Vous êtes sur la page 1sur 31

Stage de perfectionnement

ECOLE NATIONALE D’INGÉNIEURS DE MONASTIR

Stage de
perfectionnement
Sujet :
Etude comparative entre des différentes gammes de colorants
dispersés

Elaboré par : BCHIR Abdelkrim

Encadreur : Mr SUIDI Lamjed

0
Stage de perfectionnement

Sommaire
Introduction générale………………………………………………………………………….................…………..3

chapitre 1 :présentation de l’entreprise………………………………………………………………………..4

introduction ……………………………………………………………………………………………….

I_présentation générale de l’entreprise ………………………………………………………

1. identité de l’entreprise ……………………………………………………………………………

2.certification de l’entreprise ………………………………………………………………………

a. les différents services de l’entreprise ITS…………………………………………….

b.effectif de l’entreprise……………………………………………………………………………5

c.marché et client……………………………………………………………………………………..

d.présentation de la matiére premiére……………………………………………………..

e.processus de fabrication……………………………………………………………………….6

f.organigramme de l’its……………………………………………………………………………….

II. présentation des départements de l’entreprise…………………………………………….


1.le département de teinture ……………………………………………………………………….

a.laboratoire de développement et de recherche……………………………………..

b.atelier de production………………………………………………………………………………….

2.le laboratoire contrôle qualité ………………………………………………………………

Chapitre II :Etude bibliographique ………………………………………………………………………

Introduction ……………………………………………………………………………………………

I.le polyester……………………………………………………………………………………………

1.propriétés physiques …………………………………………………………………….

2.propriétés chimiques ………………………………………………………………….

3.avantages et inconvénients……………………………………………………..

II.teinture du polyester avec les colorants dispersés………………………

1
Stage de perfectionnement

1.caractéristiques des colorants dispersés………………………………………………

2.procédé de teinture des fibres de polyester………………………………………

III. La colorimétrie………………………………………………………………………….

1. Introduction ……………………………………………………………………………………………..
2. Définition………………………………………………………………………………………………….
3. But…………………………………………………………………………………………………………….
4. Espace colorimétrique CIELab ……………………………………………………………………..
5. Différence de la couleur dans le systéme CIELab………………………………………….
6. Comparaison des couleurs …………………………………………………………………………..

Chapitre III. Partie expérimentale……………………………………………………………………………….

Introduction …………………………………………………………………………………………………..

1.teinture de polyester ………………………………………………………………………………..

a.Matériels et produits……………………………………………………………………………………

b.recette de préparation …………………………………………………………………………………

c.recette de teinture………………………………………………………………………………………

d.calcul de recette ……………………………………………………………………………………………..

2.Controle de la nuance ………………………………………………………………………………..

a.cas d’une nuance claire………………………………………………………………………………

b.cas d’une nuance foncéé……………………………………………………………………………..

3.Essai de solidités aux lavages ……………………………………………………………………………

a.but………………………………………………………………………………………………………………….

b.principe………………………………………………………………………………………………………..

c.matériels………………………………………………………………………………………………………..

d.mode opératoire d’essai………………………………………………………………………………….

e.interprétations…………………………………………………………………………………………

2
Stage de perfectionnement

Introduction

Face à la mondialisation du marché textile, l'industrie doit évoluer constamment pour


pouvoir être compétitive. Les principaux changements viennent du choix plus diversifié qui
est offert aux consommateurs qui deviennent donc plus exigeants. En ce qui concerne le
secteur de l'ennoblissement, la tolérance au niveau des nuances est plus étroite, les délais de
production sont plus courts et la qualité doit être meilleure. En même temps, les prix des
produits ont diminué.

Dans le domaine de la teinture, les principales difficultés rencontrées viennent du non


conformité des produits, qui est due à des teintures défectueuses ou non uniformes.

La nécessité de posséder des systèmes de surveillance et de contrôle automatique est donc


évidente afin d'optimiser la production, d'améliorer la qualité du produit et de détecter les
éventuelles erreurs pendant les processus de teinture.

L’objet de notre travail consiste à établir des nuances à partir de gamme de colorants dispersés
et de les comparer en termes de contrôle de la couleur et de solidités aux lavages.

Dans un premier chapitre, nous présentons l’entreprise ITS et ses différents services, nous
détaillons ainsi son processus de fabrication.

Concernant le deuxième chapitre, nous nous intéressons à l’étude bibliographique qui


présente les propriétés du polyester et les procédés mis en jeu lors de la teinture du polyester
avec les colorants dispersés.

Le troisième chapitre est entièrement consacré à la partie expérimentale. En fait, nous avons
effectué la teinture de polyester avec certains colorants de la gamme de dispersés. Ensuite,
nous avons contrôlé les nuances et nous avons fait les solidités aux lavages des échantillons
teints.

3
Stage de perfectionnement

Chapitre I : Présentation de l’entreprise


Introduction :
Dans ce chapitre, nous présenterons l’entreprise qui nous a accueilli pour la réalisation de ce
rapport ; ses différents services, processus de travail et son équipement.

