Vous êtes sur la page 1sur 30

3- Résolution d’équations trigonométriques

3-1. Équation sinx = a


Soit a un réel donné. L’équation sin x a possède :
ž aucune solution si a  [ 1;1] ;
ž une infinité de solution si a  [ 1;1] .
ª S Sº
x Arc sin a désigne l’unique solution comprise dans l’intervalle « ; » .
¬ 2 2¼
+
L’ensemble des solutions sur IR est : 1

x Arc sin a  2kS , k B ; j


S x x
ou

x S  Arc sin a  2kS , k B ;. A


1 O i 1

3-2. Équation cosx = a 1


Soit a un réel donné. L’équation cos x a possède :
ž aucune solution si a  [ 1;1] ;
ž une infinité de solution si a  [ 1;1] .
x Arc cos a désigne l’unique solution comprise dans l’intervalle >0;S @ .
+
L’ensemble des solutions sur IR est : 1

j
x Arc cos a  2kS , k B ;
x
ou
A
x  Arc cos a  2kS , k B ;.
1 O i 1

x

1

Bases mathématiques pour le technicien . 25


2- Résolution d’une équation du second
degré à coefficients complexes
2-1. Racines carrées d’un nombre complexe
SoitZ un nombre complexe. On appelle racines carrées de Z tous les nombres
2
complexes z tels que z Z.

ž Remarque
L’écriture avec le symbole n’est autorisée que pour la racine carrée positive
d’un nombre réel positif.

ž Exemple
Le complexe z 2  3i est l’une des racines carrées du complexe Z 5  12i .

2-2. Équation du second degré à coefficients complexes


2
L’équation du second degré az  bz  c 0 où a , b et c sont des nombres
complexes donnés admet toujours deux solutions (éventuellement confondues)
dans D :
 b G b G
z1 et z 2
2a 2a
où G est une racine carrée (quelconque) du discriminant ' b 2  4ac . On a donc :

G2 ' Ă

ž Remarque
Ces résultats généralisent les formules relatives à la résolution des équations du
second degré à coefficients réels. Elles s’appliquent donc dans tous les cas, que le
discriminant ' soit réel positif, nul, réel négatif ou encore complexe.

2-3. Méthode de détermination des racines carrées d’un


nombre complexe
Soit un nombre complexe Z a  ib , b z 0 . On souhaite déterminer tous les
nombres complexes z x  iy tels que z 2 Z .
2
z Z s’écrit :
( x  iy ) 2 a  ib œ x 2  y 2  2 xyi a  ib

2
z2 Z et z 2 z , on obtient l’égalité suivante :

x2  y2 a  ib a 2  b2

32 . Les rappels de cours


3- Équations cartésiennes dans le plan
3-1. Caractérisation d’une droite dans le plan
Soit d une droite, A un point de d et n un vecteur normal à la droite d .
La droite d est l’ensemble des points M du plan tels que : AM ˜ n 0.
On a l’équivalence suivante :
d
M  d œ AM ˜ n 0

u
n M

AM

La droite d est l’ensemble des points M du plan tels que les vecteurs n et AM
soient orthogonaux.

3-2. Détermination de l’équation d’une droite dans le plan


a
Soit n un vecteur du plan 1. On rappelle les propriétés suivantes :
b
a
(1) Si le vecteur n est normal à une droite d , alors d a une équation de la
b
forme : ax  by  c 0 où c est un réel.
(2) Réciproquement, toute droite d ayant une équation de la forme :
a
ax  by  c 0 , avec (a; b) z (0;0) , admet le vecteur n comme vecteur normal.
b

ž Démonstration
(1) Soit A( x A ; y A ) un point de d et M ( x; y ) un point du plan 1, alors :
M  d œ AM ˜ n 0 œ a ( x  x A )  b( y  y A ) 0 œ ax  by  (ax A  by A ) 0

On obtient ainsi une équation du type :

ax  by  c 0 en posant c (ax A  by A ) .

Bases mathématiques pour le technicien . 39


2-3.2 Notation différentielle de la dérivée
Pour simplifier la notation, la différentielle de la fonction f au point d’abscisse x
est notée : df : h  f ' ( x) ˜ h
Si on considère la fonction identité : x  x , sa différentielle est dx : h  h
On obtient donc une relation entre les deux différentielles df et dx :

df
df f ' ( x) ˜ dx , soit encore : f ' ( x)
dx

Les différentes grandeurs étudiées sont reportées sur le graphique ci-dessous. On


rappelle que le coefficient directeur de la tangente T à la courbe C f au point
d’abscisse a est égal à f ' (a) .

