Vous êtes sur la page 1sur 24

Le Tuning

Tiré du site de Martin Vincente : http://vicente.org/batterie/

 
Les fûts de batterie résonnent. Ils sont faits pour ça. La conception de base des différents toms, dérivés des
tambours de fanfare, n'a pas changé depuis l'époque des guerres de Napoléon, où il s'agissait de faire résonner dans
les campagnes des musiques militaires capables d'annoncer l'arrivée des troupes et d'impressionner l'ennemi. Les
tambours devaient s'entendre de très loin sans aucune amplification électrique évidemment. La profondeur des fûts
et les deux peaux (frappe et timbre), le fait de jouer avec des baguettes et non avec les mains ainsi que le nombre
de percussionnistes jouant à l'unisson garantissaient l'amplification et la résonance. 

 
Aujourd'hui, les choses ont un peu changé : un batteur remplace en fait à lui tout seul un ensemble de 4 ou

5 percussionnistes. Dans nos fanfares, en général, une personne s'occupe de la grosse-caisse, plusieurs

autres de la caisse claire (tambours avec timbres en corde, ou boyau, ou nylon), un ou plusieurs autres

pour les cymbales (frappées l'une contre l'autre façon charleston).

Du coup, il nous faut gérer plusieurs instruments à la fois ce qui suppose une technique de caisse claire

qui est à peu de choses près celle du tambour, plus, une technique particulière d'indépendance, une
technique de pieds, ainsi et c'est ce qui nous occupe ici qu'un accordage précis de tous ces instruments

de façon à ce que tout cela soit homogène sans que chaque élément ne vienne trop interférer sur son

voisin.

 
COMMENT ACCORDER SA BATTERIE

 
Comme vous avez pu vous en rendre compte, le bon accordage d'une batterie est un peu compliqué compte tenu
des lois physiques de propagation du son dans l'air, du choix des peaux, des dimensions des fûts et dans une
moindre mesure de l'épaisseur du bois et de sa nature, ainsi que des vernis et autres systèmes de fixations.

Au début, la plupart des jeunes batteurs recherchent un son mat, bien défini et sans résonance. La référence en la
matière à ce moment étant bien entendu les disques que vous écoutez. Mais le problème est que ces disques sont
réalisés en studio et là, les moyens utilisés pour obtenir ce genre de son sont énormes. Il n'y a pas que le réglage de
la batterie, il y a aussi le studio lui-même avec ses traitements (compresseurs, noise-gates, équaliseurs, etc...). Il
n'est pas rare en studio de passer plusieurs jours sur le son de la batterie pour la prise mais aussi au mixage final.
Compte tenu des moyens, le son est évidemment super!

Par contre, sans égaler les sons de studio, vous pouvez avoir un son correct avec une petite batterie bas de gamme.

 
Et voici comment:

 
 
 

Les peaux :

Le choix des peaux joue un rôle primordial dans la qualité du son. Sur une batterie bas de gamme, les
constructeurs livrent souvent des peaux de mauvaise qualité, trop fines et trop fragiles. Il vous faudra donc

les changer. Eh oui, Mais rassurez vous, les peaux de base que l'on trouve partout comme les

"Remo Ambassador" (peaux blanches) pour la frappe et les "Remo Diplomat" (plus fines, transparentes) pour la
résonance sont excellentes et pas très chères. En tous cas, si elles sont vieilles, n'hésitez pas à les changer.

Marques disponible sur le marché: REMO, Evans, Attack, Aquarian….


 

 
Les baguettes:

Vous jouerez probablement le plus souvent avec des baguettes, en tout cas au début. Diverses tailles sont
proposées dans le commerce. Si vous n'y connaissez rien, prenez-les de taille moyenne, standard, c'est à dire 7A
(légères) ou 5A (un peu plus grosses). Vous trouverez facilement des baguettes de bonne qualité dans les magasins
de musique.

Marques disponible sur le marché: Vic Firth, Pro-Mark, Vater, Zildjian, Ludwig, Regal Tip, Ahead….

Les Balais:

Le jeu avec les balais est aussi très intéressant au niveau du son. Je vous encourage vivement à l'essayer.

Toute une gamme est aujourd'hui proposée, du balai métallique traditionnel qui se joue frotté ou frappé jusqu'aux
"Hotrods" en bois qui se jouent comme des baguettes. (le son est plus doux et plus détaché). Les "Hotrods"
permettent une puissance sur les fûts presqu' égale à celle des baguettes mais les cymbales restent très douces. Le
son est très joli mais ces outils sont très fragiles et chers, il faut en changer souvent.

