Vous êtes sur la page 1sur 144

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/341279509

Électrotechnique Générale

Book · June 2019

CITATIONS READS

0 905

1 author:

Sihem Bouri
Abou Bakr Belkaid University of Tlemcen
10 PUBLICATIONS   28 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

tagushi method View project

ant colony optimization View project

All content following this page was uploaded by Sihem Bouri on 10 May 2020.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET
POPULAIRE
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
Scientifique

Université Abou Bekr Belkaїd – Tlemcen


Faculté de Technologie

Département de Télécommunication

Domaine :
LMD : 2° Année - Semestre 3

Electrotechnique Générale

Dr. BOURI Sihem ép. CHEKROUN


Pr. MERZOUK Sid Ahmed

Année universitaire 2016 / 2017


Sommaire

Avant-propos .....................................................................................................................................8

CHAPITRE I : NOMBRES COMPLEXES ........................................................................................9

I.1. Historique ....................................................................................................................................9

I.2. L'ensemble ℂ ...............................................................................................................................9


• I.2.1. Définition ................................................................................................................................... 9
• I.2.2. Représentation dans le plan complexe ...................................................................................... 11

I.3. Conjugué d'un nombre complexe .............................................................................................. 11

I.4. Module et argument d’un nombre complexe ............................................................................. 12


• I.4.1. Module ...................................................................................................................................... 12
• I.4.2. Argument................................................................................................................................... 13

I.5. Forme trigonométrique d’un nombre complexe......................................................................... 14


• I.5.1. Définition .................................................................................................................................. 14
• I.5.2. Forme exponentielle d’un nombre complexe ............................................................................ 15
1.5.2.1. Définition ......................................................................................................................... 15
• I.5.3. Formule de Moivre .................................................................................................................... 16
• I.5.4. Formules d’Euler ....................................................................................................................... 17

I.6. Exercices .................................................................................................................................... 17


• Exercice 1 ........................................................................................................................................... 17
• Exercice 2 ........................................................................................................................................... 17
• Exercice3 ............................................................................................................................................ 18
• Exercice 4 ........................................................................................................................................... 18
• Exercice 5 ........................................................................................................................................... 18

CHAPITRE II : LOIS FONDAMENTALES DE L’ELECTRICITE ................................................ 19

II.1. Dipôles ...................................................................................................................................... 19


• II.1.1. Association des dipôles ............................................................................................................ 19
II.1.1.1. Résistances ....................................................................................................................... 20
II.1.1.2. Inductances ....................................................................................................................... 21
II.1.1.3. Capacités........................................................................................................................... 23

BOURI ET MERZOUK 2
II.2. Diviseur de courants ................................................................................................................. 24

II.3. Diviseur de tensions .................................................................................................................. 25

II.4. Régime transitoire .................................................................................................................... 26


• II.4.1. Circuit RL série ........................................................................................................................ 26
• II.4.2. Circuit RC série........................................................................................................................ 30
• II.4.3. Décharge d’un condensateur sur une bobine ........................................................................... 33

II.5. Exercices ................................................................................................................................... 35


• Exercice 1 .......................................................................................................................................... 35
• Exercice 2 ........................................................................................................................................... 35
• Exercice 3 ........................................................................................................................................... 36

CHAPITRE III : REGIME ALTERNATIF SINUSOIDAL (SYSTEME MONOPHASE) ................ 37

III.I. Régime alternatif sinusoïdal ..................................................................................................... 37


• III.1.1. Ecriture des grandeurs sinusoïdales ........................................................................................ 37
• III.1.2. Valeur moyenne d'une grandeur périodique ........................................................................... 38
• III.1.3. Valeur efficace d'une grandeur périodique ............................................................................. 38

III.2. Représentation de la tension et du courant dans le plan complexe (diagramme de Fresnel) ..... 39

III.3. Application aux récepteurs électriques .................................................................................... 40


• III.3.1. Association des impédances ................................................................................................... 41

III.4. Puissance électrique en alternatif sinusoïdal ............................................................................ 42


• III.4.1. Puissance instantanée ............................................................................................................. 43
• III.4.2. Puissance active ...................................................................................................................... 44
• III.4.3. Facteur de puissance ............................................................................................................... 44
• III.4.4. Puissance réactive ................................................................................................................... 44
• III.4.5. Puissance apparente ................................................................................................................ 45
• III.4.6. Relations entre P, Q est S ....................................................................................................... 45
• III.4.7. Application des puissances sur les dipoles ............................................................................. 46

III.5. Théorème de Boucherot ........................................................................................................... 47

III.6. Problème du facteur de puissance et compensation de la puissance réactive ............................ 48


• III.6.1. Amélioration du facteur de puissance.................................................................................... 49

III.7. Exercices ................................................................................................................................. 49

BOURI ET MERZOUK 3
• Exercice 1 ........................................................................................................................................... 49
• Exercice 2 ........................................................................................................................................... 50
• Exercice 3 ........................................................................................................................................... 50
• Exercice 4 ........................................................................................................................................... 50

CHAPITRE IV : SYSTEME TRIPHASE EQUILIBRE ................................................................... 51

IV.1. Système triphasé équilibré ....................................................................................................... 51


• IV. 1.1. Définitions ............................................................................................................................ 51

IV.2. Source de tension triphasée ...................................................................................................... 52


• IV.2.1. Relation entre les tensions simples et les tensions composées ............................................... 52

IV.3. Récepteurs triphasés équilibrés ............................................................................................... 54


• IV. 3.1. Couplage étoile ...................................................................................................................... 55
IV.3.1.1. Puissances ....................................................................................................................... 56
• IV. 3.2. Couplage triangle .................................................................................................................. 58
IV.3.2.1. Puissances dans le système triphasé ................................................................................ 59

IV.4. Mesure des puissances ............................................................................................................. 61


• IV.4.1. Mesure de la puissance active consommée par une charge triphasée..................................... 61
IV.4.1.1. Méthode des trois wattmètres ......................................................................................... 61
IV.4.1.2. Méthode des deux wattmètres ......................................................................................... 62

IV.5. Amélioration du facteur de puissance ...................................................................................... 63


• IV.5.1. Branchement en étoile ............................................................................................................ 63
• IV.5.1. Branchement en triangle ......................................................................................................... 64

IV.6. Exercices.................................................................................................................................. 65
• Exercice 1 ........................................................................................................................................... 65
• Exercice 2 ........................................................................................................................................... 65
• Exercice 3 ........................................................................................................................................... 65
• Exercice 4 ........................................................................................................................................... 66

CHAPITRE V : TRANSFORMATEUR MONOPHASE .................................................................. 67

V. 1. Circuit magnétique................................................................................................................... 67
• V.1.1. Définitions ............................................................................................................................... 67
V.1.1.1. Champ magnétique ........................................................................................................... 67
V.1.1.2. L’induction magnétique ................................................................................................... 67

BOURI ET MERZOUK 4
V.1.1.3. Induction magnétique créée par un courant...................................................................... 68
• V.1. 2. Circuits magnétiques .............................................................................................................. 69
V.1.2.1. Circuit magnétique sans entrefer ...................................................................................... 69
V.1.2.3. Circuit magnétique hétérogènes linéaires ......................................................................... 72
• V .1 .3. Matériaux ferromagnétiques. ................................................................................................. 72
V.1.3.1. Courbe de première aimantation – B(H) .......................................................................... 73
V.1.3.2. Cycle d’Hystérésis ............................................................................................................ 73
V.1.3.3. Pertes fer........................................................................................................................... 74
• V.1.4. Circuits magnétiques en régime alternatif sinusoïdal .............................................................. 75
V.1.4.1. Loi de Lenz....................................................................................................................... 76
V.1.4.2. Relation Tension / Induction ............................................................................................ 76
V.1.4.3. Formule de Boucherot ...................................................................................................... 76
V.1.4.4. Loi de Faraday .................................................................................................................. 77
V.1.4.5. Inductance mutuelle ......................................................................................................... 77

V.2. Transformateur monophasé ...................................................................................................... 78


• V.2.1. Introduction ............................................................................................................................. 78
• V.2.2 Rôle........................................................................................................................................... 79
• V.2.3. Constitution ............................................................................................................................. 79
• V.2.4. Transformateur idéal ................................................................................................................ 80
V.2.4.1. Hypothèse :....................................................................................................................... 80
V.2.4.2. Schéma électrique équivalent et diagramme de Fresnel ................................................... 81
• V.2.5. Le transformateur réel.............................................................................................................. 82
V.2.5.1. Détermination des éléments équivalents .......................................................................... 83
V.2.5.2. Diagramme de Kapp (méthode graphique) ...................................................................... 84
V.2.5.3. Expression approchée de la chute de tension ................................................................... 85
V.2.5.4. Rendements des transformateurs ...................................................................................... 85

V.3. Exercices ................................................................................................................................... 86


• Exercice 1 ........................................................................................................................................... 86
• Exercice 2 ........................................................................................................................................... 86
• Exercice 3 ........................................................................................................................................... 86
• Exercice 4 ........................................................................................................................................... 86
• Exercice 5 ........................................................................................................................................... 87
• Exercice 6 ........................................................................................................................................... 87

BOURI ET MERZOUK 5
CHAPITRE VI : MACHINES A COURANT CONTINU ................................................................. 89

VI.1. Définition ................................................................................................................................. 89

VI.2. Conversion d’énergie ............................................................................................................... 89

VI.3. Constitution ............................................................................................................................. 90

VI.4. Grandeurs physiques .............................................................................................................. 92


• VI.4.1. Couple électromagnétique ...................................................................................................... 92
• VI.4.2. Force électromotrice ............................................................................................................ 94
• VI.4.3. Réversibilité............................................................................................................................ 95
• VI.4.4. Loi d’Ohm .............................................................................................................................. 95
• VI.4.5. Les différentes pertes.............................................................................................................. 96
• VI.4.6. Rendement fonctionnement en moteur .................................................................................. 97
• VI.4.7. Rendement fonctionnement en génératrice ............................................................................ 97

VI.5. Les différents types de machines à courant continu ................................................................. 98

VI.6. Moteur à courant continu ........................................................................................................ 99


• VI.6.1. Moteur à excitation indépendante .......................................................................................... 99
• VI.6. 2. Moteur série......................................................................................................................... 103
• VI.6.3. Caractéristiques .................................................................................................................... 104

VI.7. Exercices................................................................................................................................ 106


• Exercice 1 ......................................................................................................................................... 106
• Exercice 2 ......................................................................................................................................... 106
• Exercice 3 ......................................................................................................................................... 107
• Exercice 4 ......................................................................................................................................... 107

CHAPITRE VII : MACHINES SYNCHRONES ............................................................................ 109

VII.1. Champ magnétique tournant................................................................................................ 109


• VII.1.1. Magnétodynamique ............................................................................................................. 109

VII.2. Machine synchrone triphasée ............................................................................................... 111


• VII.2.1. Générateur synchrone ou alternateur................................................................................... 112
VII.2.1.1. Constitution ................................................................................................................. 112
VII.2.2.2. Fonctionnement ........................................................................................................... 114
VII.2.2.3. Bilan de Puissance ....................................................................................................... 118
• VII.2.2. Moteur synchrone ............................................................................................................... 119

BOURI ET MERZOUK 6
VII.2.2.1. Constitution ................................................................................................................. 119
VII.2.2.2. Pilotage de la vitesse de rotation.................................................................................. 120
VII.2.2.3. Fonctionnement ........................................................................................................... 120
VII.2.2.4. Rendement d'un moteur synchrone .............................................................................. 121
• VII.2.3. Utilisation d’une machine synchrone en compensateur synchrone ..................................... 122

VII.3. Exercices .............................................................................................................................. 122


• Exercice 1 ....................................................................................................................................... 122
• Exercice 3 ......................................................................................................................................... 124
• Exercice 4 ......................................................................................................................................... 125

CHAPITRE VIII : MACHINES ASYNCHRONES ........................................................................ 126

VIII.1. Généralité ........................................................................................................................... 126


• VIII.1.1. Glissement ......................................................................................................................... 127
• VIII.1.2. Couple électromagnétique d’une Machine Asynchrone .................................................... 127

VIII.2. Moteur asynchrone ............................................................................................................. 128


• VIII.2.1. constitution ........................................................................................................................ 128
• VIII.2.2. Glissement ......................................................................................................................... 130
• VIII.2.3. Bilan de puissance du moteur asynchrone ......................................................................... 131

VIII.3. Modèle d’une phase de la machine asynchrone ................................................................... 133


• VIII.3.1. Détermination des éléments du modèle ............................................................................. 133
• VIII.3.2. Caractéristique mécanique Cu(n) ...................................................................................... 135

VIII.4. Génératrice asynchrone ...................................................................................................... 136


• VIII.4.1. fonctionnement ................................................................................................................. 136
• VIII.4.2. Bilan de puissance de la génératrice asynchrone ............................................................... 137
• VIII.4.3. Glissement de la génératrice .............................................................................................. 137
• VIII.4.4. Double utilisation de la Machine Asynchrone ................................................................... 137

VIII.5. Exercices ............................................................................................................................. 138


• Exercice 1 ....................................................................................................................................... 138
• Exercice 2 ......................................................................................................................................... 139
• Exercice 3 ........................................................................................................................................ 140

Références ...................................................................................................................................... 141

BOURI ET MERZOUK 7
Avant-propos

L'électrotechnique est l'étude des applications techniques de l'électricité, ou encore, la


discipline qui étudie la production, le transport, le traitement, la transformation et l'utilisation
de l'énergie électrique.

On peut rencontrer en électrotechnique :

✓ De très fortes puissances, de plusieurs mégawatts (MW) à quelques milliers de MW,


principalement lors de la production et du transport de l'énergie électrique (une tranche
de centrale nucléaire a une puissance de 1300 MW) ;
✓ De faibles puissances, de l'ordre du kW ou du W, pour le chauffage, l'électroménager,
etc. ;
✓ De très faibles puissances, de quelques µ W pour les micros moteurs de montres à
quartz, à quelques nW dans la motorisation de certaines techniques d'exploration
médicale ;

L'électrotechnique a un champ d'application extrêmement vaste, elle concerne de très


nombreuses entreprises industrielles, dans les domaines de la production et du transport de
l'énergie électrique, dans les équipements électriques, dans les transports utilisant des moteurs
électriques, en électronique de puissance et également dans des domaines plus inattendus
comme l'aérospatial.

La finalité de l'enseignement de l'électrotechnique est de donner aux étudiants de


deuxième année Télécommunication des notions qui sont propres à cette discipline afin de leur
permettre d'exercer éventuellement leur futur métier dans les entreprises industrielles proches
de ce domaine.

Pour cela, on a divisé notre cours en huit chapitres :

Chapitre I : Nombres complexes

Chapitre II : Lois fondamentales de l’électricité

Chapitre III : Régime monophasé

Chapitre IV : Régime triphasé

BOURI ET MERZOUK 8
Chapitre V : Transformateur monophasé

Chapitre VI : Machines à courant continu

Chapitre VII : Machines synchrones

Chapitre VIII : Machines asynchrones

BOURI ET MERZOUK 9
Electrotechnique Générale

CHAPITRE I : NOMBRES COMPLEXES

I.1. Historique
Les nombres complexes prennent naissance au XVIème siècle lorsqu’un
italien Gerolamo Cardano (1501 ; 1576), au nom francisé de Jérôme Cardan,
introduit √−15 pour résoudre des équations du troisième degré.

En 1572, un autre italien, Rafael Bombelli (1526 ; 1573) publie "Algebra, parte
maggiore dell’aritmetica, divisa in tre libri" dans lequel il présente des nombres de la forme
a + b√−1 et poursuit les travaux de Cardan sur la recherche de solutions non réelles pour des
équations du troisième degré.

A cette époque, on sait manipuler les racines carrées d’entiers négatifs mais on ne les
considère pas comme des nombres. Lorsqu’une solution d’équation possède une telle racine,
elle est dite imaginaire. Les électriciens notent souvent « i » par « j » pour ne pas le confondre
avec le courant.

La notation i apparaît en 1777 siècle avec Leonhard Euler (1707 ; 1783) qui développe
la théorie des nombres complexes sans encore les considérer comme de « vrais » nombres. Il
les qualifie de nombres impossibles ou de nombres imaginaires.

Au XIXe siècle, Gauss puis Hamilton posent les structures de l’ensemble des nombres
complexes. Les nombres sans partie imaginaire sont un cas particulier de ces nouveaux
nombres. On les qualifie de « réel » car proche de la vie. Les complexes sont encore considérés
comme une création de l’esprit.

I.2. L'ensemble ℂ

I.2.1. Définition
Il existe un ensemble de nombres, noté ℂ, appelé ensemble des nombres complexes qui
possède les propriétés suivantes :

- ℂ contient ℝ.

BOURI ET MERZOUK 9
Electrotechnique Générale

- Dans ℂ, on définit une addition et une multiplication qui suivent les mêmes règles de calcul
que dans ℝ.

- Il existe dans ℂ un nombre j tel que j2= - 1.

- Tout élément z de ℂ s'écrit sous la forme :

➢ Algébrique : 𝑧 = 𝑎 + 𝑗. 𝑏

Avec :

a : La partie réelle

b : s'appelle la partie imaginaire.

On note Re(z) = a et Im(z) = b .

➢ Exponentielle : 𝑧 = |𝑧|. 𝑒 𝑗𝜃

Avec :

|z| : module de z

θ : argument de z.

➢ Trigonométrique : : z = |z|. (cos θ + j. sin θ)

Remarques :
- Si b = 0 alors z est un nombre réel.
- Si a = 0 alors z est un nombre imaginaire pur.
Propriétés :

a) Deux nombres complexes sont égaux, si et seulement si, ils ont la même partie réelle et la
même partie imaginaire.

b) Un nombre complexe est nul, si et seulement si, sa partie réelle et sa partie imaginaire sont
nulles.

BOURI ET MERZOUK 10
Electrotechnique Générale

I.2.2. Représentation dans le plan complexe

Fig. I- 1 : Représentation dans le plan complexe

I.3. Conjugué d'un nombre complexe


On appelle nombre complexe conjugué de z, le nombre, noté z̅, égal à 𝑧̅ = 𝑎 − 𝑗𝑏

Fig. I- 2 : Conjugué d’un nombre complexe


Remarque :
Les points d'affixes z et z̅, sont symétriques par rapport à l'axe des réels.
Propriétés :

Soit z et z ' deux nombres complexes et n entier naturel non nul.

BOURI ET MERZOUK 11
Electrotechnique Générale

a) ̅̅̅̅̅̅̅̅ ̅
𝑧 + 𝑧′ = 𝑧̅ + 𝑧′ b) ̅̅̅̅̅̅ ̅
𝑧 . 𝑧′ = 𝑧̅ . 𝑧′ c) ̅̅̅
𝑧 𝑛 = 𝑧̅ 𝑛

̅̅̅̅
1 1 ̅̅̅̅̅
𝑧 𝑧̅
d)( ) = ;𝑧 ≠ 0 e) ( ) = ; 𝑧′ ≠ 0
𝑧 𝑧̅ 𝑧′ ̅
𝑧′

Démonstrations :
a) 𝑧̿ = ̿̿̿̿̿̿̿̿ ̅̅̅̅̅̅̅̅
𝑎 + 𝑗𝑏 = 𝑎 − 𝑗𝑏 = 𝑎 + 𝑗𝑏 = 𝑧
b)
̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
𝑧 + 𝑧 ′ = ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
̅̅̅̅̅̅̅̅ 𝑎 + 𝑗𝑏 + 𝑎′ + 𝑗𝑏 ′
= 𝑎 + 𝑎′ + 𝑗(𝑏 + 𝑏 ′ )
= 𝑎 + 𝑎′ − 𝑗𝑏 − 𝑗𝑏 ′
=𝑎 ̅̅̅̅̅̅̅̅
+ 𝑗𝑏 + ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
𝑎′ + 𝑗𝑏 ′
= 𝑧̅ + 𝑧̅′

I.4. Module et argument d’un nombre complexe

I.4.1. Module
On appelle module de z, le nombre réel positif, noté |𝑧|,

|𝑧| = √𝑎2 + 𝑏 2 (I-1)

Fig. I-3 : Module d’un nombre complexe


M est un point d'affixe z.
Alors le module de z est égal à la distance OM.

BOURI ET MERZOUK 12
Electrotechnique Générale

I.4.2. Argument
Soit un point M d'affixe z non nulle. On appelle argument de z, notée arg(z) une mesure,
⃗ ; ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
en radians, de l'angle (𝑢 𝑂𝑀).

Fig. I-3 : Argument d’un nombre complexe


Remarques :
- Un nombre complexe non nul possède une infinité d'arguments de la forme arg(z) + 2k , k 
ℤ.

On notera arg(z) modulo 2 ou arg(z)  2 

( )
- 0 n'a pas d'argument car dans ce cas l'angle u ; OM n'est pas défini.

Propriétés :

Soit z un nombre complexe non nul.

a) z est un réel ⟺ 𝑎𝑟𝑔(𝑧) = 𝐾. 𝑛 𝐾∊𝑁


𝜋
b) z est un imaginaire pur ⟺ 𝑎𝑟𝑔(𝑧) = (2𝐾 + 1) 2 𝐾∊𝑁

̅ = −𝑎𝑟𝑔(𝑧)
c) 𝑎𝑟𝑔(𝑧)

d) 𝑎𝑟𝑔(−𝑧) = 𝑎𝑟𝑔(𝑧) + 𝜋

Démonstrations :
a) Le point M d'affixe z appartient à l'axe des réels.
b) Le point M d'affixe z appartient à l'axe des imaginaires.

BOURI ET MERZOUK 13
Electrotechnique Générale

c) Ses résultats se déduisent par symétrie.