Cf
T
M
f ( a  h)
hH (h)
f (a)  hf ' (a) f ( a  h)  f ( a ) ' a ,h ( f )
hf ' (a) df a (h)
A
f (a)
h

O a ah
i

Mathématiques 1 . 45
6- Fonctions Arcsinus, Arccosinus et
Arctangente
6-1. Fonction Arcsinus
ª S Sº
La fonction sinus est continue et strictement monotone sur «¬ 2 ; 2 »¼ . Elle est
ª S Sº
bijective de «¬ 2 ; 2 »¼ vers > 1;1@ . La fonction réciproque, Arcsinus, est une
ª S Sº
bijection de > 1;1@ vers « ; » :
¬ 2 2¼
ª S Sº
x  [1;1] , sin( Arc sin x) x et x  « ; » , Arc sin sin x x
¬ 2 2¼
En utilisant le théorème de dérivation :

' 1 1
Arc sin x
cos Arc sin x 1  x2
2 2
En effet : cos ( Arc sin x )  sin ( Arc sin x) 1 avec sin 2 ( Arc sin x) x2
2
D’où cos ( Arc sin x) 1  x 2 et cos( Arc sin x) 1  x2

Mathématiques 1 . 55
8-3. Tableau des dérivées

u représente une fonction composée. Par exemple, u ( x) ln x 2  1 .
f (x) f ' ( x) u u'

xn nx n1 un n ˜ u '˜u n1


1 n 1 n ˜ u'
 n 1

xn x un u n1
1 u'
x u
2 x 2 u
1 u'
ln x ln u
x u
ex ex eu u '˜e u
sin x cos x sin u u '˜ cos u
cos x  sin x cos u  u '˜ sin u
1 u'
tan x 1  tan 2 x tan u u ' (1  tan 2 u )
cos 2 x cos 2 u
1 u'
Arc sin x 2
Arc sin u
1 x 1 u2
1 u'
Arc cos x  Arc cos u 
1  x2 1 u2
1 u'
Arc tan x Arc tan u
1  x2 1 u2
shx chx shu u '˜chu
chx shx chu u '˜shu
1 u'
thx 1  th 2 x thu u '˜(1  th 2u )
ch 2 x ch 2u

60 . Les rappels de cours


5- Primitives usuelles

u représente une fonction composée. Par exemple, u ( x) ln x 2  1 .
f Une primitive F u Une primitive U

1 n1 1 n1
xn x u '˜u n u
n 1 n 1
1 1 1 u' 1 1
 
xn n  1 x n1 un n  1 u n1
1 u'
ln x ln u
x u
1 u'
2 x 2 u
x u
ex ex u '˜eu eu
sin x  cos x u '˜ cos u sin u
cos x sin x  u '˜ sin u cos u
1  tan 2 x u ' (1  tan 2 u )
1 tan x u' tan u
cos 2 x cos 2 u
1 u'
Arc sin x Arc sin u
1  x2 1 u2
1 u'
 Arc cos x  Arc cos u
1  x2 1 u2
1 u'
Arc tan x Arc tan u
1  x2 1 u2
chx shx u '˜chu shu
shx chx u '˜shu chu
1  th 2 x u '˜(1  th 2u )
1 thx u' thu
ch 2 x ch 2u

76 . Les rappels de cours


A – Équations différentielles
1- Définitions
1-1. Équation différentielle
On appelle équation différentielle, une équation où interviennent une fonction et
une ou plusieurs de ses dérivées successives.
§ dy d 2 y ·
f ( x, y, y ' , y ' ' ) 0 ou f ¨¨ x, y, , 2 ¸¸ 0
© dx dx ¹

ž Résolution d’une équation différentielle


Résoudre une équation différentielle sur un intervalle I , c’est déterminer
l’ensemble des fonctions dérivables sur I qui vérifient cette équation. La résolution
d’équations différentielles est un outil indispensable pour l’étude de l’évolution des
phénomènes physiques en général. En effet, les équations traduisant les évolutions
physiques sont très souvent des équations différentielles.

ž Exemple
En physique, dans un circuit RC , la tension u (t ) aux bornes d’un condensateur est
solution de l’équation différentielle suivante :
1 E
u ' u
W W
où E est la tension continue
délivrée par le générateur et
W RC la constante de temps
du circuit.
La solution u (t ) est :
C u (t )
E
§ 
t
·
u (t ) E ¨¨1  e W ¸
¸
© ¹
R

ž Courbe intégrale
La représentation graphique d’une des solutions d’une équation différentielle est
appelée courbe intégrale.

