Vous êtes sur la page 1sur 48

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion

Tanger – 2009/2010

La comptabilité
générale
Cours d’initiation adapté
d’après le système français

Semestre 2
Matière
Comptabilité Générale

Partie 1

Brandon HEAT
2009/2010
Plan :
CHAPITRE 1 : INTRODUCTION A LA COMPTABILITE GENERALE PAGE 05

INTRODUCTION

I RÔLE ET OBJECTIFS DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

1°) Les informations classées et saisies

2°) Le traitement d es informations

a) La mémoire d es opérations qui rythment la vie de l'entreprise


b) La position de trésoreri e
c) La production des documents de synthèse

3°) Les destinataires des informations traitées

II L'ENTREPRISE ET LES FLUX ÉCONOMIQUES

1°) Les partenaires de l'entreprise

2°) Les flux et leur analyse

a) Les flux physiques

b) Les flux monétaires

CHAPITRE 2 : L'ENREGISTREMENT COMPTABLE PAGE 13

INTRODUCTION

I LE PRINCIPE DE LA PARTIE DOUBLE

1°) L'analyse emplois - ressourc es

2°) Les comptes

3°) L'enregi strement des opérations au comptant

4°) L'enregi strement des opérations à crédit

II LES COMPTES

1°) Les différentes catégories de comptes

a) Les comptes de bilan (ou comptes de situation)

b) Les comptes de charges et de produits ou (comptes de ges tion)

2°) L'adoption d'un plan de comptes

La comptabilité générale – Brandon HEAT -2-


a) Le plan comptable général (PCG)

b) Le plan de comptes

III LES PRINCIPES DIRECTEURS DU DROIT COMPTABLE

1°) Les principes généraux

2°) Les principes techniques

CHAPITRE 3 : L'ORGANISATION DES TRAVAUX COMPTABLES PAGE 22

INTRODUCTION

I LES SOURCES LÉGALES ET RÉGLEMENTAIRES DE L'ORGANISATION COMPTABLE

II L'ORGANISATION COMPTABLE Avec journal unique


1°) Schéma
2°) Les pièces justificatives
3°) Le livre journal
4°) Le grand-livre
5°) La balance
6°) Le livre d'inventaire

III L'ORGANISATION COMPTABLE AVEC DIVISION DU JOURNAL

IV LES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS LIÉS À L'INFORMATISATION

V EXERCICE DE SYNTHÈSE

CHAPITRE 4 : LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE PAGE 38

INTRODUCTION

I PRINCIPES GÉNÉRAUX

1°) Champ d'application de la TVA


2°) Les taux de TVA
3°) Calcul de la TVA
4°) La relation à la valeur ajoutée

II LES DIFFÉRENTS RÉGIMES D'IMPOSITION À LA TVA

1°) Typologie des régimes


2°) Le cas du régime du réel normal.
a) Les comptes utilisés
b) Déclaration et comptabilisation de la TVA
c) Application (cas Lebrun SA)

IV LA TVA SUR LES ENCAISSEMENTS


La comptabilité générale – Brandon HEAT -3-
CHAPITRE 5 : LES ACHATS ET LES VENTES PAGE 44

INTRODUCTION

I LES RÈGLES DE BASE DE LA FACTURATION

1°) Les mentions obligatoires sur facture

2°) Les réductions sur factures

3°) Règles de calculs pour l'élaboration d'une facture

4°) Application

II LES FRAIS DE TRANSPORT

1°) Le port franco

2°) Le port forf aitaire

3°) Le port déboursé

III LES AVANCES ET ACOMPTES SU R COMMANDES

IV LES EMBALLAGES COMMERCIAUX

1°) Typologie des emballages


a) Plan de comptes
b) Comptabilisation des achats d'emballages

2°) Le prêt à titre gratuit des emballages récupérables

3°) La location des emballages récupérables


4°) la consignation des emballages récupérabl es
a) La consignation sur la facture
b) Le retour des emballages consignés
c) La non restitution des emballages consignés

V PARTICULARITE

Comptabilisation de factures avec TVA sur les encaissements

Chapitres
CHAPITRE 6 : LES CHARGES DE PERSONNEL seront traités
CHAPITRE 7 : LES ACQUISITIONS D’ÉLÉMENTS D'ACTIF
ultérieurement
CHAPITRE 8 : LES RÈGLEMENTS ET LES FINANCEMENTS
CHAPITRE 9 : L’ÉTAT DE RAPPROCHEMENT BANCAIRE dans un autre
document

La comptabilité générale – Brandon HEAT -4-


CHAPITRE 1 : INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

Le pilotage de l'entrepri se, consiste à faire des c hoix, à prendre d es décisions dans le but de
réaliser les objectifs.

(L'objectif principal poursuivi par les entreprises est la réalisa tion d'un profi t financier).

La plupart des décisions sont d es décisions courantes qui engagent l'entrepri se sur le court terme.
Exemple : décider du programme de fabrication de la journée.

D'autres décisions engagent l'entreprise sur le moyen terme et le long terme. On parle alors de d écisions
stratégiques.
Exemple : Choix de produits, prix, distribution, communication, organisation humaine et matérielle.

L'ensemble de ces décisions consti tue la gestion.

Une gestion efficiente tient compte des contraintes économiques et juridiques propres à l'environnement de
l'entreprise et s'appuie sur des outils d'aide à la décision. La comptabilité générale est un de ces outils.

I RÔLE ET OBJECTIFS DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

La comptabilité générale est un système d'informa tion permettant :


- de classer, saisi r et trai ter des informations,
- en vue de prendre des décisions.

Sur la base de cette définition, on peut se poser plusieurs qu estions :


- de quelles informa tions s'agi t-il ?
- en quoi consiste le trai tement des informa tions ?
- quels sont les destina taires des informa tions trai tées ?

1°) Les informations classées et saisies

Les flux économiques (mouvements de biens et services, mouvements d'argents) consti tuent les
informa tions qui intéressent la comptabilité générale. Les factures, chèques, trai tes, feuilles de paie et
autres pièces servent de support ma tériel à ces flux.

Ces documents sont classés et enregi strées régulièrement (au jour le jour le jour le plus souvent) dans des
journaux et dans des comptes.

2°) Le traitement des informations

Le trai tement d es informa tions répond à trois objec tifs essenti els :

- conserver la mémoire des opéra tions qui rythment la vie de l'entreprise,


- connaître à tout moment la posi tion de trésorerie,
- produire de façon intermi ttente (au moins une fois par an) des documents appelés documents de
synthèse : bilan, compte de résultat et des annexes.

La comptabilité générale – Brandon HEAT -5-


a) La mémoire d es opérations qui rythment la vie de l'entreprise

L'année civile sert le plus souvent de référenc e à l'activi té de l'entreprise. On parle également "d'ex ercice
comptable".
Certaines opéra tions (acha ts à crédi t, investi ssements, …) ont des conséquenc es sur plusieurs exercices
comptables ; il est donc nécessaire de garder en mémoire la trace de ces opéra tions.

Il faut également noter que la tenue d'une comptabilité est une obligation juridique et fiscale :

- la comptabilité est un moyen de preuve à l'égard des Tiers,


- le code du commerce pose le principe que tout commerçant a l'obligation de tenir une comptabilité,
- de nombreux impôts ont pour assiette des sommes mises en a vant par la comptabilité.

b) La position de trésoreri e

La trésorerie de l'entreprise est consti tuée par l'ensemble des avoirs en banque, chèques postaux et caisse.
La connaissance du solde des opéra tions d'entrée (encaissements) et de sortie (décaissements) d'argent est
un impéra tif.

Solde de trésorerie = Somme des encaissements — Somme des


décaissements

c) La production des documents de synthèse

- Le bilan
- Compte de résultat
- L'annexe

Le bilan

Le bilan est une photographie du pa tri moine de l'entreprise à un moment donné (à la clôture de l'exercice en
général). Il se présente sous la forme d'un tableau en deux parti es :

BILAN AU 31/12/N
ACTIF PASSIF
ACTIF IMMOBILISÉ CAPITAUX PROPRES
- Immobilisa tions incorporelles (7) - Capital (1)
- Immobilisa tions corporelles (8) - Réserves (2)
- Immobilisa tions financières (9) - Résul ta t de l'ex ercice (3)

ACTIF CIRCULANT DETTES


- Stocks (10) - Dettes financières (4)
- Créances (11) - Dettes fourni sseurs (5)
- Disponibilités (12) - Dettes fiscales et sociales (6)
TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF

Les CAPITAUX PROPRES constituent les ressource s de financement propres à l'entreprise.


(1) Evaluation des apports des associés propriétaires,
(2) Sommes représentant le cumul de bénéfices antérieurs non distribués aux associés,
(3) Résul tat de l'exercice (bénéfice ou perte),

La comptabilité générale – Brandon HEAT -6-


Les DETTES représentent les ressources de financement ex ternes à l'entreprise.
(4) Emprunts et découverts bancaires,
(5) Dettes envers les fournisseurs,
(6) Dettes envers l'Etat et les Organismes sociaux (CNSS…).

L'ACTIF IMMOBILISÉ
Représente les investi ssements de l'entreprise : ensemble de moyens destinés à rester durablement dans
l'entreprise, pendant plusieurs cycles d e produc tion. (d'où l'expression "immobilisations").
(7) Investissements immatériels (fonds commercial, logiciel informatique, …….),
(8) Investissements matériels (machines, véhicules, matériel de bureau et informatique, ……),
(9) Investissements financiers (prêts, titres conservés durablement, …...).

L'ACTIF CIRCULANT représente des moyens non durables, renouvelés à chaque cycle de production.
(10) Stocks de matières premières, marchandises, produits finis,
(11) Créances sur les clients et autres débiteurs,
(12) Trésorerie disponible en banque, chèques postaux et caisse.