I.5. Forme trigonométrique d’un nombre complexe

I.5.1. Définition

Soit 𝑧 = 𝑎 + 𝑗𝑏 un nombre complexe non nul. On pose : 𝜃 = arg(𝑧)

On a alors :

𝑎 = |𝑧|𝑐𝑜𝑠𝜃

𝑏 = |𝑧|𝑐𝑜𝑠𝜃

Fig. I-4

On appelle forme trigonométrique d'un nombre complexe z non nul l'écriture

z = |z|(cos θ + j sin θ) (I-2)

Avec :

𝜃 = arg(𝑧)

Le tableau suivant résume les propriétés de la forme trigonométrique d’un nombre complexe.

BOURI ET MERZOUK 14
Electrotechnique Générale

Tableau I-1 : Propriété des nombres complexes


Produit |𝑧. 𝑧′| = |𝑧|. |𝑧′| 𝑎𝑟𝑔(𝑧𝑧 ′ ) = 𝑎𝑟𝑔(𝑧) + 𝑎𝑟𝑔(𝑧 ′ )
Puissance |𝑧 𝑛 | = |𝑧|𝑛 𝑎𝑟𝑔(𝑧 𝑛 ) = 𝑛. 𝑎𝑟𝑔(𝑧)
1 1 1
Inverse | |= 𝑎𝑟𝑔 ( ) = − 𝑎𝑟𝑔(𝑧) ; 𝑧 ≠ 0
𝑧 |𝑧| 𝑧
𝑧 |𝑧| 𝑧
Quotient | |= 𝑎𝑟𝑔 ( ) = 𝑎𝑟𝑔(𝑧) − 𝑎𝑟𝑔(𝑧′)
𝑧′ |𝑧′| 𝑧′

Démonstration pour le produit :


On pose :
𝜃 = 𝑎𝑟𝑔(𝑧)
𝜃 ′ = 𝑎𝑟𝑔(𝑧 ′ )
Donc :
𝑧𝑧 ′ = |𝑧|(𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑗 𝑠𝑖𝑛 𝜃)|𝑧|(𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑗 𝑠𝑖𝑛 𝜃)
𝑧𝑧 ′ = |𝑧||𝑧 ′ |[(𝑐𝑜𝑠 𝜃 𝑐𝑜𝑠 𝜃′ − 𝑠𝑖𝑛 𝜃 𝑠𝑖𝑛 𝜃 ′) + 𝑗(𝑠𝑖𝑛 𝜃 𝑐𝑜𝑠 𝜃′ + 𝑐𝑜𝑠 𝜃 𝑠𝑖𝑛 𝜃′)]
𝑧𝑧 ′ = |𝑧||𝑧′|[𝑐𝑜𝑠(𝜃 + 𝜃′) + 𝑗 𝑠𝑖𝑛(𝜃 + 𝜃′)]
Donc, on peut dire :
Le module :
|𝑧𝑧 ′ | = |𝑧|. |𝑧′|
L’argument :
𝜃 + 𝜃 ′ = 𝑎𝑟𝑔(𝑧) + 𝑎𝑟𝑔(𝑧 ′ )

I.5.2. Forme exponentielle d’un nombre complexe


1.5.2.1. Définition
Posons 𝑓(𝜃) = 𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑗𝑠𝑖𝑛𝜃.
En prenant
|𝑧| = |𝑧′| = 1
On a démontré que :
(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑗𝑠𝑖𝑛𝜃)(𝑐𝑜𝑠𝜃 ′ + 𝑗𝑠𝑖𝑛𝜃 ′ ) = 𝑐𝑜𝑠(𝜃 + 𝜃 ′ ) + 𝑗𝑠𝑖𝑛(𝜃 + 𝜃 ′ )
Soit :
𝑓(𝜃). 𝑓(𝜃 ′ ) = 𝑓(𝜃 + 𝜃 ′ )
On retrouve ainsi la même équation fonctionnelle que celle établie pour les exponentielles :

BOURI ET MERZOUK 15
Electrotechnique Générale


𝑒 𝜃 𝑒 𝜃′ = 𝑒 𝜃+𝜃 (I-3)

Pour tout réel θ, on a :

ejθ = cosθ + jsinθ (I-4)

Remarque :
ejθ : est le nombre complexe de module 1 et d'argument  .

Propriété :

𝑒 𝑗𝜋 = −1 (I-5)

Démonstration :
𝑒 𝑗𝜋 = 𝑐𝑜𝑠𝜋 + 𝑗𝑠𝑖𝑛𝜋 = −1 + 𝑗0 = −1

Cette relation a été établie en 1748 par le mathématicien suisse Leonhard Euler (1707 ;
1783). Elle possède la particularité de relier les grandes branches des mathématiques : l'analyse
(avec le nombre e), l'algèbre (avec le nombre j) et la géométrie (avec le nombre  ).

Exemples :
𝑒 𝑗0 = 𝑐𝑜𝑠0 + 𝑗𝑠𝑖𝑛0 = 1 + 𝑗0 = 1
𝑗𝜋 𝜋 𝜋
𝑒 2 = 𝑐𝑜𝑠 + 𝑗𝑠𝑖𝑛 = 0 + 𝑗1 = 𝑗
2 2

Tout nombre complexe z non nul de module r et d'argument  s'écrit sous sa forme
exponentielle 𝑧 = 𝑟𝑒 𝑗𝜃 .

I.5.3. Formule de Moivre


𝑧 = |𝑧|(𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑗 𝑠𝑖𝑛 𝜃), en prenant le module égale à 1, on obtient pour tout entier naturel n,
la formule de Moivre

(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑗𝑠𝑖𝑛𝜃)𝑛 = 𝑐𝑜𝑠 𝑛𝜃 + 𝑗𝑠𝑖𝑛 𝑛𝜃 (I-6)


Par analogie

𝑛
(𝑒 𝑗𝜃 ) = 𝑒 𝑗𝑛𝜃 (I-7)
Propriétés

BOURI ET MERZOUK 16
Electrotechnique Générale

Pour tous réels 𝜃 et 𝜃′, pour tout entier naturel n non nul,

1 𝑒 𝑗𝜃
d) ̅̅̅̅
′) ′)
a) 𝑒 𝑗𝜃 𝑒 𝑗𝜃′ = 𝑒 𝑗(𝜃+𝜃 b) 𝑒 𝑗𝜃 = 𝑒 𝑗𝜃 c) 𝑒 𝑗𝜃′ = 𝑒 𝑗(𝜃−𝜃 𝑒 𝑗𝜃 = 𝑒 −𝑗𝜃

I.5.4. Formules d’Euler


𝑒 𝑗𝜃 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑗𝑠𝑖𝑛𝜃 et 𝑒 −𝑗𝜃 = 𝑐𝑜𝑠𝜃 − 𝑗𝑠𝑖𝑛𝜃,

En additionnant membre à membre, on obtient :

𝑒 𝑗𝜃 + 𝑒 −𝑗𝜃 = 2𝑐𝑜𝑠𝜃

En soustrayant membre à membre, on obtient :

𝑒 𝑗𝜃 − 𝑒 −𝑗𝜃 = 2𝑗𝑠𝑖𝑛𝜃

D’où les formules d’Euler

𝑒 𝑗𝜃 +𝑒 −𝑗𝜃
𝑐𝑜𝑠𝜃 = (I-8)
2

𝑒 𝑗𝜃 −𝑒 −𝑗𝜃
𝑠𝑖𝑛𝜃 = (I-9)
2𝑗

I.6. Exercices

Exercice 1
1
a) Calculer sous la forme cartésienne a + jb le nombre complexe z ′ = sachant que
Z

z = 3 + j4
b) Simplifier l’expression :
(1+j)9
z=
(1−j)7

Exercice 2
Calculer le module des nombres complexes suivants :

1+j (2+3j).(1−5j)
z1 = 1−j ; z2 = (4−j5).(2−j)

BOURI ET MERZOUK 17
Electrotechnique Générale

Exercice3
Lineariser: cos 2 θ ; sin3 θ ; cos4 θ

Exercice 4
Ecrire sous la forme trigonométrique et exponentielle les nombres complexes suivants :

(1−j3)2
z1 = ; z2 = −1 + j ; z3 = 1 + 3j
(1+j)3

Exercice 5
Soit : z1 = 6 − j5 ; z2 = 1 − j

a) Calculer le module et l’argument de z1


b) Calculer le module et l’argument de z2
z1
c) Calculer le module et l’argument de z2
z1
d) Calculer les parties réelle et imaginaire de
z2

BOURI ET MERZOUK 18
Electrotechnique Générale

CHAPITRE II : LOIS FONDAMENTALES DE


L’ELECTRICITE

II.1. Dipôles
On appelle dipôle électrocinétique tout système relié à l'extérieur par deux conducteurs
uniquement. Le comportement d'un dipôle est caractérisé par deux grandeurs électriques duales
: la tension U et le courant I.

La tension aux bornes d'un dipôle représente la différence de potentiel u(t) entre les deux
bornes du dipôle. La tension s'exprime en Volt (V).

L'intensité s'exprime en Ampère (A). Le courant électrique est une grandeur orientée.
Conventionnellement le sens positif correspond au sens de déplacement des charges positives.
Il existe deux possibilités pour le choix des sens conventionnels de la tension et du courant.
Selon que U et I sont de même sens ou non nous avons :

Fig. II-1 : Générateur et récepteur

II.1.1. Association des dipôles


On distingue deux types d'association de dipôles. Les dipôles peuvent être connectés en
série, ils sont alors tous traversés par la même intensité. Ils peuvent être connectés en parallèle,
ils sont alors tous soumis à la même tension.

BOURI ET MERZOUK 19
Electrotechnique Générale

II.1.1.1. Résistances
a) Montage série

Fig. II-2 : Montage série des résistances

Chaque dipôle est traversé par la même intensité et la tension aux bornes du dipôle équivalent
est égale à la somme des tensions partielles :

𝑈1 = 𝑅1 . 𝐼
𝑈2 = 𝑅2 . 𝐼
𝑈 = 𝑅𝑒𝑞 . 𝐼
𝑈 = 𝑈1 + 𝑈2 ⇔ 𝑅𝑒𝑞 . 𝐼 = 𝑅1 . 𝐼 + 𝑅2 . 𝐼
⇒ 𝑅𝑒𝑞 = 𝑅1 + 𝑅2

𝑅𝑒𝑞 = ∑𝑖 𝑅𝑖 (II-1)

b) Montage parallèle

Fig. II-2 : Montage parallèle des résistances

Les dipôles sont soumis à la même tension. Le courant total qui traverse l'ensemble des
dipôles est égal à la somme des courants individuels :
𝑈1 = 𝑈2 = 𝑈

BOURI ET MERZOUK 20
Electrotechnique Générale

𝑈
𝑈 = 𝑅1 . 𝐼1 ⇒ 𝐼1 =
𝑅1
𝑈
𝑈 = 𝑅2 . 𝐼2 ⇒ 𝐼2 =
𝑅2
𝑈
𝑈 = 𝑅𝑒𝑞 . 𝐼 ⇒ 𝐼 =
𝑅𝑒𝑞
𝑈 𝑈 𝑈
𝐼 = 𝐼1 + 𝐼2 ⇔ = +
𝑅𝑒𝑞 𝑅1 𝑅2
1 1 1
⇒ = +
𝑅𝑒𝑞 𝑅1 𝑅2

1 1
= ∑𝑖 (II-2)
𝑅𝑒𝑞 𝑅𝑖

II.1.1.2. Inductances
a) Montage série

Fig. II-3 : Inductances montées en série

Chaque dipôle est traversé par la même intensité et la tension aux bornes du dipôle
équivalent est égale à la somme des tensions partielles :
𝑑𝑖
𝑈1 = 𝐿1 .
𝑑𝑡
𝑑𝑖
𝑈2 = 𝐿2 .
𝑑𝑡
𝑑𝑖
𝑈 = 𝐿𝑒𝑞 .
𝑑𝑡
𝑑𝑖 𝑑𝑖 𝑑𝑖
𝑈 = 𝑈1 + 𝑈2 ⇔ 𝐿𝑒𝑞 = 𝐿1 + 𝐿2
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡

⇒ 𝐿𝑒𝑞 = 𝐿1 + 𝐿2

𝐿𝑒𝑞 = ∑𝑖 𝐿𝑖 (II-3)

BOURI ET MERZOUK 21
Electrotechnique Générale

b) Montage parallèle

Fig. II-4 : Inductances montées en parallèle


Les dipôles sont soumis à la même tension. Le courant total qui traverse l'ensemble des
dipôles est égal à la somme des courants individuels :

𝑈1 = 𝑈2 = 𝑈
𝑑𝑖1 𝑑𝑖1 𝑈
𝑈 = 𝐿1 . ⇒ =
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝐿1
𝑑𝑖1 𝑑𝑖1 𝑈
𝑈 = 𝐿2 . ⇒ =
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝐿2
𝑑𝑖 𝑑𝑖 𝑈
𝑈 = 𝐿𝑒𝑞 . ⇒ =
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝐿𝑒𝑞
𝑑𝑖 𝑑𝑖1 𝑑𝑖2
𝐼 = 𝐼1 + 𝐼2 ⇔ = +
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡
1 1 1
⇒ = +
𝐿𝑒𝑞 𝐿1 𝐿2

1 1
= ∑𝑖 (II-4)
𝐿𝑒𝑞 𝐿𝑖

BOURI ET MERZOUK 22
Electrotechnique Générale

II.1.1.3. Capacités
a) Montage série

Fig. II-5 : Montage série de condensateurs

Chaque dipôle est traversé par la même intensité et la tension aux bornes du dipôle
équivalent est égale à la somme des tensions partielles :

1
𝑈1 = ∫ 𝑖 𝑑𝑡
𝐶1
1
𝑈2 = ∫ 𝑖 𝑑𝑡
𝐶2
1
𝑈= ∫ 𝑖 𝑑𝑡
𝐶𝑒𝑞
𝑑𝑞
𝑖=
𝑑𝑡
𝑞 𝑞 𝑞
𝑈 = 𝑈1 + 𝑈2 ⇔ = +
𝐶𝑒𝑞 𝐶1 𝐶2
1 1 1
⇒ = +
𝐶𝑒𝑞 𝐶1 𝐶2

1 1
= ∑𝑖 (II-5)
𝐶𝑒𝑞 𝐶𝑖

BOURI ET MERZOUK 23
Electrotechnique Générale

b) Montage parallèle

Fig. II-6 : Montage parallèle des condensateurs

Les dipôles sont soumis à la même tension. Le courant total qui traverse l'ensemble des
dipôles est égal à la somme des courants individuels :

1
𝑈= ∫ 𝑖 𝑑𝑡
𝐶𝑒𝑞
𝑑𝑢
⇒ 𝐼 = 𝐶𝑒𝑞
𝑑𝑡
𝑑𝑢
𝐼1 = 𝐶1
𝑑𝑡
𝑑𝑢
𝐼2 = 𝐶2
𝑑𝑡
𝑑𝑢 𝑑𝑢 𝑑𝑢
𝐼 = 𝐼1 + 𝐼2 ⇔ 𝐶𝑒𝑞 = 𝐶1 + 𝐶2
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡
⇒ 𝐶𝑒𝑞 = 𝐶1 + 𝐶2

𝐶𝑒𝑞 = ∑𝑖 𝐶𝑖 (II-6)

II.2. Diviseur de courants


Le diviseur de courant divise un courant I en autant de courants Ii qu’il y a de résistances

en parallèle Ri

BOURI ET MERZOUK 24
Electrotechnique Générale

Fig. II-7 : Diviseur de courants

𝑈1 = 𝑈2 = 𝑈
𝑅𝑒𝑞 . 𝐼 = 𝑅1 . 𝐼1 = 𝑅2 . 𝐼2
𝑅1 . 𝑅2
𝐼 = 𝑅1 . 𝐼1
𝑅1 + 𝑅2
𝑅1 . 𝑅2
⇒ 𝐼1 = 𝐼
𝑅1 (𝑅1 + 𝑅2 )
𝑅2
𝐼1 = 𝑅 𝐼 (II-7)
1 +𝑅2

𝑅1
𝐼2 = 𝑅 𝐼 (II-8)
1 +𝑅2

II.3. Diviseur de tensions


Le montage diviseur de tension permet de diviser une tension U en autant de tensions Ui

qu’il y a de résistances en série Ri

Fig. II-8 : Diviseur de tensions

BOURI ET MERZOUK 25
Electrotechnique Générale

𝑈1
𝑈1 = 𝑅1 . 𝐼 ⇒ 𝐼 =
𝑅1
𝑈2
𝑈2 = 𝑅2 . 𝐼 ⇒ 𝐼 =
𝑅2
𝑈
𝑈 = 𝑅𝑒𝑞 . 𝐼 ⇒ 𝐼 =
𝑅𝑒𝑞
𝑈 𝑈 𝑈
⇒ = =
𝑅1 + 𝑅2 𝑅1 𝑅2
𝑈 𝑈
=
𝑅1 𝑅1 + 𝑅2

𝑅1
𝑈1 = 𝑈 (II-9)
𝑅1 +𝑅2

𝑅2
𝑈2 = 𝑈 (II-10)
𝑅1 +𝑅2

II.4. Régime transitoire

II.4.1. Circuit RL série

Fig. II-9 : Circuit RL série

En appliquant la loi des mailles, on obtient :

𝑒(𝑡) − 𝑢𝑅 − 𝑢𝐿 = 0

𝑒(𝑡) = 𝑢𝑅 + 𝑢𝐿

BOURI ET MERZOUK 26
Electrotechnique Générale

En remplaçant uR et uL , on obtient :

𝑑𝑖
𝑒(𝑡) = 𝑅. 𝐼 + 𝐿
𝑑𝑡

Pour :

t< 0 ; 𝑒(𝑡) = 0

t> 0 ; 𝑒(𝑡) = 𝐸

Donc :

𝑑𝑖 𝑑𝑖 𝑅 𝐸
𝑅. 𝐼 + 𝐿 =𝐸 ⇒ + .𝑖 =
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝐿 𝐿

La solution est de la forme i(t) = i(h) + i(p).

i(h) : Pour régime libre.

i(p) : Pour la dérivée égale à 0.

Solution 1 i(h):

𝑑𝑖 𝑅 𝑑𝑖 𝑅
+ .𝑖 = 0 ⇒ = − 𝑑𝑡
𝑑𝑡 𝐿 𝑖 𝐿

𝑅 −𝑅
⇒ 𝐿𝑛 𝑖 = 𝑡 ⇒ 𝑖 = 𝐾𝑒 𝐿 𝑡
𝐿

Solution 2 i(p) :

𝑑𝑖 𝐸
= 0 ⇒ 𝑅. 𝑖 = 𝐸 ⇒ 𝑖 =
𝑑𝑡 𝑅

𝐸 −𝑅
𝑖(𝑡) = + 𝐾𝑒 𝐿 𝑡
𝑅

En conditions initiales :

t=0 ; i=0

𝐸 𝐸
0= +𝐾 ⇒ 𝐾 = −
𝑅 𝑅

BOURI ET MERZOUK 27
Electrotechnique Générale

La solution générale est :

−𝑡
𝐸
𝑖(𝑡) = (1 − 𝑒 𝜏 𝑡 ) (II-11)
𝑅

Avec :

𝐿
𝜏=
𝑅

Fig. II-10

𝑢𝑅 (𝑡) = 𝑅. 𝑖(𝑡) ⇒

−𝑡
𝑢𝑅 (𝑡) = 𝐸 (1 − 𝑒 𝜏 ) (II-12)

𝐿
Avec 𝜏=
𝑅

BOURI ET MERZOUK 28
Electrotechnique Générale

Fig. II-11

𝑑𝑖
𝑢𝐿 (𝑡) = 𝐿 ⇒
𝑑𝑡
−𝑡
𝑢𝐿 (𝑡) = 𝐸. 𝑒 𝜏 (II-13)

Fig. II-12

τ: constante de temps du circuit RL.

BOURI ET MERZOUK 29
Electrotechnique Générale

II.4.2. Circuit RC série

Fig. II-13 : Circuit RC série

En appliquant la loi des mailles, on obtient :

𝑒(𝑡) − 𝑢𝑅 − 𝑢𝐶 = 0

𝑒(𝑡) = 𝑢𝑅 + 𝑢𝐶

Sachant que :

𝑞 𝑑𝑞
𝑢𝐶 = et 𝑖 =
𝐶 𝑑𝑡
En remplaçant, on obtient :

𝑑𝑞 𝑞
𝑅 + = 𝑒(𝑡)
𝑑𝑡 𝐶

Pour :

t< 0 ; 𝑒(𝑡) = 0

t> 0 ; 𝑒(𝑡) = 𝐸

Donc :

𝑑𝑞 𝑞 𝑑𝑞 𝑞 𝐸
𝑅 + =𝐸 ⇒ + =
𝑑𝑡 𝐶 𝑑𝑡 𝑅𝐶 𝑅

BOURI ET MERZOUK 30
Electrotechnique Générale

La solution est de la forme q(t) = q(h) + q(p).

q (h) : Pour régime libre.

q(p) : Pour la dérivée égale à 0.

Solution 1 q(h) :

𝑑𝑞 𝑞 𝑑𝑞
+ =0 ⇒ = −𝑅𝐶. 𝑑𝑡
𝑑𝑡 𝑅𝐶 𝑞

−𝑡
⇒ 𝐿𝑛 𝑞 = 𝑅𝐶. 𝑡 ⇒ 𝑞 = 𝐾𝑒 𝑅𝐶

Solution 2 q(p):

𝑑𝑞 𝑞
= 0 ⇒ = 𝐸 ⇒ 𝑞 = 𝐸𝐶
𝑑𝑡 𝐶

La solution générale :

−𝑡
𝑞(𝑡) = 𝐸𝐶 + 𝐾𝑒 𝑅𝐶

En conditions initiales :

t=0 ; q=0

0 = 𝐸𝐶 + 𝐾 ⇒ 𝐾 = −𝐸𝐶

−𝑡
⇒ 𝑞(𝑡) = 𝐸𝐶 (1 − 𝑒 𝜏 ) 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝜏 = 𝑅𝐶

𝑑𝑞
𝑖(𝑡) = ⇒
𝑑𝑡
−𝑡
𝐸
𝑖(𝑡) = 𝑅 . 𝑒 𝜏 (II-13)

BOURI ET MERZOUK 31
Electrotechnique Générale

Fig. II-13

𝑑𝑞
𝑢𝑅 (𝑡) = 𝑅. ⇒
𝑑𝑡
−𝑡
𝑢𝑅 (𝑡) = 𝐸. 𝑒 𝜏 (II-14)

Fig. II-14

𝑞
𝑢𝐶 (𝑡) = ⇒
𝐶
−𝑡
𝑢𝐶 (𝑡) = 𝐸 (1 − 𝑒 𝜏 ) (II-15)

BOURI ET MERZOUK 32
Electrotechnique Générale

Fig. II-15

τ: Constante de temps du circuit RC.

