Vous êtes sur la page 1sur 9

CHAPITRE 

: LA GESTION ET L’ENTRETIEN DU PARC AUTOMOBILE

SECTION I : GÉNÉRALITÉS LA GESTION DU PARC


AUTOMOBILE
La gestion du parc automobile est un métier de la logistique qui,
essentiellement est en charge de la gestion administrative qui concerne les
documents des véhicules
(Carte grise, attestations d’assurance, vignette, stationnement, visite technique, taxe
à l’essieu, redevance publicitaire, droit de timbre etc.…) , de la gestion des
maintenances et sinistre du parc automobile (achat des prestations d’entretien ou de
maintenance ) , de la gestion des consommations carburant et la gestion du
dispatching des véhicules ( affectations , mouvement ou suivi des missions) , gestion
des capacités de transport (politique d’acquisition et adaptabilité) et de la
disponibilité des équipements de premiers secours ( boite à pharmacie , extincteur ,
triangle de sécurité , roue de secours ). La gestion du parc automobile se pratique
dans les services « production ou exploitation » des compagnies de transport et de
location de voitures dans les services « généraux » ou « logistiques » des
entreprises industrielles ou commerciales. Les services généraux gèrent le parc de
véhicule affectés aux personnels dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Dans les services logistiques, on gère essentiellement le parc de véhicule destiné au


transport des marchandises et les engins de manutention. Dans tous les cas, le parc
de véhicules géré peut être interne ou externe à l’entreprise.

I. LES RESPONSABILITES DU GESTIONNAIRE DE PARC


AUTOMOBILE
Comme qualité le gestionnaire de flotte automobile doit être un excellent
gestionnaire :

 Savoir analyser les priorités, se soumettre aux contraintes de sa fonction et


trouver la solution la mieux adaptée à chaque situation opérationnelle ;
 Possède de bonne capacités rédactionnelles et maitrise le matériel spécifique
à la pratique de son activité ;
 Savoir communiquer (pouvoir s’exprimer en français et en anglais), avoir le
sens de la négociation, d’organisation, de la rigueur d’intégrité, de la réactivité,
responsabilités et gestion budgétaire ;
 Avoir le sens du reporting ;

 Bonne connaissance de la réglementation en matière de transport.

En outre, ces responsabilités sont également administratives ; nous pouvons citer


entre autre : La planification du transport ; L’émission des ordres de missions ; La
Gestion des heures de travail (pointage des chauffeurs) ; L’émission des notes de
frais pour le chauffeur ; L’émission des documents de transport ;

Le Contrôle, suivi et actualisation des documents des véhicules et des documents


des chauffeurs ;
La Gestion des entrées et sorties des véhicules ;

Le Tracking (gestion de la traçabilité des véhicules sur le terrain) ;

Le chetkinq (Savoir si l’ensemble du véhicule est bon, passable, ou mauvais).

Le rôle gestionnaire de flotte est souvent qualifié de responsable multitâche. Ce


poste engage de nombreuses responsabilités, et est souvent associé à d’autres rôles
dans l’entreprise. Mais quels sont ces rôles que les responsables de flottes doivent
s’approprier pour atteindre le succès recherché ?

a- Les ressources humaines


Tout d’abord, les gestionnaires prennent part au processus de recrutement
des conducteurs. Ils s’assurent aussi d’une bonne communication fluide, concernant
les processus et idées à mettre en place ou les tâches à réaliser avec d’une part, les
conducteurs, mais aussi les membres d’autres services.

b- Gestion des opérations


Pour toute entreprise propriétaire d’un parc automobile et dont l’activité repose
sur la conduite, les trajets et livraisons doivent s’effectuer dans les temps. Les
véhicules doivent rouler correctement et les conducteurs adopter un comportement
sure et responsables sur la route.

c- Les finances
Les coûts sont des principales préoccupations d’un gestionnaire, qui se voit
parfois alloué un budget serré. Par ailleurs, le remplacement d’un véhicule ou
l’investissement dans une nouvelle technologie nécessite des justifications pour être
approuvés. En prenant la bonne décision, les résultats parleront d’eux-mêmes et le
retour sur investissement devra satisfaire toute l’équipe.

d- La maintenance

Le gestionnaire de flotte n’est pas forcement technicien, mais a son mot à dire
lorsqu’il en vient au processus de sélection d’un prestataire pour l’entretien et la
maintenance des véhicules. Il intervient également dans le choix d’une maintenance
interne ou externalisée, et sera notamment en charge des coûts, de l’efficacité et du
développement de cette maintenance.