I. Présentation générale de l’entreprise 


1. Identité de l’entreprise 
La société Impression et Teinture de Sahel « ITS » est une société privée de nationalité
tunisienne située dans la zone industrielle de Bouhjar crée par M. Gaâliche Fethi en 1994,
opère dans le secteur d’ennoblissement textile en offrant un large choix de traitements de la
quasi-totalité des fibres textiles. C’est une entreprise à responsabilité limitée exportatrice,
environ 60% de production est destiné vers l’export. ITS croit fermement dans la mise en
œuvre et le travail d’équipe pour le succès, elle ne cesse pas à donner de nouvelles solutions
technologiques rentables. ITS est implantée sur 21000 m² de locaux couverts (blocs
administratifs, ateliers de production, magasins écrus et magasin produits finis), elle dispose
d’une capacité de stockage allant jusqu’à 800 tonnes pour les matières écrus et 300 tonnes
pour les matières finis. La technologie de cette entreprise est basée sur les machines et le
matériel, elle est assistée par ordinateur entièrement intégré grâce à l’appui de logiciel de
pointe.
Elle compte trois grands secteurs de production :
 Teinture : 25-30 tonnes/jour.
 Blanchiment et lavage : 12 tonnes/ jour.
 Impression : 50000 m/jour.

2. Certification de l’entreprise 
Les certificats acquis par cette entreprise : ISO9001 V 2008 ; OEKOTEX STD 100 ; GOTS
(Global Organic Textile STANDARD) ; Label Commerce Equitable.

a. Les différents services de l’entreprise ITS 


Vu sa position dans le marché tunisien et international, ITS est équipée de plusieurs services
permettant le bon fonctionnement de l’entreprise, nous trouvons le :
- Service ressources humaines ;

4
Stage de perfectionnement

- Service qualité d’approvisionnement ;


- Service qualité ;
- Service gestion de stock ;
- Service commercial ;
- Service d’entretien ;
- Service technique ;
- Service de sécurité ;

b. Effectif de l’entreprise 
ITS Dans l’entreprise, il y a 320 employés dont 125 cadres suivent une formation continue sur
les notions de qualité du produit fini, de sécurité et d’environnement La charge de travail au
sein de l’entreprise ITS est répartie sur trois périodes, chacune de 8 heures de travail. Pour
cela, l’effectif de l’entreprise est divisé sur trois équipes assurant la production continuelle de
la société tous les jours et durant toute la journée sauf le dimanche.

c. Marché et client 
L’entreprise ITS exporte 60% de ces produits dont 70% dérive de sa production en teinture et
30% d’impression. Les 40% restantes sont destinés au marché local.

d. Présentation de la matière première 


Au sein de l’entreprise ITS, les matières les plus traitées sont : coton, polyester, polyamide et
les mélanges soit en viscose/lycra ou en coton/lycra.

Figure 1: Pourcentage de différentes matières traitées

D’après la figure ci-dessus, nous remarquons que le coton, la viscose et la fibre de lycra sont
les matières les plus importantes à contrôler. En effet, la fibre de coton présente 56% de toutes

5
Stage de perfectionnement

les matières aimantant l’entreprise avec une moyenne de 15% pour les autres fibres (viscose
et lycra).

e. Processus de fabrication 
Selon le type de la matière (tubulaire ou ouvert), deux cycles de fabrication sont possibles :

Figure 2 : Processus de fabrication

6
Stage de perfectionnement

f.

7
Stage de perfectionnement

g. Organigramme de l’ITS
Présentation des départements de l’entreprise 
1. Le département de teinture 
Le département de teinture comporte deux unités :
- Le laboratoire de développement et de recherche.
- L’atelier de production
Procédé de travail :
La figure suivante résume le procédé du travail pour le département de teinture :

Figure 3 : Procédé de travail pour le département de teinture


Stage de perfectionnement

a. Laboratoire de développement et de recherche 


Le laboratoire est l’unité de base du département de teinture. Sa fonction consiste au
développement des recettes de teinture afin d’établir la conformité des nuances avec celles
demandaient par le client.

Equipement de laboratoire
Le laboratoire de développement est constitué de :
- Quatre minis machines de teinture (Ahiba) : une Elite, une Mathis, et deux SP équipés
respectivement de 6, 7, 11 biberons. Elles permettent l’échantillonnage en laboratoire.
- Un foulard d’échantillonnage : qui permet la teinture à la continue où l’imprégnation
de l’étoffe se fait dans un bain ensuite le textile passe entre deux rouleaux
d’exprimage.
- Un doseur automatique des colorants (pipeteuse) : permet de doser, avec précision, les
quantités des colorants déjà préparées (solution disponible) suivant un programme
décrit et enregistré au préalable.
- Un agitateur magnétique : celui-ci permet l’agitation des solutions en présence d’un
barreau.
- Balance électronique de précision : celle-ci permet de peser des produits, des
échantillons…
- Une chambre de lumière : a pour but de créer un environnement maîtrisé
d’observation et de comparaison des couleurs et de permettre d’appréhender le
phénomène de métamérisé. Elle est équipée de sources de lumière qui tendent à
reproduire les principaux illuminant utilisés en colorimétrie.
- Un spectrocolorimètre : a pour tâche de reformuler les recettes ainsi que la vérification
de la conformité de la nuance produite avec celle du standard. Un spectrophotomètre
y est intégré dans le but d’examiner le bain résiduel.
- Deux séchoirs : que nous employons pour le séchage.
- Bloc des colorants et bloc des produits chimiques et de toutes les matérielles
nécessaires pour effectuer les recherches et les développements des recettes et la
préparation des solutions tels que : les béchers en verre, les pipettes, les pros
pipettes…

