Vous êtes sur la page 1sur 38

EPIGRAPHE

Les paroles des sages sont comme des aiguillons ; et, rassemblées en un recueil, elles sont
comme des clous plantés, données par un seul maitre.
Ecclésiaste 12 :11

TABLE DES MATIERES


i
EPIGRAPHE....................................................................................................................................I
DEDICACES.................................................................................................................................IV
REMERCIEMENTS.......................................................................................................................V
TABLE DES MATIERES...........................................................................................................VII
LISTES DES FIGURES................................................................................................................XI
INTRODUCTION.........................................................................................................................12
GENERALITES SUR LES HABITUDES ALIMENTAIRES ET LES ACTIVITE PHYSIQUES
.......................................................................................................................................................14
I.1. LES HABITUDES ALIMENTAIRES..........................................................................................14
I.1.1. Définition des concepts.................................................................................................14
I.1.1.1. Les habitudes alimentaires.........................................................................................14
I.1.1.3. Nutrition et Nutriment................................................................................................15
I.1.2. Les bonnes habitudes alimentaires................................................................................15
I.1 .2.1. Avantages des bonnes habitudes alimentaires..........................................................17
I.1.2.2 Conséquences des mauvaises habitudes alimentaires.................................................17
I.1.2.2.1. Risques liées aux modèles nutritionnels.................................................................18
I.1.2.2.2 Risques liés aux substances psycho-actifs...............................................................19
a) Le tabac..............................................................................................................................19
b) L’alcool..............................................................................................................................20
c) Le cannabis.........................................................................................................................20
I.2.1 DÉFINITION.........................................................................................................................21
I.2.2- Impact de l’activité physique sur la santé.....................................................................22
I.2.3. Mandat concernant l’activité physique pour la santé publique.....................................23
I.2.4. Niveaux d’activités physiques pour la santé recommandés pour la population...........23
II- MATERIEL ET METHODES.................................................................................................26
II.1. NATURE DE L’ÉTUDE..........................................................................................................26
II.2. Cadre d’étude..................................................................................................................26
II.2.1. Population d’étude.......................................................................................................26
II.2.2. Critères d’inclusion......................................................................................................26
II.1.3. Critères D’exclusion....................................................................................................26
II.3. MÉTHODOLOGIE..................................................................................................................27
II.3.1. Base de sondage...........................................................................................................27
II.3.2.Echantillonnage............................................................................................................27
II.3.3. Etapes et déroulement de l’enquête.............................................................................28
1. Contacts administratifs....................................................................................................28
2. Sensibilisation de la population d’étude.........................................................................28
II.3.4. Collecte des données....................................................................................................28
II.3.5.Saisie des données........................................................................................................28

ii
III. RESULTATS...........................................................................................................................29
SECTION I : CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES........................................................29
SECTION II : CONSOMMATION DES SUBSTANCES PSYCHO-ACTIVES..........................................31
SECTION III : FRÉQUENCE DE CONSOMMATION ALIMENTAIRE DANS LE MÉNAGE.....................33
a) Nombre de jour moyen de consommation des différents types d’aliments par semaine
33
b) Source d’aliments............................................................................................................34
SECTION IV : ACTIVITÉS PHYSIQUES........................................................................................35
IV. DISCUSSION..........................................................................................................................37
IV.1. LES CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES............................................................37
IV.2. CONSOMMATION DU TABAC ET DU CANNABIS..................................................................37
IV.3. Consommation d’alcool................................................................................................38
IV.4. Fréquence de consommation alimentaire dans le ménage............................................39
IV.5. Activité physique..........................................................................................................39
CONCLUSION..............................................................................................................................42
RECOMMANDATIONS..............................................................................................................43
REFERENCES..............................................................................................................................44
ANNEXES.....................................................................................................................................48

DEDICACES
A mon père TAMUZI LUKENZE Robert.

iii
A ma mère MUNSI LUNUMU Charlotte.
A vous mes chers frères et sœurs : Maggy, Jacques, Junior, Koko, Guelord, Esther, Dandy,
Prisca, Violette, Boris et enfin la cadette Mareine TAMUZI.
A ma chère bien aimé MIAKUNTIMA Merveille.
Je dédie ce modeste travail, fruit de vos efforts conjugués.

REMERCIEMENTS

iv
Au terme de la rédaction de ce travail, il m’échoit d’exprimer ma reconnaissance et mes
remerciements à tous ceux qui m’ont assisté dans son achèvement.
Mes remerciements s’adressent premièrement à Dieu le père tout puissant créateur du ciel et de
la terre pour sa bonté et sa plus grande grâce.
Grande est ma gratitude à l’endroit du Professeur Docteur Paulin MUTOMBO qui a accepté de
diriger ce mémoire en dépit de ses nombreuses occupations.
L’intérêt qu’il accorde à la science, sa sympathie et son ouverture d’esprit font de lui un modèle
homme de science .Qu’il trouve dans ces lignes la marque de mon admiration et mes sincères
remerciements.
Toute ma reconnaissance et ma gratitude vont également à l’endroit de papa Emil TAMFUMU,
à la famille NANKWAYA, à la famille KANDA, à la famille KONGO, à la famille MUNSI
.Qu’ils trouvent ici l’expression de mon profond respect.
Mes remerciements s’adressent aussi à tous les membres de la grande famille ASSAB et du club
CEPROSA.
A mes amis :Dr Rogani TAMUKEY ,Dr Fishongo NYALENGE, Dr Pierre DJOHO, Reagen
EYENGA, Simeon TAYOUO DEFO, Dr Fiston MANTEKA, Dr Stevie BASHALA, Nancy
GIZE,Pistis KAWANDA, Grace KIBANGUNDI, Alain LEBANGE, David MUGIZA, Doudou
THAMBWE, Charly AMBUNGA, Jean KAPENDA, Dr Bernard MUMBEMBO, Ir Hugues
KUMESU, Ir Carène KOBO, Dr Ilunga DIKITA, Emmanuel KAPENDA,Tresor
MISONGO ,Mark YAMBA, Hervé KALONDA, Héritié MAWALALA ,Maman Petronie
TUNDU et à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce travail,
BIENGE Propice dont les noms ne figurent pas ici. Je vous souhaite une longue carrière de vie et
de prospérité.

LISTE DES ABREVIATIONS ET DES ACRONYMES

v
AMS  : Assemblée Mondiale de la Santé
ATR  : Accident de Trafic Routier
AVC : Accident vasculaire cérébral
CDC : Center Disease Control and Prevention
Cl  : centilitre
G : gramme
GBD : Global Burden of Disease
HTA : Hypertension Artérielle
INSER
M   : Institut National de la recherche Médicale
Kcal  : Kilos calorie
KJ  : kilos joule
Km/h  : Kilomètre par heure
MET : Metabolic Equivalent of Task
Mg  : milligramme
MNT : Maladies Non Transmissibles
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
ONG  : Organisation non gouvernementale
RDC  : République Démocratique du Congo
Ug  : microgramme 
: Université de
UNIKIN  Kinshasa
USA  : United State of America
VNT  : Valeur Nutritionnelle de Référence
VTT  : Vélo Tout Terrain

LISTE DES TABLEAUX

vi
Tableau I : Apports journaliers des micronutriments recommandés du règlement 1169/2011. 
Tableau II : Apports journaliers des macronutriments recommandés du règlement 1169/2011. 
Tableau III : Exemples d’activités physiques (marche quotidienne, loisirs et sports) 
Tableau IV : Caractéristiques sociodémographiques.
Tableau V : Etat de consommation du tabac ces douze derniers mois précédent l’enquête. 
Tableau VI : Etat de consommation d’alcool ces douze derniers mois précédent l’enquête. 
Tableau VII:Caractéristiques des activités physiques. 

LISTES DES FIGURES

Figure I: Répartition des fréquences suivant la consommation du tabac.


