Vous êtes sur la page 1sur 53

1

RESUME – Abstract – ‫ملخص‬

RESUME – Abstract – ‫ملخص‬

Ce projet de fin d’études présente dans un premier temps une étude générale sur le
réseau de transmission optique, la composition d’une liaison par fibre : module d’émission,
module de réception et le lien entre les deux. Aussi, la technologie FTTx qui représente l’une
des meilleures techniques d’accès.

Dans un deuxième temps, le projet traite les convergences des réseaux vers le monde
IP. L’apparition de ce dernier facilite le traitement et le transport des données d’un point à un
autre. Actuellement, la vidéo peut aussi être transporté sur le protocole IP. La vidéo sur IP a été
intégrés dans les différents domaines tels que la télédiffusion, téléconférence et spécialement la
télésurveillance.

Le but de ce projet est de mettre en service un système de vidéosurveillance se basant


le IP, utilisant la fibre optique comme support de transmission.

This end-of-studies project presents, first of all, a general study on the optical
transmission network, the composition of a fiber link: transmission module, reception module
and the link between the two. Also, FTTx technology that represents one of the best access
technics.

In a second step, the project deals with the convergences of the networks towards the IP
world. The appearance of the latter facilitates the processing and transport of data from one
point to another. Currently, video can also be transported over the IP protocol. IP video has
been integrated into different areas such as television broadcasting, teleconferencing and
especially remote monitoring.

The aim of this project is to implement a video surveillance system based on IP, using
optical fiber as a transmission medium.

‫ وحدة‬:‫ وتركيبة الرابطة‬،‫ دراسة عامة عن شبكة النقل البصرية‬،‫ أوالً وقبل كل شيء‬،‫يقدم مشروع نهاية الدراسات‬
.‫ إحدى أفضل تقنيات االتصال‬FTTx ‫كما تمثل تقنية‬. ‫ وحدة االستقبال والوصلة بين االثنين‬،‫اإلرسال‬

‫وظهور هذا األخير سهل معالجة ونقل البيانات من‬.IP ‫ يتعامل المشروع مع تقارب الشبكات نحو عالم‬،‫في الخطوة الثانية‬
،‫ في مجاالت مختلفة مثل البث التلفزيوني‬IP ‫ تم دمج الفيديو‬. IP‫ يمكن نقل الفيديو عبر بروتوكول‬،‫حاليا‬. ‫نقطة إلى أخرى‬
.‫والمؤتمرات عن بعد وخاصة المراقبة عن بعد‬

‫ باستخدام األلياف‬، IP‫الهدف من هذا المشروع هو وضع نظام للمراقبة بالفيديو عن بعد يعتمد على بروتوكول اإلنترنت‬
‫الضوئية كوسيط إرسال‬

Mots clés : fibre optique, FTTx, transport des données, vidéo sur IP, IP-Surveillance.

i
DEDICACE

DEDICACE

A mes chers parents pour l’éducation et le grand amour dont ils m’ont entouré
depuis ma naissance, pour leur patience et leurs sacrifices, pour m’avoir poussé
jusqu’au bout et pour avoir été toujours un confort moral
A mes chères sœurs Affaf, Ikram, Imen et Soumia.
A toute ma famille proche soit-elle ou lointaine
A tous mes amis
En leurs souhaitant le succès dans leur vie aussi bien professionnelle que
familiale.
A tous ceux qui m’ont aidé afin de réaliser ce travail
A tous ceux-ci je dédie ce travail

Aimen…

En premier lieu, je tiens ce modeste travail à l’âme de mon père ainsi que ma
chère mère qui ont contribué à ma réussite par leur soutien et leurs sacrifices
consentis.

A mes chers frères Kilani, Mohamed et mes chères sœurs Leila, Amina

A mes neveux adorés : Rebhia, Med El-Hachemi, Nouha, Ilyes et Hassen.

A toute ma famille.

A tous les amis.

Zakaria…

ii
REMERCIEMENT

REMERCIEMENT

Nous tenons à remercier ALLAH qui nous a accordé la santé, la possibilité


ainsi que la volonté d’entamer et de continuer nos études.
Nous remercions notre encadreur Mlle. DERKAOUI Mokhtaria, pour ses
conseils avisés, et pour son encadrement et sa disponibilité.
Nous remercions l’ensemble des jurés Je remercie l’ensemble des jurés Pr.
TEMMAR Abdelkader, Dr. CHENIKA Abdelfatah d’avoir accepté
d’examiner et d’évaluer notre travail.
Nous remercions notre maitre de stage, Mr HAMDAOUI Abdelkader, chef
de la subdivision d’équipements optiques, pour son accueil, le temps passé
ensemble et le partage de son expertise au quotidien. Grâce aussi à sa
confiance nous avons pu nous accomplir totalement dans nos missions durant
la période de stage.
Nous remercions tous ceux qui ont contribué de près ou de loin, pour leur
soutien moral ou matériel, dans la réalisation de notre projet.
Nous remercions chaleureusement nos parents et toutes nos familles (merci
pour vos encouragements permanents et pour votre confiance).
Et enfin, un remerciement particulier à tous étudiants de la promotion IGE
38, pour ses cinq superbes années d’études.

Aimen & Zakaria

iii
TABLE DES MATIERES
TABLE DES MATIERES
RESUME – Abstract – ‫ ملخص‬................................................................................................................... i
DEDICACE ............................................................................................................................................. ii
REMERCIEMENT ................................................................................................................................ iii
TABLE DES MATIERES...................................................................................................................... iv
Liste des tableaux .................................................................................................................................. vii
Liste des figures ................................................................................................................................... viii
Liste des abréviations .............................................................................................................................. x
Introduction générale............................................................................................................................... 1
Chapitre I : Généralités sur les systèmes de transmission optique .......................................................... 2
1- Introduction ..................................................................................................................................... 2
2- Historique ........................................................................................................................................ 2
3- Définition d’une liaison par fibre optique ....................................................................................... 3
3.1- Module d’émission ...................................................................................................................... 3
3.2- Module de réception .................................................................................................................... 4
3.3- La fibre optique ........................................................................................................................... 4
3.3-1. Constitution de la fibre ............................................................................................................ 4
3.3-2. Types de fibres ........................................................................................................................ 5
3.3-2.1. La fibre multimode à saut d'indice : .................................................................................... 5
3.3-2.2. La fibre multimode à gradient d'indice :.............................................................................. 5
3.3-2.3. La fibre monomode : ........................................................................................................... 5
3.3-3. Caractéristiques de propagation .............................................................................................. 6
3.3-3.1. Ouverture numérique ........................................................................................................... 6
3.3-3.2. L’atténuation : ..................................................................................................................... 6
3.3-3.3. La dispersion : ..................................................................................................................... 7
3.3-3.4. La largeur de bande ............................................................................................................. 7
3.3-3.5. Fenêtre optique : .................................................................................................................. 7
3.3-4. Avantages et inconvénients de la fibre optique ....................................................................... 8
3.3-4.1. Avantage :............................................................................................................................ 8
3.3-4.2. Les inconvénients : .............................................................................................................. 8
3.3-5. Domaines d’utilisation : .......................................................................................................... 8
4- Réseaux FTTx ................................................................................................................................. 8
3.1- Les architectures FTTx ................................................................................................................ 9
3.1-1. L’architecture point à point (p2p).......................................................................................... 10
3.1-2. Les architectures Point à Multipoint (p2m passives)............................................................. 10
5- Pourquoi la FTTx dans notre projet ? ............................................................................................ 10
6- Conclusion ..................................................................................................................................... 11
Chapitre II : Généralités sur les réseaux ................................................................................................ 12
1- Introduction ................................................................................................................................... 12

iv
TABLE DES MATIERES

2- Le concept des réseaux .................................................................................................................. 12


2.1- Définition .................................................................................................................................. 12
2.2- La classification des réseaux ..................................................................................................... 12
2.2-1. Selon l’étendue géographique ............................................................................................... 12
2.2-1.1. LAN ................................................................................................................................... 13
2.2-1.2. MAN.................................................................................................................................. 13
2.2-1.3. WAN ................................................................................................................................. 14
2.2-2. Selon le mode de diffusion de l’information ......................................................................... 14
2.3- Les catégories des réseaux ........................................................................................................ 15
2.3-1. Peer to peer (P2P) .................................................................................................................. 15
2.3-2. Server/Client.......................................................................................................................... 15
2.4- Les topologies des réseaux ........................................................................................................ 15
2.4-1. Bus ......................................................................................................................................... 16
2.4-2. Anneau .................................................................................................................................. 16
2.4-3. Etoile ..................................................................................................................................... 16
2.5- Le modèle de référence OSI de ISO .......................................................................................... 17
3- Le protocole TCP/IP ...................................................................................................................... 18
3.1- Les couches du protocole .......................................................................................................... 19
3.1-1. La couche Application........................................................................................................... 19
3.1-2. La couche Transport .............................................................................................................. 19
3.1-3. La couche Internet ................................................................................................................. 19
3.1-4. La couche Interface réseau .................................................................................................... 19
3.2- Architecture d’une pile TCP/IP ................................................................................................. 19
3.3- Les principaux protocoles utilisés en transmission vidéo ......................................................... 20
3.3-1. Les protocoles de couche Internet ......................................................................................... 20
3.3-1.1. Protocole IP ....................................................................................................................... 20
3.3-1.2. Protocole ICMP ................................................................................................................. 21
3.3-1.3. Protocole ARP ................................................................................................................... 21
3.3-2. Les protocoles de couche Transport ...................................................................................... 21
3.3-2.1. Protocole UDP ................................................................................................................... 21
3.3-3. Les protocoles de couche Application................................................................................... 22
3.3-3.1. Les protocoles de transmission.......................................................................................... 22
3.3-3.2. Les protocoles de gestion de sessions ............................................................................... 23
4- Conclusion ..................................................................................................................................... 24
Chapitre III : La vidéosurveillance sur IP ............................................................................................. 25
1- Introduction ................................................................................................................................... 25
2- Évolution des systèmes de vidéosurveillance : ............................................................................. 25
2.1- Systèmes de vidéosurveillance analogique avec magnétoscopes traditionnels ......................... 25

v
TABLE DES MATIERES

2.2- Systèmes de vidéosurveillance analogique avec enregistreurs numériques .............................. 25