Les "Blasticks" sont en plastique. Ils sont très résistants et le son est très joli, plus doux que les Hotrods. Ils se
jouent également comme des baguettes.
 

LES TOMS, réglage de base

 
Lorsque vous montez des peaux neuves, elles "craquent" lorsqu'on les tend. C'est normal, c'est à cause de la
colle. Commencez par les tendre bien dur de façon à éliminer tous ces craquements. Vous pouvez aussi appuyer
bien fort avec la main sur le centre de la peau tout en serrant avec l'autre main (pour ce faire, posez le fût bien à
plat par terre). Ensuite, redétendez complètement, jusqu'à pouvoir tourner les vis avec les doigts.

Réglez les toms, 1 par 1. Commencez par le petit. Démontez-le et posez-le à plat par terre. Dévissez complètement
puis revissez tous les tirants avec vos doigts, bien à fond.

Vous êtes maintenant prêt à démarrer l'accordage.

Le plus important : le réglage de base.

C'est l'opération la plus délicate : Il va falloir mettre la même tension à la peau de frappe et à la peau de résonance,
et dans un premier temps vous allez chercher à avoir le plus de résonance possible, le plus de son possible, façon
jazz, même si ce n'est pas ce son que vous recherchez.

Je m'explique : chaque fût a une fréquence de résonance à laquelle il donne vraiment tout son son. Il vous faut la
trouver. Ce sont vos oreilles qui vous le diront lorsque vous entendrez votre tom bien résonner au maximum de
fréquences (de l'aigu au grave), sans battement du son (léger effet trémolo ou vibrato plus ou moins rapide à
certaines fréquences à cause d'un déséquilibre des tirants ou des deux peaux). Ecoutez bien le son jusqu'au bout,
jusqu'à son extinction. Dans l'idéal, il doit être bien droit et plein. Ce sera votre réglage de base.

Vous allez devoir mettre environ de un demi à 2 tours de clé sur chaque tirant, selon les dimensions du fût
(plus petit = plus aigu = plus tendu). Pour un tom de 12', c'est à dire un tom alto standard, comptez de 3/4 à 1
tour .La tension s'effectue "en étoile" c'est à dire qu'à chaque changement on va chercher le tirant d'en face
plutôt que celui à côté, de façon à avoir le meilleur équilibrage possible. c'est très important !(suivez le shéma
ci-contre, ici pour 8 tirants puis appliquez le même principe pour tous vos toms)

Tout en serrant vous pouvez aussi appuyer assez fortement au centre de la peau avec l'autre main. Cela aide à
bien la centrer.
 

Recommandation :

Huilez vos tirants avec de l'huile fine, vous sentirez mieux dans vos doigts la force que vous mettez sur les
tirants.

Evidemment, la première fois, c'est difficile et peut-être un peu long. Vous vous doutez aussi que la facilité
d'accordage est augmentée avec la qualité de la batterie. D'autre part, Si votre un fût n'est pas bien rond,

Vous n'aurez jamais un son bien accordé.

Lorsque tous vos toms sont réglés de cette façon, installez-les sur votre batterie et jouez-les un par un.

On doit entendre clairement la différence de tonalité entre chaque tom et chacun d'eux doit sonner clair, du
plus aigu au plus grave. Au besoin, détendez un peu le tom basse (les deux peaux !).

LES TOMS, réglage du son

Pour régler le son de vos toms, vous allez avoir plusieurs possibilités. Vous pourrez les essayer une par une de
façon à pouvoir choisir ensuite celle (celles) que vous préférez. Tout d'abord, quelques considérations générales :

1-   Lorsque vous jouez avec un groupe, beaucoup de résonances disparaissent dans le son

de l'orchestre et on les entend beaucoup moins.

2- Plus on se place loin de la batterie, plus les sons ont l'air confus et plus la tonalité (hauteur de son)
est difficile à percevoir. (pensez au public ou aux musiciens qui vous écoutent)

Nous verrons plus loin pour l'accordage de studio où ces paramètres n'entrent pas en ligne de compte.

Les différents sons de vos toms sont dépendants du type de fûts (+ ou - profonds ou épais), du type de peaux (+
ou - fines), de leur accordage et de l'éventuelle utilisation de sourdines.

Plus les fûts seront profonds, plus le son sera profond, lourd et peu précis c'est à dire chargé en fréquences
graves, au détriment des fréquences médium ou aigues. À l'inverse, plus le fût sera court et plus le son sera
clair et précis. Ne cherchez donc pas un son grave et profond avec des fûts courts !
Ceci dit, les fûts profonds ont tendance à disparaître et les dimensions standard offrent aujourd'hui un
compromis tout à fait satisfaisant.

