Vous êtes sur la page 1sur 53

Cadre Continental Africain Des Certifications

ÉTUDE CARTOGRAPHIQUE

Rapport national
Document de travail

CAMEROUN
Programme Compétences pour l'employabilité des jeunes

Auteur : Eduarda Castel-Branco


Fondation européenne pour la formation - ETF

Novembre 2020

1
Ce document de travail sur le cadre national des certifications du Cameroun fait partie de l'étude cartographique
des cadres des certifications en Afrique, élaborée en 2020 dans le contexte du Projet de l’UA et de l’UE -
Compétences pour l'employabilité des jeunes : Coopération technique SIFA - Développement du Cadre
continental africain des certifications (ACQF).

Les rapports de cette compilation sont les suivants :


• Rapports sur les cadres de certification nationaux : Afrique du Sud, Angola, Cameroun, Cap-Vert,
Égypte, Éthiopie, Kenya, Maroc, Mozambique, Sénégal et Togo
• Rapports sur les cadres de certification des communautés économiques régionales : Communauté de
l'Afrique de l'Est (CAE), Communauté de développement de l'Afrique australe (CDAA), Communauté
économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Auteurs des rapports :

• Eduarda Castel-Branco (ETF) : rapports Angola, Cameroun, Cap Vert, Maroc, Mozambique
• James Keevy (JET Education Services) : rapport Éthiopie
• Jean Adotevi (JET Education Services) : rapports Sénégal, Togo et CEDEAO
• Lee Sutherland (JET Education Services) : rapport Égypte
• Lomthie Mavimbela (JET Education Services) : rapport CDAA
• Maria Overeem (JET Education Services) : rapports Kenya et EAC
• Raymond Matlala (JET Education Services) : rapport Afrique du Sud
• Teboho Makhoabenyane (JET Education Services) : rapport Afrique du Sud
• Tolika Sibiya (JET Education Services) : rapport Afrique du Sud
• Zaahedah Vally (JET Education Services) : rapport Afrique du Sud

Réviseurs des rapports : Andrea Bateman et Eduarda Castel-Branco.

Le contenu de ce document relève de la seule responsabilité de l'auteur ou des auteurs et ne reflète pas
nécessairement les points de vue de l’UE, de BMZ, du projet, de GIZ et de l’EFT. Bien que tous les efforts aient
été entrepris pour vérifier le contenu des documents de travail, nous encourageons le lecteur à nous fournir des
informations supplémentaires si des omissions involontaires sont constatées : ecb@etf.europa.eu

La reproduction est autorisée à condition que la source soit mentionnée.

Novembre 2020

2
Table des matières
Acronymes ................................................................................................................................................ 5
Introduction à l'étude cartographique de l'ACQF ....................................................................................... 7
1. Aperçu sur l'évolution du Cadre national des Certifications du Cameroun ......................................... 9
2. Introduction et contexte du pays..................................................................................................... 12
3. Cartographie du système d'éducation et de formation .................................................................... 17
3.1 Stratégie du secteur éducatif et de formation ........................................................................ 17
3.2 Structure et principales caractéristiques du système d'éducation et de formation ................. 18
3.3 Statistiques clés sur l'éducation ............................................................................................. 23
4. Portée et structure des certifications nationales.............................................................................. 24
4.1 Développement du CNC ......................................................................................................... 24
4.2 Certifications nationales - Statut actuel.................................................................................. 25
Licence-Master-Doctorat (LMD) ........................................................................................ 26
4.3 Descripteurs de niveaux (en construction) ............................................................................. 27
4.4 Utilisation des acquis de l'apprentissage ................................................................................ 27
4.5 Définition du terme “certifications” ....................................................................................... 29
4.6 Développement des certifications .......................................................................................... 29
4.7 Accès aux certifications, grades et crédits .............................................................................. 30
4.8 Relations du CNC avec d'autres instruments .......................................................................... 31
5. Législation ....................................................................................................................................... 31
5.1 Actes juridiques directement applicables au CNC et à sa mise en œuvre ................................ 31
5.2 Relation avec d'autres actes juridiques et réglementations connexes .................................... 32
6. Systèmes et organisation : gouvernance, institutions, acteurs ......................................................... 32
6.1 Gouvernance, rôles, fonctions - politiques, coordination, mise en œuvre, suivi ...................... 32
6.2 Principaux acteurs et parties prenantes : les conseils sectoriels, le monde du travail et les
établissements d'enseignement et de formation ................................................................................. 35
7. Assurance qualité des certifications................................................................................................. 36
7.1 Base juridique du cadre de l'Assurance Qualité ...................................................................... 36
7.2 Processus d’assurance qualité................................................................................................ 38
7.3 Les organismes d'assurance qualité et régulateurs dans la mise en œuvre du CNC ................. 40
7.4 Participation aux organismes internationaux (l'AQVN, par exemple) ...................................... 41
8. Mise en œuvre du CNC .................................................................................................................... 41
8.1 Inclusion des certifications au registre ................................................................................... 41
8.2 Financement.......................................................................................................................... 41
8.3 Suivi, évaluation et développement ....................................................................................... 42
9. Validation des acquis de l'expérience, non formel et informel (VAE) ................................................ 42
9.1 Caractéristiques et statut de la VAE ....................................................................................... 42
10. Reconnaissance des certifications étrangères ............................................................................. 42

3
11. Interrelations avec les autres pays et régions ............................................................................. 42
12. Conclusions et projets futurs ...................................................................................................... 44
L'éducation et la pandémie de coronavirus ......................................................................................... 44
13. Références / Sources.................................................................................................................. 45
14. Annexes ..................................................................................................................................... 48

4
Acronymes
A. Acronymes généraux

ACQF Cadre Continental Africain Des Certifications


BMZ Ministère Fédéral pour la Coopération Économique et Développement
CAE Communauté de l’Afrique de l’Est
CDAA Communauté de développement d'Afrique australe
CEC Cadre européen des certifications
CEEAC Communauté économique des États de l'Afrique centrale
CER Communauté économique régionale
CNC Cadre national des certifications
CNQC Cadre National des Qualifications et Certifications
CUA Commission de l’Union africaine
DSCE Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi 2010-2020
DSSE Document de Stratégie du Secteur de l’éducation et de la formation 2013-2020
ECTS Système européen de transfert et d’accumulation de crédits
ETF Fondation européenne pour la formation
HAQAA Harmonisation de l’assurance qualité et de l'accréditation de l'enseignement
supérieur africain
HEI Établissement d'enseignement supérieur
IGE Inspection générale de l'éducation
MINEDUB Ministère de l'Éducation de base : http://www.minedub.cm/
MINEFOP Ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle :
https://www.minefop.gov.cm/fr/
MINEPAT Ministère de l'Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire
https://www.minepat.gov.cm/index.php?lang=en
MINESEC Ministère des Enseignements secondaires
http://www.minesec.gov.cm/en/accueil/
MINESUP Ministère de l’Éducation supérieure
MOOC Massive open online courses (cours ouverts en ligne)
OIF Organisation internationale de la Francophonie :
https://www.francophonie.org/
SND30 Stratégie Nationale de Développement 2020-2030
STC-EST Comité technique spécialisé sur l'éducation, la science et la technologie
UA Union africaine
UE Union européenne
VAE Validation des Acquis de l’Expérience
B. Acronymes des principales certifications / certificats / diplômes / cycles (par ordre
alphabétique)

A/L Advanced Level


BAC Baccalauréat
BEPC Brevet d’Études du Premier Cycle

5
BTS Brevet de Technicien Supérieur
CAP Certificat d’Aptitude Professionnelle
CAPIEMP Certificat d’Aptitude Professionnelle d’Instituteurs de l’Enseignement Maternel
et Primaire
CAPIET Certificat d’Aptitude Professionnelle d’Instituteurs de l’Enseignement
Technique
CEP Certificat d’Études Primaires
CM1 Cours Moyen 1e année
CM2 Cours Moyen 2e année
CP Cours Préparatoire
DIPCO Diplôme de conseiller d’orientation
DIPEN Diplôme de professeur d’enseignement normal
DIPES Diplôme de professeur d’enseignement secondaire
DIPET Diplôme de professeur d’enseignement technique
DTS Diplôme de technicien supérieur
DUT Diplôme universitaire de technologie
FSLC First School Leaving Certificate
GCE General Certificate of Education (O/L and A/L)
HND Higher national diploma
LMD Licence-Master-Doctorat
O/L Ordinary Level

6
Introduction à l'étude cartographique de l'ACQF
Contexte politique de cette étude cartographique

Ce rapport national fait partie intégrante de l'Étude cartographique sur l'état d’avancement et les
dynamiques des cadres des certifications en Afrique, qui pose les bases factuelles actualisées pour le
développement du cadre continental africain des certifications (ACQF). L'objectif de ce rapport est de
fournir une vue d'ensemble actualisée - et non une évaluation - des politiques, pratiques et
instruments liés au cadre et système national de certifications au Cameroun. Les cadres de
certification évoluent et se trouvent à différents stades de développement, et cette étude saisit cette
dimension.
La Commission de l'Union africaine (CUA) a lancé le processus de développement de l'ACQF en
septembre 2019, œuvrant en partenariat avec l'Union européenne (UE), la Deutsche Gesellschaft für
Internationale Zusammenarbeit (GIZ) et la Fondation européenne pour la formation (ETF) sur une
période de 2,5 ans (2019-2022). Les activités de développement de l'ACQF s'inscrivent dans le cadre
du projet de l'Union africaine (UA) et de l'UE « Compétences pour l'employabilité des jeunes », qui
soutient un processus holistique s'appuyant sur des données probantes et des analyses ; le leadership
politique de la CUA et la consultation des acteurs africains (nationaux, régionaux et continentaux) ; la
sensibilisation et le développement des capacités.
Le principal résultat du projet planifié d'ici la mi-2022 est le document politique et technique et le plan
d'action de l'ACQF, techniquement validé pour permettre une prise de décision par les organes
compétents de l'UA.
Les résultats intermédiaires du projet planifiés pour 2019-2022 sont les suivants :

• Étude cartographique de l'ACQF (d'ici mi-2020)


• Étude de faisabilité de l'ACQF (d'ici mi-2021)
D'autres activités clés sont également planifiées :

• Des ateliers de consultation des acteurs tout au long du processus (2019-2022)


• Des mesures de sensibilisation et de renforcement des capacités (2020-2022)
• Le développement d'un site web pour soutenir le développement de l'ACQF et l'échange
d'informations
• Des informations politiques et techniques relatives à l'ACQF pour les réunions du STC-EST
Étude cartographique de l'ACQF : bref aperçu de la portée et de la méthodologie
L'étude cartographique de l'ACQF vise à établir une analyse exhaustive, spécifique et actualisée de la
situation de l'Afrique en matière du développement, de la mise en place, de l’opérationnalisation et
de la révision des cadres des certifications. La portée de l'étude est vaste en termes de domaines
thématiques explorés ; et inclusive, car elle prend en compte la gamme étendue de dynamiques et
d'étapes de progression des pays dans le développement et l'établissement de cadres des
certifications.

Principaux rapports de l'étude cartographique publiés :

7
• Rapport final exhaustif, regroupant l'ensemble des résultats du bilan continental et des
analyses thématiques sur l'évolution des cadres de certifications en Afrique. Finalisation :
septembre 2020.
• Rapport de synthèse et infographies centrés sur les principales observations. Période :
septembre 2020.

Analyses thématiques contribuant à l'étude cartographique exhaustive

• Rapport d'une enquête à l'échelle continentale sur l'évolution des cadres de certifications
englobant tous les États membres de l'UA (EM de l'UA) et les CER.
• Rapport d'analyse des certifications.
• Rapports nationaux (11 pays) et rapports des CER (3 CER).

Ce rapport a été révisé par l’expert national Dr Deodonne Kunwufine. Le projet ACQF lui est très
reconnaissant.