II.4.3. Décharge d’un condensateur sur une bobine

Fig. II-16 : Circuit LC parallèle

Le condensateur C est initialement déchargé

L’interrupteur K étant sur la position (1), le condensateur se charge. La charge est terminée
lorsque uc=U.

L’interrupteur K est alors basculé sur la position (2). Le condensateur se décharge dans la
résistance R et la bobine L.

Suivant la résistance du circuit, on peut distinguer deux types de décharge.

BOURI ET MERZOUK 33
Electrotechnique Générale

a) Lorsque la résistance est faible : la décharge du condensateur n’est pas instantanée,


elle donne lieu à des oscillations libres. La tension évolue d’une façon quasi-périodique
autour de 0. Son amplitude diminue au cours du temps. Il s’agit d’un régime pseudo-
périodique.

Fig. II-17 : Régime pseudo- périodique

b) Lorsque la résistance est grande : la tension s’annule sans oscillations. Il s’agit d’un
régime apériodique.

Fig. II-17 : Régime apériodique

Le régime apériodique pour lequel l’annulation est la plus rapide est appelé régime apériodique
critique.

BOURI ET MERZOUK 34
Electrotechnique Générale

II.5. Exercices
Exercice 1
On considère le schéma représenté à la figure ci-dessous.

Avec : u=73.45 V ; R1=22 Ω ; R2=36 Ω ; R3=18 Ω ; R4=15 Ω

Trouver la résistance équivalente entre les bornes a et b, ainsi que la valeur du courant
i.

Exercice 2
On considère le schéma représenté à la figure ci-dessous.

Trouver les éléments R, L, C ainsi que la tension u du schéma équivalent.

BOURI ET MERZOUK 35
Electrotechnique Générale

Exercice 3
Réduire le plus possible le circuit de la figure suivante :

BOURI ET MERZOUK 36
Electrotechnique Générale

CHAPITRE III : REGIME ALTERNATIF


SINUSOIDAL (SYSTEME MONOPHASE)

III.I. Régime alternatif sinusoïdal

III.1.1. Ecriture des grandeurs sinusoïdales


On écrit une tension sinusoïdale sous la forme

𝑢(𝑡) = 𝑈𝑚𝑎𝑥 . 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡)

𝑖(𝑡) = 𝑈𝑚𝑎𝑥 . 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡 + 𝜑)

Avec :

𝑈𝑚𝑎𝑥 : Amplitude de la tension (V)

𝐼𝑚𝑎𝑥 : Amplitude du courant (A)


-1
ω: Pulsation ( rad .s )
φ: Déphasage ( rad )

ωt : phase initiale ( rad )

Fig. III- 1: Tension et courant sinusoïdaux

BOURI ET MERZOUK 37
Electrotechnique Générale

III.1.2. Valeur moyenne d'une grandeur périodique


La valeur moyenne est de la forme :

1 𝑇
𝑈𝑚𝑜𝑦 = ∫0 𝑢(𝑡). 𝑑𝑡 (III-1)
𝑇

1 𝑇
𝑈𝑚𝑜𝑦 = ∫ 𝑢(𝑡). 𝑑𝑡
𝑇 0
1 𝑇
𝑈𝑚𝑜𝑦 = ∫ 𝑈 . 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡). 𝑑𝑡
𝑇 0 𝑚𝑎𝑥
𝑈𝑚𝑎𝑥 𝑇
𝑈𝑚𝑜𝑦 = ∫ 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡) . 𝑑𝑡
𝑇 0
𝑇
𝑈𝑚𝑎𝑥 − 𝑐𝑜𝑠(𝜔𝑡)
𝑈𝑚𝑜𝑦 = [ ]
𝑇 𝜔 0
2𝜋 2𝜋
𝑈𝑚𝑎𝑥 − 𝑐𝑜𝑠 ( 𝑇 . 𝑇) 𝑐𝑜𝑠 ( 𝑇 . 0)
𝑈𝑚𝑜𝑦 = [ + ]
𝑇 2𝜋 2𝜋
𝑇 𝑇
𝑈𝑚𝑎𝑥 (−1 + 1). 𝑇
𝑈𝑚𝑜𝑦 = .
𝑇 2𝜋

𝑈𝑚𝑜𝑦 = 0 (III-2)

III.1.3. Valeur efficace d'une grandeur périodique


La valeur efficace est de la forme :

2 1 𝑇
𝑈𝑒𝑓𝑓 = 𝑇 ∫0 𝑢2 (𝑡). 𝑑𝑡 (III-3)
𝑇
2
1
𝑈𝑒𝑓𝑓 = ∫ 𝑈𝑚𝑎𝑥 . 𝑠𝑖𝑛2 (𝜔𝑡). 𝑑𝑡
𝑇
0
𝑇
2
2
𝑈𝑚𝑎𝑥
𝑈𝑒𝑓𝑓 = ∫ 𝑠𝑖𝑛2 (𝜔𝑡). 𝑑𝑡
𝑇
0
𝑇
2
2
𝑈𝑚𝑎𝑥 1 − 𝑐𝑜𝑠2𝜔𝑡
𝑈𝑒𝑓𝑓 = ∫ . 𝑑𝑡
𝑇 2
0
2 𝑇
2
𝑈𝑚𝑎𝑥 𝑡 𝑠𝑖𝑛(2𝜔𝑡)
𝑈𝑒𝑓𝑓 = [ − ]
𝑇 2 4𝜔 0

BOURI ET MERZOUK 38
Electrotechnique Générale

4𝜋 4𝜋
2
2
𝑈𝑚𝑎𝑥 𝑇 𝑠𝑖𝑛 ( 𝑇 . 𝑇) 𝑠𝑖𝑛 ( 𝑇 . 0)
𝑈𝑒𝑓𝑓 = [ − +0+ ]
𝑇 2 4𝜋 4𝜋
𝑇 𝑇
2
2
𝑈𝑚𝑎𝑥 𝑇
𝑈𝑒𝑓𝑓 = .
𝑇 2
𝑈𝑚𝑎𝑥
𝑈𝑒𝑓𝑓 = (III-4)
√2

(RMS pour Root Mean Square chez les anglo-saxons).


La valeur efficace est celle indiquée par les voltmètres et les ampèremètres. En
électrotechnique on donne toujours la valeur efficace des tensions et des courants. Ainsi
quand on parle du réseau électrique domestique à 220 V il s'agit bel et bien de la valeur
efficace de la tension.

III.2. Représentation de la tension et du courant dans le


plan complexe (diagramme de Fresnel)
L’écriture complexe des tensions et courants dans le plan complexe est la suivante :

̅ = 𝑈√2. 𝑒 𝑗𝜔𝑡
𝑈

𝐼 ̅ = 𝐼√2. 𝑒 𝑗(𝜔𝑡+𝜑)

Fig. III-2 : Diagramme de Fresnel

BOURI ET MERZOUK 39
Electrotechnique Générale

III.3. Application aux récepteurs électriques


Les effets conséquents de l’action d’une tension sinusoïdale sur un récepteur sont de 3
natures : résistif, inductif et capacitif. Il existe alors 3 types de dipôle (récepteurs)
correspondant. A chacun de ces dipôles correspond une relation liant la tension à ses bornes et
le courant qui le traverse.

Le tableau suivant résume les tensions des différents dipôles.

Tableau III-1 : Résumé des tensions des différents dipôles

Dipôle Forme temporelle Forme Module Argument


complexe

Résistance

𝑢(𝑡) = 𝑅. 𝑖(𝑡) ̅ = 𝑅. 𝐼 ̅
𝑈 𝑈 = 𝑅. 𝐼 φ =0

Inductance

𝑑𝑖(𝑡) ̅ = 𝑗𝐿𝜔. 𝐼 ̅
𝑈 𝑈 = 𝐿𝜔. 𝐼 φ = 90°
𝑢(𝑡) = 𝐿.
𝑑𝑡

Capacité

1 1 𝐼 φ = - 90°
𝑢(𝑡) = . ∫ 𝑖(𝑡). 𝑑𝑡 ̅=
𝑈 . 𝐼̅ 𝑈=
𝐶 𝑗𝐶𝜔 𝐶𝜔

Avec :

[U]: V (Volt)

[I]: A (Ampère)

[R]: Ω (Ohm)

[L]: H (Henry)

[C]: F (Farad)

BOURI ET MERZOUK 40
Electrotechnique Générale

La grandeur notée 𝑍̅ est appelée impédance.

𝑈 ̅
𝑍̅ = 𝐼 ̅ (III-5)

Pour la résistance :

𝑍̅ = 𝑅 (III-6)

Pour l’inductance :

𝑍̅ = 𝑗𝐿𝜔 (III-7)

Pour la capacité :

1
𝑍̅ = 𝑗𝐶𝜔 (III-8)

III.3.1. Association des impédances


C’est le grand intérêt de l’écriture complexe, elles sont les mêmes que celles des
résistances.

a) Association en série

Fig. III-3 : Montage série des impédances

𝑍̅ = ̅̅̅ ̅̅̅2
𝑍1 + 𝑍 (III-9)

b) Association en parallèle

Fig. III-4 : Montage parallèle des impédances

1 1 1
= ̅̅̅ + ̅̅̅ (III-10)
𝑍̅ 𝑍1 𝑍2

Exemple

BOURI ET MERZOUK 41
Electrotechnique Générale

Considerons une charge RL série. L’impédance équivalente du circuit est :

Fig. III-5 : Circuit RL série


𝑍̅ = 𝑅 + 𝑗𝐿𝜔

𝑍 = √𝑅 2 + (𝐿𝜔)2
𝐿𝜔
𝜑 = 𝑎𝑟𝑐 𝑡𝑎𝑛
𝑅
La tension aux bornes de la charge est :
̅ = 𝑈𝑅 + ̅̅̅
𝑈 𝑈𝐿
Sachant que :
̅̅̅̅
𝑈𝑅 = 𝑅. 𝐼
̅̅̅
𝑈𝐿 = 𝑗𝐿𝜔
̅ = 𝑅. 𝐼 + 𝑗𝐿𝜔. 𝐼
⇒𝑈

Fig. III.6 : Diagramme de Fresnel

III.4. Puissance électrique en alternatif sinusoïdal


En convention récepteur :

Puissance > 0 correspond à une puissance consommée par le dipôle

Puissance < 0 correspond à une puissance fournie par le dipôle

BOURI ET MERZOUK 42
Electrotechnique Générale

NB : en convention générateur c'est l'inverse

III.4.1. Puissance instantanée


La puissance instantanée est définie par :

𝑝(𝑡) = 𝑣(𝑡). 𝑖(𝑡) (III-11)


C'est à dire :

𝑝(𝑡) = 𝑉𝑚𝑎𝑥 . 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡). 𝐼𝑚𝑎𝑥 . 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡 – 𝜑) = 𝑉𝑚𝑎𝑥 . 𝐼𝑚𝑎𝑥 . 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡). 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡 – 𝜑)

Or :
𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡). 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡 – 𝜑) = 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡). [𝑠𝑖𝑛𝜔𝑡. 𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑠𝑖𝑛𝜑 . 𝑐𝑜𝑠𝜔𝑡]
𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡). 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡 – 𝜑) = 𝑠𝑖𝑛2𝜔𝑡. 𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑠𝑖𝑛𝜔𝑡. 𝑐𝑜𝑠𝜔𝑡. 𝑠𝑖𝑛𝜑

Mais :
(1 – 𝑐𝑜𝑠 2𝑥)
𝑐𝑜𝑠2𝑥 = 𝑐𝑜𝑠2𝑥 – 𝑠𝑖𝑛2𝑥 = 1 − 2 𝑠𝑖𝑛2𝑥 ⇒ 𝑠𝑖𝑛2𝑥 =
2
𝑒𝑡 𝑠𝑖𝑛 2𝑥 = 2 𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑐𝑜𝑠 𝑥

D’où
1 1
sin2ωt cosφ + sinωt coosωt sinφ = (1 – cos2ωt)cosφ + sin2ωt sinφ
2 2
1
𝑠𝑖𝑛2𝜔𝑡 𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑠𝑖𝑛𝜔𝑡 𝑐𝑜𝑜𝑠𝜔𝑡 𝑠𝑖𝑛𝜑 = [𝑐𝑜𝑠𝜑 − (𝑐𝑜𝑠 2𝜔𝑡. 𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑠𝑖𝑛2𝜔𝑡. 𝑠𝑖𝑛𝜑)]
2
1
𝑠𝑖𝑛2𝜔𝑡 𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑠𝑖𝑛𝜔𝑡 𝑐𝑜𝑜𝑠𝜔𝑡 𝑠𝑖𝑛𝜑 = [𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑐𝑜𝑠 (2𝜔𝑡 − 𝜑)]
2
Ainsi :
1
𝑝(𝑡) = 𝑉𝑚𝑎𝑥 . 𝐼𝑚𝑎𝑥 . 2 (𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑐𝑜𝑠(2𝜔𝑡 − 𝜑)) (III-12)

Sachant que :
𝑉𝑚𝑎𝑥 = √2. 𝑉𝑒𝑓𝑓

𝐼𝑚𝑎𝑥 = √2. 𝐼𝑒𝑓𝑓


En posant :
𝑉𝑒𝑓𝑓 = 𝑉

BOURI ET MERZOUK 43
Electrotechnique Générale

𝐼𝑒𝑓𝑓 = 𝐼
On peut écrire :

p(t) = V. I . cosφ + V. I . cos(2ωt – φ) (III-13)

III.4.2. Puissance active


C'est la valeur moyenne de la puissance instantanée, c'est à dire :

1 𝑇
𝑃 = 𝑇 ∫0 𝑝(𝑡). 𝑑𝑡 (III-14)

1 𝑇
𝑃= ∫ ( 𝑉. 𝐼 . 𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑉. 𝐼 . 𝑐𝑜𝑠(2𝜔𝑡 – 𝜑)) . 𝑑𝑡
𝑇 0
𝑇
1 1 𝑇
𝑃 = ∫ 𝑉. 𝐼 . 𝑐𝑜𝑠𝜑 . 𝑑𝑡 + ∫ ( 𝑉. 𝐼 . 𝑐𝑜𝑠(2𝜔𝑡 – 𝜑)) . 𝑑𝑡
𝑇 𝑇 0
0

On a :
1 𝑇
∫ ( 𝑉. 𝐼 . 𝑐𝑜𝑠(2𝜔𝑡 – 𝜑)) . 𝑑𝑡 = 0
𝑇 0

Donc :
𝑇
1
𝑃 = ∫ 𝑉. 𝐼 . 𝑐𝑜𝑠𝜑 . 𝑑𝑡
𝑇
0

𝑃 = 𝑉. 𝐼. 𝑐𝑜𝑠𝜑 (III-15)

III.4.3. Facteur de puissance


En alternatif sinusoïdal, le facteur de puissance est défini par

𝐾 = 𝑐𝑜𝑠𝜑 (III-16)

𝑐𝑜𝑠𝜑 ∈ [0,1]

III.4.4. Puissance réactive


Elle n'est définie qu'en régime sinusoïdal. On définit la puissance réactive comme celle

BOURI ET MERZOUK 44
Electrotechnique Générale

due à la partie "réactive" du courant, c'est à dire à I.sinφ . Son unité est le Volt ampère Réactif
(VAR). On retiendra la formule de cette puissance qu'on nomme classiquement Q :

𝑄 = 𝑉. 𝐼. 𝑠𝑖𝑛𝜑 (en VAR) (III-17)

III.4.5. Puissance apparente


Les grandeurs v(t) et i(t) étant périodiques, on les caractérise par leurs valeurs efficaces
V et I. On définit alors la puissance apparente comme la grandeur nommée S :

𝑆 = 𝑉. 𝐼 (en VA) (III-18)

NB : Cette puissance est souvent appelée "puissance de dimensionnement", elle est la grandeur
caractéristique de l'isolation et de la section des conducteurs, c'est à dire des dimensions des
appareillages.

D’où
𝑃
𝐾= = 𝑐𝑜𝑠𝜑
𝑆

III.4.6. Relations entre P, Q est S


Notons que :
𝑃 = 𝑉. 𝐼. 𝑐𝑜𝑠𝜑
𝑄 = 𝑉. 𝐼. 𝑠𝑖𝑛𝜑
𝑆 = 𝑉. 𝐼
D'où :
𝑆 = √𝑃2 + 𝑄 2 (III-19)

Cette formulation fait apparaître une relation graphique qu’on appelle triangle des puissances
:

BOURI ET MERZOUK 45
Electrotechnique Générale

Fig. III-7 : Triangle des puissances

III.4.7. Application des puissances sur les dipoles


En régime sinusoidal, un dipole passif linéaire est caractérisé par son impédance
complxe 𝑍̅
𝑉̅ = 𝑍̅𝐼 ̅ 𝐿𝑜𝑖 𝑑 ′ 𝑜ℎ𝑚
𝑍̅ = 𝑅 + 𝑗𝑋
Avec :
R : la résistance (en Ω)
X : la réactance (en Ω)
𝑆̅ = 𝑉̅ 𝐼 ̅ = 𝑍̅𝐼 2 = 𝑅𝐼 2 + 𝑗𝑋𝐼 2
Donc :
𝑃 = 𝑅𝐼 2 (III-20)
𝑄 = 𝑋𝐼 2 (III-21)

On peut classer les dipoles en trois cathégories :

𝑋=0 𝑄=0 ⇒ dipole résistif (𝜑 = 0°)


𝑋>0 𝑄>0 ⇒ dipole inductif (0° > 𝜑 > 90°)
𝑋<0 𝑄<0 ⇒ dipole capacitif (0° < 𝜑 < 90°)

NB : On observe que les résistances sont les seuls récepteurs passifs à consommer de la
puissance active, les inductances sont les seules à consommer de la puissance réactive et les
capacités les seules à en produire.
Le tableau suivant résume les puissances absorbées par chaque dipôle.

BOURI ET MERZOUK 46
Electrotechnique Générale

Tableau III-2 : Les puissances des dipôles


Dipôle Puissance active P Puissance réactive Q Puissance apparente S

Résistance

𝑃 = 𝑅. 𝐼 2 =
𝑉2 𝑄=0 𝑉2
𝑅 𝑆 = 𝑅. 𝐼 2 =
𝑅

Inductance

2
𝑉2 2
𝑉2
𝑄 = 𝐿𝜔. 𝐼 = 𝑆 = 𝐿𝜔. 𝐼 =
𝑃=0 𝐿𝜔 𝐿𝜔

Capacité
𝐼2 𝐼2
𝑄 = −𝐶𝜔. 𝑉 2 = − 𝑄 = 𝐶𝜔. 𝑉 2 =
𝑃=0 𝐶𝜔 𝐶𝜔

III.5. Théorème de Boucherot


Ce théorème s'écrit : « La puissance active d’un système est la somme des puissances
actives des éléments le constituant, de même pour la puissance réactive. Cependant, c’est faux
en ce qui concerne la puissance apparente »
NB : Ce théorème traduit le principe de la conservation de l'énergie électrique

On représente le théorème de Boucherot par le schéma qui fait apparaître n charges


consommant chacune sa puissance active et sa puissance réactive :

III-8 : Installation électrique monophasée avec n charges

𝑃 = 𝑃1 + 𝑃2 + 𝑃3 + ⋯ . +𝑃𝑛

BOURI ET MERZOUK 47
Electrotechnique Générale

𝑃 = ∑𝑖 𝑃𝑖 (III-22)

𝑄 = 𝑄1 + 𝑄2 + 𝑄3 + ⋯ . +𝑄𝑛

𝑄 = ∑𝑖 𝑄𝑖 (III-23)

Ces relations apparaissent également dans la composition des n triangles des puissances :

Fig. III-9 : Triangle des puissances pour n charges

On constate bien sur cette construction que les puissances actives et réactives s'ajoutent
algébriquement sur les axes alors que la puissance apparente S n'est pas égale, en valeur, à la
somme des hypoténuses des triangles.
En revanche, la puissance apparente complexe, représentée par le vecteur S est bien la
somme vectorielle des puissances apparentes complexes des diverses charges.
On peut donc écrire :
S ≠ S1 + S2 + … + Sn

𝑆 = √𝑃2 + 𝑄 2 (III-24)

III.6. Problème du facteur de puissance et compensation


de la puissance réactive
La présence d'un facteur de puissance très petit devant 1 dans une installation a une
conséquence très négative : Le courant fourni pour produire cette puissance est très élevé par
rapport au cas où le facteur de puissance est égal à 1.

La tarification de l'énergie comptabilise uniquement la puissance active consommée. De


ce fait, les sociétés de production d'énergie électrique surtaxent les utilisateurs dont le cosφ est
< 0.8, de manière à pénaliser le surdimensionnement du réseau qu'implique la nécessité d'un
courant trop grand.

BOURI ET MERZOUK 48
Electrotechnique Générale

Quand une installation, ou un réseau électrique présente un cosφ < 0.8, il est nécessaire
de modifier l'installation de manière à élever ce facteur. Etant donné que la grande majorité des
installations sont plutôt inductives, c'est-à-dire que le cosφ < 1 est dû à la présence d'inductances
dans les circuits, la manière la plus simple d'élever le cosφ est de placer une batterie de
condensateurs en tête de l'installation. On appelle cette opération la compensation de l'énergie
réactive.

