Vous êtes sur la page 1sur 50

JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

77E ANNÉE – NO 23907


3,00 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

LE MONDE CAMPUS – SUPPLÉMENT  LES ÉCOLES DE COMMERCE À L’ÉPREUVE DES ENJEUX CLIMATIQUES

Covid : l’Europe redevient l’épicentre de l’épidémie
▶ Entre le 1er et le 7 novem­ ▶ Durant cette même ▶ Si l’Europe est le cœur ▶ Faiblement vaccinés, ▶ En Europe du Nord, l’épi­
bre, la zone européenne période, le Vieux Conti­ battant de la pandémie, sa les pays d’Europe de l’Est démie repart en flèche. Le
a regroupé plus de 60 % nent a été le théâtre de dynamique varie considé­ sont extrêmement Royaume­Uni, lui, se dis­
des nouvelles infections 55 % des 26 726 décès liés rablement d’un pays à un affectés ; ceux d’Europe tingue par un taux d’infec­
au SARS­CoV­2 diagnosti­ à la pandémie recensés, autre. Quatre situations du Sud restent encore tion élevé, mais stable
quées dans le monde relève encore l’OMS peuvent être distinguées relativement épargnés PAGE S 8 À 12

UN TIR RUSSE AVIVE LES TENSIONS DANS L’ESPACE HARCÈLEMENT SCOLAIRE
« J’AI PEUR D’Y RETOURNER »
violences verbales, physiques, sion de la Journée nationale de
psychologiques… En France, un lutte contre le harcèlement à
enfant sur dix serait concerné, l’école, le 18 novembre, des victi­
dans le cadre de l’école. « Difficul­ mes et leurs parents racontent
tés scolaires, absentéisme, voire leur calvaire au Monde. Alors
déscolarisation, mal­être, an­ qu’une proposition de loi créant
goisse, voire dépression, pouvant un « délit de harcèlement sco­
aller jusqu’au suicide, l’actualité laire » va être étudiée début dé­
nous rappelle régulièrement les ef­ cembre à l’Assemblée nationale,
fets dramatiques de ce phéno­ Le Monde revient par ailleurs sur
mène », écrit la Défenseure des l’expérience de la Finlande, pays
droits, Claire Hédon, dans un rap­ pilote en la matière, qui mise tout
▶ Moscou a reconnu mardi port sur la santé mentale des en­ sur la prévention.
fants publié mercredi. A l’occa­ PAG ES 16 - 17
avoir détruit l’un de ses sa­
tellites par un tir de missile
▶ La Station spatiale
internationale a été pertur­ Nord Stream 2 Frontières
bée par un nuage de débris.
Une opération vivement
Nouveau revers « Le thème de 
critiquée par les Etats­Unis pour le gazoduc la migration doit
et la France
PAGES 6-7
cher à Poutine être dédramatisé »
A peine achevé, le pipeline Haut­commissaire des
reliant la Russie à l’Allema­ Nations unies pour les ré­
gne bute sur un obstacle fugiés, Filippo Grandi ana­
juridique outre­Rhin. Ce, lyse la crise entre la Biélo­
dans un contexte de ten­ russie et la Pologne. Il
sions aux frontières biélo­ déplore l’attitude de beau­
russe et ukrainienne coup de pays européens
Le navire d’équipage Soyouz MS­18 et le cargo ISS Progress 77 amarrés à la Station spatiale internationale, le 3 mai. NASA PAGE 2 PAGE 4

Politique
Les ambitions
Feux de forêt
Du mégot
#metoo
Difficile prise
Jeux olympiques
de Bruno Le Maire, à l’incendie géant, de parole sur les Le groupe Accor 
le converti
de la Macronie
un maçon
condamné
violences sexuelles
dans le théâtre
partenaire gagnant  BELLES ADRESSES – À PARIS ET AILLEURS

PAGE 14 PAG E 1 8 PAGE 25 de Paris 2024


Le groupe a été chargé,
VU PAR PARESH (INDE)    CARTOONING FOR PEACE sans appel d’offres, de la
distribution hôtelière de
la Coupe du monde de
rugby 2023 et des JO de
Paris. Cette prestation lui
permet de réduire son
apport financier aux Jeux
mais inquiète ses concur­
rents, qui craignent qu’il
ne favorise ses franchisés
PAGE 19

ÉDITOR IAL
1
ÉCOLE : ACCÉLÉRER  www.danielfeau.com

LA LUTTE CONTRE 
© Felix Millory Architecture

N O T R E R É S E A U I N T E R N AT I O N A L

LES INÉGALITÉS *
*Immobilier Inter national

P AG E 31
PUBLIÉ DANS LE « CYPRUS MAIL », LE 13 NOVEMBRE

Algérie 220 DA, Allemagne 3,80 €, Andorre 3,80 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,30 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,60 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,20 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €,
Hongrie 1 460 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 3,30 €, Malte 3,20 €, Maroc 23 DH, Pays-Bas 4,00 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,50 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,50 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Nouveau revers pour le gazoduc Nord Stream 2
Le pipeline cher à Poutine, qui divise les Européens, bute sur un obstacle juridique en Allemagne

bruxelles, moscou, berlin ­


correspondants

L
e feuilleton Nord
Stream 2 continue. Deux
mois après la fin du
chantier de ce gazoduc
controversé reliant la Russie à
l’Allemagne via la mer Baltique,
l’Agence allemande des réseaux
(la Bundesnetzagentur) a an­
noncé, mardi 16 novembre,
qu’elle suspendait sa procédure
de certification. Son feu vert,
indispensable, est l’une des ulti­
mes étapes avant la mise en ser­
vice de ce nouveau pipeline qui
doit acheminer annuellement
55 milliards de mètres cubes de
gaz russe vers l’Europe. Le gazo­
duc suscite de vifs débats au sein
de l’Union européenne (UE) de­
puis le durcissement des rela­
tions avec Moscou.
Dans le communiqué justifiant
sa décision, l’agence allemande
indique qu’une « certification de
l’opérateur de Nord Stream 2 n’est
possible que si celui­ci est orga­
nisé sous une forme juridique de
droit allemand ». Si l’opérateur,
basé à Zoug (Suisse), a bien entre­
pris de créer une société de droit
allemand afin d’exploiter le tron­
çon du gazoduc situé en Allema­
gne, le « transfert des actifs essen­
tiels et des ressources humaines »
de la société helvétique à sa filiale
allemande, lui, est toujours en
cours. C’est seulement lorsqu’il
sera « achevé » que la procédure
de certification, qui doit se dé­
rouler dans un délai de quatre
mois, pourra reprendre, alors
que le remplissage a déjà La station d’arrivée du gazoduc Nord Stream 2, à Lubmin, dans le nord­est de l’Allemagne, le 16 novembre. STEFAN SAUER/AP
commencé côté russe.

Soupçons de chantage russe russe des hydrocarbures, maître Confirmant à mi­voix les soup­ des prix, en échange de l’aval fi­ validé par les régulateurs natio­
Si son fondement est juridique, d’œuvre du projet] ne prend pas çons de politisation, le groupe a nal pour lancer Nord Stream 2.
Cette suspension naux, il doit certes encore rece­
la décision annoncée mardi n’en au sérieux la législation alle­ reconnu qu’il aurait pu augmen­ Dans les faits, la partie russe intervient voir l’aval de la Commission de
a pas moins de fortes implica­ mande et européenne ». ter plus tôt ses livraisons pour aurait sciemment mis les prix Bruxelles, qui doit vérifier qu’il
tions politiques car elle inter­ Après avoir franchi cet été l’obs­ baisser les prix. A plusieurs repri­ sous pression afin d’accélérer la
dans un contexte remplit divers critères, et notam­
vient alors que les sociaux­dé­ tacle du veto des Etats­Unis, Nord ses, ces dernières semaines, mise en service du gazoduc, prêt de fortes ment qu’il ne sera pas réservé à
mocrates (SPD), les Verts et les Stream 2 bute donc sur un nouvel même s’il s’en défendait, Vladi­ à l’emploi mais en attente du feu l’utilisation d’un seul fournis­
libéraux (FDP) sont en train de fi­ obstacle dans un contexte de for­ mir Poutine avait lié une hausse vert du régulateur allemand.
tensions seur. Mais pour le reste, les insti­
naliser le « contrat de coalition » tes tensions aux frontières biélo­ des exportations de gaz russe à L’opérateur du gazoduc, qui est aux frontières tutions européennes n’ont pas
du prochain gouvernement alle­ russe et ukrainienne, et après l’accélération du projet Nord contrôlé par Gazprom, le bras ga­ leur mot à dire.
mand, qui doit être investi dans une flambée des prix du gaz non Stream 2. zier du Kremlin, mais cofinancé
biélorusse
la semaine du 6 décembre, sous moins conflictuelle. A ce sujet, le Devant le Parlement européen, par cinq groupes énergétiques et ukrainienne Désaccords au sein de l’UE
la direction du futur chancelier, Kremlin et Gazprom ont certes le 15 septembre, Ursula von der européens (OMV, Engie, Winters­ Le sujet revient néanmoins sou­
Olaf Scholz (SPD). joué l’apaisement, la main sur le Leyen, la présidente de la Com­ hall Dea, Uniper, Shell), se voulait vent dans les discussions entre les
Or, les écologistes ont toujours robinet, le président Vladimir mission, avait d’ailleurs déclaré : pourtant confiant. « La procédure Moscou, assurera des livraisons Vingt­Sept, dès lors qu’ils abor­
été opposés, depuis le début, à Poutine ayant demandé, le 27 oc­ « Gazprom a honoré ses contrats d’entrée de gaz pour la première fiables et durables à l’Europe dent les relations du continent
Nord Stream 2. Sans surprise, ils tobre, au géant gazier d’accroître à long terme [avec les Européens], chaîne du gazoduc a débuté, et mais qui, selon ses détracteurs, avec la Russie ou les prix de l’éner­
se sont donc félicités de cette sus­ enfin les livraisons vers l’Union mais n’a pas répondu à nos de­ cette chaîne sera progressivement accroîtra la dépendance euro­ gie. L’Allemagne a toujours sou­
pension. « L’agence fonde ses déci­ européenne pour remplir les ré­ mandes d’augmenter nos livrai­ remplie pour constituer l’inven­ péenne à l’égard de Moscou. tenu le projet, même quand les
sions sur le droit et la législation, servoirs « afin de créer une situa­ sons, comme il le faisait les années taire requis, comme condition Ce dossier, en réalité, empoi­ tensions avec Moscou étaient à
ce qui est très bien », a déclaré le vi­ tion plus favorable ». précédentes. » préalable aux tests techniques ul­ sonne la vie des Européens de­ leur comble, comme lors de la ten­
ce­président du groupe des Verts Tout en mettant en œuvre le Les Européens soupçonnent térieurs. » Des formalités bouscu­ puis longtemps. Formellement, il tative d’empoisonnement de l’op­
au Bundestag, Oliver Krischer, remplissage des stocks gaziers Moscou d’orchestrer un chan­ lées désormais par les réalités s’agit d’un projet commercial qui posant russe Alexeï Navalny, en
pour qui cette décision est la européens, Gazprom a semblé ce­ tage aux prix : livraisons supplé­ géopolitiques de ce chantier à n’a, à aucun moment, été soumis août 2020, puis de son emprison­
preuve que « Gazprom [le géant pendant depuis jouer la montre. mentaires et, par ricochet, baisse 10 milliards d’euros, qui, selon aux Vingt­Sept. Après avoir été nement quelques mois plus tard.
La Pologne, à l’inverse, n’a ja­
mais caché son hostilité à Nord
Les tensions resteront vives sur le marché du gaz cet hiver Stream 2, arguant qu’il allait en­
core augmenter la dépendance
des Européens au gaz russe et qu’il
les travaux sont terminés depuis « L’inquiétude est réelle, si nous avons Or, Gazprom gère avec parcimonie les est très différente suivant la diversifica­ sacrifiait les intérêts ukrainiens.
septembre, mais le gros tuyau ne trans­ un hiver froid, nous pourrions avoir des flux provenant de Sibérie et de l’Arcti­ tion des approvisionnements et, sur­ Tout comme les Etats baltes, la
portera pas de gaz entre la Russie et le coupures d’électricité en Europe », a que. S’il honore ses contrats, il refuse de tout, la part du gaz dans leur mix éner­ Slovaquie ou le Danemark, qui a
nord de l’Allemagne avant plusieurs prévenu Jeremy Weir, patron du trader faire passer plus de gaz par le pipeline gétique : faible pour la France, qui n’en d’ailleurs contraint le consortium
mois. La suspension de la procédure Trafigura, lors d’un sommet sur les ma­ Brotherhood traversant l’Ukraine, un achète qu’environ 15 % à Gazprom et à modifier le tracé du pipeline afin
d’approbation du gazoduc Nord Stream tières premières organisé en Asie, mardi, moyen de réduire le montant des droits produit l’essentiel de son courant grâce qu’il contourne les eaux danoises.
2 par l’autorité allemande de régulation par le Financial Times. Pour éviter le de passage versés à Kiev, qui pourrait au nucléaire et à l’hydraulique ; forte La France, pour sa part, se situe
de l’énergie, annoncée mardi 16 novem­ maintien de prix élevés, Berlin a tout in­ perdre au final 1,5 milliard d’euros. Vla­ pour l’Allemagne, l’Italie et le Royaume­ dans une position intermédiaire,
bre, risque même de maintenir les cours térêt à accélérer le processus d’autorisa­ dimir Poutine rejette l’accusation d’uti­ Uni ; et presque totale pour plusieurs Emmanuel Macron ayant fait part
à des niveaux très élevés sur le marché tion de cette infrastructure stratégique, lisation de l’énergie à des fins politi­ pays d’Europe de l’Est. de ses « réserves ».
européen, ce qui tirera à la hausse le prix financée par Gazprom et cinq groupes ques, tout en soufflant le chaud et le La sécurité d’approvisionnement du L’inauguration du gazoduc, an­
de l’électricité. A peine connue la déci­ européens (Engie, Shell, Uniper, Winters­ froid. Le président russe dispose, de fait, Vieux Continent est d’autant plus fra­ noncée un peu vite par Moscou
sion de la Bundesnetzagentur, l’Agence hall Dea, OMV) et défendue bec et ongles d’un important pouvoir de marché. gile que Gazprom a consolidé ses posi­ pour la fin de l’année, risque
allemande des réseaux, le prix pour li­ par la chancelière, Angela Merkel. Le « tsar du gaz » renvoie les Européens tions depuis 2008. Et que d’autres donc, désormais, d’être repous­
vraison en janvier coté à Londres a à leurs choix passés. « Toute leur politi­ foyers de tension sont apparus. En Bié­ sée. « Tout retard dans la certifica­
bondi de plus de 18 %, pour dépasser Pouvoir de marché russe que était de sortir des contrats à long lorussie, le dictateur Alexandre Louka­ tion de Nord Stream 2 à la veille du
94 euros le mégawattheure. La décision du régulateur allemand terme et elle s’est avérée erronée, a­t­il chenko a récemment évoqué un « blo­ début de l’hiver n’est pas dans l’in­
Moscou souhaitait une mise en ser­ intervient à un moment critique où déclaré, début octobre, devant des diri­ cage du transit du gaz » venant de Rus­ térêt des Européens », a fustigé,
vice commerciale de Nord Stream 2 à tout s’est conjugué pour enflammer les geants du secteur énergétique russe. En sie par le gazoduc de Gazprom, Yamal­ mardi, Konstantin Kossatchev,
l’automne, ajoutant ainsi un corridor cours : stockages anormalement bas à conséquence, le prix du gaz a désormais Europe – une menace que M. Poutine vice­président du Conseil de la Fé­
d’approvisionnement capable, comme la fin de l’été et en cours de battu tous les records historiques. » Son n’a pas approuvée. dération (la Chambre haute du
Nord Stream, inauguré en 2011, de reconstitution, accidents sur des porte­parole, Dmitri Peskov, a donné la De son côté, l’Algérie a fermé, le 1er no­ Parlement russe), après l’annonce
fournir 55 milliards de mètres cubes de infrastructures, manque de vent qui a deuxième raison de l’attentisme russe : vembre, le pipeline Maghreb­Europe de la décision allemande. « Les ef­
gaz par an. Compte tenu de la longueur rendu les parcs éoliens inopérants et « La mise en service la plus rapide possi­ qui transporte, via le Maroc, une part fets négatifs seront ressentis par
des procédures de certification, elle gonflé la consommation de méthane ble de Nord Stream 2 équilibrera considé­ importante du gaz consommé dans les consommateurs européens »,
n’interviendra cependant pas avant la en Allemagne et au Royaume­Uni. Le rablement les paramètres de prix du gaz la péninsule Ibérique, en raison du con­ a­t­il encore prévenu. Le message
fin de l’hiver, alors que la consom­ tout dans un environnement mondial en Europe. » flit au Sahara occidental. Les centrales est clair. 
mation destinée au chauffage et à la où la forte demande de gaz naturel La Russie fournit 35 % de la consom­ à charbon tourneront à plein régime virginie malingre,
production d’électricité est très forte à liquéfié en Asie a fait monter les prix mation des pays européens, loin devant cet hiver.  nicolas ruisseau
cette saison. jusqu’en Europe. la Norvège et l’Algérie. Leur dépendance jean­michel bezat et thomas wieder
T H E
iX

#bornelectric 100% ÉLECTRIQUE


Consommation d’énergie électrique de la BMW iX : 19,4 à 23 kWh/100 km. Autonomie en mode électrique : 371 - 630 km. Autonomie en mode électrique en
ville : 424 - 722 km. Depuis le 1er septembre 2018, les véhicules légers neufs sont réceptionnés en Europe sur la base de la procédure d’essai harmonisée pour
les véhicules légers (WLTP), procédure d’essai permettant de mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO2, plus réaliste que la procédure
NEDC précédemment utilisée. BMW France, S.A. au capital de 2 805 000 € - 722 000 965 RCS Versailles - 5 rue des Hérons, 78180 Montigny-le-Bretonneux.
0123
4 | international JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

« Le thème
de la migration
a besoin d’être
dédramatisé »
Responsable du HCR, Filippo Grandi
s’inquiète des « murs législatifs »
érigés par l’UE contre les migrants

ENTRETIEN des quelques personnes qui pour­


raient bénéficier des règles du re­
bruxelles ­ bureau européen
groupement familial en Europe.

H
aut­commissaire des
Nations unies pour L’instrumentalisation de
les réfugiés depuis la migration par le régime de
2016, le diplomate Minsk semble évidente. Mais
italien Filippo Grandi analyse la comment jugez­vous l’attitude
crise entre la Biélorussie et la Polo­ de la Pologne, et de l’Union
gne. Et déplore l’attitude de beau­ européenne en général ? Un camp de migrants à la frontière avec la Pologne, près de Grodno, en Biélorussie, le 10 novembre. RAMIL NASIBULIN/BELTA POO PHOTO/AP
coup d’Européens, qui préfèrent Exprimer inquiétudes et criti­
ériger des murs aux frontières et ques à l’égard d’une manipulation
refouler les demandeurs d’asile. et d’une mise en danger inaccep­ tion pour éviter de telles dérives. tion de pacte ? Les murs, une né­ aujourd’hui subir un impact. Les
table de personnes vulnérables
« J’espère que On a assez dit que pour faire face à gociation bateau par bateau et le présidences successives du Con­
Le Haut­Commissariat des est légitime, justifié. Au­delà, je l’Europe trouvera ces arrivées, il y avait d’autres marchandage permanent, l’effroi seil ont peu progressé vers l’adop­
Nations unies pour les réfugiés déplore ce qui a suivi : le sort de moyens, plus prévisibles, plus ra­ devant 2 000 personnes à une tion du pacte, qui reste, selon moi,
et l’Organisation internatio­ ces quelques milliers de person­
le courage et pides et plus efficaces. Le rapatrie­ frontière ? Je ne suis pas naïf et je la meilleure solution. Et la pro­
nale des migrations sont nes me semblait gérable, sans pa­ la détermination ment accéléré de ceux qui ne peu­ vois bien le débat entre les pays chaine présidence, française,
parmi les rares à avoir eu accès nique et sans l’idée que seuls la vent prétendre au droit d’asile est des frontières extérieures, qui de­ coïncidera avec une période
à la zone frontalière entre construction de murs et le refou­
pour éviter aussi une piste. mandent la solidarité, et donc le d’élection présidentielle, ce qui
la Biélorussie et la Pologne. lement seraient des solutions. les dérives » partage, et ceux qui, pays de plus rendra les choses difficiles.
Qu’y ont­ils découvert ? Sans doute cela peut­il aider cer­ La Commission a proposé grande destination, insistent plu­
Nous avons financé et organisé tains politiciens à gagner des élec­ un « pacte migratoire » qui tôt sur la gestion des frontières. Un véritable débat de fond
des distributions d’équipements tions mais cela ne résout rien et proclamées par l’Union. Cela peut se veut ambitieux. Vous l’avez Avec un paradoxe intéressant : les sur la migration est­il encore
de protection contre le froid, de démontre, en outre, la vulnérabi­ avoir un énorme retentissement décrit comme « crucial », mais pays frontaliers de la Biélorussie possible aujourd’hui ?
médicaments et de vivres à quel­ lité de l’Europe. Ce qui ne fera dans le monde, où beaucoup de il est loin de faire l’unanimité réclament désormais à haute La politisation et la stigmatisa­
que 2 000 personnes, jeudi 11 no­ qu’encourager ceux qui veulent pays, nettement moins riches, parmi les Vingt­Sept… voix une solidarité qu’ils n’ont tion l’ont rendu toxique. On n’ad­
vembre, grâce à notre partenaire, exploiter cette faiblesse. Le thème sont, bien davantage que nous, Ma question est plutôt : quelle pas pratiquée. Cela démontre au met plus que la migration est né­
la Croix­Rouge biélorusse. C’était de la migration a besoin d’être dé­ frappés par l’afflux de réfugiés. est l’alternative à cette proposi­ moins que tous les Etats peuvent cessaire, pour différentes raisons.
le plus urgent. Nous avons indi­ dramatisé. La politisation de ce su­ Cela pourrait donc influer forte­ La migration économique doit
qué aux autorités biélorusses que jet ne sert à rien, bien au contraire. ment sur la pratique du droit être réglementée, et plus elle sera
notre but était aussi d’examiner d’asile un peu partout. Heurts entre migrants et policiers polonais gérée, plus la migration irrégu­
des solutions possibles pour ces On semble, en Pologne et lière se réduira. Cette bonne ges­
gens auxquels on a fait des pro­ ailleurs, « institutionnaliser » Un débat sur le financement Les forces de sécurité polonaises ont fait usage, mardi 16 novem- tion ferait aussi que le canal de
messes intenables et qui ne peu­ les refoulements, en fait… de murs aux frontières bre, de gaz lacrymogène et de canons à eau contre des migrants l’asile ne serait plus le seul que des
vent séjourner là plus longtemps. Des courants politiques pous­ extérieures est en train qui lançaient des pierres depuis la frontière biélorusse et ten- gens voulant migrer pourraient
Beaucoup s’accrochent à un es­ sent pour restreindre l’espace de naître. Qu’en pensez­vous ? taient de franchir la clôture qui sépare les deux pays. Des milliers utiliser. Il doit être préservé pour
poir, d’autres voudraient, semble­ d’asile en prenant comme justifi­ La crise actuelle renforce évi­ de personnes, principalement originaires du Proche-Orient, sont les personnes qui fuient des guer­
t­il, rentrer chez eux, et nos orga­ cation ce qui se déroule aujour­ demment ceux qui prônent de massées dans cette zone frontalière depuis plusieurs semaines, res et des discriminations. Enfin,
nisations sont prêtes à les aider. d’hui à la frontière polonaise. telles mesures, même si l’effica­ espérant gagner l’Union européenne. Sept policiers, un garde- n’oublions pas la question du
Soit à repartir, soit à demander Cette érosion et la restriction de cité des murs physiques est très frontière et un soldat polonais ont été blessés dans les affronte- changement climatique qui peut,
l’asile en Biélorussie car, même si l’accès à des personnes réelle­ relative. Mais je m’inquiète aussi ments, selon les autorités de Varsovie. Plus de 20 000 membres si elle n’est pas résolue, créer de vé­
cela vous étonne, ce pays possède ment en demande de protection des murs « législatifs » que l’on des forces de sécurité ont été déployés près du poste-frontière ritables « bombes migratoires ». 
un système qui fonctionne plutôt internationale sont très inquié­ bâtit. J’espère que l’Europe trou­ de la ville de Kuznica, faisant face à environ 4 000 migrants, propos recueillis par
bien. Enfin, il faut examiner le cas tantes et contraires aux valeurs vera le courage et la détermina­ estiment les responsables polonais. jean­pierre stroobants

Incidents meurtriers à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan


Erevan a subi des pertes lors de combats frontaliers avant qu’un cessez­le­feu ne soit conclu sous l’égide de Moscou

A ccrochages pour forcer


l’adversaire à un accord
ou prélude à une nou­
velle phase de confrontation mi­
litaire ? La région a connu, lundi
GÉORGIE

ARMÉNIE
Erevan
RUSSIE

AZERBAÏDJAN
toire souverain de l’Arménie, nous
demandons à la Russie de défen­
dre l’intégrité territoriale de l’Ar­
ménie », a déclaré le secrétaire du
conseil de sécurité arménien, Ar­
clave. Or, il n’y a aucune force
d’interposition russe sur les
650 kilomètres de frontière sépa­
rant les deux Etats belligérants
(en comptant l’exclave du Nakhit­
neté exclusive et totale sur le Haut­
Karabakh, et l’ouverture d’un cor­
ridor vers Nakhitchevan à travers
le territoire arménien, mais sur le­
quel Erevan n’aurait aucun droit
aurait tenté de résoudre la ques­
tion de la frontière par la négocia­
tion, mais la partie arménienne
fait obstruction. « L’Arménie n’est
pas intéressée par la délimitation
15 novembre, au nord du corridor Bakou men Grigorian. chevan). Frontière dont près de la de contrôler ce qui transite », ex­ des frontières », soulignait, mardi,
TURQUIE
de Lachine, l’incident le plus Mardi, en fin d’après­midi, les moitié n’a toujours pas fait l’objet plique le commentateur politi­ le ministère des affaires étrangè­
grave entre l’Arménie et l’Azer­ deux belligérants sont tombés d’une délimitation précise agréée que arménien Arshaluis Mghde­ res azerbaïdjanais, dans un com­
baïdjan, depuis la fin de la guerre NAKHITCHEVAN d’accord sur un nouveau cessez­ entre Bakou et Erevan. syan. La Turquie désire aussi muniqué. Plusieurs médias armé­
dans le Haut­Karabakh, il y a un (AZER.) IRAN 100 km
le­feu sous l’égide de Moscou. La Le spectre d’un nouveau bain de l’ouverture de ce corridor, qui fa­ niens avancent aussi l’hypothèse
an. « Une attaque des forces azer­ Région du Haut-Karabakh Russie, qui fournit des armes aux sang dans le Caucase (plus de sept ciliterait les échanges avec son al­ que les tensions à la frontière ré­
baïdjanaises contre les positions deux ennemis, avait déjà négocié mille morts en 2020) a immédia­ lié azerbaïdjanais. sultent d’une frustration azerbaïd­
Force d’interposition russe
des forces arméniennes a fait des en 2020 la fin des quarante­qua­ tement suscité un concert de Elkhan Sahinoglu, directeur du janaise (et, dans une moindre me­
morts et des blessés côté armé­ Districts repassés en 2020 tre jours de guerre entre ses réactions internationales. L’ONU cercle de réflexion Atlas, à Bakou, sure, russe), causée par le refus du
nien », a déclaré le ministère de la sous le contrôle de l’Azerbaïdjan anciens satellites soviétiques. a exhorté, mardi, « toutes les par­ précise que « l’objectif principal de premier ministre arménien, Nikol
défense arménien, dans un com­ Ligne de cessez-le-feu de 1994 L’Azerbaïdjan, avec le soutien mi­ ties à la retenue ». Le président du l’Azerbaïdjan est d’achever rapide­ Pachinian, de participer, le 9 no­
muniqué, sans donner de bilan litaire turc, avait alors repris le Conseil européen, Charles Mi­ ment la démarcation de ses frontiè­ vembre, à une vidéoconférence
chiffré. Erevan a reconnu, mardi, contrôle du Haut­Karabakh, en­ chel, a décroché son téléphone res avant l’hiver et de capturer des avec Vladimir Poutine et Ilham
la mort d’un soldat, tandis que destruction, par un missile guidé, cerclant les forces arméniennes ; pour appeler les deux chefs d’Etat hauteurs stratégiques avant que Aliev. Symbolique, la date équi­
d’autres sources évoquent quinze d’un camion militaire azerbaïdja­ l’Arménie ne conservant plus que ennemis à une « désescalade ur­ celles­ci ne soient enneigées ». Pour vaut à une humiliation pour le res­
morts. Douze soldats ont été cap­ nais venant de franchir la ligne de les deux tiers de la région. gente ». Le Quai d’Orsay a, lui, si­ lui, comme pour beaucoup d’ob­ ponsable du gouvernement, puis­
turés par l’Azerbaïdjan. L’Arménie démarcation entre les deux pays. gnalé sa « vive préoccupation », servateurs azerbaïdjanais, Bakou qu’elle coïncide avec le jour de la
a perdu deux positions sur sa Des images filmées côté azerbaïd­ Ouverture d’un corridor soulignant que « la délimitation et défaite militaire de 2020.
frontière avec l’Azerbaïdjan, qui janais et diffusées sur les réseaux Sur la défensive face à une Tur­ la démarcation de la frontière doit M. Pachinian pose comme préa­
affirme, de son côté, ne déplorer sociaux montrent des fantassins quie avançant ses pions dans le s’effectuer par la négociation, loin lable à tout accord avec Bakou la
que deux soldats blessés. soutenus par des blindés avan­ sud du Caucase, la Russie a dé­ de tout fait accompli sur le ter­
Près de la moitié libération de plusieurs dizaines
A Bakou, on parle de « provo­ çant face à des soldats arméniens ployé (officiellement) 2 000 sol­ rain ». Une mise en garde visant de la frontière de prisonniers de guerre capturés
cations militaires arméniennes » battant en retraite. dats de ses forces de maintien de directement Bakou. par l’Azerbaïdjan, après la fin des
contre ses positions, suivies d’une Erevan a demandé l’assistance la paix sur la ligne de contact du Profitant de son avantage mili­
entre les deux hostilités. Leur sort pèse forte­
« contre­attaque ». Le président militaire de Moscou, son allié au Haut­Karabakh, c’est­à­dire à l’in­ taire face à une Arménie très af­ Etats reste sans ment sur la popularité de M. Pa­
azerbaïdjanais, Ilham Aliev, fait sein de l’Organisation du traité de térieur du territoire internationa­ faiblie par la défaite de 2020, chinian. Ces prisonniers, qualifiés
porter « toute la responsabilité » de sécurité collective (qui regroupe lement reconnu de l’Azerbaïdjan. l’Azerbaïdjan « utilise de nouveau
délimitation par Bakou de « terroristes », cons­
la situation « aux dirigeants mili­ l’Arménie, la Biélorussie, le Ka­ Un contingent déjà insuffisant la force pour atteindre ses objectifs précise agréée tituent plus que jamais une mon­
taro­politiques de l’Arménie ». Le zakhstan, le Kirghizistan, la Rus­ pour empêcher les fréquents inci­ politiques, qui sont la démarca­ naie d’échange et la clé d’une dé­
ministère de la défense arménien sie et le Tadjikistan). « Etant donné dents meurtriers entre Armé­ tion de la frontière interétatique,
par Bakou sescalade. 
a diffusé une vidéo montrant la que l’Azerbaïdjan a attaqué le terri­ niens et Azerbaïdjanais dans l’en­ la reconnaissance de sa souverai­ et Erevan emmanuel grynszpan
T H E
iX

#bornelectric 100% ÉLECTRIQUE


Consommation d’énergie électrique de la BMW iX : 19,4 à 23 kWh/100 km. Autonomie en mode électrique : 371 - 630 km. Autonomie en mode électrique en
ville : 424 - 722 km. Depuis le 1er septembre 2018, les véhicules légers neufs sont réceptionnés en Europe sur la base de la procédure d’essai harmonisée pour
les véhicules légers (WLTP), procédure d’essai permettant de mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO2, plus réaliste que la procédure
NEDC précédemment utilisée. BMW France, S.A. au capital de 2 805 000 € - 722 000 965 RCS Versailles - 5 rue des Hérons, 78180 Montigny-le-Bretonneux.
0123
6 | international JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

M I L I TA R I S AT I O N   D E   L’ E S PA C E

Un tir russe ravive le spectre de la guerre spatiale


Très critiquée, l’initiative de Moscou souligne le manque de règles face à une militarisation croissante

V
ingt­quatre heures
après un tir antisatel­
L’ENJEU POUR TOUTES LES 
lite russe, lundi 15 no­ ARMÉES EST DE PARVENIR 
vembre, contre l’un
de ses vieux satellites qui n’était À DÉFINIR CE QU’EST UN 
plus opérationnel, les interroga­
tions demeurent sur les vérita­ Décollage de ACTE HOSTILE DANS 
bles motivations de la Russie. la fusée Vega, L’ESPACE, ET DONC CE QUI 
Pourquoi la Russie a­t­elle pris le emportant
risque d’un tel tir alors qu’elle les satellites POURRAIT DÉCLENCHER 
avait elle­même deux cosmo­ militaires
nautes à bord de la Station spa­ français UNE ÉVENTUELLE RIPOSTE
tiale internationale (ISS) et que Ceres, le
les débris provoqués par cette 16 novembre,
manœuvre pouvaient potentiel­ à Kourou, de 2030. A terme, l’objectif des
lement les exposer ? S’agissait­il en Guyane. armées françaises est, par
d’une pure démonstration de P. PIRON/ESA CNES ailleurs, de pouvoir mener des
puissance opportuniste dans un ARIANESPACE opérations « combinées » entre
contexte de regain de la compéti­ terre et espace. L’enjeu aujour­
tion stratégique ? d’hui pour toutes les armées du
Dès le lendemain de la confir­ monde, reste néanmoins déjà de
mation de ce tir par les autorités parvenir à définir ce qu’est un
russes qui se sont félicitées du acte hostile ou pas dans l’espace,
« succès » de leur opération, les et donc ce qui pourrait déclen­
réactions internationales ont cher une éventuelle riposte. Le
toutefois été unanimes pour dé­ seul relatif consensus qui existe
noncer cette opération. « La sû­ aujourd’hui, concerne la lutte
reté et la sécurité de tous les ac­ contre les débris spatiaux.
teurs qui cherchent à explorer et à Mais, dans d’autres domaines,
utiliser l’espace extra­atmosphé­ les doctrines sont loin d’être ar­
rique à des fins pacifiques ont été rêtées. A partir de quelle dis­
imprudemment mises en dan­ tance, par exemple, considérer
ger », a notamment critiqué le se­ que l’approche d’un satellite par
crétaire d’Etat américain, Antony un autre est un acte d’espion­
Blinken. C’est « un acte irrespon­ nage ? Le débat est autant techni­
sable », a, de son côté, déclaré le que, juridique, que politique : à
secrétaire général de l’OTAN, Jens l’heure actuelle, il n’existe en
Stoltenberg. mardi, ce tir à la Russie, avant­ plus que l’espace est en train de sées, mardi, de dénoncer le nom­ comme viennent de le faire les effet pas formellement de « terri­
A Paris, la ministre des armées, même sa confirmation officielle devenir un champ de conflictua­ bre de débris engendré par ce tir Russes mais ont aussi pu le tester toire » dans l’espace.
Florence Parly, a, elle, qualifié les par Moscou. Concernant le sous­ lité comme un autre. Les spécia­ russe – environ 1 500 –, elles ont les Etats­Unis (dans les années Alors que de nombreuses dis­
Russes de « saccageurs de l’es­ texte géopolitique d’un tel tir, les listes le théorisent depuis long­ été beaucoup plus silencieuses 1980 et en 2008), la Chine cussions sont en cours sur le su­
pace » tandis que le ministre des sources françaises sont beau­ temps. L’augmentation impor­ sur le second aspect, dont la défi­ (en 2007), ou encore l’Inde jet, notamment au sein des Na­
affaires étrangères, Jean­Yves coup plus prudentes. Aucune as­ tante des budgets consacrés ces nition elle­même n’est pas arrê­ (en 2019), elle a amorcé un chan­ tions unies, lors de son dernier
Le Drian, a condamné « une ac­ sociation n’a été faite, par exem­ dernières années au spatial par la tée. Le traité de 1967, interdit ainsi gement de posture. sommet, à Bruxelles, mi­juin,
tion déstabilisatrice ». ple, avec les tensions actuelles à plupart des grandes puissances les armes de destruction massive Au ministère des armées, on l’OTAN a d’ores et déjà décidé de
la frontière ukrainienne et en en était un des signaux annoncia­ en orbite, mais pas stricto sensu la parle ainsi de plus en plus de considérer que « les attaques diri­
« Ce n’était pas une erreur » Biélorussie. teurs. Là où le tir russe vient tirer militarisation de l’espace. développer des moyens de « dé­ gées vers l’espace, en provenance
Selon un certain nombre d’ob­ Dans un domaine par nature le signal d’alarme de la commu­ fense active » dans l’espace. Au­ de l’espace, ou dans l’espace » re­
servateurs, ce tir était toutefois extrêmement confidentiel où nauté internationale, c’est qu’il Projet « Yoda » delà de l’amélioration des présentaient « un réel défi » pour
en partie prévisible. « Ce n’était tout est classifié, l’analyse publi­ s’inscrit dans un contexte de flou La France, par exemple, défend moyens de surveillance par voie la sécurité de l’Alliance. Comme
pas une erreur », a confirmé au que se borne à regretter un geste absolu sur ce que les experts ap­ un usage « pacifique » de l’espace. satellitaire – comme Paris a pu le cela avait été acté en 2019 avec le
Monde le porte­parole du minis­ d’opportunité qui serait destiné, pellent les « normes responsables Les moyens satellitaires qu’elle y faire, mardi 16 novembre, avec cyber, elle a donc entériné le fait
tère des armées, Hervé Grand­ pour la Russie, à démontrer ses dans l’espace ». Un vieux débat déploie, essentiellement à des l’envoi d’une nouvelle constella­ que des attaques dans le domaine
jean, mardi 16 novembre. « Nous capacités spatiales. Analyse en jamais tranché depuis 1967, date fins de renseignement, sont con­ tion destinée au renseignement spatial pourraient dorénavant
savions que la Russie avait déjà partie confirmée par Moscou qui du seul et unique traité qui régule sidérés comme uniquement « dé­ d’origine électromagnétique –, la conduire à l’invocation de l’arti­
procédé à une dizaine de tentati­ est allé jusqu’à considérer les encore aujourd’hui l’espace. fensifs ». Toutefois, face à la multi­ France pourrait, dès 2023 ou cle 5 du traité de l’Atlantique Nord.
ves de ce type de tir. Cet essai n’est accusations de Washington Or, ces « normes responsables » plication d’acte d’espionnages 2024, être en mesure d’envoyer C’est­à­dire l’article qui organise
donc pas une surprise stratégique comme « hypocrites » estimant recouvrent à la fois la question de dans l’espace (comme de la part dans l’espace pour les tester de la défense collective et prévoit
pour la France », a­t­il assuré. que les débris engendrés ne re­ la multiplication des débris, mais de la Russie, en 2017, contre un premiers petits satellites pa­ qu’une attaque contre un des
Les Etats­Unis, dont la supério­ présentaient « aucune menace » aussi celle de la « militarisation » satellite de communication mili­ trouilleurs afin de protéger ses membres de l’Alliance est consi­
rité est incontestée à ce jour dans pour « l’activité spatiale ». de l’espace. Si les puissances occi­ taire franco­italien Athena­Fi­ installations. Un projet baptisé dérée comme une attaque dirigée
l’espace, ont été les premiers à at­ Le tir antisatellite russe n’en de­ dentales comme les Etats­Unis ou dus), et la multiplication de tirs « Yoda » qui pourrait véritable­ contre tous les alliés. 
tribuer, dans la nuit de lundi à meure pas moins un signal de la France se sont ainsi empres­ de destruction de satellites, ment être opérationnel à partir élise vincent

La France met ses premiers satellites espions en orbite


Les Ceres, lancés mardi de Kourou, permettront le repérage et l’écoute de signaux radars et de télécommunications des systèmes adverses

I ls s’appellent « Ceres ». Ils


sont au nombre de trois. Et
grâce à leur lancement réussi,
mardi 16 novembre, à partir de la
base de Kourou, en Guyane, les
s’agit d’être capable de mieux car­
tographier le monde des émet­
teurs, c’est­à­dire l’emplacement
des centres de télécommunica­
tion ou tous les radars qui détec­
« ON POURRA AINSI MIEUX 
SE PROTÉGER DE SYSTÈMES 
SOL­AIR ENNEMIS »
le Centre national d’études spatia­
les, basé à Toulouse. Les missions
qui leur seront confiées et le
choix de leur positionnement, en
revanche, seront décidés et pré­
rectrice du programme Ceres, est
la conception du « capteur » : « Les
bandes de fréquences utilisées par
les radars à détecter sont très lar­
ges. Par ailleurs, certains émet­
optique, avec le lancement d’un
deuxième satellite d’observation
(dit CSO, « composante spatiale
optique »). Ils doivent permettre
d’exploiter des images couleur en
armées françaises devraient dans tent, déclenchent ou pilotent des THIERRY BLANC parés depuis la base de Creil teurs sont peu puissants ou très haute résolution.
les prochains mois disposer d’une systèmes adverses, notamment général, adjoint du (Oise), où la direction du rensei­ n’émettent pas en permanence. Or, Si le programme Ceres aura
capacité de renseignement uni­ liés à des missiles. « On pourra commandement de l’espace gnement militaire a une bonne il fallait un seul et même capteur coûté 450 millions d’euros pour
que en Europe : l’écoute des si­ ainsi mieux se protéger de systèmes part de ses effectifs. C’est aussi à capable de tous les repérer. » sa seule réalisation finale (hors
gnaux radars et de télécommuni­ sol­air ennemis », explique le géné­ Creil que seront réceptionnées Le lancement des satellites Ce­ études préparatoires), les autres
cation. Ce que les spécialistes ap­ ral Thierry Blanc, adjoint du toutes les données collectées. Un res s’inscrit par ailleurs dans un renouvellements satellitaires ont
pellent le renseignement d’ori­ commandement de l’espace. Lôme. Une façon de contribuer à énorme enjeu en matière de tri, mouvement plus large, décidé été sanctuarisés dans la loi de
gine électromagnétique (ROEM). la supériorité aérienne de l’avia­ d’analyse et de stockage. en 2019, de renouvellement des programmation militaire 2019­
Jusqu’à présent, la France devait « Appui aux opérations » tion française et de limiter les capacités militaires spatiales de la 2025, dont le budget global consa­
principalement s’en remettre aux Le second intérêt des satellites zones dites de « déni d’accès ». Un capteur unique France allant de l’observation cré à l’espace sur sept ans est de
Etats­Unis en la matière. Avec ce Ceres pour les armées concerne Ces satellites comportent aussi Le lancement des satellites Ceres image à l’écoute des télécommu­ 4,3 milliards d’euros (contre
lancement, elle estime défendre « l’appui aux opérations », que ce un intérêt pour la marine. Il sera est, à ce titre, l’aboutissement de nications, en passant par la sécu­ 1,9 milliard sur la période 2014­
son autonomie stratégique et re­ soit pour protéger les troupes in­ désormais possible de pister plus de vingt ans de travaux de re­ risation des échanges de données. 2019). Le budget annuel de la
joint le club des rares puissances tervenant au sol ou les avions beaucoup plus facilement cherche pilotés par la direction En octobre, un satellite baptisé France en matière spatiale – qui
militaires mondiales disposant de durant leurs raids. Ils donnent la qu’auparavant, en particulier sur générale de l’armement. Avant de Syracuse – qui devrait être rejoint inclut l’achat de services auprès
cette capacité, comme la Russie, la possibilité de surveiller « dans la la durée, des navires de toutes parvenir à Ceres, il a fallu lancer par deux autres d’ici à 2025 – a de sociétés privées – reste
Chine et les Etats­Unis. profondeur », selon le général sortes. Un enjeu important à dans l’espace pas moins de quatre ainsi été lancé afin de permettre toutefois bien en deçà de celui des
Concrètement, les satellites Blanc, des zones peu accessibles l’heure où le domaine maritime prototypes. Les premiers ont été aux armées de tripler leurs capa­ Etats­Unis (plus de 44 milliards
Ceres construits par Airbus De­ jusqu’à présent aux moyens clas­ devient de plus en plus conflic­ lancés dans les années 1990, les cités d’échange de données de d’euros) ou de la Chine (estimé à
fence and Space et Thales ont deux siques d’interception des signaux tuel, notamment en Méditerra­ derniers au début des années manière sécurisée. En décem­ près de 9 milliards d’euros) et de
buts principaux. Le premier est de ROEM, comme les avions type née et en Indo­Pacifique. Comme 2010. L’une des prouesses techno­ bre 2020, les armées ont aussi la Russie (plus de 2 milliards
monter en gamme en matière de Awacs ou le navire « collecteur de tous les satellites français, les logiques du programme Ceres, poursuivi le renouvellement de d’euros). 
renseignement « stratégique ». Il renseignements » Dupuy­de­ Ceres seront opérés à distance par selon l’ingénieure Laurence, di­ leurs satellites de renseignement é. v.
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 international | 7

Thaïlande : des ex­monarchistes


La destruction d’un
en lutte contre la royauté
Depuis 2020, un mouvement de contestation inédit secoue le pays
satellite perturbe la Station
spatiale internationale bangkok ­ correspondant
en Asie du Sud­Est
m’excuser auprès de gens que
j’avais offensés. A ma grande sur­
La vidéo le montre, plastron­
nant avec un jeune Thaïlandais à
qui restent le font parce qu’ils en ti­
rent des avantages financiers. »
prise, ils m’ont pardonné », expli­ l’accent d’Oxford au volant d’une D’autres ex­royalistes ont rejoint
Un tir russe a provoqué un nuage de débris

A
vec son costume et ses que­t­il au Monde. Les militants Ferrari vintage. Ses coups d’éclat la cause du jeune homme. Telle la
qui s’éparpillent dans l’espace et peuvent chaussures vernies, Ta­ qui doutaient de son engagement d’enfant gâté l’avaient amené rock star des années 1990 Sukanya
nat Thanakitamnuay, ont été conquis par son courage : quelques années plus tôt à lancer Migael, qui assimile sa propre
se transformer en dangereux projectiles 29 ans – plus connu il est de toutes les manifestations sa Porsche sur un barrage de mo­ conversion à une « révélation ».
sous le surnom de « Luk Nat » –, et compte se présenter aux pro­ tocyclettes des « chemises rou­ Voix caverneuse et regard franc,
aurait des allures de jeune consul­ chaines législatives, d’ici à 2023, ges », partisanes de Yingluck et de prénoms de ses parents tatoués
tant s’il n’y avait ce bandeau noir sous la bannière du parti­phare son frère Thaksin – autre premier sur le bras, elle a longtemps sou­

L ancé dans l’espace en 1982,


en pleine guerre froide,
Cosmos­1408 était un an­
cien satellite soviétique de sur­
veillance, une belle bête de 2,2 ton­
« LES DÉBRIS ENTRE 
1 ET 10 CM SONT TROP 
PETITS POUR QU’ON LES 
lui barrant le côté droit du visage.
Ancien militant ultraroyaliste
dans une Thaïlande où les ques­
tions politiques liées à la royauté
sont clivantes, il est devenu l’ad­
de la protestation, Move Forward.
Pour saisir la transformation de
l’ancien royaliste, il faut voir ce re­
portage que lui avait consacré le
site américain Vice en 2014. A
ministre, renversé en 2006.

Une « révélation »
« Ce que j’étais, c’est terriblement in­
sultant pour beaucoup de gens »,
tenu les « chemises jaunes ». « Le
coup d’Etat [de 2014] avait été ap­
prouvé par la plus haute autorité,
donc ça ne me choquait pas. J’avais
en mémoire le coup d’Etat de 2006,
nes qui naviguait à 465 kilomètres versaire d’une monarchie qui n’a l’époque, il était l’une des figures avoue­t­il en soupirant. « Je faisais qui avait été suivi par des élections.
au­dessus de nos têtes, suivi par
REPÈRE ET TROP GROS  de constitutionnelle que le nom, du People’s Democratic Reform partie d’un petit groupe de privilé­ Yingluck les avait remportées, tout
radar comme tous les corps de POUR QUE LE BLINDAGE  où le roi dispose de pouvoirs exor­ Committee, un groupe d’ultra­ giés qui peuvent se permettre de continuait comme avant. Mais
grande taille évoluant en orbite. bitants. Luk Nat est aujourd’hui royalistes qui organisaient des fermer les yeux sur toutes les mani­ après 2014, ça ne s’est pas passé
Lundi 15 novembre, Cosmos­1408 LES ARRÊTE » associé à la mouvance de ces jeu­ manifestations contre le gouver­ pulations du système, ajoute le re­ comme ça », explique­t­elle.
n’a subitement plus été visible sur CHRISTOPHE BONNAL nes Thaïlandais en lutte contre nement de la première ministre penti. En réalité, on avait un sacré Sukanya tombe alors en dépres­
les écrans. A la place sont apparus chercheur au CNES l’emprise persistante des géné­ d’alors, Yingluck Shinawatra, en­ filet de protection, en tant que roya­ sion et revisite l’histoire de son
quelque 1 500 objets d’au moins raux putschistes de 2014, date du suite renversé par le coup d’Etat. listes. Cela n’a rien à voir avec ce pays et du monde en lisant. « J’ai
10 centimètres de diamètre, un dernier coup d’Etat militaire. Luk Nat et ses camarades ont no­ qu’endurent les militants pro­dé­ compris que la Thaïlande était une
nuage de débris commençant à L’actuel premier ministre, tamment perturbé les élections mocratie qui sont en prison. » Selon dictature, que ce n’était pas un
s’éparpiller dans l’espace. Les 1 500 objets d’au moins Prayuth Chan­o­cha, l’auteur du de février 2014, au point d’entraî­ Luk Nat, beaucoup ont quitté les pays normal. Mais j’avais été pro­
La première conséquence a été 10 centimètres ne sont que la par­ putsch, gouverne le pays d’une ner leur annulation. rangs des ultraroyalistes. « Ceux grammée pour croire que quoi
une alerte à bord de la Station spa­ tie la plus visible du nuage. main lourde au nom du monar­ qu’il arrive, on avait un roi qui pre­
tiale internationale (ISS), qui se Comme le précise Christophe Bon­ que. Le souverain Maha Vajiralon­ nait soin de nous, que le pays lui
trouve à 424 kilomètres d’altitude
et dont la trajectoire s’approchait
nal, « il y a dix fois plus d’objets dix
fois plus petits », c’est­à­dire de l’or­
gkorn est contesté par une frange
croissante de l’opinion ; sa person­
Le roi de retour en Allemagne appartenait. » Elle se rend, le
19 septembre 2020, à un rassem­
de la zone. Les débris pouvaient se dre du centimètre de diamètre. Et nalité controversée a donné lieu, Le roi Maha Vajiralongkorn est revenu en Allemagne, lundi 8 no- blement antimonarchique inter­
muer en dangereux projectiles. sans doute des dizaines ou des depuis 2020, un an après son in­ vembre, après avoir passé plus d’un an loin de la Bavière, dit, organisé sur le campus de
Les sept occupants actuels de l’ISS centaines de milliers de débris tronisation, à un mouvement an­ région où il passait la plupart de son temps jusqu’à la fin 2020. Thammasat, une université histo­
– quatre Américains, deux Russes d’une taille égale ou inférieure au timonarchique inédit dans l’his­ Accompagné d’une suite constituée de 250 personnes riquement frondeuse. La star
et un Allemand – ont aussitôt ap­ millimètre. « Le nuage va rester co­ toire de l’ex­royaume de Siam. et d’une trentaine de chiens, le monarque a loué un étage entier multiplie alors les interventions
pliqué les procédures d’urgence. hérent quelques jours puis il va se Malgré la répression, le camp an­ de l’Hôtel Hilton de l’aéroport de Munich. Les longues absences en ligne. Elle est aujourd’hui sur la
Tout d’abord en fermant la plupart diluer assez rapidement et, dans six tigouvernemental se gonfle de hors de son pays et son attachement à la région des Alpes liste des personnes à surveiller.
des sas qui relient les différents mois, il sera devenu un tore [en nouvelles recrues : non seulement bavaroises avaient fait l’objet de vives critiques de ses opposants Elle y occupe le numéro 100. 
éléments de la station, afin d’évi­ forme de bouée] de débris autour des ex­royalistes forcenés comme lors des manifestations antimonarchistes de l’année dernière. brice pedroletti
ter une dépressurisation totale au de la Terre », prévient le chercheur Luk Nat, éduqué en Angleterre et
cas où l’un d’entre eux serait trans­ du CNES. Cette dilution est due au fils d’un magnat de l’immobilier,
percé, puis en se mettant à l’abri fait que chaque débris, en plus mais aussi des conservateurs an­
dans les deux vaisseaux arrimés à d’avoir des caractéristiques de ciennement associés aux « chemi­
l’ISS, le Soyouz russe (trois person­ masse et de surface propres qui le ses jaunes », gardiens de l’ordre
nes) et le « Crew Dragon » améri­ font plus ou moins ralentir au con­ établi et partisans des putschistes
cain de SpaceX (quatre astronau­ tact des rares molécules d’air pré­ de 2014. Aujourd’hui, la situation
tes). Ils y sont restés deux heures, sentes à cette altitude, vogue dé­ politique se tend à nouveau : une
prêts à se décrocher de la station. sormais dans l’espace avec une di­ bataille autour de la loi draco­
Le 16 novembre, la Russie a re­ rection et une vitesse différentes. nienne de lèse­majesté, l’article 112
connu avoir détruit volontaire­ Etant donné l’orbite relative­ du code pénal, a commencé.
ment Cosmos­1408 à l’occasion ment basse de Cosmos­1408, « le Depuis fin 2020, 151 personnes
d’un tir de missile antisatellite (ré­ nettoyage naturel se fera assez ra­ sont poursuivies pour ce crime.
sumé sous l’acronyme ASAT). Les pidement, estime Christophe Bon­ L’an dernier, avant qu’une nou­
Etats­Unis n’avaient pas attendu nal : 90 % des débris seront retom­ velle vague de Covid­19 ne frappe
pour mettre en cause Moscou et bés dans quelques années et tout durement le pays, la jeunesse a ré­
écarter la thèse d’une explosion aura disparu d’ici quinze ans ». En clamé une réforme de la monar­
accidentelle. Lundi déjà, l’US Space attendant, pour l’ISS et ses occu­ chie. En réponse, la Cour constitu­
Command, le commandement pants (mais aussi pour ceux de la tionnelle a jugé, le 10 novembre,
militaire américain chargé des for­ station spatiale chinoise), il faudra que les actions de trois des figures
ces spatiales, avait publié un vivre avec eux. « Il y a trois familles de la contestation constituaient
communiqué commençant ainsi : de débris, poursuit le spécialiste : une tentative de renversement de
« La Russie a testé un missile antisa­ ceux qui sont catalogués et mesu­ la monarchie. Douche froide pour
tellite à ascension directe (DA­ rent plus de 10 centimètres, on les les « frondeurs ».
Photo : Flavien Carlod et Baptiste Le Quiniou, non contractuelle. TASCHEN.

