Vous êtes sur la page 1sur 75

‫اﻟﺟﻣﮭـــــورﯾــــــﺔ اﻟﺟـــزاﺋـــرﯾـــــــﺔ اﻟـــدﯾﻣﻘـــــراطﯾـــــــﺔ اﻟﺷـﻌﺑﯾـــــﺔ‬

Ministère de l’enseignement supérieur et Ministère de la poste, des


de la recherche scientifique. télécommunications, des technologies et du
numérique.

Institut National des Télécommunications


et des Technologies de l’Information et de
‫اﻟﻤﻌﮭــــﺪ اﻟﻮطﻨـــﻲ ﻟﻼﺗﺼﺎﻻت‬
la Communication
‫وﺗﻜﻨــــﻮﻟﻮﺟﯿــﺎت اﻹﻋﻼم و اﻻﺗﺼﺎل‬

Projet de Fin d’Etude pour l’obtention du Diplôme


d’Ingénieur d’Etat en Télécommunication

Thème :
Contribution des amplificateurs optiques dans les
systèmes de transmission à fibre optique à longue
distance.

Présenté par :
Aidouni Karima

Encadré par :
Pr. TEMMAR Abdelkader

Jury
Co-encadreur : Boussouf Noureddine « Algérie Télécom »

Président : Dr A .CHENIKA Examinateur : CHERIET Abdelhamid

Promotion: IGE 38
1
Annéeuniversitaire : 2017-2018

Résumé

L’amplification optique est une technologie très efficace et largement utilisée sur les lignes
des télécommunications.

Grace à la performance des amplificateurs optiques, ces derniers deviennent très importants
dans les liaisons à fibre optique.Ils nous ont permis de gagner en porté, et en débit, cout.

L’objectif principal de ce mémoire est de montrer la contribution de l’amplificateur optique


dans les systèmes optique à longue distance.

Ce mémoire s’articule sur quatre chapitre, le premier chapitre permet de définir le système de
transmission par fibre optique, le second chapitre est dédié à l’amplification optique, le
troisième chapitre permet de différencier entre les systèmes amplifiés à fibre optique.

En fin le quatrième chapitre divisé en deux parties, la première partie contient des simulations
élaborées sous le logiciel U2000 afin de voir la contribution de l’amplificateur optique dans
une liaison réelle.

Et la deuxième partie contient des simulations élaborées sous le logiciel Optisystem afin de
présenter la caractérisation d’un amplificateur optique.

Les mots clés :


les amplificateurs optique ; la contribution, les systèmes de transmission, longue distance,
EDFA, SOA, RAMAN, la carte BPA, la carte SL64. Booster, préamplificateur, ligne,
Optisystem, U2000.

2
Abstract:

Optical amplification is a very efficient technology and widely used on telecommunication


lines.

With the performance of optical amplifiers, they become very important in fiber optic
links.They allowed us to gain distance, speed and cost.

The main purpose of this memory is to show the contribution of the optical amplifier in long-
distance optical systems.

This memory is based on four chapters, the first chapter defines the optical fiber transmission
system, the second chapter is dedicated to optical amplification, and the third chapter
differentiates between amplified fibers optic systems.

Finally the fourth chapter divided into two parts, the first part contains simulations developed
under the U2000 software to see the contribution of the optical amplifier in a real link.
And the second part contains simulations developed under the Optisystem software to present
the characterization of an optical amplifier.

Key words: optical amplifiers; contribution, transmission systems, long distance, EDFA,
SOA, RAMAN, BPA card, SL64 card. Booster, preamplifier, line, Optisystem, U2000.

Table des matières :


3
Résumé .......................................................................................................................................ii
Abstract .....................................................................................................................................iii
Table des matières......................................................................................................................iv
Liste des tableaux......................................................................................................................vii
Liste des figures.......................................................................................................................viii
Liste des sigles............................................................................................................................x
Remerciements........................................................................................................................xiii

Introduction générale..................................................................................................................1
Chapitre I : système de transmission par fibre optique...............................................................3
I.1 introduction............................................................................................................................4
I.2 Structure générale d’un système de transmission sur fibre optique :....................................5
I.3Les différents
systèmes..........................................................................................................7I.3.1 LAN:
Local Area Network................................................................................................7 I.3.2
MAN: Metropolitan Area Network .................................................................................7I.3.3
WAN: Wide Area Network .............................................................................................7 I.4
Système longue distance à fibre
optique:..............................................................................8I.4.1 Les système Sous-
marins :..................................................................................................8 I.4.1.1 Les systèmes
avec régénération à 1300 nm :...................................................................9 I.4.1.2 Les systèmes
avec régénération à 1500 nm :...................................................................9 I.4.2 les systèmes
Terrestres.......................................................................................................9 I.5
Conclusion...........................................................................................................................11

Chapitre II : l’amplification
optique.........................................................................................12II.1
Introduction.............................................................................................................13II.2
Principe générale de l’amplification optique :..................................................................15 II.3
émission stimulé............................................................................................................16 II.4
Les paramètres caractéristiques d’un amplificateur optique.............................................17 II.5
Les type des amplificateurs :..........................................................................................17 II.5.1
Les amplificateurs optiques à effet Raman.....................................................................18
II.5.1.1 Structure.......................................................................................................................19
II.5.1.2 principe de fonctionnement.........................................................................................19
II.5.1.3 Les caractéristique.....................................................................................................20
II.5.1.4 les avantages et inconvénients.....................................................................................20
II.5.2 Les amplificateurs optiques à semi-conducteurs (SOA).................................................21
II.5.2.1 Structure générale des amplificateurs optiques à semi-conducteurs............................21
II.5.2.2 le fonctionnement du SOA...........................................................................................21

4
II.5.2.3 les Caractéristiques des SOA.......................................................................................22
II.5.2.4 Utilisation des SOA dans les réseaux de télécommunications optiques......................22
II.5.2.5 les avantages et inconvénients .....................................................................................23
II.5.3 Les amplificateurs optiques à fibre dopée à l’erbium (EDFA).....................................24
II.5.3.1 la structure de l’EDFA................................................................................................25
II.5.3.2 Le principe de fonctionnement de l’EDFA.................................................................25
II.5.3.3 les Caractéristiques des EDFA................................................................................26
II.5.3.4 les avantages et inconvénients...................................................................................26
II.6 Comparaison entreamplificateur SOA et EDFA..............................................................27
II.7 Conclusion :........................................................................................................................28

Chapitre III : système à fibre optique amplifiè.........................................................................29


III.1 Introduction.......................................................................................................................30
III.2 les systèmes amplifiès....................................................................................................31
III.2.1 les systèmes amplifiés monocanaux et mulicanaux......................................................31
III.2.2 position des amplificateurs optique dans les systèmes.................................................33
III.2.2.1 Utilisation d’un amplificateur optique en préamplificateur de réception.................33
III.2.2.2 Utilisation des amplificateurs optiques comme amplificateurs en ligne...................36
III.2.2.2.1 Accumulation du bruit d’émission spontanée amplifiée.......................................36
III.2.2.2.2 Limitations imposées par la non-platitude du gain...............................................37
III.2.2.2.3 Bénéfice de la saturation.......................................................................................39
III.2.2.3 Utilisation d’un amplificateur optique en booster.....................................................40
III.3Conclusion.......................................................................................................................40

Chapitre IV : Les travaux de simulation...................................................................................41

Partie I : la contribution de l’amplificateur optique dans une liaison réel...............................42


IV.1.1 Introduction................................................................................................................42
IV.1.2 Le matériel utilisée........................................................................................................43
IV.1.2.1 Optix OSN_3500......................................................................................................43
IV.1.2.2 U_2000.......................................................................................................................43
IV.1.2.3 HST-3000 JDSU.........................................................................................................43
IV.1.3 Configuration de la maquette.......................................................................................44
IV.1.4 Liaison optique sans amplification.............................................................................45
IV.1.4.1 Liaison sans atténuateur...........................................................................................45
IV.1.4.2 Liaison avec atténuateur..........................................................................................46
IV.1.5 Liaison optique avec amplification.............................................................................48
IV.1.5.1 Cas1 : L’amplification à l’émission : utilisé le port BA............................................48
IV.1.5.2 Cas2 : amplification à la réception : utilisé le portPA...............................................50
IV.1.5.3 Cas3 : amplification à l’émission et réception : utilisé le port BA et PA...................52
IV.1.6 Conclusion....................................................................................53

5
Partie II : caractérisation d’un amplificateur optique................................................................54
IV.1.2 Introduction..................................................................................................................54
IV.2.2 À propos d’OPTISYSTEM.........................................................................................55
IV.2.3 Quelques applications de simulateur...........................................................................55
IV.2.4 présentation de la simulation.......................................................................................56

IV.2.4 .1 la caractérisation d’un amplificateur.............. ........................................................56

IV.2.5 Conclusion ....................................................................................................................59

Conclusion générale : ...............................................................................................................60

Bibiographie..............................................................................................................................61

6
Liste des tableaux :

Chapitre I :

Tableau I. 1:les 3 grandes périodes des câbles sous-marins.....................................................8

Chapitre II :

Tableau II. 1: comparaison entre EDFA et SOA......................................................................27

Chapitre IV :

Tableau IV.1.1 : les valeurs OUT théorique et pratique de la carte SL64................................45

Tableau IV 1.2 :L’état de la liaison à chaque changement......................................................47

Tableau IV.1.3: Les valeurs théoriques et pratiques du port BA..............................................48

Tableau IV.1.4 : Etat de la liaison avec une amplification en émission dans plusieurs cas
d’atténuation..............................................................................................................................49

Tableau IV.1.5: Les valeurs théoriques et pratiques du port PA..............................................50

Tableau IV.1.6: Etat de la liaison avec une amplification en réception dans plusieurs cas
d’atténuation..............................................................................................................................51

Tableau IV.1.7: Etat de la liaison avec une amplification en émission et réception dans
plusieurs cas d’atténuation........................................................................................................52

Tableau IV.1.8 : La distance max et seuil de fonctionnement de chaque cas traité.................53

7
Liste des figures :

Chapitre I :

Figure I. 1:Structure générale d’un système de transmission sur fibre optique...........................5


Figure I. 2:Schéma d’architecture des différents systèmes optique............................................7
Figure I.3 : Anneau SDH pour réseau terrestre longue distance...............................................10

Chapitres II :

Figure II. 1: L’atténuation de la fibre G652 en fonction de la longueur d’onde........................14


Figure II. 2: Les fenêtres des télécommunications....................................................................14
Figure II. 3: L’effet cascade des photons...................................................................................15
Figure II. 4: Schéma des processus d’émission spontanée (a), d’absorption (b) et d’émission
stimulée (c)................................................................................................................................16
Figure II. 5 : Les différents types d’amplificateurs...................................................................17
Figure II. 6 : Raman spontanée.................................................................................................18
Figure II. 7 : Raman stimulée...................................................................................................19
Figure II. 8 : Structure de l’amplification par effet Raman.....................................................19
Figure II. 9 : La longueur d’onde ou il a le max du gain..........................................................20
Figure II. 10 : Structure d’un SOA............................................................................................21
Figure II. 11 : Le fonctionnement du SOA................................................................................21
Figure II. 12 : Puissance de saturation d’un SOA....................................................................22
Figure II. 13 : Sensibilité du gain à la polarisation...................................................................22
Figure II. 14 : L’émission stimulée d’Erbium...........................................................................24
Figure II. 15 : La structure de l‘EDFA......................................................................................25
Figure II. 16 : Le principe de fonctionnement...........................................................................25
Figure II. 17 : Lavariation du gain d’un EDFA.............................................................................26

Chapitre III :

Figure III. 1: Transmission de plusieurs porteuses optiques......................................................31


Figure III. 2: L’amplification à la récéption...............................................................................33
Figure III. 3 : Représentation schématique des battements sur le détecteur quadratique..........34
Figure III. 4 : l’amplification en ligne........................................................................................36
Figure III. 5 : Puissance nécessaire par canal en fonction du pas d’amplification....................37
Figure III. 6 : Spectres des canaux à la sortie de quatre amplificateurs en cascade.................37
Figure III. 7 : Variation du rapport signal sur bruit en fonction du rang de l’amplificateur......38
Figure III. 8 : Auto stabilisation de la puissance optique en sortie d’une cascade
d’amplificateurs........................................................................................................................39
Figure III.9 : L’amplification à l’émission...............................................................................40

8
Chapitre IV :

Figure IV.1.1 : Schéma synoptique de la liaison optique Oran-Tlemcen..................................42


