Vous êtes sur la page 1sur 10

M.

J -SUITES NUMÉRIQUES- 2Bac PC- Année scolaire 2021-2022

0.1 Généralités
Définition 0.1.1. .
On appelle suite numérique toute application u de I ⊆ N vers R définie par : u : I −→ R.
n 7−→ u(n).
Notation 1. .
• On désigne l’image u(n) par un .
• On désigne la suite u par (un )n∈ I .
• un s’appelle le terme d’indice n.
Remarque 0.1.1. .
1) Ne pas confondre (un )n∈ I qui désigne l’application u et un qui représente un nombre réel et {un }n∈ I
qui représente l’ensemble des valeurs prise par la suite.
2) La suite (un )n∈ I est dite finie si {un }n∈ I est fini,et elle est dite infinie si {un }n∈ I est infini.
Exemple 0.1.1. . √
On considère la suite (√un )n√
∈N définie par : un = n2 + 1.
On a : {un }n∈N = {1, 2, 10, ......., } est infini.
Soit (un )n∈N définie par : un = (−1)n .
On a : {un }n∈N = {−1, 1} qui est fini.
Remarque 0.1.2. .
Le terme générale d’une suite numérique est défini soit de façon explicite soit de façon récurrente.
Exemple 0.1.2. .
1 1 1
1) Soit (un )n∈N∗ définie par : un = , alors u1 = 1, u2 = , u3 = ,.....
 n 2 3
u0 = 1
2) Soit (un )n∈N définie par : u1 = 2u0 + 1 = 3, u2 = 2u1 + 1 = 7,.......
un+1 = 1 = 2un + 1

0.1.1 Égalité de deux suites


Définition 0.1.2. .
On dit que les deux suites (un )n∈ I et (vn )n∈ J sont égales si et seulement si :

I=J
(∀n ∈ I ) : un = vn

0.1.2 Opérations sur les suites


On définit la somme et le produit de deux suites numériques, de même le produit d’une suite par un
scalaire par :
• (un )n∈ I + (vn )n∈ I = (un + vn )n∈ I .
• (un )n∈ I × (vn )n∈ I = (un × vn )n∈ I
• λ (un )n∈ I = (λun )n∈ I .

0.1.3 Les suites périodiques


Définition 0.1.3. .
On dit qu’une suite (un )n≥ p est périodique si et seulement s’il existe un entier naturel non nul T tel que
(∀n ≥ p) : un+T = un .
• Le plus petit entier naturel non nul T vérifiant la condition ci-dessus s’appelle la période de la suite.
Exemple 0.1.3. .  nπ 
Soit la suite (un )n∈N définie par : un = cos .
 (n + 6)π  3  nπ   nπ 
On a : (∀n ≥ 0) : un+6 = cos = cos + 2π = cos = un .
3 3 3

0.2 Les suites bornées


Définition 0.2.1. .
Soit (u )n∈ I une suite numérique.
• (un )n∈ I est majorée si et seulement si : (∃ M ∈ R)(∀n ∈ I ) : un ≤ M.
• (un )n∈ I est minorée si et seulement si : (∃m ∈ R)(∀n ∈ I ) : un ≥ m.
• (un )n∈ I est bornée si et seulement si elle est majorée et minorée c’est à dire :
 
