Vous êtes sur la page 1sur 10

B) les possibles évolutions de l’état

1- quant au territoire
- Acquisition de territoire
- transfert de territoire: ( a l’époque: conflit, victoire de l’un annexion de l’autre = depuis 1945
ce type d’extension de territoire est illicite du a l’interdiction de l’utilisation a la force de la
charte ) => moyens conventionnel: deux etats se mettent en accord pour échanger deux
portions de leur territoire
Contre exemple: problème de l’Allemagne: ( en 1945 culée en deux naissance de la guerre
froide RFA et RDA, quand en 90 l’Allemagne a voulu faire sa re unification le sors de
l’Allemagne depdnait desnquatres grandes puissance ) suite a la seconde guerre mondiale
l’Allemagne de l’est avait ét amputée de son territoire qui avait été donnée a la Pologne ( qui
avait disparu pdt la secondes guerre mondiale ) a voulu récupère son territoire, les autres
etats lui ont fait comprendre qu’il devait coder son territoire en échange de sa réunification=
Allemagne a renoncé et a un signé un traité qui le prouvait.
2. La souveraineté qui est affectée.
L’état accepte qu’un autre état exerce des compétences sur son propre territoire: plusieurs
cas de figures qui relèvent de l’histoire:

 • Le protectorat : n’affecte en principe que la compétence externe de l’état protégé. Donc


l’état protecteur est autorisé à représenter totalement l’état protéger dans les relations I et a
conclure des accords. Le protecteur principe le plus souvent à l’exercice d’un certains
nombres de compétences territoriales.
• Les états satellites: époque de la G froide, renvoie à la situation de dépendance des pays
de l’est par rapport à l’URSS.
• Les cessions à bail: temporaires, viennent suspendre la souveraineté de l’état territoriale
qui loue une partie de son territoire. Ex: chine, empire britannique bénéficiait de la cession à
bail de Hong-Kong ce bail avait été conclu pour une durée de 99ans. Quand on est arrivé au
terme de ce bail, en 1997, Hong-Kong à été restitué à la Chine. Permet de disposer de base
militaire hors du control de territoire.
• Concession: permet la protection des étrangers en les soustrayant à la compétence des
autorités locales dans certaines zones limitées. Ex: formule utilisée au Panama pour l’usage
l’occupation et l control de la zone du canal du panama par les EU.
L’état accepte qu’une organisation internationale exerce des compétences sur son propre
territoire:
• L’état a consenti à cette intervention de l’organisation internationale. On parle de
protectorat de l’organisation internationale. C’est un phénomène peu fréquent aujourd’hui
mais on peut citer comm ex: le protectorat de l’ONU au Cossovo.
C. La disparition de l’état.
La disparition peut être imposée (non pacifique) ou une disparition consenti.
1. La disparition imposée non pacifique
• La conquête ou l’annexion: phénomène classique de disparition imposée de l’état.
Démarche qu’a eu l’Irak au Koweït en 1990 quand il en réclamait la souveraineté. C’est une
annexion par la guerre c’est le « debellatio ». Autre ex: Territoire palestinien qui sont sous
l’emprise d’Israël et qui sont du point de vu des palestiniens des territoires occupés par
l’Israël.
2. Disparition consentie et pacifique:
• Désintégration ou éclatement consenti: c’est le cas pour la fin de l’URSS. La Russie était la
composante la plus importante. Face à l’effondrement du communisme, la Russie a
acceptée l’idée de l’indécence des républiques qui composaient l’URSS et donc l’URSS a
éclatée sans violence.
• Fusion d’états: deux états qui se regroupe en un seul. EX: Yémen 1990, l’état est né de la
réunion de la république arabe du Yémen au nord et la république démocratique du Yémen
au sud. Il y’a donc une véritable fusion et naissance d’un nouvel état lorsque une nouvelle
constitution est adoptée par accord entre les deux états.
• L’adoption d’un état par un autre: ex de l’unification de l’Allemagne.
Section 2: Les états sont tous des acteurs différents des relations internationales.*
I. La puissance des états
A. La notion de puissance
L’approche par la puissance contient une idée de classement. Les états peuvent être classé
de multiples points de vus. La puissance peut être un facteur de désordre mais aussi de
régulations. La puissance ce n’est pas que la force ou la violence. La puissance peut se
définir autrement.
La puissance s’exprime par l’influence. Selon Serge sur, la puissance c’est: « C’est la
capacité de faire, de faire faire, d’empêcher de faire, de refuser de faire. »
D’un point de vu politique, la puissance peut être acceptée ou non. La notion de puissance
est objective, elle peu etre surévaluée ou sous-estimé.