III.6.1. Amélioration du facteur de puissance


Détermination des capacités des condensateurs pour relever le facteur de puissance de cosφ à
cosφ’ (ou bien tgφ à tgφ’). On a :

𝑄 ′ = 𝑄 + 𝑄𝑐

𝑃′ = 𝑃 (Conservation de la puissance active)

𝑄𝑐 = −𝐶𝜔𝑈 2

𝑄 ′ = 𝑃. 𝑡𝑔 𝜑′

𝑄 = 𝑃. 𝑡𝑔 𝜑

Donc :

𝑃.(𝑡𝑔 𝜑−𝑡𝑔 𝜑′)


𝐶= (III-25)
𝜔.𝑉 2

Cette façon de compenser l'énergie réactive s'appelle "compensation statique". Il existe


une autre manière : la compensation par compensateur synchrone (moteur synchrone sur excité
synchronisé sur la tension réseau.

III.7. Exercices

Exercice 1
Le moteur monophasé d'une machine à laver consomme 5 A sous une tension de 230 V ; 50
Hz. Son facteur de puissance est cos φ = 0,75.

1. Calculer les puissances apparente, active et réactive absorbées par le moteur.

2. Calculer l'énergie électrique consommée pour un fonctionnement ininterrompu de 2 h.

BOURI ET MERZOUK 49
Electrotechnique Générale

3. Le prix du kWh étant à 9,55 DA, calculer le coût de ce fonctionnement.

Exercice 2
Une installation monophasée, 230 V AC, 50 Hz, comporte 30 lampes à incandescence de 75 W
chacune et un moteur monophasé de puissance utile de 2,25 kW, de rendement η = 0,75 et de
facteur de puissance cos φ = 0,6.

Représenter le schéma de l'installation et noter les grandeurs ci -dessus

1. Calculer l'intensité I1 du courant dans les lampes

2. Calculer la puissance active absorbée par le moteur

3. Calculer l'intensité I2 du courant dans le moteur

4. Calculer la puissance active totale Pt de l'installation, la puissance réactive totale Qt de


l'installation et la puissance apparente totale St de l'installation.

5. Calculer l'intensité totale It en ligne de l'installation, et le facteur de puissance de l'installation

Exercice 3
Une installation d'éclairage comprend : 100 tubes fluorescents de 40 W chacun, cos φ1 = 0,4
(non compensé).

1. Calculer la puissance totale de l'installation, l'intensité en ligne

2. On veut passer d'un cos φ1 de 0,4 à un cos φ2 de 0,9. Calculer la valeur de la puissance
réactive du condensateur à installer. Calculer la valeur du condensateur

3. Calculer la nouvelle valeur du courant en ligne. Indiquer, d'après les résultats des questions
précédentes l'avantage d'avoir un cos φ le plus proche de 1.

Exercice 4
Un atelier absorbe 5 kW sous une tension de 200 V, avec un courant de 50 A à une
fréquence de 50 Hz.
a) Représenter la charge (atelier) par une impédance équivalente.
b) Trouver la capacité du condensateur à mettre aux bornes d'arrivée de l'atelier
en vue de relever le facteur de puissance jusqu' à 0,8.

BOURI ET MERZOUK 50
Electrotechnique Générale

CHAPITRE IV : SYSTEME TRIPHASE EQUILIBRE

IV.1. Système triphasé équilibré

IV. 1.1. Définitions


Trois grandeurs sinusoïdales forment un système équilibré si elles ont la même
amplitude et si elles sont déphasées entre elles d’un angle de 120°.

Fig. IV-1 : Système triphasé équilibré

Fig. IV-2 : a) système direct ; b) système inverse

BOURI ET MERZOUK 51
Electrotechnique Générale

IV.2. Source de tension triphasée


Le réseau électrique se fait sur trois phases et un neutre, idéalement les tensions simples
des trois phases forment un système équilibré direct, elles sont données par rapport au neutre.
Les schémas suivants représentent le réseau et la représentation de Fresnel associée aux trois
tensions simples entre phase et neutre.

Fig. IV-3 : a) Schéma des tensions ; b) Diagramme de Fresnel des tensions

Les expressions des tensions sont :

𝑣1 (𝑡) = 𝑉√2. 𝑠𝑖𝑛𝜔𝑡

2𝜋
𝑣2 (𝑡) = 𝑉√2. 𝑠𝑖𝑛 (𝜔𝑡 + )
3

4𝜋
𝑣3 (𝑡) = 𝑉√2. 𝑠𝑖𝑛 (𝜔𝑡 + )
3

La représentation graphique associée est donnée ci-dessous :

IV.2.1. Relation entre les tensions simples et les tensions


composées
Les tensions 𝑉1, 𝑉2 et 𝑉3 prisent entre phase et neutre, c'est à dire par rapport à un
point commun, sont appelées tensions simples. La plupart du temps les réseaux triphasés
sont sans neutre (ou bien leur neutre n'est pas accessible) ; la mesure de la tension efficace

BOURI ET MERZOUK 52
Electrotechnique Générale

est impossible à effectuer.

Une solution consiste alors à choisir une mesure des tensions entre les phases, on parle
alors de tensions composées (Ul,k).

Fig. IV-4 : Tensions simples et composées


𝑈12 = 𝑉1 − 𝑉2

𝑈23 = 𝑉2 − 𝑉3

𝑈31 = 𝑉3 − 𝑉1

Fig. IV-5 : Représentation des tensions simples et composées

𝑈12 /2
𝑐𝑜𝑠 30° = ⇒ 𝑈12 = √3𝑉1
𝑉1

En faisant le même raisonnement pour les deux autres tensions, on trouve :

BOURI ET MERZOUK 53
Electrotechnique Générale

𝑈23 = √3𝑉2

𝑈31 = √3𝑉3

Le système triphasé est équilibré, donc :

𝑉1 = 𝑉2 = 𝑉3 = 𝑉 𝑒𝑡 𝑈12 = 𝑈23 = 𝑈31 = 𝑈

La relation qui existe entre Vet U est :

𝑈 = √3𝑉 (IV-1)

IV.3. Récepteurs triphasés équilibrés


Un récepteur triphasé équilibré comporte trois dipôles identiques d’impédance Z.

Fig. IV-6 : Récepteur triphasé branché à une source triphasée

On note 𝐼1 , 𝐼2 𝑒𝑡 𝐼3 les trois courants de ligne. En régime équilibré le courant dans le


neutre est nul ( 𝐼1 + 𝐼2 + 𝐼3 = 𝐼𝑁 = 0 ). En cas de déséquilibre, le courant du neutre est
différent de 0.

Les courants de lignes forment un système triphasé de courant (même valeur efficace
I et un déphasage de 120°).

BOURI ET MERZOUK 54
Electrotechnique Générale

Fig. IV-7 : Diagramme vectoriel des courants


Il existe deux types de couplages du récepteur au réseau :

➢ Couplage étoile
➢ Couplage triangle

IV. 3.1. Couplage étoile

Fig. IV-8 : Couplage étoile

Les courants J1 , J2 et J3 qui traversent ces impédances sont appelés courants de phases.

Les courants de lignes sont les mêmes courants qui traversent les impédances de la charge.
Donc :

𝐼=𝐽 (IV-2)

BOURI ET MERZOUK 55
Electrotechnique Générale

La tension aux bornes de chaque phase du récepteur est une tension simple, et la tension
entre deux phases est une tension composée.

Fig. IV-9 : Représentation des tensions simples et complexes

On peut écrire :

𝑈 = √3 𝑉 (IV-3)

IV.3.1.1. Puissances

Fig. IV-10 : Récepteur couplé en étoile

Le récepteur est constitué de trois dipôles qui consomment la même puissance.

𝑃1 = 𝑃2 = 𝑃3 = 𝑉𝐼𝑐𝑜𝑠𝜑

𝑄1 = 𝑄2 = 𝑄3 = 𝑉𝐼𝑠𝑖𝑛𝜑

BOURI ET MERZOUK 56
Electrotechnique Générale

En appliquant le théorème de Boucherot, on trouve :

𝑃 = 𝑃1 + 𝑃2 + 𝑃3

𝑃 = 3𝑉𝐼𝑐𝑜𝑠𝜑 (IV-4)

𝑄 = 𝑄1 + 𝑄2 + 𝑄3

𝑄 = 3𝑉𝐼𝑠𝑖𝑛𝜑 (IV-5)

𝑆 = 3𝑉𝐼 (IV-6)

En remplaçant la tension V par U, on trouve :

𝑃 = √3𝑈𝐼𝑐𝑜𝑠𝜑 (IV-7)

𝑄 = √3𝑈𝐼𝑠𝑖𝑛𝜑 (IV-8)

𝑆 = √3𝑈𝐼 (IV-9)

Pertes par effet joule

Fig. IV-11 : Récepteur résistif couplé en étoile

𝑃𝑗 = 𝑃𝑗1 + 𝑃𝑗2 + 𝑃𝑗3

𝑃𝑗 = 3𝑅𝐼 2 (IV-10)

Avec :

R : résistance d’une phase du récepteur

Considérons, r la résistance mesurée aux bornes de deux phases du récepteur :

𝑟
𝑟 = 2𝑅 ⇒ 𝑅 =
2

BOURI ET MERZOUK 57
Electrotechnique Générale

Les pertes par effet joule :

3
𝑃𝑗 = 𝑟𝐼 2 (IV-11)
2

IV. 3.2. Couplage triangle

Fig. IV-12 : Récepteur couplé en triangle

Ce montage ne possède ni neutre ni tensions simples. Par contre, il présente les deux
types de courants : les courants de lignes I et les courants de phase J.

Fig. IV-12 : Représentation des courants de ligne et de phase

𝐼1 = 𝐽1 − 𝐽3

𝐼2 = 𝐽2 − 𝐽1

𝐼3 = 𝐽3 − 𝐽2

𝐼1 /2
𝑐𝑜𝑠 30° = ⇒ 𝐼1 = √3𝐽1
𝐽1

BOURI ET MERZOUK 58
Electrotechnique Générale

En faisant le même raisonnement pour les deux autres tensions, on trouve :

𝐼2 = √3𝐽2

𝐼3 = √3𝐽3

Le système triphasé est équilibré, donc :

𝐼1 = 𝐼2 = 𝐼3 = 𝐼 𝑒𝑡 𝐽1 = 𝐽2 = 𝐽3 = 𝐽

La relation qui existe entre Iet J est :

𝐼 = √3𝐽 (IV-12)

La tension aux bornes de chaque phase du récepteur est une tension composée U.

IV.3.2.1. Puissances dans le système triphasé

Fig.IV-13 : Récepteur couplé en triangle

Le récepteur est constitué de trois dipôles qui consomment la même puissance active :

𝑃1 = 𝑃2 = 𝑃3 = 𝑈𝐽𝑐𝑜𝑠𝜑

Et la même puissance réactive.

𝑄1 = 𝑄2 = 𝑄3 = 𝑈𝐽𝑠𝑖𝑛𝜑

En appliquant le théorème de Boucherot, on trouve :

Pour la puissance active :

𝑃 = 𝑃1 + 𝑃2 + 𝑃3

𝑃 = 3𝑈𝐽𝑐𝑜𝑠𝜑 (IV-13)

Pour la puissance réactive :

BOURI ET MERZOUK 59
Electrotechnique Générale

𝑄 = 𝑄1 + 𝑄2 + 𝑄3

𝑄 = 3𝑈𝐽𝑠𝑖𝑛𝜑 (IV-14)

La puissance apparente est :

𝑆 = 3𝑈𝐽 (IV-15)

En remplaçant le courant J par I, on trouve :

𝑃 = √3𝑈𝐼𝑐𝑜𝑠𝜑 (IV-16)

𝑄 = √3𝑈𝐼𝑠𝑖𝑛𝜑 (IV-17)

𝑆 = √3𝑈𝐼 (IV-18)

Pertes par effet joule

Fig. IV-14 : Récepteur résistif couplé en triangle

𝑃𝑗 = 𝑃𝑗1 + 𝑃𝑗2 + 𝑃𝑗3

𝑃𝑗 = 3𝑅𝐽2 (IV-19)

𝐼
En remplaçant 𝐽 𝑝𝑎𝑟 , on peut écrire :
√3

𝑃𝑗 = 𝑅𝐼 2 (IV-20)

Avec :

R : résistance d’une phase du récepteur

Considérons, r la résistance mesurée aux bornes de deux phases du récepteur. La résistance


équivalente entre les deux phases est :

BOURI ET MERZOUK 60
Electrotechnique Générale

2𝑅. 𝑅 2 3
𝑟= = 𝑅⇒ 𝑅= 𝑟
2𝑅 + 𝑅 3 2

En remplaçant R dans l’équation (IV-20), les pertes par effet joule deviennent :

3
𝑃𝑗 = 2 𝑟𝐼 2 (IV-21)

IV.4. Mesure des puissances


En électrotechnique les mesures de puissance sont effectuées au moyen de wattmètres, dont
le symbole est donné ci-après :

Fig. IV-15 : Le symbole du Wattmètre

Cet appareil permet de mesurer la puissance active correspondant au courant i traversant


son circuit courant et à la tension v aux bornes de son circuit tension.

IV.4.1. Mesure de la puissance active consommée par une


charge triphasée
Il existe deux méthodes pour mesurer la puissance active consommée par une charge
triphasée.

IV.4.1.1. Méthode des trois wattmètres


En régime sinusoïdal équilibré, la puissance active consommée par la charge peut être
mesurée avec trois wattmètres montés entre une phase et un neutre comme le présente la
figure suivante :

BOURI ET MERZOUK 61
Electrotechnique Générale

Fig. IV-16 : Mesure de la puissance par la méthode des 3 Wattmètres

Ce montage est valable que la charge soit montée en étoile ou en triangle ; en l'absence du
neutre il est constitué un neutre fictif.

La puissance active est donnée par la somme des trois puissances actives mesurées par les
wattmètres :

𝑃 = 𝑊1 + 𝑊2 + 𝑊3 (IV-22)

Cette méthode de mesure est valide même dans le cas des régimes déséquilibrés.

IV.4.1.2. Méthode des deux wattmètres


En régime sinusoïdal équilibré, la puissance active consommée par la charge peut être
mesurée avec deux wattmètres montés entre deux phases comme le présente la figure
suivante :

Fig. IV-17 : Mesure de puissance par la méthode des deux Wattmètres

La puissance active est donnée par la somme des deux puissances actives mesurées par les

BOURI ET MERZOUK 62
Electrotechnique Générale

wattmètres :

𝑃 = 𝑊1 + 𝑊2 (IV-23)

IV.5. Amélioration du facteur de puissance


Pour relever le facteur de puissance, on ajoute trois condensateurs identiques en
parallèle avec l’installation triphasée. Pour cela, on peut brancher ces trois condensateurs soit
en étoile ou en triangle.

IV.5.1. Branchement en étoile

Fig. IV-18 : Condensateurs branchés en étoile

La puissance active consommée par la nouvelle installation qui comporte la charge


triphasée et les condensateurs, est inchangée :

𝑃′ = 𝑃

La nouvelle puissance réactive est déterminée par :

𝑄 ′ = 𝑄 + 𝑄𝑐

Avec :

𝑄 ′ = 𝑃 𝑡𝑎𝑛 𝜑′

𝑄 = 𝑃 𝑡𝑎𝑛 𝜑

𝑄𝑐 = 3𝐶𝜔𝑉 2

BOURI ET MERZOUK 63
Electrotechnique Générale

La capacité d’un condensateur est :

𝑃(𝑡𝑎𝑛 𝜑−𝑡𝑎𝑛 𝜑′)


𝐶= (IV-24)
3𝐶𝜔𝑉 2

𝑈
En remplaçant𝑉 𝑝𝑎𝑟 , On peut écrire :
√3

𝑃(𝑡𝑎𝑛 𝜑−𝑡𝑎𝑛 𝜑′)


𝐶= (IV-25)
𝐶𝜔𝑈 2

IV.5.1. Branchement en triangle

Fig. IV-19 : Condensateurs branchés en triangle

La puissance active consommée par la nouvelle installation qui comporte la charge triphasée et
les condensateurs, est inchangée :

𝑃′ = 𝑃

La nouvelle puissance réactive est déterminée par :

𝑄 ′ = 𝑄 + 𝑄𝑐

Avec :

𝑄 ′ = 𝑃 𝑡𝑎𝑛 𝜑′

𝑄 = 𝑃 𝑡𝑎𝑛 𝜑

𝑄𝑐 = 3𝐶𝜔𝑈 2

La capacité d’un condensateur est :

BOURI ET MERZOUK 64
Electrotechnique Générale

𝑃(𝑡𝑎𝑛 𝜑−𝑡𝑎𝑛 𝜑′)


𝐶= (IV-26)
3𝐶𝜔𝑈 2

Pour un même facteur de puissance, la capacité du condensateur dans un branchement


triangle est le tiers de la capacité du condensateur dans un branchement étoile. A cet effet, il est
préférable de brancher les condensateurs en Triangle.

IV.6. Exercices

Exercice 1
Soit un récepteur triphasé équilibré constitué de trois radiateurs R = 100Ω.

Ce récepteur est alimenté par un réseau triphasé 230V / 400V à 50Hz.

1- Calculer la valeur efficace I du courant de ligne et la puissance active P consommée quand


le couplage du récepteur est en étoile.

2- Reprendre la question avec un couplage en triangle.

3- Conclure.

Exercice 2
Sur un réseau (230V / 400V, 50Hz) sans neutre, on branche en étoile un récepteur composé de
trois dipôles capacitifs identiques de résistance R = 20Ω en série avec une capacité C = 20μF.

1- Déterminer l'impédance complexe de chaque dipôle. Calculer son module et son argument.

2- Déterminer la valeur efficace des courants en ligne, ainsi que leur déphasage par rapport aux
tensions simples.

3- Calculer les puissances active et réactive consommées par le récepteur triphasé, ainsi que la
puissance apparente.

Exercice 3
On monte en triangle sur un réseau 127V /220V un récepteur composé de trois dipôles
identiques dont l’impédance est 35Ω et le cosφ = 0,7. Calculer :

1) Le courant dans un dipôle et son déphasage sur la tension correspondante


2) Le courant dans un fil de ligne

BOURI ET MERZOUK 65
Electrotechnique Générale

Exercice 4
On connait les puissances active et apparente consommées par un utilisateur ayant une charge
triphasée équilibrée : P=20KW et S=30KVA. La tension d’alimentation est de 500V. Calculer
pour les deux modes de branchement :

1) Le courant de ligne
2) Le courant de phase
3) l’impédance Z

BOURI ET MERZOUK 66
Electrotechnique Générale

CHAPITRE V : TRANSFORMATEUR MONOPHASE

V. 1. Circuit magnétique

V.1.1. Définitions
V.1.1.1. Champ magnétique
On appelle champ magnétique (ou également excitation magnétique) H la grandeur créée dans
le vide par toute charge électrique en mouvement ou par un aimant permanant.

L'excitation magnétique s'exprime en ampère par mètre ( A.m-1 ).

V.1.1.2. L’induction magnétique


L’action d’un champ magnétique dans un milieu autre que le vide produit une induction
magnétique :

𝐵 = 𝜇. 𝐻 (V-1)
Avec
μ: perméabilité magnétique du milieu 𝜇 = 𝜇0 . 𝜇𝑟
μr: perméabilité magnétique relative du matériau et 𝜇0 = 4𝜋10−7 (SI)
B : traduit la propriété de « canalisation » de H par le milieu (matériaux).

BOURI ET MERZOUK 67
Electrotechnique Générale

V.1.1.3. Induction magnétique créée par un courant


Un fil conducteur rectiligne de longueur infinie, parcouru par un courant I, crée, en un point M
de l’espace situé à une distance r du fil, une induction B dont :

➢ La direction est telle que les lignes de champ soient des cercles axés sur le fil
➢ Le sens est donné par la règle du ″bonhomme d’Ampère″, du tir bouchon ou des
trois doigts.

Fig. V-1 : Induction magnétique créée par un courant rectiligne

Une spire circulaire de rayon R parcouru par un courant I crée en son centre et dans la direction
de son axe un champ magnétique B (le sens est donné par la règle du tir bouchon ou tourne vis)

Fig. V-2 : Induction magnétique créée par un courant circulaire

BOURI ET MERZOUK 68
Electrotechnique Générale

V.1. 2. Circuits magnétiques


Un circuit magnétique est dit parfait s'il canalise la totalité des lignes d'induction le
parcourant sans qu'il y ait de fuites.

V.1.2.1. Circuit magnétique sans entrefer


On considère un tore sans entrefer constitué par un matériau magnétique parfait et enlacé
par une bobine comportant N spires et parcourue par un courant continu I.

Fig. V-3 : Flux magnétique dans un tore

Théorème d’Ampère
L'application du théorème d'Ampère le long d'une ligne de champ (orientée dans le sens du
flux créé par la bobine) donne :

∫ 𝐻𝑑𝑙 = 𝑁𝐼 = 𝐻𝐿 (V-2)

Avec :

𝐿 : Longueur moyenne des lignes de champ

𝑁𝐼 : la force magnétomotrice (f.m.m), elle exprime le pouvoir qu'a la bobine à créer un flux
dans le tore.

On appelle réluctance, notée ℜ du circuit magnétique le rapport de la force magnétomotrice


sur le flux.

𝑁𝐼
ℜ= (V-3)
𝜙

BOURI ET MERZOUK 69
Electrotechnique Générale

Sachant que :

𝑁𝐼
𝜙 = 𝐵. 𝑆 ; 𝐵 = 𝜇𝐻 ; 𝐻 = 𝐿

On peut écrire :

𝐿
ℜ= (V-4)
𝜇𝑆

Avec :

𝑆 : Section du tore.

𝐿 : longueur du tore.

La réluctance (exprimée en H-1) caractérise l'opposition du circuit magnétique au passage du


flux. Plus la réluctance d'un circuit magnétique est élevée, plus il est nécessaire d'appliquer
une force magnétomotrice élevée pour obtenir un flux donné.

