Vous êtes sur la page 1sur 3

1 - La place des acteurs d’entreprise dans l’amélioration et la construction du

dialogue social
Bien évidemment le syndicat le plus représentatif ayant obtenu le plus grand nombre de voix
aux dernier élections professionnel au sein de l’organisation ou de l’établissement ont le
droit de désigner, parmi les membres du bureau syndical dans l’entreprise un ou plusieurs
représentants syndicaux.

1- Les représentants des syndicats dans l’entreprise 


Premièrement on a le comité d’entreprise, le délégué syndical ; et le délégué du personnel
 Pour le comité d’entreprise : dans chaque entreprise employant habituellement au
moins cinquante salarie est créé un comité consultatif dénommé « comité d’entreprise
». Le comité d'entreprise comprend :
- l'employeur ou son représentant ;
- deux délégués des salariés élus par les délégués des salariés de l'entreprise ;
- un ou deux représentants syndicaux dans l'entreprise, le cas échéant.
 le délégué syndical : E/SS dispose d’au moins de 50 effectif
le délégué syndical dispose d’un statut protecteur dans l’entreprise :il est désigné par une
organisation syndicale au sein de l’entreprise pour défendre les salariés et améliorer leurs
conditions de travail. Il joue le rôle de négociateur avec l’employeur en transmettant les
propositions et les revendications de son syndicat
 Le délègue du personnel : sa fonction principale est de présenter auprès de
l’employeur les réclamations (aussi bien à titre individuel que collectif) de l’ensemble
des salariés en termes d’application du droit du travail.

2. La démarche stratégique des acteurs syndicaux dans la


construction du dialogue social
A partir du moment où l’on prône la confiance et la coopération dans le dialogue
social, il nous apparaît opportun que l’ensemble des acteurs adopte un vocabulaire et des
méthodes communes, a fortiori lorsque ces méthodes sont un gage d’efficacité et
d’efficience pour l’atteinte d’objectifs légitimes. Nous proposons donc d’appliquer la
démarche d'amélioration continue (processus d’apprentissage par itérations) à l’activité de
dialogue social des syndicats :
Donc voici notre démarche stratégique : Les étapes de cette démarche d'amélioration
continue popularisée par William Edward Deming

Cette démarche s’exécute en 4 phase consécutif (en français prévoir faire vérifier et réagir

la première étape consiste à préparer ce que nous allons faire cette étape nous
permettra

- D’identifier la problématique que l'on veut aborder


- De sélectionner les membres de l'équipe de projet
- De comprendre les causes fondamentales de la problématique
- D’identifier la solution que nous voulons implanter
- Et de rédiger les objectifs
Enfin une fois ces points sont précisés on peut réaliser le plan d'action
II. Do :
la deuxième étape de la roue de Deming est celle qui consiste à procéder à l'implantation de
la solution planifiée à l'étape précédente il est recommandé de limiter l'ampleur et la portée
à exécuter car un projet court est plus facile à piloter de plus les résultats quoique plus
modestes arriveront plus rapidement. cela aura un effet positif sur la mobilisation des
employés qui découvriront les bienfaits de l'amélioration continue ils auront donc le goût de
s'investir dans un autre cycle
III. Check :
Cette étape est très importante car c'est ici qu'ont analysera les résultats. l'idée c'est de
corriger le plus d'informations possibles afin de bien comprendre les résultats il est
recommandé de travailler à partir d'indicateurs de performance pour éviter la subjectivité.
Comparé les résultats avec les objectifs ou le standard dictera les activités de la dernière
étape
ACT :
c'est l'étape d'agir si le projet d'amélioration a atteint les cibles d'amélioration souhaité il
faudra modifier les processus les procédures et tout le nécessaire afin que cela devienne le
nouveau standard
cependant si les résultats ne sont pas au rendez-vous il faudra recommencer le cycle à la
phase plan jusqu'à ce que les résultats soient souhaiter une fois le cycle complété on
recommence avec une autre situation qui requiert de l'amélioration. delà le terme
amélioration continue enfin la représentation visuelle de Deming place une cale qui
empêche la roue de redescendre. par cela Deming veut marquer leur rôle essentiel que joue
l'expérience dans l'amélioration continue
Section 2 : L’impact du syndicalisme sur la performance de l’entreprise
L'objectif principal de cette section était de vérifier les effets qu'ont les syndicats sur
les performances financière, organisationnelle et sociale des entreprises par une recension
des études empiriques ayant traité de ce sujet depuis 1996.

Les effets de la syndicalisation sur la performance financière et organisationnelle


de l'entreprise (résultats essentiellement négatifs)
Les résultats ont démontré que les syndicats ont toujours des effets négatifs sur la
performance financière et organisationnelle des entreprises
Il faut mentionner que les effets du syndicat sur cette performance sont étroitement liés à
l'influence de variables modératrices identifiées comme étant la densité syndicale, le
nombre de sections syndicales, les salaires, la part de marché, les grèves, les ateliers fermés
et la crise économique.
En plus des nouvelles variables modératrices qui se sont ajoutées dans les études depuis
1996, comme le climat de travail et les relations de travail Ces variables, qui semblent vouloir
jouer un rôle de plus en plus important et sont perçues comme influençant positivement la
performance financière et organisationnelle des entreprises.

Les effets de la syndicalisation sur la performance sociale de l'entreprise :(résultats


partagés)
Les principales études ayant traité des effets de la syndicalisation sur la performance sociale
des entreprises ont démontré que la syndicalisation a des effets tantôt positifs tantôt
négatifs. Contrairement aux performances financière et organisationnelle, une seule variable
modératrice influence l'effet syndical sur la performance social, soit les salaires. Il est
remarqué que les indicateurs de mesure utilisés revêtent une grande importance dans
l'interprétation des résultats.
 Par exemple, si on mesure le taux de roulement, on remarque qu'il est moindre dans une
entreprise syndiquée et a donc un effet positif sur la performance sociale. Différentes raisons
sont apportées pour expliquer cette influence positive comme les bonnes relations de travail
qui prévalent dans l'entreprise et salaire la prise de parole des employés.
 Par contre, la syndicalisation a un effet néfaste sur les entreprises lorsque l'on
mesure la satisfaction au travail. En effet, certaines études ont démontré que les
employés syndiqués sont moins satisfaits au travail que les employés non syndiqués

 L'insatisfaction des employés résulterait, entre autres, des ressources mises à leur
disposition pour l'exécution des tâches à accomplir et des opportunités de promotion qui
semblent inexistantes)
Conclusion :
Pour conclure cette partie je peut dire Suite à l'analyse de quelque articles, les résultats ont
démontré que les effets syndicaux sur les performances financière et organisationnelle sont
essentiellement négatifs et qu'ils sont partagés en ce qui a trait à la performance sociale

Vous aimerez peut-être aussi