2.3- Systèmes de vidéosurveillance analogiques avec enregistreurs numériques réseau ................. 26
2.4- Systèmes de vidéo sur IP avec serveurs vidéo .......................................................................... 26
2.5- Systèmes de vidéo sur IP avec caméras réseau ......................................................................... 26
3- Système d’IP-Surveillance ............................................................................................................ 27
3.1- Définition .................................................................................................................................. 27
4- Comparaison entre la vidéosurveillance analogique et vidéosurveillance sur IP .......................... 28
5- Pourquoi la vidéosurveillance sur IP ? .......................................................................................... 29
5.1- La haute résolution .................................................................................................................... 29
5.2- Facile à installer......................................................................................................................... 30
5.3- La numérisation complète ......................................................................................................... 30
5.4- Caméra intelligente.................................................................................................................... 31
5.5- Intégration complète .................................................................................................................. 31
5.6- Sécurité intégrée ........................................................................................................................ 32
5.7- Mouvement extrêmement net .................................................................................................... 32
5.8- Évolutivité assurée .................................................................................................................... 32
5.9- Nouvelles possibilités ................................................................................................................ 32
6- Conclusion ..................................................................................................................................... 33
Simulation d’un système de télé-vidéosurveillance .............................................................................. 34
1- Introduction ................................................................................................................................... 34
2- Simulation du système en utilisant le Packet tracer ...................................................................... 34
2.1- Présentation de l’outil de simulation ......................................................................................... 34
2.2- Application ................................................................................................................................ 34
2.2-1. La mise en place des équipements : ...................................................................................... 35
2.2-2. La configuration des équipements :....................................................................................... 36
2.2-3. Test et résultats ...................................................................................................................... 38
Conclusion générale .............................................................................................................................. 41
Bibliographie ......................................................................................................................................... 42

vi
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES TABLEAUX

Tableau I.1: La largeur de bande de trois types de fibres ....................................................................... 7


Tableau I.2: Les caractéristiques de trois fenêtres de transmission ......................................................... 8
Tableau I.3: Comparaison entre quelques technologies FTTX ............................................................... 9
Tableau III.1: Comparaison entre la vidéosurveillance analogique et sur IP ........................................ 29
Tableau IV.1: L’adressage IP de tous les équipements du système ...................................................... 37
Tableau IV.2: Comptes pour accéder a chaque quartier ........................................................................ 38

vii
LISTE DES FIGURES
LISTE DES FIGURES
Figure I.1: Système de transmission optique ........................................................................................... 3
Figure I.2 : Schéma d’un émetteur optique ............................................................................................. 4
Figure I.3: Schéma d’un récepteur optique ............................................................................................. 4
Figure I.4: Structure d'une fibre optique ................................................................................................. 5
Figure I.5: Fibre optique à saut d’indice ................................................................................................. 5
Figure I.6: Fibre optique multimode à gradient d'indice ......................................................................... 5
Figure I.7: Fibre optique monomode ....................................................................................................... 6
Figure I.8: Ouverture numérique ............................................................................................................. 6
Figure I.9: Dispersion modale ou intermodale ........................................................................................ 7
Figure I.10: Dispersion chromatique ou intramodale .............................................................................. 7
Figure I.11: Les technologies FTTx les plus utilisées ............................................................................. 9
Figure I.12: Architecture point à point (P2P) ........................................................................................ 10
Figure I.13: Architecture Point-to-Multipoint (PON) ........................................................................... 10
Figure II.1: Un ensemble de ressources mises en commun. .................................................................. 12
Figure II.2: schéma représentante les types des réseaux selon l’étendue géographique ....................... 13
Figure II.3: Local Area Network ........................................................................................................... 13
Figure II.4: Metropolitan Area Network ............................................................................................... 13
Figure II.5: Wide Area Network ........................................................................................................... 14
Figure II.6: Classification selon les modes de diffusion de l’information. ........................................... 15
Figure II.7: Topologie en bus ................................................................................................................ 16
Figure II.8: Topologie en anneau .......................................................................................................... 16
Figure II.9: Topologie en Etoile ............................................................................................................ 17
Figure II.10: Modèle OSI ...................................................................................................................... 18
Figure II.11: Modèle TCP/IP................................................................................................................. 18
Figure II.12: La pile TCP/IP.................................................................................................................. 20
Figure II.13: La correspondance entre le modèle OSI et le modèle TCP/IP ......................................... 20
Figure II.14: Structure d'un datagramme IP .......................................................................................... 21
Figure II.15: Structure générale d'un datagramme UDP ....................................................................... 22
Figure II.16: Format d'un paquet RTP................................................................................................... 22
Figure II.17:Empilement de SDP, SIP ... .............................................................................................. 23
Figure II.18: Empilement des protocoles de famille H.323 .................................................................. 24
Figure III.1: Systèmes de vidéo sur IP avec caméras réseau ................................................................. 27
Figure III.2: Réseau IP Surveillance ..................................................................................................... 28
Figure III.3: les résolutions obtenues des caméras réseau ..................................................................... 30
Figure III.4: Alimentation d'une caméra analogique et caméra réseau alimentée via POE .................. 30
Figure III.5: Déclanchement d'un évènement lors d'une détection de mouvement ............................... 31
Figure III.6: Caméra réseau supporte le balayage progressif ................................................................ 32
Figure IV.1: Interface du logiciel Cisco Packet Tracer ......................................................................... 32

viii
LISTE DES FIGURES

Figure IV.2: L’espace de travail du logiciel Cisco Packet tracer .......................................................... 32


Figure IV.3: La mise en place des composants du système .................................................................. 32
Figure IV.4: Une partie du système contenant le serveur...................................................................... 32
Figure IV.5: La configuration du serveur .............................................................................................. 32
Figure IV.6: Figure représentant un quartier supervisé par des cameras .............................................. 32
Figure IV.7: Interface d'une caméra sur l'écran de supervision avant l'activation ................................ 32
Figure IV.8: Interface d'une caméra sur l'écran de supervision après l'activation................................. 40

ix
LISTE DES ABRÉVIATIONS

LISTE DES ABRÉVIATIONS

ADSL: Asymettric Digital Subscriber Line ONU: Optical Network Unit

ARP: Address Resolution Protocol OSI: Open Systems Interconnection

BW: Band Width PON: Passive Optical Network

DVR : Digital Vidéo Recorder QoS Quality of Service

FE: Fast Ethernet RF : Radio Frequency

FTTx: Fiber To The x RTC: Réseau téléphonique commuté

GE: Giga Ethernet RTP: Real time Transport Protocol

ICMP: Internet Control Message Protocol RTSP: Real-Time Streaming Protocol

IETF: Internet Engineering Task Force SAP: Session Announcement Protocol

IP: Internet protocle SDP: Session Description Protocol

ISO: International Standard Organization SIP: Session Initiation Protocol

ITU: International Télécommunications Union TDM : Time Division Multiplexing

MAC: Media Access Control UDP: User Datagram Packet

MGCP: Media Gateway Control Protocol VDSL: Very-high-bit-rate Digital Subscriber


Line
NGN Next Generation Network
WDM : Wave Division Multeplixing
NVR : Network Vidéo Recorder
xDSL: x Digital subscriber line
OLT: Optical Line Ternination

x
INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE

De nos jours, la vidéosurveillance est indispensable et on la retrouve dans des nombreux

secteurs d’activités (banques, transport, industrie …) ou lieux de vie (villes, immeubles,

équipements collectives …). La plupart des gens veulent accroitre la sécurité en protégeant les

biens et les personnes par la vidéosurveillance qu’elle a connu un passage vers la

vidéosurveillance sur IP.

Plus les besoins des gens augmentent, plus on se trouve dans une situation qui nous

oblige à développer et avancer dans le domaine technologique. Ce dernier a connu une

évolution rapide dans cette décennie y compris de la transmission des données. La fibre optique,

maintenant, est considérée le plus performant moyen de transmission. La dernière technologie

exploitée dans la fibre est la FTTx : la fibre jusqu’au plus proche point de l’abonnée.

Dans notre projet, on cherche à combiner entre ces deux dernières technologies pour

créer un système de télé-vidéosurveillance fondé sur la fibre comme support de transmission.


CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE


TRANSMISSION OPTIQUE

1- Introduction
Depuis toujours, la nécessité du débit et de la performance augmente vis-à-vis le nombre
et les besoins ; en effet, les demandes des clients ne s’arrêtent pas.

Pour cela, les réseaux d’accès ont connu un développement immense en passant des
câbles vers la fibre qui a pour le moment prouvé son efficacité en fournissant l’ensemble des
différents services avec la meilleure qualité disponible afin de satisfaire les clients en termes de
capacité d’accès et QoS.

2- Historique
L'évolution des nouvelles technologies et la demande en capacité et en débit très élevés
exigent des systèmes de transmission dont les supports doivent êtres résistants et pouvant
supporter ces débits afin de répondre aux demandes, d’où la transmission par fibre optique est
la meilleure solution.

Dans les premiers temps les câbles coaxiaux ont une meilleure réputation comme des
supports de transmission capable de transmettre des données à un débit atteignant 270 Mbit/s.

