Vous êtes sur la page 1sur 4

Géométrie plane et configurations 1.

3 Le rectangle

Définition 3 1
1 Les quadrilatères Un rectangle est un quadrilatère
1) qui a trois angles droits.
1.1 Le parallélogramme A B
2) dont les diagonales sont de même
longueur et qui se coupent en
Définition 1 Un parallélogramme est un quadrilatère dont : leur milieu.
O
Un rectangle est un parallélo-
1) les côtés opposés sont deux à gramme D C
deux parallèles. 1) qui a 1 angle droit.
Ces six définitions sont équivalentes
2) les côtés opposés sont deux à 2) dont les diagonales sont de même
deux de même longueur. Relation vectorielle :
longueur.
3) deux côtés sont parallèles et de −−−→ −−−→
même longueur. AB = DC
4) les diagonales se coupent en leur 1.4 Le carré
A B
milieu.
5) deux angles consécutifs quel- O Définition 4 1
conques sont supplémentaires. 1) Un carré est un losange et un rec-
6) les angles opposés sont égaux tangle. A B
deux à deux. D C
2) Un carré est un quadrilatère qui a
ses 4 côtés de même longueur et
1 angle droit.
O
1.2 Le losange 3) Un carré est un quadrilatère dont
les diagonales de même lon-
gueur, se coupent en leur milieu D C
Définition 2 1
perpendiculairement.
Un losange est un quadrilatère dont : A
1) les 4 côtés sont de même longueur.
1.5 Le trapèze
2) les diagonales se coupent en leur milieu perpen-
diculairement. D B
O Définition 5 1
Un losange est un parallélogramme dont :
1) Un trapèze est un quadrilatère qui a 2 côtés parallèles.
1) deux côtés consécutifs sont de même longueur.
2) Un trapèze rectangle est un trapèze qui possède un angle droit.
2) les digonales sont perpendiculaires C
3) Un trapèze isocèle est un trapèze qui possède un axe des symétrie.

Paul Milan Seconde B


2.3 Droites remarquables

2.3 Droites remarquables


2 Le triangle
Définition 6 1
2.1 Le théorème des milieux
1) Une médiane d’un triangle est A
une droite qui passe par un som- B’
Théorème 1 1

|
C’ G
Le théorème direct A met et par le milieu du côté op-

|
posé. C
Dans un triangle, la droite qui passe par le I B A’
milieu d’un côté et qui est parallèle à un b

J Propriété : Les trois médianes


b
deuxième côté coupe le troisième en son mi- sont concourantes en G centre
B
lieu. de gravité. Il est situé au deux
I = m[AB] et (IJ)//(BC) ⇒ C tiers du sommet ou à un tiers de Ω

1 → 1 −−−→
− la base.
J = m[AC] et IJ = BC ⇔ IJ = BC
2 2 2) Une hauteur d’un triangle est
La réciproque une droite qui passe par un som- A
Dans un triangle, la droite qui passe par le milieu de deux côtés est paral- met et qui est perpendiculaire au
lèle au troisième. côté opposé.
F C
1 → 1 −−−→
− Propriété : les trois hau- B
I = m[AB] et J = m[AC] ⇒ (IJ)//(BC) et IJ = BC ⇔ IJ = BC teurs sont concourantes en Ω
2 2
l’orthocentre.

2.2 Le théorème de Thalès 3) La médiatrice d’un segment A


[AB] est la droite dont les points ×

sont équidistants des points A et × B’


Théorème 2 : 1 × C’
B. Elle coupe alors ce segment en × C
O A’
Le théorème direct son milieu perpendiculairement. ×
B ×
Soit deux droites (AB) et (A’B ’) sécante en O. A b
A’ Propriété : Les trois médiatrices × O
b
OA OA’ AA’ B d’un triangle sont concourante en
Si (AA’)//(BB ’) alors = =
OB OB ’ BB ’ O centre du cercle circonscrit.
B’
A
La réciproque A’ b
4) La bissectrice d’un angle divise
Soit O, A, B d’une part et O, A’, B ’ d’autre part
b
A celui-ci en deux parties égales.
alignés dans cet ordre. O Propriété : Les trois bissectrices
d’un triangle sont concourantes O’
OA OA’ C
Si = alors, on a : (AA’)//(BB ’) B b
en un point O’ centre du cercle
OB OB ’ inscrit. B
b
B’

