Vous êtes sur la page 1sur 24

ALIMENTATION A DECOUPAGE

INTRODUCTION

Dans la gamme basse puissance à moyenne puissance (50w), on a souvent


besoin d'une alimentation continue qui présente une ondulation alternative
négligeable mais d'amplitude réglable d'où I'utilisation d'alimentation à
découpage.

intcrrr.rPttur
ebt*ro ü1rre

L21
1
CL

L l"- tlü

Un redresseur constitue une source de tension continue mais comporte des


ondulations qui sont partiellement lissées par Cl.
La fermeture ou l'ouverture rapide de l'intemrpteur électronique donne la
tension vb hachée ; vb est ensuite filtrée par L2, C2 ainsi vc est pratiquement
constante à la charge.
On pourrait lisser la sortie du redresseur jusqu'à une ondulation négligeable
et éliminer dans ce cas f intemrpteur électronique seulement les dimensions
physiques de Cl seraient trop grandes et sa tension nominale serait déterminée
par l'amplitude de la tension alternative.
Le découpage (ouverture /fermeture) rapide de Ia sortie du redresseur
commande la tension de sortie : sa moyenne est donc une fonction du rapport
cyclique.
La fréquence de l'ondulation appliquée à L2, CZ est élevée ainsi les valeurs
deL2, C2 sont faibles tout en permettant d'affaiblir fortement l'ondulation.
L'alimentation à découpage est essentiellement un convertisseur continu-
continu à contrôle de I'amplitude de la tension de sortie.
Comme intemrpteur électronique on utilise :
- Les transistors de puissance en commutation qui limitent la fréquence
de hachage à 401<hz.
- Le Mos de puissance qui élève la fréquence jusqu'à 2001û2.

I FONCTIONNEMENT DE L ALIMENTATION A DECOUPAGE


(FLY-BACK)

T-
L1

Le fonctionnement est semblable à celui d'un hacheur survolteur -


dévolteur .On distingue deux phases :
- phase 1 : T est passant , D est bloquée .On accumule une énergie'W dans
Ll
(primaire).
- phase 2 : onbloque le transistor T , la diode D est conductrice et l'énergie
W est transférée à travers D vers la sortie R (résistance) et le courant Is
circule dans R.
Remarque : le primaire Ll et le secondaireL2 ne conduisent jamais en
même temps ( contrairement à la structure « FORWARD « ) .Ce qui justifie
ce pointage opposé des enroulements.

11 existe deux modes de fonctionnement du FLY -BACK :


- Démagnétisation complète ou régime discontinu
- Démagnétisation incomplète ou régime continu
On pose K: nZlnl : le rapport de transformation.

L- Démagnétisation complète

C'est le mode de fonctionnement discontinu car le flux dans


Les enroulements a le temps de s'annuler au cours d'une période.

- Pendant le temps tf le transistor est passant , le courant iT dans


:
f inductance L1(Ll Lm inductance magnétisante ) croit linéairement avec une
pente dildt: VelLl , jusqu'à la valeur Il-lmax

ILr,"* = (Ve/L1) t1 (1)

La diode D est bloquée et supporte une tension inverse Vs+kVe

L'énergie *..:ugasinée dans Ll est :

w=L1IL1max'12 _ Yeztf tZl" (2)

On pose u=tflT : rapport cyclique

w: ve2u'T'12L, (3)

- T est bloqué pendant un temps ts, l'énergie ne pouvant pas subir


de discontinuité il apparaitra alors au secondaire un courant ll,2max tel
que:

W:L1IL1 max'12 = L2lL2max'12 avec n2llamax:n1ll.1mâx (4)

D devient alors passante , la tension de sortie Vs (supposée constante) se


trouve aux bornes du secondaire. Elle est ramenée au primaire dans
le rapport 1/k d'où

vce=Ve*Vs/K (5)

Le courant i p décroit linéairement avec une pente dip/dt:-Vs/L2 .Si le


temps de blocage ts du transistor T est suffisamment long i p s'annule , le flux
magnétique également.
A partir de cet instant les deux enroulement sont ouverts (diD/dt: 0) et
toute l'énergie est transferée vers Vs pendant un temps mort tm et
la tension vce:Ve tn
'

