Vous êtes sur la page 1sur 52

TRANSFERT DE CHALEUR

O. CASTETS
Version 1.5
Table des matières

1. Introduction .................................................................................................................................................. 1
1.1 Les modes de transfert ............................................................................................................................ 1
1.2 Origine physique et principales équations ............................................................................................... 1
1.2.1. Conduction ...................................................................................................................................... 1
1.2.2. La convection .................................................................................................................................. 2
1.2.3. Le rayonnement............................................................................................................................... 4
1.3 La conservation de l'énergie .................................................................................................................... 5
1.3.1. Conservation de l'énergie sur un volume de contrôle ...................................................................... 5
1.3.2. Equilibre énergétique de surface ..................................................................................................... 6
1.3.3. Méthodologie d'application des lois de conservation ....................................................................... 7
1.4 Méthodologie générale en transfert de chaleur........................................................................................ 7
2. La conduction............................................................................................................................................... 8
2.1 La densité de flux de conduction.............................................................................................................. 8
2.2 La conductivité thermique ........................................................................................................................ 8
2.3 L'équation de diffusion de la chaleur........................................................................................................ 9
2.4 La résistance de contact .........................................................................................................................10
3. Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire.......................................................................11
3.1 Le problème du mur................................................................................................................................11
3.1.1. Condition limite de Dirichlet ............................................................................................................11
3.1.2. Condition limite de Neumann..........................................................................................................12
3.1.3. Condition limite de Fourrier.............................................................................................................12
3.2 La résistance thermique..........................................................................................................................12
3.3 Problème du cylindre creux ....................................................................................................................13
3.4 Problème du calorifuge ...........................................................................................................................14
3.5 Conduction avec génération de chaleur..................................................................................................15
3.5.1. Problème du mur ............................................................................................................................15
3.5.2. Problème du cylindre......................................................................................................................15
3.6 Amélioration de l'efficacité des échanges thermiques.............................................................................16
3.6.1. Etude générale en conduction ........................................................................................................16
3.6.2. L'ailette de section constante .........................................................................................................17
3.6.3. Efficacité d'ailette............................................................................................................................18
3.6.4. Rendement d'une ailette.................................................................................................................18
3.6.5. Rendement d'un ensemble d'ailette................................................................................................18
4. La convection ..............................................................................................................................................20
4.1 Le flux de convection ..............................................................................................................................20
4.2 Les couches limites.................................................................................................................................20
4.2.1. La couche limite de vitesse.............................................................................................................20
4.2.2. La couche limite thermique.............................................................................................................20
4.3 Analyse dimensionnelle ..........................................................................................................................21
4.3.1. Principe ..........................................................................................................................................21
4.3.2. Théorème de Vaschy-Buckingham ou théorème Π. ......................................................................21
4.3.3. Exemple en convection forcée........................................................................................................21
4.3.4. Exemple en convection naturelle....................................................................................................22
4.4 Signification physique des nombres sans dimension..............................................................................23
4.4.1. Le Nusselt.......................................................................................................................................23
4.4.2. Le Reynolds....................................................................................................................................23
4.4.3. Le Prandtl .......................................................................................................................................23
4.4.4. Le Grashof......................................................................................................................................23
4.4.5. Le Rayleigh.....................................................................................................................................24
4.5 Transition entre régime laminaire et régime turbulent.............................................................................24
4.5.1. En convection externe ....................................................................................................................24
4.5.2. En convection forcée interne ..........................................................................................................24
4.6 La convection forcée...............................................................................................................................25
4.6.1. Ecoulement sur une plaque plane ..................................................................................................25
4.6.2. Ecoulement autour d'un cylindre.....................................................................................................26
4.6.3. Ecoulement dans un tube...............................................................................................................27
4.7 La convection naturelle ...........................................................................................................................28
4.7.1. Les phénomènes mis en jeu...........................................................................................................28
4.7.2. La plaque plane verticale................................................................................................................28
4.8 Méthodologie ..........................................................................................................................................28
5. Le rayonnement ..........................................................................................................................................29
5.1 La luminance ..........................................................................................................................................29
5.2 L'Emittance .............................................................................................................................................30
5.3 Le corps noir ...........................................................................................................................................30
5.3.1. La distribution de Plank ..................................................................................................................30
5.3.2. Loi de Wien.....................................................................................................................................31
5.3.3. Loi de Stefan-Boltzman ..................................................................................................................31
5.4 Les corps réels .......................................................................................................................................32
5.5 Absorption, réflexion et transmission ......................................................................................................32
5.5.1. L'absorption ....................................................................................................................................33
5.5.2. La réflexion.....................................................................................................................................33
5.5.3. La transmission ..............................................................................................................................34
5.5.4. Equilibre thermique.........................................................................................................................34
5.6 Les lois de Kirchoff..................................................................................................................................34
5.7 Rayonnement environnemental ..............................................................................................................35
5.7.1. Rayonnement solaire......................................................................................................................35
5.7.2. Rayonnement de ciel......................................................................................................................35
5.8 Echange entre deux surfaces .................................................................................................................36
5.8.1. Rappel sur le facteur de vue...........................................................................................................36
5.8.2. Echange entre corps noirs..............................................................................................................36
5.8.3. Echange entre deux plans infinis....................................................................................................36
5.8.4. Rayonnement entre surfaces diffuses et grises formant une enceinte fermée ...............................37
6. Les échangeurs de chaleur ........................................................................................................................39
6.1 Les différents types d'échangeurs ..........................................................................................................39
6.2 Distribution de température dans un échangeur .....................................................................................40
6.3 Le coefficient d'échange global...............................................................................................................41
6.4 Etude des échangeur de chaleur ; la méthode DTLM.............................................................................41
6.4.1. L'échangeur à courant parallèle......................................................................................................42
6.4.2. L'échangeur à contre courant .........................................................................................................43
6.4.3. L'échangeur à plusieurs passes, à courants croisés ......................................................................43
6.4.4. Commentaires ................................................................................................................................43
6.5 La méthode efficacité - NUT ...................................................................................................................44
6.5.1. Définition.........................................................................................................................................44
6.5.2. Relation efficacité – NUT................................................................................................................44
6.5.3. Méthodologie ..................................................................................................................................46
Introduction

1. Introduction

L'étude de la thermodynamique nous apprend que de l'énergie peut être transférée par interaction d'un
système avec son environnement. Mais elle ne nous dit pas "ce qui est transféré" et "comment est-ce
transféré".
L'étude des transferts de chaleur va permettre de répondre à ces questions. Ce chapitre va en faire une
présentation rapide et montrer leur importance dans les problèmes industriels et environnementaux.

1.1 Les modes de transfert

Un transfert de chaleur est un transit d'énergie causé par une différence de température

Il y a trois modes de transfert principaux :


- la conduction quand il existe un gradient de température au sein d'un médium
- la convection quand on étudie les transferts entre une surface et un fluide en mouvement
- le rayonnement quand deux surfaces à des températures différentes sont en vue

T1>T2
T∞

ϕ1
T1
T1 T2 ϕ

Tm T2 ϕ2
ϕ

Conduction Convection Rayonnement

1.2 Origine physique et principales équations

1.2.1. Conduction

La conduction est l'effet macroscopique de l'activité physique existant au niveau atomique et moléculaire. Elle
peut être vue comme un transfert d'énergie des particules (ou porteurs) les plus énergétiques aux moins
énergétiques d'un système. Ce transfert est causé par l'interaction entre les particules.

Dans le cas d'un gaz ou d'un fluide, les porteurs élémentaires (molécules, atomes, ions …) sont caractérisés
par des énergies :
- de translation
- de vibration/rotation
- électronique
-…

Dans le cas d'un solide les porteurs élémentaires sont les phonons (quanta de vibration du réseau cristallin
plus ou moins parfait) et les électrons libres.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 1


Introduction

Exemple :

On a un gaz entre deux murs à T1 et T2.


La température en point peut être associée à T1>T2
l'énergie des particules autour de ce point.
Plus la température est élevée, plus l'énergie
est grande. Plus l'énergie des particules est
élevée, plus elles interagissent. Il y a donc
transfert d'énergies des particules les plus
énergétiques vers les moins énergétiques.
T2

En présence d'un gradient de température, il y a donc transfert d'énergie dans la direction des températures
les plus faibles.

Le flux de conduction est proportionnel au gradient de température :

q = −λ(T ) ⋅ dT Équation 1.1


dx

Dans le cas monodimensionnel. C'est la loi de Fourrier.

Le flux q (W/m²) est le taux de transfert de chaleur par unité de surface perpendiculairement à cette surface. Il
est proportionnel au gradient de température dT/dx. La constante λ (W/m/K) s'appelle la conductivité
thermique et dépend du matériaux et de la température.
Le signe – est du au fait que la chaleur est transférée dans le sens des températures décroissantes.

Exemple : T2=1150
- mur d'un four industriel de 0.15 m d'épaisseur T1=1400
- λ = 1.7 W/m/K
- la température de part et d'autre vaut 1400 K et 1150 K
- stabilisé
0.5m
Estimer le flux à travers une surface de 0.5m*3m
ϕ = 4250 W
3m

1.2.2. La convection

La convection thermique est un transfert d'énergie consécutif à un transport macroscopique de masse. On


s'intéressera plus particulièrement au transfert thermique par convection entre un fluide et une surface à
températures différentes.

Considérons le problème de la circulation d'un fluide sur une surface chauffée :

- l'interaction fluide/paroi provoque le développement d'une région où la vitesse du fluide varie de 0


(au niveau de la surface) à u∞.
→ cette région est appelée la couche limite hydrodynamique

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 2


Introduction

- si la température du fluide (T∞) est différente de la température de surface (Ts), il y aura une région
du fluide où la température variera de Ts à T∞.
→ cette région est appelée la couche limite thermique. Elle est, dans le cas générale de taille
différente de la couche limite hydrodynamique.

y
y u∞ T∞
débit

ϕ
Ts

Au voisinage de y=0, la vitesse du fluide est nulle et la convection se fait alors par diffusion.

On distingue 3 types de convection :

- la convection forcée quand le débit est créé par un moyen extérieur :


→ une pompe
→ une hélice
→ le vent
→…

- la convection naturelle quand le débit est créé par une différence de densité (créée par une
différence de température)
Par exemple une pièce chauffée par le sol :

Plafond froid L'air chaud au voisinage du plancher moins dense


que l'air froid proche du plafond va monter sous l'effet
d'une force d'Archimède tandis que l'air froid va
descendre.

Cet écoulement fait passer de l'énergie du sol au


plafond. Le transfert est plus important qu'un transfert
Plancher chaud
purement conductif dans l'air (λ faible).

- la convection mixte quand les échanges par convection forcée et par convection naturelle sont
comparables.

On parle de plus de transfert de chaleur latent quand les échanges par convection se font par condensation
ou évaporation. On a alors un changement de phase.

Le flux par convection s'écrit de la manière suivante quelque soit le type de convection :

q = h ⋅ (Ts − T∞ ) Équation 1.2

Le flux par convection est proportionnel à la différence de température entre la surface et le fluide.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 3


Introduction

Cette expression est la loi de Newton. Le coefficient de proportionnalité h (ou α) (en W/(m²K)) est le coefficient
d'échange par convection ou le coefficient de film. Il prend en compte tous les paramètres qui influencent les
échanges par convection et il dépend, en particulier, de ce qu'il se passe dans la couche limite ; il est donc
influencé par :
- la géométrie de la surface
- la nature du mouvement du fluide
- la thermodynamique du fluide (les équations de transport)
Dans la plupart des cas, l'étude de la convection se réduit à l'étude du coefficient d'échange. Des valeurs
typiques sont données dans le tableau ci-après :

Procédé H (W/(m²K)
Convection naturelle
Gaz 2-25
Liquide 50-1000
Convection forcée
Gaz 25-5000
Liquide 50-20000
Convection avec changement de phase
Evaporation ou condensation 2500-100000

1.2.3. Le rayonnement

Le rayonnement thermique est de l'énergie émise par la matière à une température finie. Le rayonnement peut
provenir d'un solide, d'un liquide ou d'un gaz. L'énergie du champ radiatif est transportée par les ondes
électromagnétiques (ou, ce qui est équivalent, par les photons). Alors que la conduction requiert la présence
d'un médium, le rayonnement, lui, est plus efficace dans le vide.

Le flux maximum (W/m²) émis par un corps à une température T (K) est donné par la loi de Stephan -
Boltzman :

4
q = σ ⋅ Ts Équation 1.3

Où σ est la constante de Stephan – Boltzman et vaut : 5.67x10-8 W/(m²K4). Un corps qui émet cette énergie
est appelé un corps noir. Le flux émis par un corps réel est moins élevé et vaut :

4
q = ε ⋅ σ ⋅ Ts Équation 1.4

Où ε est une propriété radiative de la matière appelée l'émissivité. Elle est comprise entre 0 et 1 et indique
l'efficacité du transfert par rapport au corps noir. De la même manière, si un corps reçoit un flux incident de
rayonnement, il va en absorbé une partie qui peut être évalué grâce à une propriété radiative de la matière
appelée le coefficient d'absorption α :

qabs = α ⋅ qinc Équation 1.5

Tandis que l'émission de rayonnement réduit l'énergie thermique de la matière, l'absorption l'augmente.

La détermination des échanges nets entre deux surfaces est en général assez compliquée. Néanmoins, dans
le cas assez courant d'une petite surface complètement incluse dans une plus grande surface les équations
se simplifient quand on suppose que
- ε=α pour la petite surface (corps gris)
Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 4
Introduction

- le gaz qui sépare les deux surfaces n'a pas d'influence sur les échanges par rayonnement.

Environnement à Tenv

qray qconv
Surface à Ts, d'aire A et d'émissivité ε.