Même chose pour les peaux : plus épaisses ou doubles (Pin Stripe) = son plus lourd et grave, plus fines
(Emperor, Ambassador) = son plus clair.

Les sourdines vont vous permettre d'intervenir sur le son de façon artificielle pour supprimer telle ou telle fréquence gênante. C'est un peu
comme un équaliseur mais à la différence près qu'avec une sourdine, on n'amplifie rien mais on enlève toujours quelque chose = perte de
puissance. Avant d'utiliser des sourdines (explications plus loin), je vous suggère d'essayer d'obtenir le meilleur son possible juste avec
l'accordage des peaux.

 
Si le son vous plais tel quel, ne touchez plus à rien, il va s'agir de créer un décalage de tension entre la peau de frappe et la peau de résonance
de façon à avantager telle ou telle fréquence et de même à en supprimer telle autre. (Le voici notre équaliseur). Première possibilité : Laissez
vos toms installés sur la batterie et détendez très légèrement la peau de frappe, tirant par tirant, en vérifiant sans arrêt le son produit (frappez
bien au centre du fût). À un certain moment, vous devriez obtenir un son assez grave et velouté. Il faut y aller doucement et recommencer
plusieurs fois si vous ne trouvez pas immédiatement. L'écart nécessaire entre les deux peaux dépend largement de la taille du fût. Vérifiez
aussi votre son en vous plaçant debout, de l'autre côté de la batterie, en position d'auditeur en quelque sorte. Vous pouvez retoucher
aussi la peau de résonance mais ne vous éloignez pas trop du réglage de base au risque d'être complètement perdu. Si c'est le cas,
recommencez au tout début.

l'autre possibilité est de tendre un peu plus la peau de frappe par rapport à celle de résonance. Le son sera plus claquant.

En général, pour avoir un son propre, équilibrez bien la tension des tirants d'un même cercle. Certains batteurs détendent un ou deux
tirants. C'est aussi une possibilité mais c'est difficile à maîtriser car il apparaît très vite des fréquences et des sons parasites. Enfin, il faut
expérimenter. Veillez toujours au bon équilibre des toms entre eux. Le jeu en sera grandement facilité. Pour le tom basse (Floor Tom),
n'hésitez pas à détendre au maximum la peau de frappe et la peau de résonance si vous voulez avoir un son grave.

Les sourdines

J'ai un conseil et je crois que tous les batteurs seront d'accord avec moi pour dire qu'il faut utiliser les sourdines avec parcimonie. Vous
pouvez acheter toutes sortes de sourdines extérieures ou intérieures dans le commerce ou les fabriquer vous-même. Vous allez voir, c'est très
simple.

Le plus répandu est le "Kleenex" plié en 4 et collé près du rim de la peau de frappe avec si possible du gros "tape toilé". Ce système réduit
les résonances médiums plus ou moins selon la taille du kleenex mais la correction est un peu abrupte. réduisez ou augmentez la taille pour
doser la correction. Très efficace aussi pour la caisse claire. Pour ma part, sur les toms, j'utilise rarement une sourdine. Juste en studio et
encore...
Il y a une astuce qui me vient d'un ingénieur son : La "boucle" de tape légèrement collée sur la peau du dessous réduit les résonances de
celle-ci. très utile en studio, particulièrement pour le Floor Tom, qui a tendance à résonner beaucoup dans les graves.

   

 
  Dans le commerce, vous trouverez des sourdines extérieures fixées sur le rim et

à pression réglable (Tama sur la photo). C'est un système assez performant

mais encore une fois, c'est tout ou rien. Vous trouverez aussi les "muffle" de chez

Remo, c'est un cercle de mousse que l'on monte à l'intérieur du fût et qui colle à

la peau. Le résulta est assez joli mais la perte de puissance est énorme. Ça  
peut-être intéressant en studio ou sur scène avec une bonne sonorisation.

  Il y a aussi les cercles posés sur la peau (zero-ring) mais c'est surtout utilisé pour la caisse-

claire car une perte d'harmoniques trop importante sur un tom le fait "mourir".
 

Ne supprimez pas trop d'harmoniques sur les toms et essayez de définir des hauteurs de son bien claires pour chaque élément.

LA GROSSE-CAISSE
 
Si vous avez réussi à trouver le son pour vos toms, le réglage de la grosse-caisse ne devrait pas vous poser trop de problèmes. C'est un peu
plus facile.