Figure II : Répartition des fréquences suivant la consommation d’une boisson alcoolisée.
Figure III : Répartition moyen de nombre des jours de consommation d’aliments.
Figure IV : Répartition moyen selon les sources de consommation d’aliments par semaine.

RESUME

vii
OBJECTIFS
Les objectifs consistent à présenter les caractéristiques sociodémographiques ; les mesures
comportementales (consommation d’alcool, du tabac et du cannabis) ; la consommation
alimentaire dans le ménage et les caractéristiques d’activités physiques dans le quartier
MBANZA-LEMBA.
METHODOLOGIE
Nous avons réalisé une étude analytique transversale descriptive couvrant une période allant du
15 mars 2016 au 15 avril 2017. Au total nous avons enquêtés sur 249 personnes.
RESULTATS
Quasiment plus de la moitié soit 60,2% de nos enquêtés était du sexe masculin avec un sex ratio
M/F de 1,51. La moyenne d’âge était de 26,71±8,4 ans. Plus de 2/3 avaient un niveau
d’instruction primaire et la plupart était des chômeurs. Environ la moitié d’entre eux
consommait le tabac fumé avec une durée moyenne de 7±2ans. Le tabac non fumé par voie
nasale « Tumbaku »était le plus consommé.

Plus de la moitié avait consommé de la boisson alcoolisée ces douze derniers mois.…..
Les céréales, légumes, poissons de mer, l’huile de palme rouge étaient consommés quasiment
tous les jours de la semaine, alors que les fruits et la viande étaient peu consommés soit 2jours
sur /7.Une activité physique intense régulière de longue durée plus 5heures. L’activité
domestique était une affaire des femmes, quasiment la moitié jouait au football au plus 2heures.
CONCLUSION
L’hygiène de vie est jugée très critique actuellement dans cette partie de la ville car les deux
sexes sont plus exposés. C’est ainsi que les mesures et les actions appropriées doivent être prises
rapidement en stoppant l’expansion des abus des substances psycho actives, sensibiliser la
population à une alimentation saine et à une bonne activité physique.

viii
INTRODUCTION
Une bonne hygiène de vie est un indicateur de santé de l’individu, elle exclue les frustrations
préjudiciables au bien être, désigne les moyens positifs et volontaires que se donne une personne
pour conserver une bonne santé mental et physique, les bonnes habitudes à prendre tant sur le
plan alimentaire, corporel, sexuel et environnemental(1). L’hygiène de vie implique :
l’oxygénation, l’hydratation, la nutrition, l’activité physique mais également la lutte contre le
stress, l’alcoolisme, le tabagisme, les infections sexuellement transmissibles et la salubrité du
milieu de vie. Toutes ces bonnes habitudes impactent positivement sur l’espérance de vie(2).
Le contexte Nutritionnel, corporel et environnemental fait intervenir plusieurs composantes à
savoir : les habitudes alimentaires, l’activité physique, le niveau socio- économique et culturel.
La malnutrition qui désigne un état pathologique causé par les carences ou les excès d’un ou de
plusieurs nutriments(3), associée à la sédentarité (inactivité physique) constituent des mauvaises
hygiène alimentaires(4), et demeurent un problème de santé publique majeur aussi bien dans les
pays développés que dans les pays en voies de développements, en raison de leur rôle dans la
survenues des maladies dites non transmissibles (MNT), de la morbidité et de la mortalité qui
leurs sont attribuée (38). Bien que fréquente dans le milieu estudiantin, les mauvaises habitudes
alimentaires et l’inactivité physique suscitent encore très peu d’intérêt, et pourtant ces mauvaises
pratiques, contrairement à la croyance populaire, ont un impact considérable au niveau cognitif
et par conséquent, ont une influence non seulement sur les résultats académique, mais aussi sur
leur bien être et sur celui de leur progéniture(5,6).
Une étude menée en France par Global Burden of Disease 2010(GBD 2010) relève que selon le
sexe, la part des années de vie perdues en bonne santé pour le risque alimentaire, surpoids et
obésité et inactivité physique varie relativement peu. Pour l’alimentation, elle est de 12% chez
les hommes et près de 8% chez les femmes. Pour l’inactivité  physique, cette part est de 3,5%
chez les hommes et de 4% chez les femmes. Enfin pour le surpoids et l’obésité, cette part
attribuable est de 7,5% chez les hommes et 6% chez les femmes.
Dans les pays en voie de développement tout comme dans les pays développés, les (MNT) sont
assez préoccupantes (38-40). En effet, une autre étude menée au Cameroun par Etourdie Ngoa et
al, rapporte une prévalence de l’obésité et surpoids de 33,3% chez les femmes du village Foto
dans la région de l’ouest(7). A Abidjan, Koffi et al, ont trouvé une prévalence de l’obésité de
38,1% chez les travailleurs du port autonome(8). Au Gabon, Ntyonga et Pono ont observé dans
leur série que les travailleurs du centre hospitalier universitaire de Libreville, 60% des
travailleurs obèses étaient également hypertendue(9).
En RDC tout comme dans ces pays en voie de développement, le rôle des différents facteurs
dans la prévalence élevée de ces maladies dans la population générale est encore au stade des
hypothèses. Cependant dans l’esprit des individus comme dans celui des médecins, ces
pathologies seraient du à une mauvaise alimentation(10). Tout le monde semble s’accorder pour
reconnaitre un excès d’apport calorique, une trop grande consommation de graisse et de sucres
rapides liée à une sédentarisation.

9
Si l’on veut aller au-delà de ces hypothèses et mieux orienter les messages de prévention, il est
nécessaire d’apporter un complément aux enquêtes qualitatives existantes sur l’alimentation et
l’activité physique en RDC.
C’est pourquoi, pour compléter l’étude des prévalences des (MNT), une enquête menée sur les
habitudes alimentaires et l’activité physique portant sur un échantillon des habitants du quartier
Mbanza-Lemba fera l’objet de notre étude, afin de déterminer plus précisément les cibles des
actions de prévention de ces maladies.
1- Objectif General :

- Décrire qualitativement et quantitativement les habitudes alimentaires et


l’activité physique des habitants dans le quartier Mbanza-Lemba.

2- Objectifs Spécifiques :
- Décrireterminer les caractéristiques sociaux démographiques ;
- Déterminer la fréquence de consommation des substances psycho-
activespsychoactives ;
- Décrire la consommation alimentaire dans les ménages ; Déterminer la fréquence
de consommation alimentaire dans le ménage ;
- Décrire la pratique des activités terminer les principales caractéristiques
d’activités physiques.

GENERALITES SUR LES HABITUDES ALIMENTAIRES ET LES ACTIVITE


PHYSIQUES

I.1. Les Habitudes Alimentaires

I.1.1. Définition des concepts


I.1.1.1. Les habitudes alimentaires
Les habitudes alimentaires regroupent l’ensemble des dimensions naturelles et symbolique qui
recouvrent l’acte alimentaire : nature et diversité des aliments consommés, quantités et dépenses
afférente, cuisine et approvisionnement ; horaire et structure des repas (11).
I.1.1.2. Aliment et Alimentation
L’aliment est une denrée comportant des nutriments, donc nourrissante, susceptible de satisfaire
l’appétit, donc appétant et habituellement consommée dans la société considérée, donc
coutumière (12).
Si l’on retient la définition de Trémolière, il est évident que l’alimentation doit comporter de
telles qualités, sous réserve que les denrées ne recèlent pas les produits nocifs pour les
consommateurs en général, ou pour certains d’entre eux (13). Cette précision est importante dans
la mesure où elle permet de ne pas considérer comme aliment les substances nocives comme le
tabac notamment.

