis pour notre
séchoir est l’acier inoxydable. L’acier inoxydable est présent dans plusieurs domaines à
cause de ces nombreux avantages. Le tableau 5 ci-dessous nous donne ses
caractéristiques, ses domaines d’application et les différentes techniques de mis en forme.

Tableau 5: caractéristiques de l’acier inox

Caractéristiques Applications Mise en forme

-Résistance à la -automobile -Pliage


corrosion et -bâtiment -profilage
l’oxydation à haut -industrie Emboutissage
température -cuisine
-attrait esthétique -transport
-durabilité -travaux publics
-recyclage
-Neutralité
biologique
-Conductivité
thermique plus
faibles
-coefficient de
dilatation plus élevé
Des nombreuses techniques d’assemblage peuvent être appliquées à l’acier inoxydable

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

41
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.7.1. Type de soudure à appliquer

Notre équipement étant en matériau inox, il existe dont des soudures appliquées pour ce
type de matériau

 Soudure à l’arc sous gaz de tungstène


 Soudure à l’arc sous gaz
 Soudage à l’arc manuel
. Pour notre cas, nous effectuerons une soudure à l’arc manuel (électrode enrobée).
 Soudage à l’arc manuel : il est l’un des types de soudage les plus économiques. Il
utilise un courant électrique pour chauffer les bords métalliques effilochés et les sceller
ensemble. La longueur de l’arc est ajustée manuellement en fonction de la taille de l’espace
entre l’électrode et la pièce. Dans le même temps, l’électrode peut également être un
matériau de remplissage de soudure. Ce type de soudure peut être utilisé sur des projets de
toutes tailles. Le tableau 7 suivant nous donne les caractéristiques recommandées :

Tableau 6: caractéristiques de la soudure à effectuer

Courant : continu en polarité inverse (électrodes = pole positif)

Intensité du
Epaisseur à Diamètre de Type de
courant de
souder (mm) l’électrode (mm) l’électrode
soudage (A)

Basique ou
1,5 et plus 80 à 100 2
cellulosique

 Diagramme de montage du séchoir : le tableau ci-dessous nous présente l’ordre de


montage des pièces de notre équipement.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

42
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.8. ÉTUDE FINANCIÈRE

Le tableau ci-dessous regroupe le matériel nécessaire et l’estimation des coûts pour la réalisation
de notre séchoir.

Tableau 7 : coûts estimatifs


Prix Total
Désignation Caractéristiques Quantité
unitaire (FCFA)
Feuille de tôles 1000 ×
10 6500 65000
inox 1000 x 5mm
Dn= 70mm
Tube plein 02 35000 70000
L=1,7m
Clavette
14x9x60 04 4500 18000
parallèle type A
Chaine 32B-1 L=7.7620m
02 120000 120000
+ raclettes P=50,8mm
Palier auto-
50mm 02 40000 80000
aligneurs NTR
Accouplement
01 18000 18000
rigide 𝜙 = 50mm
Feuille de tôles
1500x2000x5mm 02 10 300 20 600
inox
Feuille de tôles
1500x1500x3 02 6 500 13 000
inox
10dents
P=50,8mm
Roues dentées 02 22000 44000
Dp-169,66mm
ϕ = 50mm
1500tr/min
Motoréducteur
Cm=168Nm 01 125000 125000
TRANSTECNO
P=0.4KW
Palier tendeur D : 50mm 02 10 800 32 400

Joint 10m2 1 25 25 000


Vis H M25-40 40 300 12000
454000f
Total partiel
15000f
Frais divers

Cout total 604000f

On déduit de ce tableau que pour la fabrication de notre séchoir, il nous faut environ
604000fcfa

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

43
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

III.9. Maintenance de notre séchoir

D’après la norme NF X 60-010, la maintenance est définie comme l’ensemble des actions
permettant de maintenir ou de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d’assurer
un service déterminé. Maintenir c’est donc effectuer des opérations (dépannage, graissage,
visite, réparation, amélioration, etc.) qui permettent de conserver le potentiel du matériel
pour assurer la continuité et la qualité de la production. Bien maintenir, c’est assurer ces
opérations au coût global optimum.
III.10. Opération d’entretenir courant de l’équipement

Il s’agit dans cette partie des opérations relevant des niveaux 1 et 2 de la maintenance.
En effet, elles peuvent être effectuées par l’utilisateur sans avoir besoin d’un
professionnel de la maintenance.
On a entre autres :
La lubrification de la chaine
La lubrification favorise la résistance à l’usure, à la corrosion et à l’oxydation de tous
les éléments de la chaîne. La lubrification des chaînes est justifiée par quatre motifs :
1) réduction du coefficient de frottement
2) Diminution de l’usure de la chaine
3) Prévention de la corrosion
4) Fonctionnement correct de la chaine
Le mode de graissage est choisi suivant la vitesse de la chaine et la puissance
transmissible. On peut le classifier par le tableau 8 suivant :