 B. La hiérarchie des puissances


hiérarchie sectorielle : hiérarchie des puissances par secteur (militaire, politique, financier,
économique...).
hiérarchie globale: permet de distinguer les puissances mondiales, les grandes puissances,
les puissances régionales et les petites puissances.
1. Puissance mondiale:
Celles que concerne toute les questions d’ordres internationales dans tout les domaines.
C’est aussi celles qui ont la capacité de peser sur leurs évolutions. Après la 2n GM c’est les
EU et même si c’est discutable, c’est aussi l’URSS car ces deux puissances influaient sur le
plan des relations internationales. La chine aujourd’hui s’impose de plus en plus comme une
véritable super puissance, elle dispute des relations avec l’Iran... elle prétend avoir le même
rang que les EU et la Russie .
L’Union européenne est une association d’état qui est très intégrée avec un caractère de
puissance qu’on ne peut nier mais n’a pas su s’affirmer réellement sur la scène
internationale.
Les EU sont incontestablement une super puissance, on parle même d’hyper puissance.
Depuis la disparition de l’URSS c’est le modèle économique des Eu qui domine. Mais
d’autres puissance monte comme la Chine.
2. Les grandes puissances
C’est les états qui sont membres permanent de l’ONU: les EU, la Russie, la chine, le
royaume unie et la France. Ce sont les « Big fives ». Leur rôle est indispensable. Même si le
Royaume Uni et la France peuvent etre placé loins derrières les EU, ils sont au premier rang
dans de nombreux secteurs: militaire, économique, politique etc
On emploie souvent l’expression « puissance moyenne » mais c’est ne connotation un peu
péjorative et critiqueoàopppp. Cette expression est d’autant moins justifiée que ces pays ne
sont pas simplement à la moyenne des états du point de vu de la puissance. La voie de la
France compte encore beaucoup de par le monde.
D’autres part, des pays qui ne font pas parti de l’ONU ont tout de meme un rôle important
dans les relations internationales: l’Allemagne et le Japon.
Leur aspect économique est surpuissant dans le monde. Néanmoins malgré cette puissance
économique et financière ils n’ont pas le meme intérêt pour les affaires étrangers et non plus
les mêmes capacités militaires. Si on les place dans la catégorie des grandes puissances
c’est donc parce qu’on surestime leur puissance éco et financière
3. Les puissances régionales:
Cette appellation est utilisé pour des pays dont le poids internationale est limitée à une
aire géographique déterminée. C’est le cas de l’Inde, Brésil, Égypte, Iran... Certaines
puissances régionales peuvent envisager dans le futur de devenir des grandes puissances:
c’est le cas pour l’Inde.
4. Les petites puissances ou les puissances locales:
Cette quatrième catégorie rassemble tt le reste. On peut avoir de tout petits pays qui vont
dans un certain contexte avoir un rôle politique important.
C. Les configurations de puissances
Les relations entre les principaux états pèsent sur l’ensemble des relations internationales.
Lorsque ces relations sont caractérisées et durables, il est possible d’identifier une
configuration de puissance.
1. Configuration unipolaire:
Celle où existe une puissance dominante. On pense au monde dominé par les EU. Cette
situation signifie pour la puissance concernée une charge inestimable. La puissance doit
disposer de capacité d’actions et sphère d’intérêt aussi large que la société elle-même. Elle
dit aussi être porteuse d’une vision de l’ordre internationale et l’assumée. Sa durée dépend
bien sur de la puissance elle meme mais aussi du niveau d’acceptation par les autres états.
Dans ce monde unipolaire on parle d’hégémonie.
2. Configuration bipolaire:

 Après 2nd GM jusqu’à 1989. Monde américain vs monde soviétique. Cette configuration a
fait l’objet de nombreuses études. Toutes les relations internationales étaient dictées par cet
affrontement entre deux grandes puissance.
3°) multipolaire
C’est l’existence de pole multiples et indépendants. C’est la situation la plus proche de a
norme ou du principe d’égalité souveraine entre les états. On peut imaginer un risque de
désordre vu le nom. Ce risque ne doit pas être sous estimé. On dit que la puissance aux rôle
d’organisateur mais il serait exagérer de dire que la multipolarité correspond a un déficit
d’organisation. Elle peut être organisatrice par le jeu des accord internationaux qui vont être
créateurs de règles dans l’ordre international.
Ces catégories sont nécessaire pour avoir une idée de l’ordre des ri mais il fait les repasser
pour pouvoir analyser les acteurs, voir le contexte et le domaine. exemple: les EU sont une
hyper- puissance. Or ça ne dit rien Ala capacité des états unis a régler des problèmes
concrets.

§ 2 : Des Etats à condition juridique particulière

Les analystes et les juristes parlent de ça pour designer les arts a qui ‘applique un régime
qui les distingue des autres états.
1°) le condominium
Dans le doc du droit inter désigné la situation juridique d’un territoire sur lequel plusieurs
états exercent en commun les compétences étatiques. A l’époque de la guerre de froide ce
terme et it souvent employé pour designer la gestion en commun certaines region du monde
par les deux super puissance: EU et URSS. Cela les obligeaient à reconnaitre
spécifiquement les zones conduisent ou non. L’idee de zone d’influence que s’accorde les
états impérialiste. Chacun a un domaine délimité.
Exemple: le rocher de gibraltar est sous souveraineté britannique mais l’eosgane essaye de
récupérer cet espace. Ils été envisagé par l’Angleterre et l’Espagne une formule de co
souveraineté qui été proche de cette idée de condominium.
2°) la neutralité
La neutralité elle qualifie la situation politique et juridique, la ligne de conduite d’un état qui
est désireux de ne pas intervenir face a certaines situation juridique. C’est une situation qui
peut paraître un peu difficile a tenir car dans la charte de l’ONU il y a l’interdiction du retour a
la force. So jamais un état agresse militairement un autre etat et tout les autres états sont
sensées prendre les armes pour secourir le territoire agressé. Cette idée de neutralité ne
concorde pas tellement avec ce principe. Ce statue de neutralité est admis et existe toujours.
La neutralité peut être occasionnelle ou permanente. La neutralité occasionnelle correspond
au choix fait par un E lorsqu’un conflit ou une guerre éclaté lorsqu’il ne veut pas en prenne
part. Ce régime s’applique durant la durée des hostilités sauf si il change d’avis ( ex: les EU
pendant la première guerre mondiale ). La neutralité permanente: lorsqu’il y a u. Traité dont
découle des obligations qui vont s’imposer a l’état neutre.
Abstention: l’état neutre doit toujours rester a l’écart de toute les activité militaire. Il conserve
néanmoins le droit du commerce d’arme. Les belligérants ( participant d’un conflit armé )
s’engager a respecter la neutralité de l’état neutre e ne peuvent pas attaquer le territoire.
exemple: la suisse est un état neutre, cela a été inscrit dans l’acte final de la conférence de
vienne en 1815. Pendants très longtemps elle n’a même pas voulu participer a l’ONU. Ils a
aussi la suède ( début XIX siècle, la neutralité de la suédé n’est inscrite dans aucun texte
c’est une pratique politique reconnu par tous ) l’Irlande et l’autriche ( a été imposé pa
rl’histoire: all find e la 2GM es russes occupaient vienne et l’Autriche n’avait pas sa pleine
souveraine et a retiré toute sa souveraineté en 1955. Les soviétique ont accepté de » se
retirer du territoire seulement si elle adoptait un statu de neutralité. ) qui sont neutres. La
mongolie ets aussi un pays neutre pour se mettre a équidistance des régimes russes et
chinois. Dans certains cas compliqué la situation de neutralité pourrait être une solution
3°) le non-alignement
Certaines états ont presse un statut plutôt singulier: un non alignement. Il a trouve des échos
en Europe: da s l’ex Yougoslavie. Le non alignement c’est une politique de neutralisme qui a
été pratiquée par les pays du tiers monde. Ce concept marque le soucis de s’isoler des luttes
qu’elles se livrent les grandes puissances. Il ne prennent partit ni pour un bloc ni pour un
autre. Les non alignés ont joué un rôle assez important dans le cadre des nations unis et de
la guerre froide car ils prennent une position politique commune en faveur de la
décolonisation.
4°) la démilitarisation et les zones de paix
Il s’agit de régimes établis normalement par conventions internationales qui associe des
mesures qui se rattachent aux désarmements et d'une certains étendue territoriale jugée
pertinente dans l’optique de la sécurité internationale. La démilitarisation est une mesure de
sûreté internationale. De telle mesure peuvent être imposée par le conseil de sécurité des
nations unies. Concretement, les armes du territoire visées doivent être détruites.
5°) les pays en développement Rattraper cinq premier minutes
Cet te idée a été en partie consacrée par l’endroit du commerce international dans me but de
rattrapé le retard des états et accepter a une égalité souveraine.
6°) les micro-Etats
Ce sont des états exigus avec un petit territoire. Et dont la population est par conséquent
très faible. On pense généralement le Lichtenstein, Endore, Monaco.. sous l’effet de la
décolonisation on a assister a une augmentation du nombre de petit état dans le monde: la
région du golfe persique, les iles figji, éclatement de l’ex yougoslavie..