ASAT) le 15 novembre 2021, heure de suit, on peut dire où ils seront de­
Moscou, qui a frappé un satellite main et effectuer des manœuvres Coups d’éclat d’enfant gâté
russe (Cosmos­1408) et créé un d’évitement. Cela se fait déjà régu­ La nouvelle offensive contre l’ar­
champ de débris en orbite terrestre lièrement. Pour ceux qui mesurent ticle 112 a été lancée dans une am­
basse. » Selon Christophe Bonnal, moins d’un centimètre, le blindage biance de carnaval le 31 octobre,
chercheur au Centre national de la station est une protection suf­ quand des milliers de personnes
d’études spatiales (CNES) et spécia­ fisante. Le problème, c’est avec les se sont rassemblées à Ratchapra­
liste des débris spatiaux, « l’ASAT débris compris entre 1 et 10 centi­ song, au cœur du Bangkok des
est très probablement un missile mètres, contre lesquels on ne peut malls flamboyants et des écrans
Nudol qui a décollé de la base russe rien faire : ils sont trop petits pour géants. Les cheveux teints en vert,
de Plesetsk », située à 800 kilomè­ qu’on les repère et trop gros pour la bouche barbouillée de rouge,
tres au nord de Moscou. que le blindage les arrête… Astro­ Luk Nat y a fait un discours en an­
naute est un métier dangereux. » glais. Son cache­œil arborait cette
« Comportement irresponsable » Cela dit, la probabilité d’un impact fois le nombre 112, barré d’un trait.
« La Russie a fait preuve d’un mé­ est très faible, l’espace étant essen­ Ce bandeau est pour lui comme
pris délibéré pour la sécurité, la sû­ tiellement vide. une médaille de guerre : le 13 août,
reté, la stabilité et la durabilité à Il n’en reste pas moins, rappelle lors d’un rassemblement, l’explo­
long terme du domaine spatial Christophe Bonnal, que nombre sion d’une grenade lacrymogène
pour toutes les nations. (…) Les acti­ de codes de bonne conduite et de lui a coûté un œil. Cela faisait
vités spatiales sous­tendent notre standards existent, qui « interdi­ alors exactement treize jours qu’il
mode de vie, et ce type de compor­ sent de générer des débris spatiaux avait rejoint sur le terrain le mou­
tement est tout simplement irres­ en connaissance de cause. C’est si­ vement de protestation, après
ponsable », a expliqué vertement gné par tous les gens qui ont fait des être « sorti du placard », en ligne.
le chef de l’US Space Command, le essais ASAT »… Car la destruction « En réalité, ce gouvernement est
général James Dickinson. Bill Nel­ de Cosmos­1408 est loin d’être une tellement mauvais qu’il aurait été
son, l’administrateur de la NASA, a première. La dernière en date, ef­ difficile de le soutenir. La question
déclaré : « Compte tenu de sa lon­ fectuée en 2019, était l’œuvre de pour moi était comment j’allais
gue et riche histoire en matière de l’Inde. Les Etats­Unis eux­mêmes
vols spatiaux habités, il est inconce­ ont procédé par deux fois à une in­
vable que la Russie mette en danger terception par missile d’un de
non seulement les astronautes leurs satellites, en 1985 et en 2008. « J’avais été
américains et ceux des partenaires Le tir d’ASAT le plus lourd de consé­
internationaux de l’ISS, mais aussi quences est à mettre au crédit de la
programmée
ses propres cosmonautes. Ses ac­ Chine, en janvier 2007, avec la des­ pour croire que,
tions sont imprudentes et dange­ truction du satellite Fengyun­1C, PARIS 3 e • PARIS 7 e • PARIS 12 e • PARIS 14 e • PARIS 17 e • ATHIS-MONS • COIGNIÈRES • DOMUS C. CIAL • HERBLAY – MONTIGNY (1)
reuses, menaçant également la sta­ qui se trouvait sur une orbite net­
quoi qu’il arrive, ORGEVAL • SAINTE-GENEVIÈVE-DES-BOIS • SAINT-MAXIMIN • SURESNES • VAL D’EUROPE C. CIAL / SERRIS • VERSAILLES.
tion spatiale chinoise et les taïko­ tement plus haute, à plus de un roi prenait * Sur modèles spécialement signalés. (1) Magasin franchisé indépendant.
nautes à bord. Toutes les nations 850 kilomètres d’altitude. Les mil­ OUVERTURE EXCEPTIONNELLE CE DIMANCHE
ont la responsabilité d’empêcher la liers de débris ainsi créés vont pol­
soin de nous » Liste des magasins Roche Bobois de France participant à l’opération sur www.roche-bobois.com
création délibérée de débris spa­ luer l’espace pendant des siècles.  SUKANYA MIGAEL
tiaux par des ASAT. » pierre barthélémy ex-royaliste
PLANÈTE
0123
8| JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

C O V I D ­1 9

Nombre de nouveaux cas sur sept jours pour 1 million de personnes

400 392,4
Europe

L’Europe au cœur du 
350
Amérique du Nord
300

250

200

rebond épidémique
Amérique du Sud

150 156,2

100
Océanie
63,5
Monde 45,8
50 Asie
37,8
Entre le 1 et le 7 novembre, le continent
er
0 Afrique 18,7
2,8
a recensé plus de 60 % des nouvelles 1er juin 2021 16 novembre

infections par le SARS­CoV­2


diagnostiquées dans le monde Indice composite mesurant les restrictions anti-Covid-19
Indice composé de neuf indicateurs dont les fermetures d’écoles, des entreprises, des restrictions de voyage...

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

L’
histoire se répète. L’Eu­ des restrictions anti­Covid­19 mi­ Peu de restrictions Restrictions strictes
rope est redevenue l’épi­ IL Y A LES « MAUVAIS  ses en place par chaque pays.
centre de la pandémie ÉLÈVES » : LES PAYS  Calculé par l’université d’Oxford
de Covid­19. Un an après (Royaume­Uni), il est compris
le séisme épidémique de D’EUROPE DE L’EST,  entre 0 (pays laxistes) et 100 (pays
l’automne 2020, le Vieux Conti­ ultra­stricts) et tient compte de
nent est victime d’une puissante EXTRÊMEMENT AFFECTÉS.  neuf facteurs : fermeture des éco­
réplique. L’an dernier, il assistait les, restrictions sur les lieux de
ébahi à une flambée de nouveaux
ET LES « BONS » : CEUX  travail, les transports publics, les
cas déclarés, qui culminait à 2 mil­ D’EUROPE DU SUD, ENCORE  événements publics, interdiction
lions la première semaine de no­ de voyager… La Chine affiche un
vembre. Un an plus tard presque RELATIVEMENT ÉPARGNÉS des scores les plus élevés au
jour pour jour, il s’apprête à fran­ monde (76,4), l’Italie la talonne
chir de nouveau ce seuil, après (71,3). La France se montre assez
avoir connu une vague printanière R0 [le taux de reproduction du vi­ stricte (66,7). Avec des scores bien
puis un grand reflux estival. Un ré­ rus] – et, avec un vaccin qui ne pro­ plus bas, l’Allemagne (44), l’Espa­
pit qui, comme il y a un an, avait pu tège qu’à 50 % contre l’infection, la gne, le Portugal et le Royaume­Uni
laisser croire à une sortie de crise. France se retrouve plus ou moins (41 environ pour chacun de ces Pas de données
En vain. « L’épidémie a la même dans la même situation qu’en trois pays) sont plus laxistes.
forme de dispersion que le Boléro mars 2020, détaille Pascal Crépey, « L’Italie est le pays d’Europe qui
de Ravel, où chaque instrument épidémiologiste à l’Ecole des hau­ conserve le plus de mesures de
entre en scène l’un après l’autre, in­ tes études de santé publique. Le contrôle. Si l’on ajoute la meilleure
Infographie : Le Monde Source : Our World in Data
dique Antoine Flahault, directeur SARS­CoV­2 arrivé de Wuhan avait couverture vaccinale, les infec­
de l’Institut de santé globale (uni­ alors un R0 de 3, proche de ce qu’on tions passées plus nombreuses et
versité de Genève). Tout le monde observerait aujourd’hui dans la les conditions climatiques plus
n’entre pas en phase épidémique au population vaccinée en l’absence favorables, on comprend bien des adultes ayant reçu deux doses enquête menée par l’Ecole de
même moment, chaque cluster d’autres mesures de contrôle. » pourquoi ce pays est un de ceux de vaccins ? Ce paradoxe tient­il à « LES PAYS QUI ONT TOUT  médecine tropicale et d’hygiène de
géographique joue sa partition. » Si l’Europe est le cœur battant de qui résistent le mieux en Europe », des comportements différents ? MISÉ SUR LA VACCINATION  Londres, les adultes britanniques
Entre le 1er et le 7 novembre, la la pandémie, sa dynamique varie relève M. Fontanet. Prenons l’exemple des Pays­Bas. semblent avoir d’eux­mêmes li­
zone européenne a regroupé plus considérablement d’un pays à un « Notre situation actuelle est multi­ ET ABANDONNÉ  mité leurs contacts sociaux à trois
de 60 % des nouvelles infections autre. Quatre groupes de pays sont Un relâchement des factorielle. Tout d’abord, la circula­ à quatre autres personnes par jour
de Covid­19 diagnostiquées dans à distinguer, estime Arnaud tion du variant Delta a changé la LES AUTRES MESURES  en moyenne, contre plus de dix
le monde. Et 55 % de tous les décès Fontanet, médecin épidémiolo­ mesures de contrôle donne : le vaccin est moins efficace
DE CONTRÔLE ONT VU  avant la pandémie.
(26 726) liés à la pandémie, relève giste, membre du conseil scientifi­ En Europe du Nord, seule la Suède sur sa transmission, analyse Ma­ Si l’histoire se répète, elle diverge
l’Organisation mondiale de la que Covid­19 et directeur du dé­ s’en sort bien. En Belgique, aux rion Koopmans, virologue à Rot­ L’ÉPIDÉMIE REPARTIR  de 2020 sur un point majeur :
santé (OMS). « Le nombre de nou­ partement santé globale de l’Insti­ Pays­Bas, au Danemark, en Alle­ terdam. Les personnes vaccinées, l’avancée de la vaccination. Mais
veaux cas en Europe a progressé de tut Pasteur. Il y a les « mauvais magne, en Irlande…, le redémar­ bien que moins sensibles aux infec­ TRÈS VITE » tous les pays n’ont pas reçu les
7 %, tandis que les décès ont aug­ élèves » : les pays d’Europe de l’Est, rage de l’épidémie a été très brutal. tions, peuvent être touchées et VITTORIA COLIZZA mêmes vaccins. « Au Royaume­
menté de 10 % », souligne l’institu­ extrêmement affectés. Il y a les Cette situation « préoccupante », transmettre le virus. La protection épidémiologiste à l’Inserm Uni, la population a été essentielle­
tion onusienne. Par contraste, « les « bons élèves » : les pays d’Europe selon l’ECDC, touche aussi l’Autri­ contre les formes graves reste très ment vaccinée avec AstraZeneca,
autres régions du monde ont si­ du Sud, encore relativement épar­ che, la Finlande, l’Islande, le élevée, mais pas à 100 %. Par dont l’effet initial est plus faible et
gnalé des baisses ou des tendances gnés. Il y a les élèves médiocres : les Luxembourg, la Norvège. La Belgi­ ailleurs, si bon nombre des non­ s’efface avec le temps, d’autant que
stables [des nouvelles infections] », pays d’Europe du Nord, où l’épidé­ que, les Pays­Bas et la France ont vaccinés ont été infectés, ce qui leur passe sanitaire, malgré sa bonne la campagne a commencé fort et
sauf l’Afrique, qui a connu une lé­ mie redémarre en flèche. des couvertures vaccinales très a conféré une immunité, il reste un couverture vaccinale (78 % de la tôt », analyse Didier Trono, viro­
gère hausse (+ 4 %). Quant au bilan Enfin, il y a un élève « différent » : proches : respectivement, 75 %, vaste groupe non protégé. » population a reçu deux doses). logue membre de la task force
mondial de la pandémie, il s’éle­ c’est le Royaume­Uni, où le taux 76 % et 76 % de leurs habitants y La virologue souligne aussi « un « Les vaccins sont une solution re­ Covid­19 de la Confédération
vait au 7 novembre à 250 millions d’infection plafonne à un niveau avaient reçu une première dose de sentiment général de lassitude ». marquable, quasi miraculeuse. La suisse. Comme en Israël, d’ailleurs.
de cas enregistrés et à plus de élevé mais relativement stable. La vaccin au 14 novembre. Mais les Comme dans bien des pays, les corrélation entre le nombre de cas Cette force, de fait, semble être de­
5 millions de décès déclarés, selon leçon des deux années passées, deux premiers, malgré une cou­ Néerlandais adhèrent moins aux et la couverture vaccinale est très venue un talon d’Achille. « D’où la
l’OMS. Un nombre de morts sans toutefois, montre que les verture vaccinale élevée, ont vu mesures de contrôle recomman­ forte. Pour autant, marteler “la so­ nécessité d’une troisième dose qui
doute très sous­estimé. « bulletins scolaires » de chaque une nouvelle vague déferler quand dées : tests en cas de symptômes, lution, c’est la vaccination” a pu s’impose plus vite dans l’île britan­
« Dans toute l’Europe, le frein élève­nation, au fil des trimestres, ils ont percé la digue des mesures télétravail, distanciation physi­ laisser croire qu’on pourrait s’allé­ nique que dans le reste de l’Eu­
estival est levé. Le fait que les espa­ n’ont cessé de varier. barrières, à la fin de l’été. que… Et puis, « le redémarrage ger de la contrainte des mesures rope », souligne Didier Trono.
ces clos soient désormais moins Les pays d’Europe de l’Est, « Les pays qui ont tout misé sur la d’une vague, malgré un taux de barrières, estime William Dab,
ventilés est sûrement l’une des clés d’abord. Bulgarie, Croatie, Républi­ vaccination et abandonné les vaccination élevé, amène les gens épidémiologiste et ancien direc­ Nouvelles restrictions
du rebond épidémique actuel, ana­ que tchèque, Estonie, Hongrie, autres mesures de contrôle – le port à s’interroger sur l’intérêt des deux teur général de la santé. En réalité,
lyse Antoine Flahault. Les autres Pologne, Slovénie, Russie, du masque dans les lieux clos premières doses de vaccin », se dé­ on ne peut pas baisser la garde. Il à l’ordre du jour
freins que représentent la couver­ Ukraine… « Leur situation sani­ notamment – ont vu l’épidémie sole Marion Koopmans. Comme faut continuer d’être très rigoureux Pour casser la dynamique de l’épi­
ture vaccinale et les gestes barrières taire, catastrophique, s’explique en repartir très vite », observe Vittoria ailleurs, « nous assistons, sur les sur les mesures barrières, certes pé­ démie, l’Europe se résout peu à
ne suffisent pas à contrer le variant partie par la faiblesse de leur cou­ Colizza, épidémiologiste à l’Insti­ réseaux sociaux, à des campagnes nibles mais pas si lourdes. » peu, bon gré mal gré, à serrer de
Delta, très contagieux. » verture vaccinale », décrit M. Fon­ tut national de la santé et de la re­ virulentes d’opposition à toute Le Royaume­Uni confirme de nouveau la vis. Vendredi 12 no­
tanet. Ainsi, au 14 novembre, 42 % cherche médicale (Inserm) en rap­ nouvelle restriction ainsi qu’à la son côté sa place singulière. L’An­ vembre, la Norvège, qui avait levé
seulement des Russes avaient reçu pelant que la vaccination des per­ vaccination. » gleterre a été une des premières toutes ses restrictions fin septem­
Quatre groupes de pays une première dose de vaccin, alors sonnes non vaccinées reste le Les experts s’accordent sur ce régions d’Europe occidentale à bre, a autorisé ses communes à
Ces taux de nouveaux cas et de dé­ que ce pays est l’un des plus en­ meilleur moyen de limiter l’am­ point : la vaccination seule ne suf­ lever, dès le 19 juillet, la quasi­to­ avoir recours au passe sanitaire.
cès, qui grimpent depuis mainte­ deuillés au monde par l’épidémie. pleur de la vague hivernale. fit pas. C’est ce que montre encore talité de ses restrictions anti­Co­ Samedi 13 novembre, les Pays­Bas
nant cinq à six semaines d’affilée, Dans les pays d’Europe occiden­ Dans les pays du Nord, l’arrivée l’exemple du Danemark, qui, le vid­19, suivie les 7 et 9 août par le ont réinstauré une série de nou­
devraient encore croître au cours tale, la scission nord­sud est assez plus précoce de la saison froide ex­ 10 septembre, avait été le premier Pays de Galles et l’Ecosse et le velles restrictions, comme une
des deux prochaines semaines, nette. Au sud, trois pays résistent plique en partie la situation dégra­ pays d’Europe à lever toutes les res­ 31 octobre par l’Irlande du Nord. fermeture anticipée des restau­
signale le Centre européen de plutôt bien : l’Italie, l’Espagne, le dée. Mais pourquoi la Flandre est­ trictions liées à l’épidémie de Résultat : au Royaume­Uni, les rants et des bars, ainsi que le port
prévention et de contrôle des Portugal, auxquels on peut ajouter elle la région de Belgique la plus Covid­19. Face à la reprise épidémi­ taux d’infection sont bien plus du masque dans la plupart des
maladies (ECDC). Au 7 novembre, la France. « La météo clémente touchée, alors que c’est aussi la que, ce pays a fait marche arrière : élevés que ceux des pays d’Europe lieux clos. Malgré la controverse,
le taux de nouveaux cas s’élevait à d’octobre a sans doute joué un rôle plus vaccinée – avec plus de 90 % le 12 novembre, il a réinstauré un continentale. Alors que l’Espagne l’Autriche a opté, quant à elle, pour
383,9 pour 100 000 habitants, protecteur », estime M. Fontanet. recensait 66 infections quotidien­ le confinement national des per­
contre 316,4 la semaine précé­ Les taux de vaccination aussi : 76 % nes par million d’habitants, la sonnes non vaccinées ou non
dente pour l’ensemble des pays de des Français, 78 % des Italiens, 82 % Une troisième dose pour les plus France 149 et l’Allemagne 449, le guéries du Covid­19.
l’Union européenne et de l’espace des Espagnols et 89 % des Portu­ Royaume­Uni, lui en comptait Que nous réservent donc les
économique européen. Autre in­ gais avaient reçu une première de 40 ans au Royaume-Uni 548. Soit près de 37 000 nouvelles mois à venir ? « Nous n’avons ja­
quiétude : le taux de nouveaux dé­ dose de vaccin au 14 novembre. Boris Johnson a annoncé, lundi 15 novembre, que les plus infections par jour. mais eu d’hiver avec un variant
cès liés au Covid­19 (sur quatorze « L’Italie et l’Espagne ont été tou­ de 40 ans allaient pouvoir recevoir leur troisième dose de vaccin Une question intrigue les ex­ aussi contagieux », observe Vitto­
jours) augmente aussi. Au 7 no­ chés de plein fouet par la première contre le Covid-19 à partir du 22 novembre – 8 millions de per- perts : pourquoi, au Royaume­Uni, ria Colizza. « J’espère qu’on va faire
vembre, il était de 35,5 décès par vague, et le Portugal peu après », sonnes sont concernées. Jusqu’à présent, le « booster » n’était le taux de nouvelles infections se mentir les prédictions alarmistes,
million d’habitants, contre 32,3 la relève l’épidémiologiste pastorien. recommandé que pour les plus de 50 ans et pour les personnes maintient­il depuis la mi­juillet à notamment grâce à l’emploi de mé­
précédente. De son côté, la France Ce traumatisme a pu favoriser très fragiles : 12,6 millions d’entre eux se sont déjà présentés un plateau élevé, sans grimper en dicaments qui peuvent être utilisés
a franchi le 15 novembre le cap des l’adhésion à la vaccination et, pour dans les centres vaccinaux (dont les trois quarts des plus de flèche comme le prévoyaient les en réanimation pour sauver des
100 cas pour 100 000 habitants. l’Italie, aux restrictions imposées 70 ans mais seulement la moitié des plus de 50 ans). modèles ? « On a du mal à l’expli­ vies », conclut Antoine Flahault. 
« Face au variant Delta très conta­ par l’épidémie. « La troisième dose accroît énormément la protection, a expliqué quer », admet Arnaud Fontanet. chloé hecketsweiler,
gieux – une personne infectée en C’est ce que suggère l’examen le premier ministre britannique, c’est la meilleure chose à faire Une des clés pourrait venir de la florence rosier
contamine en moyenne six, c’est le d’un score qui mesure la rigueur pour éviter d’éventuelles nouvelles restrictions sanitaires ». prudence des habitants : selon une et delphine roucaute
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 planète | 9

▶▶▶

La pandémie aurait fait 17 millions de morts


Officiellement estimé à plus de 5 millions de décès, le bilan pourrait en réalité être trois fois plus élevé

L’
Europe contribue dé­ ble », estime Arnaud Fontanet, les Nations unies ont mis en place ces derniers décrivent leurs pre­ serm (CépiDc), quant à lui, pro­
sormais à plus de la membre du conseil scientifique un suivi démographique interna­ miers étonnements. « Nous avons L’ASIE, L’EUROPE  duit des données fiables mais
moitié des nouveaux et directeur du département tional en produisant des tables constaté que dans plusieurs pays CENTRALE OU L’AFRIQUE  décalées de plusieurs mois à par­
décès liés au Covid­19 santé globale de l’Institut Pasteur, types de mortalité. « Tellement de les plus touchés [Pérou, Equateur, tir des certificats de décès rem­
dans le monde. En particulier la à Paris. Une telle différence données sont ainsi fournies clé en Bolivie, Mexique], la surmortalité SONT CONNUES POUR  plis par les médecins.
Russie, l’Ukraine et la Roumanie. interroge fortement les systèmes main que la plupart des pays n’ont était au­dessus de 50 % de la mor­ Ces différentes méthodes im­
Rien d’étonnant, puisque le conti­ de remontée des données démo­ pas fait d’efforts d’organisation, de talité annuelle attendue », souli­ NE PAS COMMUNIQUER  pliquent malheureusement
nent est au cœur de la reprise graphiques dans de nombreux financement et de structuration gnent les auteurs. A contrario, quelques écarts d’estimation.
épidémique qui s’installe depuis pays du monde. pour mettre en place un suivi dans des pays comme l’Australie
LES CHIFFRES DE LEUR  Selon SPF, au 16 novembre, quel­
quelques semaines au gré des pre­ « Même avant le Covid, très peu national d’évolution de leur popu­ et la Nouvelle­Zélande, la morta­ DÉMOGRAPHIE que 118 271 personnes sont mor­
miers frimas de l’hiver. Le chiffre de pays étaient capables de fournir lation, relève M. Robine. Résultat, lité depuis le début de la pandé­ tes du Covid­19 en France depuis
n’en reste pas moins inquiétant, des informations correctes sur leur on estime que seulement 60 à mie est inférieure au niveau habi­ DE MANIÈRE FIABLE  le début de la crise. Mais il y a
alors que l’Europe représentait démographie, et notamment leur 70 pays sur près de 200 fournis­ tuel, « probablement en raison des plus de quatre mois, au 30 juin, le
jusque­là un peu plus du quart mortalité », souligne le démogra­ sent régulièrement les données de mesures de distanciation sociale CépiDc avait d’ores et déjà reçu
des quelque 5 millions de morts phe et épidémiologiste Jean­Ma­ mortalité de leur population. » diminuant la mortalité infectieuse « Les chiffres sont publiés tous les 130 885 certificats de décès avec
provoqués par l’épidémie depuis rie Robine, directeur de recher­ non liée au Covid­19 », ajoutent­ils. jours sans faille sans que l’on ait la mention du Covid­19 en cause
mars 2020. Un cap symbolique ches émérite à l’Institut national Premiers étonnements La stratégie zéro Covid mise en décelé d’irrégularités, il y a un vrai contributive (cause principale ou
franchi le 1er novembre, selon les de la santé et de la recherche mé­ Pour contourner cette difficulté, place par ces pays a permis de li­ mystère dans les données chinoi­ secondaire).
données officielles fournies par dicale (Inserm). Historiquement, il faut se baser sur l’excès de miter au maximum les morts, ses », s’étonne Jean­Marie Robine. Depuis mars, l’écart entre les
les différents pays et compilées plusieurs zones sont connues mortalité enregistré depuis la toutes causes confondues. La France, elle, fait partie des estimations de mortalité faites
notamment par l’Organisation pour ne pas communiquer ces crise, c’est­à­dire l’écart entre le Les données de quelques pays pays considérés comme très fia­ par SPF, basées sur les données
mondiale de la santé (OMS). chiffres de manière fiable, nombre de personnes décédées, ont de quoi rendre perplexes. En bles. Le décompte des morts du hospitalières, et celles faites par le
Mais faut­il réellement se fier à comme l’Afrique, l’Asie ou encore quelle que soit la cause de leur Russie, l’excès de mortalité cal­ Covid­19 est toutefois l’affaire de CépiDC s’est considérablement
ce chiffre de 5 millions ? Pour im­ l’Europe centrale. C’est pourquoi mort, et le nombre de morts at­ culé par The Economist suggère plusieurs institutions. D’un côté, réduit car la mortalité dans les
posant qu’il soit, il serait grave­ tendues, calculé sur la base des un impact épidémique beaucoup Santé publique France (SPF) re­ Ehpad a été ramenée à sa portion
ment sous­estimé, selon différen­ années précédentes. « La surmor­ plus important que celui com­ monte les décès quotidiens par le congrue grâce à l’impact très
tes études issues aussi bien des talité est une soustraction entre muniqué par les autorités, pas­ biais de SI­VIC, le système d’infor­ positif de la vaccination massive
instances internationales que de « DANS CERTAINS PAYS,  la mortalité du passé et celle sant de 250 000 morts officiels à mation pour le suivi des victimes de cette population vulnérable.
chercheurs ou de groupes de LA SURMORTALITÉ  d’aujourd’hui, à partir de laquelle plus de 900 000 depuis le début d’attentats et de situations sani­ Le risque de mortalité pèse
presse. Parmi les dernières en on peut modéliser la mortalité at­ de l’épidémie. taires exceptionnelles mis en désormais essentiellement sur
date, le gros travail mis à jour par DÉPASSE DE 50 %  tendue », résume M. Robine. De son côté, la mortalité en Inde place en 2015, qui se base essen­ les quelque 500 000 personnes
The Economist, mardi 16 novem­ La rédaction de The Economist a se compterait plutôt en millions tiellement sur la mortalité hospi­ de plus de 80 ans vivant à domi­
bre, réévalue le tribut humain à la LA MORTALITÉ ANNUELLE  travaillé principalement à partir qu’en centaines de milliers. Reste talière. De l’autre, l’Insee orga­ cile qui n’ont encore reçu aucune
pandémie à 17 millions de morts, de la base de données mise à dis­ le brouillard chinois : officielle­ nise un suivi exhaustif en se ba­ dose de vaccin. Une population
soit plus de trois fois le chiffre
ATTENDUE » position par deux chercheurs, ment, 4 600 personnes y seraient sant sur les actes d’état civil. Le difficile à toucher car extrême­
officiel. « Ce nombre, revu à la JEAN-MARIE ROBINE Ariel Karlinsky et Dmitry Kobak. mortes du Covid­19, pour une po­ centre d’épidémiologie sur les ment isolée. 
hausse, me semble bien plus crédi­ démographe et épidémiologiste Dans une publication du 30 juin, pulation de 1,4 milliard d’âmes… causes médicales de décès de l’In­ delphine roucaute

Tarifs 01/01/21

Bonnes Adresses
1 parution Professionnels Particuliers
Forfait 5 lignes 65€ HT 65€ TTC
Forfait 10 lignes 110€ HT 110€ TTC
Reproduction interdite marie-cecile.bernard@mpublicite.fr

MAISON CHARLES HEITZMANN ACHÈTE

SACS HERMÈS, CHANEL, CARTIER,


DIOR, VUITTON etc
MONTRES DE MARQUES MÊME ABÎMÉES
Maison familiale à Paris depuis 1926 Maison familiale à Paris depuis 1926

MANTEAUX DE FOURRURES,

Offres Offres
FOULARDS DE MARQUES

BIJOUX (QUE VOUS NE PORTEZ PAS ...)


ART DE LA TABLE
Plateau en verre extra clair, piètement en ARMES ANCIENNES
L 160. Cuir Boxcalf 1,6 mm, pleine fleur
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

métal doré. Existe en différentes finitions légèrement pigmenté, grain naturel. Label
et dimensions. qualité NF. 21 coloris au choix. Ecopart
Ecopart incluse, prix hors livraison. incluse, prix hors livraison.
LIVRES DE
BRIQUETS VIEUX VINS & CHAMPAGNES IVOIRES ET TOUTES ÉPOQUES
DE OBJETS ASIATIQUES
MARQUES

MOBI
MOBILIERS ET
OBJETS
DE TOUTES
ÉPOQUES
ÉPO

Déplacements réguliers et gracieux dans votre département


N’hésitez pas à nous contacter ( discrétion assurée)
Table Barone Canapé Cosmos
par Bontempi
06 19 89 55 28 OU 01 40 55 46 15 par Duvivier,
9 rue Anatol de la forge 75017 Paris - 55 bis route de Vignolles 21200 Beaune
email : charlesheitzmann@free.fr / www.antiquaire-heitzmann.fr
en exclusivité pour
Diamètre 110 cm Registre du commerce FR 43 433 235 249
l’Espace Topper
1 593€
ANTIQUITÉS Fabrication
française
Suite à mes prestations
télévisées sur le marché
de l’art, je vous propose 3 990€
UN RENDEZ-VOUS
POUR VOS DEMANDES
D’ESTIMATIONS,
CANAPÉS, LITERIE Tables et chaises de repas Paris 15 • 7j/7 Spécialisé successions CANAPÉS, LITERIE Canapés et fauteuils Paris 15 • 7j/7
MOBILIER : ACHAT AU DESSUS MOBILIER :
147 rue Saint-Charles, 01 45 75 02 81 DE VOS ESTIMATIONS J’ACHETE 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40
3 000 M2 D’ENVIES ! Meubles Tableaux Pendules 3 000 M2 D’ENVIES !
Rendez-vous en magasins 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40 ET EXPERTISES Objets d’art & curiosités Rendez-vous en magasins 147 rue Saint-Charles, 01 45 75 02 81
« ART D’ASIE » : Argenterie Livres anciens
ou sur www.topper.fr M° Boucicaut, parking gratuit Violons & Archets anciens ou sur www.topper.fr M° Boucicaut, parking gratuit
CHINE, JAPON
ET MOYEN-ORIENT Vins,
Art d’Afrique et d’Asie
06 07 55 42 30 Art décoratif du XXe s
P. MORCOS Art d’Islam et d’Orient
EXPERT CNE Photos anciennes et d’artistes
✶ Porcelaines et Bronzes Sérieux et discrétion
✶ Cristal de Roche assurés, déplacements
Paris et Province.
RUBRIQUE BONNES ADRESSES ✶ Corail et Ivoires Anc.

marie-cecile.bernard@mpublicite.fr
✶ Jade blanc et couleurs
✶ Cornes et Laques
✶ Peintures et Tissus anc.
✶ Manuscrits et Estampes
PATRICK MORCOS
EXPERT
Affilié à la Compagnie
0123 RUBRIQUE IMMOBILIER
marie-cecile.bernard@mpublicite.fr

Nationale des Experts


DEPLACEMENT
PARIS – PROVINCE 06.07.55.42.30
morcospatrick@orange.fr morcospatrick@orange.fr
0123
10 | planète JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

C O V I D ­1 9
▶▶▶

Le passe sanitaire se généralise en Europe


Devant la recrudescence de l’épidémie, de plus en plus de pays conditionnent l’accès à des lieux publics

A
lors que la France a dé­
cidé de conditionner AU DANEMARK, LE RETOUR 
l’obtention du passe DU PASSE A AGACÉ
sanitaire à la troisième
dose de vaccin pour les plus de  LES ORGANISATIONS 
65 ans et entend prolonger le dis­
positif jusqu’au mois de juillet, de PATRONALES, QUI VEULENT 
plus en plus de pays européens se
résolvent à adopter ou à rétablir
DES COMPENSATIONS 
cette mesure pour limiter la pro­ FINANCIÈRES
pagation du virus.

Danemark En avril, le pays avait gouvernement flamand, qui in­


été le premier pays européen à im­ voquait le taux de vaccination
poser un passe sanitaire dans les très élevé de sa population (93 %
bars, les restaurants, les musées, des adultes), a dû se résoudre à
chez le coiffeur ou dans les insti­ appliquer le passe face à la hausse
tuts de beauté. A mesure que les des contaminations. Certains
contaminations baissaient et que commerçants, réticents, l’ont
la vaccination progressait, le passe adopté par crainte d’amendes al­
a été progressivement abandonné lant jusqu’à 2 500 euros et
durant l’été, puis supprimé le 350 euros pour les clients.
10 septembre. Deux mois plus
tard, le 12 novembre, il a fait son re­ Pays­Bas Le gouvernement a lon­
tour, alors que 75,3 % de la popula­ guement hésité mais, le 2 novem­
tion a désormais reçu deux doses bre, confronté à une flambée des
de vaccin. Le passe est redevenu contaminations, il a étendu le
obligatoire pour entrer dans les passe pour l’accès des plus de
lieux accueillant du public et pour 13 ans aux magasins, musées, ter­
assister aux événements rassem­ rasses et toilettes publiques. Il était
blant plus de 200 personnes en in­ déjà en vigueur pour les restau­
térieur et plus de 2 000 en exté­ rants, bars en intérieur, et les festi­
rieur. Exceptions pour le mo­ vals. Une loi est en préparation
ment : les salles de sport, les cen­ pour permettre aux employeurs
tres commerciaux et le coiffeur. Le de l’exiger de leurs salariés.
retour du passe sanitaire a suscité Chaises vides et restaurant fermé pour protester contre le passe sanitaire, à Athènes, le 16 novembre. LOUIZA VRADI/REUTERS
la colère des organisations patro­ Italie Le « green pass » est devenu
nales qui réclament des compen­ obligatoire le 6 août pour un cer­
sations financières. tain nombre d’activités, selon des est vaccinée. Mais face à un taux vembre aux personnes non vacci­ mite aux hôtels, aux salles de et la Roumanie enregistre quel­
modalités légèrement différentes d’incidence en augmentation nées de présenter des tests PCR ou spectacle et de sport ou, comme à que 500 morts par jour.
Belgique Là aussi, on a fini par se de la France – les cafés et restau­ (près de 50 cas pour 100 000 habi­ antigéniques négatifs pour se Moscou, aux théâtres et musées.
convaincre de l’utilité du passe rants, n’ont pas à l’exiger de leurs tants), le Pays basque a demandé à rendre dans les administrations, Les deux tiers des régions ont Finlande Le passe sanitaire a été
sanitaire, appelé « Covid safe tic­ clients s’ils restent en terrasse. la justice, mardi 16 novembre, les magasins, les banques ou les même abandonné le système dès mis en place depuis la mi­octobre,
ket » (CST). Fin octobre, le gouver­ Valide dès la première dose de l’autorisation d’instaurer un terrasses des cafés et des restau­ la fin octobre. Le pouvoir en fait mais il n’est pas obligatoire dans
nement fédéral, usant de son vaccin, il a été progressivement passe pour accéder aux discothè­ rants. Il faut présenter le certificat un usage prudent, soucieux de ne les restaurants, les bars, les mu­
droit d’imposer une loi d’ur­ étendu à l’ensemble des activités ques et aux restaurants. Lundi, la de vaccination et la carte d’iden­ pas froisser une population qui sées ou les salles de sport.
gence sanitaire aux différentes économiques et aux plus de région de Valence a annoncé son tité. En cas d’infraction, la sanc­ rechigne face à toutes les formes
régions, l’a rendu obligatoire aux 12 ans. Il est exigible sur les lieux intention de le demander aux tion est de 5 000 euros pour le pa­ de restrictions et reste majoritai­ Royaume­Uni Le gouvernement
plus de 16 ans pour accéder aux de travail depuis le 15 octobre. personnes accompagnant des tron et de 500 euros pour le client. rement rétive à la vaccination britannique a renoncé à mettre
cafés, hôtels, restaurants, lieux Cette extension a provoqué des malades dans les hôpitaux et les (seuls 35 % des Russes ont reçu en place un passe sanitaire en An­
culturels, hôpitaux, salles de manifestations sporadiques dans centres de santé. Trois autres ré­ Russie Le passe sanitaire a pour la deux doses de vaccin). gleterre, les députés de la majorité
sport, congrès… plusieurs villes du nord de l’Italie. gions espagnoles l’imposent déjà première fois fait son apparition à conservatrice s’y opposant farou­
Afin d’éviter les fraudes, la carte aux discothèques : la Catalogne, Moscou cet été sous une forme Roumanie Le gouvernement a chement. Plus prudente, l’Ecosse
d’identité peut être exigée lors du Portugal 86 % de la population est Murcie et la Galice. proche de ce qui existait en imposé, le 23 octobre, le passe sa­ l’a, en revanche, introduit, pour
contrôle. Le « CST » se présente vaccinée. Le passeport sanitaire France, conditionnant notam­ nitaire dans les lieux publics, accéder aux boîtes de nuit et aux
sous la forme d’un QR code, certi­ est toujours nécessaire pour accé­ Grèce Le passe sanitaire a été mis ment l’accès aux bars et restau­ mais pas dans les magasins ali­ larges rassemblements, comme
fiant d’une double vaccination der aux bars, aux grands événe­ en place dès le 1er août pour les rants. Mais le système a été aban­ mentaires et les pharmacies. les matchs ou les concerts.
ou d’un rétablissement de la ma­ ments et aux centres hospitaliers, lieux fermés comme les cinémas, donné au bout de trois semaines. Cette mesure fait partie des
ladie de moins de six mois. Les alors qu’il ne l’est plus depuis le les musées, les salles intérieures Le dispositif a fait son retour à restrictions imposées par le cou­ Suède Il n’est toujours pas ques­
plus de 12 ans doivent aussi le 1er octobre pour entrer dans les res­ des restaurants et des bars, mais l’automne, alors que la quatrième vre­feu qui a été prolongé jusqu’à tion de mettre en place un passe,
montrer dans les événements de taurants ou les hôtels, en dépit pas les églises. Face à l’augmenta­ vague provoque dans le pays une la mi­décembre. Le port du mas­ même si certaines régions en font
masse, lors d’une visite d’un hô­ d’une flambée de l’épidémie. tion du nombre de personnes explosion de la mortalité. Mais la que dans les lieux publics est la demande, comme la Scanie, au
pital ou dans un Ehpad. Les écoles hospitalisées et à la stagnation du mesure est appliquée de manière obligatoire, et les événements sud du pays, à la frontière avec le
pourraient exclure de leurs voya­ Espagne Aucun passe sanitaire nombre de vaccinés (63 % de la très diverse : rares sont les régions publics et privés sont interdits. Danemark. 
ges les élèves non vaccinés. Long­ n’a été mis en place au niveau na­ population générale), le gouver­ où le passe est exigé à l’entrée des Seulement un tiers des 19 mil­ stéphanie le bars
temps hostile à cette mesure, le tional ; 90 % de la population cible nement demande depuis le 6 no­ restaurants. La contrainte se li­ lions d’habitants sont vaccinés (avec nos correspondants)

En Suisse, la cinquième vague frappe une population peu vaccinée


Le climat devient de plus en plus délétère entre « pro » et « anti » vaccins, alors que le pays vote le 28 novembre sur la gestion de la crise

genève ­ correspondance tes du pays, comme l’imaginait en­ petits cantons ultra­conservateurs tion » fort coûteuse, avec le sou­ forçant parfois la main des can­ tente de récupérer à son profit le
core lundi le directeur du CHU de de Suisse centrale et orientale, le tien public de quatorze anciens tons, est en effet attaquée par réfé­ scepticisme sanitaire, un thème

L e gouvernement suisse fini­


ra­t­il à son tour par prendre
la décision ultime, le confi­
nement, comme en Autriche, des
seuls non­vaccinés ? Alors que le
Genève, Bertrand Levrat, au micro
de la radio publique RTS : « Le
grizzly est actuellement dans la fo­
rêt en Allemagne. Le nombre de pa­
tients est susceptible de doubler
nombre d’infections explose avec
jusqu’à 1 300 cas pour 100 000 per­
sonnes. Comme en Appenzell où
plus d’une personne sur cent est
atteinte du Covid­19 en même
ministres restés populaires, et une
offensive de communication tous
supports. En vain. Dimanche
14 novembre, au terme de sept
jours de campagne, seules
rendum. Dimanche 28 novembre,
les Suisses devront dire s’ils accep­
tent ou non le cadre législatif qui a,
par exemple, permis au Conseil
fédéral d’instaurer un passe sani­
qui pourrait lui servir lors des élec­
tions législatives dans une année.
Grâce au généreux financement
du parti, le pays s’est couvert d’affi­
ches dénonçant l’autoritarisme
taux de contamination remonte tous les cinq jours. » De fait, avec temps. Les nouvelles infections 34 000 injections avaient été effec­ taire à la fin de l’été. Une enquête supposé de Berne, la fin des liber­
en flèche dans la Confédération 471 cas pour 100 000 habitants sur des dernières semaines ont des tuées. Plus cocasse, un concert de de la Société suisse de radiodiffu­ tés individuelles sous prétexte de
depuis cinq semaines, avec une les quatorze derniers jours, le vi­ effets sur les hospitalisations, avec soutien à l’effort vaccinal avec des sion, mercredi 17 novembre, indi­ lutte contre le Covid­19, et une
très forte accélération ces derniers rus poursuit sa progression spec­ une moyenne de 33 par jour à tra­ stars nationales de la pop et du rap, que que les opposants ne rassem­ « dangereuse division de la so­
jours, le Conseil fédéral devait se taculaire après un été où la crise vers le pays. Dans les unités de a tourné au fiasco à Lausanne, bleraient pour l’instant que 40 % ciété ». En attendant l’issue de ce
réunir mercredi 17 novembre à avait presque été oubliée. La soins intensifs, le taux d’occupa­ après que la majorité des billets des voix, mais les colères populai­ scrutin, le climat devient de plus
Berne pour évaluer un durcisse­ Suisse suit ainsi, avec un décalage tion est de 74 %, les cas Covid re­ ont été raflés par des militants an­ res sont souvent sous­estimées en plus délétère entre « pro » et
ment des mesures qui n’ont plus d’une dizaine de jours, la trajec­ présentant 15 % du total. « La moi­ tivax qui ont soigneusement évité par les instituts de sondage. « anti » dans un pays peu habitué
évolué depuis le 14 octobre der­ toire de son voisin autrichien ; le tié des personnes en soins intensifs de se présenter à l’événement. La coalition des opposants est aux débats houleux. La question
nier, quand les tests rapides (anti­ taux de contamination dans la ont moins de 60 ans, note Virginie plutôt hétéroclite, qui rassemble 2G (pour geimpft oder genesen,
géniques) sont devenus payants Confédération est par exemple Masserey, directrice à l’Office fédé­ Colères populaires aussi bien des militants de la gau­ vacciné ou guéri) pour pouvoir en­
afin d’encourager la population à cinq fois supérieur à celui de la ral de la santé publique. Une nou­ Cette hausse des infections inter­ che radicale que les traditionnels core évoluer dans l’espace public
la vaccination. France et d’autres pays du sud velle surcharge n’est pas exclue. » vient alors que le pays se prépare, « neinsager » (ceux qui disent non ne se pose pas encore en Suisse
Pourtant rien n’y fait, cette der­ européen davantage vaccinés. Pour booster les injections dans fait unique au monde, à voter sur à tout) de la Suisse germano­ comme en Autriche, mais elle est
nière stagne à 65 % (schéma vacci­ Avec un contraste marqué entre la population la moins vaccinée la gestion de pandémie par les phone, classés à droite. Le mouve­ désormais sur toutes les lèvres :
nal complet) depuis des semaines. les grandes villes (Zurich, Genève, d’Europe de l’Ouest, le gouverne­ autorités fédérales. La loi Covid­19 ment est chapeauté par le parti po­ quel sera le prochain pays à oser
Alors même que la cinquième va­ Bâle et Lausanne) où la hausse est ment a eu l’idée d’une grande « se­ qui permet au gouvernement fé­ puliste UDC, pourtant membre de franchir le pas ? 
gue n’est plus seulement aux por­ modérée, tandis que dans cinq maine nationale de la vaccina­ déral de gérer la crise sanitaire, en la coalition gouvernementale. Il serge enderlin

La Poste – SA au capital de 5 364 851 364 € – 356 000 000 RCS Paris – Siège social : 9, rue du Colonel Pierre Avia 75015 Paris – La Banque Postale – S.A. à Directoire et Conseil de Surveillance. Capital social : 6 585 350 218 €. 115 rue de Sèvres 75275 Paris CEDEX 06. RCS Paris no 421 100 645 –

Pickup Drive – Paris-Lorraine (75) La Poste – Sarlat-La-Canéda (24) La Poste – Paris (75)

ELIES
RESPONSABLE PICKUP DRIVE
DELPHINE
CONSEILLÈRE CLIENTÈLE PRO
PATRICK CHEF DE PROJET DATA
ET INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

ÊTRE PROCHE
DE 67 MILLIONS
DE PERSONNES
C’EST UNE PROUESSE
QUE NOUS SOMMES
250 000 À RÉALISER
PARTOUT ET CHAQUE JOUR.

LA PROXIMITÉ
La Banque Postale – Avion (62) Agence Chronopost – Versailles (78)

NORA
C’EST UN MÉTIER.

CONSEILLÈRE BANCAIRE
LAURINE ANIMATRICE D’ÉQUIPE

Agence DPD – Orléans (45) Plateforme Courrier de Paris Nord – Gonesse (95)

ANTONY CHAUFFEUR-LIVREUR
BRUNO PILOTE MACHINE
0123
12 | planète JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

C O V I D ­1 9

Pour la France,
la priorité reste
la vaccination
Après plusieurs semaines
d’accalmie, l’exécutif s’inquiète
de la recrudescence de l’épidémie

C
omme une impression caniquement une hausse du
de revoir inlassable­ nombre de patients hospitalisés.
ment le même film. Une évolution qui a de quoi in­
Après plusieurs semai­ quiéter, sans pour autant susciter
nes d’accalmie sur le front de la la panique au sommet de l’Etat. Si
crise sanitaire, la France doit faire l’heure est à la « vigilance », Em­
face à une nouvelle recrudes­ manuel Macron estime que « la si­
cence de l’épidémie de Covid­19. tuation n’est pas hors de contrôle »,
Si le pays ne connaît pas une flam­ indique son entourage. En atten­
bée de grande ampleur, il n’échap­ dant le prochain conseil de dé­
pe pas pour autant au retour en fense sanitaire, prévu le 24 no­
force du virus dans plusieurs pays vembre autour du chef de l’Etat,
européens, en particulier ceux de l’exécutif estime que la France ne
l’Est, durement touchés par la cin­ se trouve pas dans une situation
quième vague. aussi alarmiste que certains de ses Dans un couloir du service des urgences du centre hospitalier du Mans, le 8 octobre. CAMILLE GHARBI POUR « LE MONDE »
« Nous ne sommes pas encore voisins, grâce à « un taux élevé de
dans une phase dite exponentielle, vaccination de la population » et à
mais nous sommes très claire­ la mise en place « très tôt » du prévu aujourd’hui, ni de près ni de arme » contre le virus, selon son cinés sont neuf fois plus nom­ des gestes barrières, afin d’éviter
ment dans un démarrage de va­ passe sanitaire. Le taux d’inciden­ loin », a assuré M. Attal, mardi. entourage. La priorité, selon l’Ely­ breux que les personnes vaccinées un afflux de malades dans les ser­
gue », constate le ministre de la ce y est surtout plus faible que Dans la foulée, le porte­parole du sée, reste de réduire le nombre des à être admis en soins critiques. vices de réanimation. Et durcit le
santé, Olivier Véran, mardi 16 no­ chez nos voisins européens : supé­ gouvernement a toutefois pré­ non­vaccinés, évalué à près de dispositif, par petites touches.
vembre, dans un entretien à rieur à 300 en Allemagne, il s’éta­ cisé, comme il l’avait déjà fait sa­ 6 millions, notamment en redou­ « Traverser l’hiver » Après avoir réinstauré, à compter
Ouest­France, en précisant que la blit à plus de 500 aux Pays­Bas, en medi, qu’il « ne faut jamais rien ex­ blant d’efforts pour « aller vers » les Le second objectif consiste à con­ du 15 novembre, l’obligation du
France « subit de façon retardée » Croatie ou en Slovaquie, et atteint clure par principe », tant ce virus publics n’ayant toujours pas reçu vaincre un maximum de person­ port du masque pour tous les élè­
cette « vague européenne ». même plus de 800 en Autriche. « continue de surprendre le monde d’injections. Un impératif dicté nes susceptibles de faire une ves à l’école primaire, la France a
Lentement mais sûrement, le entier ». Et qu’il est de fait impossi­ par les chiffres des hospitalisa­ forme grave (les plus âgés et les rendu plus difficiles les condi­
virus regagne du terrain. Au « Rien exclure par principe » ble d’affirmer comment va évo­ tions dues au Covid­19 : selon les plus fragiles) de se faire injecter tions d’entrée sur le territoire des
point que la France est aujour­ Durement frappés, ces pays ont luer la situation sanitaire. Après dernières données de la direction une troisième dose. Soit les caté­ personnes non vaccinées venant
d’hui « en état d’alerte », a indiqué décidé de réagir en imposant de dix­huit mois de crise, les macro­ de la recherche, des études, de gories concernées par les annon­ de plusieurs pays européens,
le porte­parole du gouverne­ nouvelles mesures contraignan­ nistes confient « avoir appris » l’évaluation et des statistiques du ces de M. Macron le 9 novembre, comme l’Allemagne, la Belgique
ment, Gabriel Attal, le même tes à leurs populations. Si les Pays­ qu’il ne faut « jamais dire jamais » ministère de la santé, les non­vac­ lorsqu’il a mis la pression sur les ou l’Autriche.
jour, sur France Inter, en souli­ Bas ont mis en place un couvre­ avec cette épidémie imprévisible. plus de 65 ans pour qu’ils fassent Le 10 novembre, le ministre de
gnant que le nombre de nou­ feu, et le Danemark réinstauré le Afin d’être sûr de ne pas se dédire leur rappel vaccinal, sous peine de l’intérieur, Gérald Darmanin, a an­
veaux cas « augmente très forte­ passe sanitaire, la mesure la plus plus tard, la formule consacrée, au perdre leur passe sanitaire à noncé avoir, sur instruction d’Em­
ment ». Alors qu’il était descendu radicale concerne l’Autriche, qui a sommet de l’Etat, consiste donc à PARIS A RENDU compter du 15 décembre. Quant à manuel Macron, demandé aux
à près de 4 000 par jour début oc­ décidé de confiner les non­vacci­ introduire chaque phrase par « à l’éventualité d’autoriser la vacci­ préfets de renforcer les contrôles
tobre, il est repassé au­dessus des nés. Une première en Europe, ce stade » ou « pour le moment ». PLUS DIFFICILES nation des enfants entre 5 et du passe sanitaire dans les lieux
10 000 en moyenne la semaine dont M. Macron ne veut pas en­ D’après son entourage, M. Ma­ 11 ans, cette piste n’est pas d’actua­ de brassage, comme les restau­
du 8 novembre. Et atteint même tendre parler, pour l’instant. L’Ely­ cron entend rester dans la mesure
LES CONDITIONS D’ENTRÉE  lité, indique l’Elysée. Avant d’envi­ rants ou les grands centres com­
un pic à 19 778 nouveaux cas sée juge cette mesure « impossi­ du possible sur la ligne qu’il a le SUR LE TERRITOIRE sager cette hypothèse, la France merciaux. Avec l’espoir que cela
mardi, selon Santé publique ble » à mettre en œuvre, autant plus souvent privilégiée : imposer souhaite « attendre l’avis de suffise à « traverser l’hiver », selon
France. Soit le plus haut total de­ sur le plan « juridique » que sur le le moins de restrictions possibles DES PERSONNES l’Agence européenne des médica­ les mots de M. Attal, sans être con­
puis le 25 août. Le taux d’inci­ plan « opérationnel ». aux Français. Convaincu de la né­ ments, qui devrait statuer en dé­ traint d’imposer des restrictions
dence, qui est repassé au­dessus Pas question, non plus, d’envisa­ cessité de « vivre avec le virus », le NON VACCINÉES VENANT cembre », a précisé M. Véran. trop lourdes aux Français, à cinq
de 100 cas pour 100 000 habi­ ger une mesure de restriction de chef de l’Etat préfère d’abord pous­ DE PLUSIEURS PAYS  En dehors de l’arme vaccinale, le semaines de Noël. Et à cinq mois
tants lundi, pour la première fois grande ampleur. « Il n’y a absolu­ ser à fond à la vaccination, qui gouvernement appelle à redou­ de l’élection présidentielle. 
depuis deux mois, entraîne mé­ ment aucun confinement qui est reste, à ses yeux, « la meilleure EUROPÉENS bler de vigilance dans le respect alexandre lemarié

L’Allemagne peine à élaborer sa réponse à la reprise épidémique


Confronté à une forte hausse du nombre de cas, le pays pâtit des négociations en cours pour la formation du nouveau gouvernement

berlin ­ correspondant Robert­Koch. Dans les hôpitaux, le les transports publics et la généra­ la principale explication, marqué lation est entièrement vaccinée, de l’obligation vaccinale lui a été
nombre de malades du Covid­19 lisation de l’interdiction de par les élections législatives du les responsables de la future coa­ posée, lundi, lors d’une rencontre

J usqu’à présent, Michael Kret­


schmer n’était pas du genre
à jouer les Cassandre. Au con­
traire. En octobre 2020,
quand la deuxième vague de l’épi­
en soins critiques monte en flè­
che : lundi, ils étaient 3 200, pres­
que 1 000 de plus qu’une semaine
plus tôt. A l’échelle nationale, il ne
reste plus que 14 % de lits disponi­
certains lieux (restaurants, ciné­
mas, théâtres, etc.) aux personnes
non vaccinées, déjà en vigueur
dans une poignée de régions de­
puis quelques jours.
26 septembre et les négociations
en cours pour la formation d’une
nouvelle coalition. « Pendant la
campagne, aucun candidat ne
voulait prendre le risque de dire
lition (sociaux­démocrates, éco­
logistes et libéraux) multiplient
les déclarations contradictoires.
Lundi après­midi, la présidente du
groupe écologiste du Bundestag,
organisée par le quotidien Süd­
deutsche Zeitung, se contentant de
dire qu’il trouvait « légitime que le
débat soit désormais ouvert ».
De son côté, le ministre de la
démie de Covid­19 commença à bles dans les services de soins in­ Avant même leur mise en des choses désagréables ou d’an­ Katrin Göring­Eckardt, s’est ainsi santé toujours en exercice, le con­
déferler sur l’Allemagne, le minis­ tensifs. Dans le sud du pays, en œuvre, ces mesures sont jugées noncer des décisions difficiles », excusée devant la presse d’avoir servateur Jens Spahn (CDU), n’est
tre­président de Saxe avait af­ particulier en Bavière, le taux d’oc­ insuffisantes par la plupart des explique l’économiste Moritz annoncé, trois heures plus tôt, pas davantage favorable à la vacci­
firmé qu’il ne fallait pas « inquié­ cupation est déjà de 100 % dans experts. Dans une lettre ouverte Schularick, professeur à l’univer­ que la vaccination serait obliga­ nation obligatoire, estimant que
ter la population » ni céder à certains hôpitaux. publiée samedi, une trentaine sité de Bonn et auteur d’un essai toire pour certaines professions. celle­ci « diviserait le pays ». Mais,
« l’hystérie ». Un an plus tard, son d’éminents scientifiques (virolo­ publié cet été sous le titre Der ent­ après avoir plaidé, début octobre,
ton a radicalement changé : « La Des scientifiques très critiques gues, épidémiologistes, médecins zauberte Staat. Was Deutschland Le silence d’Olaf Scholz pour la levée de l’état d’urgence sa­
vague à venir va éclipser toutes les Malgré ces chiffres qui s’embal­ urgentistes) ont qualifié d’« in­ aus der Pandemie lernen muss Autre rétropédalage retentissant : nitaire, s’attirant ainsi les foudres
vagues précédentes et faire plus de lent, une semaine aura été néces­ compréhensible » le fait que « les (« l’Etat désenchanté. Ce que l’Alle­ celui de Christian Lindner, chef de de certains de ses camarades de
victimes qu’il n’y en a jamais eu », saire pour organiser une « réunion responsables politiques [aient] magne doit apprendre de la pan­ file des libéraux et possible futur parti qui l’accusaient de prendre la
a­t­il déclaré, lundi 15 novembre, de crise » entre le gouvernement mis le pays dans une telle situa­ démie », C.H. Beck, non traduit). ministre des finances, qui, samedi, situation trop à la légère, lui aussi
au quotidien Bild. fédéral et les dirigeants des 16 Län­ tion », leur reprochant de les avoir « Depuis les élections, on est dans a « regretté » ses propos tenus la tente désormais de rectifier le tir
Avec un taux d’incidence qui der. Annoncée le 11, celle­ci aura ignorés quand ils ont commencé une sorte de vide politique avec un veille à la télévision, où il avait en réclamant que la troisième
avoisine les 800 cas pour 100 000 lieu jeudi 18 novembre, le même à tirer la sonnette d’alarme, vers gouvernement sortant qui ne fait laissé entendre que des « études dose de vaccin soit désormais
habitants, la Saxe est aujourd’hui jour que l’examen, par le Bundes­ la fin de l’été, et d’avoir agi de fa­ qu’expédier les affaires courantes scientifiques » avaient démontré ouverte à tous, et sans attendre
le Land le plus touché d’Allema­ tag, d’une nouvelle mouture de la çon « hésitante, par demi­mesures, et une coalition en puissance dont l’inefficacité des mesures de dis­ que six mois se soient écoulés de­
gne. Mais, dans le reste du pays, la loi « de protection contre les mala­ et de façon non conséquente ». les responsables ne veulent pas tanciation physique et des restric­ puis la deuxième dose. Une déci­
situation se dégrade à une vitesse dies infectieuses ». Parmi les déci­ Lors des vagues précédentes, le mettre en danger la formation en tions de sortie. Des déclarations sion qu’il risque lui­même de ne
impressionnante. Mercredi 17 no­ sions attendues : le retour au télé­ gouvernement fédéral, dirigé par se disputant sur les mesures à met­ qui avaient provoqué la consterna­ pas avoir le temps d’imposer si,
vembre, la barre des 50 000 conta­ travail, le dépistage systématique une Angela Merkel partisane de tre en œuvre pour lutter contre la tion de la part des experts mais comme prévu, il quitte son minis­
minations en vingt­quatre heures des personnels et des visiteurs restrictions strictes, s’était sou­ pandémie », ajoute­t­il. aussi parmi ses alliés politiques. tère dans la semaine du 6 décem­
a été franchie pour la première fois dans les maisons de retraite, l’ap­ vent heurté à la résistance des L’exemple de la vaccination, de Très silencieux, le probable futur bre, au moment de l’investiture du
depuis le début de l’épidémie, a an­ plication de la règle dite « des 3G » Länder. Depuis l’été, ce n’est plus ce point de vue, est édifiant. Alors chancelier, Olaf Scholz (SPD), a nouveau gouvernement. 
noncé l’Institut de santé publique (« vacciné, guéri ou testé ») dans le cas. Le contexte politique en est que seulement 67 % de la popu­ botté en touche quand la question thomas wieder
FRANCE
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 | 13

Macron, l’éternelle reconquête des maires
Le chef de l’Etat devait recevoir un millier d’élus, mercredi, avant son discours au congrès des maires jeudi

C
omme il en a pris l’habi­
tude depuis la première
année de son mandat,
Emmanuel Macron de­
vait recevoir à l’Elysée, mercredi
17 novembre, au deuxième jour du
congrès de l’Association des mai­
res de France (AMF), un millier
d’élus avec lesquels il s’entretien­
dra. Si les dirigeants de l’AMF n’ont
jamais apprécié cette « invitation
au Château », les maires, eux, pri­
sent ce moment d’échange, qui se
prolonge souvent tard dans la soi­
rée. Le président de la République,
quant à lui, n’y boude pas son plai­
sir, se prêtant volontiers aux
étreintes et aux selfies.
Le lendemain, c’est lui qui se dé­
placera porte de Versailles, au Parc
des expositions, où il interviendra
en clôture du congrès, pour la
troisième et dernière fois de son
mandat – plus qu’aucun de ses
prédécesseurs. Il aura seulement
fait faux bond à l’édition de 2018,
tandis que la crise liée au Covid­19
a empêché la tenue de celle de
2020. Mais l’histoire nouée au fil
du quinquennat qui s’achève n’a
rien d’une divine idylle avec les
édiles. M. Macron n’a jamais
réussi à parapher ce « contrat de
confiance » qu’il appelait de ses
vœux à l’orée de sa présidence.