Remerciements

Le projet ACQF exprime sa sincère gratitude aux autorités du Cameroun pour l'aimable soutien et le
généreux partage de la documentation, des informations et des données essentielles à l'élaboration
de ce rapport.
La visite technique au Cameroun (8-11 mars 2020) a été coordonnée par le professeur Rodolphine
Wamba, du ministère de l'Enseignement supérieur (Département de l'Accréditation et de la Qualité
des universités), représentant du Cameroun auprès du Groupe consultatif de l'ACQF. Cette visite de
pays a eu lieu dans les premières phases de la pandémie de Coronavirus, et malgré les contraintes et
les mesures de sécurité progressivement mises en place, elle a été menée avec succès sans annulation.
Nous remercions le professeur Rodolphine Wamba pour son engagement et sa coordination efficace
de la visite de pays auprès de toutes les institutions concernées.
Nous remercions tout particulièrement toutes les institutions nationales et tous les experts qui ont
contribué au présent rapport par leurs idées, leur documentation et leurs informations : le ministère
de l'Enseignement supérieur, le ministère de l’Éducation de base, le ministère de l'Enseignement
secondaire et le ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle.
L'échange d'informations avec des organisations et des partenaires internationaux a permis d'accéder
à des informations, des analyses, des documents stratégiques et politiques et des contacts précieux.
Dans ce contexte, nous remercions Mme Deirdre Lennan (Commission européenne, Direction générale
de l'éducation, de la jeunesse, du sport et de la culture) ; Mme Elena Fanetti (Délégation de l'Union
européenne au Cameroun) ; M. Jean Bosco Ki (UNESCO) ; M. Jens Liebe (UNEVOC) ; Dr Deodonne
Kunwufine (coordinateur du Centre UNEVOC - Inspection de Pédagogie chargée des Techniques
Industrielles).
Les informations qui ressortent du parcours du Cameroun vers le CNC apportent une valeur ajoutée
édifiante à l'étude cartographique globale des CNC en Afrique.

8
1. Aperçu sur l'évolution du Cadre national des
Certifications du Cameroun
Le Cameroun en est aux premiers stades de l'élaboration d'un cadre national des certifications
(CNC)1, qui devrait contribuer à améliorer la convergence et l'articulation entre les sous-
systèmes et les niveaux du système de certification existant, et à intégrer une approche basée
sur les compétences en matière de conception et d'obtention des certifications.
Le Cameroun a entamé une réflexion et une analyse en vue de l'élaboration d'un CNC en 2017,
conformément à l'objectif défini dans le deuxième axe stratégique (Qualité et Pertinence) du
Document de Stratégie du Secteur de l'Éducation et de la Formation 2013-2020 (DSSE). Le
secteur de la formation professionnelle et son ministère de tutelle - le ministère de l'Emploi
et de la Formation professionnelle (MINEFOP) - ont été étroitement associés à cette réflexion
et à ces propositions initiales. En 2020, le pays s'est engagé plus avant dans le processus
d'élaboration du CNC et s'est assuré des ressources nécessaires à cette fin, en concluant avec
succès l'évaluation du projet à grande échelle « Développement de l'enseignement
secondaire et des qualifications » financé par le Groupe de la Banque mondiale. La sous-
composante 2.3 du projet sera axée sur le renforcement de la capacité institutionnelle du
système de développement des qualifications, ce qui inclura l'élaboration du cadre national
de qualification et de certification (CNQC), en s'appuyant sur les travaux préliminaires réalisés
par le MINEFOP en 2017 et le groupe de travail interministériel déjà en place. Le CNQF (a)
spécifiera la relation - horizontale et verticale - entre les différentes certifications au sein d'un
système national ; (b) couvrira tous les niveaux et types d'enseignement et de formation
techniques ; et (c) fournira un moyen de comparer les certifications et de décrire la relation
entre les différents niveaux d'un système national d'enseignement et de formation
techniques et le niveau, la charge de travail et les acquis d'apprentissage de certifications
spécifiques.
Les politiques du Cameroun en matière d'éducation et de formation ont été orientées par la
stratégie sectorielle 2013-2020 (DSSE). Le pays a réalisé de bons progrès dans le
développement de l'enseignement primaire, atteignant un taux brut de scolarisation de
103,4 % en 20182. L'efficacité externe du système de certifications actuel est affectée par les
problèmes de la pertinence limitée des certifications sur le marché du travail d'une part, et
les difficultés de mobilité et de perméabilité entre le sous-système de formation
professionnelle et les sous-systèmes d'enseignement secondaire et supérieur d'autre part.

1
Les documents de politique et de planification nationaux, tels que le DSSE, utilisent la désignation "Cadre
national de qualifications et de certification" (CNQF). Pour faciliter la consultation et conformément à la pratique
et à la terminologie internationales, le présent rapport utilise le terme "cadre national de certification" (CNC).
2
Unesco Institute of Statistics: http://uis.unesco.org/en/country/cm

9
En 2020, les autorités nationales ont progressé dans la révision des principaux documents
stratégiques pertinents pour ce rapport de cartographie, à savoir le DSSE mentionné
précédemment et le Document de stratégie pour la croissance et pour l’emploi (DSCE).
Les principaux actes législatifs régissant l'éducation et la formation dans leur ensemble sont :
La Loi n° 98/004 portant orientation de l'éducation (1998) ; la Loi n° 005/2001 portant
orientation de l'enseignement supérieur (2001) et la nouvelle loi n° 2018/010 régissant la
formation professionnelle (2018). Divers actes d'exécution complètent ces lois, notamment
en matière de diplômes et de grades.
La gouvernance du système d'éducation et de formation au Cameroun se caractérise par une
structure institutionnelle complexe composée de quatre principaux ministères concernés : Le
ministère de l'Éducation de base, le ministère de l'Enseignement secondaire, le ministère de
l'Enseignement supérieur et le ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Le
ministère de la Jeunesse et de l'Éducation civique est par ailleurs en charge des questions
relatives aux jeunes non scolarisés. D'autres ministères contribuent au développement des
qualifications, tels que le ministère de l'Élevage, des Pêches et des Industries animales. Enfin,
le ministère de l'Économie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire coordonne
la planification stratégique du secteur de l'éducation et de la formation dans son ensemble.
Le développement et la future entrée en vigueur du CNC ont le potentiel de contribuer à une
coopération plus étroite entre les ministères concernés. Les autorités et les acteurs impliqués
reconnaissent l'importance d'un CNC en vue d’améliorer l'intégration, la convergence et les
parcours permettant la mobilité entre les différents sous-secteurs de la structure complexe
de l'éducation et de la formation. Le nouveau projet « Développement de l'enseignement
secondaire et des qualifications » y contribuera. Son efficacité dépendra néanmoins en partie
de l'articulation avec les priorités politiques de tous les ministères concernés, de l'adhésion
des acteurs du monde du travail et de la capacité à répondre aux besoins du pays.
La diversité et la complexité caractérisent également la structure du système éducatif (du
préscolaire au secondaire), reflétant la prédominance linguistique des régions du Cameroun
(français ou anglais). Un autre élément de diversité du système éducatif est lié aux différents
ordres d'enseignement : l'enseignement public et l'enseignement privé (se composant
d’écoles religieuses et laïques).
Malgré la diversité mentionnée, les orientations du système d'éducation et de formation sont
définies au niveau étatique central, par le biais du cadre législatif et réglementaire, et
couvrent tous les domaines clés : le système éducatif, les programmes d'enseignement et les
manuels de l'apprenant, la réglementation et le fonctionnement des écoles privées,
l'évaluation des étudiants et l'organisation de l'année scolaire dans l'ensemble du pays.
Les principales certifications délivrées au Cameroun sont les suivantes :
• Dans l'enseignement primaire :
o Système francophone : Certificat d´Études Primaires (CEP)
o Système anglophone : First school leaving certificate (FSLC)
10
• Dans l'enseignement secondaire - premier cycle :
o Système francophone : a) Enseignement général : Brevet d´Études du Premier
Cycle (BEPC) ; b) Enseignement technico-professionnel : Certificat d’Aptitude
Professionnelle (CAP)
o Système anglophone : a) General Certificate of Education Ordinary Level
(GCE/OL) ; b) CAP
• Dans l'enseignement secondaire - second cycle :
o Système francophone : a) Enseignement général : Baccalauréat (BAC) ; b)
Enseignement technico-professionnel : Baccalauréat de Technicien ; Brevet de
Technicien (BT) ; Brevet Professionnel (BP)
o Système anglophone : a) GCE/Advanced level ; b) BAC Technique
• Dans l'enseignement supérieur :
o Cycles courts : BAC+2 (Brevet de Technicien Supérieur (BTS) ; Higher National
Diploma (HND) ; Diplôme Universitaire de Technologie (DUT)
o Licence (BAC+3, BAC+4)
o Master (BAC+5)
o Doctorat
• Dans le secteur de la formation des enseignants :
o Certificat d’Aptitude Professionnelle d’Instituteurs de l’Enseignement
Maternel et Primaire (CAPIEMP)
o Certificat d’Aptitude Pédagogique des Instituteurs de l’Enseignement
Technique (CAPIET)
o Diplôme de professeur d’enseignement secondaire (DIPES1) ; Diplôme de
professeur d’enseignement technique for the first cycle (DIPET1)
o Diplôme de professeur d’enseignement secondaire (DIPES2) ; Diplôme de
professeur d’enseignement technique for the second cycle (DIPET2)
o Diplôme de conseiller d’orientation (DIPCO)
o Diplôme de professeur d’enseignement normal (DIPEN2)
• Dans le secteur de la formation professionnelle, sous la tutelle du ministère de
l'Emploi et de la Formation professionnelle (MINEFOP)3 :
o Diplômes : Diplôme de Qualification Professionnelle (DQP) ; Diplôme de
Technicien (DT) ; Diplôme de Technicien Spécialisé (DTS) – examens nationaux
organisés de manière centralisée par MINEFOP.
o Certification de Qualification Professionnelle (CQP) – examens harmonisés
organisés par les délégués régionaux.
o Certification de Qualification Professionnelle (CQP) – examens supervisés
o Diplômes VAE (qualifications complètes - examens de VAE organisés de
manière centralisée par MINEFOP.

3
Source: MINEFOP (2020).

11
Un CNC réactif et contextualisé pour le Cameroun pourrait soutenir la reprise Covid-19, dans
la mesure où il contribue à augmenter la participation à des formations flexibles, la validation
des compétences acquises dans des contextes professionnels et à améliorer l'articulation et
les parcours de mobilité pour l'apprentissage tout au long de la vie. L'effort de reprise Covid-
19 est lié à un contexte économique et professionnel difficile, à une pression accrue sur les
budgets publics et à une tendance probable à réduire les dépenses en matière d'éducation.