∃(m, M) ∈ R2 (∀n ∈ I ) : m ≤ un ≤ M

Remarque 0.2.1. .
La suite (un )n∈ I est bornée si et seulement si : (∃α > 0)(∀n ∈ I ) : |un | ≤ α.
Exemple 0.2.1. .
1
1) Soit la suite (un )n∈N∗ définie par : un = .
n
1
On a : (∀n ∈ N∗ ) : n ≥ 1 donc (∀n ∈ N∗ ) : 0 < ≤ 1 ⇐⇒ (∀n ∈ N∗ ) : 0 < un ≤ 1.
n
D’où la suite (un )n∈N∗ est bornée.
(−1)n
2) On considère la suite (un )n∈N telle que un = 2 .
n +1
1 1
On a ; |un | = 2 et on a : (∀n ∈ N) n2 ≥ 0 donc n2 + 1 ≥ 1, c’est à dire 2 ≤ 1.
n +1 n +1
D’où (∀n ∈ N) : |un | ≤ 1. Donc la suite (un ) n∈N est bornée.
u0 = 2 √
3) On considère la suite (un )n∈N définie par :
un+1 = un + 2
- Montrer que la suite (un )n∈N est bornée par 2.
Preuve 1. .
On montre par récurrene que la suite (un ) est bornée par 2, c’est à dire que : (∀n ∈ N), |un | ≤ 2.
Initialisation : Pour n = 0, on a : u0 = 2 ≤ 2 c’est vérifier.
Héridité : On √ |un | ≤ 2 et
√ supose que √ que |un+1 | ≤ 2.
√ on montre
|un+1 | = | un + 2| = un + 2 ≤ 2 + 2 = 4 = 2 c’est à dire que |un+1 | ≤ 2, donc d’après le
principe de récurrence on a : (∀n ∈ N), |un | ≤ 2, d’où la suite (un ) est bornée par 2.

0.3 Suite monotone


Définition 0.3.1. .
Soit (un )n≥ p une suite numérique.
• (un )n≥ p est croissante si et seulement si : (∀n ≥ p) : un ≤ un+1 .
• (un )n≥ p est strictement croissante si et seulement si : (∀n ≥ p) : un < un+1 .
• (un )n≥ p est décroissante si et seulement si : (∀n ≥ p) : un ≥ un+1 .
• (un )n≥ p est strictement décroissante si et seulement si : (∀n ≥ p) : un > un+1 .
• (un )n≥ p est suite constante si et seulement si : (∀n ≥ p) : un = un+1 .
Exemple 0.3.1. . 
u0 = 3 √
la suite (un )n∈N définie par :
un+1 = un + 2
• Étudier la monotonie de la suite (un )n∈N .
√ 2
un+1 − un = un + 2 − un = √ > 0 d’où un+1 > un ∀n ≥ 0 ; Donc la suite (un )n≥0 est
un + 2 + un
strictement croissante.
0.4 Étude de quelques suites récurrentes
0.4.1 Suite Arithmétique
Définition 0.4.1. .
Soit (un )n≥ p une suite numérique.
(un )n≥ p est dite suite arithmétique s’il existe un nombre réel r (indépendant de n) tel que :
(∀n ≥ p) un+1 = un + r.
• Le nombre r réel s’appelle la raison de la suite (un )n≥ p .
• Le terme u p est le premier terme de la suite (un )n≥ p .
Exemple 0.4.1. .
• On considère la suite (un )n∈N définie par : un = −5n + 1.
• Montrer que la suite (un )n∈N est une suite arithmétique.
un+1 − un = −5(n + 1) + 1 − (−5n + 1) = −5, d’où (un ) est une suite arithmétique de raison r = −5
et de premier terme u0 = 1.

0.4.2 Le terme générale d’une suite arithmétique


Proposition 0.4.1. .
Soit (un )n≥ p une suite arithmétique de premier terme u p et de raison r, alors on a :

(∀n ≥ p) : un = u p + (n − p)r

Remarque 0.4.1. .
Si le premier terme de la suite etait u0 , alors un = u0 + (n)r.
Si le premier terme de la suite etait u1 , alors un = u1 + (n − 1)r.

0.4.3 Somme des termes conséctifs d’une suite arithmétique


Proposition 0.4.2. .
Soit (un )n∈ I une suite arithmétique de raison r, et soit S = u p + u p+1 + u p+2 + ..... + un , alors on a :

(n − p + 1)
S = u p + u p+1 + u p+2 + ..... + un = (u p + un )
2
• u p est le premier terme de la somme S.
• un est le dernier terme de la somme S.
• (n − p + 1) est le nombre de termes de la somme S.
Preuve 2. .

Proposition 0.4.3. .
La suite (un )n∈N∗ est arithmétique si et seulement si, on a : (∀n ∈ N∗ ) un+1 + un−1 = 2un .

Remarque 0.4.2. .
les trois nombres réels a, b et c sont dans cet ordre trois termes consécutifs d’une suite arithmétique si et
seulement si a + c = 2b.