b. Atelier de production 
Stage de perfectionnement

Ce département est composé par plusieurs machines qui travaillent en discontinu. Certaines
machines traitent les étoffes en large et d’autre en boyau. En effet, ces machines sont au
nombre de 31 et se diffèrent en type, en capacité en constructeurs en nombre de brins, en
rapport de bain et au fonctionnement.

2.  Le laboratoire de contrôle qualité


Après avoir lancé la production à l’échelle industrielle, les échantillons seront testé dans le
laboratoire de contrôle qualité et après le processus de finissage. En effet, ce laboratoire
assure une multitude diligence qui permet de répondre à une commande en respectant les
exigences des clients (cahier de charge) en effectuant des divers tests de contrôle en se basant
à des normes spécifiques aux agents de contrôle qualifiées et aux matériels bien entretenus.
Parmi les tests réalisés, on cite :
 Le grammage.
 La laize.
 Le vrillage.
 Evacuation de la nuance.
 La stabilité dimensionnelle.
 La solidité au frottement.
 Contrôle des défauts tels que : problème de barrures, les tâches (colorant, huile,
salissure…), l’unisson, défaut d’impression, trous, fil tiré, le toucher, traces
d’aiguilles, la non-conformité de nuance…

Equipement de laboratoire de qualité

- Un spectrocolorimètre : il est utilisé pour le développement d’une telle nuance ou


couleur, le spectrocolorimètre est conçu pour la mesure de la couleur en monde
réflectance et en monde transmittance à intervalle bien déterminé. En effet, son
application est très importante, elle est principalement utilisée dans le contrôle qualité
tel que le contrôle des lots produits par rapport aux échantillons standard, il déchiffre la
couleur de la matière, il déchiffre aussi, la couleur de la matière traitée et affiche l’écart
de couleur de la matière traitée à partir duquel l’agent de contrôle prend sa décision.
Deux étuves ventilées : celles-ci conviennent particulièrement bien pour les opérations
de séchage par convection des échantillons.
Stage de perfectionnement

- Trois machine à laver : qui sont automatiques, elles sont utilisées pour mesurer la
stabilité dimensionnelle, les échantillons sont lavés dans des conditions bien
déterminées telles que : la température, le temps, degré d’essorage.
- Deux machines gerywash : elles sont employées pour tester la solidité au lavage. Ces
appareils sont à 4 biberons dans lesquels les échantillons sont imprégnés dans une
solution détergente en présence des billes inoxydables assurant le frottement de
l’échantillon.
- Un crokmètre manuel : c’est un dispositif utilisé pour mesurer la solidité au frottement
à sec et à mouillé avec un nombre de cycle bien déterminé (va et vient 10).
- Les échelles de gris : ils sont utilisés pour évaluer le dégorgement ou la dégradation des
colorants.
- Une cabine à lumière : cette cabine simule les illuminant D65 (lumière de jour),
lumière incandescente A, lumière fluorescente TL48, lumière ultraviolet, et répond à la
norme ASTM D 1729. Elle permet de contrôler visuellement les couleurs dans un
environnement normalisé et reproductible. Cette chambre de lumière est un outil
indispensable pour observer des échantillons colorés dans de bonnes conditions et
permet d’appréhender le phénomène de métamérisme.
- Une balance électrique : elle est utilisée pour peser les produits et les échantillons à
utiliser.
- Un découpoir est utilisé pour couper des éprouvettes circulaires de surfaces égales à
100 cm ² pour déterminer le grammage ou la masse surfacique des échantillons.
- Un découpoir automatique : il découpe les échantillons en zigzag.
- Les outils de marquage tels que : les règles métalliques, marqueur permanent, un
gabarit.

Conclusion 
Dans ce chapitre nous avons analysé l’état de l’entreprise au niveau de l’atelier de production
de teinture, du laboratoire de recherche de colorie et celui de contrôle qualité où nous avons
réalisé notre tâche donnée.
Stage de perfectionnement

Chapitre II : Etude bibliographique


Introduction
Dans cette partie théorique, nous présenterons les propriétés physico-chimiques de fibrede
polyester. Nous parlerons également sur la teinture de polyester avec les colorants dispersés.

I. Le polyester 
Le polyester est une fibre synthétique obtenue par estérification d’un acide et d’un dialcool.
Ce polymère contient des chaînes principales hydrocarbonées qui contient des liaisons ester,
d’où son nom. Le polyester est le résultat d’une réaction de polycondensation de deux
polymères : l’acide téréphtalique, préparé à partir du benzène et l’éthylène glycol, préparé à
partir de l’éthylène.
Le polyester est utilisé seul ou dans les mélanges il a été l’une des premières fibres à être
mises au point pour la réalisation de tissus à pli permanent.