 Les consecuentes sur sur le plan international sont importante: a l’époque de la


décolonisation la question s’est posée de si il fallait admettre ses états comme membres des
nations unis. Car si la communauté internationale admet qu’un état tout petit puisse être
considéré comme un état a part entière cela peut avoir un effet perturbateur.
Encouragement au separatisme: Exemple: a l’’assemblé générale des nations unies un etat=
une voie, si les micro état été accepté omet membre alors une très faible partie de la
population du monde ( qui ne joue aucun rôle sur la scène internationale ) disposerait d’une
voie a part entière et est énorme. Le fait d’être membre des nations unis a un effet positif
pour eux. Aucun statut n’a été choisit aux nations unis pour les micro état. Tous les pays
décolonisés sont devenus membres. Dan les années 90 ils ont été rejoint par les micro état
européen qui avant été en dehors des relations internationale. La multiplication des états a
deux effets négatifs.
Souvent ces micro état sont un paravent pour la criminalité: les paradis fiscaux sont un réel
problème au niveau international, ces etas ont une cible rêvée pour les mafias, les
terroristes.

§ 3 : Les associations et groupements d’Etats

Souvent l’état a conscient ce qu’il ne peut pas agir seul. Pour des raisons d’efficacité il va
s’associer a d’autres états.

A) Les différents types d’association d’Etats

La finalité de ses associations permet d’établir plusieurs catégories.

- associations à but étatique.


On peut appeler ça une union d’état. Personnelle ou réelle. Ou il peut s’agir de confédération
d’état.

Union personnelle : la situation ou deux états distincts ont le même souverain

Union réelle : comporte en plus des organes communs compétents dans le domaine des
affaires extérieures et une matière économique mêle si il subsistent des administration et
des gouvernement distinct.