Figure IV.1.2 :Apparence du châssis général OptiX OSN 3500...............................................43
Figure IV.1.3 : L’interface du U2000.............................................................................................43
Figure IV.1.4 : HST-3000 JDSU...............................................................................................43
Figure IV.1.5 :Configuration des ports E sur EFS4. et injection des fibres LC-LC..................44
Figure IV.1.6: Branchement de l’appareil JDSU avec le port P2 pour la vérification de
laboucle......................................................................................................................................4
4 Figure
IV.1.7 :Liaison optique sans atténuation et sans amplification....................................45Figure
IV.1.8 : Liaison optique avec atténuation et sans amplification.....................................46
Figure IV.1.9 : L’ajout d’un atténuateur de 5 dB.......................................................................46
Figure IV.1.10 :les valeurs obtenues de la puissance à l’émission...........................................46
Figure IV.1.11 : L’amplification à l’emission avec le port BA.................................................48
Figure IV.1.12 : Utilisation du port BA.....................................................................................48
Figure IV.1.13 : Les niveaux optiques à l’émission de la carte BPA/BA..................................48
Figure IV.1.14 : La maquette du OSN 3500 , on utilisant le port BA..................................................49
Figure IV.1.15 : L’amplification à La réception avec le port PA..............................................50
Figure IV.1.16 :Utilisation du port PA......................................................................................50
Figure IV.1.17 : Les niveaux optiques à la réception de la carte BPA/PA................................50
Figure IV.1.18 :La maquette du OSN 3500 , on utilisant le port PA...................................................51
Figure IV.1.19 :L’amplification avec BA et PA.......................................................................52

Figure IV.2.20 : L'amplificateur en Booster.............................................................................56


Figure IV.2.21 : Puissance de sortie du signal en fonction de la puissance d'entrée du signal
calculée pour l'amplificateur en booster....................................................................................57
Figure IV.2.22 :Gain en fonction de la puissance d'entrée du signal calculée pour le booster
amplifié.....................................................................................................................................57
Figure IV.2.23 :Bruit en fonction de la puissance d'entrée du signal calculée pour
l'amplificateur de surpression....................................................................................................58

9
Liste des sigles :

WDM Wavelength Division Multiplexing


Laser light amplification by stimulated emission of radiation

LAN Local Area Network

MAN Metropolitan Area Network

WAN Wide Area Network

OADF Optical amplifier doped fiber

DFB distributed feedback laser

MIE Multiplexeur Insersion Extration

ADM Add Drop Multiplexeur

CWDM Coarse Wavelength Division Multiplexing

DWDM Dense Wavelength Division Multiplexing

PDH Plesiochronous Digital Hierarchy

SHD Synchronous Digital Hierarchy

STM Synchronous Transport Module

DCF Despersion compensation fiber

ESA Emission Spontanée Amplifiée

SOA Semi-conducteur Optical Amplifier

EDFA Erbium Dopped Fiber Amplifier

10
3R Retiming Reshaping Regenerating
Eg Energie Gap

Efc Energie de Conduction

Efv Energie de Valence

TE Transverse Electriques

TM Transverse Magnétique

ONU Optical Network Unit

DFP Doped Fibre Amplifier

SSP Signal Spontané


SPSP spontané-spontané
PDU Power Distribution Unit

HST handheld services tester

BPA optical Booster and Pre-Amplifier board

SL64 1xSTM-64 optical interface board

EFS4 4xFE switching and processing board

UIT Union Internationale des Télécommunications

UIT-T Union Internationale des Télécommunications, Secteur de la


normalisation

11
Dédicace :

Je dédie ce modeste travail :

À mes très chers parents, raison de mon existence. Pour leurs sacrifices, leur soutien, leur
générosité et leur tendresse. Ils été toujours là près de moi pour me soutenir, m’encourager
et me guider avec leurs précieux conseils.

.
À mes chères sœurs, Noussayba et Sabiha Amel, et mon cher frère Youcef Yacine,aucun mot
ne pourra décrire vos dévouements et vos sacrifices.

À tous mes amis, en témoignage de l’amitié sincère qui nous a liés et des bons moments
passés ensemble.

À tous les gens qui ont cru en moi et qui me donne l’envie d’aller en avant,

À toute la promotion IGE 38, en vous souhaitant un avenir radieux,

À tous ceux que j’aime et qui m’aiment.

AIDOUNI KARIMA

12
Remerciement :

Je remercie dieu le tout puissant de m’avoir donné la santé et la volonté d’entamer et de


terminer ce mémoire.

Je tiens tout d’abord à remercier le Professeur Abdelkader TEMMAR qui m’a encadré tout au
long de ce projet et a fortement contribué à ma formation sur les télécommunications optiques
et sans le quel ce travail n’aurait jamais vu le jour . Merci de m’avoir fait confiance, merci
pour la bonne humeur, le dynamisme, la motivation, les idées qu’il a su me communiquer. La
bonne ambiance dans laquelle nous avons travaillé ensemble sera un souvenir marquant.

Je remercie également le Docteur Abdelfattah CHENIKA qui m’a permis d’acquérir des
compétences pointues sur les télécommunications à travers ces cours.

Par ailleurs, je suis particulièrement honorée que les DocteursAbdelfatah CHENIKAet


CHERIET Hamid aient accepté de faire partie du jury de ma soutenance.

Je remercie aussi mon Co-encadreur Boussouf Noureddine et toute l’équipe EMRT, Bourzig
Kawther et Ben Mahammed amine et Redouan Adam pour leurs aide pratique et leurs soutien
moral et ses encouragements.

Merci également à toutes personnes ayant contribuées de près ou de loin à l’aboutissement de ce


projet.

Et pour finir, un grand merci à mes amis et à ma famille pour leur soutien tout au long de ce
projet.

13
Introduction générale :
La communication est un élément essentiel des sociétés humaines. Naturellement, celles-ci a
développé des outils pour perfectionner les échanges et aujourd’hui, les télécommunications
ont pris une grande place dans l’économie de notre société. Les outils devenant de plus en
plus performants, nous parlons désormais de télécommunications ou communications à
distance.

A l’époque où les systèmes numériques les plus rapides véhiculent l’information à un débit de
l’ordre de quelques dizaines ou centaines de Mbit/s sur des distances courtes, le câble coaxial
remplissait parfaitement son rôle de support de transmission. L’apparition du multimédia, la
téléphonie le trafic de données et internet ont été les facteurs clés d’une demande en bande
passante toujours grandissante.

Les premières expériences de transmission optique datent la fin de XIXe siècle avec la
modulation de l’intensité de la lumière par un signal acoustique. Faute de savoir guider
efficacement la lumière jusqu’au destinataire. Utilisant le principe connu depuis longtemps
des fontaines lumineuses, les fibres optiques, minces cheveux de verre très transparents, on
fait l’objet d’applications décoratives, puis plus utilitaires.

A la fin des années soixante-dix, l’apparition de sources laser à 1300 nm et des fibres
monomodes associées, ont permis de diminuer drastiquement les pertes, et ainsi de gagner en
performance.

Au milieu des années quatre-vingt, les progrès technologiques des sources laser et des fibres
optiques ont permis de transmettre le signal autour de 1550 nm. [1]

Apres une dizaine d’année de recherche, les amplificateurs optiques ont apparu sur les ligues
de télécommunications optiques. Et avec l’essor de l’internet ces derniers deviennent de plus
en plus utilisés.

Une autre technologie importante pour l’évolution des performances des lignes de
télécommunications optiques est le multiplexage en longueur d’onde (WDM) : une fibre
optique ne transporte plus seulement un faisceau laser qui porte les données mais plusieurs,
multipliant ainsi le débit.

Les amplificateurs optiques et le WDM sont des technologies très efficaces et largement
utilisées sur Les lignes de télécommunications.

Avant l’optique, ni les systèmes à câble coaxiaux, ni les systèmes micro-onde, ne permettaient
de transmettre un débit supérieur à 100Mbit/s en moyenne. Le système coaxial le plus évolué
était capable de transmettre un débit de 274Mbit/s, mais à condition de prévoir l’installation
de répéteurs tous les kilomètres.

L’utilisation de la fibre optique puis des réseaux « tout-optique » a totalement révolutionné le


monde des télécommunications. On arrive désormais à des systèmes de transmission de plus
en plus performants, atteignant plusieurs Tbit/s sur plusieurs milliers de kilomètre.

14
Les amplificateurs optiques et leur maitrise n’ont cessé de se répandre et d’évoluer. La
technologie est déjà en mesure de réduire grandement certains défauts marquants, comme
l’atténuation qui limite la portée et le débit.

Ce mémoire est divisé en quatre chapitres. Dans le premier chapitre nous décrivons le
système de transmission par la fibre optique. On va expliquer chaque élément de la structure
ainsi qu’on va détailler le système à longue distance.

Le second chapitre aborde une définition de l’amplification optique, et les différents types
amplificateurs existant, leurs fonctionnements et leurs caractéristiques.

Et le troisième chapitre on va étudier les systèmes amplifiés ou on va voir utilisation de


l’amplificateur dans les trois positions, en booster, en réception et en lingue.

Pour finir le dernier chapitre va être divisé en deux parties, la première a pour objectif de
présenter une simulation permettant d’étudier Une liaison optique. Nous présentons trois cas
différent. Le premier cas une amplification en émission le deuxième cas une amplification en
réception et le troisième cas une amplification en émission et en réception.
Et la deuxième partie on va voir les caractéristiques d’un amplificateur optique.

Cette évolution nous a permis d’améliorer le système en termes de portée, de débit et. Enfin
nous analyserons les résultats obtenus lors de la simulation

15
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

CHAPITRE 1 :
Système de transmission par
fibre optique

16
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

I.1 Introduction :

L’apparition de la fibre optique a totalement révolutionné le monde des télécommunications.


La conception de systèmes de transmission à très grande capacité était désormais possible.

De plus, les échanges à travers ces systèmes allaient être de plus en plus nombreux et la
demande de services de plus en plus élevée.

Il en résulte un bouleversement des systèmes de télécommunications précédents et un besoin


de mettre en place de nouvelles structures.

Ce chapitre sera une description synthétique de la déclinaison des structures des systèmes de
télécommunications.

Et pour cela on va détailler la structure d’un système de télécom et en particulier le système


longue distance à fibre optique.

17
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

I.2 Structure générale d’un système de transmission sur fibre optique :

Figure I.1 : Structure générale d’un système de transmission sur fibre optique.

Un système de transmission optique sur fibre optique comporte les dispositifs et composants
suivants (figure I.1) :

 Une source (diode laser) et un modulateur permettant d’imprimer l’information à


transmettre sur la porteuse optique. La modulation utilisée est une modulation de
l’intensité. Dans le cas idéal, il s’agit d’une modulation par tout ou rien, l’un des états
de la donnée binaire étant associé à la transmission d’une certaine intensité, l’autre à
l’absence de signal. En pratique, l’émetteur est caractérisé par un taux d’extinction,
écart (en décibel) entre la puissance transmise dans chacun des deux états, qui n’est
pas infini. Dans le cas d’un système WDM, on compte autant de sources que de
canaux ;
 Dans le cas d’un système WDM, un multiplexeur qui permet de juxtaposer les
différents canaux dans la bande ;
 En général, un amplificateur de puissance permettant d’injecter dans la fibre une
puissance suffisante ;
 Des amplificateurs en ligne insérés le long de la fibre pour en compenser
l’atténuation. La distance entre amplificateurs, appelée pas d’amplification, est une
caractéristique essentielle de la liaison ;
 En général un préamplificateur (optique) de réception ;
 Dans le cas d’un système WDM, un démultiplexeur qui permet de séparer les
différents canaux ;
 Pour chaque canal, un photorécepteur qui convertit le signal optique en un signal
électrique qui, après filtrage et échantillonnage, permet de restituer l’information
transmise.

18
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

Le signal transmis est dégradé sous l’effet de plusieurs phénomènes :

o le bruit du récepteur d’une part, celui apporté par les amplificateurs en ligne, d’autre
part ;
o les défauts de propagation qui peuvent eux-mêmes se diviser en défauts linéaires
(dispersion chromatique, dispersion modale de polarisation) et non-linéaires (auto
modulation de phase, modulation de phase croisée, mélange à quatre ondes, effet
Raman stimulé, effet Brillouin stimulé, instabilité de modulation).

Certains de ces défauts se manifestent même en présence d’une seule porteuse et leur effet
peut être traité canal par canal dans lecas d’un système WDM. D’autres au contraire (Mélange
à quatre ondes, modulation de phase croisée) n’apparaissent qu’en présence de plusieurs
porteuses.