- Calcul de la tension de sortie Vs et de Ll

La puissance au primaire Pp:WT ,si on néglige les pertes cette puissance


est transmise à la charge donc Ps:Pp

Pp:Ps:Vs2/R ainsi d'après (3)

vs-ave{RT /{2Lr (6)

Or Ps:VsIs d'où Is=Ve2c2T/2L1Vs (7)

D'où LFYe2tf/2PsT (8)

- Valeurs efficaces des courants primaire et secondaire

IT.n=IL1r"*r/tf /r/37

ID.n=IL1.",{tol(Kr/Sr1 (g)

Remarques : la tension Vs est indépendante du rapport de transformation K et


dépend de R. Une régulation en tension est donc indispensable.

- K impose la tension max du transistor Vcer*:Ve+Vs/I(


- le courant icf est fortement discontinu ainsi Cf est très sollicité.
W
7L,y
/mc*.

rs
tt*ltvu(/v
15

i.l

rtrce.

\o 1Vr7"
rJa

2- Démagnétisation incomplète

Dans ce mode de fonctionnement, le flux dans le circuit magnétique ne


s'annule jamais.
- Le transistor T est amorcé avant que le courant secondaire ( iD) ne
s'annule le Fly-BacK fonctionne en démagnétisation incomplète ( conduction
continue du hacheur ) "

- Le courant moyen dans Ll étant constant , le tension moyenne aux bornes


du primaire est nulle d'où

rfVe : (Vs/K) t4

T:to+tf aTVe: (Vs/I() (l-o) T

Vs- aKVe / (1-a) (10)

On a toujours : vce: Ve+VS/K

- Lapuissance disponible à la charge Ps : VsIs avec Ismoy: IDmoy


- On en tire la valeur moyenne Ismoy du courant au secondaire ( temps tsy.

IsmoY = Ps /(1-a) Vs (11)

- Si on néglige les pertes Ps :Pê , on en déduit la valeur moyenne Ipmoy


du courant primaire

lpmoy = Ps /aVe (12)

- Pour calculer L1 , on se place à la limite du régime continu (on passe de


la forme d'onde trapèze à la forme d'onde triangle ).

Illmax: 2lpmoy comme Illmax: Vetf/Ll


Ll = yezuzTlzps (13)

Remarques :

- Vs est indépendant de la charge. En contrôlant le rapport cyclique , On


peut passer d'un abaisseur à un élévateur de tension.
- Vs dépend de k et de o mais indépendant de R contrairement au régime
discontinu ,le système est une source de tension .
- Latension Vceo du transistor doit être supérieure à Ve+VsÆ(
car l'amorçage doit s'effectuer à une tension inferieure Vcao
alors que durant le blocage de T , vce : Ve + VsÆ(

6
,üce

\e+YS/K
Vs

3- comparaison des modes de fonctionnement

- Une des principales limitations du Fly- Back est de ne pas pouvoir


fonctionner à vide : l'énergie ne peut plus être transferée à la sortie et
donc risque de surtension et destruction du transistor et de la diode.
- En mode continu , on peut obtenir une puissance supérieure pour un
même dimensionnement (courant moyen plus grand pour un courant crête
identique).
- Si on travaille avec un transistor bipolaire VçBs > Ve + Vs/K . La tension
vce doit être inferieure à Vcro pendant l'amorçage.
- En mode continu la vâleur de Ll est plus grande qu'en mode discontinu
- En mode discontinu , le choix d'un transistor bipolaire est moins
:
contraignant car à l'amorçage vce Ve . Ll est plus petite et le système
est plus rapide mais cf est plus sollicité.

- le facteur de forme du courant iT (ainsi que iD) est meilleur en


démagnétisation incomplète qu'en démagnétisation complète : forme
d'onde trapézoïdale au lieu de la forme triangulaire ce qui permet
d'avoir pour une valeur max imposée par le transistor une valeur moyenne
du courant plus élevée .

- On en déduit que le fonctionnement en démagnétisation incomplète


permet pour un dimensionnement donné, de fournir une puissance
supérieure à celle obtenue en démagnétisation complète.