L'approche économique du bilan consiste à dire que le PASSIF représente les ressources d e l'entreprise et
que l'ACTIF représente les emplois.

BILAN AU 31/12/N

EMPLOIS RESSOURCES

TOTAL DES EMPLOIS = TOTAL DES RESSOURCES

L'approche juridique du bilan est une approche en terme de pa tri moine. Le PASSIF représente ce que doi t
l'entreprise (Dettes au sens large) ; l'ACTIF représente ce que possède l'entreprise (Biens et Droi ts).

BILAN AU 31/12/N

BIENS DETTES
& (au sens large) (1)
DROITS

TOTAL DES BIEN S & DROITS = TOTAL DES DETTES (au sens large)
(1) il s'agit de toutes les obligations envers les Tiers. C'est ainsi que les capitaux propres représentent une
dette permanente de l'entreprise vis à vis des propriétaires associés. L'entreprise est débitrice de
l'obligation de restituer ces capitaux aux associés en cas de liquidation.

La comptabilité générale – Brandon HEAT -7-


Le compte de résultat

Le compte de résultat retrace l'activité de l'entrepri se au cours de l'exercice comptable. Il permet de


regrouper les charges (emplois définitifs) et les produi ts (ressources définiti ves).

Compte de résultat au 31/12/N


CHARGES PRODUITS
Charges Produits d'exploitation
d'exploitation - Ventes (marchandises
- Acha ts…….. et produits finis)
- Autres charges - Vente de biens et
externes services produits
- Impôts & taxes
- Charges de
personnel …..

Charges financières Produits financiers


- Charges d'intérêt - Intérêts perçus
- ……… - ………………

Charges non Produits non courants


courantes - ………………..
- Pénalités, ….
- ………..

Résultat de l'exercice
(Somme des Produi ts - Somme des cha rges)

Si Total Produi ts > Total Charges Résul ta t > 0 Le résul ta t est un bénéfice.

Si Total Produi ts < Total Charges Résul ta t < 0 Le résul ta t est une perte

3°) Les destinataires des informations traitées

La comptabilité générale est un outil d'informa tion au service des dirigeants et des Tiers (associés, salariés,
Eta t et collectivi tés locales, investi sseurs, banques, …..)

La comptabilité générale – Brandon HEAT -8-


II L'ENTREPRISE ET LES FLUX ÉCONOMIQUES

Afin que la comptabili té puisse produire les documents de synthèse, il est néc essaire de préalablement saisi r
les différents flux résul tant des échanges de l'entreprise a vec ses partenaires et des mouvements internes.

1°) Les partenaires de l'entreprise

Salariés

Salaires
Travail

Biens et services
Fournisseurs

Paiement

Biens et services
Clients
Prêts
Banques ENTREPRISE
Remboursements Encaissement

Services publics (1)


Etat et
collectivités
publiques Impôts

(1) Mise à disposition d'infrastructures publiques, subventions,…..

Apport de capitaux
Propriétaires
de l'entreprise

Prélèvements et dividendes

2°) Les flux et leur analyse

On distingue :
- les flux physiques,
- les flux monétai res.

a) Les flux physiques

d'entrée

externes
de sortie
Les flux physiques

internes

La comptabilité générale – Brandon HEAT -9-


Les flux physiques externes

FLUX PHYSIQUES EXTERNES D'ENTREE EXEMPLES


Les Flux de biens entrant

 les marchandises achetées pour être revendues en


l'éta t

 les ma tières premières et fourni tures achetés pour


être incorporés dans les produi ts fabriqués

Fournitures administratives, fournitures


 les ma tières et fourni tures consommables ac hetées
d'entretien,……..
pour le fonctionnement courant de l'entrepri se

Les flux de services entrant

 les services consommés en provenance des tiers Services d'un transporteur, d'un expert-
comptable, d'un garagiste, d'une agence
d'intérim ………
 le travail fourni par les salariés de l'entrepri se

En prêtant de l'argent, la banque rend un


 les services rendus par les banques service financier à l'entreprise.

Les flux d'investissement

 biens et services achetés pour un usage prolongé Terrains, constructions machines-outils,


pendant plusieurs années mobilier, matériels et logiciels
informatiques,……

FLUX PHYSIQUES EXTERNES DE SORTIE EXEMPLES


Les Flux de biens sortant

 les ventes de marchandises, Produit de l'activité principale d'une


entreprise commerciale

 les ventes de produi ts fabriqués


Produit de l'activité principale d'une
entreprise de production
Les flux de services sortant

 les presta tions d e services Produit de l'activité principale d'une


entreprise de service
Les flux sortant relevant d'une activité annex e ou
Location d'un immeuble propriété de
effectués à titre exceptionnel l'entreprise,…….;
Cession d'une machine usagée,….

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 10 -


Les flux physiques internes

La circulation des ma rchandises, ma tières, fourni tures, services et produi ts dans la struc ture de produc tion
et/ou de distribution de l'entreprise, consti tue des flux internes.

Schéma des flux internes dans l'entreprise de transformation

Matières Stock de
premières matières
Stock de
Fournitures
Stock de Ateliers de Produits
fourniture s Production finis Produits fin is

Services

…………….

Flux externes Flux internes Flux externes

b) Les flux monétaires

Les paiements effectués entre l'entreprise et ses partenaires consti tuent des flux monétai res.

Les flux monétaires peuvent être classés en :

- flux monétaires contreparti e des flux physiques ex ternes,


- flux monétaires de financement

d'entrée
Contrepartie des
flux physiques
externes
De sortie
Flux monétaires

d'entrée
De financement

De sortie

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 11 -


Les flux monétaires contrepartie des flux physiques externes

LES FLU X MONÉTAIRES, CONTREPARTIE DES FLU X EXEMPLES


PHYSIQUES EXTERN ES.

 Paiements reçus des clients

 Paiements ad ressés aux fournisseurs

 Salaires versés

 Intérêts payés au banquier Le versement d'intérêts est la contrepartie


du service financier rendu par la banque qui a
prêté l'argent.

Les flux monétaires de financement

Ces flux apportent d es ressources de financement à l'entreprise. Ils n'ont pas de contreparti e physique.

LES FLU X MONÉTAIRES DE FINANCEMENT. EXEMPLES

Les apports en capital constituent des flux de


 Les apports et prélèvements des propri étaires de
financement qui entrent dans l'entreprise.
l'entreprise. Les prélèvements sont des flux de
financement qui sortent de l'entreprise.

L'emprunt est un flux de financement entrant,


 Les emprunts et leurs remboursements son remboursement est un flux de
financement sortant.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 12 -


CHAPITRE 2 : L'ENREGISTREMENT COMPTABLE

Le comptable d'une entreprise doit enregistrer les diverses opéra tions en respec tant un principe
fondateur fonda mental : le principe de la parti e double.
Ces enregistrements se font dans des comptes dans le respec t du droi t comptable.

I LE PRINCIPE DE LA PARTIE DOUBLE

Toute opéra tion se traduit par une double inscription comptable :

- au moins une inscription dans un compte intervenant en RESSOURCE


- au moins une inscription dans un compte intervenant en EMPLOI

On peut illustrer le concept à travers les exemples ci -dessous :

Opérations Emplois Ressources


(Flux économiques) (Destination) (Origine)
Achat de marchandises au Achats de marchandises Caisse
comptant en espèces (espèces en caisse)

Vente de marchandises au Banque Ventes de marchandises


comptant par chèque (remise du chèque en banque)

Salaires payés par chèque Rémunération du personnel Banque


(argent en banque)

Achat de marchandises à crédit Achats de marchandises Fournisseurs


(contractation d'une dette)

Paiement d'un fournisseur par Fournisseurs Banque


chèque (extinction d'une dette) (argent en banque)

Ventes de marchandises à crédit Clients Ventes de marchandises


(naissance d'un droit de créance)

Encaissement du règlement par Banque Clients


chèque d'un client (remise du chèque en banque) (exercice du droit de créance)

Achat de marchandises ( ½ au Achats de marchandises - Banque


comptant par chèque, ½ à crédit) (argent en banque)
- Fournisseurs
(contractation d'une dette)

…./ ….

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 13 -


Opérations Emplois Ressources
(Flux économiques) (Destination) (Origine)
Emprunt à une banque Banque Emprunt
(remise des fonds en banque) (contractation d'une dette)
Remboursement d'un emprunt - Emprunt Banque
(nominal et intérêts) par chèque (extinction d'une dette) (argent en banque)
- Charges d'intérêts

Sur le plan ma tériel l'enregistrement des flux en partie double se fai t dans des comptes

2°) Les comptes

- la colonne de gauche est appelée DÉBIT (D)


- la colonne de droite est appelée CRÉDIT (C)

Les débits (D) représentent des emplois (E), alors que les crédits (C) représentent des ressources (R)

Débit (E) Crédit (R)

b) L'arrêt des comptes

Les besoins de la gestion conduisent le comptable à "arrêter" régulièrement les comptes. Ce travail consiste
à faire la somme des d ébi ts et la somme des crédi ts pour mettre un solde en évidence.

 Si le total des débi ts est supérieur au total des c rédi ts, on di t que le compte présente un solde
débiteur

D C Exemple D Banque X C
: (01/10) 5 000,00 1 000,00 (07/10)
(20/10) 2 000,00

 DÉBITS  CRÉDITS 7 000,00 1 000,00


SOLDE DÉDITEU R 6 000,00 SD au 31/10
TOTAUX TOTAUX 7 000,00 7 000,00

Par convention et pour présenter un document équilibré, on place le solde du


côté opposé à sa nature.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 14 -


 Si le total des crédi ts est supérieur au total des débi ts, on di t que le compte présente un solde
créditeur.