Exemple : Autriche Hongrie qui est les deux. Le Danemark et l’Islande entre 1867-1918 qui
avait une union réelle

Confédération d’état : l’acte fondateur est un traité, on se situe ans le cadre du droit
international. La confédération ne retire en rien la souveraineté des états membres qui en
font partie. Ce sert à mettre en commun certaines compétences qui sont inscrites dans le
traité fondateur. Les décisions sont enraiement prises à l’unanimité par garantir la
souveraineté de chacun. La confédération est généralement vue comme un étape transitoire
vers un régime fédéral (exemple : les états unis ).

- associations de gestion en commun de certaines questions


Ici toutes les questions peuvent se retrouver sur la liste : politique (sécurité, justice…),
économique, commerciale, technique (transport, eau), écologique ... La gestion dont on parle
ici est une gestion à degré variable. Il eut s’agir de simple réunion a degré formel ou
beaucoup plus ambitieux a des prises de décisions communes. Moyen ordinaire de ces
gestions : la conférences internationales, l’organisation internationales.

1er degré : (exemple type) les unions économique régionales, il peut recouvrir des réalités
assez différentes. Supprimer les droits de douanes, les obstacles tarifaire = le libre échanges
pour les produis originaire des pays concernés. L’exemple type est l’AELE (association
européenne de libre-échange, crée par le Royaume-Unis au début des années 60), ou l’aléa
(mtn l’Aceum) (usa, canada, Mexique), ou encore l’ASEAN (pacifique)

2ème degré : union douanière. Un tarif douanier commune c’est quand tous les états qui
sont regroupés dans une union douanière se mettent d’accord sur un tarif commun et tous
les produits extérieur doivent payer pour rentrer, comme une protection commune tarifaire :
exemple : la communauté économique européenne et le Benelux et le Mercosur (marché
commun de l’Amérique du Sud).

3ème degré Le marché unique : suppression de tous le obstacles à la libre circulation des
marchandises, des services et des capitaux, c qui existe au seins de l’union européenne.
Marché unique qui a vu le jour au 1er janvier 1993.

4ème degré L’union économique et monétaire : véritable politique économique et financière


commune, convergence économique de tous les états qui la pratique, on adopte une
monnaie unique et commune (ex : Union Européenne).

- associations de promotion et de défense d’intérêts communs :


Ce type d’association repose sur le constat d’un Autre voir d’un ennemie, un principe
extérieur du champ de solidarité sur les « autres » qui sont considérés comme une menace.
Une réaction de solidarité face aux menaces extérieurs. Ici ce sont les groupement politico-
militaire qui constituent un exemple type.

La coalition : un groupement momentané d’état qui se forme à l’occasion d’un conflit, il


s’associe pour bénéficier de moyens militaire ou démocratique plus important.
Exemple : 1990, quand l’Iraq a annexe le Koweït (première guerre de l’Iraq).

L’alliance : beaucoup plus formalisée et durable. Elle est fondée sur l’article 51 de la charte
des nations unis qui pose le droit à la légitime défense individuelle et/ou collective. C’est une
engagement d’assistance mutuelle. Une alliance militaire peut être conforme si elle est
basée sur la défensive.
Exemple : l’Otan (crée en 1941) qui comporte un article 5 qui en cas d’agression de l’un des
membres oblige les autres à lui porter secours (sans forcément les forces armées).
Bloc : ensemble d’états constitué autour des états unis et de l’URSS pendant la guerre
froide. Ils s’étayent liés par une alliance militaire et d’autres alliances comme des liens
économiques.

Réseau l’alliance : il existe autour de quelque états des réseaux d’alliances. Les états unis
ont des alliances en Amériques, au moyen orient, en Asie, en Afrique. La France dispose
d’un réseau d’alliance assez important en Afrique du a son histoire de colonisation (même si
un certains nombre de lien qui commence à s’effriter, comme en RCA, ou les français sont
obligés de se cacher car vague anti-française).