Vous avez sûrement remarquer que la peau de résonance de la grosse-caisse d'une batterie est la plupart du temps percée d'un trou plus ou
moins grand. Même d'origine maintenant, un grand nombre de batteries sont livrées ainsi. Cela vient du fait qu'aujourd'hui on ne joue
pratiquement plus la grosse-caisse avec un son bien ouvert comme pour un tom, excepté dans certaines musiques comme le jazz et encore,
pas tout le jazz. Plus le trou sera grand, moins l'influence de la peau se fera sentir dans le son final. Elle servira toutefois à maintenir bien à sa
place le coussin ou la couverture que l'on aura placé dans la grosse-caisse et pourra éventuellement venir compléter les harmoniques
manquantes sur la frappe. La tension de la peau de résonance va donc intervenir tout de même dans le son mais dans une moindre mesure que
pour un tom. Un autre avantage de ce trou est que l'on peut placer un micro à l'intérieur de la grosse-caisse et c'est très intéressant pour la
prise de son ou la sonorisation. En ce qui concerne le choix de la peau, celle d'origine si elle est assez fine fera l'affaire. Si elle n'est pas
percée, n'allez pas en acheter une, faites le vous-même, c'est très facile : Démontez la peau, posez-la à plat par terre et à l'aide d'une petite
assiette, d'une cymbale ou enfin, quelque chose de rond et découpez à l'exacto un cercle au centre.
 
Le choix de la peau de frappe :

Puisque le son de la grosse-caisse va finalement être très différent du son des toms, le choix de la peau de frappe
peut-être très spécifique. Vous trouverez sur le marché toutes sortes de peaux de grosse-caisse plus ou moins
épaisses et pré-équipées de sourdines ou pas mais je vous conseille pour démarrer de monter une peau normale et
très courante comme la "Remo Pinstripe".

 
 

Comme pour les toms, faites "craquer" la peau lorsqu'elle est neuve en la tendant au maximum et redétendez ensuite.

Tendez peu la peau de frappe afin avoir un bon son grave et une bonne attaque. Par contre, Vous pouvez tendre un peu plus la peau de résonance.
Cela rajoutera quelques fréquences médiums et donnera un son plus vivant.

Les sourdines de Grosse-Caisses

Vous pouvez placer à l'intérieur de la grosse-caisse, une vieille oreiller, un petit coussin ou une couverture
pliée et posée dans le fond dont les bords touchent les deux peaux de chaque côté.

Vous pouvez aussi tendre une bande de feutre ou deux le long des peaux d'un bord à l'autre, coincées par celles-
ci. (Vous les montez au moment où vous montez les peaux, 1 bande de chaque côté). Ce système va vous laisser
tout de même pas mal d'harmoniques. Combiné avec une petite couverture dans le fond, cela donne de bons
résultats.

 
 

Quoi qu'il en soit, il faut une sourdine mais ne remplissez pas votre grosse-caisse de mousse car si vous l'étouffrez, autant taper sur un bottin
téléphonique.

Il existe dans le commerce quelques sourdines comme le "muffle" de chez Remo dont je vous ai déjà parlé dans le chapitre concernant les
toms. Bon son mais grosse perte de puissance. Il y a aussi le "EQ pad" fabriqué par Evans ou Tama. Il s'agit d'un genre de coussin que l'on
fixe dans la grosse-caisse à l'aide de "Velcro". Il faut savoir que ce genre d'accessoire coûte cher en général alors c'est à vous de voir.

 
La Pédale de Grosse-Caisse

toutes les pédales aujourd'hui sont réglables, au moins la

tension du ressort. Mais ce n'est pas le seul paramètre qui

va vous permettre d'avoir une pédale confortable : Le

poids du beater et sa position entrent aussi en ligne de

compte. Privilégiez si vous le pouvez une pédale à chaîne

plutôt qu'une pédale à courroie. Elles sont généralement

plus précises.
 
Le beater:

Comme pour les peaux, vous disposez dans le commerce

de toutes sortes de beaters pour la pédale :

Un beater en feutre (la plus courante) donne un son bien

rond avec une attaque douce.

Un beater en bois ou en plastique donne beaucoup

d'attaque (le fameux kick) mais est très agressive pour la


peau (elle perce vite).

l'emplacement (l'endroit de la frappe) de beater joue évidemment un rôle dans le son : sur une grosse-caisse standard c'est à dire de 22
pouces, le beater va frapper à peu près au centre. Elle donnera de bons graves. Par contre, sur une grosse-caisse plus petite, par exemple de 18
pouces, le beater va frapper plus haut sur la peau : le son sera plus médium.