Le flux net, par rayonnement, reçu par la petite surface s'écrit :

( 4
ϕ = ε ⋅ σ ⋅ A ⋅ Ts − Tenv
4
) Équation 1.6

Dans de nombreux cas, il est pratique de l'écrire :

ϕ = hr ⋅ A ⋅ (Ts − Tenv )
(
avec hr = ε ⋅ σ ⋅ (Ts + Tenv ) ⋅ Ts + Tenv
2 2
) Équation 1.7

On dit alors que l'équation de flux a été linéarisée.

1.3 La conservation de l'énergie

La thermique et la thermodynamique sont des sujets très complémentaires. En effet, la première loi de la
thermodynamique (conservation de l'énergie) joue ici un rôle important.

1.3.1. Conservation de l'énergie sur un volume de contrôle

Pour les problèmes qui seront traités ici, on doit d'abord identifier un volume de contrôle, c'est à dire une
portion de l'espace délimitée par une surface de contrôle à travers laquelle l'énergie et la matière passent. On
supposera que ce volume est fixe. La première loi adaptée à la thermique peut s'énoncer de la façon
suivante :

Le taux auquel l'énergie thermique et l'énergie mécanique entrent dans un volume de contrôle, plus le
taux auquel l'énergie thermique est générée dans ce volume, moins le taux auquel l'énergie thermique et
l'énergie mécanique sortent de ce volume doit être égal à la variation d'énergie stockée dans ce volume.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 5


Introduction

Pour un volume de contrôle donné, on aura donc :

.
. Egén
Eent .
Esort
.
Esto

.
Où Eent est le taux d'énergie qui entre dans le volume de contrôle.
.
Esort est le taux d'énergie qui sort du volume de contrôle
.
Egén est le taux d'énergie générée dans le volume de contrôle
.
Esto est la variation d'énergie stockée dans le volume de contrôle

l'équation générale s'écrit donc :


. . . dE sto .
E ent + E gént − E sort = = E sto Équation 1.8
dt

Les termes d'entrée et de sortie sont associés à des phénomènes de surface qui seront la plupart du temps
causés par les 3 modes d'échange.
Le terme de génération est associé à des phénomènes de volume. C'est par exemple la puissance dissipée
par une réaction chimique exothermique ou par effet Joule lorsqu'un courant traverse un conducteur.
Le terme de stockage est aussi associé à un phénomène de volume mais il représente seulement la variation
d'énergie du volume de contrôle. Lorsque le système est en équilibre, ce terme est nul.

1.3.2. Equilibre énergétique de surface

La loi de la conservation de l'énergie devra être souvent appliquée à une surface de contrôle et dans ce cas,
l'équation de conservation s'écrit :
. .
E ent − E sort = 0 Équation 1.9

Cette loi est valable en condition de régime permanent et transitoire.

Sur une surface de contrôle unitaire, il y conduction jusqu'à la matière


qray puis échange par convection avec le gaz environant et par
qcond rayonnement avec l'environnement, on a donc :

T1 qcond − qray − qconv = 0 Équation 1.10

T2 qconv

T∞

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 6


Introduction

1.3.3. Méthodologie d'application des lois de conservation

L'application des lois de conservation est relativement simple si quelques règles sont suivies :

Définir le volume de contrôle approprié.


Identifier les modes de transfert et les dessiner sur un shéma avec le volume de contrôle.
Ecrire la loi de conservation et substituer les termes connus.

Le volume de contrôle peut être soit fini soit infinitésimal suivant le type de problème à traiter.

1.4 Méthodologie générale en transfert de chaleur

Une approche systématique peut être employée pour résoudre les problème de thermique industriel :

Ecrire ce qu'on sait du problème, sans répéter l'énoncé


Ecrire ce qu'on cherche
Faire un dessin du problème à résoudre ; si les lois de conservation doivent être appliquées, dessiner le
volume de contrôle ; identifier les modes de transfert par des flèches
Faire la liste des hypothèses simplificatrices
Regrouper les valeurs des propriétés des matériaux nécessaires
Commencer l'analyse en appliquant les lois de conservation ; faire les calculs jusqu'au résultat attendu.
Commenter le résultat

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 7


La conduction

2. La conduction

La conduction est un transfert d'énergie causé par une différence de température.

2.1 La densité de flux de conduction

La loi de Fourrier est fondée sur l'expérience. Pour un problème monodimensionnel, elle s'écrit :
Φ x = −λ ⋅ S ⋅ dT le flux de conduction équation 2.1
dx
ϕx = −λ ⋅ dT la densité de flux de conduction équation 2.2
dx
où λ est la conductivité thermique en W/m/K.

Le signe moins dans l'équation vient du fait que l'énergie est transférée dans le sens des températures
décroissantes. Par extension, on considère que le flux de chaleur est une grandeur vectorielle qui se
généralise de la manière suivante :
r ⎛ r r r⎞
ϕ = −λ ⋅ ∇T = −λ ⋅ grad(T) = −λ ⋅ ⎜ ∂T ⋅ i + ∂T ⋅ j + ∂T ⋅ k ⎟ équation 2.3
⎝ ∂x ∂y ∂z ⎠
r
ϕ est normal aux surfaces isothermes, on peut donc écrire :
ϕn = −λ ⋅ ∂T équation 2.4
∂n
Ces équations sont valables pour un milieu homogène, c'est à dire pour lequel, la conductivité thermique ne
dépend pas de la direction.
La loi de Fourrier s'applique à toute matière, gaz, liquide ou solide.

2.2 La conductivité thermique

C'est une propriété physique des matériaux. Elle fournit une indication sur le taux de transfert de l'énergie par
diffusion. Elle dépend de la structure physique de la matière au niveau atomique et moléculaire et donc de
l'état de la matière.
La conductivité d'un solide est en général supérieur à celle d'un liquide qui est elle-même supérieur à celle
d'un gaz :

Zinc Argent
METAUX
Nickel Alu
ALLIAGES
Plastique Glace Oxide
SOLIDES NON-METALLIQUE
Fibre
ISOLATION
Huile Eau Mercure
LIQUIDES
CO² H
GAZ
0.01 0.1 1 10 100 1000
Conductivité en W/m/K

La diffusivité α est une grandeur importante pour l'étude en instationnaire. Elle mesure la capacité d'un
matériau à répondre plus ou moins rapidement à un changement d'environnement thermique. Son expression
est la suivante :
Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 8
La conduction

α= λ en m²/s
ρ ⋅ cp
Les matériaux de faible α répondront lentement tandis que ceux à fort α répondront rapidement.

2.3 L'équation de diffusion de la chaleur

L'objectif principal de l'analyse d'un problème de conduction est de déterminer le champ de température d'un
système. Il se déduit des conditions limites imposées aux bornes du système. Pour un solide, le champ de
température permet de calculer :
les contraintes d'origines thermiques
les déplacements d'origine thermiques
les épaisseurs de matériaux nécessaires pour un isolant

On applique la méthodologie décrite en introduction. C'est à dire qu'on définit un volume de contrôle sur lequel
on va identifier les différents transferts de chaleur intervenants. On écrit ensuite la loi de conservation de
l'énergie ce qui permet d'en déduire l'équation différentielle dont la solution est le champ de température pour
des conditions limites données.
Soit un volume de contrôle donné (dx, dy, dz)
y
Φx ∂Φ x
x Φ x + dx = Φ x + dx
∂x
z dx

Le bilan énergétique de l'élément s'écrit de la manière suivante :


Flux entrant + génération interne = flux sortant + accroissement d'énergie interne
soit :
( ) ( )
Φ x + Φ y + Φ z ⋅ dt + q ⋅ (dx ⋅ dy ⋅ dz ) ⋅ dt = Φ x + dx + Φ y + dy + Φ z + dz ⋅ dt + ρ ⋅ cp ⋅ dT ⋅ (dx ⋅ dy ⋅ dz )
équation 2.5
avec q = quantité de chaleur générée par unité de temps et de volume en W/m3 supposée uniforme.
La loi de Fourrier s'écrit :

( )
Φ x = − λ x ⋅ ∂T ⋅ dy ⋅ dz
∂x
équation 2.6

( ( ))
Φ x + dx = − λ x ⋅ ∂T + ∂ − λ x ⋅ ∂T ⋅ dy ⋅ dz
∂x ∂x ∂x
équation 2.7

Et donc l'équation de bilan après substitution :

( ) ⎛ ⎞
(
ρ ⋅ cp ⋅ ∂T = ∂ λ x ⋅ ∂T + ∂ ⎜ λ y ⋅ ∂T ⎟ + ∂ λ z ⋅ ∂T + q
∂t ∂x ∂x ∂y ⎝ ∂y ⎠ ∂z ∂z
) équation 2.8

Dans le cas d'un solide isotrope (pour lequel, λx = λy = λz = λ) et homogène (λ = Cste) l'équation devient :
∂T = λ ⋅ ⎛⎜ ∂ T + ∂ T + ∂ T ⎞⎟ + q
2 2 2
équation 2.9
∂t ρ ⋅ cp ⎜⎝ ∂x2 ∂y 2 ∂z2 ⎟⎠ ρ ⋅ cp

qui peut aussi s'écrire :


∂T = α ⋅ ∇2T + q avec α = λ équation 2.10
∂t ρ ⋅ cp ρ ⋅ cp

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 9


La conduction

α est la diffusivité thermique du matériaux, elle s'exprime en m²/s et n'est introduite que si la
conductivité est constante.

Pour un problème monodimensionnel en condition stabilisée sans génération interne de chaleur, l'équation 1.8
devient :

dx
( dx
)
d λ ⋅ dT = 0 équation 2.11

En coordonnées cylindriques, l'équation 1.8 devient :

∂t r ∂r
( )
∂r r ∂ϕ ⎝ ∂ϕ ⎠ ∂z
( ∂z
)
ρ ⋅ c p ⋅ ∂T = 1 ⋅ ∂ λr ⋅ r ⋅ ∂T + 12 ⋅ ∂ ⎛⎜ λϕ ⋅ ∂T ⎞⎟ + ∂ λ z ⋅ ∂T + q équation 2.12

En coordonnées sphériques, l'équation 1.8 devient :

∂t r ∂r
( ∂r
)
ρ ⋅ cp ⋅ ∂T = 12 ⋅ ∂ λr ⋅ r ⋅ ∂T + 2 1 2 ⋅ ∂ ⎛⎜ λϕ ⋅ ∂T ⎞⎟
2

r ⋅ sin θ ∂ϕ ⎝ ∂ϕ ⎠
équation 2.13
+ 2 1
r ⋅ sin θ ∂θ
( )
⋅ ∂ λθ ⋅ sin θ ⋅ ∂T + q
∂θ

2.4 La résistance de contact

L'expérience a montré que le transfert de chaleur à travers deux corps non soudés est accompagné d'une
chute de température (T1-T2). Il y a discontinuité du champ. La chute de température est proportionnelle au
flux de chaleur.
λ2
T1
Cela revient à introduire une résistance de contact :
T2 T −T 2 −1
Rc = 1 2 en m KW
ϕ
λ1

La résistance de contact est fonction de :


- l'aire des points de contact - la dureté matériaux et sa limite élastique
- la nature des surfaces (rugosité) - la présence d'oxyde
- la conductivité des matériaux - la nature du fluide intersticiel
- la pression de contact

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 10


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

3. Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

Ce chapitre traite des transferts de chaleur par conduction en situation monodimensionnelle et stabilisée. Par
monodimensionnelle, on entend qu'il suffit d'une coordonnée pour décrire le problème. Par stationnaire, on
entend que la température en tout point est indépendante du temps.
On va donc examiner plusieurs systèmes mondimensionnels et calculer leur distribution de température dans
des conditions données.

3.1 Le problème du mur

On cherche à déterminer la répartition de température dans un mur plan qui sépare deux fluides chaud et
froid. Des échanges par convection ont lieu de part et d'autre du mur qui est soumis lui-même à un flux de
conduction.
⎛ 2 2 2 ⎞
q
L'équation générale s'écrit : ∂T = λ ⋅ ⎜⎜ ∂ T2 + ∂ T2 + ∂ T2 ⎟⎟ +
∂t ρ ⋅ cp ⎝ ∂x ∂y ∂z ⎠ ρ ⋅ cp
Hypothèses :
- solide homogène et isotrope
- régime stationnaire
- pas de source de chaleur
- problème monodimensionnel

λ ⋅ ⎛⎜ ∂ T ⎞⎟ + 0 ; or λ ≠ 0 donc il faut résoudre :


2
On peut alors écrire : 0 =
ρ ⋅ cp ⎝ ∂x2 ⎠ ρ ⋅ cp
2
∂ T = 0 pour 0 < x < e équation 3.1
2
∂x
En intégrant cette équation, on obtient alors une répartition linéaire de température dans le mur :
T(x) = C1 ⋅ x + C2 équation 3.2
on introduit deux constantes C1 et C2 à déterminer en fonctions des conditions limites imposées.

On distingue trois grandes familles de conditions limites. Pour résoudre l'équation, il faudra imposer deux
conditions limites.

3.1.1. Condition limite de Dirichlet

Elle correspond à une situation dans laquelle on impose la


Ts
température Ts à la surface.
T(x,t)
T(0, t) = Ts
On rencontre ce type de condition quand un solide est en
contact avec un fluide qui boue ou un métal qui fond. x

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 11


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

3.1.2. Condition limite de Neumann

Elle correspond à une situation dans laquelle on impose la densité


de flux de chaleur à la surface. ϕs
T(x,t)
− λ ⋅ ∂T = ϕs
∂x x =0
x
On rencontre ce type de condition quand un solide est en
contact avec une résistance chauffante.

Un cas particulier de cette condition est la surface adiabatique ou


parfaitement isolée :
T(x,t)
− λ ⋅ ∂T =0
∂x x =0
x

3.1.3. Condition limite de Fourrier

Elle correspond à une situation dans laquelle la surface est refroidie


T(0,t)
(ou chauffée) par convection : T,α
T(x,t)
− λ ⋅ ∂T = h ⋅ (T∞ − T(0, t) ))
∂x x=0
x

3.2 La résistance thermique

Si on impose deux conditions limites de type Dirichlet aux bornes du mur, on obtient :
x
T( x) = (Ts 2 − Ts1 ) ⋅ + Ts1 équation 3.3
e
où e est la largeur du mur.