10
De ce qui précède, on peut considérer que l’aliment est une substance en générale naturelle et de
composition complexe qui associée à d’autres substances en proportion variable, est capable
d’assurer le cycle régulier de la vie d’un individu et la persistance de l’espèce à laquelle il
appartient (14).
L’alimentation est l’action ou la manière de fournir aux êtres vivants la nourriture dont-ils ont
besoin pour leur croissance, leur développement et leur entretien. Cette acceptation fonctionnelle
souligne une évidence : L’alimentation assure le cycle de vie d’un individu et la persistance de
n’importe quelle espèce à laquelle il appartient. S’intéresser à l’alimentation de l’homme, c’est,
comme pour n’importe quelle espèce, considérer les aspects quantitatifs, le bilan entre ses
besoins et ses ressources. C’est aussi considérer les aspects qualitatifs, en particulier sanitaires.
C’est enfin ne pas oublier que l’alimentation est empreinte de plaisir et de peurs, qu’elle est chez
l’homme, un fait culturel essentiel (15).
I.1.1.3. Nutrition et Nutriment
La nutrition peut être considérée comme une science qui consiste à porter un regard normatif sur
l’apport alimentaire ( 16). Mais, la nutrition peut aussi être considérée comme une intégration de
la chimie, la physique et la physiopathologie, à la solution des problèmes qui lient les aliments et
la vie. Pour satisfaire ses besoins d’entretien, de croissance et d’activité, l’homme consomme des
aliments dont les principes actifs sont les nutriments.
Un nutriment est un constituant minéral ou organique, directement assimilable et utilisé par
l’organisme pour la production d’énergie ou la construction.
Un nutriment qui ne peut pas être synthétisé par l’organisme en quantité suffisante pour
permettre son bon fonctionnement est appelé indispensable. Il doit obligatoirement être apporté
par l’alimentation. (17).
Les principaux nutriments sont : les protides, les glucides, les lipides, les micronutriments
(minéraux, vitamines) et les fibres végétales non digestibles.
Les nutriments glucidiques, lipidiques et protidiques apportent à l’organisme l’énergie dont-il à
besoin. L’énergie utilisable est en moyenne de 4Kcal pour les glucides ainsi que les protéines et
de 9 Kcal pour les lipides. Mais ces substances ne sont pas seulement énergétiques, elles ont
chacune dans l’organisme un rôle spécifiques et la ration doit fournir un ensemble nutritionnel
équilibré (18).
I.1.2. Les bonnes habitudes alimentaires

Elles sont celles qui passent par le respect au quotidien de quelques pratiques alimentaires qui
visent à se maintenir en bonne santé, tant sur le plan physique que mental. Elles reposent sur le
respect de quelques habitudes de vie que certains élèvent même en véritables art de vivre.
Les principes de base consistent à limiter les éléments nocifs pour le fonctionnement du corps
humain et à apporter en quantité suffisante tout ce qui lui est nécessaire :
- Limiter les aliments gras, salés et sucrés ;
- Consommer des fruits et des légumes à chaque repas ;

11
- Eviter la consommation excessive d’alcool, pas plus de deux verres de vin (10Cl) par
jours pour une femme et trois pour un homme ;
- Boire au minimum 1,5 litres d’eau par jour ;
- Pratiquer une activité physique régulière ;
- Eviter le tabagisme ;
- Lutter contre le stress.
Tableau des «  valeurs nutritionnelles de références »(VNR)
Tableau VIII : Apports journaliers des micronutriments recommandés du règlement
1169/2011. 

VITAMINE MINERAU
S     VNR X VNR
vitamine A(rétinol) 800ug potassium 2000mg
vitamine D3(cholécalciférol) 5ug chlorure 800mg
vitamine E(tocophérol) 12mg calcium 800mg
vitamine K 75ug phosphore 700mg
vitamine C(acide ascorbique) 80ug magnésium 2g
vitamine B1(thiamine) 1,1mg fer 14mg
vitamine
B2(riboflavine) 1,4mg zinc 10mg
vitamine B3(ou PP, niacine) 16mg cuivre 1mg
vitamine
B6(pyridoxine) 1,4mg manganèse 2mg
vitamine B9(acide folique) 200ug fluorure 3,5mg
vitamine B12(cobalamine) 2,5ug sélénium 55Ug
vitamine B8(biotine) 500ug chrome 40ug
vitamine B5(acide pantothénique) 6ug molybdène 50ug
        iode 150ug

Tableau IX : Apports journaliers des macronutriments recommandés du règlement


1169/2011. 

ENERGIE OU APPORT DE
NUTRIMENT REFERENCE
énergie 8400kj/2000kcal
matières grasses totales 70g

12
acides gras saturés 20g
glucides 260g
sucres 90g
protéines 50g
sel   6g  

I.1 .2.1. Avantages des bonnes habitudes alimentaires


Les bonnes habitudes alimentaires participent de façon essentielle au développement et à
l’expression clinique des maladies qui sont aujourd’hui les plus répandues dans le monde (21) :
- Maladies cardiovasculaires ;
- Les tumeurs malignes (cancer du colon, cancer du rectum, cancer du sein…) ;
- L’ostéoporose ;
- Le diabète ;
- L’hypercholestérolémie.
Une consommation suffisante en fruits et légumes, en aliments riches en glucides complexes ou
en fibres, ainsi qu’une limitation de consommation de certains nutriments comme les acides
gras saturés ou les glucides simples, sont souvent considérées comme des facteurs protecteurs
associées à une réduction de ces maladies et au maintien d’un poids favorables à la santé(22).
I.1.2.2 Conséquences des mauvaises habitudes alimentaires
Un mauvais comportement alimentaire peut entrainer un affaiblissement de l’immunité, une
sensibilité accrue aux maladies, un retard de développement physique et mental et une baisse de
productivité (23).
I.1.2.2.1. Risques liées aux modèles nutritionnels
a) Modèles nutritionnels des pays développés et problèmes de santé publique
Selon Hercberg et al(1982), les modèles nutritionnels des pays développés sont caractérisés sur
le plan alimentaire par :
- Une grande diversification, c’est-à –dire une participation importante de tout les
groupes d’aliments ;
- Un apport protéique élevé donc plus de 2/3 d’origine animal ;
- Un apport lipidique élevé avec plus de 2/3 d’origine animal source des lipides
saturés ;
- Un apport glucidique faible avec en excès la part des sucres simples au dépend de la
consommation des sucres complexes ;
- Un faible apport des fibres alimentaires.
Dans ce contexte alimentaire, se développe des maladies chroniques liées à l’alimentation :
surpoids, obésité, maladies cardio et cérébro vasculaires (cardiopathie coronarienne et
hypertension artérielle), diabète, maladies buccodentaires et certains cancers (24), qui sont en
émergence et /ou en croissances rapides dans beaucoup de société.

13
L’OMS relève que la moitié des décès survenant avant l’âge de 65 ans dans les sociétés
industrialisées sont dues aux maladies cardiovasculaires, aux cancers et aux infections
digestives (24,25).
b) Modèles nutritionnels des pays non développés et problèmes de santé publique
Le model nutritionnel des pays non développés sont caractérisés par (Hercbeg et al, 2014) (26) :
- Une alimentation monotone ou l’aliment de base fourni 60 à 90% de l’apport
énergétique ;
- Une faible part des produits animaux dans la composition de la ration ;
- Un apport glucidique élevé essentiellement sous forme de sucre complexe ;
- Un apport protéique plus ou moins faibles essentiellement d’origine végétale ;
- Un apport élevé des fibres alimentaires.
Dans ce contexte alimentaire, on observe des carences protéino-énergétiques, minérales ou
vitaminiques.
La malnutrition fœtale conduit à la naissance des bébés avec un poids trop faible. Ensuite, on
observe un retard de croissance et une insuffisance pondérale chez les enfants de moins de 5 ans.
Les adultes en particulier les femmes souffrent d’un poids insuffisant à cause d’une malnutrition.
Bien de personne de tout âge son touché, à des degrés diverses par des carences en nutriments
tels que : le fer, la vitamine A, l’iode et le zinc (25-27).
Les conséquences de ces malnutritions sur la santé et le développement des sociétés sont
considérables ces dernières décennies :
Morbidité et mortalité accrue, développement physique et intellectuel altérés, capacité
d’apprentissage et compétences sociales diminuées, effets intergénérationnel, etc. (28).