e- Le chef d’entreprise

Dans les entreprises dont les opérations de flotte sont la première source de
revenus (transport, logistique etc.). Le gestionnaire peut avoir autant de
responsabilités que le chef d’entreprise.
II. LES INTERVENANTS DANS LA GESTION D’UN PARC
AUTOMOBILE

Il sera question pour nous de ressortir les intervenants et les dispositions à


prendre pour une meilleure gestion du parc automobile.
a- Le responsable du parc

C’est la personne sur qui repose l’ensemble des véhicules en exploitation ou


devant être exploités. Il s’assure du bon état des véhicules et de la disponibilité de
ceux-ci afin de les mettre à la disposition du service d’exploitation. Il est aussi celui
qui coordonne les activités du parc. Autrement dit, il est celui qui prend les décisions
sur la gestion du parc.

 Le responsable du service d’exploitation

Après avoir reçu les véhicules mis à sa disposition par le responsable du parc,
il organise les opérations; c’est-à-dire les véhicules qui seront en service ainsi que
les chauffeurs les itinéraires des véhicules. En outre, il est chargé de planifier
l’exploitation des véhicules et même la location des véhicules.

 Le responsable logistique

En dehors des fonctions qui lui sont assignées, le responsable logistique pilote
l’ensemble des activités à la gestion du parc automobile. Autrement dit, il est chargé
de l’administration du parc, de la gestion des documents administratifs
(renouvellement assurance, visites techniques et patentes), de la dotation de
carburant aux véhicules. Il est chargé également de l’exploitation journalière des
rapports du parc et de suivi des véhicules (position des véhicules entretien et
maintenance des véhicules en pannes) en collaboration avec les mécaniciens et les
chauffeurs.
 Le mécanicien

C’est celui qui est chargé de prévenir ou de réparer les éventuelles pannes
que peuvent avoir les véhicules du parc. En effet, il est le spécialiste qui peut se
prononcer avec certitude sur les pannes que peuvent avoir les véhicules et peut les
réparer. Pour cela, nous pouvons dire qu’il a un rôle crucial dans la gestion du
parc.

a. Le chauffeur

C’est celui qui est le plus en contact avec le véhicule. En effet, le


chauffeur est celui-là qui utilise les véhicules du parc comme outil de travail. Il
est donc responsable du véhicule lorsqu’il sort du parc et se doit de le
ramener en bonne état. Il est aussi important de noter que la durée de vie
d’un véhicule dépend de la conduite ou l’usage du chauffeur.

III. LES FACTEURS DE LA GESTION DU PARC AUTOMOBILE

La gestion du parc automobile est une composante de la supply chain


management (SCM) ou gestion de la chaine logistique (GCL).Théoriquement, elle
peut être découpé en cinq (05) facteurs : la marchandise ; l’espace géographique ; le
véhicule ; les ressources humaines ; la technologie.

1- La marchandise

Le respect La marchandise influence le choix des moyens de transport et de


manutention. Il est important d’avoir au préalable une information juste sur le type
d’emballage ou le conditionnement des UL (Unités logistiques) et des UM (Unités de
manutention). Informations qui plus tard servent à renseigner les documents de
transport, permettent d’anticiper sur la nature des moyens matériels à mobiliser au
lieu du chargement des marchandises.
Eléments clés :

 Respect du dimensionnement du véhicule ;

 Optimisation du chargement ;

 Respect des contraintes liées au moyen de manutention à mobiliser ;

 Des conditions de transport (emballage, protection, sécurité…)

2- L’espace géographique

L’espace géographique influence outre le choix des moyens de transport, mais


aussi l’organisation de l’opération de transport. Pour chaque opération de transport,
il est essentiel de définir le lieu de départ, le lieu d’arrivée et les principaux points
d’escales qui ensemble constituent l’itinéraire. L’organisateur de l’opération de
transport peut ainsi recenser les lieux de prélèvements et de livraisons successifs
des marchandises tout au long de son itinéraire et déterminer le chemin optimal.
La détermination de l’itinéraire permet d’évaluer les moyens de manutention
nécessaires et disponibles à chaque point de rupture de charge. L’itinéraire choisi
sert à prévoir le nombre de péage routier, les points de pesage routier et d’intégrer
ces éléments dans le cahier de charge du chauffeur.
L’espace géographique enfin permet de prendre aussi en considération l’état
des routes le relief, le climat, les mœurs de populations qui influencent chacun à sa
manière le choix des horaires dans le planning en fonction des heures de travail dans
la région.

