Vous êtes sur la page 1sur 6

REVUE DU REGIME DE L’IFU A TRAVERS UN

RECOUPEMENT DES TEXTES FISCAUX DU CITDA


AVEC CEUX DU PLFC2020
le recoupement des textes fiscaux contenus dans le CITDA avec les textes publiés par le PLFC 2020
nous donne ce qui suit

N  .B  : ce qui est écrit en GROS CARACTERES ET en ITALIQUE ca concerne


uniquement les nouvelles dispositions fiscales introduites par la PLFC 2020.
A /L’article 14 du PLFC 2020 introduit les changements fiscaux suivants à l’article 282 ter du
CITDA :
-« Art. 282 ter— Sont soumis au régime de l’impôt forfaitaire unique les personnes physiques
exerçant une activité industrielle, commercial ,( ou non commerciales), artisanale ainsi que, les
coopératives d’artisanat d’art et traditionnelles dont, le chiffre d’affaires ou les recettes
professionnelles annuels n’excèdent pas quinze millions de dinars (15.000.000 DA), à l’exception de
celles ayant opté pour le régime d’imposition d’après le bénéfice réel.

Sont exclues de ce régime d’imposition :

1. les activités de promotion immobilière et de lotissement de terrains ;


2. les activités d’importation de biens et marchandises destinés à la revente en l’état ;
3. les activités d’achat-revente en l’état exercées dans les conditions de gros, conformément aux
dispositions prévues à l’article 224 du présent code ;
4. les activités exercées par les concessionnaires ;
5. les activités exercées par les cliniques et établissements privés de santé, ainsi que, les laboratoires
d’analyses médicales ;
6. les activités de restauration et d’hôtellerie classées ;
7. les affineurs et les recycleurs des métaux précieux, les fabricants et les marchands
d’ouvrages d’or et de platine ;
8. les travaux publics, hydrauliques et de bâtiments.

Le régime de l’impôt forfaitaire unique demeure applicable pour l’établissement de l’imposition due
au titre de la première année au cours de laquelle le chiffre d’affaires limite prévu pour ce régime, est
dépassé. Cette imposition est établie compte tenu de ces dépassements. Ce régime demeure
également applicable pour l’année suivante. ».

B/Les modifications apportées aux dispositions fiscales de l’article 282 quater du CITDA par l’article
14 du PLFC2020 se résument ainsi :
« Art. 282 ter— Les contribuables soumis à l’impôt forfaitaire unique, ayant souscrit la déclaration
prévue à l’article premier du code des procédures fiscales, doivent procéder au calcul de l’impôt dû
et le reverser à l’administration fiscale suivant la périodicité prévue à l’article 365 du présent code ».
-Les contribuables concernés sont tenus de souscrire, au plus tard le 20 janvier
de l’année N+1une déclaration définitive, reprenant le chiffre d’affaires
effectivement réalisé.
-dans le cas où le chiffre d’affaires réalisé dépasse celui déclaré au titre de la
déclaration prévisionnelle, le contribuable doit payer l’impôt complémentaire y
relatif, au moment de la souscription de la déclaration définitive.
-Lorsque le chiffre d’affaires réalisé excède le seuil de quinze millions de dinars
(15.000.000 DA), la Différence entre le chiffre d’affaires réalisé et celui déclaré
est soumise à l’impôt forfaitaire unique (IFU) au taux correspondant.
Lorsque l’administration fiscale est en possession d’éléments décelant des insuffisances de
déclaration, elle rectifie les bases déclarées suivant la procédure prévue par l’article 19 du code des
procédures fiscales. Les redressements opérés au titre de l’impôt forfaitaire unique (IFU)sont établis
par voie de rôle avec application des sanctions fiscales pour insuffisance de déclaration prévues par
l’article 282 undéciès du code des impôts directs et taxes assimilée

- Cette rectification ne peut être opérée qu’après l’expiration du délai de


souscription de la déclaration définitive.
-Les contribuables ayant réalisé un chiffre d’affaires excédant le seuil
d’imposition à l’impôt forfaitaire unique, à la clôture de l’année suivant celle du
dépassement du seuil cité ci-dessus, sont versés au régime du bénéfice du réel.
-Les contribuables versés au régime du bénéfice réel doivent être maintenus
dans ce régime d’imposition et ce, quel que soit le montant du chiffre d’affaires
annuel réalisé au titre des exercices ultérieurs.».
C/ les modifications insérées dans l’article 14 du PLFC 2020 relatives à l’article 282 octiès du CITDA
sont rédigés comme suites :
« Art. 282 octiès — Sont exemptés de l‘impôt forfaitaire unique :
- les entreprises relevant des associations de personnes handicapées agréées ainsi que les structures
qui en dépendent,
- les montants des recettes réalisées par les troupes théâtrales,
- les artisans traditionnels ainsi que ceux exerçant une activité d‘artisanat d‘art, ayant souscrit à un
cahier des charges dont les prescriptions sont fixées par voie réglementaire.
Les activités exercées par les jeunes promoteurs d‘investissements, d‘activités ou de projets, éligibles
à l‘aide du « Fonds national de soutien à l‘emploi des jeunes » ou du « Fonds national de soutien au
micro-crédit » ou de la « Caisse nationale d‘assurance-chômage», bénéficient d‘une exonération
totale de l‘impôt forfaitaire unique, pendant une période de trois (03) ans, à compter de la date de sa
mise en exploitation.
Lorsque ces activités sont implantées dans une zone à promouvoir dont la liste est fixée par une voie
réglementaire, la période de l‘exonération est portée à six (06) années à compter de la mise en
exploitation.
Cette période est prorogée de deux (02) années lorsque les promoteurs d‘investissements s‘engagent
à recruter au moins trois (03) employés à durée indéterminée ».

