Vous êtes sur la page 1sur 3

Lycée Ste-Marie Fénelon Classe de PC/PC*

Année 2021/2022 Mathématiques

Chapitre 5
Applications à valeurs dans un e.v.n.
de dimension finie
Exercices

Topologie
– Exercice 1 – ? Normes et boules, ccp psi 2006
Soient E un R espace vectoriel et N1 , N2 deux normes sur E.
1. On note B1 = {x ∈ E/N1 (x) 6 1} et B2 = {x ∈ E/N2 (x) 6 1}.
Montrer
B1 = B2 ⇒ N1 = N2 .

2. Même question avec les boules unités ouvertes.

– Exercice 2 – ? Fermé comme limite d’ouverts !


Montrer que tout fermé peut s’écrire comme intersection d’une suite décroissante d’ouverts.

– Exercice 3 – ? Produit d’ouverts

1. Soient B1 ⊂ Rn et B2 ⊂ Rm des boules ouvertes. Montrer que B1 × B2 ⊂ Rn+m est un ouvert.


2. Soit A un ouvert de R2 et B un ouvert de R. Montrer que A × B est un ouvert de R3 .

– Exercice 4 – ? Topologie de l’ensemble des termes d’une suite


Soit (un ) une suite de R ou C. Démontrer que, si lim |un | = +∞, alors l’ensemble U = {un , n ∈ N} est fermé.
n→∞

– Exercice 5 – ?? Topologie de la somme, Oral Mines-Ponts PC/PSI


Soient A et B deux parties non vides d’un espace vectoriel normé E. On définit :

A + B = {z ∈ E; ∃x ∈ A, ∃y ∈ B, z = x + y} .

1. Montrer que si A ouverte alors A + B est ouverte.


2. Montrer que, si A est compacte et B fermée, alors A + B est un fermé.
3. Montrer, à l’aide d’un contre-exemple, que A et B fermées n’implique pas nécessairement A + B fermée.

– Exercice 6 – Frontière
Soit A une partie d’un espace vectoriel normé E. Établir que sa frontière Fr(A) est une partie fermée.

– Exercice 7 –
On définit un sous-ensemble A de R2 en posant

A = {(x, y) ∈ R2 | x2 + y 2 6 2} \ {(x, y) ∈ R2 | (x − 1)2 + y 2 < 1}.


Déterminer l’adhérence, l’intérieur et la frontière de A.

– Exercice 8 – Frontière
Soit A une partie d’un espace vectoriel normé E.
1. Montrer que la partie A est fermée si, et seulement si, Fr(A) ⊂ A.
2. Montrer que la partie A est ouverte si, et seulement si, A ∩ Fr(A) = ∅.

– Exercice 9 – ?? Adhérence, oral Mines-Ponts MP 2000


 
On pose E = C [0, 1], R , et F = f ∈ E | f (0) = f (1) = 0 .
Déterminer l’adhérence F de F lorsque E est muni respectivement des normes k·k∞ et k·k1 .

Espaces vectoriels normés de dimension finie


– Exercice 10 – CNS pour une norme, ccp psi 2006
Soient a1 , . . . , an des réels et N : Kn → R l’application définie par N (x1 , . . . , xn ) = a1 |x1 | + · · · + an |xn |. À quelle
condition sur les a1 , . . . , an , l’application N définit-elle une norme sur Kn ?

– Exercice 11 – Topologie d’un sev en dimension finie


Soit E un espace vectoriel normé de dimension finie. Montrer que tout sous-espace vectoriel de E est fermé.

– Exercice 12 – ? INT MP 2002


Soit k ∈ R. On pose, pour tout n ∈ N∗ :
( 2  2 )
k2

2 1 1
Bn = (x, y) ∈ R | x− + y− 6 2 .
n n n
S
On pose B = Bn . Pour quelles valeurs de k l’ensemble B est-il fermé ?
n∈N∗

Continuité
– Exercice 13 –
Soit S l’espace des suites réelles convergentes, muni de la norme k · k définie par

∀u = (un ) ∈ S, kuk = sup |un | .


n∈N

Si on désigne par `(u) la limite de la suite u, montrer que ` est une application continue de S dans R. En déduire que
S0 (l’ensemble des suites de limite nulle) est fermé dans S.

– Exercice 14 – ??? Application propre


1. Soit f une application continue d’un espace vectoriel normé E vers un espace vectoriel normé F . Démontrer que
l’image réciproque par f d’un fermé de F est un fermé de E.
2. Soit f : R → R une fonction continue. Montrer que les assertions suivantes sont équivalentes :
(i) l’image réciproque par f de tout compact est compact ;
(ii) lim |f (x)| = +∞.
x→±∞

Applications linéaires continues


– Exercice 15 – Pour commencer
Déterminer si l’application linéaire T : (E, N1 ) → (F, N2 ) est continue dans les cas suivants :
Z 1
1. E = C([0, 1], R) muni de kf k1 = |f (t)|dt et T : (E, k.k1 ) → (E, k.k1 ), f 7→ f g où g ∈ E est fixé.
0

X X
k

2. E = R[X] muni de ak X = |ak | et T : (E, k.k) → (E, k.k), P 7→ P 0 .
k>0 k>0

Xn X n
k
3. E = Rn [X] muni de ak X = |ak | et T : (E, k.k) → (E, k.k), P 7→ P 0 .


k=0 k=0

X X
ak X k

4. E = R[X] muni de = k!|ak | et T : (E, k.k) → (E, k.k), P 7→ P 0 .
k>0 k>0
Z 1 1/2 Z 1
5. E = C([0, 1], R) muni de kf k2 = |f (t)|2 dt , F = C([0, 1], R) muni de kf k1 = |f (t)|dt et
0 0
T : (E, k.k2 ) → (F, k.k1 ), f 7→ f g où g ∈ E est fixé.

– Exercice 16 – Oral CCP


On munit E = `∞ (C) le C-espace vectoriel des suites bornées de la norme kuk∞ = sup |un |.
n∈N
On considère les endomorphismes ∆ et C de `∞ (C) définis par :
n
1 X
∀u ∈ E, ∆(u) = v où ∀n ∈ N, vn = un+1 − un et ∀u ∈ E, C(u) = w où ∀n ∈ N, wn = uk .
n+1
k=0

Montrer que ∆ et C sont continus sur (E, k k∞ ).

– Exercice 17 – ??? Oral Centrale MP 2006


Montrer qu’une forme linéaire est continue si, et seulement si, son noyau est fermé.

Vous aimerez peut-être aussi