Les effets non linéaires [3] [4] [5] ne sont devenus importants qu’avec l’apparition des
amplificateurs à fibre et ceci pour deux raisons :

 les puissances injectées dans la fibre ont atteint des valeurs élevées (plusieurs dizaines
de dBm). Ces valeurs peuvent paraître modestes, mais il ne faut pas oublier que le
paramètre critique est la densité surfacique de puissance dans la fibre, égale au
rapport de la puissance transmise à l’aire efficace du mode, c’est-à-dire l’aire sur
laquelle est concentrée l’énergie. Rappelons qu’elle est typiquement de quelques
dizaines de mm2 (50 mm2 pour une fibre standard). Une puissance de 20 dBm (100
mW) correspond alors à une densité de 2 · 105 W/cm2 ;

 comme les effets linéaires, les effets non-linéaires se cumulent le long d’une liaison
amplifiée.

Effets linéaires et non linéaires ne peuvent pas en général être séparés, puisque la modulation
de phase induite par l’effet Kerr modifie la sensibilité du signal à la dispersion chromatique.
Nous allons examiner successivement les différents constituants du système qui viennent
d’être énumérés, l’émetteur, puis le récepteur, puis enfin les amplificateurs. Le calcul des
performances d’un système dans le cas le plus général où tous les phénomènes agissent
simultanément ne peut se faire qu’à l’aide de logiciels de simulation complexes. Pour
simplifier l’analyse et mettre en évidence les paramètres importants, nous traiterons un cas
simple dans lequel les défauts de propagation peuvent être oubliés.

19
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

I.3 Les différents systèmes


I.3.1 LAN: « Local Area Network»
Il est également nommé réseau de distribution ou d'accès. C'est la dernière partie du réseau de
télécommunication, celle qui relie l'abonné et le dernier autocommutateur. Sa longueur varie
de 2 à 50 km et sa capacité est au plus du même ordre de grandeur que celle du réseau
métropolitain.
Il est toujours constitué par une partie en fibre optique entre l'autocommutateur et la
terminaison de réseau optique suivie d'une partie en conducteur métallique qui va jusqu'au
terminal de l'abonné. Cependant, il est de plus en plus envisagé dans l'avenir de réduire la
contribution de l'électrique pour aller vers le tout optique dans le but d'augmenter le débit
disponible chez l'abonné

I.3.2 MAN: « Metropolitan Area Network »


Encore appelé réseau intermédiaire, le réseau métropolitain connaît en ce moment un véritable
essor. Déployé entre le dernier autocommutateur à autonomie d'acheminement du réseau
longue distance et une zone plus précise (arrondissement, campus, petite ville, ...), il possède
un environnement souvent très complexe et divers. Fondamentalement, on peut distinguer les
réseaux métropolitains structurants et métropolitains d'accès
Les réseaux métropolitains structurants sont généralement constitués d'anneaux de 80 à
150km de circonférence avec six à huit nœuds. En revanche, les réseaux métropolitainsd'accès
sont des anneaux de 10 à 40km de circonférence dotés de trois ou quatre nœuds avecdes
embranchements vers des sites distants. Suivant les réseaux ou les pays, ces chiffres peuvent
varier considérablement.

I.3.3 WAN: « Wide Area Network »

Cette partie du réseau, parfois également appelée réseau structurant, représente la couche
supérieure du réseau de télécommunications. Elle est comprise entre deux autocommutateurs
à autonomie d'acheminement, qui ont pour rôle d'aiguiller les informations d'une région à une
autre, de la zone de l'expéditeur vers celle du destinataire.
La transmission de ces informations se fait désormais sur fibre optique à une longueur d'onde
de 1,55μm et à un débit élevé qui ne cesse de s'accroître (les débits 2,5Gbits/s et 10Gbits/s
sont déjà installés et le 40Gbits/s le sera très prochainement)

Figure I. 2 –Schéma d’architecture des différents systèmes optique.

20
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

I.4 Système longue distance à fibre optique:

On utilise le terme backbone pour designer ce type de liaison, qui comprends des systèmes
terrestres ou sous-marins destinés à véhiculer des signaux à haute vitesse sur des longues
distances de plus de 1000Km, il s’agit de liaison pouvant utiliser des répéteurs pouvant
régénérer le signal optique, constitué par des régénérateurs optoélectroniques 3R
(Retiming, Reshaping, Regenerating), réalisent une amplification optoélectronique du signal
avec une double conversion : un dispositif convertit le signal optique en un signal
électronique, amplifie le signal électrique et le convertit en signal optique.

Dans un système WDM, chaque canal requiert un répéteur 3R. En plus chaque répéteur est
dépendant de la capacité du canal, donc il ne peut travailler que pour un canal donné un
protocole donnée et a une rapidité de transmission fixée.

Par contre l’utilisation d’amplificateurs optiques élimine cette double convention et permet
que la ligne de transmission soit indépendante de la rapidité de transmission, du protocole des
données et du canal en longueur d’onde. L’amplificateur optique est dit transparent, il
fonctionne sans convertir le signal dans le domaine électriques, propriétés sont très
intéressantes puisque les augmentations de capacité des systèmes se traduiront seulement par
un changement des terminaux émetteur-récepteur.

I.4.1 Les système Sous-marins :

Depuis l’installation des premiers câbles télégraphiques sous-marins, dans la manche dès
1852 et à travers l’Atlantique en 1864, l’histoire des câbles sous-marins a été constituée de
quelque longues périodes pendant lesquelles le réseau sous-marin se développait de manière
mesurée, tandis que la technologie utilisée mûrissait avec prudence.
Ces périodes de calme étaient séparées par des percées ou des « révolutions » technologiques
à l’issue desquelles l’ancienne technique était complètement abandonnée au profit de la
nouvelle qui offrait toujours de plus grandes capacités ou une meilleure qualité de
transmission pour un coût équivalent.

La période L’évènement
La première période de Les premiers câbles télégraphiques à un seul canal à travers
1852 à 1864 l’atlantique.
« réseau de câble »
La deuxième période de Câble coaxiaux avec transmission analogique du trafic
1950 à 1985 téléphonique.
Câbles électroniques à vide, puis les premiers amplificateurs à
semi-conducteurs.

La troisième période L’apparition des fibres optiques dans les câbles sous-marins et
1990 les amplificateurs optiques à fibres dopée (OADF).

Tableau I.1 : les 3 grandes périodes des câbles sous-marins.

21
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

I.4.1.1 Les systèmes avec régénération à 1300 nm :


Les premiers systèmes sous-marins optique utilisaient des régénérateurs optoélectroniques à
un débit de 280Mbit/s (multiplexages de deux trains primaires à 140Mbit/s) fonctionnant dans
la plage de longueur d’onde située autour de 1300nm ( à cause des incertitudes à l’époque sur
la fiabilité des lasers et sur les pertes par micro-courbures de la fibre à 1550nm, et également
parce qu’on ne disposait alors de manière industrielle ni de laser vraiment monomodaux
fréquentiellement, ni de fibre à dispersion chromatique nulle à 1550nm).

Le système offrait ainsi une capacité équivalente à ce qui se faisait de mieux en termes de
câbles coaxiaux tout en présentant un coût nettement inférieur, ceci étant dû essentiellement à
la fois à des économies sur le câble lui-même (nettement moins volumineux en optique) et à
l’augmentation de l’espacement entre répéteurs qui passe de 5km en transmission analogique
sur câble coaxial à 50km en transmission numérique sur fibre optique.

I.4.1.2 Les systèmes avec régénération à 1500 nm :


Peu de temps après ces premières réalisations fut conçu un nouveau type de système qui
utilisait la fenêtre autour de 1550nm (atténuation réduite de la fibre entraînant un
accroissement de la distance entre répéteurs) et des lasers réellement monomodaux (DFB)
permettant de réduire l’impact de la dispersion chromatique sur la qualité de transmission.

Ces innovations permirent d’augmenter le débit par fibre jusqu’à 560Mbit/s tout en divisant
au moins par deux le nombre de répéteurs avec des avantages significatifs associés en terme
d’investissement pour les opérateurs. Cette période, récente puisque nous parlons de la fin des

années 1980, vit également l’apparition d’unités de branchement optoélectroniques (avec


démultiplexage/multiplexage temporel électronique) permettant d’augmenter encore le
nombre de branchements sans augmenter le nombre de paires de fibres (limité à trois dans
lespremiers systèmes du fait de l’espace disponible dans les répéteurs).

I.4.2 les systèmes Terrestres


Il s’agit de réseaux de quelque centaine de Km reliant des grands centres urbainsreliés par des
multiplexeurs d’insertion extraction MIE, ADM, Add Drop Multiplexers qui permettent
d’extraire des canaux et aussi d’en rajouter sur la liaison.

La technologie DWDM s’adapte bien à ces réseaux est celle propre au SDH avec des boucles
en double anneau permettant en cas de panne d’un anneau de diriger les signaux sur l’autre.

Pour les systèmes DH à fibre optique, les débits sont typiquement 4x155Mb/s. (STM-4) et
16x155Mb. (STM-16) avec deux répéteur distants de plus de 80Km, ces réseaux sont flexible
vis-à-vis de la demande : actuellement à 2,48Gb. (STM-16) ils pourront être augmentés, à
l’aide du DWDM sur N canaux, à N*2.48Gb. Ou N*10Gb.La figure illustre un anneau SDH
pour réseau terrestre longue distance.

22
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

Figure I.3 : Anneau SDH pour réseau terrestre longue distance.

23
Chapitre 1 : Système de transmission par fibre optique

I.5 Conclusion :
L’évolution des communications optiques a permis aux systèmes de télécommunications
d’atteindre un niveau de performance extraordinaire et a grand ouvert les portes devant
l’apparition de nouvelles disciplines qui visent l’amélioration de l’existence et la création de
nouveaux dispositifs pour la transmission et le traitement du signal optique.

La rapidité et l’importance des progrès réalisés dans le domaine des télécommunications


entrainent de véritables bouleversements dans les structures des systèmes de transmission.

Nous avons parlé dans ce chapitre sur la structure d’un système de télécommunication, et on a
défini les différents systèmes existants, et on particulier les systèmes à longue distance à fibre
optique « sous-marin et terrestres ».

Dans le chapitre suivant nous allons expliquer l’amplification optique et détailler les
différents amplificateurs optiques utilisés.

24
Chapitre 2 : L’amplification optique

CHAPITRE 2 :
L’amplification optique

25
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.1 Introduction :
Il existe plusieurs mécanismes physiques différents qui peuvent être utilisés pour amplifier un
signal lumineux. Ils correspondent aux principaux types d’amplificateurs optiques. Dans des
amplificateurs à fibre dopée et lasers en vrac, l’émission stimulée dans l’amplificateur de
milieu de gain provoque une amplification de la lumière entrante. Nous avons aussi
les amplificateurs optiques semi-conducteurs qui utilisent un semi-conducteur pour fournir le
milieu de gain. Il existe des amplificateurs Raman. La diffusion Raman de la lumière entrante
avec des phonons dans le réseau du milieu de gain produit des photons cohérents avec les
photons entrants. Enfin, les amplificateurs paramétriques utilisent l’amplification
paramétrique

L’évolution des systèmes de transmission optique a connu une révolution avec la mise au
point et le développement industriel des amplificateurs optiques à la fin des années 80.

Trouvant désormais des fibres optiques à dispersion chromatique soit faible, soit opposée
(dite fibre à compensation de dispersion dont le sigle anglais est DCF), la principale
contrainte de ce support de transmission était devenue l’atténuation des signaux durant la
propagation. Or le photo-détecteur émettra un courant de qualité, codant correctement
l’information à transmettre, seulement si le photo-courant n’est pas noyé dans le bruit, et donc
si la puissance optique reçue est suffisamment importante.

L’amplification optique devient alors une alternative aux complexes répéteurs-régénérateurs


optoélectroniques. Elle permet de compenser ces pertes et de contrôler régulièrement la
puissance optique des signaux. Il est désormais possible de transmettre le signal optique sans
conversion sur une distance beaucoup plus importante.

L’amplification optique est à l’origine d’une véritable révolution dans le domaine des
télécommunications, vu les avantages que cette technologie procure en association avec le
multiplexage en longueur d’onde (WDM).

En effet, cette amplification peut intervenir sur l’ensemble des N longueurs d’onde d’un
multiplex, sans distorsion du signal utile. Il évite donc une conversion optoélectronique et une
amplification électrique sur chaque canal, donc N amplificateurs électriques.