Confrontation ouverte
La faute originelle ? L’été 2017 aura
été le déclencheur. Il avait bien
commencé, avec l’installation de
la Conférence nationale des terri­
toires. Il s’est mal terminé quand,
entre­temps, sont intervenues Rassemblement des élus locaux de la majorité présidentielle, en marge du congrès des maires, à Paris, le 16 novembre. JULIEN MUGUET POUR « LE MONDE »
successivement les annonces de
l’annulation de 300 millions
d’euros de crédits pour les collec­ huées. « Les sifflets ne m’ont ja­ sieurs comptes Twitter, identifiés vembre 2019, M. Macron leur presque­candidat à sa succession
tivités, appelées par ailleurs à réa­ mais beaucoup étourdi », réagit­il comme liés au parti présidentiel, adresse un vibrant témoignage
La suppression qui va se présenter, jeudi 18 no­
liser 13 milliards d’euros d’écono­ aussitôt, bien décidé à faire front lancent un hashtag #balanceton­ de sa reconnaissance. « J’ai tant de la taxe vembre, devant le Congrès des
mies sur leurs dépenses de fonc­ et à défendre ses choix. « J’ai be­ maire appelant à dénoncer les appris de nos échanges, tant ap­ maires. Ses propos ne manque­
tionnement, de la suppression soin de vous », lance­t­il à plu­ maires qui augmenteraient leur pris de vous. Je me sens chaque
d’habitation, ront pas d’être interprétés à
des emplois aidés et de la baisse sieurs reprises. Sans pour autant taxe d’habitation. Malgré les dé­ jour un peu plus maire de la com­ promesse l’aune de cette échéance électo­
des aides personnalisées au loge­ avoir convaincu son auditoire, il saveux officiels, le mal est fait. mune France », leur déclare­t­il, rale, alors que la majorité prési­
ment. Et, surtout, il y a cette sup­ achève son discours sous les ap­ La crise des « gilets jaunes » mar­ les appelant à « faire bloc pour re­
du candidat dentielle, faute d’avoir conquis
pression de la taxe d’habitation, plaudissements. Mais le décor est que un nouveau tournant dans les coudre cette France trop souvent Macron, reste de nouvelles positions lors des
promesse du candidat Macron planté, le récit d’un chef de l’Etat relations entre M. Macron et les déchirée ». Mais déjà se profilent élections intermédiaires, tente
mais qui reste en travers de la « hors­sol », sans relais ni attaches maires. C’est en s’appuyant sur les les élections municipales de
en travers de la de structurer ses soutiens chez
gorge des élus de tout bord, y dans les territoires, est installé. élus que le chef de l’Etat lance un 2020. Et, quand il lance qu’« il ne gorge des élus les élus locaux. Entre­temps,
voyant la quintessence de la re­ Automne 2018, la tension grand débat national pour tenter faut enfermer les maires dans l’AMF se sera dotée d’un nouveau
prise en main par l’Etat de leurs monte d’un cran. L’Association de reprendre la main sur les événe­ aucun clivage », se dessine ce qui président, qui ne sera pas forcé­
ressources fiscales, l’emblème des maires de France, l’Assemblée ments. « On est passé de #balance­ sera la stratégie de la majorité tionnelle ont aussi fait évoluer les ment plus favorable à M. Macron
d’une volonté de « recentralisa­ des départements de France et tonmaire à accroche­toi à ton présidentielle lors de cette relations entre l’exécutif et les que le précédent. Après le dis­
tion » qu’ils n’auront de cesse, dès Régions de France, en décidant de maire », grince David Lisnard, le échéance, à savoir des alliances à élus. Le couple maire­préfet se cours de clôture, une motion sera
lors, de dénoncer. Dès l’automne la boycotter, ont fait capoter la maire (Les Républicains) de Can­ géométrie variable. trouve une nouvelle fois mis à soumise aux congressistes. Sa ré­
2017, le président de l’AMF, Fran­ Conférence nationale des territoi­ nes, candidat à la succession de Le résultat n’est guère à la hau­ l’honneur. Les liens entre l’Etat daction en a été confiée à l’actuel
çois Baroin, « alerte solennelle­ res. Les trois associations font dé­ M. Baroin à la présidence de l’AMF. teur des attentes. Les municipa­ déconcentré et le tissu des élus lo­ vice­président délégué, André
ment sur le risque de rupture ». sormais bloc, au sein de Territoi­ A la sortie de la crise, le chef de les, bousculées par la crise sani­ caux se sont renforcés. Laignel, qui fait équipe avec
A son arrivée à la tribune du res unis, en adoptant une posture l’Etat prend l’engagement d’« un taire, se traduisent par un fiasco De quoi dissiper les malenten­ M. Lisnard. Autant dire qu’il ne
congrès, ce 23 novembre 2017, le de confrontation ouverte avec nouvel acte de décentralisation ». pour la majorité présidentielle. dus et les défiances de ces derniè­ faut guère en attendre la moin­
président de la République est ac­ l’exécutif. Mais, pour l’AMF, l’irré­ Lorsqu’il revient en ouverture Cependant, les épreuves traver­ res années ? L’exercice de 2021 est dre complaisance. 
cueilli par quelques sifflets et médiable est atteint lorsque plu­ du Congrès des maires, le 19 no­ sées pendant cette crise excep­ un peu particulier car c’est un patrick roger

2020, une année inédite pour les finances des collectivités locales
Les dépenses de fonctionnement des communes et des intercommunalités ont stagné, et les recettes ont connu une baisse inhabituelle

L a crise due au Covid­19 aura


eu un fort impact sur les fi­
nances des communes et
des intercommunalités en 2020,
mais bien moindre que ce qui
96,15 milliards en 2019. Elles
enregistrent même une baisse
dans les communes (− 0,78 %)
alors que celles des intercommu­
nalités augmentent de 2,09 %.
naux d’action sociale (6,24 mil­
liards d’euros), en hausse de 3,8 %
pour les frais de personnel afin
de répondre à la montée en
charge des services d’aide à do­
Conséquence de cet « effet de ci­
seau » – stagnation des dépenses
et baisse des recettes – dérogeant
à ce qui est couramment observé
en première année de mandat
munes, qui réalisent 63 % des in­
vestissements du bloc commu­
nal, la baisse est encore plus im­
portante (– 16,3%), deux fois plus
qu’en 2008.
donnateurs locaux bouleverse du­
rablement le cadre de finance­
ment du bloc communal », notent
les auteurs, le levier fiscal étant
désormais limité aux seules
avait pu être redouté, et parfois Cette stagnation globale pour le micile, et de 14,9 % pour les dé­ communal, l’épargne nette des taxes foncières. Les pertes de fis­
proclamé péremptoirement, par bloc communal résulte de plu­ penses de secours. communes et des intercommu­ Pertes de fiscalité calité devraient en outre se pro­
les dirigeants de l’Association des sieurs facteurs. Les dépenses nalités enregistre une diminu­ Une année singulière, donc, pour longer, en particulier sur les re­
maires de France (AMF). Le cons­ d’intervention (17,89 milliards Diminution de l’épargne nette tion, elle aussi inédite, de 8 %. Le les collectivités du bloc commu­ cettes de cotisation sur la valeur
tat avait déjà été anticipé par dif­ d’euros) – parmi lesquelles les dé­ Si les dépenses ont stagné, les re­ montant de l’épargne nette du nal, caractérisée par des pertes ajoutée des entreprises.
férentes études, l’analyse consoli­ penses destinées à faire face à la cettes, elles, ont connu une baisse bloc communal en 2020 (9,2 mil­ brutes en recettes de fonctionne­ Toutefois, les premières projec­
dée réalisée par l’AMF en collabo­ crise sanitaire (masques, gels, inédite de 0,9 % : 114,08 milliards liards d’euros) est même inférieur ment de 3,1 milliards d’euros et tions pour 2021 laissent entrevoir
ration avec la Banque des territoi­ protections, portage aux person­ d’euros contre 115,14 milliards à celui de l’année 2010 (9,5 mil­ un effondrement des investisse­ un net rebond de la capacité
res, présentée mardi 16 novembre nes âgées, primes exceptionnel­ (− 1,06 milliard). C’est la première liards d’euros). ments. Selon l’étude de la Banque d’autofinancement des collecti­
en marge de l’ouverture du les, aides aux entreprises loca­ fois depuis 2001 qu’elles accusent L’autre caractéristique majeure des territoires, les effets de la vités territoriales, qui retrouve­
congrès, le confirme. L’exercice les…) – ont crû de 2,1 %. A l’in­ une diminution nette en pre­ de cet exercice atypique est la crise pèseront encore sur les an­ rait un niveau proche de celui de
2020 n’en présente pas moins des verse, les achats et charges exter­ mière année de mandat. Plus la forte chute des investissements nées 2021 et 2022. Elle souligne 2019. Les recettes réelles de fonc­
caractéristiques inédites. nes (23,07 milliards d’euros) ont taille de la collectivité augmente, (− 14,5 %). Le confinement, le déca­ également les incertitudes liées tionnement du bloc communal,
Celles­ci se manifestent notam­ fortement diminué (− 4,8 %) du plus cette baisse est marquée, jus­ lage du second tour des élections aux conséquences de la suppres­ soutenues par le dynamisme des
ment sur la section de fonction­ fait de la fermeture de certains qu’à atteindre 3,7 % dans les com­ communales et intercommuna­ sion de la taxe d’habitation et recettes fiscales et tarifaires, de­
nement. Alors qu’en première an­ services. Les charges de person­ munes de plus de 100 000 habi­ les, le retard du vote des budgets d’une partie des impôts écono­ vraient enregistrer une progres­
née de mandat les dépenses de nel (48,45 milliards d’euros) ont tants. Elle est notamment due à la primitifs expliquent pour une miques, les collectivités perdant sion de 2,6 %. L’investissement,
fonctionnement des communes quant à elles connu une légère chute des redevances et des recet­ bonne part le report des dépenses ainsi la maîtrise d’environ lui aussi, est reparti à la hausse.
et des intercommunalités aug­ augmentation de 0,88 %. A noter, tes tarifaires (− 2,3 milliards d’investissement, qui passent de 26 milliards d’euros de recettes, « Sera­t­elle cependant suffisante
mentent généralement, elles ont dans cet ensemble, la forte évolu­ d’euros) et à la baisse des impôts 36,39 milliards d’euros en 2019 à désormais pilotées par l’Etat. pour combler la baisse de 2020 ? »,
stagné en 2020, s’élevant à tion des dépenses des centres et taxes liés à l’activité économi­ 31,12 milliards en 2020 « Cette tendance à la réduction interroge l’étude. 
96,14 milliards d’euros contre communaux ou intercommu­ que (− 870 millions d’euros). (− 5,27 milliards). Pour les com­ des marges de manœuvre des or­ p. rr
0123
14 | france JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Les ambitions de Le Maire, le converti de la Macronie


Le ministre de l’économie a donné des gages de loyauté mais n’a pas mis de côté ses ambitions personnelles

I
l lui arrive encore de parler
de lui à la troisième per­
Le ministre
sonne. Mais Bruno Le Maire, dessine quelques
le ministre de l’économie,
des finances et de la relance, a
frontières avec
changé. Il ne cesse de le répéter, il celui qui apparaît
n’est plus le même homme. Rien
à voir avec le jeune loup ambi­
déjà comme son
tieux d’il y a cinq ans, qui organi­ grand rival,
sait ses cent premiers jours à l’Ely­
sée avant même d’avoir candi­
Edouard Philippe
daté à la primaire de la droite.
Désormais, Bruno Le Maire est
un loyal serviteur d’Emmanuel « Personne ne veut d’un parti
Macron, celui­là même qu’il aujourd’hui, personne ne veut être
avait jugé, en février 2017, « sans embrigadé. C’est le candidat qui
projet, parce que (…) sans convic­ doit tirer le parti, pas l’inverse. »
tion ». Le chef de l’Etat prend la Pour l’heure, le chef de l’Etat ne
parole à la télévision ? Le voilà l’a pas missionné pour la campa­
sur les ondes aux aurores pour gne. Le fera­t­il ? Il a gagné le res­
assurer le service après­vente, pect du président, mais pas forcé­
ponctuant chacune de ses phra­ ment sa confiance, juge un minis­
ses d’un « avec le président de tre, qui rappelle l’ambition prési­
la République ». Devenu le pre­ dentielle de Bruno Le Maire. Et ces
mier lieutenant de la Macronie, il petits signaux, perçus par certains
n’aspire qu’à « être un chef comme une forme d’arrogance :
autour du chef », convaincu que des absences répétées aux séances
le locataire de l’Elysée a besoin de de questions au gouvernement,
s’entourer de figures politiques ainsi qu’à certains séminaires à
de poids. Autonomes, mais loya­ Matignon, où il se fait représenter
les. Comme lui. par son directeur de cabinet. Vu de
Car, grâce au quinquennat qui l’Elysée, Bruno Le Maire, qui vou­
s’achève, Bruno Le Maire a « res­ lait, lui aussi, incarner « le renou­
suscité », admet volontiers ce der­ veau » il y a cinq ans, n’a jamais
nier. « Laissé pour mort sur le bord Le ministre de l’économie, lors de la présentation du plan France 2030, à l’Elysée, le 12 octobre. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE POUR « LE MONDE » cessé de penser à 2027. Il n’a, après
de la route » par son ancienne fa­ tout, que 52 ans. « Emmanuel Ma­
mille politique, selon ses propres cron ne donne pas à Bruno Le Maire
termes, après avoir convaincu à
peine 2 % des militants UMP
« Bruno Le Maire, Bruno Le Maire ne fait pas partie
du cercle très fermé des proches
La succession d’Emmanuel Ma­
cron, en cas de réélection ? « Il
A l’entendre, il se verrait bien
devenir écrivain à plein temps,
la place qu’il mérite, estime l’es­
sayiste Alain Minc. Il est un peu
en 2016, il revit. on ne le contrôle du président, et son style un peu n’est pas comme Edouard Phi­ ou s’engager dans une associa­ suspicieux et c’est dommage. Ma­

Longévité à Bercy
pas comme vieille école en irrite certains dans
une Macronie construite contre le
lippe », assurent ses proches.
Structurer un parti, organiser un
tion. Ses nombreux portraits ne
manquent pas de rappeler qu’il a
cron n’aime pas les types autono­
mes. Bruno Le Maire, on ne le con­
Le regard sur lui a changé, dit­il, on Gabriel Attal » classicisme politique. Mais la crise réseau, une association en atten­ publié, sous pseudo, deux ro­ trôle pas comme Gabriel Attal. »
le reconnaît – voire on le remer­ ALAIN MINC a raccourci la distance entre l’Ely­ dant la prochaine élection ? « No mans « Harlequin » dans sa jeu­ Son livre, Un éternel soleil – le
cie – dans la rue. On ne pointe plus essayiste sée et Bercy. Les deux hommes way, no way, no way », nie­t­il. Il le nesse. Il est question d’un livre à dernier à traiter de politique, assu­
ses vestes trop sages. Et lui n’a plus se tutoient en privé, échangent répète depuis des mois – et ses quatre mains avec son ami Mi­ re­t­il –, se veut néanmoins une
besoin de casser son image de gen­ quotidiennement des SMS – le proches avec lui –, il est heureux chel Houellebecq. contribution au débat. Pour cette
dre idéal en lâchant des gros mots moyen de communication privi­ à Bercy, où il fait des « choses con­ campagne ou pour plus tard. Il y
devant les journalistes. Mieux, il « Il a vite compris que l’écono­ légié du chef de l’Etat. Lors du re­ crètes », et a finalement autant, Des petits signaux évoque des idées qu’il défend de­
s’amuse désormais de ce qu’il in­ mie, c’est de la politique », cons­ maniement de 2020, ce dernier a, sinon davantage, de pouvoir qu’il Le puissant ministre de l’écono­ puis longtemps – réforme des ins­
carne : « J’ai été élevé dans un milieu tate le député de la majorité sans hésiter, confié l’intégralité du n’en aurait à Matignon. Il n’a mie aurait­il renoncé à toute am­ titutions, refonte du système édu­
où on aimait l’ordre, on allait à la Gilles Le Gendre (Paris). L’aspi­ ministère à Bruno Le Maire, rap­ même pas eu à sacrifier l’écriture bition politique ? Rien n’est moins catif, restauration de l’autorité,
messe le dimanche, on préférait rant premier ministre s’est mué pellent ses soutiens. – il a publié quatre livres depuis le sûr. Il a observé avec beaucoup lutte contre les géants du numéri­
Stendhal à Michel Foucault, a­t­il en chef de guerre. « Avant le Co­ Celui qui s’autorisait encore à début du quinquennat. « Je ne d’intérêt le coup politique joué de que… Il dessine aussi quelques
ironisé, mi­octobre sur Europe 1, vid, il avait du mal à trouver ses critiquer Emmanuel Macron en suis candidat à rien, par consé­ l’autre côté du Rhin par le social­ frontières avec celui qui apparaît
alors qu’on lui demandait s’il était marques, il était le ministre petit comité sur les sujets réga­ quent, je suis libre », affirme­t­il démocrate (SPD) Olaf Scholz, vain­ déjà comme son grand rival,
de droite. Et puis on cirait ses d’un programme qu’il n’avait liens il y a quelques mois est dans son dernier ouvrage, Un queur inattendu des élections de Edouard Philippe.
chaussures le dimanche matin. » pas conçu, note l’économiste devenu plus prudent. Il a si éternel soleil (Albin Michel, septembre, alors que tout sem­ Le rétablissement des finances
En réalité, c’est moins Emma­ Jean Pisani­Ferry. A partir du bien gommé les aspérités que 208 pages, 18,90 euros). blait perdu pour lui deux ans plus publiques, prôné par ce dernier
nuel Macron que le Covid­19 qui moment où il a piloté la réponse certains proches du président Difficile de ne pas le croire au tôt, lorsqu’il avait échoué à pren­ comme une absolue nécessité, ne
en a fait une figure incontourna­ à la crise sanitaire, il a fait l’encouragent à lui faire davan­ moins un peu lorsqu’il jure ne pas dre la présidence du SPD. Bruno doit, aux yeux de Bruno Le Maire,
ble du gouvernement. Loin de preuve de leadership. Il a eu une tage confiance. avoir de plans pour son avenir. Sa Le Maire lui avait alors fait part pas être une finalité en tant que
perturber son ambition politi­ très bonne crise ! » Son entourage l’affirme d’ail­ trajectoire politique a été moins de son amitié. telle. Il n’y consacre d’ailleurs que
que, la pandémie est venue la ser­ Si bien qu’il sera bientôt le seul leurs à l’unisson : il resterait bien rectiligne que son impeccable par­ « On s’en fout du SPD, moi je suis quatre pages dans son livre.
vir. Il n’est plus le techno mo­ ministre de la Ve République, à Bercy cinq ans de plus. Mais lui cours scolaire (Normale­Sup, populaire, lui avait répondu celui Tailler à la serpe, réduire massive­
qué par les sarkozystes, mais avec Valéry Giscard d’Estaing le jure, il ne pense pas à la suite. l’agrégation de lettres, l’ENA, le qui était alors ministre des finan­ ment le nombre de fonctionnai­
l’homme qui a sauvé l’économie sous la présidence de Georges Ni à Matignon ni à un poste à Quai d’Orsay), qui lui aurait valu ces d’Angela Merkel, en marge res, comme le propose la droite, il
grâce à « l’argent magique » – plus Pompidou, à avoir occupé l’éco­ Bruxelles, encore moins à un d’être surnommé « Bac + 18 » par d’une réunion de l’Eurogroupe. trouve cela « daté » et, surtout,
de 150 milliards d’euros décaissés nomie et les finances pendant autre ministère – pas question de Nicolas Sarkozy. Son échec à la pri­ Les Allemands voient que je fais du impossible à exécuter. « J’ai parti­
en moins de deux ans. Celui qui a cinq ans. Ce dont il s’enorgueillit, faire du « tourisme ministériel ». Il maire de l’UMP de 2016, qu’il avait bon boulot et je vais amener le cipé à cette logique de pensée, c’est
su convertir Bercy à la dépense. rappelant que la durée de vie ne compte pas non plus reprendre la certitude d’emporter, revient parti à mon niveau. Tu verras, je se­ la crise et l’expérience qui m’ont
Un rôle inespéré pour un minis­ moyenne des ministres de l’éco­ de mandat local. comme un traumatisme. « C’est sa rai chancelier. » Lorsque celui­ci l’a fait changer. La vraie question,
tre qui donnait l’impression de nomie est de douze à quatorze Un poste à la tête d’une organi­ cicatrice », affirme le député de la emporté, Bruno Le Maire y a lu la dit­il, c’est de savoir ce qui produit
s’ennuyer à son poste au début mois. Qui rêverait de Matignon sation internationale ? Pourquoi majorité Thierry Solère (Hauts­de­ confirmation de ce qui est deve­ des résultats. » 
du quinquennat. avec une telle longévité à Bercy ? pas, mais les places sont prises. Seine), dont il est proche. nu une conviction personnelle : elsa conesa

Le chef de l’Etat en visite à Béziers, sur les terres de Robert Ménard


Vantant l’industrie « souveraine », M. Macron a prôné l’hydrogène décarboné, mardi, et annoncé 1,9 milliard de crédits supplémentaires

béziers (hérault) ­ envoyée spéciale ques, acquise à l’extrême droite de­ crit dans la filière hydrogène na­ à la fois la capacité du pays à pren­ passé qui n’est plus mais en redou­ chef de l’Etat quand il prend des
puis l’élection de Robert Ménard tionale. Créée sur le site de l’entre­ dre des risques, en pariant sur blant de capacité à résister », a­t­il bonnes décisions. Je ne me dis pas :

A utour d’Emmanuel Ma­


cron, mardi 16 novembre
à Béziers (Hérault), le dé­
cor est posé. De grandes bâtisses
industrielles centenaires faites de
en 2014, que le président de la Ré­
publique a déroulé ce récit d’une
France « résistante » et « conqué­
rante », à même de s’adapter aux
défis du XXIe siècle. Une France qui
prise Schlumberger, expert en
produits parapétroliers, l’un de ses
actionnaires, Genvia est, aux yeux
d’Emmanuel Macron, « une pé­
pite » capable « de transformer le
une technologie qui n’est pas en­
core mature, et son aptitude à
évoluer. La plupart des salariés de
cette entreprise sont d’anciens
employés du secteur parapétro­
insisté, inscrivant, en référence à
de Gaulle ou à Pompidou, son ac­
tion dans la continuité de « celles
et ceux qui nous ont précédés et
ont su nous livrer une nation avec
“Ah, mince, il va gagner les élec­
tions”, mais : “Quelle chance pour
la France” », souligne­t­il, en pre­
nant des distances avec son
« ami » Eric Zemmour. « Il y a un
briques et d’acier. Dans une semble le miroir inversé du pays paysage de l’industrie française ». lier reconvertis aux besoins de cette force industrielle qui nous a discours pessimiste qui est suici­
France que certains voudraient amer et nostalgique décrit par le De quoi lui accorder un soutien cette nouvelle industrie, qui permis de tenir si longtemps ». daire pour le pays. Mon camp
conjuguer au passé où, autrefois, chantre du déclinisme Eric Zem­ public de 200 millions d’euros ac­ pourrait, à terme, décarboner l’es­ Dans l’assistance, le maire de aurait intérêt à la comprendre. Une
se fabriquaient wagons, che­ mour, candidat nationaliste pres­ cordés dans le cadre des 1,9 mil­ sentiel de l’industrie française. Béziers, Robert Ménard, opine. des clés de la réussite de Macron,
nillettes et chars de l’après­ senti pour disputer la présiden­ liard de crédits supplémentaires L’édile, élu avec le soutien du Ras­ c’est d’incarner un espoir, de propo­
guerre, s’érigera l’industrie de de­ tielle d’avril 2022. Une France aux annoncés mardi pour soutenir la Un maire « ravi » semblement national, qui rêve ser une France rayonnante. Il faut
main. Celle qui permettra au pays antipodes, aussi, des théories dé­ filière hydrogène. Et venant s’ajou­ « Ce que je décris là n’est pas un d’une alliance entre Marine être volontariste et optimiste, c’est
de produire de l’hydrogène sur croissantes défendues par une ter aux 7 milliards déjà inscrits rêve, ce sont des projets et vous Le Pen et Eric Zemmour pour la ce que je ne cesse de répéter à Eric
son sol. Une industrie renais­ partie des écologistes pour assu­ dans le plan de relance. êtes en train de les réaliser », a as­ présidentielle, n’a pas masqué sa Zemmour et à Marine Le Pen. Ils ne
sante donc, mais aussi « décarbo­ rer, disent­ils, la survie de la Terre. Peu importe que l’opposition ac­ suré le chef de l’Etat, mardi, pro­ joie de rencontrer le chef de l’Etat. réussiront pas en passant pour des
née », « souveraine » et futuriste, Au cœur de l’argumentaire du cuse depuis plusieurs semaines le mettant de faire du pays une « Avec ma femme [Emmanuelle rabat­joie », dit­il. Opportunisme ?
promet le chef de l’Etat. chef de l’Etat se trouve l’entreprise président de la République de di­ grande nation industrielle. « Il n’y Ménard, députée de l’Hérault et A cinq mois du scrutin présiden­
C’est donc à Béziers, ville Genvia. A l’origine d’une usine pi­ lapider l’argent public, l’enjeu est a jamais de fatalité (…), on ne ré­ conseillère municipale], on est ra­ tiel, l’échiquier politique est pour
moyenne bousculée par les révo­ lote de production d’électroly­ « historique », défend M. Macron. pond jamais aux difficultés du vis. Pour la ville et le pays. Je suis un le moins confus. 
lutions industrielles et technologi­ seurs haute température, qui s’ins­ Pour ce dernier, Genvia symbolise temps en ayant la nostalgie d’un des rares à rendre hommage au claire gatinois
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 france | 15

Le projet de loi «pour la confiance dans la justice» voté


Le gouvernement a fait consolider l’article 3 sur le secret professionnel qui est contesté par les avocats

L e projet de loi « pour la


confiance dans l’institu­
tion judiciaire » a été ap­
prouvé peu avant minuit, mardi
16 novembre, à l’Assemblée natio­
Le ministre de la justice avait
lancé un ultimatum aux avocats,
vendredi 12 novembre, leur inti­
mant de prendre position sur le
projet de loi. Il a choisi mardi de ne
térêts divergents » d’une profes­
sion dont les prises de positions
ont été jugées changeantes. Selon
lui, « la question de la représenta­
tion de la profession devrait légiti­
bre, une exception. Le secret ne
serait plus opposable pour les ac­
tivités de conseil lorsque les en­
quêtes portent sur de la fraude fis­
cale, de la corruption ou du blan­
« Toutes
les dispositions
qui ont été prises
du secret professionnel. Toutes les
dispositions qui ont été prises ren­
forcent la protection de ce secret », a
notamment lancé M. Dupond­
Moretti à la tribune de l’Assemblée
nale par 66 voix contre 11. Eric Du­ pas suivre l’option qu’ils ont choi­ mement se poser, dans son inté­ chiment de ces délits. renforcent après avoir listé les avancés du
pond­Moretti, ministre de la jus­ sie. Le Conseil national des bar­ rêt ». Pour le député du Val­d’Oise, Le compromis forgé entre dépu­ texte concernant les avocats. En
tice, a fait approuver sans diffi­ reaux (CNB), organe représentatif « la jurisprudence est aujourd’hui tés et sénateurs en commission
la protection particulier l’alignement du ré­
culté un amendement de der­ des 70 000 avocats, avait voté bien plus dangereuse pour le secret mixte paritaire, le 21 octobre, a [du] secret gime de fadettes sur celui des
nière minute à ce texte pour clore lundi pour demander la suppres­ professionnel de l’avocat que le conservé ces exceptions au secret écoutes lors des enquêtes, un sujet
le psychodrame qui s’est joué ces sion pure et simple de l’article 3 du texte adopté. Supprimer l’article 3 portant sur les seules activités de
[professionnel] » qui avait été au cœur des attaques
dernières semaines autour du se­ projet de loi. Une position jugée aurait été une erreur grave. » conseil et en a ajouté une nou­ ÉRIC DUPOND-MORETTI contre le PNF après les révélations
cret professionnel des avocats. incompréhensible par plusieurs velle « lorsque l’avocat a fait l’objet ministre de la justice sur les fadettes d’avocats éplu­
Issu d’un compromis avec le Sé­ groupes politiques, qui ont criti­ « Trop imprécis et trop vaste » de manœuvres ou actions aux fins chées dans l’enquête liée à l’affaire
nat, le projet de loi doit encore qué l’attitude de la profession. Initialement, le projet du gouver­ de permettre, de façon non inten­ Sarkozy­Bismuth­Herzog.
être voté jeudi au Palais du « Nous ne laisserons pas des pos­ nement avait prévu de consacrer tionnelle, la commission, la pour­ mardi à l’Assemblée que cette ex­ Autre avancée significative en
Luxembourg avant de pouvoir tures corporatistes mettre en péril le secret professionnel de la dé­ suite ou la dissimulation d’une in­ ception au secret était « trop im­ matière de protection des droits
être promulgué. des avancées qui protègent le justi­ fense dans le code de procédure fraction ». Une formulation qui a précise et trop vaste ». Faute de de la défense, le texte remet en
Si ce texte de 66 articles est assez ciable », a notamment déclaré Sté­ pénale. En première lecture, en fait se lever toute la profession. pouvoir obtenir une réécriture cause une jurisprudence de la
disparate, avec des dispositions phane Mazars (La République en mai, les députés ont étendu cette L’ambiguïté de cette disposition plus vaste, le CNB préférait renon­ Cour de cassation selon laquelle
permettant de filmer des audien­ marche, Aveyron) rapporteur du garantie aux activités de conseil faisait craindre une réduction à cer à l’ensemble de l’article 3. les échanges entre un avocat et
ces, encadrant la durée des enquê­ projet de loi qui a fait part de son des avocats. Mais devant l’inquié­ néant du secret professionnel, y Les députés se sont donc rangés son client n’entraient dans le se­
tes préliminaires, généralisant les « amertume ». Antoine Savignat tude du Parquet national finan­ compris de la défense. à la position du garde des sceaux cret de la défense qu’à partir du
cours criminelles ou réformant le (Les Républicains, Val­d’Oise), ap­ cier (PNF) et des services d’en­ C’est ce dernier ajout, concer­ en approuvant mardi son amen­ moment où le client faisait l’objet
régime des réductions de peine, portant son soutien au ministre quête spécialisés en matière de nant l’hypothèse d’un avocat ma­ dement avant de voter le projet de d’une poursuite. Le secret de la
c’est bien le secret professionnel de la justice sur ce texte et ses dis­ grande délinquance économique nipulé par son client, qu’Eric Du­ loi. « Que personne ne vienne dire défense est désormais protégé y
des avocats qui a monopolisé l’at­ positions portant sur le secret pro­ et financière, le Sénat a apporté pond­Moretti a proposé aux avo­ que nous avons voulu de quelque compris en amont. 
tention au Palais­Bourbon. fessionnel, a ainsi critiqué « les in­ en première lecture, en septem­ cats de supprimer. Il a reconnu façon que ce soit être les fossoyeurs jean­baptiste jacquin

Inceste : la commission PUBLICITÉ

Ciivise déjà destinataire Derrière ce titre plutôt inattendu,


se cache en fait la recette

de 6 200 témoignages pour faire avancer la

La commission sur l’inceste et les violences


sexuelles souligne l’impact des faits
sur la santé des victimes

E n l’espace de huit semaines,


6 200 témoignages ont été
reçus. C’est le premier bilan
de l’appel à témoignages de la
Commission indépendante sur
« 80 % des
répondants aux
questionnaires
l’inceste et les violences sexuelles ont été victimes
faites aux enfants (Ciivise), lancé
en septembre, sans qu’il soit pos­
de violences
sible cependant de déterminer sexuelles dans la
combien de situations différentes
ce chiffre global décrit. « Il se peut
famille », détaille
que des personnes aient à la fois la Ciivise
écrit, appelé, et répondu à des ques­
tionnaires », reconnaît l’instance,
installée officiellement en mars. de la sous­commission « recher­
Toutefois, cet afflux de témoigna­ che » de la Ciivise. Prudente, elle
ges reçus en quelques semaines rappelle qu’il s’agit à ce stade de
confirme ce que démontrent déjà « premiers éléments quantitatifs,
les enquêtes existantes : le carac­ éventuellement sujets à variation
tère massif de ces violences, qui à l’avenir », l’appel à témoignages
touchent environ 160 000 mi­ se poursuivant encore pendant
neurs chaque année. toute l’année 2022.
Quant au second ingrédient
Dans le détail, 1 200 appels ont D’ores et déjà, « ce qui est inté­ pour faire progresser c’est un élément radioactif
été reçus par les écoutantes spé­ ressant dans ces questionnaires et cette discipline extrêmement rare
cialisées de la plate­forme télé­ les témoignages qu’ils renfer­ et peut-être lutter et pointu à préparer :
contre le cancer.
phonique (accessible au 0­805­ ment, c’est le niveau de détails
802­804 pour la métropole et au fournis », qui révèlent des consé­
0­800­100­811 depuis l’outre­ quences sur les victimes n’ap­
Mais ça, heureusement,
mer), 1 200 courriers et e­mails paraissant pas nécessairement
ça fait partie
ont été envoyés, et 3 800 ques­ dans les enquêtes en population de nos spécialités
tionnaires, accessibles sur le site générale. L’impact sur la santé qu’on a hâte de partager
Internet de la Ciivise, ont été rem­ des violences sexuelles subies Avec vos neurones avec vous.
plis. « 80 % des répondants aux dans l’enfance est particulière­ en ébullition et votre goût
questionnaires ont été victimes de ment éloquent : une victime sur du challenge vous pouvez
violences sexuelles dans la famille, trois rapporte avoir déjà fait une apporter beaucoup !
20 % dans l’entourage, 10 % dans tentative de suicide. Chez les
les institutions et 7 % dans l’espace femmes, une sur trois déclare Voilà
public », détaille au Monde la Cii­ des problèmes gynécologiques maintenant vous savez
vise, qui précise que les répon­ et une sur cinq un dérèglement ce que vous pouvez
dants peuvent renseigner plu­ de son cycle menstruel ou une apporter aux grands challenges
de la santé !
sieurs types de violences. absence de règles.
C’est sur ces récits très précis
Insign 2021 - L‘énergie est notre avenir, économisons-la !

Forte proportion de femmes d’expériences des victimes que


Parmi les premiers enseigne­ la Ciivise compte s’appuyer pour
ments qui ressortent à la lecture formuler des recommandations
des questionnaires figurent le en vue d’une meilleure protec­
genre des victimes (neuf sur dix tion. « Plus on est en capacité servons cette
belle cause !
ayant répondu sont des fem­ d’identifier des conséquences
mes), la forte proportion de cel­ spécifiques des violences sexuel­
les ayant déjà témoigné des vio­ les vécues dans l’enfance, plus on
lences subies (neuf sur dix) et le va pouvoir fournir aux profes­
délai relativement long avant de sionnels, notamment de santé,
parler : sept victimes sur dix l’ont des grilles d’analyse et des si­
fait plus de dix ans après les faits. gnaux d’alerte afin d’améliorer la
Ces éléments « convergent avec prise en charge », résume Alice
les données qui apparaissent Debauche. L’amélioration de la
dans les enquêtes en population prise en charge, y compris médi­ www.orano.group/fr/carrieres/surprenez-vous
générale, avec cependant quel­ cale, des victimes, est d’ailleurs
ques décalages », observe la so­ l’un des axes de travail prioritai­
ciologue à l’université de Stras­ res de la Ciivise. 
bourg Alice Debauche, membre solène cordier
0123
16 | france JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

É D U C AT I O N

« J’ai peur d’y retourner » :


témoignages d’élèves harcelés
En France, un enfant sur dix serait concerné par des violences verbales ou physiques
dans le cadre scolaire. A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre
le harcèlement à l’école, des victimes et leurs parents racontent leur calvaire

A
nissa a 12 ans. Pour cette col­ vembre. A l’occasion de la Journée nationale vient sa mère. Selon cette dernière, on a éga­ fres sont néanmoins éloquents. L’association
légienne de Seine­et­Marne, de lutte contre le harcèlement à l’école du lement suggéré à la famille de changer d’éta­ Hugo ! assure avoir accompagné et informé
qui ne souhaite pas donner 18 novembre, Le Monde donne la parole à des blissement, ce que Lola a refusé. Les spécialis­ « 120 000 familles en trois ans ». « Le nombre de
son nom – comme les autres victimes et à leurs parents. tes consultés ont dit que Lola « allait bien », demandes est encore bien supérieur, et nous
adolescents interrogés – la Alors qu’une proposition de loi créant un parce qu’elle était « insérée socialement ». n’avons pas les moyens de les traiter toutes », as­
rentrée en 5e ne s’est pas dé­ « délit de harcèlement scolaire » va être étu­ « Ma fille développe aujourd’hui une phobie sure Hugo Martinez, fondateur de l’associa­
roulée comme prévu. Cette adolescente qui diée début décembre à l’Assemblée nationale, scolaire. Elle ne veut plus aller en cours, ne sort tion et lui­même ancienne victime.
se décrit comme « forte » est victime d’insul­ les adolescents qui subissent ces situations plus de sa chambre, ne veut plus passer du Ces réponses inadaptées sont liées à un
tes sur son poids « depuis la maternelle ». Mais décrivent tous le même engrenage : ils sont temps avec nous, a perdu l’appétit et le som­ « manque de formation » des enseignants,
depuis la 6e, où elle est arrivée « très intimi­ ciblés d’abord par une seule personne, puis meil », énumère pourtant sa mère. CPE et chefs d’établissement dans la prise en
dée », la situation s’aggrave. plusieurs, puis parfois toute la classe. Ils aler­ Ce sont ces comportements qui alertent, charge du harcèlement scolaire, selon Hugo
Anissa se fait régulièrement traiter de tent les adultes, qui tentent des médiations, bien souvent, les parents. Thibault, le fils de Martinez. « Si les personnels ne sont pas for­
« grosse vache », jusqu’au jour où plusieurs souvent sans succès. Ils se replient, enfermés Stéphanie aujourd’hui en CM1, a été victime més à cette problématique spécifique, ils ris­
élèves, dont certains qu’elle ne connaît pas, la dans un statut de victime qui pousse à une de harcèlement en grande section et au CP. A quent de commettre des maladresses aux con­
prennent à partie à l’extérieur de l’établisse­ hypervigilance parfois jugée comme un ex­ la Toussaint de son année de CP, il se met à séquences dramatiques pour les familles », as­
ment pour la frapper, en filmant l’agression. cès de sensibilité. Jusqu’à ce que l’on vienne « pleurer tous les matins », refuse de monter sure­t­il. L’association, qui soutient la créa­
Sa famille dépose plainte, un camarade est dire à l’enfant, avec une pointe d’agacement, dans la voiture, « s’enferme dans les toilettes tion d’un « délit de harcèlement scolaire »,
exclu huit jours, deux autres trois jours. Un qu’il est décidément « trop sensible », incapa­ « SI LES  ou se cache sous le lit » pour échapper à l’école. assure que ce dernier permettra, en plus de
harcèlement « avéré » et « pris en compte ble « d’aller vers les autres », voire « parano ». PERSONNELS  Sa mère finit par le déscolariser, sur les con­ « créer un interdit », de reconnaître plus facile­
comme tel », assure le rectorat de Créteil. En allant, parfois, jusqu’à lui conseiller de seils du pédiatre, après avoir trouvé un ment le « statut de victime » des élèves, donc
« Quand ils sont revenus, ils se sont moqués de changer d’établissement. NE SONT PAS  moyen de garde. C’est là que l’enfant com­ de proposer un accompagnement psycholo­
moi », se souvient néanmoins la jeune fille. mence à parler : « Il était tapé tous les jours par gique remboursé par la sécurité sociale.
Il y a quelques semaines, à la veille des CARACTÈRE ALÉATOIRE FORMÉS À CETTE  le même enfant, depuis un an, rapporte Sté­ C’est le souhait de nombreux adolescents et
vacances de la Toussaint, Anissa tombe dans Le harcèlement scolaire concerne des enfants phanie. Je ne le savais pas, parce qu’il ne verba­ familles, parfois plusieurs années après que
l’escalier du collège. Elle dit avoir été poussée de tous âges – même si sa prévalence est
PROBLÉMATIQUE,  lisait pas. » Quelques semaines plus tard, esti­ le harcèlement a pris fin : que l’on recon­
par une camarade, qui ne faisait pas partie beaucoup plus forte au collège qu’à l’école et ILS RISQUENT  mant que les mesures ne sont pas prises pour naisse le harcelé comme victime et que l’on
de ses harceleurs « habituels ». Elle a une au lycée – et de tous milieux. Le poids, le pré­ protéger son fils, Stéphanie le change d’école. « punisse » l’autre, ce harceleur qui poursuit
fracture à la cheville gauche, une plaie sur la nom, les centres d’intérêt, la situation fami­ DE COMMETTRE  sa scolarité « comme si de rien n’était », selon
jambe droite, et plusieurs semaines d’arrêt. liale sont autant de prétextes, qui, mis bout à MALADRESSE GÉNÉRALISÉE les expressions entendues dans la bouche de
« J’ai peur d’y retourner », confie­t­elle, alors bout, soulignent le caractère aléatoire du DES MALADRESSES  Bien souvent, le chef d’établissement, le pro­ plusieurs adolescents et de leurs parents. A
que son médecin a prolongé son absence phénomène, qui peut tomber sur n’importe AUX CONSÉQUENCES  fesseur principal ou le conseiller principal court de solutions, beaucoup se retrouvent
jusqu’au retour des vacances de Noël et qui, n’importe quand. d’éducation (CPE) ont tenté de mettre en d’ailleurs au commissariat ou à la gendarme­
qu’une « continuité pédagogique » est mise Lola, une collégienne de 14 ans qui ne se DRAMATIQUES » place des dispositifs de remédiation, voire rie – et lancent des procédures souvent sui­
en place à la maison. « J’ai peur de recroiser rend plus en cours depuis plusieurs semai­ une prévention plus large du harcèlement vies d’aucun effet.
HUGO MARTINEZ
cette fille, je ne sais pas comment vous dire… nes, assure qu’elle ne « sait pas » pourquoi scolaire. Mais le sentiment d’une maladresse « Dans les affaires de harcèlement scolaire,
fondateur de
ça va me rendre encore plus triste. » Contacté « cette fille », qu’elle connaît depuis de nom­ généralisée se dégage des témoignages : ici, il y a une difficulté à caractériser la répétition
l’association Hugo !
par Le Monde, le rectorat assure ne pas breuses années, l’a prise en grippe. Sa mère, tel élève a été « sorti de cours » pendant que le des faits, pointe Laurent de Caigny, pro­
détenir de preuve que le geste qui a entraîné elle, croit savoir. L’autre élève est « moins pri­ CPE organisait une heure de vie de classe à cureur au tribunal judiciaire de Charleville­
sa chute était « intentionnel », même s’il vilégiée », ses parents « sont séparés ». Ail­ son sujet – une initiative vécue comme une Mézières. Un rappel à la loi pour injures est
indique accorder de l’importance au « res­ leurs, d’autres parents raconteront l’inverse : provocation de plus par la victime. Là, tel déjà une réponse forte, sans compter la por­
senti » d’Anissa. leur enfant serait harcelé parce qu’ils n’ont, autre a bénéficié d’heures de « prévention », tée symbolique de la procédure, avec des col­
« Sale pute », « grosse vache », « tu pues », « va au contraire, pas beaucoup de moyens. destinées à mettre fin au harcèlement en l’en­ légiens longuement interrogés par deux gen­
te suicider ». Ces insultes, certains adolescents Lola a des amies, qui parfois ont le courage courageant à « reprendre confiance en lui ». darmes en uniforme… »
les entendent chaque jour, parfois depuis des de prendre sa défense. Mais il y a donc « cette « C’est donc à mon fils de faire des séances pour Pour Erwan Balanant, député (MoDem) du
années. Elles constituent le quotidien du har­ fille » qui la regarde méchamment, s’assoit à progresser dans la gestion de son harcèlement, Finistère à l’origine de la proposition de loi
cèlement scolaire et sont parfois assorties de côté d’elle sans rien dire en la fixant, l’insulte, alors que lui n’a rien fait », relève la maman qui sera examinée en décembre, la « judiciari­
coups, de brimades, de vol ou de racket, voire réclame des photos à d’autres pour « voir sa d’Ethane, un collégien scolarisé dans les Ar­ sation » du harcèlement scolaire n’est pas
d’agressions sexuelles. En France, l’éducation sale tronche ». Et puis, parfois, pendant plu­ dennes dont deux camarades ont fait l’objet, une solution. « Quand les parents vont à la
nationale estime qu’un élève sur dix est tou­ sieurs mois, il ne se passe plus rien. Pour l’éta­ en 2020, d’un rappel à la loi pour injures non gendarmerie, c’est le signe que tout le reste a
ché par ce fléau. « Difficultés scolaires, absen­ blissement, cela rend difficile la qualification publiques, comme le confirme au Monde le échoué », souligne­t­il. Selon lui, la solution
téisme, voire déscolarisation, mal­être, an­ de « harcèlement ». parquet de Charleville­Mézières. est à trouver « dans l’enceinte scolaire », en
goisse, voire dépression, pouvant aller jus­ Jusqu’au jour où, en 2020, Lola est attrapée Les associations soulignent cependant que mettant en place des procédures pour briser
qu’au suicide, l’actualité nous rappelle régu­ par­derrière dans la cour de récréation, et les familles qui se tournent vers elles sont le mécanisme et former les enseignants à les
lièrement les effets dramatiques de ce frappée, en l’absence d’un surveillant. « Les aussi celles qui sont « perdues » et n’ont trouvé détecter. Sa proposition de loi veut aussi ins­
phénomène », écrit la Défenseure des droits, parents de cette jeune fille ont nié l’agression, « aucune solution » auprès de l’éducation na­ taurer l’obligation, pour les établissements,
Claire Hédon, dans un rapport sur la santé puis on nous a demandé de ne plus mettre Lola tionale, qui parvient à gérer beaucoup de cas de lutter contre le harcèlement scolaire. 
mentale des enfants publié mercredi 17 no­ à la cantine, pour éviter les bagarres », se sou­ sans en arriver au point de rupture. Les chif­ violaine morin

Les violences, « un moyen d’accéder à un statut dominant »


Pour Violaine Kubiszewski, chercheuse en psychologie, le contexte et les dynamiques de groupe expliquent les comportements

ENTRETIEN textes dans lesquels évoluent les


élèves. Cette approche invite clai­
dement intégré les attentes sco­
laires ou comprendre que chacun
public. Or, une réaction répandue
consiste à rester passif. Un silence
ment en le renvoyant à la justice.
Il est important de garder en tête
ment sont quelques exemples de
pratiques pour lutter contre le

M aîtresse de conféren­
ces en psychologie à
l’université de Fran­
che­Comté, Violaine Kubiszewski
étudie le rôle des contextes et la
rement à dépasser l’idée que
l’élève victime porte en lui la
source de son harcèlement. Un
jeune pourra être l’auteur d’actes
de harcèlement dans son collège
arrive à l’école avec un bagage dif­
férent, à respecter ? D’une ma­
nière générale, les pratiques édu­
catives, le climat de classe et, plus
largement, le climat scolaire re­
qui contribue à légitimer et pé­
renniser ces actes malveillants,
en laissant penser que ces agisse­
ments sont tolérés.
que des pistes de prévention et de
traitement peuvent déjà être sai­
sies en établissement scolaire.
Aller à la rencontre des élèves,
créer du lien, occuper une posi­
harcèlement.