D C Exemple : D Banque Y C
(01/10) 4 500,00 1 500,00 (07/10)
(20/10) 2 500,00 2 500,00 (16/10)
5 000,00 (25/10)

 DÉBITS  CRÉDITS 7 000,00 9 000,00


SOLDE DÉDITEU R SC au 31/10 2 000,00
TOTAUX TOTAUX 9 000,00 9 000,00

 Si total des débits = total des crédits, on di t que le compte est soldé :

D C Exemple : D Banque Z C
(01/10) 4 000,00 1 000,00 (05/10)
(19/10) 3 000,00 6 000,00 (15/10)

 DÉBITS  CRÉDITS 7 000,00 7 000,00

TOTAUX TOTAUX 7 000,00 7 000,00

c) La réouverture des comptes

La réouverture des comptes ci-dessous :

D Banque X C D Banque Y C
(01/10) 5 000,00 1 000,00 (07/10) (01/10) 4 500,00 1 500,00 (07/10)
(20/10) 2 000,00 (20/10) 2 500,00 2 500,00 (16/10)
5 000,00 (25/10)

7 000,00 1 000,00 7 000,00 9 000,00


6 000,00 SD au 31/10 SC au 31/10 2 000,00
7 000,00 7 000,00 9 000,00 9 000,00

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 15 -


se présente ainsi :

D Banque X C D Banque Y C
S.A.N au 01/11 6 000,00 2 000,00 S.A.N au 01/11

S.A.N signifie "Solde à nouveau"

3°) L'enregi strement des opérations au comptant

Exemple : acha t de marchandises au comptant pour 1 000 Dh pa r chèque :

L'analyse emploi-ressource de cette opéra tion se résume ainsi :

Emplois Ressourc es
(Destination) (Origine)
Achats de marchandises Banque
(argent en banque)

L'enregistrement comptable est le suivant :

D Achats de marchandises C D Banque C


1 000,00 1 000,00

4°) L'enregistrement des opérations à crédit

Exemple :

01/10 : Acha t d e marchandises à crédi t au fournisseur FAHMI pour 1 000 Dh(Paiement dans 30 jours).
31/10 : Paiement du fournisseur WARDA, 1 000 Dh par c hèque.

L'analyse emploi-ressource de ces opéra tions se résume ainsi :

01/10 :
Emplois Ressourc es
(Destination) (Origine)
Achats de marchandises Fournisseurs
(contractation d'une dette)

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 16 -


31/10 :
Emplois Ressourc es
(Destination) (Origine)
Fournisseurs Banque
(extinction d'une dette) (argent en banque)

L'enregistrement comptable est le suivant :

D Achats de marchandises C D Fournisseurs C


01/10 1 000,00 31/10 1 000,00 1 000,00 01/10

D Banque C
1 000,00 31/10

II L'ORGANISATION DES COMPTES

1°) Les différentes catégories de comptes

On distingue deux grandes ca tégories de comptes :

- les comptes de bilan (ou comptes de si tua tion),


- les comptes de charges et produits (ou comptes de gestion)

a) Les comptes de bilan (ou comptes de situation)

Les comptes de si tua tion conduisent à l'établissement du bilan :

Comptes de situation

Comptes d'ACTIF

Comptes de PASSIF

D + Comptes d'ACTIF C - D - Comptes de PASSIF C +

Les comptes d'ACTIF présentent généralement un solde débiteur, les comptes d e PASSIF un solde
créditeur.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 17 -


Remarque :

Le bilan ci-dessous regroupe à ti tre d'exemple des comptes fréquemment rencontrés :

BILAN AU 31/12/N
ACTIF PASSIF
ACTIF IMMOBILISÉ CAPITAUX PROPRES
- Fonds commercial - Capital
- Terrain - Réserves
- construction - Résul ta t de l'ex ercice
- Ma tériel et outillage
- Ma tériel et Mobilier de bureau
- Prêts
- Dépôts et cautionnements
versés

ACTIF CIRCULANT DETTES


- Stocks - Emprunt
- Clients - Fournisseurs
- Banque - Personnel
- Caisse - Organisme sociaux
- Eta t
TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF

b) Les comptes de charges et comptes de produits (comptes de gestion)

Les comptes de gestion conduisent à la détermina tion du résul ta t :

Comptes de gestion

Comptes de charges

Comptes de produits

D + Comptes de charges C - D - Comptes de Produits C +

Les comptes de charges présentent généralement un solde débiteur, les comptes de Produits un solde
créditeur.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 18 -


Remarque :

Le compte de résul ta t ci-dessous regroupe à ti tre d'ex emple des comptes fréquemment rencontrés :

Compte de résultat au 31/12/N


CHARGES PRODUITS
Charges d'exploitation Produits d'exploitation
- Acha ts de ma rchandises - Ventes de produi ts finis
- Acha ts de ma ti ères - Ventes de ma rchandises
premières - Subvention d’exploita tion
- Autres charges ex ternes - Autres produi ts
- Impôts & taxes - ……………………….
- Charges de personnel
- …………………….

Charges financières Produits financiers


- Charges d'intérêt - Intérêts perçus
- ……… - ………………

Charges non courantes Produits non courants


- Pénalités, …. - Produits de cession
- ……….. ………………..

Résultat de l'exercice
(Somme des Produi ts - Somme des cha rges)

2°) L'adoption d'un plan de comptes

Le plan comptable d’une entrep rise :


 Comprend la liste des comptes à utiliser, classés ra tionnellement, et l’ensemble des règles concernant
le fonctionnement de ces comptes.
 Varie selon le genre d’activi té et l’importance de l’entreprise, selon les renseignements que l’on désire
obtenir.
 S’inspire du plan Comptable général.
 Est conservé aussi longtemps qu’est exigée la présenta tion des documents comptables aux quels il se
rapporte.

a) Le plan comptable général (PCG)

C’est un ensemble de disposi tions qui a pour but de réaliser une normalisa tion des comptabilités. Il contient
nota mment :
 Un cadre comptable et une liste de comptes,
 des préci sions sur la terminologie et le fonctionnement de c ertains comptes,
 des règles d’évaluation des coûts de revient et des différents éléments de l’actif et du passif.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 19 -


b) Le plan de comptes

Le plan de compte proposé par le PCG est une classification fondée sur un mode de codification déci male. Il
existe dix classes de comptes :

Classes du plan de comptes Opérations concernées


Classe 1 : Comptes de capi taux
Classe 2 : Comptes d'i mmobilisations
Classe 3 : Comptes de stocks et en- Opéra tions concernant le bilan
cours
Classe 4 : Comptes de Ti ers
Classe 5 : Compte de Trésorerie

Classe 6 : Comptes de charges Opéra tion s concernant le compte de résulta t


Classe 7 : Comptes de produi ts (le CPC)

Classe 8 : Comptes spéciaux Opéra tions particulières (comptabilisa tion des


engagements hors bilan, ………)
Classe 9 : Comptes analytiques Opéra tions concernant la comptabili té
analytique

La classe 0 consti tue la dixième classe de comptes et reste pour l'instant disponible.

Chaque classe est subdivisée en comptes d e niveaux successifs de plus en plus détaillés :

Exemple : 23 Immobilisa tions corporelles


233 Installa tions techniques, ma tériels et outillages
2332 Ma tériel et outillage

Les comptes à 2 chiffres sont appelés"comptes principaux", les comptes à 3 chiffres, " comptes
divisionnaires" et les comptes à plus de 3 chiffres, "sous-comptes"

Ce système de codification décimale présente c ependant quelques particularités :

La terminaison zéro - La terminaison zéro dans les comptes à trois chiffres est utilisée pour signaler un
dans les comptes à compte de regroupement de même niveau.
trois chiffres et - La terminaison zéro dans les comptes à trois chiffres est aussi utilisée pour
plus signifier qu'une analyse de rang 3 ne s'i mpose pa s.
La terminaison 8 - Elle signale des comptes qui enregistrent la dépréciation de certains postes de
dans les comptes à l'ACTIF du BILAN. (Exemple : "28 Amortissement des i mmobilisa tions")
deux chiffres

La terminaison 9 - Elle signale des comptes qui enregistrent la dépréciation de certains postes de
dans les comptes à l'ACTIF du BILAN. (Exemple : "29 Provisions pour déprécia tions des
deux chiffres immobilisa tions"; "39 Provisions pour dépréciation des comptes de l’actif circulant’’ )
La terminaison 9 - Elle signale un compte qui fonctionne en sens inverse du compte à deux c hiffres
dans les comptes à auquel il se rattache. (Exemple : le compte "6111 acha ts" est un compte à solde
trois chiffres débiteur ; le compte 6119 "Rabais, remi ses et ri stournes obtenues sur ac ha ts est
un compte à solde créditeur").

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 20 -


Remarque : Il existe trois systèmes possibles de présenta tion des documents de synthèse, du moins d étaillé
au plus détaillé :
- système abrégé pour les peti tes entreprises
- système de base obligatoi re pour toutes les autres entreprises et peut être également retenue à la
place du système abrégé
- système développé (tous les comptes) s'adresse aux entrepri ses qui souhai tent disposer de documents
détaillés.

III LES PRINCIPES DIRECTEURS DU DROIT COMPTABLE

Le droi t comptable donne d es principes directeurs dont les pra ticiens de la comptabilité doivent s'inspirer :

On peut distinguer des principes généraux et des principes technique s.