B) Les principaux groupements d’Etats

Naissent le plus souvent de la pratique. Parfois les états vont se regrouper sans créer une
organisation internationale. Ils vont se contenter l’établi un groupement qui n’aura pas de
traduction juridique. Il n’y aura pas d’accord ou de traité constitutif, ça sera simplement une
pratique. Ces groupements sont véritablement les « vedettes » des relations internationales.
Ils servent de faire valoir pour les acteurs qui y participent mais ils servent aussi de
moyens de délibération de conservation, d’information, de contestation, de pression et
éventuellement de décision. Ils sont déterminés par le nombre de participant, de par le
niveau l’institutionnalisation. Il existe deux catégories de regroupements :
-1/ Les groupes qui se situent sur l’axe Nord-Sud :
Le G7 et G8 (France, USA, Allemagne, japon, Royaume-Unis, canada, Italie, et
Russie en 8eme qui s’est officiellement retiré en 2017 et a laissé place au G7.
Le G7 est un groupe de partenariat économique, Il jour un rôle de premier plan dans
les RI car il fait avancer le débat entre les puissances et ça permet de préparer le terrain
pour des décisions qui peuvent être prises ailleurs. Il manque de légitimité, il est peu accepté
car il est vu comme un groupe de pays riche qui impose sa loi au monde entier.

Le mouvement des non-alignés :


Ils regroupent une centaine d’états, la plupart du tiers monde qui durant la guerre
froide ont refusé de s’aligner sur un bloc ou sur l’autre (soviétique et occidental).
Ce mouvement a joué un rôle important dans les années 70 80 en se servant de
l’assemblée générale des nations unies comme tribune. (ils regroupaient une centaine
d’états) La fin de la guerre froide d’une part et la défaite du socialisme ont porté un coup très
dur à ce mouvement qui reste néanmoins actif sur des questions comme celle du moyen
orient, du désarmement, du développement.

Le G15:
une quinzaine des plus grands pays non aligné. Exemple : l’Inde, l’Indonésie,
l’Égypte, le Mexique, le Nigeria, le Brésil, l’argentine. C’est un sommet mais du sud qui vient
contrebalancer le G7. Il a pour but à promouvoir la coopération entre les états du sud et du
nord.
Le groupe des 77:
un groupe qui a été formé au seins des nations unis par les représentants des pays
d’Afrique d’Asie et d’Amérique latine, tous en voie de développement qui ont demandés la
convocation d’une conférence mondiale sur le commerce et e développement. ( =
CNUCED ). Leur bu est de se doter d’un instrument de promotion de leur intérêts collectif et
de renforcer leur capacité de négociation sur leur capacité internationale. Il ya aurait
aujourd’hui 132 membres. Lors d’une négociation dans une conférence internationale leur
grand nombre fais qu’ils ont une grande influencer sur les votes. Ce groupe est très actif sur
l’insertion des pays en développement.
Le G4:
les BRIC: Brésil Russie Inde chine. C’est les gros plus en développement, ils se sont
réunis pour la première fois en 2009. Il est particulièrement actif depuis la grosse crise
financière. Il critiquent le G7 et supporte le G20, c’est un groupe de pression vu de l’extérieur
et une instance de concertation.
Le G20:
créer en 1999. Union européen plus 19 pays ( Afrique du sub Arabie saoudite
Australie... ). C’est un forum de coopération économique et financière. ( Il se réunit sous la
forme de réunion des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales ).
Une telle instance était une vieille revendication des pays du sud.

- groupements s’inscrivant dans le prolongement de la décolonisation


Le mot décolonisation est employé au sens large.
Ce sont des groupement d’états constitué essentiellement autour du RU de la france
et de la Russie. Ils rassemblent des etats qui ont avec eux des liens historiques. Ils vont être
connu par eux comme un moyen de rayonnement et de puissance.