Le cyberharcèlement obéit­il
aux mêmes phénomènes ?
A ma connaissance, il n’y a pas
place des témoins dans les situa­ sans que cela ne soit le cas dans présentent des leviers impor­ A l’aune de vos travaux, tion d’adulte de confiance les gui­ de consensus scientifique sur le
tions de harcèlement scolaire. son club de sport, par exemple. tants pour limiter la survenue du que peut­on faire pour dant pour l’adoption de compor­ sujet. On ne peut pas dire que les
harcèlement. Mais ce climat va combattre le harcèlement ? tements prosociaux, leur propo­ élèves qui harcèlent en ligne sont
Y a­t­il des profils types Quels sont alors ces contextes au­delà de l’école. C’est aussi toute Il est important d’informer et ser des activités permettant d’at­ toujours ceux qui harcèlent à
de harceleurs et de harcelés, propices au harcèlement ? la société qu’il faut interroger et de rappeler que ces pratiques sont teindre une position valorisante l’école. Dans un certain nombre
comme on a parfois Il existe des risques accrus de son rapport à la compétition jus­ proscrites, notamment parce sans avoir à recourir au harcèle­ de situations, c’est effectivement
tendance à le penser ? harcèlement dans les milieux où que dans des émissions de télévi­ qu’elles entravent certains droits le cas mais ça ne serait pas systé­
Expliquer l’émergence du harcè­ la compétition entre élèves et la sion de divertissement. fondamentaux. Un article de loi matique. Plusieurs résultats invi­
lement uniquement par l’exis­ comparaison sociale sont saillan­ Par ailleurs, les dynamiques de sur le harcèlement moral, pou­ tent à considérer que les caracté­
tence de profils de personnalités tes. Ce serait moins le cas si on groupe ne sont pas à négliger. vant concerner le harcèlement
« LES RECHERCHES  ristiques des cyberespaces, com­
reviendrait à simplifier et gom­ mettait l’accent sur les progrès in­ Harceler représente souvent un scolaire, a d’ailleurs été introduit INVITENT À DÉPASSER  me l’anonymat ou l’absence de
mer la réalité. Les recherches dividuels et la réussite par rap­ moyen d’accéder à un statut do­ dans le code pénal en 2014. D’un feed­back [retours] émotionnels
montrent effectivement qu’il port à soi­même. Notre système minant, valorisé au sein d’un côté, cet article offre une assise L’IDÉE QUE L’ÉLÈVE  de l’interlocuteur, peuvent géné­
existe des caractéristiques indivi­ méritocratique n’est pas idéal groupe. Comment est­ce possi­ indispensable à la lutte contre ce rer de la désinhibition et des
duelles augmentant le risque pour penser collectif et entraide. ble ? Une piste de réponse réside fléau. Mais de l’autre, des cher­ VICTIME PORTE EN LUI  conduites nuisibles qui n’auraient
d’être impliqué dans du harcèle­ Qu’est­ce qui est valorisé durant dans l’inaction des témoins. Envi­ cheurs invitent à rester vigilant LA SOURCE DE SON  pas eu lieu en face à face. 
ment mais elles mettent égale­ la scolarité : être le « meilleur » ou ron huit épisodes d’intimidation face au risque que cela conduise à propos recueillis
ment en lumière le rôle des con­ prendre soin d’autrui ? Avoir rapi­ sur dix surviennent devant un extérioriser davantage son traite­ HARCÈLEMENT » par sylvie lecherbonnier
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 france | 17

En Finlande, un modèle fondé sur la prévention


La secrétaire d’Etat Nathalie Elimas s’est déplacée, début novembre, pour étudier la stratégie du pays

helsinki (finlande)­ taux est passé de 11,8 % en 2009 à l’enseignant de la classe qui résolve milles pour interrompre le cycle du formaliser un protocole de traite­
envoyée spéciale « IL Y A UNE GRANDE  3,9 % en 2021 », détaille Claire Ga­ le problème mais ce groupe neu­ harcèlement. Si l’élève change ment, de former des élèves­am­
SOUPLESSE EN FINLANDE  randeau, chercheuse en psycholo­ tre », a constaté Päivi Viljamaa. Ces d’établissement, on ne résout rien. bassadeurs et d’organiser dix heu­

C omment repérer les si­


gnaux faibles du harcèle­
ment scolaire ? Comment
éviter les effets de meute qui se
prolongent en ligne ? Comment y
DANS L’APPLICATION 
DES PROGRAMMES.
gie à l’université de Turku et la se­
conde conceptrice du projet.
Malgré tout, KiVa se montre plus
efficace en primaire qu’au collège.
« Ce qui montre qu’il faut travailler
enseignants référents rencon­
trent d’abord les élèves séparé­
ment. Ils organisent ensuite un
suivi de la situation sur plusieurs
semaines, voire plusieurs mois. Si
On déplace le problème. » Ce syn­
dicat de l’éducation, qui rassem­
ble les enseignants et les chefs
d’établissement, souhaite pou­
voir prononcer des exclusions de
res par an d’apprentissages avec
des contenus en ligne. M. Bellon le
souligne : « Le programme Phare a
pour objectif d’éviter toutes les ma­
ladresses que peuvent commettre
mettre un terme et accompagner
EN FRANCE, C’EST LE  sur ces questions le plus tôt possi­ les parents sont tenus au courant trois jours, ce qui n’est pas possi­ les établissements, parfois sans s’en
les victimes ? Les suicides d’ado­ PROGRAMME D’ABORD,  ble », reconnaît Mme Garandeau. de toutes ces actions, ils ne sont ble aujourd’hui. rendre compte. Organiser une con­
lescents – comme celui de Dinah, Chaque caractéristique du pro­ pas présents lors des échanges Le cyberharcèlement fait encore frontation en présence des parents
début octobre à Mulhouse (Haut­ LE BIEN­ÊTRE APRÈS ! » gramme fait l’objet de recherches pour ne pas venir perturber la ré­ partie des angles morts de la poli­ est la pire des choses à faire par
Rhin) – viennent régulièrement JEAN-PIERRE BELLON scientifiques. Deux méthodes ont solution du conflit. tique finlandaise. KiVa y consacre exemple, tout comme laisser la vic­
rappeler les conséquences funes­ professeur et concepteur de Phare été évaluées : l’approche confron­ L’équipe éducative se montre deux leçons dans son programme time sans soutien alors que les faits
tes de ce phénomène. Un élève sur tationnelle – tenir le harceleur vigilante sur tous les détails. de cours. Mais pour Christina Sal­ sont en cours d’examen. »
dix serait victime chaque année pour responsable de ses actes – et Dans la cour de récréation, les mivalli, « agir sur les comporte­ « Phare doit être un programme
de harcèlement scolaire. Soit entre l’approche non blâmante – mettre adultes revêtent un gilet jaune ments, c’est prévenir aussi bien le évolutif. Nous pouvons l’amender
800 000 et 1 million. L’estimation autour de cette obligation depuis l’accent sur l’empathie. « La combi­ pour être facilement repérables harcèlement que le cyberharcèle­ et le compléter, avec ce que nous
n’a guère varié depuis que l’éduca­ 2006. Neuf écoles sur dix s’en sont naison de ces deux méthodes par les enfants. Une attention ment ». A l’école Rajakylä à Vantaa, avons vu lors de ce voyage en Fin­
tion nationale s’est emparée du emparées avant qu’il ne devienne s’avère être la plus efficace », ana­ rendue possible par les moyens les élèves ont accès à un question­ lande notamment. Le travail au­
sujet il y a une dizaine d’années. payant il y a cinq ans. Il est lyse la chercheuse. dont disposent les écoles finlan­ naire en ligne spécifique où les élè­ tour des compétences sociales et
Face aux drames qui secouent aujourd’hui utilisé par la moitié En Finlande, chaque municipa­ daises. Cet établissement de Van­ ves peuvent rapporter de manière émotionnelles paraît pertinent. Les
régulièrement l’institution sco­ des écoles en Finlande et s’exporte lité gère son système éducatif, de taa compte ainsi un adulte pour anonyme les actes de cyberharcè­ relations entre l’école et la police
laire, les pouvoirs publics ne peu­ dans une vingtaine de pays, de la l’école au lycée. A Vantaa, la qua­ dix enfants. Infirmière scolaire, lement qu’ils constatent. Rappor­ centrées sur la prévention s’avèrent
vent plus fermer les yeux. Deux Nouvelle­Zélande à l’Italie. trième ville du pays, KiVa fait par­ médecin et assistante sociale ter les faits ne s’apparente pas à de intéressantes, tout comme l’idée
rapports parlementaires se sont tie des outils proposés parmi sont présents. Des ressources qui la délation mais bien à de l’empa­ d’une exclusion temporaire qui dé­
emparés du sujet en un an, Brigitte Efficacité évaluée en continu d’autres. L’école Rajakylä s’inspire manquent cruellement en Fran­ thie envers le jeune harcelé. clenche une série d’aides et de prises
Macron en a fait l’une de ses gran­ Cette méthode se fonde avant tout du programme sans formelle­ ce. « Le contexte finlandais est par­ en charge », affirme Mme Elimas.
des causes. Le ministère de l’édu­ sur la prévention. « Le but n’est pas ment l’utiliser. La directrice, Päivi ticulier. Il y a une grande souplesse Plan de formation La proposition de loi du député
cation nationale déploie depuis la de transformer les élèves victimes Viljamaa, en est convaincue : « La laissée dans l’application des pro­ Phare s’inspire en partie de KiVa (MoDem, Finistère) Erwan Bala­
rentrée un programme national pour les rendre moins vulnérables prévention passe par l’éducation grammes, par exemple. En France, mais aussi de la méthode québé­ nant sur le harcèlement scolaire,
baptisé « Phare » (Programme de ni de cibler directement les agres­ émotionnelle des enfants et l’ap­ c’est le programme d’abord, le coise de « préoccupation parta­ qui doit être présenté en première
lutte contre le harcèlement à seurs mais de modifier le contexte prentissage de la manière d’intera­ bien­être après ! », note Jean­ gée » adaptée, en France, par Jean­ lecture à l’Assemblée nationale le
l’école). Et pourtant, si les actions de façon à ce que les nouveaux gir les uns avec les autres. » Tous les Pierre Bellon. Néanmoins, pour Pierre Bellon. Expérimenté dans 1er décembre, pourrait constituer
symboliques se multiplient, à comportements du groupe décou­ quinze jours, les enseignants pro­ l’enseignant en philosophie, six académies depuis 2019, Phare un véhicule législatif opportun. En
l’instar de la journée nationale de ragent les harceleurs », souligne posent, au même moment, un « beaucoup de professeurs des donne une méthode et des outils l’état, cette proposition oblige les
lutte contre le harcèlement sco­ Christina Salmivalli, chercheuse et cours sur ces « compétences socia­ écoles françaises travaillent déjà aux équipes éducatives. Un plan établissements à définir un proto­
laire, jeudi 18 novembre, les conceptrice du programme. Les les » afin que les élèves les acquiè­ sur la reconnaissance des émo­ de formation est prévu dans l’ob­ cole de prise en charge du harcèle­
moyens d’action sont peu effi­ élèves reçoivent dix heures de rent au même moment. « Il s’agit tions et la gestion des conflits. Ils jectif de le généraliser et de le ren­ ment. La création dans le code pé­
cients. « La prise de conscience est cours par an dans les classes équi­ pour les plus petites classes de par­ font du KiVa sans le savoir ». dre obligatoire à la rentrée 2022. nal d’un délit de harcèlement sco­
récente. La France a pris du retard valentes au CP, au CM1 et au col­ ler de ses émotions, de sa colère par Les écoles finlandaises ont, par L’idée est de constituer une équipe laire, passible dans les cas les plus
par rapport à ses homologues lège. Il s’agit d’abord de travailler exemple et des moyens de l’apai­ ailleurs, des liens plus étroits ressources de cinq personnels, de graves de 150 000 euros d’amende
européens dans la lutte contre ce sur les émotions et sur sa place ser », raconte Päivi Viljamaa. qu’en France avec la police. Cha­ et dix ans de prison, y est égale­
fléau », note Jean­Pierre Bellon, dans le groupe avant de parler spé­ A partir de l’équivalent du CM1, que circonscription compte un ment évoquée.
professeur de philosophie et l’un cifiquement du harcèlement. les élèves remplissent tous les policier référent sur le harcèle­ Au­delà de ces programmes clés
des concepteurs de Phare. Une équipe de recherche de quinze jours un questionnaire en ment qui vient faire des actions LES ÉCOLES  en main, c’est sur l’ensemble du
Pour s’inspirer d’un pays pion­ l’université évalue en continue ligne baptisé « School Day » sur de prévention et peut être sollicité FINLANDAISES ONT DES  climat scolaire qu’il faut jouer, se­
nier, la secrétaire d’Etat chargée de son efficacité. « Il ne faut pas s’at­ comment ils se sentent à l’école ou dans les cas les plus graves, ce qui lon le sociologue et spécialiste de
l’éducation prioritaire, Nathalie tendre à ce que tout change d’un à la maison. L’enseignant peut permet une rapidité d’interven­ LIENS ÉTROITS AVEC  l’école, Benjamin Moignard. « La
Elimas, s’est rendue, début no­ coup. C’est un travail de long terme alors aborder directement avec tion. La sanction n’est pas vue stabilité des équipes éducatives et
vembre, en Finlande. Depuis 2003, mais dans les écoles KiVa, le pour­ eux les sujets qui émergent et agir sous le même prisme qu’en LA POLICE : CHAQUE  leurs modalités de travail sont pri­
en effet, la loi finlandaise exige centage d’élèves se déclarant victi­ le plus tôt possible. Comme dans France. Heljä Misukka, directrice mordiales pour identifier les pro­
que chaque établissement adopte mes de harcèlement est passé de KiVa et Phare, dans les cas plus de la politique éducative au sein
CIRCONSCRIPTION  blèmes et leur apporter des répon­
une stratégie en la matière. Le pro­ 17,5 % en 2009 à 10,5 % en 2021. Si problématiques, un groupe d’en­ du syndicat de l’éducation, le mar­ COMPTE UN POLICIER  ses », note le chercheur. Un pro­
gramme KiVa, élaboré par l’uni­ l’on regarde le pourcentage d’élèves seignants référents prend le relais. tèle : « L’exclusion temporaire doit blème systémique en somme. 
versité de Turku, s’est construit déclarant harceler les autres, ce « Il est préférable que ce ne soit pas permettre d’ouvrir de l’aide aux fa­ RÉFÉRENT SUR LE SUJET sylvie lecherbonnier
0123
18 | france JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Du mégot à l’incendie, un maçon devant la justice


L’homme, à l’origine d’un sinistre près de Marseille, est condamné à cinq ans de prison, dont quatre avec sursis

marseille ­ correspondant
Le feu a parcouru

U
n geste imbécile et 2 655 hectares,
l’erreur d’une vie. Jugé
depuis lundi par le
a touché
tribunal d’Aix­en­Pro­ 117 installations
vence pour avoir involontaire­
ment déclenché un gigantesque
et a détruit
incendie – le cinquième plus complètement
grand feu de forêt des Bouches­
du­Rhône depuis 1973 –, Mostafa
26 maisons
El Fathi a été condamné, mardi
16 novembre, à cinq ans de prison
dont quatre ans avec sursis (l’an­ commune de Rognac et pour une
née d’emprisonnement ferme famille qui a perdu trois maisons,
étant à purger sous le régime du a parlé aussi de lui. « Le feu s’est ar­
bracelet électronique). rêté au mur de ma maison. J’en suis
Le 10 août 2016, lorsqu’il jette un pour une grosse frayeur mais ça
mégot qu’il croit éteint au pied m’a marqué à vie. »
d’un talus de broussailles, ce ma­ Ce procès est aussi un combat
çon de Berre­l’Etang (Bouches­ pour la réparation. Le feu a occa­
du­Rhône) est tout de suite dé­ sionné environ 63 millions
passé. « A la vitesse où le feu a pris, d’euros de dégâts, auxquels s’ajou­
même en prenant le tuyau d’arro­ te 1,7 million, le coût des opéra­
sage, il n’y avait rien à faire, je me tions de secours ayant mobilisé
suis sauvé », confiait­t­il, lundi, 1 790 pompiers. Le feu a été
devant le tribunal, où il a dû faire maîtrisé au bout de trois jours,
face à l’immensité des domma­ éteint au dixième.
ges qu’il a causés. La compagnie d’assurance Aréas
La présidente du tribunal, Dommages, auprès de laquelle le
Estelle Lassaussois, en donnait la maçon a dit avoir souscrit pour
démesure : 2 655 hectares par­ 2016 une police « responsabilité
courus par les flammes dont civile et décennale », a demandé
630 hectares de forêt, 117 installa­ sa mise hors de cause. Destina­
tions et bâtiments touchés par taire quelques jours avant
l’incendie, 26 maisons entière­ l’audience d’une attestation éma­
ment détruites et 93 autres sé­ L’incendie a ravagé Les Pennes­Mirabeau (Bouches­du­Rhône), près de Marseille, le 11 août 2016. BORIS HORVAT/AFP nant d’un de ses agents, installé à
rieusement endommagées. Atti­ Brignoles (Var), Me Gilbert Como­
sées par un vent violent et une let, avocat de la compagnie, a
sécheresse de la végétation mois plus tard, en novembre 2016, anodine et dangereuse ? » « En pin », a­t­elle plaidé. Ses menson­ enfants : « Maman, le feu est là, la indiqué avoir déposé plainte pour
exceptionnelle, les flammes cette fois en garde à vue, il concède matière d’infraction involontaire, ges ne traduisent, selon la défense, porte du garage brûle. On va mou­ « faux ». Aréas Dommages sou­
n’avaient été arrêtées qu’aux qu’il a pu fumer mais n’en garde on ne peut pas faire plus grave », que la difficulté de porter le poids rir ! » En tentant d’aller chez elle, tient n’avoir jamais assuré les
portes de Marseille après une aucun souvenir. Ce n’est qu’au a­t­elle insisté, mardi, justifiant de cette catastrophe. Ayant eu la elle voit des arbres qui s’enflam­ dommages professionnels de
course de 15 kilomètres à la vi­ cours de l’instruction qu’il recon­ une condamnation supérieure à parole en dernier, Mostafa El Fathi ment comme de grandes torches. M. El Fathi. Celui­ci avait bien une
tesse de 83 mètres à la minute. Sur naîtra le jet d’un mégot. Mais, a t­il celle requise. a dit « regretter infiniment [s]on Même les pompiers font demi­ multirisque habitations vie pri­
les 447 victimes, plus de 250 se expliqué, au tribunal, « je l’ai La procureure Nathalie Vergez acte irresponsable » et a demandé tour dans cet enfer. « Je me suis dit : vée, impropre à garantir les dom­
sont constituées partie civile. éteinte la cigarette, j’ai dû mal avait, en effet, réclamé trente mois pardon à toutes les victimes. “Si je continue, je brûle. Si je fais mages causés dans le cadre de
l’éteindre ». Questionné sur ces de prison dont vingt mois avec demi­retour, je suis une lâche.” » l’exercice professionnel.
« Comportement indigne » versions évolutives, « son pro­ sursis. Dans son réquisitoire, elle a Des habitants traumatisés C’est en pleurs qu’elle a vu leur « Cinq cents personnes victimes
« Si je pouvais revenir en arrière… » : blème à dire la vérité », le maçon a stigmatisé « le comportement in­ Car le danger de cette folle journée voiture sortir du brasier. Le véhi­ d’un fumeur irresponsable atten­
Mostafa El Fathi n’avait pas beau­ évoqué « la pression » : « Je suis dé­ qualifiable sinon indigne de Mos­ de feu et de braises, c’est dans les cule brûlait, mais sa famille était dent quelqu’un pour les indemni­
coup de mots pour exprimer ses solé, j’ai toujours travaillé, je n’ai tafa El Fathi. Il a fui sa responsabi­ témoignages des parties civiles sauvée. « Manquait Jack le chat, il ser, mais nous n’avons aucune rai­
regrets alors que la présidente le pas l’habitude avec la justice. Mais lité de citoyen en ne faisant rien qu’il a surgi. A l’image de cette ha­ est revenu une semaine plus tard son de payer car on n’a pas de
mettait face à ses mensonges ini­ quand j’ai reconnu, j’étais soulagé. » pour tenter d’arrêter le feu naissant. bitante du chemin des Pinchi­ en piteux état. Il sentait le feu et la contrat avec M. El Fathi qui nous
tiaux. Le lendemain de l’incendie, Originaire du Maroc, Mostafa Il a fui sa responsabilité pénale en nades, à Vitrolles, qui a vu « une mort. Jack était un chat des sort cette attestation d’assurance
le maçon est entendu comme El Fathi est arrivé en Provence à mentant à plusieurs reprises ». boule de feu » tomber juste devant champs, il est devenu un chat de comme un lapin du chapeau », a
simple témoin sur sa présence sur l’âge de 9 ans. « Vous n’êtes pas de « Il a simplement manqué de elle, avant que ses cheveux ne maison, traumatisé lui aussi. » plaidé Me Comolet.
le chantier du chemin des Tamaris Calais, on sait dans cette région courage », a corrigé Me Salima commencent à brûler. Traumatisé comme les huit bles­ L’audience civile, celle dont les
à Rognac, d’où est parti l’incendie. qu’on ne fume pas dans la pinède, Gomri, avocate du maçon. D’autres ont préféré écrire, sés, dont un habitant de Vitrolles victimes attendaient le plus, a été
Il y construisait la maison d’un l’avait interpellé, lundi, la prési­ « Quand il se retourne, il est devant comme Stéphanie, qui habite aux sévèrement brûlé alors qu’il ten­ renvoyée au 5 mai 2022. Le temps
pompier volontaire. Aux gendar­ dente. Vous saviez aussi que un mur de feu, il n’a pas le sang­ Pennes­Mirabeau. Son avocat lit tait de fuir les flammes. Trauma­ que le parquet d’Aix­en­Provence
mes qui lui demandent alors : c’était une journée classée noire froid d’un combattant du feu, il n’a son courriel. Un message sur son tisé comme cet avocat, domicilié à mène son enquête sur ce faux allé­
« Avez­vous fumé sur le chantier, en raison du vent. Comment à sa disposition qu’un tuyau à moi­ répondeur venant de chez elle où Vitrolles lui aussi, et qui, en dépo­ gué par Aréas Dommages. 
hier ? », il répond non. Quelques vous avez pu faire une chose aussi tié brûlé. Il a déguerpi comme un la­ se trouvent son mari et leurs deux sant ses conclusions pour la luc leroux

Un candidat controversé favori pour prendre la direction d’Interpol


Pressenti à la tête de l’organisation de police criminelle, l’Emirati Ahmed Naser Al­Raisi est accusé de torture et objet de plaintes en France

Y aura­t­il bientôt un tor­


tionnaire à la tête d’Inter­
pol ? Cette hypothèse ne
relève pas de la fiction. Le futur
président de l’Organisation inter­
mois, a longtemps été le seul can­
didat en lice. La Tchèque Sarka
Havrankova, déjà vice­présidente
de la division européenne d’Inter­
pol, s’est récemment déclarée.
Les Emirats arabes unis sont im­
pliqués dans de multiples scanda­
les d’écoutes et de piratages infor­
matiques. Ils sont ainsi soupçon­
nés d’avoir piraté le téléphone de
Lyon par Me Gilles Devers pour le
compte de AFD International.
La plainte de Me Bourdon vise le
général Al­Raisi pour son rôle
dans la détention du poète, ingé­
de l’Assemblée nationale. M. Hed­
ges a raconté sa pénible détention
durant laquelle, abruti de médica­
ments et à bout d’épuisement, il a
fini par faire des aveux forcés qui
reur d’Istanbul, qui reprend les
termes de celle déposée à Paris. Il
y a toutefois peu de chances que
la Turquie, à couteaux tirés avec
les Emirats arabes unis mais cher­
nationale de police criminelle, Les Emirats, puissance mon­ l’émir du Qatar, ennemi juré des nieur et militant des droits hu­ ont servi à le condamner à perpé­ chant à sortir de son isolement,
dont le siège est à Lyon, doit être tante du golfe Persique, ne ca­ dirigeants émiratis, et d’avoir mains Ahmed Mansoor, arrêté tuité pour « espionnage » au arrête M. Al­Raisi si jamais il se
désigné à l’occasion d’une assem­ chent pas leur volonté de pro­ créé un faux afin de justifier la en 2017 et condamné l’année sui­ terme d’un semblant de procès. rend à l’assemblée générale d’In­
blée générale prévue du 23 au mouvoir et diffuser leur modèle, mise sous blocus du Qatar par les vante au terme d’un simulacre de Moins d’une semaine plus tard, il terpol, fin novembre.
25 novembre à Istanbul (Turquie). fait de libéralisme consumériste, Emirats arabes unis, l’Arabie procès à dix années de réclusion était gracié et expulsé. Le député Julien­Laferrière a
Et le grand favori du scrutin est le d’activisme militaire et diploma­ saoudite, Bahreïn et l’Egypte de pour « atteinte à la réputation de Ali Issa Ahmed, un citoyen bri­ interpellé le président de la Répu­
très controversé général Ahmed tique et d’autoritarisme politique juin 2017 à janvier 2021. Plus ré­ l’Etat ». Ses conditions de déten­ tannique d’origine soudanaise, blique à deux reprises, mais en
Naser Al­Raisi, inspecteur général – les partis et syndicats y sont cemment, les Emirats ont été tion, décrites comme « moyen­ n’a, lui, pas eu droit à un procès. Il vain, sur les dangers de confier la
du ministère de l’intérieur des interdits –, mis en œuvre par un cités comme l’un des pays ayant âgeuses » dans la plainte – il est à était venu en vacances assister à direction de l’organisme mondial
Emirats arabes unis. Ce dernier, appareil étatique tout­puissant et eu le plus recours au logiciel l’isolement dans une cellule de la Coupe d’Asie des nations en chargé de lutter contre la crimina­
qui mène campagne depuis des sans aucun contre­pouvoir. Pegasus, permettant frauduleu­ 4 m2, privé de visites –, s’apparen­ janvier 2019, en pleine crise avec lité transnationale et le terro­
sement d’espionner et de prendre tent à de la « torture » et des « actes le Qatar. Suivi puis attaqué par risme à travers ses fameuses noti­
le contrôle des smartphones. de barbarie », note la plainte. deux policiers qui l’ont tailladé ces rouges au représentant d’une
Une candidature chinoise Mais il y a plus grave. Le général
Ahmed Naser Al­Raisi est visé par Macron alerté en vain
pour avoir porté un maillot du
Qatar, il s’est retrouvé à l’hôpital
dictature. Alors que Nicolas
Sarkozy était réputé proche du
qui fait aussi polémique plusieurs plaintes en France pour Enfin, une troisième plainte a été avant d’être emmené en déten­ Qatar et François Hollande de
La candidature au comité exécutif d’Interpol du Chinois Hu Bin- torture sur la base de la compé­ déposée en France par un avocat tion, où il a passé plusieurs se­ l’Arabie saoudite, Emmanuel
chen, directeur général adjoint du département de la coopération tence universelle de la justice britannique, Rodney Dixon, fin maines. Une fois le ministère des Macron a fait du dirigeant émi­
internationale au sein du ministère de la sécurité publique, en française. La première a été dépo­ septembre, au nom de deux victi­ affaires étrangères britannique rati, Mohammed Ben Zayed, sur­
Chine, a aussi suscité une levée de boucliers chez les défenseurs sée en juin par l’avocat William mes de l’arbitraire émirien. L’uni­ prévenu, il a été déféré devant un nommé « MBZ », son interlocu­
des droits humains. Cet organe de treize membres, chargé d’orien- Bourdon auprès du pôle spécia­ versitaire Matthew Hedges, ar­ juge, qui l’a condamné à une teur privilégié dans le Golfe.
ter l’action de l’organisation internationale, contrôle notamment lisé dans les crimes de guerre et rêté, détenu et torturé aux Emi­ amende puis expulsé. « J’ai cru Les Emirats tiennent tellement
l’émission des « notices rouges », ordonnant l’arrestation d’indivi- les crimes contre l’humanité du rats de mai à novembre 2018, était que j’allais mourir », a déclaré à cette consécration qu’ils sont
dus recherchés. Plusieurs ONG ont fait part de leur inquiétude parquet de Paris pour le compte présent, mardi 16 novembre, à Pa­ M. Ahmed, encore traumatisé. devenus le deuxième contri­
quant à un possible détournement des missions par Pékin du Centre du Golfe pour les droits ris pour une conférence de presse Afin de bloquer la route à M. Al­ buteur au budget d’Interpol à tra­
d’Interpol à des fins de chasse aux opposants. C’est sur la base humains (GCHR). Une autre organisée par le député écolo­ Raisi, Me Bourdon a déposé, lundi, vers une fondation basée en
d’une « notice rouge » que le militant ouïgour Idriss Hassan a été plainte sur les mêmes fonde­ giste (ex­LRM) du Rhône Hubert une nouvelle plainte avec trois Suisse. 
récemment extradé du Maroc vers la Chine. ments juridiques a été déposée à Julien­Laferrière dans les locaux collègues turcs auprès du procu­ christophe ayad
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 | 19

JO 2024 : le partenariat gagnant d’Accor
Le groupe est chargé, sans appel d’offres, de la distribution hôtelière de la Coupe de rugby 2023 et des Jeux de Paris

M
erci pour ça. C’est
un engagement
massif. » Jeudi 4 no­
vembre, sous les
ors de l’Elysée, Emmanuel Ma­
cron a chaleureusement remercié
l’hôtelier Accor d’« investir pour la
centrale de réservation hôtelière
officielle » de la Coupe du monde Nicolas
de rugby 2023 et des Jeux olympi­ Ferrand,
ques et paralympiques (JOP) de directeur
Paris en 2024. général
Ce jour­là, Accor annonçait de­ de Solideo, et
venir partenaire officiel des Tony Estanguet,
JOP 2024. Sa filiale ResaEvents, président
créée pour l’occasion il y a un an, de Paris 2024,
prendrait en charge la répartition visitent le futur
des chambres d’hôtels pour les parc sportif
participants et officiels de la de la Plaine
Coupe du monde de rugby et des du Bourget,
Jeux olympiques. Pour ces der­ le 15 novembre.
niers, le groupe prendra égale­ THOMAS SAMSON/AFP
ment en main les services d’hé­
bergement au sein des villages
des athlètes et des médias. Autant
de marchés attribués sans appel
d’offres, qui interrogent quant
aux dérogations aux règles de la
commande publique permises
dans le cadre des grands événe­
ments sportifs.
Pour Accor, c’est un retour par la
grande porte dans l’univers de la
distribution entre profession­
nels, quinze ans après sa dernière
expérience en la matière lors de la
Coupe du monde de rugby 2007
en France. C’est aussi un nouvel
exemple de ses ambitions dans le
sport, qu’est venue rappeler la si­
gnature récente d’un contrat avec
la Coupe du monde de foot­
ball 2022. Ce dernier marché, qui
prévoit la création de résidences droits de distribution hôtelière ciel » et non « premium », cadre pré­attribué les hôtels par grou­ public. « Ce revenu lié aux popu­
touristiques provisoires au Qatar pour 850 000 euros à ResaEvents. initial de l’appel à manifestation pes de clients.
« A aucun lations accréditées est de nature
le temps de la compétition, a été La filiale d’Accor se rémunérera d’intérêt global. Chacun des trois marchés, d’un moment à assurer le lancement, mais no­
obtenu « à l’issue d’un appel d’of­ avec une commission de 10 % sur Le montant du marché attribué montant très inférieur à celui tre objectif est d’acquérir et de tra­
fres international », s’empresse de chaque réservation, dans la four­ à la filiale d’Accor reste donc mys­ décroché par ResaEvents, avait
cet appel à vailler avec l’ensemble des clients
préciser le groupe, soucieux chette basse des standards. Le térieux. Mais la start­up fait l’objet d’un appel d’offres. Féli­ manifestation qui n’ont pas l’obligation de pas­
d’éloigner les soupçons de favori­ contrat sur la Coupe du monde BNetwork, spécialiste de l’héber­ citée en juillet dans un courrier ser par la centrale », confirme
tisme auprès de Doha, à la fois de rugby a peu de chances d’être gement pour les grands événe­ d’Etienne Thobois, directeur gé­
d’intérêt n’a Philippe Seguin.
deuxième actionnaire et parte­ une grande opération financière ments, a fait les comptes : dans néral du COJO, BNetwork a at­ été évoqué par
naire privilégié. pour Accor. Mais il constitue un des conditions de marché habi­ tendu en vain la mise en concur­ Intermédiaire unique
Les organisateurs des grands galop d’essai indispensable avant tuelles, ResaEvents se serait ré­ rence du marché principal. « A
notre partenaire Dans un document de présenta­
événements français n’ont pas eu le dossier, plus complexe, des munérée avec la commission de aucun moment cet appel à ma­ Accor ni par tion transmis aux syndicats hôte­
les mêmes précautions, attri­ Jeux olympiques. 10 % inscrite dans les contrats si­ nifestation d’intérêt n’a été évoqué liers en décembre 2020, et relatif à
buant en catimini le marché de la En 2019, le COJO publie un appel gnés avec les hôteliers. A la clé, par notre partenaire Accor ni par
Paris 2024 » la Coupe du monde de rugby, Re­
distribution de chambres d’hô­ à manifestation d’intérêt global 12 millions à 15 millions d’euros Paris 2024, s’agace Stéphane Filo­ STÉPHANE FILONE saEvents explique gérer « toutes
tels. Contrairement à leurs pro­ portant sur la recherche de parte­ si, comme à Londres en 2012, la ne, fondateur de la start­up. J’y fondateur de BNetwork les réservations hôtelières des
pres habitudes depuis le début de naires « premium », dans treize centrale de réservation officielle vois une iniquité et un contour­ équipes, arbitres et officiels de
la candidature parisienne. secteurs économiques. Dès lors captait une grosse moitié des po­ nement habile de la commande matchs, staff de France 2023, invi­
qu’une entreprise issue de ces sec­ pulations accréditées. publique. » distribution, va gérer simultané­ tés VIP, médias, tour­opérateurs
Intérêts communs teurs, dont l’hébergement, sou­ BNetwork, centrale de réserva­ « Comment peut­on attribuer un ment le premier et le troisième officiels et grand public ». Un
Quoique ne dépendant pas exclu­ haite devenir partenaire des Jeux tion des grands salons parisiens, tel marché sans appel d’offres ? », événement sportif mondial. Pour schéma la présente comme inter­
sivement de l’argent public, le olympiques 2024, elle peut obte­ de la présidence française de s’indigne Jean­Paul Lafay, pré­ s’y préparer, il a acquis en 2017 médiaire unique entre les hôte­
groupement d’intérêt public de nir, dans le cadre de la négocia­ l’Union européenne ou de Ro­ sident du Club des dirigeants, qui Gekko, spécialisé de la distri­ liers et l’ensemble des spectateurs
France 2023 – qui n’a pas répondu tion, « un engagement de com­ land­Garros, connaît le dossier de rassemble la quasi­totalité des bution, pour un montant de de la Coupe du monde. Loin de la
aux questions du Monde en rai­ mandes de certaines prestations, près : c’est elle qui a dressé l’in­ établissements haut de gamme 100 millions d’euros. réalité de ses attributions.
son d’« une semaine très char­ précise le COJO. Ce contrat avec Re­ ventaire des hôtels dans le cadre en France. Jadis aux côtés du co­ « On connaît le monde hôtelier et Dans l’hôtellerie parisienne, le
gée » – et le comité d’organisation saEvents n’est qu’une toute petite de la candidature aux Jeux, sécu­ mité de candidature de Paris 2024 on a un savoir­faire technologique choix de ResaEvents fait débat.
des Jeux olympiques (COJO) ré­ partie de l’équilibre économique de risé 52 000 chambres à travers afin de sensibiliser les grands hô­ très important en termes de distri­ Certains craignent une réparti­
pondent au code de la commande ce contrat de partenariat, qui con­ des contrats siglés Paris 2024, et tels parisiens, il « compte bien po­ bution, avance Philippe Seguin, tion subtilement à l’avantage des
publique. Mais la constitution siste majoritairement en un ap­ ser les questions nécessaires directeur général de ResaEvents, franchisés Accor. Un grand hôtel
d’un groupement d’intérêt éco­ port d’Accor vers Paris 2024 ». au COJO ». transfuge d’Accor en 2020. C’est d’affaires ayant confié à Pa­
nomique (GIE) par France 2023, ti­ Une précision utile. Pour le Con­ Car le choix français est atypi­ une offre de services qui était la­ ris 2024 la quasi­totalité de ses
tulaire des droits commerciaux seil d’Etat, ces accords de partena­ Pour Accor, que. La réservation hôtelière des tente, dont on a souvent parlé au chambres s’inquiète ainsi d’avoir
de la Coupe du monde de rugby, et riat n’exonèrent le COJO du code grands événements sportifs est sein du groupe, et qui a pris un établissement vide entre
les partenariats olympiques per­ de la commande publique que si
c’est un retour d’ordinaire assumée soit en in­ forme. » Paris 2024 dit avoir « pris deux passages de fédérations,
mettent de le contourner. Au l’apport « en numéraire » excède par la grande terne, soit par des spécialistes de les garanties nécessaires selon un quand ses concurrents sous mar­
marché public, les comités orga­ le reste des prestations. Se retran­ la distribution : des tour­opéra­ cahier des charges très clair. Ils dé­ que Accor seraient occupés par
nisateurs ont donc préféré la dis­ chant derrière le secret des affai­
porte dans teurs comme Kuoni (Euro 2016), livrent les prestations attendues un même client durant trois se­
cussion de gré à gré, se trouvant res, Accor et Paris 2024 n’ont pas l’univers de la TUI (Euro 2012) ou MATCHevent en temps et en heure ». maines. La question des centres
avec Accor des intérêts communs. souhaité détailler le partenariat. (partenaire de la FIFA). Pour Accor, ce contrat a le mé­ de conférences et de la restaura­
Dès le mois d’août 2020, le GIE Qu’importe également qu’Accor
distribution entre Le pari peut donc sembler ris­ rite de faire baisser la facture en li­ tion, deux postes de revenus
formé par France 2023 a vendu les soit finalement partenaire « offi­ professionnels qué : Accor, non spécialiste de la quide pour un groupe en diffi­ importants, inquiète aussi, tous
culté depuis la pandémie de Co­ les clients n’ayant pas les mêmes
vid­19, d’honorer son ambition besoins à cet égard. Enfin, « les
Un budget et des contrats suivis de près d’être partenaire des Jeux, et de
crédibiliser sa stratégie dans la
contrats affichent des tarifs cen­
sés être confidentiels. Je ne con­
distribution entre profession­ nais pas les tarifs de mes concur­
le comité d’organisation des Jeux olym­ Le COJO s’est fixé l’objectif d’atteindre les contre­exemple deux marchés attribués nels. La rentabilité de cet investis­ rents, mais une filiale d’Accor va
piques (COJO) de Paris 2024 est face à une deux tiers de la somme d’ici à la fin de l’an­ par le COJO et trois par la Solideo. sement semble toutefois incer­ connaître les miens », observe ce
équation délicate, avec des coûts qui aug­ née, soit 730 millions d’euros. « On y sera, L’un portait justement sur l’héberge­ taine, d’autant que le rang de par­ patron d’hôtel.
mentent et des recettes de sponsoring qui pas mal de contrats sont en cours de finali­ ment des personnes accréditées. Selon les tenaire officiel ne l’autorise à ex­ ResaEvents assure n’avoir
se font attendre. Les partenariats doivent sation », confirme aujourd’hui Paris 2024. éléments consultés par Le Monde, un pre­ ploiter la marque Paris 2024 qu’en « qu’un rôle d’exécutant techni­
atteindre la somme de 1,1 milliard d’euros La Cour des comptes suit de près le glis­ mier appel d’offres, en juillet 2018, concer­ France, où Accor est déjà installé. que ». « Je comprends les inquiétu­
afin de garantir une participation publique sement budgétaire des Jeux, tandis que nait un ensemble de prestations techni­ L’intérêt économique de Resa­ des exprimées, mais nous n’inter­
minimale (3 %) au budget final. l’Agence française anticorruption sur­ ques et de conseil, dédoublées deux mois Events n’est pas non plus évident venons dans aucune décision d’af­
Mais seuls quatre partenaires « pre­ veille comme elle le peut l’utilisation plus tard dans un nouvel appel d’offres ef­ dans l’immédiat. Afin de rendre fectation, dit Philippe Seguin. Nos
mium » – un ticket d’environ 100 millions de l’argent. En début d’année, elle a jugé façant le premier. l’opération rentable, il lui faudra équipes seront sous la responsabi­
d’euros consenti par Sanofi, Orange, la que le mode d’attribution de certains mar­ Entre­temps, l’ancien directeur financier conquérir des publics dont elle lité de Paris 2024. » Dont le person­
BPCE et EDF – ont pour l’instant signé. Avec chés par le COJO et la Solideo – à la de la candidature parisienne avait déposé n’est pas immédiatement ges­ nel chargé de l’hébergement aura
ce partenariat de deuxième rang et les con­ manœuvre des chantiers olympiques – les statuts d’une société de conseil, Kairos tionnaire. C’est ainsi qu’elle tente la responsabilité de traiter équita­
treparties en nature, la contribution d’Ac­ n’était pas « à la hauteur des enjeux et des Digital. L’un des deux nouveaux lots, de se présenter comme la centrale blement les hôtels de son parte­
cor sera très loin des quelque 80 millions risques encourus ». de l’« accompagnement stratégique », lui de réservations officielle des naire commercial et ceux de ses
d’euros sur lesquels Paris 2024 pouvait ta­ Ses rapports confidentiels, révélés en oc­ fut attribué.  deux événements, vis­à­vis des concurrents. 
bler avant la pandémie de Covid­19. tobre par Le Canard enchaîné, citaient en cl. gu. hôteliers et désormais du grand clément guillou
0123
20 | économie & entreprise JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Dans le Tarn, Safra, village gaulois Ferropem : l’un des deux


sites menacés échappe
du bus à hydrogène à la fermeture
En dix ans, cette PME albigeoise s’est muée en acteur européen de la mobilité L’usine iséroise de production de silicium
des Clavaux est maintenue, mais
pas celle de Château­Feuillet, en Savoie
REPORTAGE toute la partie logicielle est con­
çue à Albi par Safra, qui a embau­
Face à ses rivaux, nova effectue de petites conquê­
tes : six bus à Lens (Pas­de­Calais),
albi (tarn) ­ envoyé spécial
ché 60 développeurs, et les réser­ la société met cinq à Auxerre (Yonne), cinq à Ver­

I
l y a du professeur Tournesol voirs du véhicule proposé à Dijon sailles (Yvelines). En 2020, tout grenoble (isère) ­ correspondant
chez Vincent Lemaire, le pré­ seront produits par Faurecia.
en avant s’accélère avec l’annonce, en sep­
Les 131 salariés
sident de Safra : les lunettes
rondes, le visage jovial, le
crâne dégarni et cette envie per­
manente de tester, d’expérimen­
ter, de mettre les mains dans le
« Nous allons transformer toute
la partie arrière et ajouter une troi­
sième porte », détaille M. Lemaire,
en se glissant sous les carcasses
des bus en cours d’assemblage. Il
sa stratégie
du « made
in France »
tembre, du plan hydrogène fran­
çais de 7 milliards d’euros qui finit
par attirer les gros investisseurs.
L’heure est désormais à la crois­
sance, facilitée par une augmen­
L e groupe américano­espa­
gnol Ferroglobe, l’un des
principaux producteurs
mondiaux de silicium, a annoncé,
lundi 15 novembre, la levée du
des Clavaux
ont accueilli
la nouvelle
cambouis. Du Tournesol et de l’As­ faut dire que le patron connaît tation de capital de 15 millions plan de sauvegarde de l’emploi
comme une
térix, aussi. Cela transparaît dans chaque câble, chaque boîtier du port public français. » Un atout qui d’euros. « Nous visons 100 mil­ (PSE) engagé sur le site des Cla­ « délivrance »
une vitalité de tous les instants, véhicule. C’est un « faiseux », typi­ fait franchir le pas à Vincent Le­ lions d’euros de chiffre d’affaires et vaux, près de Grenoble, l’une des
un besoin de foncer là où on ne que de ceux qui, comme lui, ont maire en 2012 : Safra produira ses 500 salariés en 2025 », annonce deux usines Ferropem qu’il vou­
l’attendait pas pour défendre son été formés aux Arts et Métiers. propres véhicules zéro émission. Vincent Lemaire. Un nouveau lait fermer dans les Alpes. Cepen­ « Après avoir refusé l’activité par­
entreprise, son pré carré, son vil­ Cette appétence pour la technique Des bus hybrides d’abord, puis ce hangar industriel est en cons­ dant, les huit mois de négocia­ tielle de longue durée et mainte­
lage gaulois. Ou plutôt occitan. lui a fait monter, en trente ans, les sera le pari de l’hydrogène. La truction, un directeur général a tions n’ont pas permis de sauver le nant des prêts d’Etat, Ferroglobe se
Safra est un objet à part. Cette échelons de cette entreprise fami­ technologie, consistant à trans­ été embauché et des appels d’of­ site de Château­Feuillet (Savoie). livre à un homicide volontaire
PME de 12 millions d’euros de liale créée en 1955, où il est arrivé former du gaz H2 en électricité fres importants se profilent – à Dans le département, la nou­ sur l’établissement de Château­
chiffre d’affaires et de 200 salariés jeune ingénieur et dont il a acquis grâce à une pile à combustible, est Montpellier (soixante bus), à velle a été accueillie comme une Feuillet, en refusant un accord
située dans les faubourgs d’Albi la majorité du capital en 2007. pourtant encore balbutiante et Nice, à Bordeaux –, des marchés « délivrance » par les 131 salariés d’obligation d’engagement de ces­
(Tarn) s’est hissée, en une dizaine controversée. Toutefois, l’ingé­ stimulés par l’obligation d’ache­ du site des Clavaux, qui avaient sion à des concurrents », déplore
d’années, du statut d’obscur réno­ « Une vision panoramique » nieur Lemaire y croit : « L’hydro­ ter 50 % de bus zéro émission et choisi de poursuivre le travail un salarié sous le couvert de
vateur de bus à celui d’acteur A cette époque, Safra se conten­ gène me paraît plus adapté au par des aides solides de l’Etat. pour prouver que leur usine, me­ l’anonymat. Pour Yannick Baca­
européen de la mobilité hydro­ tait de rénover des bus, des cars, transport public que la batterie. » Safra bénéficie aussi d’un envi­ nacée depuis le mois de mars, ria, référent Rhône­Alpes de la Fé­
gène installé au pays du rugby. mais aussi des tramways ou des Les premières années sont diffi­ ronnement local propice. était toujours compétitive. Vingt­ dération nationale CGT des in­
La cause de cette élévation dans métros afin de prolonger leur vie, ciles. La trésorerie s’assèche, les « En 2019, l’Occitanie a mis sur la ta­ cinq emplois seront par ailleurs dustries chimiques, la fermeture
la hiérarchie du transport mesure activité qui perdure aujourd’hui. salariés sont inquiets. Ils feront ble 150 millions d’euros pour son créés sur ce site centenaire ins­ envisagée de l’usine de Château­
12 mètres, pèse 20 tonnes et porte « Cela nous donne une vision pa­ même grève en 2018 contre cette plan hydrogène quand l’Etat en tallé dans l’ancien berceau hydro­ Feuillet, qui fut « le plus gros site
le nom commercial de… Busi­ noramique de toutes les technolo­ stratégie aventureuse. Peu à peu, était encore à 100 millions », rap­ électrique de la vallée de la Ro­ de la filière silicium française »,
nova. Il s’agit du bus à hydrogène gies, de tous les clients du trans­ le pari se révèle gagnant. Busi­ pelle Carole Delga, la présidente manche, grâce au transfert d’une constitue un « non­sens écologi­
(H2) que la PME développe depuis socialiste de la région. La société ligne de production de disiliciure que » qui va obliger la France à im­
2012 et qui vient narguer des con­ en a profité, en se faisant attribuer de calcium, qui fonctionnait jus­ porter du silicium de Chine, alors
currents plus puissants : le belge
Van Hool, pionnier en la matière,
Engie présente sa stratégie par l’Occitanie un marché inédit
de transformation de quinze auto­
que­là à Château­Feuillet. « Nous
savions que le défaut de compétiti­
qu’elle le fabrique avec de l’électri­
cité carbonée. « C’est un manque
le polonais Solaris et le portugais dans « l’hydrogène vert » cars diesel en véhicules H2. « Nous vité invoqué pour les Clavaux était d’ambition politique qui va accélé­
Caetano, filiale de Toyota. Après la vente de sa filiale de services industriels Equans pour nous félicitons de notre partenariat erroné et nous avons choisi de ri­ rer le problème du climat. »
Cependant, le Businova de Safra 7 milliards d’euros à Bouygues, Engie a présenté, mardi 16 no- avec Vincent Lemaire, un patron poster par le travail, même si le
n’a pas froid aux yeux. Il est vembre, ses objectifs de développement en matière d’hydrogène qui sait prendre des risques calculés pari était risqué. Mais la démarche « Compensation financière »
même entré dans une énorme renouvelable ou décarboné, « le chaînon manquant » de la tran- tout en restant humaniste », com­ a payé », se réjouit Mourad Mous­ Le ministère de l’industrie a fait
mêlée dont la métropole de Dijon sition énergétique de l’industrie et des transports. Le groupe a mente Mme Delga. Une vision que saoui, délégué central du syndicat savoir lundi soir qu’il existait
est à l’origine. Celle­ci a lancé le démarré 70 projets dans le monde, a indiqué le nouveau respon- ne dément pas Ludovic Vialard, Force ouvrière à Ferropem. « toujours trois ou quatre mar­
plus gros appel d’offres français sable de la stratégie hydrogène, Sébastien Arbola. « Tous ces pro- délégué syndical CGT chez Safra : Dans un communiqué, Ferro­ ques d’intérêt industrielles intéres­
de bus à hydrogène pour vingt­ jets sont à la recherche de subventions », une cinquantaine de « Il y a des hauts et des bas, mais on globe a justifié ce revirement par santes » autour du site de Châ­
cinq véhicules. Face à ses rivaux, pays ayant lancé des « stratégies hydrogène », à l’image de la arrive à dialoguer. On se sent écou­ la signature d’un nouveau contrat teau­Feuillet, tout en regrettant
Safra met en avant sa stratégie du France, qui y consacre 7 milliards d’euros, ou de l’Allemagne tés », explique­t­il avec son accent commercial avec un « client histo­ la mise sous cloche de l’usine
« made in France ». La pile à hy­ (9 milliards), a précisé M. Arbola. Dans le monde, Engie prévoit de fleurant bon l’Ovalie. « Viril, mais rique » et un accord avec l’Etat fran­ malgré des « propositions de sou­
drogène du bus est signée Sym­ parvenir à 0,6 gigawatt (GW) de capacité de production électri- correct », comme on dit par ici.  çais, qui permettra à Ferropem, se­ tien de plusieurs dizaines de mil­
bio, filiale de Michelin et Faurecia, que d’ici à 2025 grâce à l’hydrogène et 4 GW en 2030. éric béziat lon le ministère de l’industrie, de lions d’euros », notamment dans
bénéficier d’une trésorerie antici­ le cadre du plan de relance. Il rap­
pée de 15 millions d’euros. Un nou­ pelle que « la compensation finan­
veau contexte financier favorable cière » de la France est « condition­
qui autorise la filiale de Ferroglobe née aux investissements d’effica­

La pandémie de Covid­19 a provoqué à « réduire l’impact social du projet


de réorganisation présenté en
mars 2021, tout en assurant sa
cité énergétique de Ferroglobe sur
ses sites français » et que « la vo­
lonté du gouvernement » sera
compétitivité sur l’ensemble de ses d’explorer toutes les pistes, « y

un regain d’intérêt pour l’aviation d’affaires cinq sites industriels français », a


souligné sa maison mère.
A l’issue d’un comité social et
compris concurrentes », pour
trouver un repreneur.
Mardi, Yannick Jadot, le candi­
Une nouvelle clientèle veut éviter la promiscuité des grands aéroports et des avions de ligne économique central extraordi­ dat écologiste à l’élection prési­
naire qui s’est tenu lundi à Cham­ dentielle, et Guillaume Gontard,
béry (Savoie), au siège social de le président du groupe solidarité
Ferropem, Ferroglobe a en revan­ et territoires au Sénat – qui se

A lors que l’aviation com­


merciale est encore loin
d’avoir retrouvé ses ni­
veaux d’activité d’avant la crise
sanitaire, le secteur des jets privés
des passagers capables de s’offrir
un vol en avion privé qui le fai­
saient ». Ce serait donc un moyen
de limiter les risques de conta­
gion. En moyenne, « il n’y aurait
nitaires avant de s’installer dans
leur fauteuil de business class.
L’autre attrait de l’aviation d’af­
faires concerne la disponibilité
des lignes. Avec la crise, « beau­
ruption de la pandémie. Créé
en 2004, avec seulement 30 avi­
ons dans sa flotte, VistaJet en
comptera 100 à la fin de 2022, ce
qui représente un investissement
che confirmé le maintien du PSE
amorcé au mois de mars à Châ­
teau­Feuillet, l’autre usine alpine
de sa filiale. Le groupe, qui pro­
met « un plan de redéploiement et
sont déplacés sur les deux sites
menacés –, ont exhorté le gouver­
nement à une « nationalisation
temporaire » pour ne plus « se
compromettre avec Ferroglobe ».
se porte comme un charme. Il que 20 à 30 points de contact po­ coup de destinations commercia­ de 2,5 milliards de dollars. des mesures sociales de qualité » « Nous ne pouvons pas nous per­
connaît même une explosion de tentiels avec le Covid pour un pas­ les n’existent plus aujourd’hui », Cette croissance de l’aviation pour ses 226 salariés, s’engage à mettre de perdre un outil indus­
la demande. Un vrai « boom », sager d’un vol affaires contre 700 notamment sur le secteur du d’affaires fait le bonheur des « s’investir pour trouver des solu­ triel aussi précieux. Nationalisons
constate Benoît Defforge, prési­ dans l’aviation commerciale ». long­courrier, relève Simon Ro­ constructeurs. Il faut dire que le tions pour le territoire » en sui­ le temps de construire un projet de
dent de la division Corporate Jets Airbus reconnaît que les « préoc­ chefort. Des lignes reprises par les marché de l’occasion n’arrive plus vant notamment « les manifesta­ reprise solide et durable avec les
d’Airbus. « Entre 2020 et 2021, le cupations sanitaires » des nou­ jets d’affaires. A tel point, se félici­ à satisfaire les besoins des nou­ tions d’intérêt et les projets indus­ salariés », a déclaré M. Jadot. 
nombre de clients a connu une veaux passagers de l’aviation pri­ te­t­il, qu’en 2021 « l’aviation pri­ veaux clients. Cet été, une étude triels associés ». benoît pavan
croissance de 50 % en un an », cor­ vée ont joué un rôle dans l’embel­ vée connaît un véritable âge d’or ». de Colibri Aircraft, un consultant
robore Simon Rochefort, vice­ lie du secteur. A titre d’exemple, britannique spécialisé, a démon­
président chargé des ventes de ajoute le dirigeant de VistaJet, « le Prix stratosphériques tré que le nombre de jets de se­
VistaJet, l’un des leaders mon­ temps moyen entre l’arrivée à l’aé­ A la veille du Salon de l’aéronauti­ conde main disponibles était his­
diaux de l’aviation d’affaires. roport et la montée à bord du que de Dubaï, qui s’est ouvert di­ toriquement bas : 1 134 appareils CO NJO NCTU RE de rachat, 79,5 % des actions
Au cours de cette période, « plu­ client d’un jet privé s’établirait manche 14 novembre, VistaJet a contre 1 839 il y a un an, soit une L’inflation bondit de son homologue allemand,
sieurs centaines de clients » ont dé­ autour de dix minutes », alors qu’il présenté le dernier­né de sa flotte, baisse de 40 %. au Royaume-Uni Hella, spécialisé dans l’éclai­
laissé les compagnies régulières faut parfois beaucoup plus de le Global 7500 du constructeur Pour répondre à cette nouvelle L’inflation a atteint 4,2 % sur rage, pour un montant de
pour s’offrir le luxe des jets d’af­ temps aux passagers d’un vol québécois Bombardier. « Un des demande, Airbus a présenté à Du­ un an en octobre au Royau­ 5,3 milliards d’euros. – (AFP.)
faires. Or, « avant la pandémie », commercial pour franchir toutes jets privés les plus chers au baï une version affaires de son me­Uni, son plus haut niveau
rappelle­t­il, « il n’y avait que 10 % les barrières réglementaires et sa­ monde », précise la compagnie. moyen­courrier A220. L’appareil, depuis novembre 2011, année AÉ RIEN
De fait, il est vendu au prix de baptisé « ACJ 220 » (pour Airbus durant laquelle elle avait cul­ Emirates prévoit
base de 72 millions de dollars Corporate Jet 220), entend rivali­ miné à 4,8 %, a annoncé, mer­ d’être bénéficiaire
Airbus fait le show à Dubaï (63,4 millions d’euros) sans les op­ ser avec le Bombardier Global credi 17 novembre, l’Office na­ dans les dix-huit mois
tions d’équipements intérieurs. Il 7500 et le futur Falcon 10X de Das­ tional des statistiques. Elle La compagnie Emirates pré­
Au salon de l’aéronautique de Dubaï, Airbus continue d’engranger faut avoir de solides moyens pour sault. « Il est vendu à un prix simi­ avait connu une légère baisse voit le retour de sa rentabilité
les contrats. Le loueur américain Air Lease Corporation a an- s’offrir un voyage à bord d’un tel laire au Global 7500 », assure en septembre, à 3,1 %, malgré « dans les dix­huit prochains
noncé, mardi 16 novembre, une commande de 111 Airbus, dont avion. « Environ 25 000 euros de Benoît Defforge. Avec ce nouvel l’augmentation des prix de mois », a dit son président,
100 moyen-courriers (25 A220 et 55 A321neo et 20 A321 XLR), mais l’heure avec un minimum de cinq avion et la version jet d’affaires l’énergie pour les ménages, Tim Clark, le 16 novembre,
aussi des long-courriers (4 A330neo et 7 A350 version fret). Ce heures, soit 125 000 euros par vol », de son jumbo A350, l’avionneur ou encore de l’essence. – (AFP.) à Dubaï. « Nous perdions
contrat géant fait suite à la commande de 255 moyen-courriers signale M. Rochefort. européen souhaite augmenter 250 millions de dollars
passée par le fonds d’investissement Indigo Partners en ouverture Malgré ces prix stratosphéri­ ses ventes de « 50 % » pour attein­ AU TO MO BIL E [221 millions d’euros] par
du salon, lundi. Les moyen-courriers sont encore à la fête avec la ques, il y a « un afflux de deman­ dre une quinzaine d’exemplaires Le français Faurecia mois, nous avons stoppé cela,
commande de 28 appareils de la famille A320neo par la compa- des », fait­il savoir. Au point que par an. Une première tentative, détiendra 79,5 % nous sommes de nouveau en
gnie koweïtienne Jazeera Airways. Un contrat de 3,3 milliards de VistaJet a réalisé, « au troisième laisse­t­on entendre chez Airbus, de l’allemand Hella croissance. Au cours des qua­
dollars (2,9 milliards d’euros). Boeing est à la peine, avec de rares trimestre de 2021, le plus grand avant la commercialisation d’une L’équipementier automobile tre dernières semaines, nous
commandes : 72 monocouloirs de type 737 MAX pour Akasa Air, succès de son histoire, avec version affaires de son nouveau français Faurecia a annoncé, avons été rentables, même
une nouvelle compagnie indienne, 5 avions pour Air Tanzania et 3 9 000 heures de vol de plus qu’à la best­seller, l’A321 XLR.  mardi 16 novembre, qu’il dé­ avec 80 A380 cloués au sol »,
long-courriers 777 pour le loueur Sky One FZE. même période en 2019 », avant l’ir­ guy dutheil tiendra, à l’issue de son offre a­t­il ajouté. – (AFP.)
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 économie & entreprise | 21

PERTES & PROFITS | ARM
Investissements internationaux : par phi lippe esc ande

Electronique :
Paris confirme son attractivité le Royaume-Uni se rebiffe
Entre janvier et octobre, 736 projets ont été traités, soit 18 % de plus
qu’en 2020. Ils représentent 32 056 emplois à échéance de trois ans En matière de technologie, les
joyaux de la couronne britanni­
même les voitures autonomes.
Elle est aujourd’hui une forme de
que ne dorment pas tranquille­ « Suisse de l’électronique », parte­
ment dans la tour de Londres, naire de tous les industriels du

L
a crise, si elle a fait chuter res spécialisées. Après une chute Saint­Denis), un écosystème mais s’activent sur le campus de secteur. Le rachat par l’un de ses
drastiquement le volume drastique en 2020, Choose Paris Paris coiffe tourné vers les biotechnologies, Cambridge, au sein de la société gros clients pose donc de sérieux
de projets d’investisse­ Region, l’agence de promotion et Londres pour attirent nombre d’entreprises ARM. Ils sont donc plus faciles à problèmes aux autres. C’est
ments internationaux d’attractivité internationale de la étrangères. Ces centres économi­ dérober. C’est ce que pensait Jen­ pourquoi les autorités de concur­
dans le monde, n’a pas bousculé région Ile­de­France, a eu à traiter le secteur ques situés en proche ou grande sen Huang, le patron fondateur rence européenne et chinoise
outre mesure la hiérarchie des vil­ 736 projets sur la période com­ des services banlieue, particulièrement Saclay de l’américain Nvidia, un des lea­ examinent aussi cette opération.
les les plus attractives pour y im­ prise entre janvier et octo­ (Essonne) ou Marne­la­Vallée (Sei­ ders mondiaux des puces élec­
planter centres de recherche, siè­ bre 2021, soit une progression de financiers. Et ne­et­Marne) d’ailleurs, représen­ troniques. Mais le royaume se re­ Cession risquée
ges sociaux ou centres de produc­ 18 % par rapport à 2020. Ces pro­ s’installe comme tent, désormais, plus de la moitié biffe. Mardi 16 novembre, Nadine Le souci se pose surtout pour le
tion. L’édition 2021 du Global Ci­ jets représentent potentielle­ des emplois créés par les investis­ Dorries, la ministre de la culture Royaume­Uni, qui ne dispose
ties Investment Monitor, publié ment 32 056 emplois nouveaux à destination seurs. A titre d’exemple, en 2020, et du numérique, a annoncé que pas, dans ce domaine, d’autre so­
mercredi 17 novembre, confirme échéance de trois ans, soit 52 % de privilégiée pour le laboratoire Galapagos de Ro­ le gouvernement avait demandé ciété ayant une telle suprématie
la première place de Londres aux plus que l’an passé. mainville a vu augmenter ses ef­ à l’autorité de la concurrence, la mondiale. Pourtant, quand le
yeux des investisseurs internatio­ les sciences fectifs de 40 %, avec un triplement Competition & Markets Autho­ fonds d’investissement japonais
naux, mais une première place pâ­ Plaque tournante du vivant du nombre de doctorants dans les rity, de lancer une enquête ap­ SoftBank a pris le contrôle de
lissante, effet Brexit oblige. Ce baromètre conforte aussi le équipes. Le laboratoire Biogen, profondie sur l’acquisition an­ l’entreprise, en juillet 2016, le
La part de marché de la métro­ rôle de l’Europe comme plaque à Courbevoie (Hauts­de­Seine), noncée par Nvidia, en septem­ gouvernement post­référendum
pole britannique refluent depuis tournante des investissements Dans cette enquête, l’un des critè­ spécialisé dans les maladies neu­ bre 2020, pour 50 milliards de sur le Brexit a bombé le torse,
2019, faisant, en comparaison, res­ dans le monde. « L’Europe, dans ce res de choix essentiels pour les rologiques, a investi 75 millions dollars (44 milliards d’euros). voyant dans cette acquisition
sortir l’attrait de Paris et de l’Ile­ domaine, a opéré une percée spec­ implantations était la réponse ap­ d’euros supplémentaires à Paris Les gendarmes de la concur­ géante la confirmation de l’at­
de­France, qui occupent la taculaire depuis 2014 », souligne portée à la crise sanitaire : Paris et va recruter quarante­cinq per­ rence avaient mis l’accent, dès tractivité britannique enfin libé­
deuxième place du classement, Lionel Grotto, directeur général arrive en deuxième position, sonnes pour son centre d’in­ 2021, sur le risque très sérieux de rée du joug européen. A présent,
malgré une part de marché qui de Choose Paris Region. Le Vieux après Singapour et avant Shan­ novation mondiale, installé en pénalisation des clients d’ARM, le cabinet reconnaît qu’une telle
reste quasi inchangée. Singapour Continent était, en 2020, le pre­ ghaï et Londres. Ile­de­France. autrement dit la plupart des pro­ opération pourrait affecter la sé­
vient en troisième position, suivie mier investisseur vers le reste du La capitale et la région se distin­ Si la capitale décroche la pre­ ducteurs de puces de la planète. curité nationale. L’ambiance ac­
d’un doublé entre Düsseldorf et monde, avec 55 % des investisse­ guent sur deux autres points. mière place face à Londres, Shan­ Cette entreprise modeste de tuelle est moins euphorique que
Dubaï. New York, première ville ments directs internationaux, et Pour la première fois depuis qua­ ghaï ou New York pour la « qua­ presque sept mille personnes a celle qui régnait fin 2016 chez les
américaine, est huitième dans ce le premier bénéficiaire des inves­ torze ans que cette enquête existe, lité de vie », elle se classe dernière conçu une architecture particu­ anti­européens du pays.
classement réalisé sur la base tisseurs mondiaux, avec 49 % des Paris coiffe Londres pour le sec­ pour les infrastructures numéri­ lière de microprocesseur – le cer­ Elle souligne en outre que la ces­
d’une enquête conduite par Opi­ projets. Le nombre de projets teur des services financiers. Et elle ques, la taille des marchés, la qua­ veau d’un ordinateur ou d’un té­ sion d’une firme stratégique à un
nionWay, auprès de cinq cents in­ d’outre­Atlantique a fortement s’installe comme destination pri­ lité globale de l’innovation et du léphone – très efficace concer­ fonds d’investissement lointain
vestisseurs internationaux instal­ augmenté. Outre Londres et Pa­ vilégiée pour les investissements tissu de start­up. La marge de pro­ nant l’énergétique. Au lieu de est risquée. Malgré ses promesses
lés dans vingt pays, et comman­ ris, trois métropoles allemandes en sciences du vivant. Les pôles de gression existe, puisque Paris ar­ vendre ses propres puces, elle a de fidélité, Masayoshi Son, le fon­
dée par Greater Paris Investment (Düsseldorf, Berlin, Munich), recherche et d’innovation que rive en tête des métropoles qui choisi de commercialiser sa tech­ dateur de SoftBank, n’a pas résisté
Agency et Choose Paris Region. deux espagnoles (Barcelone et sont Paris­Saclay, Villejuif et ses devraient « le plus améliorer leur nologie en vendant des licences. à une offre aussi généreuse, face
Le tout dans un contexte de Madrid), complétées par Amster­ activités de recherche autour du attractivité dans les trois ans à ve­ On les retrouve dans les smart­ aux difficultés de son groupe.
lente reprise du nombre de pro­ dam et Dublin, figurent dans les cancer, le Genopole d’Evry ou le nir », selon ce baromètre.  phones, les ordinateurs, les télé­ Il ne se débarrassera pas si aisé­
jets accompagnés par les structu­ villes favorites des investisseurs. Biocitech de Romainville (Seine­ béatrice madeline visions, les centres de données et ment de son bijou anglais. 