1°) Principes généraux

PRINCIPE CONTENU
Prudence La prudence est l'appréciation rai sonnable des faits afin d'évi ter le risque de
transfert, sur l'avenir, d'incerti tudes présentes susc eptibles de grever le
patri moine et les résul ta ts de l'entrepri se.
Régulari té La régulari té est la conformi té aux règles et proc édures en vigueur.
Sincérité La sincéri té est l'applica tion de bonne foi des règles et procédures en vigueur en
fonction de la connaissance que les responsables des comptes doivent
normalement a voir de la réali té et de l'i mportanc e des opéra tions, événements et
si tua tions
Image fidèle Les documents de synthèse doivent donner une i mage de l'entrepri se aussi
objective que possible.

2°) Principes techniques

PRINCIPE CONTENU
Continuité de Ce principe invi te les responsables à toujours faire l'arrêté des comptes dans
l'exploitation : une perspective de continua tion de l'acti vi té. En cas de cessa tion d'ac tivi té,
l'évaluation de l'entreprise doi t se faire à la valeur de liquidation.
Evaluation au coût Les biens qui entrent dans le pa tri moine doivent être comptabilisés de la sorte :
historique - biens acquis à ti tre onéreux : comptabilisa tion au coût d'acquisition,
- biens produi ts pa r l'entrepri se : comptabilisa tion au coût d e produc tion,
- biens acquis à ti tre gra tui t : comptabilisa tion à leur valeur vénale.

Principe de non- Pour une bonne lisibilité de la comptabilité et pour évi ter une perte
compensation d'informa tion. La compensa tion des opéra tions — sauf exceptions — est
interdi te.
Indépendance des Ce principe oblige à découper la vie de l'entreprise en périodes comptables
exercices égales ou exercices comptables.
Il faut en conséquence, en fin de période comptable, trier les cha rges et les
produits pour les ra ttac her à l'exercice qui les concerne.
Permanence d es Ce principe oblige à ne pas modifier d'un exercice comptable à l'autre, la
méthodes présenta tion des comptes annuels et la méthode d'évaluation retenue

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 21 -


CHAPITRE 3 : L'ORGANISATION DES TRAVAUX COMPTABLES

Le droi t comptable oblige l'entreprise à mettre en place une organisa tion qui permette :
- la saisie, l'enregistrement et la conserva tion des données sur des registres comptables ;
- le contrôle de l'exacti tude des données et des procédures de trai tement ;
- la production des éta ts financiers nécessaires.

La généralisa tion de l'informa tique comme outil de tenue d'une comptabili té a conduit le légi slateur à
assouplir les condi tions de forme

I LES SOURCES LÉGA LES ET RÉGLEMENTAIRES DE L' ORGANISATION COMPTABLE


Cette paragraphe concerne la loi française, elle est pareille à celle du Maroc.
Le code du commerce, à travers la loi comptable du 30/04/83 indique :

"Toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant doit procéder à l'enregistrement
comptable des mouvements affectant le patrimoine de son entreprise; ces mouvements sont enregistrés
chronologiquement.
Elle doit contrôler par inventaire, au moins une fois tous les douze mois, l'existence et la valeur des éléments
actifs et passif s du patrimoine de l'entreprise.
Elle doit établir des comptes annuels à la clôture de l'exercice au vu des enregistrements comptables et de
l'inventaire. Ces comptes comprennent le bilan annuel, le compte de résul tat et une annexe : ils forment un
tout indissociable."

"Les documents comptables sont établis en franc et en langue française.


Les documents comptables et les pièces justificatives sont conservées pendant dix ans.
Les documents comptables relatifs à l'enregistrement des opérations et à l'inventaire sont établis et tenus
sans blanc ni altération d'aucune sorte, ….."

Le décret d'application du 29/11/83 précise :


"Tout commerçant tient obligatoirement un livre -journal,, un grand-livre et un livre d'inventaire.…… , ils
doivent être identifiés, numérotés et datés dès leur établissement par des moyens offrant toute garantie en
matière de preuve".

"Un document décrivant les procédures, et l'organisation comptable est établi par le commerçant dès lors
que ce document est nécessaire à la compréhension du système de traitement et à la réalisation d es
contrôles. Ce document est conservé aussi longtemps qu'est exigé la présentation des documents comptables
auxquels il se rapporte."

"Les mouvements affectant le patrimoine de l'entreprise sont enregistrés opération par opération et jour
par jour sur le livre-journal.
Tout enregistrement comptable précise l'origine, le contenu et l'imputation de chaque donnée ainsi que les
références de la pièce justificative qui l'appuie.
Les opérations de même nature, réalisés en un même lieu et au cours d'une même jo urnée, peuvent être
récapitulées sur une pièce justificative unique………."

Les pièces justificatives sont classées dans un ordre défini au document visé à l'article 1 er.
"Les écritures du livre-journal sont portées sur le grand-livre et ventilées selon le plan de comptes du
commerçant" ……"Le livre-journal et le grand-livre sont détaillés en autant de journaux auxiliaires et de livres
auxiliaires que les besoins du commerce l'exigent.
Les écritures portées sur les journaux et les livres auxiliaires sont centralisées une fois par mois au moins
sur le livre-journal et le grand-livre".

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 22 -


II L'ORGANISATION COMPTABLE AVEC JOURNAL UNIQUE

Sur la base de ces disposi tions légales et réglementaires, évoquées précédemment, il est possible de d resser
un schéma récapi tula tif de l'organisa tion comptable avec journal unique (On pa rle aussi de système classique)

1°) Schéma général de l'organisation comptable avec journal unique

Pièces
justificatives (1) Factures d'ac ha t, double des
(1) facture d e ventes, souches de
chèques, pièces de caisse, double
des bulletins de paye, ……

(2) Livre-journal

(2 ) Registre sur lequel on


enregistre c hronologiquement
les opéra tions de l'entrepri se.
Travaux
quotidiens
Report des écritures

Grand-livre(s) (3)
(3) Ensemble des comptes d e
l'entreprise. On le divise souvent
en :
 Grand-livre général.
 Grand livre auxiliaire des
comptes clients.
 Grand-livre auxiliaire des
comptes fournisseurs.

Regroupement des comptes (le plus souvent mensuel)

Balance (4)

Travaux
mensuels
(4) Tableau qui récapitule tous les
comptes de l'entreprise

Bilan Compte de résultat Autres doc


Travaux de
fin
d'exercice

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 23 -


2°) Les pièces justificatives

Les pièces justificatives sont les documents (fac tures d'ac ha t, double des facture de ventes, souc hes d e
chèques, pièces de caisse, double des bulletins de paye, ……..) qui sont à l'origine d'un enregistrement
comptable.

Délai de conservation : 10 ans

Les pièces justificati ves doivent être contrôlées (vérification des erreurs éventuelles) , classées pa r na ture
et référencées dans un ord re logique. On peut également les prétotaliser et les précomptabiliser pour
accélérer le travail de saisie

La prétotalisation consiste à totaliser les sommes La précomptabilisation consiste à analyser


significatives rela tives à des documents de même chaque document ou ensemble d e documents
nature et faisant l'objet d'un même type prétotalisés pour indiquer les comptes à
d'enregistrement comptable. Il devi ent alors débiter et les comptes à créditer .
possible, par exemple, de passer une seule Techniquement, la précomptabilisa tion peut se
écri ture pour enregistrer toutes les factures faire
d'acha t d'une journée. - sur un ticket comptable agrafé sur la pièce
justificati ve,
- sur un dessin de ticket comptable reprodui t
sur la pièce justifica tive
- sur un bordereau de saisie

Exemple : on souhaite précomptabiliser la pièce justificative suivante extraite de la comptabilité de


l'entreprise FAHMI :

20/10/N
Pièce de caisse n° 1

Recette Dépense

Acha t d e ti mbres
postes 300

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 24 -


Première solution : on agrafe un ticket comptable (document pré-imprimé) sur la pièce justificative et on
procède à la précomptabilisation.

 On peut attribuer un n° au ticket comptable


si cela renforce l'organisation
 La mention Visa invite celui qui
précomptabilise ou qui contrôle la
précomptabilisation à s'identifier

Remarque : on peut aussi reproduire sur la pièce justificative le dessin d'un ticket comptable avec un tampon.

Deuxième solution : on précomptabilise sur un bordereau de saisie (feuille de papier reproduisant une grille
de saisie)

3°) Le livre-journal

Le livre-journal est un registre obliga toire sur lequel les opéra tions sont enregi strées c hronologiquement
sous la forme d'une écri ture (ou article)

Délai de conservation : 10 ans

Un formalisme particulier est i mposé au comptable car le livre-journal peut être utilisé comme moyen de
preuve :

- le livre-journal doit être tenu sans blanc ni ratures ; il est interdi t d'effacer et d'utiliser des encrivores.
- le livre-journal doit être coté (numérota tion des pages et indication du nombre de pages) et paraphé
(signature pour authentifica tion) par le greffier du tribunal de commerce ou du tribunal de grande
instance sta tuant en ma tière commerciale.

Les erreurs doivent être corrigées par des écri tures de CONTREPASSATION : on passe l'écri ture erronée
en sens inverse pour l'annuler, puis on passe la bonne écri ture.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 25 -


Exemple : l'enregistrement de la pièce comptable préc édente sera struc turé ainsi :

Numéro de compte débi té


Da te de
Montant Montant
Numéro de compte crédi té l'opéra tion
débité crédité

20/10/N

6145 Frais postaux….. 300,00


5161 Caisse 300,00

Pièce de caisse n° 1

Nom du compte
débité Libellé de l'opéra tion (il
s'agi t en règle générale de la Nom du compte
référence à la pièce crédité
justificati ve)

4°) Le grand-livre

Le grand-livre est un registre obliga toire qui regroupe tous les comptes de l'entreprise. Il est "alimenté"
par le report des écri tures au journal.
Il peut être détaillé en autant de grand s livres auxiliaires si le besoin s'en fait senti r (la plupart des
entreprises choi sissent de disposer d'un grand-livre général, d'un grand livre auxiliaire des clients et d'un
grand livre auxiliaire des fournisseurs).

