Vous êtes sur la page 1sur 7

Chap I: Les différents types de corrosion-

I. Définition de la corrosion
La corrosion, du latin ‘’corrodère’’, signifie ronger, attaquer. C'est une destruction non voulue des
métaux sous l'action de milieux corrosifs (agents atmosphériques ou réactifs chimiques). Après
attaque, les métaux ont tendance à retourner à leur état primitif d'oxyde, sulfure, carbonate etc., plus
stable par rapport au milieu considéré et ainsi à subir une détérioration de leurs propriétés.
Evans puis Wagner et Traud sont les premiers à avoir défini la corrosion en présence d’une phase
liquide, comme un processus électrochimique. La corrosion d’un matériau est la dégradation de
celui-ci ou de ses propriétés mécaniques sous l’effet de l’environnement immédiat qui peut être le
sol, l’atmosphère, l’eau ou d’autres fluides.

II. Cause de la corrosion


Dans la nature tous les métaux, à l’exception des métaux nobles tels que l’or (Au) et le platine (Pt),
se présentent sous forme d’oxydes et de sulfures métalliques. Cet état, de point de vue
thermodynamique est très stable. Cependant, l’énergie considérable fournit pour l’obtention des
métaux de ces minerais fait que les métaux obtenus se trouvent dans un niveau énergétique élevé,
ils sont thermodynamiquement instables. C’est pour cette raison que tous les métaux usuels ont
tendance à retourner à leur état initial en énergie, cela se fait à l’aide du milieu environnant.

III. Types de corrosion

Selon la nature du milieu environnant avec lequel le matériau rentre en interaction, la corrosion peut être
classée en trois grandes classes : chimique, électrochimique et bactérienne.

III.1 Corrosion chimique ou corrosion sèche.

C’est une réaction hétérogène entre une phase solide (métal) et une phase liquide ou gazeuse
(l’électrolyte). Le plus souvent c’est l’oxydation des métaux par les gaz à température élevée, on
parle donc de corrosion sèche. Au cours de la corrosion chimique, l’oxydation du métal et la
réduction de l’oxydant se fait en une seule action, c’est-à-dire les atomes du métal forment
directement des liaisons chimiques avec l’oxydant qui arrache les électrons de valence des atomes
métalliques. Il se produit donc une attaque du métal avec formation d’un produit de corrosion à la
surface. Ce type de corrosion, se rencontre surtout dans les fours, les chaudières et les turbines à
gaz.

~1~
III.2 Corrosion électrochimique
Elle se produit lorsqu’il existe une hétérogénéité dans le métal ou dans la réaction. L’existence de
cette hétérogénéité conduit à la formation d’une pile, ainsi la zone constituant l’anode (borne
négative de la pile) de cette pile est corrodée. Autrement appelée corrosion humide; la corrosion
électrochimique représente par ailleurs la grande majorité des problèmes de corrosion rencontrés car
liée à la présence de l’eau au contact des métaux. C’est le cas en particulier des environnements
naturels, tels que les eaux douces, l’eau de mer ou les sols.

III.3 La corrosion bactérienne


C'est l'attaque bactérienne des métaux en particulier dans les canalisations enterrées. Le mécanisme
de ce mode de corrosion peut être de plusieurs types.
Ex : Chimique par production de substances corrosives telles que CO 2, H2S, H2SO4,, NH3 ou d'un
acide organique, le cas le plus répandu est celui rencontré dans les canalisations enterrées et
déterminé par la formation d'acide sulfurique qui attaque le métal.

IV. Aspect morphologique de la corrosion


La première approche de la corrosion étant généralement visuelle, la corrosion peut être divisée,
d’un point de vue aspect morphologique, en deux grandes classes : corrosion généralisée et
corrosion localisée appelée encore corrosion « zonale »(Figure 1).

IV.1 Corrosion généralisée (uniforme)


La corrosion généralisée ou uniforme est une corrosion progressant approximativement à la même
vitesse sur la totalité de la surface d'un métal donné en contact avec un milieu environnant corrosif.
C'est la forme de corrosion la plus simple.

IV.2 Corrosion localisée


C’est une corrosion qui se déroule en un lieu spécifiquement anodique d’une surface ou d’une
structure métallique. Elle diffère de la corrosion uniforme car on distingue clairement les endroits
anodiques et cathodiques. En pratique, la corrosion localisée provient d’une hétérogénéité du
matériau ou de l’environnement. La corrosion localisée survient sur une partie du métal à un taux
bien supérieur au reste de la surface; elle peut avoir plusieurs formes. Les deux formes de corrosion
les plus couramment rangées sont la corrosion par piqures et la corrosion intergranulaire. La
corrosion localisée se produit parfois sur des matériaux en situation de corrosion active mais en
général, elle constitue plutôt une maladie des matériaux passivables suite à des dégradations locales

~2~
de la passivité. La corrosion localisé englobe plusieurs classes, ainsi, les chercheurs ont subdivisé ce
type de corrosion en huit catégories.

Figure I : corrosion uniforme et corrosion localisée d’un métal.