Paul Milan Seconde B


2.6 Le triangle équilatéral

2.4 Le triangle rectangle 2.6 Le triangle équilatéral

Théorème 3 1 Définition 8 1
Centre du cercle circonscrit Un triangle est équilatéral si et
Le centre du cercle circonscrit dans C A
seulement si ses trois côtés sont de
un triangle rectangle se trouve au même longueur.
milieu de l’hypoténuse.
I
π
Les angles du triangle valent à
3
Réciproquement, le triangle ABC G
inscrit dans un cercle de diamètre Les médianes, les hauteurs, les mé-
diatrices et les bissectrices sont B C
[BC] est rectangle en A
A B confondues.

Dans un triangle équilatéral de côté a :


Thérorème de Pythagore
Si ABC est rectangle en A, on a : BC2 = AB2 + AC2 1) Les quatre centres du triangle sont donc confondus.
Réciproque 2) les trois médianes ou médiatrices ou hauteurs ou bissectrices sont axes
Si le triangle ABC est tel que : BC2 = AB2 + AC2 , alors le triangle ABC de symétrie du triangle ABC.
est rectangle en A √
3
3) la longueur d’une hauteur est égal à : h = a
2

2.5 Le triangle isocèle

Définition 7 1 2.7 Angles dans un cercle

Un triangle ABC est isocèle en A si triangle ABC.


Théorème 4 1
et seulement si : AB = AC
A
Propriétés 1) Dans un cercle, l’angle au centre
1) la mediane et la hauteur issues vaut deux fois l’angle inscrit. On
θ
de A, la médiatrice de [BC] et la a alors :
β
bissectrice de  sont confondues. θ = 2α
b

La hauteur issue de A coupe 2) Dans un cercle, deux angles qui α O


donc [BC] en son milieu. interceptent le même arc sont
2) B = b
b C I
égaux. On a alors :
B C
3) (AH) est un axe de symétrie du α=β

Paul Milan Seconde B


3.2 Bissectrice

3 Construction dans le plan 3.2 Bissectrice

Réalisation d’une figure à l’aide d’une règle non graduée et d’un compas. Les points de la bissectrice sont équi-
distants des deux demi-droites qui B
C2 H ×
compose l’angle. Cette propriété per-
×
3.1 Médiatrice met de tracer la bissectrice d’un angle O × I
à l’aide d’une règle non graduée et ×
×
d’un compas.
La médiatrice d’un segment [AB] est C1
G ×
la droite dont les points sont équidis- Intérêt : Permet de tracer des angles A
tants des points A et B. b
C de 30˚ou 45˚.
[ on reporte à partir de O
Pour déterminer le point I de la bissectrice de AOB,
A
B une même distance. On obtient ainsi les points C1 et C2 . A partir de ces deux
Intérêt : Permet de déterminer le mi-
lieu d’un segment sans utiliser une points, on reporte une même distance pour obtenir le point I.
règle graduée ou de tracer une perpen-
diculaire à une droite donnée sans uti-
b
D
liser une équerre.
3.3 Parallélogramme

Exemple : Tracer la perpendiculaire à la droite (AB) passant par un point C Exemple : Tracer la parallèle à une droite (AB) donnée passant par un point
extérieur à cette droite. extérieur C à cette droite.

On reporte la distance AC et la dis- Tracer cette droite revient à tracer le


tance BC à partir respectivement de C point D tel que ABDC soit un parallé- D
×
A et B. On obtient ainsi un point D. logramme. On reporte donc la distance C
× ×
Comme A et B sont équidistants de C AC à partir de B et la distance AB à
× B
et D, la droite (AB) est la médiatrice A partir de C. On obtient ainsi le point D. ×

de [CD] donc (AB)⊥(CD) La droite cherchée est la droite (CD). × B


D
A

Paul Milan Seconde B

Vous aimerez peut-être aussi