Mathématiques 2 . 79
1-2.2 Dérivées partielles secondes
Si on dérive une fonction f par rapport à la première variable x et si on dérive à
nouveau le résultat par rapport à la variable y , on obtient une nouvelle fonction
w2 f
appelée dérivée partielle seconde (ou dérivée partielle d’ordre 2 ), notée .
wywx
Le théorème de Schwarz précise que si la fonction f admet des dérivées partielles
d’ordre 2 suivant les variables x et y alors :

w2 f w2 f
wywx wxwy

ž Remarque
L’ordre dans lequel on dérive n’a pas d’incidence sur le résultat. Si on dérive deux
w2 f
fois de suite suivant la variable x , on note cette dérivée partielle seconde : .
wx 2

ž Exemple
2
Soit f la fonction définie sur IR par :

f ( x, y ) 3x 4  2 x3 y 2  5 y 3

On obtient les dérivées partielles suivantes :

wf wf
( x, y ) 12 x 3  6 x 2 y 2 et ( x, y ) 4 x 3 y  15 y 2
wx wy
2
w f w § wf · 2 w2 f w § wf ·
( x, y ) ¨ ( x, y ) ¸ 12 x y et ( x, y ) ¨¨ ( x, y ) ¸¸ 12 x 2 y
wywx wy © wx ¹ wxwy wx © wy ¹
On vérifie bien l’égalité suivante :
w2 f w2 f
( x, y ) ( x, y )
wywx wxwy

On obtient les dérivées partielles suivantes :

w2 f 2 2 w2 f
( x, y ) 36 x  12 xy et ( x, y ) 4 x 3  30 y
wx 2 wy 2

90 . Les rappels de cours


2-2. Orthogonalité de deux vecteurs
Deux vecteurs u et v de l’espace & sont orthogonaux si, et seulement si, leur
produit scalaire est nul :
u A v œ u ˜v 0

ž Remarque
Le vecteur nul est orthogonal à tout vecteur de l’espace.

2-3. Équation d’une sphère dans l’espace


Soit 4 la sphère de centre A( x A ; y A ; z A ) et de rayon r .
La sphère 4 est l’ensemble des points M de l’espace tels que : AM r.

M B 4 œ AM r œ AM 2 r 2 œ ( x  xA )2  ( y  y A )2  ( z  z A )2 r2

L’équation de la sphère 4 dans l’espace a l’expression suivante :

( x  xA )2  ( y  y A )2  ( z  z A )2 r2

3- Produit vectoriel
3-1. Trièdre direct
Soit u , v et w trois vecteurs de l’espace &.
u, v, w est un trièdre direct si les trois vecteurs u , v et w vérifient les deux
conditions suivantes :
(1) u , v et w ne sont pas coplanaires ;

(2) Le triplet u , v, w vérifie la règle des 3 doigts de la main droite :
ž u dans la direction du pouce ;
v
ž v dans la direction de l’index ;
ž w dans la direction du majeur. w

w u

u v

102 . Les rappels de cours


4- Équation cartésienne d’un plan dans
l’espace
4-1. Caractérisation d’un plan dans l’espace
Un vecteur normal à un plan P est un vecteur non nul n dont la direction est
orthogonale au plan P .

A C
M
P B

Soit A , B et C trois points non alignés de l’espace &. On a les propriétés


suivantes :
(1) Le plan ( ABC ) admet le vecteur n AB š AC comme vecteur normal.
(2) Le plan P qui passe par A et de vecteur normal n est l’ensemble des points
M tels que :
AM ˜ n 0

4-2. Détermination de l’équation d’un plan dans l’espace


ž Définitions
(1) Tout plan P de l’espace admet une équation du type : ax  by  cz  d 0 où
l’un au moins des réels a , b et c est non nul et d est un réel quelconque. De
plus, le vecteur non nul n( a; b; c) est normal à P .

(2) Soit a , b , c et d des réels tels que l’un au moins des réels a , b et c n’est
pas nul. L’ensemble des points M ( x; y; z ) de l’espace tels que
ax  by  cz  d 0 est un plan P de vecteur normal n(a; b; c) .

Mathématiques 3 . 105
5-5. Produit de matrices
Le produit de matrices est associé à la composition des endomorphismes. On
considère deux endomorphismes f et g d’un espace vectoriel E de base
D e ; e ; e ;.........; e . On note
1 2 3 n A , B et C les matrices de f , g et g $ f
par rapport à la base D , et aij , bij et cij les coefficients de ces matrices.
La matrice C est égale au produit de la matrice B avec la matrice A :

C Bu A
avec :
§ c11 c12 ... c1 j ... c1n ·
¨ ¸
¨ c21 c22 ... c2 j ... c2 n ¸
¨ ... ... ¸
C ¨ ¸
¨ ci1 ci 2 ... cij ... cin ¸
¨ ¸
¨ ... ... ¸
¨c ... cnj ... cnn ¸¹
© n1 cn 2
On obtient le coefficient cij en posant le calcul suivant :