1. Corrosion par piqûre

Est une forme de corrosion localisée dans laquelle les pertes en métal se présentent sous forme de
trous de section faible par rapport à la surface globale exposée. L’attaque se limite à des piqûres très
localisées et pouvant progresser très rapidement en profondeur. Les solutions les plus agressives
contiennent des chlorures, bromures, hypochlorites. La présence de sulfures et sulfure d'hydrogène
(H2S) exacerbe les problèmes de corrosion par piqure en abaissant systématiquement les critères de
résistance, la présence d’un cation oxydant (Fe3+, Cu2+, Hg2+….). Permet la formation des piqûres
même en absence d’oxygène. Les aciers inoxydables sont particulièrement sensibles à la corrosion
par piqures, mais d’autres métaux comme le fer passif. La corrosion par piqûres produite par
certains anions, notamment les chlorures, sur les métaux qui sont protégés par un film d’oxyde
mince. Elle crée des cavités de quelques dizaines de micromètres de diamètre à l’intérieur du
matériau à partir d’une ouverture de faible surface (Figure 2).

~3~
Figure 2 : Corrosion par piqûres.

2. Corrosion sélective
C’est l’oxydation d’un composant de l’alliage conduisant à la formation d’une structure métallique
poreuse. Les différents cas de corrosion sélective sont classés suivant la nature des alliages
considérés; les deux plus fréquents sont les suivants:
Délignification des laitons: corrosion sélective du zinc(ou corrosion de l’alliage puis redéposition
du cuivre. Le laiton prend la teinte rouge du cuivre.

Graphitisation des fontes : corrosion de fer, le graphite n’étant pas attaqué. Avec les fontes à
graphite lamellaire, l’attaque progresse en profondeur sans dégradation visible à l’œil nu.

3. Corrosion intergranulaire.

C’est également une attaque localisée, par contre plus sélective, causée généralement par les
traitements thermiques subits par le métal, qui se développe aux points de jonctions des grains de
métal. Elle est invisible à l’oeil nu, par contre, affecte considérablement la résistance mécaniques du
métal. En effet, les points de jonctions constituent, des zones désordonnées par rapport au réseau
cristallographique plus régulier des grains. Ils admettent de ce fait de nombreux défauts de
structures (lacunes, dislocation), favorables à la précipitation de phases intermétallique ou de
composés métalliques tels que les carbures, ainsi qu’à la ségrégation d’impureté en solution solide.
Sous prétexte, qu’ils sont chimiquement plus actifs, ils constituent une cible vulnérable lorsqu’ils

~4~
sont exposés dans un milieu corrosif. A titre d’exemple ; on rencontre cette forme de corrosion dans
les aciers inoxydables (Figure 3).

Figure 3 : Corrosion inter granulaire d’un acier inoxydable.

4. corrosion sous contrainte.

Comme son nom l’indique, la corrosion sous contrainte (CSC) résulte de l’action conjuguée d’une
contrainte mécanique (résiduelle ou appliquée), et d’un milieu agressif vis à vis du matériau. Ce
type de corrosion, particulièrement sournois et dangereux pour les installations, se caractérise par
l’apparition de fissures inter ou transgranulaires dont la direction générale de propagation est
perpendiculaire à la plus grande contrainte (Figure 4).

Figure 4 : Représentation schématique de fissures de CSC Observées au microscope

5. Corrosion fatigue

La corrosion dans les conditions de charges cycliques est la réduction considérable de la résistance
à la fatigue du métal considéré. Dans ce cas, la courbe de fatigue peut ne pas présenter de limite
d’endurance et diminuer vers les très faibles contraintes de façon monotone; cette diminution est
due à l’effet combiné des facteurs électrochimiques et des facteurs mécaniques.
~5~
6. Corrosion érosion

Elle est due à l’action conjointe d’une réaction électrochimique et d’un enlèvement mécanique de la
matière; elle a souvent lieu sur des métaux exposés à l’écoulement rapide d’un fluide (Figure5)

Figure 5 : Représentation schématique du phénomène de corrosion érosion.

7. La corrosion galvanique (bimétallique)

La corrosion galvanique ou bimétallique peut se définir simplement par l'effet résultant du


contact de deux métaux ou alliages différents dans un environnement corrosif conducteur.
Ce contact conduit à la formation d’une pile électrochimique entre les deux métaux ou
alliage. Le métal le moins résistant, moins noble, se dégrade et sa dégradation s’intensifie
avec le temps (Figure 6).

Figure 6 : corrosion galvanique

8. La corrosion caverneuse (par crevasse) :

Cette forme d'attaque est généralement associée à la présence de petits volumes de solution
électrolytique stagnante dans des interstices, sous des dépôts et des joints, ou dans des
cavernes ou crevasses, par exemple sous les écrous et têtes de rivets. Le sable, la poussière,
le tartre, les produits de corrosion sont autant de corps solides susceptibles de créer des

~6~
zones dans lesquelles le liquide n'est que difficilement renouvelé. Ce phénomène concerne
tous les matériaux. C'est aussi le cas des joints en matériau souple, poreux ou fibreux (bois,
plastique, caoutchouc, ciment, amiante, tissus, etc.).

~7~

Vous aimerez peut-être aussi