Au début des années 50, l’idée de transmettre des signaux à haut débit en utilisant des
porteuses dans les régions optiques a été déjà établie.

En 1960 une solution a été introduite pour les transmissions optiques, laquelle est
l’invention du laser, sa capacité de transmission quasi-illimitée.

A la fin des années 60, la possibilité d’utiliser des fibres optiques, comme milieu de
transmission étaient largement diffusés. Le seul problème était le haut niveau de pertes de
propagation qui influe sur la qualité du signal.

En 1980, la première génération de système de communication par fibre optique est


disponible, qui incluent des fibres multimodes en silice. Ces systèmes travaillent avec des
longueurs d’ondes de l’ordre de λ = 0,8 μm, en atteignant un débit de 45 Mb/s.

La fibre optique s’est développée, et une 2ème génération s'apparaisse (ou la longueur
d’onde λ = 1,3 μm), mais le problème d’atténuation s’était majeur (~1 dB/km).

A la fin des années 80, la commercialisation des fibres monomodes, des fibres de silice
avec des débits plus ou moins élevés (1,7 Gb/s), et des séparations entre répéteurs de 50 km
avec des fibres monomodes, présentant une atténuation d’environ 0,6 dB/km à λ = 1,3 μm.

L’expérience estimait que, le niveau d’atténuation le plus faible, se trouve à λ = 1,55


μm ce qui implique le développement d’une troisième génération de systèmes de transmission
optique.

2
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

En 1989, les systèmes utilisent la longueur d’onde à 1,55 μm avec un débit de 10 Gb/s.
Pour cela il aura été nécessaire d’utiliser des diodes lasers monomodes et des fibres à dispersion
décalée.

En 1990, apparition des amplificateurs optiques dopés à l’erbium (EDFA), avec des
gains de 40 dB s’introduisent à chaque 60~100 km, pour compenser les affaiblissements de la
ligne, pour la quatrième génération les systèmes de transmission s'évaluent, qui utilisent des
sources lasers accordables en longueur d’onde, en appliquant des techniques de multiplexage
temporel (TDM) et multiplexage en longueur d’onde (WDM), couplés aux amplificateurs
optiques,. Cela permet actuellement d’obtenir des débits de transmission de l’ordre de 40 Gb/s
(début du très haut débit) sur des dizaines de milliers de km (comme les liaisons
transocéaniques) avec des répéteurs tous les 100~150 km.

Une 5ème génération et en train de se dessiner, par l’utilisation de nouvelle technique,


comme la réduction de l’écart spectrale entre chaque longueur d’onde, l’augmentation du
nombre de longueurs d’ondes, etc. Une fois ces techniques maîtrisées le débit passerait au Tb/s
(160 Gb/s ~ 10 Tb/s (testé actuellement en laboratoire), ce qui laisse entrevoir l’énorme
potentiel des communications optiques à très haut débit. [1]

3- Définition d’une liaison par fibre optique


L’architecture d’une liaison optique est composée d’un émetteur, un module de
transmission et un récepteur.

Figure I.1: Système de transmission optique

3.1- Module d’émission


Le module d’émission d’une liaison optique est composé de différents éléments. Il a
pour but de générer un signal optique contenant les données au support de transmission.

Le principe physique de l’émission de lumière est l’électroluminescence et les facteurs


essentiels qui conditionnent le choix d’un émetteur est porté essentiellement sur les semi-
conducteurs vus leurs faibles dimensions et leurs grandes fiabilités de transmission, ainsi la
possibilité de modulation du rayonnement émis, et la réalisation d’un couplage efficace
émetteur–fibre [2].

3
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

Figure I.2 : Schéma d’un émetteur optique

3.2- Module de réception


Le rôle d’un module de réception est de restituer de façon fidèle l’information, il doit
extraire avec des moyens fiables l'information transmise à partir du signal optique reçu. Il est
composé de trois blocs fonctionnels (figure I.3) [2]

Figure I.3: Schéma d’un récepteur optique

3.3- La fibre optique


La fibre optique est un fil de la taille d’un cheveu, en verre ou en plastique véhiculant
un signal lumineux à la vitesse de la lumière (3x108 m/s), Cette nouvelle technologie permet
le transport d’information avec un débit quasi illimité et sur des grandes distances. [1]

3.3-1. Constitution de la fibre


D'une manière générale, le câble à fibre optique a trois éléments principaux, entre autres :

- Le cœur : est un milieu dans lequel une quantité d'énergie lumineuse sera véhiculée
(canal de transmission).
- La gaine en verre : est la partie qui enveloppe le cœur dont l’indice de réfraction est
plus faible.
- La gaine protectrice : aussi appelée le fourreau (revêtements), assure à son tour la
protection mécanique et chimique adéquate à la fibre optique.

4
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

Figure I.4: Structure d'une fibre optique

3.3-2. Types de fibres


On distingue deux types de fibres optiques qui se différencient par le mode qui est juste
le nombre des chemins. Ces deux types sont : le multimode et le monomode.

3.3-2.1. La fibre multimode à saut d'indice :


Cette fibre est très peu utilisée, dans ce type de fibre l’indice de réfraction « n » reste
constant dans tout le cœur, lorsque le signal rencontre la gaine, il est brusquement réfléchi ce
qui entraîne une déformation importante du signal.

Figure I.5: Fibre optique à saut d’indice

3.3-2.2. La fibre multimode à gradient d'indice :


Cette fibre présente un indice de réfraction du cœur variable, il décroit du centre du cœur
jusqu’à la limite cœur/gaine suivant une loi parabolique. La diminution de l’indice fait que la
lumière se propage plus vite ce qui réduit la dispersion.

Figure I.6: Fibre optique multimode à gradient d'indice

3.3-2.3. La fibre monomode :


Cette fibre est très utilisée en télécommunications et compatibles avec les technologies
modernes, dans cette fibre il y’a un seul mode qui se propage (absence de dispersion). La fibre
monomode a une très grande bande passante permettant la transmission à très grande distance.

5
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

Figure I.7: Fibre optique monomode

3.3-3. Caractéristiques de propagation

3.3-3.1. Ouverture numérique


L’ouverture numérique est une mesure définissant l’angle maximal d’injection d’un
signal dans une fibre optique. Au-delà la fibre ne peut collecter la lumière.

Figure I.8: Ouverture numérique

3.3-3.2. L’atténuation :
C’est une quantité de perte de puissance du signal propagé le long de la fibre, c’est l’une
des principales contraintes de performance. Elle joue un rôle important dans la détermination
de la distance maximale (portée) entre un émetteur et un récepteur.

𝑃𝑒[𝑑𝐵]−𝑃𝑠[𝑑𝐵]
𝐴[dB/km] = ……………. (1)
𝑑[𝑘𝑚]

L’atténuation est causée par :

- L'absorption intrinsèque des matériaux intervient en premier lieu, dans la silice


(composant de base de la plupart des fibres). En second lieu, elle est due à des
impuretés identifiées et relevées donc des défauts intrinsèques à la technique de la
fabrication de matériaux.
- La diffusion : les matériaux utilisés dans la fabrication des fibres optiques (verres)
sont généralement amorphes, ils comportent donc des nombreux agrégats des matières
incohérentes.
- Autres pertes : dans une connexion à fibres, d'autres pertes peuvent être causées par
des courbures trop serrées sur le parcours du câble optique (Affaiblissements de
courbure), ou bien par des raccords entre plusieurs portions de fibre. Il ne s'agit bien
entendu pas de pertes intrinsèques de la fibre, mais de pertes entraînées par la pose des
câbles. [3]

6
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

3.3-3.3. La dispersion :
C’est la déformation de signal lumineux. Cette dispersion due au milieu dispersif de la
fibre se traduit par un étalement temporel caractérisé par un temps de montée τ, qui sera d’autant
plus important que la longueur est grande. [4]

➢ Dispersion modale : Cette dispersion a pour origine les différentes vitesses de


propagation des modes dans une fibre optique multimode.

Figure I.9: Dispersion modale ou intermodale

➢ Dispersion Chromatique : Elle est due à la dépendance entre longueur d'onde et indice
de réfraction. Son influence est aussi en fonction de la largeur spectrale de la source
lumineuse utilisée. Elle s'exprime en ps/nm.km. Elle existe surtout dans les fibres
monomodes à cause de son profil du mode

Figure I.10: Dispersion chromatique ou intramodale

3.3-3.4. La largeur de bande


Par convention, la largeur de bande « BW » définie comme la valeur de fréquence
correspondant à une diminution de 3dB de la sortie par rapport à la valeur maximale. La bande
est inversement proportionnelle à la longueur de la fibre, et est par conséquent exprimée en
MHz ou GHz par unité de longueur MHz.km ou GHz.km.

Le tableau I.1 montre la largeur de bande des différents types de fibres.

Type de fibre La largeur de bande


Multimode à saut d’indice 20 → 100 MHz.km
Multimode à gradient d’indice 150 → 2000 MHz.km
Monomode >10GHz.km
Tableau I.1: La largeur de bande de trois types de fibres

3.3-3.5. Fenêtre optique :


La fenêtre optique est une zone du domaine des longueurs d'onde optiques pour laquelle
la fibre optique présente des affaiblissements faibles. Il existe trois fenêtres utilisées : 850 nm,
1300 nm et 1550 nm.