Délai de conservation : 10 ans.

Conditions de forme : aucune condition de forme n'est prévue.

5°) La balance

La balance est un tableau qui récapitule à un moment donné, pour tous les comptes de l'entreprise, le total
des débi ts, le total des crédi ts et le solde.
C'est un moyen de contrôle d es égali tés suivantes propres à toutes comptabilités :

Total des débits = Total des crédits


Total des soldes débiteurs = Total des soldes créditeurs

Si ces égali tés ne sont pa s vérifiées, cela signifie qu'il y a eu erreur dans un ou plusieurs enregistrements
(non respect de la partie double, écri tures non équilibrées) ou erreur de totalisa tion ou de calcul d'un solde.
La balance ne permet pas de détecter toutes les erreurs (oubli d'opéra tions, erreurs de calcul qui se
compensent, erreurs sur les noms des comptes.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 26 -


Exemple : la balance de l'entrepri se FAHMI pour le mois d'oc tobre N se présente de la sorte :

Balance au 31/10/N

N° cptes Nom des comptes Sommes Soldes


Débit Crédit Débit Crédit
1111 Capital 100 000,00 100 000,00
2331 Installations techniques 50 000,00 50 000,00
3111 Stocks de ma rchandises 30 000,00 30 000,00
4411 Fournisseurs 40 000,00 40 000,00
5141 Banque 85 000,00 6 000,00 79 000,00
5161 Caisse 1 000,00 300,00 700,00
6111 Acha ts de ma rchandises 40 000,00 40 000,00
6145 Frais postaux 300,00 300,00
7111 Ventes de ma rchandises 60 000,00 60 000,00
TOTAUX 206 300,00 206 300,00 200 000,00 200 000,00

La balance est aussi un moyen d'information : elle est établie au moins une fois par mois pour des raisons
fiscales ou pour faire le point de la gestion.

A la fin de l'exercice comptable il est dressé une "balanc e avant inventaire" et une "balanc e après
inventaire".

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 27 -


III L'ORGANISATION COMPTABLE AVEC DIVISION DU JOURNAL
Le livre-journal est divisé en journaux spécialisés appelés journaux auxiliaires ou journaux divisionnaires ainsi
que le montre le schéma ci-après.

Pièces
justificatives

Journal de Journal de Journal des Journal des Journal des


Journal des
caisse banque achats ventes opérations
ventesdiverses

Travaux
quotidiens

Report des écritures

Grand-livre(s)

Regroupement des comptes


(le plus souvent mensuel)

Journal unique Balance


Travaux
mensuels

Récapitulation ( au moins
mensuelle) des totaux
des journaux auxiliaires
dans un journal unique

Bilan Compte de résultat Autres doc Travaux de


fin
d'exercice

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 28 -


La division du journal permet aussi la division du tra vail comptable. On peut facilement i maginer une struc ture
dans laquelle chaque employé de comptabili té est spécialisé sur un journal ; le chef comptable étant chargé
de coordonner et de contrôler l'ensemble. La division du journa l présente tout de même le risque de double
enregistrement d'une opéra tion.

Exemple : supposons qu'il faille enregistrer un retrai t d'espèc es de 1 000 Dh en banque pour alimenter la
caisse.

 L'employé spécialisé dans la tenue du journal de caisse va pa sser l'écri ture sui vante :

Journal de caisse

5161 Caisse 1 000,00


5141 Banque 1 000,00
Pièce de caisse n°…..

 L'employé spécialisé dans la tenue du journal de banque va passer l'écri ture suivante :

Journal de banque

5161 Caisse 1 000,00


5141 Banque 1 000,00
Bordereau de retrait d'espèces n°…..

On constate que le compte caisse et que le compte banque ont été respectivement débités et crédités deux fois.
Pour éviter cette erreur, on utilise le 5115 "virements de fonds". Chaque employé utilisera ce compte en contrepartie
du compte de trésorerie dont il assure le suivi comptable :

 L'employé spécialisé dans la tenue du journal de caisse va pa sser l'écri ture sui vante :

Journal de caisse

5161 Caisse 1 000,00


5115 Virements de fonds 1 000,00
Pièce de caisse n°…..

 L'employé spécialisé dans la tenue du journal de banque va passer l'écri ture suivante :

Journal de banque

5115 Virements de fonds 1 000,00


5141 Banque 1 000,00
Bordereau de retrait d'espèces n°…..

On constate que le compte caisse et que le compte banque ont été respectivement débités et crédités une seule fois.
Dans tous les cas, le compte "5115 Virements de fonds" n'est utilisé que quand il y a risques de double enr egistrement.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 29 -


IV LES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS LIÉS A L'INFORMATISATION DE
LA COMPTABILITÉ

L'informa tisa tion de la comptabilité ne remet pas en cause le sc héma de l'organisa tion comptable en offrant
une possibilité supplémentaire de contrôle d'exacti tude et de cohérence des données saisies. Le sc héma ci -
après se présente donc comme un organigra mme de trai tement.

Les logiciels de comptabili té sont le plus souvent " mul tisociétés" : ils permettent la tenue si mul tan ée de
plusieurs dossiers. Chaque dossier consti tue une comptabilité d'entreprise.
Lors de la créa tion d'un dossier, il faut procéder à quelques travaux de para métrage (identifica tion de
l'entreprise, défini tion de l'exercice comptable , créa tion d'un plan de comptes ou a ménagement du plan de
comptes proposé par défaut pa r le logiciel, choix d'un journal unique ou d'un journal divisé.

La saisie des opéra tions se fai t dans un registre élec tronique appelé BROUILLARD.
Les écri tures passées sont alors di tes "provi soires". Le comptable édi te quotidiennement le brouillard et
contrôle les écri tures passées ; il peut éventuellement corriger les erreurs d'i mputa tion (mauvais numéros de
compte et/ou mauvais montants).
Une fois contrôlées, les écri tures provi soires doivent devenir défini tives.
Le comptable doi t alors VALIDER les écri tures. La validation a pour effet suppri mer les écri tures du
brouillard et de les reporter les écri tures à ti tre définitif dans le grand -livre.
Une écri ture validée ne peut être corrigée que par CONTREPASSATION dans le nouveau brouillard et
nouvelle validation.

La mise à jour du plan de comptes, la consulta tion et l'édi tion sélec tive du journal, comptes et documents de
synthèse devient ex trêmement souple.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 30 -


Création d'un nouveau dossier
(identification de l'entreprise,
bornes de l'exercice
comptable,…..)
Travaux de
paramétrage
Création (ou copie à partir de
la société de démonstration)
du PLAN COMPTABLE et des
JOURNAUX

Saisie des écritures


provisoires au BROUILLARD

Impression du
BROUILLA RD

Travaux
Contrôle du BROUILLARD
quotidiens

Retour au BROUILLARD
Détection OUI pou correction et/ou
d'erreur(s) suppression des écritures
concernées
NON

Validation des écritu res

Travaux
périodiques
Impression périodique des
JOURNAUX, COMPTES ET
BALANCE(S)

Impression du BILAN et du
COMPTE de RESULTAT

Travaux de
Clôture de l'exercice N et fin d'exercice
ouverture de l'exercice N+1
(Clôture et réouverture des
comptes)

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 31 -


V EXERCICE DE SYNTHÈSE

M FAHMI crée une entreprise d'auto -école, le 1er oc tobre N (AUTO ECOLE DU SUD) et dépose à sa banque
le même jour sur un compte professionnel, une somme d e 150 000 Dh prélevée sur sa fortune personnelle.
Il effectue ensui te les opéra tions suivantes :

03/10 : retrait d e la banque pour alimenter la caisse d e son entreprise : 6 000 Dh


05/10 : acha t d'un véhicule automobile : 65 000 Dh par c hèque.
06/10 : acha t d'un micro ordina teur 10 600 Dh , d'un logiciel de gestion pour les auto -écoles 7 400 Dh.
Paiement ½ au comptant par chèque, ½ à c rédi t auprès du fournisseur AMS Informa tique.
07/10 : emprunt de 10 000 Dh à la banque.
08/10 : Le fournisseur AMS Informa tique rembourse pour 2 000 Dh par chèque pour tenir compte d'une
chute brutale des prix de l'informa tique.
09/10 : acha t de fourni tures de bureau pour 1 000 Dh à crédi t, fournisseur "Papeterie Gerbert" .
09/10 : acha t d'une i mpri mante laser couleur 3 500 Dh, par chèque.
10/10 : réception d'une facture d'avoir adressée pa r le fourni sseur "Papeterie Gerbert" (200 Dh ont été
comptés en trop sur la facture du 09/10)
15/10 : recettes de la l ière quinzaine, 2 250 Dh encaissées en espèces.
16/10 : remboursement à un client d'une leçon facturée en trop :150 Dh, en espèces.
17/10 : délivrance de la carte grise du véhicule : 400 Dh et de la vignette : 350 Dh par chèques
18/10 : paiement par chèque d e l'assurance du véhicule : 6 700 Dh.
19/10 : publicité passée dans le journal 250 Dh, payée en espèces.
20/10 : paiement des intérêts sur l'emprunt : 1500 Dh pa r prélèvement automa tique
21/10 : règlement d'une parti e du solde au fourni sseur AMS informa tique : 5 000 Dh, par chèque.
24/10 : contravention pour sta tionnement interdi t à l'occasion de l'ac tivi té professionnelle : 15 0 Dh, payé en
espèces.
28/10 : pourboire remis exceptionnellement par un client pour la réussi te au permi s : 100 Dh en espèces.
30/10 : paiement pa r chèque des ac ha ts d'essence du mois : 2 300 Dh.
31/10 : paiement du salaire de la secrétaire à temps parti el : 3 000 Dh, par c hèque.
31/10 : recettes de la 2 è me quinzaine : 6 450 Dh dont 450 Dh en chèques remi s sur le compte en banque, le
reste en espèces.