Le flux de conduction se déduit de la loi de fourrier :


Φ = −λ ⋅ S ⋅ dT = (Ts1 − Ts2 ) ⋅ λ ⋅ S équation 3.4
dx e
On remarque que l'expression du flux thermique se rapproche de l'expression d'une intensité électrique. On
fait alors apparaître une résistance thermique de conduction :
(T − T )
Rt,cond = s1 s2 = e équation 3.5
Φ λ ⋅S

De la même manière, une résistance thermique de convection peut être associé à flux de convection :
Φ = h ⋅ S ⋅ (Ts − T∞ ) équation 3.6
Il s'en déduit :
(T − T )
Rt,conv = s1 ∞ = 1 équation 3.7
Φ h⋅S

Ces expressions fournissent des outils très utiles de représentation et de calcul des transferts de chaleur. En
effet, de la même manière qu'on représente un circuit électrique, on va pouvoir représenter un circuit de
transfert de chaleur.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 12


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

Par exemple, pour le mur plan soumis à des conditions de convection (Fourrier) de part et d'autre, le flux de
chaleur est :
(T − T ) (T − T ) (T − T∞2 )
Φ = ∞1 s1 = s1 s2 = s2 équation 3.8
1 (h1 ⋅ S ) e (λ ⋅ S ) 1 (h2 ⋅ S )
Le problème peut s'exprimer en fonction d'une différence de température totale et donc d'une
résistance thermique totale :
(T − T )
Φ = ∞1 ∞2 équation 3.9
Rtot
Les règles d'addition des résistances sont les même que pour un circuit électrique (elles s'additionne
en série et leur inverse s'additionne en parallèle). la résistance thermique totale vaut donc :
Rtot = 1 + e + 1 équation 3.10
h1 ⋅ S λ ⋅ S h2 ⋅ S

T∞1
Ts1
Ts2
Φx T∞2

x X=L

T∞1, h1 T∞2, h2
T∞1 Ts1 Ts2 T∞2
1 e 1
h1 ⋅ S λ⋅S h2 ⋅ S

Enfin, on peut définir une résistance thermique de rayonnement, dans le cas d'une surface qui échange par
rayonnement avec son environnement (cf. § ):
Φ = hr ⋅ S ⋅ (Ts − Tenv )
avec hr = ε ⋅ σ ⋅ (Ts + Tenv ) ⋅ Ts + Tenv
2 2
( ) équation 3.11

La résistance thermique de rayonnement vaut donc :


(T − Tenv ) = 1
Rt,ray = s équation 3.12
Φ hr ⋅ S

3.3 Problème du cylindre creux

Les systèmes cylindriques ou sphériques subissent souvent des gradients de température suivant leur
direction radiale et peuvent donc être calculés de manière monodimensionelle.

En conditions stabilisées, sans génération de chaleur, l’équation de diffusion de la chaleur en coordonnées


cylindrique est :

r ∂r r
(
1 ⋅ ∂ λ ⋅ r ⋅ ∂T = 0
∂r
) équation 3.13
Si on suppose que λr est constante, il suffit d’intégrer l’équation ; il vient alors :
T(r ) = C1 ⋅ ln(r ) + C2 équation 3.14
Supposons que :
T(r1 ) = Ts1 et T(r2 ) = Ts2

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 13


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

On obtient alors :
T −T ⎛ ⎞
T(r ) = s1 s2 ⋅ ln⎜⎜ r ⎟⎟ + Ts2 équation 3.15
ln(r1 r2 ) ⎝ r2 ⎠
Cherchons maintenant l’expression de la résistance thermique de conduction dans un cylindre (analogie
électrique) :
Le flux de conduction vaut : Φr = −λ ⋅ S ⋅ dT = −λ ⋅ (2 ⋅ π ⋅ L ⋅ r ) ⋅ dT . D’après l’équation de propagation, le
dr dr
flux de conduction est constant (mais pas la densité de flux). En substituant l’expression de la température, on
obtient :
T −T
Φ r = 2 ⋅ π ⋅ L ⋅ λ r s1 s2 équation 3.16
ln(r1 r2 )
La résistance thermique de conduction dans un cylindre creux vaut donc :
(T − T ) ln(r1 r2 )
Rt,cond = s1 s2 = équation 3.17
Φ 2 ⋅ π ⋅ L ⋅ λr

3.4 Problème du calorifuge

La question de l’efficacité de l’isolation autour d’un tube peut se poser à cause des effets λi he, Te
contraires de l’augmentation de surface d’échange par rapport à l’augmentation λt
r2
d’épaisseur d’isolant. r3
En effet, la résistance de conduction augmente quand l’épaisseur d’isolant augmente r1
mais la résistance de convection diminue quand la surface d’échange augmente. Il peut hi, Ti
donc exister une épaisseur optimum permettant de maximiser la résistance totale.

Les résistances sont en série donc :


Avec isolant :
⎛ ln(r r ) ln(r r ) ⎞
Te − Ti = Φ2 ⋅ 1 ⋅ ⎜⎜ 1 + 2 1 + 3 2 + 1 ⎟⎟ = Φ2 ⋅ Rtot
2 ⋅ π ⋅ L ⎝ hi ⋅ r1 λt λi he ⋅ r2 ⎠
L’épaisseur d’isolant optimum est celle qui
6 Résistance thermique totale maximise la résistance totale Rtot. Une condition
5,5 r2 λι/he nécessaire est qu’il existe une valeur de r3 telle
5 que :
4,5 dR tot
=0
4 dr3
3,5 ⎧ dR ⎛ ⎞
3 ⎪ tot = 1 ⋅ ⎜ 1 − 1 2 ⎟ = 0
⎪ dr 2 ⋅ π ⋅ L ⎜ λi ⋅ r3 h ⋅ r ⎟
0 0,02 0,04 0,06 0,08 0,1
Soit ⎨ 3 ⎝ e 3 ⎠

⎪ λ
⎪ ⇒ rcrit = i
⎩ he

dR tot dR tot
Pour r3<rcrit, < 0 , et pour r3>rcrit, > 0 , donc Rtot(rcrit) est une valeur mini ; il n’existe donc pas
dr3 dr3
d’optimum mais plutôt une valeur critique λi he en deçà de laquelle le flux total augmente et au delà de
laquelle, le flux thermique total diminue pour une différence de température Te-Ti donnée.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 14


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

3.5 Conduction avec génération de chaleur

Dans les chapitres précédent, on considérait que le champ de température était seulement déterminé par les
conditions aux limites. On va maintenant étudier les cas où de la chaleur est générée à l’intérieur des médium.
Un cas typique est la génération de chaleur causée par un courant électrique à l’intérieur des systèmes. Dans
ce cas, l’expression de la puissance générée est :
2
q = R ⋅I équation 3.18
La génération de chaleur peut aussi être causée par :
- une réaction chimique exothermique
- la décélération et l'absorption de neutron dans un réacteur
- absorption de rayonnement
-…

3.5.1. Problème du mur

On considère un mur plan


- avec génération de chaleur uniforme à l'intérieur
- en situation stabilisée
- la conductivité est constante
- le problème est monodimensionnel.

L'équation de transport s'écrit :

ρ ⋅ Cp ∂x
( )
1 ∂ λ ⋅ ∂T + q = 0
∂x ρ ⋅ Cp
équation 3.19

Et donc :
2
∂ T =−q équation 3.20
∂x
2
λ
La solution générale s'écrit alors :
q 2
T=− ⋅ x + C1⋅ x + C2 équation 3.21
2⋅λ
Les constantes C1 et C2 se déterminent en fonction des conditions limites imposées aux bornes du systèmes
(cf. §3.1.).

3.5.2. Problème du cylindre

On considère un cylindre
- avec génération de chaleur uniforme à l'intérieur
- en situation stabilisée
- la conductivité est constante
- le problème est monodimensionnel suivant la direction radiale

L'équation de transport s'écrit :

ρ ⋅ Cp r ∂r
( )
1 ⋅ 1 ⋅ ∂ λ ⋅ r ⋅ ∂T + q = 0
∂r ρ ⋅ Cp
équation 3.22

La solution générale s'écrit alors :


q
⋅ r + C1⋅ ln(r ) + C2
2
T=− équation 3.23
4⋅λ
Les constantes C1 et C2 se déterminent en fonction des conditions limites imposées aux bornes du systèmes
(cf. §3.1.).

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 15


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

3.6 Amélioration de l'efficacité des échanges thermiques

Beaucoup d'applications demandent de pouvoir améliorer l'efficacité des échanges thermiques, souvent pour
allonger la durée de vie des structures, sans pour autant faire chuter les performances des systèmes. Cela
peut être fait de trois manières différentes :
1. Augmenter le coefficient d'échange
Æ en augmentant la vitesse du fluide
Æ en perturbant l'écoulement
2. Diminuer la température d'environnement
3. Augmenter la surface d'échange

La solution 1 est souvent difficile à mettre en œuvre car elle demande d'augmenter la puissance des pompes
ou compresseur qui ventile le fluide autour des pièces à refroidir ou d'implanter des systèmes de perturbation
(pontet, picot …) ce qui augmente généralement le coût de manière prohibitive. C'est néanmoins la solution
adoptée dans les aubes de turbines HP de moteur d'avion.
La solution 2 n'est pas réalisable dans la plupart des cas, car la température d'environnement est une donnée
du problème.
La troisième solution est par contre relativement facile à mettre en œuvre grâce à un système d'ailettes. Il faut
seulement prendre en compte les problèmes d'encombrement. C'est cet axe que nous allons approfondir dans
ce chapitre.

Une ailette est une pièce qui partant de la structure à refroidir, plonge dans le fluide environnant. Idéalement,
la conductivité de l'ailette doit être très importante afin que toute l'ailette soit à la température de la base.

T∞, h T∞, h

Φ = h ⋅ S ⋅ (T s − T ∞ )

Ts, S Ts, S

Les ailettes peuvent être de taille et de forme quelconque suivant les contraintes technologiques du système à
refroidir.

Les applications typiques sont les échangeurs de chaleur pour lesquels, la compacité et l'efficacité maximales
sont souvent recherchées.

3.6.1. Etude générale en conduction

On recherche le flux extrait grâce à un ensemble d'ailettes, on va donc commencer par rechercher la
distribution de température le long d'une ailette. On écrit le bilan de flux en faisant les hypothèses suivantes :
- régime stationnaire
- conduction monodimensionnelle dans le sens de la largeur
- échange par rayonnement entre les ailettes négligeable
- conductivité constante
- pas de génération de chaleur

Le raisonnement se fait sur un volume d'ailette élémentaire :

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 16


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

Φconv dSs Φ x = Φ x + dx + dΦconv


Φx Φx+dx D'après la loi de Fourrier :
Φ x = −λ ⋅ Sc ⋅ dT
dx
dx
Sc(x) dΦ x
et Φ x + dx = Φ x + ⋅ dx
dx
L'expression du flux de convection est :
Ss Sc dΦconv = h ⋅ dSs ⋅ (T − T∞ )

Avec Sc la surface de coupe et Ss la surface d'échange avec le fluide.

Donc finalement en substituant :


d T + ⎛⎜ 1 ⋅ dSc ⎞⎟ ⋅ dT − ⎛⎜ 1 ⋅ h ⋅ dSs ⎞⎟ ⋅ (T − T ) = 0
2

⎜ ⎟ ⎜ ⎟ équation 3.24
dx ⎝ Sc dx ⎠ dx ⎝ Sc λ dx ⎠
2 ∞

Le champ de température le long de l'ailette est solution de cette équation.

3.6.2. L'ailette de section constante

dSc
Pour résoudre l'équation, supposons que la section de l'ailette est constante, dans ce cas = 0 et
dx
Ss = P ⋅ x où P est le périmètre de l'ailette ; l'équation générale devient :
d T − ⎛⎜ h ⋅ P ⎞⎟ ⋅ (T − T ) = 0
2

⎜ ⎟ équation 3.25
dx ⎝ Sc ⋅ λ ⎠
2 ∞

posons a = h ⋅ P . L'équation différentielle à résoudre est linéaire, homogène et du second ordre. Une
2

Sc ⋅ λ
solution générale est :
ax −ax
T − T∞ = C1 ⋅ e + C2 ⋅ e équation 3.26
Les constantes C1 et C2 dépendent des conditions limites imposées sur l'ailette. On impose :
- sur la base de l'ailette T=Tb
- de la convection en bout d'ailette soit : h ⋅ Sc ⋅ (T(L ) − T∞ ) = −λ ⋅ Sc ⋅ dT
dx x =L
soit finalement après quelques manipulations :
T − T∞ ch(a ⋅ (L − x )) − (h a ⋅ k ) ⋅ sh(a ⋅ (L − x ))
= équation 3.27
Tb − T∞ ch(m ⋅ L ) + (h a ⋅ k ) ⋅ sh(a ⋅ L )

Le flux total extrait peut se calculer en évaluant le flux de conduction à la base de l'ailette soit :
Φ tot = Φb = −λ ⋅ Sc ⋅ dT équation 3.28
dx x =0
et en substituant par l'expression de la température :
sh(a ⋅ L ) + (h a ⋅ λ ) ⋅ ch(a ⋅ L )
Φ tot = (Tb − T∞ ) ⋅ h ⋅ P ⋅ λ ⋅ Sc ⋅ équation 3.29
ch(a ⋅ L ) + (h a ⋅ λ ) ⋅ sh(a ⋅ L )

Pour l'ailette de longueur infinie, le flux total extrait est :


Φ tot = (Tb − T∞ ) ⋅ h ⋅ P ⋅ λ ⋅ Sc équation 3.30

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 17


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

3.6.3. Efficacité d'ailette

Les ailettes sont utilisées pour améliorer l'efficacité des transferts thermiques à la surface d'une structure.
Mais les ailettes ont leur propre résistance thermique. Pour cette raison, il faut s'assurer que le flux extrait sera
plus élevé grâce aux ailettes. On utilise pour cela "l'efficacité d'ailette" qui est le rapport du flux extrait par
l'ailette par le flux extrait sans ailette, soit :
Φ tot
εa = équation 3.31
h ⋅ Sc,b ⋅ (Tb − T∞ )
où Sc,b est la section de l'ailette à sa base.
L'efficacité doit généralement être prise supérieure à 2 pour justifier l'utilisation d'ailettes.