§ b11 b12 ... b1 j ... b1n · § a11 a12 ... a1 j ... a1n ·
¨ ¸ ¨ ¸
¨ b21 b22 ... b2 j ... b2 n ¸ ¨ a21 a22 ... a2 j ... a2 n ¸
¨ ... ... ¸ ¨ ... ... ¸
C ¨ ¸˜¨ ¸
¨ bi1 bi 2 ... bij ... bin ¸ ¨ a j1 a j 2 ... a jj ... a jn ¸
¨ ¸ ¨ ¸
¨ ... ... ¸ ¨ ... ... ¸
¨b b ... bnj ... bnn ¸¹ ¨© an1 an 2 ... anj ... ann ¸¹
© n1 n 2
ème
Le coefficient cij sur la i ligne et la j ème colonne de C s’obtient en
ème
additionnant les produits deux à deux des coefficients de la i ligne de B avec
ème
ceux de la j colonne de A .

cij bi1.a1 j  bi 2 .a2 j  .....  bik .akj  .....  bin .anj

ž Remarque
La multiplication de matrices ne consiste donc pas en la multiplication des
coefficients situés aux mêmes positions ( cij z bij .aij ). Une conséquence importante
est que cette multiplication n’est pas commutative : en général, le produit B u A
n’est pas égal au produit A u B .

Mathématiques 3 . 119
D – Ajustement linéaire
1- Présentation
Pour une population statistique donnée, on étudie simultanément deux caractères
statistiques différents X et Y . On fait l’hypothèse que le caractère Y dépend
linéairement du caractère X . Il s’agit de déterminer les réels a et b tels que :

Y aX  b

ž Variable indépendante et variable dépendante


L’objectif d’un ajustement linéaire est de proposer un modèle permettant de
calculer la valeur de Y en fonction de X . La variable X est la variable
indépendante ou explicative, et la variable Y est la variable dépendante ou à
expliquer.

2- Définitions et ajustement linéaire


2-1. Nuage de points associé à une population
Il s’agit d’étudier deux caractères X et Y chez les individus d’une population
statistique. On dispose, pour chaque individu Zi , des modalités xi et yi prises par
les caractèresX et Y . On représente dans un repère cet individu Zi par le point
M i de coordonnées xi ; yi .

ž Nuage de points
On appelle nuage de points l’ensemble des points obtenus en représentant toute la
population.

ž Point moyen
On appelle point moyen du nuage de points le point G de coordonnées X ; Y où
X et Y sont les moyennes arithmétiques des séries statistiques X et Y .

2-2. Principe de l’ajustement linéaire


Il s’agit de déterminer les réels a et b tels que la distance moyenne entre les
points du nuage et la droite D d’équation y ax  b soit minimale.
Pour chaque point M i , d’abscisse xi , on considère la distance définie par l’écart
entre le point théorique, situé sur la droite, et le point M i du nuage de points.
Cette distance se mesure algébriquement en faisant la différence entre les
ordonnées de ces deux points d’abscisses identiques.

Mathématiques 3 . 141
Les exercices corrigés
a Solution
Il s’agit de résoudre l’inéquation suivante :
n
§ 10 ·
¨1  ¸ !2
© 100 ¹
On résout cette inéquation :

n
§ 10 · ln 2
¨1  ¸ ! 2 œ n ln(1.10) ! ln 2 œ n ! | 7.27
© 100 ¹ ln(1.10)

On choisit n 8 . Le prix aura doublé au bout de la 8ème année.

: Exercice A-4
Résoudre dans IR les inéquations et équations suivantes :

(1) 5x 3 ; (2) 9 x  3x  2 0 ; (3) 32 x 1 ! 2 ; (4) 9 x  3x 1  10 ! 0

a Solution
(1) On résout cette équation :
ln 3
5x 3 œ x ln 5 ln 3 œ x
ln 5

(2) On résout cette équation en posant X 3x :

9 x  3x  2 0 œ X 2  X  2 0
On obtient les deux racines suivantes :

X1 1 et X 2 2

L’équation 3x X 1 n’admet aucune solution.