Drouot cherche un nouveau souffle


Lancées voici un an, les réformes commencent à peine à prendre forme

P our Drouot, comme pour


tant d’autres, 2020 fut
l’annus horribilis : chute
de 45 % du chiffre d’affaires, perte
de près de 300 000 euros de re­
sieurs millions d’euros de chiffre
d’affaires d’ici cinq ans. « L’idée est
d’offrir un service global, indique
Maëlys de Lummen, responsable
de cette nouvelle filiale. Les com­
Cette ouverture a toutefois sus­
cité la grogne des commissaires­
priseurs qui, voilà quelques an­
nées, avaient dû acheter des mil­
liers de parts pour pouvoir conti­
cettes publicitaires avec la sup­ missaires­priseurs, dont le quoti­ nuer à vendre à Drouot.
pression de 9 numéros de La Ga­ dien est d’expertiser des objets, re­ Notamment les plus jeunes qui
zette Drouot. Aujourd’hui, son çoivent tout le temps des deman­ se sont fortement endettés pour
président, Alexandre Giquello, des pour vendre l’immobilier en acquérir les actions de leurs pré­
veut remettre du vent dans les même temps que le mobilier. » décesseurs retraités. « Que valent­
voiles de ce vieux vaisseau en­ elles désormais ? Qui va nous les
detté, qui, faute de stratégie et de Grogne et inquiétude racheter ? », s’inquiète ainsi un
consensus, a maintes fois tangué. Mais la révolution la plus impor­ commissaire­priseur préférant
Annoncées fin 2020, les réformes tante tient à l’ouverture de l’hôtel rester anonyme. « Leurs parts va­
commencent à peine à prendre des ventes aux commissaires­ lent beaucoup plus cher mainte­
Un rendez-vous mensuel de débats et d’échanges
forme. Le cap est clair : apporter priseurs qui n’en sont pas action­ nant, veut croire Alexandre Gi­ sur les grandes mutations économiques.
de l’efficacité à cette organisation naires. Depuis janvier, dix mai­ quello. Dans cinq ans, on fera un
multiséculaire qui coiffe 70 mai­ sons de ventes extérieures à premier bilan. L’idée est de rache­
sons de ventes. Drouot y ont organisé des ventes. ter les parts des baby­boomers et
Depuis le 25 octobre, une con­ Ainsi Hugues Taquet, commissai­ de faire sortir tous ceux qui sont
ciergerie – encore en rodage – a re­priseur à Mantes­la­Jolie, s’est inactifs. » Séance MARDI 16 NOVEMBRE
été mise en place pour faciliter la offert un joli coup publicitaire en La jeune maison de vente Nou­
récupération des lots après les juillet en cédant pour 2 millions velle étude, qui, depuis mars 2021,
ventes. Mais une seule personne y d’euros un meuble signé de l’ébé­ a pris le relais du commissaire­ Retrouvez le compte rendu de la séance en ligne sur le thème :
est pour le moment affectée, peu niste BVRB, acquis par la fonda­ priseur Christophe Morel, a fait le
au regard des 230 000 objets pro­ tion Bemberg, à Toulouse. choix d’acheter progressivement
posés chaque année à Drouot. La « L’idée du club fermé n’est pas les parts de son prédécesseur.
buvette, dont le précédent contrat propice au développement », as­ « Drouot est un élément détermi­
avec Ducasse s’est arrêté, devrait sure Alexandre Giquello, qui indi­ nant et rassurant pour nos clients, COMMENT CONCILIER
reprendre en décembre, avec un que que plusieurs maisons de aussi on a décidé d’investir », con­ ÉCONOMIE ET ÉCOLOGIE ?
autre concessionnaire. ventes italiennes seraient inté­ fie Morgane Thelliez, 32 ans, co­
Depuis fin août, un départe­ ressées par vendre à Drouot. Le fondatrice de Nouvelle étude.
ment marketing a enfin vu le taux actuel de remplissage des Toutes les jeunes maisons de
jour pour développer des événe­ salles, de l’ordre de 80 %, meilleur ventes ne partagent pas cet en­
ments en nocturne et améliorer qu’en septembre 2020, où près thousiasme. Ainsi Fauve Paris a,
l’attrait d’un hôtel des ventes d’un tiers d’entre elles étaient vi­ depuis 2014, pris ses quartiers
YANNICK JADOT
dont les horaires restent peu des, semble lui donner raison. dans 750 m2 près de Bastille, dans
avec Député européen écologiste et
compatibles avec la vie active. un esprit plus décontracté. « On
L’idée étant avec ces micro­chan­ fait des économies énormes, en candidat à la présidentielle
gements d’attirer les particuliers ayant sur place notre lieu de vente
qui pour l’heure ne représentent La vraie et d’exposition, nos stockages, un
que 20 % des visiteurs. studio photo, des bureaux et un
Pour plus de clarté, l’activité nu­
révolution tient coffee shop, affirme sa cofonda­
mérique de Drouot, jusque­là à l’ouverture trice Lucie­Eléonore Riveron. On
éparpillée sur trois sites Internet paye en loyer ce que certains de
est regroupée depuis le 1er no­
de l’hôtel nos confrères dépensent unique­ sur lemonde.fr/le-club-de-l-economie
vembre sous drouot.com, utilisé des ventes aux ment en transport. » De fait,
par plus de 600 maisons de ven­ Fauve peut se targuer cette année
tes. En janvier 2022, l’hôtel des
commissaires- d’une rentabilité prévisionnelle
ventes se complétera aussi d’une priseurs qui de 48 % avant impôt, pour un
agence immobilière haut de chiffre d’affaires estimé à 1,8 mil­
gamme, située au 12, rue Drouot,
n’en sont pas lion d’euros. 
avec l’ambition de dégager plu­ actionnaires roxana azimi
0123
22 | JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Yannick Jadot, candidat des écologistes à l’élection présidentielle de 2022,


était l’invité du Club de l’économie du « Monde », mardi 16 novembre

« L’énergie
de Jadot est deux
fois moins chère
que l’énergie
de Macron »
ENTRETIEN
Yannick Jadot, député européen et candidat éco­
logiste à la présidentielle, revient sur les fonda­
mentaux de son programme économique et cri­
tique la politique du chef de l’Etat sur le nucléaire.

Vous dites que la force de l’écologie


est de nous réconcilier avec l’avenir.
Qu’est­ce que cela signifie pour vous ?
Beaucoup de nos citoyens, et particulièrement
dans la jeunesse, connaissent l’éco­anxiété, une
« trouille » de l’avenir liée au dérèglement clima­ Jannick Jadot, le 21 octobre, à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN/AFP
tique et à la dégradation du vivant. A cela
s’ajoute l’instabilité créée par la mondialisation.
L’avenir devient angoissant et le présent très in­ nucléaire, lui, ne cesse d’augmenter. Où est le qui n’est pas intermittente. La géothermie Vous assumez la croissance de la dette ?
quiétant. Que reste­t­il dans le débat politique ? dogmatisme ? Je suis réaliste. Il est vrai que j’ai n’est pas intermittente. La biomasse n’est pas Les économistes le disent, la dette n’est pas le
L’histoire, le passé, pour s’y raccrocher de ma­ toujours été contre le nucléaire. Par crainte intermittente. Nous allons accroître le stoc­ sujet du prochain quinquennat et des dix ans qui
nière plus ou moins saine, très malsaine lors­ pour la sûreté, pour notre responsabilité mo­ kage de l’électricité qui fait d’énormes progrès. viennent. Lors de l’entrée dans l’Union moné­
qu’il s’agit de réécrire l’histoire. L’écologie, pour rale sur les déchets et de la prolifération. Mais Reste le débat sur les paysages. Il y a 16 000 taire, nous avions 60 % de dette qui coûtait 3 % du
moi, et en cela elle s’inscrit dans une identité aujourd’hui, c’est par réalisme. L’EPR de Fla­ châteaux d’eau en France, nul ne dit rien. Nous PIB. Vingt ans plus tard, la dette représente 120 %
française, c’est retrouver le contrôle de nos vies à manville, le « nouveau nucléaire », a été vendu avons 100 000 pylônes à haute tension. Nous du PIB et coûte moins de 1,5 % du PIB. Cette dette
l’échelle locale, dans l’agriculture, l’alimenta­ à un coût de 3,3 milliards d’euros pour une mise avons défiguré les champs par la suppression est gérable, alors que la dette climatique ne l’est
tion, les transports, où l’on habite, dans les villes en service en 2012. Nous en sommes désor­ des haies, la construction de zones commer­ plus. On ne peut qu’être effondré par la nature du
ou les zones rurales, ce sont des services publics mais, selon la Cour des comptes, à 20 milliards ciales. Nous n’avons que 9 500 éoliennes dans débat politique dans le pays. Je ne vais pas accep­
de proximité, la relocalisation de l’économie. d’euros et dix ans de retard. La technocratie le pays. Dans mon scénario énergétique, ter qu’Eric Zemmour ou Marine Le Pen soient à la
française s’organise parfaitement pour gas­ comme dans ceux renouvelables de RTE [Ré­ tête de notre pays juste pour satisfaire un enjeu
Ce nouveau monde s’atteint par la relance piller 17 milliards d’euros d’argent public sans seau de transport d’électricité] ou de l’Ademe de dette à vingt ou 30 trente ans.
ou par la décroissance ? jamais rendre de comptes. On fera six centrales, [Agence de la transition écologique], nous tri­
Incontestablement par la relance. Mais la crois­ et on imagine que six fiascos feront un succès ? plons la capacité de l’éolien en 2050. En utili­ La question du pouvoir d’achat n’est­elle pas
sance du PIB telle qu’elle se décline depuis des sant le « repowering », changement d’ancien­ l’angle mort de votre politique ?
décennies est très carbonée, consommatrice de Alors comment faites­vous ? nes technologies en nouvelles, nous passe­ Les contraintes de pouvoir d’achat viennent
matières, inégalitaire, avec une terre de moins Ma responsabilité est que notre économie, rons seulement de 9 500 à 12 000. principalement du logement, des dépenses
en moins habitable, et une compétition qui peut comme les familles, ne souffre d’aucune cou­ d’électricité, de transport, d’alimentation. Quand
devenir conflit sur les ressources. C’est une dé­ pure d’électricité. Mais la consommation Pour répondre à ces défis, vous voulez vous investissez sur l’isolation des logements,
croissance du bien­être. d’électricité va augmenter avec les nouveaux investir 50 milliards d’euros par an. c’est 500 à 600 euros économisés à la fin de l’an­
usages. Je défends donc le déploiement des A quoi cette somme servira­t­elle ? née. La baisse de la TVA sur ce qui est vertueux
Quelle forme de régulation des entreprises énergies renouvelables : l’énergie de Jadot est Vingt­cinq milliards d’euros seront orientés s’accompagne de l’augmentation sur ce qui n’est
souhaiteriez­vous ? deux fois moins chère que l’énergie de Macron. sur la reconstruction de l’économie, dont dix pas vertueux. Ce qui est réparable est moins taxé.
L’intervention publique ne doit pas être péna­ Au fur et à mesure que l’on peut se passer des milliards sur le bâtiment, logements privés et L’obsolescence programmée sera davantage
lisante pour le tissu économique et ses acteurs. réacteurs, on les ferme. On en aura pour bâtiments publics. Deux millions de familles taxée. J’agis sur le pouvoir de vivre des ménages.
Ceux qui vont dans le sens de l’intérêt général, vingt ans, peut­être plus. Je suis pragmatique. sont en grande précarité énergétique et vivent A la fin de l’année, en réduisant les dépenses, cela
de la protection de l’environnement comme de Entre­temps, il faut investir dans les compéten­ dans des passoires thermiques. L’Etat prendra représentera l’équivalent d’un 13e mois.
la justice sociale, doivent être récompensés par ces du nucléaire, dans les centrales qui vont du­ en charge 100 % de leurs travaux. En ce qui
les outils de politique publique. Les autres plutôt rer. La plupart des ingénieurs et du personnel concerne la mobilité, il nous faut plus de Mettrez­vous à contribution certaines
sanctionnés. Une grande entreprise comme To­ du nucléaire sont âgés de 50 ou 60 ans. Il faut trains, de passagers et de fret. Nous mènerons catégories de revenus ?
tal, dont je rêverais qu’elle devienne une actrice recruter des jeunes. Je veux des compétences aussi la transition de l’agriculture grâce aux Oui. Je défends l’ISF climatique, doté d’un sys­
majeure de la transition énergétique, investit pour qu’il n’y ait pas une centrale qui explose. 9 milliards d’euros de la PAC (Europe) et à tème de bonus­malus. Vous avez un malus si vo­
encore majoritairement dans les énergies fossi­ 3­4 milliards d’euros d’argent public français. tre patrimoine financier participe au dérègle­
les. Pourtant, elle bénéficie de l’argent public Vous ne tenez pas compte de l’intermit­ Enfin, les 25 milliards d’euros restants seront ment climatique. Nous reviendrons aussi sur la
français. Selon moi, ça ne va pas. tence dans vos coûts. Et puis il y a ces oppo­ consacrés à la réparation de la société : hôpital, taxe forfaitaire sur les dividendes. Quant à l’im­
sitions qui se multiplient sur l’éolien… écoles, services publics, et un revenu citoyen pôt sur le revenu, il faut créer une nouvelle tran­
Votre opposition au nucléaire Nul ne prétend que nous remplacerons accessible dès 18 ans pour supprimer la misère che. Nous sommes un pays collectivement riche.
est­elle dogmatique ? l’équivalent du nucléaire en éolien. Il faut un dans notre pays, afin que plus personne ne L’argent doit être mieux réparti. 
En dix ans, le prix du photovoltaïque a été di­ mix énergétique. La principale source d’éner­ soit sous le seuil de pauvreté à l’issue du quin­ propos recueillis par
visé par dix, celui de l’éolien par deux. Le tarif du gie renouvelable en France est l’hydraulique, quennat. philippe escande et françoise fressoz

« La COP26 est un échec politique »


Pour le candidat des Verts à la prési­ scientifique, mais parce qu’ils refusent Les lobbys ont bon dos. N’est­ce pas loin du compte. Depuis 2009, les pays l’Allemagne, ont participé à une confé­
dentielle, les engagements pris lors de l’idée d’une coopération internationale. plutôt la difficulté à changer du Nord ont promis 100 milliards de rence de presse pour critiquer la France
la COP26 de Glasgow ne permettront Leur logiciel, c’est eux contre nous ou de modèle qui explique le retard ? dollars [88,4 milliards d’euros] par an qui, pour sauver son nucléaire, a sacri­
pas de contenir le réchauffement cli­ nous contre eux. Il faut contrer cela. Les gouvernements connaissent la aux pays du Sud pour les aider à avoir fié le climat en s’alliant à la Pologne du
matique à 1,5 degré. réalité du dérèglement climatique, une transition climatique et à s’adap­ charbon et aux lobbys du gaz des pays
Le projet final a achoppé sur le fait mais ils sont dans le déni de l’urgence ter. On n’y est pas. Ils restent sourds à européens de l’Est. Où est passé l’esprit
Quel bilan tirez­vous de la COP26 ? que l’Inde refuse de mentionner climatique. Ils installent ce que j’ap­ une demande de plus en plus légitime de l’accord de Paris ?
A chaque fois que se tient une COP, je l’extinction du charbon. Ce pays re­ pelle l’« écologie d’évitement ». Ils ne la qui concerne les pertes et dommages. L’autre enjeu majeur est de redéfinir
me demande s’il faut y aller. La dernière présente 7 % à 8 % des émissions des voient que comme une contrainte. Lorsque vous êtes frappé par un cy­ la place de l’Europe dans les relations
a ressemblé à une foire commerciale où gaz à effet de serre, contre moins de L’Europe dit : « Les Etats­Unis polluent clone, êtes­vous aidé pour réparer ? Les internationales. Je veux que la France
des chefs d’Etat ont fait des discours de 1 % pour la France. Comment résou­ plus que nous. » Les Etats­Unis répon­ pays du Nord ne veulent pas le recon­ bloque tous les accords de libre­
chefs à plumes en se fichant du lende­ dre le problème climatique sans em­ dent : « Le problème, c’est la Chine. » Les naître, car ils pensent que le faire, c’est échange. Mon problème n’est pas d’ar­
main. Les cinq cents lobbyistes des éner­ barquer tous les pays émergents ? entreprises demandent qu’on fixe les engager une judiciarisation de la ques­ rêter le commerce avec les autres pays,
gies fossiles étaient plus nombreux à Vous pointez le comportement de règles en matière de CO2 au niveau tion climatique. mais d’interroger la nature des rela­
Glasgow que les représentants des îles l’Inde, mais le problème est beaucoup européen, et les ministres invitent à tions commerciales qui sont nouées.
menacées de submersion. C’est un plus vaste. La somme des engagements, polluer deux fois plus que la norme. Où sont vos alliés en Europe ? Des accords sont conclus avec l’Austra­
échec politique. Cependant, la COP, c’est y compris de l’Europe, ne nous met pas Les Verts sont en coalition dans six lie dont le premier ministre est à moi­
le multilatéralisme. Il faut le défendre, sur le chemin d’un réchauffement li­ Avec le Green Deal, l’Europe pays européens. Ils le seront a priori tié climatosceptique, avec la Chine qui
car il n’y aura pas de solution au pro­ mité à 1,5 degré maximal. Il aurait fallu ne s’est­elle pas saisie du sujet ? dans le prochain gouvernement alle­ est la pire des dictatures après la Corée
blème climatique sans coopération in­ passer à 65 % de réduction des émis­ Si, un peu. C’est l’impact des votes mand. Il y a une attente considérable du Nord. Il faut cesser cela. L’Union
ternationale. Les dictateurs ou appren­ sions en 2030. Le Parlement européen a écologistes aux européennes, des jeu­ vis­à­vis de la France pour qu’elle de­ européenne doit être beaucoup plus
tis dictateurs, comme Bolsonaro, proposé 60 %, les Etats l’ont ramenée à nes qui marchent pour le climat. C’est vienne à son tour un acteur de la trans­ forte du point de vue de ses valeurs et
Trump et Poutine, sont climatoscepti­ 53 %. Le problème est le conformisme l’impact d’une société percutée par le formation. Ce que j’ai vu à Glasgow est de sa diplomatie. 
ques, non pas parce qu’ils nient la réalité ou la complaisance vis­à­vis des lobbys. dérèglement climatique. Mais on reste hallucinant : sept pays européens, dont propos recueillis par ph. e. et f. f.
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 jeunesses | 23

Au lycée et à la fac, les nouvelles recrues féministes


Dans le sillage de #metoo, des collectifs comme #noustoutes attirent des militantes plus jeunes

Q
ui viendra à la marche s’étendre par terre dans l’espace
le 20 novembre ? » public – « pour alerter sur les fémi­
Dans la salle de classe nicides ». Des mobilisations loca­
d’une annexe de l’uni­ les évidemment encouragées par
versité Paris­II­Pan­ le #noustoutes national, qui met
théon­Assas, tous les bras se lèvent à disposition une boîte à outils
spontanément pour répondre à la pour préparer des actions.
question posée par Caroline De Quand on les interroge sur leurs
Haas. Ce mercredi soir de novem­ inspirations, les réponses mon­
bre, une soixantaine de jeunes trent davantage d’hétérogénéité.
gens se sont rendus à la rencontre Luna, 15 ans, en seconde à Ver­
organisée par la fondatrice du col­ sailles, cite Culottées, la bande des­
lectif féministe #noustoutes, à sinée de Pénélope Bagieu, qui ra­
l’approche de la manifestation an­ conte l’histoire de femmes remar­
nuelle contre les violences faites quables mais oubliées et qu’elle a
aux femmes, prévue à Paris une di­ lue lorsqu’elle avait 10 ans. Elle s’est
zaine de jours plus tard. Dans ensuite fait offrir par sa mère l’es­
l’auditoire, la moyenne d’âge ne sai Beyoncé est­elle féministe ? (édi­
dépasse pas les 20 ans. Des étu­ tions First, 2018), de Margaux Col­
diantes, quelques lycéennes, une let et Raphaëlle Rémy­Leleu, du
poignée de garçons. C’est la force collectif Osez le féminisme. Astrid,
vive de ce mouvement, dont « le 17 ans, en terminale à Paris, convo­
discours est aujourd’hui assez hé­ que aussi bien Le Deuxième Sexe,
gémonique dans le paysage fémi­ de Simone de Beauvoir, que l’ac­
niste français », considère Irène tion des collectifs de « colleuses »,
Despontin Lefèvre, chercheuse en qui placardent dans l’espace public
sciences de l’information et de la des messages féministes – collec­
communication, qui consacre une tifs auxquels elle s’est jointe par­
thèse à l’émergence de ce nouveau fois et qu’elle « admire beaucoup ».
féminisme. Créé en 2018, dans la Olympe de Gouges, Joséphine Ba­
foulée de #metoo et de l’élection ker, Emma Watson et Frida Kahlo
d’Emmanuel Macron, #noustou­ forment le panthéon de ces jeunes
tes fédère autour d’un combat filles engagées.
principal : la lutte contre les vio­ Chez Alexia, tout juste 20 ans,
lences sexistes et sexuelles. étudiante en école d’ingénieurs à
Sur l’estrade, à quelques pas de Saclay (Essonne), le déclic fémi­
Caroline De Haas, plusieurs jeunes ANNA WANDA GOGUSEY niste est venu presque par hasard,
femmes munies d’ordinateurs ali­ en 2019. Elle se promenait dans les
mentent en parallèle les comptes rues de Paris quand elle a vu
Instagram (415 000 abonnés), mouvement, composé d’une « des choses du quotidien, qu’on mence à se sentir « vraiment révol­ « beaucoup de violet tout d’un
Twitter et Facebook du collectif. vingtaine de membres, et loue son
Pour les rencontre toutes ». Elle l’observe tée » par les inégalités. « J’ai ensuite coup » – le violet est la couleur tra­
Parmi elles, Marylie Breuil. Avec « horizontalité », qui « permet de générations nées dans la rénovation récente des sa­ lu le livre de Malala Yousafzaï [Moi, ditionnelle des féministes : « Ça
ses cheveux blonds encadrant un monter très vite en compétence ». nitaires du lycée, repeints en rose Malala, Calmann­Lévy, 2013], qui chantait, ça dansait, alors je me
visage rond, la jeune femme de Celle qui est aussi assistante par­
avec le côté filles, en bleu côté garçons. venait de recevoir le prix Nobel de la suis jointe à la manifestation [la
23 ans, rencontrée dans un café lementaire et rêve d’une carrière numérique, Mais aussi dans les conseils reçus à paix, ça m’a beaucoup marquée. » marche annuelle de 2019], j’ai ren­
proche de la Sorbonne, où elle politique défend, comme sa men­ son cours de cirque : « On dit aux Le passage à l’action militante contré des militantes et ça a été ma
poursuit des études de sciences tor Caroline De Haas, une transfor­
l’éducation au filles qu’elles doivent travailler la intervient quelques années plus première marche. » Une expé­
politiques, est l’une des nouvelles mation de la société qui « ne peut féminisme se fait souplesse, la grâce… J’ai entendu tard, en juillet 2020, quand elle rience collective forte et joyeuse,
figures de l’organisation. passer que par la construction de “tu devrais faire du cirque plus voit passer un appel de #noustou­ qui lui est « restée dans la tête » et
véritables politiques publiques, en
en partie sur les comme une fille”, mais si, moi, j’ai tes en faveur de la création de co­ l’a convaincue, quelques mois
Discours rodé particulier ce qui touche à la pré­ réseaux sociaux envie de faire comme les gar­ mités locaux. Paloma rejoint celui plus tard, de rejoindre le comité lo­
Arrivée à Paris en 2019 pour ses vention et l’éducation à l’égalité ». çons ? », s’indigne­t­elle. de Montauban, dont elle est dé­ cal de sa ville, dans l’Essonne. Avec
études, Marylie Breuil a rapide­ Un discours rodé que ne maîtri­ sormais référente. « On a distribué ses nouvelles camarades, le 20 no­
ment gravi les échelons. « Comme sent pas toutes les jeunes recrues. société. Pour les générations nées Mobilisations locales des sacs à pain avec des “violento­ vembre, elle ira une nouvelle fois
beaucoup d’entre nous, j’ai subi des Au sein de la cinquantaine de co­ avec le numérique, l’éducation au Leur sensibilisation aux discours mètres” [infographie qui permet défiler. Cette année, les organisa­
violences. Ça m’a mise en colère et mités locaux qui existent sur le féminisme se fait au moins en féministes les conduit à interroger d’évaluer le niveau de violences trices ont décidé de mettre les plus
j’avais besoin de canaliser cette co­ territoire se côtoient en effet « dif­ partie sur les réseaux sociaux, qui les modèles avec lesquels elles subies dans un couple] dans des jeunes à l’honneur en les invitant
lère dans quelque chose : ça a été férents profils de militantes, à la fois ont aussi l’avantage de permettre ont grandi. Ainsi, Paloma, 24 ans, boulangeries. » Elle a aussi orga­ à se placer en tête de cortège. 
mon moteur au départ », explique­ celles qui ont des ressources et une des mobilisations rapides. engagée au sein du collectif nisé un die­in – cela consiste à solène cordier
t­elle. Elle se souvient de ses pre­ expérience, comme les fondatrices, Beaucoup partagent un même #noustoutes82 : « J’ai des cousins
miers pas dans le militantisme : mais aussi des néomilitantes, qui champ lexical militant. A l’image de mon âge et, depuis que je suis
« J’étais depuis deux semaines à Pa­ sont féministes ou s’approprient de Camille, 17 ans, lycéenne à toute petite, on a eu des traitements
ris quand j’ai participé à une action cette étiquette et rejoignent pour Amiens (elle souhaite garder l’ano­ différents, sur les horaires, les rôles
contre les féminicides devant l’Ely­ cette raison le collectif, sans néces­ nymat, comme toutes les militan­ à la maison. Les garçons avaient le
sée, avec des réveils, des casseroles. sairement avoir les ressources pour tes mentionnées par leur seul pré­ droit de sortir davantage. Mon ar­
On criait “Macron, réveille­toi !” » mobiliser à l’échelle locale », ob­ nom), qui désigne spontanément rière­grand­mère me disait “tu dois
Le lendemain, « j’ai appelé mes pa­ serve Irène Despontin Lefèvre. la « lutte contre le système patriar­ savoir faire un lit”, et j’ai aussi en­
rents pour leur dire que j’avais Opération « Mains violettes » cal », « la culture du viol » ou « le tendu des phrases comme “c’est pas
passé la nuit en garde à vue ». Et, « à
partir de là, c’était parti ». Depuis,
pour dénoncer, sur des tee­shirts,
les violences faites aux femmes,
combat contre les féminicides »
comme moteurs de son engage­
joli ce mot dans la bouche d’une pe­
tite fille” », évoque­t­elle pêle­mêle.
FORMATIONS AUX MÉTIERS
l’étudiante consacre son temps li­
bre à #noustoutes. Organisa­
distribution de flyers, actions de
rue… l’enjeu est de rendre visible
ment. Pour cette interne en classe
de terminale arts et sciences, qui
C’est au lycée, lors d’une sortie ci­
néma où elle découvre l’histoire DU CINÉMA, DU SON
tion de formations et d’actions,
gestion des réseaux sociaux… elle
la cause, à un moment où la ques­
tion des violences sexuelles oc­
vient de créer une antenne #nous­
toutes dans son établissement,
des suffragettes grâce au film réa­
lisé par la Britannique Sarah Ga­ ET DU FILM D’ANIMATION
a rejoint le comité de pilotage du cupe une place prégnante dans la l’expression du sexisme passe par vron et sorti en 2015, qu’elle com­ DIPLÔME VISÉ PAR L’ÉTAT À BAC +3 ET BAC +5

« La lutte contre les violences constitue un fil rouge »


l’historienne Bibia Pavard est coautrice sur les féminicides. Comme leurs aînées, pression, de mouvement, vestimentaire, et
de l’ouvrage Ne nous libérez pas, on s’en elles veulent s’approprier l’espace public, la ce qu’elles expérimentent comme rappels à
charge. Une histoire des féminismes de 1789 nuit souvent, ne pas être paralysées par la l’ordre par le biais du harcèlement de rue ou
à nos jours (La Découverte, 2020). peur et être actrices de leurs vies. Il y a donc dans les établissements scolaires, et parfois
une continuité, mais aussi une forme de re­ au sein de leurs familles, est très choquant.
Quatre ans après #metoo, le combat nouvellement dans les méthodes em­
contre les violences sexistes et sexuel­ ployées, une réappropriation qui donne un La fluidité de genre, la question trans
les est au cœur des luttes des jeunes nouveau ton, une énergie différente. L’un sont également très fortement portées
féministes. Comment cette génération des aspects inédits, aussi, est l’attention à par ces jeunes femmes. Cette
renouvelle­t­elle cet engagement ? la notion de consentement, aujourd’hui convergence entre des revendications
C’est un sujet qui était déjà présent dans centrale pour les jeunes générations. féministes et LGBT s’affirme­t­elle
les mouvements féministes des an­ davantage aujourd’hui qu’hier ?
nées 1970. C’est d’ailleurs à cette époque, à La fin des tabous liés au corps Non. Dans les années 1970, les liens entre
partir des mobilisations contre le viol et de est­elle un marqueur de ces nouvelles le mouvement féministe et la cause LGBT
l’ouverture des premiers refuges pour fem­ générations de féministes ? étaient déjà très importants. Puis, avec la
mes battues, que ces violences sont dési­ Les mobilisations des années 1970 pensée queer, la question de la binarité a
gnées comme étant l’expression paroxysti­ avaient déjà porté dans le débat public la connu un renouveau théorique très fort
que de la domination masculine. En réalité, question du corps, de la sexualité, du plai­ dans les années 1990, avec une réflexion
au même titre que le combat pour le droit à sir féminin… La question du vêtement a sur la déconstruction des identités sexuées
l’avortement, la lutte contre ces violences toujours été très importante dans les dis­ autour du concept du genre. Cette question
PORTES
20 NOVEMBRE
constitue un véritable fil rouge des com­ cours féministes : je pense aux jeunes fem­ est aujourd’hui encore au cœur du débat :
bats féministes, d’hier à aujourd’hui. Ce qui
caractérise les jeunes féministes, c’est leur
mes des années 1960 qui s’élevaient contre
le fait qu’elles ne pouvaient pas aller au ly­
le féminisme doit­il être structuré autour
de l’amélioration de la condition des fem­
OUVERTES
PARIS 15ÈME Plus d’infos en scannant le QR Code
volonté d’utiliser des outils propres à leur cée en pantalon. La mobilisation en faveur mes, ou doit­il avoir comme objectif de dé­
génération, tels que les mobilisations en li­ du crop top fait écho à cela. Chaque fois, il y construire les identités sexuées ? C’est clai­ I N S C R I P T I O N S U R P A R C O U R S U P
gne et les réseaux sociaux. a un enjeu posé sur le contrôle du corps fé­ rement un facteur de divergences, qui se
Cette communication numérique n’est minin, comme outil de domination. cristallise autour de la place des trans dans
135, AVENUE FÉLIX FAURE WWW.ESRA.EDU
PARIS 15ÈME 01 44 25 25 25 ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR TECHNIQUE PRIVÉ
jamais séparée des actions de rue : je pense De nos jours, pour les jeunes féministes, le mouvement féministe. 
notamment aux « colleuses », qui alertent l’écart entre le discours sur les libertés d’ex­ propos recueillis par s. cr
CULTURE
0123
24 | JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Trois moments
de la performance
« Un autre
mystère »,
par la chorégraphe
Julie Desprairies,
le 13 novembre,
à Eleusis (Grèce).
PANTELIS LADAS/
PANTELIZ PHOTOGRAPHY

La ville grecque d’Eleusis 
L’atout massif d’Eleusis se dresse
en plein centre : le site archéologi­
Sur un budget
que, superbe, dédié à la déesse de de 24 millions
l’agriculture, Déméter, et à sa fille,
Perséphone. Connu pour ses Mys­
d’euros,
16 millions sont

veut un « nouvel avenir »
tères, fêtes d’initiés apparues
autour de 1 500 av. J.­C. et attirant
des milliers de pèlerins, ce lieu fut
consacrés aux
l’un des centres sacrés grecs de manifestations
l’Antiquité. Il a soufflé l’idée du
titre du menu ECOC : « Mystères de
artistiques
la transition ». « Cet héritage a une
REPORTAGE Elu Capitale européenne de la culture 2023, la ville signification énorme pour nous, af­
firme Fotis Tatakis, adjoint au d’avoir veillé sur lui. C’est aussi le
éleusis (grèce)
portuaire, située à 20 kilomètres d’Athènes, compte maire pour la culture. Par ailleurs, plus grand espace vert ici. » Kalliopi

E
n route pour Eleusis, port avec l’industrialisation du XIXe Papangeli vient chaque jour en
situé à 20 kilomètres à
l’ouest d’Athènes, le
sur cette période pour développer ses infrastructures siècle, des Grecs de tout le pays ont
débarqué ici pour trouver du
bus d’Athènes et repart par le
même moyen : il n’y a plus de train
chauffeur de taxi s’inter­ travail. On compte quinze commu­ pour Eleusis depuis quinze ans.
roge sur ce que l’on peut bien aller nautés de différentes régions, avec Cœur battant du projet, les Elefsi­
chercher là­bas. « Ce n’est pas un (Serbie) – en raison de la crise sani­ péenne de la culture depuis la créa­ reste à l’ouverture d’infrastructu­ chacune son folklore, et cet aspect niens sont régulièrement conviés
endroit auquel nous, Athéniens, taire, le projet a été repoussé de tion du label. Elle va être une sorte res et à la réhabilitation de friches. humain est déterminant dans le à partager des expériences artisti­
pensons pour faire une balade, deux ans. « Cela a été une vraie sur­ de modèle de ce que doit être l’évo­ Dans le contexte d’Eleusis, dont cadre d’ECOC. Aujourd’hui, Eleusis ques. En juin 2020, avec une cin­
fait­il remarquer. C’est une prise qu’Eleusis gagne cette compé­ lution d’une cité européenne. » le riche passé industriel est rat­ est un peu abandonnée, mais nous quantaine de personnes, le plasti­
banlieue industrielle où il ne se tition, selon Michael Marmarinos, trapé par le chômage, avec de comptons bien faire un pas vers un cien français Olivier Grossetête a
passe rien. » Et pourtant, Eleusis metteur en scène et directeur ar­ Site archéologique superbe nombreuses usines abandon­ nouvel avenir. » Avec trois axes thé­ reconstitué en carton l’usine
(ou Elefsina) a décroché le titre tistique. Il y avait des villes grec­ Si la célébration officielle n’inter­ nées, les enjeux culturels et éco­ matiques autour des gens, de l’en­ Kronos. Lancée il y a quatre ans, la
convoité de Capitale européenne ques plus importantes, comme Ka­ viendra qu’en janvier 2023, les fes­ nomiques se révèlent cruciaux. vironnement et du travail, déambulation Un autre mystère,
de la culture (ECOC, European lamata et Rhodes. Mais Eleusis, et tivités ont déjà été lancées. Le cho­ « Il n’y a ici ni théâtre ni cinéma, 2023 Eleusis devrait soutenir les chorégraphiée par Julie Desprai­
Capital of Culture) en 2021, avec ses 30 000 habitants, a été choisie. régraphe Josef Nadj y a présenté sa poursuit Michael Marmarinos. mutations de la ville. « Le cinéma ries, regroupe six associations lo­
Timisoara (Roumanie) et Novi Sad C’est la plus petite Capitale euro­ pièce Omma, en septembre ; l’ar­ Beaucoup de spectacles se jouent historique, que mes arrière­grands­ cales de danses traditionnelles.
chitecte Patrick Bouchain a parti­ en conséquence dans l’espace parents, réfugiés d’Asie mineure « C’est incroyable d’être Capitale
cipé à une rencontre intitulée public. » Il évoque la performance en 1922, après la guerre gréco­tur­ européenne et un honneur, s’ex­
Un label créé en 1985 « Revisiting the Landscapes of
Elefsina », en octobre. « La coopé­
Clock Tower Voices, qui se déroule
tous les six mois, depuis 2020, en
que, ont contribué à construire, va
être réhabilité », ajoute­t­il.
clame Andreas Malachias, vice­
président de l’Union de Chios à
Le label Capitale européenne de la culture est né en 1985 sur une ration franco­grecque rappelle les haut de l’horloge dominant la Parmi les autres chantiers pré­ Eleusis. Notre ville est un musée
idée de Melina Mercouri (1920-1994), ministre grecque de la débuts d’ECOC, avec Melina ville. « Elle sonnait l’heure avec vus, la rénovation, en cours, du vivant, nous devons développer son
culture, et de Jack Lang, son alter ego français. L’objectif est de Mercouri et Jack Lang [la ministre quinze minutes d’avance pour que Musée du site archéologique, qui niveau culturel et avoir bientôt un
distinguer des villes européennes à travers différentes opérations grecque de la culture et son homo­ les ouvriers ne soient pas en retard, sera doté d’un accès spécial pour théâtre pour nos danses. » D’ores et
et propositions artistiques pendant un an. Athènes fut la première logue français, dans les années commente­t­il. Au balcon, un les personnes à mobilité réduite. déjà, 2023 Eleusis donne des idées :
« capitale » élue. Le processus de sélection démarre six ans avant 1980] », glisse Marmarinos. Le pro­ acteur y lit des œuvres littéraires « Nous allons remettre Eleusis sur la une délégation de Saint­Denis
l’année prévue pour la célébration. Les villes élaborent un dossier gramme s’appuie sur un budget diffusées en direct dans le quartier carte, déclare Kalliopi Papangeli, (Seine­Saint­Denis), qui a annoncé
soumis à un jury d’experts pour décrocher le label. Eleusis, de 24 millions d’euros, donnés par et sur les réseaux sociaux. » Il rêve directrice et “voix des ruines” sa candidature comme Capitale
désignée en 2016, était ainsi en compétition avec treize autres la région de l’Attique, la municipa­ autour de la valorisation du front depuis quarante ans. C’est un sanc­ européenne de la culture pour
villes grecques. Les objectifs du titre sont notamment de mettre en lité, le ministère de la culture : de mer, dont la petite plage est tuaire unique, que j’ai toujours pré­ 2028, vient en décembre pour en
avant la richesse et la diversité des cultures en Europe, de donner 16 millions sont consacrés aux coincée entre le port commercial servé contre les travaux d’aména­ prendre de la graine. 
un nouvel élan économique, culturel et touristique aux villes. manifestations artistiques et le et la zone militaire. gement. Et les gens me remercient rosita boisseau

Julie Desprairies fait vibrer l’esprit des lieux


L’artiste a conçu pour la ville grecque une performance mêlant danseurs professionnels et amateurs le long d’une ancienne voie ferrée

SPECTACLE participent à cette déambulation


de deux kilomètres le long de la
bleaux dansés qui s’égrènent sur
les voies. Une chanson s’élève
ribambelle d’objets emblémati­
ques d’Eleusis ou récupérés ici et
mence le ciel (2006), valorise les
employés de l’Opéra de Lyon, re­
marcheurs à savourer sa confiture
de citrons : ici, on plante d’abord
éleusis (grèce)
voie ferrée abandonnée. Il fait in­ dans l’air tandis que douze hom­ là. Posés tels des signes adroite­ construit par Jean Nouvel, dans un citronnier avant de construire

R endez­vous est donné, sa­


medi 13 novembre, à
11 heures, à la gare désaf­
fectée d’Eleusis. Une cinquantaine
de spectateurs – jauge en plein air
croyablement doux et chaud. Sou­
dain, cinq performeuses en robes
claires ou jupes multicolores sur­
gissent sur les rails : l’une se love
dans un tissu brodé, l’autre arbore
mes et femmes en costumes noirs
et rouges étirent une guirlande de
petits pas glissés et croisés. Ils sont
originaires d’Epire, région située
dans le nord­ouest du pays. Cin­
ment convoqués le long de cette
superbe ligne de fuite ferroviaire,
ils distinguent le geste plastique
élégant et délicat des interven­
tions in situ de Julie Desprairies.
L’Opera nell’opera (2012), ou s’im­
merge dans une ferme du Vercors
pour Tes jambes nues (2013), Julie
Desprairies ne fait qu’un bouquet
du quotidien revisité par l’art.
sa maison. La déesse Déméter
n’est jamais bien loin à Eleusis.
Et, comme si ça ne suffisait pas,
le spectacle est aussi au balcon, où
les gens discutent et sirotent leur
autorisée dans le contexte sani­ un bouquet de branches sèches… quante mètres plus loin, une autre Depuis le début des années Dansé, chanté, Un autre mystère café tout en photographiant et fil­
taire et l’augmentation de cas de Un nuage de fumée violet pique le frise de danseuses de l’île de Chios, 2000, cette artiste tout­terrain, est aussi citadin et écologique. La mant la performance. Pendant
Covid­19 en Grèce – s’y retrouve bleu du ciel. La « loco » chauffe, la habillées en blanc, prend le relais. formée aux arts plastiques et à fleuriste Sophia Philipi y livre un que la police veille sur les anciens
pour la performance Un autre marche peut commencer. l’histoire de l’architecture, est re­ cours de botanique sur les multi­ passages à niveau, la procession
mystère, mise en scène par la A la queue leu leu, en faisant at­ Citadin et écologique pérée pour son travail en milieu ples plantes et arbres, cactus et fi­ avance dans un recueillement
chorégraphe française Julie tention à ne pas se fouler la che­ Cette suite chorégraphique noue urbain et rural. Elle a le don d’en­ guiers qui se bousculent entre les joyeux, pour se conclure près
Desprairies et présentée à quatre ville sur les gros cailloux, le cor­ finement séquences contempo­ trecroiser professionnels et ama­ traverses. Elle rappelle au passage d’une marbrerie abandonnée,
reprises pendant deux jours. Cinq tège de spectateurs rassemble raines et extraits traditionnels. teurs, architecture et accessoires, que, lors de la seconde guerre autour d’un jeune joueur de ci­
interprètes contemporaines et six adultes, enfants qui s’amusent à Accompagnée par des musiciens en faisant vibrer l’esprit des lieux mondiale, les pilotes allemands thare. L’ordinaire de la vie auréole
groupes de danses traditionnelles imiter les danseurs, chiens qui live ou une bande­son, cette fres­ et la mémoire de ses habitants. lâchaient de leurs avions du pain ici d’un parfum unique le patri­
d’Epire, d’Asie Mineure, du Pélo­ surfent entre les poussettes et da­ que semble brodée sur les mai­ Qu’elle incruste des silhouettes dont les graines ont germé pour moine immatériel des danses et
ponnèse, de Chios et de Crète, soit mes âgées bras dessus, bras des­ sons et immeubles bordant le multicolores dans les immeubles largement proliférer. Quelque chants des habitants d’Eleusis. 
une centaine d’amateurs au total, sous. Il évolue en parallèle aux ta­ tronçon. Elle convoque aussi une de Villeurbanne pour Là com­ temps après, une femme invite les r. bu
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 culture | 25

Théâtre : la complexe
prise de parole sur les
violences sexuelles
La cellule de soutien aux victimes a recueilli
des témoignages de femmes qui évoquent
l’emprise et la peur d’être stigmatisée

C’
était il y a un mois : bre, sur le plateau de « C à vous » Manifestation
sur les réseaux so­ sur France 5 : « parmi les proposi­ du collectif
ciaux surgissait le tions de #metoothéâtre, certaines #metoothéâtre sur
mouvement #me­ sont déjà en œuvre comme la pla­ la place du Palais­
toothéâtre. Un collectif de person­ te­forme d’écoute d’Audiens ». Royal à Paris,
nalités et de professionnels du Lancée en juin 2020 à l’initiative le 16 octobre.
théâtre signait dans Libération de la Fédération des entreprises du ALAIN GUILHOT /DIVERGENCE
une tribune appelant à « la libéra­ spectacle vivant, de la musique, de
tion de la parole » et à « l’urgence l’audiovisuel et du cinéma (Fesac)
des actes ». Et, le 16 octobre, un avec le soutien des partenaires so­
premier rassemblement pour dé­ ciaux, cette cellule de soutien, pi­ plus d’un ou deux ans. « Le con­ droit de parler ne signifie pas qu’on ture. « Nous avons bon nombre de
noncer les violences sexistes et lotée par Audiens (groupe de pro­ texte médiatique a remué des sou­
« Mon agresseur va entamer une action en justice », témoignages de personnes qui ont
sexuelles dans ce secteur était or­ tection sociale du monde de la cul­ venirs, libéré la parole. Certaines a le bras long, relève la responsable de la quitté le milieu culturel et ont
ganisé à Paris à deux pas du mi­ ture), a reçu environ 120 appels de­ personnes, conscientes que ce plate­forme. changé de métier. Elles ont été vic­
nistère de la culture. Ce jour­là, au puis sa création, dont la moitié qu’elles ont vécu n’était pas nor­
il est trop connu, Parmi les appels reçus, on times de violences sexistes ou
milieu des manifestants, deux concerne le spectacle vivant. mal, décident de passer le cap et personne ne trouve des étudiantes en écoles sexuelles, il y a deux ou trois ans,
jeunes femmes tenaient un stand d’appeler. » Souvent, constate professionnelles, des comédien­ n’ont rien dit à l’époque ; mais se
pour faire connaître la cellule Sentiment d’emprise Carla Ballivian, « les victimes sont
le grillera, et moi, nes, des techniciennes… « La no­ confient aujourd’hui en pensant
d’écoute psychologique et juridi­ « Le mouvement #metoothéâtre dans la culpabilité, s’en veulent j’ai besoin de toriété est une question impor­ aux autres », observe Carla
que consacrée aux professionnels n’a pas entraîné une explosion de d’avoir accepté un verre après une tante, comme si c’était un rem­ Ballivian. Pour elle, l’un des « mé­
du spectacle vivant et enregistré. témoignages, mais cela ne nous répétition, d’avoir laissé passer des
travailler », confie part », pointe Carla Ballivian. rites » des mouvements metoo
Sur les tracts, un numéro de télé­ étonne pas, explique Carla Balli­ propos sans mettre des limites ». Ce une assistante Ainsi cette assistante de produc­ est de « rompre la solitude ».
phone, le 01­87­20­30­90. vian, responsable de la cellule. qui domine dans les témoignages tion a confié : « Mon agresseur a le « Comme je l’ai été pour les sec­
Invitée sur France Inter, deux Dans ce milieu où les relations pro­ relève d’un sentiment d’emprise,
de production bras long, il est trop connu, per­ teurs du cinéma et de la musique,
jours après la manifestation, fessionnelles sont très importantes, d’une relation de subordination, sonne ne le grillera, et moi, j’ai be­ je suis extrêmement mobilisée sur
Roselyne Bachelot faisait valoir où tout se sait, il y a une peur de renforcée par une situation éco­ Lorsqu’une personne appelle la soin de travailler. » L’âge des plai­ ce qui se passe dans le théâtre », a
que la lutte contre les violences parler par peur d’être “grillé”, de ne nomique précaire. « Etre intermit­ cellule d’écoute, elle est orientée, gnantes peut aussi être un frein. affirmé Roselyne Bachelot sur le
sexuelles et sexistes était « l’une pas retrouver du travail. La ques­ tente du spectacle est complète­ suivant son besoin, soit vers une « De jeunes adultes disent ne pas plateau de « C à vous ». La ministre
des priorités du ministère de la cul­ tion de la réputation, de la stigma­ ment différent que d’être en CDI psychologue clinicienne, soit vers oser témoigner car elles se sentent de la culture a promis « avant la fin
ture », mais ne citait pas cette cel­ tisation est au cœur du problème. Il dans une entreprise, où, la journée un avocat spécialisé – ou parfois toutes petites, impressionnées par de l’année » de conditionner les
lule professionnelle pourtant fi­ y a un gap entre la réalité collective de travail terminée, vous rentrez les deux. La confidentialité est la renommée de leur agresseur. » aides versées au secteur à « l’atten­
nancée, en grande partie, par la et la réalité individuelle. » chez vous, résume Carla Ballivian. garantie. « Le psy, c’est pour aller D’autres, traumatisées par ce tion qui sera portée au respect des
Rue de Valois. Cet oubli a fait bon­ La plupart des appels concer­ Dans le secteur du spectacle, les ré­ mieux, le juridique, c’est encore qu’elles ont vécu, ont interrompu personnes ». « Cette question doit
dir syndicats et collectifs. La mi­ nent des faits de violences sexis­ pétitions, les représentations, les autre chose, qui va prendre du leur formation ou renoncé à tra­ être en tête », a­t­elle insisté. 
nistre s’est rattrapée, le 4 novem­ tes ou sexuelles qui remontent à tournées ont souvent un après. » temps. Comprendre qu’on a le vailler dans le monde de la cul­ sandrine blanchard

Un « Eugène Onéguine » pâle comme ARCHÉ OLOG IE


Découverte en Israël
d’une forteresse datant
ancienne structure fortifiée
grecque, de 15 mètres sur 15,
datant d’environ 2 100 ans,
d’environ 2 100 ans détruite lors de la révolte des

la mort, par Stéphane Braunschweig Des archéologues israéliens


ont dévoilé, mardi 16 novem­
bre, les décombres d’une
Maccabées, rébellion juive
en Judée contre la dynastie
des Séleucides. – (AFP.)
Le chef­d’œuvre de Tchaïkovski est présenté au Théâtre des Champs­Elysées, à Paris,
dans une mise en scène minimaliste et nostalgique, avec une direction d’orchestre atone