1. Propriétés physiques 
Les fibres de polyester présentent une haute résistance et elles sont également résistantes au
rétrécissement et à l’allongement. Les tissus sèchent rapidement une tendance à l’auto
infroissabilité et à la rétention du pli.

2. Propriétés chimiques 
 Action des acides
Le polyester est très peu sensible à l’action des acides minéraux et organiques dans des
conditions de concentration et de température peu élevées. Il est détérioré par des acides
concentrés. Le domaine d’utilisation du polyester est à un ph 4-4,7.

 Action des bases 


Stage de perfectionnement

Le polyester n’est dégradé ni par les bases fortes ou les bases faibles, ni par les sels alcalins
(carbonate de sodium) du moment où la concentration est faible et que la température est
modérée.

 Action des oxydants et des réducteurs 


Les polyesters possèdent une excellente résistance aux oxydants grâce au manque de
groupement oxydables. L’eau oxygénée, l’eau de javel, l’hydrosulfite de sodium provoquent
une faible détérioration du polyester. On blanchi très rarement le PES.

3. Les avantages et les inconvénients 


Le polyester a des caractéristiques proches de celles des polyamides : résistance, élasticité,
lavabilité. Il peut aussi être associé en mélange intime avec la laine et le coton, celui qui
remédie à son incapacité d’absorber la transpiration. Par contre, le polyester se charge encore
plus facilement que le polyamide en électricité statique, il a tendance à boulocher et il est
difficile à teindre. Enfin, les plissés fabriqués à base de polyester peuvent être fixés à chaud et
supporter le lavage.

II. Teinture du polyester aves les colorants dispersés 


1. Caractéristiques des colorants dispersés
Ce sont des colorants très peu solubles dans l’eau. Ils sont utilisés sous forme de dispersion
(un solide finement divisé dans un liquide) qui est assuré par l’ajout d’un agent dispersant.
Ces colorants sont presque appliqués sur les fibres synthétiques en particulier le polyester.
Généralement, avec ces colorants, on utilise des véhiculeurs dans le bain dans le cas de
teinture à l’ébullition.
Exemples des noms commerciaux :
FORON de Sandoz ; TERASIL de Ciba-Geigi ; RESOLINE de Bayer,…
2. Procédé de teinture des fibres de polyester 
La teinture de polyester peut être réalisée selon les 3 procédés suivants :
- Teinture par épuisement en présence d’un véhiculeur
- Teinture par épuisement à haute température (entre 125°à135°C)
- Teinture par foulardage et thermofixation (T°C entre 180°et 220°).
La teinture par épuisement peut être divisée en 3 phases :
Stage de perfectionnement

- 1ère phase : adsorption durant le chauffage de bain, le colorant se dépose à la surface


de la fibre et commence à diffuser.
- 2ème phase : c’est la diffusion de colorant vers l’intérieur de la matière textile le plus
uniformément possible.
- 3ème phase : c’est le traitement subséquent : les colorants déposés en surface et non
fixés sont éliminés par lavage.
Durant la phase de chauffage (la 1ère phase), le colorant dispersé doit monter sur le textile le
plus régulièrement possible.
La température initiale est plus basse pour la nuance claire que celle foncée.
La vitesse de chauffage dépend de la circulation de bain, de mouvement de matière et du
rapport entre les deux.

Pour la préparation de la dispersion de colorant, il faut opérer comme suit :


- Les colorants dispersés soit sous forme poudre ou granulé sont mis dans des eaux
tièdes,
- Puis, ils sont dispersés à un agitateur le plus simple,
Il ne faut pas chauffer les dispersions par injection de vapeur. En utilisant d’eau chaude, on
peut provoquer la précipitation de colorant lorsque sera ajouter dans le bain.
- Les colorants dispersés sont tamisés avant l’utilisation.
a. Procédé de teinture avec véhiculeur
Dans ce genre de teinture, il est nécessaire d’utiliser de plus de l’agent dispersant, un
véhiculeur qui a pour but rôle de faciliter le gonflement de la matière textile. Par conséquent,
on accélère la teinture. 
La composition de bain de teinture en présence de véhiculeur est la suivante :
- Un véhiculeur 
- Un agent dispersant
- Un système tampon pour régler le pH à 5-5.5
- Les colorants dispersés sélectionnés pour ce type de procédé.
Le traitement de la matière textile commence à 50°C dans un bain contenant le véhiculeur,
d’agent dispersant et le système tampon.
Après 10 à 15 min, on ajoute la dispersion de colorant déjà préparée. 5min plus tard, on
chauffe jusqu’à l’ébullition avec une vitesse de 1.5°/min.
Stage de perfectionnement