0.4.4 Suite géométrique


Définition 0.4.2. .
Soit (vn )n∈ I une suite numérique.
On dit que (vn )n∈ I est une suite géométrique s’il existe un nombre réel q (indépendant de n) tel que :
(∀n ∈ I ) vn+1 = qvn .
Le nombre q est appellé la raison de la suite (vn )n∈ I .
Proposition 0.4.4. .
La suite (vn )n∈ I est suite géométrique si et seulement si, on a : (∀n ∈ I ) vn+2 vn = v2n+1 .
Remarque 0.4.3. .
les trois nombres réels a, b et c sont dans cet ordre trois termes consécutifs d’une suite géométrique si et
seulement si ac = b2 .

0.4.5 Le terme général d’une suite géométrique


Proposition 0.4.5. .
Soit (vn )n≥ p une suite géométrique de premier terme v p et de raison q. Alors on a :
(∀n ≥ p) vn = v p qn− p .
Preuve 3. .

0.4.6 Somme des termes consécutifs d’une suite géométrique


Proposition 0.4.6. .
Soit (vn )n∈ I une suite géométrique de raison q, et soit S = v p + v p+1 + v p+2 + ...... + vn , alors on a :
1 − q(n− p+1)

vp si q 6= 1

S = v p + v p+1 + v p+2 + ...... + vn = 1 − q
(n − p + 1)v p si q = 1

• v p désigne le premier terme de la somme S.
• (n − p + 1) désigne le nombre de terme de la somme S.
Preuve 4. .
Exemple 0.4.2. .
Soit x 6= 1 calculer la somme S = 1 + x + x2 + x3 + ...... + xn .
vn+1 xn+1
Considérons la suite (vn )n≥0 définie par : (∀n ∈ N), vn = xn . On a : = n = x, donc la suite
vn x
(vn )n≥0 est une suite géométrique de raison q = x et de premier terme v0 = x0 = 1.
 1 − xn+1 
S = 1 + x + x2 + .... + xn = v0 + v1 + v2 + ... + vn = v0 car x 6= 1.
1−x
1 − xn+1
Donc S = 1 + x + x2 + .... + xn = .
1−x

0.5 Limite d’une suite numérique


Définition 0.5.1. .
Soit (un )n∈N une suite numérique.
• On dit que la suite (un )n∈N tend vers +∞ si et seulement si :
(∀ A > 0), (∃n0 ∈ N∗ ) : n > n0 =⇒ un > A. On écrit lim un = +∞.
n−→+∞
• On dit que la suite (un )n∈N tend vers −∞ si et seulement si :
(∀ A > 0), (∃n0 ∈ N∗ ) : n > n0 =⇒ un < − A. On écrit lim un = −∞.
n−→+∞
• On dit que la suite (un )n∈N tend vers un nombre réel l si et seulement si :
(∀ > 0), (∃n0 ∈ N∗ ) : n > n0 =⇒ |un − l | < . On écrit lim un = l, et on dit dans ce cas que la
n−→+∞
suite (un )n∈N est convergente.
Remarque 0.5.1. .
Une suite est dite divergente si et seulement si elle n’est pas convergente.
Exemple 0.5.1. . √
On considère la suite (un )n∈N définie par un = n.
• Montrer que lim un = +∞.
De la même manière on montre que :
1 √
( p ∈ N∗ ) lim n p = +∞ et lim = 0 et lim p n = +∞.
n
Preuve 5. .
Soit A > 0 déterminons
√ n0 tel que ∀n > n0 : un > A.
un > A ⇐⇒ n > A ⇐⇒ n > A2 donc prenons n0 = E( A2 ) + 1, alors pour n > n0 , on a : un > A.
Donc pour A > 0 ∃n0 = E( A2 ) + 1/ ∀n > n0 : un > A d’où lim un = +∞.
n−→+∞

Remarque 0.5.2. .
• lim |un | = 0 ⇐⇒ lim un = 0.
• lim(un − l ) = 0 ⇐⇒ lim un = l.
• lim |un − l | = 0 ⇐⇒ lim un = l.
• lim un = l =⇒ lim |un | = |l | et la réciproque est fausse.
Soit (un )n∈N une suite définie par : un = (−1)n , on a : |un | = 1 et lim |un | = 1, mais la suite (un )n∈N
n’a pas de limite.