Example: ETD (estimated time of departure) et ETA (estimated time of arrival).

3- Le véhicule de transport

La marchandise à transporter et l’itinéraire du transport permettent de faire un


premier choix du type de véhicule de transport. Trois autres contraintes vont
permettent de finaliser et de valider ce choix. Il s’agit de contraintes techniques,
contraintes administratives et logistiques.
a-Contrainte Techniques

Ils se rapportent à :

 La pneumatique (état des roues et présence de roues de secours) ;

 La signalisation lumineuse ;

 La signalisation sonore ;

 La présence à bord du matériel de sécurité (triangle de signalisation,


extincteur,

ARI …)

 La présence du matériel de premiers secours.

Ce sont là quelques éléments techniques sur lesquels on peut facilement effectuer


un contrôle. Cependant la présence de la « visite technique » valide est une preuve
du bon état de marche du véhicule. C’est le document administratif qui atteste que le
véhicule est apte à la circulation.

 Contraintes Administrative
Il s’agit :

 des documents des véhicules ;

 du marquage et l’étiquetage de l’automobile ;

 des documents du chauffeur ;

 des documents de la marchandise.

 Contraintes Logistiques

L’avitaillement du véhicule : ceci sous-entend aussi l’intégration d’une gestion


de stock de consommables aux responsabilités du gestionnaire du parc automobile.
4. Les ressources humaines

Le personnel affecté à un système de gestion du parc automobile est varié.


Outre les chauffeurs, il existe généralement une équipe de mécaniciens, les HTM
(hommes à toute main) et le personnel administratif.
4- La Car Policy ou Procédures

La Car Policy ou procédures de gestion d’une flotte automobile a pour but de


définir les règles de gestion et précise les modalités d’utilisation des véhicules de
l’entreprise. Elle a pour objectif de mettre en place des mesures permettant une
utilisation rationnelle des véhicules et du carburant ; à assurer une maintenance
appropriée de véhicules et le suivi des coûts de gestion.

6. La technologie

La gestion du parc automobile utilise les logiciels de type : TMS (Transport


Management System) ou SGT (Système de Gestion du Transport).Mais comme dans
toutes les activités de gestion les tableurs tels qu’Excel sont également utile. En effet,
les principales fonctionnalités cette technologie (TMS) sont :
 Gestion des stocks de consommables et de pièces de rechange ;

 Gestion des ressources humaines (horaires de travail, repos) ;

 Gestion de la maintenance ;

 Planification des livraisons ;

 Gestion des transports (traçabilité, documents de transport).

SECTION II : LES INDICATEURS ET CARACTERISTIQUES D’UNE FLOTTE


AUTOMOBILE
1- Le TCO (Total Cost of Ownership: Cout Total de Detention)
Le TCO doit intégrer tous les coûts de détention d’un véhicule : financement,
consommations, assurances, fiscalité, maintenance, amendes…Il mesure
effectivement l’ensemble des couts directs, sous réserve, d’être bien organises pour
n’en oublier aucun et les consolider correctement. Si les méthodes et outils
d’analyses et de calculs apportent des indications précieuses, n’oublions pas la
nécessite d’un gestionnaire efficient et disponible. Néanmoins il reste bien insuffisant
à l’évaluation des coûts indirects : immobilisation des véhicules, mécontentement des
conducteurs, écart aux procédures et à la Car Policy.

2-Le Prix de Revient Kilométrique (PRK)

Un indicateur pertinent doit être ramené au kilométrage parcouru, il s’agit du


Prix de Revient Kilométrique (PRK) : le rapport du TCO pendant une durée donnée
sur le kilométrage parcouru pendant la même durée. Un véhicule roulant peu a un
PRK élevé, même si ton TCO n’est pas excessif, on peut alors se poser la question
de son utilisation ou de son maintien dans son parc.

3-Le Kilométrage Moyen Parcouru.

A l’inverse, un véhicule roulant beaucoup aura un TCO élevé et un PRK


modéré. Il peut être alors intéressant d’examiner le kilométrage moyen mensuel. Et
au-delà de certains seuils, de s’interroger sur l’organisation pour envisager de réduire
de kilométrage. Un collaborateur qui parcourt plus de 5000 km/mois (60000 km/an)
passe plus de la moitié de son temps de travail au volant. (Faire tableau comparatif)

Vous aimerez peut-être aussi