I.1.2.2.2 Risques liés aux substances psycho-actifs


a) Le tabac
C’est le premier produit psycho-actif consommé quotidiennement, sa consommation entraine de
nombreuses conséquences sanitaires a long terme bien connu (pathologies respiratoires,
cardiovasculaires, cancers…). Son effet est proportionnel à la consommation quotidienne et a sa
durée.
Notons que le tabagisme pendant la grossesse entraine un épaississement des membranes du
placenta et la formation des plus petits vaisseaux sanguins dans ce dernier, ce qui nuit au
transfert de gaz et des éléments nutritifs dans le placenta. Les femmes qui fument font plus
souvent des fausses couches et les enfants morts- nés sont plus nombreux (OMS 1991-2000)
(29).
Le bénéfice de l’arrêt du tabac bien démontré dans certaines pathologies intervient précocement
après l’arrêt (30).
b) L’alcool
L’alcool est la première substance psycho-active consommée en terme de niveau
d’expérimentation. La consommation d’alcool est notamment l’intoxication massive exerçant des

14
effets neurotoxiques plus prononcés sur le cerveau, aussi bien au niveau structural (sur la
génération des nouveaux neurones/neurogénèse) que fonctionnelle en particulier chez les
adolescents. Ce qui se traduit par une plus grande interférence avec les fonctions cognitives
(apprentissage /mémoire). Notons que l’apport d’alcool à pour résultat l’excès de calories qui se
transforme en graisse puis, mis en dépôt un peu partout dans l’organisme et peut entrainer
l’obésité. Ces calories apportées prennent la place des autres aliments. (29-30).
L’alcool contribue donc à la malnutrition en baissant le taux des protéines, vitamines et
minéraux.
c) Le cannabis
Le cannabis est le premier produit psycho-actif illicite le plus consommés, dans les heures qui
suivent l’usage du cannabis, les troubles cognitifs observés concernent l’attention, le temps de
réaction, la mémoire de travail et les fonctions exécutives. Il existe par ailleurs une corrélation
significative entre l’usage et divers « passage à l’acte » (tentative de suicide, boulimie,
comportement sexuels à risque) du à la levée de l’inhibition comportementale.
Les troubles cognitifs observés à long terme sont corrélés à la dose, la fréquence, la durée
d’exposition et à l’âge de la consommation du cannabis qui peuvent altérer les résultats scolaires
et les relations interpersonnelles.
L’usage du cannabis peut également précipiter la survenue des troubles psychiatriques (troubles
anxieux, dépressifs, symptômes psychotiques et schizophrénie) (30- 31).

15
I.2. Activités physiques

I.2.1 Définition
Tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques responsable
d’une augmentation de la dépense d’énergie au dessus de la dépense de repos est considéré
comme Activité physique. Ces principales caractéristiques sont l’intensité, la durée, la fréquence
et le contexte dans lequel elle est pratiquée.
En fonction du contexte, trois situations principales sont identifiées :
- l’activité physique lors des activités professionnelles ;
- l’activité physique dans le cadre domestique et de la vie courante (par exemple :
transport) ;
- l’activité physique lors des activités de loisirs (incluant les activités sportives) (32).
Selon l’OMS ; une activité d’intensité modérée correspond à une activité dont l’intensité est
comprise entre 3 et 6 MET (Metabolic Equivalent of Task). Le MET est le niveau de dépense
énergétique au repos .Elle peut également être définie comme une activité qui s’accompagne
d’une accélération de la respiration (à la limite de l’essoufflement) sans que l’individu ne
transpire obligatoirement (33).
Une activité physique d’intensité élevée correspond à une activité supérieur à 6 MET, elle
demande un effort important, le souffle se raccourcit et la fréquence cardiaque s’accélère
considérablement.

Tableau X : Exemples d’activités physiques (marche quotidienne, loisirs et sports) 


INTENSIT EXEMPLES D'ACTIVITES
E PHYSIQUES   DUREE
marche lente (4km/h), laver les vitres ou
Faible voiture 45minutes
faire la poussière, entretient mécanique, pétanque,
billiard, Frisbee, voile ,golf, volley-ball, tennis de
table(en dehors de la compétition
Modérée marche rapide (6km/h), jardinage léger, ramassage 30minutes

16
des feuilles, port des charges de quelques km,
dance de salon, vélo ou natation
Elevée marche en côte, randonnée en moyenne montagne 20minutes
Becher, déménager, jogging (10km/h), VTT, natation
Rapide, saut à la corde, football, basketball, sport
  de combat, tennis (simple).    

Les durées mentionnées de façon indicative sont celles correspondants à un volume d’activité
physique équivalent à 30 minutes d’activités modérées (33).
Pour avoir accès à des bénéfices appréciables pour la santé, il est recommandé actuellement de
pratiquer une activité physique d’intensité modérée durant un minimum de 30 min par jour.

I.2.2- Impact de l’activité physique sur la santé


La sédentarité représente un facteur de risque majeur. Elle est considérée aujourd’hui comme la
première cause non transmissible de mortalité à l’échelle mondiale (6% de décès) (34). Le
comportement sédentaire ne représente pas seulement une activité physique faible ou nulle, mais
correspond à des occupations spécifiques dont la dépense énergétique est proche de la dépense
de repos, telles que regarder la télévision, travailler sur l’ordinateur, lire… Le temps passé
devant un écran (télévision, jeux vidéo, ordinateur…) est actuellement l’indicateur de sédentarité
le plus utilisé (35). Le niveau de sédentarité augmente dans bon nombre des pays avec des
conséquences majeures pour la santé générale des populations et pour la prévalence des maladies
non transmissibles comme les maladies cardiovasculaires, diabète, le cancer et leurs facteurs de
risques tels que l’hypertension artérielle, un taux élevé de sucre dans le sang et la surcharge
pondérale. On estime que la sédentarité constitue la cause principale d’environ 21-25%de la
charge du cancer du sein et du colon, 27%de celle du diabète et d’environ30%de celle des
maladies cardiovasculaires(36).La prévalence croissante des maladies non transmissibles et de
leurs facteurs de risque est donc désormais un problème mondial qui touche aussi bien les pays à
faible revenu que les pays à revenu intermédiaire. Près de 45%de la charge de la morbidité pour
la population adulte, dans ces pays est maintenant attribuable. Il est démontré que le faite de
pratiquer une activité physique régulière réduit le risque de cardiopathies coronarienne et des
Accidents Vasculaires Cérébrales(AVC) de diabète de type II, l’hypertension artérielle(HTA) ,
de cancer du colon, du sein et de dépression (36-38).

I.2.3. Mandat concernant l’activité physique pour la santé publique


En mai 2004, l’assemblé mondiale de la santé(AMS) a approuvé la résolution (WHA 57,17)
intitulé stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé(39), et a
recommandé aux états membres d’élaborer des politiques et des plans d’actions nationaux
concernant l’exercice physique en vus d’accroitre le niveau d’activité physique de leur
population (40).
En outre, en mai 2008, les soixante unième assemblés mondiaux de la santé ont approuvé la
résolution et le plan d’action sur la lutte contre les maladies non transmissibles (41).

17
I.2.4. Niveaux d’activités physiques pour la santé recommandés pour la population

Les recommandations concernant l’activité physique pour la santé sont pertinentes dans le
domaine sanitaire suivant :

- fonctions cardio-respiratoires (cardiopathies coronariennes, maladies


cardiovasculaires, les AVC et HTA),
- métaboliques (diabète et obésité),
- système musculo-squelettique, les états osseux, ostéoporose.
- cancer du sein et du colon,
- états fonctionnels et de préventions des chutes,
- dépression.