0.6 Critères de convergence


Proposition 0.6.1. .
1) Soient (un ) et (vn ) deux suites numériques telles que :
(∃ N ∈ N) : (∀n ≥ N ) : |un − l | ≤ vn , alors : lim vn = 0 =⇒ lim un = l.
2) Soient (un ) et (vn ) deux suites numériques telles que :
(∃ N ∈ N)(∀n ≥ N ) un ≤ vn , alors : lim un = +∞ =⇒ lim vn = +∞.

lim vn = −∞ =⇒ lim un = −∞
3) Soient (un ) , (vn ) et (wn ) trois suites numériques telles que : (∃ N ∈ N)(∀n ≥ N ) : wn ≤ un ≤ vn ,
alors :
Si les suites (vn ) et (wn ) convergent vers la même limite l alors la suite(un ) est convergente et lim un = l.

Proposition 0.6.2. .
Soit a un nombre réel.
• Si a > 1, alors lim an = +∞.
Preuve 6. .
a > 1 ⇐⇒ ∃ x > 0, / a = 1 + x, donc an (1 + x)n > 1 + nx or lim 1 + nx = +∞ donc d’après le
n−→+∞
critère de convergence on conclut que lim an = +∞.
n−→+∞

Proposition 0.6.3. .
Si la suite (un ) est convergente vers l, alors cette limite est unique.

Preuve 7. .
ε
Supposons que lim un = l 0 . Alors : (∀ε > 0), (∃n0 ) : ∀n > n0 : On a |un − l 0 | ≤ .
n−→+∞ 2
ε
et on a :(∀ε > 0), (∃n1 ) : ∀n > n1 : On a |un − l | ≤ .
2
ε ε
Donc Soit N2 = inf(n0 , n1 ), alors ∀n > N2 , on a |l − l 0 | ≤ |un − l | + |un − l 0 | ≤ + = ε.
2 2
Conclusion on a (∀ε > 0)(∃ N2 ) tel que ∀n > N2 , on a : |l − l 0 | ≤ ε ce qui implique que |l − l 0 | = 0 d’où
l = l0.

Proposition 0.6.4. .
Si (un ) est une suite convergente, alors elle est bornée.

Preuve 8. .
On a lim un = l ⇐⇒ (∀ε > 0), (∃n0 )/ ∀n > n0 , On a |un − l | ≤ ε.
n−→+∞
=⇒ ∀n > n0 , On a : |un | ≤ |l | + ε.
Pour n ∈ {0, 1, 2, ......., n0 }, On prend A = sup(|u0 |, |u1 |, |u2 |, ....., |un0 |). Alors on prend
M = sup( A, |l | + ε) donc on a : (∀n ∈ N), on a : |un | ≤ M d’où la suite (un ) est bornée.
0.7 Opérations sur les limtes
Proposition 0.7.1. .
Si (un ) et (vn ) sont deux suites convergentes alors :
a) La suite (un + vn ) est convergente et lim(un + vn ) = lim(un ) + lim(vn ).
b) La suite (un × vn ) est convergente et lim(un × vn ) = lim(un ) × lim(vn ).  
un
2) Si (un ) et (vn ) sont deux suites convergentes et lim(vn ) 6= 0, alors la suite est convergente et
vn
u 
n lim(un )
lim = .
vn lim(vn )
Remarque 0.7.1. .
Si la suite (un ) est convergente, alors pour tout λ ∈ R, on a : lim(λun ) = λ lim(un ).

Preuve 9. .
1) On suppose que (un ) et (vn ) sont deux suites convergentes.
On pose lim(un ) = l et lim(vn ) = l 0 avec (l, l 0 ) ∈ R2 .
a)- Soit  > 0.