Le tableau I.2 montre les différentes caractéristiques des trois fenêtres de transmission :

7
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

Longueur d’onde 0 .8 → 0.9 μm 1.3μm 1.5 → 1.6 μm


Type de fibre Multimode Multimode et Monomode
monomode
Atténuation Élevée (3db/km) Faible (0.7db/km) Très faible
(0.2db/km)
Dispersion Importante <3.5ps/nm.km <18 ps/nm.km
Chromatique
Tableau I.2: Les caractéristiques de trois fenêtres de transmission

3.3-4. Avantages et inconvénients de la fibre optique

3.3-4.1. Avantage :
- Atténuation faible du signal.
- Bande passante très large.
- Très forts débits numériques.
- Portée et capacité très supérieure à celles des câbles conducteurs.
- Aucun problème de compatibilité électromagnétique (IEM)
- Faible poids
- Grande souplesse
- Appréciation aussi bien en télécommunications que pour le câblage en aéronautique,
informatique, médecine, et production industrielle.

3.3-4.2. Les inconvénients :


- Pas de transport d’énergie : en fait, les répéteurs doivent être alimentés séparément, soit
localement, soit par second câble électrique, soit par un câble mixte optique et
électrique.
- Pertes de connexion et de couplage.
- Danger dû au rayon lumineux : les densités d’énergie optique émises, par la source de
lumière et éventuellement par l’extrémité de la fibre sont suffisantes pour endommager
définitivement la rétine.

3.3-5. Domaines d’utilisation :


Aujourd’hui, la fibre optique est presque utilisée dans tous les domaines :

- Capteurs et instrumentation
- Liaison et réseaux de données.
- Télécommunications
- Liaisons industrielles : ce sont des applications variées (télémesures, télécommandes,
vidéo surveillance) où l'insensibilité de la fibre aux parasites est un avantage essentiel.

4- Réseaux FTTx
La FTTx (Fiber To The x) consiste à amener la fibre optique au plus près de l’abonné
afin d’augmenter la qualité de service (en particulier le débit).

Les technologies FTTx les plus utilisées sont :

- FTTH (Fiber To The Home ou fibre jusqu’au domicile) : l’abonné est directement
raccordé par fibre optique, on fait parvenir la fibre jusqu’à la maison.

8
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

- FTTB (Fiber To The Building ou fibre jusqu’à l’immeuble) : la connexion en fibre


optique va du répartiteur jusqu’au pied des immeubles ; un équipement
supplémentaire distribue les flux jusque dans les appartements.
- FTTO (Fiber To The Office ou fibre jusqu’au bureau) : offre spécialement dédiée aux
entreprises et aux administrations, on fait parvenir la fibre jusqu’au bureau.
- FTTC (Fiber To The Curb ou fibre jusqu’au sous-répartiteur) : la fibre optique relie la
boucle locale nationale d’un fournisseur d’accès au sous-répartiteur de l’opérateur
historique ; le réseau RTC et xDSL prend alors le relais jusqu’au domicile de
l’abonné.
- FTTN (Fiber To The Neighborhood) : on fait parvenir la fibre jusqu’au quartier. [4]

Figure I.11: Les technologies FTTx les plus utilisées

Le tableau I.3 montre la comparaison entres quelques technologies FTTx

Mode FTTC FTTB FTTO FTTH


d’application
Capacité ONU Une centaine Une dizaine Une entreprise Un foyer unique
/Un bureau
Distance entre 1-3Km <500m 0-50m 0-20m
ONU et
Utilisateur
Interface ONU ADSL/ADSL2+, FE, FE/GE, TDM, FE, Wifi, RF
VDSL2 VDSL2/TDM Wifi
Tableau I.3: Comparaison entre quelques technologies FTTX

3.1- Les architectures FTTx


Deux architectures FTTH sont possibles pour relier les abonnés à l'équipement central
optique (nommé OLT) :

9
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

3.1-1. L’architecture point à point (p2p)


La fibre optique est véritablement déployée de bout en bout depuis les locaux de
l'opérateur (OLT) jusqu’au domicile de chacun des abonnés.

Figure I.12: Architecture point à point (P2P)

3.1-2. Les architectures Point à Multipoint (p2m passives)


Dans un réseau point-à-multipoint (P2M) connu aussi sous le nom de PON, chaque
client est relié dans le réseau optique par l'intermédiaire d'un Splitter (coupleur optique). Dans
tels réseaux, les utilisateurs ont la même bande passante. Le concept d'employer un réseau
optique passif qui est composé uniquement des éléments passifs, est une option attrayante.

Figure I.13: Architecture Point-to-Multipoint (PON)

5- Pourquoi la FTTx dans notre projet ?


La vidéo surveillance devient un type de sécurité qui doit être implémenté dans la
société. L’Algérie est en train de réaliser un réseau d’accès en se basant sur la fibre optique
afin d’améliorer les services existants et de fournir des nouveaux.

En profitant de l’infrastructure existante de la FTTx comme un support de transmission


et ses privilèges, on veut introduire la surveillance des villes :

10
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES SYSTEMES DE TRANSMISSION OPTIQUE

- Amélioration de la qualité de l’image.


- Une plus grande distance.
- Accroissement de la sécurité.
- Une plus longue durée du câblage.
- Fiabilité.

6- Conclusion
La fibre optique est devenue un leader dans le domaine de transmissions de l’information
avec sa fiabilité, sa simplicité et son efficacité. La fibre s’est intégrée dans tous les domaines
surtout les télécommunications et nous a permet de l’exploiter particulièrement la vidéo
surveillance dans les villes, ce qui nous amènent à des villes intelligentes et modernes.

11
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

1- Introduction
A l’origine, un réseau était un ensemble de personnes ou d’objets. Aujourd’hui, on entend
par réseau, les réseaux d’entreprises, qui connectent différentes machines afin de pouvoir les
faire communiquer entre elles. Que ce soit pour le partage de fichiers, l’envoi de messages ou
multimédias, la plupart des entreprises sont dotées d’un réseau afin d’être plus efficientes.

Dans ce chapitre, on va entamer comment les informations (fichier, données, etc.) circulant
sur des réseaux de petite taille (LAN) ou plus grande taille (MAN, WAN), ainsi que la
connectique utilisée.

2- Le concept des réseaux

2.1- Définition
Un réseau est un ensemble de moyens matériels et logiciels géographiquement dispersés
destinés à offrir un service, comme le réseau téléphonique, ou à assurer le transport de données.
Les techniques à mettre en œuvre diffèrent en fonction des finalités du réseau et de la qualité
de service désirée. [5]

Figure II.1: Un ensemble de ressources mises en commun.

2.2- La classification des réseaux

2.2-1. Selon l’étendue géographique


On peut classifier les réseaux selon différents critères. La classification traditionnelle,
fondée sur la notion d’étendue géographique (Figure II.2)

12
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

Figure II.2: schéma représentante les types des réseaux selon l’étendue géographique

Généralement, on adopte la terminologie suivante :

2.2-1.1. LAN
LAN (Local Area Network), réseau local d’étendue limitée à une circonscription
géographique réduite (bâtiment...), ces réseaux destinés au partage local de ressources
informatiques (matérielles ou logicielles) offrent des débits élevés de 10 - 100 Mbit/s jusqu’à 1
Gbit/s en Giga Ethernet.

Figure II.314: Local Area Network

2.2-1.2. MAN
Les MANs (Metropolitan Area Network) interconnectent plusieurs LANs
géographiquement proches (au maximum quelques dizaines de km) à des débits importants.

Ainsi un MAN permet à deux nœuds distants de communiquer comme s’ils faisaient
partie d'un même réseau local.

Un MAN est formé de commutateurs ou de routeurs interconnectés par des liens hauts
débits (en général en fibre optique).

Figure II.4: Metropolitan Area Network

13
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

2.2-1.3. WAN
Un WAN (Wide Area Network) interconnecte plusieurs LANs à travers de grandes
distances géographiques.

Les débits disponibles sur un WAN résultent d'un arbitrage avec le coût des liaisons (qui
augmente avec la distance) et peuvent être faibles.

Les WAN fonctionnent grâce à des routeurs qui permettent de "choisir" le trajet le plus
approprié pour atteindre un nœud du réseau.

Le plus connu des WAN est Internet.

Figure II.5: Wide Area Network

2.2-2. Selon le mode de diffusion de l’information


Les réseaux se différencient, aussi, selon les modes de diffusion de l’information (figure II.6).
On distingue trois modes :

- La source diffuse ses informations vers des stations réceptrices. La relation est
unidirectionnelle de 1 à N (réseau de diffusion). Les réseaux de radiodiffusion
constituent un exemple de ce type de réseau. Les réseaux locaux sont aussi assimilés à
cette catégorie.
- À l’inverse, un ensemble de stations peut envoyer les informations à un seul destinataire.
La relation est aussi unidirectionnelle, mais de N à 1 (réseaux de collecte). Les réseaux
de télémesure constituent un exemple de ce mode de fonctionnement.
- D’une manière plus générale, un abonné d’un réseau désire pouvoir atteindre tous les
autres abonnés ou une partie de ceux-ci. Le réseau doit établir une relation de 1 à 1
parmi N. Ces réseaux, de mise en relation, sont dits réseaux de commutation, le réseau
téléphonique (RTC) en est un exemple.

14
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

Figure II.6: Classification selon les modes de diffusion de l’information.

2.3- Les catégories des réseaux

2.3-1. Peer to peer (P2P)


Chaque poste ou station fait office de serveur et les données ne sont pas centralisées,
l’avantage majeur d’une telle installation est son faible coût en matériel (les postes de travail et
une carte réseau par poste). En revanche, si le réseau commence à comporter plusieurs machines
(>10 postes) il devient impossible à gérer.

Par exemple : Si on a 4 postes et 10 utilisateurs, chaque poste doit contenir les 10 mots
de passe afin que les utilisateurs puissent travailler sur n’importe lequel des postes. Mais si
maintenant il y a 60 postes et 300 utilisateurs, la gestion des mots dépasse devient difficile.