Pour une ailette de section constante et de longueur infinie, il vient :


εa = λ ⋅ P équation 3.32
h ⋅ Sc
L'ailette sera donc d'autant plus efficace que :
- la conductivité de l'ailette est importante. On s'orientera donc vers des matériaux de type aluminium
ou alliage d'aluminium
- le rapport du périmètre à la section de l'ailette est important. Les ailettes devront donc être fines et à
fort périmètre (en faisant attention de ne pas perturber le refroidissement de la structure)
- le coefficient d'échange autour de la structure est faible. On utilisera donc des ailettes dans les cas
où :
Æ les échanges se font en convection naturelle
Æ l'échange se fait avec un gaz et non un fluide

On peut aussi définir l'efficacité d'ailette en terme de résistance thermique. La résistance de l'ailette peut
s'écrire sous la forme :
T − T∞
Rt,a = b équation 3.33
Φ tot
La résistance de convection sur la base : Rt,b = 1
h ⋅ Sc,b
On en déduit donc l'expression de l'efficacité en fonction des résistances thermiques :
R
εa = t,b équation 3.34
Rt,a
L'efficacité de l'ailette sera donc d'autant plus grande que sa résistance thermique est faible.

3.6.4. Rendement d'une ailette

Le flux maximum extrait par une ailette est celui pour lequel toute l'ailette est à la température de la base
(λ Æ ∞) ; le rendement d'une ailette s'exprime donc de la manière suivante :
Φ Φ tot
ηa = tot = équation 3.35
Φmax h ⋅ Sa ⋅ (Tb − T∞ )
où Sa est la surface totale de l'ailette.

3.6.5. Rendement d'un ensemble d'ailette

La grandeur intéressante est le rendement d'un ensemble d'ailettes. Il se calcule de la manière suivante :
Φ Φ tot
η0 = tot = équation 3.36
Φmax h ⋅ Stot ⋅ (Tb − T∞ )

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 18


Conduction monodimensionnelle en régime stationnaire

où Stot = N ⋅ Sa + Sb avec N le nombre d'ailettes et Sb la surface exposée de la base.


Le flux total s'exprime en fonction du rendement d'une ailette :
Φ tot = N ⋅ ηa ⋅ h ⋅ Sa ⋅ (Tb − T∞ ) + h ⋅ Sb ⋅ (Tb − T∞ ) équation 3.37
donc :
N ⋅ Sa
η0 = 1 − ⋅ (1 − ηa ) équation 3.38
Stot

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 19


La convection

4. La convection

La convection est un transfert de chaleur dû à la fois à la conduction et à un transport d'enthalpie. On parle


de convection naturelle lorsque la mise en mouvement du fluide est provoquée par une hétérogénéité de
masse volumique dans un champ de forces de volume (pesanteur, force centrifuge, force de Coriolis) et de
convection forcée lorsque la mise en mouvement du fluide est provoquée par un moyen extérieur (ventilateur,
pompe, ...)

4.1 Le flux de convection

Si on considère un corps à une température Ts plongé dans un fluide à une température T∞ qui s'écoule
autour de lui à une vitesse V. Si Ts ≠ T∞ alors il y aura transfert de chaleur par convection. La densité de flux
s'exprime de la manière suivante :
ϕ = h ⋅ (Ts − T∞ ) Équation 4.1

où h est le coefficient d'échange local. C'est la loi de Newton


.

4.2 Les couches limites

4.2.1. La couche limite de vitesse

Soit, par exemple, un écoulement le long d'une plaque plane de longueur infinie :
u∞
u∞ δ(x)
y u

La vitesse du fluide, u, au contact de la plaque est nulle. Ces particules à l'arrêt freinent les particules de la
couches supérieure et ainsi de suite jusqu'à ce que l'effet soit négligeable ; la vitesse du fluide est alors u∞. Ce
ralentissement est dû aux contraintes de cisaillement à l'intérieur du fluide.

L'épaisseur δ pour laquelle u=0.99u∞ est appelée épaisseur de couche limite. L'écoulement est donc divisé en
deux zones : une dans laquelle la vitesse varie et les contraintes de cisaillement sont importantes et une autre
dans laquelle les gradients de vitesse et les contraintes sont négligeables.

4.2.2. La couche limite thermique

De la même manière qu'il se développe une couche limite de vitesse, il se développe une couche limite
thermique si la température de l'écoulement et de la surface sont différentes :
u
T∞
T∞ δT(x)
y T

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 20


La convection

Le fluide au contact de la plaque est en équilibre avec elle et se met donc à sa température. Ces particules
échangent de l'énergie avec les particules adjacentes jusqu'à obtenir T=T∞. Il se développe donc un gradient
de température dans le fluide. Cette région s'appelle la couche limite thermique et est définie par les valeurs
T −T
de y pour lesquelles : s = 0.99
Ts − T∞
Comme le fluide est à l'arrêt le long de la surface, ou peut exprimer la loi de Fourrier dans le fluide :
ϕ = −λ f ⋅ ∂T Équation 4.2
∂y y =0

En appliquant la loi de Newton, on obtient :


− λ f ⋅ ∂T ∂y y =0
h= Équation 4.3
Ts − T∞

L'analyse de ce résultat montre que :


→ Le flux de convection augmente quand la conductivité du fluide augmente
→ Si la couche limite thermique diminue alors le gradient de température dans le fluide sur la surface
augmente et donc le flux de convection augmente

4.3 Analyse dimensionnelle

Un phénomène physique peut en général être décrit à partir d'un ensemble d'équations mettant en relation un
certain nombre de grandeurs physiques. L'objectif de l'analyse dimensionnelle est de déterminer, à partir des
grandeurs dimensionnelles qui interviennent, un plus petit nombre de grandeurs sans dimension.
Avantage : on se retrouve alors avec des grandeurs indépendantes du système d'unité utilisé et de plus
caractéristiques du phénomène considéré.
Inconvénient : les relations entre les nombres sans dimension doivent être déterminées expérimentalement.
Les relations et les nombres sans dimension ne permettent pas d'expliquer le phénomène physique.

4.3.1. Principe

Une loi physique met en relation une grandeur E1 avec d'autres grandeurs E2, E3, …, Ep. La relation peut
s'exprimer sous la forme : f(E1, E2, E3, …, Ep)=0.
Le phénomène physique et donc aussi la relation f sont indépendants du système d'unité choisi. La relation f
doit donc être homogène par rapport à chacune des dimensions fondamentales qui sont, en physique : la
masse, la longueur, le temps et la température.

4.3.2. Théorème de Vaschy-Buckingham ou théorème Π.

La forme la plus générale d'une équation physique complète, f(E1, E2, E3, …, Ep)=0, s'écrit :
F(π1, π2, π3, …, πp-q)=0
Les π désignent les nombres sont dimension constitués des p grandeurs qui décrivent le phénomène. Il y a p-
q nombres où q désigne le nombre d'unités fondamentales dans les p grandeurs.

4.3.3. Exemple en convection forcée

Soit une plaque horizontale de longueur L maintenue à la température Ts. Un fluide de vitesse v, à
température T∞, échange de l'énergie avec la plaque. Les grandeurs thermo-physiques intervenant sont :
- la masse volumique ρ (ML-3)
- la conductivité λ (MLT-3θ-1)
- la viscosité dynamique µ (ML-1T-1)

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 21


La convection

- la chaleur massique Cp (L2T-2θ-1)


Le problème physique est entièrement déterminé par les grandeurs physiques : h, ρ, µ, λ,Cp, L et v dont les
dimensions sont :
MT-3θ-1, ML-3, ML-1T-1, MLT-3θ-1, L2T-2θ-1,L et LT-1.
Toutes ces grandeurs s'expriment au moyen de 4 grandeurs fondamentales M, L, T et θ. D'après le
théorème Π, La solution peut s'exprimer en fonction 7-4=3 groupements sans dimension.

Supposons que la solution s'exprime en fonction du produit des puissances de chaque grandeur soit :
a b c d e f
h ⋅ ρ ⋅ µ ⋅ λ ⋅ Cp ⋅ v ⋅ L = Cste Équation 4.4

Cette équation doit être homogène pour chaque grandeur fondamentales soit :
⎧ c = −d − 1
⎪b = d − a
⎪ ⎧ α = −a
⎨ soit en posant ⎨
⎪e = a ⎩β = −d
⎪⎩ f = a + 1
On obtient finalement :
β
⎛ ⎞
α

h ⋅ L = Cste ⋅ ⎜ ρ ⋅ v ⋅ L ⎟ ⋅ ⎜ µ ⋅ C ⎞
p
⎟ Équation 4.5
λ ⎝ µ ⎠ ⎜⎝ λ ⎟⎠

qui, introduisant trois nombres sans dimension devient :


α β
Nu = Cste ⋅ Re ⋅ Pr Équation 4.6

où Nu est le nombre de Nusselt, Re le nombre de Reynolds et Pr le nombre de Prandtl.

4.3.4. Exemple en convection naturelle

Les transferts de chaleur en convection naturelle dépendent d'une grandeur β appelée le coefficient
d'expansion volumique qui vaut :
∂ρ ⎞
β = 1 ⋅ ⎛⎜ Équation 4.7
ρ ⎝ ∂T ⎟⎠p

Pour un gaz parfait, β vaut 1/T.

Soit un mur vertical de longueur L maintenu à la température Ts dans un fluide au repos à température T∞.
Les propriétés du fluide sont supposées constantes à l'exception de la masse volumique ρ qui varie en
fonction de la température :
ρ = ρ∞ ⋅ [1 − β ⋅ (T − T∞ )] Équation 4.8
Le problème physique est entièrement déterminé par 7 grandeurs physiques : h, ρ, µ, λ,Cp, L et le terme
moteur (force d'Archimède) ρ∞ ⋅ g ⋅ β ⋅ (Ts − T∞ ).

Toutes ces grandeurs s'expriment au moyen de 4 grandeurs fondamentales M, L, T et θ. D'après le


théorème Π, La solution peut s'exprimer en fonction 7-4=3 groupements sans dimension.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 22


La convection

Finalement, on obtient :
α β
Nu = Cste ⋅ Gr ⋅ Pr Équation 4.9

Où Gr est le nombre de Grashof.

4.4 Signification physique des nombres sans dimension

4.4.1. Le Nusselt

Il permet de calculer les échanges thermiques de manière globale. Il fournit une comparaison entre le flux
transmis par le fluide en convection et le flux qui serait transmis par conduction dans le même fluide. Le
Nusselt local est égal au gradient de température adimensionné à la paroi.
h ⋅ Dh
Nu = Équation 4.10
λt

+ y + T − Ts
En posant y = et T = , on obtient à partir de l'équation de définition du coefficient d'échange :
Dh T∞ − Ts
+
Nu = ∂T+ Équation 4.11
∂y paroi

4.4.2. Le Reynolds

Il caractérise l'écoulement. En particulier la nature du régime (laminaire ou turbulent etc. …) Le nombre de


Nusselt est très sensible aux valeurs du Reynolds. Il représente le rapport entre forces d'inertie et forces
visqueuses.
2
ρ ⋅ v ⋅ Dh v ⋅ Dh ρ ⋅ v Dh
Re = = = Équation 4.12
µ ν µ⋅v D
2
h

Aux faibles valeurs du Reynolds, les forces de viscosité sont prépondérantes ce qui maintient l'écoulement
laminaire. Aux fortes valeurs du Reynolds, les forces d'inertie sont prépondérantes et les turbulence peuvent
s'amplifier jusqu'au régime de transition. De la même manière la couche limite laminaire diminue.

4.4.3. Le Prandtl

Le nombre de Prandtl représente le rapport entre la diffusivité de quantité de mouvement ν (ou viscosité
cinématique) et la diffusivité thermique. Il fournit une mesure de l'efficacité du transport par diffusion à travers
les couches limites de vitesse et thermique.
µ ⋅ Cp ν λt
Pr = = avec α = la diffusivité thermique (voir § 2.3) Équation 4.13
λt α ρ ⋅ Cp

4.4.4. Le Grashof

Le nombre de Grashof joue le même rôle en convection naturelle que le nombre de Reynolds en convection
forcée. Il représente le ratio des forces d'Archimède (moteur) sur les forces de viscosité (frein) qui agissent sur
le fluide.
g ⋅ β ⋅ (Ts − T∞ ) ⋅ L
3

Gr = 2
Équation 4.14
ν

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 23


La convection

Si le rapport (Gr / Re ) >> 1


2
alors le mode d'échange principal est la convection naturelle, si
(Gr / Re ) << 1 alors l'échange se fait en convection forcée. Par contre si (Gr / Re ) ≈ 1 alors on parle de
2 2

convection mixte et l'expression du Nusselt à utiliser est Nu=f(Re, Gr, Pr).

4.4.5. Le Rayleigh

En convection naturelle, il peut apparaître, comme en convection forcée, des instabilités qui conduisent à la
turbulence. Cette transition du régime laminaire au régime transitoire dépend de l'importance relative des
forces d'Archimède et de viscosité. On exprime cette transition en fonction du nombre de Rayleigh qui est
simplement le produit du nombre de Grashof et de Prandtl. Dans un champ de pesanteur, il s’exprimerait de la
manière suivante :
g ⋅ β ⋅ (Ts − T∞ ) ⋅ L
3

Ra = Gr ⋅ Pr = Équation 4.15
ν⋅α

Il fait intervenir le terme moteur (Archimède) et les deux phénomènes dissipatifs par diffusion : le frottement
visqueux (la viscosité ν) et la conduction thermique (la diffusivité α).