L’activité physique est incontestablement liée à une bonne fonction cardiovasculaire et à un bon
métabolisme chez les enfants et les jeunes gens.

Il semble exister une relation dose-effet en ce sens qu’une dose plus importante d’activité
physique est associée à une amélioration des indicateurs de l’endurance cardiovasculaire et du
métabolisme.

Prise conjointement, les données d’observation et les données expérimentales viennent étayer
l’hypothèse selon la quelle le fait d’avoir une activité physique importante et intense dès
l’enfance est de le poursuivre à l’âge adulte permet de maintenir un profil de risque favorable et
de faire en sorte que le taux de mortalité associé aux maladies cardiovasculaires et au diabète
sucré de type II soit moins élevé durant le reste de la vie.(41-42)(center desease control and
prevention.+ CDC 2008) et l’examen de données de JANSEEN et LEBLANC 2009.

Pour les enfants et les jeunes gens, âgés de 5à17ans, l’activité physique englobe notamment le
jeu, le sport, le déplacement, les taches quotidiennes, les activités recréatrices, l’éducation
physique ou l’exercice planifié dans le contexte familial, scolaire ou communautaire. Il est donc
logique de mentionner que ces jeunes devraient accumulés au moins 60minutes par jour
d’activités physiques d’intensité modérée à soutenue ;car le faite de pratiquer une activité
physique plus de 60minutes apporte un bénéfice supplémentaire pour leur santé. De plus,
l’activité physique devrait être essentiellement une activité d’endurance. Des activités physiques
d’intensité soutenue notamment celles qui renforcent le système musculaire et l’état osseux
devraient être incorporé au moins pendant 3 semaines.

Pour les adultes âgés de 18à64ans, l’activité physique englobe notamment le loisir, le
déplacement (par exemple la marche ou le vélo), les activités professionnelles, les taches

18
ménagères, les activités ludiques, le sport ou exercices planifiés dans le contexte quotidien,
familial ou communautaire.

Ces adultes devraient pratiquer au moins au cours de la semaine 180 minutes d’activités
d’endurances d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance de forte
intensité ou une combinaison équivalente d’activité modérée et soutenue.

Pour pouvoir en retirer des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, les adultes
devraient augmenter la durée de leur activité endurance d’intensité modéré de façon à atteindre
300 minutes par semaine ou pratiqué 180 minutes par semaine d’activité d’endurance d’intensité
soutenue ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue. Des
exercices de renforcements musculaires faisant intervenir les principaux groupes musculaires
devraient être pratiqués au moins 2 jours par semaine (42-43).

CHAPITRE II : MÉTHODOLOGIE

II.1 Type d’étude et population d’etude


L’étude est transversale et analytiquedescriptive. Elle a portée sur 249 personnes âgées de 15 à
40ans résidant le quartier Mbanza-Lemba.

II.2 Echantillonnage
Nous avons recouru à un échantillonnage aléatoire à 2 degrés :
Au premier degré :
- Nous avons, nous servant de la liste des avenues de Le qquartier Mbanza-Lemba,
sélectionné de façon aléatoire simple le tiers des avenues a été subdivisé en 6 strates
réparties selon la classification existante(les avenues résidentielles, les grandes avenues,
les avenues planifiées, les avenues rurales, les avenues excentriques et les avenues

19
d’études). Au total sept avenues ont été sélectionnéesDans chacune des strates, 7
parcelles ont été tirée au hasard par échantillonnage aléatoire simple.
Au deuxième degré :
Dans chaque avenue, les ménages ont été sélectionnés de façon systématique après
dénombrement. Dans chaque ménage, un jeune répondant au critère d’âge ci-dessus a été
approché pour enquête.
Dans chaque parcelle, la liste des ménages a été dressée suivant leur appartenance (privée,
publique). De cette liste, dans chaque parcelle, 2 ménages d’appartenance différente étaient tirées
de manière aléatoire simple.
Au total 7 personnes par parcelle ont été sélectionnés pour un total de 249 personnes dans
l’ensemble.
II.3 Collecte des données
Une seule technique de collecte des données a été utilisée à savoir : L’interview dirigée sur base
d’un questionnaire structuré.

II.4 Etapes et déroulement de l’enquête


II.4.1.Obtention des autorisations
Avant de débuter la collecte de données, nous avons obtenu successivement les autorisations de
la faculté de médecine qui ont permis de prendre les contacts administratifs en vue de
l’obtention de toutes les autorisations des autorités de la commune.
II.4.2 La Collecte proprement dite de données
Après obtention des différentes autorisations, nous avons sélectionné les enquêteurs. Un pré-test
a été réalisé pour évaluer la méthodologie, l’outil de collecte de données ainsi que la capacité des
enquêteurs dans la réalisation de leur tâche. La collecte de données s’est tenue pendant deux
semaines (du 01 au 15Mars 2017).
II.4.3 Sensibilisation de la population d’étude
L’enquête a commencé par une sensibilisation de la population. La démarche a consisté à
approcher les ménages dans les parcelles, tout en leur
expliquant l’objet de l’étude et obtenir leur consentement oral ou écrit. Dans l’affirmative, les
fiches d’enquête leur ont été distribué.

II.5 Traitement et Analyse des données

Après avoir procédé au tri des données, au contrôle de qualité sur la cohérence des données
collectées, nous avons procédé à la codification des questionnaires. La saisie a été faite sur Épi
data Version 3.1. Les analyses ont été faites SPSS 21.0 et Excel.

Les données sont présentées sous forme de tableaux et figures.

Nous avons résumé les variables catégorielles par les fréquences absolues et relatives ; les
variables quantitatives sont résumées par la moyenne et son ecart-type.

20
III. RESULTATS

Section I : Caractéristiques Sociodémographiques

Cette section décrit les différentes caractéristiques sociodémographiques dans le quartier


Mbanza-Lembades enquêtés. Le tableau IV, décrit ces caractéristiques.

Tableau XI : Caractéristiques sociodémographiques

Le tableau ci-dessous présente d’abord une description par âge et sexe, analyse ensuite leur
niveau d‘instruction en particulier le niveau d’études atteint, donne ensuite leur profession puis
présente leur état matrimonial termine par la taille du ménage et le revenu mensuel.
Variables n %
Sexe    
- Homme 150 60,24
- Femme 99 39,76
Tranche d’âge (ans)    
- 15- 19 53 21,29
- 20- 24 67 26,91
- 25-29 53 21,29
- 30-34 38 15,26

21
- 35-39 31 12,45
- 40 et plus 7 2,81
Durée de la scolarité (ans)    
- <5 9  3,6
- 5- 9 174  69,87
- 10-14 53  21,3
- 15-19 13  5,22
Groupe culturel
- Bakongo 187 75,1
- Baluba 42 16,9
- Baswahili 15 6,0
- Bangala 5 2,0
Niveaud'instruction   0,0
1. Jamais étudié 2 0,8
2. Primaire non achevée 12 4,8
3. Primaire 174 69,87
4. Secondaire 53 21,3
5. Universitaire 13 5,2
6. Refus 3 1,2

Profession
- Employé de l'État 12 4,8
- Employé dans le privé 25 10,0
- Indépendant 56 22,5
- Étudiant 16 6,4
- Maître de maison 5 2,0
- Chômeur 135 54,2
Taille du ménage  
- 1-3 27 10,8
- 4- 6 73 29,3
- 7et plus 149 59,8
Revenu (en $)   0,0
- <10 7 2,8
- 10- 29 45 18,1
- 30- 49 51 20,5
- 50 -69 31 12,4
- 70 et plus 7 2,8
- Non précisé 108 43,4

Le sexe masculin était prédominant avec un sex ratio M/F de 1,51. La tranche d’âge modale était
de 20-24 ans avec une moyenne de 26,7±8 ans et dont plus de moitié n’avait pas fini leur
secondaire. Quasiment plus de moitié était sans activité professionnelle et n’ayant pas un revenu

22
précis. Plus de la moitié des ménages comptait au moins 7 membres. Le groupe socioculturel
majoritaire était le Bakongo.