Dont le but de l’amplification optique est de :

 C’est de réduire les effets de la dispersion chromatique et de l’atténuation du


signal optique sur les parcours optique les plus longs.
 L’amplificateur optique ré-amplifié le signal sans transformation (opt/elect).
 Permettre de prolonger les distances que l’on peut atteindre avec un système de
télécommunication basé sur la fibre optique en silice répondant à la norme
« G652 » parfois appelée par abus de langage SMF-28.

26
Chapitre 2 : L’amplification optique

Les systèmes de télécommunication sont directement dépendant des caractéristiques de cette


fibre en silice. L’atténuation en dB/Km est représentée ci-dessus pour cette fibre en fonction
de la longueur d’onde :

Figure II.1 : l’atténuation de la fibre G652 en fonction de la longueur d’onde

On voit les trois fenêtres prédilection des télécommunications par fibre optique :

_ La région des 800 nm

_ La région des 1300 nm

_ La région des 1500 nm

Ces trois fenêtres sont séparées par des pics d’absorptions provenant des ions OH qui
proviennent des molécules d’eau intervenant lors de la fabrication de la fibre.

Figure II.2 : les fenêtres des télécommunications

On remarque que cette fibre permet des atténuations faibles, toujours situées entre 0.17
dB/km et 0.25 dB/km sur la plage spectrale 1440 nm _ 1625nm, soit un peu moins de 200nm
de large autour de 1550nm.

Précision que la fibre G652 est donc bien étendu, une fibre monomode à 1550 nm.

27
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.2 Principe du fonctionnement général de l’amplification optique :

L’amplification optique repose sur le phénomène d’émission stimulée, Le signal est amplifié
dans un guide (semi-conducteur ou fibre) grâce à un apport extérieur d’énergie appelé
pompage (courant injecté ou source de lumière) qui vient créer une inversion de population.
La recombinaison électron-trou peut ensuite être provoquée par un photon incident, ce qui
donne naissance à un deuxième photon de même fréquence, de même phase et même
direction.

Cette émission est dite stimulée et conduit à une amplification du signal.


En même temps, la recombinaison peut se faire sans la présence d’un photon incident.
Ces photons, émis de façon spontanée, de manière non cohérente, constituent le bruit de
l’amplification optique.

L’ensemble des photons, originels ou pas, subissent une série d’amplifications. Les photons
spontanés seront aussi amplifiés, ce qui définit la source de bruit appelée ESA (Emission
Spontanée Amplifiée).

L’amplificateur optique fonctionne par émission stimulé à partir de l’état excité d’un atome
ou d’un ion. Cet ion est pompé optiquement pour que ses électrons passent d’un état
fondamental à un état dit métastable, le signal à amplifie génère alors une émission stimulée à
partir de ce niveau. Les photons ainsi crées vont en générer de nouveaux par un effet cascade,
on peut atteindre un gain très important.

Figure II.3 : l’effet cascade des photons.

28
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.3 L’émission stimulée :


Un laser est un dispositif qui émet de la lumière grâce au phénomène d’émission stimulée. En
effet, dans un semi-conducteur, un électron peut passer d’un état à un autre de trois façons
(Figure II- 4) :

− L’émission spontanée :
De sa propre initiative, l’électron peut tomber dans un état moins énergétique non occupé (il
passe d’un état ionisé à un état lié), en émettant un photon spontané.

− L’absorption :
En absorbant un photon, l’électron peut être amené dans un état plus énergétique. Il passe de
l’état lié (électron et trou combinés) à l’état ionisé (électron dans la bande de conduction et
trou dans la bande de valence).

− L’émission stimulée :
Frappé par un photon, l’électron peut retomber dans l’état le moins énergétique (état lié) en
émettant un photon stimulé dont le rayonnement correspond à la même longueur d’onde, la
même phase, le même état de polarisation et la même directivité spatiale que le photon
incident. On parle alors de lumière cohérente. Avec l’émission stimulée s’introduit la notion
de gain ou d’amplification du rayonnement incident puisque, à partir d’un photon, on en
obtient deux.

Figure II.4 : Schéma des processus d’émission spontanée (a), d’absorption (b) et d’émission
stimulée (c).

Statistiquement, à l’état naturel, un photon émis peut de nouveau être absorbé par un électron
et globalement, l’émission et l’absorption se compensent. Pour obtenir l’effet laser et donc
rendre l’émission stimulée prépondérante, deux conditions doivent être réalisées :

a. Il faut qu’il y ait suffisamment d’électrons dans l’état d’énergie supérieure. Ceci est réalisé
par ce qu’on appelle une inversion de population. Dans un semi-conducteur, cette inversion
est réalisée par l’opération de pompage qui consiste à fournir de l’énergie aux électrons afin
qu’ils passent dans la bande de conduction.

b. Il faut qu’il y ait suffisamment de photons excitateurs. Pour cela, on oblige l’énergie
lumineuse à s’accumuler sur place en enfermant le semi-conducteur dans une cavité résonante
constituée, par exemple, par un résonateur du type Pérot-Fabry.
Les photons d’émission spontanée amorçant la réaction, lorsque ces deux conditionssont
réunies, l’effet laser peut se produire.
II.4 Les paramètres caractéristiques d’un amplificateur optique
29
Chapitre 2 : L’amplification optique

Les paramètres les plus importants caractérisant un amplificateur sont présentés comme suit :
 Bande spectrale (dans la quel il y a du gain)
 Gain (en débit)
 Efficacité du gain (rapport gain/puissance de pompe en dB/mW)
 Puissance de saturation (puissance maximum de sortie de l’amplificateur.
 Facteur de bruit
 Sensibilité du gain à la polarisation du signal
 Longueur d’onde de pompe
 Efficacité du couplage de la pompe et du signal
 Sensibilité aux fluctuations du signal (modulation) et de la pompe.
 Diaphonie dans le cas de communication WDM.

II.5 Les type des amplificateurs :


Il existe trois grandes familles d’amplificateurs optiques :
1. Les amplificateurs à semi-conducteur
2. Les amplificateurs dopés à terre rare
3. Les amplificateurs à effet Raman

Amplificateurs Optiques

Amplificateurs à effet Amplificateurs à effet


Laser Raman

SOA EDFA

Figure II.5 : les différents types d’amplificateurs.

II.5.1 Les amplificateurs optiques à effet Raman


30
Chapitre 2 : L’amplification optique

Les amplificateurs Raman n'utilisent pas les transitions atomiques d'ions dopés terres-rares
dans les fibres mais se basent sur un échange d'énergie par diffusion Raman.
Les amplificateurs Raman prennent une part non négligeable dans les systèmes de
télécommunications. Ils sont basés sur le principe de la diffusion Raman, qui est un effet non
linéaire à deux photons dans lequel un photon de pompe est absorbé et un photon de plus
faible énergie est émis en même temps qu’un phonon.
Ce phénomène peut être spontané, s’il n’y a pas de photon signal, ou stimulé par la présence
d’un photon signal. Ainsi, dans le cas de l’amplificateur Raman, l’onde incidente, dite onde
de pompe, stimulée par l’onde signal, va créer une autre onde signal, et un phonon.
L’amplification est alors réalisée. [8]

L’effet RAMAN :
Set un phénomène physique de diffusion moléculaire de la lumière mis en évidence
expérimentalement en 1928 par le physicien indien Chandrasekhar Venkata Raman, lauréat
du prix Nobel en 1930.
Les atomes constituants de la matière sont en constante vibration. Quand une lumière est
envoyée sur un objet, elle va lui fournir de l’énergie. Cette énergie va alors modifier la
vibration des liaisons chimiques entre les atomes.

Les deux variantes

L’effet Raman spontanée

Il ne s’agit pas d’un phénomène qui apporte à l’amplification mais plutôt d’un effet parasite :
on parle d’émission spontanée.

Figure II.6 : Raman spontanée

L’effet Raman stimulée


31
Chapitre 2 : L’amplification optique

C’est l’effet recherche pour l’amplification optique, lorsque un atome se trouve au niveau
excité E2, un photon incident d’énergie E2-E1 peut forcer l’atome à revenir au niveau E1.
L’atome émet alors un nouveau photon d’énergie E2-E1.
Un phénomène de duplication de photons à la longueur d’onde du signal

Figure II.7 : Raman stimulée

II.5.1.1 Structure

Figure II.8 : Structure de l’amplification par effet RAMAN

II.5.1.2 Principe de fonctionnement

Dans un amplificateur de Raman, le signal est amplifié par une amplification Raman. A la
différence du SOA et du EDFA, l’effet d’amplification est réalisé par une interaction non
linéaire ; entre le signal et un laser de pompage dans une fibre optique. Il existe deux types
d’amplificateur Raman : distribué et localisé. Un amplificateur Raman distribué est celui dans
lequel la fibre de transmission est utilisée comme milieu de gain par multiplexage de longueur
d’onde de pompe avec une longueur d’onde de signal. Tandis qu’un amplificateur Raman à
constantes localisées utilise une plus courte longueur de la fibre dédiée pour fournir
l’amplification. [8]

32
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.5.1.3 Les caractéristiques :

Pour les télécommunications optiques usuelles à 1550 nm, il faut donc utiliser un laser pompe
autour de 1450 nm.

Figure II.9 : la longueur d’onde ou il a le max du gain

II.5.1.4 les avantages et inconvénients

 Les avantages :
 Elle ne nécessite pas de fibres spéciales. Elle peut donc être utilisée
directement dans les fibres de communication et elle se répartit naturellement
le long de la fibre
 Une amplification distribuée dégrade moins le rapport signal à bruit qu'une
amplification localisée
 L'amplification Raman présente également des atouts non négligeables dans
les communications multiplexées en longueurs d'ondes car sa bande passante
de gain est supérieure à celles offertes par les autres techniques
d'amplification. En revanche

 Les inconvénients
 elle requiert une forte puissance optique de pompage.

33
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.5.2 Les amplificateurs optiques à semi-conducteurs (SOA)

Les amplificateurs optiques semi-conducteurs (SOA) sont des amplificateurs qui utilisent un
semi-conducteur pour fournir le milieu de gain. Ainsi, ces amplificateurs ont une structure
similaire à celle des diodes laser Fabry-Pérot. Mais avec des éléments de conception
antireflets sur les faces frontales. Les modèles récents comprennent des revêtements anti-
réfléchissants et inclinés et des zones qui peuvent réduire la face de réflexion à l’extrémité à
moins de 0,001%.
En conséquence cela crée une perte d’énergie qui empêche l’amplificateur d’agir comme un
laser. Un autre type de SOA se compose de deux régions. Une partie a la structure
d’une diode laser de Fabry-Pérot et l’autre a une géométrie conique afin de réduire la densité
de puissance sur la facette de sortie.[3]

II.5.2.1 Structure générale des amplificateurs optiques à semi-conducteurs.

Figure II.10 : Structure d’un SOA.

II.5.2.2 le fonctionnement du SOA

Les SOA sont composé d’une diode laser sans miroir qui est couplée à chaque extrémité à des
fibres optiques. Le signal lumineux de chaque fibre est amplifié à travers la diode laser.
Le principe du SOA est basé sur une création d’une inversion de population utilisée pour
l’amplification du signal optique d’entre via émission stimulé. et cette inversion est réalisé par
injection d’un courant électrique
Une bande de conduction et la bande de valence sont séparées par un gap d’énergie Eg.
Le courant d’injection mène à générer des paires électron-trous dans les bandes de
conductions et de valence respectivement. Ainsi la distribution dans chaque bande peut être
décrite par deux niveaux quasi-fermis (notés Efc et Efv).
La position de ces niveaux est déterminée par le courant d’injection (stimulé l’émission). [3]

Figure II.11 : Le fonctionnement du SOA


34
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.5.2.3 les Caractéristiques des SOA

 Puissance de saturation
A partir d’une certaine puissance du signal d’entre, la forte intensité de l’émission
stimulé entraine une réduction de l’inversion de population, ce qui réduit le gain
optique.

Figure II.12 : Puissance de saturation d’un SOA.

 Sensibilité du gain à la polarisation


Se traduit par des gains différents pour les composantes transverse électriques (TE)
et transverse magnétique (TM).
Plus est sensible à la polarisation de l’onde incidente, il ne pourra amplifier que des
signaux d’une polarisation donnée.
Des solutions ont été mise au point pour les amplificateurs SOA afin de diminuer la
sensibilité à la polarisation, telle que les techniques de puits quantiques.

Figure II.13 : Sensibilité du gain à la polarisation.

 Facteur de bruit
Certaines photons de l’émission spontanée se voient amplifié et superpose au signal
qui se trouve alors bruité.
On définit le facteur de bruit F dont la limite théorique est estimée à 3db. (F= 6db
pour la SOA)
F=(S/N)in/(S/N)out

35
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.5.2.4 Utilisation des SOA dans les réseaux de télécommunications optiques

Les amplificateurs optiques à semi-conducteurs (SOA) sont utilisés dans les réseaux de
télécommunications, où ils peuvent servir d'amplificateurs optiques mais également à réaliser
diverses fonctions optiques.

Le réseau optique longue distance en place est suffisant pour gérer l'évolution future des
réseaux métropolitains qui sont amenés à se développer. Ces derniers ont en effet peu évolué
et le développement rapide de la demande de débit au niveau des clients (associée à des
offresnouvelles telles que la vidéo à la demande, la voix sur IP ou les nouvelles solutions
d'accès mobile) doit les amener à se transformer.

Un élément clé de ces réseaux reste l'amplification en ligne, indispensable au budget optique
des liaisons.
Cette amplification devra cependant être d'un coût réduit et permettre l'amplification des
spectres DWDM et CWDM. Les SOA sont de bons candidats puisque de récents travaux ont
montré la possibilité d'amplifier tout un spectre CWDM avec un seul composant.

Les réseaux d'accès sont également amenés à se transformer. De récents rapports Préconisent
l'utilisation de solutions tout-optiques pour le développement de ces réseaux locaux à très haut
débit, et le développement de raccordements optiques est de plus en plus soutenu dans le
monde. Ces réseaux nécessitent eux aussi des solutions d'amplification bas coût et le grand
nombre potentiel d'éléments optiques d'extrémité de réseau (ONU) à installer imposent des
solutions achromatiques afin d'en réduire le coût et la durée de vie face aux évolutions du
réseau. [7]

II.5.2.5 les avantages et inconvénients

 Les avantages :
Le pompage est électrique, plus besoin de produire une lumière laser pour faire le
pompage optique
 Les inconvénients :
Introduction du bruit

36
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.5.3 Les amplificateurs optiques à fibre dopée à l’erbium (EDFA)

Les amplificateurs à fibres dopées (DFA) sont des amplificateurs optiques. Ils utilisent une
fibre optique dopée pour amplifier un signal optique. Ils sont liés à des lasers à fibre. Le
signal à amplifier et un laser de pompage sont multiplexées dans la fibre dopée, et le signal est
amplifié grâce à l’interaction avec le dopage des ions. L’exemple le plus courant est l’Erbium
Doped Fibre Amplifier (EDFA). Dans ce dernier, le noyau d’une fibre de silice est dopée
avec des ions erbium trivalent et peut être efficacement pompé par un laser à une longueur
d’onde de 980 nm ou 1480 nm ; cela représente gain dans la région de 1.550 nm.[2]
L’amplificateur à fibre dopée Erbium consiste en une courte section de fibre optique
possédant une fraction de l’élément terre rare l’erbium sous la forme d’ions Er3+.
L’amplification optique repose sur la possibilité d’amplification stimulée optique par
l’émission stimulée de lumière, grâce à un signal de pompe par laser.

L’élément Erbium
 Nombre d’atome : 68
 Masse atomique : 167.259
 Densité : 9.07 g/cm3
 Etat à température ambiante : solide
 Classification : métal
68 Er
 Groupe : lanthanide
 Nombre d’isotope stables : 6 Erbium
 Energie d’ionisation : 6.108 eV 168.259
 Etat d’oxydation : +3
 Famille : terre rare.
Seule terre rare active à des longueurs d’onde comprenant la bande C télécom (15530nm –
1560nm), et il réagit comme un système à trois niveaux.

L’émission stimulée de l’élément Erbium


Les ions Er3+, insérés dans la matrice amorphe de silice, matériau constituant la fibre optique,
présentant un diagramme énergétique simplifié à trois niveaux

Les ions erbium sont excités par les longueurs d’onde suivantes : 514nm, 532nm, 667nm,
980nm, 1480nm. Les 2 dernières longueurs d’onde sont les longueurs d’ondes du signal de la
pompe.

Figure II.14 :L’émission stimulée d’Erbium

37
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.5.3.1 la structure de l’EDFA

Figure II.15 :La structure de l‘EDFA.

II.5.3.2 Le principe de fonctionnement de l’EDFA

Le signal à amplifier est mélangé à un signal de pompe de forte puissance (de 10 à 200 mW
typiquement) grâce à un multiplexeur de longueurs d’onde, et le signal résultant est injecté
dans la fibre dopée Er3+. Deux longueurs d’onde sont disponibles pour le signal de pompe
980nm et 1480nm.
Le signal de pompe provoque une inversion de population des ions Er3+ et le milieu devient
amplificateur vis-à-vis du signal optique d’entrée.
Lorsque l’émission stimulée domine, elle donne lieu à de l’amplification optique. Cela dit :
trois phénomènes coexistent toujours : absorption, émission spontanée, émission stimulée.[2]

Figure II.16 :Le principe de fonctionnement.

38
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.5.3.3 les Caractéristiques des EDFA

Les caractéristiques techniques principales des EDFA sont les suivantes :


 Le gain de l’amplificateur (rapport de dB de la puissance de sortie sur la puissance
en entrée) : de l’ordre de 20 dB
G=Ps/Pe

Figure II.17 : Lavariation du gain d’un EDFA.

 Le niveau de puissance de saturation Ps du gain de l’amplificateur, qui chiffre la


puissance de sortie pour laquelle le gain de l’amplificateur sature déjà :
Typiquement 1 à 10 mW.
 La bande spectrale d’amplification ∆ƛ : typiquement 25 nm.
 Le facteur de bruit F, qui chiffre la dégradation du rapport signal à bruit à la
traversée de l’amplificateur du fait de l’amplification de l’émission spontanée
(ASE) : typiquement 6 à 8 dB

II.5.3.4 les avantages et inconvénients

 Les avantages :
 Réduction de la complexité du cout
 Amélioration de la fiabilité
 Transparence vis-à-vis du signal transmis
 Faible dépendance vis-à-vis de la polarisation du signal
 Amplification simultanée d’un grand nombre de longueurs d’onde
multiplexées

 Les inconvénients :
 Pas de régénération : ne compose pas la dispersion, accumulation du bruit

39
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.6 Comparaison entre amplificateur SOA et EDFA :

Pour les systèmes de transmission optique à grande distances et à débit élevés, EDFA est
mieux que SOA
L’amplificateur à semi-conducteur n’apparaît que très peu dans un système de transmission,
car il présente aujourd’hui des caractéristiques assez peu favorables, au regard des EDFA. On
notera cependant qu’il est le meilleur candidat à 1,3 μm. De plus, il se prête à l’intégration
monolithique, ce qui est difficilement réalisable avec les EDFA.

L’apparition de ces derniers a néanmoins eu des conséquences fondamentales. Ils ont permis
de fabriquer un milieu de propagation sans perte sur une très grande distance dans les
systèmes de transmission travaillant à 1,55 μm. En les insérant périodiquement, ils trouvent
leur application dans les liaisons sous-marines. Ils introduisent de plus faibles pertes
d’insertion, une faible distorsion du signal, un gain plus important et sont insensibles à la
polarisation de la lumière incidente contrairement aux AOSC. Ceci conduit à préférer les
EDFA. Leur plus gros défaut est leur limite à amplifier uniquement autour de 1550 nm.

Caractéristique SOA EDFA

Gain maximum 20 – 35 dB 30 – 50 dB
Bande de longueur d’onde 1280 – 1650 nm 1530 – 1560 nm
Bande passante à -3 dB 30 – 80 nm 35 nm
Perte d’insertion 3 dB 0.1 – 2 dB
Puissance de saturation à la 5 – 15 dBm 10 – 20 dBm
sortie
Facteur de bruit 7 – 12 dBm < 5 dB
Facilité d’intégration oui non
Temps de récupération du < 1 ns < 10 ms
gain
Sensibilité à la polarisation < 2 dB non
Alimentation électrique optique

Tableau II.1 : Comparaison entre EDFA et SOA.

40
Chapitre 2 : L’amplification optique

II.7 Conclusion :
Dans ce chapitre on a expliqué le principe général de l’amplification optique, son
fonctionnement et son rôle.

Et puis on a présenté les différents amplificateurs optiques, leur caractéristique, leur


fonctionnement et les avantages et les inconvénients de chaque type d’amplificateur.
Ainsi on a fait une comparaison entre l’amplificateur EDFA et l’amplificateur SOA.

Lesamplificateurs optiques se considèrent comme un facteur essentiel pour l’amélioration des


autoroutes de la lumière : « fibre optique».

41
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

CHAPITRE 3 :
Système à fibre optique
amplifié

42
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

III.1Introduction :
Le choix d’un amplificateur optique doit cependant se faire en fonction de son rôle. Ilpeut
servir d’amplificateur de puissance en émission (booster), de préamplificateur en réception ou
d’amplificateur en ligne.

Selon l’utilisation qui en est faite, les paramètres diffèrent.

On demandera par exemple à un amplificateur de puissance d’être capable de délivrer une


puissance de sortie élevée et ses caractéristiques de bruit seront assez peu critiques, tandis
qu’un préamplificateur doit être le moins bruyant possible.

L’amplificateur en ligne sera un compromis à tout cela afin à la fois de ne pas dégrader la
qualité du signal transmis et allonger la distance de transmission.

43
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

III.2 Les systèmes amplifiés :

III.2.1 Systèmes amplifiés monocanal et multicanaux :

Comme il a déjà été indiqué, l’amplification optique et la technique de multiplexage en


longueur d’onde sont très étroitement liées :
La transmission simultanée de plusieurs porteuses optiques permet de partager entre elles le
coût de l’amplification et d’utiliser de manière efficace la bande de gain de l’amplificateur.
Cette dernière augmente d’ailleurs de manière continue, des amplificateurs de 80 nm de bande
existent aujourd’hui et les 100 nm seront dépassés bientôt. Un autre avantage évident du
multiplexage en longueur d’onde est de permettre d’augmenter de manière considérable la
capacité de transmission d’une fibre donnée, donc d’augmenter la capacité d’un réseau
existant sans installation de nouvelles infrastructures.

La figure III.1représentant le schéma typique d’un système de transmission utilisant le


multiplexage en longueur d’onde met en évidence les avantages de cette technique.

Figure III.1 : Transmission de plusieurs porteuses optiques

Dans les réseaux terrestres, les systèmes amplifiés, aujourd’hui en service, sont tous des
systèmes WDM. Des équipements à 8, 16,32 ou 64 canaux avec un débit de 2,5 Gbit/s par
canal sont aujourd’hui proposés par de nombreux constructeurs et ont été installés dans les
réseaux d’opérateurs, en particulier en Amérique du Nord.

Des systèmes à 10 Gbit/s existent également, mais sont moins répandus, car les problèmes
posés par leur introduction dans les réseaux terrestres sont plus difficiles, en tout cas pour des
distances de transmission importantes, comme il sera expliqué plus loin : une différence
essentielle entre les systèmes à 2,5 et 10 Gbit/s est en particulier la nécessité de la
compensation de la dispersion chromatique dans le second cas, dès lors que l’application est
la transmission sur des distances supérieures à la cinquantaine de kilomètres sur fibre
standard.

44
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

Les premières générations de systèmes sous-marins optiques amplifiés ont été en revanche
des systèmes monocanal, avec un débit de 2,5 Gbit/s. Mais actuellement, l’évolution dans le
domaine sous-marin va aussi vers le multiplexage en longueur d’onde, qui permet
d’augmenter la capacité transmise sur une seule fibre.

Plusieurs systèmes existants ont vu leur capacité augmentée par passage de la transmission
monocanal au multiplexage en longueur d’onde, avec un débit de 5 Gbit/s par canal. Le plus
récent des systèmes transatlantiques, qui est en cours de définition, le TAT 14, transportera16
canaux à 10 Gbit/s par fibre.
On mesurera le chemin parcouru en dix ans depuis le TAT 8 (280 Mbit/s sur une fibre, avec
des répéteurs régénérateurs).

Mentionnons, enfin, les systèmes « sans amplificateurs en ligne » (repeater lesssystems) dans
lesquels la portée la plus grande est recherchée sans recours à un équipement d’amplification
ou de régénération en ligne : ce sont, par exemple, les festons, ces câbles sous-marins qui
unissent deux points d’une côte et dans lesquels, pour des raisons de fiabilité et de
maintenance, on veut éviter tout équipement immergé.