2.3-2. Server/Client
Il ressemble un peu au réseau poste à poste mais cette fois-ci, on y rajoute un poste plus
puissant, dédié à des tâches bien précises.

Cette nouvelle station s’appelle serveur. Le serveur centralise les données relatives au
bon fonctionnement du réseau.

Dans l’exemple précédant, c’est lui qui contient tous les mots de passe.

Ainsi, ils ne se trouvent plus qu’à un seul endroit. Il est donc plus facile pour
l’administrateur du réseau de les modifier ou d’en créer d’autres.

L’avantage de ce type de réseau est sa facilité de gestion des réseaux comportant


beaucoup de postes. Son inconvénient majeur est son coût souvent très élevé en matériel. [5]

2.4- Les topologies des réseaux


Un réseau informatique est constitué d'ordinateurs reliés entre eux grâce à du matériel
(câblage, cartes réseau, ainsi que d'autres équipements permettant d'assurer la bonne circulation
des données).

15
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

2.4-1. Bus
Dans une topologie en bus tous les ordinateurs sont reliés à une même ligne de
transmission par l'intermédiaire de câble, généralement coaxial. Le mot "bus" désigne la ligne
physique qui relie les machines du réseau.

Figure II.7: Topologie en bus

2.4-2. Anneau
Dans un réseau en topologie en anneau, les ordinateurs communiquent chacun à leur
tour, on a donc une boucle d'ordinateurs sur laquelle chacun d'entre eux va "avoir la parole"
successivement.

Figure II.815: Topologie en anneau

2.4-3. Etoile
Dans une topologie en étoile, les ordinateurs du réseau sont reliés à un système matériel
appelé Hub ou concentrateur.

Il s'agit d'une boîte comprenant un certain nombre de jonctions auxquelles on peut


connecter les câbles en provenance des ordinateurs.

Celui-ci a pour rôle d'assurer la communication entre les différentes jonctions.

16
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

Figure II.9: Topologie en Etoile

Contrairement aux réseaux construits sur une topologie en bus, les réseaux suivant une
topologie en étoile est beaucoup moins vulnérable car on peut aisément retirer une des
connexions en la débranchant du concentrateur sans paralyser le reste du réseau.

2.5- Le modèle de référence OSI de ISO


La première évolution des réseaux informatiques a été des plus anarchiques, chaque
constructeur développant sa propre technologie. Le résultat fut une quasi-impossibilité de
connecter différents réseaux entre eux.

Pour pallier à ce problème d’interconnections, l’ISO décida de mettre en place un


modèle de référence théorique décrivant le fonctionnement des communications réseaux.

Le modèle OSI est un modèle conceptuel. Il a pour but d’analyser la communication en


découpant les différentes étapes en 7 couches, chacune de ces couches remplissant une tâche
bien spécifique :

▪ Couche 1 : Couche physique


La couche physique définit les spécifications du média (câblage, connecteur, voltage,
bande passante…).
▪ Couche 2 : Couche liaison de donnée
La couche liaison de donnée s’occupe de l’envoi de la donnée sur le média. Cette couche
est divisée en deux sous-couches :
- La sous-couche MAC (Média Access Control) est chargée du contrôle de l’accès au
média. C’est au niveau de cette couche que l’on retrouve les adresses de liaison de
donnée (MAC).
- La sous-couche LLC (Layer Link Control) s’occupe de la gestion des communications
entre les stations et interagit avec la couche réseau.
▪ Couche 3 : Couche réseau
Cette couche gère l’adressage de niveau trois, la sélection du chemin et l’acheminement
des paquets au travers du réseau.
▪ Couche 4 : Couche transport
La couche transport assure la qualité de la transmission en permettant la retransmission
des segments en cas d’erreurs éventuelles de transmission. Elle assure également le contrôle du
flux d’envoi des données.
▪ Couche 5 : Couche session

17
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

La couche session établit, gère et ferme les sessions de communications entre les applications.
▪ Couche 6 : Couche présentation
La couche présentation spécifie les formats des données des applications (encodage,
compression, encryptions).
▪ Couche 7 : Couche application
Cette couche assure l’interface avec les applications, c’est la couche la plus proche de
l’utilisateur.

Figure II.10: Modèle OSI

3- Le protocole TCP/IP
Les protocoles TCP/IP sont structurés en quatre couches conceptuelles distinctes,
construites au-dessus d’une cinquième, la couche ‘matériel’. Le schéma suivant montre les
couches conceptuelles [6] :

Figure II.11: Modèle TCP/IP

18
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

3.1- Les couches du protocole

3.1-1. La couche Application


Au plus haut niveau, les utilisateurs appellent des programmes d’applications qui
accèdent aux services disponibles sur TCP/IP. Une application interagie avec les protocoles de
couche transport pour émettre et recevoir des données. Chaque programme d’application choisit
le type de transport qu’il souhaite (soit une suite de messages isolés soit un flux continu
d’octets). Les programmes d’applications remettent les données à la couche transport dans la
forme requise pour leur acheminement.

3.1-2. La couche Transport


Le premier devoir d’une couche transport est de permettre des communications de
programme à programme. La couche transport peut réguler le flux des informations. Elle peut
assurer un transport fiable, en garantissant alors que les données arrivent sans erreur et dans
l’ordre de leur émission. Pour ce faire elle demande à l’extrémité réceptrice de renvoyer des
accusés de réception et elle fait retransmettre les paquets perdus (le mode connecté avec le
protocole TCP). Comme elle peut aussi transporter des paquets avec un service non fiable et
sans récupération des paquets perdus (le mode non connecté avec le protocole UDP). Les
protocoles de transport découpent le flux de données en paquets et transmettent chaque paquet
avec son adresse de destination à la couche suivante.

3.1-3. La couche Internet


La couche Internet (IP) gère les communications de machine à machine. Elle accepte la
demande de transmission de paquet provenant de la couche transport accompagnée de
l’identification de l’ordinateur destinataire, encapsule le paquet dans un datagramme IP dont
elle remplit l’en-tête. En plus, la couche Internet émet des messages d’erreur et de supervision
ICMP (Internet Control Message Protocol), chaque fois que cela est nécessaire.

3.1-4. La couche Interface réseau


Il s’agit de la couche de plus bas niveau des protocoles TCP/IP. C’est la couche
d’interface avec le réseau, elle est chargée d’accepter des datagrammes IP et de les transmettre
sur des réseaux spécifiques. Une interface réseau peut être constituée d’un pilote de
périphérique (lorsque le réseau est local) ou d’un sous-système complexe qui utilise son propre
protocole de liaison de données.

3.2- Architecture d’une pile TCP/IP

19
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

Figure II.12: La pile TCP/IP

La correspondance entre le modèle OSI et le modèle TCP/IP est représentée dans le


schéma suivant (figure II.12) :

Figure II.13: La correspondance entre le modèle OSI et le modèle TCP/IP

3.3- Les principaux protocoles utilisés en transmission vidéo

3.3-1. Les protocoles de couche Internet

3.3-1.1. Protocole IP
Le protocole IP « Internet Protocol » est un protocole de réseau (niveau 3) du modèle
OSI. Un paquet conforme à IP a une taille de 20 octets et plus. Une trame IP version 4 est
constituée d’un en-tête suivi d’un champ de données. Sa structure précise est détaillée dans le
schéma suivant :

20
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

Figure II.14: Structure d'un datagramme IP

3.3-1.2. Protocole ICMP


C’est une partie du protocole IP, gère les messages d’erreur et de commande. Plus
précisément, les routeurs et les ordinateurs hôtes utilisent ICMP pour rendre compte aux
émetteurs des problèmes survenus aux datagrammes qu’ils ont envoyés. ICMP comporte
également un mécanisme de demande/réponse en écho qui permet à un utilisateur de vérifier si
certaines machines sont actives et accessible.

3.3-1.3. Protocole ARP


Protocole TCP/IP utilisé pour faire le mappage entre l’adresse de haut niveau IP et
l’adresse physique (MAC).

3.3-2. Les protocoles de couche Transport

3.3-2.1. Protocole UDP


UDP est un protocole de transport (couche 4) du modèle OSI. Il a très peu d’options à gérer et
l’en-tête des paquets UDP est beaucoup plus petit, ce qui contribue à rendre son traitement plus
rapide. Le transport est en mode non connecté est donc non fiable et sans garantie de
séquencement des datagrammes. Il n’y a pas de contrôle de reprise sur erreur, mais UDP indique
qu’il y a eu erreur. Il apporte la possibilité de distinguer plusieurs destinations sur un même
ordinateur. Un programme d’application qui utilise UDP doit gérer les problèmes de fiabilité,
pertes de messages, duplications, retards, déséquencement et perte de connectivite. Chaque
message UDP est appelé datagramme (datagramme UDP). Du point de vue conceptuel, le
datagramme comporte deux parties ; un en-tête fixe (8 octets) et une zone de données.

21
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

Figure II.15: Structure générale d'un datagramme UDP

3.3-3. Les protocoles de couche Application


Les protocoles suivants utilisent les protocoles d’Internet tel qu’IP, UDP, TCP. Ils
peuvent cependant être utilisés sur une interface Ethernet ou une interface IEEE 1394.

3.3-3.1. Les protocoles de transmission


➢ Real-time Transport Protocol
Le protocole RTP permet de transporter des données multimédias par l'internet et le
transport des données en temps réel, incluant l’audio et la vidéo. Il peut être utilisé sur
réservation de bande ou de façon interactive. RTP consiste en un ensemble de données et une
structure de contrôle nommée RTCP. La partie des données de RTP définit un protocole simple
incluant la reconstruction de trame, la détection de perte, la sécurité et l’identification du
contenu.