L’équation 3x X 2 donne la solution suivante :

ln X 2 ln 2
x
ln 3 ln 3
Finalement :
ln 2
9 x  3x  2 0 pour x .
ln 3

Bases mathématiques pour le technicien . 169


B – TRIGONOMÉTRIE
: Exercice B-1
On souhaite déterminer la hauteur d’un bâtiment dont la base (le point C ) est
inaccessible. A l’aide d’un théodolite, on mesure les deux angles verticaux D et E
ainsi que la longueur AB L .
1. Calculer la hauteur h CD du bâtiment en fonction des valeurs mesurées D,
E et L .
2. On a mesuré les valeurs suivantes :
D 51,25 gon , E 72,35 gon et AB 10m .
1
En déduire la hauteur du bâtiment à 10 m près.

a Solution
1. On écrit les égalités suivantes :
h h
tan D et tan E
AC AC  L
On en déduit l’équation :
h h tan D
tan E œ tan E
h
L h  L tan D
tan D
On obtient :
L tan D tan E
h
tan E  tan D

2. On obtient :
h | 20.096m , soit h 20.1m à 101 m près.

Bases mathématiques pour le technicien . 177


C – NOMBRES COMPLEXES
: Exercice C-1
On considère le montage représenté ci-dessous, alimenté par une tension
alternative sinusoïdale de fréquence f 50 Hz et de valeur efficace U 250V .
Ce montage comporte :
ž deux résisteurs de résistance R1 100: et R2 150: ;
ž une bobine d’inductance pure de valeur L 0.24 H ;
ž un condensateur de capacité C 16PF .

R1 L

i1

i2 C R2

En électricité, le nombre complexe i est noté j . On note Z 2Sf la pulsation et


on rappelle les expressions des impédances :
ž Impédance de la bobine : Z jLZ ;
1 j
ž Impédance du condensateur : Z  .
jCZ CZ

Déterminer l’expression complexe, puis le module et l’argument des grandeurs


suivantes :
1. L’impédance de chacune des branches du montage.
2. Le courant dans chacune des branches du montage.
3. La tension aux bornes de chacun des dipôles constituant le circuit.
4. Le courant total.
5. L’impédance équivalente à l’ensemble du montage.

a Solution
1. Détermination de l’impédance de chacune des branches du montage :
ž Branche supérieure
Z1 R1  jLZ
On obtient :
Z1 100  75.40 j
Z1 r1 125.24: et arg( Z1 ) T1 0.646rad

Z1 r1 (cosT1  j sin T1 )
208 . Les exercices corrigés
D – GÉOMÉTRIE DANS LE PLAN
Dans toute cette partie, le plan est rapporté au repère orthonormé O; i , j .
: Exercice D-1
On considère la droite d d’équation :
3x  4 y  5 0
1. Donner les coordonnées de trois points de la droite d .
2. Donner l’ordonnée d’un vecteur directeur de la droite d d’abscisse 1 .
3. Donner un vecteur normal n à la droite d.
4. Le vecteur u (12;9) est-il un vecteur directeur de la droite d ?
5. Le vecteur v(9;12) est-il un vecteur directeur de la droite d ?

a Solution
1. On choisit les trois points suivants :
§ 5· § 1·
A(1;2) ; B¨ 0; ¸ et C ¨  1; ¸
© 4¹ © 2¹
§ 3·
2. Par lecture des coefficients : u1 ¨1; ¸ est un vecteur directeur de la droite d .
© 4¹
3. On obtient : n 3;4 .
4. On a l’égalité suivante :
u 12u1
Les vecteurs u et u1 sont colinéaires ; le vecteur u (12;9) est donc un vecteur
directeur de la droite d .
5. Les vecteurs v et u1 ne sont pas colinéaires ; le vecteur v(9;12) n’est donc
pas un vecteur directeur de la droite d .

: Exercice D-2
On donne les coordonnées des points A(3;1) et B(2;0) . On souhaite déterminer
une équation de la médiatrice, notée d m , du segment [ AB ] .
1. Déterminer les coordonnées du point I , milieu de [ AB] .
2. Déterminer un vecteur normal n à la droite dm .
3. En déduire une équation cartésienne de la droite dm .

240 . Les exercices corrigés


: Exercice A-9
On souhaite étudier les fonctions, notées f k , solutions de l’équation différentielle
suivante :
ex
y ' y
x2

La fonction f k est la fonction définie sur ]0;f[ par :

kx  1 x
f k ( x) e
x
où k est un nombre réel donné.

On note Ck la courbe représentative de la fonction f k dans un repère orthonormé


O; i , j .
1. Déterminer les limites de f k en 0 et en  f .
2. Calculer f k ' ( x) pour tout réel x de l’intervalle ]0;f[ et déterminer le nombre
de solutions sur ]0;f[ de l’équation f k ' ( x ) 0.
3. On a tracé sur le graphique ci-dessous les courbes C1 , C 0.25 , C 0.15 et C0 . En
utilisant les résultats de la question précédente, reconnaître chacune des courbes.