• Comme lim(un ) = l alors (∃ N1 ∈ N) : n ≥ N1 =⇒ |un − l | < .
2

• Comme lim(vn ) = l alors (∃ N2 ∈ N) : n ≥ N2 =⇒ |vn − l 0 | < .
2
On prend N = sup( N1 , N2 ), on aura : n ≥ N =⇒ |(un + vn ) − (l + l 0 )| ≤ |un − l | + |vn − l 0 | < .
C’est à dire que lim(un + vn ) = l + l 0 .
b) On a (vn ) convergente donc elle est bornée d’où (∃ M ∈ R)(∀n ∈ N)vn ≤ M.
Soit  > 0.

On a :lim(un ) = l donc : (∃ N10 ∈ N) : n ≥ N10 =⇒ |un − l | < .
2M

On a : lim(vn ) = l 0 donc : (∃ N20 ∈ N) : n ≥ N20 =⇒ |vn − l | < .
2(|l | + 1)
Preuve 10. .
On prend N 0 = sup( N10 , N20 ), on obtient : n ≥ N 0 =⇒ |un × vn − ll 0 | ≤ |(un − l )vn + l (vn − l 0 )|.
D’où n ≥ N 0 =⇒ |un × vn − ll 0 | ≤ |vn ||un − l | + |l ||vn − l 0 |.
Par suite n ≥ N 0 =⇒ |un × vn − ll 0 | ≤ M|un − l | + (|l | + 1)|vn − l 0 |.
 
Donc n ≥ N 0 =⇒ |un × vn − ll 0 | ≤ + =  donc lim(un × vn ) = ll 0 .
2 2
2) On suppose que vn 6= 0 et lim(vn ) 6= 0.
|l 0 | |l 0 |
On a : > 0, alors (∃ p1 ∈ N) : n ≥ p1 =⇒ |vn − l 0 | < .
2 2
|l 0 |
On a : ||vn | − |l 0 || ≤ |vn − l 0 |, alors (∃ p1 ∈ N) : n ≥ p1 =⇒ ||vn | − |l 0 || < .
2
|l 0 |
C’est à dire que (∀n ≥ p1 ) : |vn | ≥ .
2
Soit  > 0.
l 02
Comme on a : lim(vn ) = l 0 , alors (∃ p2 ∈ N)(∀n ≥ p2 ) =⇒ |vn − l 0 | <  .
2
Preuve 11. .
1 1 vn − l 0 l 02
On prend p = sup( p1 , p2 ), on obtient : n ≥ p =⇒ | − 0 | = | | < .
vn l vn × l 0 |l 0 |2
1 1 1 1
donc n ≥ p =⇒ | − 0 | <  par suite lim = 0.
v l vn l
 (nu )  1 u  l
n n
On sait que :lim = lim(un ) × lim , alors lim = 0.
(vn ) vn vn l
On considère la suite (un ) définie par : un = qn .
• Si q > 1alors lim qn = +∞ déjà fait.
• Si q = 1, alors lim qn = 1.
• Si −1 < q < 1 avec q 6= 0.
Preuve 12. .
!
1 1 1
On a : −1 < q < 1 ⇐⇒ |q| < 1 ⇐⇒ > 1 et comme lim |qn | = lim |q|n = lim 1 = lim 1
.
|q| |q|n |q|n
!
1 1
On sait que : lim n = +∞ donc lim 1
= 0.
|q| n |q|
• Si q ≤ −1, on admet que (un ) n’admet pas de limite.
Proposition 0.7.2. .
+∞


 si q > 1
1 si q = 1

n
lim q =

 0 si − 1 < q < 1
pas de limte si q ≤ −1

Exemple 0.7.1. .
3n − 2n
1)On considère la suite (un ) définie par : un = .
3n + 2n
- Calculer la limite de (un ).
1 1 1 1
2) Déterminer lim 1 + + 2 + 3 + ......... + n .
n−→+∞ 2 2 2 2
3n (1 − ( 32 )n ) 1 − ( 23 )n 2  2 n
un = = et on a : < 1 donc lim = 0 par suite lim un = 1.