2. Introduction et contexte du pays


Le Cameroun est un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, avec une population
de plus de 25,2 millions d'habitants (2018). La population âgée de 14 ans et moins représente
43 % du total, et la population urbaine constitue environ 57 % du total.
Figure 1: Population totale par groupe d'âge

Source : Institut de l'Unesco pour l'éducation. À l'adresse : http://uis.unesco.org/en/country/cm

Située le long de l'océan Atlantique, il partage ses frontières avec le Tchad, la République
centrafricaine (RCA), la Guinée équatoriale, le Gabon et le Nigéria. Deux de ses régions
frontalières avec le Nigéria (nord-ouest et sud-ouest) sont anglophones, tandis que le reste
du pays est francophone. Le Cameroun est doté de riches ressources naturelles, notamment
le pétrole et le gaz, les minéraux, les espèces forestières de grande valeur et les produits
agricoles tels que le café, le coton, le cacao, le maïs et le manioc.
Le Cameroun est la plus grande économie de la Communauté économique et monétaire de
l'Afrique centrale (CEMAC), une région qui connaît une crise économique déclenchée par la
chute brutale des prix du pétrole. Avec ses partenaires de la CEMAC, le Cameroun a donc dû
mettre en place des mesures d'ajustement budgétaire pour s'adapter aux termes du choc
commercial et rétablir la macro-stabilité et la confiance dans la monnaie commune.
Dans ses Perspectives économiques en Afrique 2020, le Groupe de la Banque africaine de
développement (2020) classe le Cameroun parmi les pays non fragiles, exportateurs de
12
pétrole (page 47). Les perspectives indiquent qu'en dépit des chocs exogènes et de la crise
sécuritaire, l'économie camerounaise a enregistré un taux de croissance estimé à 4,1 % en
2019. Le dynamisme du secteur tertiaire et la croissance de la consommation et des
investissements ont contribué à cette performance. Un aspect préoccupant est le fait que la
croissance n'a pas été suffisamment inclusive pour développer le capital humain. Le taux de
pauvreté a modérément reculé, passant de 39,9 % en 2007 à 37,5 % en 2014. Les Perspectives
économiques en Afrique estiment que le rythme actuel ne permettra pas d'atteindre deux
des objectifs du Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi, 2010-2020, à savoir :
un sous-emploi de la main-d'œuvre tombant de 76 % à 50 % et du taux de pauvreté à 28,7 %
en 2020.
Dans le Mémorandum économique du Cameroun, la Banque Mondiale indique que pour
devenir un pays à revenu intermédiaire d'ici 2035, comme le projette son document « Vision
2035 », le Cameroun devra accroître sa productivité et libérer le potentiel de son secteur
privé. Concrètement, le PIB réel du Cameroun doit croître d'environ 8 % et 5,7 % par habitant
sur la période 2015-2035, ce qui nécessitera parallèlement que la part des investissements
dans le PIB passe d'environ 20 % du PIB en 2015 à 30 % du PIB en 2035 et que la croissance
de la productivité atteigne 2 % au cours de la même période, contre un taux moyen de
croissance zéro au cours de la dernière décennie.
L'Indice de développement humain (PNUD, 2019) du Cameroun est de 0,563, ce qui place le
pays dans la catégorie de développement humain moyen, le positionnant à 150 sur 189 pays
et territoires. Entre 1990 et 2018, la valeur de l'IDH du Cameroun a augmenté de 26,4 %. Au
cours de cette période, l'espérance de vie à la naissance du Cameroun a augmenté de 5,6 ans
(atteignant 58,9 ans), la durée attendue de scolarisation a augmenté de 4,7 ans (atteignant
12,7 ans). Le RNB par habitant a enregistré une croissance modérée, d'environ 13,9 % au cours
de la même période.
Indicateurs du marché du travail
La base de données de l'OIT sur les indicateurs du marché du travail (Wesodata) estime qu'en
2019, le taux d'emploi était de 73,5 % et le taux de chômage de 3,4 %. Le taux d'emploi des
femmes est estimé à 68,4 %, ce qui se compare favorablement au taux d'emploi des femmes
dans le monde (44,6 %) au cours de la même période. Selon la même source, le taux de
chômage n'est pas substantiellement différent selon le genre.
Figure 1 : Indicateurs du marché du travail : taux d'emploi et de chômage. Cameroun,
Monde. 2005-2020.

13
Source : Base de données de l'OIT. À l'adresse : https://www.ilo.org/wesodata/chart/kM7z7irHV

Priorités nationales de développement (en construction)


Le cadre de référence du Cameroun pour l'action gouvernementale et la convergence de la
coopération avec tous les partenaires au développement est basé sur le Document de
Stratégie pour la Croissance et l'Emploi (DSCE). En 2020, les autorités nationales progressent
dans la révision des principaux documents stratégiques pertinents pour ce rapport de
cartographie, c'est-à-dire le DSCE et la stratégie pour le secteur de l'éducation et de la
formation (DSSE), présentés au chapitre 3 de ce rapport.
Le 16 novembre 2020, la nouvelle Stratégie nationale de développement 2020-2030 (NDS30)
a été officiellement présentée au cours d’une céremonie publique du MINEPAT.
Ce chapitre donne un bref aperçu des principaux objectifs définis par la SND30 et le DSCE.
Objectifs de la SND30
Pour maintenir le cap d’émergence à l’horizon 2035, la SND30 ambitionne de procéder à la
transformation structurelle de l’économie en opérant des changements fondamentaux dans
les structures économiques et sociales afin de favoriser un développement endogène, inclusif
tout en préservant les chances des générations futures. Le cap étant de faire du pays, un
Nouveau Pays Industrialisé. A cet effet, les efforts seront articulés autour de la stratégie
d’industrialisation, qui constitue donc le centre d’intérêt de la présente stratégie nationale.
Les objectifs globaux poursuivis par la SND30 sont : (i) mettre en place les conditions
favorables à la croissance économique et l’accumulation de la richesse nationale et veiller à
obtenir les modifications structurelles indispensables pour l’industrialisation du pays ; (ii)
améliorer les conditions de vie des populations et leur accès aux services sociaux de base en

14
assurant une réduction significative de la pauvreté et du sous-emploi; (ii) renforcer les
mesures d’adaptation et d’atténuation des effets des changements climatiques et la gestion
environnementale pour garantir une croissance économique et un développement social
durable et inclusif ; et (iv) améliorer la gouvernance pour renforcer la performance de l’action
publique en vue de l’atteinte des objectifs de développement.
Pour atteindre les objectifs sus-évoqués, le Gouvernement va s’appuyer sur quatre (04)
principaux piliers à savoir : (i) la transformation structurelle de l’économie nationale ; (ii) le
développement du Capital Humain et du bien-être ; (iii) la promotion de l’emploi et de
l’insertion économique ; (iv) la gouvernance, la décentralisation et la gestion stratégique de
l’Etat.
Dans le secteur de l’éducation et de la formation, intégré dans le pilier « Capital Humain » de
la SND30, le Gouvernement se donne comme vision de promouvoir un système éducatif à
l’issu duquel tout jeune diplômé est sociologiquement intégré, bilingue, compétent dans un
domaine capital pour le développement du pays.
Les objectifs stratégiques poursuivis sont : (i) garantir l’accès à l’éducation primaire à tous les
enfants en âge de scolarisation ; (ii) atteindre un taux d’achèvement de 100% au niveau
primaire ; (iii) réduire les disparités régionales en termes d’infrastructures scolaires et de
personnel enseignant ; et (iv) accroître l’offre de formation professionnelle et technique de
10 à 25% au secondaire et de 18% à 35% au niveau supérieur.
En appui à la stratégie d’industrialisation du pays, les interventions du Gouvernement
s’articuleront autour de trois (03) axes, notamment : (i) l’amélioration de l’accès et de l’équité
à travers la correction des disparités géographiques, l’amélioration de la politique du manuel
scolaire, et l’extension progressive de l’universalisation de l’enseignement ; (ii) l’amélioration
de la qualité et de l’employabilité où un accent sera mis entre autres sur l’accroissement de
l’offre de formation technique et professionnelle, le renforcement des capacités des
travailleurs du secteur informel sur les techniques et technologies innovantes, le
renforcement du civisme ; (iii) le renforcement du système éducatif à travers une meilleure
gestion du personnel du système éducatif, un transfert complet des ressources dans le cadre
de la décentralisation et la promotion des investissements privés dans le secteur de
l’éducation et de la formation.
S’agissant spécifiquement de la formation professionnelle, le Gouvernement entend mettre
en place un programme certifiant de formation de masse et de renforcement des capacités
des travailleurs du secteur informel (Train my generation).
Le développement et adéquation des compétences figure parmi les priorités du pilier
« Promotion de l’Emploi et Insértion Economique », en particulier : 1) Mise en adéquation
formation-emploi et Amélioration du système d’insertion professionnelle. En ce qui concerne
cet axe, les interventions du Gouvernement porteront principalement sur l’adéquation de
l’offre de formation aux besoins du secteur productif en main d’œuvre et la mise en place
d’un dispositif d’apprentissage. 2) Régulation du marché du travail. Dans ce domaine, le

15
Gouvernement entend : (i) accroitre la transparence du marché de l’emploi, afin de faciliter
la rencontre qualitative entre l’offre et la demande d’emploi, en densifiant notamment
l’implantation des organismes privés de placement ; et (ii) réformer le Fonds National de
l’Emploi (FNE), de manière à recentrer ses activités sur l’observation du marché de l’emploi,
l’intermédiation entre l’offre et la demande d’emploi et l’orientation des formations
professionnelles (définition des métiers et des curricula de formation associés).
Objectifs du DSCE
Le DCSE couvre la première décade de la vision à long terme (2035) et se concentre sur
l'accélération de la croissance, la création d'emplois formels et la réduction de la pauvreté. Il
vise donc à (i) porter la croissance à 5,5% en moyenne annuelle au cours de la période 2010-
2020 ; (ii) réduire le sous-emploi de 75,8% à moins de 50% d'ici 2020 avec la création de
dizaines de milliers d'emplois formels par an au cours des 10 prochaines années ; et (iii)
réduire le taux de pauvreté monétaire de 39,9% en 2007 à 28,7% en 2020.
Le DSCE est structuré en sept chapitres interdépendants :
1. La revue des politiques de développement ;
2. La vision de développement à long terme et les objectifs du DSCE ;
3. La stratégie de croissance ;
4. La stratégie de l'emploi ;
5. La gouvernance et la gestion stratégique de l'État ;
6. Le cadrage macroéconomique et budgétaire ; et
7. Le cadre institutionnel et les mécanismes de mise en œuvre et de suivi du DSCE.
Le développement humain est un pilier de la stratégie de croissance, englobant l'amélioration
des conditions de vie de la population et l'investissement dans un capital humain solide
permettant la croissance économique. Le pilier du développement humain comprend des
actions dans le domaine des soins de santé, de l'éducation et de la formation professionnelle,
du genre, de la protection sociale et de la solidarité nationale.
Dans le domaine de l'éducation et de la formation, le DSCE envisage plus précisément :
- Éducation et formation professionnelle : le gouvernement entend mettre un accent
important sur la formation du capital humain, notamment à travers (i) un
enseignement fondamental de qualité couvrant le cycle primaire et le premier cycle
du secondaire ; (ii) un enseignement secondaire de second cycle de qualité reposant
sur un équilibre dynamique entre l'enseignement général et l’enseignement
technique, et préparant aux études supérieures dans les filières d’importance
prioritaire pour le développement ; (iii) une formation professionnelle reposant sur un
dispositif modernisé et considérablement renforcé pour pouvoir dispenser aux élèves
sortant de l'enseignement fondamental et secondaire un paquet solide de
connaissances axées sur la maîtrise des savoir-faire requis sur le marché de l’emploi
et préparant les bénéficiaires à la création d'emplois ; (iv) un enseignement
universitaire professionnalisé ; (v) une formation continue étendue et doublée d’un

16
système de valorisation des acquis de l'expérience ; et (vi) une maitrise des
inscriptions afin de garantir la qualité de l'enseignement, ce qui suppose la définition
d'un système de régulation des flux transparent et crédible, le renforcement du
dispositif d'orientation scolaire et la revalorisation de la grille des salaires des métiers
techniques.
- Les actions visant le développement de l'éducation et de la formation professionnelle
concernent (i) l'amélioration de l'accès à l'éducation de base ; (ii) l'amélioration de la
qualité des enseignants et de leurs conditions de travail ; (iii) le choix de programmes
appropriés et (iv) l'accroissement et la maintenance des infrastructures scolaires. De
même que dans le domaine de la santé, l'État, tout en poursuivant la couverture
scolaire dans les zones rurales, veillera à une gestion rationnelle et efficace quant à
l’implantation des écoles dans des sites viabilisés (eau, énergie, structures sanitaires,
téléphone) pour permettre aux personnels enseignants de pouvoir travailler dans des
conditions acceptables.

3. Cartographie du système d'éducation et de


formation
3.1 Stratégie du secteur éducatif et de formation

Le cadre d'orientation actuel de la politique et de l'action du gouvernement dans le secteur


de l'éducation et de la formation est défini dans le Document de stratégie du secteur de
l'éducation et de la formation 2013-2020 (DSSE).
Ce document de stratégie sectorielle est à la fois :
- Un cadre intégrateur des actions de développement de l'éducation en cohérence avec
les objectifs de développement nationaux.
- Un cadre de consultation et de concertation avec la société civile et les partenaires au
développement.
- Un cadre de coordination de l'action gouvernementale et des appuis extérieurs
- Un cadre de cohérence financière et de budgétisation sectoriel à moyen terme.
- Un cadre de définition et d'organisation des travaux analytiques pour éclairer le
développement du secteur.
Les objectifs stratégiques de développement pour l'éducation et la formation 2013-2020 sont
structurés en trois axes stratégiques :
Axe stratégique 1 : Accès et équité

Objectifs généraux Objectifs spécifiques


Améliorer l'accès et l'équité à tous les Porter le taux brut de préscolarisation de 27 % en 2010 à 40 % en
niveaux d'éducation et de formation. 2020.