Travail à faire :

1°) Présentez le bilan d'ouverture,


2°) Enregistrez les opérations au journal et procédez au report dans le grand -livre,
3°) Présentez la balance au 31/10/N,
4°) Présentez le bilan et le compte de résultat au 31/10/N,
5°) Commentez la situation de l'entreprise au 31/10/N.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 32 -


1. Bilan d'ouverture

BILAN AU 01/10/N
ACTIF PASSIF
Banque 150 000,00 Capital 150 000,00
TOTAUX 150 000,00 TOTAUX 150 000,00

2. Enregistrement des opérations au journal et report dans le grand livre.

01/10
5141 Banque 150 000,00
1111 Capital 150 000,00
Bordereau de remise de chèque n°…
03/10
5161 Caisse 6 000,00
5141 Banque 6 000,00
Bordereau de retrait d'espèces n°…..
05/10
2340 Matériel de transport 65 000,00
5141 Banque 65 000,00
Fact n°…..Ch n°…..
06/10
2355 Matériel informatique 10 600,00
2220 Brevets, marques, droits, et valeurs similaires 7 400,00
4481 Dettes sur acq d'immob. 9 000,00
5141 Banque 9 000,00
Fact n°…..Ch n°…..
07/10
5141 Banque 10 000,00
1481 Emprunts……. 10 000,00
Avis de crédit n°…..
08/10
5141 Banque 2 000,00
2355 Matériel informatique 2 000,00
Fr AMS S/Ch n°….
09/10
61227 Achat de fournitures de bureau 1 000,00
4411 Fournisseurs 1 000,00
Fact n°….
09/10
2355 Matériel informatique 3 500,00
5141 Banque 3 500,00
Ch n°….
10/10
4411 Fournisseurs 200,00
61227 Achat Fournitures de 200,00
Bureau
Avoir n°….
15/10
5161 Caisse 2 250,00
7124 Vente de services 2 250,00
Pièce de caisse n° ….

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 33 -


16/10
7124 Vente de services 150,00
5161 Caisse 150,00
Pièce de caisse n°…...
17/10
6167 Impôts, taxes et droits assimilés 750,00
5141 Banque 750,00
Ch n°….
18/10
6134 Primes d'assurances 6 700,00
5141 Banque 6 700,00
Quittance n°…Ch n°….
19/10
6144 Publicité…….. 250,00
5161 Caisse 250,00
Fact n°…Ch n°….
20/10
6311 Charges d'intérêts 1 500,00
5141 Banque 1 500,00
Avis de débit n°….
21/10
4481 Dettes sur acquisition d'immobilisations 5 000,00
5141 Banque 5 000,00
Ch n°….
24/10
6583 Pénalité et amendes fiscales ou pénales 150,00
5161 Caisse 150,00
Pièce de caisse n°…..
28/10
5161 Caisse 100,00
7586 Dons, libéralité et lots 100,00
reçus
Pièce de caisse n°…….
30/10
6125 Achats non stockés de matières et de fournitures 2 300,00
5141 Banque 2 300,00
Fact n°….….Ch n°….
31/10
6171 Rémunération du personnel 3 000,00
5141 Banque 3 000,00
Selon livre de paye Ch n°….

5141 Banque 450,00
5161 Caisse 6 000,00
7124 Vente de services 6 450,00
Bordereaux de remise de chèques n°… et d'espèces n°….

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 34 -


Capital Emprunts
150 000,00 01/10 10 000,00 07/10
0,00 150 000,00 10 000,00 10 000,00
31/10 SC 150 000,00 31/10 SC 10 000,00
150 000,00 150 000,00 10 000,00 10 000,00

Brevets, marque…. Matériel de transport


06/10 7 400,00 05/10 65 000,00
7 400,00 0,00 65 000,00 0,00
7 400,00 SD 31/10 65 000,00 SD 31/10
7 400,00 7 400,00 65 000,00 65 000,00

Matériel informatique Fournisseurs


06/10 10 600,00 2 000,00 08/10 200,00 1 000,00 09/10
09/10 3 500,00 200,00 1 000,00
12 100,00 0,00 800,00 SD 31/10
12 100,00 SD 31/10 1 000,00 1 000,00
14 100,00 14 100,00

Dettes sur acqu d'immobilisations


21/10 5 000,00 9 000,00 06/10

5 000,00 9 000,00
31/10 4 000,00
9 000,00 9 000,00

Banque Caisse
01/10 150 000,00 03/10 6 000,00 150,00 16/10
6 000,00 03/10 15/10 2 250,00 250,00 19/10
65 000,00 05/10 28/10 100,00 150,00 24/10
9 000,00 06/10 31/10 6 000,00
07/10 10 000,00 14 350,00
550,00
08/10 2 000,00 13 800,00 SD
3 500,00 09/10 14 350,00 14 350,00
750,00 17/10
6 700,00 20/10 Achat non stockés
1 500,00 21/10 30/10 2 300,00
5 000,00 30/10 2 300,00 0,00
2 300,00 31/10 2 300,00 SD 31/10
3 000,00 31/10 2 300,00 2 300,00
31/10 450,00
162 450,00 102 750,00
59 700,00 SD 31/10
162 450,00 162 450,00

Achat de mat et fournitures Primes d'assurances


09/10 1 000,00 200,00 10/10 18/10 6 700,00
1 000,00 200,00 6 700,00 0,00
800,00 SD 31/10 6 700,00 SD
1 000,00 1 000,00 6 700,00 6 700,00

Publicité impôts, taxes…


19/10 250,00 15/10 750,00
250,00 0,00 750,00
250,00 SD 31/10 750 SD
250,00 250,00 750,00 750,00

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 35 -


Rémunération du personnel Charges d'intérêts
31/10 3 000,00 20/10 1 500,00
3 000,00 0,00 1 500,00 0,00
3 000,00 SD 31/10 1 500,00 31/10
3 000,00 3 000,00 1 500,00 1 500,00

Charge non courantes Vente de services


24/10 150,00 16/10 150,00 2 250,00 15/10
150,00 150,00 6 450,00 31/10
150,00 SD 31/10 150,00 8 700,00
150,00 150,00 31/10 SC 8 550,00
8 700,00 8 700,00

Produits non courants


100,00 28/10
0,00 100,00
SC 100,00
100,00 100,00

3. Balance au 31/10/98

Balance au 31/10/N
N° cptes Nom des comptes Sommes Soldes
Débit Crédit Débit Crédit
1111 Capital 150 000,00 150 000,00
1481 Emprunts 10 000,00 10 000,00
2220 Brevets, marques… 7 400,00 7 400,00
2340 Ma tériel de transport 65 000,00 65 000,00
2355 Ma tériel informa tique 14 100,00 2 000,00 12 100,00
4411 Fournisseurs 200,00 1 000,00 800,00
4481 Dettes sur acq d'i mmobilisa tions 5 000,00 9 000,00 4 000,00
5141 Banque 162 450,00 102 750,00 59 700,00
5161 Caisse 14 350,00 550,00 13 800,00
6125 Acha ts non stockés 2 300,00 2 300,00
6122 Acha t d e ma t et Fourni tures 1 000,00 200,00 800,00
6134 Primes d'a ssurances 6 700,00 6 700,00
6144 Publicité 250,00 250,00
6167 Impôts, taxes… 750,00 750,00
6171 Rémunéra tion du personnel 3 000,00 3 000,00
6311 Charges d'intérêts 1 500,00 1 500,00
6583 Charges non courantes 150,00 150,00
7124 Vente de services 150,00 8 700,00 8 550,00
7586 Produits non courante 100,00 100,00
TOTAUX 284 300 284 300 173 450 173 450

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 36 -


4. Bilan et compte de résultat au 31/10/N

Compte de résultat au 31/10/N


Charges Produits
Acha t d e Fourni tures non stockés 2 300,00 Ventes 8 550,00
Acha t d e ma t et Fourni tures 800,00 Produits non courants 100,00
Primes d'a ssurances 6 700,00
Publicité 250,00
Impôts et taxes 750,00
Rémunéra tion du personnel 3 000,00
Charges d'intérêts 1 500,00
Charges non courantes 150,00
Total des charges 15 450,00 Total des produits 8 650,00
Résultat (Perte) 6 800,00
TOTAUX 15 450,00 TOTAUX 15 450,00

BILAN AU 31/10/N
ACTIF PASSIF
ACTIF IMMOBILISE CAPITAUX PROPRES
Brevets, marques, droi ts… 7 400,00 Capital 150 000,00
Ma tériel de transport 65 000,00 Résul ta t (Perte) - 6 800,00
M. M. de bureau 12 100,00 TOTAUX I 143 200,00
TOTAUX I 84 500,00 DETTES
ACTIF CIRCULANT Emprunt 10 000,00
Banque 59 700,00 Fournisseurs 800,00
Caisse 13 800,00 Dettes sur acq d'i mmobilisa tions 4 000,00
TOTAUX II 73 500,00 TOTAUX II 14 800,00
TOTAUX I + II 158 000,00 TOTAUX I + II 158 000,00

5. Situation de l'entreprise au 31/10/N

L'entrepri se est actuellement en perte. Cette si tua tion est typique des entreprises en pha se de créa tion (les
recettes sont encore insuffisantes pour couvrir les c harges néc essaires au déma rrage d e l'acti vi té). Il
convient d'a ttend re quelques mois pour apprécier à nouveau la si tua tion.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 37 -


CHAPITRE 4 LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE

La taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A.) est un impôt général de consommation qui atteint la
plupart des biens et services consommés. Impôt indirect, la TVA constitue la principale recette
fiscale de l'Etat (40 % environ des recettes du budget de l'Etat)

I PRINCIPES GÉNÉRAUX

1°) Champ d'application de la TVA


Voir en détail le cours de la fiscalité
2°) Les taux de TVA

3°) Calcul de la TVA

La TVA est calculée en appliquant au prix de vente net hors tax e le taux prévu pa r la loi :

Exemple : le prix de vente net hors taxes d'un micro-ordinateur est de 8 000 Dh .