Les amplificateurs d’émission et de réceptionsont de ce fait installés à terre. Dans ce cas, pour
arriver à couvrir des distances qui peuvent atteindre 300 ou 400 km, la puissance envoyée en
ligne est très importante, souvent supérieure à 20 dBm, atteignant même aujourd’hui 30 dBm,
ce qui conduit à des effets non-linéaires très importants [6].

Les phénomènes qui contribuent à la dégradation de la qualité du signal au cours de sa


propagation sont :

 l’accumulation du bruit d’émission spontanée des amplificateurs ;


 les effets linéaires (dispersion chromatique, dispersion modale de polarisation) ;
 les effets non-linéaires (automodulation de phase, instabilité de modulation,
modulation de phase croisée, mélange à quatre ondes, effets Brillouin et Raman
stimulés) lorsque la puissance émise est suffisante.

Les paramètres importants dans la conception sont le pas d’amplification (qui détermine le
gain des amplificateurs et donc le bruit accumulé comme on le verra plus loin), la puissance
émise, la dispersion chromatique. Cette dernière peut être compensée, au moyen de fibre
compensatrice ou de réseaux de Bragg photoinscrits ; en régime non-linéaire, les
performances du système dépendent fortement de l’emplacement des compensateurs,
puisqu’effets linéaires et non-linéaires ne peuvent être séparés, comme il a été montré dans
l’article référencé [11] : la carte de dispersion (dispersion map), c’est-à-dire la représentation
de la dispersion cumulée en fonction de la distance est donc une caractéristique fondamentale
du système.

45
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

III.2.2 position des amplificateurs optique dans les systèmes :

III.2.2.1 Utilisation d’un amplificateur optique en préamplificateur de réception :

Figure III.2 : L’amplification à la récéption

L’amplificateur optique peut être utilisé de trois manières différentes, comme amplificateur
de puissance à l’émission (en anglo-américain booster), comme amplificateur en ligne, et
comme préamplificateur de réception. C’est cette dernière utilisation que nous allons
examiner maintenant, en montrant comment il améliore de manière considérable la sensibilité
du récepteur optique.

L’analyse d’un récepteur en présence d’émission spontanée amplifiée (ESA) est


qualitativement différente de l’analyse d’un récepteur dans un système conventionnel. L’ESA
produit trois types de composantes de bruit [1] :

 le premier est un bruit de grenaille supplémentaire apporté par la puissance


optique de bruit ; il est en général négligeable. Il est en effet bien inférieur au
bruit de grenaille lié au signal, lui-même négligeable dans les récepteurs usuels
devant les autres sources de bruit ;
 les deux autres proviennent du fait que le courant à la sortie dela photodiode est
proportionnel à l’intensité optique incidente, celle-ciétant proportionnelle au
carré du champ électromagnétique.Cette non-linéarité de la photodiode (loi
quadratique) mélange lesfréquences pour produire deux sortes de battements.

46
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

En effet, le détecteur opère une détection quadratique de lasomme S + N du signal S et du


bruit N de l’amplificateur : il enrésulte deux termes de bruit, l’un 2SN égal au produit du bruit
par lesignal que l’on appelle le battement « signal-spontané » ou SSP,l’autre au carré du bruit
N2, que l’on appelle le battement « spontané-spontané » ou SPSP. (Figure III.3).

Figure III.3 :Représentation schématique des battements sur le détecteur quadratique

Comme la puissance de signal est toujours grande devant la puissance de bruit d’émission
spontanée, on peut penser que le terme dominant est le bruit de battement signal-bruit
d’émission spontanée dans le détecteur quadratique. Le battement SPSP doit néanmoins être
pris en compte dans la plupart des cas : sa contribution ainsi que celle du bruit de grenaille
supplémentaire peut être limitée par un filtre optique placé devant le photodétecteur.
Dans les systèmes WDM, cette fonction de filtrage est remplie par le démultiplexeur chargé
de séparer les canaux.

Supposons donc un filtre optique parfaitement rectangulaire de bande Ba placé devant le


détecteur. On montre que, si le gain G du préamplificateur est assez grand pour que toutes les
contributions autres que les battements SSP et SPSP soient négligeables, la probabilité
d’erreur est donnée par [1] :

Pe = erfc (1)
√ √

Avec : ∞=
∗ ∗ ∗ ∗

L’influence du bruit thermique de l’électronique qui suit le photo-détecteur est complètement


éliminée parce que, comme dans les récepteurs radioélectriques, le facteur de bruit du
préamplificateur électronique est masqué par le gain du premier étage.
47
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

La présence de m, valeur de la bande du filtre optique normalisée par la largeur de bande du


filtre électrique, traduit l’influence du bruit de battement spontané-spontané, dont la puissance
dépend de la bande du filtre optique.

Si la bande du filtre optique est assez faible, le récepteur est alors seulement limité par le
battement SSP du bruit d’émission spontanée amplifiée avec le signal. La relation (1) donne
dans ce cas (en faisant m = 0) :

Pe = erfc = (2)
∗ ∗ ∗ ∗

La dégradation par rapport au cas idéal d’un récepteur sans bruit thermique et avec un
détecteur parfait est donnée par 10 lg 2nsp. En d’autres termes, il faut une puissance
supérieure de 10 lg 2nsp, pour garantir la même probabilité d’erreur.

En supposant une valeur usuelle de nsp de 1,5, la relation (2) montre que la dégradation
comparée au cas idéal ou seul existe le bruit de grenaille est 4,7 dB, ce qui prouve
l’amélioration apportée par le préamplificateur optique puisque les récepteurs usuels
présentent couramment des écarts de 15 ou 20 dB par rapport à la limite quantique.
La relation (2) permet d’obtenir un ordre de grandeur de la sensibilité d’un récepteur avec
préamplificateur : supposons nsp égal à 1,5 et une bande B de 1,7 GHz (valeur typique pour
un débit de 2,5 Gbit/s puisqu’une valeur empirique de B est 0,7 fois le débit).

Pour obtenir une probabilité d’erreur de 10-9, il faut un facteur de qualité Q égal à 6, soit
Ps = 12nsphnsB, soit, tous calculs faits, une puissance crête de - 40 dBm, soit encore une
puissance moyenne égale à - 43 dBm, valeur conforme aux résultats de mesure sur des
récepteurs existants. La présence du battement spsp introduit une pénalité qui peut être
calculée à partir de (1).

Comme la détection directe est utilisée dans l’immense majorité des systèmes de
communications optiques, le facteur de bruit est très souvent défini à partir de la relation (2),
c’est-à-dire comme 2nsp/C1, soit deux fois la valeur donnée par la relation (2).
Le facteur de bruit minimal d’un amplificateur est, selon cette définition, de 3 dB.

III.2.2.2 Utilisation des amplificateurs optiques comme amplificateurs en ligne :

48
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

Figure III.4 : l’amplification en ligne

Comme déjà indiqué, l’insertion périodique d’amplificateurs optiques en ligne compensant les
pertes de la fibre permet d’augmenter la distance de transmission. De plus le remplacement
des répéteurs régénérateurs électroniques par des amplificateurs procure (au moins
théoriquement) la transparence, c’est-à-dire l’absence d’équipements dépendant de la
fréquence de rythme, et une simplification parce qu’un amplificateur optique à fibre est a
priori plus simple et plus fiable qu’un répéteur-régénérateur optoélectronique.

Enfin, pour comparer les deux solutions d’un point de vue économique, il faut tenir compte
du fait que le coût d’un amplificateur est partagé entre tous les canaux du multiplex alors qu’il
faut un répéteur-régénérateur par canal. La contrepartie de l’amplification optique est
néanmoins l’accumulation du bruit et des autres distorsions le long de la ligne.

L’analyse qui suit s’applique aussi bien à un système transmettant un seul canal qu’à un
système transmettant un multiplex WDM.

Dans ce dernier cas, le gain et le facteur de bruit sont relatifs à la longueur d’onde du canal
considéré, puisqu’ils dépendent de la longueur d’onde.

III.2.2.2.1 Accumulation du bruit d’émission spontanée amplifiée :

Les bruits d’émission spontanée amplifiée engendrés par les amplificateurs successifs se
cumulent. Supposant N amplificateurs de gain G compensant exactement les pertes du
tronçon de fibre compris entre deux amplificateurs, les puissances de bruit de ceux-ci
s’additionnent exactement et la densité spectrale de bruit totale
Par mode à l’entrée du récepteur est :

( )
ESA(v) = nsp N(G-1)hvs = nsp (G-1) hvs = nsp α L hvs (3)

Avec L : longueur totale de la liaison,

La : pas d’amplification

α : facteur d’atténuation de la fibre relié au gain G


par G= ∝

Pour conserver le même rapport signal à bruit pour un pas d’amplification donné La, la
puissance totale de sortie (en dBm) doit être augmentée de 10 lg N.

49
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

On caractérise généralement le bruit d’ESA accumulé par le rapport signal à bruit optique R0,
rapport de la puissance moyenne de signal Pm à la puissance de bruit d’ESA dans une bande
de référence B0, la plupart du temps correspondant à une variation de longueur d’onde de 0,1
nm autour de 1,55 mm, soit 12,4 GHz :
R0 = Bo
(4)

Figure III.5 : Puissance nécessaire par canal en fonction du pas d’amplification

En pratique, c’est la valeur, en dB, SNR0 = 10 lg R0 qui est utilisée.

III.2.2.2.2Limitations imposées par la non-platitude du gain :

Un amplificateur n’a pas une courbe de gain plate, c’est-à-dire que le gain vu par les
différents canaux n’est pas le même ; certains verront un gain supérieur, d’autres un gain
inférieur à l’atténuation du tronçon de fibre séparant deux amplificateurs.

Figure III.6 : Spectres des canaux à la sortie de quatre amplificateurs en cascade

Cette disparité (figure 6) constitue une limitation importante pour les systèmes multiplexés en
longueur d’onde. Pour l’illustrer, nous considérerons le cas d’un canal transmis au travers

50
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

d’une succession d’amplificateurs de gain identique, qui peut être soit supérieur, soit inférieur
aux pertes du tronçon de fibre séparant deux amplificateurs.
On appelle a le produit AG, c’est-à-dire que 10log(a) représente la différence, en dB, entre le
gain de l’amplificateur et l’atténuation de la fibre.

Calculant la puissance de signal et la puissance de bruit accumulée, on montre que le rapport


signal à bruit SNR(n) en sortie de l’amplificateur de rang n est relié au rapport signal sur bruit
SNR(1) en sortie de l’amplificateur d’émission par la relation :
( )
SNR(n)= SNR(1)+10log (5)

Dans le cas limite où a est égal à 1, la relation (5) donne :


SNR(n) = SNR(1) - 10 log n (6)

On retrouve un résultat en accord avec le cas usuel. La puissance de signal reste inchangée le
long de la ligne puisque les amplificateurs compensent les pertes et les contributions de bruit
des amplificateurs s’ajoutent, d’où la perte de 10 lg n sur le rapport signal sur bruit (en dB).

La figure 5représente en fonction du rang de l’amplificateur dans une liaison WDM amplifiée
la variation du rapport signal sur bruit SNR(n) en fonction de n pour différentes valeurs de 10
lg a (en dB). 10 lg a < 0 (resp. > 0) correspond au cas où le gain de l’amplificateur est
inférieur (resp. supérieur) à l’atténuation des tronçons de fibre.

Lorsque 10 lg a est négatif, le rapport signal sur bruit diminue constamment et d’autant plus
rapidement que l’écart entre l’atténuation et le gain est grand. Au-delà d’un certain rang, SNR
diminue linéairement de 10 lg a (dB) à chaque bond

Figure III.7 :Variation du rapport signal sur bruit en fonction du rang de l’amplificateur

III.2.2.2.3 Bénéfice de la saturation

51
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

L’effet de saturation dans les amplificateurs optiques est mis à profit pour compenser un
défaut comme une atténuation supplémentaire affectant un tronçon de fibre ou la baisse de
gain d’un amplificateur : en effet, la baisse de puissance de signal à l’entrée d’un
amplificateur travaillant en régime de saturation entraîne une augmentation de son gain, c’est-
à-dire un effet de contre-réaction qui tend à s’opposer au phénomène initial. Cette réponse
confère une certaine robustesse à l’ensemble vis-à-vis des dégradations.

Si une atténuation supplémentaire due à un défaut intervient sur les premiers tronçons, la
puissance est maintenue constante au bout de la chaîne (figure6), ce qui conduit à une auto
stabilisation de la ligne de transmission. Si l’atténuation intervient en bout de chaîne en
revanche, elle ne pourra être totalement compensée.
Dans le cas d’amplificateurs avec contrôle du gain, l’atténuation supplémentaire du tronçon
dégradé se répercute intégralement jusqu’au bout de la chaîne.