17
Améliorer l'accès en réduisant les disparités de toutes sortes dans
l'enseignement primaire.
Mettre en place l’enseignement fondamental.
Améliorer l'accès en réduisant les disparités de toutes sortes dans
l'enseignement secondaire général et technique second cycle.
Diversifier l'offre de formation professionnelle.
Développer l'offre d'enseignement supérieur dans la perspective de
la professionnalisation et du renforcement des filières scientifiques.
Promouvoir des programmes d'alphabétisation fonctionnels pour
les jeunes et les adultes.
Développer une politique commune de construction et de
réhabilitation des infrastructures.

Axe stratégique 2 : Qualité et pertinence

Objectifs généraux Objectifs spécifiques


Améliorer la qualité des apprentissages Améliorer la qualité des apprentissages dans l'enseignement
tout en adaptant leurs contenus à primaire et secondaire général.
l'environnement socio-économique. Adapter les formations à l'environnement socio-économique.
Promouvoir la recherche action et la recherche développement au
sein du secteur de l'éducation.
Améliorer la santé en milieu scolaire et universitaire.

Axe stratégique 3 : Gestion et gouvernance

Objectifs généraux Objectifs spécifiques


Améliorer la gouvernance et le pilotage Maintenir les mécanismes de régulation existants (examens et
du système éducatif. concours) jusqu'à la mise en place de nouveaux mécanismes à
l’occasion de la mise en place de l'enseignement fondamental.
Renforcer la déconcentration et la décentralisation du système
éducatif.
Améliorer la gestion des ressources humaines.
Assurer une gestion efficace des carrières.
Renforcer les capacités de planification du système.
Améliorer la transparence dans la gestion des ressources.

Source: Document de stratégie du secteur de l’éducation et de la formation 2013-2020 (DSETS). Pages 55-56

3.2 Structure et principales caractéristiques du système d'éducation et de formation

La diversité et la complexité caractérisent la structure du système éducatif. Du préscolaire au


secondaire, l'organisation du système éducatif reflète la prédominance linguistique des
régions du Cameroun (français ou anglais). Un niveau supplémentaire de diversité du système
éducatif est lié aux ordres d'enseignement : l'enseignement public et l'enseignement privé
(comprenant les écoles religieuses et laïques).

18
Malgré la diversité mentionnée, les orientations du système d'éducation et de formation sont
définies au niveau étatique central, par le biais du cadre législatif et réglementaire, et
couvrent tous les domaines clés : le système éducatif, les programmes d'enseignement et les
manuels de l'apprenant, la réglementation et le fonctionnement des écoles privées,
l'évaluation des étudiants et l'organisation de l'année scolaire dans l'ensemble du pays.
La gouvernance du système d'éducation et de formation au Cameroun se caractérise par une
structure institutionnelle complexe composée de quatre principaux ministères concernés : Le
ministère de l'Éducation de base, le ministère de l'Enseignement secondaire, le ministère de
l'Enseignement supérieur et le ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Le
ministère de la Jeunesse et de l'Éducation civique est par ailleurs en charge des questions
relatives aux jeunes non scolarisés. D'autres ministères contribuent au développement des
qualifications, tels que le ministère de l'Élevage, des Pêches et des Industries animales. Enfin,
le ministère de l'Économie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire coordonne
la planification stratégique du secteur de l'éducation et de la formation dans son ensemble.
Le tableau 1 synthétise la structure du système éducatif, par sous-systèmes/cycles, de l’école
maternelle à l’enseignement supérieur. Les qualifications (diplômes, certificats) décernées à
l’achèvement de l’enseignement primaire et secondaire (premier et deuxième cycles) portent
des désignations différentes dans les systèmes francophone et anglophone.
Tableau 1. Structure des systèmes éducatifs (francophone et anglophone)
Sous-systèmes Système francophone Système anglophone
Cycles, niveaux et titres de certifications Cycles, niveaux et titres de certifications
Enseignement Doctorat
supérieur
Master : BAC + 5
Master Recherche
Master Professionnel
Diplôme d’Ingénieur de conception
DIPES2 (Diplôme de professeur
d’enseignement secondaire)
DIPET2 (Diplôme de professeur
d’enseignement technique)
DIPCO (Diplôme de conseiller
d’orientation)
DIPEN2 (Diplôme de professeur
d’enseignement normal)
Licence : BAC + 3 / BAC + 4
Licence Académique
Licence Professionnelle
Licence Technique
Licence d’Ingénierie
DIPES1 (Diplôme de professeur
d’enseignement secondaire, DIPET1
(Diplôme de professeur d’enseignement
technique
Enseignement supérieur de cycle court :
BAC + 2, BTS (Brevet de Technicien
Supérieur), HND (Higher National

19
Diploma), DUT (Diplôme universitaire de
technologie)
Enseignement Secondaire supérieur général (3 ans) Secondaire supérieur général (2 ans)
secondaire Secondaire supérieur technique (services, Secondaire supérieur technique (services,
(2ème cycle) industriel) (3 ans) industriel) (2 ans)
Diplômes : BAC (Baccalauréat) ; BT (Brevet Diplômes : GCE A/L (General Certificate of
de Technicien) Education Advanced Level) ; BAC technique
Enseignement Secondaire inférieur général (4 ans) – Secondaire inférieur général (5 ans) –
secondaire certification : BEPC (Brevet d’Études du certification : GCE O/L (General Certificate
(1er cycle) Premier Cycle) of Education Ordinary Level)
Secondaire inférieur technique (services, Secondaire inférieur technique (services,
industriel) (4 ans) – certification : CAP industriel) (5 ans) – certification : CAP
(Certificat d’Aptitude Professionnelle) (Certificat d’Aptitude Professionnelle)
Enseignement Classes 1-6 Classes 1-6
primaire Certification : CEP (Certificat d’Études Certification: FSLC (First School Leaving
Primaires) Certificate)
Enseignement Cycle : petite – grande sections Cycle : crèche 1-2
préscolaire Durée de 2 ans Durée de 2 ans
Sources: a) Document de stratégie du secteur de l'éducation et de la formation 2013-2020 (DSETS). b) MINESEC,
MINEFOP (2019); MINESUP (2018).
La figure 1 est un aperçu de la répartition des étudiants inscrits par sous-système/cycle,
séparément dans le système francophone et anglophone.
Figure 1 : Le système d'éducation et de formation, données 2018-2019

Source : Groupe de la Banque mondiale (2019), Projet d'enseignement secondaire et de développement des
compétences - Document d'information sur le projet. Page 122. À :
https://documents.worldbank.org/en/publication/documents-
reports/documentdetail/985741559276623707/concept-project-information-document-pid-secondary-
education-and-skills-development-project-p170561.

20
Enseignement supérieur
Le Cameroun compte huit établissements publics d'enseignement supérieur, qui dispensent
des programmes dans les principaux domaines d'études suivants : Arts, Lettres et Sciences
humaines ; Science et technologie ; Sciences économiques et de gestion ; Sciences juridiques
et politiques ; Sciences de la santé ; Agronomie, Agriculture et Sciences halieutiques. Ces
établissements d'enseignement supérieur disposent de facultés universitaires,
d'établissements technologiques et professionnels et délivrent des certifications du système
Licence-Master-Doctorat (LMD), ainsi que d'autres diplômes et certificats, tels que le BTS, le
DUT et le HND.

Enseignement secondaire technique professionnel (ESTP)


Les programmes de l'ESTP sont organisés en deux sections et deux niveaux (cycles) :
Sections :
1. Section des techniques industrielles (STI), offrant 67 spécialisations
2. Section des techniques commerciales ou techniques du tertiaire (STT) - avec 18
spécialisations.
Niveaux :
1. Premier cycle : quatre ans, débouchant sur le Certificat d'Aptitude Professionnelle
(CAP)
2. Second cycle : trois ans, aboutissant au Baccalauréat, et pour certaines spécialisations
- Brevet de Technicien).
Les programmes de l'ESTP sont dispensés par des établissements publics et privés. Le
Cameroun compte un total de 765 établissements publics offrant l'ESTP (premier et second
cycle), répartis comme suit :
- Premier cycle d'ESTP : Collèges d’enseignement Techniques, Industriel et Commercial
(CETIC) : 510 établissements
- Premier et second cycle, ou exclusivement second cycle : Lycées Techniques (LYTEC) :
255 établissements.

Formation professionnelle (sous la tutelle du MINEFOP)


Groupe cible
La formation professionnelle vise principalement les jeunes, diplômés et non diplômés, des
systèmes d'enseignement primaire, secondaire et supérieur. Dans les prévisions pour la
dernière décennie, la formation professionnelle prévoyait d'absorber au moins 50 % de cette
population, ce qui correspond à un effectif de 200 000 apprenants chaque année, répartis
entre la formation professionnelle et l'apprentissage. Les travailleurs et les jeunes qui ont
quitté l'école sont également des cibles potentielles de la formation professionnelle.
Organisation

21
Le système de formation professionnelle est organisé comme suit :
A. Composante formelle :

• Formation professionnelle publique


• Formation professionnelle privée
B. Composante non formelle : essentiellement - les apprentissages.
Outre le MINEFOP, plusieurs administrations sectorielles (MINADER, MINNEPIA, MINPROFF,
MINJEC) développent et dispensent également des activités de formation professionnelle.
Formation professionnelle initiale publique : chiffres clés concernant le MINEFOP
exclusivement
1. 288 Sections artisanales et rurales - Sections (SAR/SM)
• 1722 formateurs, 7136 apprenants, leur accès étant offert aux jeunes titulaires du
CEP et âgés de 14 ans et plus.
• La formation est validée par un Certificat de Qualification Professionnelle (CQP)
après une période de formation de deux ans.
2. 4 Centres de Formation Professionnelle Rapide (CFPR) dont l'accès est offert aux
jeunes titulaires au minimum du BEPC. La formation est validée par l'obtention du
Diplôme de qualification professionnelle (DQP) après une période de formation d'un
an ;
3. 4 Centres de Formation Professionnelle aux Métiers (CFM) en construction ;
4. 2 Centres de formation professionnelle sectoriels (CFPS) en construction ;
5. 3 Centres de formation professionnelle d'excellence (CFPE) accessibles aux jeunes
titulaires du diplôme du baccalauréat. La formation est validée par l'obtention d'un
Diplôme de Technicien Spécialisé (DTS) après une période de formation d'un an.
Formation professionnelle initiale privée : plus de 1000 prestataires
Formation continue
- L'offre est variable et organisée par modules. La durée dépend du module et la
certification est délivrée par la structure de formation.
- En dehors des structures de formation publiques et privées agréées, cette formation est
dispensée au sein de certaines entreprises.
Apprentissage
- Bien qu'il ne soit pas encore réglementé, l'apprentissage existe dans le cadre de la
formation professionnelle non formelle et dans diverses occupations professionnelles.
Pour répondre aux demandes et aux défis, le MINEFOP s'est engagé à :
- Augmenter de manière significative l'offre quantitative et qualitative de formation
professionnelle (structures de formation bien équipées, plates-formes techniques
adéquates, personnel et formateurs motivés et bien formés, programmes de formation
adaptés aux besoins de l'économie, manuels et matériel didactique, etc.) ;

22
- Assurer une meilleure régulation du flux des apprenants de l'enseignement primaire,
secondaire et supérieur ;
- Promouvoir les partenariats public-privé dans le secteur de la formation professionnelle ;
- Adopter un cadre juridique et réglementaire adapté aux nouveaux enjeux et défis (emploi,
formation, certification, financement, partenariat, etc.) La loi de 2018 constitue un pas
important dans cette direction ;
- Continuer à développer les programmes de formation professionnelle et les référentiels,
30 référentiels par an étant attendus ;
- Rationaliser davantage la gouvernance du système de formation professionnelle ;
- Rénover en profondeur les systèmes d'orientation, d'insertion professionnelle et
d'apprentissage.
3.3 Statistiques clés sur l'éducation

Figure 2 : Enseignement primaire : taux de scolarisation net et brut (%)

Figure 3 : Enseignement secondaire : taux de scolarisation brut et net (%)