23
Section II : Consommation des substances psycho-actives

Cette section décrit les mesures comportementales (consommation du tabac, cannabis et


d’alcool) des participants. La figure1 montre la répartition des fréquences de la consommation du
tabac fumé et le tableau V décrit les fréquences et la durée de consommation du tabac ainsi que
du cannabis les douze derniers mois ayant précédé l’enquête.

a)Représentation des fréquences selon la consommation ou non du tabac fumé et non fumé

104; 42%
oui
non
145; 58%

Figure V: Répartition des fréquences suivant la consommation du tabac.

24
Tableau XII : Etat de consommation du tabac ces douze derniers mois précédent
l’enquête. 

Le tableau ci-dessous renseigne sur les fréquences, durées, âges de début et nombre des tiges par
jour de la consommation du tabac fumé, les fréquences de consommation du tabac non fumé et
du cannabis dans cet échantillon.
Variables Masculin Féminin
n(%) n(%) n(%)
Consommation du tabac (n=145)
Consommation non quotidienne du tabac fumé 30(20,7) 24(16,5) 6(4,1)
Consommation quotidienne du tabac fumé (n=115) 115(79,3) 85(58,6) 30(20,7)
Age de début de consommation quotidienne du tabac
- 12-15ans 78(67,8) 71(61,7) 7 (6,1)
- 16-19ans 31(26,9) 12(10,4) 19(16,5)
- 20 et plus 6(5,2) 2(1,7) 4(3,4)
Durée moyenne de consommation quotidienne du tabac
-15-19ans 33(28,7) 24(20,9) 9(7,8)
-20-24ans 68(59,1) 53(46,1) 15(13,0)
- 25 et plus 14(12,2) 8(6,9) 6(5,2)
Nombre des tiges quotidien par jour
- 1-2 27(23,5) 3(2,6) 24(20,8)
- 3-4 24(20,8) 18(15,6) 6(5,2)
64(55,6) 64(55,6) -
- 5 et plus
Consommation quotidienne du tabac non fumé
101(87,8) 71(61,7) 30(26,1)
- Tabac à priser par voie nasale
14(12,2) 14(12,2) -
- Tabac à mâcher
43(100) 43(100) -
Consommation du cannabis (n=43)

Environ plus de 3/4 de ces participants consommaient quotidiennement le tabac fumé et non
fumé avec une prédominance masculine .Quasiment la moitié fumait quotidiennement avant
leurs 16ème anniversaire au  moins 5tiges par jour avec une durée moyenne de 7±2ans. Et moins
de 1/4 consommait le cannabis. La quasi-totalité consommait le tabac à priser par voie nasale.

25
Consommation d’une boisson alcoolisée.
c)Représentation des fréquences suivant la consommation ou non d’une boisson alcoolisée
ces douze derniers mois ayant précédé l’enquête.

79; 32%

oui
non

170; 68%

Figure VI : Répartition des fréquences suivant la consommation d’une boisson alcoolisée.

Tableau XIII : Etat de consommation d’alcool ces douze derniers mois précédent
l’enquête. 
Le tableau ci-dessous décrit les fréquences et le nombre des verres de la consommation d’une
boisson alcoolisée par rapport au sexe au sein de la population cible les 12 mois ayant précédé
l’enquête.

Variables Total Masculin Féminin


n (%) n (%) n (%)
consommation de boissons alcoolisées ces douze
derniers mois (n=170)
fréquence de consommation d’une boisson alcoolisée. 170(100) 124(73) 46(27)
- quotidiennement 1x/semaine 32(18,8) 24(14,2) 8(4,7)

26
- 5à6jrs/semaine 33(19,4) 30(17,6) 3(1,8)
- 1à4jrs/semaine 45(26,5) 39(22,9) 6(3,5)
- 1à3jrs/mois 33(19,4) 21(12,4) 12(7,1)
- moins d'1x/mois 27(15,9) 10(5,9) 17(10)
Nombre de verres standards d’alcool au cours de sept
derniers jours
- 0-5 52(30,5) 17(10 35(20,6)
)
- 6-10 89(52,4) 78(45,8) 11(6,5)
- 11 et plus 29(17,1) 29(17,1) -

Quasiment 3/4 d’hommes consommaient une boisson alcoolisée ces douze dernier mois. La
fréquence de consommation était d’au plus 4 jours par semaine et consommait en moyenne 8±2
verres par jour.

27
Section III : Fréquence de consommation alimentaire dans le ménage

Cette section traite sur la consommation des différents types d’aliments par semaine ainsi que les
sources de ces aliments au cours de sept derniers jours précédant l’enquête. Les figures ci-
dessous rapportent les principales informations.

a) Nombre de jour moyen de consommation des différents types d’aliments par


semaine
aliment préparer avec huile de palme rouge
Larves, escargots ou insectes
condiments, cafaine et boissons alcoolisées
Sucre et produits sucrés
Lait et produit laitiers(suite)
Lait et produit laitiers
Protéagineux,Oléagineux, graines
Poissons et fruits de mer
Œufs
Viandes et volailles
abats
Autres fruits et légumes
Fruits riches en Vitamines A
Légumes à feuilles vertes
Autres racines et tubercules
Légums et tubercules riches en Vitamine A
Céréale
0.0 1.0 2.0 3.0 4.0 5.0 6.0 7.0

Figure VII : Répartition moyen de nombre des jours de consommation d’aliments.

Les céréales comme source glucidique sont quasiment consommés tous les jours de la semaine
(7/7 jours) suivis des légumes, racines et tubercules, boissons alcoolisées quasiment (5/7), sucre
et produits sucrés (4/7) alors que les fruits sont peu consommés. La principale source d’apports
protéiques est d’origine animale dominée par la consommation des poissons de mer quasiment
(5/7) au détriment des viandes (2/7) suivi d’apports protéiniques végétales dominés par
protéagineux, oléagineux, graines(4/7), du lait et produits laitiers. Enfin la source d’apports
lipidiques est essentiellement dominée par l’huile de palme rouge (6/7).

28
b) Source d’aliments
0.0
0.4
0.0
0.4 0.0
0.4 0.0
0.4
0.8 0.0
2.8
0.8 94.4
85.9 83.5
95.6 0.0
0.4 0.0
0.4
5.6
0.4 80.7 0.0
0.4 0.0
0.0
0.8
0.4 0.4 0.0
0.0 0.8 0.0
1.2 2.0
53.4 38.2 0.0
0.4
1.2 0.4 94.0 85.9
0.4 71.5 0.0
0.0 81.1 83.9 83.5 74.7
49.4 40.2 67.1 58.2 49.4 49.4 39.0 41.8 58.6 0.0
2.4 3.2 3.6 0.8 0.8 0.8 0.4 0.4 0.8 0.0 3.6

Propre production Achat Chasse Cueillette Emprunt


Echange Don Emploi Autre
Figure VIII : Répartition moyen selon les sources de consommation d’aliments par
semaine.
La quasi-totalité d’aliments était acheté mais une grande partie était de leur propre production
(huile de palme rouge, maïs, les légumes, feuille du manioc et quelques fruits).

29
Section IV : Activités physiques
Cette section traite les caractéristiques d’activités physiques (fréquences, intensité et la
durée).

Tableau XIV:Caractéristiques des activités physiques. 