La hauteur du beater est réglable sur toutes les pédales mais la réponse au pied va en être fortement perturbée à cause de l'inertie : plus
longue, elle sera plus lourde mais la puissance sera renforcée. Trop courte, elle deviendra très difficile à jouer. Pensez-y lorsque vous réglez
votre pédale.

d'autre part, étant donné que le beater frappe toujours au même endroit, la peau risque d'avoir une durée de vie plus courte que
celle d'un tom : Arrangez-vous pour que le beater ne frappe pas exactement au centre et tournez un peu votre peau de temps en temps,
lorsque vous voyez qu'elle montre des signes de faiblesse de façon à ce que le beater frappe à un autre endroit.

Vous trouverez aussi sur le marché des "Eqpatchs", genres de petites pastilles auto-collantes à
coller sur la peau à l'endroit précis de la frappe. Ces accessoires servent surtout à préserver votre
peau. C'est efficace, particulièrement avec les beaters en bois ou en plastique mais le son est un
peu altéré.

 
 

La Caisse-Claire

 
 

La caisse-claire est l'élément fondamental de votre batterie et son réglage


demande beaucoup d'attention. c'est aussi le plus difficile et l'utilisation de
sourdines est ici pratiquement indispensable.

Les réglages ne varient pas beaucoup d'une caisse-claire à l'autre, qu'elle soit en
métal ou en bois. La dimension standard est de 14 pouces de diamètre par 5 1/2 ou
6 1/2 de profondeur. Comme pour les toms, une plus grande profondeur va ajouter
des fréquences graves, des basses. Une caisse-claire piccolo très plate (photo) sera
donc plutôt pauvre en graves.

Le métal donne un son plutôt gras, épais alors que le bois sera généralement plus
sec et claquant.

Les peaux :

À mon avis, on obtient les meilleurs résultats en montant des peaux fines genre "Remo Ambassador" blanche
(sablée ou coated) pour la frappe et "snare" (spéciale timbre) en dessous mais si vous êtes un gros frappeur et
que vous jouez du hard rock ou pire encore, vous pouvez monter une "pinstripe" blanche.
 

Le réglage :

Encore une fois, le bon équilibre des tirants est très important, voire indispensable pour une caisse-claire. Appliquez le même principe que
pour les toms : serrage en étoile à partir du point de départ c'est à dire d'abord avec les doigts. Par contre il va falloir tendre les peaux
beaucoup plus, 2 ou 3 tours ne seront pas de trop, Surtout pour la peau de timbre (dessous).

Quand à celui-ci (le timbre), il lui faudra une tension moyenne. Vous le réglez avec la molette du déclencheur
(débrayez avant). Trop tendu il est très sec et difficile à jouer en nuances, trop lâche, il bave et manque de
précision.

Les sourdines

pour la caisse-claire sont exactement du même type que pour les toms : sourdines extérieures fabriquées ou achetées spécialement :

 Cercles à poser (zero-ring)


 ou du kleenex collé sur le bord du rim avec du gros tape toilé.

Accrocher un kleenex sur le rim, sans le coller sur la peau


libère un peu le son, surtout au moment de l'impact (attaque),
car le tampon rebondit un peu. L'effet est assez intéressant.

 ou même un simple bout de tape (toilé) peut suffire


(avec un petit pont, c'est plus efficace)
 

Faites des Essais.


Lorsque vous allez jouer sur la batterie après avoir fait tous ces réglages, plusieurs problèmes peuvent
survenir :

1 - Quand vous jouez sur le tom alto, qui se trouve en principe juste en face de la caisse-claire, le timbre de
celle-ci se met à résonner horriblement : Cela arrive très souvent. Le problème est que la tonalité (hauteur du
son) du tom est trop proche de celle de la caisse-claire. Pour remédier à cela, détendez un peu le tom et retendez un
peu la caisse-claire. Il y aura toujours une résonance mais elle doit être douce. Au besoin, retendez un peu le
timbre.

2 - lorsque vous jouez en groupe, le timbre (encore lui) résonne fortement en même temps que la guitare ou
la basse : C'est le même problème que pour le tom. Là, vous avez trois solutions :

a - changez de place ou éloignez l'ampli qui pose problème.


b - demandez au musicien cause du souci d'équaliser son instrument différemment. (trop de médiums)
c - retendez la caisse-claire.

Recommandations :

gardez toujours une clé de serrage dans la poche. Il vous faudra retoucher très souvent vos réglages car les peaux se détendent en jouant. Si
vous commencez à entendre des bruits bizarres, vérifiez l'équilibre des tirants.

Accordez-vous toujours avant de jouer et si vous avez un concert, préparez votre batterie à l'avance !!

 
Tiré du site de Martin Vincente : http://vicente.org/batterie/