Figure III.8 : Auto stabilisation de la puissance optique en sortie d’une cascade


d’amplificateurs

III.2.2.3 Utilisation d’un amplificateur optique en booster :

52
Chapitre 3 : Système à fibre optique amplifié

Figure III.9 : L’amplification à l’émission

L’amplificateur optique peut être utilisé comme amplificateur de puissance en émission, (en
anglo-américain booster).

L'application "Booster" permet d'amplifier, à la sortie de l'émetteur, l'onde optique incidente.

Alors que le préamplificateur s'utilise dans les systèmes fonctionnant à 1,3μm ou 1,55μm
dans lesquels celui-ci permet l'amplification de l'onde incidente juste avant la détection de
celle-ci en entrée du récepteur.

L’amplification en "Booster", permet ici d'améliorer le rapport signal sur bruit de la


transmission sur le réseau structurant

III.3 Conclusion :
Dans ce chapitre on a étudié les systèmes amplifie, les systèmes amplifié monocanaux et
multicanaux.

Puis on vu la position de l’amplificateur optique dans les systèmes optique, ou on a vu


utilisation de l’amplificateur dans les trois positions, en booster, en réception et en ligne.

On a analysé chaque cas pour définir les caractéristiques, leurs avantages et leurs
inconvénients.

53
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

CHAPITRE 4 :
Les Travaux de Simulation

54
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Partie 1 :Contribution de l’amplificateur optique


dans une liaison réelle.

IV.1.1 Introduction :
Dans cette partie on va analyser la contribution de l’amplificateur dans un cas réel.Exemple :
une liaison entre CA Oran et CA Tlemcen de portée de 180 km avec un débit de 10 Gbit/s.

Mais pour cela et avant d’utiliser les amplificateurs optiques, on été amener à étudier les
niveaux d’atténuation qui vont nécessiter utilisation des amplificateurs optique

Et on final on analysera les différents positions de l’amplificateur, en premier on va


amplifier en émission « booster » on utilisant le port BA, puis amplifier à la réception on
utilisant le port PA et en dernier on va amplifier dans les deux coté émission et réception on
utilisant les deux port.

Les connecteurs

F.O

Emetteur Récepteur

Oranles amplificateurs optiques Tlemcen

Transmission Optique

Figure IV.1.1 : Schéma synoptique de la liaison optique Oran-Tlemcen.

55
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

IV.1.2 Le matériel utilisé :


IV.1.2.1. OptiX OSN_3500 :

L'équipement OptiX OSN 3500 comprend l'armoire, les portes d'armoire, l'unité de
distribution d'alimentation (PDU), les bacs à cartes, le cadre de fixation du téléphone, les
cartes et les câbles.
1:Interface board area, 2: Fan area, 3: Processing board area, 4: Cable routing area

Figure IV.1.2 : Apparence du châssis général OptiX OSN 3500

IV.1.2.2 U-2000 :

U2000 V9 : l’interface de configuration des équipements de transmission HUAWEI

Figure IV.1.3 : L’interface du U 2000 (version 9).

IV.1.2.3 HST-3000 JDSU :Le HST (handheld services tester) est un testeur de réseau.

Figure IV.1.4 :HST-3000 JDSU

IV.1.3 Configuration de la maquette :

56
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Configurer deux ports ethernet de 48Mbits/s sur la carte EFS4 :


Slot1/EFS4/P1 vers Slot8/SL64 et Slot1/EFS4/P2 vers Slot11/SL64
Injecter deux brins de fibres LC-LC de 5m Sans attenuateurs :
Injecter une boucle ethernet 1-2-3-6 dans le P2 et brancher l’appareil de test de boucle
ethernet JDSU dans le P1 pour voir la boucle

SL64
Cross-Connexion Liaison optique
P1 LC-LC
SLOT8

Carte EFS4
SL64
Cross-Connexion
P2 SLOT
11

Figure IV.1.5 : Configuration des ports E sur EFS4. et injection des fibres LC-LC

La carte EFS4 : L'EFS4 est utilisé pour transmettre / recevoir des services Ethernet, gérer les
bandes passantes et réaliser la commutation de couche 2 des services Ethernet. L'EFS4 prend
en charge les fonctions de commutation de couche 2, MPLS et de diffusion.

La carte SL64 : carte de ligne, est composé du module de conversion O / E, du module MUX
/ DEMUX, du module de traitement des surdités SDH, du module de logique et de contrôle et
du module d'alimentation

Boucle au niveau du P2
Vérification de la boucle au niveau du
P1 avec l’appareil JDSU

Figure IV.1.6 : Branchement de l’appareil JDSU avec le port P2 pour la vérification de la


boucle.

IV.1.4 Liaison optique sans amplification :


57
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

On va étudier une liaison optique sans amplification pour voir les niveaux optiques trouvé
pratiquement et les comparer avec les valeurs théorique pour qu’on puisse dire si la boucle
existe ou pas. Ou on va traiter deux cas liaison sans atténuation et l’autre avec atténuation.

IV.1.4.1 Liaison sans atténuateur :

Tx C
Rx
C

F.O

Figure IV.1.7 : Liaison optique sans atténuation et sans amplification

Comparaison des valeurs d’émission (OUT) théoriques et pratiques de la carte SL64

Valeur Théorique ValeurPratique


-4dB to -1dB Sl64/Slot11 = -2.4dB
-4dB to -1dB Sl64/Slot8 = -1.9dB

Tableau IV.1.1 : les valeurs OUT théorique et pratique de la carte SL64

Résultat des niveaux optiques a la réception : -2.6 dB >>-14 dB

 Alarme : IN_POWER_HIGH  niveau de signal trop fort, il faut ajouter des


atténuateurs (distance de la fibre est très courte), car La carte SL64 fonctionne sur un
intervalle de distance {60Km-80Km}, la fibre injectée est de distance de 5 mètre.

 La boucle est reçue donc la liaison fonctionne entre les deux cartes de ligne mais avec
le risque d’endommager les récepteurs optiques des deux cartes. Pour remédier à ce
problème une atténuation d’au moins 5dB est exigée.

IV.1.4.2 Liaison avec atténuateur :

58
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Rx
Tx C C

Les Atténuateurs

Figure IV.1.8 : Liaison optique avec atténuation et sans amplification

La fibre utilisée est de la norme G.652D, d’une atténuation linaire de 0.23dB /Km. Pour
simuler une longue distance en termes d’atténuation linaire, on a utilisé des atténuateurs à
5dB.

D=valeur d’atténuateur (dB)/ atténuation linaire de (0.23dB /Km).


D=5/0.23=21.739 Km ≈21.74 Km.

Donc un atténuateur à 5dB équivaut une fibre de 21.74 Km dont l’atténuation linaire est de
0.23dB.

 On ajoutant un atténuateur de 5dB on obtient le résultat suivant :

Figure IV.1.9 : L’ajout d’un atténuateur de 5 dB.

 Pas d’Alarme : IN_POWER_HIGH  Voir les niveaux optiques (IN).

Figure IV.1.10 : les valeurs obtenues de la puissance à l’émission.


 Les niveaux obtenus (≈-7) se situent au milieu de l’intervalle de fonctionnement
adéquat.
 La boucle est reçue donc la liaison fonctionne entre les deux cartes de ligne.

59
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

 On augmentant graduellement l’atténuation on obtient les résultats suivant :

Valeur Niveau de distance Etat de la liaison


d’atténuation signal à la
réception
Slo8 Slo11
5dB -7.3dB -7.2dB 21.74Km Signal OK

10dB -12.4dB -11.9dB 43.48Km Signal OK

15dB -18.1dB -16.7dB 65.22Km Signal OK avec des


perturbations (-18dB<-
14dB, taux > 1E-6
JDSU).
20dB -60dB -60dB 86.95Km Coupure de signal
Pas de boucle.

Tableau IV.1.2 :L’état de la liaison à chaque changement

D’après les résultats on déduit que le seuil de fonctionnement des cartes SL64 est de -15dB
 distance de fonctionnement < 65Km

La distance maximum est de 65 km à un seuil d’atténuation de -15 dB.

A ce stade de coupure (forte atténuation) on doit utiliser les amplificateurs optiques pour
rétablir la liaison, dans notre cas la carte utilisée est BPA.

IV.1.5 Liaison optique avec amplification :


60
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Dans cette partie on a ajouté une carte d’amplification BPA et simulé les trois cas
d’amplification, premier cas amplification à l’émission, deuxième cas amplification à la
réception, troisième cas amplification à l’émission et à la réception

IV.1.5.1 Cas1 : L’amplification à l’émission : utilisé le port BA

Figure IV.1.11 : L’amplification à l’emission avec le port BA

BPASL64SL64 BPA

OUT OUT
IN IN
BA OUT OUT BA

PA IN IN PA
OUT OUT

IN IN

ORANTLEMCEN

Figure IV.1.12: Utilisation du port BA.

Figure IV.1.13 : Les niveaux optiques à l’émission de la carte BPA/BA

Valeur Théorique Valeur Pratique

13dB to 15dB BPA/Slot7/BA/OUT = 14.7dB


13dB to 15dB BPA/Slot12/BA/OUT = 14.6dB

Tableau IV.1.3: Les valeurs théoriques et pratiques du port BA

61
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Figure IV.1.14 : La maquette du OSN 3500 , on utilisant le port BA.

Valeur Niveau de distance Etat de la liaison


d’atténuation signal à la
réception
Slo8 Slo11
15dB -0.7dB -1.1dB 65.22Km Signal fort. ( >>-14dB)
AlarmeIN_POWER_HIGH
20dB -5.9dB -5.4dB 86.95Km Signal OK (>-14dB)

25dB -10.0dB -11.6dB 108.69Km Signal OK (>-14dB)

30dB -16.8dB -16.2dB 130.44 Km Signal OK avec des


perturbations (-18dB<-14dB,
taux > 1E-6 JDSU).

35dB -60dB -60dB 153.17Km Coupure de signal


Pas de boucle.

Tableau IV.1.4 : Etat de la liaison avec une amplification en émission dans plusieurs cas
d’atténuation.

 D’après les résultats on déduit que le seuil de fonctionnement des cartes BPA du port
BA est de -30dB  distance de fonctionnement < 130 Km.

La distance maximum est de 130 km à un seuil d’atténuation de -30 dB.

IV.1.5.2 Cas2 : amplification à la réception : utilisé le port PA

62
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Figure IV.1.15 : L’amplification à La réception avec le port PA

OUT OUT
IN IN
BA OUT OUT BA

PA IN IN PA
OUT OUT

IN IN

Figure IV.1.16 : Utilisation du port PA.

Comparaison des valeurs d’émission (OUT) théoriques et pratiques du port PA de la carte


BPA

Figure IV.1.17 : Les niveaux optiques à la réception de la carte BPA/PA.

Valeur Théorique Valeur Pratique

-6dB to 15dB BPA/Slot7/PA /OUT= 5.0dB

-6dB to 15dB BPA/Slot12/PA/OUT = 5.5dB

Tableau IV.1.5: Les valeurs théoriques et pratiques du port PA.

63
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Figure IV.1.18: La maquette du OSN 3500 , on utilisant le port PA.

Valeur Niveau de distance Etat de la liaison


d’atténuation signal à la
réception
Slo8 Slo11
15dB -0.0dB -0.2dB 65.22Km Signal fort. (>>-14dB), il faut
Ajouter un atténuateur sur le
port IN de la carte de ligna
SL64 pour rétablir la liaison.

25dB -6.6dB -4.4dB 108.69Km Signal OK (>-14dB)

30dB - -9.9dB 130.43Km Signal OK (>-14dB)


11.4dB
35dB - -14.5dB 153.17Km Signal OK avec des
17.2dB perturbations (-18dB<-
14dB, taux > 1E-6 JDSU).
40dB -60dB -60dB 173.91Km Coupure de signal
Pas de boucle.

Tableau IV.1.6 : Etat de la liaison avec une amplification en réception dans plusieurs cas
d’atténuation.

 D’après les résultats on déduit que le seuil de fonctionnement des cartes BPA du port PA est
de -35dB  distance de fonctionnement < 153 Km.