Figure 4 : Enseignement supérieur : taux de scolarisation global (%)

23
Source : UIS. À : http://uis.unesco.org/en/country/cm#slideoutmenu

4. Portée et structure des certifications


nationales
4.1 Développement du CNC

Le Cameroun a entamé une réflexion et une analyse en vue de l'élaboration du Cadre National
des Qualifications et Certifications / CNQC (ci-après dénommé « CNC ») en 2017,
conformément à l'objectif défini dans le deuxième axe stratégique (Qualité et Pertinence) du
Document de Stratégie du Secteur de l'Éducation et de la Formation 2013-2020 (DSSE). Le
secteur de la formation professionnelle et son ministère de tutelle - le ministère de l'Emploi
et de la Formation professionnelle (MINEFOP) - ont été étroitement associés à cette réflexion
et à ces propositions initiales. En 2020, le pays s'est engagé plus avant dans le processus
d'élaboration du CNC et s'est assuré des ressources nécessaires à cette fin, en concluant avec
succès l'évaluation du projet à grande échelle « Développement de l'enseignement
secondaire et des qualifications » financé par le Groupe de la Banque mondiale.
La sous-composante 2.3 du projet sera axée sur le renforcement de la capacité institutionnelle
du système de développement des qualifications, ce qui inclura l'élaboration du CNC, en
s'appuyant sur les travaux préliminaires réalisés par le MINEFOP en 2017 et le groupe de
travail interministériel déjà en place. Le CNC (a) spécifiera la relation - horizontale et verticale
- entre les différentes certifications au sein d'un système national ; (b) couvrira tous les
niveaux et types d'enseignement et de formation techniques ; et (c) fournira un moyen de
comparer les certifications et de décrire la relation entre les différents niveaux d'un système
national d'enseignement et de formation techniques et le niveau, la charge de travail et les
acquis d'apprentissage de certifications spécifiques. Le développement et la future entrée en

24
vigueur du CNC ont le potentiel de contribuer à une coopération plus étroite entre les
ministères concernés. Les autorités et les acteurs impliqués reconnaissent l'importance d'un
CNC en vue d’améliorer l'intégration, la convergence et les parcours permettant la mobilité
entre les différents sous-secteurs de la structure complexe de l'éducation et de la formation.
Le CNC constituera une référence unique en matière de certifications - pour l'emploi, la
formation et la validation des acquis de l'expérience (VAE). Le CNC sera corrélé au Répertoire
opérationnel des métiers et des certifications (ROME). Ce processus repose sur une approche
participative, incluant des consultations entre les ministères et les organisations
professionnelles et sectorielles.
4.2 Certifications nationales - Statut actuel
Au moment de la rédaction de ce rapport, le concept et la structure du futur CNQC ne sont
pas encore connus et n'ont pas encore été adoptés. Par conséquent, ce chapitre se réfère à
la structure existante des certifications (diplômes, brevets, certificats) dans les sous-systèmes
des systèmes d'éducation et de formation (francophone et anglophone).
Les principales qualifications délivrées au Cameroun sont répertoriées ci-dessous et
présentées sous forme de tableau accompagné de détails supplémentaires dans le tableau 1.
• Dans l'enseignement primaire :
o Système francophone : Certificat d´Études Primaires (CEP)
o Système anglophone : First school leaving certificate (FSLC)
• Dans l'enseignement secondaire - premier cycle
o Système francophone : a) Enseignement général : Brevet d´Études du Premier
Cycle (BEPC) ; b) Enseignement technico-professionnel : Certificat d’Aptitude
Professionnelle (CAP)
o Système anglophone : a) General Certificate of Education Ordinary Level
(GCE/OL); b) CAP
• Dans l'enseignement secondaire – second cycle :
o Système francophone : a) Enseignement général : Baccalauréat (BAC) ; b)
Enseignement technico-professionnel : Baccalauréat de Technicien ; Brevet de
Technicien (BT) ; Brevet Professionnel (BP)
o Système anglophone : a) GCE/Advanced level; b) BAC Technical
• Dans l'enseignement supérieur :
o Cycles courts : BAC+2 (Brevet de Technicien Supérieur (BTS) ; Higher National
Diploma (HND) ; Diplôme Universitaire de Technologie (DUT)
o Licence (BAC+3, BAC+4)
o Master (BAC+5)
o Doctorat
• Dans le secteur de la formation des enseignants :
o Certificat d’Aptitude Professionnelle d’Instituteurs de l’Enseignement
Maternel et Primaire (CAPIEMP)

25
o Certificat d’Aptitude Pédagogique des Instituteurs de l’Enseignement
Technique (CAPIET)
o Diplôme de professeur d’enseignement secondaire (DIPES1) ; Diplôme de
professeur d’enseignement technique (DIPET1)
o Diplôme de professeur d’enseignement secondaire (DIPES2) ; Diplôme de
professeur d’enseignement technique (DIPET2)
o Diplôme de conseiller d’orientation (DIPCO)
o Diplôme de professeur d’enseignement normal (DIPEN2)
• Dans le secteur de la formation professionnelle, sous la tutelle du ministère de
l'Emploi et de la Formation professionnelle (MINEFOP) 4 :
o Diplômes : Diplôme de Qualification Professionnelle (DQP) ; Diplôme de
Technicien (DT) ; Diplôme de Technicien Spécialisé (DTS) – examens nationaux
organisés de manière centralisée par MINEFOP.
o Certification de Qualification Professionnelle (CQP) – examens harmonisés
organisés par les délégués régionaux.
o Certification de Qualification Professionnelle (CQP) – examens supervisés
o Diplômes VAE (qualifications complètes - examens de VAE organisés de
manière centralisée par MINEFOP.
Licence-Master-Doctorat (LMD)

LMD est le cadre des certifications de l'enseignement supérieur.


La réforme de l'enseignement supérieur vers le système LMD s'appuie sur la Directive Nº
02/06-UEAC-019-CM-14 du 10/03/2006 portant organisation des études universitaires dans
l'espace CEMAC dans le cadre du système LMD (Afrique Centrale)5.
Comme dans les autres pays ayant mis en place le système LMD, les établissements
d'enseignement supérieur continuent à proposer des certifications de plus courte durée,
telles que le BTS et le DUT (BAC+2).
Système de crédits : 1 semestre = 30 crédits.
Licence :
- Accès : Baccalauréat ou GCE/AL. La licence est communément appelée : BAC + 3
(années)
- Les études menant au diplôme de licence sont organisées en six semestres, ce qui
représente 30 crédits par semestre, soit un total d'au moins 180 crédits.
- Licence professionnelle : Valide les études orientées vers l'insertion sur le marché du
travail. Les études conduisant à l'obtention d'une licence professionnelle sont

4
Source: MINEFOP (2019).
5
http://kalieu-elongo.com/wp-content/uploads/2015/10/Directive-UEAC-portant-organisation-des-Etudes-
universitaires-dans-lespace-CEMAC-dans-le-cadre-du-Syst+%C2%BFme-LMD..pdf

26
organisées en deux semestres (total : 60 crédits), et correspondent aux cinquième et
sixième semestres de la licence.
Master:
- Accès : Diplôme de licence, dans un domaine d'études compatible. Le diplôme de
master est communément appelé BAC + 5 (avec des variations selon le domaine
d'études)
- Les études menant au diplôme de master sont organisées en quatre semestres,
représentant un total de 120 crédits (total du diplôme de master = 300 crédits)
- Types de Master : a) Master Recherche ; b) Master Professionnel. Les établissements
d'enseignement supérieur organisent leurs programmes sous forme de parcours
standardisés : à l'issue des deux premiers semestres (60 crédits), les étudiants optent
pour un Master Recherche ou un Master Professionnel
Doctorat:
- Accès : Master Recherche. Le doctorat est communément appelé BAC + 8
- Durée de préparation de la thèse de doctorat : trois ans. Des prorogations (de deux
ans au plus) peuvent être accordées par l'établissement d'enseignement supérieur sur
demande motivée. Le diplôme de doctorat est délivré par l'établissement
d'enseignement supérieur après soutenance publique approuvée de la thèse devant
un jury.
Certifications plus courtes
Les universités préparant à la licence sont autorisées, le cas échéant, à délivrer des diplômes
validant des études de courte durée correspondant à 120 crédits (quatre semestres après le
baccalauréat), notamment :
- « Diplômes universitaires » : Diplôme d’Études Universitaires Générales (DE UG),
Diplôme Universitaire d’Etudes Scientifiques (DUES), Diplôme Universitaire de
Technologie (DUT)
4.3 Descripteurs de niveaux (en construction)

Les descripteurs de niveau du CNC sont en cours d'élaboration dans le cadre du projet
national CNQC.

4.4 Utilisation des acquis de l'apprentissage

Au Cameroun, l'utilisation des acquis de l'apprentissage est étroitement liée à la mesure dans
laquelle l'approche basée sur les compétences (APC) a été appliquée pour la planification,
l’élaboration et la mise en œuvre de référentiels de qualifications et de certifications pour les
programmes d'éducation et de formation. L'APC a été adoptée au Cameroun comme principal
cadre conceptuel et méthodologique pour les programmes et les certifications de
l'enseignement secondaire technique et professionnel (ESTP), et ceux de la formation

27
professionnelle. Le renouvellement des programmes de l’ESTP sur la base de l'APC est en
cours, avec des progrès significatifs réalisés dans les programmes des filières des techniques
commerciales ou techniques du tertiaire (STT). De plus amples informations sur ce processus
sont fournies dans la section « 4.6 Développement des certifications ».
Dans les programmes de l’ESTP les plus récents, les acquis de l'apprentissage sont définis avec
une granularité variable, en fonction de l'objectif. L'exemple ci-dessous présente des
similitudes avec les cas analysés dans d'autres pays utilisant l'APC. La formulation des acquis
de l'apprentissage est large au niveau de la « définition de la qualification », tandis que les
acquis de l'apprentissage sont très détaillés au niveau des « indicateurs d'évaluation ».
Tableau 3 : Acquis de l'apprentissage dans le cadre de l'ESTP. Référentiel de formation de
la profession de technicien en géométrie et topographie, second cycle - première (adopté
en 2016)

Définition de la compétence (02) :

Maîtriser l'utilisation des instruments et des différentes méthodes d'acquisition de données en


topographie et dans la construction (bâtiments et travaux publics)

1. Éléments de la 2. Éléments du contenu 3. Indicateurs d'évaluation (liste


qualification partielle)

Comprendre les aspects de la Théorie des erreurs (définitions, Distinguer les principales erreurs et
théorie des erreurs et ses erreurs accidentelles, erreurs fautes
applications topométriques systématiques, variations, Identifier une erreur
réglementations)
Donner des exemples de contrôle
Différencier les erreurs systématiques
et accidentelles, donner des exemples
Énumérer les contrôles susceptibles
de réduire et d'éliminer les erreurs et
les fautes
Décrire l'impact des erreurs
accidentelles dans les erreurs directes
et indirectes
Distinguer les types Rappel : tachéomètres Décrire les principaux récepteurs
d'instruments topographiques électroniques ; niveaux GNSS
et décrire leur mode de électroniques Décrire leurs modes de
fonctionnement et leur Récepteurs GNSS (GPS, Glonass) fonctionnement
utilisation
Décrire les différents accessoires des
récepteurs GNSS

Source : MINESEC (2016), Inspection générale de l'éducation - Inspection de la pédagogie pour l'enseignement
technique, Département du génie civil, du génie du bois et des techniques agricoles. Référentiel de Formation
du métier de Technicien Géomètre-Topographe. Classe de Première. 2016

28
4.5 Définition du terme “certifications”
La loi n° 2018/010 du 11/08/2018 régissant la formation professionnelle au Cameroun, en son
article 6, fixe les principales définitions utilisées. Une sélection de concepts liés à la portée de
cette étude est fournie comme suit :
- Certification : délivrance par une instance officielle d’un document authentifiant les
compétences et le savoir-faire d’un postulant par rapport à une norme de référence
attachée à un diplôme, un titre ou certificat de qualification professionnelle.
- Compétence : aptitude à exercer de manière efficace un métier, une fonction ou
certaines tâches spécifiques, avec toutes les qualifications requises à cet effet.
- Qualification professionnelle : association d’aptitudes, de connaissances, de
qualifications et d’expériences acquises qui permet d’exercer une profession ou un
métier déterminé.
- Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) : processus d’évaluation permettant
d’obtenir une certification correspondant à son expérience professionnelle.