OPÉRA Lenski, son double en amours dé­


funtes. Le travail scénique, volon­
meuses ascendances russes dont
l’Américaine fait état (son père est
sans remords l’âme d’une jeune
fille, tuera son ami au pistolet
0123
U n immense tapis vert
recouvre le plateau, le
vert de la table de jeu
sur laquelle Onéguine a décidé
de miser son destin. Noir pour
tairement sobre, précis, élégant,
voire délicat, frappe cependant par
un formalisme que ne parvient
pas à animer une direction d’ac­
teur souvent rhétorique, que se­
un chef d’orchestre à demi­russe),
non plus que ses amours enfanti­
nes tchaïkovskiennes. L’Orches­
tre national de Bordeaux est
pourtant en belle forme, chaque
après avoir courtisé en public sa
fiancée, et tentera de détourner
Tatiana du droit chemin du ma­
riage et de l’honneur dans un ren­
versement de situation que le ba­
PLONGEZ DANS LE FASCINANT THÈME
DE LA CONQUÊTE SPATIALE
l’amour qu’il a refusé à la jeune conde une chorégraphie sans ima­ solo de vent soulève son content ryton joue avec une urgence vitale
Tatiana, humiliée et trahie, rouge gination. Les images cependant de rêve, le chant des violoncelles sans susciter toutefois l’empathie.
pour le meurtre en duel de son sont belles, servies par des lumiè­ s’exhale du fond de l’âme, mais le Face à lui, le Lenski sanguin de
meilleur ami, le poète Vladimir
Lenski. Deux cœurs brisés. C’est
d’ailleurs dans un casino aux
res sans ambiguïté, des costumes
qui flattent l’œil et se promènent
au long du XIXe siècle, les paysans
drame reste coincé entre la musi­
que rêvée par Karina Canellakis et
la réalité sonore de ce qui nous est
Jean­François Borras, qui mourra
poitrine découverte après avoir
baissé son arme et se sortira avec
16,95€
chaises de velours vert, cette revêtant, sans que la signification proposé dans la salle. les honneurs du célèbre « Kuda,
couleur honnie au théâtre, qu’il en soit exploitée, les liquettes kuda », l’un des airs les plus célè­
retrouvera Tatiana Larina, deve­ blanches et bonnets de coton des Dandy décadent bres de la partition, qui voit le
nue princesse Grémine, une images de propagande des kolk­ A cette aune déceptive, la distri­ poète faire des adieux touchants
brillante Polonaise chorégra­ hozes soviétiques, vaquant avec bution, si méritante soit­elle, à la vie. Voix opulente aux graves
phiant curieusement un discret bonheur aux travaux des champs. peine à convaincre totalement. A profonds, l’Olga d’Alisa Kolosova
libertinage échangiste entre les Mais la vision de Stéphane commencer par la Tatiana clas­ tient son rang de jeune écervelée
convives. Grand connaisseur du Braunschweig pâtit surtout de la sieuse de Gelena Gaskarova, ar­ jouisseuse, à l’opposé de Tatiana,
théâtre de Tchekhov, dont il a direction d’orchestre de Karina pentant la fameuse « Scène de la tandis que le prince Grémine de
monté quasiment l’intégrale Canellakis. Une direction trop lettre » dans un magnifique dés­ Jean Teitgen chante avec noblesse
depuis trois décennies, le metteur « verte », atone sur le plan drama­ habillé blanc. Dans cette chambre l’amour qui ne « se soucie pas de
en scène Stéphane Braunschweig turgique, qui réussit l’exploit no­ au mobilier et aux contours sous­ l’âge ». Beau duo de jeunes vieilles
a infléchi le chef­d’œuvre de table de susciter l’ennui dans une dimensionnés, la soprano russe dames pour la Madame Larina de
Tchaïkovski au clair­obscur de la partition qui ne connaît ni relâ­ semble elle­même gênée aux en­ Mireille Delunsch et la nourrice
nostalgie. S’y côtoient, plus chement ni temps mort. Difficile tournures. On gagne en finesse de Delphine Haidan. 
qu’elles ne s’affrontent, vie rêvée de retrouver dans cette baguette chambriste et en poésie (le timbre marie­aude roux
et vie réelle. De cette césure dé­ appliquée et tâcheronne les fa­ est rond et fruité, la ligne de 3 scénarios palpitants, 120 cartes à décrypter et manipuler, 1 livret
coule le malheur de ceux qui en chant, déliée et bien phrasée) ce Eugène Onéguine,
sont affligés. Blessure guérie par
le temps – c’est le cas de la vieille
que l’on perd en exaltation pas­
sionnée – ce duel titanesque et
de Tchaïkovski. Avec Gelena
Gaskarova, Jean­Sébastien Bou,
INSPIRÉ DES ESCAPE ROOMS
Larina –, toujours vive et cruelle
L’Onéguine de fou entre cœur et raison –, Alisa Kolosova, Jean­François DONT LES PARTICIPANTS DOIVENT
Jean-Sébastien
S’ÉCHAPPER EN UN TEMPS IMPARTI
pour Tatiana aux prises avec les comme si la jeune fille pressen­ Borras, Stéphane Braunschweig
illusions perdues de sa jeunesse. tait le rejet d’Onéguine jusque (mise en scène et scénographie),
Dans ce décor minimaliste d’une
Bou fait partie dans des aigus pâlichons man­ Marion Lévy (chorégraphie), EN FAMILLE OU ENTRE AMIS, EN ÉQUIPE DE 2 À 8 JOUEURS
blancheur de page vierge, une de la catégorie quant de projection et d’éclat. Thibault Vancraenenbroeck
armada de chaises délimitent L’Onéguine de Jean­Sébastien (costumes), Chœur de l’Opéra
l’espace. Au centre, la chambre de
des desperados, Bou fait partie de la catégorie des de Bordeaux, Orchestre
Tatiana, froide prison d’enfant avec un chant desperados. Le chant est droit, de Bordeaux, Karina Canellakis EN VENTE EN LIBRAIRIE
s’extrayant du sol ou s’y enfouis­
sant pour mieux celer les espoirs
violent, acerbe, violent, acerbe, puissant. Pas de
pitié dans ce délinquant habillé
(direction).
Théâtre des Champs­Elysées,
ET SUR WWW.LEMONDE.FR/BOUTIQUE
enfouis et enfuis de Tatiana ou de puissant en dandy décadent, qui déflorera Paris 8e. Jusqu’au 19 novembre.
26 | télévision 0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

France Culture feuilletonne Marcel Proust NOTRE


SÉLECTION
Pendant un an, la radio célébrera le centenaire de la mort de l’écrivain dans ses émissions et ses podcasts JE UDI 18 NOVE MBRE

LCP
FRANCE CULTURE j’ai fait ! » Mais d’ajouter : « Avec directeur des programmes », souli­ Fantômes d’Afghanistan
À LA DEMANDE passion et en piaffant. » gne Charles Dantzig, pour lequel 20.30 L’ancien correspondant
PODCAST Pour l’occasion, Dantzig obtient l’un des enjeux est de faire enten­ de guerre du quotidien canadien
le titre de curateur : « Nous vou­ dre que « Proust n’est pas un écri­ The Globe and Mail fait le bilan

C’
est l’histoire d’un lions faire en sorte que ce podcast vain difficile à lire ». Intarissable de vingt ans d’occupation militaire
projet résolument soit comme une grande exposition sur le génie de l’auteur, il sait éga­ occidentale d’un pays reconquis,
dingue, mais folle­ audio, avec des pièces qui soient lement gré à ce dernier d’avoir cet été, par les talibans, où il s’était
ment enthousias­ autonomes et complémentaires », « apporté certains sujets à la litté­ rendu une première fois en 2001.
mant. Un de ces projets d’utilité détaille Sandrine Treiner. D’où rature : de même que Faulkner fut
publique, qui ne peuvent que naî­ un podcast évolutif, bâti au fil du celui qui permit à un handicapé France 5
tre et s’épanouir sur une chaîne temps et des programmes, puis­ de trouver sa place dans De bruit Notre-Dame de Paris,
comme France Culture. que chaque semaine – et ce jus­ et de fureur, Proust permet aux les secrets des bâtisseurs
C’était il y a deux ans environ – qu’au 18 novembre 2022 – sera hommes la tendresse. L’un comme 20.55 Retour sur les nombreux défis
un siècle, une éternité, en ces proposée au moins une émission l’autre ont ainsi agrandi le terri­ architecturaux, technologiques,
temps de Covid suspendus et in­ relative à Marcel Proust. toire de l’humanité. Or, pour moi, humains, financiers et politiques
certains. Mais, justement, quand la littérature, c’est toujours des auxquels ont dû faire face les
et comment retrouver le temps Titanesque travail conquêtes de territoire ». bâtisseurs de la cathédrale de Paris.
de Proust et célébrer l’auteur Ainsi François Saltiel, dans son Et d’ajouter encore : « A la fin, ça
d’A la Recherche du temps perdu, émission « Le Meilleur des mon­ montrera le triomphe de la fai­ France 2
mort le 18 novembre 1922 ? des » du 22 octobre, s’est inté­ blesse. Proust était doublement J’ai une idée pour la France
« Il fallait imaginer un dispositif ressé aux nouvelles technologies faible : à la fois parce que c’était 21.10 Lors de cette soirée spéciale,
qui soit à la mesure du gigantisme à l’époque de l’auteur ; Aurélie un homme malade et parce qu’il les attentes et les préoccupations
de Proust et de son œuvre, et qui Luneau, dans « De cause à effets » était isolé dans sa sexualité, qu’il des Français sont exposées. Des
impliquerait non pas seulement du 7 décembre, reviendra sur l’af­ cachait. Or, à voir la place qu’oc­ invités, comme Pauline Déroulède,
une ou quelques émissions, mais faire merveilleusement rocam­ cupe aujourd’hui A la recherche championne de tennis en fauteuil,
toute la chaîne », explique San­ bolesque des éoliennes d’Illiers­ du temps perdu, on peut dire que qui souhaite faire évoluer le permis
drine Treiner, la directrice de Combray (Eure­et­Loir), alors Proust a triomphé. Et je pense que de conduire, viennent formuler
France Culture. Et d’aller alors que, pour Noël, Caroline Broué, constater que ce n’est pas toujours des propositions concrètes.
trouver Charles Dantzig, produc­ dans « Les Bonnes Choses », évo­ l’esprit pratique qui gagne, que,
teur de l’émission « Personnages quera les recettes de Françoise, parfois, ce qui ne sert à rien triom­ W9
en personne », amoureux de la cuisinière de La Recherche. phe, est peut­être l’une des cho­ François Fillon à la conquête de
Proust notoire et revendiqué Autant d’émissions qui seront in­ ses les plus rassurantes que je l’Elysée : de l’ascension à la chute
(il lui consacrera un essai litté­ tégrées par vagues à « Proust, connaisse. En fait, c’est un pod­ 23.20 Alors que vient de s’ouvrir
raire à paraître l’automne 2022). le podcast », qui voit donc le jour cast feel­good ! »  le procès en appel de François Fillon
L’écrivain et éditeur, aussi facé­ ce 18 novembre. émilie grangeray pour « détournement de fonds
tieux qu’érudit, s’en souvient : Titanesque travail, mais publics », retour sur le parcours du
« Balzac a écrit : “Montrez un d’autant plus réjouissant que Proust, le podcast. A retrouver premier ministre de Nicolas Sarkozy
gouffre à un Polonais, il s’y préci­ « tout le monde s’est prêté au jeu, sur l’application de France et candidat malheureux à l’élection
pite aussitôt.” Eh bien, c’est ce que à commencer par Jean Beghin, le Marcel Proust, en 1896, par Otto Wegener. FINEARTIMAGES/LEEMAGE/AFP Culture et celle de Radio France. présidentielle de 2017.

Nathalie Stutzmann, du timbre à la baguette, la maestria de la maestra


Le 21 octobre, la contralto française devenue chef d’orchestre dirigeait l’Orchestre de Paris et Alexandre Tharaud à la Philharmonie

ARTE.TV invitée de l’Orchestre de Philadel­ timbre somptueux et à la matu­ moindres apparitions sur les scè­ Nathalie Stutzmann chante tou­ de La Force du destin, de Verdi ;
À LA DEMANDE phie, l’un des « Big Five » – for­ rité musicale étonnante entame, nes d’opéra – où les rôles de jours, mais elle sait que la carrière le Concerto pour piano no 3, de
CONCERT mule désignant les cinq meilleurs dès le milieu des années 1980, une contralto sont rares et exigent une vocale n’est pas forcément desti­ Beethoven, avec Alexandre Tha­
orchestres américains –, après précoce et remarquable carrière voix large, qu’elle n’a jamais eue. née à durer au­delà d’un certain raud, qu’on entend rarement dans

A lors que le concert donné


par l’Orchestre de Paris
à la Philharmonie, sous
la direction de la chef d’orchestre
Nathalie Stutzmann, était capté,
avoir décroché, en 2018, le plus
modeste poste de directrice musi­
cale de l’Orchestre symphonique
de Kristiansand, en Norvège.
Nathalie Stutzmann, née en
internationale.

Trois « tubes » classiques


Premiers disques chez EMI et
Erato (un label qu’elle vient de re­
Alors que le métier de chef d’or­
chestre s’ouvre progressivement
aux femmes, Nathalie Stutz­
mann prend des cours de direc­
tion à l’étranger, fonde, en 2009,
âge. De sorte que le choix qu’elle
a fait, ainsi que sa consœur cana­
dienne Barbara Hannigan, so­
prano et également chef de grand
talent, lui offre la sécurité et la pro­
ce répertoire ; la Symphonie no 5,
de Tchaïkovski. Nathalie Stutz­
mann, aussi frondeuse que solide,
n’en a cure, dirige ce qui lui plaît,
et s’attaque aux chefs­d’œuvre. Et
le 21 octobre, pour Arte Concert, 1965, fait partie de cette généra­ trouver), un contrat chez RCA, où l’ensemble Orfeo 55, avec lequel messe d’une carrière aussi – sinon elle le fait vraiment très bien. 
on venait d’apprendre que l’Or­ tion de maestras qui fut contrée, elle signe, entre autres, de beaux elle chante le répertoire baroque plus – excitante et satisfaisante. renaud machart
chestre d’Atlanta, aux Etats­Unis, dès l’adolescence, dans son désir disques de lieder et de mélodies – qui a particulièrement servi sa On pourrait qualifier le pro­
nommait la Française comme di­ d’accéder à un métier réservé avec la regrettée Catherine Collard tessiture –, tout en dirigeant. Elle gramme parisien proposé par Concert de l’Orchestre de Paris,
rectrice musicale à partir de 2022. quasi exclusivement aux hom­ (1947­1993) au piano, enchaîne les se produit de plus en plus dans le Nathalie Stutzmann d’insolem­ Nathalie Stutzmann (direction)
En 2020, Nathalie Stutzmann mes. Excellente pianiste (elle étu­ concerts dans le monde entier grand répertoire symphonique et ment traditionnel, avec ses trois (Fr., 2021, 101 min). Sur Arte.tv
avait été désignée première chef die aussi le basson), la contralto au avec les plus grands chefs, et de lyrique – notamment à l’étranger. « tubes » classiques : l’ouverture jusqu’au 20 octobre 2023.

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Echange entre Rossinante et Jolly


SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 21 - 267
PAR PHILIPPE DUPUIS
Jumper. II. Admis par tout le monde N°21­267 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
sans démonstration. Charger la mule.
75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
III. Pompes anglaises. Morigéner. 9 2 1 3 8 4 7 5 6

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 3 8 7 1 5 6 2 9 4 Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71


Chez Nini. IV. Cours de Bretagne. 4 6 5 9 7 2 3 1 8 (prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
I Mouvement de la proue à la poupe. 4 9 5 1 6 4 2 8 9 7 3 Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
Par courrier électronique :
V. Le quart d’un sou. Crie comme une 8 4 9 5 3 7 6 2 1
abojournalpapier@lemonde.fr.
II biche. Dans l’erreur. VI. Préférer en
8 6 7 3 2 7 3 6 9 1 8 4 5
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
1 3 8 7 4 9 5 6 2

rester là. Nymphe du Tibre. VII. Heure 3 6 9 2 8 1 5 4 3 7 Courrier des lecteurs


III 7 5 4 2 6 3 1 8 9 Par courrier électronique :
de réveil du démon. Liseron le jour, courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
IV mirabilis la nuit. VIII. Quart de tour. 6 5 2 1 Moyen Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
Comme une langue du Sri Lanka. Complétez toute la Emploi : www.talents.fr/
V 7 9
Renforce le montage. IX. Galatée, grille avec des chiffres Collection : Le Monde sur CD-ROM :
allant de 1 à 9. CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VI
Amphitrite et toutes leurs sœurs. 8 6 Chaque chiffre ne doit Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
Fait tache au soleil. X. Firent escale être utilisé qu’une
VII en attendant la suite du voyage. 4 9 5 1 seule fois par ligne, La reproduction de tout article est interdite
sans l’accord de l’administration. Commission
VIII
VERTICALEMENT 6 3 4 7 5 2 par colonne et par
carré de neuf cases.
paritaire des publications et agences de presse
n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
1. Avec grande adresse et beaucoup Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget)
IX d’ingéniosité. 2. Ne pas laisser dans
l’ombre. 3. Négation. Préparera pour
X
sceller dans le plâtre. 4. Apprécierai.
Présidente :
Préposition. 5. Mai défait. Belle Ci- Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
troën. Pressé pour donner. 6. Voit ve-
SOLUTION DE LA GRILLE N° 21 - 266 67-69, avenue
Pierre-Mendès-France
nir. Iranienne, Nobel de la paix. 75013 PARIS
HORIZONTALEMENT I. Tiraillement. II. Edictai. Aria. III. Nestor. Et. CB. 7. Pêché ou instrument de pêche. Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26
IV. Ta. Ménagea. V. Alarment. VI. Cela. Sveltes. VII. UMP. Ase. CA. 8. Belle et sombre essence. Sable
mouvant en bord de mer. 9. Evite de L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
VIII. Leaders. DEUG. IX. Engagées. Ure. X. Sténographes. 93290 Tremblay-en-France
tomber dans le puits. 10. Conjonc- Montpellier (« Midi Libre »)
VERTICALEMENT 1. Tentacules. 2. Idéalement. 3. Ris. Alpage. 4. Actera.
tion. Encadrent l’armée. Personnel. Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Dan. 5. Ito. Lego. 6. Larmes. Reg. 7. Li. Envaser. 8. Entes. Sa. 9. Mata. Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
11. Tomber froidement. A suivre une
LED. 10. Er. Gît. Euh. 11. Nice. Ecuré. 12. Tabassages.
fois donné. 12. Feraient des choix. En vente chez votre marchand de journaux durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 carnet | 27
France, Christophe, Bordeaux. Alejandra Gotthold Tonnard,

Etel Adnan Le Carnet


Marie-Pierre
et ses enfants, Pierre et Jade,

ont la grande douleur de faire part


M Danielle Fourès,
me

son épouse,
Julien, Ewelina (†), Suzanna,
son épouse,
Delphina et Nicolas,
ses enfants,
Jean-Claude Tonnard, Dominique

Poétesse et peintre Vous pouvez nous faire parvenir


du décès de

Pierre CHABARTIER.
Seweryn,
ses enfants,
Augustin,
son petit-fils,
Tonnard, Catherine Tonnard,
ses frère, belle-sœur et sœur,
Michaël, William et Laëtitia, Julien
et Raphaëlle, Alexandre,
vos textes soit par e-mail :
libanaise carnet@mpublicite.fr
(en précisant impérativement
votre numéro de téléphone et
Mme Claudette Ducel,
née Atgé,
son épouse,
Mme Suzanne Fourès,
sa mère,
Ses frères et sœur
Ainsi que toute la famille,
ses neveux et nièces,
Elisa, Léa et Chloé,
ses petites-nièces,
Marianne Nottebohm Gotthold,
Annie et Jean Sirmai,
votre éventuel numéro d’abonné sa belle-mère,
ses enfants, ont la douleur de faire part du décès
ou de membre de la SDL) Astrid, Solange, Juan, Tomas et
Claire Sirmai et Thomas Chereau, du Marietta,
soit sur le site : Laura Sirmai et Florian Siegel, ses belles-sœurs et beaux-frères,
ses petits-enfants, docteur Jean FOURÈS,
https://carnet.lemonde.fr Pierre et Marie-France Atgé,
Alexia, Lucas et Santiago, Sofia,
Maia et Olivia,
L’équipe du Carnet reviendra vers ses beau-frère et belle-sœur, survenu le dimanche 14 novembre ses nièces et neveux,
vous dans les meilleurs délais 2021, à l’âge de soixante-et-onze ans.
ont la tristesse d’annoncer le décès, ont la tristesse de faire part du décès
pour vous confirmer la parution. survenu le 8 novembre 2021, dans sa La cérémonie religieuse sera de
quatre-vingt-onzième année, de célébrée le vendredi 19 novembre,
carnet@mpublicite.fr à 14 h 30, en la basilique Saint-Seurin Patrick Henri TONNARD,
M. René DUCEL, de Bordeaux.
https://carnet.lemonde.fr ENSET 1952, survenu à Paris,
inspecteur général honoraire Mme Bernard Hanon, le jeudi 11 novembre 2021,
de l’Éducation nationale, née Ghislaine de Bragelongne, à l’âge de soixante-cinq ans.
AU CARNET DU «MONDE» chevalier de la Légion d’honneur, son épouse,
chevalier La cérémonie religieuse sera
dans l’ordre national du Mérite, Blaise et Luc, célébrée le jeudi 18 novembre,
Anniversaire de naissance chevalier ses fils à 14 heures, en la chapelle Sainte-
dans l’ordre du Mérite de la et leurs conjointes, Inga et Florence, Bernadette d’Auteuil, 4, rue d’Auteuil,
Bon anniversaire
République fédérale d’Allemagne, Jérôme Desforges, à Paris 15e, suivie de l’inhumation,
Thomas. commandeur son beau-fils, dans l’intimité, au cimetière parisien
dans l’ordre des Palmes académiques. et sa femme, Dominique, du Montparnasse, à Paris 14e.
Pour tes vingt ans. Nous sommes Viola, Clara et Lily,
tous très fiers de toi. Il est mort paisiblement chez lui, ses petits-enfants 93 ter, rue des Plantes,
entouré des siens. Selon son souhait Et toute la famille, 75014 Paris.
Papa, Maman, ses obsèques se sont déroulées dans
Inès, l’intimité. ont la tristesse de faire part du décès
de Marie-Claude Tzwangue,
ton amoureuse,
son épouse,
Hugo, Nolwenn et Georges, Domaine de Trévallon,
Bernard HANON, Didier et Marc,
Edith et Abed, Martin et Mounia, Saint-Etienne-du-Grès.
ancien président-directeur général ses enfants
Ethel et Léna, Nathan et Aleida, Saint-Rémy-de-Provence.
Les quatre pattes. de Renault, et leurs conjointes, Catherine et Brigitte,
ancien président Anaïs et Clément,
Floriane Dürrbach, de l’École nationale supérieure ses petits-enfants
A Paris, en 2016. SAMUEL KIRSZENBAUM/ MODDS Décès née de Lescure, de création industrielle, et leurs conjoints, Cédric et Farah,
son épouse, ancien administrateur Nathan et Noah,
Samedi 20 novembre 2021, à 9 h 30, Antoine Dürrbach, d’Interbrew, ses arrière-petits-enfants,
une messe sera célébrée dans la plus son fils François Feldman,

L
e jour où je ne serai plus là, 24 FÉVRIER 1925 Naissance officier
stricte intimité en l’église Saint- et Barbara Durbesson, de l’ordre national du Mérite, son frère
l’Univers aura perdu une à Beyrouth Julien-le-Pauvre, à Paris 5e, pour le Isoline et Mathieu Imbert, et son épouse, Jocelyne,
amie », avait­elle prédit. La 1944 Premier poème : repos de l’âme de notre regrettée, Ostiane et Laurent Icard, Les familles Tzwangue, Auber et
survenu le 10 novembre 2021, à Paris,
poétesse et peintre liba­ « Le Livre de la mer » ses filles et gendres, dans sa quatre-vingt-dixième année. Feldman,
Etel ADNAN. Diane et Raphaël,
naise Etel Adnan est morte le 1978 « Sitt Marie Rose » poète, artiste, Gaspard et Paloma, Une cérémonie sera célébrée le ont la tristesse de faire part du décès
14 novembre, à Paris. Elle avait 1980 « The Arab Apocalypse » officier Lauriane et Lilian, samedi 20 novembre, à 10 heures, de
96 ans, et plusieurs vies à son actif, 2012 Exposition dans l’ordre des Arts et des Lettres.
ses petits-enfants, en la salle de la Coupole du
la littérature mais aussi l’art : « La à la Documenta de Kassel Wanda Teyssier crématorium du cimetière du Père- M. MAX TZWANGUE,
Ni fleurs ni couronnes.
ligne conductrice au plus profond 14 NOVEMBRE 2021 Mort et Jean-Paul Merckens, Lachaise, Paris 20e. chevalier
de mon âme, c’est la reddition, non à Paris Prière d’adresser vos dons au en union avec Fernand Teyssier (†), de la Légion d’honneur,
pas au sens de la capitulation d’un www.fd-fl.org en faveur des étudiants Crysis Dürrbach, Cet avis tient lieu de faire-part. ancien résistant FTP-MOI,
libanais en France. Glorvina et Max (†)
général vaincu, mais comme dans
Cellerier de Sannoy, Les familles Martin, Beaud, Gaudy survenu le 13 novembre 2021,
le récit homérique de la guerre de ses sœurs et beaux-frères, à L’Haÿ-les-Roses,
Pour tout message à Simone Fattal : et Busquet
Troie. Cela signifie que j’ai suivi des montagne, il est à ses yeux « le chef foreteladnan@gmail.com. Baltazar et Aurélie Dürrbach, à l’âge de quatre-vingt-seize ans.
lignes que je n’ai jamais vues, que je de la tribu humaine. (…) Le centre de son frère et sa belle-sœur, ont la tristesse de faire part du décès
suis allée sur des routes inexplorées, [son] être. » Il lui inspire l’un de ses Ses neveux et nièces de La cérémonie aura lieu le vendredi
Jean Frémon 19 novembre, à 14 heures, au
que je n’ai émergé d’aucune confu­ chefs­d’œuvre, Voyage au mont Ainsi que tous les membres de sa
Et la Galerie Lelong & Co.,
belle-famille, M. Yves MARTIN, crématorium d’Arcueil.
sion. Toujours le présent soufflait. » Tamalpaïs (1986), et nombre de
ont le regret d’annoncer le décès de Christelle Sciorato, doyen honoraire
Etel Adnan est née le 24 fé­ toiles et dessins. Ses parents, amis, alliés de l’inspection générale Conférences
vrier 1925 au Liban (alors sous A la même époque, elle rencon­ Et le monde du vin, de l’Éducation nationale,
Etel ADNAN,
mandat français), d’un père syrien tre la peinture grâce à une collè­ commandeur
musulman, officier de l’Empire gue de Berkeley, Ann O’Hanlon, survenu à Paris, le 14 novembre 2021, ont l’immense douleur de faire part de l’ordre de la Légion d’honneur,
ottoman, et d’une mère grecque qui enseigne l’art. La conversation dans sa quatre-vingt-dix-septième du décès soudain de officier
chrétienne, originaire de Smyrne est décisive : « Non seulement elle année. de l’ordre national du Mérite,
Eloi DÜRRBACH, commandeur
(aujourd’hui Izmir). Dès l’enfance, me libéra instantanément les Travailler avec elle fut un privilège de l’ordre des Palmes académiques,
plusieurs langues la traversent : le mains, mais aussi, comme une pla­ et un bonheur. survenu le 12 novembre 2021,
turc, le français, qu’elle apprend à nète change d’orbite, réorienta à l’âge de soixante-et-onze ans. survenu le 15 novembre 2021, La Chaire du Louvre
l’école des religieuses, et l’arabe, mon attention et mes énergies vers La galerie s’associe à la douleur de à l’âge de quatre-vingt-douze ans, À monde nouveau,
qu’elle ne maîtrisera jamais plei­ une nouvelle forme d’art. » Avec sa compagne, Simone Fattal. La cérémonie religieuse sera à Antony (Hauts-de-Seine). nouveaux musées.
nement, de son propre aveu. Fille passion, Etel Adnan devient pein­ célébrée le jeudi 18 novembre,
Galerie Lelong & Co., à 10 heures, en la collégiale Saint- Une bénédiction sera donnée le Neil MacGregor,
unique, elle racontait avoir appris tre. Couleurs franches, lumineu­ 13, rue de Téhéran, Martin de Saint-Rémy-de-Provence, vendredi 19 novembre, à 10 h 30, en historien d’art,
à parler aux fleurs, à la mer, à la ses, lignes claires à l’orée de l’abs­ 38, avenue Matignon, suivie de l’inhumation au cimetière l’église Saint-Louis à Villemomble ancien directeur
montagne : « Le monde me tenait traction : ses paysages irradient. 75008 Paris. de Saint-Etienne-du-Grès. (Seine-Saint-Denis). de la National Gallery
compagnie », nous disait­elle lors Etel Adnan retourne au début et du British Museum,
Annik Balard, Eloi repose au domaine de Étienne Martin,
d’une rencontre en septembre. De des années 1970 à Beyrouth, un propose une réflexion
sa sœur, Trévallon. 360, chemin du Cimetière, villa 2,
ce dialogue, elle a fait œuvre. « volcan en éruption », dit­elle. sur le rôle des musées
31620 Castelnau d’Estrétefonds.
Journaliste pour le quotidien fran­ dans la façon de raconter
a l’immense douleur de faire part du Un registre de condoléances sera l’histoire de nos sociétés.
Amour de la langue anglaise cophone, Al­Safa, elle vilipende la décès de ouvert sur le parvis de la collégiale. Brigitte,
A la fin des années 1940, elle part classe dirigeante dans ses édito­ son épouse, Cycle de 5 conférences
pour Paris étudier la philosophie à riaux avant de prendre la tête des Martine BALARD, (Le Monde du 16 novembre.) Alexandra et Albin,
dite Nado, du 15 au 29 novembre 2021.
la Sorbonne, et suit notamment pages culturelles. Publié en 1978, Jeanne, Lucie et Gabrielle,
Réservation au 01 40 20 55 00
l’enseignement de Gaston Bache­ réédité en 2010 aux éditions Ta­ survenu le 4 novembre 2021. Erwan Duval, Mélanie Le Roux, ou sur fnac.com
ont la douleur de faire part du décès
lard. Elle s’installe ensuite aux myras, son roman Sitt Marie Rose, Alexis Duval,
de
Elle repose à Villamblard à côté de ses enfants,
Etats­Unis pour poursuivre à Ber­ qui décrit l’assassinat d’une jeune
ses parents et de sa sœur, Manuella Mercier,
Colloque
keley et Harvard ses études de phi­ maronite traîtresse à la cause de Germinal ROSA,
sa sœur, Samedi 20 novembre,
losophie, avant de l’enseigner elle­ son peuple, lui vaut des menaces Christine. et leurs conjoints, survenu le samedi 13 novembre 2021, 9 h 30 - 18 h 30,
même au Dominican College de de mort. Avec la plasticienne et cri­ Nicole Marchand, à l’âge de soixante-quinze ans. École normale supérieure,
San Rafael en Californie, de 1958 à tique d’art Simone Fattal, qu’elle Sans toi, la musique s’est éteinte sa belle-sœur, 45, rue d’Ulm, Paris 5e.
1972. Elle traverse ces années rencontre à cette époque, elles et tout est vide. Ses petits-enfants, La cérémonie aura lieu le vendredi
« dans un état de découverte per­ fuient la guerre civile, et s’instal­ Ses neveux et ses nièces, 19 novembre, à 11 heures, à la Colloque « Pierre URI, le parcours
annik.balard@wanadoo.fr
manente : tout un monde nouveau lent à Sausalito (Californie) puis à chambre funéraire des Batignolles, d’un fondateur de l’Europe ».
ont la tristesse de faire part du décès 21, boulevard du Bois le Prêtre, Paris 17e.
s’ouvrait jour après jour, y compris Paris, et à Erquy, en Bretagne. de
Christine Clerici, Programme sur www.geopolitique.eu
la découverte de la Nature en tant Seule la mort les séparera. présidente d’Université de Paris, La famille remercie toutes les Entrée libre. Inscription : geg@ens.fr
que force, beauté obsédante, rêve­ Ses pairs écrivains lui vouent un Sylvain Moutier, Gilbert DUVAL, personnes qui s’associeront à sa peine.
rie éveillée ». Avec la langue an­ profond respect, des poètes amé­ doyen de la faculté sociétés et
glaise, qu’elle balbutie à peine à ricains de la Beat generation, humanités, survenu le 15 novembre 2021, FamilleGerminalRosa@gmail.com Société éditrice du « Monde » SA
Philippe Cadène, à Cherbourg-en-Cotentin (Manche), Président du directoire, directeur de la publication
son arrivée, elle vit « une véritable auprès de qui elle se bat contre la directeur de l’UFR GHES,
Louis Dreyfus
à l’âge de soixante-dix ans. Directeur du « Monde », directeur délégué de la
histoire d’amour. (…) Je n’utilisais guerre du Vietnam, aux poètes Didier Nativel, La famille
publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
plus cette langue, je la vivais. » arabes qu’elle fréquente à Bagdad, directeur du CESSMA, Et les amis, Directrice de la rédaction Caroline Monnot
Une cérémonie religieuse ouverte Direction adjointe de la rédaction
Désespérée par la guerre menée Damas ou Marrakech, et illustre à tous aura lieu le jeudi 18 novembre, de Grégoire Allix, Maryline Baumard, Hélène Bekmézian,
par la France en Algérie, elle aban­ dans ses leporellos. Mais elle dut ont eu la grande tristesse d’apprendre à 10 h 30, en la chapelle Saint-Michel Philippe Broussard, Nicolas Chapuis, Emmanuelle
le décès de des Rouges-Terres, à La Glacerie, suivie
Chevallereau, Emmanuel Davidenkoff (Evénements),
donne le français pour l’anglais, attendre ses 87 ans pour que sa Édouard TAUBÉ, Alexis Delcambre, Marie-Pierre Lannelongue,
d’une cérémonie au crématorium du connu aussi sous les noms de Harold Thibault
dans ses essais biographiques peinture soit enfin célébrée à la Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
Cotentin de Brix, à 14 heures. Cette Mody ou de Gil LANNOU,
comme dans ses poèmes. « Je de­ Documenta de Kassel, en 2012. Omar CARLIER, dernière se déroulera dans la plus
Directrice déléguée au développement des services
abonnés Françoise Tovo
vins soudain, et assez violemment, Une rétrospective lui est actuelle­ professeur émérite
stricte intimité. ont l’immense tristesse de faire part Directeur délégué aux relations avec les lecteurs
d’histoire contemporaine, Gilles van Kote
consciente (…) que je participais ment consacrée au Guggenheim spécialiste de l’Algérie de son décès survenu le 13 novembre Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
émotionnellement à cette guerre, de New York, et une carte blanche à Université de Paris. Fleurs et dons sont bienvenus. 2021. Rédaction en chef Laurent Borredon, Laetitia Clavreul,
L’argent récolté sera reversé à Michel Guerrin, Nicolas Jimenez (photographie),
et que cela me répugnait d’avoir à offerte au Centre Pompidou­ Sabine Ledoux (chef d’édition), Christian Massol,
m’exprimer en français. (…) » Metz, « Ecrire c’est dessiner ». « La l’association Les Restos du cœur. Un dernier hommage lui sera Franck Nouchi (Débats et Idées)
La communauté scientifique et rendu, en la salle de la Coupole, au Directrice du design Mélina Zerbib
Sa rencontre avec le mont Ta­ peinture exprime mon côté heu­ La famille tient à remercier le Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
académique d’Université de Paris cimetière du Père-Lachaise, Paris 20e, Infographie Delphine Papin
malpaïs, au nord de la baie de San reux, celui qui fait un avec l’Uni­ s’associe à la douleur de sa famille, personnel soignant de l’hôpital le 23 novembre, à 10 h 30. Directrice des ressources humaines du groupe
Francisco, qu’elle contemple cha­ vers », évoquait­elle. Le voilà réuni de ses proches, amis, collègues et Pasteur et les infirmières libérales du Emilie Conte
Secrétaire général de la rédaction Sébastien Carganico
que jour de sa fenêtre, est une avec sa plus fervente amie.  étudiants, et leur adresse ses plus Phare d’argent qui se sont occupés Merci de venir trente minutes à Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président,
autre révélation : plus qu’une emmanuelle lequeux sincères condoléances. de Gilbert. l’avance, sans fleurs ni couronnes. Sébastien Carganico, vice-président
IDÉES
0123
28 | JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Marie Mendras Le chaos migratoire orchestré par


la Biélorussie et la Russie n’a pas déstabilisé l’Europe
Alexandre Loukachenko et Vladimir Poutine tentent
d’influence et de puissance. Même le Dans un tel contexte, pourquoi le des Etats n’est pas avérée. Vladimir Pou­
d’obtenir un maximum d’effets avec un minimum chantage au pétrole et au gaz ne fonc­ Kremlin s’attaque­t­il aux voisins euro­ tine a besoin de s’entendre un mini­
de moyens. Mais l’UE et l’OTAN ripostent en évitant tionne pas, car la Russie a grand besoin péens, à la souveraineté des Etats ? mum avec les Européens. Car c’est sa
de vendre ses hydrocarbures à son Pourquoi joue­t­il avec les flux migra­ position dans le rapport de force straté­
le piège de la spirale militaire, analyse la politiste principal acheteur, l’Europe. Le 13 no­ toires et déclenche­t­il inéluctablement gique global qui lui assure pouvoir et
vembre, Poutine a personnellement des ripostes occidentales ? impunité chez lui en Russie. Il ne sou­
démenti les propos de Loukachenko D’une crise à l’autre, le modus ope­ haite pas être de nouveau écarté de la

A
qui menaçait de bloquer le transit du randi peut varier, mais la tactique ne diplomatie internationale, comme
llumer des feux aux frontières torale, répression avec usage de la tor­ gaz russe par la Biélorussie contre de fait aucun doute. Il faut créer un climat en 2014. Son seul accomplissement,
de l’Europe est une tactique ture, assassinats, détournement, en nouvelles sanctions européennes. Cel­ de peur et d’incertitude, nourrir les aux yeux des élites comme de la société
russe éprouvée. Les principaux mai 2021, d’un avion Ryanair assurant les­ci ont été votées le 15 novembre. émotions « populistes », intervenir pour russe aujourd’hui, c’est son statut d’ac­
incendies ont été la guerre en la liaison Athènes­Vilnius pour captu­ La représentante de la Biélorussie dé­ « mettre fin au désordre », dénoncer teur respecté sur la scène mondiale, à
Géorgie en 2008, l’annexion de la Cri­ rer un dissident biélorusse en exil. mocratique en exil, Svetlana l’impuissance des Occidentaux. En condition de ne pas envoyer les jeunes
mée et l’intervention au Donbass pour Loukachenko est un homme obsédé Tsikhanovskaïa rappelle chaque jour d’autres termes, s’immiscer dans les soldats combattre en terre étrangère.
déstabiliser l’Ukraine en 2014, et la par sa survie personnelle. Il a été rejeté que l’imposteur de Minsk n’est pas « la agendas politiques des Etats européens. Le chaos créé à la frontière de l’UE finit
participation militaire aux offensives par les électeurs biélorusses et n’est Biélorussie » et que ses déclarations et Le calcul est d’obtenir un maximum de par produire l’effet inverse de celui qui
de Bachar Al­Assad pour écraser les plus président. Il fait usage du mono­ actions n’engagent pas la nation biélo­ déstabilisation avec un minimum de était recherché. Les Européens font
populations civiles en Syrie et les pole de la violence illégitime et capture russe. Par son intense travail auprès des moyens et une prise de risques quasi­ preuve de solidarité. L’UE et l’OTAN or­
pousser à fuir vers l’Europe. La drama­ les ressources du pays. Sans le soutien gouvernements occidentaux, elle porte ment nulle, puisque Moscou nie à cha­ ganisent des ripostes, tout en évitant le
tique crise de 2015­2016 a convaincu le de la Russie, il aurait dû fuir Minsk et l’alternance politique voulue par la que fois son rôle dans l’enclenchement piège de la spirale militaire. La tâche ur­
Kremlin que la menace des migrations l’ire populaire à la fin de l’été 2020. Tout grande majorité de ses concitoyens. de la crise et raconte un récit inversé : gente est d’apporter une aide aux per­
venant du Moyen­Orient lui fournis­ comme, en 2012, Assad n’aurait pas pu l’adversaire a provoqué l’affrontement, sonnes prisonnières des barbelés, et de
sait une arme de choix, particulière­ se maintenir à Damas sans le soutien et le Kremlin tente avec abnégation les en sortir. Ensuite devront s’ouvrir les
ment dans une Europe sous le choc indéfectible de Moscou. Loukachenko d’éteindre l’incendie. discussions sur un mécanisme euro­
d’attaques terroristes, comme la est l’agent provocateur du Kremlin, péen du traitement du droit d’asile. La
France le 13 novembre 2015. aussi délicat à manier qu’un baril de Ingérence dans nos vies publiques dissuasion par la menace d’une grande
Depuis septembre 2021, le Kremlin poudre. Un homme acculé, prêt à tou­ Il s’agit de saisir les occasions qui se déstabilisation est en train d’échouer.
soutient l’opération spéciale « mi­ tes les extrémités. Et pourtant, Vladimir présentent pour attaquer les pays L’incendie migratoire allumé par Lou­
grants » déclenchée par Alexandre Lou­ Poutine a choisi d’utiliser Loukachenko européens, tous azimuts : ingérence kachenko aura été éteint par les Euro­
kachenko. Le dictateur biélorusse or­
chestre l’arrivée à Minsk de milliers de
tant que ce dernier s’accroche au pou­
voir. Ils se tiennent l’un l’autre.
POUTINE A BESOIN dans nos vies publiques et nos moyens
d’information, infiltration d’entrepri­
péens, et non par la Russie. Même si, se­
lon son habitude, le Kremlin réécrira les
Syriens, de Kurdes d’Irak, de Yéménites, Le chef russe défend son camarade DE S’ENTENDRE UN ses et organisations, chantage aux hy­ faits et revendiquera le rôle de « faiseur
pour les pousser ensuite vers la fron­ biélorusse, car il craint la chute du drocarbures, agitation des Serbes de de paix ». Quant au dictateur à Minsk, il
tière de l’Union européenne (UE), en Li­ « dernier dictateur d’Europe », qui lui MINIMUM AVEC LES Bosnie, manœuvres à la frontière se trouve désormais totalement dépen­
tuanie et en Pologne. L’instrumentali­ sert à la fois de bouclier et de fer de ukrainienne. Le président ukrainien dant du grand Russe. 
sation de personnes fuyant l’insécu­ lance. Le pouvoir poutinien se trouve
EUROPÉENS, CAR dénonce le déploiement actuel d’une
rité, pour en faire le combustible d’un dans une situation difficile en Russie C’EST SA POSITION centaine de milliers de militaires rus­
foyer d’insécurité en Europe, est d’une même : il fait face à une crise économi­ ses à l’est de son pays.
perversité inouïe. Le but est de diviser que et sociale durable, à des accusa­ [À L’INTERNATIONAL] La tactique du spoiling – subversion et
les Européens et de les engager à discu­ tions de corruption et à la montée du perturbation – produit toujours confu­
ter avec Minsk. mécontentement populaire. Il a re­ QUI LUI ASSURE sion et panique, sur le moment. Elle fait Marie Mendras est politiste au CNRS
Le régime russe tient à bout de bras cours à la force – répression brutale, POUVOIR ET IMPUNITÉ le miel des démagogues anti­Europe et et au CERI, et professeure à l’Ecole des
Alexandre Loukachenko dans ses entre­ saisie de biens, interventions armées – anti­Etat de droit. Mais, au­delà de l’effet relations internationales de Sciences Po.
prises criminelles : manipulation élec­ car il manque de moyens non violents CHEZ LUI choc, l’influence russe sur les politiques Elle est membre de la revue « Esprit »

Jacques Rupnik Le gouvernement polonais est le grand gagnant


politique du conflit provoqué par Loukachenko
Face à la pression migratoire à la frontière polonaise, les Vingt­Sept font bloc avec les conservateurs populistes au pouvoir à Varsovie,
jusque­là dénoncés pour leur remise en cause de l’Etat de droit, explique le spécialiste de l’Europe centrale et orientale

O
n ne peut pas, en voyant les reliait les capitales de la Grèce et contre une dérive autoritaire improbable sur le « Polexit ». Le nement de centre droit modéré­ sition du gouvernement polonais,
clôtures avec barbelés à la de la Lituanie [Athènes et Vilnius, et anti­européenne rassemblait premier ministre polonais, Ma­ ment pro­européen s’installe à qui voudra rester seul maître à
frontière polonaise, ne pas pour arrêter le dissident en exil 100 000 personnes à Varsovie. Le teusz Morawiecki, déclarait il y a Prague après la défaite du popu­ bord, mais aussi de ceux qui re­
se souvenir qu’elles sont Roman Protassevitch]. propos est éclipsé par le discours trois semaines : l’Europe « braque liste Andrej Babis en octobre, il doutent l’encouragement donné à
installées par un pays qui a gran­ Cela n’enlève rien au drame martial sur l’urgence de la protec­ un pistolet sur notre tête », et si elle semble que Varsovie ne puisse la Turquie, au Maroc ou à d’autres
dement contribué, il y a trente ans, humanitaire qui se déroule à la tion de la frontière, et l’opposition commence une « troisième guerre plus compter sur un soutien in­ pays de recourir au chantage mi­
à la chute du mur de Berlin et au frontière polono­biélorusse. Des ne veut pas se montrer laxiste sur mondiale » contre la Pologne (en conditionnel de Prague (ni de gratoire. L’autre option serait que
démantèlement du rideau de fer critiques sont adressées, en Polo­ la sécurité tout en critiquant les retenant les fonds attribués dans Bratislava), dans son bras de fer l’UE négocie avec le dirigeant
qui divisait l’Europe. Comparaison gne même, aux autorités, qui re­ défaillances humanitaires ou le le plan de relance européen), avec l’UE sur l’Etat de droit. biélorusse Loukachenko – dont
n’est pas raison, mais le symbole fusent l’accès à la frontière à ceux refus de coopérer avec Frontex, « nous nous défendrons avec tou­ elle ne reconnaît pas la légitimité
permet de mesurer le chemin par­ qui veulent venir en aide aux mi­ l’instance européenne qui a pour­ tes les armes à notre disposition ». Angoisse démographique – pour qu’il reprenne les migrants
couru. Il permet aussi de souligner grants. Mais, cette fois, le contexte tant son siège à Varsovie ! Jamais un tel langage guerrier En revanche, l’unité de Visegrad et les encourage au retour dans
le contraste avec la réaction euro­ est différent. Face à une tentative Il en va de même dans la rela­ n’avait été utilisé au sein de l’UE. Il sera préservée sur la question mi­ leur pays d’origine, eux que le dic­
péenne en 2015, lorsque la Hon­ d’instrumentalisation de la mi­ tion avec l’UE. Alors qu’un bras se révèle soudain en phase avec la gratoire. En effet, il y a un prisme tateur n’a pas envie de voir errer
grie de Viktor Orban fit construire, gration, l’unité a été préservée : la de fer oppose l’UE à Varsovie sur « menace hybride » à sa frontière spécifique des questions migra­ dans les rues de Minsk. Deux op­
en 2015, une clôture similaire à la vague populiste et nationaliste est les questions de l’Etat de droit, orientale, dont la Pologne s’af­ toires pour les nations d’Europe tions improbables. Les risques
frontière avec la Serbie afin de blo­ passée par là, pas seulement dans de l’indépendance de la justice et, firme le gardien. Un rôle compati­ centrale dont « l’existence ne va d’escalade ne sont pas à exclure, et
quer ce qu’il appelait une « inva­ l’est du continent. La question mi­ plus récemment, sur le primat ble avec l’affirmation de la souve­ pas de soi », selon le mot de l’écri­ c’est vers Moscou, le soutien privi­
sion » de migrants empruntant la gratoire n’en est pas la cause, mais du droit européen, certains (dont raineté nationale. Il relève de cha­ vain d’origine tchèque Milan Kun­ légié du régime de Loukachenko,
« voie ottomane » de la Turquie un révélateur et un accélérateur. le ministre de la justice, Zbigniew que Etat de décider qui entre sur dera. Ce sont des nations ancien­ que se tournent les Européens.
vers l’Europe. L’Europe s’était alors Personne ne veut voir l’UE accu­ Ziobro) amorçaient un débat son territoire. Deux variations, nes dont les Etats sont récents et Après tout, Poutine a compris
profondément divisée sur la ques­ sée de naïveté ou d’impuissance donc, du discours sur la souverai­ conscients de la fragilité de leurs depuis 2015 que l’une des grandes
tion migratoire. sur un tel dossier. Au moment où neté : la première sur l’Etat de frontières. Leur perception in­ faiblesses de l’UE était la question
Le président du Conseil euro­ Angela Merkel quitte la chancelle­ droit, peu compatible avec les quiète de l’immigration est liée à migratoire et celle des frontières.
péen, Charles Michel, a exprimé rie, l’Allemagne n’est sans doute principes et les institutions de ce qu’ils considèrent comme les L’Union s’est construite sur le
le 10 novembre, à Varsovie, sa pas mécontente de voir la Pologne l’UE, est éclipsée par la seconde, échecs de l’intégration à l’Ouest, dépassement de ses frontières
solidarité avec le gouvernement bloquer des migrants scandant sur la protection des frontières. et surtout à l’angoisse démogra­ internes ; elle est contrainte
polonais, confronté à ce qu’il « Germany, Germany ». Autrement dit, plus le conflit pro­ phique provoquée tant par la aujourd’hui, dans l’urgence géo­
dénonce comme une « guerre Le gouvernement conservateur L’UNITÉ AFFICHÉE voqué par le satrape biélorusse baisse de la natalité que par politique, de penser et de cons­
hybride » avec l’acheminement à de Varsovie n’a pas manqué l’oc­ dure, plus le parti du gouverne­ l’émigration au sein de l’UE. truire sa frontière externe. 
la frontière de plusieurs milliers casion d’utiliser la crise à son pro­
PAR LES EUROPÉENS ment Droit et justice (PiS) à Varso­ Les Européens ont affiché leur
de migrants du Moyen­Orient. Il fit tant sur le plan intérieur que DANS LA CRISE vie engrange des bénéfices tant en unité dans la crise, celle­ci sera­t­
ne s’agit pas, en effet, d’une crise sur le plan européen. Il y a un politique interne qu’européenne. elle préservée dans la recherche
migratoire comme en 2015, mais mois, la contestation du pouvoir SERA-T-ELLE On peut prolonger ce constat d’une issue ? Tenter, pour des rai­
d’un trafic d’êtres humains orga­ battait son plein sur la question sur le plan régional au sein du sons humanitaires, d’accueillir
nisé par le dictateur biélorusse en de l’indépendance de la justice PRÉSERVÉE DANS groupe de Visegrad [plate­forme une bonne partie des 10 000 à Jacques Rupnik est
réponse aux sanctions de l’Union comme sur celle de la nouvelle LA RECHERCHE de coopération entre la Pologne, la 20 000 migrants répartis entre directeur de recherche émérite
européenne (UE) imposées après loi restrictive sur l’avortement. Hongrie, la République tchèque et pays « volontaires » ? Voilà qui se au Centre de recherches
le détournement d’un avion qui Le 10 octobre, une manifestation D’UNE ISSUE ? la Slovaquie]. Alors qu’un gouver­ heurtera non seulement à l’oppo­ internationales de Sciences Po
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 idées | 29

Pascal Brice, Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil


L’UE ne peut pas se transformer en financeur de barbelés
L’ex­directeur de l’Office français de protection des les compagnies qui participent à ce Rien ne semble avoir été appris des arri­ part de l’Union et des Etats membres
chantage, etc. vées nombreuses de 2015­2016 ou des une politique migratoire et d’asile fon­
réfugiés, l’ancien député européen et le réalisateur Il est plus que temps que l’Europe cesse pérégrinations imposées à l’Aquarius et dée sur un accueil digne, organisé et
prônent la fermeté à l’égard du régime biélorusse et de prêter le flanc à la moindre tentative à d’autres bateaux humanitaires en Mé­ maîtrisé, et la fin de politiques dissuasi­
de déstabilisation migratoire. L’Union diterranée depuis lors. ves qui ne dissuadent de rien et entre­
exigent une politique migratoire digne et maîtrisée, est­elle si fragile qu’elle tremble lors­ tiennent le désordre, de Moria, en Grèce,
pour des raisons humanitaires et économiques qu’un dictateur utilise quelques milliers Politique d’intégration active jusqu’à Briançon (Hautes­Alpes) et Calais
de personnes pour faire pression sur L’Europe et ses Etats membres ne peu­ (Pas­de­Calais). Cela passe également par
elle ? Faut­il que nous nous mettions vent être sans cesse les otages de pres­ une politique d’intégration active pour

Q
sans cesse à la merci de la Biélorussie, de sions extérieures dont les relais intéres­ l’apprentissage des langues européen­
uelques milliers d’hommes, de gue de victimes. Il n’est pas envisageable la Turquie, de la Russie, du Maroc, du ré­ sés en son sein ne manquent pas, de Vic­ nes, la formation professionnelle, l’em­
femmes et d’enfants sont pris au que l’Union européenne se transforme gime algérien ou des milices libyennes ? tor Orban à l’extrême droite française ou ploi, le logement, la connaissance et
piège du froid et de la faim à la en financeur de barbelés et de pa­ italienne. Tous ont pour ennemie la dé­ le partage des valeurs fondamentales de
frontière entre la Biélorussie et la trouilles pour repousser des êtres hu­ mocratie européenne. Il est temps que la démocratie.
Pologne. Cette situation résulte du cy­ mains en danger de mort à ses confins. l’Union et ses Etats membres se dotent C’est ainsi que nous aurons répondu à
nisme sans limite du régime biélorusse, L’Union européenne et ses Etats mem­ d’une politique migratoire et d’asile con­ l’urgence de la survie d’hommes, de fem­
qui organise l’arrivée de ces migrants bres doivent mettre à la disposition de la forme aux valeurs et aux nécessités mes et d’enfants à nos frontières, et re­
aux frontières orientales de l’Union Pologne tout le soutien financier et opé­ de l’accueil et qui nous mette à l’abri conquis notre liberté de décision en tant
européenne (UE) pour les jeter dans une
impasse mortelle accentuée par l’intran­
rationnel nécessaire à la mise en place
d’un traitement humanitaire des mi­
C’EST À LA FRANCE des chantages.
Il est temps de cesser de reculer devant
qu’Européens, en tournant enfin le dos
aux peurs organisées par les despotes et
sigeance inhumaine du gouvernement grants et à l’examen de leur situation ET À L’ALLEMAGNE l’inacceptable. L’accueil des personnes les semeurs de haine. 
polonais. Quant à la Russie, elle est soit avant leur accueil en Europe conformé­ étrangères sur le continent européen est
complice directe de cette manœuvre, ment au droit européen. C’est à la France D’ORGANISER UNE une double réalité, une double nécessité,
soit trop heureuse de tenter de se présen­ et à l’Allemagne d’organiser une coali­ du point de vue du respect du droit
ter en honnête courtière, alors que la dic­ tion des Etats prêts à être à la hauteur des
COALITION DES ÉTATS d’asile comme de celui des besoins de
tature biélorusse lui doit tout pour sa droits fondamentaux de l’UE. PRÊTS À ÊTRE À LA nos économies. Il doit se faire dans
survie et que la déstabilisation de l’Eu­ En même temps, les Européens doi­ la maîtrise pour prendre pleinement Pascal Brice, ancien directeur
rope reste son objectif. vent poursuivre le déploiement de l’en­ HAUTEUR DES DROITS en compte les inquiétudes sociales et général de l’Office français de protec-
Nous devons venir, sans hésitation et semble des sanctions, renforcées pour culturelles qui taraudent l’Europe. Il tion des réfugiés et apatrides, est
immédiatement, en aide aux personnes instaurer un blocus contre le régime bié­ FONDAMENTAUX passe par un contrôle des frontières ex­ président de la Fédération des acteurs
qui peuvent mourir de froid à tout mo­ lorusse, dont le chantage n’a que trop DE L’UNION térieures de l’Union, ne serait­ce que de la solidarité ; Daniel Cohn-Bendit
ment à la frontière de l’Europe, à notre duré : isolement financier, interdiction pour se prémunir contre la menace ter­ est ancien député européen ;
frontière, s’ajoutant à une liste déjà lon­ de survol de l’espace européen à toutes EUROPÉENNE roriste extérieure. Cela suppose de la Romain Goupil est réalisateur

La France persiste à laisser Il faut protéger les lanceurs


dépérir les enfants français d’alerte en se focalisant sur
dans les camps syriens l’alerte et non sur le messager
Cinq pédopsychiatres, parmi lesquels Boris Cyrulnik et Marie­Rose Moro, Après les révélations sur la centrale nucléaire du Tricastin,
demandent à l’Etat de rapatrier d’urgence ces jeunes prisonniers en danger trois représentants d’ONG rappellent l’importance de la loi sur
la protection des lanceurs d’alerte actuellement au Parlement