La distance maximum est de 153 km à un seuil d’atténuation de -35 dB

64
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

IV.1.5.3 Cas3 : amplification à l’émission et à la réception : utilisé le port PA et le port BA

Figure IV.1.19 : L’amplification avec BA et PA

Valeur Niveau de distance Etat de la liaison


d’atténuation signal à la
réception
Slo8 Slo11
40dB -2.6dB -6.0dB 173.91Km Signal OK (>-14dB)

45dB -7.1dB -10.9dB 195.65Km Signal OK (>-14dB)

50dB -10.6dB -13.4dB 217.39Km Signal OK (>-14dB)

55dB -16.7dB -17.0dB 239.13 Km Signal OK avec des perturbations


(-18dB<-14dB, taux >1E-6 JDSU).
60dB -60dB -60dB 260.86 Km Coupure de signal, (-38 dB le
seuil) Pas de boucle.
Tableau IV.1.7 : Etat de la liaison avec une amplification en émission et réception dans
plusieurs cas d’atténuation.

 D’après les résultats on déduit que le seuil de fonctionnement des cartes BPA -55dB 
distance de fonctionnement < 239 Km.

Distance maximum est de 239 km à un seuil d’atténuation de – 55 dB

65
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

 Comparaison des résultats de chaque test effectué :

SL64 (sans BPA) SL64 (avec BA) SL64 (avec PA) SL64 (avec BPA)

DISTANCE 65 km 130 km 153 km 239 km

SEUIL DE -15 dB - 30dB -35dB - 55 dB


FONCTIONNEMENT

Tableau IV.1.8 : La distance max et seuil de fonctionnement de chaque cas traité

IV.1.6 Conclusion :

D’après les résultats du tableau on peut dire que la distance maximum que peut-nous fournir
une carte de ligne SL64 (version 2b) sans amplification est environ 65 km.

Et avec une amplification en booster avec la carte d’amplification BPA/BA on aura une
extension de portéede 65 km (130km -65km =65km)

Et avec une amplification en réception avec la même carte d’amplification mais avec le port
PA, on aura une extension de 88 km (153km -65km = 88km)

Et quand on a amplifié en émission et en réception on a eu un extension de 174km (239km -


65 km = 174km)

Après les cas effectués dans cette partie, nous avons déduit que l’utilisation d’une carte
d’amplification est nécessaire au-delà de 60Km pour une carte de ligne SL64_10Gbits
version : V-64.2b

66
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Partie 2 : caractérisation d’un amplificateur optique

IV.2.1 Introduction :
Dans cette partie on va présenter une simulation qui a pour but de voir l’effet de l’utilisation
de l’amplificateur optique dans un système de transmission par fibre optique.

Dans cette simulation, on va étudier un cas on utilisant un amplificateur à fibre dopée et deux
lasers à pompe de 980 nm.

Notre étude est réalisée par le logiciel optisystem 10.0 qui nous permettre de simuler les
liaisons optique et nous donné les caractéristiques.

67
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

IV.2.2 À propos d’OPTISYSTEM :

OPTISYSTEM (Optical Systems) est un logiciel permettant de faciliter la conception de


nouveaux systèmes photoniques, y compris les systèmes de transmission optique à courte
distance, réseau d’accès, réseaux métropolitains et longue distance tout en permettant la mise
à niveau technologique des composants à développer pour les équipementiers.
La combinaison d’une interface graphique et d’une simulation basées sur de robustes
représentations avec signal optique flexible permet une modélisation efficace de tout système
de transmission, y compris les liaisons bidirectionnelles, en anneau et réseaux maillés.

Sa vaste bibliothèque de composants actifs et passifs comprend des paramètres réalistes, ses
capacités peuvent être étendues facilement avec l’ajout de composants et peuvent être reliés à
un large éventail d’outils, une interface complète d’utilisateur graphique contrôle la
disposition optique des composants.

IV.2.3 Quelques applications de simulateur :

 Conception de systèmes de grande capacité, y compris les nouveaux systèmes ‘WDM,


avec amplification Raman et systèmes hybrides et traitement du signal optique.

 Analyse de la performance, des fonctions de lien et des règles de l’ingénierie de


conception.

 Évaluation de la diaphonie et de la dynamique dans les réseaux DWDM.

 Évaluation des avantages des formats de modulation comme Duobinary, CSRZ,
MQAM, PSBT, (CSRZ-) DPSK, (RZ-) DQPSK.

 Quantification de la dégradation d’un signal dans une fibre optique induite par des
effets prédéfinis tels que DC, Kerr, PMD, réflexions.

 Évaluation de nouveaux formats, tels que l’agrégation optique CDMA et OFDM.

 Identification des paramètres de conception, y compris le chirp du laser, RIN,


amplificateur de gain, les pertes, et le filtrage.

Ainsi, OPTISYSTEM permet d’accélérer la conception de nouveaux systèmes photoniques, y


compris des liens de transmission et tout type de réseau optique, et permet d’améliorer les
stratégies à développer pour les installations existantes.

68
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

IV.2.4 présentation de la simulation :


Cette partie présente l’aspect simulation et application de ce projet sur OptiSystem.
L’objectif de cette étude est :

 La caractérisation de l’amplificateur optique.

IV.2.4 .1 La caractérisation d’un amplificateur :


Cette simulation consiste à la caractérisation d'un amplificateur en booster dans un seul étage
de fibre dopée à l'erbium, fortement dopé, pompé de manière bidirectionnelle par deux lasers
à pompe de 980 nm.

Une puissance d'entrée de signal importante est considérée dans ce cas, car une entrée de
signal élevée aide à produire une puissance de sortie élevée, qui est nécessaire aux booster
amplificateurs. En conséquence, un gain modéré sera observé dans ce cas.

L'exigence de faible bruit des EDFA n'est pas si critique dans ce cas, car une augmentation de
NF peut être tolérée. Il est important de mentionner que les configurations typiques des
amplificateurs de rappel comprennent plusieurs étages de fibres dopées à l'Er.

Figure IV.2.20 :L'amplificateur en Booster

69
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

La figure 20 montre la disposition de booster amplification.Une pompe bidirectionnelle a été


utilisée pour illustrer le schéma de pompe typique observé dans les amplificateurs de rappel.

L'analyseur de spectre optique connecté au port de sortie, montre le signal amplifié obtenu
après le calcul de ce fichier échantillon. Le composant Dual Port WDM Analyzer donne les
résultats calculés générés par tous les signaux de propagation, les signaux et la pompe.

La puissance de sortie, le gain et le bruit calculés en fonction de la puissance d'entrée du


signal sont illustrés à la Figure 21, Figure 22 et Figure 23. Il est possible d'observer le gain
compressé en fonction de l'entrée du signal sur la Figure 23.

Figure IV.2.21 : Puissance de sortie du signal en fonction de la puissance d'entrée du signal


calculée pour l'amplificateur en booster.

Figure IV.2.22 : Gain en fonction de la puissance d'entrée du signal calculée pour le booster
amplifié

70
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

Figure IV.2.23 : Bruit en fonction de la puissance d'entrée du signal calculée pour


l'amplificateur de surpression

La courbe de bruit calculée en balayant la puissance d'entrée du signal vers l'amplificateur de


suralimentation a utilisé les mêmes paramètres d'entrée que précédemment. Il y a une région
dans la courbe où NF est minimisé en fonction de l'entrée de signal considérée. L'observation
des graphes liés à l'ASE Co- et contre-propageant aide à comprendre comment la courbe des
figures de bruit apparaît sous cette forme.

La puissance des deux lasers de pompe Co- et contre-propagatifs peut être modifiée ainsi que
la longueur de fibre dopée Er. Les spécifications de fibre peuvent également être modifiées et
les résultats comparés avec le cas précédent.

71
Chapitre 4 : Les travaux de Simulation

IV.2.5 Conclusion :
Cette simulation nous a permet a montré la caractérisation d’une configuration de
l’amplificateur optique.

A l’aide de cette simulation on a pu déduire les performances de l’amplificateur avec les


différents caractéristiques : le gain ; la puissance de sortie...

On a entamé l’étude de la caractérisation d’un amplificateur optique, mais l’étude reste


toujours en cour de réalisation, on la finira lors de la réalisation de mon projet d’étude de
master prochainement.

72
Conclusion générale

Conclusion générale :

Ce projet s’inscrit dans le cadre du rapprochement entre notre institut et l’établissement de la


maintenance du réseau du transport EMRT d’Algérie télécom.

Tout d’abord ce travail, m’a permis de renforcer et enrichir mes connaissances théoriques
dans le domaine des communications optique.En effet, comme vous avez pu le constater, la
partie théorique de mon rapport occupe une place très importante.

Le premier chapitre de ce travail a été consacré à l’étude théorique d’un système de


transmission par fibre optique en précisant les différents types des systèmes optique.

Dans le deuxième chapitre, j’ai appris le fonctionnement de l’amplification optique et les


différents amplificateurs RAMAN, SOA et EDFA.

Puis dans le troisième chapitre qui a été dédié aux différents systèmes amplifie m’a permis de
voir l’utilisation de l’amplificateur optique dans les trois positions, en booster, en ligne et en
réception.

En fin le quatrième chapitre, qui contient des simulations montrant la caractérisation de


l’amplificateur optique et sa contribution dans une liaison réelle.

Nous pouvons dire que ce travail nous a permis de comprendre l’importance des amplificateurs
optique dans les systèmes de transmission à fibre optique.

73
Bibliographie

Bibliographie :
[1] BillamiHannane, Ben HamareRaouida, étude d’un réseau optique 10Gbit/s,Tlemcen :
thèse : faculté de technologie Tlemcen, 2015.

[2] Douany Marc, Dussardier Bernard, les amplificateurs à fibres dopées erbium, thèse :
université claudebernar _ lyion 1 le 07 octobre 2008

[3] Pascal morel modélisation des amplificateurs à demi conducteur, thèse l’université de
Bretagneoccidentale 2013.

[4] MichaëlMyara, amplification optique, Master EAA,l’université montp_2, le 01 février


2008

[5] Mathieu Le François,des systèmes de transmission optique multiplexés en longueur


d’onde ; thèse : l’université paris-sud, le 6 décembre 2007.

[6] A.Dellal et E.Essafi, Etude de l’amplification dans les systèmes de transmission par fibre
optique, Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état en
télécommunication, INTTIC, Promotion juin 2010.

[7] Pascal Lemieux, Modalisation des amplificateurs optiques à semi-conducteur, thèse : la


Faculté des études supérieures de l’Université Laval de Québec ; le 05 aout 2006.

[8] Mounir Assia et Bennani Anas et Loukili Anouar,amplificateurs optique SOA, EDFA,
RAMAN, université des systèmes de télécommunications et réseaux, 2009.

[9] Fabienne Saliou, Etude des solutions d’accès optique exploitant une extension de portée,
thèse, Telecom Paris Tech, le 14 Juin 2010.

[10] http://physique.unice.fr/sem6/2013-2014/PagesWeb/PT/Fibres/fibre-optique2.html

[11] Govind. P. Agrawal, «Fiber-Optic Communication Systems», Fourth Edition John Wiley
& Sons, Inc 2010.

[12] Benaoumeur Sarah, La mise en oeuvre, dans une chaîne de transmission optique, à haut
débit, de filtres optiques `a longueur d’onde centrale réglable, thèse de doctorat, Soutenue le
30 Juin 2015.

[14] Dr. D. Knipp, « Optical Signal to Noise Ratio (OSNR) », International University
Bremen, Sping 2005, Course : Photonics ans Optical Communication.

[15] http://strategiestm.com/spip.php?page=print&id_article=1002

[16] https://fr.slideshare.net/aminems/simulation-de-rseaux-pon

74
Bibliographie

[17] M ZIOUI amir abdelkader « L’étude de la modulation OCDMA pour les systèmes de
transmission par fibre optique à haut débit»,Projet de Fin d’Etude pour l’obtention du
Diplôme d’Ingénieur d’Etat.

[18] http://www.fs.com/guide-for-ftth-deployment-options-aid-491.html

[19]http://www.zdnet.fr/blogs/infra-net/d-inquietantes-failles-de-securite-dans-les-accesfibre-
optique-ftth-en-france-39844258.htm

[20]https://lafibre.info/gpon/comprendre-les-differences-entre-la-fibre-gpon-p2p-
activeethernet-fttla/

[21] https://www.slideshare.net/kashiflatifface/difference-between-xfp-sfp

[22] https://www.cozlink.com/modules-a272-275-273/article-69328.html

[23] http://file.scirp.org/Html/1-6101252_24995.htm

[24]http://localhost:7890/hdx.cgi?fe=0&lib=31184306&v=05&homepage=resources%2Fhede
x-homepage.html

75

Vous aimerez peut-être aussi