Loi d'Hopkinson

On généralise l'expression de la force magnétomotrice créée dans un circuit magnétique par


plusieurs bobines :

𝜉 = ∑ ±𝑁𝐼 = ℜ𝜙 Loi d'Hopkinson (V-5)

Le signe des termes en NI dépendent de l'orientation des flux créés.

V.1.2.2. Circuit magnétique avec entrefer

Les circuits magnétiques utilisés pour la fabrication de moteurs comportent nécessairement


des entrefers pour permettre la rotation de leurs parties mobiles. D'où l'importance de traiter
le cas du tore avec entrefer :

BOURI ET MERZOUK 70
Electrotechnique Générale

Fig. V-4 : Flux magnétique dans un tore avec entrefer

On considère un tore avec entrefer constitué d'un matériau magnétique parfait, enlacé
par un bobinage comportant N spires parcourues par le courant continu I.

La longueur e de l'entrefer étant suffisamment petite devant L, la longueur moyenne


des lignes de champ, pour considérer qu'il n'y a pas de fuite du flux.
On exprime l’excitation dans le circuit magnétique par :

𝐵
𝐻𝐹 = (V-6)
𝜇

Et dans l’entrefer par :

B
𝐻𝑒 = μ (V-7)
0

L’application du théorème d’Ampère donne :

(𝐿 − 𝑒)𝐵 𝑒𝐵
𝑁𝐼 = +
𝜇 𝜇0
Sachant que:
μ = μ0 . μr
On peut écrire :

𝐵 𝐿−𝑒
𝑁𝐼 = 𝜇 [𝑒 + 𝜇𝑟
] (V-8)
0

BOURI ET MERZOUK 71
Electrotechnique Générale

V.1.2.3. Circuit magnétique hétérogènes linéaires


Un circuit est dit hétérogène dès lors qu'il est constitué de matériaux différents ou de
géométries à sections variables.
La méthodologie va consister, comme dans un circuit électrique, à utiliser les
associations connues de réluctances afin de calculer les différentes grandeurs.
Les 2 cas fréquents sont les circuits hétérogènes série et parallèle. Pour chaque circuit, on
représente l'analogie électrique correspondante :

❖ Circuit hétérogène série


Le circuit électromagnétique série est donné par la figure suivante :

Fig. V-5 : a) Circuit électromagnétique série ; b) Circuit électrique équivalent

❖ Circuit hétérogène parallèle


Le circuit électromagnétique parallèle est donné par la figure suivante :

Fig. V-6 : a) Circuit électromagnétique parallèle ; b) Circuit électrique équivalent

V .1 .3. Matériaux ferromagnétiques.


Un matériau ferromagnétique est un corps cristallin susceptible d'être aimanté en
présence d'une excitation magnétique ; il reste aimanté quand l'excitation magnétique

BOURI ET MERZOUK 72
Electrotechnique Générale

disparaît. Le fer, le cobalt, le nickel et les ferrites, entre autres, sont des matériaux
ferromagnétiques.

Les ferromagnétiques sont caractérisés par une perméabilité relative élevée, jusqu'à 106
pour certains alliages.

La perméabilité des ferromagnétiques n'est pas constante, elle dépend de l'excitation


magnétique appliquée. Ils sont caractérisés par des phénomènes d'hystérésis, de rémanence
et de coercitivité.

V.1.3.1. Courbe de première aimantation – B(H)


Un matériau ferromagnétique n'ayant jamais été aimanté est tel que B=0 et H=0. Si
on le soumet à une excitation magnétique croissante on obtient la courbe B(H) de première
aimantation portée sur la figure suivante :

Fig. V-7 : Courbe d’aimantation B=f(H)

Lorsque H devient très grand il apparaît un phénomène de saturation, B ne varie


presque plus ; le ferromagnétique est saturé. La perméabilité d'un matériau ferromagnétique
réel (B = µ H ) n'est pas constante.

A noter que l'on trace parfois également la courbe des ferromagnétiques, que l'on peut
relier à la courbe B(H) par un simple changement d'échelle du fait des relations Φ=BS et
HL=Ni.

V.1.3.2. Cycle d’Hystérésis


Lorsque le ferromagnétique possède déjà une aimantation la courbe B(H) décrit un

BOURI ET MERZOUK 73
Electrotechnique Générale

cycle d'hystérésis. Le cycle d'hystérésis est caractérisé par un dédoublement de la


caractéristique et un sens de parcours indiqué par des flèches. B dépend de H mais également
de l'aimantation antérieure (les matériaux ferromagnétiques sont doués de mémoire). Il faut
plusieurs évolutions de l'excitation H entre deux valeurs symétriques pour obtenir un cycle
fermé parfaitement symétrique tel que représenté sur le dessin.

Fig. V-8 : Courbe d’hystérésis

On retrouve un phénomène de saturation pour des valeurs élevées de H. On constate


également un phénomène de rémanence, lorsque l'excitation magnétique disparaît (H = 0) il
subsiste une induction magnétique rémanente Br. Ce phénomène de rémanence des
ferromagnétiques est utilisé pour la réalisation des aimants permanents.
Il est possible d'annuler l'induction rémanente d'un ferromagnétique en le soumettant
à une excitation magnétique entraînant une aimantation opposée : c'est l'excitation
coercitive Hc.

V.1.3.3. Pertes fer


Les matériaux ferromagnétiques décrivant un cycle d'hystérésis sont le siège de pertes
énergétiques appelées pertes fer. Elles sont liées au parcours du cycle et à l'apparition de
courants de Foucault dans le corps ferromagnétique.

𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠 𝑓𝑒𝑟 = 𝑃𝑓𝑒𝑟 = 𝑄𝐻 + 𝑃𝐶𝐹 (V-9)

BOURI ET MERZOUK 74
Electrotechnique Générale

❖ Pertes par hysteresis


La présence de l’hystérésis engendre une dissipation de puissance active dont la valeur
est proportionnelle à la surface de l'hystérésis. Ce sont des pertes magnétiques : Pertes par
hystérésis = QH
Dans le cas où le phénomène est périodique les pertes sont calculées par la formule de
Steinmetz :

𝑛
𝑄𝐻 = 𝐾𝐻 . 𝑉. 𝑓. 𝐵𝑚𝑎𝑥 (V-10)

Avec :

𝐾𝐻 : Coefficient déterminé expérimentalement ;

𝑉 : Volume du fer

𝑛 = 2 Pour des tôles

𝑛 = 1.6 : Pour un matériau massif

V = volume de fer en m3 ; n = 2 pour des tôles et = 1.6 pour un matériau massif

❖ Pertes par courants de Foucault


Le matériau magnétique étant conducteur électrique, le bobinage induit des courants
très faibles au sein du matériau qu’on appelle "courants de Foucault". Ces courants impliquent
des pertes joules (pertes électriques) :

𝑃𝐶𝐹 = 𝐾𝐶𝐹 . 𝑉. 𝑓 2 . 𝐵𝑚𝑎𝑥


2
(V-11)

Avec :

𝐾𝐶𝐹 : Coefficient

𝑉 : Volume du fer

𝑓 : fréquence

𝐵𝑚𝑎𝑥 : Induction maximale

V.1.4. Circuits magnétiques en régime alternatif sinusoïdal


Considérons le circuit ci-dessous en régime alternatif sinusoïdal :

BOURI ET MERZOUK 75
Electrotechnique Générale

Fig. V-9: Circuit magnétique

V.1.4.1. Loi de Lenz


La d.d.p. u(t) variable imposé crée un courant variable i(t) dans le circuit électrique, celui-ci
crée une variation de flux dans le circuit magnétique selon.

𝑑𝜑(𝑡) 𝑑𝛷(𝑡)
𝑢(𝑡) = 𝑁 = (V-12)
𝑑𝑡 𝑑𝑡

Avec :
𝛷(𝑡) = 𝑁𝜑(𝑡) : Flux total
N : Nombre de spires

V.1.4.2. Relation Tension / Induction


Si le matériau possède une courbe B(H) linéaire, la perméabilité et l'inductance sont constantes,
A partir de là, on écrit :
𝑑𝛷(𝑡) 𝑑𝑖
𝑢(𝑡) = = 𝐿 𝑑𝑡 (V-13)
𝑑𝑡

La bobine est une inductance pure.

V.1.4.3. Formule de Boucherot


Si:

𝑑𝜑(𝑡)
𝑢(𝑡) = 𝑁 = 𝑈√2. 𝑐𝑜𝑠(ω𝑡)
𝑑𝑡

Alors:

BOURI ET MERZOUK 76
Electrotechnique Générale

𝑈√2
𝜑(𝑡) = 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡) = 𝐵(𝑡)𝑆
𝑁𝜔

𝐵(𝑡) = 𝐵𝑚𝑎𝑥 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡)

Donc :

𝑈√2 𝑈√2
𝐵𝑚𝑎𝑥 = =
𝑆𝑁𝜔 𝑆𝑁2𝜋𝑓

2𝜋
𝑈= 𝑁𝐵𝑚𝑎𝑥 𝑆𝑓
√2

La relation de Boucherot :

𝑈 = 4.44. 𝑁. 𝐵𝑚𝑎𝑥 . 𝑆. 𝑓 (V-14)

V.1.4.4. Loi de Faraday


Toute variation de flux φ(t) dans une spire engendre dans celle-ci une f.e.m induite e(t)
tel que :

Fig. V-10 : f.e.m induite

𝑑𝜑(𝑡)
𝑒(𝑡) = − (V-15)
𝑑𝑡
𝜑 : flux magnétique d’une spire
La f.e.m dans un bobinage de N spires :
𝑑𝛷(𝑡)
𝑒(𝑡) = − (V-16)
𝑑𝑡

𝛷 = 𝜑 : Flux total

V.1.4.5. Inductance mutuelle


Lorsqu'un circuit magnétique est entouré de plusieurs bobinages, chaque courant a une
influence sur le flux dans le circuit.

BOURI ET MERZOUK 77
Electrotechnique Générale

Ainsi, une variation du courant i1 dans le bobinage N1 crée un flux dans le circuit
magnétique :

𝑁1 𝑖1
𝛷= (V-17)

Φ : flux magnétique

N : Nombre de spires

ℜ : Reluctance magnétique

Celui- ci induit une variation de tension aux bornes du bobinage N2

𝑑𝛷(𝑡) 𝑁1 𝑑𝑖 𝑑𝑖1
𝑢2 (𝑡) = 𝑁2 = 𝑁2 =𝑀
𝑑𝑡 ℜ 𝑑𝑡 𝑑𝑡

D’où :

𝑁1. 𝑁2
𝑀= (V-18)

M : inductance mutuelle entre les deux bobinages en Henry

𝑁2
𝐿= (V-19)

L : Inductance propre de la bobine

𝑁1. 𝑁2 𝑁1. 𝑁2
𝑀2 =

𝑀 = √𝐿1 . 𝐿2 (V-20)

V.2. Transformateur monophasé

V.2.1. Introduction
Le transformateur permet d’obtenir un changement de tension alternatif avec un
excellent rendement (Jusqu’à 99%). Les pertes dans les câbles (cuivre) par effet Joules 𝑃𝑗 =
𝑅. 𝐼 2 , étant proportionnelles au carré du courant, le transport de l’énergie électrique s’effectuer
en haute tension (HT de l’ordre de 220kV) et en moyenne tension pour minimiser celles-ci. La
HT étant dangereuse, il sera nécessaire de l’abaisser grâce aux transformateur.

BOURI ET MERZOUK 78
Electrotechnique Générale

V.2.2 Rôle
le transformateur est utilsé pour adapter (élever ou abaisser) une tension au besoin de
l’utilisation.

V.2.3. Constitution
Le transformateur monophasé est constitué de deux enroulements indépendants qui
enlacent un circuit magnétique fermé commun :

Fig. V-11: Transformateur monophasé

Le primaire alimenté par le réseau crée un champ donc un flux magnétique alternatif
dans le circuit magnétique.

Le secondaire soumis à la variation de flux du circuit magnétique est le siège d’un f.e.m.
induite (loi de Lenz).

C’est donc grâce à la liaison magnétique (fer) excellente entre les bobines qu’il y a une
f.e.m. mutuelle induite (coefficient de couplage K proche de 1)

La loi de Lentz permet d'écrire :

𝑑𝛷(𝑡)
𝑉1 (𝑡) = 𝑁1
𝑑𝑡

BOURI ET MERZOUK 79
Electrotechnique Générale

𝑑𝛷(𝑡)
𝑉2 (𝑡) = 𝑁2
𝑑𝑡

D’où :

𝑉2 (𝑡) 𝑁2
m= = (V-21)
𝑉1 (𝑡) 𝑁1

m : Rapport de transformation

L’enroulement qui comporte le plus de spires est dit haute tension (il est en fil plus fin)
et l’autre est appelé basse tension.

- Pour minimiser les pertes (électriques) par courant de Foucault on réalise des circuits
magnétiques feuilletés à base de tôles minces (environ 0,4 mm d’épaisseur), isolées l’une de
l’autre par du vernis.
- Pour réduire les pertes (magnétiques) par hystérésis ces tôles sont en fer additionné de
silicium (à grains orientés).

V.2.4. Transformateur idéal


V.2.4.1. Hypothèse :
- Circuit magnétique fermé (perméabilité infinie, pas de fuite de flux, pas de pertes fer)
- Circuit électrique enroulements de résistance nulle (pas de pertes par effet joule)
Pas de pertes :

𝑆1 = 𝑆2

𝑃1 = 𝑃2

𝑄1 = 𝑄2

𝑉1 . 𝐼1 = 𝑉2 . 𝐼2

𝑉2 𝑁2 𝐼1
m= = = (V-22)
𝑉1 𝑁1 𝐼2

On constate que le rapport des courants est l’inverse de celui des tensions. Autrement
dit, ce que l’on gagne en tension, on le perd courant, et vice versa.

Le rendement est déterminé par :

𝑃2
𝜂= (V-23)
𝑃1

BOURI ET MERZOUK 80
Electrotechnique Générale

𝜂 = 1 = 100%

• Deux grands types de transformateurs :

- élévateur de tension (abaisseur de courant) : m > 1 N2 > N1

- abaisseur de tension (élévateur de courant) : m < 1 N2 < N1

V.2.4.2. Schéma électrique équivalent et diagramme de Fresnel

Fig. V-12 : Schéma électrique équivalent

Fig. V-13 : Diagramme de Fresnel

V.2.4.2.1. Tension à vide


A vide pas de charge au secondaire : I2 = 0 mais I1v ≈ 0 ;

V2 dépend du courant I2 débité dans la charge.

Rapport de transformation à vide :

𝑉2𝑣 𝑁2
𝑚𝑣 = = (V-24)
𝑉1 𝑁1

BOURI ET MERZOUK 81
Electrotechnique Générale

La tension au secondaire du transformateur lorsqu'il est à vide est notée fréquemment :


V2v= mV1

V.2.5. Le transformateur réel


En réalité P2 < P1 : rendement < 1

Car il existe des pertes dans le bobinage :

• Pertes Joule dans les enroulements


• Pertes magnétiques dans les inductances dites "de fuites"
• Pertes dans le fer dû à l’échauffement du circuit magnétique.

D’où le schéma équivalent du transformateur réel :

Fig. V-14 : Schéma équivalent du transformateur réel

Ce schéma n’est pas pratique pour caractériser rapidement un transformateur, alors on


utilise le schéma dit "schéma équivalent au secondaire" représenté ci-dessous :

Fig. V-15 : Schéma équivalent au secondaire du transformateur réel

BOURI ET MERZOUK 82
Electrotechnique Générale

𝑍̅ = 𝑅 + 𝑗𝑋
𝑉̅2 = ̅̅̅
𝑍𝑐 . 𝐼̅2
𝑉2𝑣 𝐼
𝑚= = 𝐼1𝑐𝑐 (V-25)
𝑉1 2𝑐𝑐

Avec :
𝑍̅ : l’impédance ramenée au secondaire d'un transformateur idéal dont le rapport de
transformation est m.
𝑅 = 𝑅𝑠 = 𝑅2 + 𝑚2 . 𝑅1 (V-26)

R : Résistance des enroulements ramenés au secondaire


𝑋𝑠 = 𝑋 = 𝐿⍵ ;
𝐿 = 𝐿𝑠 = 𝐿2 + 𝑚2 . 𝐿1 (V-27)
L : Inductance des enroulements ramené au secondaire

V.2.5.1. Détermination des éléments équivalents


On détermine ces éléments à partir des deux "essais" appelée "essai à vide" et "essai en
cours circuit".
- Essai à vide :
Le transformateur n'est connecté à aucune charge (I2 = 0) et alimenté par le primaire.
On monte un Voltmètre (V1), un ampèremètre (I1) et un Wattmètre au primaire (P1) et un
Voltmètre au secondaire (V2).
On mesure P1 et S1=V1.I1.
Sachant que :
𝑉12
𝑃1 =
𝑅𝑓
𝑉12
𝑄1 =
𝐿𝑓 . 𝜔
On peut écrire :
𝑉12
𝑅𝑓 = (V-28)
𝑃1

𝑉12
𝐿𝑓 = (V-29)
√(𝑆12 −𝑃12 )

BOURI ET MERZOUK 83
Electrotechnique Générale

- Essai en court- circuit :


On monte un Voltmètre (V1), un Ampèremètre (I1) et un Wattmètre au primaire (P1) et un
Ampèremètre au secondaire (I2). Le transformateur est court-circuité au secondaire et alimenté
au primaire sous tension réduite : on augmente V1 à partir de 0 jusqu’à avoir I 2 nominale (V1
faible ce qui permet de négliger Rf et Lm). On mesure P1 et S1=V1.I1.
Sachant que :
𝑃1 = 𝑅. 𝐼22
𝑄1 = 𝐿𝜔. 𝐼22
On peut écrire :

𝑃1
𝑅= (V-30)
𝐼22

√𝑆12 −𝑃12
𝐿= (V-31)
𝜔𝐼22

NB : I2 ne doit pas dépasser le courant maximal supportable par le bobinage du secondaire.

V.2.5.2. Diagramme de Kapp (méthode graphique)


C’est la représentation de Fresnel du schéma équivalent vu du secondaire (représentation des
tensions et des courants dans un plan complexe)

Fig. V- 16 : Diagramme de Kapp

En appliquant la loi des mailles :

BOURI ET MERZOUK 84
Electrotechnique Générale

̅̅̅̅
𝑉2𝑣 = 𝑚. 𝑉̅1 = 𝛥𝑉̅ + 𝑉̅2 (V-32)

Avec :

𝛥𝑉̅ = 𝑍̅. 𝐼̅2 = 𝑅. 𝐼̅2 + 𝑗𝑋𝐼̅2 : Chute de tension

𝑍̅ = 𝑅 + 𝑗𝑋 : Impédance des deux bobines ramenées au secondaire

V.2.5.3. Expression approchée de la chute de tension

𝛥𝑉̅ = 𝑚. 𝑉̅1 − 𝑉̅2 (V-33)

En faisant l’approximation : 𝜑 ≅ 𝜑1 ≅ 𝜑2

𝛥𝑉 ≅ 𝑚𝑉1 − 𝑉2

𝛥𝑉 ≅ 𝑅𝐼2 𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝐿𝜔𝐼2 𝑠𝑖𝑛𝜑 (V-34)

V.2.5.4. Rendements des transformateurs


Le rendement classique du transformateur s'exprime facilement en fonction des
données à courant I2 constant :
𝑃2 𝑉2 𝐼2 𝑐𝑜𝑠𝜑2
𝜂= = (V-35)
𝑃1 𝑉2 𝐼2 𝑐𝑜𝑠𝜑2 +𝑅𝑠 𝐼22 +𝑃𝑓𝑒𝑟

Mais pour les transformateurs de distribution, la charge est variable. Le rendement


évolue avec le temps.

On définit donc un rendement énergétique, sur un temps défini T, comme étant le


quotient de l'énergie utilise sur l'énergie totale consommée pendant ce temps.

BOURI ET MERZOUK 85
Electrotechnique Générale

V.3. Exercices

Exercice 1
Faire le bilan de puissance du transformateur à vide.

En déduire que la puissance consommée à vide est sensiblement égale aux pertes fer.

Exercice 2
Le circuit magnétique d’un transformateur de 30cm de long, de section de fer S = 4 cm2
comporte 1000 spires au primaire.

Il est alimenté par le réseau 220V 50Hz. Le circuit magnétique est tel que B = 1,2510-3 H.

1. Que peut-on dire du circuit magnétique et de sa perméabilité relative (µr). Déterminer µr.

2. Déterminer E1, Bmax , B , (flux dans le circuit magnétique) et t dans la bobine , H


(excitation magnétique ) .

3. Ecrire le théorème d'Ampère et en déduire I. Calculer l'inductance de la bobine de 2 façons.

Exercice 3
Un transformateur monophasé a les caractéristiques suivantes : 230 V / 24 V ; 50 Hz ; 63 VA

1- Calculer le courant primaire nominal I1N et le courant secondaire nominal I2N.

2- A la mise sous tension d’un transformateur, il se produit un courant d’appel très important
(de l’ordre de 25 I1N) pendant une dizaine de millisecondes. Evaluer le courant de mise sous
tension.

Exercice 4
Un transformateur de distribution possède les caractéristiques nominales suivantes :

S2 = 25 kVA, PJoule = 700 W et Pfer = 115 W.

1- Calculer le rendement nominal pour :

- une charge résistive

- une charge inductive de facteur de puissance 0,8

BOURI ET MERZOUK 86
Electrotechnique Générale

2- Calculer le rendement pour : - une charge résistive qui consomme la moitié du courant
nominal

Exercice 5
Un transformateur monophasé a les caractéristiques suivantes :

- tension primaire nominale : V1N = 5375 V / 50 Hz

- rapport du nombre de spires : N2/N1 = 0,044

- résistance de l’enroulement primaire : R1=12 Ω

- résistance de l’enroulement secondaire : R2=25 mΩ

- inductance de fuite du primaire : L1 = 50 mH

- inductance de fuite du secondaire : L2 = 100 μH

1- Calculer la tension à vide au secondaire.