 La TVA est de 8 000 x 20% = 1600

 Le prix de vente TTC est de 8 000 + 1 600 = 9 600

Sur la base de cet ex emple on peut construire le rai sonnement sui vant :

On sai t que HT + TVA = TTC

D’où :

20
8 000 + ( 8 000 x ——— ) = 9 600
100

8 000 + (8 000 x 0,2) = 9 600  (8 000 x 1) + (8 000  0,2) = 9 600


 8 000 x (1 + 0,2) = 9 600
 8 000 × (1,2) = 9 600

On peut donc généraliser ainsi :

TVA TTC HT
Pour un taux de 20 % TVA = HT × 0,2 TTC = HT × 1,2 HT = TTC / 1,2

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 38 -


4°) La relation à la valeur ajoutée

Les entreprises assujetties facturent la TVA à leur client.


La TVA ainsi facturée est appelée TVA collectée/Facturée car elle consti tue une dette envers l'Eta t pour le
compte de qui elle est collectée.

Ces mêmes entrepri ses paient de la TVA à leurs fournisseurs. Cette TVA payée est appelée TVA
déductible/Récupérable car elle consti tue une créance sur l'Eta t.

Les entreprises ne reversent à l'Eta t que la différence entre TVA fac turée et TVA récupérable.

Exemple : pour le mois de novembre de l’année N une entreprise a réalisé les opérations suivantes
soumises à la TVA au taux normal :

Ventes H.T 100 0000


Acha ts et autres cha rges ex ternes H.T 60 000

Au ti tre de la TVA, elle devra payer à l'Eta t :

TVA Facturée (100 000 x 0,2) 20 000


- TVA Récupérable (60 000 x 0,2) 12 000
= TVA à payer 8 000

Sur le regi stre économique, on pourrait traduire cela ainsi :

Ventes H.T 100 0000


- Ac ha ts et autres charges ex ternes H.T 60 000
= Valeur ajoutée 40 000

Si l'on applique le taux de 20 % à la valeur ajoutée :

On obtient un montant de 40 000 x 0,2 = 8 000

L'expression « taxe sur la valeur ajoutée » est donc parfaitement justifiée

II LES DIFFÉRENTS RÉGIMES D'IMPOSITION À LA TVA

1°) Typologie des régimes

Selon le secteur d'activi té auquel elles appa rtiennent et le montant de leur c hiffre d'affaires annuel, les
entreprises peuvent relever de différents régi mes d'i mposi tion à la TVA :

Voir le cours de la fiscalité

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 39 -


2°) Le cas du régime du réel normal.

a) Les comptes utilisés

 L'enregistrement de la TVA sur les ventes se fait dans le compte 4455 Etat TVA Facturée

 L'enregistrement de la TVA déductible sur acquisi tions d'i mmobilisa tions se fait dans le compte 34551
Etat TVA Récupérable sur immobilisation s.

 L'enregistrement de la TVA déductible sur les acha ts se fait dans le compte 34552 Etat TVA
Récupérable sur les charges.

b) La déclaration et la comptabilisation de la TVA

L'accomplissement des obligations rela tives à la TVA se déroule en qua tre éta pes :

Premi ère étape : édition en fin de moi s ou de tri mestre de la balance pour obtenir le solde des comptes de
TVA ;

Deuxième étape : calcul extra -comptable de la TVA nette.

Trois cas de figure peuvent se produire :

 Cas 1 : la TVA collectée est supérieure à la TVA déduc tible ; il faudra alors payer la différence au fisc.
On parlera alors de TVA à décaisser/TVA due
 Cas 2 : la TVA collectée est inférieure à la TVA déduc tible ; on bénéficie alors d'un crédit de TVA que
l'on peut reporter comme TVA déductible sur la déclaration suivante ou dont on peut d emander le
remboursement.
 Cas 3 : il y a stricte égalité entre la TVA collec tée et la TVA déduc tible — ce qui consti tue un cas de
figure ex trêmement ra re— Il y a alors ni TVA à décaisser, ni crédi t de TVA.

Troisième étape : établissement et enregistrement comptable de la déclaration ;

Quatrième étape : envoi au fisc de la déclaration accompagnée du règlement éventuel ou de la demande de


remboursement.

Remarque 1 : le fisc ne vent pa s de centi mes sur la déclaration; en conséquence la TVA Fac turée doi t être
arrondie au Dh inférieur, et la TVA Récupérable au Dh supérieur.

Remarque 2 : les dates li mi tes de dépôt des déclara tions et de paiement de la TVA sont fixées par
l'administra tion fiscale.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 40 -


c) Application (WARDA SA)

Dans l'entreprise WARDA SA a ssujetti e à la TVA au taux normal, un extrait d e l a balance par soldes au
30/11/N avant déclara tion de TVA donne les renseignements ci -après :

Extrait de la balance au 30/11/N avant déclaration de TVA


N° cptes Intitulé des comptes Soldes
Débit Crédit

34551 E.TVA / Immobilisa tions 30 980,34


34552 E.TVA / Charges * 44 778,95
4455 E.TVA Facturée 94 001,92

*E.TVA récupérable sur charges octobre= E.TVA/c harges novembre

 Calculs préparatoires à la déclaration de Novembre N

Eta t.TVA collectée (Novembre) 94 001


- E.TVA / i mmobilisa tions (Novembre) 30 981
- E.TVA / Charges (0ctobre) 44 779
= E.TVA due 18 241

 Enregistrement de la déclaration de novembre N :

30/11/N
4455 E.TVA Facturée 94 001,00
34551 E.TVA / Immobilisations 30 981,00
34552 E.TVA / charges 44 779,00
4456 E.TVA due 18 241,00
Déclaration novembre N

4455 E.TVA Facturée 0,92
34551 E.TVA / Immobilisations 0,66
34552 E.TVA / Charges 0,05 A revoir
7582 Dégrèvement d’impôts 1,63 pour le
système
marocain
Pour solde des comptes débités

 Enregistrement du règlement de la TVA due :

24/12/N

4456 E.TVA due 18 241,00


5141 Banque 18 241,00
Ch n°……….(CA3 Novembre N)

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 41 -


Cas WARDA SA (Suite 1)
Au 31/12/N la balance par soldes a vant déclara tion de TVA de l'entreprise WARDA SA se présente ainsi :

Extrait de la balance au 31/12/N avant déclaration de TVA


N° cptes Intitulé des comptes Soldes
Débit Crédit

34551 E.TVA / Immobilisa tions 47 431.50


34552 E.TVA / Charges * 72 275,10
4455 E.TVA Facturée 50 630,68

*E.TVA récupérable sur charges Décembre= E.TVA/charges novembre

 Calculs préparatoires à la déclaration de décembre N :

TVA Facturée (Décembre) 50 630


- TVA / i mmobilisa tions (Décembre) 47 432
- TVA / Charges (Novembre) 72 276
= Crédit d e TVA à reporter 69 078

 Enregistrement de la déclaration de décembre N :

31/12/N
4455 E.TVA Facturée 50 630,00
3456 Crédit de TVA à reporter 69 078,00
34551 E.TVA / Immobilisations 47 432,00
34552 E.TVA / Charges 72 276,00
Déclaration décembre N

4455 E.TVA Facturée 0,68
34551 E.TVA / Immobilisations 0,50
34552 E.TVA / Charges 0,90
7582 Dégrèvement d’impôts 2,08

Pour solde des comptes débités

L'entrepri se décide de reporter le crédi t sur la déclara tion du mois de janvier N+1

Cas WARDA SA (Suite 2)


Au 01/01/N+1 la balance par soldes avant déclara tion de TVA de l'entreprise WARDA SA se présente ainsi :

Extrait de la balance au 31/01/N avant déclaration de TVA


N° cptes Intitulé des comptes Soldes
Débit Crédit

34551 E.TVA / Immobilisa tions 39 236,82


34552 E.TVA / Charges * 25 616,10
3456 Crédi t de TVA à reporter 69 078,00
4455 E.TVA Facturée 123 760,68

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 42 -


 Calculs préparatoires à la déclaration de janvier N+1 :

TVA Facturée (Janvier) 123 760


- TVA / i mmobilisa tions (Janvier) 39 237
- TVA / Charges (Décembre N) 25 617
- Crédi t de TVA à reporter (Décembre N) 69 078
= Crédit d e TVA à reporter 10 172

 Enregistrement de la déclaration de janvier N+1 :

31/1/N+1
4455 E.TVA Facturée 123 760,00
3456 Crédit de TVA à reporter 10 172,00
34551 E.TVA / Immobilisations 39 237,00
34552 E.TVA / Charges 25 617,00
3456 Crédit de TVA à 69 078,00
reporter
Déclaration janvier N+1

4455 E.TVA Facturée 0,68
34551 E.TVA / Immobilisations 0,18
34552 E.TVA / Charges 0,90
7582 Dégrèvement d’impôts 1,76

Pour solde des comptes débités

IV LA TVA SUR LES ENCAISSEMENTS

Les entreprises de services et les entreprises du sec teur d es BTP, quel que soi t le régi me fiscal dont elles
relèvent (forfait, réel si mplifié, réel normal), sont également soumi ses au régi me particulier de la TVA sur les
encaissements :

 Pour l’acheteur la TVA est exigible (déduc tible) au moment du paiement du prix ;
 Pour le vendeur la TVA est exigible (collectée) au moment de l’encaissement du règlement de l’acheteur.