Mathématiques 1 . 283
4. Pour tout réel a strictement positif, on pose :
a 1
ex
S (a) ³
a
x
dx

4.1. Interpréter géométriquement S (a ) .


ex
4.2. On désigne par F une primitive de la fonction x  sur ]0;f[ .
x
En remarquant que S (a ) F (a  1)  F (a ) étudier le sens de variation de la
fonction qui à tout réel a élément de ]0;f[ associe le réel S (a ) .
4.3. On veut découper dans le plan une bande verticale de largeur une unité de telle
sorte que l’aire située dans cette bande entre les courbes C0 et l’axe (Ox) soit
minimale. Comment doit-on procéder ?

a Solution
1. On calcule les limites suivantes :

kx  1 x
lim f k ( x) lim e lim ke x .
x o f x o f x x o f

On en déduit les résultats suivants :

lim f k ( x) f si k t 0 et lim f k ( x) f si k  0 .
x o f x o f

kx  1 x
lim f k ( x) lim e f
x o0 x o0 x
x !0 x !0

La droite d’équation x 0 est asymptote verticale à Ck .

2. On calcule la fonction dérivée :

1 x kx  1 x kx 2  x  1 x
f k ' ( x)  e  e e
x2 x x2

On étudie le nombre de solutions de l’équation f k ' ( x ) 0:

f k ' ( x) 0 œ kx 2  x  1 0

On calcule le discriminant ' :


' 1  4k

284 . Les exercices corrigés


C – FONCTIONS POLYNÔMES ET FONCTIONS RATIONNELLES
: Exercice C-1
Pour chacune des questions suivantes, on donne un polynôme P ainsi qu’une ou
plusieurs racines. Factoriser le polynôme P sous la forme d’un produit de
polynômes irréductibles.

1. P ( x ) x 3  x 2  x  1 et P(1) 0 .
2. P ( x ) x 3  x 2  x  1 et P(1) 0 .
3. P ( x ) 2 x3  x 2  8 x  4 et P (2) 0 .
4. P ( x) x 3  4 x 2  8 et P(2) 0 .
5. P ( x ) x 4  3 x3  5 x 2  13 x  6 et P(2) 0 , P (3) 0.

a Solution
1. P ' ( 1) z 0 ; la racine r1 1 est d’ordre de multiplicité égal à 1 . On effectue
la division euclidienne du polynôme P (x) par ( x  1) :

x3  x 2  x  1 x 1
 ( x3  x 2 )
x 1 x2  1
 ( x  1)
0

On obtient :
P ( x) ( x  1)( x 2  1)

2. On calcule les valeurs suivantes :


P ' ( x) 3x 2  2 x  1 ; P' (1) z 0 .
P ( 2) ( x) 6 x  2 ; P ( 2) (1) z 0 .

La racine r1 1 est d’ordre de multiplicité égal à 1 . On remarque que r2 1 est


( 2)
une racine évidente de P . P ' ( 1) 0 et P (1) z 0 .
La racine r2 1 est d’ordre de multiplicité égal à 2 .

Finalement :
P ( x) ( x  1) 2 ( x  1)

Mathématiques 1 . 303
3. On calcule les valeurs suivantes :
P' ( x) 6 x 2  2 x  8 ; P' (2) z 0 . La racine r1 2 est d’ordre de multiplicité égal
à 1 . On effectue la division euclidienne suivante :

2 x3  x 2  8 x  4 x2
 (2 x3  4 x 2 )
5x2  8x  4 2 x2  5x  2
 (5 x 2  10 x)
2x  4
 (2 x  4)
0

On obtient :
P ( x) (2 x 2  5 x  2)( x  2)

1
Le polynôme 2 x 2  5 x  2 possède deux racines r2 2 et r3  .
2
Finalement :
§ 1·
P ( x) 2( x  2)( x  2)¨ x  ¸ ( x  2)( x  2)(2 x  1)
© 2¹

4. On calcule les valeurs suivantes :


P' ( x) 3 x 2  8 x ; P' (2) z 0 . La racine r1 2 est d’ordre de multiplicité égal
à 1 . On effectue la division euclidienne suivante :

x3  4 x 2  8 x2
 ( x3  2 x 2 )
2x2  8 x2  2x  4
 (2 x 2  4 x)
 4x  8
 (4 x  8)
0

304 . Les exercices corrigés


: Exercice D-10
Les courbes C f et Cg du graphique ci-dessous représentent respectivement, dans

un repère orthonormal O; i , j , les fonctions f et g définies sur


l’intervalle ]0;f[ par :
f ( x) ln x et g ( x) (ln x) 2

On cherche à déterminer l’aire S (en unités d’aire) de la partie hachurée du plan.


On note :
e e

³ ln xdx ³ (ln x) dx
2
I et J
1 1

1. Calculer l’intégrale I .
2.1. Démontrer à l’aide d’une intégration par parties que J e  2 I .
2.2. En déduire J .
3. Calculer la valeur de l’aire S .
4. Pour x appartenant à l’intervalle [1; e] , on note M le point de la courbe C f
d’abscisse x et N le point de la courbe Cg de même abscisse. Pour quelle valeur
de x la distance MN est maximale ? Calculer la valeur maximale de MN .