2- Calculer la résistance des enroulements ramenée au secondaire RS.

3- Calculer l’inductance de fuite ramenée au secondaire LS. En déduire la réactance de fuite


XS.

Le transformateur débite dans une charge résistive R = 1 Ω.

4- Calculer la tension aux bornes du secondaire V2 et le courant qui circule dans la charge I2.

Exercice 6
Les essais d'un transformateur monophasé ont donné :

A vide : V1 = 220 V, 50 Hz (tension nominale primaire) ; V2v = 44 V ; P1v = 80 W ; I1v =1 A.

En court-circuit : V1cc = 40 V ; P1cc =250 W ; I2cc =100 A (courant nominal secondaire).

En courant continu au primaire : I1 = 10 A ; U1 = 5 V.

Le transformateur est considéré comme parfait pour les courants lorsque ceux-ci ont leurs
valeurs nominales.

1- Déterminer le rapport de transformation à vide m et le nombre de spires au secondaire, si l'on


en compte 500 au primaire.

BOURI ET MERZOUK 87
Electrotechnique Générale

2- Calculer la résistance de l’enroulement primaire R1.

3- Vérifier que l'on peut négliger les pertes par effet Joule lors de l'essai à vide (pour cela,
calculer les pertes Joule au primaire).

4- En admettant que les pertes dans le fer sont proportionnelles au carré de la tension primaire,
montrer qu'elles sont négligeables dans l'essai en court-circuit.

Faire l’application numérique.

5- Représenter le schéma équivalent du transformateur en court-circuit vu du secondaire.

En déduire les valeurs Rs et Xs caractérisant l'impédance interne.

Quels que soient les résultats obtenus précédemment, pour la suite du problème, on prendra

Rs = 0,025 Ω et Xs = 0,075 Ω.

Le transformateur, alimenté au primaire sous sa tension nominale, débite 100 A au secondaire


avec un facteur de puissance égal à 0,9 (charge inductive).

6- Déterminer la tension secondaire du transformateur. En déduire la puissance délivrée au


secondaire.

7- Déterminer la puissance absorbée au primaire (au préalable calculer les pertes globales).

En déduire le facteur de puissance au primaire et le rendement.

BOURI ET MERZOUK 88
Electrotechnique Générale

CHAPITRE VI : MACHINES A COURANT CONTINU

VI.1. Définition
Une machine à courant continu est une machine électrique réversible. Elle fonctionne
aussi bien en moteur qu'en génératrice (dynamo).

VI.2. Conversion d’énergie


La machine à courant continu est un convertisseur électro- mécanique. Quand elle
converti l’énergie électrique en énergie mécanique, la machine fonctionne en Moteur(fig.VI-1).

BOURI ET MERZOUK 89
Electrotechnique Générale

Fig. VI-1 : Fonctionnement en Moteur

Quand elle converti l’énergie mécanique en énergie électrique, la machine fonctionne en


Générateur (fig.VI-2).

Fig. VI-2 : Fonctionnement en Générateur

VI.3. Constitution
La machine à courant continu est constituée de trois parties principales :

BOURI ET MERZOUK 90
Electrotechnique Générale

Fig. VI-3 : Constitution d’une machine à courant continu à aimant permanant

1) Un stator

C’est un circuit magnétique = masse métallique + bobinage parcouru par un courant


continu. Il sert à créer un champ magnétique (champ "inducteur") dans le rotor.

2) Un rotor

C'est un bobinage parcouru par un courant continu d'induit (partie tournante de la


machine)

BOURI ET MERZOUK 91
Electrotechnique Générale

3) Un dispositif Collecteur et Balais

Le collecteur est un ensemble de lames de cuivre où sont reliées les extrémités du


bobinage de l'induit. Les balais (ou charbons) sont situés au stator et frottent sur le collecteur
en rotation. Le dispositif collecteur / balais permet d’accéder au circuit électrique rotorique pour
faire circuler un courant dans l’induit.

VI.4. Grandeurs physiques


Ces grandeurs sont valables pour les deux fonctionnements moteur ou génératrice.

VI.4.1. Couple électromagnétique


a) Loi de Laplace
- Un conducteur parcouru par un courant I, placé dans un champ magnétique B, est soumis à
une force dont le sens est tel que les vecteurs I et B et F forment un trièdre direct (c'est-à-dire F
est perpendiculaire au plan formé par B et I).

BOURI ET MERZOUK 92
Electrotechnique Générale

Fig. VI-5 : Détermination de la force de Laplace par : a) règle du bonhomme d’Ampère ;b)
règle de la main gauche.

⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝐼 𝑑𝑙
𝑑𝐹 ⃗⃗⃗ ˄𝐵
⃗ (VI-1)

Le sens de F est donné par la règle des trois doigts ou du bonhomme d’Ampère (ou du tire-
bouchon).

- Pour une spire: les deux conducteurs (de longueur l) d’une spire parcourus par un courant I
d'induit (en A) et placées dans le champ magnétique B subissent des forces F1 et F2 (égales à F
et opposés) donnés par la loi de Laplace :

⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗2 = 𝐼. 𝑙 ˄𝐵
𝐹1 = −𝐹 ⃗ (VI-2)

Fig. VI-6 : Forces de Laplace

BOURI ET MERZOUK 93
Electrotechnique Générale

Le couple électromagnétique de forces :

𝐶𝑒𝑚 = 2. 𝐹. 𝑟

𝐶𝑒𝑚 = 2. 𝑟. 𝐼. 𝑙. 𝐵

𝐶𝑒𝑚 = 𝑆. 𝐵. 𝐼

Avec :

r : Rayon du conducteur

l : Longueur du conducteur

S : Section du conducteur

𝐶𝑒𝑚 = 𝜙. 𝐼 (VI-3)

𝐶𝑒𝑚 : Couple électromagnétique (en Nm)

Φ : Flux magnétique (en Wb)

I : Courant (en A)

- Alors pour le bobinage :

𝐶𝑒𝑚 = 𝐾. 𝛷. 𝐼 (VI-4)

K : constante de la machine

Φ: flux magnétique créé par l'inducteur (en Wb)

VI.4.2. Force électromotrice


Une bobine en mouvement dans un champ magnétique voit apparaître à ses bornes une force
électromotrice. La machine est alors le siège d’une f.e.m. E induite (en Volts) donnée par la loi
de Faraday:

𝐸 = 𝐾. 𝛷. 𝛺 (VI-5)

Avec :
𝛺 = 2. 𝜋. 𝑛: vitesse angulaire (en rad/s) ;
n : vitesse de rotation (en tour/min).
K : constante de la machine ;
Φ: flux magnétique crée par l'inducteur (en Wb)

BOURI ET MERZOUK 94
Electrotechnique Générale

VI.4.3. Réversibilité
Si le flux Φ est constant (c’est le cas en général et de l’inducteur à aimants
permanents) :

• La fem E est proportionnelle à la vitesse de rotation Ω ⇒Application : mesure de vitesse


de rotation : dynamo tachymétrique) ;
• Le couple Cem est proportionnel au courant absorbé I, les deux K sont identiques
𝐸 𝛺
= (VI-6)
𝐶𝑒𝑚 𝐼

Puissance électromagnétique :
𝐸. 𝐼 = 𝐶𝑒𝑚 . 𝛺 (VI-7)

La puissance électromécanique mise en jeu a deux formes :


• électrique

𝑃𝑒𝑚 = 𝐸𝐼 = (𝐾. 𝛺. 𝛷) (VI-8)

• mécanique

𝑃𝑒𝑚 = 𝐶𝑒𝑚 . 𝛺 = (𝐾. 𝛷. 𝐼)𝛺 (VI-9)

La f.é.m. de la machine et l’intensité du courant dans l’induit sont deux grandeurs


indépendantes.

La machine peut donc indifféremment fonctionner en moteur (Pem > 0) ou en génératrice


(Pem <0) selon le signe du produit E I

VI.4.4. Loi d’Ohm

Fig. VI- 7 : Schéma électrique équivalent (cas idéal)

BOURI ET MERZOUK 95
Electrotechnique Générale

Equations de fonctionnement (Loi d’ohm)

En moteur :

𝑈 = 𝐸 + 𝑅𝐼 (VI-10)

𝐼 > 0; 𝑃𝑒 = 𝐸𝐼 > 0; 𝐸<𝑈

En génératrice :

𝐸 = 𝑈 + 𝑅𝐼

𝑈 = 𝐸 − 𝑅𝐼 (VI-11)

𝐼 < 0; 𝑃𝑒 = 𝐸𝐼 < 0; 𝐸>𝑈

Vitesse de rotation

𝑈−𝑅𝐼
𝛺 = 2𝜋𝑛 = (VI-12)
𝐾𝛷

NB :
Il ne faut donc jamais couper l'excitation d'un moteur à courant continu si l'induit
reste sous tension : la vitesse va croître dangereusement (emballement du moteur). En
effet si le courant Ie de l'inducteur (stator) = 0, le flux Φ est réduit au rémanent, c'est à dire 1/25
environ du flux normal : la fréquence de rotation est théoriquement multipliée par 25
(destruction de moteur sous l'effet de l'énergie centrifuge)

VI.4.5. Les différentes pertes


- Pertes Joules Pj dues aux résistances des bobinages (stator et rotor),

Pj = Pjs + Pjr (électriques) (VI-13)

- Pertes dans le fer Pfer (rotor seulement, partie tournante) = Pertes magnétiques PH : dues à
l’hystérésis (utilisation de matériaux à cycles étroits comme le fer au silicium) + Pertes
électriques PCF dues aux courants de Foucault (feuilletage de l’induit)

- Pertes mécaniques (pm) : dues aux frottements des pièces en mouvement (utilisation de
roulement et de lubrifiants)

Pertes = Pj + Pfer + Pm = Pj + Pcollectives (VI-14)

BOURI ET MERZOUK 96
Electrotechnique Générale

Avec

Pcollective = Pfer + Pm (constantes) (VI-15)

VI.4.6. Rendement fonctionnement en moteur


: Puissance absorbée par l’induit (rotor) et l’inducteur (stator, excitation) :

𝑃𝑎 = 𝑈𝐼 + 𝑢𝑖 (VI-16)

Puissance utile (mécanique sur l’arbre en sortie moteur) :

𝑃𝑢 = 𝑃𝑎 − 𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠 (VI-17)

Le rendement :
𝑃
𝜂 = 𝑃𝑢 (VI-18)
𝑎

Fig. VI- 8 : Arbre des puissances du moteur à courant continu

𝑃𝑢 𝑃𝑎 −∑ 𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠 𝑃𝑢
𝜂= = = (VI-19)
𝑃𝑎 𝑃𝑎 𝑃𝑢 +∑ 𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠

VI.4.7. Rendement fonctionnement en génératrice


Puissance absorbée :

BOURI ET MERZOUK 97
Electrotechnique Générale

𝑃𝑎= 𝑃𝑚𝑒𝑐 + 𝑢𝑖 = 𝑃𝑚𝑒𝑐 + 𝑅𝐼 2 (VI-20)

Avec :
Puissance mécanique fourni au rotor :
𝑃𝑚𝑒𝑐 = 𝐶𝑚 𝛺 (VI-21)

Puissance électrique utile :


𝑃𝑢 = 𝑈𝐼 (VI-22)

Fig. VI- 9 : Arbre des puissances du générateur à courant continu


𝑈𝐼
𝜂= (VI-23)
𝑃𝑚𝑒𝑐 +𝑢𝑖

VI.5. Les différents types de machines à courant continu


Il existe quatre types de machines à courant continu, classés en fonction du type d’excitation.

BOURI ET MERZOUK 98
Electrotechnique Générale

1) Machine à excitation indépendante 2) Machine à excitation shunt

3)Machine à excitation série 4)Machine à excitation composée

VI.6. Moteur à courant continu

VI.6.1. Moteur à excitation indépendante


On s'intéresse à la machine à excitation indépendante en fonctionnement moteur :

BOURI ET MERZOUK 99
Electrotechnique Générale

Fig. VI-10 : Moteur à excitation indépendante

Fig. VI-11 : Schéma électrique équivalent

Induit :

𝑈 = 𝐸 + 𝑅𝐼 (VI-24)

Excitation :

𝑢 = 𝑟𝑖 (VI-25)

R : excitation du bobinage de l’excitation

En pratique :

𝑟 ≫ 𝑅; 𝑢 = 𝑈

En charge :

𝐼≫𝑖

Vitesse de rotation :

𝐸 = 𝐾𝛷𝛺 (VI-26)

BOURI ET MERZOUK 100


Electrotechnique Générale

D’où :

𝑈−𝑅𝐼
𝛺= (VI-27)
𝐾𝛷

• Caractéristique Ω(I) à U constante.

Fig. VI-12 : Caractéristique Ω(I) à U constante


En pratique : 𝑅𝐼 ≪ 𝑈
𝑈
𝛺≈ (VI-27)
𝐾𝛷
Charge ↑ → courant d′ induit 𝐼 ↑

Si on coupe accidentellement le courant d'excitation (i = 0), la vitesse augmente très


rapidement : le moteur s'emballe ! En marche, il ne faut jamais couper l'excitation d'un moteur
à excitation indépendante.

➢ Caractéristique Ω (I) en charge à U constante et i constante (Φ constant)

BOURI ET MERZOUK 101


Electrotechnique Générale

Fig. VI-13 : Caractéristique Ω(I) à U et i constants


𝑈−𝑅𝐼
𝛺= (VI-28)
𝐾𝛷
𝑈
𝑈 = 𝑅𝑐 . 𝐼 ⇒ 𝐼 =
𝑅𝑐
Quand 𝑅𝑐 ↑ 𝑒𝑡 𝑈 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 ⇒ 𝐼 ↓⇒ 𝛺 ↓
(𝑅𝑐 −𝑅)𝐼
𝛺= (VI-29)
𝐾𝛷

➢ Caractéristique Cem(Ω) à U constante et i constant

Fig. VI-14 : Caractéristique Cem(Ω) à U constante et i constant

Le couple de démarrage (Ω=0) est important. Le moteur démarre seul.

➢ Variation de vitesse

BOURI ET MERZOUK 102


Electrotechnique Générale

𝑈
𝛺=
𝐾𝛷

A excitation constante, en faisant varier U, on travaille sur une large plage de vitesse de
rotation.

NB :

- Pour inverser le sens de rotation du moteur, il suffit simplement d'inverser les polarités
d'alimentation soit à l'induit soit à l'inducteur.

- On peut utiliser une seule alimentation pour l'induit et l'inducteur, il suffit de placer le
bobinage inducteur en parallèle sur l'induit et de les alimenter par une seule source de
tension.

On est en présence à ce moment d'un moteur que l'on appelle moteur parallèle (shunt).

VI.6. 2. Moteur série

Fig. VI-15 : Moteur à excitation série et son circuit équivalent

• Avantages du moteur série : Cem α I²

→ couple important (en particulier au démarrage).

Le moteur série fonctionne aussi en courant alternatif (moteur universel).

• Inconvénients :

La vitesse de rotation dépend fortement de la charge : elle augmente rapidement quand la charge
diminue.

BOURI ET MERZOUK 103


Electrotechnique Générale

A vide, I ≈ 0 ; E≈U ; Eα IΩ → Ω→∞

Ce moteur doit toujours avoir une charge car à vide il s'emballe !

• Applications pratiques

Le moteur série est intéressant quand la charge impose d'avoir un gros couple, au démarrage et
à faible vitesse de rotation.

- démarreur (automobile ...)

- moteur de traction (locomotive, métro ...)

- appareils de levage ...

NB : D'autres combinaisons de bobinages sont possibles avec pour chaque combinaison


un ensemble différent d'avantages et d'inconvénients tel que le moteur compound (série-
parallèle (shunt)) .

VI.6.3. Caractéristiques
Caractéristique à vide Ev = f(Φ) à Ωconstante ; Ev = K’Φ(avec K’= KΩ).

Fig. VI-16 : Caractéristique à vide Ev = f(Φ) à Ωconstante

• De O à A, la caractéristique est linéaire


• De A à B le matériau ferromagnétique dont est constitué le moteur commence à saturer
• Après B, le matériau est saturé, le f.é.m. n’augmente plus.
• La zone utile de fonctionnement de la machine se situe au voisinage du point A.
• Sous le point A, la machine est sous utilisée, et après le point B les possibilités de la
machine n’augmentent plus (mais les pertes augmentent puisque Ie augmente)

BOURI ET MERZOUK 104


Electrotechnique Générale

Caractéristique Ev = f(Ω) à Φ constant ; Ev = K’Ω

Fig. VI-17 : Caractéristique Ev = f(Ω) à Φ constant

La caractéristique est linéaire (tant que la saturation n’est pas atteinte)

Caractéristique en charge U=f(I)

Fig. VI-18 : Caractéristique en charge U=f(I)

• La résistance du bobinage provoque une légère chute de tension ohmique dans l’induit : R.I

• Le courant qui circule dans l’induit créé un flux indésirable de sorte que le flux total en charge :

ΦCharge(Ie, I) < ΦVide(Ie). Cela se traduit par une chute de tension supplémentaire : c’est la
réaction magnétique d’induit.

Pour l‘annuler, la machine possède sur le stator des enroulements de compensation


parcourus par le courant d’induit : on dit que la machine est compensée. C’est souvent le cas.

BOURI ET MERZOUK 105


Electrotechnique Générale

• La distribution du courant d’induit par les balais et le collecteur provoque également une
légère chute de tension (souvent négligée).

VI.7. Exercices

Exercice 1
Un moteur à excitation indépendante fonctionne sous la tension d'induit U=230 V. En
fonctionnement nominal, l'induit est parcouru par un courant d'intensité I= 40 A. La
résistance de l'induit est : R=0,3 Ω et celle de l'inducteur est r = 120 Ω. Un essai à vide à la
fréquence de rotation nominale donne les résultats suivants : U0 = 225 V ; I0 = 1,2 A. Sachant
que la tension d'alimentation de l'inducteur est : Ue = 140 V calculer le rendement du
moteur.

Exercice 2
L'essai d'une machine à courant continu en générateur à vide à excitation indépendante a
donné les résultats suivants : fréquence de rotation : nG= 1500 tr/min ; intensité du courant
d'excitation Ie = 0,52 A ; tension aux bornes de l'induit : UG0 = 230 V.
La machine est utilisée en moteur. L'intensité d'excitation est maintenue constante
quelle que soit le fonctionnement envisagé. La résistance de l'induit est R =1,2 Ω.
1. le moteur fonctionne à vide; l'intensité du courant dans l'induit est I0 = 1,5 A et la
tension à ces bornes est U0 = 220 V Calculer :
- la force électromotrice.
- les pertes par effet joule dans l'induit.
- la fréquence de rotation.
- la somme des pertes mécaniques et des pertes fer.
- le moment du couple de pertes correspondant aux pertes mécaniques et pertes fer.
Ce moment sera supposé constant par la suite.
2. Le moteur fonctionne en charge. La tension d'alimentation de l'induit est U=220 V
et l'intensité du courant qui le traverse est I=10 A. Calculer :
- la force électromotrice
- la fréquence de rotation.
- le moment du couple électromagnétique.
- le moment du couple utile.

BOURI ET MERZOUK 106


Electrotechnique Générale

- la puissance utile.
On dispose d'un moteur à courant continu à excitation indépendante. Ce moteur fonctionne à
flux constant. L'induit du moteur a une résistance égale à 1 Ω.
I. A n1 = 1200 tr/min, le moteur développe un couple électromagnétique de moment
C1 = 60 N.m et l'intensité I1 du courant dans l'induit est égale à 26 A.
1. Démontrer que la force électromotrice du moteur est E1 = 290 V.
2. Calculer la tension U1 aux bornes de l'induit.
II. La tension appliquée à l'induit est U2 = 316 V. Le moment du couple électromagnétique
prend la valeur C2 = 100 N.m. On rappelle que pour ce type de moteur, le moment du
couple électromagnétique est proportionnel à l'intensité du courant dans l'induit et que la
force électromotrice est proportionnelle à la fréquence de rotation. Calculer :
1. l'intensité I2 du courant dans l'induit,
2. la f.e.m. E2 du moteur, et la fréquence de rotation n2 du rotor.

Exercice 3
Le moteur est à excitation indépendante et constante. On néglige sa réaction d'induit.
L’induit a une résistance r = 0,20 Ω. Il est alimenté sous une tension constante U
= 38 V.
1. A charge nominale, l'induit est parcouru par une intensité I = 5 A et il tourne à la
fréquence de rotation de 1000 tr/min.
1.1 Représenter le modèle équivalent de l’induit, en fléchant la tension et le courant.
1.2 Calculer la force électromotrice E de l’induit.
1.3 Calculer le moment du couple électromagnétique C.
1.4 Montrer que l’on peut exprimer E en fonction de la fréquence de rotation n suivant la
relation : E = k.n.
2. Par suite d'une variation de l'état de charge, l'intensité à travers l'induit devient I' = 3,8 A,
calculer :
2.1 Le nouveau moment du couple électromagnétique C',
2.2 La nouvelle fréquence de rotation n'. Comparer n et n'.

Exercice 4
On dispose d’un moteur à courant continu, à excitation indépendante. L’induit, de résistance
R = 0,50 fi, est alimenté par une tension continue U = 220 V.
L’inducteur absorbe un courant d’excitation i constant.

BOURI ET MERZOUK 107


Electrotechnique Générale

1- Le moteur fonctionne en charge. L’induit absorbe un courant I = 10 A. Le moteur fournit


une puissance utile Pu = 1,8 kW. Il tourne à une fréquence de rotation de 1200 tr/min.
a- Calculer la f.é.m du moteur.
b- Calculer le moment du couple utile.
2- Le moteur fonctionne à couple constant. L’induit absorbe toujours I = 10 A. Pour régler
la vitesse, on modifie la tension U.
a- Citer un dispositif électronique qui permet de faire varier cette vitesse.
b- La tension U prend la valeur U = 110 V : calculer la nouvelle f.é.m et la
fréquence de rotation correspondante.