4.5 Transition entre régime laminaire et régime turbulent

4.5.1. En convection externe

Dans ce cas, le mouvement du fluide n'est perturbé que par la structure considérée (une plaque, l'extérieur
d'un tube …). La distance de référence est en général la distance au bord d'attaque.

Pour une plaque plane, en convection forcée, le régime est laminaire pour x tel que x ≤ xc :
ρ ⋅ v ⋅ xc 5
Rex = ≅ 5.10 Équation 4.16
c µ

Au delà de cette valeur critique, la turbulence apparaît de manière intermittente, puis de manière développée
quand x croît.
Pour une plaque isotherme verticale en convection naturelle, le régime est laminaire pour x tel que x ≤ xc :
3
g ⋅ β ⋅ ∆T ⋅ xc 9
Rax = ≅ 10 Équation 4.17
c ν ⋅a

Où Ra est le nombre de Rayleigh. Il se substitue au Reynolds dans le cas de la convection naturelle.

4.5.2. En convection forcée interne

Dans ce cas, le mouvement du fluide se produit dans un tube, ou une structure, caractérisé par un diamètre
hydraulique Dh ; ce diamètre représente le diamètre d'un tube équivalent au système considéré. Dans ce cas,
l'écoulement est laminaire pour :
ρ ⋅ v ⋅ Dh
ReD = < 2500 Équation 4.18
h µ

Cette valeur est approximative et correspond à des cas standards. En effet, la turbulence peut n'apparaître
que pour Re>104 dans certains cas particuliers.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 24


La convection

4.6 La convection forcée

En convection forcée, la vitesse du fluide par rapport aux structures est maintenue par un moyen externe
(pompe, turbine …) ; en fait, l'écoulement est mis en vitesse par une différence de pression.
La loi caractérisant l'échange peut s'écrire : Nu = f(Re, Pr). Nous avons vu au paragraphe 4.3 que ces
relations ne peuvent être déterminées qu'expérimentalement ; lors de l'analyse d'un problème en convection
forcée il est donc nécessaire de bien définir le modèle de référence.
Les résultats donnés ci-après peuvent servir de base, mais dans tous les cas il faudra procéder à une analyse
bibliographique plus poussée.

4.6.1. Ecoulement sur une plaque plane

L'écoulement sur une plaque peut s'appliquer à un nombre très important de cas. L'écoulement commence au
bord d'attaque à x=0 de manière laminaire puis il y a transition à partir de x=xt vers le régime turbulent.
laminaire turbulent
T∞
u∞
y

x
xt

L
La transition arrive à peu près à Rext=5.105.

Dans les expressions qui suivent, les caractéristiques du fluide devront s'exprimer à la température de film,
c'est à dire à :
T + T∞
Tf = s Équation 4.19
2

afin de tenir compte de l'évolution des caractéristiques dans la couche limite.

En régime laminaire, on démontre que pour une plaque isotherme, le nombre de Nusselt local vaut :
12 13
Nux = 0.332 ⋅ Rex ⋅ Pr Équation 4.20

Le nombre de Nusselt moyen entre 0 et x vaut :


12 13
Nux = 0.664 ⋅ Rex ⋅ Pr Équation 4.21

Avec Pr ≥ 0.6

En régime turbulent, l'expérience montre que le nombre de Nusselt local vaut :


45 13
Nux = 0.0296 ⋅ Rex ⋅ Pr Équation 4.22

Le nombre de Nusselt moyen entre 0 et x vaut :


45 13
Nux = 0.035 ⋅ Rex ⋅ Pr Équation 4.23

Avec Pr ≥ 0.6

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 25


La convection

4.6.2. Ecoulement autour d'un cylindre

L'étude des écoulements et des échanges autour d'un cylindre est importante car c'est un système qu'on
retrouve très couramment.
La vitesse de l'écoulement est nulle au point u
d'arrêt. Cela s'accompagne d'une augmentation de
V
pression. A partir de là, la pression diminue quand
x
x augmente. Ensuite, sous l'effet d'un gradient de
pression favorable ( dp dx < 0 ), une couche limite D
se développe. La pression peut éventuellement Point d'arrêt
atteindre un minimum et vers l'arrière du cylindre,
on peut obtenir un gradient contraire ( dp dx > 0 ).
Point de séparation

La vitesse se comporte à l'inverse de la pression :


- quand dp dx < 0 , du∞ dx > 0 ; le fluide accélère jusqu'à un maximum pour lequel dp dx = 0
- quand dp dx > 0 , du∞ dx < 0 ; le fluide décélère.
Au cours de sa décélération, on peut éventuellement avoir du∞ dy y =0 = 0 , c'est ce qu'on appelle le point de
séparation. Il y a alors décollement de la couche limite.

L'étude de la couche limite au point d'arrêt montre que :


12 13
NuD = 1.15 ⋅ ReD ⋅ Pr Équation 4.24

Cette corrélation n'est valable qu'au point d'arrêt.

Pour les calculs industriels, on a surtout besoin du coefficient d'échange moyen qui peut être calculé grâce à
la corrélation empirique de Hilpert :
NuD = h ⋅ D = C ⋅ ReD ⋅ Pr
m 13
Équation 4.25
λ

avec :
ReD C m
0.4 Æ 4 0.989 0.330
4 Æ 40 0.911 0.385
40 Æ 4000 0.683 0.466
4000 Æ 40000 0.193 0.618
40000 Æ 400000 0.027 0.805

On trouve dans la littérature des valeurs de coefficients C et m pour des sections carrée ou hexagonale. Dans
tous les cas, les propriétés physiques du fluide doivent être calculées à la température de film.

Churchill et Bernstein proposent une formule unique valable sur toute la plage de Reynolds. Il est
recommandé d'utilisé cette corrélation quand ReD⋅ Pr > 0.2 :
45
12 13 ⎡ ⎛ Re ⎞5 8 ⎤
NuD = 0.3 + 0.62 ⋅ Re ⋅ Pr 1 4 ⋅ ⎢1 + ⎜⎜ D ⎟⎟ ⎥ Équation 4.26
[
1 + (0.4 Pr )
23
] ⎢⎣ ⎝ 282 ⎠ ⎥⎦

Les propriétés physiques du fluide doivent être calculées à la température de film

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 26


La convection

4.6.3. Ecoulement dans un tube

Pour un tube, la loi de Newton s'exprime de la manière suivante :


ϕ = h ⋅ (Ts − Tm ) Équation 4.27

où Tm est la température moyenne du fluide dans le plan d'étude et h le coefficient d'échange local et Ts, la
température de surface du tube.

Dans le cas où la température du tube est supposée constante, on a alors :


( )
Φ = d ⋅ cp ⋅ Tm,s − Tm,e = h ⋅ S ⋅ ∆Tlm Équation 4.28

où ∆Tlm est la différence de température moyenne logarithmique et vaut :


∆Ts − ∆Te
∆Tlm = avec ∆Ts = Ts − Tm,s et ∆Te = Ts − Tm,e Équation 4.29
ln(∆Ts ∆Te )

En régime laminaire (Re < 2000) le nombre de Nusselt moyen vaut (Sieder et Tate):
13 0.14
⎛ ReD⋅ Pr ⎞ ⎛ µ ⎞
NuD = 1.86 ⋅ ⎜⎜ ⎟⎟ ⋅ ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ L D ⎠ ⎝ µs ⎠
⎧ Ts = cons tan te

⎪0.48 < Pr < 16700 Équation 4.30
⎪⎪ µ
avec : ⎨0.0044 < µ < 9.75
⎪ s

⎪⎛ Re ⋅ Pr ⎞ ⎛ µ ⎞0.14
13

⎪⎜⎜ D ⎟ ⋅⎜ ⎟ > 2
⎪⎩⎝ L D ⎟⎠ ⎜⎝ µs ⎟⎠

Les caractéristiques thermiques du fluide sont estimées à Tm=(Tm,e+Tm,s)/2

En régime turbulent, la corrélation la plus utilisée est celle de Colburn (attention ! il s'agit d'une valeur
locale) :
45 13
NuD = 0.023 ⋅ ReD ⋅ Pr Équation 4.31

Les caractéristiques thermiques du fluide sont estimées à Tm. Cette corrélation est valable la différence de
température entre le fluide et le tube est faible. Dans le cas contraire, on préférera la corrélation de Sieder et
Tate :
0.14
45 ⎛ µ ⎞
13
NuD = 0.027 ⋅ ReD ⋅ Pr ⋅ ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ µs ⎠
⎧ 0.7 ≤ Pr ≤ 16700 Équation 4.32

avec : ⎨ReD ≥ 10000
⎪L D 10
⎩ ≥

Les caractéristiques thermiques du fluide sont estimées à Tm=(Tm,e+Tm,s)/2

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 27


La convection

4.7 La convection naturelle

Alors qu'en convection forcée le fluide est mis en mouvement par un moyen externe, en convection naturelle
(ou libre) le fluide est mis en mouvement par des forces de volume (gravité, force centrifuge, force de Coriolis)
qui s'appliquent sur un gradient de densité.

4.7.1. Les phénomènes mis en jeu

Le gradient de densité est en général provoqué par un gradient de température dans le fluide. Mais ce n'est
pas une condition suffisante à l'apparition de la convection naturelle. Par exemple si on considère une cavité
rectangulaire fermée dont les parties haute et basse sont à des températures différentes. Si la plaque
inférieure est à une température supérieure à la plaque supérieure alors la densité décroît dans le sens de la
gravité ; si la différence de température dépasse une valeur critique alors le système devient instable : le fluide
froid va descendre et se réchauffer tandis que le fluide chaud va monter et se refroidir, c'est de la convection
naturelle. Si le gradient de température est inversé alors le système est stable et les échanges se font par
conduction dans l'air.

4.7.2. La plaque plane verticale

Pour Ra < 109 : régime laminaire


Pour Ra > 109 : régime turbulent
turbulent

xt
laminaire

L'expression suivante préconisé par Churchill et Chu est valable sur toute la plage de Rayleigh :
2
⎧⎪ 0.387 ⋅ RaL
16
⎫⎪
NuL = ⎨ 0.825 + Équation 4.33
⎪⎩ [
1 + (0.492 Pr )
9 16
]
8 27 ⎬
⎪⎭

Cette corrélation est valable pour Ts = constante.

4.8 Méthodologie

On voit en conclusion que les phénomènes mis en jeu dans un problème de convection sont complexes.
L'étude peut être simplifiée en suivant un certain nombre de règles simples :
- repérer la configuration de l'écoulement
- calculer la température de référence et calculer les caractéristiques physiques du fluide
- calculer le nombre de Reynolds et le nombre de Grashof
- décider d'utiliser un coefficient d'échange local ou moyen
- sélectionner la corrélation appropriée

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 28


Le rayonnement

5. Le rayonnement

C'est un phénomène de volume. Aux températures importantes, le rayonnement devient prépondérant par
rapport aux autres mécanismes de transmission de la chaleur (même par rapport aux phénomènes de
convection forcée).
La loi de Fourrier est applicable aux milieux continus tandis que le rayonnement existe aussi dans le vide. En
fait, toute matière qui vibre émet un rayonnement.

visible de 0.4 à 0.8


UV IR
Rayon cosmique γ x Rad TV Radi

-8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 -0 +1 +2 +3 +4 +5 +6 +7 +8
λ (µm)
10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
rayonnement longueur d'onde λ=c/ν (fréquence)
thermique

Une surface émet un rayonnement sur un ensemble de longueur d'onde très large. L'énergie radiative émise
consiste en une distribution continue et non uniforme de "parties" monochromatiques.
- on appelle spectre la courbe qui décrit la dépendance de l'énergie émise en fonction de la longueur
d'onde.
- l'énergie émise dépend aussi de la direction de l'émission ; certaines surfaces émettent
préférentiellement dans une direction.

Pour pouvoir traiter le rayonnement, il faut donc traiter les aspects spectraux et directionnels.

Distribution

5.1 La luminance

Cette grandeur permet de traiter l'aspect directionnel du rayonnement. Pour pouvoir en donner la définition, il
faut d'abord définir l'angle solide :
C'est un angle 2D généralisé en 3D.
r
n
dα dl dα=dl/r
dAn r
θ
r dA n 2

dω dAn dω = 2
et dA n = r ⋅ sin θdθdϕ
r
r ⇒ dω = sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ en stéradian
ϕ

La Luminance est la puissance émise par une surface dS à la longueur λ dans la direction (θ, ϕ) par unité de
surface normale à la direction en W/(m3.St) :
Lλ(λ, θ, ϕ ) = dΦ Équation 5.1
dω ⋅ dS ⋅ cos θ ⋅ dλ

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 29


Le rayonnement

5.2 L'Emittance

L'Emittance est la puissance émise par une surface dS à la longueur λ, en W/m3.
M λ (λ ) = dΦ Équation 5.2
dS ⋅ cos θ ⋅ d λ

La relation entre la luminance L et l'émittance M s'écrit de la manière suivante :


2⋅ππ 2
Mλ(λ ) = ∫ ∫ L (λ, θ, ϕ ) ⋅ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ
λ
Équation 5.3
0 0
Si le corps est mat (L ne dépend pas de l'incidence) alors :
2⋅ππ 2
Mλ(λ ) = Lλ(λ ) ⋅ ∫ ∫ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ Équation 5.4
0 0
donc finalement :
Mλ(λ ) = π ⋅ Lλ(λ ) Équation 5.5

Cette équation peut s'intégrer sur tout le spectre pour obtenir l'émittance totale :

MT = ∫ Mλ(λ ) ⋅ dλ Équation 5.6
0

à intégrer pour obtenir l'équation de Stefan-Boltzman.

5.3 Le corps noir

Le corps noir absorbe tout le rayonnement incident quelque soit la longueur d'onde et la direction.
Pour une température et une longueur d'onde données, aucune surface ne peut émettre plus d'énergie que le
corps noir.
Bien que le rayonnement émis par un corps soit fonction de la longueur d'onde, il est indépendant de la
direction ; on dit que le corps noir est un émetteur diffus.

La meilleure approximation d'un corps noir est une cavité isotherme avec une petite ouverture. Le corps noir
permet d'étalonner les système de mesure.

5.3.1. La distribution de Plank

Cette distribution décrit la distribution spectrale de la luminance (énergie) d'un corps noir.
2 ⋅ h ⋅ c0
LCN(λ, T ) = Équation 5.7
⎛ h⋅c 0
5 ⎜ λ⋅k ⋅T

λ ⋅ e − 1⎟
⎜ ⎟
⎝ ⎠
⎧ h = 6.6256 ⋅ 10 −34 J ⋅ s la cons tan te de Plank
⎪ − 23
⎪ k = 1.3805 ⋅ 10 J / K la cons tan te de Boltzman
avec ⎨
8
⎪ c 0 = 2.998 ⋅ 10 m / s

⎩ T la températur e

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 30


Le rayonnement

En intégrant sur le demi hémisphère, on obtient :


2 ⋅ π ⋅ h ⋅ c0
MCN(λ, T ) = Équation 5.8
⎛ h⋅c 0
5 ⎜ λ⋅k ⋅T

λ ⋅ e − 1⎟
⎜ ⎟
⎝ ⎠

M (W/µ m /m ²)
Distribution de Plank
1.E+10

1.E+08 Loi de Wien (λmax.T=2898)


5800 K
1.E+06
2000 K
1.E+04
1000 K
1.E+02
500 K
1.E+00
200 K
1.E-02 100 K
50 K
λ (µ m )
1.E-04
0.10 1.00 10.00 100.00

Remarques
1. Le rayonnement émis varie de manière continue avec la longueur d'onde.
2. Quelque soit la longueur d'onde, le rayonnement émis augmente quand la température augmente.
3. La région spectrale dans laquelle est concentré le rayonnement dépends de la température ; plus la
température augmente, plus le rayonnement est concentré aux longueurs d'onde courtes.
4. Une bonne partie du rayonnement émis par le soleil (Idem corps noir à 1800K) se trouve dans le visible,
alors que pour T ≤ 800K, l'émission se trouve dans l'IR. (non visible).

5.3.2. Loi de Wien

Elle s'obtient en différenciant la distribution de Plank par rapport à λ. Elle donne la longueur d'onde pour
laquelle le rayonnement émis est maximum.
λmax ⋅ T = 2898 Équation 5.9

5.3.3. Loi de Stefan-Boltzman

Elle s'obtient en intégrant la distribution de Plank sur l'ensemble du spectre :


∞ ∞
2 ⋅ π ⋅ h ⋅ c0
MCN = ∫ Mλ(λ ) ⋅ dλ = ∫ ⋅ dλ
0 5 ⎛ λ⋅k ⋅T ⎞
h⋅c 0

λ ⋅⎜e − 1⎟
0

⎜ ⎟
⎝ ⎠
Et finalement :
4
MCN = σ ⋅ T Équation 5.10
avec σ la constante de Boltzman telle que :

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 31


Le rayonnement

5 4
σ = 2 ⋅ π ⋅ 2k 3 = 5.67 ⋅ 10 W m ⋅ K
15 c ⋅ h
−8 2 4
( )
0

5.4 Les corps réels

La notion de corps noir permet de définir les propriétés idéales de la matière. Le corps noir sert donc de
référence pour décrire les corps réels.
On définit en particulier l'émissivité ε :
L (λ, θ, ϕ, T )
ελ,θ(λ, θ, ϕ, T ) = λ,θ Équation 5.11
LCN,λ(λ, T )
On peut aussi réfléchir en moyenne sur le demi hémisphère :
Mλ(λ, T )
ε λ (λ , T ) = Équation 5.12
MCN,λ(λ, T )
Et finalement, en intégrant sur l'ensemble du spectre :
M(T )
ε= Équation 5.13
MCN(T )

L'émissivité dépends de λ, de T et du matériau (état de surface) :

Métaux bruts

métaux, oxyde

oxyde, céramique

carbone, graphite

minéraux, verre

eau, végétation, peau

ε
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1

5.5 Absorption, réflexion et transmission

On traite dans ce chapitre de l'irradiation ou éclairement des


surfaces. C'est à dire de leur comportement vis à vis d'un réfléchi : ρ Incident
rayonnement incident.
Les corps peuvent être semi-transparent ; le flux peut-être
réfléchi, absorbé ou transmis. absorbé : α

transmis : τ

Ces phénomènes sont à relier à notre perception des couleurs. Cette perception n'est pas, en général, liée au
rayonnement émis qui est concentré dans l'IR (sauf à haute température)

Attention, le comportement d'un corps dans le visible peut-être très différent sur l'ensemble du spectre.
Æ la neige

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 32


Le rayonnement

5.5.1. L'absorption

Le coefficient d'absorption dépends de la direction et de la longueur d'onde. Il donne la part de flux absorbé
par rapport au flux incident.
L (λ, θ, ϕ )
αλ,θ(λ, θ, ϕ ) = λ,inc abs Équation 5.14
Lλ inc(λ, θ, ϕ )
On peut aussi travailler sur le demi hémisphère en intégrant l'angle solide sur le demi espace :
2⋅ππ 2

∫ ∫ α (λ, θ, ϕ ) ⋅ L (λ, θ, ϕ ) ⋅ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ


λ,θ λ,inc
α λ (λ ) = 0 0
2⋅ππ 2
Équation 5.15
∫ ∫ L (λ, θ, ϕ ) ⋅ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ
0 0
λ,inc

Et finalement en intégrant sur l'ensemble du spectre :


∫ α ( λ ) ⋅ G ( λ ) ⋅ dλ
λ λ
α= 0

Équation 5.16
∫ G ( λ ) ⋅ dλ
0
λ

2⋅ππ 2
en notant G le flux d'irradiation : Gλ(λ ) = ∫ ∫ L (λ, θ, ϕ ) ⋅ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ
λ,inc
0 0
5.5.2. La réflexion

Le coefficient de réflexion dépends de la direction et de la longueur d'onde. Il donne la part de flux réfléchi par
rapport au flux incident.
L (λ, θ, ϕ )
ρλ,θ(λ, θ, ϕ ) = λ,inc refl Équation 5.17
Lλ inc(λ, θ, ϕ )

Les coefficients ρλ et ρ se déduisent de la même façon que pour le coefficient d'absorption.

On peut distinguer de plus, des surfaces diffuses ou réfléchissantes.

θ Pour une surface diffuse (mate),


le flux réfléchi est indépendant de
la direction

Pour une surface réfléchissante, θ θ


le flux réfléchi est le symétrique
du flux incident

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 33


Le rayonnement

5.5.3. La transmission

Le coefficient de transmission dépends de la direction et de la longueur d'onde. Il donne la part de flux


transmis par rapport au flux incident.
L (λ, θ, ϕ )
τλ,θ(λ, θ, ϕ ) = λ,inc refl Équation 5.18
Lλ inc (λ, θ, ϕ )

Les coefficients τλ et τ se déduisent de la même façon que pour le coefficient d'absorption.

5.5.4. Equilibre thermique

Si le système est en équilibre alors :


αλ + ρλ + τλ = 1
Équation 5.19
et α + ρ + τ = 1
De plus, si le système est opaque alors :
α+ρ =1 Équation 5.20

5.6 Les lois de Kirchoff

On considère une enceinte fermée isotherme de paroi opaque, mais de nature et d'état de surface
quelconque. Alors la luminance est uniquement fonction de la température et un corps enfermé à l'intérieur
subirait le rayonnement issu d'un corps noir. Soit :
G = MCN Équation 5.21
A l'équilibre la surface est la température de l'enceinte ; le bilan de flux à la surface du corps doit être nul :
α
{ ⋅G − M { =0 Équation 5.22
flux absorbé flux émis

donc : α ⋅ MCN − ε ⋅ MCN = 0


Finalement :
α=ε Équation 5.23

Cette équation n'est valable que si le rayonnement incident est celui d'un corps noir. De manière moins
restrictive, si l'irradiation est diffuse ou si la surface est diffuse alors αλ = ελ.
Par contre, αλ,θ = ελ,θ est valable sans restriction car ce sont des propriétés inhérentes de la matière.

Explications

1. On cherche les conditions qui permettraient :


2⋅ππ 2 2⋅ππ 2

∫ ∫ε λ,θ
⋅ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ ∫ ∫α λ,θ
⋅ Lλ,inc ⋅ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ
ε λ (λ ) = 0 0
2⋅ππ 2
= 0 0
2⋅ππ 2
= αλ(λ ) Équation 5.24
∫ ∫ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ
0 0
∫ ∫L
0 0
λ,inc
⋅ cos θ ⋅ sin θ ⋅ dθ ⋅ dϕ

On voit que cette relation est vrai si :


− l'irradiation est diffuse (Lλ,inc ne dépends pas de θ ou ϕ)
− ou, la surface est diffuse : αλ,θ et ελ,θ ne dépendent pas de θ et ϕ

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 34


Le rayonnement

2. On cherche les conditions qui permettraient :


∞ ∞

∫ ελ ⋅ MCN(λ ) ⋅ dλ ∫α λ
⋅ G(λ ) ⋅ dλ
ε= 0
= 0
=α Équation 5.25
MCN G
En supposant qu'une au moins des hypothèses du point précédent est vérifiée, cette relation est vrai si :
− l'irradiation est celle d'un corps noir (G=MCN)
− ou , la surface est grise, c'est à dire que ελ et αλ ne dépendent pas de λ.

Un corps gris est un corps pour lequel le coefficient d'absorption monochromatique et l'émissivité
monochromatique sont indépendants de λ et donc égaux.

5.7 Rayonnement environnemental

5.7.1. Rayonnement solaire

Le spectre du rayonnement solaire est approximativement celui d'un corps noir à 5800 K. Cela ne veut pas
4
dire que le soleil est corps noir. En particulier : MS ≠ σ ⋅ T .

Le soleil va donc émettre majoritairement dans le visible tandis que les corps sur terre ont tendance à émettre
dans l'IR. Les corps soumis au rayonnement solaire ne pourront donc pas être approximés à des corps gris
car cela voudrait dire que leurs caractéristiques (absorption et émissivité) seraient constantes sur la bande
visible ↔ IR.

L'émittance du soleil se définit de la manière suivante :


MS = SC ⋅ f ⋅ cos θ
⎧S = 1353 W m2 ⋅ K 4
⎪⎪ C
( ) Équation 5.26
où ⎨0.97 ≤ f ≤ 1.03 l' excentricité
⎪ θ l' incidence du rayonnemen t
⎪⎩
Le rayonnement est diffusé dans l'atmosphère avant de toucher les corps sur terre. On considère donc, en
première approximation que le rayonnement est diffus (c'est à dire indépendant de θ et ϕ).

5.7.2. Rayonnement de ciel

C'est le rayonnement de l'atmosphère (CO2 et H2O …). Son émittance est celle d'un corps noir mais sa
distribution spectrale ne correspond pas à celle d'un corps noir.
4
MC = σ ⋅ T
⎧ T = 230 K par temps clair et froid Équation 5.27
où ⎨
⎩ T = 285 K par temps nuageux et chaud

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 35


Le rayonnement

5.8 Echange entre deux surfaces

5.8.1. Rappel sur le facteur de vue


r
Le facteur de vue (ou facteur de forme) Fij est la nj
fraction de rayonnement partant (émis et réfléchis) de dAj
r θj
i vers j ni
Tj
θi R

dAi
Ti
cos θi ⋅ cos θ j
Fij = 1 ⋅ ∫ ∫ ⋅ dA i ⋅ dA j Équation 5.28
Ai A A π ⋅R
2
i j

On remarque que :
Ai ⋅ Fij = A j ⋅ Fji Équation 5.29
De plus, pour une enceinte fermée de n surfaces
n
∑F = 1
j=1
ij
Équation 5.30

5.8.2. Echange entre corps noirs

On utilise l'hypothèse corps noirs appliquée à deux surface Ai et Aj en vue :


− tout rayonnement incident est absorbé
− le rayonnement qui part d'une surface n'est que le rayonnement émis

La puissance émise de i vers j : qi→ j = A i ⋅ Fij ⋅ MCNi


La puissance émise de j vers i : qj→i = A j ⋅ Fji ⋅ MCNj
La puissance nette échangée par les deux surfaces est :
qij = qi→ j − qj→i = Ai ⋅ Fij ⋅ MCNi − A j ⋅ Fji ⋅ MCNj
(
= A i ⋅ Fij ⋅ MCNi − MCNj )
La puissance cédée par i ou reçue par j vaut donc
qij = Ai ⋅ Fij ⋅ σ ⋅ Ti − Tj( ) Équation 5.31
Pour un ensemble de surface :
n
qi = ∑ Ai ⋅ Fij ⋅ σ ⋅ Ti − Tj
j=1
( 4 4
) Équation 5.32

5.8.3. Echange entre deux plans infinis

On suppose que ces plans sont gris et isothermes et opaques.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 36


Le rayonnement

1 Quel est le flux cédé par le plan 1 : G1-G2 ?

⎧⎪ ε1 = α1
G1 Les corps sont gris : ⎨
⎪⎩ ε2 = α2
G2
⎧⎪ρ = 1 − α1
Les corps sont opaques : ⎨ 1
2 ⎪⎩ρ2 = 1 − α2

G1 est le flux total incident de 1 vers 2 :


G1 = M1 + ρ1 ⋅ G2
G2 est le flux total incident de 1 vers 2 :
G1 = M1 + ρ1 ⋅ G2

On doit donc résoudre :


⎧⎪G1 = M1 + ρ1 ⋅ G2 ⎧⎪G1 = α1 ⋅ MCN1 + (1 − α1 ) ⋅ G2 ⎧⎪M = σ ⋅ T 4
CN1 1
⎨ ⇔⎨ et ⎨
⎪⎩G2 = M2 + ρ2 ⋅ G1 ⎪⎩G2 = α2 ⋅ MCN2 + (1 − α2 ) ⋅ G1 ⎪M = σ ⋅ T 4
⎩ CN2 2

Après quelques manipulations, on obtient :

G1 − G2 =
4
σ ⋅ T1 − T2 (
4
) Équation 5.33
1 + 1 −1
α1 α2

5.8.4. Rayonnement entre surfaces diffuses et grises formant une


enceinte fermée

On peut généraliser le problème précédent à un ensemble de surfaces grises formant une enceinte fermée.

qi est le flux net perdu par la surface Ai. Il représente


Ji⋅Ai Gi⋅Ai la puissance qu'il faudrait apporter à la surface Ai
pour la maintenir à température constante.
Gi est le flux d'irradiation de la surface Ai. Il peut
provenir de plusieurs facettes.
Ai Ji est le flux "sortant" de Ai. Il est constitué de la partie
qi émise et de la partie réfléchie.

Ji⋅Ai Une part du flux Gi est absorbée et l'autre est


Gi⋅Ai réfléchie.
La part réfléchie ajoutée au flux émis constitue le flux
"sortant" de Ai.
Mi⋅Ai ρi⋅Gi⋅Ai

αi⋅Gi⋅Ai
Ai
qi

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 37


Le rayonnement

En faisant le bilan à la surface :


⎧ Ji − εi ⋅ MCNi
⎪ Ji = Mi + ρi ⋅ Gi = εi ⋅ MCNi + (1 − εi ) ⋅ Gi ⇒ Gi = (1 − ε )
⎨ i
⎪ q = A ⋅ (J − G )
⎩ i i i i

MCNi − Ji
qi = Équation 5.34
1 − εi
εi ⋅ A i
D'autre part, on peut exprimer Gi comme la somme des flux émis par les autres surfaces :
n n
A i ⋅ Gi = ∑ Fji ⋅ A j ⋅ Jj = ∑ A i ⋅ Fij ⋅ Jj
j=1 j=1

⎛ n ⎞ ⎛ n n ⎞
qi = Ai ⋅ ⎜⎜ Ji − ∑ Fij ⋅ Jj ⎟⎟ = Ai ⋅ ⎜⎜ ∑ Fij ⋅ Ji − ∑ Fij ⋅ Jj ⎟⎟
⎝ j=1 ⎠ ⎝ j=1 j =1 ⎠
( )
n
qi = ∑ A i ⋅ Fij ⋅ Ji − Jj
j=1
n
Équation 5.35
= ∑ qij
j=1

On obtient donc finalement :


⎧ MCNi − Ji n Ji − Jj ( ) (Ι )
⎪ 1− ε = ∑
j=1 A ⋅ F
−1
( )
⎪ i i ij
⎪ ε ⋅A
⎨ i i Équation 5.36
⎪ n
⎪ qi = ∑ i
J − Jj ( ) (ΙΙ )
⎪⎩ j=1 A ⋅ F
i ij
(−1
)
Ce système permet une représentation en réseau du problème de rayonnement :

qi1 Pour résoudre le problème (connaître le flux net qi), il


J1 faut en fait résoudre un problème linéaire à N
inconnues en exprimant l'équation (I) pour chaque
(A i ⋅ Fi1 )−1 surface. On injecte ensuite dans l'équation (II) pour
qi2 déterminer les qi.
qi (A i ⋅ Fi2 )−1
Ji
MCNi J2
1 − εi
εi ⋅ A i
(A i ⋅ FiN )−1 JN

qiN

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 38


Les échangeurs de chaleur

6. Les échangeurs de chaleur

Un échangeur de chaleur est un appareil destiné à transmettre de l'énergie d'un fluide à un autre.
Généralement, les deux fluides sont séparés par une paroi au travers de laquelle les échanges se font par
conduction, les échanges fluide/paroi se faisant essentiellement par convection. Le rayonnement n'est pris en
compte que s'il existe des différences de température très importante entre un fluide et une paroi.
les échangeurs sont très utilisés, notamment dans le nucléaire, dans l'industrie chimique, dans l'aéronautique
et le bâtiment.

6.1 Les différents types d'échangeurs

Les échangeurs sont en général classé suivant la configuration des écoulements et le type de construction.

Le plus simple est celui pour lequel le fluide chaud et le fluide froid circule dans deux tubes concentriques :
− l'échangeur est dit "à courant parallèle" quand les deux fluides entrent par le même coté, circulent
dans la même direction, et sortent par le même coté.
− l'échangeur est dit "à contre courant parallèle"" quand les deux fluides entrent par des cotés
opposés, circulent dans des directions opposées et sortent par des cotés opposés.

L'échangeur peut être à courant croisé. Les configurations diffèrent suivant que le fluide qui croise les tubes
est ou n'est pas mélangé. La manière dont les flux sont mélangés influence les performances de l'échangeur.

y
T=f(x)
T=f(x,y)

La configuration la plus classique est celle à tube et à calandre, la figure ci dessous montre un échangeur à
simple passe pour les tubes et la calandre :

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 39


Les échangeurs de chaleur

On peut imaginer de la même manière, des échangeurs à double, triple … passes.

La compacité d'un échangeur se mesure par sa surface d'échange ramenée à son volume.
Quand l'un des fluides est un gaz, caractérisé en général par des coefficients d'échange relativement faible,
on cherche à augmenter la surface d'échange, on obtient alors des échangeurs compacts
(Séchange/Volume > 700 m²/m3).

6.2 Distribution de température dans un échangeur

La température des fluides évolue pendant leur passage dans l'échangeur, à moins que l'un des fluides ne
subissent un changement de phase, auquel cas, sa température reste constante.
Les 3 exemples suivants montrent, dans le cas d'un échangeur à courant parallèle, d'un échangeur à contre
courant pur et d'un évaporateur, l'évolution des températures des fluides chaud et froid en fonction de la
surface d'échange. Celle-ci varie de 0 (à l'extrémité de l'échangeur où entre le fluide chaud) à S (à l'extrémité
de l'échangeur où sort le fluide chaud)
Tc1 Tc2 Tc1 Tc2

Tf 1 Tf 2 Tf 2 Tf 1

Courants parallèles Contre courant


Tc1
Tc1
Tc2 Tf 2
Tc2

Tf 2
Tf 1 Tf 1

S maxi. S maxi.

Indice : c et f pour chaud et froid


1 et 2 pour entrée et sortie

Remarque : dans un échangeur à contre courant, la température de sortie du fluide froid peut être supérieure
à la température de sortie du fluide chaud.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 40


Les échangeurs de chaleur

Dans un évaporateur : si le fluide froid s'évapore tout


le long de l'échangeur, alors dans ce cas sa Tc1
température est constante : Tc2

Tf 1
Tf 2

S maxi.

6.3 Le coefficient d'échange global

Le coefficient d'échange global est défini en fonction de la résistance thermique totale au transfert de chaleur
entre deux fluides.
On le détermine en prenant en compte l'apport de chaque résistance à la résistance thermique totale :
- pour la convection coté chaud 1
(h ⋅ S )c
- pour la convection coté chaud 1
(h ⋅ S )f
- pour la conduction 1 pour une plaque d'épaisseur e
λ⋅e
ln(De Di )
pour un cylindre de diam. ext. De et int. Di.
2⋅ π ⋅ λ ⋅L
Il vient donc :
1 = 1 +R + 1 Équation 6.1
K ⋅ S (h ⋅ S )f m (h ⋅ S )c
où K est le coefficient d'échange global et S la surface qui sert de référence pour le calcul (Sc ou Sf).

Dans la pratique, les surfaces d'échangeur sont munies d'ailettes afin d'améliorer l'efficacité des échanges ;
dans ce cas :
1 = 1 + Rm + 1 Équation 6.2
K ⋅ S (h ⋅ η0 ⋅ S )f (h ⋅ η0 ⋅ S )c
où η0 est le rendement de l'ailette et vaut :
S
η0 = 1 − a ⋅ (1 − ηa ) voir § 3.6.5 Équation 6.3
S
Où Sa est l'aire totale des ailettes, S la surface de base et ηa l'efficacité d'une ailette. Pour une ailette
rectangulaire d'épaisseur e et de longueur L, on a :
tanh(m ⋅ L )
ηa =
m ⋅L Équation 6.4
avecm = (2 ⋅ h ) (λ ⋅ e )

6.4 Etude des échangeur de chaleur ; la méthode DTLM

DTML veut dire Différence de Température Moyenne Logarithmique.


Si q est le flux total échangé transmis dans l'échangeur :
⎪⎧ q = dc ⋅ (hc1 − hc2 )
⎨ Équation 6.5
⎪⎩ q = df ⋅ (hf2 − hf1 )
où h est l'enthalpie du fluide.

On en déduit :

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 41


Les échangeurs de chaleur

⎧⎪ q = dc ⋅ cpc ⋅ (Tc1 − Tc2 )


⎨ Équation 6.6
⎪⎩ q = df ⋅ cpf ⋅ (Tf2 − Tf1 )

On cherche à se ramener à une équation de la forme :


q = K ⋅ S ⋅ ∆Tm Équation 6.7
où K est le coefficient d'échange global et ∆Tm est une température moyenne appropriée qu'on va définir.

6.4.1. L'échangeur à courant parallèle

On raisonne sur une tranche dx : Profil de température dans l'échangeur :


T
dx
Tc Tc+dTc

dq

Tf Tf+dTf ∆T1 ∆T ∆T2

dx

x
Coté chaud : q = −dc ⋅ c pc ⋅ dTc = −Zc ⋅ dTc
Coté froid : q = df ⋅ c pf ⋅ dTf = Z f ⋅ dTf
Et aussi : dq = K ⋅ ∆T ⋅ dS (1) où DT est la différence de température locale.
d( ∆T ) = d( Tc − Tf ) = dTc − dTf
⎛ dq dq ⎞ ⎛ ⎞
= −⎜⎜ + ⎟⎟ = −dq ⋅ ⎜⎜ 1 + 1 ⎟⎟
⎝ Zc Z f ⎠ ⎝ Zc Z f ⎠
On remplace dans (1) :
d(∆T ) ⎛ ⎞
= −K ⋅ ⎜⎜ 1 + 1 ⎟⎟ ⋅ dS
∆T ⎝ Zc Z f ⎠
Soit en intégrant sur la longueur de l'échangeur :
2
d(∆T ) ⎛ 1 1 ⎞ 2
∫1 ∆T = −K ⋅ ⎜⎜⎝ Zc + Zf ⎟⎟⎠ ⋅ ∫1 dS
∆T2 ⎛ ⎞ ⎛ T − Tc2 Tf2 − Tf1 ⎞
ln = −K ⋅ S ⋅ ⎜⎜ 1 + 1 ⎟⎟ = −K ⋅ S ⋅ ⎜⎜ c1 + ⎟
∆T1 ⎝ Zc Z f ⎠ ⎝ q q ⎟⎠

= − K ⋅ S ⋅ (∆T1 − ∆T2 )
q
Et, finalement :
∆T − ∆T1 ∆T − ∆T1 ⎧⎪ ∆T1 = Tc1 − Tf1
q = K ⋅S⋅ 2 soit, ∆Tm = 2 avec ⎨ Équation 6.8
∆T ∆T ⎪⎩ ∆T2 = Tc2 − Tf2
ln 2 ln 2
∆T1 ∆T1

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 42


Les échangeurs de chaleur

6.4.2. L'échangeur à contre courant

La logique est la même que pour l'échangeur à courant parallèle :

On raisonne sur une tranche dx : Profil de température dans l'échangeur :


T
dx
Tc Tc+dTc
∆T1
dq

Tf+dTf Tf ∆T ∆T2

dx

∆T2 − ∆T1 ⎧⎪ ∆T1 = Tc1 − Tf2


Pour ce type d'échangeur : ∆Tmcc = avec ⎨
∆T2 ⎪⎩ ∆T2 = Tc2 − Tf1
ln
∆T1

6.4.3. L'échangeur à plusieurs passes, à courants croisés

Pour ce type d'échangeur, il n'existe pas d'expression analytique du ∆Tm. On utilise donc la valeur du ∆Tm de
l'échangeur à contre courant auquel on multiplie un facteur correctif F.

Tc2 F
1
Tf2

6 0.2

Tf1 Tc1 − Tc2


R=
Tc2 Tf2 − Tf1

0
∆Tm = F ⋅ ∆Tmcc Tf2 − Tf1
Tc1 − Tc2

6.4.4. Commentaires

Cette méthode est en général limitée aux deux types d'échangeurs courants (Contre Courant et Courant
Parallèle).
Elle est difficile à utiliser dans le cas de groupement d'échangeur.
Elle est utilisable seulement dans le cas où les températures d'entrée et de sortie sont connues ; dans le cas
où on ne connaît que les températures d'entrée, il faudra procéder par itération.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 43


Les échangeurs de chaleur

6.5 La méthode efficacité - NUT

6.5.1. Définition

Pour définir l'efficacité d'un échangeur, on doit d'abord déterminer le flux de chaleur maximum transmissible à
l'intérieur de l'échangeur qmax. Il se calcule dans un échangeur à contre courant de longueur infinie. Un des
fluides subit la différence de température maximum : Tc1 - Tf1.