Mathématiques 1 . 359
a Solution
e
1. On calcule l’intégrale I ³ ln xdx . On effectue une intégration par parties :
1
b b

³ (u ' v)( x)dx >uv( x)@ba  ³ (uv' )( x)dx


a a

­ u ' ( x) 1 ­ u ( x) x
°
On pose : ® et ® 1
¯v( x) ln x v' ( x)
°̄ x
e
I >x ln x@  ³ dx
e
1 e  (e  1) 1
1
e

³ (ln x) dx . On effectue une intégration par parties :


2
2.1. J
1
b b

³ (u ' v)( x)dx >uv( x)@ba  ³ (uv' )( x)dx


a a

­ u ' ( x) 1 ­ u ( x) x
°
On pose : ® 2
et ®v' ( x) 2 ln x
¯v( x) (ln x) °̄ x

>x(ln x) @  2³ x ln xdx
e
2 e
J 1 e  2I
1

2.2. On en déduit la valeur de l’intégrale J : J e2.

3. L’aire S a l’expression suivante :


e

³ ln x  (ln x) dx
2
S IJ 3e
1

4. On pose d ( x ) ln x  (ln x) 2 puis on calcule la dérivée :


f ( x)  g ( x)
1 2 ln x 1  2 ln x
d ' ( x) 
x x x
La dérivée s’annule pour x e et cette abscisse correspond à un maximum pour
la fonction d qui est égal à d e
ln e  ln e
2 1
4
Finalement, la distance MN est maximale pour x e et la valeur maximale de
1
MN est égale à .
4
360 . Les exercices corrigés
: Exercice A-3
On souhaite déterminer l’expression de la température de l’eau T ( y ) le long du
tube de longueur L 1m d’un échangeur de chaleur.
On écrit pour cela le bilan thermique d’un tronçon de tube de longueur dy situé
entre l’ordonnée y et l’ordonnée y  dy :

 ) e ( y )  ) e ( y  dy )  2.d) y  d) cv ( y ) 0

&
y

d) cv ( y ) ) e ( y  dy )

d) y d) y
&
)e ( y) x

En exprimant les flux de chaleur en fonction de la température T ( y ) , on obtient


l’équation différentielle suivante :

dT ( y )
 0.67 T ( y )  Ta 0
dy

On donne les valeurs numériques suivantes :


ž Température de l’eau à l’entrée de l’échangeur : T (0) 80qC ;
ž Température ambiante : Ta 5qC .

1. Résoudre l’équation différentielle afin de déterminer l’expression de la


température de l’eau T ( y ) le long du tube de l’échangeur.
T (L) à la sortie de l’échangeur.
2. Calculer la température de l’eau
3. Tracer la représentation graphique de la fonction T sur l’écran de la
calculatrice.

Mathématiques 2 . 371
a Solution
1. L’équation différentielle s’écrit :

T ' ( y )  0.67T ( y ) 0.67Ta

T ' ( y )  0.67T ( y ) 3.35

On commence par résoudre l’équation sans second membre :

T ' ( y )  0.67T ( y ) 0
T0 ' ( y )
On obtient : 0.67 ; ln T0 ( y ) 0.67 y  k , k  IR .
T0 ( y )
d’où : T0 ( y ) e k .e 0.67 y , k  IR .

On obtient la solution de l’équation sans second membre :

T0 ( y ) K .e0.67 y , K  IR .

On détermine ensuite une solution particulière Tp ( y ) . Le second membre est


constant, on pose donc :
Tp ( y ) A , A  IR .

On remplace dans l’équation différentielle. On obtient :

A 5
On obtient l’ensemble des solutions :

T ( y ) T0 ( y )  Tp ( y ) K .e 0.67 y  5

La condition T (0) 80qC permet de déterminer la valeur de K :

K 75
On en déduit la solution de l’équation différentielle :

T ( y ) 75e0.67 y  5

2. On calcule la température de l’eau à la sortie de l’échangeur :

T (1) 75e 0.67  5 43.4qC

372 . Les exercices corrigés


: Exercice A-7
Dans un repère orthonormé O; i , j , k , on considère le plan P d’équation
cartésienne : ax  by  cz  d 0 et le point de l’espace M 0 ( x0 ; y0 ; z0 ) . On note
H le projeté orthogonal du point M 0 sur le plan P et n un vecteur normal au
plan P . On souhaite démontrer la formule donnant la distance du point M 0 au
plan P .