BOURI ET MERZOUK 108


Electrotechnique Générale

CHAPITRE VII : MACHINES SYNCHRONES

VII.1. Champ magnétique tournant

VII.1.1. Magnétodynamique
Le champ magnétique tournant produit par un aimant en forme de U (fig. VII-1)) est
caractérisé par sa vitesse de rotation Ωs. Le champ magnétique produit au centre de trois
bobines alimentées par un système de tensions triphasées (fig. VII-2) est tournant avec une
vitesse de rotation

Fig. VII-1 : Aimant permanant en forme de U

BOURI ET MERZOUK 109


Electrotechnique Générale

Fig. VII-2 : Trois bobines alimentées par un système de tensions triphasées

𝜔 = 2. 𝜋. 𝑓 (VII-1)

Avec :
ω: pulsation des tensions triphasées
Expérience 1 :
Lorsqu’on fait tourner un aimant avec la vitesse Ωs au-dessus d’une aiguille aimantée
(dipôle) (fig. VII-3), l’aiguille tourne avec la vitesse Ω = Ωs, on dit que les mouvements de
l’aimant et de l’aiguille aimantée sont synchrones. Ωs est appelée vitesse de synchronisme.

Fig. VII-3 : Un aimant au- dessus d’une aiguille aimantée

C’est le principe des machines synchrones : L’aiguille (le rotor) tourne à la vitesse de
synchronisme du champ magnétique

𝛺 = 𝛺𝑠 (VII-2)

BOURI ET MERZOUK 110


Electrotechnique Générale

Expérience 2 :
Si on remplace l’aiguille par un disque métallique (cuivre ou aluminium) pouvant
tourner sur un pivot, la rotation de l’aimant entraîne celle du disque mais on observe que la
vitesse de rotation Ω du disque est plus faible que celle Ωs de l’aimant , on dit qu’il y a
glissement : Ω < Ωs
C’est le principe des machines asynchrones : Le champ magnétique produit au centre
des trois bobines alimentées par un système de tensions triphasées pour f = 50Hz (fig. VII-4 a)
est tournant et fait tourner le disque (rotor), (fig. VII-4 b) avec une vitesse un peu inférieure à
50tr/s.

a) b)
Fig.VII-4

VII.2. Machine synchrone triphasée


Le terme de machine synchrone regroupe les machines dont la vitesse de rotation Ω du
rotor est égale à la vitesse de rotation Ωs du champ magnétique tournant.
ii
La machine synchrone est réversible, elle peut fonctionner aussi bien en génératrice
qu'en moteur.
➢ Fonctionnement en GENERATRICE, elle fournit un courant alternatif →
ALTERNATEUR

➢ Fonctionnement en MOTEUR, elle fournit de l’énergie mécanique) → sa vitesse


de rotation est imposée par la fréquence du courant alternatif qui alimente l'induit
(stator).

BOURI ET MERZOUK 111


Electrotechnique Générale

VII.2.1. Générateur synchrone ou alternateur


Pour fonctionner en alternateur, l'inducteur (rotor) est entraîné mécaniquement en rotation.

VII.2.1.1. Constitution

a) Rotor ou inducteur
Le Rotor a pour rôle de générer le champ magnétique tournant.
Le rotor tourne à l’intérieur d’un stator composé de 3 bobines. Lorsque le champ magnétique
produit par le rotor passe devant les bobines (flux variable) du stator, il induit des courants à
l’intérieur de ces bobines.

Ces rotors sont bobinés et existent sous 2 formes : à pôles lisses ou à pôles saillants
constitué de noyaux magnétiques enroulés de bobines.
Ces bobines sont souvent associées en série pour permettre d’obtenir plusieurs dipôles
(un dipôle = une paire de pôle nord et sud). Ces rotors sont caractérisés par le nombre de paires
de pôles p.

Fig. VII-5 : Machine à pôles lisses

BOURI ET MERZOUK 112


Electrotechnique Générale

Fig. VII-6 : Machine à pôles saillants

Remarque :
Il existe 2 systèmes d’alimentation en courant continu des rotors :

➢ Soit par un système de contacts physique glissants entre ballais en charbons sur bagues
ou collecteurs.
➢ Soit une bobine sur le stator, alimentée en courant continu, crée un système triphasé
dans 3 enroulements du rotor dédiés à l’aimantation. Ce système triphasé est redressé
par un pont de diode pour donner un courant continu qui va alimenter le rotor et
l’aimanter. Ce pont de diodes, qui est embarqué sur le rotor, est appelé pont tournant
(il tourne avec le rotor, pas de contact entre le rotor et le stator)

Rotor à pôles saillants : un rotor à pôles saillants est constitué soit :

➢ D’aimants permanents (aimants naturels, matériaux diamagnétiques qui composent la


roue polaire. Utilisé pour les petites puissances (usuellement < 10 kW). N'ayant ni
collecteur ni balais, le moteur est appelé "brushless".
➢ D'électro-aimants alimentés en courant continu dont les pôles sont alternativement nord
et sud. Ce type de construction n’autorise pas de grandes vitesses de rotation (forte
puissance mais faible vitesse n < 1500 tr/min). La puissance d'un alternateur à pôles
saillants (p>>1) va de quelques kilovolts ampères à 250.000 kVA. Il est principalement
utilisé, dans les groupes électrogènes et dans les centrales hydrauliques (barrages), pour
la production d'énergie électrique du réseau national.

BOURI ET MERZOUK 113


Electrotechnique Générale

Rotor à pôles lisses (p = 2 ou 1 ; turboalternateur):


Le rotor est un cylindre plein dans lequel on a usiné des encoches. Il possède les plus
souvent deux pôles. Ce mode de construction qui assure une grande robustesse mécanique est
systématiquement adopté pour les alternateurs de fortes puissances (de 50 à 1500 MW) dont la
fréquence de rotation est élevée (3000 et 1500 tr/min). Le turboalternateur est utilisé pour la
production d’énergie électrique dans les centrales thermiques ou nucléaires.

b) Stator ou induit
Le Stator d’un alternateur est un circuit électromagnétique constitué d’un empilage de
tôles magnétiques qui contiennent des encoches dans lesquelles sont insérées 3 bobines formant
un bobinage triphasé généralement couplé en étoile.

VII.2.2.2. Fonctionnement
La génératrice synchrone transforme de l'énergie mécanique (C,Ω =2π.n) (du rotor) en
énergie électrique (au stator) (V, I de fréquence f, ω=2π.f).

Il y a création d’un système de tensions triphasées dans les bobinages du stator.

Fig. VII-7 : Génératrice synchrone triphasée

a) Vitesse de synchronisme
La fréquence des tensions :

𝑓 = 𝑛. 𝑝 (VII-3)

Avec :

p : Nombre de paires de poles

BOURI ET MERZOUK 114


Electrotechnique Générale

n : Vitesse de rotation du rotor

La pulsation de la f.e.m sinusoidale :

𝜔 = 2. 𝜋. 𝑓 = 2. 𝜋. 𝑛. 𝑝

La vitesse du champ tournant :

𝛺𝑠 = 2. 𝜋. 𝑛

2. 𝜋. 𝑓
𝛺𝑠 =
𝑝
𝜔
𝛺𝑠 = (VII-4)
𝑝

Vitesse de synchronisme :

𝑓
𝑛=
𝑝

𝛺𝑠 = 𝛺

b) Fonctionnement à vide
Les tensions générées correspondent aux f.e.m induites dans les bobinages du stator par le
champ tournant du rotor : V(t) = f.e.m. induite e(t) de chaque phase = Evide

BOURI ET MERZOUK 115


Electrotechnique Générale

Fig. VII-8 : Fonctionnement à vide

On utilise toujours la machine dans le domaine E(i) linéaire (non saturée). On montre
alors que la valeur efficace en Volts correspondantes des fem induites est de la forme :

𝐸𝑣𝑖𝑑𝑒 = 𝐸(𝑖 , 𝑛) = 𝛼 𝑛 𝑖 (VII-5)

Formule de Boucherot
En réalité 𝐸(𝑖 , 𝑛) est l’expression simplifiée de la tension à vide par enroulement :

𝐸𝑣 = 𝐾. 𝑁. 𝑝. 𝑛. 𝛷𝑚𝑎𝑥 = 𝐾. 𝑁. 𝑓. 𝑆. 𝐵𝑚𝑎𝑥 (VII-6)


Avec

Фmax = S Bmax,
f : Fréquence des f.e.m induites en hertz (f = n. p)
Ф : le flux sous un pôle de l’inducteur, qui est proportionnel au courant inducteur i (excitation)
p : le nombre de paires de pôles
n : vitesse du rotor en tr/s
K : une constante ou coefficient de Kapp
N : le nombre de conducteurs par phase

c) Fonctionnement en charge
Le schéma électrique équivalent de Behn-Eschenburg

BOURI ET MERZOUK 116


Electrotechnique Générale

Pour chaque phase :

Fig. VII-9 : Schéma électrique équivalent de Behn-Eschenburg

En appliquant la loi des mailles, on obtient :

𝐸̅ = ̅̅̅̅
𝛥𝑉 + 𝑉̅ (VII-7)

E : La f.e.m induite.

Avec :

̅̅̅̅ = ̅̅̅
𝛥𝑉 𝑍𝑠 . 𝐼 ̅ = 𝑅𝑠 . 𝐼 ̅ + 𝑗𝑋𝑠 . 𝐼 ̅ (VII-8)

La chute de tension :

̅̅̅̅
𝛥𝑉 = 𝐸̅ − 𝑉̅ (VII-9)

Le diagramme de Behn-Eschenburg

Fig. VII-10 : Diagramme de Behn-Eschenburg

BOURI ET MERZOUK 117


Electrotechnique Générale

Avec :
V : tension entre phase et neutre;
I = courant de ligne;
Rs = résistance d’un enroulement statorique ;
Xs = Ls.ω = réactance synchrone d’un enroulement statorique,
Zs = Impédance synchrone d’un enroulement

Remarque :
Xs étant proportionnel à ω donc à la vitesse de rotation, en pratique Xs >> Rs

La méthode analytique (complexe) :


𝐸̅ = 𝑅𝑠 . 𝐼 ̅ + 𝑗𝑋𝑠 𝐼 ̅ + 𝑉̅
𝐸̅ = 𝑅𝑠 𝐼 + 𝑉. 𝑐𝑜𝑠𝜑 + 𝑗(𝑋𝑠 𝐼 + 𝑉. 𝑠𝑖𝑛𝜑)
𝐸 2 = (𝑅𝑠 𝐼 + 𝑉. 𝑐𝑜𝑠𝜑)2 + (𝑋𝑠 𝐼 + 𝑉. 𝑠𝑖𝑛𝜑)2

𝐸 = √(𝑅𝑠 𝐼 + 𝑉. 𝑐𝑜𝑠𝜑)2 + (𝑋𝑠 𝐼 + 𝑉. 𝑠𝑖𝑛𝜑)2 (VII-10)

VII.2.2.3. Bilan de Puissance

Puissance fourni à l’alternateur ou Puissance absorbé par l’alternateur : Pa


Pa : Puissance mécanique pour faire tourner le rotor + Puissance électrique consommée par
l’inducteur (pour créer le champ magnétique = pertes joules)

𝑃𝑎 = 𝑃𝑚𝑒𝑐 + 𝑃𝑗𝑟 (VII-11)

Puissance utile = P2 = Puissance électrique fourni à la charge triphasée

𝑃𝑢 = √3. 𝑈𝐼𝑐𝑜𝑠𝜑 (VII-12)

Le rendement peut alors être écrit de 2 façons selon les données :


𝑃𝑢 √3.𝑈.𝐼.𝑐𝑜𝑠𝜑 √3.𝑈.𝐼.𝑐𝑜𝑠𝜑
𝜂= = = (VII-13)
𝑃𝑎 𝑃𝑚𝑒𝑐 +𝑃𝑗𝑟 √3.𝑈.𝐼.𝑐𝑜𝑠𝜑+𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠

BOURI ET MERZOUK 118


Electrotechnique Générale

𝑃𝑚𝑒𝑐 = 𝐶𝑢 . 𝛺 = 𝐶𝑢 . 2. 𝜋. 𝑛 (VII-14)

Cu : couple utile sur le rotor (arbre)


Pertes : Pertes globales
Pertes = pertes collectives ou pertes constantes (mécanique et magnétique)+ pertes électriques
(pertes Joules dans le stator Pjs et pertes Joules dans le rotor Pjr)

VII.2.2. Moteur synchrone

Le moteur synchrone converti la puissance électrique en puissance mécanique.

VII.2.2.1. Constitution
a) Stator
Le stator d'un moteur triphasé comprend essentiellement : un noyau en fer feuilleté de
manière à canaliser le flux magnétique, et des enroulements (ou bobinage en cuivre) des trois
phases logées dans les encoches du noyau. Les enroulements sont au nombre minimum de trois
décalés l'un de l'autre de 120°.

Le stator de la machine est alimenté en triphasé avec la fréquence f crée alors un champ
magnétique tournant à la vitesse de rotation n tel que :

BOURI ET MERZOUK 119


Electrotechnique Générale

𝑓 = 𝑛. 𝑝

b) Rotor
Le rotor est la partie mobile du moteur synchrone. Il se compose essentiellement d'une
succession de pôles Nord et Sud intercalés sous forme d'aimants permanents ou de bobines
d’excitation alimentées en continu. Les conducteurs des bobinages du rotor parcourut par un
courant continu et placé dans le champ magnétique tournant du stator sont soumis aux force de
Laplace → couple électromagnétiques → le rotor tourne à la même vitesse que la vitesse n du
champ tournant.
Couplé mécaniquement à un treuil d'ascenseur par exemple, il va créer un couple moteur
capable de fournir un travail de montée et de descente de la cabine d'ascenseur.

VII.2.2.2. Pilotage de la vitesse de rotation


Pendant longtemps, ce moteur fût relativement peu utilisé en raison de sa difficulté à
réguler sa vitesse.

En effet, la vitesse de rotation du rotor peut être pilotée en intervenant sur :


- Le nombre de paires de pôles p (moteur à nombre de pôles variable, cas très rares),
- La fréquence f . Grâce au progrès de l'électronique de puissance les variateurs de vitesse par
contrôle de la fréquence sont actuellement le procédé le plus courant. Il permet :
• Un démarrage avec fréquence statorique faible voire nulle (car le rotor "accrocher"
difficilement un champ tournant statorique trop rapide) ;
• La limitation du courant de démarrage (de l'ordre de 1,5 fois le courant nominal),
• Un couple constant quelle que soit la vitesse du moteur.

VII.2.2.3. Fonctionnement
Le stator de la machine est alimenté en triphasé ; il se crée alors un champ magnétique tournant
à la vitesse de rotation n = f / p → le rotor de la machine tourne lui-aussi à la vitesse de
rotation n.

BOURI ET MERZOUK 120


Electrotechnique Générale

Fig. VII-11: Moteur synchrone triphasé

Schéma électrique de Behn- Echenberg


Pour chaque phase :

Fig. VII-12 : Schéma électrique de Behn- Echenberg

En appliquant la loi des mailles, on peut écrire :

̅̅̅̅ + 𝐸̅
𝑉̅ = 𝛥𝑉 (VII-15)

Avec :

̅̅̅̅
𝛥𝑉 = ̅̅̅
𝑍𝑠 . 𝐼 ̅ = 𝑅𝑠 . 𝐼 ̅ + 𝑗𝑋𝑠 . 𝐼 ̅ (VII-16)

La chute de tension :

̅̅̅̅ = 𝑉̅ − 𝐸̅
𝛥𝑉 (VII-18)

E : force contre électromotrice.

VII.2.2.4. Rendement d'un moteur synchrone :

BOURI ET MERZOUK 121


Electrotechnique Générale

Pu Cu Ω
η= = (VII-19)
Pa √3UIcosφ

VII.2.3. Utilisation d’une machine synchrone en compensateur


synchrone
Pour économiser de l’argent sur la facture d’électricité, le relèvement du cos est
nécessaire, il peut être fait avec des condensateurs (qui produisent de l’énergie réactive) mais
aussi avec une machine synchrone qui sera utilisée en moteur à vide ou compensateur
synchrone.
On appelle compensateur synchrone une machine synchrone tournant à vide dont la
seule fonction est de consommer ou de fournir de la puissance réactive au réseau. C’est en
ajustant le courant d’excitation qu’il est possible de fournir de l’énergie réactive (la machine
est surexcitée) ou de consommer de l’énergie (si la machine est sous excitée). De telles
machines sont utilisées notamment pour fournir de l’énergie réactive lorsque le réseau est
chargé, et pour absorber l’énergie réactive générée par les lignes lorsque la consommation est
faible. Le réglage de la valeur du courant d’excitation qui alimente le rotor permet de faire
varier la puissance réactive du moteur : (en convention générateur)

Si la puissance réactive est absorbée par le moteur (Q < 0), son fonctionnement est
inductif (exemple du TGV, le moteur sert à entraîner une charge, son avantage sur le moteur
asynchrone étant sa vitesse qui est constante).

Si la puissance réactive est produite par le moteur (Q > 0), son fonctionnement est
capacitif, c’est un compensateur synchrone (exemple du relèvement du cos).

VII.3. Exercices

Exercice 1
Une machine synchrone triphasée, à 6 pôles par phase, est prévue pour fonctionner sur un réseau

:220/380V ;50Hz

Un essai à vide à 50Hz de cette machine a donné les valeurs suivantes :

BOURI ET MERZOUK 122


Electrotechnique Générale

La résistance du stator a été mesurée entre deux bornes du stator et a donné Rm = 1, 4Ω . Un essai
en débit réactif a donné :J = 35 A , I = 20 A , U = 291 V.

A quelle vitesse, doit -on entraı̂ner cette machine pour que la fréquence soit de 50 Hz . 2- Déterminer la résistance
R et la réactance synchrone Xs

La machine est utilisée en alternateur débitant sur le réseau. Elle débite son courant nominal 20 A
avec le meilleur facteur de puissance possible. Déterminer le courant d’excitation correspondant à
ce point de fonctionnement.

On utilise maintenant la machine synchrone en compensatrice synchrone. Une installation absorbe


une puissance P2 = 10kW avec un cos φ = 0,7 et on souhaite relever le facteur de puissance à 1.
Déterminer alors le courant d’excitation.

Exercice 2

Sur la plaque signalétique d’une machine synchrone triphasée, on lit :

Tension d’un enroulement statorique :380, fréquence 50 Hz, I = 20 A, ns = 1000tr/mn. On a


effectué les essais de cette machine couplée en triangle.

-Essai à vide

Essai en débit réactif :

En faisant débiter le stator sur une inductance pure on a relevé : Ie = 7A ; I = 30 A et U = 250 V

Mesure de la résistance statorique entre deux bornes :Rm = 0, 8Ω

1- Questions préliminaires.

a)Déterminer le nombre de pôles par phase de cette machine.

b)Calculer la puissance apparente de cette machine.

BOURI ET MERZOUK 123


Electrotechnique Générale

c) Calculer la résistance R du schéma équivalent par phase. d)Déterminer l’impédance de Behn-


Eschenburg Lw de cette machine.

Cette machine est accrochée sur le réseau 3x380V et est entraı̂née par une éolienne . On veut faire
débiter à cette machine sa puissance nominale avec le meilleur facteur de puissance possible.
Déterminer le courant d’excitation nécessaire.

Cette machine toujours accrochée sur le réseau 3x380V et toujours entraı́née par son éolienne,
fournit au réseau une puissance active de 18 kW et débite des courants statoriques d’intensité 30 A.

Déterminer la puissance réactive absorbée par la machine synchrone si son comportement est inductif.

En déduire la valeur de la f.e.m. de la machine et de son courant d’excitation.

En considérant que les pertes constantes de la machine synchrone sont de 800W, calculer les pertes
joules, la puissance sur l’arbre de la machine et le couple fournit par l’eolienne.

Exercice 3
Un alternateur triphasé dont les enroulements de stator sont couplés en étoile, fournit en charge
nominale, un courant I = 200 A sous une tension entre phases U = 5KV lorsque la charge est
inductive et de facteur de puissance est égal à 0.87. La résistance d’un enroulement statorique vaut
R = 0, 20Ω . La vitesse de rotation de la roue polaire est ns = 750tr/min. Les tensions produites
ont pour fréquence f = 50 Hz. L’ensemble des pertes constantes et par effet Joule dans le rotor
atteint 55 kW. Un essai à vide, à la fréquence de rotation nominale, a donné les résultats suivants
pour lesquels Ie est l’intensité du courant d’excitation et E0 la valeur efficace de la tension entre
phases.

Un essai en courtcircuit a donné, pour un courant déxcitation d’intensité Ie = 40A, un courant dans
les enroulements du stator Icc =2, 5kA.

Quel est le nombre de poles du rotor

Calculer la réactance synchrone Xs de l’alternateur lorsqu’il n’est pas saturé On supposera X


constante pour la suite.

BOURI ET MERZOUK 124


Electrotechnique Générale

En déduire la f.e.m. synchrone E au point de fonctionnement nominal.

Calculer la puissance nominale fournie par l’alternateur et le rendement au point de


fonctionnement nominal.

Exercice 4
La plaque signalétique d’une machine synchrone triphasée porte les indications suivantes : 100
kVA; 400 V ; 50 Hz ; 1000 tr/min. Son bobinage statorique comporte quatre encoches par pole et
par phase et chaque encoche contient deux conducteurs. La machine est couplée en

étoile.

Un essai à vide, en alternateur, à vitesse de synchronisme a montré que sa caractéristique E = f(Ie)


est une droite passant par l’origine et par le point E = 200 V pour Ie = 20 A.