Toutefois, ils demeurent assujettis au paiement du minimum d’imposition


prévu à l’article 365 bis du code des impôts directs et taxes assimilées. ».

D/Les modifications introduites par le PLFC 2020 et par le biais de l’article 15 au CITDA se
rapportent aux dispositifs fiscaux suivants :
« Art. 282 noniès. —Le contribuable qui n’a pas souscrit les déclarations prévues aux articles 1erdu
code des procédures fiscales et 282 quater du code des impôts directs et taxes assimilées, après
expiration des délais impartis, sa cotisation est augmentée, selon le cas, des majorations suivantes :
— 10% si le retard n’excède pas un (01) mois ;
— 20% lorsque le retard excède un (01) mois.

Le dépôt tardif de la déclaration définitive prévue à l’article 282 quater


lorsqu’elle ne donne pas lieu à un paiement, entraine l’application d’une
amende de :
—2.500 DA, lorsque le retard n’excède pas un (01) mois ;
—5.000 DA, lorsque le retard est supérieur à un (01) mois et n’excède pas deux
(02) mois ;
—10.000 DA, lorsque le retard excède deux (02) mois. ».
C/ L’article 16 du PLFC 2020 introduit les changements fiscaux suivants à l’article 282 deciès du
CITDA :
« Art. 282 deciès. - A l‘expiration du délai D’UN (01) MOIS prévu à l‘article 282 noniès ci-dessus, le
contribuable qui n‘a pas souscrit la déclaration édictée par l‘article premier du code des procédures
fiscales est imposé d‘office, assorti d‘une majoration de 25%, après avoir été mis en demeure, par pli
recommandé avec accusé de réception, de la produire dans un délai de trente (30) jours.
Toutefois, si la déclaration est produite dans le délai de trente (30) jours cité ci-dessus, la majoration
est ramenée à 20%. »

D / Les modifications apportées aux dispositions fiscales de l’article 365 du CITDA par l’article 17 du
PLFC 2020 se résument comme telles  :
« Art. 365–Nonobstant toutes dispositions contraires, les contribuablesrelevant
du régime de l‘impôt forfaitaire unique sont tenus, lors du dépôt de la
déclaration prévue à l’article 1erdu code des procédures fiscale, de procéder au
paiement intégral de l’impôt dû, correspondant au chiffre d’affaires
prévisionnel déclaré et ce, auprès du receveur des impôts du lieu d’exercice de
leur activité.
Ces contribuables peuvent, toutefois, recourir au paiement fractionné de
l’impôt dû, en s’acquittant, lors du dépôt de la déclaration prévisionnelle, de
50% du montant de l’impôt forfaitaire unique. Pour les 50% restant, leur
paiement s’effectue en deux versements égaux, du 1er au 15 septembre et du
1er au 15 décembre.
Lorsque le délai de paiement expire un jour de congé légal, le paiement est reporté au premier jour
ouvrable qui suit.».

E / Il est crée un article 365 bis par l’article 18 du PLFC2020 au CITDA qui est rédigé comme suit :

« Art. 365 bis. Le montant de l’impôt dû par les personnes physiques au titre de
l’impôt forfaitaire unique ne peut être inférieur, pour chaque exercice et quel
que soit le chiffre d’affaires réalisé, à 10.000 DA.
Ce minimum d’imposition doit être acquitté intégralement lors de la
souscription de la déclaration prévisionnelle prévue à l’article premier code des
procédures fiscales. ».
F /L’article 20 du PLFC 2020a introduit à l’article 8 du CTCA la mesure fiscale suivante :
A - Affaires faites à l’intérieur :
Art. 8 - Sont exclues du champ d’application de la taxe sur la valeur ajoutée :
1) Les affaires de vente portant sur :
a) les produits passibles de la taxe sanitaire sur les viandes à l’exception des viandes rouges
congelées;
b) Les dépouilles provenant des animaux soumis à la taxe sanitaire sur les viandes, mais seulement
en se qui concerne la première vente après l’abattage.
c) Les ouvrages d’or, d’argent et de platine soumis au droit de garantie, à l’exclusion des bijoux de
luxe tels que définis à l’article 359 du code des impôts indirects.
2) Les affaires faites par les personnes dont le chiffre d’affaires global est
inferieur ou égal à 30.000.000 DA.
3) Les opérations réalisées entre les sociétés membres relevant d’un même groupe tel que défini par
l’article 138 bis du code des impôts directs et taxes assimilées.