- Pour le Fly-back en démagnétisation complète il suffit d'avoir Vcpo> Ve


et Vcsx > Ve + Vs/I( .
- Par contre en démagnétisation incomplète , le transistor voit une
tension égale à Ve + Vs/I( durant toute la durée du blocage
or l'amorçage doit s'effectuer sous une.tension inferieure à VçBs
ainsi on doit avoir : VcBo>Ve + VsÆ(

- Le Fly -back en démagnétisation complète est utilisé dans le domaine de


faibles puissances (quelques watts à quelques dizaines de watts).

CONCLUSION

- Pour les deux modes de fonctionnement, il est nécessaire de prévoir une


régulation de la tension de sortie Vs desirée, de même une protection en
courant.
- En effet, en démagnétisation incomplète , la valeur max du courant
primaire dépend de la valeur moyenne du courant primaire qui est une
image de la tension Vs. Pour un changement rapide de la charge, la
régulation ne pouvant pas avoir un temps de réponse nul, entraîne une
augmentation brutale du courant primaire et par conséquent la saturation
du transformateur d'où la destruction du transistor.
III MONTAGE EORWARI)

V L l.I.P

fiw
ï-'

Pour des puissances élevées, on ajoute un troisième enroulement qui


conduira dès l'ouverture du primaire et du secondaire et assurera Ia
continuité du flux pendant le blocage de T et l'amorçage de D3.
Le troisième enroulement est appelé : enroulement de démagnétisation.
Le convertisseur trtilisé est un hacheur dévolteur, convertisseur
Tension-courant avec un transfert d'énergie direct car il n'y a pas
d'élément pour stocker l'énergie.
- L'ensemble C et R de la charge se comporte comme un générateur de
tension parfait de valeur Vs (RC>>T).
- L'inductance L joue le rôle d'inductance de lissage , l'ensemble ( L ,RC)
est équivalent à une source de courant représenté par le courant iL.
- Dl est une diode de roue libre.

Hypothèses:
- nl:n3
- Le courant est continu dans L

Fonctionnement

l.ètt phase

- On ferme le transistor T , il sera conducteur pendant tf.

9
- D3 est bloquée car vD3 : -ZYe
- Dl est bloquée
- D2 est conductrice
- vl :Ve, Y2:KVe , v3:Ve carn3:nl
- vL: KVe-Vs , le courant iL croit linéairement avec une pente :

dil/dt: (KVe-Vs)/L
d'où i1: (KVe-Vs)tlL + iLO

- Le courant magnétisant im croit linéairement avec une pente :

dim/dt: Ve/Lm: Ve/L1

d,où im = (Ve/Ll)t

- Le courant primaire : il : iT : im + KiL

i|, : iT = (Ve/Ll)t = K((KVe-Vs)t/L + iL0)

z^èmepnase
r

- A t: o,T , on bloque T
- Le transistor T restera bloqué pendant le temps t0 par conséquent il : 0
- La diode D2 est bloquée.
- Dl conduit et assure le passage du courant dans la charge R.
- D3 conduit , le côurant magnétisant se referme à travers D3 par le
troisième enroulement.
- La tension aux bornes du troisième enroulement v3 : -Ve
- Le courant magnétisant im diminue avec la pente :

dim/dt : -YelL3: -Ve/Ll (n3 : n1)

- Cette pente est égale et opposées à celle coffespondant à la croissance de


im pendant la 1"'phase. Ainsi im doit s'annuler au bout de t:tf.

- On remarque ici qu'il est nécessaire que la durée du blocage soit


supérieure à la limite égale au temps de conduction .

- Par conséquent o< 0.5 (si n1 : n3)

im = -Ve(t-tf)/Ll + (VE/Ll)tf

- Tantque D3 conduit vl:-Ve etvce :2Ye


- Quand im:0 , D3 se bloque ,tous les enroulements sont ouverts , vce : Ve
- Pendant t0 , vL: -VS et iL décroit suivant la pente dil/dt: -Vs/L

l0
(,
lÿa
.Ie (,
.ÿ€e

Ài
b

-{a

Krla

-Kve-
La tension de sortie Vs

On écrit que la valeur moyenne de la tension vL est nulle

(KVe-Vs) tf : Vst0

Vs = sKVe

IV INFLUENCE DES INDUCTANCES DE FUITE

les inductances de fuite du transformateur provoquent des surtensions.