Le transport de RTP se fait sous le protocole UDP après qu’une session a été acceptée.
C’est pourquoi un protocole de gestion de session, tel SIP, doit être utilisé pour annoncer
l’arrivé d’une session ou des paquets, contenant le protocole RTP.

La taille de l’en-tête de RTP est fixée à 16 octets. Une trame RTP est constituée comme suit :

Figure II.16: Format d'un paquet RTP

Le protocole RTP offre des moyens aux applications pour :

- -Reconstituer la base de temps des flux de données audio, vidéo et temps réel en
général.
- Détecter rapidement les pertes de paquets, et en informer la source dans des délais
compatibles avec le service.
- L’en-tête RTP contient plusieurs informations pour la synchronisation et la remise en
forme de signal par le récepteur : horodatage, indice de flux…
- Identifier le contenu des données et permettre leur transmission sécurisée.

22
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

De même le protocole RTP :


- Ne réserve pas de ressources, et n’exerce aucune action directe sur le comportement
du réseau.
- N’apporte aucune fiabilité, car il est utilisé au-dessus d’UDP/IP.
- Ne garantit pas de délai de livraison.
- Ne contient aucun mécanisme de contrôle de flux.

➢ RTCP (Real-Time Control Protocol)


RTCP donne le support au transport de l’audio ou de la vidéo en temps réel, tel que les
conférences multimédias, de groupe de n’importe quelle taille sur l’internet. Ce support inclut
l’identification de source et le support au pont audio/vidéo ainsi que la traduction des paquets
de plusieurs destinataires vers un récepteur.

Ce protocole offre aussi l’état de la qualité de service pour les groupes ainsi que la
synchronisation des données.

3.3-3.2. Les protocoles de gestion de sessions


Les protocoles sont utilisés pour identifier ou annoncer certains protocoles de niveau
application. Ces protocoles permettent la gestion de sessions. Un exemple de gestion est
d’annoncer les sessions et les ports de communication de RTP ou de contrôler le débit de la
session.

La figure suivante montre un exemple d’empilement des protocoles.

Figure II.17: Empilement de SDP, SIP ...

➢ SIP (Session Initialisation Protocol)


SIP est un nouveau protocole de signalisation de l’IETF pour l’établissement en temps
réel des appels et des conférences sur les réseaux IP. Chaque session dans une communication
peut inclure différents types de données telles que l’audio et la vidéo. SIP gère seulement la
partie de signalisation des communications IP. Ceci veut dire que le flot de données est géré
par un moyen différent. SIP utilise SDP pour la description d’information sur l’encodage du
média.

23
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES RESEAUX

➢ SDP (Session Description Protocol)


SDP est un protocole pour décrire l’audio et la vidéo dans les sessions multimédias. Les
protocoles SIP, MGCP, SAP et RTSP utilisent tous UDP comme façon de présenter
l’information transmise.

➢ H.323
Le protocole H.323 est le nom donné à un ensemble de protocoles de communication
développé par ITU.

Le schéma suivant montre un empilement des protocoles de la famille H.323. Par


exemple H.225 s’occupe des initiations de session telle que SIP et SDP le font. [7]

Figure II.18: Empilement des protocoles de famille H.323

4- Conclusion
Le protocole est l’un des piliers sur lequel repose les différentes communications informatiques.
Comme on a vu, le modèle de communication TCP/IP est le modèle qui utilise le IP. Ce se base sur la
notion d’encapsulation : initialement, les données sont encapsulées avec ses informations puis elles
passeront à la couche inférieure. Au niveau de chaque couche, l’hôte (machine) fait le même travail :
prend la trame, ajoute des entêtes et autre information et envoie vers la couche inferieure jusqu’à la
dernière couche qui envoie les données dans le support de transmission.

24
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

1- Introduction
Les systèmes de vidéosurveillance existent depuis environ 25 ans. Intégralement
analogiques à leurs débuts, ils ont évolué progressivement vers la technologie numérique. Les
systèmes actuels ne ressemblent pas aux anciennes caméras analogiques branchées sur des
magnétoscopes traditionnels. Aujourd’hui, ils utilisent les caméras réseau et les serveurs
informatiques pour l’enregistrement vidéo dans un système entièrement numérique. Entre les
systèmes analogiques traditionnels et les systèmes numériques, il existe toute une série de
solutions partiellement numériques incluant une quantité variable de composants numériques.

Dans ce chapitre, on va toucher la vidéosurveillance : son évolution depuis son apparition,


un système de IP-surveillance et pourquoi ce dernier par rapport aux autres ?

2- Évolution des systèmes de vidéosurveillance :

2.1- Systèmes de vidéosurveillance analogique avec magnétoscopes traditionnels


Un système de vidéosurveillance analogique utilisant un magnétoscope traditionnel (VCR)
est un système entièrement analogique dans lequel les caméras analogiques avec sorties
coaxiales sont reliées au magnétoscope pour l’enregistrement. Les bandes utilisées sont
identiques à celles utilisées par les particuliers. Les séquences vidéo ne sont pas compressées.
Dans le cas d’un enregistrement à vitesse maximale, une cassette a une durée maximale de 8
heures. Dans les systèmes de plus grande envergure, un quad ou multiplexeur peut être connecté
entre la caméra et le magnétoscope. Le quad/multiplexeur permet alors d’enregistrer le contenu
de plusieurs caméras sur un même magnétoscope, mais selon une fréquence d’image cependant
inférieure. La surveillance vidéo nécessite un moniteur analogique.

2.2- Systèmes de vidéosurveillance analogique avec enregistreurs numériques


Un système de vidéosurveillance analogique utilisant un enregistreur numérique (DVR) est
un système analogique permettant l’enregistrement numérique des images. Avec un
enregistreur numérique, l’enregistrement vidéo ne se fait plus sur bandes magnétiques mais sur
des disques durs où les séquences sont numérisées et compressées de manière à emmagasiner
chaque jour un maximum d’images. Les premiers enregistreurs numériques disposaient d’un
espace disque limité. La durée des enregistrements était donc assez restreinte, à moins de
réduire la fréquence d’images. Grâce aux progrès récents dans ce domaine, l’espace disque ne
pose plus réellement problème. La plupart des enregistreurs numériques disposent en outre de
plusieurs entrées vidéo (en général 4, 9 ou 16), ce qui leur permet d’intégrer les fonctionnalités
du quad ou des multiplexeurs.

Les enregistreurs numériques présentent les avantages suivants :

- Pas besoin de changer de cassette


- Qualité constante de l’image

25
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

2.3- Systèmes de vidéosurveillance analogiques avec enregistreurs numériques


réseau
Un système de vidéosurveillance analogique passant par un enregistreur numérique (DVR)
réseau est un système en partie numérique comprenant un enregistreur numérique réseau
connecté via un port Ethernet. La vidéo étant numérisée et compressée sur l’enregistreur
numérique, les images peuvent être transportées sur un réseau informatique à des fins de
surveillance sur PC distant. Certains systèmes permettent à la fois la visualisation des séquences
en direct et des séquences enregistrées ; d’autres se limitent aux images enregistrées. Sur
certains systèmes, la surveillance vidéo requiert en outre un client Windows spécifique, tandis
que d’autres nécessitent un simple navigateur web standard, plus flexible pour une visualisation
à distance.

Les enregistreurs numériques réseau présentent les avantages suivants :

- Visualisation vidéo à distance sur PC


- Contrôle du système à distance

2.4- Systèmes de vidéo sur IP avec serveurs vidéo


Un système de vidéo sur IP associé à un serveur vidéo comprend un serveur vidéo, un
commutateur réseau et un PC équipé d’outils de gestion vidéo. La caméra analogique est
branchée sur le serveur vidéo, lequel assure la numérisation et la compression des séquences
vidéo. De son côté, le serveur vidéo est connecté sur le réseau qui transporte la vidéo vers un
PC ou serveur via un commutateur réseau. La vidéo est alors enregistrée sur le disque dur du
PC. Il s’agit alors d’un véritable système de vidéo sur IP.

Ce système utilisant les serveurs vidéo présentent les avantages suivants :

- Recours à un réseau standard et à un serveur informatique standard pour l’enregistrement


et le traitement vidéo.
- Possibilité d’enregistrement hors-site.
- Système évolutif pouvant être élargi par ajout de nouvelles caméras réseau.

2.5- Systèmes de vidéo sur IP avec caméras réseau


Une caméra réseau associe une caméra et un ordinateur. Permettant la numérisation et la
compression vidéo, elle est en outre équipée d’un connecteur réseau. La vidéo est acheminée
par réseau IP via les commutateurs réseau, pour être enregistrée sur un PC/serveur standard à
l’aide d’outils de gestion vidéo. Il s’agit d’un système de vidéo sur IP à part entière, doublé
d’un système entièrement numérique n’utilisant aucun composant analogique.

Les systèmes de vidéo sur IP reposant sur l’utilisation de caméras réseau présentent les
avantages suivants :

- Caméras haute résolution.


- Qualité constante de l’image.
- Fonction d’alimentation par câble Ethernet (Power over Ethernet) et réseau sans fil.
- Fonctions panoramique/inclinaison/zoom, audio, entrées et sorties numériques sur IP.
- Grandes flexibilité et évolutivité. [9]

26
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

Figure III.1: Systèmes de vidéo sur IP avec caméras réseau

3- Système d’IP-Surveillance

3.1- Définition
La vidéo sur IP – souvent appelée IP-Surveillance dans le cadre d’applications spécifiques
de vidéosurveillance, de sécurité et de contrôle distant – est un système permettant à ses
utilisateurs de visualiser et d’enregistrer des images vidéo via un réseau IP
(LAN/WAN/Internet).