4.6 Développement des certifications

L'approche basée sur les compétences (APC) a été adoptée au Cameroun comme base
conceptuelle et méthodologique pour le développement de l'éducation et de la formation
dans l'enseignement secondaire technico-professionnel et la formation professionnelle.
ESTP
Certains des programmes et des certifications de l'ESTP ont été structurés selon l'APC, mais
un grand nombre d'entre eux sont désormais obsolètes. Le MINESEC est conscient du
problème posé par le fait que certains programmes et certifications de l'ESTP sont basés sur
des normes datant de 1991 et sont liés à des initiatives de coopération internationale. Dans
le but d'améliorer la cohérence entre les programmes des différents secteurs et de les
moderniser, en les adaptant aux nouvelles demandes du marché du travail et aux nouvelles
technologies, le MINESEC mène actuellement le processus de renouvellement des curricula
des certifications, tant dans les sections que dans les cycles, en conformité avec l'approche
basée sur les compétences (APC). Ce processus a été lancé en 2004.
Un bref aperçu de l'état d'avancement de ce processus de renouvellement est fourni dans
l'étude concise de bilan du ministère de l'Enseignement secondaire (MINESEC 2020) et est
synthétisé dans le tableau 4.
Tableau 4 : Aperçu des progrès réalisés dans le renouvellement des programmes de l'ESTP
(APC)
Filières des techniques industrielles (STI) Filières des techniques
commerciales ou techniques du
tertiaire (STT)
Premier cycle 7 spécialisations 11 spécialisations

29
Certification: CAP
Renouvellement basé sur l'APC complété Renouvellement basé sur l'APC
complété
Second cycle 28 spécialisations 39 spécialisations
Certifications: BT, Renouvellement basé sur l'APC
Baccalauréat. Renouvellement basé sur l'APC en cours complété

Source: MINESEC (2020). Tableau : Auteur du rapport

Tous les programmes des filières des techniques du tertiaire (STT) ont été révisés et structurés
selon les principes de l'APC. En revanche, dans les filières des techniques industrielles, le
passage à l'APC a été complété pour les programmes du premier cycle et est en cours dans
ceux du second cycle.
Formation professionnelle (MINEFOP)
Source: MINEFOP (2020)
Cadre méthodologique : un cadre méthodologique adapté aux guides méthodologiques de
l'OIF est en place. L'approche basée sur les compétences (APC) a été adoptée dans la
formation professionnelle en 2008 et plusieurs sessions de renforcement des capacités ont
été organisées pour permettre aux formateurs de maîtriser cette approche très exigeante. En
termes de défis, le MINEFOP s'est engagé à réhabiliter les structures de formation
professionnelle, à améliorer la qualité des ressources techniques et à renforcer les capacités
des formateurs à répondre aux exigences de l'APC, sans oublier le développement continu
des normes et référentiels de formation et l'acquisition de manuels d'apprentissage.
Renouvellement des certifications : La procédure a été engagée et la liste des certifications
est en attente de publication par le MINEFOP. Ces certifications prennent en compte le niveau
d'accès, la durée des formations, le profil de sortie.
La loi Nº 2018/010 du 11/07/2018 régissant la formation professionnelle, au chapitre III sur
les normes, l'évaluation et les certifications, stipule que les normes de formation
professionnelle sont fixées par l'État. Ces normes portent notamment sur l'objectif, les
méthodes et les modules de formation, le profil des formateurs, la durée de la formation et
autres aspects. L'élaboration et la modification de ces normes doivent tenir compte des avis
des experts dans les domaines concernés, ainsi que des informations sur les spécificités de
chaque secteur d'activité.
4.7 Accès aux certifications, grades et crédits

Accès et progression
L'accès et la progression vers les différents niveaux de certification sont décrits en détail dans
la section 4.2 du présent rapport.

L'accès et la progression sont réglementés par les lois régissant le système d'éducation et de
formation :

30
- Loi Nº 98/004 du 4 avril 1998 sur l'orientation de l'éducation au Cameroun.
- Loi n° 005/2001 du 16 avril 2001 relative à l'orientation de l'enseignement supérieur.
- Loi n° 2018/010 du 11.07.2018 régissant la formation professionnelle au Cameroun.

Système de crédits
Le système de crédits est appliqué dans l'enseignement supérieur comme suit :

Une année scolaire (à plein temps) correspond à 60 crédits. Un semestre (plein temps)
correspond à 30 crédits.

4.8 Relations du CNC avec d'autres instruments

Le CNC est en cours d’élaboration dans le cadre du projet national CNQC. Le CNC est
étroitement lié aux politiques et instruments structurants ci-dessous :
- APC, en tant que principal cadre conceptuel et méthodologique pour les certifications
de l'ESTP et de la formation professionnelle
- Législation LMD et supports méthodologiques
- Système d'assurance qualité dans l'enseignement supérieur
- Répertoire opérationel des métiers et des emplois (ROME)

5. Législation
5.1 Actes juridiques directement applicables au CNC et à sa mise en œuvre

Un des objectifs du projet national du CNQF sera d'élaborer une législation spécifique
structurant et réglementant le CNC. Le principal document politique et stratégique sous-
tendant le CNC du Cameroun est le Document de Stratégie du Secteur de l'Education et de la
Formation 2013-2020 (DSETS), plus précisément l'objectif fixé dans le deuxième axe
stratégique (Qualité et Pertinence), sous l'Objectif Spécifique Nº 2 : Adapter la formation à
l'environnement socio-économique. Cet objectif comprend des stratégies telles que :
• Étudier l'adéquation entre les professions et les certifications sur le marché du travail
• Renforcer l'infrastructure d'apprentissage technique dans l'enseignement secondaire
général et technico-professionnel (laboratoires, ateliers, équipements, incubateurs
entrepreneuriaux) ainsi qu'un lycée technique de référence et un lycée scientifique de
référence par région.
• Élaborer et réformer une offre d'enseignement et de formation de niveau secondaire
et universitaire répondant aux besoins réels de l'économie.
• Renforcer la professionnalisation de l'enseignement supérieur.
• Développer des partenariats multiples entre les autorités publiques et les acteurs du
secteur privé impliqués dans la formation professionnelle.

31
• Faciliter la réintégration des adultes et des enfants non scolarisés dans les activités
d'enseignement et de formation.
5.2 Relation avec d'autres actes juridiques et réglementations connexes

Le CNC sera contextualisé par les principales lois régissant le système d'éducation et de
formation, énumérées ci-dessous. De son côté, le CNC influencera le cadre juridique et
réglementaire correspondant.

6. Systèmes et organisation : gouvernance,


institutions, acteurs
6.1 Gouvernance, rôles, fonctions - politiques, coordination, mise en œuvre, suivi

Enseignement supérieur
Ministère de tutelle : MINESUP
Conformément à la loi 005 du 16 avril 2001 et au décret n° 2012/433 du 1er octobre 2012, la
Direction des Accréditations universitaires et de la Qualité, (Sous-direction de l'Assurance
Qualité) travaille en collaboration avec d'autres structures des services centraux du MINESUP,
dont la Direction du Développement de l'Enseignement Supérieur, et l'Inspection Générale
des Affaires Académiques, ainsi qu'avec l'ANOR (Agence des Normes et de la Qualité).
L'Observatoire national des métiers des diplômés de l'enseignement supérieur (OMDES),
soutenu par le MINESEC et l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF), met sa base de
données à la disposition des étudiants, diplômés et autres utilisateurs via son site web :
http://www.omdes.net/technology/software/prototype/pages/home/. L'OMDES est une
entité créée en 2013 chargée de donner une information aussi complète, détaillée et
objective que possible sur les flux d'étudiants, le taux d'insertion et de création d'emploi des
diplômés de l'enseignement supérieur, la dynamique des métiers, etc. de manière à éclairer
la réflexion politique et sociale pour une meilleure prise de décision. L’OMDES fournit des
informations sur les métiers, l'évaluation des formations et l'entrepreneuriat en tant que
carrière. Il sert aussi de plateforme d'échange et de collaboration entre les institutions
universitaires et les acteurs économiques afin de renforcer l'adéquation formation-emploi.
Dans la section « Métiers », les utilisateurs ont accès à des informations sur les métiers
(profils) organisés en 48 secteurs.
Figure 5: OMDES – Site web

32
Source: OMDES. http://www.omdes.net/technology/software/prototype/pages/home/

Enseignement de base
Ministère de tutelle : MINESEC
Enseignement secondaire
Ministère de tutelle : MINESEC
Les structures opérationnelles ayant un rôle clé dans les certifications de ce sous-système
sont :
- L’Office du baccalauréat du Cameroun (O.B.C) ;
- Le Conseil du General Certificate of Education Board (G.C.E. Board).
- L’Inspection générale de l'éducation (voir annexe 2 pour plus de détails)

Inspection Générale des Enseignements

Placée sous l’autorité d’un Inspecteur Général des Enseignements, l’Inspection Générale des
Enseignements comprend 9 Inspections de Pédagogie et une Cellule d’Appui à l’Action
Pédagogique. Fonctions de l’Inspection Générale:
- définition des programmes de recherche;
- coordination, la supervision, suivi et l’évaluation des activités dévolues aux
Inspections de Pédagogie ;
- suivi des activités des structures chargées des examens et des concours ;
- la confection et de la diffusion des annales des épreuves
- contrôle et de l’évaluation du système éducatif camerounais;
- l’adaptation permanente de la pédagogie à l’évolution de la science;
- l’application de la politique gouvernementale en matière de manuels scolaires et
autres outils didactiques ;

33
- relations avec les institutions et organismes partenaires en matière de recherche et
de programme de formation, en liaison avec la structure chargée de la coopération ;
- définition des programmes de formation continue et de l’enseignement à distance des
enseignants ;
- l’élaboration du rapport annuel d’évaluation des activités pédagogiques ;
- suivi et de l’évaluation des activités pédagogiques des Conseillers d’Orientation ;
- suivi et de l’évaluation des activités relatives à la vie scolaire.
Formation professionnelle
Ministère de tutelle : MINEFOP (informations complémentaires en annexe 1)
Deux structures opérationnelles du MINEFOP sont impliquées dans le domaine spécifique de
la formation professionnelle :
- L’Inspection générale de la formation (IGF)
- La Direction de la formation et de l'orientation professionnelle (DFOP)
Conformément aux dispositions du décret n° 2012/644 du 28 décembre 2012 portant
organisation du MINEFOP, celui-ci est responsable de l'élaboration et de la mise en œuvre de
la politique gouvernementale en matière d'emploi, de formation et d'insertion
professionnelle. En tant que tel, le ministère a les responsabilités suivantes :
- Élaboration de la politique de l'emploi et de la formation professionnelle ;
- Études sur l'évolution de l'emploi et du marché du travail ;
- Études sur l'évolution des qualifications des emplois ;
- Promotion de l'emploi ;
- Définition des programmes de formation et d'insertion professionnelle en liaison avec
les administrations et organismes concernés ;
- Définition des normes d'organisation des systèmes d'apprentissage et de qualification
professionnelle et du contrôle de leur application ;
- Conception et organisation des activités de formation à cycle court ;
- Orientation et placement de la main-d'œuvre ;
- Organisation et suivi de l'insertion professionnelle des jeunes formés ;
- Organisation des activités de recyclage ou de requalification des travailleurs ;
- Contrôle de l'adéquation formation emploi ;
- Relations avec les entreprises et les organisations professionnelles en liaison avec les
départements ministériels sectoriels concernés ;
- Suivi et contrôle des structures de formation professionnelle en liaison avec les
départements ministériels concernés ;
- Le MINEFOP suit les activités des organismes de prospection d'intervention en matière
d'emploi.
Les dispositions de la loi prévoient que le MINEFOP est chargé de coordonner et de contrôler
la formation professionnelle en assurant la cohérence et l'organisation vis-à-vis des multiples
administrations sectorielles travaillant dans la formation professionnelle (MINADER,