Il faudrait utiliser des couplages très serrés entre le primaire et le
troisième enroulement de manière à diminuer les fuites.
Pour remédier à ces surtensions, on utilise au lieu du Fly-back, le Fly-
back en demi-pont asymétrique.

I
t
t
,

I
uï*
I
a

î'

Les formes d'onde des courants et des tensions sont les mêmes que pour
le Fly-back sauf la tension vce :
:
vce (Ve + YslK)lZ et vce (Ve puisque (Vs/I()<Ve

Grâce aux diodes Dl et D2 ,vce ne peut dépasser Ve


Quand T1 et T2 conduisent , l'énergie est emmagasinée dans f inductance
magnétisante Ll Lm :
La diode D3 est bloquée et v1 Ve :

t2
_t

- Quand Tl et T2 sont bloquées, l'énergie emmagasinée est transférée à la


sortie à travers la diode D3
v2 : Vs et vl = gVs/I(
Mais pour que cette énergie soit transférée au secondaire il faut que
(VS/K) < Ve . Si ce n'est pas le cas l'énergie sera transferée vers Ve à
l'aide de Dl etD? par récupération or ce n'est pas le but du Fly-back.

Conclusion

- L'utilisation des transistors de puissance en commutation limite la


fréquence de hachage à environ 40 khz.
- L'utilisation des transistors Mos de puissance permet d'avoir des
fréquences allant jusqu'à 200k}rz ce qui permet de réduire les dimensions
des differents composants et surtout celles du transformateur.

13
,li
,

LES GRADATEURS

thyristors permettant de contrôler


Le gradateur est un convertisseur statique à
l'énergie altemative fournie à une charge et de régler la valeur efficace du côurant qu'une
source de tension alternative donnée débite dans un récepteur donné.

pour faire varier la luminosité de lampes d'éclairage dans un


Le gradateur est utilisé
domaine de puissance allant de 100w jusqu'à 10Kw ainsi que pour régler le courant dans
d'autres appaieils monophasés, comme cuisin.ières, appareils de chauffage,etc.

On utilise les gradateurs triphasés pour alimenter des moteurs asynchrones à


tensions statoriques variables per;'nettant de faire varier la vitesse de ces moteurs.

i - Le Srüiiât,eur ITiün#,*h-:sri

Lê gr:adateur monophasé est composé de deux thyristors en tête-bêche.

La strudture du giadateur monophasé est illustré par fig -1

-f,1

11
+ \rd\,
I>

a
fi

1- Fonctionnement sur un,e charge Purement résistive.

' La charge est urTâ résistance pure R . On régle la valeur efficace leff du courant ich

en faisant varier la valeur de l'angle d'amorçage . Fig -2

A wt0 = g0 on amorce le thYristor T1 .


ol

t-

Pour 0o < wt i n. T1 est conducteur vch = v =vMsin wt et ich = vMsinwt / R

Pour 00+r < wt <2n T2 est conducteur vch = vMsinwt et ich vMsinwt
t1
= / R

?"o =r,nfiul,ïrrntr dwt )/ nY


-0o
V f/-
lgff = (VM /R[[ wt/2n - sin2wt/4,. -rf
iïT
r/ i
lgff = (VM lïl-(% - AODr+ sin200/4n)
)oo

teff=(vM/R)@
En faisant varier 00 de 0 à n , on fait ,rri", leff de VM/R à O

9o ù*orr

LG?-

w[-
2-La charge est résistive et selfique ( R - t)
L'arlumgnt o, tel que tg = Lw/R , du récepteur réduit la variation de l'angle
cr

d,amorçage qui assure le passage de leff deson maximum à zéro.

2-1 Fonctionnement cr < OO <rt

Fig-3 : Allure de vch et ich

t\êL

56t

I !: I

t
I
I

! (
I

ITU I

I I

( I
I
(

t

A wtO = 00 on amorce T1 . A partir de cet instant on a l'équation suivante :

Ldich/dt + Rich = VMsinwt,

tch = il ..
-Li;tt't (wt-S')
if= (VM/Z)sin(wt - c )- (VM/ZI sin( 00 - a ) e-

7=ffi et tgc,=LÿR

Le terme il est négatif car 00 > cr . Donc ich s'annule et T1 se bloque irour wt1 = 01

tel que : wt1 < n +o <n +00 .