Après, on refroidit jusqu’à 80°C environ et on vide le bain de teinture et on termine par un
traitement subséquent pour éliminer les véhiculeurs qui peuvent diminuer les solidités au
lavage.
b. Procédé de teinture à haute température 
Cette teinture s’effectue sur des machines à haute pression et qui assure une bonne circulation
de la matière. Ainsi qu’un mouvement régulier et rapide de textile.
Le bain de teinture peut être préparé séparément dans une cuve complémentaire ou on peut
ajouter les produits et les colorants successivement dans l’appareil de teinture.
Le bain de teinture contient :
- Un agent dispersant approprié selon le procédé
- Système tampon pour avoir un pH entre 5-5.5
Le refroidissement s’effectue à 60°C suivi d’un rinçage.
c. Teinture à la continue selon le procédé thermosol
C’est une méthode de teinture économique qui garantie des teintures de bonne qualité pour
des grands métrages.
Pour appliquer cette méthode, il faut respecter certaines conditions :
- Il est préférable d’utiliser des colorants dispersés liquides ce qui permet d’additionner
le colorant au bain de foulardage après une simple dilution.
- Il est absolument nécessaire d’ajouter au bain de foulardage un épaississant pour
former une couche très fine et pour empêcher la précipitation de la dispersion et pour
réduire le phénomène de migration de colorant au cours de séchage. Comme
épaississant, on peut utiliser l’alginate de sodium ou bien l’acrylate de sodium.
Bain de foulardage 
Il contient les produits suivants :
- Epaississant
- Agent mouillant
- CH3COOH (régler le pH)
- Colorant sélectionné pour le procédé thermosol
- Température de 20°C à 40°C
- Taux d’exprimage le plus faible possible de 60 à 70 % pour 2 raisons :
o Le séchage est plus rapide et économique
o Minimiser le risque de migration
Le séchage est effectué sur le séchoir par convection. Ainsi que sur séchoir par contact
(séchoir à cylindre).
Stage de perfectionnement

Un préséchage à l’infrarouge favorise l’uniformité de la teinture.


Les conditions de séchage doivent être parfaitement régulières.
Le thermosolage :
Après le séchage, on fait le thermosolage qui consiste à fixer le colorant sur la matière textile
à une température comprise entre 190°C et 220°C selon l’intensité de la nuance et surtout
selon le colorant utilisé.
Le temps du thermosolage varie de 30 à 60 s lorsque on travaille à l’air chaud et de 15 à 30 s
lorsque on travaille à séchoir par contact.
Afin d’obtenir des nouveaux de solidités élevées, on peut effectuer un lavage réducteur
surtout pour la nuance moyenne et foncée.

III. La colorimétrie 
1. Introduction
La colorimétrie est la base de tous systèmes de reproduction d’images existant tels que le film
et la vidéo et probablement des systèmes futurs. Elle permet de qualifier d’une manière
scientifique et rigoureuse la perception des couleurs. C’est le passage obligé entre le monde
artistique de la création des images et le spectateur, des que celui-ci accède à l’œuvre par un
moyen technique de diffusion ou de reproduction.
2. Définition
La colorimétrie est la science qui étudie la couleur, et qui est un fait une description
quantitative. C’est une mesure de la couleur, fondée sur un ensemble de conventions.
La colorimétrie exploite une propriété psychosensorielle fondamentale de l’œil que traduit le
principe de la trivariance visuelle : principe humain de la perception visuelle des couleurs
fondé sur la faculté, par les récepteurs visuels de la rétine (cônes), d’être sensible aux trois
radiations fondamentales du principe de la synthèse additive.
3. But 
Le but de la colorimétrie est d’intégrer la gestion de la couleur au sein d’une entreprise
d’ennoblissement. Elle permet d’analyser une couleur en l’exprimant par des donnés
numériques objectives afin de la reproduire avec précision suffisante sur un support textile et
d’évaluer numériquement l’écart de couleur entre un type et sa reproduction.
La colorimétrie nous permet donc de :
- Optimiser la recette de teinture
- Réduire le stock de colorants
Stage de perfectionnement

- Diminuer le nombre d’essais de teinture


- Satisfaire le client en diminuant les délais.
4. L’espace colorimétrique CIELab
Le système CIELAB cherche à obtenir un espace uniforme en écart de couleur.On trouve dans
cet espace la méthode de repérage tridimensionnelle reprenant la théorie des trois paires
antagonistes : blanc-noir, rouge-vert et jaune-bleu de la vision des couleurs.
- Les coordonnées rectangulaires : L*,a*, b* où :
 L* : représente la clarté
 a* : représente la composante chromatique rouge-vert
 b* : représente la composante chromatique jaune-bleu

5. Différence de la couleur dans le système CIELab


Dans le système CIELab, il est possible de déterminer l’écart CIELab en calculant
simplement la distance dans l’espace entre un type et un contre type. Cet écart noté ΔE* est
exprimé en unité (normal bureau of standard).
Dans le système CIELab, un écart de couleur peut se décomposer comme suit :
- ΔE : écart colorimétrique total avec ΔE=√ ¿ ¿ ¿
- ΔL* : écart de luminosité (de clarté)
- Δa* : écart dans le sens vert-rouge
- Δb* : écart dans le sens bleu-jaune

6. Comparaison des couleurs 


Les couleurs sont comparées selon leur écart de luminosité, écart dans le sens vert-rouge, et
leur écart dans le sens bleu-jaune.
ΔL*=L*2-L*1 si ΔL*>0 la couleur C2 est plus claire que la couleur C1
si ΔL*<0 la couleur C2 est moins claire que la couleur C1

Δa*=a*2-a*1 si Δa*>0 la couleur C2 est plus rouge que la couleur C1


si Δa*<0 la couleur C2 est moins rouge que la couleur C1

Δb*=b*2-b*1 si Δb*>0 la couleur C2 est plus jaune que la couleur C1


si Δb*<0 la couleur C2 est moins jaune que la couleur C1
Stage de perfectionnement

Conclusion
Cette étude bibliographique a été consacrée à définir les propriétés physico-chimique de
polyester et sa teinture avec les colorants dispersés.

Dans le chapitre suivant, nous nous intéresserons à une étude comparative entre les gammes
de colorants dispersés.

Chapitre III : Partie expérimentale


Sujet :

Etude comparative entre les gammes de colorants dispersés

I. Introduction 
Dans cette partie effectuée au laboratoire de teinture de l’entreprise ITS, nous nous
intéresserons à la teinture de polyester avec les colorants dispersés. Notre but est de comparer
les gammes de colorants dispersés en termes de contrôler la nuance, d’évaluer les solidités
aux lavages et de dispersibilité de colorants dispersés.

1. Teinture de polyester
a. Matériels et produits 
Tableau 1: Matériel et produits

Matériels Mathis, bécher, pipette, spatule, balance électrique, étuve

Matière Des échantillons en tricot polyester


Des échantillons de multifibres
Produits Produits utilisés pour prétraitement (dégraissage) : eau tiède, agent mouillant.
Produits utilisés pour la teinture :eau, colorants, dispersant, anti tache, acide
acétique, catalyseur.

b. Recette de préparation
Tableau 2: Recette de préparation
Stage de perfectionnement

Produits Quantité Rôle

Eau (ml) 100 Solvant

Agent mouillant Quelques gouttes Facilite le mouillage de la matière

Ce prétraitement à pour but d’éliminer les graisses provenant de la machine de tricotage afin
d’empêcher le risque de mal uni.

c.  Recette de teinture 
Tableau 3: Recette de teinture par épuisement

Produits Rôle

Eau Solvant

Colorants Donner la nuance

Dispersant Permet de monter le colorant sur la matière


Acide acétique Régler le pH (légèrement acide)
Anti tache Eviter l’apparition des taches

d. Calcul de recette
 Pour les colorants
Tableau 4 :Quantités de colorants dispersés

Gamme de colorants Quantités

SETAPERS FBL 0.1g 0.3g

Bleu FORON SWF 0.1g 0.3g

SUNCRON S-FBL 0.1g 0.3g


SETAPERS CERN 0.2g 0.4g
Noir
FORON SWF 0.2g 0.4g
SUNCRON S-SFO 0.2g 0.4g

SETAPERS P2G 0.1g 0.3g


Rouge
FORON SWF 0.1g 0.3g

SUNCRON E-FB 0.1g 0.3g


Stage de perfectionnement

SETAPERS CERN 0.1g 0.3g


Bleu FORON SWF 0.1g 0.3g
marine
SUNCRON SE-SFO 0.1g 0.3g

 Pour les adjuvants 


- RdB : 1/10 Volume du bain =100 ml
Masse d’échantillon=10g

- Acide acétique :
2g 1000ml
0.2g 100ml

- Anti-tache :
0.5g 1000ml
0.05g 100ml
- Dispersant :
0.1g 1000ml
0.01g 100ml

 Mode opératoire 
 Préparation des solutions
Dans chaque biberon ,nous avons ajouté de l’eau froide de 100 ml , Xg de colorant , 0.2g
d’acide acétique, 0.1g d’anti-tache,0.05g de catalyseur et de dispersant. Ensuite, nous avons
imprégné dans chaque biberons 10g d’échantillon lié avec une bande de multifibre de 10 g.

Nous avons effectué le procédé suivant :

Figure4 : Le procédé
de teinture
Stage de perfectionnement

Après la teinture, les échantillons ont subi un traitement réducteur comme indiqué la figure
suivante :

Figure5 : Processus du traitement réducteur

Remarque 
La recette du traitement réducteur contient :
- 100 ml d’eau
- 0.5g d’hydrosulfite de sodium
- 2ml de soude caustique

Ce traitement a pour rôle d’éliminer les colorants non fixés et de garantir un bon unisson.
Le séchage s’effectue à l’étuve.

Après chaque teinture, nous avons contrôlé les paramètres suivants :


- Les coordonnées colorimétriques;
- Les solidités aux lavages
- La dispersibilité des colorants.
Stage de perfectionnement

2. Contrôle de la nuance 

a. Cas d’une nuance claire 


Nous avons mesuré les valeurs des coordonnées colorimétriques (L*, a*, b*) pour chaque
échantillon teint à l’aide d’un spectrocolorimètre « Datacolor » .Les résultats obtenus figurent
dans les tableaux suivants :
Tableau 9 : Coordonnées colorimétriques des échantillons teints en bleu

Nuance Bleu SETAPERS FORON SETAPERS FB SUNCRON


FB (standard) SWF (standard) S-FBL
Δa* 4.04 4.63
Δb* 2.88 -3.59
ΔL* -5.87 -5.56
ΔE 7.68 8.07

D’après ce tableau, l’analyse de la variation de la coordonnée b*montre que la nuance bleu


SUNCRON vire vers le bleu par contre la nuance bleu SETAPERS est plus jaune que celle
bleu SUNCRON. On remarque aussi que l’échantillon teint par le bleu FORON est plus jaune
que celui teint par le bleu SETAPERS.
L’analyse de la variation de la coordonnée a* montre que l’échantillon teint par le bleu
SUNCRON est plus rouge, plus foncé et moins saturé que l’échantillon teint par le bleu
SETAPERS. On constate aussi que le bleu FORON est plus rouge, plus foncé et moins saturé
que le bleu SETAPERS.
Ce qui nous permet de conclure que le colorant bleu SUNCRON est plus pur que le bleu
FORON et SETAPERS. Il est remarquer que pour cette nuance, les écarts ΔE sont très élevés
et sont indicateurs de mauvaise fixation de colorant sur la matière textile.
Stage de perfectionnement

Tableau10 : Coordonnées colorimétriques des échantillons teints en rouge

Nuance Rouge FORON SWF SETAPERS FORON SWF SUNCRON


(standard) P2G (standard) E-FB
Δa* -2.57 5.46
Δb* -2.17 -3.62
ΔL* -1.71 1.17
ΔE 3.77 6.65

D’après le tableau, le SUNCRON vire vers le bleu en terme de coordonnée b* et vire vers le
rouge en terme de coordonnée a*. Il est plus clair et plus saturé que le FORON.
Pour le SETAPERS, il est plus bleu et plus vert en terme des coordonnées a* et b*. L’analyse
de sa clarté, montre qu’il est plus foncé. Mais il est moins saturé.
En conséquence, la coloration rouge SUNCRON est plus pure que le rouge FORON et
SETAPERS.

Tableau11 : Coordonnées colorimétriques des échantillons teints en bleu marine

Nuance Bleu SETAPERS CERN FORON SETAPERS CERN SUNCRON


marine (standard) SWF (standard) SE-SFO
Δa* -0.66 0.14
Δb* -0.94 1.28
ΔL* 1.06 -0.16
ΔE 1.56 1.29

Le tableau monte que, ΔL* est relativement faible, on trouve le FORON est plus claire que le
SETAPERS et le SUNCRON est plus foncé que le SETAPERS. Le démontage de la couleur
est faible. Les coordonnées Δa* montre que le bleu marine FORON est plus verte et plus
saturé que le SETAPERS. Alors que pour le bleu marine SUNCRON est plus verte mais le
moins saturé que le SETAPERS.
Ce qui nous conclure que le bleu marine FORON est la couleur la plus pure.
Stage de perfectionnement

Tableau12 : Coordonnées colorimétriques des échantillons teints en noir

Nuance noir SETAPERS CERN FORON SETAPERS CERN SUNCRON


(standard) SWF (standard) S-SFO
Δa* -1.89 -0.14
Δb* -0.64 - 0.15
ΔL* 1.2 0.85
ΔE 2.32 0.87

D’après ce tableau, on constate que le démontage de la couleur dans le cas de l’échantillon


teint par le FORON est plus clair que celui teint par le SUNCRON.
L’analyse de la variation de la coordonnée a* montre que le noir FORON est plus verte que le
noir SETAPERS. De même, il est plus saturé.
Pour le noir SUNCRON, il est plus verte, plus foncé mais il est moins saturé que le noir
SETAPERS.
Ce qui nous permet de conclure que la coloration obtenue par le noir FORON est le plus pur
que le noirSUNCRON et SETAPERS.

b. Cas d’une nuance foncée


Pour cette intensité de nuance, les résultats de mesure des coordonnées colorimétriques sont
donnés dans les tableaux suivants :
Tableau13 : Coordonnées colorimétriques des échantillons teints en bleu

Nuance Bleu SETAPERS FORON SETAPERS FB SUNCRON


FB (standard) SWF (standard) S-FBL
Δa* 5.44 8.07
Δb* 8.18 2.10
ΔL* -5.24 -5.78
ΔE 11.13 10.14

D’après ce tableau, on remarque que les nuances de bleu Suncron et Foronvirent vers le jaune
en terme de coordonnée b*, et qu’ellessont plus rouges que le standard en terme de a*.
Stage de perfectionnement

L’analyse de la clarté montre que le bleu Suncron et Foron sont moins claires que le bleu
Setapers. En plus, le bleu Foron est plus foncé et moins saturé que le standard.par contre, le
Suncron est plus foncé et plus saturé. Ceci nous a expliqué que le bleu Suncron donne la
coloration la plus pure.

Tableau 14 : Coordonnées colorimétriques des échantillons teints en rouge

Nuance Rouge SETAPERS FORON SETAPERS P2G SUNCRON


P2G (standard) SWF (standard) E-FB

Δa* 3.92 8.85

Δb* 4.07 -1.08

ΔL* 1.84 3.42


ΔE 5.94 9.54

Ce tableau montre que le rouge Foron est plus clair, plus saturé et plus jaune que le standard.
Alors que, le rouge Suncron est plus clair, plus saturé et plus bleu que le standard.
Ce qui nous permet de conclure que le Foron et le Suncron donnent des colorations les plus
pures que le Setapers.

Tableau 15 : Coordonnées colorimétriques des échantillons teints en bleu marine

Nuance Bleu SETAPERS CERN FORON SETAPERS CERN SUNCRON


marine (standard) SWF (standard) SE-SFO

Δa* 1.23 1.5


Δb* -1.62 1.28

ΔL* 1.06 - 2.52


ΔE 2.27 3.19

L’analyse de la clarté montre que le Foron donne la nuance la plus claire que les Suncron et le
Setapers. De plus, il vire vers le bleu et le plus saturé.
Stage de perfectionnement

Tableau 16 : Coordonnées colorimétriques des échantillons teints en noir

Nuance noir SETAPERS CERN FORON SETAPERS CERN SUNCRON


(standard) SWF (standard) S-SFO
Δa* -2.5 1.2
Δb* 0.52 1.4
ΔL* 1.2 -0.65
ΔE 2.82 1.95

D’après ce tableau, on constate que le noir Foron est plus clair et de nuance verdâtre. Pour le
noir Suncron, il est plus foncé, plus saturé et de nuance rougeâtre.
Ce qui explique que le Suncron donne la coloration la plus pure.
Stage de perfectionnement

3. Essai de solidités aux lavages 

a. But 
Nous dégageons une détermination du degré de dégorgement d’un colorant par l’évaluation
de la solidité aux lavages sur multifibre par le biais d’un détergent suivant la norme ISO
105-C06.
b. Principe
Une éprouvette du textile, en contact avec un ou des tissus témoins spécifiés, est lavée,
rincée et séchée. Les éprouvettes sont lavées dans des conditions appropriées de
température. L’action abrasive est obtenue par l’utilisation d’un faible rapport de bain d’un
nombre approprié de billes en acier. Les dégradations de la coloration de l’éprouvette et le
dégorgement sur le tissu témoin sont évalués par comparaison avec les échelles de gris.

c. Matériels
- Dispositif mécanique approprié
- Récipients en acier
- 10 Billes en acier
- Tissus témoins : il s’agit de multifibre de type DW

Figure 6 : Multifibre de type DW


Stage de perfectionnement

- Détergent
- Eau distillée
- Echelle de gris pour l’évaluation des dégradations, conforme à l’ISO 105-A02
- Echelle de gris pour l’évaluation des dégorgements, conforme à l’ISO 1O5-A03

d. Mode opératoire d’essai


- Couper les éprouvettes de 4×10 cm
- Couper les tissus témoins 4×10 cm puis à l’aide de la surjeteuse 4 fils les assembler
avec les éprouvettes, déjà coupées, dans le sens des colonnes et sur l’envers.
- Préparer les solutions de lavage en dissolvant 4 g de détergent par litre d’eau distillée.
- Introduire dans chaque récipient en acier inoxydable 150 ml de volume de la solution
détergente préparée.
- A l’issue du lavage, sortir les éprouvettes, les rincer puis les sécher.
- Evaluer les dégradations de la coloration de l’éprouvette et le dégorgement sur les
tissus témoins à l’aide des échelles de gris.

Conditions d’essai

- Température: 40°C;
- Durée (min) = 30

e. Interprétation
Après l’évaluation du test de solidités aux lavages par l’échelle de gris, on a trouvé une valeur
égale à 5 pour tous les échantillons puisqu’il n’existe ni de dégorgement de l’éprouvette teinte
sur le tissu témoin (la multifibre), ni de dégradation de la nuance de l’éprouvette ce qui nous
donne des bonnes solidités aux lavages.
Stage de perfectionnement

II. Récapitulation

A l’issue de tous ces résultats (tests colorimétriques et tests de solidités de teinture aux
lavages,), nous pouvons déduire que :

- Le colorant « Foron » donne des nuances pures. Cependant, les écarts colorimétriques
ΔE sont relativement élevés. Ceci est dû au fait que le colorants se fixe peu sur la
matière et s’élimine facilement après rinçage. De même, en termes de solidité aux
lavages, il présente de bons résultats.

- Le colorant « Suncron » a donné des couleurs pures donne et une dispersion plus
uniforme que celle du Foron et Setapers. Cependant, dans le cas de multifibre teinte, il
donne des nuances moins pures. Les solidités aux lavages sont bonnes.

- Le colorant « Setapers » a donné des bonnes solidités aux lavages. Mais, de point de
vue colorimétrique, les couleurs sont moins pures.

- Tous ces résultats permettent de conclure que le colorant « Foron » peut être un bon
choix qui permet d’avoir des bons résultats, malgré qu’on n’ait pas trouvé des résultats
qui nous permettent de faire une comparaison précise entre les 3 gammes de colorant
dispersé.

- Cette méthode n’est pas fiable, puisqu’on ne trouve pas les outils nécessaires pour la
réaliser tels que les filtres normalisés qu’on est censé de l’utiliser lors du test de
solubilité.

Vous aimerez peut-être aussi