34
MINEPIA, MINTP, MINDHU, MINPROFF, etc.), qui opèrent très souvent de façon non-
homogène.
La loi Nº 2018/010 du 11/07/2018 définit les principes de gouvernance de la formation
professionnelle comme suit :
- L'État élabore, met en œuvre et assure le suivi des politiques publiques de la formation
et de l'orientation professionnelles, en partenariat avec les collectivités locales et
régionales, les organisations professionnelles, les entreprises et les autres acteurs
concernés.
- La formation professionnelle obéit aux principes du tripartisme (État-employeur-
travailleur), de décentralisation, de laïcité, de partenariat public-privé, de démocratie,
d'équité sociale, d'ouverture au marché du travail, de formation en alternance,
d'apprentissage et de cofinancement État-entreprise-travailleur.
- La communauté des acteurs de la formation professionnelle comprend les collectivités
territoriales locales et régionales ; les promoteurs des structures privées de formation
ou d'orientation professionnelle ; les formateurs, le personnel administratif et
d'encadrement ; les apprenants ; les partenaires des milieux socioprofessionnels.
- L'État veille à l'adéquation du dispositif de formation professionnelle aux besoins
exprimés par les milieux socioprofessionnels en vue de la réduction de l'inadéquation
formation-emploi.
L'étude de bilan réalisée en 2019 par le MINESEC et le MINEFOP reconnaît que la coordination
et la coopération entre les institutions et les acteurs concernés ne sont pas opérationnelles
et nécessitent des améliorations substantielles. L'étude (MINESEC, MINEFOP, 2019) reconnaît
la nécessité de créer un organe national de coordination pour l'ensemble du système d'EFTP
(l’ESTP et formation professionnelle). Les mécanismes de gouvernance révisés nécessaires
(rôles des acteurs et financement) seront proposés dans le cadre de deux études envisagées
au cours de l'année 2020, l'une sur la gestion du système de formation professionnelle et
l'autre sur le financement de la formation professionnelle.
6.2 Principaux acteurs et parties prenantes : les conseils sectoriels, le monde du travail
et les établissements d'enseignement et de formation

Formation professionnelle
D'autres acteurs sont impliqués dans l'élaboration d'une formation professionnelle de
qualité. Il s'agit (i) des collectivités territoriales décentralisées, (ii) les promoteurs des
structures privées de formation et d'orientation professionnelle, (iii) les formateurs, (iv) le
personnel administratif et d'encadrement, (v) les partenaires des milieux socioprofessionnels
et (vi) les apprenants.
La participation des entreprises au processus de formation professionnelle est, quant à elle,
encouragée par l'ouverture offerte pour accueillir, selon leurs capacités, des apprenants dans
le cadre de l'apprentissage.

35
7. Assurance qualité des certifications
7.1 Base juridique du cadre de l'Assurance Qualité

La Stratégie du Secteur de l'Éducation et de la Formation 2013-2020 du Cameroun donne la


priorité à la qualité et à la pertinence, définies comme une amélioration de la qualité de
l'apprentissage et l'adaptation des contenus à l'environnement socio-économique (deuxième
axe stratégique).
Enseignement supérieur
Au cours des trois dernières décennies, le système d'enseignement supérieur camerounais a
connu une tendance à l'expansion importante résultant d'une forte demande sociale. Cette
expansion a entraîné une augmentation du nombre d'établissements d'enseignement
supérieur, principalement privés, dans un contexte de restrictions budgétaires de l'État. Les
autorités gouvernementales se sont donc interrogées sur la validité des structures
traditionnelles de contrôle de la qualité. L'assurance qualité est par conséquent devenue une
préoccupation majeure du gouvernement camerounais. Ainsi, de 2000 à 2018, le ministère
de l'Enseignement supérieur a initié des structures de supervision et d'évaluation de
l'enseignement supérieur.
Le gouvernement a pris des mesures pour mettre en place au sein de l'enseignement
supérieur un système d'assurance qualité, qui est coordonné par la Direction des
accréditations universitaires et de la qualité (DAUQ) du ministère de l'Enseignement
supérieur (MINESUP).
La direction a présenté son rapport d'auto-évaluation, qui a servi de base à la première
évaluation externe pilote réalisée en 2018 pour tester les sections B et C des Références et
lignes directrices africaines pour l'assurance qualité (ASG-QA) dans le cadre de l'initiative
HAQAA (HAQAA, 2019). L'évaluation constate des progrès dans les domaines suivants : a) Les
instruments et lignes directrices visant à soutenir les processus d'assurance qualité (interne,
externe), diffusés aux établissements d'enseignement supérieur et reposant sur la pratique
internationale ; b) l’évaluation annuelle régulière des établissements et des programmes
d'enseignement, en place depuis 2015 ; c) la mise en œuvre d'activités visant à développer et
à inculquer une culture d'amélioration continue ; et d) l’élaboration et discussion en cours du
projet de spécifications pour la création d'une agence d'assurance qualité entièrement
autonome.
Le MINESUP (DAUQ) a élaboré et diffusé un ensemble de guides, de référentiels et
d'indicateurs pour l'évaluation et l'assurance qualité de l'éducation et de la recherche. Ces
documents de référence sont alignés sur les pratiques internationales, notamment sur les
lignes directrices du CAMES.
Liste des guides et référentiels d'assurance qualité publiés par le MINESUP :

36
• MINESUP, Guide pour le développement d'un cadre interne d'assurance qualité par les
institutions universitaires au Cameroun. (Programme d'appui à la composante technologique
et professionnelle de l'enseignement supérieur).
• MINESUP (2015), Normes universitaires applicables aux établissements d'enseignement
supérieur au Cameroun.
• MINESUP (2017), Développement de la composante technologique et professionnelle dans
l'enseignement supérieur camerounais : actions PRO-ACT de 2007 à ce jour.
• MINESUP (2017), Lignes directrices pour la recherche universitaire au Cameroun.
• MINESUP (2018), Cartographie des diplômes de l'enseignement supérieur au Cameroun.
Volume II.
• MINESUP (2018), Lignes directrices pour la professionnalisation de l'enseignement
universitaire au Cameroun. (Programme d'appui à la composante technologique et
professionnelle de l'enseignement supérieur).
• MINESUP (2018a), Guide national des indicateurs d'évaluation des performances et de
comparabilité des institutions universitaires.
• MINESUP (2018b), Références et lignes directrices en matière d'éducation (Programme de
soutien à la composante technologique et professionnelle de l'enseignement supérieur).

Enseignement de base et secondaire


Dans les sous-systèmes pré-tertiaires de l'éducation et de l'EFTP, coordonnés par différents
ministères (MINEDUB, MINESEC), l'approche de l'assurance qualité repose sur les fonctions
des inspections respectives. Les échanges avec les experts nationaux et les ministères, ainsi
que les analyses nationales du système d'enseignement technique et de formation
professionnelle, consultés pour cette étude de cartographie, prouvent que des efforts sont
déployés par les ministères concernés pour mettre en œuvre et améliorer les normes de
qualité existantes, renouveler et actualiser les programmes d'études basés sur les
compétences et améliorer la formation des enseignants et des formateurs.
Dans le même temps, les autorités reconnaissent que la qualité globale et les acquis de
l'apprentissage obtenus dans l'enseignement technique et la formation professionnelle sont
affectés par de nombreux facteurs, tels que des infrastructures et des équipements de
formation obsolètes et inadéquats pour l'apprentissage pratique, une coopération
insuffisante avec les employeurs et des problèmes liés au contexte sociopolitique difficile qui
s'est aggravé ces dernières années.
Formation professionnelle
L'assurance qualité de la formation professionnelle se réfère à la qualité de la formation
dispensée, à la qualité des formateurs, à la qualité des infrastructures et des équipements
pédagogiques existants dans le centre de formation. L'assurance qualité se réfère également
à l'évaluation de la mise en œuvre des programmes de formation et des examens de fin de
formation.
- Une réflexion entre le MINEFOP et l'ANOR est bien avancée pour définir les modalités
sur les normes et la qualité de la formation professionnelle.

37
- Il est également important de noter l'existence d'un Guide des normes.
Lien entre la formation professionnelle et la demande du marché du travail
Études prospectives et sectorielles : Plusieurs études ont été menées et ont éclairé les
décisions politiques, telles que la réforme de la SAR/SM, qui a abouti au lancement de CFM,
de CFPE, de CFPS, et l'identification des besoins en compétences dans les projets structurants.
Études de suivi des diplômés pour suivre leur insertion professionnelle : Aucune étude n'a été
menée dans le domaine de la formation professionnelle pour évaluer le niveau de
satisfaction, ou l'efficacité externe et interne du système de formation professionnelle.
L'élaboration d'un mécanisme de suivi des diplômés est toutefois en cours de finalisation avec
les partenaires (UNESCO et OIF).
Cartographie de la formation professionnelle : La dernière cartographie a été élaborée en
2012 et est en cours d'actualisation. Il est important de noter qu'il existe une forte
concentration de structures de formation privées dans les villes de Douala et Yaoundé. Dans
le même temps, les régions du nord, du sud, de l'Adamaoua et de l'est connaissent une
pénurie de centres de formation professionnelle malgré leur potentiel naturel et leurs
opportunités économiques.
7.2 Processus d’assurance qualité

Enseignement supérieur
Le MINESEC a élaboré une série de lignes directrices, de références et de normes, indiquées
ci-dessus (§7.1), pour soutenir les établissements d'enseignement supérieur en matière
d'organisation, de mise en œuvre et d'amélioration de l'assurance qualité.
Le système national d'assurance de la qualité, par le biais de la législation, comprend les
processus suivants :
- Évaluation - double : a) interne (auto-évaluation) de l'établissement d'enseignement
supérieur et b) externe
- Accréditation et enregistrement : a) création d'un établissement d'enseignement
supérieur ; et b) création de cycles d'études (programmes) menant à des grades et
diplômes.
Tous les établissements d'enseignement supérieur sont tenus de mettre en place des
systèmes internes d'évaluation et d'assurance qualité et de procéder à une auto-évaluation
régulière de leurs performances.
L'évaluation externe couvre les dimensions institutionnelles suivantes de l'établissement
d'enseignement supérieur, à savoir le développement institutionnel, la gestion
institutionnelle, les infrastructures, la politique universitaire et la politique des ressources
humaines.

38
L'École Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP), de l'Université de Yaoundé I, a coopéré
avec la Commission des Titres d'Ingénieur (CTI) française dans le cadre de sa demande
d'évaluation pour l'habilitation (CTI, 2017)
Tableau 5 : Établissements d'enseignement supérieur publics accrédités
Université Site web Domaines d'études Certifications
Université de Multidisciplinaire : Arts, Sciences Total : 230 (DUT,
Bamenda humaines et sociales ; Économie et HND, Licence,
gestion ; Sciences juridiques et DIPSES, DIPET,
politiques ; Sciences et technologies ; DIPCO, DIPEN,
Sciences de la santé Master, Doctorat)
Université de https://www.ubue Multidisciplinaire : Arts, sciences Total: 264 (HND,
Buea a.cm/ humaines et sociales ; Sciences de la Licence, DIPET,
santé ; Sciences et technologies ; Master, Doctorat)
Économie et gestion ; Sciences de
l'ingénierie
Université de https://www.univ- Multidisciplinaire : Arts, Sciences Total : 450 (BTS, DES,
Douala douala.cm/ humaines et sociales ; Économie et DEPA, DIPET, DUT,
gestion ; Sciences juridiques et HND, Licence,
politiques ; Sciences et technologies ; Master, Doctorat)
Sciences de la santé
Université de https://www.univ- Multidisciplinaire : Arts, sciences Total : 277 (BTS, DUT,
Dschang dschang.org/ humaines et sociales ; Économie et Licence, Master,
gestion ; Science et technologie ; Doctorat)
Sciences de la santé
Université de http://www.univ- Multidisciplinaire : Arts, Sciences Total : 242
Maroua maroua.cm/fr humaines et sociales ; Économie et (Technicien,
gestion ; Science juridique et Technicien Senior,
politique ; Science et technologie DIPES, DIPET, DIPCO,
Ingénieur, Licence,
Master, Doctorat)
Université de http://www.univ- Multidisciplinaire : Arts, Sciences Total : 183 (DUT,
Ngaoundere ndere.cm/?lang=e humaines et sociales ; Économie et DIPES, Ingénieur
n gestion ; Sciences juridiques et adjoint, Licence,
politiques ; Sciences et technologies ; Master, Doctorat)
Sciences de la santé
Université de https://uy1.uninet. Multidisciplinaire : Arts, sciences Total : 325 (DUT,
Yaoundé I cm/ humaines et sociales ; Science et DIPET, DIPES,
technologie ; Sciences de la santé Ingénieur, Licence,
Master, Doctorat)
Université de https://www.univ- Multidisciplinaire : Arts, sciences Total : 126 (Licence,
Yaoundé II yaounde2.org/ humaines et sociales ; Économie et Master, Doctorat,
gestion ; Sciences juridiques et CAPACITE, Diplôme
politiques d'études supérieures
professionnelles)
Source : MINESUP (2018), Cartographie des diplômes de l'enseignement supérieur au Cameroun. Volume II.