Tableau 8: classification des modes de graissage


Type Type 1 Type 2 Type 3
Conditions V< 1 [m/s] 1< V< 9 [m/s] V > 9 [m/s]
indicatives P< 3 [kW]
Mode de graissage Périodique à Barbotage (bain d’huile) Circulation d’huile
pinceau ou à Brouillard d’huile ou ou jet sous pression
burette chaine « auto lubrifiée »
Pour notre plage des vitesses V<1 m/s, nous choisirons une lubrification
de type manuel. L’huile sera jetée au moyen d’un pinceau, d’une burette

 Lubrification des paliers


Il se fera chaque trimestre. Les paliers possèdent une vis de graissage où
introduire le lubrifiant.
 Alignement des paliers

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

44
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

Aligner les paliers doit se faire chaque 12 mois, il est fortement


recommandé de bien serrer les vis de fixation des semelles du palier.
 Réglage de la tension des chaines
Le réglage doit permettre le montage de la chaîne et le rattrapage de l'allongement dû à
l'usure. Dans un circuit où il existe plusieurs renvois, la roue de tension sera toujours celle
immédiatement placée après un arbre moteur. En effet, il faut que l'effort utile au réglage
soit à cet endroit minimum sur la chaîne. Cependant, dès la mise en route, il y aura lieu
d'intervenir peu de temps après, pour corriger les effets de rodage. La longueur de la course
du réglage dépend de la longueur, delà série et du pas de la chaîne et peut être déterminée de
la manière suivante :

entraxe
Rmm =
Pas
La longueur du réglage fixe l'allongement maximum avant de procéder au remplacement. Si le
chiffre obtenu dépasse deux fois le pas de la chaîne, la garde sera de +1,5 à - 0,5pas, de part et
d'autre du point nominal de l'entraxe. Ainsi, il sera possible de supprimer deux pas après usure
et de détendre suffisamment la chaîne pour le fonctionnement.
III.11. Sécurité de fonctionnement
Pour éviter les accidents lors du fonctionnement de la machine ; il est nécessaire de fixer des
règles de sécurité en ce qui concerne les interventions sur cette dernière. Ainsi il faudra
éviter :
 D’intervenir sur l’équipement lorsqu’il est en service car étant soumis à la chaleur il
peut causer des brulures ;
 De manipuler l’équipement sans port des gants de protection anti-chaleur ;
Cependant, avant la mise en service du séchoir il est important de se rassurer du serrage de
tous les raccords de l’unité de chauffage

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

45
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

CONCLUSION ET PERSPECTIVES

Parvenu au terme de notre travail dont l’objectif était de concevoir un séchoir tunnel
destiné à sécher les graines de coton de manière continue, nous avons défini l’emplacement
du séchoir, effectuer la mise en œuvre de la conception, par la suite le dimensionnement des
différents éléments et la conception du séchoir sur le logiciel SOLIDWORKS. Ces
différentes étapes nous ont permis d’atteindre notre objectif en proposant un équipement
satisfaisant dont le coût de réalisation est largement inférieur à celui vendu sur le marché.
L’étude financière nous a permis d’estimer ce coût à 604000Fcfa.
Tout travail n’étant pas parfait, nous suggérons pour un fonctionnement optimal (bon
rendement de production) à la société SODECOTON de :
 Faire une étude approfondie sur le choix d’une nouvelle source de chaleur.
 Faire une étude afin de calorifuger le système.
 Réparer les silos hors service et mettre sur pied un suivi de maintenance pour le
contrôle journalier.

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

46
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1) AFNOR 1994 (norme NFX 60-010) définition normative de la maintenance.

2) SACADURA. Initiation aux transferts thermiques-Technique et Documentation – Paris


H.W. MAC ADDAMS La transmission de la chaleur - Dunod - Paris
3) http://www.pfe.gm0071

4) http://www.pfe.gm0039
5) KENGNE BENJAMIN, (2019/2020). Composants mécaniques. I. U.T-Université de
Ngaoundéré
6) BIKAI (2020/2021). Transfert thermique et composants frigorifiques. Support de
cours M.I.P II-Université de Ngaoundéré 35pages.
7) FTATSI (2019/2020). TP de D. A.O. bases du logiciel SolidWorks. I. U.T-Université
de Ngaoundéré.
8) RENOLD. Chaine de convoyeur. Chaine de manutention BS.83pages.

9) RENOLD. Power Transmission 2016.Ref: REN2 / FRE / 03.05

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

47
Conception d’un séchoir tunnel pour les graines de coton

ANNEXE A
Annexe 1a : normes des clavettes et rainure

Annexe 2a : poids au mètre des chaines

Rédigé par MAYOUK POLYCAPE

48

Vous aimerez peut-être aussi