Le tableau ci-dessous présente les données sur les participants considérés comme ayant une
activité physique au travail, lors des déplacements pendant les jeux et loisirs.
  OUI NON
Variables
Activités physiques de forte intensité n=71 n=178
(n=%) (n=%)
Sexe :
- Homme 52(73,2) 98(55,1)
- Femme 19(26,8) 80(44,9)

Nombre des jours par semaine d’activités physiques de forte


intensité.
- 1-3 34(47,8) -
- 4 et plus 37(52,2) -
Temps consacré pour ces activités
- ≤2h 12(16,9) -
- 3-4h 12(16,9) -
- 5h et plus 47(66,2) -
Activités physiques d'intensité modérée n=183 n=66
Sexe :
- Homme 89(48,6) 61(92,4)
- Femme 94(51,4) 5(7,6)
Nombre de jours par semaine de pratique d’une activité physique
modérée.
- 1-3 24(13,1) -
- 4 et plus 159(86,9 -
)
Temps consacré pour ces activités
- ≤2h 134(73,2 -
- 3-4h ) -
30(16,4
)
- 5h et plus 19(10,3 -
)

Répartition des sports (courir ou jouer au football) n=106 n=143

30
Sexe :
Homme 99(93,4) -
Femme 7(6,6) -
Nombre de jours par semaine
- 1- 3jour 64(60,4) -
- 4 et plus 42(39,6) -

Temps consacré lors d'une journée


- ≤2h 101(95, -
- 3-4h 3) -
- 5h et plus 5(4, -
Trajets d’au moins 10minutes à pied ou à vélo lors d’une 9) n=10
journée habituelle. -
Sexe : n=23
Homme 9 6(60)
Femme 4(40)
Le nombre de jours par semaine
1-3jours 144(60, -
4 et plus 3) -
Temps consacré lors d’une journée 95(39,
≤2h 7) -
3-4h -
5h et plus 24(1 -
0)
215(9
0)

231(96,
6)
9(3,
7)
-
Temps passé en position assise ou couchée lors d'une journée
habituelle
Sexe :
Homme 140(58, 10(100)
Femme 6) -
99(41,
4)
- ≤10h 146(61, -
1)
- > 10h 93(38,
1)

31
Environ 3/4 des participants effectuait une activité physique de forte intensité plus de 5heures
par jour au moins 4 jours par semaine avec une prédominance masculine. Quasiment lLa
moitié effectuait une activité physique d’intensité modérée  au plus 5heures par jour et la
majorité faisait au moins 4 jours par semaine avec une prédominance féminine. Environ lLa
majorité des participants effectuait des trajets au moins 10 minutes à pied au plus 2 heures par
jour, au moins 4 jours par semaine et consacrait au plus 10minutes en position assise ou
couchée lors d’une journée habituelle. Près de la moitié des enquêtés jouait au football
pendant en moyenne 2±1heure du temps les 3 jours derniers jours de la semaine.

IV. DISCUSSION
Notre étude sur l’hygiène de vie dans le quartier Mbanza-Lemba se portait sur 249
participants, ce qui nous avait permis d’avoir les résultats suivants :
IV.1. Les caractéristiques sociodémographiques 

Quasiment plus de moitié était sans activité professionnelle, n’ayant pas fini leur secondaire et
les années d’études étaient en moyenne de 7±2 ans. Un niveau d’instruction bas, une taille des
ménages aussi énormes (au moins 7 membres) et sans revenu précis expliquerait la grande
proportion du chômage ainsi qu’une mauvaise hygiène de vie dans cette partie de la ville.
Cette étude corrobore à avec une enquête sur les MNT à Kinshasa par LONGO MBENZA et
al qui avait montréait qu’environ la moitié des participants était sans activité professionnelle
et n’avait pas fini leur secondaire soit 9 ans en moyenne des années d’études avec une
prédominance féminine.(44). En outre notre étude était proche à de celle réalisée par l’équipe
INSERM de la Reunion, qui avait trouvé que près de 3 sondés sur 4 avait un niveau
d’instruction primaire et 54,5% des enquêtés étaient sans activité professionnelle sans revenu
précis(45).
IV.2. Consommation du tabac et du cannabis
 
Environ la moitié de ces participants consommait quotidiennement du tabac fumé de marque
« Stella »ou « sport »en famille, aux endroits clos et publiques. La durée moyenne de
consommation était de 7±2 ans soit l’âge moyen de fumer la première de cigarette était de
13±1 ans. Le tabac non fumé sous forme à priser par voie nasale « Tumbaku »était le plus
consommé. Quant à la consommation du cannabis « chanvre », sous la forme de plis dans un
papier pelure était une affaire d’hommes. Cette étude corrobore à avec l’enquête réalisée
BANZA LUBABA NKULU et Rigobert MBUYU MUTEBA sur le tabagisme en milieu
scolaire en RDC qui avait monté que le 1/4 d’élèves à Kinshasa et à Lubumbashi
commençait à fumer souvent autour de 12 – 13 ans(46). Selon l’enquête de LONGO et al, les
sujets enquêtés avaient commencé à fumer quotidiennement à l’âge de 13 ans et la fréquence
moyenne d’utilisation du tabac à priser par voie nasale était de 5 fois par jour avec une
prédominance masculine(47). Connaissant le pouvoir cancérigène des produits toxiques
contenus dans le fumé du tabac (monoxyde d’azote , ammoniac, hydrocarbures ,goudrons
,métaux lourds,..) ; son usage précoce et à long terme expose aux cancers broncho-
pulmonaires, aux broncho-pneumopathies chroniques obstructives(Bronchite chronique et

32
emphysème pulmonaire),maladies cardiovasculaires(HTA,AVC, Coronaropathie),les
infections buccodentaires(parodontite, cellulite…) ;c’est un facteur aggravant de l’asthme
bronchique(crise d’asthme)car sa fumée est un irritant bronchique(48). L’usage du cannabis
peut également précipiter la survenue des troubles psychiatriques (troubles anxieux,
dépressifs, tentative de suicide, troubles de comportements sexuels, troubles cognitifs
concernant l’attention, désorientation temporo-spatial symptômes psychotiques et
schizophrénie) (30- 31).
Les femmes qui fument font plus souvent des fausses couches et les enfants morts- nés sont
plus nombreux (OMS 1991-2000) (29).

IV.3. Consommation d’alcool

Environ 3/4 des participants avaient consommés une boisson alcoolisée ces douze derniers
mois. Le «  whisky et vins de production locale (Lotoko et Nsamba) étaient fréquemment
consommés .Cette étude corrobore à celle de LONGO et al qui avait montré la fréquence de
consommation d’une boisson alcoolisée était de 1 à 4 fois par semaine et plus de la moitié
des consommateurs était des hommes. Une autre enquête réalisée dans la province de
OTALIA au Madagascar avait montré que la prévalence de la consommation d’alcool était
plus importante chez les hommes (49).Vu le type des boissons alcoolisées, la fréquence et la
durée de consommation, ces jeunes étaient fortement exposés aux maladies
cardiovasculaires(HTA avec toutes ses complications) comme décrit par plusieurs auteurs, les
atteintes hépatiques(stéatose, cirrhose et ses complications),aux atteintes
neuropsychiatriques(syndrome de korsakoff ,agitation, dépression, désorientation temporo-
spatiale, amnésie etc.),les atteintes tumorales du tube digestif(cancer de l’œsophage ,l’ulcère
gastroduodénal ,cancer du colon),autres cancers(sein, du larynx..)Les atteintes cérébrales
(infarctus…)et enfin la consommation excessive augmente le libido avec comme
conséquences grossesses non désirées, les IST, le VIH Sida etc.(50).
IV.4. Fréquence de consommation alimentaire dans le ménage

Les principaux nutriments les plus consommés dans cette population enquêtée étaient le
sucre sous forme de maïs, les légumes verts, le feuille du manioc, le manioc ; les graisses sous
forme d’huile de palme rouge et les protides d’origine animal (poisson de mer). Les fruits et
les viandes étaient peu consommés. Leurs sources principales étaient le marché et leur propre
production. Cette enquête corrobore à celle de LONGO et al où l’huile de palme représentait
65,6%, faible consommation des fruits 1,5% (51) ; de même qu’au Madagascar les fruits ne
sont pas une habitude alimentaire (1/4 dans la province d’Antananarivo moins de 3 fois /jour)
alors que les légumes étaient consommés à 70% ; s’opposait à une étude en Réunion où les
fruits et viandes étaient consommés à 66,3%.(52).Un excès d’huile de palme induit une
production accrue des acides gras saturés avec comme conséquence formation du mauvais
cholestérol responsable des troubles métaboliques(obésité et diabète),les atteintes cardio-
vasculaires(HTA ,artériosclérose..)et les atteintes cérébrales telles que les AVC. Il contribue
en outre à la synthèse hormonales et l’absorption des vitamines ADEK. Les maïs comme
puissant oxydant réduit le risque de développement des maladies cardiovasculaires, cancers
et celles liées au vieillissement en baissant le dommage des radicaux libres. Son excès