3n (1 + ( 23 )n ) 2 n
1 + (3) 3 n−→+∞ 3 n−→+∞

0.8 Extension de la notion de limite


Limite d’une somme de deux suites
lim(un ) lim(vn ) lim(un + vn )
l l 0 l + l0
l ±∞ ±∞
+∞ +∞ +∞
−∞ −∞ −∞
+∞ −∞ Forme indeterminée

Limite d’un produit de deux suites

lim(un ) lim(vn ) lim(un × vn )

l l0 l × l0

l ∞ ±∞

∞ ∞ ∞

0 ±∞ Forme indeterminée
Limite d’un quotient de deux suites
u 
n
lim(un ) lim(vn ) lim
vn
l
l l 0 6= 0
l0
l 6= 0 0 ∞

l ∞ 0

∞ ∞ Forme indeterminée

0 0 Forme indeterminée

0.9 Ordre et limites


Proposition 0.9.1. .
 convergente telle que : (∀n ≥ n0 ) un > 0, alors lim un ≥ 0.
Si (un ) est une suite
lim(un ) = l ∈ R
En d’autre terme =⇒ l ≥ 0.
un > 0; (∀n ≥ n0 )
Preuve 13. .
Soit (un ) une suite numérique telle que (∀n ≥ n0 ) un ≥ 0 et lim(un ) = l.
l
On suppose que l < 0 et on considère  = − . Donc
i 3l 2l h
(∃ N ∈ N) (∀n ≥ N ) un ∈]l − , l + [= , .
2 2
l l
On pose N 0 = sup(n0 , N ), donc (∀n ≥ N 0 ) un < , d’où > 0 ce qui contredit l’hypothèse l < 0. Donc
2 2
l ≥ 0.

Proposition 0.9.2. .
 convergente vers l telle que (∀n ∈ N) un < a, alors l ≤ a.
Si (un ) est une suite
lim(un ) = l
En d’autre terme =⇒ l ≤ a.
un < a; (∀n ∈ N)
Preuve 14. .
On a lim un = l ∈ R telle que (∀n ∈ N) un < a, donc (∀n ∈ N) a − un > 0.
Et comme ( a − un ) est une suite convergente alors lim( a − un ) ≥ 0
c’est à dire que a − l ≥ 0 d’où l ≤ a.

Proposition 0.9.3. .
Si (un ) et (vn ) sont deux suites convergentes telles que : (∀n ≥ n0 ) un ≤ vn , alors :
lim un ≤ lim vn .
n−→+∞ n−→+ ∞
∀n ≥ n0 : un ≤ vn
En d’autre terme : =⇒ l ≤ l 0 .
lim(un ) = l et lim(vn ) = l 0
Preuve 15. .
On pose wn = vn − un donc (wn ) est une suite convergente et positive, d’où lim wn ≥ 0 c’est à dire que :
lim un ≤ lim vn .

0.10 Suites monotones convergentes


Théorème 0.10.1. .
1) Toute suite croissante et majorée converge.
2) Toute suite décroissante et minorée converge.
Remarque 0.10.1. .
• Ce théorème nous montre que la suite est convergente, mais ne nous permet pas de déterminer sa limite.
• Si la suite (un ) est croissante et majorée par un réel M, alors la limite de (un ) est inférieure ou égale à
M ; cette limite n’est pas nécessairement M.
• Pour montrer ce théorème, il faut admettre que toute partie de R majorée admet une borne supérieure
(hors programme).

Exemple 0.10.1. . 
u0 = 0 √
La suite (un ) définie par :
un+1 = un + 2
1) Montrer que la suite (un ) est croissante.
2) Montrer que la suite (un ) est majorée par 2 et en déduire qu’elle est convergente.

Proposition 0.10.1. .
Si (un ) converge vers l, et si (un ) est croissante, alors pour tout n ∈ N un ≤ l.
Si (un ) converge vers l, et si (un ) est décroissante, alors pour tout n de N , un ≥ l.

Proposition 0.10.2. .
Soit (un ) une suite numérique.
1) Si (un ) est croissante et non majorée, alors lim un = +∞.
2) Si (un ) est décroissante et non minoorée, alors lim un = −∞.