Cette pa rticularité est sans conséquence sur la tec hnique d’élaboration de la déclara tion de TVA mais
alourdit l’enregistrement des acha ts et des ventes.

Les entreprises concernées ont cependant la possibilité d’opter pour la « TVA sur les débits » : exigibilité
de la TVA à parti r de la factura tion.

Ce point particulier sera donc trai té dans le chapi tre suivant.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 43 -


CHAPITRE 5 : LES ACHATS ET LES VENTES

On appelle "Acha ts", les biens achetés pour être utilisés au cours d'un processus de produc tion,
consommés au premier usage ou être revendus en l'éta t.

Les ventes consti tuent le produit d e l'acti vi té normale et courante de l’entreprise ; elles correspondent aux
ressources acquises pa r l'entrepri se pour le prix des ma rchandises cédées, des travaux effec tués ou des
services vendus.

On peut donc dresser la typologie suivante :

ACHATS VENTES
 6111 Acha ts de ma rchandises  7111 Ventes de ma rchandises
 6121 Acha ts de ma tières premières  71211 Ventes de produi ts finis
 6122 Acha ts de ma tières et fourni tures consommables  7124 Ventes d e services
 6123 Acha ts d'emballages  7127 Ventes d e produi ts accessoires
 6125 Acha ts non stockés de ma ti ères et fourni tures  714 Immobilisa tions produi tes pa r
 6126 Acha ts de travaux, études et presta tions d e service l’entreprise pour elle-même

Les autres d épenses qui n'ont pa s le caractère d'acha t stric to -sensu sont enregistrées dans les sous
comptes d es charges 613/614...

Les acha ts doivent être justifiés pa r une facture ; les ventes doivent être justifiées par une fac ture ou par
la bande d'une caisse enregi streuse.

I LES RÈGLES DE BASE DE LA FACTURATION

On distingue :

 les factures de DOIT (factures de vente) ;


 les factures d'AVOIR (factures consta tant un retour de ma rchandises par le client ou une réduc tion hors
facture d e DOIT accordée au client).

Fiscalement, tout assujetti à la TVA vendant des biens ou services à un autre assujetti doit d élivrer une
facture ou un document en tenant lieu. (la facture doi t être établie en double exemplaire : un pour le vendeur
et un pour le client)

Remarque : un commerçant n'a pas l'obligation de délivrer une facture à un particulier dans le cas où celui -ci
règle en espèces.

1°) Les mentions obligatoires sur facture

Sont obligatoires :

- l'identification du vend eur ou presta tai re (raison sociale, sta tut juridique, Numéro RCS et/ou Registre
des méti ers) ;
- identification du client
- la date de la facture ;
- le numéro de la facture ;
- la date d'échéance ;
- pour chacun des biens livrés ou des services rendus, la qua nti té, la dénomina tion précise, le prix uni taire
hors taxe et le taux de TVA ;

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 44 -


- les rabais, remi ses, ristournes accordés ;
- l'escompte accordé ;
- Le montant d e l'avance ou de l'acompte éventuellement versé.

Remarque 1 : il faut être très prudent en numérotan t les fac tures car l'ad ministra tion ne tolère pas les
numéros manquants.

Remarque 2 : en phase de conception d es documents commerciaux qui seront émi s par une entreprise, il ne
faut pas négliger l'esthétique de la facture car elle contribue elle aussi à véhiculer une certaine i mage.

2°) Les réductions sur factures

Une facture peut comporter des réductions

Rabai s

Commerciales Remi se

Ristourne
Réductions

Financières

Escompte

La remise est une réduction accordée en fonc tion des quanti tés achetées ou de la personnalité du client

Le rabais est une réduction accordée pour d éfaut d e qualité , retard ou erreur sur la ma rchandise livrée

La ristourne est une réduction accordée en fonction d'un niveau de chiffre d'affaire réalisé a vec le client
concerné.

L'escompte est une réduction accordée pour paiement comptant.

4°) Règles de calculs pour l'élaboration d'une facture

Règle 1 : les réductions commerciales se calculent "en cascade" et toujours a vant la réduc tion financière
Exemple : si on accorde une remi se de 3 % et une remise de 5 %, il n'est pa s question d'appliquer un seul taux
de remise à 8 %

Règle 2 : Les Rabais Remi ses et Ri stournes sur fac ture de DOIT ne se comptabilisent pas. Seul le net
commercial est pris en compte.

Règle 3 : Une facture d'AVOIR en rela tion avec une fac ture de DOIT, d oit i mpéra tivement tenir compte des
conditions ini tiales de cette facture.

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 45 -


5°) Application

FAHMI (Fourni sseur) et WARDA (Client) sont en relation d'affaires. Au cours du mois de novembre, ils
ont réalisé les opérations suivantes :

 10/11/N : Le Fournisseur FAHMI adresse au client WARDA la facture d e DOIT n° 11 :


Marchandises Brut H.T : 30 000 , Remises 5 % et 10 %.. Escomp te 1 % TVA 20 %..

 10/11/N : DURAND retourne pour 5 000 F H.T de marc handises non conformes.

 16/11/N : FAHMI adresse à WARDA une facture d'AVOIR n° 1 consécutive au retour de marc handises

 17/11/N : FAHMI adresse à WARDA une facture d'AVOIR n° 2 consta tant un rabais de 5 % sur le
montant net des ma rchandises conservées

 18/11/N : FAHMI adresse à WARDA la fac ture de DOIT n° 12 : Ma rchandises Brut H.T : 15 000 ,
Remise 10 % . TVA 20 %.

 19/11/N : FAHMI adresse à WARDA une facture d'AVOIR n° 3 consta tant un escompte de 1% oublié
sur la facture de DOIT n° 12

On peut reconstituer ces opérations dans les documents ci -dessous :

FAHMI 10/11/N FAHMI 16/11/N FAHMI 17/11/N

Fact n° : 11 DOIT : WARDA Av n° : 1 AVOIR: WARDA Av n° 2 AVOIR: WARDA

Marchandises 30 000,00 Votre retour de mses 5 000,00 Rabais 5 % sur montant


Remise 5 % - 1 500,00 Remise 5 % - 250,00 net des marchandises
28 500,00 4 750,00 conservées
Remise 10 % - 2 850,00 Remise 10 % - 475,00 (25 650 - 4 275) × 5 % 1 068,75
Net commercial 25 650,00 Net commercial 4 275,00 Escompte 1 % - 10,69
Escompte 1 % - 256,50 Escompte 1 % - 42,75 1 058,06
Net financier 25 393,50 Net financier 4 232,25 TVA 20 % + 211,61
TVA 20 % + 5 078,70 TVA 20 % + 846,45 Net à votre crédit TTC 1 269,67
Net à payer TTC 30 472,20 Net à votre crédit TTC 5 078,70

FAHMI 18/11/98 FAHMI 19/11/98

Fact n° : 12 DOIT : DURAND Av n° : 2 AVOIR : DURAND

Marchandises 15 000,00 Escompte oublié


Remise 10 % - 1500,00 (13 500 × 1 %) 135,00
Net commercial 13 500,00 TVA 20 % + 27,00
TVA 20 % + 2 700,00 Net à votre crédit TTC 162,00
Net à payer TTC 16 200,00

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 46 -


La comptabilité de FAHMI (Fournisseur) se présentera ainsi :

10/11/N

3421 Clts 30 472,20


6386 Escomptes accordés 256,50
7111 Vtes de mses 25 650,00
4455 E. TVA Fac t 5 078,70
Fact n° 11 à WARDA
16/11/N

7111 Vtes de mses 4 275,00


44571 E. TVA Fact 846,45

3421 Clts 5 078,70


6386 Escomptes accordés 42,75
AV n° 1 à WARDA
17/11/N

7119 RRRA 1 068,75


4455 E. TVA Fact 211 ,61
3421 Clts 1 269,67
6386 Escomptes accordés 10,69
AV n° 2 à WARDA
18/11/N

3421 Clts 16 200,00


7111 Vtes de mses 13 500,00
4455 E. TVA Fac t 2 700,00
Fact n° 12 à WARDA
19/11/N

6386 Escompte accordé 135,00


4455 E. TVA Fact 27,00
3421 Clients 162,00
AV n° 3 à WARDA

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 47 -


La comptabilité de WARDA (Client) se présentera ainsi :

10/11/N

6111 Acha ts 25 650,00


34551 E. TVA Rec/ch 5 078,70
7386 Escomptes obtenus 256,50
4411 Fournisseurs 30 472,20
FAHMI / sa fact n° 11
16/11/N

7386 Escomptes obtenus 42,75


4411 Fournisseurs 5 078,70
6111 Acha ts 4 275,00
34551 E. TVA Rec/ch 846,45
FAHMI / son AV n° 1
17/11/N

4411 Frs 1 269,67


7386 Escompte obtenus 10,69
6119 RRR0 1 068,75
34551 E. TVA Rec/ch 211 ,61
FAHMI / son AV n° 2
18/11/N

6111 Acha ts de mses 13 500,00


34551 E. TVA Rec/ch 2 700,00
4411 Fournisseurs 16 200,00
FAHMI /sa fact n° 12
19/11/N

4411 Fournisseu rs 162,00


7386 Escompte obtenu 135,00
34551 E. TVA Rec/ch 27,00
FAHMI son AV n° 3

La comptabilité générale – Brandon HEAT - 48 -