D L
epuis bientôt trois, quatre s’est détériorée », a récemment cateurs et des psychologues
ou cinq ans, deux cents asséné le ministre danois des af­ accompagneront ces enfants aux e 12 novembre, le journal Le Monde a ré­ majeur pour aider les lanceurs d’alerte, relayer
enfants français sont pri­ faires étrangères, Jeppe Kofod, parloirs des maisons d’arrêt pour vélé qu’un lanceur d’alerte, ancienne­ leurs alertes voire les porter à leur place pour
sonniers, avec leurs mè­ pour justifier la décision du gou­ travailler à la préservation du ment membre de l’équipe de direction de leur éviter d’être exposés et préserver leur
res, dans des camps du Nord­Est vernement de les rapatrier. De­ lien, à la connaissance et à la la centrale nucléaire du Tricastin anonymat est cruciale. Pour que ces organisa­
syrien. Certains sont nés dans puis des mois, les enfants fran­ compréhension de leur histoire. (Drôme), avait porté plainte, début octobre, tions, comme The Signals Network et La Mai­
ces camps ; tous ou presque y çais de Syrie regardent leurs ca­ Les magistrats et les profession­ contre EDF pour « mise en danger de la vie son des lanceurs d’alerte, puissent continuer
sont entrés lorsqu’ils avaient marades d’autres nationalités nels de l’enfance ont l’expérience d’autrui », « infractions au code pénal, au code de soutenir les lanceurs d’alerte, une protec­
moins de 6 ans. Ces enfants rentrer chez eux et les camps se de ces prises en charge : au de l’environnement, au code du travail, à la ré­ tion adéquate, complète, similaire à celle ap­
vivent sous des tentes de for­ vider : en deux ans, mille enfants 25 janvier, 98 femmes françaises, glementation relative aux installations nucléai­ portée aux individus, doit être accordée aux
tune, entourés de barbelés et de ont été rapatriés. La France, elle, qui ont réussi à fuir l’organi­ res ainsi que pour harcèlement » (« Nucléaire : associations et aux syndicats dès lors qu’ils
gardes armés, dans le froid et la persiste à les laisser dépérir dans sation Etat islamique [EI] ou à un cadre de la centrale du Tricastin dénonce portent ou facilitent une alerte.
boue. Ils ne sont ni scolarisés ni ces camps et, par là même, à les s’évader des camps, étaient ren­ une “politique de dissimulation” d’incidents de
soignés, et ils ne bénéficient exposer au pire. trées de zone irako­syrienne avec sûreté », par Stéphane Mandard et Perrine Mou­ Notre sécurité à tous
d’aucune prise en charge psycho­ leurs enfants. terde, Le Monde du 12 novembre). La meilleure protection pour un lanceur
logique. Ils sont pourtant des vic­ Climat de tension et de peur Ces enfants prisonniers en Sy­ Les faits qu’il dénonce sont d’une toute parti­ d’alerte reste que la société se focalise sur
times de guerre que la France Nous connaissons certains de ces rie s’apprêtent à affronter leur culière gravité et relèvent de l’intérêt général. l’alerte elle­même – le message – et non sur le
abandonne en toute connais­ enfants revenus de zone irako­sy­ troisième ou quatrième hiver Le sujet de la sûreté nucléaire concerne notre messager, sans quoi les risques pris et repré­
sance de cause dans ces « Guan­ rienne, orphelins ou non, en 2018. dans des conditions humanitai­ sécurité à tous. Alors que les réacteurs nucléai­ sailles endurées l’auront été en vain. Le droit
tanamo pour enfants ». Nous avons évalué leurs trauma­ res catastrophiques. La tension res français viennent d’obtenir une autorisa­ doit garantir que les autorités compétentes se
Les Etats­Unis, la Russie, le Ko­ tismes et mesuré, surtout, leur in­ monte autour des camps et dans tion d’exploitation de dix ans supplémentai­ saisissent des alertes et corrigent les manque­
sovo, la Belgique, le Danemark, la croyable force de résilience et leur les camps, l’insécurité est à son res, cette plainte illustre l’impérieuse nécessité ments révélés. Dans ce cas précis, il y va de no­
Suède, la Finlande et bien d’au­ profond désir tant de se réadapter comble. Le temps que nous per­ d’améliorer leur sûreté : un enjeu qui nécessite tre sécurité à tous.
tres pays ont fait le choix de ra­ à la vie en France que de réin­ dons à les laisser dans ces foyers une prise en compte sérieuse et un traitement Au vu de la gravité des révélations publiées
patrier les enfants et leurs mères. tégrer leur famille d’origine. Nous de violence participe à ancrer approprié des alertes. par Le Monde, une revue des résultats « Sû­
« La situation en matière de sé­ savons leur évolution et nous leurs traumatismes. En les aban­ L’Assemblée nationale devait voter, le 17 no­ reté, environnement, radioprotection » de
curité humanitaire dans les camps pouvons attester des progrès ex­ donnant, nous ne faisons vembre, une loi historique sur la protection la centrale nucléaire du Tricastin, ainsi
traordinaires qu’ils ont accomplis qu’ajouter du traumatisme au des lanceurs d’alerte. Les implications pour qu’une revue par des organismes d’expertise
et continuent d’accomplir grâce traumatisme, et les exposer en­ notre sécurité collective de l’alerte du Tricas­ indépendants des dossiers de prolongation
au travail conjoint de tous les pro­ core davantage aux dangers de tin rappellent la nécessité de protéger concrè­ de la durée de vie des centrales, en complé­
fessionnels de l’enfance. leur propre radicalisation. tement les lanceurs d’alerte par le maintien ment du « seul » avis de l’Autorité de sûreté
Tous les autres enfants devaient Ils ne sont ni les enfants de de leurs emplois et la compensation des per­ nucléaire, semblent des premières mesures
rentrer avec leurs mères en fé­ l’EI, ni les enfants du djihad : ils tes financières rencontrées lors de l’alerte. indispensables, tout comme l’ouverture
LES ENFANTS vrier 2019, avant que la France
fasse machine arrière. Il faut dé­
sont nos enfants, des enfants
français que la France n’a pas le
La création d’un statut de salarié protégé et
celle d’un fonds de soutien sont des mesures
d’une commission d’enquête parlementaire.
Une alerte a été lancée : le Parlement et le
FRANÇAIS DE SYRIE sormais agir et agir vite : les trau­ droit d’abandonner. Nous de­ proposées dans les amendements à l’étude à gouvernement doivent agir vite pour proté­
matismes s’ancrent, la situation mandons à prendre soin d’eux de l’Assemblée nationale. ger et traiter cette alerte. 
REGARDENT géopolitique sur place est de plus toute urgence.  Ces révélations mettent également en exer­
en plus inquiétante et le climat de gue l’importance de punir ceux qui tentent
LEURS CAMARADES tension et de peur est à son com­ de dissuader les lanceurs d’alerte, que ce
D’AUTRES ble dans le camp de Roj [dans le soit avant leur signalement, en les incitant à
nord­est de la Syrie]. se taire, ou après. Les sanctions doivent
NATIONALITÉS A leur retour en France, les en­ être suffisamment fortes pour empêcher Arnaud Apoteker est le coprésident de
fants seront certes séparés de David Cohen, toute forme d’entrave, et s’accompagner de la Maison des lanceurs d’alerte ; Delphine
RENTRER CHEZ leurs mères, leur seule source Boris Cyrulnik, la création d’un délit pénal autonome de Halgand-Mishra est la directrice générale
EUX ET LES CAMPS d’affection et sécurité, puisque Serge Hefez, Marie-Rose prise de représailles. de The Signals Network ; Jean-François
celles­ci seront incarcérées, mais Moro et Marcel Rufo La protection des organisations non gouver­ Julliard est le directeur général
SE VIDER le lien sera maintenu. Des édu­ sont pédopsychiatres nementales et des syndicats qui jouent un rôle de Greenpeace France
0123
30 | idées JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

SOBRIÉTÉ
C’est à partir du XVIIIe siècle que s’opère un rationnement volontaire à l’échelle d’un pays
basculement de la pensée occidentale. Avec est possible. Mais cette politique se veut tran­
les sciences modernes émerge l’idée que la sitoire et tourne court avec le développement
Terre est exploitable, qu’il suffit de la creuser du parc de centrales nucléaires, tandis que la
pour en extraire une énergie abondante. Se consommation énergétique repart de plus
déploie alors « un nouvel imaginaire où belle. Dans un modèle de société fondé sur la
l’émancipation et la réalisation de soi passent croissance, la sobriété dérange. Elle est, à tort,
par un progrès technologique sans limite, qui souvent assimilée à la recherche d’efficacité –
pourvoit à la satisfaction matérielle de tous faire plus avec moins – qui mise sur le progrès
Longtemps pensée comme une « évidence », la notion de modération les désirs », analyse Barbara Nicoloso, autrice technologique pour préserver la planète.
ou de frugalité est devenue marginale à partir du XVIIIe siècle d’un Petit traité de sobriété énergétique (Char­ Or, des travaux en sciences de l’environne­
les Léopold Mayer, 200 pages, 10 euros). Au ment montrent que, si l’efficacité est un élé­
dans les sociétés d’abondance. Elle revient aujourd’hui dans le débat XIXe siècle, la sobriété devient même une ment important pour agir sur le climat, elle
public, mais manque d’une définition précise et d’indicateurs idée rétrograde, « un signe de misère ou de n’est pas suffisante et doit être associée à une
retard », constate François Jarrige. Alors que profonde réflexion sur les usages et les modes
les promoteurs du charbon, du pétrole, puis de vie. Dans cette perspective, les initiatives
HISTOIRE D’UNE NOTION lité », la modération est une notion
ancienne, qui s’enracine dans les grandes
du nucléaire sont célébrés comme des héros,
« leurs opposants et tous ceux qui cherchaient
individuelles ne suffiront pas. « La sobriété n’a
de sens que si elle est portée par la collectivité »,

R
éduire ses déplacements, relocaliser traditions philosophiques et religieuses. d’autres chemins ont été oubliés et rejetés confirme Bruno Villalba, professeur de
ses achats, privilégier les objets d’oc­ Présente dans la pensée grecque et les prin­ dans les poubelles du passé ». science politique à AgroParisTech et coauteur
casion… Ces idées semblent faire cipales religions, elle est longtemps perçue de Sobriété énergétique (Quæ, 2018).
leur chemin dans l’opinion publi­ comme « une évidence », dans des sociétés La question de la justice sociale Mais comment faire la part entre les
que, selon le baromètre de l’Agence de la tran­ « soumises aux contraintes matérielles », où Ce récit se renforce encore tout au long du besoins fondamentaux et ce dont on peut se
sition écologique (Ademe). La notion de so­ les populations s’organisent « pour répartir XXe siècle jusqu’à l’avènement de la société de passer, alors que des travaux scientifiques
briété, notamment énergétique, suscite aussi des sources d’énergie peu abondantes, gérer COMMENT FAIRE  l’hyperconsommation et du tout­jetable. montrent que cette distinction est plus cultu­
« un intérêt croissant de la part des sciences so­ la pénurie pour se chauffer, s’alimenter, se LA PART ENTRE  L’idée de sobriété est marginalisée, portée par relle qu’universelle, et évolue avec le dévelop­
ciales et politiques », note Edouard Toulouse déplacer, ou produire des biens », rappelle des philosophes critiques de la société indus­ pement de la société ? Et surtout comment
(La Revue de l’énergie, mars­avril 2020), ingé­ l’historien des techniques François Jarrige LES BESOINS  trielle, comme Jean Baudrillard – il dénonce, définir un accès équitable à l’énergie et aux
nieur et membre de l’association négaWatt, (« Sobriété énergétique, un nouvel oxy­ dans La Société de consommation, en 1970, la biens quand une large part de la population
qui anime, depuis 2017, Enough, un réseau in­ more ? », AOC, février 2020). La démarche est FONDAMENTAUX ET  « mystique de la croissance » –, les penseurs vit déjà une sobriété qu’elle n’a pas choisie ?
ternational de recherche sur le sujet. Pour individuelle mais aussi collective. Dans son Jacques Ellul et Ivan Illich ou l’économiste Mettre en œuvre une politique de sobriété
autant, elle reste peu mobilisée dans les poli­ ouvrage Effondrement. Comment les sociétés
CE DONT ON PEUT  Serge Latouche, théoricien de la décroissance, pose de nombreuses questions, et en premier
tiques publiques. « Il y a là comme un angle décident de leur disparition ou de leur survie SE PASSER ? qui propose de mettre en œuvre la « satisfac­ lieu celle de la justice sociale. « La sobriété n’est
mort, un sujet tabou », constate Barbara Nico­ (Gallimard, 2006), le géographe Jared tion d’un nombre judicieusement limité de ni l’ascèse ni la privation, mais un rééquilibrage
loso, directrice de l’association Virage Ener­ Diamond cite l’exemple des Islandais, qui besoins » (Le Pari de la décroissance, 2006). qui doit se construire démocratiquement et
gie, qui accompagne les collectivités dans leur ont su, pendant des siècles, limiter le nom­ Ces réflexions rencontrent peu d’écho. La suppose d’inventer un autre imaginaire de
transition énergétique. bre de moutons par éleveur, afin de préser­ « chasse au gaspillage », lancée par Valéry Gis­ liberté et d’émancipation », assure Barbara
Comment expliquer ce phénomène ? ver un environnement volcanique où la card d’Estaing en 1979 après les chocs pétro­ Nicoloso. Il n’est peut­être pas trop tard. 
Qu’on la nomme « tempérance » ou « fruga­ terre fertile est une denrée rare. liers, apporte la preuve qu’une stratégie de claire legros

CHRONIQUE | PAR PIERRE­CYRILLE HAUTCOEUR  RUSSIA TODAY, LA TÉLÉ QUI VENAIT DU FROID


La rente contre LIVRE Cet effort pour présenter RT,
chaîne née à Moscou au milieu
tionalisation du média –, RT pré­
fère endosser le rôle du « troll ». En

l’innovation E n quoi la chaîne RT, ex­Rus­


sia Today, financée à 99,5 %
par l’Etat russe, devrait­elle
des années 2000, de la manière la
plus anodine possible constitue
l’une de ses principales marques
privilégiant les informations qui
soulignent les divisions d’une
société ou les faiblesses d’un pou­
susciter davantage notre mé­ de fabrique, explique l’auteur de voir, la chaîne ajoute au discrédit
fiance que France 24, la Deutsche cet ouvrage limpide, aussi rigou­ de « l’Occident libéral ». Un exer­

L a COP26 a certes échoué à défi­


nir les modalités partagées
d’une révolution énergétique,
mais celle­ci se dessine néanmoins
pour les prochaines décennies : les
en hausse grâce aux exportations et,
surtout, aux besoins de l’industrie
navale qui commence à gainer de
cuivre les coques de bois des navires,
que les mers chaudes détériorent
Welle ou la BBC, tous médias pu­
blics subventionnés par les Etats
européens qui les ont fait naître ?
Cette question, c’est Xenia Fedo­
rova elle­même qui la pose, le
reux dans sa construction que
plaisant à parcourir. Avec la néga­
tion de l’objectivité journalistique
et la promotion de vérités alter­
natives (les événements ne
cice plutôt offensif de ce que l’on
appelle la « diplomatie douce » – la
France, où la chaîne est disponi­
ble depuis 2017 (sur la Freebox,
Molotov.tv ou encore sur le bou­
énergies carbonées, qui ont permis la vite. La Royal Navy, qui règne sur RUSSIA TODAY (RT),  14 février 2019, dans Le Parisien : peuvent­ils pas être lus de diffé­ quet des chaînes d’information
croissance des âges industriel et pos­ toutes les mers du globe, la Compa­ UN MÉDIA  « Nous ne sommes pas la voix du rentes manières ?), ce relativisme de Canal+), a eu l’occasion de
tindustriel, vont céder le pas. De mul­ gnie des Indes et les navires négriers D’INFLUENCE  Kremlin. Est­ce qu’on dit que France vise à semer la confusion dans l’éprouver lors des manifesta­
tiples innovations ont déjà réduit s’équipent rapidement après 1775. AU SERVICE  24 est la voix de l’Elysée ? », fait alors l’esprit des téléspectateurs. Et lors­ tions des « gilets jaunes ».
massivement les coûts des énergies En 1779, le gouvernement décide DE L’ÉTAT RUSSE mine de s’interroger la présidente que les « médias mainstream » « Le réseau est ainsi devenu le
renouvelables (éolien et solaire). Les d’en doter toute la Navy – la guerre de Maxime Audinet, et directrice de l’information de occidentaux s’avisent de démon­ vecteur privilégié d’une informa­
investissements suivront tout seuls, d’indépendance américaine se joue INA, RT France, citée par Maxime Audi­ ter ces mécanismes de l’informa­ tion négative du “soft power”
disent les optimistes. Pourtant, ni les aussi sur les mers. 188 pages, 16 euros net dans son livre Russia Today tion selon RT, les dirigeants de la russe, qui cherche à déprécier la
choix politiques ni les investisse­ (RT), un média d’influence au ser­ chaîne au logo vert les tournent puissance d’attraction de son rival
ments privés ne dépendent des seu­ Obsession pour le profit vice de l’Etat russe. La journaliste en dérision ou invoquent la li­ plutôt qu’à augmenter celle de la
les réductions de coûts, comme le Pourtant, malgré ce brillant saut tech­ avait eu le temps de réfléchir à berté d’expression si chère à nos Russie », conclut le chercheur à
rappellent les premiers pas de la nologique et ces perspectives favora­ deux ou trois éléments de riposte. sociétés, afin de les disqualifier. l’Institut de recherche stratégique
machine à vapeur, symbole de la bles, les mines de Cornouailles vont En 2017, à Versailles, c’est à la suite à l’Ecole militaire. Nourri de cita­
révolution industrielle anglaise. faire faillite en quelques années. Cer­ de son interpellation qu’Emma­ Publics contestataires tions, de portraits et d’une foule
L’extraction massive du charbon tes, l’émergence des mines concurren­ nuel Macron avait qualifié, devant Une méthode d’autant plus effi­ d’exemples concrets, l’ouvrage,
permit à l’Angleterre de surmonter la tes d’Anglesey (Pays de Galles) y est un Vladimir Poutine marmoréen, cace auprès des publics contesta­ issu de la thèse de l’auteur, réussit
pénurie d’énergie qui la guettait à la pour quelque chose, car le cuivre y est la chaîne et sa jumelle, l’agence taires que, loin d’afficher une vul­ à faire de cette « guerre de l’infor­
fin du XVIIIe siècle, quand les cours extrait à ciel ouvert à moindre coût. Sputnik, d’« organes d’influence, gaire et trop évidente propagande mation » post­ère soviétique un
d’eau étaient saturés de moulins et Mais l’obsession de Boulton et Watt de propagande et de propagande prorusse – l’axe éditorial initial, moment passionnant. 
les forêts surexploitées. Outre le pour le profit y est pour davantage. En mensongère, ni plus ni moins ». abandonné à mesure de l’interna­ aude dassonville
chauffage et bientôt le transport, elle effet, leur brevet leur permet d’impo­
permit de produire une énergie ser des contrats léonins aux entrepri­
mécanique en quantité très supé­ ses minières, qui de ce fait ont le plus
rieure, et moins contraignante à loca­ grand mal à réaliser des profits et doi­
liser. La machine à vapeur de l’inven­
teur Watt et de l’entrepreneur Boul­
vent fermer certains sites pour éviter
de tourner à perte. Obsédés par l’ex­
Le Covid nouveau est arrivé | par serguei
ton reste ainsi le symbole des « lumiè­ traction maximale de leur rente, Boul­
res industrielles » britanniques. ton et Watt négligent les autres
Dans un travail récemment pré­ débouchés pour leur machine. Ils en
senté à l’Ecole d’économie de Paris, retardent notamment l’adaptation à
Mary O’Sullivan, professeure à l’uni­ l’industrie textile, bien plus impor­
versité de Genève, explique les condi­ tante mais très concurrentielle. Boul­
tions de l’adoption et de la diffusion ton cherche, au contraire, à coaliser les
de ces machines dans les mines de entreprises minières dans une fusion
Cournouailles à partir de 1776. puis un cartel qui leur permettrait de
L’industrie du cuivre est l’un des contrôler le marché et d’augmenter
secteurs les plus dynamiques de la les prix. Mais les stocks s’accumulent
Grande­Bretagne du XVIIIe siècle, et l’entreprise fait faillite.
mais son développement se heurte Ce cas emblématique montre que la
au coût prohibitif du pompage de transformation du progrès technique
l’eau dans les mines. La machine de en croissance ne va pas de soi. Les mo­
Boulton et Watt permet de réaliser ce dèles économiques classiques affir­
pompage à bien moindre coût que ment que, en régime de concurrence,
celle de Newcomen qu’elle rem­ les baisses de coûts sont transformées
place : la réduction de coût (en char­ en baisses de prix et en croissance de
bon) est d’au moins 65 %, un vrai la production, tout le reste n’étant que
saut qualitatif. Après le brevet pris péripéties de court terme. Mais,
en 1769 et sa prolongation jusqu’à comme le montre Mary O’Sullivan, il
1800, des perspectives radieuses ne suffit pas qu’une innovation
s’offrent : la demande en cuivre est réduise les coûts pour qu’elle soit
exploitée au mieux pour la société, car
la clé de son utilisation reste sa profi­
tabilité privée. Or, celle­ci dépend de la
LA TRANSFORMATION  capacité d’un entrepreneur à cons­
truire et à contrôler son marché et les
DU PROGRÈS TECHNIQUE  prix, par tous les moyens. 
EN CROISSANCE 
Pierre­Cyrille Hautcœur est directeur
NE VA PAS DE SOI d’études à l’EHESS
0123
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 0123 | 31

GÉOPOLITIQUE | CHRONIQUE ÉCOLE : 


par sylv i e kauf fmann
ACCÉLÉRER LA  Elle se confirme en 6e, où les résultats sont désormais utilisées par une majorité
avaient moins souffert du Covid. d’entre eux pour repérer les lacunes et per­
LUTTE CONTRE 
Moscou-Kiev, LES INÉGALITÉS
Cette amélioration uniforme des résul­
tats valide la politique volontariste du gou­
vernement qui a consisté à maintenir
sonnaliser leur enseignement. Elles doi­
vent aussi mettre en lumière le fossé, qui
reste abyssal, entre établissements. Ainsi
séparation inachevée ouverts au maximum les établissements
scolaires durant la pandémie. Les évalua­
tions réalisées au début, puis en milieu de
en 6e, un élève sur trois scolarisé dans un
collège de quartier défavorisé n’a pas le ni­
veau CE2 en lecture, une proportion deux
CP, puis au début de CE1 jettent une lumière fois supérieure à celle enregistrée dans les
crue sur un fait majeur : dès que l’école s’in­ collèges « non prioritaires ».

C’ L’UKRAINE RESTE 
est le mystère du terrompt, comme pendant les vacances ou M. Blanquer ne saurait oublier qu’il reste
moment. Que se le confinement, les performances baissent à la tête de l’un des systèmes scolaires où,
passe­t­il côté russe CENTRALE DANS  et les inégalités sociales s’aggravent. Tandis en comparaison des autres pays dévelop­
le long de la frontière que les enfants des milieux favorisés con­ pés, les élèves en difficulté sont le plus sé­
L’AFFRONTEMENT 
ukrainienne ? Rien d’inhabituel,
nous répondaient la semaine der­
nière de hauts responsables à
Kiev, alors que Washington com­
mençait à sonner l’alarme sur
GÉOPOLITIQUE ENTRE 
L’EUROPE ET LA RUSSIE
C ertaines décisions politiques peu­
vent générer, même dans des délais
assez courts, des conséquences po­
sitives sur la réalité. En ces temps où il est
de bon ton de dénigrer l’action publique, le
solident leurs connaissances en famille
pendant les congés, les moins favorisés
tendent à décrocher.
A cet égard, les évaluations nationales ap­
portent une autre nouvelle encourageante :
grégués et où l’origine sociale pèse le plus
sur les performances et les trajectoires. Pro­
metteuses, les évaluations doivent surtout
inciter à passer à la vitesse supérieure en
matière de lutte contre les inégalités scolai­
d’inquiétants bruits de bottes. constat est plutôt réconfortant. Il procède les inégalités entre les élèves scolarisés res.
Les Ukrainiens savent que, à l’is­ missiles. Ici, le conflit est prati­ des résultats, rendus publics mardi 16 no­ dans les établissements classés « prioritai­ Les pistes ne manquent pas : réduire les
sue de leur dernière démonstra­ quement gelé. Plus au nord dans vembre, des évaluations nationales des res » et les autres, qui s’étaient creusées effectifs par classe à tous les niveaux de
tion de force, en avril, dans cette le Donbass, il reste actif, « de basse élèves réalisées en septembre dans toutes en 2020, sont revenues en 2021 à leur ni­ l’enseignement prioritaire, améliorer l’en­
zone, où ils avaient massé quel­ intensité », mais assez intense les classes de CP, CE1 et 6e, comme chaque veau de 2019. On peut difficilement ne pas cadrement des élèves et la liaison avec les
que 100 000 hommes, les Russes quand même pour tuer régulière­ année depuis 2018. y voir une conséquence de la politique de familles, réformer la carte scolaire, en finir
avaient laissé derrière eux l’équi­ ment et justifier, côté ukrainien, Alors qu’en 2020, après plusieurs mois dédoublement systématique des classes de avec l’affectation des enseignants débu­
pement lourd, signe d’un retour une armée de 250 000 soldats, d’« école à la maison », les performances CP et de CE1 dans les zones prioritaires, en­ tants en zone difficile, assurer un suivi édu­
probable. Depuis, Kiev est à l’affût dont le budget dévore près de 6 % s’étaient affaissées, elles ont retrouvé cette gagée par le ministre Jean­Michel Blanquer. catif pendant les vacances…
de tout mouvement annoncia­ du produit intérieur brut. année un niveau égal, voire supérieur, à ce­ La priorité accordée aux savoirs fondamen­ L’heure n’est pas aux lauriers mais à la
teur de préparatifs militaires hos­ Ce conflit, c’est Vladimir Poutine lui de 2019. La tendance est identique en taux – lire, écrire, compter – semble aussi mobilisation pour une école plus juste,
tiles : début novembre, visible­ qui l’entretient. En juillet, dans un français et en mathématiques, qu’il avoir porté ses fruits. dont la prospérité de la France et sa paix ci­
ment, on n’en était pas là. long texte publié sur le site du s’agisse de comparer des nombres, de com­ Les évaluations, longtemps suspectées vile dépendent largement. Et si les candi­
Tout a changé le 10 de ce mois Kremlin, « De l’unité historique prendre des phrases (CP), de lire à voix par des professeurs de les montrer du doigt dats à la présidentielle en faisaient une
avec la visite à Washington du des Russes et des Ukrainiens », il a haute ou de calculer mentalement (CE1). ou de stigmatiser certains établissements, priorité du prochain quinquennat ? 
chef de la diplomatie ukrai­ exposé sa conviction que ces deux
nienne, Dmytro Kuleba. La thèse peuples ne font qu’un. Voilà pour
américaine d’une nouvelle con­ la dimension historique. Il faut
centration de forces russes sus­ y ajouter la dimension géostraté­
ceptible de constituer une me­ gique : l’idée que l’Ukraine puisse
nace d’invasion est alors devenue un jour rejoindre l’OTAN est pour
le discours dominant, de Kiev à Moscou une ligne rouge. « Con­
l’OTAN. Perplexes, certains Euro­ trairement à la Crimée, le territoire
péens s’interrogent, y compris du Donbass n’intéresse pas Pou­
parmi les plus sensibles à la me­ tine, estime un responsable ukrai­
nace russe : que fait Moscou ? Et nien au cours d’une rencontre or­
que veut Washington ? ganisée par l’institut local New Eu­
La France fait partie des pru­ rope Center. Ce qu’il veut, c’est con­
dents. Elle n’en a pas moins en­ trôler l’Ukraine en l’affaiblissant
fourché la théorie du pire et dû­ par le conflit dans le Donbass et par
ment mis en garde le Kremlin, une déstabilisation permanente. »
lundi 15 novembre, contre les En 2014, les Ukrainiens ont ri­
conséquences d’une nouvelle at­ posté par la révolution de Mai­
teinte à l’intégrité territoriale de dan, qui a ouvert la voie au décro­
l’Ukraine. Et au cours du long en­ chage de cette ancienne républi­
tretien téléphonique qu’ils ont eu que soviétique de la sphère d’in­
lundi, a fait savoir l’Elysée, Emma­ fluence de Moscou. Depuis,
nuel Macron a exprimé au prési­ l’Ukraine n’a cessé de se rappro­
dent Vladimir Poutine sa « pro­
fonde inquiétude » à ce sujet.
cher de l’Europe, y compris par
l’ouverture de l’espace Schengen
LE SALON DES MBA ET
En réalité, près de huit ans après
l’annexion de la Crimée et l’inter­
aux ressortissants ukrainiens :
malgré toutes les imperfections EXECUTIVE MASTERS
vention russe dans le Donbass par de la gouvernance à Kiev, le point
séparatistes interposés, personne de non­retour est sans doute at­
n’ose exclure l’hypothèse d’une teint, au grand dam du Kremlin,
nouvelle incursion en Ukraine. qui voit cet important voisin s’af­
D’abord, parce que dans la multi­ firmer et lui échapper inexorable­
plication des crises sur le conti­
nent européen, de l’instrumenta­
ment – et ne laissera pas la Biélo­
russie en faire autant.
SAMEDI 27 NOVEMBRE
lisation des migrants par la Biélo­
russie à celle du gaz en passant par « Escalade »
l’agitation nationaliste dans les C’est aussi pour enrayer cette dy­
Balkans occidentaux, de même
que dans les crises plus lointaines
namique que la Russie s’évertue,
avec succès, à tuer le processus de 10H30 - 17H PALAIS BRONGNIART, PARIS 2e
au Sahel, en Libye ou en Syrie, Minsk visant à résoudre le conflit
l’ombre du Kremlin n’est jamais
loin. Ensuite, parce que l’Ukraine
du Donbass : sa traduction institu­
tionnelle, le « format Norman­
17H - 20H EN LIGNE
reste centrale dans l’affrontement die », mis sur pied en 2014 par la
géopolitique avec la Russie. chancelière Merkel et le président
En 2021, deux visions s’oppo­ Hollande, est moribonde. Ces réu­ Conférences avec les journalistes du Monde
sent dans ce pays de près de
40 millions d’habitants. Celle de
nions à quatre – Allemagne,
France, Russie, Ukraine – ne
Rencontres avec les établissements les plus reconnus
Kiev, son architecture joliment se sont plus tenues depuis octo­
rénovée, son secteur IT dynami­ bre. Dmitri Kozak, qui y représente

DIRIGEZ VOTRE CARRIÈRE !


que et florissant, son marché pro­ le président Poutine, a réussi à ex­
metteur de gros contrats et sa dé­ céder tous les autres participants
mocratie brouillonne, qui pro­ par les heures qu’il leur fait perdre
gresse pas à pas, sous l’amicale en ergotant sur des détails stériles.
pression des bailleurs de fonds Guère plus positif sur ce format,
internationaux. Kiev cherche d’autres appuis. Les
Et puis il y a, à 800 kilomètres de pays européens ne lui fournissent
là, au sud­est, près de Marioupol, pas d’armes offensives ? Qu’à cela
le spectacle sinistre d’un autre siè­ ne tienne, la Turquie lui a vendu
cle, la ligne de contact avec « l’en­ douze de ses fameux drones Bay­
nemi russe », un no man’s land raktar, dont l’efficacité a changé la
barré de tranchées que l’on n’ap­ donne dans une autre guerre,
proche qu’à bord de blindés mili­ celle du Haut­Karabakh. Le 26 oc­
taires : ce qui fut une jolie station tobre, l’armée ukrainienne, après
balnéaire sur la mer d’Azov, Shyro­ avoir essuyé des tirs d’obus qui
kyne, lieu de villégiature des gens ont fait un mort et un blessé dans
de Donetsk, n’est plus, depuis les ses rangs, a pour la première fois
bombardements de 2015, qu’un fait usage d’un de ces drones et
village fantôme aux construc­
tions défoncées par les obus et les
détruit la batterie d’artillerie
russe à l’origine des tirs. La France INFO & INSCRIPTION GRATUITE
et l’Allemagne ont regretté cette
« escalade » ; le gouvernement
MBA-FAIR.GROUPELEMONDE.FR
ukrainien s’est étonné que Paris et
LA TURQUIE A VENDU À  Berlin ne regrettent pas autant les
L’UKRAINE LES DRONES  innombrables violations du ces­
sez­le­feu par les forces prorusses.
BAYRAKTAR, QUI Impasse diplomatique, alertes
américaines, escalade de la tech­
ONT CHANGÉ LA DONNE  nologie militaire, irruption de la
DANS LA GUERRE Turquie, diversion biélorusse :
voilà un conflit gelé qui se ré­
AU HAUT­KARABAKH chauffe dangereusement. 
A LA POURSUITE DU RÊVE
J’AVAIS 20 ANS ÉTUDES DE DROIT
ALESSANDRO PIGNOCCHI LA CONFÉRENCE,
L’auteur de bande dessinée,
ancien chercheur CERCLE SÉLECTIF
en sciences cognitives, évoque Cette institution du barreau
son parcours marqué offre à douze jeunes
par plusieurs années sabbatiques, avocats un réseau et
notamment en Amazonie une reconnaissance rapide
PA G E 1 6 P AG ES 14- 15

CAHIER DU « MONDE » N O 23907 DATÉ JEUDI 18 NOVEMBRE 2021


NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT

XAVIER LISSILLOUR

ÉCOLES DE COMMERCE
UNE RÉVOLUTION VERTE
ENCORE ARTIFICIELLE
Sous la pression d’étudiants de plus en plus préoccupés
par les questions climatiques et sociétales, les établissements
intègrent ces problématiques dans leurs cursus
P AGES 2 À 12

A P R È S TA C L ASS E P R É PA E C E - E C S - E C T

CONCOURS COMMUN

PRÉPA
Création Paragramme - Crédit photo ©iStock

Intègre une Grande École de Management :


2050
places

www.ecricome.org
2 | à la une LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

C
e matin de septembre, une flo­ classements internationaux. « Ceux­ci sont
pée d’étudiants effectue sa pre­ encore très conservateurs, pointe Alexandre
mière rentrée à l’ESCP, presti­ Monnin. La place des écoles est notamment
gieuse école de commerce, clas­ indexée aux publications de leurs ensei­
sée dans le « top 3 » national. gnants dans les revues de gestion, et les plus
Assis confortablement dans la salle de confé­ prestigieuses ne sont pas celles qui donnent
rence, ces élèves fraîchement sélectionnés une place aux travaux écologiques. »
par les concours sont loin de s’attendre à la Ancien élève d’Audencia Nantes, Maurice
charge qui va leur être administrée en guise Midena estime qu’il n’est pas dans l’ADN de
d’accueil. Sur l’estrade, Jean­Marc Jancovici, ces écoles, dont il décrypte les mécanismes
invité à leur donner une leçon, ne s’embar­ de « formatage » dans son ouvrage Entrez
rasse pas des convenances. rêveurs, sortez manageurs (La Découverte,
« Une bonne partie de ce qu’on va vous ap­ 312 pages, 20 euros), de faire cette révolu­
prendre, il faut la jeter à la poubelle ! », atta­ tion. Selon lui, avec l’expérience « globale »
que le conférencier, ingénieur polytechni­ promise en business school, des cours en
cien et fondateur du cabinet de conseil passant par la vie associative, les étudiants
Carbone 4. Pendant deux heures, l’expert cli­ baignent dans une « idéologie néolibérale et
mat, qui préside aussi le think tank The Shift orthodoxe », qui n’est jamais nommée, pré­
Project, dresse le tableau d’une addiction sentée comme vérité absolue et pragmati­
planétaire à la consommation d’énergie, que. Et donc très peu remise en perspective.
menant notre mode de vie à une inéluctable « La force de ces institutions est de savoir
décroissance énergetique et économique. se réapproprier les critiques dont elles sont
De son habituel ton provocateur, Jean­ la cible et s’adapter, superficiellement, afin
Marc Jancovici n’épargne pas les ouailles de de perdurer, ajoute Maurice Midena. La RSE
la future élite financière qui l’écoutent. Et [responsabilité sociétale des entreprises],
égratigne au passage l’enseignement en mise à toutes les sauces, s’inscrit là­dedans :
business schools, où « l’on n’apprend pas ce les écoles disent former les manageurs de
qui est vraiment utile pour régler le pro­ demain “responsables”, un élément de lan­
blème » de la crise écologique, dit­il. L’en­ gage à la réalité peu palpable. » Ce n’est
trée en matière a de quoi secouer une pour lui que poudre aux yeux. « Il suffit de
partie des étudiants, et des enseignants voir que, à Audencia, le partenaire RSE est
dont « certains étaient très froissés », relate Ferrero, plus grand acteur de la déforesta­
un élève. L’enjeu est prégnant pour ces éta­ tion », cite l’auteur.
blissements qui, ces deux dernières an­
nées, communiquent abondamment sur ENSEIGNANTS PEU FORMÉS
l’introduction des thèmes environnemen­ « Il y a beaucoup de “greenwashing” dans les
taux au sein de leurs cursus. cours, où on nous parle de finance verte, de
A l’ESCP, la conférence de rentrée s’inscrit green tech, qui n’est même pas toujours cons­
dans un séminaire de trois jours intitulé cient », constate Amélie Deloche, pointant
« Designing tomorrow », constitué d’inter­ ainsi l’importance de la formation des ensei­
ventions sur le développement durable et gnants, « qui souvent ne comprennent pas
l’inclusion, et de cas pratiques. Les étudiants encore les enjeux ». Il faut plus de transversa­
réalisent aussi une « fresque du climat », lité dans les compétences enseignantes, et
exercice qui essaime dans les écoles de com­ introduire de nouveaux indicateurs de
merce. A HEC, un parcours obligatoire de bonne santé d’une économie, abonde Patri­
200 heures est organisé en première année, cia Aublet, directrice de la transition sociétale
autour de « l’environnement, l’inclusion so­ à Toulouse Business School (TBS). « On tou­
ciale et le sens ». Depuis la rentrée, un cours che à des fondations profondes, prévient­elle.
de 18 heures est également dispensé en Le modèle rivé sur des indicateurs financiers
ligne autour du climat, de la biodiversité et est le seul qu’on connaissait. »
des ressources, où interviennent de « grands Faut­il alors voir un paradoxe irréconci­
témoins » comme la vice­présidente du liable dans l’introduction des sujets écolo­
GIEC Valérie Masson­Delmotte. XAVIER LISSILLOUR giques au sein de cursus fondés sur ces
L’Essec aussi propose son parcours « cli­ préceptes ? Surtout pas, martèle François
mat » de début de cursus, combinaison de la Collin, le « M. Climat » de HEC. « Ces grandes

LE BUSINESS
fresque du climat, d’une demi­journée de transformations de société, on ne les réus­
réflexion sur des cas d’entreprise et du sira pas sans les entreprises, affirme­t­il. Si
MOOC « Entreprise et changement climati­ ces jeunes déterminés à changer le monde
que », élaboré par Carbone 4. « L’idée n’est pas finissaient par fuir massivement les carriè­

SOUS CONTRAINTE
de faire de nos étudiants des experts des res en grande entreprise, on passerait à côté
avions à hydrogène, mais qu’ils soient capa­ des enjeux de réinvention. Notre rôle en tant
bles de dire que le business model de leur qu’école est de réorganiser la rencontre en­
entreprise consomme trop d’énergie et qu’il tre ces deux groupes. »
faut le repenser pour qu’il soit plus vertueux Les écoles de commerce se trouvent sur

ÉCOLOGIQUE
et durable », explique Anne­Claire Pache, di­ une ligne de crête : il leur faut à la fois
rectrice de la stratégie et de l’engagement répondre à la demande d’une partie des étu­
sociétal de l’école, un poste créé en 2020. diants engagés sur les questions écologi­
ques, et maintenir de bonnes statistiques
« UN VIRAGE S’OPÈRE » d’employabilité et de rémunérations à la
Le mouvement s’est accéléré après 2018, sortie. Il s’agit de ne pas se brûler les doigts.
sous l’effet de la publication du « manifeste « Elles doivent continuer à fournir des profils

Les grandes écoles de commerce sont prises


étudiant pour un réveil écologique », signé type aux grandes entreprises qui sont leurs
par 32 000 étudiants. Ils exprimaient un partenaires, dans les carrières classiques en
malaise face au décalage entre leurs cursus
et une réalité climatique pressante, et de­ en étau entre la demande d’une partie finance et conseil, confirme Amélie Deloche.
Il faudra s’interroger à terme, mais c’est leur
mandaient un engagement des établisse­
ments et de leurs futurs employeurs sur des étudiants d’intégrer les enjeux climatiques raison d’être aujourd’hui. »
Surtout que la question de l’emploi dans le
ces enjeux. En janvier 2021, des étudiants
de HEC publiaient à leur tour une lettre
dans leur cursus, et les impératifs secteur de la transition écologique et sociale
reste entière. Certains responsables pédago­
ouverte pour réclamer un directeur plus
vert. « Les enseignements n’intègrent pas
d’employabilité et de rémunération à la sortie giques observent que les entreprises sont de
plus en plus demandeuses de jeunes re­
suffisamment les questions écologiques et crues formées à ces enjeux. Mais les offres
sociales, les réduisant au mieux à des exter­ spécifiques et crédibles sur ces sujets de­
nalités négatives et au pire à des opportuni­ l’ESCP, Montpellier Business School et rassurée de voir, à travers le séminaire de meurent « infimes », est forcée de constater
tés marketing », écrivaient­ils. l’EM Lyon. Le grand soir dans les cursus rentrée, une prise en compte de ces sujets. Patricia Aublet, de la TBS. « On est cannibali­
Assiste­t­on depuis à une « révolution n’est pourtant pas encore au programme, Mais passés ces trois jours, elle observe qu’ils sés par des structurations qu’on avait créées,
verte » ? « Un virage s’opère », assure José assure Amélie Deloche. « Les écoles de com­ sont vite oubliés. « Les profs ajoutent deux qui correspondent au monde d’avant et qui
Maillet, professeur à Audencia Nantes, dont merce restent des lieux où, de manière géné­ phrases sur l’écologie toutes les quatre séan­ montrent leurs limites », concède­t­elle.
il dirige la nouvelle branche Gaïa, une école rale, on forme à des métiers qui ne sont pas ces, pour la bonne conscience. Jamais rien de Les choix professionnels des diplômés
consacrée à la transition écologique et so­ viables écologiquement, avec, derrière tous concret. » En M1, elle s’est spécialisée par dé­ d’école de commerce sont encore loin d’être
ciale, ouverte à la rentrée. « Certains acteurs les enseignements, le prisme de la crois­ « ON TOUCHE À faut en « finance verte », tout en craignant bouleversés. D’autant que, si une partie des
sont plus en avance, d’autres se trompent sance comme ligne de mire », déplore la derrière ce terme une filière « bullshit » – un étudiants se mettent en mouvement sur ces
encore de direction avec des approches non jeune femme de 27 ans, qui doit son sur­
DES FONDATIONS terme très usité en école de commerce, des sujets, ce n’est pas le cas de tous, rappelle
entières. Mais de gré ou de force, tout le saut écologiste à la lecture en 2017 de Com­ PROFONDES. LE « conneries » en français. « J’ai l’impression Maurice Midena. « Par leur origine sociale
monde va y aller », estime­t­il. ment tout peut s’effondrer. Petit manuel de que l’école se soucie avant tout de son image », statistiquement très privilégiée, puis leur
« Le déni n’est plus possible, fait valoir collapsologie à l’usage des générations
MODÈLE RIVÉ SUR regrette l’étudiante de 21 ans. socialisation en école de commerce, ils ne
François Collin, directeur de la stratégie présentes, de Pablo Servigne et Raphaël DES INDICATEURS peuvent pas se laisser aller à l’idée qu’il fau­
climat et environnement de HEC. On doit Stevens (Seuil, 2015). FACTEURS D’INERTIE drait changer radicalement de système, ana­
former ces jeunes qui évolueront dans un Grégoire Landoyer, 21 ans, en deuxième
FINANCIERS EST Un « effet de rattrapage » se joue dans ces lyse­t­il. On insiste beaucoup sur des minori­
monde totalement changé et leur permettre année à HEC et président de l’association LE SEUL QU’ON établissements, constate en effet Alexandre tés qui choisissent des parcours en rupture.
d’inventer de nouveaux modèles. » Sans écologiste du campus ESP’R, voit un chan­ Monnin, professeur en redirection écologi­ Mais dans leur grande majorité, ils ne sont
pour autant, précise­t­il, être des « apôtres gement dans le « rapport de force », mais
CONNAISSAIT » que à l’ESC Clermont Business School. « Obli­ pas prêts à renverser la table. »
de la décroissance ». « C’est devenu un enjeu cela n’a pas de conséquence sur la cohé­ PATRICIA AUBLET gées d’adapter leur offre en vitesse accélérée, Marine, l’étudiante à l’ESCP, raconte se
stratégique pour les écoles : elles voient bien rence globale dans la formation. « Si des directrice de la transition les écoles se rabattent sur de vieux outils sentir très seule dans son école. « Beaucoup
sociétale à Toulouse
que si elles ne se positionnent pas sur ces modules sont ajoutés par­ci par­là, cela irra­ comme le développement durable ou la crois­ de mes amis se fichent pas mal de l’écologie
Business School
thématiques, elles sont moins attractives », die très peu, ou très mal, dans les cours sance verte, qui ont montré leurs limites », et c’est la majorité des cas ici. Ils sont surtout
abonde Amélie Deloche, diplômée en 2020 classiques ». Des cours souvent « dépassés » analyse cet enseignant, premier à proposer, là pour travailler en finance et faire le maxi­
de Grenoble Ecole de management (GEM) et dont la philosophie reste celle d’une « fi­ en 2015, un cours sur l’anthropocène en mum d’argent », dit­elle. Déjà en crise de
et membre du collectif Pour un réveil éco­ nance dérégulée et de la quête de profit à école de commerce, et qui prône un sens un peu plus d’un an après le début de
logique au pôle enseignement, qui agit tout prix », estime Louis Fidel, ex­président enseignement de la « désinnovation ». son cursus, la jeune femme envisage de réa­
auprès des écoles. d’ESP’R, aujourd’hui en troisième année. Mais de nombreux facteurs d’inertie frei­ liser une longue césure, avec des stages dans
Un marqueur de cette évolution : l’appari­ Selon la direction de HEC, une refonte des nent un changement en profondeur, liés au des secteurs écologiques. Pour acquérir le
tion de classements des écoles les plus programmes est en préparation. modèle même des écoles de commerce, en bagage concret qu’elle n’a pas encore trouvé
« écolo », à l’image de celui publié dans Les En entrant à l’ESCP l’an dernier, Marine, particulier celles du haut des classements dans son école de commerce. j
Echos en octobre, qui place sur le podium qui a souhaité rester anonyme, est d’abord qui gardent les yeux rivés sur les critères des alice raybaud
LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021
à la une | 3

P our certains étudiants de


grandes écoles, il est de­ « Je pousse facilement les étudiants optimistes, qui consistent à pa­
rier sur une accélération encore

en dehors de leur zone de confort »


venu une icône. Chacune jamais vue des « bonnes » inno­
de ses conférences filmées vations sans les mauvaises, sont
compte des centaines de milliers plus souvent portées par des
de vues sur la plate­forme vidéo hommes politiques ou des éco­
YouTube. Jean­Marc Jancovici, po­ nomistes que par des ingénieurs.
lytechnicien, fondateur de Car­ Entretien Le polytechnicien Jean-Marc Jancovici Et, ce, même si ces derniers peu­
bone 4, cabinet de conseil spécia­
lisé dans la « décarbonation » de
est devenu l’intervenant star des conférences sur le réchauffement vent aussi basculer dans une
forme de déconnexion du réel.
l’économie, président du think climatique, disponibles sur YouTube C’est avant tout Bruno Le Maire
tank The Shift Project et membre qui veut de la croissance verte !
du Haut Conseil pour le climat,
multiplie les interventions : Scien­ qué, car la finitude du monde l’activité qui fait sortir du pétrole comprends pas cette envie de la individuelle. Ils savent que même Avez­vous remarqué une
ces Po, Polytechnique, Centrale vient tamponner toute la théorie et du gaz de terre. Donc il faut direction de l’école de vouloir imi­ un diplôme de l’X ne les protégera différence de réception de vos
Nantes, l’ESCP… Cet expert connu économique enseignée dans ces choisir l’entreprise et le secteur au ter à tout prix le mode de fonc­ pas des crises à venir. conférences au fil des années ?
pour ses argumentaires en faveur institutions. De ce fait, l’initiative regard des grands défis à venir. tionnement – dépassé – du sys­ On me pose de moins en moins
de l’énergie nucléaire est aussi en­ vient plutôt de quelques profes­ Changer les entreprises de l’inté­ tème américain, où l’entreprise Une partie des jeunes ingé­ de questions techniques et de plus
seignant aux Mines ParisTech seurs, ce qui pose la question de rieur en étant seul est par ailleurs privée finance l’université, qui du nieurs sont aux avant­postes en plus de questions existentielles
depuis 2008, où il dispense un la formation des enseignants : il impossible, donc il faut faire coup se met à son service. Un cen­ des questions de transition, sur la manière de se positionner
cours de 20 heures sur l’énergie et est plus facile de faire enseigner masse. Et il faut avoir un pouvoir tre de recherche privé n’a désor­ certains sont critiques face aux problèmes. J’ai l’impres­
le changement climatique. les bases physiques du change­ de sanction, qui en pratique est mais rien à faire sur le terrain de du techno­solutionnisme sion que, avec le temps, j’ai aussi
Lors de ces conférences dans les ment climatique par un prof de celui de démissionner. La pression l’X et à 200 mètres du bâtiment de enseigné dans leurs écoles. évolué : j’insiste de plus en plus
écoles, le « fond » est quasiment mécanique en école d’ingénieurs concerne donc surtout des gens la direction générale. Qu’en pensez­vous ? sur le fait que le problème est dans
toujours le même. L’ingénieur que par un prof de finance en qui ont le choix. Pour ma génération, il y avait Ils ont raison, au sens où il faut notre logiciel politique, qui nous
rappelle avec graphiques et méta­ école de commerce. une certaine insouciance, et l’es­ apprendre à regarder les ordres pousse à vouloir toujours plus
phores que notre économie est Un autre sujet, majeur, concerne Comment analysez­vous la prit – moi le premier – c’était plu­ de grandeur et les limites physi­ sans limite. Pour répondre à ces
dopée aux énergies fossiles et la cohérence des programmes. Les révolte de jeunes polytechni­ tôt : après l’X, à nous le monde et ques. Normalement, la forma­ interrogations, je ne propose rare­
que la décroissance énergétique écoles peuvent créer une filière, ciens contre l’installation l’argent ! Les élèves aujourd’hui tion d’ingénieur apprend à tenir ment mieux qu’une approche
est un horizon incontournable. un cours électif, une option sur le sur le campus d’un centre de retrouvent davantage le souci du compte des limites, c’est­à­dire qualitative, basée sur ma propre
Dans ce contexte, il défend que le changement climatique puis pro­ recherche et d’innovation de bien commun. Les temps chan­ de ce qui ne dépend pas de nous. expérience, en précisant que ça
nucléaire est un « amortisseur de poser un autre cours où on leur Total depuis près de deux ans ? gent. Cette génération a une quête Elle apprend aussi à faire la diffé­ n’est que ça ! j
la décroissance plus efficace que enseigne l’opposé : l’économie Je pense que la mobilisation est de sens qui pour nous était réso­ rence entre les ordres de gran­ propos recueillis par
l’éolien ou le solaire ». mainstream, le business as usual. extrêmement salutaire. Je ne lue par la facilité de la réussite deur. Les grandes visions techno­ marine miller
Mais c’est surtout la forme qui Travailler sur la cohérence des
produit « l’effet Janco », qui pro­ programmes demandera sou­
duit la « claque » comme disent les vent de s’attaquer aux acquis.
étudiants : humour noir et acerbe, Enfin, les écoles sont parfois pri­
expressions récurrentes telles que ses en étau entre les enjeux d’at­
« ordre de grandeur » et ou « règle tractivité et d’employabilité. Ce
de trois », critique appuyée des que veulent les étudiants est con­
médias, du personnel politique et tradictoire avec ce que deman­

SKEMA
des études supérieures inadap­ dent les entreprises, ou avec les
tées au monde sous contraintes points importants des classe­
qui s’annonce. Rencontre avec ments internationaux.
celui qui se rend « là où [il est] in­ De plus, le prêt étudiant crée

GRANDE
vité », et qui a évangélisé une par­ aussi un déséquilibre entre l’envie
tie de la « génération Z » à une cer­ et la réalité du marché du travail.
taine vision des solutions à appor­ Quand vous avez 50 000 euros à
ter à l’urgence écologique. rembourser, cela vous oriente da­

ÉCOLE
vantage vers un job mainstream
Depuis plusieurs années, que vers un rêve qui ne paye pas…
vous donnez des conférences
dans les grandes écoles En 2018, 32 000 étudiants
d’ingénieurs, de commerce signaient un « manifeste pour
ou les IEP. Ciblez­vous spécifi­ un réveil écologique ». Quel
quement ces institutions ? a été l’effet sur les entreprises ?
ThinkForward
Je vais là où on m’invite, et je Ce manifeste a indiscutable­ *

suis beaucoup moins sollicité par ment contribué à mettre le sujet à


les universités que par les gran­ l’agenda d’un certain nombre
des écoles. Je n’ai pas décidé qu’il d’entreprises. Mais c’est difficile
fallait restreindre la compréhen­ d’identifier des causes d’une ma­
GLOBAL
sion du problème climatique à nière précise, et donc je ne saurais
Possibilité d’effectuer les
une frange limitée de la popula­ pas quantifier cette contribution 6 semestres du programme sur
tion, il n’y a pas de choix délibéré par rapport à d’autres survenues 7 campus différents
de ma part de m’adresser unique­ presque au même moment,
ment à l’élite. J’ai accepté récem­ comme la canicule de l’été 2018, INTERNATIONAL
ment l’invitation d’un centre de qui a aussi été un déclencheur, ou 7 campus en France, Afrique du
formation d’apprentis de la cons­ la pression du monde financier… Sud, Brésil, Chine et États-Unis
truction automobile, où j’ai fait + 140 universités partenaires
ma conférence habituelle. C’est Une partie de cette jeunesse dans le monde
l’école qui m’invite, comme à diplômée et consciente des SPÉCIALISÉ
l’ESCP, mais ce sont aussi souvent problématiques climatiques + 70 spécialisations
les étudiants qui prennent l’ini­ se demande s’il faut aller dans Doubles et triples diplômes
tiative, comme à Polytechnique les grands groupes pour tenter
ou à Centrale Nantes. de les changer de l’intérieur. INTERCONNECTÉ
Qu’en pensez­vous ? 50 000 diplômés dans le monde
Dans vos conférences, vous Pour changer les grands groupes 2 500 entreprises partenaires
aimez malmener les étudiants. de l’intérieur, il faut déjà y avoir RECONNU
Pourquoi ? acquis ses galons. On ne fait pas Classé dans le top 6 français
Nous sommes des animaux à la basculer une entreprise de l’inté­ et le top 12 mondial
mémoire courte, et l’impression rieur quand on est jeune et débu­
s’estompe avec le temps. C’est tant. Si vous êtes un jeune ingé­
cela qui explique qu’un film nieur dans les travaux publics et
d’horreur a cessé de vous faire que votre entreprise construit des
peur quelques jours après l’avoir ponts, des tunnels et des autorou­
* Penser demain – SKEMA BS – 11/2021

vu. Du coup, je mets facilement tes, vous aurez du mal à faire bas­
mon auditoire – pas juste les étu­ culer l’activité vers la construction
diants − un peu en dehors de leur de pistes cyclables et de garages à
zone de confort, pour qu’il en vélos. Vous commencez à avoir un
reste quelque chose des mois ou peu d’influence quand vous êtes à
des années plus tard, quand il un poste de manageur intermé­
faudra passer à l’action ! diaire. Vous avez meilleur temps si
vous êtes jeune d’aller dans une
Comment jugez­vous boîte d’ingénierie et de choisir la
le positionnement des grandes spécialité piste cyclable.
écoles sur les questions Par ailleurs, il n’y a pas nécessai­
de transition ? rement de solution à large échelle
Les élèves ont envie que les éco­ dans toute entreprise. Total, par
les se saisissent des enjeux davan­ exemple, n’a pas de solution
tage qu’elles ne le font réellement : évidente à moyen terme dans
autrement dit l’appétence des
étudiants est supérieure à l’offre
proposée. Certaines écoles d’ingé­
nieurs commencent à bouger
« LA FINITUDE
sous l’impulsion de la direction. DU MONDE VIENT
Avec le Shift Project [le think
TAMPONNER
tank consacré à la transition éco­
logique qu’il a cofondé], nous tra­ TOUTE LA THÉORIE
vaillons par exemple avec le FRANCE AFRIQUE DU SUD
ÉCONOMIQUE BRÉSIL CHINE ÉTATS-UNIS
WWW.SKEMA-BS.FR
groupe de l’Institut national des
sciences appliquées [INSA], qui ENSEIGNÉE
s’est lancé dans un chantier struc­
DANS LES ÉCOLES
turant. Dans les écoles de com­
merce, c’est parfois plus compli­ DE COMMERCE »
4 | à la une LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

LA FINANCE VERTE
ATTIRE LES JEUNES POUSSES
Les grandes écoles multiplient les cursus en investissements « durables »

