Vous êtes sur la page 1sur 65

Dédicaces

A mes chers parents Lotfi et Nedra


Aux quells je dois ce que je suis et ce que je serais

Vous m’avez soutenu tout le long de mes etudes ,vous étiez toujours presents
avec vos conseils et vos encouragements .

Que ce travail puisse traduire ma profonde reconnaissance et mon éternel


amour

Cher papa ,chére maman ,vous etes tout ce que j’ai de plus cher et plus précieux
au monde , que dieu vous protégé,vous offer bonne santé ,Bonheur et longue
vie .

A mon frère Neder et mes soeurs Lynda et Sirine


Pour ses soutiens morals et ses conseils précieux tout au long de mes
etudes.

A l’âme de mon grand père


Qui a été toujours dans mon esprit et dans mon cœur, je te dédie
aujourd’hui ma réussite. Que Dieu t’accueille dans son éternel paradis.

A toute ma famille
je vous dédie ce travail en reconnaissance de l’amour que vous m’offrez
quotidiennement et votre bonté exceptionnelle. Que Dieu le Tout Puissant vous
garde et vous procure santé et bonheur.

A tous mes amis et surtout Chawki, Aziz, Amine, Mahé, Sarah, Hend, Hajer
Je dédie ce travail comme preuve d’amour et d’amitié

indéfectible.
Remerciements

C’est avec un grand plaisir que je réserve ces lignes en signe de gratitude
et reconnaissance à tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de ce projet.

J’adresse mes sincères gratitudes et remerciement à Monsieur AMRI Adel,


Maître assistant à l’ISET de Ksar Hellal, d’avoir accepté de présider le jury de
ma soutenance de projet de fin d’étude.

Je remercie profondément Madame BAFFOUN Ayda, Maître de


conférences à l’ENIM, qui m’a honoré en acceptant d’être membre de jury.

J’aimerais adresser mes remerciements particuliers à mon encadrant


académique, Monsieur HAMDAOUI Mohamed, Professeur à l’ENIM, pour le
grand honneur qu’il m’ a fait en dirigeant mon travail, en m’ accordant son
attention et en me permettant de profiter de son expérience professionnelle et de
ses connaissances.

Je remercie vivement, Monsieur JAZIRI Kais, Gérant de la société LA


ROCADE de m’avoir accordé cette opportunité et pour son suivi et ses précieux
conseils.

Egalement, je tiens à remercier, Monsieur KHEMIR Houssem, Gérant de


la société Altutex Plus, pour leur accueille et pour leur confiance fournisses.

Finalement, je tiens à remercier tous mes enseignants de l’ENIM pour


leurs efforts qu’ils ont déployés pour nous assurer une bonne formation.

Avec beaucoup d’égard et de déférence, j’espère que ce travail sera


l’expression du grand respect et de profonde gratitude que je les dois.
Sommaire
Introduction générale

PRESENTATION DE L’ENTREPRISE

1. FICHE SIGNALÉTIQUE DE L’ENTREPRISE 10


2. ORGANIGRAMME GÉNÉRAL DE ALTUTEX COMPANY...............................................................10
3. MOYEN PERSONNEL...............................................................................................................................11
4. LES DIFFÉRENTS SERVICES DE L’ENTREPRISE............................................................................12
4.1. LA DIRECTION DE L’ENTREPRISE............................................................................................................12
4.2. LE SERVICE DE DÉVELOPPEMENT ET PRODUCTION................................................................................12
4.3. SERVICE DE MAINTENANCE....................................................................................................................12
4.4. LE LABORATOIRE DE DÉVELOPPEMENT..................................................................................................12
4.5. ATELIER DE TEINTURE...........................................................................................................................13

Chapitre 1: Etude bibliographique


1. LE POLYESTER.........................................................................................................................................16
1.1. LA POSITION CONCURRENTIELLE DANS LE MARCHÉ MONDIAL..............................................................16
1.2. L’ORIGINE, LA STRUCTURE ET LA COMPOSITION...................................................................................17
1.2.1. Synthèse du polyester...................................................................................................................17
1.2.2. Structure du polyester..................................................................................................................18
1.3. LES PROPRIÉTÉS PHYSICO-CHIMIQUES DU PET......................................................................................20
1.3.1. Les propriétés chimiques..............................................................................................................20
1.3.2. Les propriétés thermiques............................................................................................................20
1.3.3. Les propriétés physiques..............................................................................................................21
1.3.4. Les propriétés tinctoriales............................................................................................................21
2. LA TEINTURE DISPERSÉE.....................................................................................................................21
2.1 GÉNÉRALITÉ SUR LA TEINTURE.....................................................................................................................21
2.1.1. Le mécanisme général d’une teinture..........................................................................................21
2.1.2. L’aspect pratique et les paramètres de suivi................................................................................22
2.1.3. Les qualités demandées en teinture..............................................................................................23
2.2. LES ASPECTS PHYSICO-CHIMIQUES DE LA TEINTURE : CINÉTIQUE ET ISOTHERME D’ADSORPTION.......24
2.2.1. La définition de l’adsorption........................................................................................................24
2.2.2. Les Isothermes d’adsorption........................................................................................................26
2.3. LA TEINTURE DISPERSÉE DU POLYÉTHYLÈNE TÉRÉPHTALATE...............................................................27
2.3.1. Les colorants dispersés................................................................................................................27
2.3.2. Les techniques d’application des colorants dispersés.................................................................29
3. CONCLUSION.............................................................................................................................................29

Chapitre 2: Matériel et méthodes


1. MATIÈRES TEXTILES OBJETS DE L’ÉTUDE....................................................................................32
1.1 PRÉPARATION DE LA MATIÈRE TEXTILE.................................................................................................32
1.1.1 Lavage...............................................................................................................................................32
1.1.2 Caustification....................................................................................................................................32
1.1.3 Blanchiment......................................................................................................................................32
1.2 PROCÉDÉ DE TEINTURE DES ÉTOFFES TEXTILES OBJETS DE L’ÉTUDE....................................................32
2. CARACTÉRISATION DES COLORANTS DISPERSÉS OBJETS DE L’ÉTUDE.............................33
2.1 LE SPECTROPHOTOMÈTRE......................................................................................................................34
2.1.1. La loi de Beer Lambert.................................................................................................................34
2.1.2. Courbes spectrales des colorants objets de l’étude.....................................................................35
3. CONTRÔLE COLORIMÉTRIQUE DES TEINTURES RÉALISÉES.................................................37
4. LA MÉTHODE DE PLAN D’EXPÉRIENCES........................................................................................38
5. CONCLUSION.............................................................................................................................................39
Chapitre 3: Caractérisation des colorants et mise en place d'un procédé de teinture
1. CARACTÉRISATION DES COLORANTS DISPERSÉS OBJETS DE L’ÉTUDE.............................42
1.1 PURETÉ DES COLORANTS.......................................................................................................................42
1.1.1 Mode opératoire...............................................................................................................................42
1.1.2 Résultat.............................................................................................................................................42
1.2 STABILITÉ DES DISPERSIONS DES COLORANTS.......................................................................................42
1.2.1 Le colorant Jaune C4G.....................................................................................................................43
1.2.2 Le colorant Bleu S2G........................................................................................................................44
1.2.3 Les colorants Noirs...........................................................................................................................46
1.3 ETUDE DE LA CINÉTIQUE DE TEINTURE..................................................................................................47
1.4 ETUDE DES ISOTHERMES DE TEINTURE..................................................................................................50
1.4.1 Fondements théoriques.....................................................................................................................50
1.4.2 Résultat de l’étude............................................................................................................................51
2. MISE EN PLACE DES PROCÉDÉS DE TEINTURE.............................................................................53
2.1. LES DIAGRAMMES DES EFFETS...............................................................................................................54
2.1.1. Colorant Bleu...............................................................................................................................54
2.1.2. Colorant Jaune.............................................................................................................................55
2.1.3. Colorants Noirs............................................................................................................................55
2.2. LES DIAGRAMMES D’INTERACTIONS......................................................................................................56
2.3. LA MODÉLISATION ET LA PROPOSITION D’UN PROCÉDÉ OPTIMAL.........................................................58
3. CONCLUSION.............................................................................................................................................60

Conclusion générale…………………………… …………………………………………………….61


Références bibliographiques…………………… ……………………………………………………64
Introduction générale A.U.  : 20-21

Introduction générale

PFE-ENIM 6 Karim BCHIR


Introduction générale A.U.  : 20-21

Introduction générale

Le démarrage de l’industrie textile dans le monde entier était avec la filature, le tissage, le
tricotage, la confection et l’ennoblissement des produits en matière 100 % naturelle,
essentiellement le coton, la laine, la soie, le lin…etc. Ces fibres sont nobles et ont l’avantage
d’avoir un agréable toucher et d’être appréciées par le consommateur mais elles présentent
l’inconvénient d’être chères, d’être produites en quantités décroissantes et de posséder
quelques insuffisances de propriétés. C’est pourquoi les fibres synthétiques tel que le
polyester deviennent compétitives.
C’est pour cette raison et vue la concurrence nationale et internationale, les entreprises y
compris l’ALTUTEX Company doit pouvoir y faire face en multipliant les marchés et en
diversifiant les clients. Ceci n’étant possible que si elle garantit la qualité, le respect des délais
et l’aptitude à réaliser n’importe quel article quel que soit la nature des fibres du support, les
nuances demandées…etc.
Actuellement, au sein de l’entreprise ALTUTEX Company, on ne teint que les tissus en
100% coton ou bien en mélange avec l’élasthanne. Afin d’élargir les marchés et attirer encore
plus de clients et comme la production des fibres synthétiques est en essor continu, on a pensé
à l’introduction de la teinture des étoffes en polyester en utilisant, bien sûr, les colorants
dispersés.

C’est dans ce contexte que s’inscrit ce projet de fin d’études qui a pour but d’étudier les
caractéristiques d’une nouvelle gamme de colorants dispersés afin de mettre en place une
procédure complète de la teinture du polyester en se basant sur des études scientifiques
approfondies.
Le plan de ce travail s’articule autour de ces parties :
- Une présentation de l’entreprise et de l’état actuel de fonctionnement de
l’atelier de teinture ;
- Une recherche bibliographique permettant de présenter un aperçu théorique
relatif, d’une part, à la synthèse, la composition et les propriétés
physicochimiques des fibres de polyester, aux caractéristiques des colorants
dispersés et, d’autre part, à l’aspect physicochimique et pratique de la
teinture des fibres textiles ;

PFE-ENIM 7 Karim BCHIR


Introduction générale A.U.  : 20-21

- Une présentation du textile, des procédés et des techniques expérimentales


et des méthodes d’analyse et de caractérisation ;
- La mise en place d’un nouveau procédé de teinture polyester. Ceci étant fait
moyennant des tests colorimétriques pour mise en valeur le procédé optimal
pour chaque colorant. Les résultats expérimentaux seront finalement
modélisés selon une méthode statistique en fonction des différents facteurs.

Finalement, Le rapport s’achève par une conclusion générale, qui regroupe les principaux
résultats trouvés dans cette étude, et des perspectives qui peuvent s’ouvrir dans des travaux
ultérieurs.

PFE-ENIM 8 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Présentation de l’entreprise

PFE-ENIM 9 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Présentation de l’entreprise
ALTUTEX Company est une Société Tunisienne à Responsabilité Limitée spécialisée dans
le domaine de teinture et de délavage des articles confectionnés. Elle a été créée, en 1998,
« ALTUTEX Company  » sise à Korba du gouvernorat de Nabeul et fait partie du groupe
ALTUTEX. Ce groupe propose des différents services pour ses clients afin de fabriquer un
produit fini (la confection, la teinture et le finissage) et prêt à porter.

Les principaux clients du groupe « ALTUTEX » sont « Christoff » (100% de sa


production), Chervo (70% de sa production), Shop Gang – fashion (Pantalon femme),
Glenfieldit (Jupes, Robes, Vestes) et Henry cotton.

1. Fiche signalétique de l’entreprise


 Dénomination  : ALTUTEX Company
 Statut juridique : Société à responsabilité limitée (S.A.R.L)
 Gérant  : Mr Houssem KHEMIR
 Adresse : Km 2, Teffloun-8044 El Mida - Nabeul
 Gouvernorat  : Nabeul
 Secteur du capital  : 100% local
 Téléphone : (+216) 72 387 199 / (+216) 72 380 199
 Fax  : (+216) 72 388 422
 Email  : info@altutex.tn
 Effectifs  : 12 personnes
 Activités  : Lavage, teinture et finissage des articles confectionnés.

2. Organigramme général de ALTUTEX Company


L’ALTUTEX Company, société à responsabilité limité de nationalité Tunisienne et filiale
du groupe ALTUTEX, sise à Teffloun – Korba du gouvernorat de Nabeul. Elle comprend un
laboratoire de développement équipé d’un spectrocolorimètre et des appareils
d’échantillonnage « Ahiba », un atelier de teinture des pièces confectionnées et un atelier de
délavage des articles DENIM. Dans la suite de ce paragraphe, nous présentons
l’organigramme de la société :

PFE-ENIM 10 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Figure 1: Organigramme de l’entreprise ALTUTEX Company

3. Moyen personnel
L’entreprise est une structure composée de ressources matérielles et immatérielles
combinées via une organisation et une planification spécifique pour fournir un produit ou un
service de qualité. Elle est certes une unité de production, mais elle est avant tout une
organisation, composée de facteurs humains qui permettent son existence première. C’est le
moyen personnel qui fait la force ou la faiblesse de l’entreprise. Dans ce paragraphe, nous
présentons le personnel de la société ALTUTEX company afin de savoir son aptitude et sa
compétence au changement et à l’amélioration des procédés.

Une étude de la répartition de la main d’œuvre de la société ALTUTEX company a montré


que le pourcentage du personnel d’encadrement est très faible. Les responsables de la société
sont invités à intégrer de nouveaux et jeunes cadres pour assurer un bon encadrement de la
MOD. En effet, au sein de l’atelier de teinture de la société, l’encadrement est assuré par un
seul cadre qui a une formation de technicien et qui assure la fonction de directeur de
production. De ce fait, la qualité d’encadrement à ALTUTEX company est insuffisante.

PFE-ENIM 11 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

4. Les différents services de l’entreprise


4.1. La direction de l’entreprise
Les principales fonctions de la direction de l’entreprise sont les suivantes :

 La prise des décisions et la gestion des différents services afin d’assurer le bon
fonctionnement de la société.
 Le suivi et le contrôle de tout travail effectué au sein de l’entreprise.

4.2. Le service de développement et production


Comme l’indique son nom, c’est le service responsable de toutes les tâches liées aux
activités du laboratoire, de la transformation du produit en lui donnant la valeur ajoutée
désirée par le client.

4.3. Service de maintenance


Il a pour rôle d’assurer le bon fonctionnement des outils de production. En plus de la
remise en état des machines et des outils de travail qui nécessitent une intervention suite à
une panne. Ce service veille de plus en plus à anticiper les dysfonctionnements.

4.4. Le laboratoire de développement


Le laboratoire de la société ALTUTEX Company assure une multitude diligences qui
permettent de répondre à la spécificité de chaque demande dans le plus grand respect de
l’exigence souhaite par le client (cahier de charges, délais.)
On cite parmi ces activités :
 Le développement des nuances et des couleurs demandées par les clients de
l’entreprise;
 La validation et la préparation des formulations industrielles de préparation des
textiles et de teinture.
 L’optimisation des recettes de teinture, la validation et l’optimisation des processus
des traitements de préparations et de teintures et le choix des colorants et des
auxiliaires.

Nous signalons que la société ALTUTEX Company dispose d’un spectrocolorimétre


et d’un appareil d’échantillonnage « Ahiba » de la marque DATACOLOR. De plus, la
société dispose de 3 machines de teinture en semi-industrielle.

PFE-ENIM 12 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

4.5. Atelier de teinture


L’atelier de production de la société ALTUTEX company est équipé d’un parc
machine en bon état permettant d’assurer des teintures et des lavages de bonne qualité. La
liste des machines disponibles au sein de l’atelier est regroupée dans le tableau suivant

Tableau 1 : caractéristiques des machines de la salle de production


Vitesse de Vitesse de rotation
Désignation Nom Type Capacité rotation de Traitements
bre (Kg) d’essorage (tr/min)
teinture (tr/min)
Automatique et Teinture,
programmable
OMI LCF 2 100-120 0-50 0-120
blanchiment
360T
et stone
Wash
Automatique et Teinture,
OMI LCF 1 100 50 0-120 blanchiment
Programmable
et stone Wash
AVANTEC 1 Semi- 80 50 0-100 Teinture
automatique
Brango 1 Semi- 20 50 0-100 Teinture
TDBR04 automatique
Automatique et Teinture,
OMI LCF30 3 20 0-50 0-200 blanchiment
Programmable
et stone Wash
Automatique et
Séchoir 1 100 0-26 Séchage
Programmable
ER250
Automatique et 0-120
OMI 2 120 50 Teinture,
Programmable
blanchiment et
stone Wash
Automatique et
Séchoir 2 300 0-27 séchage
Programmable
ER550
Automatique et
Séchoir 2 150 0-27 Séchage
Programmable
ER150
Automatique et
Séchoir ES18 1 10 0-26 séchage
Programmable

Automatique et
Séchoir Tf 1 200 0.-27 Séchage
Programmable
TRANSFER
ON
Automatique et
Séchoir 2 20 0-26 Séchoir
Programmable
LAVENDA
Automatique et 0-120
Essoreuse 1 100 pièces Essorage
Programmable

PFE-ENIM 13 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Chapitre 1 :
Etude bibliographique

PFE-ENIM 14 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Chapitre 1  :
Etude bibliographique

Ce premier chapitre est dédié à la présentation des bases théoriques et fondamentales


nécessaires pour la compréhension des travaux réalisés au cours de ce projet de fin
d’études. La première partie présente une généralité sur les fibres de polyester, définit
ses propriétés physico-chimiques et évoque quelques notions de base sur ses propriétés
tinctoriales. La deuxième partie présente les colorants dispersés, destinés
essentiellement pour la teinture des fibres de polyester, ses caractéristiques et
performances, leur mécanisme réactionnel et leurs modes d’application. La dernière
partie traite l’aspect physico-chimique de la teinture.

PFE-ENIM 15 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

1. Le polyester

1.1. La position concurrentielle dans le marché mondial


Les produits textiles, et en particulier les vêtements, sont des biens de consommation
courante. Ils jouent un rôle social et reflètent la personnalité de ceux qui les portent. A titre
d’exemple, la quantité totale de vêtements consommés dans l’UE en 2015 s’élève à 6,4
millions de tonnes. En France, 2,6 milliards de TLC (textiles, linges de maison et chaussures)
sont mis sur le marché tous les ans, soit environ 9,5 kg par an et par habitant. En effet, ces
dernières années, la production annuelle de fibres textiles a atteint 40 millions de tonnes
environ, dont près de la moitié sont des fibres synthétiques et le reste sont des fibres de coton.
Les fibres synthétiques occupent une place très importante dans la consommation mondiale
des fibres avec un pourcentage qui dépasse 53% de la consommation totale des différentes
fibres de différentes origines, contre 5% seulement dans les années 1960.

Figure 1. 1: la consommation mondiale des fibres textiles en 20011

PFE-ENIM 16 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Figure 1. 2: la consommation mondiale des fibres chimiques en 20012

La figure 1.2 confirme l’importance des fibres du polyester (65 %) dans la consommation
mondiale des fibres chimiques dans le secteur de l’habillement textile. En 2002, les
principales utilisations des fibres textiles en Europe sont, par ordre décroissant, l’industrie du
vêtement (45%), les textiles d’intérieur (30%, les textiles techniques (18%) et les autres
secteurs (7%).

1.2. L’origine, La structure et la composition


D’une manière générale, les fibres textiles peuvent être classées en fonction de leur
“origine” : c’est-à-dire, en fonction de la nature des matières premières employées et des
processus de transformation. On distingue, essentiellement, deux groupes principaux : les
fibres naturelles (Ce sont les fibres qui existent en tant que telles dans la nature. C’est-à-dire,
les fibres obtenues par transformations physiques et mécaniques d’une manière naturelle, sans
modifier sa composition) et les fibres chimiques (ce sont les fibres manufacturées).

Le polyester est la fibre textile la plus produite au monde. Dans l’univers du textile, les
deux termes polyester, PES (le PolyESter de manière générale) ou PET (PolyEthylène
Téréphtalate) sont indifféremment employés pour qualifier ce matériau. C’est une fibre
synthétique connu sous le nom de Tergal, Dacron, Mylar ou Alcantara. Ce polymère est
d’origine chimique dérivé du pétrole. Le polyester (polyéthylène téréphtalate – PET) est
obtenu par une réaction chimique. Il est synthétisé par un processus de polycondensation par
estérification.

Les principaux secteurs d’application des fibres de polyester sont l’habillement, les
rideaux, les articles de loisirs, l’agriculture, le génie civil et les travaux publics.

1.2.1. Synthèse du polyester


En général, le polyester (polyéthylène téréphtalate) est obtenu grâce à un procédé de
polycondensation par estérification entre l’acide téréphtalate et l’éthylène glycol jusqu’à
l’obtention d’un degré de polymérisation de 170 à 200 monomères et accompagnée par un
dégagement de l’eau (c’est un procédé réalisé à chaud entre 260°C et 280°C et sous pression
qui varie de 2 à 6 bars).

PFE-ENIM 17 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Figure 1. 3: Procédé d’estérification directe de l’acide téréphtalique et de l’éthylène glycol

N.B  : En plus des réactions principales qui conduisent à l’élaboration du polymère, d’autres
réactions, dites secondaires, se développent et donnent lieu à des impuretés indésirables ou à
des motifs non conformes.

1.2.2. Structure du polyester


Le polyéthylène téréphtalate est un polyester linéaire aromatique thermoplastique dont
l’unité de répétition est représentée sur la figure ci-dessous :

Figure 1. 4: Motif répétitif du polyéthylène téréphtalate

Sa molécule est constituée d’atomes de carbone, d’oxygène et d’hydrogène reliés par des
liaisons covalentes. Les liaisons entre les atomes sont très fortes par rapport aux liaisons
intermoléculaires qui correspondent à des interactions de Van der Waals. Ces liaisons
permettent d’assurer une forte stabilité dimensionnelle dans le polymère qui se voit, donc,
acquérir d’importantes propriétés physiques comme, par exemple, un point de fusion élevé dû
à la rigidité des chaînes par la présence des noyaux aromatiques.

Le comportement mécanique de la fibre de PET est fortement influencé par les liaisons de
Van der Waals entre les chaînes ou les différentes parties d’une même chaîne. Le mouvement
de rotation des segments de chaînes pendant la déformation plastique du matériau ne peut être
possible que si les forces entre les liaisons inter-chaînes sont dépassées car ces dernières
réduisent les libertés de rotation des groupements atomiques et favorisent leur arrangement
sous différentes configurations : La configuration trans (configuration de la fibre à l’état
cristallin) ; la configuration Cis (configuration de la fibre à l’état amorphe) :

Figure 1. 5: Formes de configuration (tans et Cis) du polyéthylène téréphtalate

PFE-ENIM 18 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Le Polyéthylène Téréphtalate amorphe est un polymère dont les chaînes macromoléculaires


sont interpénétrées et se retrouvent dans un état désordonné sous forme de pelotes statiques
repliées sur elles-mêmes (Bueche 1962). En plus des liaisons de van der Waals, de nombre
généralement faibles, les macromolécules du PET sont liées entre elles par des
enchevêtrements assurant une certaine cohésion.

A l’échelle macromoléculaire, les polymères de polyéthylène téréphtalate ont essentiellement


deux structures différentes : l’état amorphe qui est caractérisé par l’absence d’ordre des
chaînes macromoléculaires à longue portée. Par contre, l’état cristallin présente dans sa
structure des régions où les chaînes macromoléculaires sont ordonnées. Cependant, en raison
de la longueur des chaînes, les polymères de polyéthylène téréphtalate forment très rarement
des cristaux à chaînes tendues, c’est à-dire un état complètement cristallin. On parle donc
réellement d’une structure semi-cristalline qui se distingue par la coexistence des régions
cristallines et amorphes

Figure 1. 6: La structure chimique de la fibre du polyéthylène téréphtalate

Figure 1. 7: la configuration du PET semi-cristallin ; à gauche : la configuration de la molécule et à droite


la configuration de la maille élémentaire triclinique3

PFE-ENIM 19 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

1.3. Les propriétés physico-chimiques du PET


1.3.1. Les propriétés chimiques
Le PET présente une bonne résistance aux acides minéraux faibles, même aux températures
d’ébullition, et à la plupart des acides forts à température ambiante. Par contre, l’acide
sulfurique concentré et l’acide nitrique concentré très chauds dissolvent ou détruisent les
fibres de PET. Sous l’action d’une solution alcaline concentrée et très chaude, le PET subit
une hydrolyse superficielle. L’ammoniaque et d’autres bases organiques, telles que la méthyle
amine, diffusent dans la structure, initialement dans les zones amorphes provoquant une
dégradation des liaisons ester et une altération des propriétés physiques.

Le PET a une résistance excellente aux agents oxydants tels que les agents blanchissants
conventionnels pour le textile, et résistent aux solvants nettoyants et aux tensioactifs.

Le PET est insoluble dans la plupart des solvants organiques. Seuls les dérivés aromatiques
chlorés et nitrés à point d’ébullition élevée, les phénols et la N méthylpyrrolidone ont le
pouvoir de dissoudre les fibres de PET sous l’effet de la chaleur. Des solutions concentrées
d’acide benzoïque et d’o-phénylphénol ont un effet gonflant. Etant donné sa structure
chimique, le PET est à la fois hydrophobe et oléophile. Le caractère hydrophobe apporte la
répulsion à l’eau et un séchage rapide mais en raison de l’oléophilicité, les taches d’huile et de
graisse restent difficiles à enlever.Dans les conditions normales (65% d’humidité relative et
20°C), les fibres de polyester ont une faible hygroscopicité (taux de reprise de 0.4%).

1.3.2. Les propriétés thermiques


Les propriétés thermiques des fibres de PET dépendent de leur méthode de fabrication. Les 2
transitions thermiques principales dans un polymère semi-cristallin sont la transition vitreuse,
qui est caractéristique de la phase amorphe, et la fusion qui se rapporte à la phase cristalline.
En raison de la présence d’unités para-phénylène et de la faible longueur des chaînes flexibles
(C-C), les mouvements des segments des chaînes de polymère sont peu aisés et nécessitent
une énergie thermique considérable, d’une part pour que le mouvement des chaînes puisse se
produire dans les zones amorphes et d’autre part pour que les cristallites se désorganisent. Les
valeurs de la température de transition vitreuse (Tg) et de la température de fusion (Tf) sont
donc élevées ; elles se situent généralement autour de 80°C (Tg) et de 250°C (Tf) dans le cas
du polymère. Dans le cas de la fibre, la valeur de la température de transition vitreuse peut
augmenter avec l’augmentation de l’orientation des chaînes de polymère. Ainsi, la valeur de
la température de transition vitreuse pour la fibre de polyester se situe entre 90 °C et 110°C.

PFE-ENIM 20 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

1.3.3. Les propriétés physiques


 Densité: 1,38 ;
 Bonne résistance aux U V ;
 Très bonne résistance à l’allongement (mais inférieure au PA) ;
 Bonne résistance à l’usure ;
 Bonne isolation thermique ;
 Séchage rapide ;
 Pas d’attaque par les moisissures ;
 N’absorbe pas la transpiration ;
 Légèreté ;
 Possibilité de pli permanent.
1.3.4. Les propriétés tinctoriales
La teinture de polyester est très difficile. En effet, il est très cristallin, absorbe très peu d’eau
et ne gonfle pratiquement pas, ce qui diminue considérablement la pénétration, la migration et
l’affinité des molécules des colorants. De plus, il ne présente pas des sites réactifs. De ce fait,
seuls les colorants plasto-solubles ou dispersés peuvent teindre le polyester.

2. La teinture dispersée
2.1 Généralité sur la teinture
La teinture est une opération chimique durant laquelle le colorant soluble ou solubilisé
quitte la phase aqueuse pour aller se fixer d’une manière plus ou moins irréversible sur la
matière textile par un procédé bien déterminé. Pendant cette opération, on assiste à une
interaction entre le colorant et la fibre. Le résultat obtenu dépend de l’énergie de cette
combinaison.

2.1.1. Le mécanisme général d’une teinture


D’une manière générale, l’opération de la teinture se déroule en trois phases4 :
 L’adsorption
C’est la première étape du mécanisme de teinture. Il s’agit du dépôt des molécules de
colorants sur la surface de la fibre à teindre. C’est un phénomène de contact entre la molécule
de colorant et la surface de la fibre.
 La diffusion et la migration
C’est la pénétration des colorants de la surface de la fibre vers l’intérieur. On remarque
bien que cette phase a une influence importante sur la qualité d’unisson et la solidité aux

PFE-ENIM 21 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

épreuves humide. Parallèlement à ce phénomène, la plupart des colorants ont une aptitude
plus ou moins grande, à se migrer à l’intérieur de la fibre et puis à se fixer. En effet, cette
migration dépend des propriétés du colorant et elle est fortement responsable de l’unisson de
la teinture.
 La fixation 
Après avoir migrer ou diffuser à l’intérieur de la fibre, le colorant se fixe d’une façon plus
ou moins irréversible. Cette opération peut se faire suivant plusieurs méthodes :
 Fixation par oxydation : les colorants insolubles sont solubilisés avant teinture par une
voie chimique appropriée et rendus insolubles après teinture par un traitement
chimique. Avec ces colorants, on peut atteindre une très bonne solidité aux épreuves
humides.
 Fixation par une réaction chimique entre la fibre et le colorant.
 Fixation par adsorption : les molécules des colorants s’adsorbent sur la surface des
fibres textiles. Ce phénomène peut être physique (par des interactions de faible
énergie) ou chimique (par des liaisons chimiques).
 Fixation par absorption : il se produit un phénomène de dissolution des molécules des
colorants dans la fibre.
2.1.2. L’aspect pratique et les paramètres de suivi
Pour pouvoir reproduire les nuances demandées par les clients (claires, moyennes ou
foncées). Le teinturier doit maîtriser certains paramètres de contrôle et de suivi des procédés
de teinture.

 L’épuisement du colorant5 :
Le taux d’épuisement est défini par la masse du colorant qui monte sur la fibre rapportée à
la masse initiale du colorant introduite dans le bain de teinture.
C0  C r
E %  100
C0
Avec :
 C 0: est la concentration initiale du colorant
 C r: est la concentration du colorant dans le bain résiduel de teinture

 Le rendement du colorant :
Le rendement du colorant est le rapport entre la quantité du colorant qui est effectivement
liée sur le textile et la quantité mise initialement dans le bain de teinture.

PFE-ENIM 22 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

C0  C r  C f
R %  100
C0
Avec :

 C 0: est la concentration initiale du colorant dans le bain ;

 C f : est la concentration du colorant dans le bain avant le rinçage ;

 C r: est la concentration du colorant résiduel dans les bains de rinçage et de


savonnage.

2.1.3. Les qualités demandées en teinture


Un article teint, quelle que soit sa présentation, doit répondre aux critères suivants6 :
 Conformité : c’est la reproduction d’une nuance conforme à celle du standard
 Unisson et perçage : la teinte doit être parfaitement unie, elle résulte d’un bon choix
du colorant et d’une bonne évolution de la teinture.
 Solidité : c’est la solidité de la nuance de la couleur face aux agents dégradants, au
cours de l’utilisation de l’article teint.
Ces qualités peuvent être influencées par plusieurs facteurs6 :
o Les caractéristiques de la fibre
Chaque fibre de PET, selon le procédé de fabrication et selon la marque, a son propre
affinité son ou ses colorants appropriés. L’affinité de la fibre de PET peut varier d’un lot à
un autre.
o L’eau et le rapport de bain
Le rapport du bain doit être parfaitement respecté sinon on va avoir un problème de
conformité.
o Le pH
C’est un facteur très déterminant pour déroulement de certaines réactions entre la fibre et
le colorant qui ne peuvent se dérouler qu’en milieu plus ou moins acide.
o La durée de la teinture
Les durées de teinture sont variables mais déterminées de l’expérimentation des colorants
pour lui assurer une montée et une fixation satisfaisantes.
o Les produits auxiliaires
Ce sont les entités chimiques ajoutées dans le bain afin de faciliter le bon déroulement de
la teinture.

PFE-ENIM 23 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

o La température
La température conditionne la bonne répartition du colorant et l’épuisement maximal du
bain de teinture.

2.2. Les aspects physico-chimiques de la teinture : Cinétique et Isotherme


d’adsorption
Dans ce paragraphe, on s’intéresse à l’aspect physico-chimique de la teinture. Il serait donc
très important d’étudier l’état d’équilibre où aucun changement entre la solution et la fibre est
atteint. Cet équilibre est fonction de la durée de teinture et de la température d’application. La
maîtrise du procédé de teinture passe, donc, par l’étude et la détermination de la durée de
teinture minimale nécessaire pour avoir un épuisement maximal du bain et de la température
optimale permettant d’atteindre cet équilibre sans influencer le rendement.
2.2.1. La définition de l’adsorption
L’adsorption d’un colorant sur une matière fibreuse (c’est-à-dire l’adsorption à l’interface
soluté/solide) est un phénomène qui peut être de nature physique ou chimique par lequel les
molécules présentes dans le bain de teinture, se fixent à la surface du textile. Ce phénomène
dépend à la fois de cette interface et des propriétés physico-chimiques de l’adsorbat. Ce
phénomène spontané provient de l’existence à la surface du solide de forces non composées,
qui sont de nature physique ou chimique. Ces forces conduisent respectivement à deux types
d’adsorption : la chimisorption et la physisorption.

 Adsorption physique (ou physisorption):

L’adsorption physique se produit à des températures basses. Les molécules s’adsorbent sur
une ou plusieurs couches (multicouches) avec des chaleurs d’adsorption souvent inférieure à
20 kcal/mol. Les interactions entre les molécules du soluté (adsorbât) et à la surface du solide
(adsorbant) sont assurées par des forces électrostatiques de types dipôles- dipôles, liaison
hydrogène ou de van der Waals. La physisorption est rapide, réversible et n’entraîne pas de
modification des molécules adsorbées.

 Adsorption chimique (ou chimisorption):

Adsorption chimique met en jeu une ou plusieurs liaisons chimiques covalentes ou


ioniques entre l’adsorbat et l’adsorbant. La chimisorption est généralement irréversible,
produisant une modification des molécules adsorbées. Ces dernières ne peuvent pas être

PFE-ENIM 24 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

accumulées sur plus d’une monocouche. Seules sont concernées par ce type d’adsorption, les
molécules directement liées au solide.
Remarques  :
 Expérimentalement, il est souvent possible de distinguer entre les deux types d'adsorption;
mais, dans certains cas, il est nécessaire d'examiner plusieurs critères simultanément pour
pouvoir conclure.
 Nature des forces
 La physisorption est causée par des forces d'interaction moléculaire, entre les
dipôles instantanés et induits. Pour cette raison l'adsorption physique est appelée
adsorption de Van der Waals.
 La chimisorption implique un réarrangement d'électrons entre l'adsorbat et la
surface du solide qui interagissent pour former une liaison chimique qui peut être
covalente, polaire ou ionique.
 La chaleur d'adsorption
La chaleur dégagée lors de l'adsorption est probablement le plus important de ces critères.
 En physisorption, la chaleur libérée par mole de gaz adsorbée est généralement
comprise entre 2 et 6 kcals, jusqu'à 10 kcals.
 En chimisorption, elle est rarement inférieure à 20 kcal/mole. Elle est de quelques
dizaines de kcal/mole. Cependant des valeurs inférieures comparables aux chaleurs
d'adsorption physique peuvent être rencontrées. Ceci étant dû au concept
d'adsorption endothermique.
 La vitesse du processus d'adsorption et de désorption
 L'adsorption physique s'établit très rapidement parce qu'elle ne requiert pas
d'énergie d'activation.
 La chimisorption par contre, comme beaucoup de processus chimiques, requiert
une énergie d'activation qui ralentit le processus.
 La réversibilité
 L'adsorption physique est complètement réversible avec les cycles d’adsorption et
de désorption se produisant alternativement sans changement de la nature de
l'adsorbat.
 La chimisorption peut être réversible ou pas, un changement chimique de
l'adsorbat durant la désorption est une preuve du non réversibilité du phénomène
de chimisorption. L’exemple l'adsorption chimique de l'oxygène sur du charbon

PFE-ENIM 25 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

peut être cité et où la désorption se produit en libérant par chauffage à température


élevée, l'oxygène sous forme de CO ou CO2.
 Les principaux facteurs influençant l’adsorption sont l’adsorbant, l’adsorbat et la
température d’adsorption. L’influence de l’adsorbant, d’une part, peut être liée aux
dimensions des pores et de sa surface spécifique. D’autre part, sa nature apolaire ou polaire
peut directement affecter le phénomène d’adsorption.
2.2.2. Les Isothermes d’adsorption
Tous les systèmes adsorbant/adsorbât ne se comportent pas de la même manière. Les
phénomènes d’adsorption sont souvent abordés par leur comportement isotherme. Les courbes
isothermes décrivent la relation existante à l’équilibre d’adsorption entre la quantité adsorbée
et la concentration en soluté dans un solvant donné à une température constante. Dans la
littérature, il existe plusieurs lois d’isothermes qui modélisent l’adsorption des colorants sur
les fibres textiles. Ces lois expriment la relation entre la quantité adsorbée et la concentration
en soluté dans un solvant à une température donnée. Nous rappellerons ci-dessous les
principales lois utilisées (figure 15).

 Model de Langmuir
Le model d’adsorption de Langmuir est défini par une capacité maximale d’adsorption qui
est liée à la couverture des sites de surface par une monocouche. Dans la pratique, il y a peu
de systèmes qui sont décrits par une isotherme de type Langmuir, du fait de l'hétérogénéité de
la surface et de l'interaction des molécules adsorbées. L'isotherme de Langmuir peut être
déduite selon plusieurs approches différentes, où la plus simple est l'approche cinétique
décrite précédemment. L'isotherme est donnée par:
a C 0 C eq
Qe =
1+ a Ceq
 a : constante d’adsorption de Langmuir (L/mg ou L/g)
 C0 : concentration de saturation du colorant sur les sites actifs de la fibre
textile

 Modèle de Freundlich
Le modèle d’adsorption de Freundlich est utilisé dans le cas de formation possible de plus
d’une monocouche d’adsorption sur la surface et les sites sont hétérogènes avec des énergies
de fixation différentes. Généralement l’isotherme de Freundlich est donnée par l’équation
suivante :

PFE-ENIM 26 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

1
Qe =K f C en
Avec ; Qe ; la concentration en colorant à l’équilibre sur l’adsorbant, C e ; la concentration
en colorant à l’équilibre en solution, Kf ; la constante d’adsorption de freundlich et n ; le
facteur d’hétérogénéité qui dépend de la nature de l’adsorbat et de la température.

 Isotherme de Nernst
L’isotherme de Nernst, qui est la plus simple des trois, constitue un simple partage du
colorant entre les deux phases : le bain de teinture et la surface de la fibre. Ce partage est
représenté par l’équation:
Q e =K C e
Avec : Qe ; la concentration en colorant à l’équilibre sur l’adsorbant, C e ; la concentration
en colorant à l’équilibre en solution et K ; le coefficient de partition qui mesure l’affinité du
colorant pour la fibre.

Figure 1. 8: les isothermes d’adsorption

2.3. La teinture dispersée du polyéthylène téréphtalate


2.3.1. Les colorants dispersés
Avec l’apparition des fibres artificielles de l’acétate de cellulose, qui ne présentaient
aucune affinité pour les colorants disponibles sur le marché et qui étaient tous solubles dans
l’eau, les chercheurs dans le domaine de teinture ont découvert les colorants dispersés. Ces
colorants ne contiennent pas, dans leurs formules chimiques, des groupes solubilisants. Ils
sont pratiquement insolubles dans l’eau et cela signifie qu’ils doivent être appliqués sous

PFE-ENIM 27 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

forme de dispersion aqueuse. Cette méthode d’application a conduit à l’adoption du nom de


« colorant dispersé »6.
Les molécules de colorants dispersés ont, généralement, une taille relativement faible et
appartiennent, pour la plupart d’entre eux, à deux familles chimiques principales7,8 :
- La famille de colorants azoïques : les colorants dispersés appartenant à cette
classe sont principalement de type monoazoïques dérivés de l’azobenzène.
Par contre, très peu de colorants dispersés sont de type diazoïques. La
gamme de couleur disponible pour ce type de colorants est très large. La
formule chimique générale de ces colorants est la suivante :

Figure 1. 9: La formule chimique générale d’un colorant dispersé de type azoïque

- La famille de colorants anthraquinoniques : les colorants dispersés


appartenant à cette famille sont, généralement, plus complexes à synthétiser.
Ils sont, donc, plus coûteux que les colorants de la famille azoïques. La taille
des colorants dispersés de cette famille est plus petite ce qui rend leurs
utilisations plus simple et plus facile. Les coloris disponibles de ces
colorants sont vifs.la formule chimique générale de ces colorants est la
suivante :

Figure 1. 10: La formule chimique générale d’un colorant dispersé de type anthraquinonique

Vu les propriétés chimiques des colorants dispersés qui sont presque insoluble dans l’eau,
ils sont donc appliqués dans le bain de teinture sous forme de dispersions très fines. De ce fait,
la taille des particules et la stabilité de la dispersion sont très importantes. En effet, plus les
particules sont fines, plus la vitesse de dissolution est rapide. Cela peut ainsi conduire à une
augmentation de la vitesse de teinture9. Dans la pratique, on cherche généralement à ce que le
colorant dispersé utilisé peut se disperser rapidement quand il est mélangé à l’eau.

PFE-ENIM 28 Karim BCHIR


Présentation de l’entreprise A.U. 20-21

Durant le processus de teinture, il faut bien contrôler la fine dispersion des colorants. En
effet, ces fines dispersions peuvent subissent une diminution dans le bain de teinture et ceci
peut affecter l’unisson de la teinture et les solidités de la couleur.
2.3.2. Les techniques d’application des colorants dispersés
En raison des propriétés physico-chimiques des fibres de polyesters (essentiellement le
taux de cristallinité élevé, le taux d’absorption faible et la température de transition vitreuse
du polyester qui est d'environ 80°C), la vitesse de diffusion des colorants dispersés à
l'intérieur de la fibre est relativement faible aux températures usuelles de teinture (qui sont de
l’ordre de 95°C à 100°C). On doit donc utiliser des procédés de teinture particuliers :
 Teindre le polyester à une température de 100°C en présence d’un véhiculeur ;
 Teindre le polyester sous pression et à haute température (entre 120 et 135°C) ;
 Teindre le polyester selon le procédé thermosol (teinture par foulardage à
200°C-220°C).

3. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons essayé de présenter les bases fondamentales qui se rapportent
au polyester, à sa teinture et aux colorants dispersés. Dans un premier temps, nous nous
sommes intéressés à une présentation synthétique de la réaction de synthèse de la fibre, de sa
composition de sa structure chimique, de ses caractéristiques physico-chimiques et de ses
propriétés tinctoriales. Ensuite, nous avons présenté les colorants dispersés, leurs
caractéristiques et leurs procédés d’application.

PFE-ENIM 29 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

Chapitre 2 :
Matériel et méthodes

PFE-ENIM 30 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

Chapitre 2  :
Matériel et méthodes

Dans cette étude, nous cherchons à étudier les caractéristiques d’une nouvelle gamme
de colorants dispersés et d’évaluer la qualité de teinture obtenue avec ces colorants.
Pour se faire, divers dispositifs et protocoles expérimentaux ont été utilisés pour réaliser
les tests nécessaires. Egalement, différentes techniques de mesures et méthodes
d’analyse et de caractérisation ont été adoptées, respectivement, pour étudier les
procédés développés, interpréter et quantifier les résultats obtenus.
Ce chapitre est, donc, dédié à la présentation de la matière textile étudiée et de la
nouvelle gamme de colorants sélectionnée, à la définition des modes et des procédés
opératoires adoptés et à l’exposition des dispositifs expérimentaux, des techniques de
mesures et des méthodes de caractérisations et d’analyses utilisés

PFE-ENIM 31 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

1. Matières textiles objets de l’étude

Les caractéristiques des structures textiles utilisées dans cette étude sont regroupées dans le
tableau suivant :

Tableau 2. 1: Les caractéristiques des supports tricotés objets de l’étude


Liage Grammage Titre Nm Épaisseur Nbre de Nbre de LFA
(g/m ) (tex) (mm ) Rangée colonne (cm)
Jersey 230 22 45 1.31 9 21 1.13

1.1 Préparation de la matière textile


Les supports textiles utilisés dans cette étude sont des étoffes prêt-à-teindre. Ils ont subi
plusieurs traitements de préparation chez les fabricants.

1.1.1 Lavage
Les étoffes ont subi un traitement de lavage. Il s’agit d’un traitement de déparaffinage pour
les tricots qui consiste à éliminer les paraffines appliquées lors de tricotage.

1.1.2 Caustification
Afin d’augmenter l’affinité tinctoriale, le fabricant a effectué aux étoffes objets de l’étude
un traitement de caustification appelé également alcalinisation. Il s’agit d’un traitement dans
un bain fortement alcalin en utilisant de la soude.

1.1.3 Blanchiment
Le blanchiment des étoffes en polyester est une opération qui permet d’avoir un degré de
blanc élevé. Les étoffes objets de l’études ont subi un traitement de blanchiment au chlorite de
soude. Matières textiles objets de l’étude

1.2 Procédé de teinture des étoffes textiles objets de l’étude


Dans cette étude, nous avons effectué la teinture des étoffes en polyester avec les colorants
dispersés selon le procédé par épuisement à haute température dans un bain acide et en
présence d’un dispersant. La température d’affinité maximale dépend du test à réaliser. En
effet, un plan d’expériences a été réalisé et deux niveaux de températures ont été choisis
(110°C et 130°C).

PFE-ENIM 32 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

Figure 2. 1: Processus de teinture du polyester

T initiale =50°c / T d’affinité maximale=130°c

Durée de I =10min

Durée de II=80min (grad T= 2°/min)

Durée de III=40min

Recette de teinture :

RDB=1/50

Masse de l’échantillon =2.5g

Volume du bain =125 ml

A : acide acétique (ph=4)


eau

dispersant

B  : colorant X%

2. Caractérisation des colorants dispersés objets de l’étude

Dans cette étude nous avons utilisé ces 4 colorants dispersés :

 Coraléne Noir SR 200 %


 Coraléne Noir RLS 200 %
 Coraléne bleu S2G
 Coraléne Jaune C4G

La caractérisation des colorants se fait par des techniques de mesure moyennant le


spectrophotomètre et le spectrocolorimétre.

PFE-ENIM 33 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

2.1 Le spectrophotomètre
Il s’agit d’une méthode d’analyse quantitative qui consiste à mesurer l’absorbance ou
densité optique d’une substance chimique donnée en solution, il consiste tout simplement à
mesurer la quantité en colorant dans le bain et à calculer la quantité de colorant dans la fibre
par soustraction par rapport à la quantité de colorant introduite en début de teinture. Le
spectrophotomètre est constitué de :
Il comporte :
o Une source de lumière blanche ;
o Un monochromateur composé d’un réseau et d’une fente qui sélectionne un
intervalle très étroit de longueurs d’onde autour d’une valeur choisie ;
o Une cuve qui contient l’échantillon à étudier ;
o Un détecteur qui mesure l’intensité lumineuse après la traversée de la cuve.

Figure 2. 2: schéma du principe de fonctionnement d’un spectrophotomètre

2.1.1. La loi de Beer Lambert

Lorsqu’une solution colorée absorbe de la lumière dans le domaine de longueurs d’ondes


de l’ultra-violet et du visible, l’énergie absorbée provoque des perturbations dans la structure
électronique des atomes, ions ou molécules. Un ou plusieurs électrons utilisent cette énergie
pour sauter d’un niveau de basse énergie à un niveau de plus haute énergie. Ces transitions
électroniques se font sur les longueurs d’ondes variant de 200 et 380nm pour l’ultraviolet et
de 480 à 780 nm pour le visible. Soit une radiation monochromatique de longueur d’onde fixe
traversant un échantillon d’épaisseur l, l’absorbance vérifie la loi de Beer-Lambert soit :

A = ε (λ).l.C
Avec :

- A : absorbance;

PFE-ENIM 34 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

- ε: le coefficient d’absorption molaire en L.mol-1.cm-1 ;


- l : la largeur de cuve en cm ;
- c : la concentration de la solution en mol/L.

Le tableau suivant présente les couleurs absorbées en fonction de la longueur d’onde


Longueur d’onde absorbée (nm) Couleur perçue Couleur absorbée
400-435 Jaune vert Violet
435-480 Jaune Bleu
480-490 Orangé Vert bleu
490-560 Rouge Bleu vert
560-580 Violet Jaune vert
580-595 Bleu Jaune
595-605 Vert bleu Orangé
605-750 bleu vert Rouge

400 440 480 500 520 590 610 620  (nm)

2.1.2. Courbes spectrales des colorants objets de l’étude

Nous présentons ci-après les différentes courbes spectrales de l’absorbance données par le
spectrophotomètre.

Figure 2. 3: variation de la courbe d’absorbance du colorant Bleu S2G

PFE-ENIM 35 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

Figure 2. 4: variation de la courbe d’absorbance du colorant Jaune C4G

Figure 2. 5: variation de la courbe d’absorbance du colorant Noir RLS 200%

Figure 2. 6: variation de la courbe d’absorbance du colorant Noir SR 200%

3. Contrôle colorimétrique des teintures réalisées

La colorimétrie est la science qui mesure la couleur. Son application est très importante dans
l’industrie où elle est principalement utilisée dans le contrôle qualité. La mesure de ces paramètres
est réalisée grâce à un spectrocolorimètre. Le but de la colorimétrie est d’intégrer la gestion de la
couleur au sein d’une entreprise d’ennoblissement. Elle permet d’analyser une couleur en

PFE-ENIM 36 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

l’exprimant par des données numériques objectives afin de la reproduire avec précision suffisante
sur un support textile et d’évaluer numériquement l’écart de couleur entre un type et sa
reproduction. La colorimétrie nous permet donc de :

* Optimiser la recette de teinture

* Réduire le stock de colorants

* Diminuer le nombre d’essais de teinture

* Satisfaire le client en diminuant les délais.

On évalue les capacités de coloration des pigments et des matières colorantes en introduisant
le concept de force colorante. On utilise pour cela la courbe de réflectance (autrement dit, le
spectre). La conceptualisation de ce principe repose sur la loi de Kubelka et Munk. On en déduit
des données spectrales deux grandes caractéristiques de la matière :

 Le pouvoir absorbant qui traduit en fait le pouvoir opacifiant de la matière, noté K.


 Le pouvoir diffusant qui traduit le pouvoir opacifiant de la matière, noté S.

Ces données sont très importantes pour réaliser notamment la formulation de teintes.
L’intérêt de ces grandeurs réside dans le fait qu’elles sont sommables, alors que celles de la
réflectance ne le sont pas. Le principe de la reproduction de teinte repose sur l’égalisation de
rapport K/S calculé pour chaque mesure réalisée.
Le logiciel va alors calculer la concentration de chaque pigment à ajouter dont on dispose
pour reproduire la teinte, connaissant déjà les valeurs de K et de S pour chaque pigment dans sa
base de données selon la relation suivante :

K/S = (1-Rmax) ²/2Rmax

En1976 le système de classification de couleurs CIELAB est établit. Ce dernier est un


espace euclidien. Chaque point peut être repéré par ses coordonnées L*,a*,b* suivantes :
- La luminosité L* : décrit l’intensité lumineuse. Elle est exprimée en %. Plus L* augmente, plus la
couleur est claire. Si L* égale à 0, la couleur est noire. Si L* est égale à 100, la couleur est
blanche.
- La coordonné a* : c’est la composante chromatique (rouge, vert). Si a*> 0 la nuance est
rougeâtre. Si a* < 0 la nuance est verdâtre.

PFE-ENIM 37 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

- La coordonnée b* : est la composante chromatique (jaune, bleu) . Si b*> 0 donc la nuance est
jaunâtre. Si b* < 0 donc la nuance est bleuâtre.
- L’écart colorimétrique ∆E : On dispose par exemple de standard et on désire comparer des lots
produits avec ce standard.
 La formule de calcul de l’écart colorimétrique « ∆E » est la suivante :

∆E = (∆L*² + ∆a*² + ∆b*²)1/2

Figure 2. 7: Coordonnés du système CIELAB

4. La méthode de plan d’expériences

La méthodologie de plan d’expérience est une démarche statistique permettant avec un


minimum d’essais expérimentaux de caractériser un processus par un modèle mathématique. En
effet, la méthodologie de plan d’expérience permet d’extraire le maximum d’informations avec un
minimum d’essais expérimentaux afin de caractériser un processus de manière la plus précise
possible ; de gagner le temps et minimiser le cout d'expérience.

En effet, la méthodologie de plan d’expérience permet avec un minimum d’essais


expérimentaux de caractériser un processus par un modèle mathématique. Cette approche
statistique permet de déterminer les éventuelles interactions entre les divers paramètres régissant
ce processus, d’évaluer les erreurs expérimentales ainsi que les erreurs d’ajustement du modèle et

PFE-ENIM 38 Karim BCHIR


Chapitre 2  : Matériel et méthodes A.U.  : 20-21

bien sûr, dans une optique d’optimisation, de pouvoir prédire avec justesse n’importe quelle valeur
comprise dans le domaine expérimental. Cette méthode est nécessite beaucoup de temps et de
réflexion pour trouver le modèle mathématique le plus précis et détaillé de notre processus étudié.

Donc pour planifier les expérimentations, il est indispensable, durant cette étape, d'utiliser
un logiciel de plan d'expérience nommé MINITAB 17 SATISTICAL SOFTWARE. Cette
méthodologie s’articule autour de trois étapes.

 Une formalisation du problème : définir le problème, déterminer les objectifs, définir


les entrées et les sorties.
 Choix d’une stratégie : plan de criblage (étude des facteurs) ou plan d’optimisation
(modélisation des surfaces de réponses).
 Analyses et résultats : analyse statistique, analyse graphique, interprétation et
validation des résultats

5. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons présenté les textiles objets de l’étude, des colorants dispersés
utilisés dans la teinture, les appareils de mesures et les méthodes d’analyse et de caractérisation.

PFE-ENIM 39 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Chapitre 3 :
Caractérisation des colorants et
mise en place d’un procédé de
teinture

PFE-ENIM 40 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Chapitre 3  :
Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé
de teinture

Dans la présente étude, nous nous sommes intéressés à la mise en place d’un procédé de
teinture du polyester présenté sous différentes structures avec une nouvelle gamme de
colorants dispersés. Il s’agit, donc, d’étudier les propriétés et les caractéristiques de
cette nouvelle gamme de colorants et de déterminer les conditions de travail permettant
d’avoir un épuisement maximal du bain, un rendement coloristique correct et des
solidités appropriées à son usage final.
L’obtention de ces ratios avec une qualité meilleure passe par la mesure, le suivi et
l’analyse de la cinétique de teinture, du pouvoir de migration du colorant, de la
saturation de la fibre du polyester, du coefficient de partage du colorant et de la valeur
énergétique de la liaison développée entre le colorant et la fibre.
Dans ce chapitre, nous avons déterminé les conditions optimales de fixation du colorant
et la durée minimale permettant d’avoir un meilleur épuisement du bain et de définir les
auxiliaires nécessaires à un bon déroulement de la teinture. Ceci passe par la
modélisation de la teinture du polyester avec ces nouveaux colorants afin de
comprendre le mécanisme de teinture de la fibre avec cette nouvelle gamme objet de
l’étude.

PFE-ENIM 41 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

1. Caractérisation des colorants dispersés objets de l’étude


1.1 Pureté des colorants
Les teinturiers cherchent généralement à utiliser des colorants purs. En effet, un colorant
qui n’est pas pur ne sera pas facile à manipuler surtout dans le cas de bi et trichromies. De
plus, il peut poser des problèmes lors de la reproduction des nuances.

1.1.1 Mode opératoire

Pour évaluer la pureté des colorants objets de l’étude, nous avons utilisé une
concentration de 0,5g/L a été employée pour les divers colorants. On déterminera entre autres
les longueurs d’ondes correspondant à l’absorbance maximale pour chaque colorant.

1.1.2 Résultat

Le résultat de l’étude de la pureté des colorants dispersés objets de l’étude est regroupé
dans le tableau suivant :
Tableau 3. 1: Longueur d’onde maximale de chaque colorant

Longueur d’onde maximale


Colorants
(λmax(nm))
Bleu S2G 542

Jaune C4G 446

Noir RLS 419 & 572

Noir SR 458 & 592

On constate que les colorants dispersés Jaune C4G et Bleu S2G présentent un seul pic
ce qui nous permet de dire qu’ils sont des colorants purs. Par contre, les deux colorants Noir
RLS et Noir SR présentent deux pics dons ces derniers ne sont pas purs.

1.2 Stabilité des dispersions des colorants


Il est à noter que l’inconvénient majeur des colorants dispersés est la solubilité. Pour ce
faire, ils sont utilisés en dispersions fines. Les résultats de la teinture avec ces colorants sont
influencés par le comportement de ces dispersions avec les conditions du travail. Dans la suite
de ce travail, nous allons étudier le comportement colorimétrique des colorants dispersés de la
société ALTUTEX Company quand ils sont soumis à de fortes températures ainsi que sa
stabilité au cours du temps.

PFE-ENIM 42 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Figure 3. 1: Processus de teinture pour étudier la stabilité de dispersion du colorant

Toutes les solutions du colorant dispersé prélevées du bain à l’instant « t » seront
analysées par le spectrophotomètre UV-Visible afin de mesurer l'absorbance sur une gamme
de longueurs d'onde allant de 400 à 800nm.

1.2.1 Le colorant Jaune C4G

Nous avons étudié la stabilité du colorant Jaune C4G pour deux différentes
concentrations de dispersant, respectivement, 4g/L et 8g/L. Les figures suivantes regroupent
toutes les courbes spectrales obtenues pour les différentes températures de prélèvement pour
une solution de colorant dispersé contenant 0,5g/L de colorant.

PFE-ENIM 43 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Figure 3. 2: Spectres d’absorbance de la dispersion du colorant Jaune C4G pour une concentration de 4g/L à
différentes températures

Figure 3. 3: Spectres d’absorbance de la dispersion du colorant Jaune C4G pour une concentration de 8g/L à
différentes températures

Ces courbes montrent une diminution importante de la valeur de l'absorbance maximale


en passant de la température de 50°C à la température de 90°C, ainsi qu'un déplacement de la
valeur de la longueur d'onde correspondant à l'absorbance maximale vers les longueurs d'onde
plus élevées. Ce changement est dû à l’évolution de la taille des micelles formées dans le
bain.
Egalement, nous avons constaté que plus la concentration de dispersant est élevée, plus
l’absorbance de la solution colorée est élevée ceci est expliqué par le nombre de micelles
formées dans le bain de teinture.

1.2.2 Le colorant Bleu S2G

Egalement, nous avons étudié la stabilité du colorant Bleu S2G pour deux différentes
concentrations de dispersant, respectivement, 4g/L et 8g/L. Les figures suivantes regroupent
toutes les courbes spectrales obtenues pour les différentes températures de prélèvement pour
une solution de colorant dispersé contenant 0,5g/L de colorant.

PFE-ENIM 44 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Figure 3. 4: Spectres d’absorbance de la dispersion du colorant Bleu pour une concentration de 4g/L à différentes
températures

Figure 3. 5: Spectres d’absorbance de la dispersion du colorant Bleu pour une concentration de 8g/L à différentes
températures

PFE-ENIM 45 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Ces courbes spectrales d’absorbances montrent les mêmes résultats que précédemment.
En effet, une diminution importante de la valeur de l'absorbance maximale en passant de la
température de 50°C à la température de 90°C, ainsi qu'un déplacement de la valeur de la
longueur d'onde correspondant à l'absorbance maximale vers les longueurs d'onde plus
élevées sont constatés. Ce changement est toujours dû à l’évolution de la taille des micelles
formées dans le bain.
Egalement, nous avons constaté que, identiquement aux résultats du colorant jaune, plus la
concentration de dispersant est élevée, plus l’absorbance de la solution colorée est élevée ceci
est expliqué aussi par le nombre de micelles formées dans le bain de teinture.

1.2.3 Les colorants Noirs

La même étude est effectuée sur les colorants noirs. En effet, deux différentes
concentrations de dispersant, respectivement, de 4g/L et 8g/L ont été testées. La nuance
étudiée est toujours de 1.5g/L.

Figure 3. 6: Spectres d’absorbance de la dispersion du colorant Noir RLS pour une concentration de 8g/L à
différentes températures

Les mêmes constatations sont observées pour le colorants Noir RLS pour la concentration de
dispersant de 8g/L.

PFE-ENIM 46 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Pour le colorant Noir SR, nous avons utilisé la même nuance (1.5 g/L). Par contre, la
concentration de dispersant testée est de 4g/L. le résultat obtenu est représenté sur la figure
suivante :

Figure 3. 7: Spectres d’absorbance de la dispersion du colorant Noir SR pour une concentration de 4g/L à différentes
températures

Toujours les mêmes constatations ont été observées pour ce colorants Noir SR pour la
concentration de dispersant de 4g/L.

1.3 Etude de la cinétique de teinture

L’étude de l’évolution de l’épuisement en fonction du temps (E (%) = f (t)), nous permet de


déterminer le temps d’équilibre qui correspond au temps de la saturation de la fibre, la vitesse
de monté du colorant sur la fibre textile et l’épuisement maximal possible avec le procédé de
teinture adopté. Une telle étude sert à caractériser les colorants objets de l’étude. Egalement,
cette étude nous permet de vérifier la compatibilité des colorants disponibles au sein de
l’entreprise. Pour l’étude de la cinétique de teinture, on a travaillé à la température d’affinité
maximale de 130°C. les résultats obtenus pour les quatre colorants objets de l’étude sont
donnés dans les figures suivantes :

PFE-ENIM 47 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Figure 3. 8: Courbe de cinétique de montée du colorant Jaune C4G

E∞ Et ½ t ½(min)
Colorant jaune C4G 88% 44% 2.5

Figure 3. 9: Courbe de cinétique de montée du colorant Bleu S2G

E∞ Et ½ t ½(min)
Colorant bleu S2G 63% 31.5% 4

PFE-ENIM 48 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Figure 3. 10: Courbe de cinétique de montée du colorant Noir RLS

E∞ Et ½ t ½(min)
Colorant Noir RLS 96% 48% 4

Figure 3. 11: Courbe de cinétique de montée du colorant Noir SR

E∞ Et 1/2 t ½(min)
Colorant Noir SR 89% 44.5% 3.5

PFE-ENIM 49 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Dans cette partie de l’étude, nous avons étudié l’évolution de l’épuisement du bain de teinture
en fonction du temps. Ceci nous permet de déterminer la vitesse de montée du colorant. A
partir des courbes de cinétique obtenues, nous avons calculé, pour les 4 colorants disponibles
au sein de la société Altutex Company, l’épuisement maximal du bain de teinture. Egalement,
nous avons déterminé théoriquement, pour chaque colorant, le temps de demi-teinture « noté
t1/2 » et qui correspond au temps que met le système pour absorber la moitié de la quantité de
colorant qu'il aura absorbé à l'équilibre.
D’après les résultats représentés sur les figures ci-dessus, nous constatons que, à part le
colorant bleu S2G, les colorants dispersés disponibles au sein de la société Altutex Company
sont caractérisés par un taux d’épuisement élevé qui peut atteindre 96% pour le noir RLS.
De même, nous constatons que le temps de demi-teinture pour les 4 colorants est court. En
effet, en grand max, la moitié de la quantité du colorant qui peut être adsorbé sur la surface de
la fibre peut être épuisé au bout de 4 minutes. Ce sont, donc, des colorants dispersés à grande
vitesse de montée. Par contre, les deux colorants « bleu et jaune » ne sont pas compatibles et
ne peuvent pas donner de bon résultat en teinture bi-chromatique. Enfin, il faut signaler que
l’épuisement maximal et le temps de demi-teinture sont influencés par les conditions de
teinture (formulation et processus).

1.4 Etude des isothermes de teinture

1.4.1 Fondements théoriques


Selon la littérature, dans le cas des colorants dispersés, 1'isotherme de répartition du colorant
entre la fibre et le bain est généralement décrit par l'équation de Nernst où le coefficient de
partage K est défini par :
K=Cf/Cb
Dans ce travail, nous avons étudié la montée isotherme des colorants dispersés sur les fibres
de polyester dans le cas d'un bain infini.
Par contre, vu que, dans notre cas de colorants, les mesures des absorbances des solutions
colorées sont difficiles, nous avons opté à la mesure de l’évolution de la force colorante en
fonction de la concentration du colorant dans le bain de teinture. En effet, selon des
études10,11,12, il existe une relation mathématique linéaire entre l’intensité de la couleur et la
concentration des textiles en colorant. Cette relation est donnée comme suit :

K/S=kC
Avec :
C : la concentration du colorant sur le textile et k : coefficient qui dépend du colorant.

PFE-ENIM 50 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

1.4.2 Résultat de l’étude

Les résultats des équilibres de partage d’un colorant dispersé entre la fibre de polyester et le
bain infini de teinture sont donnés par des isothermes d’adsorption dans lesquels nous
représentons, pour une température constante, la quantité du colorant fixée sur la fibre à
l’équilibre (g/g) en fonction de la concentration du colorant dans le bain (g/L).
Dans notre étude, la masse des échantillons choisis est de 2.5 g, le rapport de bain est 1:50, le
pH est de 4, la concentration du dispersant est de 1g/L et la température est de « T°=130°C ».
- Le colorant Bleu  :

Figure 3. 12: Evolution de la force colorante en fonction de la concentration du colorant dispersé bleu
dans le bain de teinture

- Le colorant Jaune  :

Figure 3. 13: Evolution de la force colorante en fonction de la concentration du colorant jaune dans le
bain de teinture

PFE-ENIM 51 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

- Le colorant Noir SR  :

Figure 3. 14: Evolution de la force colorante en fonction de la concentration du colorant Noir SR dans le
bain de teinture

- Le colorant Noir RLS  :

Figure 3. 15: Evolution de la force colorante en fonction de la concentration du colorant Noir RLS dans le
bain de teinture

PFE-ENIM 52 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Le résultat trouvé confirme que, dans ce cas des colorants dispersés, l'isotherme de sorption
prend la forme de l'isotherme de Nernst ce qui signifie qu'il existe une relation linéaire entre la
concentration en colorant dans le bain et celle dans la fibre sur une grande gamme de
concentrations et ce, jusqu'à ce que la fibre soit saturée.
L’affinité des colorants dispersés étudiés pour la fibre de polyester et la saturation sont
regroupées dans le tableau suivant :
Tableau 3. 2: Paramètres des isothermes des colorants objets de l’étude

L’affinité Saturation
Colorant Bleu 132,60 0,2 g/L
Colorant Jaune 246,04 0,1 g/L
Colorant Noir SR 141,43 0,2 g/L
Colorant Noir RLS 107,89 0,5 g/L
D’après les résultats regroupés dans le tableau ci-dessus, nous constatons que les colorants
dispersés étudiés présentent des affinités différentes pour le polyester et des saturations allant
de 0,1 g/L pour le colorant jaune à 0,5 g/L pour le colorant Noir RLS. Egalement, cette étude
d’isotherme prouve que l’utilisation de ces colorants en bichromie nécessite la prise de
beaucoup de précautions.

2. Mise en place des procédés de teinture

Pour mettre en place un procédé de teinture optimal avec ces colorants dispersés disponibles
au sein de la société Altutex Company, nous avons pensé à l’optimisation des facteurs
influençant la qualité de teinture en utilisant la méthode du plan d’expériences. Nous avons
étudié l’effet des facteurs suivants liés, respectivement, à la formulation et au processus de
teinture, à savoir :
- Concentration de dispersant ;
- pH du bain de teinture ;
- Durée de teinture ;
- Température d’affinité maximale ;
- Gradient de température.
Pour chaque facteur, nous avons choisi deux niveaux :
Tableau 3. 3: Le plan d’expériences: facteurs et niveaux

Facteur Niveaux
Concentration de dispersant 1&8
pH du bain de teinture 4&6
Durée de fixation 20 & 40
Température d’affinité max 110 & 130
Gradient de température 1&2
Les résultats obtenus sont détaillés dans les paragraphes suivants :

PFE-ENIM 53 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

2.1. Les diagrammes des effets

Dans ce paragraphe, il s’agit donc d’analyser les résultats du plan d’expériences adopté.
Pour cela, nous présentons les effets des cinq facteurs du plan d’expériences sur la réponse du
système. Les figures suivantes représentent les effets de chacun des cinq facteurs du plan sur
la valeur de la réponse.

2.1.1. Colorant Bleu

L’analyse du graphe des effets principaux, montre un effet très important du gradient de
température (de signe négative), du pH (de signe négative), de la concentration du dispersant
(de signe négative) et de la température (de signe positive) sur la variation de la force
colorante de la teinture obtenue. En passant d’un niveau à un autre de cette concentration, un
important déclin de cette réponse est remarqué. Par contre, la durée de fixation n’a pas une
grande influence sur la force colorante de la teinture obtenue.

Main Effects Plot for K/S


Data Means
[disper] Grad T°C T°C
4,50

4,25

4,00

3,75

3,50
Mean

1 8 1 2 110 130
Durée Fixation pH
4,50

4,25

4,00

3,75

3,50

20 40 4 6

Figure 3. 16: Effets des différents facteurs sur la réponse du système_colorant bleu

PFE-ENIM 54 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

2.1.2. Colorant Jaune

Figure 3. 17: Effets des différents facteurs sur la réponse du système_colorant jaune

L’analyse du graphe des effets principaux, montre un effet très important du gradient de
température (de signe négative), de la concentration du dispersant (de signe négative) et de la
température (cette fois ci, de signe positive) sur la variation de la force colorante de la teinture
obtenue. En passant d’un niveau à un autre de cette concentration, un important déclin de
cette réponse est remarqué. Par contre, la durée de fixation et le pH n’ont qu’une faible
influence sur la force colorante de la teinture obtenue de signe positive.

2.1.3. Colorants Noirs

Figure 3. 18: Effets des différents facteurs sur la réponse du système – Noir SR

PFE-ENIM 55 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

L’analyse du graphe des effets principaux (figure 3.18), montre un effet très important de
la température (de signe négative), de la concentration du dispersant (de signe positive) et du
gradient de la température (de signe positive) sur la variation de la force colorante de la
teinture obtenue. En passant d’un niveau à un autre de cette concentration, un important
déclin de cette réponse est remarqué. Par contre, la durée de fixation et le pH n’ont qu’une
faible influence (peut être considérée comme négligeable) sur la force colorante de la teinture
obtenue de signe négative.

Contrairement aux cas précédents, l’analyse du graphe des effets principaux relatifs au
colorant Noir RLS (figure 3.19), montre un effet très important de la température (de signe
négative) et de pH du bain de teinture (de signe négative) sur la variation de la force colorante
de la teinture obtenue. En passant d’un niveau à un autre de cette concentration, un important
déclin de cette réponse est remarqué. Par contre, les autres facteurs n’ont, presque, aucun effet
sur la force colorante de la teinture obtenue de signe positive.

Figure 3. 19: Effets des différents facteurs sur la réponse du système – Noir RLS

2.2. Les diagrammes d’interactions

Dans ce paragraphe, il s’agit donc d’analyser les interactions entre les différents facteurs
d’entrées du système afin de pouvoir établir les modèles mathématiques.

PFE-ENIM 56 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Interaction Plot for K/S


Data Means
1 2 110 130 20 40 4 6
5
[disper]
1
4
[disper]
8
3
5
Grad
T°C
4
Grad T°C
1
2
3
5
T°C
110
4
T°C
130
3
5
Durée
Fixation
4
Durée Fixation
20
3
40

pH

Figure 3. 20: Diagramme d’interactions entre les différents facteurs – cas du colorant Bleu

Figure 3. 21: Diagramme d’interactions entre les différents facteurs – cas du colorant Jaune

Figure 3. 22: Diagramme d’interactions entre les différents facteurs – cas du colorant Noir SR

PFE-ENIM 57 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Figure 3. 23: Diagramme d’interactions entre les différents facteurs – cas du colorant Noir RLS

L’analyse des graphes d’interactions entre les différents facteurs étudiés permet de
conclure que généralement pour les différents facteurs, en passant d’un niveau à un autre, les
droites d’interaction sont presque parallèles, ce qui se traduit par l’absence d’interaction, ou
dans certains cas, par une faible interaction entre les divers facteurs.

2.3. La modélisation et la proposition d’un procédé optimal

Etude du cas du colorant bleu

Après l’étude des effets des différents facteurs sur la réponse et l’analyse des interactions,
nous présentons dans la suite de cette partie le modèle mathématique, la surfaces de réponses
et les conditions optimales de teinture avec le colorant bleu.

The regression equation is


K/S = 5,09 - 0,0844 [disper] - 1,12 Grad T°C + 0,0190 T°C + 0,00332 Durée
Fixation - 0,296 pH

Predictor Coef SE Coef T P


Constant 5,088 1,181 4,31 0,000
[disper] -0,08439 0,02450 -3,45 0,002
Grad T°C -1,1198 0,1715 -6,53 0,000
T°C 0,019042 0,008574 2,22 0,035
Durée Fixation 0,003322 0,008574 0,39 0,702
pH -0,29577 0,08574 -3,45 0,002

S = 0,585004 R-Sq = 93,7% R-Sq(adj) = 78,2%

PFE-ENIM 58 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

Analysis of Variance

Source DF SS MS F P
Regression 5 16,8187 3,3637 14,30 0,000
Residual Error 26 6,1159 0,2352
Total 31 22,9346

D’après les ANOVA, nous constatons que, à part celle relative à la durée de fixation, les
valeurs de P sont < 0,05 et que la valeur du coefficient de détermination est de 93,7%. Le
modèle mathématique trouvé par le logiciel Minitab est donc significatif. Nous pouvons, par
la suite, tracé les surfaces de réponses pour ce colorant.

Figure 3. 24: Surface de réponse pour une teinture dispersée en fonction de la température et de la conc en
dispersant (colorant bleu)

Suite à cette étude, nous avons déterminé les conditions optimales de teinture avec ce
colorant bleu :

PFE-ENIM 59 Karim BCHIR


Caractérisation des colorants et mise en place d’un procédé de teinture A.U.  : 20-21

De la même manière, nous avons cherché le procédé optimal de teinture du polyester avec
les trois autres colorants. Le résultat obtenu est regroupé dans le tableau suivant :

Colorant Colorant Bleu Colorant Colorant Colorant


Facteur Jaune Noir SR RLS
Concentration de dispersant 1 1 8 1
pH du bain de teinture 4 6 4 4
Durée de fixation 40 40 20 20
Température d’affinité max 130 130 110 110
Gradient de température 1 1 2 1

3. Conclusion

Ce chapitre est dédié à la caractérisation des colorants dispersés objets de l’étude et à la mise
en place d’un procédé teinture optimale du polyester avec chacun de ces colorants. Nous
avons d’abord, commencé par l’étude de la pureté des colorants et de la stabilité des fines
dispersions lors de teinture avec chacun de ces colorants. Egalement, nous avons étudié la
cinétique de teinture et des isothermes de ces colorants et de voir la possibilité de les utilisés
en même bain pour avoir d’autres coloris. Finalement, dans la dernière partie de ce chapitre,
nous avons utilisé la méthode de plan d’expériences pour déterminer le procédé optimal de
teinture pour chaque colorant.

PFE-ENIM 60 Karim BCHIR


Conclusion générale

Conclusion générale

PFE-ENIM 61 Karim BCHIR


Conclusion générale

Conclusion générale
Cette étude menée au sein de l’entreprise ALTUTEX company constitue une contribution à
l’étude et à l’analyse d’une nouvelle gamme de colorants dispersés. Elle nous a permis,
d’abord, de découvrir la société Altutex qui possède plusieurs atouts lui permettant de garder
une position avancée dans le marché d’ennoblissement : teinture et délavage de jeans. On
parle, essentiellement, de performances des équipements et la bonne réputation. Egalement, ce
travail scientifique nous a permis d’étudier d’une manière approfondis les aspects
physicochimiques de 4 nouveaux colorants dispersés et de mettre en place un procédé optimal
de teinture pour chacun de ces colorants.

Le rapport a commencé, d’abord, par une étude bibliographique sur les bases théoriques et
fondamentales se rapportant, essentiellement :
 Aux fibres de polyester, ses propriétés physico-chimiques et tinctoriales ;
 Aux colorants dispersés, leurs caractéristiques chimiques et procédés
d’application ;
 A la teinture et ses aspects pratiques et physico-chimiques.

Ensuite, nous avons accédé à l’étude expérimentale. Dans un premier temps, nous avons
étudié les caractéristiques des colorants dispersés. Nous avons commencé par l’étude de la
pureté de ces colorants ainsi que la stabilité des fines dispersions formées lors des teintures.
Après, nous avons effectué une étude de la cinétique de teinture afin de déterminer la vitesse
de montée du colorant, l’épuisement maximal des bains de teinture et le temps de demi-
teinture. Ensuite, nous avons étudié les isothermes de teinture et nous avons validé que ces
isothermes suivent la loi de Nernset permettant ainsi de déterminer, pour chaque colorant,
l’affinité avec la fibre et la saturation.

Dans un deuxième temps, nous avons déterminé le procédé optimal de teinture du polyester
avec chaque colorant, nous avons utilisé la méthode du plan d’expériences. Les courbes des
effets et diagrammes d’interactions entre les différents facteurs ont été établis. Un modèle
mathématique, pour chaque colorant, permettant de mettre la force colorante de la teinture
obtenue en fonction des facteurs étudiés. Ces différentes lois mathématiques, et en utilisant
Minitab, nous a permis de mettre en place un procédé optimal de teinture pour chaque
colorant.

PFE-ENIM 62 Karim BCHIR


Conclusion générale

Les principaux résultats obtenus dans cette étude montrent que :


 La gamme de colorants dispersés objet de l’étude est très intéressante.
Il permet d’avoir de bons résultats avec un coût réduit ;
 Les temps de demi-teinture de ces colorants est très courts par rapport à
d’autres disponibles dans le marché ;
 Les colorants objets de l’étude suivent l’isotherme de Nernst ;
 Les colorants objets de l’étude présentent globalement une affinité
importante aux fibres de polyester ;
 A part le colorant Noir SR, les trois autres colorants donnent de bons
résultats avec seulement 1g/L de dispersant.

PFE-ENIM 63 Karim BCHIR


Références bibliographiques

Références bibliographiques

PFE-ENIM 64 Karim BCHIR


1
Statistiques du commerce international, Chapitre 2, OMC, 2007.

2
World production and consumption of polyester fibers and thread, chemistry and Materials Science, 2007.

3
Physical Properties of Textiles Fibers, The textile Institute, 1993.
4
M. Hamdaoui, Ennoblissement textile (1), Support de cours déposé à la bibliothéque de l’ENIM, 2014.

5
M. Hamdaoui, S. Turki, Z. Romdhani, S. Halaoua, Indian Journal of Fibre Textile Research, 38 2013.

6
A Johnson, The Theory of Coloration of Textiles, Second Edition, Society of Dyers and Colourists, 1989.

7
J. Rivlin, The Dyeing of Textile Fi bers : Theory and Practice, 1992.

8
Colorants and Auxiliaries Volume 1 : Colorants, Society of Dy ers and Colourists, Edited by John Shore, 1990.

9
R. H. Peters, Textile Chemistry, vol III, The Physical Chemistry of Dyeing, Elsevier Scientific Publishing Company,
1975.

10
P. Kubelka. Monk," An Article on Optics of Paint Layers," F. Z tech. Physik, 12, 493, 1931.
11
R. S. Hunter, R. W. Harold. The measurement of appearance, New York: Wiley, 1987.
12
R.S. Berns. Billmeyer and Saltzman's principles of color technology. John Wiley & Sons, 2019.

Vous aimerez peut-être aussi