 Commonwealth: vaste groupement volontaire autour du RU d’&tts indépendants qui


faisaient partit autre fois de l’empire britannique. Ils rassemblent plus d’une cinquantaine
d’états, de l’Europe a l’Afrique a l’amerique au caraïbe jusqu’en Océanie. Cela représente
1/4 des etats du monde et 30% de la population mondiale. Officiellement le chef est le
monarque britannique. Certains rats acceptent a monarchie ( le canada et l’Australie
l’acceptent ), elle est représentée par un gouverneur général de l’état concerné.
L’organisation internationale de la francophonie: la francophonie & été lancée dans les
années 60 par des personnalité africaine des pays nouvellement indépendants qui été
soucieux de poursuivre avec la france des relations fondées une langue et une culture
commune. Léopold Sédar Senghor a été un des piliers de la francophonie. A partir du milieu
des années 90 elle s’institutionnalise d’un PDV politique au niveau inter en se dotant d’un
charte de la francophonie. L’aspect le plus original c’est qu elles composantes de la société
civile ( université, ong, maires .. ) peuvent participer a la vie de l’organisation = forme inédite
de la forme inter très ouvertes aux nouveaux acteurs. Par rapport au Commonwealth cette
organisation ne pese pas me même poids démographiquement. Cette organisation mène
une casino diplomatique intense et fait figure de groupe e pression en faveur de a diverse
culturelle et de refus de la diversié unique.

La communauté des etats indépendants ( CEI ): c’est le Commonwealth russe, elle s’est
constituée au moment de la dislocation de l’urss. Elle a parti aux etats indepednats de se
consolider et a permit a la Russie de conserver sa zone d’influence. L’importance de la CEI a
décrut ces dernières années. Elle regroupe autours de la Russie 10 des 15 anciennes
république del’URSS. La CEI n’a pas de personnalité juridique.

Conclusion:
L’état est sans contexte l’organisation la mieux approprié pour la vie collective et ke
développement de l’homme. C’est pour quoi c’est le principal sujet et acteur des RI. Mais
sous l’effet du phenomeme associatif et du développement du nouveau centre d’intérêt dans
la vie internationale on a assiste a l’apparition de nouveaux acteurs sur la scène
internationales.

CHAPITRE 2: LES ACTEURS DES RI AUTRES QUE


LES ETATS.

Qu’est-ce que signifie être acteur ?


C’est une notion plutôt flou. Il faut avoir une individualité propre et jouer un rôle important.
Pour rappel l’état est à la fois réparateur d’espace et expression d’un groupe humain et il
organise une collectivité (organisation politique) au moyen de sa souveraineté. L’état en tant
qu’acteur n’est pas totalement libre, il est soumis à la contrainte et au droit. Il est cela dit
indépendant et libre de participer ou non aux RI. Il n’a pas de concurrence aux RI : pas
d’acteurs qui poursuivent le même but que lui. Il existe cependant d’autres acteurs. On a un
acteur qui peut avoir des difficultés à se distinguer des états car ce sont les états qui les
créent : les organisation internationales.
Il existe d’autres catégories

SECTION 1 : Les acteurs créés par les États : les Organisations internationales

 Quel est le rôle de l’organisation internationale sur la scène internationale ?


Le multilatéralisme désigne les pratique et les techniques par lesquelles les états décident
de regret a plusieurs des problèmes généraux et a cette fin de produire des règles et de fixer
des politiques communes. Oui les états concerné par une question puisse participer à sa
résolution. Le multilatéralisme s’est instauré au congre de vienne avec l’idée selon laquelle
du cadre des relations communes doit être multilatéral. La mise en place d’une organisation
internationale c’est l’étape ultime du processus multilatéral. Cela correspond à une
institutionnalisation de ce processus a l’institutionnalisation de l’association d’état et du
groupement d’état que l’on a déjà vu.
Pourquoi ? Car ils veulent coopérer entre eux, que se soit de manière technique ou de
manière générale pour assurer la paix ... soit pour aller vers une véritable intégration
économique et politique. On assiste a un véritable explosion d’une phénome
d’institutionnalisation. En 1900 il y avait 24 OGI and elles sont plus de 300. Les organisation
internationales sont plus nombreuses que les états et elles sont récente. Elles se sont
développées par vague dans la deuxième moitié du XIX étau XX siècle après chaque guerre
mondiale. La multiplication de ces organisation sur le plan régional. Depuis une trentaine
d’année les créations se sont calmées.

§ 1 : Définition et éléments constitutifs

Vous aimerez peut-être aussi