À la différence des systèmes analogiques, la vidéo sur IP utilise le réseau informatique


plutôt qu’un système de câblage point-à-point pour transmettre les informations. Le terme vidéo
sur IP englobe à la fois les sources vidéo et audio véhiculées par le système. Dans une
application de vidéo sur IP, les flux d’images vidéo numériques peuvent être transférés
n’importe où dans le monde via un réseau IP câblé ou sans fil, permettant une visualisation et
une enregistrement vidéo en tout point du réseau.

La vidéo sur IP est utilisée dans un grand nombre de situations. En pratique, cependant, ses
applications concernent surtout deux grandes catégories :

- Sécurité et vidéosurveillance : grâce à ses fonctions avancées, la vidéo sur IP s’avère


particulièrement indiquée pour les applications de sécurité et de vidéosurveillance. La
souplesse des techniques numériques renforce la capacité à protéger les personnes, les
biens et les propriétés.
- Contrôle distant : la vidéo sur IP permet aux utilisateurs d’obtenir à tout instant des
informations sur une opération en cours, et de la suivre en temps réel. Cette
caractéristique en fait une technologie idéale pour assurer le contrôle des installations,
des personnes et des locaux, sur place ou à distance.

Un système de vidéo sur IP comprend différents composants, tels que les caméras réseau,
les encodeurs vidéo et un logiciel de gestion vidéo. Les autres composants, y compris le réseau,
le stockage et les serveurs, sont tous des équipements informatiques standard.

27
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

Internet/ Cloud

Figure III.2: Réseau IP Surveillance

4- Comparaison entre la vidéosurveillance analogique et


vidéosurveillance sur IP
Pour différencier entre les types de vidéosurveillance, on doit connaitre les avantages, les
inconvénients de chacun des deux et aussi déterminer le critère qui nous a mené à choisir un
système.

Vidéosurveillance analogique Vidéosurveillance IP

Elle est composée de : Elle est composée de :


Equipements

- Caméras intérieures - Caméras intérieures


- Caméras extérieures - Caméras extérieures
- Enregistreur DVR - Enregistreur NVR
- Connecteurs - Connecteurs
- Microphone - Microphone

Les caméras analogiques délivrent Une caméra IP, ou caméra réseau,


Fonctionnement

des vidéos dans un format qui numérise le signal en utilisant un


peut être visualisé sur un simple encodeur spécialisé qui contient
téléviseur et un enregistreur un serveur WEB intégré. La
numérique. caméra IP devient ainsi un
périphérique réseau, en local et
sur Internet.

28
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

- Maitrise des couts : moins - Sécurité : Cryptage intégré


chères que les caméras IP - Réception sans fil :
- Disponibilité : Gamme augmentation des distances
étendue et beaucoup plus de couvertes par les caméras IP par
choix que les caméras IP relais et ponts Wifi
- Compatibilité : toutes les - Installation simplifiée :
marques et les modèles sont Périphérique réseau qui utilise
Avantages

compatibles entre eux les câblages existants.


- Accès à distance :
Connexion rapide et directe à
une caméra IP par Internet
- Enregistrement : toutes les
caméras de votre réseau même
séparées géographiquement ne
nécessitent qu’un seul
enregistreur NVR.

- Enregistrement : chaque zone


protégée nécessite son propre
Inconvénients

enregistreur DVR - Prix élevé : supérieur à celui


- Caractéristiques limitées : des caméras de
certaines caméras n’ont pas le vidéosurveillance analogiques.
zoom ou l’audio.
- Non adapté à la couverture de
grandes distances
Tableau III.4: Comparaison entre la vidéosurveillance analogique et sur IP

5- Pourquoi la vidéosurveillance sur IP ?

5.1- La haute résolution

Avec les caméras analogiques, le faible niveau de résolution des caméras analogiques est
une contrainte qu’on peut la dépasser par les caméras réseau. Une caméra réseau de 5
mégapixels de résolution donne dix fois plus de détails qu'une caméra analogique.

De nombreuses caméras analogiques travaillent à une résolution de 704 x 480 pixels, mais
les cameras réseau atteignent des valeurs de résolution bien plus élevées, telle que la HDTV
(720p/1080p) et même 5 mégapixels (2560 x 1920). Cela veut dire qu’on peut couvrir une zone
plus vaste ou obtenir une image plus détaillée pour répondre aux besoins bien plus importants
de l'identification.

29
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

Figure III.3: les résolutions obtenues des caméras réseau

1 : 4 CIF (704 x 576)


2 : SVGA (800 x 600)
3 : HDTV 720p (1280 x 720)
4 : HDTV 1080p (1920 x 1080)
5 : 3 MP (2048 x 1536)
6 : 5 MP (2592 x 1944)
7 : 4K (3840 x 2160)

5.2- Facile à installer


Les caméras réseau se branchent plus facilement au réseau de données et on n’a pas à
investir dans de nouvelles infrastructures de câblage. En utilisant l'alimentation par Ethernet
(PoE), un seul câble suffit pour transmettre l'alimentation électrique, la vidéo et les données.

Figure III.4: Alimentation d'une caméra analogique et caméra réseau alimentée via POE

5.3- La numérisation complète

La qualité d'une image fournie par une caméra réseau ne se dégradera pas après transport
sur de longues distances ou conversion entre différents formats.

30
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

Un signal analogique, en revanche, perd en qualité après transport et conversion. Le signal


numérique ne varie pas et sa qualité sera toujours conservée. Une seule caméra réseau peut
également transmettre différentes parties d'une image à plusieurs destinataires en même temps,
minimisant ainsi le besoin de bande passante et de stockage.

5.4- Caméra intelligente


Les caméras réseau peuvent réaliser bien plus que le simple fait de produire un flux vidéo.
Les caméras contiennent une forme d'« intelligence », qui leur permet de réaliser un certain
nombre de tâches, afin d'alléger le travail des opérateurs tout en procurant des informations
commerciales essentielles et en augmentant l'efficacité de la surveillance

En activant la détection de mouvement, la caméra déclenchera un événement dès que


quelque chose se passe dans la scène. Une alarme anti-sabotage intégrée avertira l'opérateur si
la caméra s'arrête de fonctionner.

Figure III.5: Déclanchement d'un évènement lors d'une détection de mouvement

Une autre application utile est la détection de passage. Cette application détecte les
objets en mouvement qui traversent une ligne virtuelle, permettant de déclencher
automatiquement un événement.

Les fonctionnalités des caméras réseau peuvent évoluer grâce à l'ajout de nouvelles
applications.

5.5- Intégration complète


Un seul câble suffit pour transmettre à la caméra réseau l'alimentation, la vidéo, l'audio, le
contrôle PTZ et les E/S, ce qui se traduit par des économies, une fonctionnalité accrue et une
grande facilité d'intégration.

En utilisant les ports d'entrée et de sortie de caméra, vous pouvez activer les contrôles
d'accès physique, avec ou sans la supervision d'un opérateur. Grâce aux fonctionnalités audio
bidirectionnelles, un opérateur peut communiquer verbalement avec une personne se tenant
devant la caméra. La caméra peut également utiliser les fonctionnalités audios pour la détection,
et déclencher des alarmes ou des enregistrements.

Pour les caméras analogiques PTZ, un autre câble est nécessaire pour le contrôle des
fonctions panoramique, inclinaison et zoom. Pour ajouter l'audio, vous avez besoin encore d'un
autre câble, ce qui, ajouté aux câbles vidéo et d'alimentation, rend l'infrastructure rigide et
onéreuse.

31
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

5.6- Sécurité intégrée


Les caméras réseau permettent le cryptage de la vidéo, ainsi que le contrôle à différents
niveaux des accès des usagers. Vous pouvez donc contrôler exactement la personne qui
visualise les contenus de votre système et votre vidéo est sécurisée contre toute forme de
manipulation par des tiers.

5.7- Mouvement extrêmement net


Il ne se produit aucun problème d'entrelacement avec une caméra réseau. Comme elle utilise
le balayage progressif, l'image entière est capturée pour chaque image transmise avec une
qualité bien supérieure.

Toutes les caméras capturent une image entière à chaque fois. Les caméras réseau utilisent
le balayage progressif, pour lequel toute l'image est balayée à chaque passage.

La plupart des caméras analogiques utilisent le balayage entrelacé. Dans ce cas, seules les
lignes de numéro impair sont balayées au premier passage et les lignes de numéro pair sont
balayées au passage suivant. Les deux sous-ensembles sont ensuite associés pour former une
seule image. Le problème est que tout mouvement se produisant entre deux passages apparaîtra
flou sur l'image finale.

Figure III.6: Caméra réseau supporte le balayage progressif

5.8- Évolutivité assurée


Une vidéosurveillance réalisée avec des caméras réseau est aisée à étendre en cas de besoin.
Le câblage est bien moins complexe que pour un système analogique, et, grâce à la mise en
place de normes ouvertes, vous n'êtes plus lié à une technologie exclusive.

5.9- Nouvelles possibilités


Grâce à un système de surveillance reposant sur IP, vous pouvez évoluer et faire face à de
nouvelles opportunités et défis. Grâce aux normes ouvertes et à l'architecture avec plugins, les
caméras peuvent s'adapter aux technologies les plus récentes.

Un système IP offre de nombreux avantages par rapport à un système analogique. Une


interface Web intégrée à la caméra permet un accès aisé. La gestion du système et le stockage
sont contrôlés à distance.

32
CHAPITRE III : LA VIDEOSURVEILLANCE SUR IP

6- Conclusion
La technologie analogique fait réellement partie du passé. Beaucoup moins flexible que
l’IP, proposant une qualité d’image très inférieure, l’analogique tend à disparaître.

Les systèmes de surveillance sur IP offrent de nombreux avantages et notamment, une


qualité d'image élevée, une sécurité intégrée et la possibilité d'ajouter des fonctions d'analyse
vidéo.