Pour 00 < wt < 01 vch = VMsinwt


I
I

Pour"01<rnrt(30+n rrch=0 tt jch-O

A wt =n+ 00, T2 est amorcé

O0 + n< vrtt < 01+n T2 conduit une alternance négative de ich identique, au signe
près, à son alternance positive et vch = VMsinwt

2 -2 Fonctionnement 00<a

On suppose que les impulsions sont de courtes durées .

Quand Tl entre-en conduction, ich = il+ if , il a la même expression que celle


' déterminée en 2-1.

Mais les termes if et il sont maintenant de même signe , ich est toujours positif , it
s'annule à wt1= el
Avec 01> n+ q donc à fortiori 01 >n + 00.

A wt = 00 + n , T2 ne peut pas être amorcé car T1 conduit encore . Dans ce cas le


montage se comporte comme un redresseur simple alternance.

** -*ÇÈ.

4
Mais les termes if et il sont maintenant de même signe , ich est toi.tjours positif , il
s'annule à wtl = 01 r.
Avet 01> n+ q, donc à fortiori 01 >n + 00.

Awt = 00 + n ', T2 ne peut pas être amorcé car TL condurt encore . Dans ce cas le
montage se comporte comme un redresseur simple alternance

ll- Gradateur triphasé


ll existe trois montages en triphasé :

o Le gradateur triphasé utilisant six thyristors . Ces thyristors sont montés par
groupe de deux entre la tension d'alimentation et la charge ou ils sont montés en
triangle en avalde lachar:getriphasée i
.n i-e qrâdaleur formé par le rnontage en iriangle de trois gradateurs monoohasés.
, L': {radaler-ir mixte formé de lr"cis ih'.1i"!stors et rrois dir:des.

2- Gradateur triphasé tout th-yristors

Les six thyristors sont montés entre les trois bornês de la source et celles de la charge'

Les tensions d'alimentation v1, v2 , v3

v1= vMsinwt v2 = VM siniwt-2ni3 ) v3 = VM sin (wt-an/3 )

Les tensions de charge vchl , vch2, vch3 seront parcourues par les courants de
charge : ichl,ich2, ich3

Le thyristor T1 est amôrcé à wt = e0 , Tt' est ar4orcé à 00 + n

« T2 « ,T2' «
wt = 00 + 2nl3 à 00 +5n/3

« T3 « wt=00+4n13,T3' « à00+7n13
'To
3
'ichq
U
,ft
".)
r,
re
*rï
I
Ç
d
*{ J
d

2-t lacharge est purement résistive

La charge est
formée de trois résistances égales R .on distingue trois modes de
fonctionnement pour O < e0 < 5n/6

1"'mode :0 < g0 <r{3, conduction de 3 ou2 thyristors.

Quand 00 < n/3 ; l'angle d'extinction du thyristor T3 0e est supérieur à 00, tantôt
trois thyristors conduisent, tantôt cieux.

- O0 <wt <.n/3 ,Tl ,Tz,,T3 conduisent :

Vchl= vl = Richl vch2=.v2 =Rich2 vch3 = v3 = Rich3

- nl}< wt <00 +n /3; ï1etT2, conduisent :

vchl = -vch2 = lvt -v?l /2 ichl = -ich2 = vchl/R vch3= ich3 = 0

6
Ce fonctionnement cesse pour 00 =n/3, au-delà T3 se bloque avant l'amorçage de T1.

2è*" mode : n /S <00 < r/z ; deux thyristors conduisent :

Pour ces angles d'arnorçage le temps de conduction de chaque thyristor est de 2n/3

- e0 < wt < n 13;T1 et T2' conduisent :

vchL = - vch2 = {v1- vZ)/z ichl= -ichZ = vchl/R vch3 = ich3 =0

Ce fonctiorinement cesse pour 00 =fi12 . L'angle d'extinction du thyristor T2'est 02

égalà00+n/3.Quand02 dépasselavaleur 5n/6 ,alors vl -v2=O doncvchl=0 etichl=

ich2 = 0 avant l'amorçage de T3'.

3ètu'mode : r 12 < 00 < n/5 ; conduction de deux thyristors ou aucun thyristor.

Ü.lr:c {i: r"rtnrje , il i,:irl :

soit amorcer les thyristors avec des impulsions de largeur supérieure à n/3.

Soit envoyer deux impulsicns'la 1"'" à 00 et la 2"" à 00 + n/3.

O0 < wt < 5n/6, T1 et T2' conduisent :

VchL=-vch2=(v1 -vzl 12 ichl= -ich2=vchVR vch3=ich3=0

5n/6 < wt'< e0 + nf 3, aucun thyristor ne conduit :

Vchl=vch2=vch3=0 et ichl=ich2=ich3 =0

2-2la charge est résistive et selfique

L'impédance de chaque phase


"r,
z ={m tg cr = LW /R

On prend 00 > a , les courants de charge ne peuvent subir de discontinuité.

Dés que la charge devient inductive, le 2ème mode n'existe pius . Le fonctionnement
passe du 1t'mode au 3è" mode pour une valeur limite de 00 égale à ê0' qui est fonction

deq

1t'mode : q < e0 < 00' ; deux ou trois thyristors conduisent


Quand on amorce T1 , les thyristors T2' et T3 conduisent , le courant ich3 ne s'annule
que pour wt = 0e .

- O0<wt< 0e, TL,T2',F3conduisent :vchL =v1,vch2 =yZ,vch3=v3

Expression des courants de charge :

Le courant ichl a une vaieur initiale nulle


(uf-O'\ lfp
rchl=( vMlzlsin( wr - a ) - (vM/Z)sin ( 00- a) ;
Le courant ich2 a une valeur initiale égale à ich2(00) ; celle de ich3 est égale à
(-ich2(eo))

fXU
rch2=(vM/z)sin(wt -a-{zn/31)+[ich2(00 l-lvulz)sin(00 ---l2nl3,,,Jt*t-e')l
lch3=(vM/z)sin(wt-a- (anl3))-[ich2(00)+(vM/z)sin(00-a-(anl3)] ;L*t-Oo]

Cn rJélerrnine la val*r-r r de l'angle i'e:iiinciri:ir 8e::n p.lst:i ichJ {rl*;= ii;j',:* ia


valeur de ich2(60) :

rchz(oo) = (vM/z) [sin(oe -a - anl3) j te e *tlf/*pg. o- anl3)]

- Oe < wt < 00 + n/3 , T1 et T2'conduisent :

Vchl= -vch2=.(v1-vlll} ; vch3=0,ich1=-ich2, ich=0

Ce mode de fonctionnement s'arrête quand 00 = 00'


\
3è'" morle : 0d< 00<5n/6 : conduction de 2 thyristors ou aucun thyristor ne
conduit

lorsque O0 >eO' , it faut amorcer simultanément 2 thyris,o., , ta fin rie chaque


intervalle où les 3 courants sont nuls . On désigne par 02 la fin du deuxième intervalle de
conduction de T2'.

eO < wt< g2 ,Ttet T2'conduisent :

Vchl= -vch2=(v1-vZ)/z , vch3=0, ichl=-ich2, ich3=0

Soit 02 tel que ichl = 0

- g2< wt < 00 + n/3 aucun thyristor ne conduit

vchL =vch2 =vch3 =0 ichl =ich2 = ich3 =0

Le tracé des allures des tensions et courants de charge pour :


o = ft/3 , oo' = LL4"-7 ,

00= n/3 d'oir le 1"'mode et 0e = 1A6"2

0a = 2nl3 d'où le 3è'" mode et 02 = L67"8


y^ v^

e 0

Y,, Ym

0 0

OO: 0 (lrc limite) Ü; "6 (I*'mode)

y_

y^

èu: 2rla (le limite)


- rhl

Yû Vm

0 0

y^ VDI

0 0

À: 3116 (3e limite)


&r: 4n'6 (.t'' mode)
rEGEEgà
I

T\
*.1

E-

-
lt
§
tr'

-l
ts,

?t t\)
a H
a
; ,
.J
I\=,{
ë>-

É
il
*l
't\) )
H
(-r) .-l
>)

1 if-l
È!

È
t-

I
.I
^* n.

Vous aimerez peut-être aussi