Un essai en courtcircuit à la vitesse de synchronisme montre que la caractéristique Icc = f(Ie) est
aussi une droite passant par l’origine et par le point Icc = 205A pour Ie = 30A.

La résistance des enroulements statoriques est supposée négligeable. 1-Quel est le nombre de pôles
de cette machine.

Déterminer le flux maximal à travers un enroulement statorique lorsque Ie = 23 A

; sachant que le coefficient de Kapp de cette machine est 2,15.

Déterminer la réactance synchrone d’un enroulement statorique de cette machine. La machine


fonctionne en alternateur.

Déterminer Ie pour que la machine fournisse son intensité nominale, sous sa tension nominale, à une
charge inductive de facteur de puissance 0,93.

La machine fonctionne en moteur, alimentée par un réseau triphasé 220/3800 V, 50 Hz. Elle
développe un couple de moment Cu= 610 N.m.

Le rendement du moteur étant égal à 0.96 .Déterminer l’intensité efficace au stator sachant que le
facteur de puissance du moteur est égal à 1.

Quel est alors la valeur de Ie .

On règle Ie à 18,8 A. Sous la tension nominale, le moteur demande alors un courant en ligne
d’intensité 120 A. Quel est le déphasage courant-tension

BOURI ET MERZOUK 125


Electrotechnique Générale

CHAPITRE VIII : MACHINES ASYNCHRONES

VIII.1. Généralité
Le terme asynchrone provient du fait que la vitesse de cette machine n'est pas forcément
proportionnelle à la fréquence des courants qui la traverse.
Bien que réversible, la machine asynchrone est principalement à l'origine utilisée en
moteur uniquement. Mais grâce à l'électronique de puissance, elle est de plus en plus souvent
utilisée en génératrice (c’est le cas des éoliennes).
La machine asynchrone, appelée machine à induction, est une machine
électrique à courant alternatif sans connexion entre le stator et le rotor. C'est en effet le rotor
qui distingue la machine asynchrone de la machine synchrone. Le rotor est en général à cage
d'écureuil :

BOURI ET MERZOUK 126


Electrotechnique Générale

Fig. VIII-1: Rotor à cage d’écureuil

Il comporte un certain nombre de barreaux en cuivre et en aluminium reliés


électriquement entre eux par deux cercles en aluminium situés aux deux extrémités
(conducteurs en court-circuit).

Le stator est en souvent à 4 paires de pôles.

La machine est dite asynchrone car elle est dans l'impossibilité, sans la présence d'un
entraînement extérieur, d'atteindre la même vitesse que le champ statorique. La différence de
vitesse entre le rotor et le champ statorique est appelée vitesse de glissement.

VIII.1.1. Glissement
Soit n la vitesse de rotation du rotor → Ω = 2π.n = pulsation du rotor
Soit ns la vitesse de rotation du champ magnétique B → Ωs = 2π.ns = pulsation de B
Le glissement g mesure l'écart relatif de la vitesse de rotation de la machine (rotor) par rapport
à la vitesse de synchronisme (vitesse de rotation de B):

𝑛𝑠 −𝑛 𝛺𝑠 −𝛺
𝑔= = (VIII-1)
𝑛𝑠 𝛺𝑠

𝑛 = 𝑛𝑠 (1 − 𝑔) (VIII-2)

VIII.1.2. Couple électromagnétique d’une Machine


Asynchrone
On montre que l'expression du couple en fonction du glissement Cem(g) possède une
symétrie par rapport à l'origine.

Mais :

BOURI ET MERZOUK 127


Electrotechnique Générale

𝛺𝑠 − 𝛺
𝑔= ⇒ 𝛺 = 𝛺𝑠 (1 − 𝑔) = 2. 𝜋. 𝑛
𝛺𝑠

𝜔 = 2. 𝜋. 𝑓 = 2. 𝜋. 𝑝. 𝑛𝑠 = 𝑝𝛺𝑠

𝜔 (1 − 𝑔)2. 𝜋. 𝑓
𝛺𝑠 = ⇒ 𝛺 = 2. 𝜋. 𝑛 =
𝑝 𝑝

(1−𝑔).𝑓
𝑛= (VIII-3)
𝑝

Fig. VIII-2 : couple en fonction du glissement Cem(g)

VIII.2. Moteur asynchrone

VIII.2.1. constitution
C'est une machine à induction asynchrone qui transforme de l'énergie électrique en
énergie mécanique.

L'inducteur est situé au stator, l'induit au rotor. Il n’y a pas de connexion entre le stator
et le rotor.

- Le stator identique à celui de la machine synchrone est relié au réseau (ou à un variateur de
vitesse).

BOURI ET MERZOUK 128


Electrotechnique Générale

- Le rotor est constitué de conducteurs en court-circuit .

Il existe deux sortes de rotors :

- Rotor à “cage d'écureuil” (robuste et bon marché) : constitué de barres métalliques identiques,
parallèle à l’axe de rotation. De chaque côté, les extrémités de ces barres sont réunies entre elles
par des couronnes métalliques peu résistives. L’ensemble forme donc une cage appelée : « cage
d’écureuil »

Fig. VIII-3 : Rotor à cage

- Rotor bobiné : les tôles empilées sont munies d’encoches où sont placés des conducteurs
formant un bobinage généralement triphasé. 3 bagues et 3 balais permettent d’accéder aux
enroulements.

Fig. VIII-4 : Rotor bobiné

BOURI ET MERZOUK 129


Electrotechnique Générale

Le champ magnétique tournant est obtenu grâce aux trois bobines du stator, décalés
géométriquement de 120° et alimentées par un système de tension triphasé.

L'enroulement au rotor est donc soumis à des variations de flux (du champ magnétique
tournant statorique). Une force électromotrice induite apparaît qui crée des courants fort dans
les barreaux du rotor (car étant court-circuités) . Ces courants induits sont responsables de
l'apparition d'un couple qui tend à mettre le rotor en mouvement afin de s'opposer à la variation
de flux : loi de Lenz. Le rotor se met donc à tourner pour tenter de suivre le champ statorique
à une vitesse légèrement au-dessous de la vitesse synchrone du champ magnétique tournant
produit par le stator.

La vitesse de rotation du champ est imposée par la fréquence f (ω = 2π f ) des courants


statoriques. C’est-à-dire que sa vitesse de rotation est proportionnelle à la fréquence de
l'alimentation électrique.

La vitesse ns de ce champ tournant est appelée vitesse de synchronisme

Comme chaque bobine du stator comporte deux pôles magnétiques = 1 dipôle → 𝑓 = 𝑛𝑠


Mais on peut construire, et c’est en général le cas, des bobines avec 2 paires de pôles, 4 paires
de pôles.
𝑓
p paires de pôles → 𝑓 = 𝑝. 𝑛𝑠 → 𝑛𝑠 = 𝑝
𝜔
𝜔 = 2. 𝜋. 𝑓 = 2. 𝜋. 𝑛𝑠 . 𝑝 = 𝛺𝑠 . 𝑝 → 𝛺𝑠 = : pulsation de synchronisme
𝑝

Remarque :

Les courants étant alternatifs, on aura périodiquement pour chaque bobine les pôles nord
et sud du champ magnétique qui vont s’inverser, pour changer le sens de rotation, il suffit
d’intervertir 2 phases.

VIII.2.2. Glissement
En charge : < Ωs la machine fonctionne en moteur
A vide : Un moteur asynchrone tourne pratiquement à la vitesse de synchronisme : = s

BOURI ET MERZOUK 130


Electrotechnique Générale

Remarques :

En fonctionnement normal (nominal), le glissement est de l’ordre de quelques pourcents.

VIII.2.3. Bilan de puissance du moteur asynchrone

Fig. VIII-5 : Bilan de puissance du moteur asynchrone


P1 = Puissance électrique d’entrée (absorbée) :

𝑃𝑎 = √3. 𝑈. 𝐼. 𝑐𝑜𝑠𝜑 (VIII-4)

U : tension composée (entre phases) en volt ;

I : intensité dans un fil de ligne, en ampère

𝑃𝑡𝑟 = 𝑃𝑎 − 𝑃𝑗𝑠 = 𝐶𝑒𝑚 . 𝛺𝑠 (VIII-5)

Ptr : puissance transmise électromagnétique du stator au rotor

Cem : couple électromagnétique,

s = vitesse synchrone du champ magnétique en rd/s

𝑃𝑢 = 𝐶𝑢 . 𝛺 = 𝐶𝑒𝑚 . 2. 𝜋. 𝑛 (VIII-6)

Pu : puissance mécanique en Watt

Cu : couple utile moteur en mètre newtons

 : vitesse du rotor en radian par seconde.

• Pertes Joule au rotor :

BOURI ET MERZOUK 131


Electrotechnique Générale

𝑃𝑗𝑟 = 𝑃𝑡𝑟 − 𝐶𝑒𝑚 . 𝛺 (VIII-7)

𝑃𝑗𝑟 = 𝐶𝑒𝑚 (𝛺𝑠 − 𝛺)

𝑃𝑗𝑟 = 𝑔. 𝐶𝑒𝑚 . 𝛺𝑠

𝑃𝑗𝑟 = 𝑔. 𝑃𝑡𝑟 (VIII-8)

• Les pertes fer sont essentiellement localisées au stator (elles sont négligeables dans le
rotor).

𝑃𝑢 = 𝐶𝑢 . 𝛺 (VIII-9)

𝑃𝑢 = 𝑃𝑗𝑟 − 𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠 (VIII-10)

• Le rendement :

𝑃𝑗𝑟
𝜂= (VIII-11)
𝑃𝑗𝑟

√3.𝑈.𝐼.𝑐𝑜𝑠𝜑−𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠
𝜂= (VIII-12)
√3.𝑈.𝐼.𝑐𝑜𝑠𝜑

𝐶𝑢 .𝛺
𝜂= (VIII-13)
𝐶𝑢 .𝛺+𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠

𝐶𝑢 .𝛺
𝜂= (VIII-14)
√3.𝑈.𝐼.𝑐𝑜𝑠𝜑

𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠 = 𝑃𝑓𝑒𝑟 + 𝑃𝑗𝑠 + 𝑃𝑗𝑟 + 𝑝𝑚 (VIII-15)

Pfer: Pertes fer stator

Pjs: Pertes joule statorique

Pjr: Pertes joule rotorique

Pm: Pertes mécaniques

Le seul inconvénient du moteur asynchrone est l’énergie réactive, toujours consommée pour
magnétiser l’entrefer.

BOURI ET MERZOUK 132


Electrotechnique Générale

VIII.3. Modèle d’une phase de la machine asynchrone


Le modèle schéma (basé sur les équations électriques de la MA) ramené au stator est le plus
fréquent car il est simple d'emploi (on a supposé le couplage étoile).

Fig. VIII-6 : Modèle d’une phase de la machine asynchrone


𝑅𝑟 : Résistance du rotor
𝑅𝑠 : Résistance du stator
𝑅𝑓 : Résistance fer
g : glissement
𝑋𝑠 = 𝐿𝑠 𝜔 : Réactance du stator
𝑅
𝑅 = 𝑚𝑟2 : Résistance du rotor ramenée au stator :
𝐿𝑟 𝜔
𝑋 = 𝐿𝜔 = : Réactance du rotor ramené au stator
𝑚2

m : rapport de transformation entre un enroulement stator et son équivalent rotor.

VIII.3.1. Détermination des éléments du modèle


Essai en continu → Rs
Essai à vide (synchronisme) → g = 0 , 1/g = infini, Ir = 0 → Pjr = 0,

𝑃𝑎𝑣 = 𝑃𝑗𝑠𝑣 + 𝑃𝑓𝑟 + 𝑝𝑚 (VIII-16)

Le modèle équivalent d'une phase de la machine devient :

BOURI ET MERZOUK 133


Electrotechnique Générale

Fig. VIII-7 : Le modèle équivalent d'une phase de la machine asynchrone

𝑃𝑗𝑠𝑣 = 3. 𝑅𝑠 . 𝐼𝑣2 (VIII-17)

3𝑉 ′2
𝑃𝑓𝑠 = 𝑃𝑎𝑣 − 𝑝𝑚 − 𝑃𝑗𝑠𝑣 = (VIII-18)
𝑅𝑓

𝑅𝑠 𝐼𝑣 ≪ 𝑉𝑣 → 𝑉 ′ ≈ 𝑉𝑣

3𝑉 2
𝑄𝑎𝑣 = √(3𝑉𝑣 𝐼𝑣 )2 − 𝑃𝑎𝑣
2 = (VIII-19)
𝑋𝑠

Essai rotor bloqué (on maintien le rotor immobile) → n = 0, g = 1


Pour que le couple ne soit pas trop important (et afin de limiter l'intensité du courant
à une valeur acceptable), il faut :
Tension réduite → pas de pertes fer,
Rotor bloqué → pas de pertes mécaniques.
La puissance absorbée est donc intégralement consommée en pertes joule:

Fig. VIII-8 : Essai rotor bloqué


Vcc: Tension réduite

𝑉 ′ : faible → 𝐼μ𝑐𝑐 ≪ 𝐼𝑐𝑐

BOURI ET MERZOUK 134


Electrotechnique Générale

𝑉 ′ < 𝑉𝑐𝑐

2
𝑃𝑎𝑐𝑐 = (𝑅𝑠 + 𝑅). 𝐼𝑐𝑐 = 3. 𝑉𝑐𝑐 . 𝐼𝑐𝑐 . 𝑐𝑜𝑠𝜑 (VIII-20)

2 = 3𝑋𝐼 2
𝑄𝑎𝑐𝑐 = √(3𝑉𝑐𝑐 𝐼𝑐𝑐 )2 − 𝑃𝑎𝑐𝑐 (VIII-21)

VIII.3.2. Caractéristique mécanique Cu(n)


La caractéristique du couple que cette machine fournie fait apparaître un maximum
appelé à-coup de couple au démarrage (gênant pour la mécanique entraînée) qui correspond à
une pointe d’intensité de 5 à 10 fois In nuisible pour le réseau d’alimentation. Il sera donc
nécessaire de la réduire. Pour cela, on utilise un système de démarrage qui se chargera
d'adapter les tensions appliquées à la machine afin de limiter ce courant.

Exemple : démarrage sous tension réduite, ou bien par autotransformateur, ou bien étoile-
triangle…..

Fig. VIII-9 : Caractéristique mécanique Cu(n)

BOURI ET MERZOUK 135


Electrotechnique Générale

VIII.4. Génératrice asynchrone

VIII.4.1. fonctionnement
C'est une machine à induction asynchrone qui transforme de l'énergie mécanique en
énergie électrique. Le stator est en général à quatre pôles et le on rotor est généralement à cage
d'écureuil.

Lorsqu’on tourne le rotor à exactement la vitesse synchrone de la génératrice, il ne se


passe rien ! Par contre, si le rotor tourne à une vitesse supérieure à celle de synchronisme du
champ magnétique tournant (fonctionnement hypersynchrone), le stator commence à induire
un courant fort dans le rotor. Plus nous faisons tourner vite le rotor, plus grande sera la puissance
transférée comme une force électromagnétique au stator et ensuite convertie en électricité.

Cependant, ces machines asynchrones ne possèdent pas comme les alternateurs un


circuit d'excitation. II faut donc leur fournir la puissance de magnétisation aussi bien en
génératrice qu'en moteur (une puissance non utilisable appelée puissance fictive réactive
correspondant à une composante du courant à facteur de puissance nul).

Ainsi, pour réaliser la transformation énergétique mécanique électrique la machine doit


être :

• Le rotor doit être entraînée au-delà de la vitesse de synchronisme (n > ns, variable
suivant la charge);

BOURI ET MERZOUK 136


Electrotechnique Générale

• Le stator doit être alimenté en courant afin de créer le champ magnétique nécessaire
pour faire apparaître les courants rotoriques. Ce courant stator peut être emprunté au
réseau ou bien être obtenu de façon statique en branchant en parallèle à la machine une
batterie de condensateurs (fonctionnement autonome pour alimenter une charge
isolée).

VIII.4.2. Bilan de puissance de la génératrice asynchrone

Fig. VIII-10 : Bilan de puissance de la génératrice asynchrone

VIII.4.3. Glissement de la génératrice


La différence entre la vitesse de rotation à la puissance maximale et celle à vide est très
petite, d'environ 1 %. Cette différence exprimée en pourcentage de la vitesse synchrone est
également appelée le glissement de la génératrice (g < 0 ).

Le fait que la génératrice augmente ou diminue légèrement sa vitesse en fonction


des variations contraire du couple (voir zone de fonctionnement moteur de Cem(n)) , est une
caractéristique mécanique très utile, qui fait son choix comme génératrice asynchrone au
lieu d'une génératrice synchrone dans les éoliennes raccordée directement au réseau
électrique.

VIII.4.4. Double utilisation de la Machine Asynchrone


Le démarrage de la machine est habituellement assuré par une machine d'entraînement.
On utilise dans certains cas momentanément la machine en moteurs pour assurer ou faciliter le
lancement du groupe générateur.

BOURI ET MERZOUK 137


Electrotechnique Générale

Dans un moteur d'induction alimenté à partir d'un réseau, la tension appliquée aux
bornes du bobinage induit dans le circuit magnétique un flux tournant par rapport au stator qui
tend à entraîner le rotor conformément aux lois de l'induction. Au lieu de charger la machine,
il est également possible de l'entraîner à l'aide d'un moteur, une turbine hydraulique par
exemple. A ce moment le couple appliqué va l'entraîner un peu plus vite que le flux tournant :
le glissement change de signe en même temps que la puissance active électrique :

- absorbée sur le réseau pour le fonctionnement en moteur,


- fournie au réseau pour le fonctionnement en génératrice.

VIII.5. Exercices
Exercice 1
Les tensions indiquées sur la plaque signalétique d'un moteur triphasé sont : 400 V / 690 V

50 Hz (cela signifie que la tension nominale aux bornes d’un enroulement est de 400 V). Quel
doit être le couplage du moteur sur un réseau triphasé 230 V / 400 V ?

Et sur un réseau triphasé 400 V / 690 V ?

Exercice 5

La plaque signalétique du moteur asynchrone d’une fraiseuse porte les indications suivantes : 3
Δ 50 Hz

Δ 220 V 11 A

Y 380 V 6,4 A

1455 tr/min cos φ = 0,80

Le moteur est alimenté par un réseau triphasé 50 Hz, 380 V entre phases.

Quel doit être le couplage de ses enroulements pour qu’il fonctionne normalement ? 2- Quel est
le nombre de pôles du stator ?

Calculer le glissement nominal (en %).

Un essai à vide sous tension nominale donne : puissance absorbée : Pa = 260 W ; intensité du
courant de ligne :I = 3,2 A Les pertes mécaniques sont évaluées à 130 W.

BOURI ET MERZOUK 138


Electrotechnique Générale

La mesure à chaud de la résistance d’un enroulement du stator donne r = 0,65 Ω. En déduire les
pertes fer.

Pour le fonctionnement nominal, calculer :

1. Les pertes par effet Joule au stator


2. Les pertes par effet Joule au rotor
3. Le rendement
4. Le couple utile Cu

Exercice 2
Un moteur triphasé tétrapolaire à cage d’écureuil possède les caractéristiques suivantes : 230 V
/ 400 V 50 Hz.

La résistance d'un enroulement statorique, mesurée à chaud, est R = 0,70 Ω. Ce moteur est
alimenté par un réseau 400 V entre phases. Déterminer :

1. Le couplage du moteur
2. La vitesse de synchronisme

A vide, le moteur tourne à une vitesse proche de la vitesse de synchronisme, absorbe un courant
de 5,35 A et une puissance de 845 W.

Déterminer :

1. Les pertes Joule statoriques à vide


2. Les pertes fer statoriques sachant que les pertes mécaniques s’élèvent à 500 W.

A la charge nominale, le courant statorique est de 16,5 A, le facteur de puissance de 0,83 et la


vitesse de rotation de 1400 tr/min.

Calculer :

3. Les pertes Joule statoriques en charge


4. La puissance absorbée
5. La puissance transmise au rotor (les pertes fer statoriques sont sensiblement les mêmes
qu’à vide)
6. Le glissement
7. Les pertes Joule rotoriques en charge

BOURI ET MERZOUK 139


Electrotechnique Générale

8. La puissance utile en bout d'arbre (les pertes mécaniques sont sensiblement les mêmes
qu’à vide)
9. Le moment du couple utile
10. Le rendement.

Exercice 3
La caractéristique mécanique d'un moteur asynchrone est donnée ci-dessous :

Ce moteur entraîne un compresseur dont le couple résistant est constant et égal à 4 Nm. 1-1- Le
démarrage en charge du moteur est-il possible ?

1-2- Dans la zone utile, vérifier que Cu = - 0,12n + 120

1-3- Déterminer la vitesse de rotation de l'ensemble en régime établi. 1-4- Calculer la puissance
transmise au compresseur par le moteur.

Ce moteur est maintenant utilisé pour entraîner une pompe dont le couple résistant est donné
en fonction de la vitesse de rotation par la relation suivante :

-5
Cr = 10 n² avec Tr en Nm et n en tr/min.

2-1- Représenter sur le graphique précédent la courbe Cr (n).

2-2- En régime établi, déterminer la vitesse de rotation de l'ensemble ainsi que le couple utile
du moteur.

BOURI ET MERZOUK 140


Électrotechnique Générale

Références
[1] Theodor Wildi ; « Electrotechnique » ; 3ème édition ; De Boeck université

[2] Lasne. L. « Exercices et problèmes d’Electrotechnique » ; Notions de base et machines


électriques. Edition DUNOD. 2005.

[3] Dominique Bareille ; Jean-Pierre Daunis, ; « Electrotechnique : transformateurs et


machines tournantes » ; Edition DUNOD. 2006
[4] A. Blajkine, Electrotechnique Générale ; 3ème édition de Mir ; 1977
[5] Frank Ayres; Electrotechnique Générale ; édition Angers : Ademe ; 1977

BOURI ET MERZOUK 141

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi