Vous êtes sur la page 1sur 9

e

20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

GESTION DE LA CONFORMITE REGLEMENTAIRE


MANAGEMENT OF REGULATORY COMPLIANCE
Michel WOGUE
Responsable du Groupe Maîtrise des risques & QSE
LGM Aquitaine
25, rue Marcel Issartier
BP 20005
33 702 Mérignac Cedex
Tél agence: +33 (0) 5 36 09 51 00
Tél mobile : +33 (0) 6 71 74 65 63

Résumé
Les entreprises et collectivités sont soumises aujourd’hui à des contraintes réglementaires de plus en plus importantes,
notamment en matière de maîtrise des risques (risques industriels, risques professionnels, etc.). La bonne prise en compte de
ces évolutions permanentes, souvent complexes, constitue l’un des enjeux important en matière de maîtrise des risques vis-à-
vis des résultats attendu (ex : accidentologie, pollution). Encore faut-il que la gestion de son référentiel réglementaire initial,
ainsi que la gestion de sa veille périodique soient le plus facilitée possible.

Cette communication présente une méthodologie de suivi de conformité réglementaire en matière de maîtrise des risques au
sens large, au travers de l’utilisation d’un outil informatique de suivi et de gestion de cette conformité.

L’objectif est de pouvoir proposer un outil simple d’utilisation, garantissant un accès à une base de textes règlementaires
actualisée chaque mois, et permettant un suivi de conformité personnalisé.

Dans ce sens, LGM propose un outil accessible via internet qui permet à chaque utilisateur d’être entièrement autonome dans
sa gestion de veille et de suivi de conformité réglementaire. Il fournit également le niveau d’information utile grâce à sa base
commune de textes réglementaires mise à jour régulièrement. Cet outil est le vecteur d’une méthodologie détaillée dans cet
article.

Summary

Companies and local authorities are facing an increasing number of regulatory requirements, especially in Health Safety and
Environment risk management (industrial risks, occupational hazards, etc.). These requirements are constantly evolving and
might be complex. Taking them into account represents one of the key challenges of Helath Safety and Environment risk
management in order to reach assigned objectives (e.g. prevention of accidents, of pollution).

This is only possible if the knowledge of the initial regulatory framework, as well as its periodic watch are eased as much as
possible.
This communication presents a methodology for regulatory compliance follow-up regarding HSE risk management, through the
use of a dedicated IT tool for follow-up and management of this compliance.

Our purpose is to offer a user-friendly tool, which ensures access to a monthly updated database of regulatory documentation
and allows a user-defined compliance follow-up.

LGM offers a tool accessible through the internet, which allows each user being fully autonomous in its management of
regulatory watch and compliance follow-up. It provides as well the necessary level of information thanks to its single regulatory
documents database, updated regularly. This tool is the key element supporting the methodology detailed in this article.

Problématique

Pour toute entreprise, collectivité, projet ou même produit quel que soit son secteur d’activité ou sa taille, l’application des textes
réglementaires est la première étape de toute démarche de maîtrise des risques et de mise en place d’un système de
management associé.

La veille réglementaire dans le domaine de l'environnement et de la santé-sécurité au travail constitue un enjeu de taille pour
les entreprises et les organisations, en particulier, pour celles qui souhaitent obtenir une certification permettant de démontrer
leur capacité à s’organiser et ainsi à gagner des parts de marché. Pour obtenir cette certification dans les meilleurs délais, il faut
souvent mettre en place des systèmes de management et cela exige de démontrer sa capacité au respect des exigences
légales et réglementaires.

Pour ce faire, l’entreprise/l’organisation doit avoir une connaissance parfaite de ce qui lui est applicable de fait et en parallèle
elle doit faire face à une pression d’évolution réglementaire grandissante. L'enjeu de conformité devient donc aujourd'hui un

Communication 2B /1 page 1/9


e
20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

élément clé de la pérennité et de la valorisation de l'entreprise. Dans ce contexte de pression réglementaire, il est aujourd'hui
plus que jamais indispensable d'anticiper les changements à venir afin de piloter efficacement son système de management.

Pour y faire face, les sources d'informations réglementaires ne manquent pas et notamment sur internet où elles sont denses et
gratuites. Malgré cela, la veille réglementaire et l'exigence de conformité sont perçues comme difficiles, chronophages et
sources d'interrogations voire d'angoisses pour bon nombre d’organisations et particulièrement celles aux effectifs plus réduits
en nombre et de surcroit non formées sur ces sujets.

Les principales difficultés rencontrées résident alors dans le fait qu’il existe un nombre de textes très importants, dont les sujets
sont très diversifiés et en constante évolution. En effet, le champ des sujets en matière de maîtrise des risques est extrêmement
large. Une même organisation peut être impactée par des problématiques de risques majeurs, par des contraintes
réglementaires ICPE, en passant par des problématiques de pollution de l’air tout en étant contraint par des problématiques de
risques professionnels. Bref, les sujets peuvent être très variés et potentiellement très éloignés les uns des autres.

La problématique est donc multiple, il faut :


1- Connaitre l’existant et s’assurer que cette connaissance reste d’actualité (veille),
2- Analyser ce qui rentre dans le champ d’application de son périmètre de veille (analyse du périmètre de veille),
3- Analyser les sujets réglementaires pour établir ce qui est applicable (analyse de l’applicabilité),
4- Comprendre le sens d’un texte et évaluer l’impact de ces exigences sur la conformité (analyse de conformité).

Rappel du contexte

Une enquête LGM, réalisée entre 2012 et 2014 auprès d’acteurs du métier en interne et auprès de plusieurs clients, a soulevé 3
besoins unanimes :
- Accéder facilement aux textes règlementaires applicables aux domaines de la maitrise des risques, en ayant l’assurance
de toujours consulter des textes à jour.
- Pouvoir évaluer simplement et rapidement la conformité aux textes.
- Pouvoir anticiper les dépenses de mises en conformité.
De ce constat est née l’idée de développer une méthodologie d’analyse complétée par un outil permettant de répondre aux
enjeux de toute entreprise ou organisation :
- Se concentrer sur la mise en œuvre des exigences légales plutôt que sur leur identification.
- Etre en conformité avec la réglementation (responsabilité pénale, image de marque) et être capable de le prouver.
- Assurer une gestion du suivi de conformité à travers un pilotage facilité (reporting au travers d’un tableau de bord
automatisé).

L’outil proposé qui complète la méthode, sous forme d’application web, lie technicité et simplicité d’utilisation. Il a pour vocation
d’assurer à la fois une navigation intuitive et une accessibilité simple et rapide aux informations recherchées.

Après avoir exposé


 le contexte réglementaire en matière d’hygiène, de santé, de sécurité et d’environnement qui a amené l’idée première
de développement de cet outil : complexité et diversité des textes, quantité d’informations à traiter, fréquence des
évolutions…
 le contexte « de nos clients », c’est-à-dire les besoins des entreprises pour suivre avec un niveau satisfaisant ce
perpétuel mouvement des évolutions réglementaires et les difficultés associées pour apporter des réponses en
matière de conformité,
Notre présentation aura pour objectif de présenter l’outil ainsi que la méthodologie de gestion de conformité réglementaire
développée par LGM.

Communication 2B /1 page 2/9


e
20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

De la réglementation à la notion de conformité réglementaire

Derrière le terme de réglementation apparait la notion de règle du jeu. La réglementation constitue l'ensemble des règles
applicables à un sujet ou à un domaine particulier. D’une manière générale, en France, la réglementation se compose des lois
votées par le parlement et promulguées par le Président de la République, des ordonnances, des règlements, des décrets
d’application relatifs à certaines lois, et des circulaires, émises par les services des ministères et destinées à préciser ou à
éclairer des points particuliers des lois ou des décrets. Ces textes peuvent être rassemblés sous forme de codes juridiques
comme le code du travail par exemple pour ce qui relève des droits des salariés.

La réglementation étant constituée de textes divers, elle peut couvrir divers buts. Certains « objectifs » de la réglementation
sont issus d’une volonté de protection du plus faible. On peut citer par exemple les réglementations qui visent à protéger le
consommateur du marchand, l'employé de l'employeur etc.

Cette réglementation en perpétuel mouvement introduit la nécessité de veille et lorsque l’on commence à parler de veille
réglementaire, il faut d’abord parler de périmètre de veille. C’est un point fondamental à ne pas négliger car c’est une des clés
d’une « bonne veille ». Pour illustrer, ce propos, nous pouvons simplement donner les divers exemples de terminologie des
domaines de la maîtrise des risques qu’on entend très souvent au travers d’acronymes de responsabilités comme HSE, SSE,
QSE, QHSE, etc. Derrière ces terminologies se cache finalement une notion de périmètre.

De plus, l’impact des référentiels de management ajoutent une notion d’enjeu à cette obligation. En effet, « Faire d'une
contrainte un levier », c'est ce que nous proposent les référentiels de management qui par leurs exigences méthodologiques
mais également de résultats invitent ou contraignent (selon que l'on se place du côté de la contrainte ou du levier) les
organisations à structurer leur démarche d'identification et de prise en compte de leurs « obligations de conformité ». Ce terme
est d’ailleurs particulièrement d’actualité puisqu’il est repris dans la norme ISO 14001v2015.

La veille réglementaire peut donc être définie comme le processus formalisé d’identification et de mise à jour des
exigences légales applicables.

Cette exigence méthodologique repose sur les étapes principales suivantes :


- identification des textes applicables sur le périmètre défini au préalable,
- détermination des exigences et obligations de conformité : au-delà des textes, il s'agit là d'analyser la nature et le fond de
chacun des textes afin d'en dégager les prescriptions applicables,
- évaluer et enregistrer la conformité de son activité, son exploitation au regard de ces exigences.
Le processus d’évaluation de conformité est celui qui suit directement le processus de veille réglementaire pure. Les
données de sortie du processus de veille réglementaire constitueront donc les données d’entrées de l’étape d’évaluation de
conformité.

Il s’agit alors d’évaluer pour chacune des exigences applicables au sein d’un texte le niveau de conformité des installations,
procédés, infrastructures, projet ou même produit et d’aboutir à une action de mise en conformité si nécessaire.

En effet, un texte peut contenir une, voire des centaines d’exigences. Si le texte lui-même est applicable, il se peut (et il est
probable) que toutes les exigences dudit texte ne soient pas applicables.

Alors comment réaliser une « bonne » veille réglementaire ?

Pour réaliser une veille réglementaire adaptée et personnalisée, il faut connaitre son « terrain de jeu », c’est-à-dire tout ce qui
va constituer son périmètre de veille. Cela passera par la connaissance d’un certains nombres de paramètres « techniques »
comme, par exemple, la situation administrative de l’entreprise, l’ensemble des risques auxquels elle peut être confrontée ainsi
que son niveau de maturité. Cette étape de connaissance du « terrain de jeu » est une étape préalable importante lorsqu’on se
lance pour la première fois dans le processus de veille.

La méthodologie ou processus de veille réglementaire se décompose en 3 étapes majeures :

- 1ère étape : Constitution du ou des référentiels réglementaires applicables et mise en place du processus de veille. Il peut
être en effet nécessaire de constituer plusieurs référentiels distincts à plusieurs sites d’une même entreprise si besoin
(complexité technique et/ou organisationnelle, différences d’activité au sein d’une même entreprise, etc.).
- 2ème étape : Evaluation de la conformité et mise en place des plans d’actions pour une mise en conformité et une
amélioration continue.
- 3ème étape : Suivi et pilotage des actions au travers de reportings précis et simples d’utilisation.

Communication 2B /1 page 3/9


e
20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

Cette méthodologie peut se schématiser comme suit :

Evaluation  Modification du référentiel Evaluation périodique  permet de


d’évaluation mettre à jour le plan d’actions

1- Effectuer la veille
2- Evaluer la conformité 3- Etablir les plans d’actions
réglementaire

Déployer des techniques


Identifier le périmètre d’investigation :
- Visites de terrain Planifier les actions à mener
réglementaire applicable
- Interviews
- Revues documentaire

Suivre les évolutions :


Etablir un rapport sur le
- de la réglementation Suivre la réalisation effective
niveau de conformité
- du périmètre applicable des actions planifiées
réglementaire (diagnostic)

Evaluation  permet d’affiner le Actions menées  solde les non


périmètre réglementaire applicable conformités relevées lors de l’évaluation
de conformité

Figure 1. Méthodologie générale

Pour mener à bien ces trois étapes, le recours aux outils est inéluctable…

1- 1ère étape : Constitution du référentiel réglementaire et veille


L’objectif est de rassembler l’intégralité des textes applicables par thématique. Cette étape cruciale doit être soigneusement
établie. En effet, les sources de données utilisées constituent un enjeu majeur. De nombreuses sources d’informations existent
mais elles ne sont pas toutes fiables, il est donc important de s’assurer de la « fraîcheur » et de la fiabilité des informations
utilisées.

Méthodologiquement, il faut donc définir, pour chaque catégorie de textes, la source d'accès et la périodicité de consultation de
la source pour réaliser la mise à jour.
Il convient de disposer d'une source d'information, à titre d’illustration, on peut citer :
o JO (quotidiens), BO (mensuel) : sources officielles exhaustives … mais peu pratiques,
o Recueils commerciaux (CD-rom ou papier) : VIJI, Ex-Professo, Code et Dictionnaire Permanents, LAMY,
DALLOZ… très utilisés par les entreprises.
o Sites Internet « métiers » : aida.ineris.fr, legifrance.gouv.fr, etc.

Quels types de textes faut-il intégrer pour constituer son référentiel :


 Les textes européens : règlements, décisions. Les directives nécessitent d'être transposées en droit national avant
d'être applicables directement dans les pays membres de l’Union,
 Les textes nationaux : codes, lois, décrets, arrêtés. Les circulaires et instructions techniques sont à prendre en
compte lorsqu’elles sont imposées par un texte réglementaire,
 Les textes locaux : arrêté préfectoral d’exploiter, autres arrêtés préfectoraux thématisés (exemple ceux portant sur la
légionellose et les zones de protection des captages d'eau potable), arrêtés municipaux, PLU, règlements de zone
(pour certaines zones d'activités), permis de construire, règlements intérieurs, courriers provenant des autorités
compétentes et comportant des exigences, le Règlement Sanitaire Départemental pour les Installations non visées
par la réglementation ICPE, etc.
 Les documents normatifs (normes de mesure…) appelés par un texte réglementaire,
 Les recommandations prescriptives d'organismes institutionnels comme la CNAMTS ou l'INRS,
 Les documents d'application volontaire : Normes, référentiels propres à son organisation.

Auxquels il faut ajouter la liste des "autres exigences applicables » :

 Conventions collectives (exemple la convention collective des industries chimiques est particulièrement riche en
matière de prescriptions d'organisation santé sécurité du travail, notamment sur l'intervention d'entreprises
extérieures),
 Recommandations des organismes institutionnels (CARSAT, OPPBTP) et professionnels (UIC, UIMM…)

Communication 2B /1 page 4/9


e
20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

 Chartes signées par l'organisme,


 Convention avec une station d'épuration ou un autre organisme,
 Exigences contractuelles du fournisseur d'électricité ou de gaz, des assureurs (Règles APSAD…),
 Accords passés par le groupe pour l'ensemble des sites qui le compose, accord de branches, codes de bonnes
pratiques (Engagement de progrès de l'UIC, Charte de l'UNICEM…),
 Référentiels du ou des systèmes de management, volontaires ou obligatoires (référentiel commun MASE-UIC),
 Accords écrits ou oraux avec des associations (pêche, chasse, environnement…).

Cette étape initiale d'identification des « exigences légales et autres exigences » permettant de bâtir le référentiel réglementaire
initial (la base) nécessite un investissement en temps important du fait de l'étendue de la réglementation existante en matière
de maîtrise des risques.
Cette étape nécessite également un niveau de compétence minimum en matière de réglementation, car la notion d'exigence
n'est pas définie par les référentiels normatifs usuels. L'INERIS, par exemple, considère qu'une exigence est une obligation
édictée par un texte réglementaire ou auquel l'organisme a souscrit. En matière de santé, sécurité au travail, les
recommandations de la CNAMTS peuvent par exemple acquérir une valeur réglementaire en l'absence ou en complément
d'exigences réglementaires. L'exigence peut être de nature administrative (communiquer une information à l'autorité
compétente), technique (disposer d'un mur coupe-feu), organisationnelle (avoir un personnel compétent pour la réalisation
d'une tâche spécifique) ou financière (s'acquitter d'une taxe).
Pour bâtir le référentiel réglementaire initial applicable à une entreprise ou à une organisation dédiée, il est donc indispensable
de caractériser le périmètre en amont.
Prenons l’exemple d’un site industriel, le périmètre est lié :

o Aux métiers et activités concernés,


o Aux bâtiments et installations considérés,
o Aux classements ICPE et/ou IOTA (au titre de la loi sur l'eau). Ce classement est un élément fondamental
pour le site et doit être particulièrement bien maîtrisé. Il doit être réalisé en premier lieu car il sera une
donnée d'entrée de la liste des textes applicables (selon le classement, certains textes seront ou non
applicables),
o A l’ensemble des risques SSE présents qui concerne l’entreprise,
o Aux équipements et matériels,
o Aux matières premières et aux produits utilisés,
o Aux typologies de personnes impactées (salariés/public extérieur),
o Aux autres données nécessaires, selon le périmètre de veille retenu…

Sur la base de ces informations, peut être alors constitué un fond documentaire regroupant l’ensemble des textes visés et pour
lequel il est nécessaire de faire le tri entre ce qui est applicable et ce qui ne l’est pas. Pour aider à bâtir son référentiel initial,
l’outil de gestion de veille réglementaire et normative GOVERN de LGM, permet de rassembler l’ensemble des informations
utiles à la réalisation de ce référentiel.
Pour chaque texte, des informations spécifiques sont disponibles. Il s’agit :
 Du titre,
 De la référence,
 De la thématique associée,
 De la nature du texte,
 De la date de mise à jour du texte,
 De la date de publication du texte,
 D’un résumé
 De sa mise en application,
 Des évolutions,
 Et du statut ABROGE : oui/non.

L’accès à un texte se fait soit au travers d’une arborescence personnalisée (Domaine, Sous domaine, Thématique,..) soit par
recherches multicritères.

Suite à cette étape initiale, la veille réglementaire et les actions qui en découlent continueront à représenter une étape clé dans
la vie du système considéré. Les présélections ainsi effectuées permettent de simplifier l'accès aux très nombreuses évolutions
réglementaires.

Communication 2B /1 page 5/9


e
20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

Nous pouvons résumer ce processus comme présenté dans ce schéma :

Personnes informées
Réglementation (en interne et en externe)

Accéder aux textes Communiquer

Sources des textes Recueil d’exigences par texte


Fréquence de recueil de l’information applicable

Périmètre
- Activités
- Produits Etablir la liste des textes
Référentiel réglementaire Identifier les exigences
- Services applicables

Figure 2. Processus de veille réglementaire

2- 2 ème étape : Evaluation de la conformité réglementaire


Chaque texte réglementaire intégré dans le référentiel fait l’objet d’un traitement précis en termes d’applicabilité des exigences.
Au travers notre outil, nous avons pris le parti de définir 4 niveaux « théoriques » d’applicabilité. De ce fait, chaque texte doit
être qualifié de la manière suivante :
- Applicable : dans ce cas, il doit faire l’objet d’une analyse de conformité aux exigences du texte,
- Non applicable : texte dont les exigences ne concerne pas le périmètre considéré mais également cas possible d’un texte
abrogé par exemple, qui par conséquent n’est plus applicable,
- Informatif : permet de conserver dans son référentiel des textes à titre d’information mais pour lesquels il n’y a pas de
nécessité de mise en conformité,
- A analyser : permet de mettre en exergue un texte qui reste à définir comme applicable, non applicable ou informatif.

Cette étape d’analyse de l’applicabilité peut se faire plus facilement si elle est mutualisée au sein d’un outil informatique. C’est
dans cette optique que l’outil GOVERN a été pensé et permet de caractériser l’applicabilité d’un texte avant de passer à l’étape
d’évaluation de conformité. L’outil permet donc non seulement de réaliser l’action de veille (étape 1), mais aussi de gérer
l’applicabilité ainsi qu’évaluer la conformité.

Alors, pour chaque texte applicable, les diverses exigences sont identifiées et analysée afin de déterminer le degré de
conformité. Une des possibilités majeures de l’outil réside dans le fait que l’analyse et la gestion de la conformité est rendu
possible au niveau de l’exigence et non pas au niveau du texte comme cela est communément réalisé. Le fait de pouvoir gérer
le niveau de conformité au niveau de granularité de l’exigence permet alors d’assurer une analyse exhaustive des textes et
permet d’apporter les éléments de démonstration pertinents aux autorités (administratives, auditeurs externes, etc.).

Dans cette optique, l’outil GOVERN offre la possibilité de découper « le texte applicable » en « sommes d’exigences
applicables ». C’est en effet important car au sein d’un texte seule une partie des exigences sera applicable bien souvent.

Communication 2B /1 page 6/9


e
20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

On peut découper simplement le processus comme suit :

Recueil d’exigences par texte


applicable

Reporting/Statistiques
Interne et Externe

Analyser la conformité des exigences

Piloter et gérer le plan d’actions

Non-Conformités identifiées

Etablir un plan d’actions Programme de mise en conformité

Figure 3. Processus de gestion de veille réglementaire

En fonction de l’applicabilité et du niveau de conformité à ces exigences, un plan d’actions particulier et personnalisé est monté
directement au sein de l’outil qui a de ce fait le grand avantage d’être autoporteur en matière de pilotage. A chaque action est
associée un pilote, un délai, et un suivi de l’avancement des mises en conformité. Cette possibilité-là répond aux lettres « GO »
de GOVERN, à savoir la « Gestion Outillée» de la veille.

3- 3ème étape : Suivi et Pilotage des actions


L’outil GOVERN permet, pour compléter les apports des étapes 2 et 3, de disposer de rapports de conformité réglementaire qui
au travers d’indicateurs et de graphiques, précisent le taux de conformité et l’état d’avancement des plans d’actions.

L’outil rend possible le fait d’évaluer l’impact de ces contraintes et d’anticiper techniquement et financièrement les impacts. La
gestion des droits utilisateurs permet de différencier les vues et donc les organes de pilotage.

La vue « Plans d’action » permet d’accéder à un tableau de bord synthétique de l’ensemble des plans d’action existants au sein
de l’outil, par pilote, leur statut étant calculé automatiquement par l’outil en fonction des dates réelles.

Cette vue est personnalisée selon les profils. Ainsi :

- un profil de type « admin » pourra accéder à l’ensemble des plans d’actions existants… ce qui permet d’avoir une vue
d’ensemble :

- M. DUPOND, qui a le profil utilisateur simple, n’aura accès qu’à la liste de ses propres plans d’actions et peut donc
piloter son plan d’action avec une vue de reporting limitée à son périmètre :

Communication 2B /1 page 7/9


e
20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

En synthèse, l’outil permet d’avoir accès :


 À l’ensemble des données, de façon permanente et sécurisée,
 À une liste de textes réglementaires, exhaustive et totalement personnalisée,
 Aux évolutions réglementaires et ceci de façon récurrente et liées à la pré-liste de textes,
 À des explications sur les réglementations complexes,
 À une gestion différenciée en multi-sites, aisée et paramétrable,
 À un module d’évaluation de la conformité et le suivi du plan d’actions associé, les indicateurs et graphiques des
résultats,
 A une historisation des données prouvant l’amélioration continue.

Conclusion

La présence du logiciel n’empêche pas


le besoin de communiquer et de
partager sur la compréhension d’un
texte réglementaire. La compétence
humaine reste la clé de la réussite
d’une « bonne » veille réglementaire.
Non seulement, les termes techniques
sont importants mais également toute
la compréhension qui se cache derrière
une exigence ; en d’autres termes on
peut parler d’interprétation.
Effectivement, comment traduire ces
exigences dans le système de
management, comment faire en sorte
que les exigences soient connues et
appliquées en continu. L’enjeu est
évidement d’éviter les « événements
non souhaités » tels que les accidents,
maladies, pollution, etc. mais aussi
d’être conforme à ses principes de
management, et donc de performance,
qui se traduisent par des labels de
certification.

Néanmoins, avec la mise à disposition d’un outil de gestion de veille réglementaire tel que GOVERN, il est constaté une
amélioration significative de la gestion de la conformité réglementaire et en particulier sur les points suivants :
- L’accès rapide et simple à l’information (de par les fonctions de recherche),
- L’ergonomie assurant une prise en main de l’outil aisée,
- La possibilité de justifier à tout moment de son niveau de conformité et de l’état d’avancement du ou des plans d’actions,
- Le gain de temps pour l’utilisateur de l’outil dans le pilotage de sa veille et dans le pilotage de ses actions.

Au-delà de ces aspects d’amélioration, il est constaté que l’outil initialement pensé pour les entreprises de type PME, est également
pertinent pour des entreprises plus conséquentes, en donnant la possibilité de créer de multiples référentiels.

L’outil permet non seulement de réaliser la veille, d’évaluer la conformité, de gérer le plan de mise en conformité, mais il permet
également d’être un bon levier de communication interne (personnel, direction) ou externe (autorités administratives, auditeurs)
pour montrer sa maîtrise, ou simplement pour fournir de l’information.

La démonstration de l’outil est accessible au travers du lien suivant :

http://outildeveille.lgm.fr:8000/demo

Identifiant : demo
Mode de passe : demo

Communication 2B /1 page 8/9


e
20 Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement - Saint-Malo 11-13 octobre 2016

Acronymes

APSAD : Assemblée Plénière des Sociétés d'Assurances Dommage


CARSAT : Caisse d'Assurance Retraite et de la SAnté au Travail
CNAMTS : Caisse Nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés
GOVERN : Gestion Outillée de Veille Réglementaire et Normative
HSE : Hygiène Sécurité Environnement
ICPE : Installations classées pour la Protection de l’Environnement
INERIS : Institut National de l’Environnement Industriel et des risques
INRS : Institut National de Recherche et de Sécurité
IOTA : Installations, Ouvrages, Travaux ou Aménagements
JO : Journal Officiel
MASE : Manuel Sécurité santé Environnement des entreprises
OPPBTP : Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics
PLU : Plan Local d’Urbanisme
QHSE : Qualité Hygiène Sécurité Environnement
QSE : Qualité Sécurité Environnement
SSE : Santé Sécurité Environnement
UIC : Union des Industries Chimiques
UIMM : Union des Industries et Métiers de la Métallurgie
UNICEM : Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de construction

Références
- D. Watts, 2015, Démystifier la veille réglementaire HSE
- Guide technique INERIS N° - DRA-13-133307-11335A
- https://www.legifrance.gouv.fr/
- Norme NF EN ISO14001 : 2015
- R. Hagelstein, Interaction entre règles et acteurs dans la production de l'espace bâti

Communication 2B /1 page 9/9

Vous aimerez peut-être aussi