1. Justifier l’égalité suivante :


n ˜ M 0H M 0 H a 2  b2  c2

2. Démontrer l’égalité suivante :


n ˜ M 0H ax0  by0  cz0  d

3. En déduire la formule donnant la distance M 0H .

a Solution
1. Le point H est le projeté orthogonal du point M 0 sur le plan P et n est un
a
vecteur normal au plan P , avec n b.
c

Mathématiques 3 . 441
On en déduit que les vecteurs M 0 H et n sont colinéaires. La valeur absolue du
produit scalaire est donc égale au produit des normes de ces vecteurs, d’où :

n ˜ M 0H M 0 H a 2  b2  c2

2. On calcule le produit scalaire suivant :


a xH  x0
n ˜ M 0H b ˜ yH  y0 a ( xH  x0 )  b( yH  y0 )  c( z H  z0 )
c z H  z0
Le point H appartient au plan P , donc : axH  byH  cz H  d 0.

On remplace dans la dernière expression :

n ˜ M 0H ax0  by0  cz0  d

3. On en déduit la distance du point M 0 au plan P :

n ˜ M 0H ax0  by0  cz0  d


d M 0 , P M 0 H
a 2  b2  c2 a 2  b2  c 2

: Exercice A-8
L’espace est rapporté à un repère orthonormé O; i , j , k . Soit D la droite
passant par le point A(3;4;1) et de vecteur directeur u (1;3;1) . On considère la
droite D ' dont une représentation paramétrique est :

­ x 1  t
°
® y 2  t ; t  IR
° z 1 t
¯

On admet qu’il existe une unique droite ' perpendiculaire aux droites D et D ' .
On se propose de déterminer une représentation paramétrique de cette droite ' et
de calculer la distance entre les droites D et D ' .
On note H le point d’intersection des droites D et ' , H ' le point d’intersection
des droites D ' et ' . On appelle P le plan contenant la droite D et la droite ' .
On admet que le plan P et la droite D' sont sécants en H ' .

442 . Les exercices corrigés


: Exercice D-3
Une collectivité territoriale s’intéresse à la quantité annuelle de déchets
d’aluminium recyclés exprimée en tonnes. En 2013, cette collectivité dispose des
données suivantes :

Année 2005 2007 2009 2011 2013


Rang de l’année xi 0 2 4 6 8
Aluminium recyclé
300 850 1 100 1 350 1 400
yi en tonnes

On a représenté ci-dessous le nuage de points associé à la série statistique ( xi ; yi )


dans un repère orthogonal du plan.

1. Déterminer l’équation de la droite D de régression de y en x , obtenue par la


méthode des moindres carrés.
2. A l’aide de cet ajustement, estimer la quantité d’aluminium qui sera recyclée en
2015.
3. Un responsable affirme que l’augmentation annuelle moyenne entre 2011 et 2013
a été d’environ 1.8% .
3.1. Justifier ce taux de 1.8% .
3.2. Estimer à une tonne près, en utilisant ce taux, la quantité d’aluminium qui sera
recyclée en 2015.
3.3. Avec cette méthode, en quelle année peut-on estimer que plus de 1 600 tonnes
de déchets d’aluminium seront recyclés ?
4. Une étude nationale prévoit une quantité de 1 500 tonnes de déchets
d’aluminium recyclés en 2015 pour cette collectivité territoriale. Lequel des deux
modèles précédents semble-t-il le plus proche de cette étude ?

Mathématiques 3 . 495
a Solution
1. La calculatrice permet de déterminer l’équation suivante :

y 135 x  460

2. Quantité de déchets d’aluminium qui seront recyclés en 2015 :

y 135(10)  460 1810 tonnes.

3.1. On note t le taux annuel d’augmentation en pourcentage. On a la relation


suivante :
2
§ t ·
1350¨1  ¸ 1400 œ t 1.835%
© 100 ¹

Le taux annuel d’augmentation a été d’environ 1.8% .

3.2. Quantité de déchets d’aluminium qui seront recyclés en 2015 :

2
§ 1.8 ·
y 1400¨1  ¸ | 1451 tonnes.
© 100 ¹
3.3. On écrit l’inéquation suivante :

n n
§ 1 .8 · § 1 .8 · 8 ln(8 / 7)
1400¨1  ¸ ! 1600 œ ¨1  ¸ ! œn! œ n ! 7.4850
© 100 ¹ © 100 ¹ 7 § 1 .8 ·
ln¨1  ¸
© 100 ¹
On choisit n 8 . On peut estimer que plus de 1 600 tonnes de déchets d’aluminium
seront recyclés en 2021.

4. Le second modèle semble être le proche de l’étude nationale.

496 . Les exercices corrigés

Vous aimerez peut-être aussi