Preuve 16. .
1) (un ) non majorée donc (∀ A > 0) (∃ N ∈ N)telque : u N > A, et comme (un ) est croissante, alors
(∀n ∈ N) : n ≥ N on a : un ≥ u N donc (∃ N ∈ N)(∀n ≥ N ) un > A d’où lim un = +∞ (d’après la
n−→+∞
défintion).
2) Si (un ) est décroissante et non minorée alors (−un ) est croissante et non majorée d’où
lim −un = +∞.
n−→+∞
c’est à dire que : lim un = −∞.
n−→+∞

0.10.1 Application
 considère la suite ( an ) définie par :
On
 a0 > 0
1
 ∀ n ∈ N : an+1 = an +
an
• Montrer que : lim an = +∞.
n−→+∞

0.11 Suites récurrentes de la forme vn = f (un ) et un+1 = f (un )


0.11.1 Limite d’une suite de la forme vn = f (un )
Proposition 0.11.1. .
Si une suite (un ) est convergente vers l ∈ R et f est une fonction continue en l alors la suite (vn ) définie
par : vn = f (un ) est convergente et sa limite est f (l ).

Exemple 0.11.1. .
 πn2 
Déterminons la limite de la suite (un ) définie par : (∀n ∈ N), un = sin .
1 + 6n2
πn2 π π
On a : lim = et comme la fonction qui à x 7−→ sin( x) est continue en , alors
n−→+∞ 1 + 6n2 6 6
π  1
lim un = sin = .
n−→+∞ 6 2
0.11.2 Suite de la forme un+1 = f (un )
Proposition 0.11.2. .
Soit f une fonction  définie et continue sur un intervalle I telle que f ( I ) ⊂ I et soit (un )n≥n0 une suite
u n0 ∈ I
réelle définie par :
un+1 = f (un ) (∀n ≥ nn0 )
Si (un )n≥n0 est convergente de limite l et l ∈ I, alors l est solution dans I de l’équation f ( x) = x.

Exemple 0.11.2. .
3
(
u0 =
On considère la suite définie par : 2 √
un+1 = un + 2 (∀n ∈ N)

1) Représenter graphiquement la fonction f définie sur [−2, +∞ par : f ( x) = x + 2.
2) On considère l’intervalle I =]0, 2[.
a) Montrer que u0 ∈ I et que f ( I ) ⊂ I.
b) Montrer que la suite (un ) est convergente et en déduire sa limite.

On a f ( x) = x + 2 et lim f ( x) = +∞.
x−→+∞
1
(∀ x ∈] − 2, +∞[), f 0 ( x) = √ d’où f 0 ( x) > 0 ⇐⇒ f est strictement croissante sur [−2, +∞[.
2 x+2
3
On a u0 = ∈]0, 2[.
2
Montrons que f ( I ) ⊂ I. Soit x ∈ I donc 0 < x < 2 et comme f est strictement croissante sur [−2, +∞[,
donc strictement √croissante sur I c’est à dire que √
0 < x < 2 =⇒ 2 = f (0) < f ( x) < f (2) = 2 =⇒ f ( x) ∈] 2, 2[⊂]0, 2[. D’où f ( I ) ⊂ I.
et montrons par récurrence que : ∀n ∈ N, 0 < un < 2.
3
Initialisation : u0 = ∈ I C’est vérifier.
2
Héridité : On suppose que un ∈ I et montrons que un+1 ∈ I ?
On a : un ∈ I =⇒ f (un ) ∈ I c-à-d que un+1 ∈ I.
d’après le principe de récurrence on a : (∀n ∈ N), 0 < un < 2.
√ −u2 + un + 2 1 − u2 + 1 + un (1 + un )(2 − un )
On a un+1 − un = un + 2 − un = √ n = √ n = √ > 0.
un + 2 + un un + 2 + un un + 2 + un
Donc la suite (un ) est croissante et majorée par 2, donc elle est convergente vers une limite l qui vérifie
f (l ) = l. √
f (l ) = l ⇐⇒ l + 2 = l ⇐⇒ l 2 − l − 2 = 0, le discriminant est ∆ = (−1)2 − 4(1)(−2) = 9 donc
1−3 1+3
l’équation admet deux solutions distinctes : l1 = = −1 ou l2 = = 2.
2 2
La solution l1 n’est pas valide en effet on a : un > 0 =⇒ lim un ≥ 2.
n−→+∞
D’où lim un = 2.
n−→+∞

Vous aimerez peut-être aussi