Les produits sont simples à installer et le système de sécurité peut s'agrandir en ajoutant
simplement plus de dispositifs au réseau.

33
CHAPITRE IV : SIMULATION D’UN SYSTEME DE TELE-VIDEOSURVEILLANCE

CHAPITRE IV : SIMULATION D’UN SYSTEME DE TELE-


VIDEOSURVEILLANCE

1- Introduction
L'idée de notre projet consiste à profiter de l'existant pour créer le nouveau : c’est à dire
on profite de l'infrastructure de la FTTx qui est déjà posée pour transmettre le flux de vidéos
des caméras qui sont installées dans la ville vers un centre de supervision.

Alors le projet se base sur :

- Partie accès ou terminaison c’est à dire l’ensemble des caméras et switchs d'une part et
les systèmes de monitoring (serveur) d'une autre part.

Puisqu’on n’a pas pu réaliser le projet on va faire une partie de simulation en utilisant le
logiciel Packet tracer

2- Simulation du système en utilisant le Packet tracer


2.1- Présentation de l’outil de simulation
Packet Tracer est un simulateur de matériel réseau Cisco. Cet outil est créé par Cisco
Systems qui le fournit gratuitement aux centres de formation, étudiants et diplômés participant,
ou ayant participé, aux programmes de formation Cisco (Cisco Networking Academy). Le but
de Packet Tracer est d'offrir aux élèves et aux professeurs un outil permettant d'apprendre les
principes du réseau, tout en acquérant des compétences aux technologies spécifiques de Cisco.
Il peut être utilisé pour s’entraîner, se former, préparer les examens de certification Cisco, mais
également pour de la simulation réseau.

Figure IV.1: Interface du logiciel Cisco Packet Tracer

2.2- Application
L’application consiste à modeler un système de vidéosurveillance contenant :

- Des caméras réseau


- Un détecteur de mouvement

34
CHAPITRE IV : SIMULATION D’UN SYSTEME DE TELE-VIDEOSURVEILLANCE

- Des switchs
- Des routeurs
- Un serveur pour l’enregistrement
- Des liaisons en cuivre (câble à paires torsadées)
- Des fibres optiques

Voilà l’espace de travail du logiciel Cisco Packet tracer

Figure IV.2: L’espace de travail du logiciel Cisco Packet tracer

2.2-1. La mise en place des équipements :


Voici le plan après la mise en place des équipements

35
CHAPITRE IV : SIMULATION D’UN SYSTEME DE TELE-VIDEOSURVEILLANCE

Figure IV.3: La mise en place des composants du système

Voici une partie du plan général :

Figure IV.4: Une partie du système contenant le serveur

2.2-2. La configuration des équipements :

Le tableau suivant montre les interfaces et l’adressage IP de tous les équipements du système

36
CHAPITRE IV : SIMULATION D’UN SYSTEME DE TELE-VIDEOSURVEILLANCE

Quartier Equipement Interface @ IP


Serveur Fa0 10.0.0.1/24
Centre de surveillance Fa4/0 10.0.10.100/24
RCenter
Fa5/0 10.0.0.10/24
Fa4/0 10.0.0.1/24
RQ1
Fa5/0 10.0.10.1/24
Cam1.1 Fa0 10.0.1.1/24
Quartier 1
Cam1.2 Fa0 10.0.1.2/24
Cam1.3 Fa0 10.0.1.3/24
Cam1.4 Fa0 10.0.1.4/24
Fa4/0 10.0.0.1/24
RQ2
Fa5/0 10.0.10.2/24
Cam2.1 Fa0 10.0.2.1/24
Quartier 2 Cam2.2 Fa0 10.0.2.2/24
Cam2.3 Fa0 10.0.2.3/24
Cam2.4 Fa0 10.0.2.4/24
Cam2.5 10.0.2.5/24
Fa4/0 10.0.0.1/24
RQ3
Fa5/0 10.0.10.3/24
Cam3.1 Fa0 10.0.3.1/24
Quartier 3
Cam3.2 Fa0 10.0.3.2/24
Cam3.3 Fa0 10.0.3.3/24
Cam3.4 Fa0 10.0.3.4/24
Fa4/0 10.0.0.1/24
RQ4
Fa5/0 10.0.10.4/24
Cam4.1 Fa0 10.0.4.1/24
Quartier 4
Cam4.2 Fa0 10.0.4.2/24
Cam4.3 Fa0 10.0.4.3/24
Cam4.4 Fa0 10.0.4.4/24
Fa4/0 10.0.4.1/24
RQ5
Fa5/0 10.0.10.5/24
Cam5.1 Fa0 10.0.5.1/24
Quartier 5
Cam5.2 Fa0 10.0.5.2/24
Cam5.3 Fa0 10.0.5.3/24
Cam5.4 Fa0 10.0.5.4/24
Fa4/0 10.0.0.1/24
RQ6
Fa5/0 10.0.10.6/24
Cam6.1 Fa0 10.0.6.1/24
Quartier 6
Cam6.2 Fa0 10.0.6.2/24
Cam6.3 Fa0 10.0.6.3/24
Cam6.4 Fa0 10.0.6.4/24
Fa4/0 10.0.0.1/24
RQ7
Fa5/0 10.0.10.7/24
Quartier 7 Cam7.1 Fa0 10.0.7.1/24
Cam7.2 Fa0 10.0.7.1/24
MotionDetector Fa0 10.0.7.3/24
Fa4/0 10.0.0.1/24
RQ8
Fa5/0 10.0.10.8/24
Quartier 8 Cam8.1 Fa0 10.0.8.1/24
Cam8.2 Fa0 10.0.8.1/24
Cam8.3 Fa0 10.0.8.3/24
Tableau IV.1: l’adressage IP de tous les équipements du système

37
CHAPITRE IV : SIMULATION D’UN SYSTEME DE TELE-VIDEOSURVEILLANCE

Apres l’attribution des adresses IP, on configure le serveur de la supervision :

Figure IV.5: La configuration du serveur

- On crée des comptes pour pouvoir gérer l’accès à chaque quartier :

Quartier User Name Password


Quartier1 Q1 1111
Quartier2 Q2 2222
Quartier3 Q3 3333
Quartier4 Q4 4444
Quartier5 Q5 5555
Quartier6 Q6 6666
Quartier7 Q7 7777
Quartier8 Q8 8888
Tableau IV.2: Comptes pour accéder à chaque quartier

2.2-3. Test et résultats


On teste la configuration sur un quartier :
1- Accéder au navigateur du Server et taper son @ IP
2- Accéder au quartier voulu (selon le tableau ci-dessus)
3- Les boutons des caméras sont en rouge, c-à-d qu’elles ne marchent pas, on les active

38
CHAPITRE IV : SIMULATION D’UN SYSTEME DE TELE-VIDEOSURVEILLANCE

Figure IV.6: Figure représentant un quartier supervisé par des cameras

- Caméras avant l’activation

Figure IV.7: Interface d'une caméra sur l'écran de supervision avant l'activation

39
CHAPITRE IV : SIMULATION D’UN SYSTEME DE TELE-VIDEOSURVEILLANCE

- Caméras après l’activation

Figure IV.8; Interface d'une caméra sur l'écran de supervision après l'activation

Comme la figure précédente montre, notre système de vidéosurveillance marche d’une


façon correcte.

40
CONCLUSION GENERALE

CONCLUSION GENERALE

Cette étude nous a permis de découvrir le système de transmission par fibre optique qui

représente l’une des meilleures technologies dans la transmission des données en termes de

débit et faisabilité. Aussi, ce genre de système joue un rôle important dans des diverses

applications.

Les applications, qui sont utilisées dans les différents systèmes d’information tel que le

système de vidéosurveillance, convergent vers NGN.

Les réseaux de nouvelles générations – en Anglais Next Generation Network- se basent

sur la commutation des paquets et utilisent le IP comme un protocole qui a prouvé son efficacité

et son performance en termes d’auto-dépannage, la possibilité de transmettre la voix et la vidéo

dans les paquets et l’amélioration de la qualité de service.

Ce projet vise à atteindre deux types d’intérêts :

- L’exploitation de l’infrastructure de la fibre, particulièrement la FTTx.

- Introduire une nouvelle technologie dans le domaine de système de vidéosurveillance :

la vidéosurveillance sur IP.

Les résultats de notre simulation prouvent que la vidéosurveillance sur IP en utilisant la

fibre optique comme support de transmission peut être réalisable sur le terrain.

41
BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE

[1] A. BENMAKHLOUF et O. TAHIR, Modernisation des réseaux de transmission par fibre


optique, INTTIC, 2016.
[2] M. DERKAOUI, Composants optiques et optoélectroniques en télécommunication à très haut
débit. INTTIC, 2018.
[3] I. L. BOUREGBA et K. BENSAID, Déploiement d’un Réseau FTTx Dans Une Zone D’activité,
INTTIC, 2016.
[4] A. TEMMAR, Cours de systèmes de transmission par fibre optique, INTTIC, 2017.
[5] ZTE, «FTTx Solution White Paper,» 2013. [En ligne]. Available: www.zte.com.cn.
[6] C. Servin, RÉSEAUX et TELECOMS, Paris: Dunod, 2003.
[7] W. Odom, CCENT/CCNA ICND1 100-105, Indianapolis USA: Cisco Press, 2016.
[8] B. Guy et R. Bernard , Déploiement de la visioconférence IP dans un établissement, Lyon: Palais
des congres , 2011.
[9] Axis, Available: https://www.axis.com/fr/learning/web-articles/technical-guide-to-network-
video.
[10] J.-F. Susbielle, Internet, multimédia et temps réel, Paris: Eyrolles, 2001.

42

Vous aimerez peut-être aussi