33
entraine les MCV, troubles métaboliques. Les fruits étant riche en fibres, régule l’absorption,
intervient dans la défense immunitaire digestive, facilite le transit et neutralise le cholestérol
.Il prévient les cancers et les infections. Un apport insuffisant de fruits risque de développer
une maladie chronique soit cancéreuse. Un apport insuffisant de viande (bœuf, porc et autres)
entraine une fragilité osseuse « ostéoporose », cal vicie soit chute de cheveux car la viande
apporte la vitamine, l’iode, le zinc, le potassium nécessaire pour un bon fonctionnement du
système nerveux, facilite le travail de l’appareil gastro-intestinal (53).

IV.5. Activité physique

Plus de 1/4 des participants effectuait une activité physique régulière de forte intensité
(comme soulever les lourdes charges, travailler sur un chantier, effectuer du travail de
maçonnerie, le jardinage et les champs) en moyenne 2±1 jours. Quasiment 75% effectuait une
activité physique d’intensité modérée (soulever les bidons, le travail domestique restait une
affaire des femmes) au moins 4 jours par semaine. La majorité passait le temps assis ou
couché lors d’une journée. Le Football était plus une activité du weekend avec un bon nombre
des vétérans. Ceci corrobore aux enquêtes déclaratives en population générale à la Réunion
qui montrait, que 8 adultes sur 10 pratiquaient au moins 30 minutes d’activité physique
d’intensité modérée au moins cinq fois par semaine 4. Ils étaient globalement 5 sur 10 à
pratiquer une activité physique de niveau « élevé » (51)ainsi qu’à l’enquête au Madagascar
où on notait une activité physique régulière ce qui réduit le risque d’obésité(54).Dans cette
population enquêtée, la sédentarité était peut fréquente ce qui réduit l’exposition aux maladies
cardiovasculaires et métaboliques, bien qu’une activité physique régulière mais de longue
durée ce qui exposerait à la fatigue et parfois aux traumatismes musculo-squelettiques et
retard de croissance.
Iv.6.limites du travail

Les résultats de cette étude peuvent être entachés de certaines limites parmi les quelles :
L’étude a été transversale, ce qui n’a pas permis de collecter toutes les informations avec
précision. L’absence de certaines personnes hors de leurs domestiques lors de notre passage et
le refus de participation individuelle. Ainsi cette étude ne généralise pas toute la ville de
Kinshasa bien qu’elle donne une image identique aux quartiers ayant un même niveau
d’hygiène de vie tels que KISENSU, MALUEKA, TSHIADI, PAKADJUMA dans la
commune de limité, MFUMUNKETO dans la commune de Kimbanseke…
Néanmoins, cette étude est la première à avoir recherché la prévalence et à analyser les
déterminants de l’hygiène de vie dans le quartier Mbanza-Lemba.Ces données pourront
guider la politique nationale envue d’améliorer l’état sanitaire dans cette partie de la capitale.

34
CONCLUSION
L’étude sur les habitudes alimentaires et l’activité physique menée dans le quartier Mbanza-
Lemba a permis de mesurer l’ampleur et le niveau d’hygiène de vie dans cette partie de la
ville de Kinshasa.
L’hygiène de vie est jugé très critique car plus d’un individu sur 4 est à haut risque.
Actuellement tous les deux sexes sont exposés quoique la tendance générale montre qu’une
prédominance masculine quand on considère les résultats dans sa globalité. La majorité était
les chômeurs et la consommation du tabac, du cannabis puis d’alcool était une routine surtout
chez les jeunes non œuvrés. On leur notait également une alimentation riche en huile de
palme rouge, en légumes, poissons de mer et maïs pauvre en viandes et fruits. Une activité
physique régulière mais élevée et de longue durée quasiment tous les jours. C’est ainsi que les
mesures appropriées doivent être prises rapidement en stoppant l’expansion des abus des
substances psycho actives, sensibiliser la population à une alimentation saine et à une bonne
activité physique.

RECOMMANDATIONS
Au gouvernement de la RDC et à la communauté internationale :
 D’adopter le projet de loi antitabac au niveau du Gouvernement et des deux
chambres du Parlement de la République Démocratique du Congo (Assemblée
Nationale et Sénat).
 Promulguer l’interdiction de fumer et de boire chez les mineurs dans des
espaces clos et à des endroits publics.

35
 contrôler la fabrication, l’importation, la distribution, la vente et l’achat des
produits à base du tabac ainsi que l’alcool aux mineurs et par des mineurs.
Au ministère de la santé :
 Insérer, dans le programme scolaire, des notions sur les méfaits du tabac,
d’alcool et d’autres drogues qui pourront apporter une meilleure contribution à la
réduction du fléau au Congo en général et aux jeunes en particulier.
 Encourager l’activité physique au sein des différents groupes et sociétés.
 Encourager les émissions qui cadrent sur l’hygiène de vie.

Aux nutritionnistes de l’école de santé publique :


 Promouvoir une prise en charge globale pour une bonne hygiène de vie et
prévenir la malnutrition à la population cible.

Au bourgoumestre de la commune de Lemba et au chef du quartier :


 Encourager les campagnes sur la bonne hygiène de vie et le tournage des
théâtres aux endroits publiques portant sur l’abus des substances psycho actives,
une bonne alimentation.
 Encourager les jeux et loisirs à tous les jeunes.

A la population de Mbanza-Lemba :
 Encourager les parents à scolariser leurs enfants, à la jeunesse de prendre leur
vie au sérieux pour un avenir meilleur.

REFERENCES:

44.Longo,Smoking prevalence among Africans at workplace: sociodemographic inequalities


and cardiovascular risk.12th ,World conference on Tobacco or Health.3-8 August 2007.

36
4 5.Ministère de l’Emploi et de la Solidarité – Haut Comité de la Santé Publique Pour une
politique nutritionnelle de santé publique en France – Enjeux et propositions – Rennes :
Editions Ecole Nationale de Santé Publique, juin 2008 -- coll. Avis et Rapports, 275 p.
46 .Blot, .J et J.K. McLaughlin, « Passive smoking and lung cancer risk: what is
thestorynow?”,NatlCanceInst,90,1998,1417.cadre de l’OMS pour la lute antitabac, 2005.
47. Longo,Cigarette smoking, alcohol intake and fibrinogen in African hypertensives.12th
World Conference on Tobacco or Health. 3-8 August 2003.
48 .Nicorette.fr.Comprendre-le tabagisme/Maladies causées par le tabac-2008.
49.Facteurs de risque cardiovasculaire et activité physique STEPS Antananarivo 2008
12 :673.
50.AlcooliqueCh/.Quelles sont les maladies causées par la consommation d’alcool.Nutr .Diet ,
2007, 35,2S163
51. Predictors of stroke-associated, mortality in Africans. Rev Epidem et Santé Publique
2000; 48:31-9.
52.Charbon,la santé des élèves de CM2, une situation contrastée selon l’origine sociale.
DREES 2008.
53. EnquêteSTEPS,Madagascar Otalia, Habitudes alimentaires,2008 ;26(2) :192
54.Santé:fr.//bonne maison ;consommation des céréales complète.Nutr .Diet ,2007 ,36,2S1

37
ANNEXES

38

Vous aimerez peut-être aussi