L
a finance durable serait­elle nous étions pionniers. Aujourd’hui, c’est Europe : « Les futurs dirigeants que nous ces humaines…) se risquent à une mesurer l’impact réel de ces opérations
l’oxymore vedette de la rentrée devenu le courant dominant. » A sa créa­ formons sont d’une génération extrême­ « baisse d’attractivité », analyse Philippe sur la transition écologique ? Pour dé­
2021 dans les grandes écoles ? tion, le master finance durable comptait ment angoissée par le changement cli­ Kunter, directeur du développement tecter le greenwashing des acteurs du
De nouveaux cursus naissent seulement cinq étudiants. Ils sont cette matique et les conséquences que cela chez Bpifrance, « puis une perte d’accès marché, « nous formons à l’usage des
un peu partout : Audencia année quatre­vingts à avoir frappé à la aura sur leur vie personnelle. Ce sont eux au marché et donc une perte de marché. outils du numérique, des bases de don­
vient d’ouvrir un master stratégie finan­ porte du cursus pour quarante places ; qui nous ont alertés pour que nous inté­ Il est impératif de faire se rejoindre finan­ nées publiques, mais également des bloc­
cière et investissement responsable, 70 % sont des étudiants étrangers. grions la problématique de la soutenabi­ cier et extrafinancier ». kchains, de l’intelligence artificielle, de
Skema lance son premier master fi­ Si chaque école a ses spécificités, un lité dans la finance. » toutes les données que peut fournir le big
nance durable et fintech, l’ESCP Europe tronc commun de formation se re­ Après deux années de classe prépara­ FÉMINISATION DES PROFILS data », expose Dhafer Saïdane, directeur
propose également une spécialisation fi­ trouve dans chaque établissement. Il y a toire, Emilie Coutaz, aujourd’hui 22 ans, Année après année, le profil des étu­ du nouveau programme de Skema.
nance durable, HEC a remanié en pro­ tout d’abord la macroéconomie, com­ entre à Skema : « Mais rapidement, je ne diants en finance évolue, et le cliché hol­ La finance durable ne serait qu’un
fondeur son master finance pour y inté­ ment sont élaborées les politiques mo­ me suis pas retrouvée dans les cours que lywoodien du « loup de Wall Street » est « mirage » tant que son contrôle est
grer de nombreux cours liés à la durabi­ nétaires, comment maîtriser la géopoli­ je suivais. Travailler en ressources hu­ désormais « dépassé », aime à croire laissé au marché, selon l’économiste
lité des investissements, l’Ecole des tique financière, l’économie des mar­ maines ? Faire du marketing ? Je ne Olivier Bossard, directeur exécutif du Alain Grandjean et le consultant en fi­
ponts ParisTech a créé un parcours dé­ chés émergents… Les futurs financiers voyais pas le lien avec mes projets : la master finance à HEC Paris, qui rappelle nance Julien Lefournier, auteurs de L’il­
volu à la durabilité en 2020­2021… Et la sont également formés à la gouver­ protection de l’environnement. » Elle « que ce virage vertueux semble avoir des lusion de la finance verte (L’Atelier,
liste n’est pas exhaustive. nance, ils doivent apprendre à com­ découvre alors le programme innova­ implications en termes de mixité » : alors 243 pages, 21 euros). « Ce n’est pas un pe­
Mais de quoi parle­t­on en matière de prendre le langage, les motivations et tion durable de Skema et l’intègre, puis que la finance était traditionnellement tit pas vers la résolution du drame cli­
finance durable ? Le métier d’un finan­ les intérêts des différentes strates de elle poursuit dans le nouveau master dominée par les hommes, elle attire, dès matique. C’est un surplace. Il faut de la
cier consiste à investir dans un projet l’entreprise : les actionnaires, le mana­ finance durable de l’école, « pour re­ lors qu’elle intègre la durabilité, plus de réglementation, de la norme, de l’inter­
rentable, et de préférence avec un taux gement et l’ensemble des salariés. trouver du sens ». profils féminins. Actuellement 41 étu­ diction : l’horreur absolue pour les mar­
de rentabilité annuelle à deux chiffres. Les entreprises qui ne comprennent diantes sur un total de 108 étudiants chés », expliquent les auteurs. Enfin, « le
La durabilité implique, elle, de s’assu­ OUTILS TECHNOLOGIQUES pas cette demande et n’intègrent pas suivent le master finance (38 %). verdissement des écoles ne vient pas des
rer que cet investissement n’aura pas Enfin les étudiants se forment à l’usage l’extrafinancier (impact sur l’environne­ « On peut dire que, aujourd’hui, en 2021, écoles. La secousse qu’elles subissent
d’impact négatif pour la planète et ses des outils techniques ou technologiques, ment et la société, gestion des ressour­ le monde de la finance est devenu un mi­ vient des jeunes eux­mêmes. Ils veulent
habitants. Faire se rejoindre ces deux qui leur permettront de mesurer l’appli­ lieu adapté aux femmes », assure Olivier trouver du sens et bousculent les établis­
injonctions est la mission difficile de cation des critères environnementaux, Bossard. De nombreuses entreprises, sements, qui doivent s’adapter », estime
la finance durable. La plupart des sociaux et de bonne gouvernance (ESG), « LES ÉTUDIANTS comme Veolia, Suez, des banques et plu­ Julien Lefournier.
établissements chargés de la forma­ comme la qualité du dialogue social, sieurs cabinets d’audit ont exprimé aux Maxime Bachelet, 23 ans, élève en
tion des financiers de demain s’en pré­ l’emploi des personnes handicapées, la SONT LA FORCE écoles leur appétence pour ce type de dernière année à Skema, demeure dé­
occupent désormais et prennent le formation des salariés, les émissions de MAJEURE DE profil. Ils seront embauchés comme cidé à changer la finance de l’intérieur.
virage de la responsabilité sociale et CO2, la consommation d’électricité, le re­ analystes, gestionnaires de fonds, ingé­ « Les entreprises ne doivent pas se can­
environnementale. cyclage des déchets… LA TRANSFORMATION nieurs financiers. tonner à une application de la loi en
« Tout le monde de la formation se po­ Cette réinvention des cursus vient de DE NOS « Beaucoup d’entreprises commencent matière de durabilité. Elles doivent inté­
sitionne sur ce secteur, observe Christo­ la demande forte de cette nouvelle géné­ à prendre en compte les critères ESG pour grer qu’elles sont actrices du change­
phe Revelli, professeur de finance dura­ ration d’étudiants. « Ils sont eux­mêmes ENSEIGNEMENTS » redorer leur image et attirer des jeunes ment, qu’elles font partie de la société »,
ble et d’investissement d’impact à la force majeure de la transformation de CHRISTOPHE THIBIERGE diplômés. Mais ces derniers sont extrê­ explique­t­il. Montrer son engagement,
Kedge Business School. Lorsque nous nos enseignements », estime Christophe professeur de finance mement attentifs aux faux discours », c’est aller au­delà. j
avons lancé notre programme, en 2016, Thibierge, professeur de finance à ESCP à ESCP Europe avertit Christophe Thibierge. Comment éric nunès

Une fresque pédagogique


Biodiversifiez pour saisir les enjeux du climat
Adopté par les grandes écoles,
vos compétences ! cet atelier lancé il y a trois ans
rencontre un franc succès auprès des étudiants

Formations de post-Bac à
Bac+5 dans les filières de
C e sont de jeunes étudiants
qui sortent de deux an­
nées d’une course soli­
taire et scolaire pour décrocher
les grandes écoles de commerce
et d’ingénieurs. Et c’est compter
sans ceux qui l’utilisent sans s’en­
registrer sur le site. Le jeu a été tra­
même de frapper les consciences.
C’est la raison pour laquelle un
débriefing des « émotions » est
prévu en fin d’atelier. « Tout seul à
l’économie verte un concours, le nez dans les livres duit dans 25 langues, et environ regarder des vidéos sur le climat,
d’histoire et les équations diffé­ 9 000 personnes ont été formées on se prend tout ça dans la figure.
rentielles. Terminé la prépa : ce pour l’animer. Là, on est à plusieurs, on exprime
BTS A | Bachelor 3 | MSc jour­là, dans leur école de com­ Le succès de la fresque pourrait une vraie angoisse mais, face à
merce, on leur donne des feutres s’expliquer ainsi : elle rend accessi­ d’autres personnes, ça va mieux. Et
En initial et alternance et des images colorées afin de fa­ ble et compréhensible des don­ surtout on se dit qu’il est possible
briquer, en petits groupes, une nées compliquées, issues des rap­ de faire quelque chose », explique
fresque du climat sur un chevalet. ports du GIEC, tout en permettant Cédric Ringenbach.
2 campus Lyon et Nantes En trois heures de fresque, ces à ses participants de s’approprier
étudiants de première année de les savoirs. « C’est un outil très effi­ ALIBI
l’ESCP, grande école de commerce cace, car il permet d’introduire du Le concept de la fresque a, depuis
parisienne, se sont pris au jeu. Et contenu sérieux dans des domai­ deux ans, essaimé : fresque de la
sont un peu chamboulés de ce nes qui ne font pas partie du biodiversité, fresque océane,
qu’ils ont appris au travers de cet champ classique des études de fresque de la diversité en entre­
Environnement atelier. Ce jeu de formation colla­ commerce. Et puis, cela donne une prise… Avec, à chaque fois, une
Protection de la nature boratif à base de cartes à réaliser vision d’ensemble du changement volonté de mettre en scène et de
en petits groupes vise à produire, climatique. Les participants décou­ sensibiliser les participants par
Économie circulaire in fine, une fresque illustrant vrent des liens qu’ils ne soupçon­ des cas concrets, des liens de
Alimentation durable l’impact du changement climati­ naient pas », remarque Valentina cause à effets. Des professeurs de
que et de comprendre son aspect Carbonne, professeure à l’ESCP et l’Essec ont lancé, en partenariat
RSE systémique, jusqu’à ses consé­ animatrice des ateliers « fresque » avec l’entreprise Belugames, la
quences géopolitiques. dans son école. fresque de la diversité qui, elle,
QHSE Au moment du débriefing, un aborde des problématiques d’in­
Management | Gestion de projet 200 000 PARTICIPANTS étudiant affirme avoir pris cons­ clusion sociale et de stéréotypes
La Fresque connaît, depuis son cience, pour la première fois, « de en entreprise.
lancement il y a trois ans, un l’ampleur du problème. C’est un L’outil cependant a des limites.
succès considérable. Son inven­ vrai réveil ». « Par rapport à ce « Il peut être utilisé par les établis­
teur, Cédric Ringenbach, consul­ qu’on a appris en prépa, là on est sements comme un alibi pour
tant et ancien dirigeant du Shift dans du concret, et on voit bien dire : “OK, on a sensibilisé les étu­
Project (think tank présidé par que tout ça part de l’activité hu­ diants”. Mais ce n’est qu’un point
l’ingénieur Jean­Marc Jancovici), maine », poursuit un autre. Vic­ de départ, ensuite, ces probléma­

25
met cet outil à disposition des tor, de son côté, estime que l’inté­ tiques doivent infuser partout »,
établissements gratuitement, rêt de la fresque, est de montrer estime Aurélien Acquier, profes­

ans
d’existence
avec des animateurs bénévoles
– en revanche, il vend la licence
que tout est lié et « le côté très po­
litique des conséquences du chan­
seur à l’ESCP, chargé des ensei­
gnements sur les modèles éco­
aux entreprises. gement climatique, sur les guer­ nomiques alternatifs. La Fres­
Selon le chiffre fourni par son res ou les migrations ». « Cela que, par ailleurs, ne propose
association qui gère ce jeu simple nous montre surtout qu’on a un aucune solution. C’est un parti
et low cost (« deux mètres de manque de connaissances sur ces pris : il s’agit de décrire la catas­

iet.fr papier, un jeu de cartes, et c’est


parti », explique Cédric Ringen­
bach), 200 000 personnes ont
sujets », poursuit Marie, citant
quelques notions abordées dans
l’atelier : le dégel du permafrost,
trophe et de comprendre ses
conséquences. « Les solutions,
ensuite, sont multiples », com­
participé à un atelier « fresque du la notion de forçage radiatif… mente Cédric Ringenbach. Aux
climat » depuis sa création, essen­ Si le jeu est efficace, c’est parce étudiants de s’y intéresser pour
tiellement dans l’enseignement qu’il met en scène des scénarios les mettre en œuvre. j
supérieur et, en particulier, dans particulièrement angoissants, à jessica gourdon
6 | à la une LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

DES ASSOCIATIONS
À L’AVANT-GARDE
DU VIRAGE
ÉCOLO
Lieux incontournables de réseautage
et de développement de projets étudiants,
les « assos » vertes
gagnent en popularité

E
n 2010, on avait l’air en prenant de l’ampleur, ont fait ont réalisé, c’est un travail d’ONG
d’hurluberlus », s’amuse évoluer leurs missions, avec des dans un certain sens », souligne
Maëva Tordo, cofon­ objectifs plus ambitieux. « Quand François Collin. On retrouve ces
datrice du Noise, une l’ancien dean [doyen] de HEC a réseaux étudiants à l’origine,
association étudiante démissionné, on s’est dit que ce parfois, d’initiatives comme la
visant à promouvoir l’innova­ serait bien de faire une action, réalisation de Fresques du cli­
tion sociale et environnementale que c’était le moment », se sou­ mat, un atelier collaboratif et
au sein de l’ESCP, l’école de com­ vient Grégoire Landoyer. Une scientifique, qui permet de sensi­
merce qu’elle avait rejointe poignée d’étudiants rédige alors biliser aux enjeux climatiques.
en 2006. « J’ai le souvenir, quand une lettre ouverte, au début de Depuis, des établissements,
j’arrivais avec mon bâton de pèle­ 2021, réclamant que le prochain comme l’ESCP, ont intégré ces
rin à des soirées, du regard surpris directeur soit engagé dans une derniers dans leurs cursus.
des autres étudiants… », se sou­ démarche environnementale. Cette tendance dépasse les seu­
vient l’actuelle directrice de l’incu­ Deux mille étudiants, diplômés les écoles de commerce. Ces cinq
bateur de l’ESCP, Blue Factory. et membres de l’administration, dernières années, l’engagement
Depuis, l’entrepreneuriat social ont signé l’appel. pour l’environnement a massive­
XAVIER LISSILLOUR

et les questions écologiques ont « On constate la place dont ment progressé dans l’enseigne­
fait du chemin dans les écoles de Esp’R dispose aujourd’hui. HEC a ment supérieur. « On constate un
commerce. Le Noise est désor­ besoin de nous, pour collaborer, faisceau d’éléments indépendants
mais présent dans dix établisse­ avancer ensemble. Ils ont besoin les uns des autres, qui, rassemblés,
ments, notamment à l’Essec, à de ce quota écolo parce qu’ils ne ont apporté un effet d’accéléra­
AgroParisTech, à Sciences Po Paris. savent pas faire », estime tion sur la question climatique »,
Et la mentalité de la majorité des Grégoire Landoyer, qui a créé un appuie Valérie Becquet, profes­
étudiants a évolué. « C’est vrai­ pôle lobby au sein de la struc­ seure des universités, spécialiste
ment très rare que ceux que je ture. A 21 ans, le jeune homme, de l’engagement des jeunes. Les
croise aujourd’hui soient dans très engagé depuis la découverte mobilisations autour des diffé­
une démarche entrepreneuriale du film Demain, de Cyril Dion, rentes COP, la médiatisation de
qui n’intègre pas une dimension entend bien « faire bouger les cho­ Greta Thunberg, la prise en
sociale ou environnementale », ses de l’intérieur » : « Nous som­ compte des problématiques envi­
note Maëva Tordo. mes au cœur du capitalisme fran­ ronnementales par l’ONU ou
A HEC également, les enjeux cli­ çais, pointe­t­il. C’est lui qui nous l’Union européenne ont notam­
matiques s’affichent aux côtés du a plongés dans la situation ac­ ment pesé dans la balance, et ont
bureau des élèves et des associa­ tuelle. La moindre action peut ouvert une « fenêtre d’opportu­
tions sportives. En cinq ans, aider. Si on peut inculquer un peu nité pour organiser la mobilisa­
Esp’R, la structure verte du cam­ les problématiques écologiques tion », note la sociologue.
pus de Jouy­en­Josas (Yvelines), a aux futures élites, qui sont mes po­
vu le nombre de candidats pour tes, c’est intéressant. » FORMER LES ENSEIGNANTS
rejoindre ses rangs « grimper de François Collin, directeur de la Depuis 2018, à la suite du « mani­
manière aussi exponentielle que stratégie climat et environne­ feste pour un réveil écologique »
la hausse des températures », plai­ ment de HEC Paris, côtoie ces étu­ signé par plus de 32 000 étudiants
sante Grégoire Landoyer, son diants qui veulent faire évoluer de tous horizons, le collectif Pour
actuel président. Une poignée leur école et la société : « Ils se po­ un réveil écologique fédère ainsi
d’étudiants étaient intéressés sitionnent comme une partie pre­ des représentants de nombreuses
en 2015, ils sont désormais plus nante de l’enseignement supé­ formations – avec une place im­
d’une centaine à venir écouter la rieur. Ils ne sont pas dans les ma­ portante pour les écoles de com­
présentation de l’association, nifestations, sur les barricades, merce et d’ingénieurs.
avec l’espoir de la rejoindre. pas dans l’opposition, mais da­ « Il y a une vraie montée en puis­
vantage dans la coconstruction, sance des engagements, parce
PAS DE CULTURE MILITANTE avec une approche de négocia­ que le sujet devient de plus en plus
Leur engagement entre en réso­ tion, d’égal à égal. Je constate systémique. Ce n’est pas juste faire
nance avec celui d’une généra­ qu’ils s’emparent des sujets avec un potager bio… Notre action est
tion de plus en plus préoccupée beaucoup de sérieux, presque plus structurante », analyse Alice
pour son avenir et celui de la dans une posture de consultants Pégorier, membre du collectif.
planète, mais s’inscrit aussi dans ou de groupes de pression », dé­ Par son lobbying auprès des éta­
les codes propres aux écoles de taille­t­il, ne niant cependant pas blissements ou des recruteurs,
commerce. « Au sein de ces les convictions de ces étudiants Pour un réveil écologique entend
établissements, le milieu associa­ « aux idées extrêmement arrê­ « réveiller » employeurs, forma­
tif n’a pas une culture militante tées », mais « dans une posture teurs et pouvoirs publics. Il
au départ. Ils n’ont pas pour habi­ très professionnelle ». trouve des oreilles attentives au
tude de descendre dans la rue, de Chose nouvelle, ces militants se sein des établissements, qui,
faire des grèves, note Paolo regroupent entre établissements, tous, ont désormais des spécialis­
Stuppia, sociologue et coauteur soit dans le cadre de collectifs, tes du développement durable.
de Géopolitique de la jeunesse, soit lors d’événements comme la Parmi les sujets brûlants de ces
INTERNATIONAL BUSINESS Engagement et (dé)mobilisation COP2 Etudiante, qui s’est tenue à groupes d’étudiants : la forma­
BACHELOR BUSINESS & FINANCE
& FINANCE BACHELOR (Le Cavalier bleu, 175 pages, Grenoble les 10 et 11 avril, entraî­ tion de leurs enseignants au dé­
19 euros). Cependant, les associa­ nant un travail d’engagement veloppement durable. Il s’agit
Deux majeures au choix en 3e année : tions y sont assez structurantes, des établissements dans une dé­ d’un travail de longue haleine,
Audit, Gestion & Finance INTERNATIONAL BUSINESS
& FINANCE MBA permettent la constitution d’un marche de transition. « Ce qu’ils qui vise à faire évoluer les sa­
Banque, Finance réseau de pairs. » voirs transmis… afin d’impacter
D’où, selon lui, un mode d’ac­ la société entière.
> Les + du programme : tion davantage diffusé par lettres « L’école sera forcément en re­
• 3 mois au sein du Baruch College ouvertes et manifestes : « Il s’agit
« SI ON PEUT tard par rapport aux tendances,
de New York d’une certaine culture, qui doit INCULQUER fait remarquer Maëva Tordo. Il
• Le voyage d’études beaucoup au corporatisme tradi­ faut du temps pour que les évolu­
• English track : 50% du cursus tionnel. » D’autres étudiants pri­
UN PEU LES tions entrent dans les cours, c’est
en anglais vilégieront les marches pour le PROBLÉMATIQUES tout un process, il faut concevoir
climat, l’engagement quotidien les syllabus, etc. A l’inverse, les as­
ou encore la rébellion dans une
ÉCOLOGIQUES sociations sont le meilleur endroit
ZAD, modes d’action moins pré­ AUX FUTURES pour être à la page, voire être
sents en école de commerce. avant­gardiste. L’enjeu, ensuite,
Créées souvent autour d’ac­
ÉLITES, C’EST c’est de pouvoir se connecter et
tions du quotidien pour encoura­ INTÉRESSANT » collaborer. » Et ces dernières
ger les étudiants à des petits ges­ GRÉGOIRE LANDOYER compétences, les élèves d’écoles
tes écocitoyens, ou d’événements président d’Esp’R, de commerce y sont formés. j
sur le campus, ces associations, association verte à HEC oriane raffin
PAR NATURE, LA FINANCE
ET LE CLIMAT N’ONT PAS
GRAND-CHOSE À VOIR.
VRAIMENT ?
Aujourd’hui, les professionnels de la finance doivent
combiner expertise financière et économie durable.
Notre nouveau MSc in Climate Change & Sustainable
Finance, en partenariat avec MINES ParisTech,
est destiné à former une nouvelle génération
de professionnels de la finance,
dotés des compétences et de l’engagement
nécessaires pour réussir la transition
vers une économie à faible
émission de carbone.

*Agissez sur le monde.


8 | à la une LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

L’ART DE SÉDUIRE
N
ous savons que de jeunes diplômés, intervient
nous, diplômés de régulièrement dans les écoles.
grandes écoles de « Nous avons pu le constater lors

DES CANDIDATS EXIGEANTS


commerce, avons la de nos événements sur les cam­
chance de pouvoir pus : beaucoup de questions des
choisir nos employeurs… et donc jeunes concernent l’écologie et
avons également l’opportunité de notre engagement, explique
mettre la pression sur eux », estime Stefanie Messner, directrice du

Les recruteurs redoublent d’efforts pour attirer


Alice Pégorier, étudiante en mas­ recrutement chez L’Oréal France.
ter économie et finance, parcours Au début, nous étions surpris de

des diplômés à la conscience écologique forte


énergie, finance, carbone, à l’uni­ la précision de leurs questions. »
versité Paris­Dauphine PSL, et Aujourd’hui, de nombreux
membre du collectif Pour un jeunes continuent à se tourner
réveil écologique, qui exerce de­ vers ces grandes entreprises,
puis trois ans une forme de « car ils considèrent que ce sont
lobbying des jeunes diplômés « Deux tiers des jeunes interrogés de gestion à l’Iéseg School of vait moins, par le passé, en école sont très méfiants à l’égard des dis­ ces structures qui ont les moyens
« engagés pour le climat » auprès préfèrent un emploi plus précaire Management et autrice de plu­ de commerce, mais qui apparais­ cours qu’ils voient vite comme du de faire avancer les choses, ana­
des entreprises. La jeune femme mais porteur de sens », souligne sieurs livres sur la génération Z. sent maintenant, dans le cadre greenwashing. Ils attendent des lyse Vinciane Beauchene. Mais
fait partie – à l’image de nom­ Vinciane Beauchene, directrice as­ Ils ont envie d’être utiles à la d’années de césure, pour des mis­ preuves de la part de leurs em­ ils estiment aussi que ces entre­
breux de ses condisciples – de sociée du cabinet. Quand on leur société. Des éléments qu’on trou­ sions humanitaires ou d’engage­ ployeurs », ajoute Elodie Gentina. prises ne sont pas à la hauteur,
ceux qui veulent « avoir comme demande dans quel secteur ils ment associatif. » Les entreprises et les services de selon notre enquête. C’est une
mission, dans leur métier, de par­ souhaiteraient travailler, 71 % des ressources humaines notent éga­ génération qui croit en sa capa­
ticiper à la transition écologi­ étudiants citent l’environnement. « LES GRANDS ENTRETIENS PRÉPARÉS lement une évolution palpable. cité à faire bouger les choses et
que ». « Ça ne sert à rien d’aller « Non seulement c’est une aspira­ Avec un engouement pour ces Olivier Blum, directeur général qui, du coup, a envie d’aller là où
travailler à vélo pour aller tra­ tion, mais c’est aussi un critère de GROUPES ÉTAIENT sujets qui se poursuit dans les stratégie et développement dura­ les choses vont évoluer ».
vailler chez Total », affirmait déjà, choix, car ils sont prêts à des HABITUÉS À VOIR choix professionnels, où les dé­ ble de Schneider Electric, et an­ Malgré leurs exigences, ces pro­
en 2018, le Manifeste étudiant renoncements, notamment sur bouchés dans l’entrepreneuriat cien DRH de l’entreprise, a cons­ fils engagés sont recherchés, car
pour un réveil écologique, signé leur rémunération, jusqu’à 12 % du DES CANDIDATS social, l’économie sociale et soli­ taté que les candidats prépa­ force de proposition et de chan­
par près de 30 000 jeunes. salaire », ajoute l’experte. SE BATTRE daire, les projets à impact social raient de mieux en mieux leurs gement. Un constat déjà réalisé
Une enquête du cabinet de Cette tendance se ressent dès ou environnemental ont désor­ entretiens d’embauche, notam­ chez Schneider Electric. « Ils ont
conseil en stratégie BCG, à la­ leur période de formation. « Ces POUR LA PLACE » mais leur place. Les diplômés veu­ ment sur la question de l’engage­ une contribution très forte dès le
quelle 2 242 étudiants et anciens jeunes ont envie de missions qui JOHANN GUEGAN lent une entreprise qui leur res­ ment du recruteur : « Dans l’en­ plus jeune âge, renchérit Olivier
de 138 établissements ont ré­ les fassent grandir, note Elodie dirigeant du cabinet semble, en résonance avec leurs semble, les candidats ont un bon Blum. A 23 ou 24 ans, je n’apportais
pondu, confirme cette tendance. Gentina, chercheuse en sciences de recrutement Skillink valeurs. « Elle doit les nourrir. Ils niveau d’exigence. Ils se rensei­ pas tant à mon entreprise. Je suis
gnent sur la stratégie ESG [respect stupéfait des idées, des contribu­
de critères environnementaux, tions avec lesquelles ils arrivent. »
sociaux et de bonne gouver­ Raison de plus, donc, pour les
nance] ou l’impact des produits grands groupes, d’aller chercher
sur l’environnement », détaille­t­il. ces jeunes talents engagés.
Et les premières à faire les frais Une mine d’énergie et un vent
OLD SCHOOL ▪ YOUNG MIND de cette nouvelle donne sont les de nouveauté pour leurs structu­
grandes entreprises. « Elles ont be­ res grâce à cette génération « plus
soin de recruter et de fidéliser, impatiente », mais aussi « plus dé­
poursuit Elodie Gentina. Elles ont terminée », estime Olivier Blum.
souvent l’image de boîtes vieillis­ « Ils ont une volonté de faire bou­
santes, peu attractives, alors que ger les choses dans des dimensions
les jeunes diplômés veulent tra­ bien supérieures à leur périmètre
vailler dans des rapports beau­ et permettent ainsi à tous d’être
coup plus horizontaux. » Résultat : plus innovants, plus disruptifs. »
pour rivaliser face aux start­up ou
à certaines structures aux prati­ « TENDANCE VIOLENTE »
ques plus agiles, les grands grou­ « On constate vraiment une ten­
pes doivent désormais lutter con­ dance des entreprises à chercher
tre cette image parfois poussié­ ces profils, note Johann Guegan.
reuse afin d’attirer, elles aussi, les Avec le côté “Ils me bousculent,
talents – selon le terme consacré mais c’est intéressant, car cela fait
dans le milieu des ressources hu­ aller de l’avant”. Les grands grou­
maines pour désigner ces profils pes, comme les banques ou les hô­
aux compétences rares et prisées. tels, qui, spontanément, ne sont
Pour les séduire, les grands grou­ pas forcément sexy, vont faire
pes multiplient les démonstra­ plus d’efforts, aller chercher cette
tions de leurs actions dans les do­ génération qui les a “oubliés”. »
maines environnementaux ou A tel point qu’on note un ren­
sociaux. « L’engagement environ­ versement de tendance dans cer­
nemental de l’entreprise devient un tains secteurs, où le recruteur
argument assez incontournable. doit redoubler d’énergie pour sé­
On le voit parmi les entreprises que duire le candidat. « C’est une ten­
nous accompagnons : il y a un vrai dance presque violente, poursuit
Conception : Service Communication EM Normandie - Photo : Braden Collum - Traduction : École historique, esprit jeune

mouvement de fond, le sujet est en Johann Guegan. Les entreprises


haut de l’agenda et affiché dès les avaient l’habitude de voir des
annonces de postes », confirme candidats postuler, se battre pour
Vinciane Beauchene. Avec une la place. Le rapport de force s’est
communication autour de la totalement inversé et certains ont
marque employeur pour se faire eu du mal à s’adapter. »
connaître et surtout présenter ses Une situation que ce diplômé
actions en matière de responsabi­ d’école de commerce n’a pas
lité sociétale des entreprises (RSE). connue à l’orée des années 2000 :
« Le paradigme a complètement
FAIRE BOUGER LES LIGNES changé par rapport aux étudiants
« Les groupes misent énormément sortis d’écoles pendant la crise.
sur la communication, n’hésitent L’objectif était alors de trouver un
pas à financer des certifications emploi, ils n’avaient pas ces consi­
comme le label B­Corp [certifica­ dérations­là. Il aurait même été
tion attribuée par une association perçu comme déplacé de poser
américaine aux entreprises com­ des questions sur l’engagement
merciales répondant à des critères environnemental de la struc­
sociaux et environnementaux] ture. » Désormais, les jeunes di­
pour mettre en avant leurs ac­ plômés les plus engagés sem­
tions », ajoute Johann Guegan, blent davantage être au service
fondateur et dirigeant du cabinet d’une cause et de leurs convic­
de recrutement Skillink, spécialisé tions que d’une entreprise. Une
dans le digital. donnée que les employeurs
Camille ne se doutait pas que choisir son futur métier serait une évidence.Qu’en sortant de ses études,son profil L’Oréal France, qui propose doivent encore intégrer. j
séduirait autant les recruteurs. Que sa passion pour la mode l’orienterait finalement vers le merchandising. environ 800 CDD et CDI par an à oriane raffin

Ne vous limitez pas à une fonction, faites-en une vocation ! Avec l’accompagnement du Parcours Carrière,
déterminez vos objectifs et donnez du sens à chacune de vos expériences : académique, internationale,
associative et professionnelle.
Cultivez votre singularité et réalisez-vous avec l’EM Normandie.
79 %
C’est le taux net d’emploi des diplômés 2020 des écoles
d’ingénieurs et de commerce six mois après leur entrée
sur le marché du travail, selon la dernière enquête de
la Conférence des grandes écoles publiée en juin 2021 et qui
porte sur la situation des promotions de 193 établissements.
em-normandie.com Un taux en chute de 9 points par rapport à l’année précé-
dente et similaire à celui observé en 2010, dans le contexte
CAEN I LE HAVRE I PARIS post-crise financière. La pandémie a donc eu un impact,
DUBAÏ I DUBLIN I OXFORD même si ce taux reste élevé par rapport à d’autres filières.
Le salaire brut annuel moyen s’établit à 35 461 euros (hors
primes), soit une baisse de 0,7 % sur un an. Le conseil est
le secteur qui rémunère le mieux (39 000 euros annuels brut
en moyenne, pour les diplômés d’écoles de commerce).
LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021
à la une | 9

La gestion à la papa ne fait plus rêver


Les entreprises qui affichent un modèle de management souple et responsabilisant
sont de plus en plus prisées par une génération habituée à une grande liberté

T ravailler dans les Big Four ?


Pour Jeanne Montot,
25 ans, c’était niet. « Dans
les grands cabinets [d’audit], le
fonctionnement est très hiérar­
sur une constitution qui permet
aux employés d’agir comme des
entrepreneurs et d’autodétermi­
ner leur travail. Pour schématiser,
avec l’holacratie, c’est celui qui
des 37 000 salariés de moins de
28 ans interrogés estimaient que
leur entreprise travaillait de fa­
çon moderne, en juin 2021, le
pourcentage avait bondi à 73 %.
pelle le philosophe du travail
Thibaud Brière. Comme les orga­
nisations savent que le sentiment
de liberté augmente la motivation
au travail, elles prétendent toutes
LEXIQUE
Holacratie
Système de gouvernance qui donne le pouvoir
à l’organisation dans son ensemble plutôt qu’à
chisé, regrette­t­elle. En tant que fait qui gouverne. » Gare cependant au miroir aux travailler en mode agile et quelques individus. Dans une holacratie, du grec
junior, on ne peut y effectuer Jeanne Jacquot avait à peine alouettes. « Aujourd’hui, on as­ pratiquer un management fondé holos « tout » et kratos « pouvoir », l’entreprise
aucune mission sans être accom­ entendu parler de ces nouveaux siste à une véritable inflation du sur la confiance et l’autonomie. » est structurée en cercles interdépendants et
pagné d’un senior. Et si on n’a pas concepts dans un cours à Mont­ storytelling en entreprise, rap­ Mais il faut savoir de quoi on auto-organisés à la manière d’un écosystème.
passé tant de temps dans tel dé­ pellier Business School. Chez parle. « Un détenu dans sa geôle a
partement, impossible d’évoluer Thales AVS France, la jeune une forme d’autonomie puisqu’il Entreprise libérée
au niveau supérieur. » Au diable le femme de 27 ans est passée sans peut faire un pas à droite ou à Philosophie théorisée en 2009 par Isaac Getz,
prestige, le beau salaire et la car­ transition de la théorie à la prati­ « LES JEUNES gauche », ironise­t­il. professeur à l’ESCP, et Brian M. Carney,
rière toute tracée. que. A l’issue de ses deux années DEVRAIENT Pour éviter les désillusions, journaliste, dans le livre Liberté & Cie
A la sortie de Grenoble Ecole de d’alternance au service marke­ mieux vaut donc faire preuve (Fayard, 2012). Elle vise à libérer les employés
management, Jeanne préfère ting et stratégie, elle a été mis­ CHALLENGER d’esprit critique. « Les jeunes de la hiérarchie et du contrôle afin d’améliorer
ainsi intégrer Nicomak, un petit sionnée pour les infuser au sein LES ENTREPRISES challengent les entreprises sur les performances de l’entreprise.
cabinet de conseil et de forma­ de l’unité hélicoptères, à Valence. leurs engagements sociétaux,
tion en innovation managériale « L’activité était alors confrontée à SUR LEURS souligne­t­il. Ils auraient aussi Mode projet
et responsabilité sociale des en­ une baisse des ventes de 30 % au MODES DE intérêt à le faire sur leurs modes Méthode de management consistant
treprises (RSE), qui déploie un niveau mondial, explique­t­elle. de management pour que les à favoriser la collaboration entre personnes de
mode de management agile, ins­ Pour redresser la barre, on a réor­ MANAGEMENT » écarts se réduisent entre les dis­ métiers ou de services différents sur un même
piré de l’entreprise libérée. « Tout ganisé les équipes en cercles au THIBAUD BRIÈRE cours et les actes. » j projet. Un objectif commun doit être atteint
nouvel embauché choisit lui­ sein desquels ont été réunis les philosophe du travail élodie chermann en respectant un budget et des délais imposés.
même son manageur », explique­ différents métiers. »
t­elle. Les objectifs ne sont pas Le processus de prise de déci­
fixés d’en haut par les cofonda­ sion a également été revu. « Dé­
teurs mais définis collégiale­ sormais, chaque collaborateur qui
ment. « Au quotidien, aucune mé­ rencontre une difficulté ou sou­
thodologie ne nous est imposée, haite expérimenter une nouvelle
ajoute­t­elle. Chacun a la respon­ idée a la possibilité de prendre une
sabilité d’agir sur ses propres décision à son niveau. Il doit sim­
missions. Si un collaborateur ren­ plement solliciter l’avis des autres

PROGRAMME
contre une difficulté, c’est à lui acteurs concernés dans l’entre­
d’aller demander de l’aide. » prise », détaille Jeanne Jacquot.
Une démarche qui a permis de

GRANDE ÉCOLE
ÉQUIPES AGILES libérer les énergies. « Les salariés
Qu’on se le dise : le management étant plus autonomes, ils se sont
à la papa ne fait plus recette chez surpassés, rapporte­t­elle avec
les jeunes diplômés. C’est ce que enthousiasme. Nous avons ainsi
confirme une étude publiée en réussi à développer de nouveaux
janvier par l’Edhec Business produits et à gagner de nouveaux

PROGRAMME
School et le cabinet BearingPoint. clients. » Au point que ce mode de

GRADE DE MASTe
6
Sur les quelque 954 étudiants et management est devenu pour
jeunes professionnels issus de elle une évidence. ER
GRANDE ÉCOLE
l’enseignement supérieur inter­ « Avec l’entreprise libérée, les jeu­
rogés, 47 % disent vouloir tra­ nes ont l’impression de participer
CLASSEMENT
vailler dans une entreprise de à une aventure collective, d’avoir
type innovatrice, où les salariés leur mot à dire, d’exercer leur libre
SIGEM

2
D I P L Ô M E V I S É B A C +P5
e TO
7 50
sont organisés en équipes pluri­ arbitre, bref, d’avoir les moyens de
disciplinaires et agiles fonction­
nant en « mode projet », 17 % plé­
faire ce qu’ils peuvent faire de
mieux », analyse Celica Thellier,
DEPUIS 19 ANNÉES
CONSÉCUTIVES e
biscitent les structures entrepre­ cofondatrice de la start­up fran­ CLASSEMENT
neuriales, simples et flexibles. çaise ChooseMyCompany, qui classement 2021 des écoles offrant SIGEM
« Les millenials sont nés avec recueille, analyse et communi­ la meilleure expérience étudiante MONDE (2022)
Internet et la liberté qu’il procure, que des avis certifiés de salariés,
rappelle Isaac Getz, professeur clients, étudiants et candidats
de leadership et d’innovation à sur leur entreprise.
l’ESCP Business School. La plu­ C’est le cas de Kelly Tinchon,
part ont reçu une éducation 24 ans, manageuse de la mission
assez souple et responsabilisante. chez Camif, le Petit Poucet de
Ils vivent assez mal de se retrou­ l’aménagement de la maison.
ver infantilisés dans le monde « Contrairement aux grands grou­
professionnel. Ils aspirent à évo­ pes, où les projets mettent énor­
luer dans un climat de confiance mément de temps à aboutir, ici,
et d’autonomie. » on fonctionne avec une structure
Le nouveau Graal des jeunes très aplatie, un peu en mode
générations ? L’entreprise libé­ start­up, compare­t­elle. Chacun
rée. « Un mode de management peut proposer des projets et les
où tous les collaborateurs sont mener de A à Z. » Si on échoue, on never stop daring.
considérés comme égaux et ont n’est jamais montré du doigt.
la liberté d’entreprendre des ac­ L’entreprise considère que c’est
tions qu’ils jugent bonnes pour le en commettant des erreurs que
collectif de travail », explique l’on s’améliore.
Isaac Getz, qui a théorisé le
concept dans son livre Liberté & MIROIR AUX ALOUETTES
Cie (Fayard, 2012). « Les exemples concrets d’entre­
D’autres théories assez proches prises auto­organisées demeu­
suscitent également de l’intérêt rent, malheureusement, plutôt
comme l’holacratie. « Un système rares dans le paysage », constate
de pouvoir au service de la raison François Pichault, docteur en
d’être de l’entreprise, précise Ber­ sociologie et professeur de ges­
nard­Marie Chiquet, fondateur tion des ressources humaines à
de l’institut de recherche iGi qui HEC­Ecole de gestion de l’univer­
planche sur des modèles de gou­ sité de Liège (Belgique). Si la flexi­
vernance alternatifs. Il s’appuie bilité, la prise de décision décen­
tralisée et le management parti­ « Parce que l’audace s’affirme avec le savoir, nous développons
cipatif sont certes de mise chez vos expériences, Parce que le talent s’exprime grâce à la
Pour plus d’informations :
quelques happy few de la tech, la culture, nous multiplions les influences, Parce que leadership
« NÉS AVEC LE NET grande majorité des sociétés et responsabilité doivent se faire écho, nous visons plus haut. Sylvie FROMAGEAU
ET LA LIBERTÉ appliquent encore un mode d’or­ Notre vocation ? Vous permettre de développer la vôtre ! » Responsable Concours & Admissions
ganisation plus traditionnel. Tél. : 02 40 37 34 21
QU’IL PROCURE, La crise sanitaire et le dévelop­ Nicolas ARNAUD sfromageau@audencia.com
LES MILLENIALS pement du télétravail font toute­ Directeur Audencia Grande École
fois entrevoir de nouvelles pers­
VIVENT ASSEZ MAL pectives. « Les manageurs ont dû
DE SE RETROUVER apprendre à faire confiance à leurs
équipes, et les dirigeants à com­
INFANTILISÉS muniquer davantage », se félicite
DANS LE MONDE Celica Thellier. A l’arrivée, les
jeunes diplômés ne s’en sentent grande-ecole.audencia.com
PROFESSIONNEL » que mieux, comme en atteste le
ISAAC GETZ classement Happy Index At Work
professeur de leadership réalisé par ChooseMyCompany.
et d’innovation à l’ESCP Alors qu’avant la crise seuls 55 %
10 | à la une LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

LES
les écoles utiliseraient­elles l’apprentissage
comme un moyen de faire du business ?
Depuis la loi du 5 septembre 2018 « pour la
liberté de choisir son avenir professionnel »,

APPRENTIS
l’Association nationale des apprentis de
France a en tout cas relevé plusieurs irrégula­
rités sur son chat SOS Apprenti. « Jusqu’à pré­
sent, un jeune inscrit en centre de formation
avait trois mois pour signer un contrat d’ap­

NE FERONT
prentissage, explique son président Aurélien
Cadiou. Pour éviter un effondrement des em­
bauches d’apprentis en 2020, l’Etat a décidé
d’étendre ce délai à six mois et versé aux CFA
un forfait de 500 euros par mois pour chaque

PLUS RECETTE
jeune accompagné. »

PRATIQUES DOUTEUSES
De quoi susciter des appétits. Neuf établisse­
ments d’enseignement supérieur, non mem­
bres de la Conférence des grandes écoles, ont

Proposer des parcours en alternance ainsi été soupçonnés d’avoir déclaré un nom­
bre anormalement élevé d’étudiants n’ayant
se révèle lucratif pour certaines écoles pas trouvé d’employeur afin d’empocher la
prime. Huit ont finalement été mis hors de
de commerce. L’institution publique cause. Le neuvième, lui, devrait écoper d’une
amende de plusieurs millions d’euros, révèle
France compétences pourrait réduire le ministère du travail.

le financement d’un tiers de ces cursus


Pour Aurélien Cadiou, cette affaire est une
conséquence directe de la libéralisation du
secteur. Depuis la loi du 5 septembre 2018,
tout organisme de formation déclaré peut

P
our ne rien avoir à débourser pen­ ration ne s’applique que sur la durée du con­ proposer de l’apprentissage, ce qui a considé­
dant ses études, Suzanne (le pré­ trat, à savoir vingt­quatre mois. « Les étu­ rablement facilité le développement de cette
nom a été changé), 27 ans, a choisi diants qui, pour des raisons académiques, filière. Y compris dans les écoles de com­
de suivre le parcours Grande n’ont pas pu valider tous leurs UV à l’issue de merce. A l’ESC Clermont, le nombre d’alter­
Ecole de l’Essec en apprentissage. leurs deux années d’apprentissage et qui sont nants est ainsi passé de 396 en 2019 à 778
Ce système repose sur le principe de l’alter­ obligés de se réinscrire, ne sont plus considérés en 2021, soit une hausse de 96 % en à peine
nance entre enseignements théoriques et comme apprentis, rappelle ainsi Bertrand Sul­ deux ans. A l’Ecole de management Léonard­
pratiques, en centre de formation et chez pice, directeur du Centre de formation d’ap­ de­Vinci (EMLV), 434 nouveaux contrats
l’employeur avec lequel l’apprenti a signé son prentis (CFA) de l’Essec. Ils sont donc redeva­ d’alternance ont été signés à la rentrée contre
contrat. En arrivant en troisième année, elle bles des “frais de réinscription”. » 313 en 2020. Libéraliser, Aurélien Cadiou n’est
s’aperçoit avec stupeur que les règles du jeu Suzanne assure pourtant ne pas avoir choisi pas contre. A condition de mettre en place
ont changé. « On m’a annoncé que je devais de commencer son contrat à la mi­janvier. des contrôles réguliers. « Sinon, c’est la porte
m’acquitter de 2 000 euros de frais d’inscrip­ « C’est l’école qui impose un trimestre de cours ouverte à toutes les dérives », prévient­il.
tion, plus l’adhésion obligatoire à l’Essec obligatoire en début d’année », s’insurge­t­elle. Et c’est précisément là où le bât blesse. « Cer­
alumni [réseau des anciens], d’un montant de L’étudiante n’a pas obtenu gain de cause. « Je taines écoles font rentrer des jeunes qui veu­
1 600 euros », raconte­t­elle, dépitée. n’ai pas eu d’autre choix que de payer, recon­ lent faire de l’apprentissage non pas sous le
Les promotions précédentes en ayant été naît­elle. Si je ne l’avais pas fait, je n’aurais pas statut de stagiaires de la formation profes­
exemptées, la jeune femme croit d’abord à pu m’inscrire aux cours et obtenir mon di­ sionnelle, comme l’impose la loi, mais sous le
une erreur. On lui explique alors que l’exoné­ plôme. » Suzanne se pose donc la question : statut d’étudiants, dénonce Aurélien Cadiou.

Inscriptions ouvertes
Rentrée universitaire

Février
2022
Ecrivez-nous Une business
→ bachelor@ehl.ch
school pas
comme les
autres
Imaginez acquérir des compétences
générales et relationnelles dans des jeux
de simulation. Imaginez développer un
esprit stratégique grâce à des emplois
de consultant junior pendant vos études.
Imaginez mettre en pratique des
techniques de gestion dans vos activités
extrascolaires. Nous sommes à l'EHL, où
nous redéfinissons le leadership comme
un savant mélange de pensée
autonome, de respect, d'empathie et
d'attention aux autres. Rejoignez un
univers d’expériences pratiques et de
cours théoriques. Obtenez votre
Bachelor of Science en management
hôtelier et professions de l'accueil.

Journée portes ouvertes


Samedi 4 Décembre
LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021
à la une | 11
« Les écoles pour lesquelles l’apprentissage
« IL SERAIT NÉCESSAIRE est avantageux, sont celles où le parcours de
DE REMETTRE formation coûte moins cher que ce qui est
facturé à l’entreprise qui accueille l’apprenti,
UN PEU D’ORDRE renchérit Loïck Roche, directeur de Greno­
ET DE TRANSPARENCE ble Ecole de management. Mais dans la plu­
part des grandes écoles, la part payée par
DANS LE SYSTÈME » l’entreprise est bien inférieure aux coûts de
BERTRAND SULPICE fabrication des diplômes qui s’élèvent en
directeur du CFA de l’Essec moyenne à 12 000 euros pour un bachelor, et
à 20 000 euros pour un master. » A tel point
Si les jeunes n’ont pas trouvé d’employeur à l’is­ que certains établissements pourraient finir
sue du délai légal de six mois, elles s’autorisent par interdire aux entreprises qui ne paient
à leur facturer des frais de scolarité. » Un pas le reste à charge de prendre des alter­
moyen de sécuriser leur chiffre d’affaires. nants, ce qui pénaliserait en premier lieu les
D’autres établissements réclament aux en­ petites et moyennes entreprises.
treprises l’intégralité des frais de scolarité en
cas de rupture du contrat, alors que seule la RISQUE D’ESSOUFFLEMENT
période de cours effectuée par l’apprenti est Les dernières annonces de France compéten­
censée être due. Il y a aussi ceux qui, si vous ces, l’institution publique chargée de la
ne trouvez pas d’entreprise qui accepte de régulation et du financement de la forma­
payer vos frais de scolarité, vous proposent tion professionnelle et de l’apprentissage, ne
de basculer en « job alterné ». Charge à vous sont pas pour rassurer. Un tiers des forma­
alors de payer ces frais. tions par apprentissage dans les program­
Ces pratiques douteuses ne doivent pas mes des grandes écoles connaîtraient ainsi
jeter le discrédit sur l’ensemble des écoles de une réduction – parfois très importante – de
commerce. En France, plus de 400 établisse­ leur financement par rapport au système
ments revendiquent en effet ce nom mais actuel, déjà jugé très contraint.
seuls 34 font partie de la Conférence des « Il nous paraît nécessaire à terme de remet­
grandes écoles. « Nos formations étant labelli­ tre un peu d’ordre et de transparence dans le
sées, on ne peut pas se permettre de faire n’im­ système », concède Bertrand Sulpice, direc­
porte quoi », insiste Alice Guilhon, directrice teur du CFA de l’Essec. Difficile en effet
générale de Skema Business School et prési­ d’expliquer que deux apprentis suivant le
dente de la toute nouvelle Conférence des même programme puissent voir le finance­
directeurs d’écoles françaises de manage­ ment de leur formation varier du simple au
ment (CDEFM), créée en mars. double, selon l’école où ils suivent leur for­
Quant à affirmer que les établissements mation et la branche professionnelle dont
d’enseignement supérieur s’engraisseraient dépend l’entreprise qui les accueille.
grâce à l’apprentissage, c’est pour elle une Sauf qu’en baissant drastiquement les
contre­vérité absolue. « Oui, cela peut permet­ coûts de contrat, la dynamique de l’appren­
tre à nos écoles de compléter leurs revenus en tissage dans le supérieur risque de s’essouf­
levant de la taxe [d’apprentissage] mais ce fler, ce qui serait une catastrophe pour l’in­
n’est pas avec ça qu’elles vont devenir milliar­ sertion des jeunes. « Oui, l’alternance repré­
daires, au contraire, s’emporte­t­elle. Ouvrir sente un gros investissement pour l’Etat,
une formation en alternance suppose non seu­ reconnaît Bruno Ducasse, directeur général
lement de mettre en place une maquette péda­ de Montpellier Business School. Mais il faut
XAVIER LISSILLOUR

gogique spécifique, mais aussi de développer accepter d’investir davantage sur la forma­
un système de tutorat performant pour assu­ tion pour avoir moins d’aides sociales à verser
rer le suivi des étudiants. Tout cela représente aux jeunes demain. » j
un gros budget pour les écoles. » élodie chermann

*
12 | à la une LE MONDE CAMPUS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

LE CONSEIL ENTRE EN TRANSITION


Les cabinets de conseil ont créé des départements développement durable.
Mais la réalité des missions suscite parfois la déception

D
evenir consultante n’était séduit Baptiste Pécresse. « Chez Accen­
pas forcément sa vocation ture, ce n’est pas : “Faites ce qu’on dit mais
au départ. En sortant de pas ce qu’on fait.” C’est : “Voilà ce qu’on
Grenoble Ecole de mana­ fait et ce qu’on vous propose de faire chez
gement, Jeanne Sié, 28 ans, vous” », se félicite­t­il.
se voyait faire carrière comme respon­ Beaucoup de sociétés de consulting se
sable RSE (responsabilité sociétale des contentent toutefois encore de faire de
entreprises). « Mais ce type de poste est l’affichage. « A ce stade, je ne constate pas
difficilement accessible pour un jeune une vraie révolution culturelle dans le
diplômé », regrette­t­elle. C’est ce qui l’a secteur, regrette Rafaël Vivier, directeur
poussée à postuler au département général et fondateur de Consultor, un
« climate change and sustainability » média d’information sur le conseil de
d’EY & Associés (ex­Ernst & Young). « Le direction générale. J’ai l’impression que la
conseil en transition est un métier inté­ majorité des cabinets ne font que verdir
ressant qui me permet d’acquérir un leur offre en surface. Mais à survendre
vernis en développement durable en me leurs engagements auprès des candidats,
frottant à une multitude d’entreprises et ils risquent rapidement de décevoir. »
de projets », souligne­t­elle.
Longtemps marginal, le secteur est PRÉCONISATIONS PEU APPLIQUÉES
aujourd’hui en plein développement. D’autant que les missions qu’ils propo­
« Auparavant, la plupart des entreprises sent ne sont pas toujours à la hauteur des
se moquaient des enjeux environnemen­ attentes des jeunes diplômés. Chez Green
taux et sociaux, analyse Yves Rannou, Soluce, un petit cabinet spécialisé dans
professeur de finance à l’ESC Clermont l’immobilier et la ville durable, Théo
Business School. Mais l’opinion publique Clech, 25 ans, a la chance d’accompagner
y étant de plus en plus sensible et les lé­ des promoteurs immobiliers, des fonciè­
gislations française et européenne de res et autres collectivités locales sur des
plus en plus dures en la matière, elles problématiques d’innovation, de RSE ou
n’ont plus le choix désormais que de s’en de finance responsable. « Mais dans les
préoccuper. » Big Four [les grands cabinets mondiaux
Depuis 2017, toutes les organisations EY, Deloitte, KPMG et PwC], les jeunes
de plus de 500 salariés ont ainsi l’obli­ diplômés font beaucoup plus d’audit que
gation de publier une déclaration extra­ de conseil, constate Hugues Carlier, direc­
financière, ce qui les oblige à adapter teur général du cabinet Des enjeux et des
leur organisation et à sensibiliser leurs hommes, qui compte une quarantaine
équipes. Une aubaine pour les cabinets XAVIER LISSILOUR de collaborateurs. Leur mission se limite
de conseil. Décarbonation par­ci, transi­ souvent à aller sur un site industriel et à
tion sociétale par­là… tous les poids vérifier que ce qui est indiqué sur les grilles
lourds du secteur investissent le champ un impact sur la planète et sur la so­ Les cabinets d’audit généralistes arrivés Si on se contente de grandes déclarations, a bien été réalisé. Ce n’est pas forcément
du développement durable. ciété », assure le DRH. plus tardivement sur le créneau doivent, ils s’en rendent compte tout de suite. » très passionnant. »
C’est le cas de Baptiste Pécresse, di­ eux, redoubler d’efforts en communica­ Accenture revendique de se montrer Embauché en 2016 comme consultant
« CHANGER LE MODÈLE » plômé de l’école de commerce londo­ tion pour valoriser ce nouveau champ exemplaire sur le sujet. « Grâce à notre chez Algoé, Bertrand Vial, 34 ans, était
Certains ont senti le vent venir depuis nienne Cass et titulaire d’un master de d’expertise. « Pour attirer les talents, on politique de responsabilité environne­ censé aider des collectivités territoriales
longtemps. Ernst & Young a ainsi créé management à l’ESCP Business School rencontre les écoles qui proposent des mentale, nous avons contribué à éco­ à développer des projets d’innovation
un département spécifique, il y a vingt­ de Paris. « J’ai toujours voulu travailler parcours de développement durable et on nomiser, depuis 2007, près de 2,43 mil­ sociale. « Sauf que mes préconisations
cinq ans. « Quand j’ai rejoint le cabinet dans les affaires », témoigne le jeune leur explique qu’on creuse le même sillon, lions de mégawattheures d’électricité et étaient très peu mises en pratique », expli­
en 2002, nous étions à peine dix dans homme de 25 ans. Il s’est rendu compte témoigne Charlotte Gouiard responsa­ 1,22 million de tonnes de CO₂ », se prévaut que cet ancien diplômé de l’ESDES Lyon
l’équipe », sourit Alexis Gazzo, associé et assez vite que faire du business ne lui ble RH chez Mazars. On matraque aussi Laurent De Cock. Un engagement qui a Business School. Voir tout ce temps et
responsable du département. L’activité suffirait pas. « J’avais besoin de contri­ des messages sur les réseaux sociaux cet argent investis pour un impact social
était alors non seulement petite mais buer à changer le modèle tel qu’il était pour montrer qu’on dispose d’une vraie quasi infime a fini par l’écœurer.
aussi considérée comme secondaire conçu et de participer à la société de expertise sur le sujet. » Au bout de deux ans, Bertrand a donné
pour le groupe. Aujourd’hui, elle mobi­ demain. » Son diplôme en poche, il en­ « À CE STADE, JE NE sa démission. Il occupe désormais un
lise un effectif de 130 personnes en visage un temps de postuler dans les ca­ DEVOIR D’EXEMPLARITÉ CONSTATE PAS UNE poste de coordinateur au sein des Petites
France et 1 400 dans le monde. binets spécialisés en développement Communiquer, c’est bien. Mais pour at­ Cantines. Un réseau non lucratif de can­
« Le développement durable est devenu durable mais choisit finalement d’inté­ tirer cette génération, mieux vaut être VRAIE RÉVOLUTION tines de quartier, où les convives vien­
un sujet stratégique non seulement en ter­ grer Accenture pour sa « force de frappe aligné avec ce qu’on vend. « Difficile de CULTURELLE nent partager un repas durable, partici­
mes de business mais aussi en termes de supranationale ». conseiller ses clients sur la réduction des patif et à prix libre. « J’ai divisé mon
recrutement », souligne Laurent De Cock, « On a la possibilité non seulement de émissions de carbone si on n’est pas soi­ DANS LE SECTEUR » salaire par deux, mais je me sens enfin ali­
DRH d’Accenture France et Benelux. « Les conduire le changement dans des entrepri­ même cohérent sur le sujet, reconnaît RAFAËL VIVIER gné et heureux, confie­t­il tout sourire. Là
jeunes d’aujourd’hui cherchent certes à se ses du CAC 40, mais d’embarquer aussi Laurent De Cock. En entretien, beaucoup directeur général de Consultor, au moins, j’ai l’impression de changer un
développer mais pas n’importe comment toute leur chaîne de valeur vers des modè­ de candidats nous demandent en quoi média d’information petit bout de monde. » j
ni à n’importe quel prix. Ils veulent avoir les plus vertueux », s’enthousiasme­t­il. nous sommes une entreprise responsable. sur le conseil en stratégie élodie chermann

Le casse-tête du prêt étudiant


Plusieurs modèles de prêt coexistent en Europe, comme le prêt conditionné aux revenus qui ne fait pas l’unanimité

C omment les étudiants


français financent­ils
leurs études ? Très sou­
vent grâce à l’aide de le