G /L’article 26 du PLFC 2020 insère les modifications à l’article 1 du CPF comme suites : .
«  Art 1er—Les Contribuables soumis au régime de l’impôt forfaitaire unique sont
tenus de souscrire et de faire parvenir à l’inspecteur des impôts du lieu
d’implantation de l’activité, une déclaration prévisionnelle dont le modèle est
fixé par l’administration fiscale.
Cette déclaration doit être souscrite au plus tard le 30 juin de chaque année.
Ils Doivent tenir et présenter à toute réquisition de l’administration fiscale, un registre côté et
paraphé par les services fiscaux, récapitulé par année, contenant le détail de leurs achats, appuyé des
factures et de toutes pièces justificatives.
En outre, ils doivent également tenir dans les mêmes conditions, un registre côté et paraphé,
contenant le détail de leurs ventes.
H /L’article 27 du PLFC 2020 apporte les modifications suivantes aux dispositifs fiscales de l’article 3
du CPF :
« Art. 3 -Les contribuables relevant du régime de l’impôt forfaitaire unique
peuvent opter pour l’imposition d’après le régime du bénéfice réel. L’option est
notifiée à l’administration fiscale avant le 1er février de la première année au
titre de laquelle les contribuables désirent appliquer le régime du bénéfice réel.
L’option au régime du réel est irrévocable.».
I/Il est crée un article 3 bis par l’article 28 du PLFC 2020 et inséré au CPF comme suit :
« Art. 3. bis —Les nouveaux contribuables, sont tenus de souscrire, la déclaration
définitive prévue à l’article 282 quater du code des impôts directs et taxes
assimilées et de s’acquitter spontanément du montant de l’impôt forfaitaire
unique dû.
Cette déclaration doit être souscrite au plus tard le 31 décembre de l’année du
début de leur activité.
Les nouveaux contribuables peuvent opter pour l’imposition d’après le régime
du bénéfice réel, lors de la souscription de la déclaration d’existence, prévue à
l’article 183 du code des impôts directs et taxes assimilées.».
I/ L’article 29 du PLFC 2020 introduit des modifications à l’article 13 du CPF qui sera rédigé comme
suit :
« Art.13 L’application du Régime de l’impôt forfaitaire unique est dénoncée par
l’administration fiscale sur la base d’informations détenues, lorsque le chiffre
d’affaires rectifié excède le seuil de l’impôt forfaitaire unique prévu à l’article
282 ter du code des impôts directs et taxes assimilées. La régularisation s’opère
conformément aux dispositions de l’article 282 quater du même code ».

J/ L’article 30 du PLFC 2020 abroge les articles suivants du CPF  :  « 2, 12, 14, 15,
16, 17 et 17 bis »

K / L’article 31 du PLFC 2020 a supprimer la disposition fiscale à l’article 72


alinéa 5 du CPF comme suite :
« ART 72-Sous réserve des cas prévus aux paragraphes ci-dessous, les
réclamations sont recevables jusqu’au 31 Décembre de La deuxième année
suivant celle de la mise en recouvrement du rôle ou de la réalisation des
évènements qui motivent ces réclamations.
2) Le délai de réclamation expire :
- Le 31 Décembre de la deuxième année suivant celle au cours de laquelle le
contribuable a reçu de nouveaux avertissements, dans le cas où à la suite
d’erreur d’expédition, de tels avertissements lui ont été adressés par le service
des impôts dont il relève ;

- le 31 décembre de la deuxième année suivant celle au cours de laquelle le


contribuable a eu connaissance certaine de l’existence d’impositions indûment
réclamées ;
3) Lorsque l’impôt ne donne pas lieu à l’établissement d’un rôle, les
réclamations sont présentées :
-s’il s’agit de contestations relatives à l’application des retenues effectuées à la
source, -jusqu’au 31 Décembre de la deuxième année suivant celle au cours de
laquelle ces retenues ont été opérées ;
-dans les autres cas, jusqu’au 31 Décembre de la deuxième année suivant celle
au titre de laquelle l’impôt est versé.

4) Abrogé.

5) Abrogé

6) La réclamation portant contestation d’une décision prononcée sur Une


demande de remboursement de crédits de TVA doit être présentée, au plus
tard, à l’expiration du quatrième contestée.(6) mois qui suit la date de
notification de la décision ».

Vous aimerez peut-être aussi