Si Zf < Zc alors dTf > dTc car dq = −Zc ⋅ dTc = Z f ⋅ dTf le fluide froid subit donc la plus grande
différence de température. Comme L → ∞, Tf2 = Tc1, donc :
qmax = Z f ⋅ (Tf2 − Tf1 ) = Z f ⋅ (Tc1 − Tf1 )
Si Zc < Zf alors dTc > dTf le fluide chaud subit donc la plus grande différence de température.
Comme L → ∞, Tc2 = Tf1, donc :
qmax = Z c ⋅ (Tc1 − Tc2 ) = Zc ⋅ (Tc1 − Tf1 )

Finalement, on écrit :
qmax = Zmin ⋅ (Tc1 − Tf1 ) Équation 6.9

On définit alors l'efficacité par :


q
ε= Équation 6.10
qmax
Cette relation est très utile car si ε, Tc1 et Tf1 sont connus alors :
q = ε ⋅ Zmin ⋅ (Tc1 − Tf1 ) Équation 6.11

Pour tout échangeur, on montre que ε = f(NUT, Zm ZM ) où NUT est le Nombre d'Unité de Transfert, est
sans dimension et vaut :
NUT = K ⋅ S Équation 6.12
Zm
et Zm est le Z mini, ZM est Z maxi., K le coefficient d'échange global et S la surface qui s'y rapporte.

6.5.2. Relation efficacité – NUT

Exemple : échangeur à courant parallèle

Supposons Zm = Zc
Z ⋅ (Tc1 − Tc2 ) (Tc1 − Tc2 )
ε= c =
Zc ⋅ (Tc1 − Tf1 ) (Tc1 − Tf1 )
Le flux cédé par le coté chaud est récupéré par le coté froid :
Zc ⋅ (Tc1 − Tc2 ) = Z f ⋅ (Tf2 − Tf1 )
Donc :
Zm Tf2 − Tf1
=
ZM Tc1 − Tc2

Du calcul de la différence moyenne logarithmique, on déduit :


⎛ T − Tf2 ⎞ ⎛ ⎞ ⎛ Z ⎞ ⎛ Z ⎞
Ln⎜⎜ c2 ⎟⎟ = −K ⋅ S ⋅ ⎜⎜ 1 + 1 ⎟⎟ = − K ⋅ S ⋅ ⎜⎜ 1 + m ⎟⎟ = −NUT ⋅ ⎜⎜ 1 + m ⎟⎟
⎝ Tc1 − Tf1 ⎠ ⎝ Z m ZM ⎠ Zm ⎝ ZM ⎠ ⎝ ZM ⎠

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 44


Les échangeurs de chaleur

D'autre part :
Tc2 − Tf2 Tc2 − Tc1 + Tc1 − Tf2 Tc1 − Tf2
= = −ε
Tc1 − Tf1 Tc1 − Tf1 Tc1 − Tf1
Tc1 − Tf2 T − Tf1 + Tf1 − Tf2
= ε⋅ − ε = ε ⋅ c1 −ε
Tc1 − Tc2 Tc1 − Tc2
⎛ Z ⎞ ⎛ Z ⎞
= ε ⋅ ⎜⎜ 1 − m ⎟⎟ − ε = 1 − ε ⋅ ⎜⎜ 1 + m ⎟⎟
⎝ ε ZM ⎠ ⎝ ZM ⎠
Donc :
⎛ ⎛ Z ⎞⎞ ⎛ Z ⎞
Ln⎜⎜ 1 − ε ⋅ ⎜⎜ 1 + m ⎟⎟ ⎟⎟ = −NUT ⋅ ⎜⎜ 1 + m ⎟⎟
⎝ ⎝ ZM ⎠ ⎠ ⎝ ZM ⎠
Et finalement :
⎛ Z ⎞
− NUT ⋅⎜⎜ 1+ m ⎟

⎝ ZM ⎠
ε = 1− e Équation 6.13
Zm
1+
ZM
La même relation peut être établie pour Zm = Zf. Elle s'applique donc à tout échangeur à courant parallèle.

Pour les autres types d'échangeur :

Echangeur à contre courant :


⎛ Z ⎞
− NUT ⋅⎜⎜ 1− m ⎟

⎝ ZM ⎠
ε= 1− e Équation 6.14
⎛ Zm ⎞
⎜ ⎟
Zm −NUT ⋅⎜⎝ 1− Z M ⎟⎠
1+ ⋅e
ZM
Echangeur à courant croisé sans mélange :
⎛ Z 0.78 ⎞
⎜ − m ⋅ NUT ⎟
Z M NUT 0.22 ⎜ ZM ⎟
⋅ ⋅⎜ e −1 ⎟
Zm ⎜ ⎟
⎜ ⎟
⎜ ⎟
⎝ ⎠

ε = 1− e Équation 6.15
Tout échangeur si Zm/ZM Æ 0 :
−NUT
ε = 1− e Équation 6.16

Il est souvent plus pratique de travailler avec une relation de la forme NUT = f(ε, Zm ZM )
Echangeur à courant parallèle :
⎛ ⎛ Z ⎞⎞
NUT = − 1 ⋅ Ln⎜⎜ 1 − ε ⋅ ⎜⎜ 1 + m ⎟⎟ ⎟⎟ Équation 6.17
Z ⎝ ⎝ ZM ⎠ ⎠
1+ m
ZM
Echangeur à contre courant :
⎛ ⎞
⎜ ⎟
NUT = − 1 ⋅ Ln⎜ 1 − ε ⎟ Équation 6.18
Zm ⎜ Z ⎟
1− ⎜ 1− m ⎟
ZM ⎝ ZM ⎠
Tout échangeur si Cm/CM Æ 0 :
NUT = −Ln(1 − ε ) Équation 6.19

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 45


Les échangeurs de chaleur

Il n'existe pas de relation directe pour le courant croisé, sans mélange.

Ces expressions sont représentées sur des graphes de la forme :

6.5.3. Méthodologie

6.5.3.1. Calcul de conception

On connaît les débits, les températures d'entrée et on cherche l'échangeur (type et surface d'échange)
permettant d'avoir une température de sortie.

Méthode DTLM
1. On cherche q et Tc2 : q = dc ⋅ cpc ⋅ (Tc1 − Tc2 ) = df ⋅ cpf ⋅ (Tf2 − Tf1 )
∆T1 − ∆T2
2. ∆Tmcc =
∆T
ln 2
∆T1
3. q = K ⋅ ∆T ⋅ S ⇒ S
Méthode NUT – efficacité
Z ⋅ (T − Tf1 ) q q q
1. On calcule ε = f f2 = = c = f
Zm ⋅ (Tc1 − Tf1 ) qmax . qmax . qmax .
2. On cherche NUT pour un Zm/ZM donné
3. On en déduit S : NUT = K ⋅ S
Zm
6.5.3.2. Calcul de performance

Le type d'échangeur et sa taille sont connus, les températures d'entrée et les débits aussi ; on cherche les
températures de sortie.

Méthode DTLM
1. On fixe Tf2
2. On cherche q1 et Tc2 : q1 = dc ⋅ cpc ⋅ (Tc1 − Tc2 ) = df ⋅ c pf ⋅ (Tf2 − Tf1 )
∆T1 − ∆T2
3. ∆Tmcc =
∆T
ln 2
∆T1

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 46


Les échangeurs de chaleur

4. q2 = K ⋅ ∆T ⋅ S
5. q1 = q2 ?
6. non Æ retour en 1
7. oui Æ fin
Méthode NUT – efficacité
1. Calcul de NUT : NUT = K ⋅ S
Zm
2. Calcul de e à partir de Zm/ZM et de NUT
3. calcul de qmax = Zmin ⋅ (Tc1 − Tf1 )
4. calcul de q = ε ⋅ qmax
5. On en déduit Tc2 et Tf2 : q = dc ⋅ c pc ⋅ (Tc1 − Tc2 ) = df ⋅ c pf ⋅ ( Tf2 − Tf1 )

La méthode NUT – efficacité est plus adaptée à ce type de calcul.

Transfert de chaleur – Version 1.5 Page 47


Index

réels ou non noir ........................................................................ 33


corps noir.......................................................................................... 4
A corrélation de
Churchill et Bernstein................................................................. 27
Colburn ...................................................................................... 27
absorption....................................................................................... 34
Hilpert ........................................................................................ 26
ailette ........................................................................................ 16, 42
Sieder et Tate ............................................................................ 27
efficacité............................................................................... 18, 42
couche limite..................................................................................... 2
rendement.................................................................................. 19
hydrodynamique .......................................................................... 2
Analyse dimensionnelle.................................................................. 21
thermique..................................................................................... 3
angle solide .................................................................................... 30
courant parallèle .........................................................Voir échangeur
Archimède ..................................................................3, 24 Voir force
cylindre .................................................13, 15 Voir convection forcée

B D
Bernstein ........................................................... Voir corrélation de ...
densité .............................................................................................. 3
Boltzman........................................................................................... 4
diffusivité........................................................................................... 9
constante ..................................................... Voir Constante de ...
diffusivité thermique.................................................................. 10, 23
loi ............................................................................. Voir Loi de ...
Dirichlet.............................................................. Voir Condition limite
Buckingham........................................... Voir Analyse dimensionnelle
distribution de Plank ....................................................................... 31
DTLM.............................................................................................. 42

C
E
calandre.......................................................................................... 40
Chu ................................................................................................. 28
échangeur
Churchill........................................................ 28 Voir corrélation de ...
contre courant................................................................ 40, 44, 46
Ciel ................................................................................................. 36
courant croisé ...................................................................... 44, 46
coefficient d'absorption..................................................................... 4
courant parallèle .................................................................. 40, 43
coefficient de film...................................... Voir coefficient d'échange
flux mélangés............................................................................. 40
coefficient d'échange........................................................................ 4
parallèle ..................................................................................... 46
global ......................................................................................... 42
échangeurs de chaleur ...............................................Voir échangeur
Colburn .............................................................. Voir corrélation de ...
efficacité ......................................................................................... 45
condensation .................................................................................... 3
ailette ......................................................................................... 16
Condition limite
isolant ........................................................................................ 14
Dirichlet...................................................................................... 11
émissivité.......................................................................................... 4
Fourrier ...................................................................................... 12
émittance ........................................................................................ 31
Neumann ................................................................................... 12
enthalpie ......................................................................................... 20
conduction .................................................................................... 1, 2
équivalence électrique.................................................................... 13
Conduction
évaporateur .................................................................................... 42
génération de chaleur................................................................ 15
évaporation....................................................................................... 3
monodimensionnelle.................................................................. 11
conductivité....................................................................................... 2
conductivité thermique...................................................................... 8
conservation de l'énergie.................................................................. 5 F
Constante
de Stefan-Boltzman ................................................................... 33 Facteur de vue/de forme ................................................................ 37
solaire ........................................................................................ 36 film
constante de Stephan – Boltzman ................................................... 4 température ............................................ Voir températude de film
contre courant.............................................................Voir échangeur force
convection .............................................................................. 1, 2, 12 centrifuge ............................................................................. 20, 28
dans un tube .............................................................................. 27 d'Archimède............................................................................... 22
externe....................................................................................... 24 de Coriolis............................................................................ 20, 28
forcée........................................................................................... 3 Fourrier ........................................................... 2 Voir Condition limite
forcée......................................................................................... 25 loi ............................................................................ Voir Loi de …
mixte ............................................................................................ 3
naturelle ....................................................................................... 3
naturelle ............................................................................... 24, 28 G
convection
autour d'un cylindre ................................................................... 26
Grashof........................................................................................... 23
plaque plane .............................................................................. 25
gravité............................................................................................. 28
Coriolis............................................................................Voir force ...
Gris .........................................................................Voir Surface grise
Corps
gris ............................................................................................. 36
noir............................................................................................. 31
Prandtl ............................................................................................ 23
H
Hilpert ................................................................ Voir corrélation de ...
R
Rayleigh.......................................................................................... 24
I rayonnement........................................................................... 1, 4, 30
réflexion .......................................................................................... 34
irradiation........................................................................................ 34 régime
laminaire .................................................................................... 24
turbulent..................................................................................... 24
L résistance de contact...................................................................... 10
résistance thermique ...................................................................... 12
linéarisation ...................................................................................... 5 addition ...................................................................................... 13
Loi conduction ................................................................................. 12
de Fourrier ................................................................................... 8 convection.................................................................................. 12
de Kirshoff.................................................................................. 35 cylindre, conduction................................................................... 14
de Newton.................................................................................. 20 rayonnement.............................................................................. 13
de Stefan-Boltzman ................................................................... 32 Résistance thermique..................................................................... 42
de Wien...................................................................................... 32 Reynolds......................................................................................... 23
longueur d'onde.............................................................................. 30
luminance ....................................................................................... 30
S
M Sieder ................................................................ Voir corrélation de ...
simple passe................................................................................... 40
Méthode Soleil............................................................................................... 36
DTLM ......................................................................................... 42 spectre............................................................................................ 30
NUT - efficacité.......................................................................... 45 Stephan ............................................................................................ 4
monodimensionnelle.................................................Voir Conduction stéradian......................................................................................... 30
mur ................................................................................................. 11 Surface grise .................................................................................. 36
mur plan.......................................................................................... 15

T
N
Tate.................................................................... Voir corrélation de ...
Neumann ........................................................... Voir Condition limite température de film......................................................................... 25
Newton ............................................................................................. 4 Théorème
loi ............................................................................. Voir Loi de ... De Vaschy-Buckingham ............................................................ 21
Nombre d'Unité de Transfert .......................................................... 45 pi ................................................................................................ 21
Nusselt............................................................................................ 23 transfert de chaleur........................................................................... 1
NUT ................................................................................................ 45 transition ......................................................................................... 25
transmission ................................................................................... 35
tube..................................................................Voir convection forcée
turbulence....................................................................................... 24
O
opaque............................................................................................ 35
V
Vaschy-Buckingham.............................. Voir Analyse dimensionnelle
P
Plank
distribution ...................................................Voir distribution de ...
W
plaque plane ...............................................................Voir convection
point d'arrêt..................................................................................... 26 Wien
point de séparation......................................................................... 26 loi ............................................................................. Voir Loi de ...

Vous aimerez peut-être aussi