39
7.3 Les organismes d'assurance qualité et régulateurs dans la mise en œuvre du CNC

Enseignement supérieur
L'assurance qualité dans le système d'enseignement supérieur camerounais reste pour
l'instant dévolue au ministère de l’Enseignement supérieur. Au sein du ministère de
l'Enseignement supérieur, la direction des Accréditations et de la Qualité des universités
(DAUQ) est responsable, entre autres, de la politique générale du ministère en matière
d'accréditation et d'assurance qualité, en collaboration avec l'Agence nationale des normes
(ANOR).
Elle a développé, en étroite collaboration avec l'Inspection générale des affaires académiques
(IGA), plusieurs outils d'appui à la mise en œuvre de l'assurance qualité, notamment : le
référentiel d'évaluation des universités publiques (en 2014), les normes universitaires
minimales et la méthode d'évaluation des cours (en 2015), les normes spécifiques à
l'enseignement supérieur et à la recherche (en 2016). Ces outils se sont fortement appuyés
sur les guides du CAMES, qui s'inspirent des pratiques internationales.
Depuis 2015 des évaluateurs ont été formés chaque année pour mener des évaluations dans
les établissements éligibles. Les résultats ne sont pas publiés par la Commission, mais sont
renvoyés aux parties intéressées, sur instruction du ministre. Les outils sont améliorés chaque
année sur la base du feedback.
La création d'une Commission nationale d'assurance qualité (CNAQ) est par ailleurs en
discussion depuis 2016. La CNAQ devrait fonctionner sous l'autorité du ministre en charge de
l'enseignement supérieur, avec pour mission principale de favoriser la coopération entre
toutes les composantes de l'enseignement supérieur et la mise en place de pratiques visant
à améliorer la qualité de l'enseignement dispensé dans chaque établissement. Elle devrait
s'appuyer sur un secrétariat technique, un sous-comité des références et des évaluations, et
un sous-comité des classements et des accréditations. Les sous-comités seront présidés par
des fonctionnaires ayant des responsabilités dans l'enseignement supérieur, tels que les
inspecteurs et les directeurs des services centraux.
Le rapport d'auto-évaluation pour l'évaluation HAQAA mentionnée ci-dessus (HAQAA, 2019)
examine les principales lacunes de la CNAQ :
- Le rôle consultatif de l'ANAQ, qui est placé sous l'autorité du ministre en charge de
l'enseignement supérieur ;
- Le manque de ressources humaines spécialement formées dans le domaine de
l'assurance de la qualité
- Le problème du financement de la future agence.

40
7.4 Participation aux organismes internationaux (l'AQVN, par exemple)

Les institutions camerounaises participent à diverses institutions internationales, ainsi qu'à


des activités et projets de coopération, tels que :
- Le Cameroun est un État membre du CAMES
- Il participe au projet HAQAA du partenariat Afrique-UE. Le projet HAQAA se concentre
sur l'harmonisation de l'assurance qualité et de l'accréditation dans l'enseignement
supérieur.
- Les universités de Douala, Ngaoundéré et Yaoundé I sont membres du Réseau africain
de développement de MOOC pour l'innovation pédagogique dans l'enseignement
supérieur (REAMOOC).

8. Mise en œuvre du CNC


8.1 Inclusion des certifications au registre

La liste et les principales caractéristiques des certifications du système d'enseignement


secondaire technique et professionnel dans les registres, ainsi que diverses informations, sont
disponibles sur demande auprès du ministère concerné.
Dans l'enseignement supérieur, le département chargé des accréditations universitaires
publie régulièrement des cartographies détaillées de tous les cursus et certifications des
établissements publics et privés. Ces informations très utiles ne sont toutefois pas accessibles
en ligne :
- MINESUP (2018), Cartographie des diplômes de l'enseignement supérieur au
Cameroun. Volume II.
8.2 Financement

Le budget étatique est la principale source de financement des différentes activités


ministérielles relatives aux certifications (MINEDUB, MINESEC, MINESUP, MINEFOP).
Des ressources importantes pour s'engager dans le processus d'élaboration du CNC seront
déployées dans le cadre du projet « Développement de l'enseignement secondaire et des
qualifications » financé par le Groupe de la Banque mondiale. La sous-composante 2.3 du
projet sera axée sur le renforcement de la capacité institutionnelle du système de
développement des qualifications, qui inclura l'élaboration du CNC, en s'appuyant sur les
travaux préliminaires réalisés par le MINEFOP en 2017 et le groupe de travail interministériel
déjà en place.
D'autres partenaires internationaux contribuant au développement des aspects relatifs aux
certifications dans les différents sous-systèmes comprennent l'AFD, le CEGEP, GIZ, la KOICA
et l'OIF.

41
8.3 Suivi, évaluation et développement

La loi n° 98/004 du 04/04/1998 (Orientation de l'éducation au Cameroun) définit au chapitre


II les grands principes de l'évaluation régulière du système éducatif. L'État est responsable de
l'évaluation régulière. A cette fin, l'État encourage et soutient les activités de recherche en
éducation, qui doivent être conduites par des organismes spécialisés.

9. Validation des acquis de l'expérience, non


formel et informel (VAE)
9.1 Caractéristiques et statut de la VAE

La loi n° 2018/010 du 11/07/2018 régissant la formation professionnelle au Cameroun définit


en son article 38 que « la validation des acquis de l'expérience est un droit reconnu à toute
personne disposant d'aptitudes professionnelles acquises dans la vie active ». Les modalités
d'organisation et de mise en œuvre de la validation des acquis de l'expérience sont définies
par voie réglementaire.
Dans son article 6, la même loi définit la VAE comme étant un « processus d'évaluation
permettant d'obtenir une certification correspondant à son expérience professionnelle ».
La Direction de la formation et de l'orientation professionnelle du MINEFOP a pour mandat
d'organiser les sessions de la VAE.

10.Reconnaissance des certifications étrangères


Le ministère de l'Enseignement supérieur est chargé de la reconnaissance des certifications
étrangères. La session ordinaire de la Commission nationale d'évaluation des formations
dispensées à l'étranger siège au moins trois (03) fois par an pour délibérer sous la supervision
du ministre étatique, le ministre de l'Enseignement supérieur.

11.Interrelations avec les autres pays et régions


Le Cameroun participe à la coopération internationale et à divers réseaux dans le domaine de
l'éducation et de la formation, notamment :
- UA : projet HAQAA, projet ACQF
- Initiatives de la CEEAC et de la CEMAC en matière d'éducation
- Organisation internationale de la Francophonie

Le Cameroun participe activement aux programmes d'éducation de l'UE : a) le Programme


Erasmus+ et b) les masters communs Erasmus Mundus (MCEM). Le nombre de boursiers

42
camerounais du MCEM est en augmentation et a atteint un total de 52 boursiers entre 2014
et 2019.
Figure 6 : Le Cameroun dans la mobilité internationale du crédit - Budget régional des pays
ACP 2016-2019

Source: Erasmus+ for higher education in Cameroon .

Figure 7 : Le Cameroun dans le MECM 2014-2019

Source: Erasmus+ for higher education in Cameroon .

43
12.Conclusions et projets futurs
La Stratégie nationale de développement 2020-2030 (SND30), deuxième phase de la Vision
2035, a été officiellement annoncée le 16 novembre 20206. La SND30 fait de la transformation
structurelle et du développement inclusif des priorités majeures, avec un fort accent sur
l’industrialisation du pays. Dans ce contexte, la SND30 privilégie la réforme de l’éducation et
formation, le développement et adéquation des compétences et le programme de formation
de masse et de renforcement des capacités des travailleurs (Train my generation). La nouvelle
phase de la stratégie pour le secteur de l'éducation est en cours de discussion au moment de
la rédaction de ce rapport.
Les inégalités en matière d'éducation et la fracture régionale au Cameroun ont été reconnues
dans la Stratégie du secteur de l'éducation et de la formation 2013-2020. Le document
Cameroon Education Cluster Strategy North West & South West Jan-Dec 2020 offre un
panorama saisissant des vulnérabilités causées par le conflit et la violence armée au système
scolaire et aux niveaux de vie et de sécurité des enfants et des adolescents. Selon les données
analysées par cette stratégie, dans les deux régions combinées, plus de 5 300 écoles (3% du
total) ne fonctionnent pas, plus de 841 300 enfants ne sont pas scolarisés et plus de 21 120
enseignants sont absents (page 7). Le nombre de personnes déplacées au sein des deux
régions a atteint 450 268 personnes en août 2019, dont environ 270 160 enfants d'âge
scolaire (page 11). L'éducation est utilisée comme instrument de pression par les parties en
conflit.
Pour remédier à cette situation désastreuse, il faudra continuer à recourir à la participation,
à des politiques et à des ressources ciblées et cohérentes, afin de rétablir un accès égal et sûr
de l'ensemble de la population à l'éducation, aux compétences et aux certifications.
L'éducation et la pandémie de coronavirus

En mars 2020, le Cameroun a pris des mesures couvrant tous les secteurs politiques pour faire
face, gérer et combattre la pandémie de coronavirus. Pratiquement tous les sous-systèmes
d'éducation et de formation ont réagi et mené des campagnes d'information et ont ajusté les
modalités d'apprentissage et d'enseignement. L'évaluation finale dans l'enseignement de
base et secondaire pour l'année scolaire 2019/2020 a été réalisée malgré les circonstances
difficiles.

6
Présentation officielle du SND2030 :
https://www.minepat.gov.cm/index.php?option=com_content&view=article&id=629:lundi-16-novembre-2020-le-
gouvernement-lance-la-deuxieme-phase-de-la-vision-2035&catid=25&lang=fr&Itemid=144

44
13. Références / Sources
a) Au niveau national : actes juridiques, documents politiques et stratégiques, analyses

Portail de données du Cameroun. À : https://cameroon.opendataforafrica.org/


Cameroon Education Cluster Strategy North West &South West Jan-Dec 2020 (2020). Unicef. À :
https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/cameroon_education_cluster_strategy_1_nov_2
019_mk_final.pdf
INS (2019), Les indicateurs de conjoncture, Octobre 2019. À : http://slmp-550-
104.slc.westdc.net/~stat54/downloads/2019/BULLETIN_DES_INDICATEURS_T2_19.pdf
Décret Nº 2012/644 du 28/12/2012, sur l'organisation du MINEFOP
Décret Nº 2012/267 du 11/06/2012, sur l'organisation du ministère de l'Enseignement secondaire
Loi n° 98/004 du 4 avril 1998 sur l'orientation de l'éducation au Cameroun. À :
http://www.unesco.org/education/edurights/media/docs/3fbc027088867a9096e8c86f0169d457b2ca77
79.pdf
Loi n° 005/2001 du 16 avril 2001 relative à l'orientation de l'enseignement supérieur. À :
http://www.unesco.org/education/edurights/media/docs/073d65dfde800ba6e9e8e8c72db5dcc48abaa5
00.pdf
Loi 2018/010 du 11.07.2018 régissant la formation professionnelle au Cameroun. À :
https://www.minefop.gov.cm/images/phocadownload/law_vocational_training_in_Cameroon_.pdf
Loi 2018/010 du 11.07.2018 régissant la formation professionnelle au Cameroun. À :
https://www.minefop.gov.cm/images/phocadownload/LOI_SUR_LA_FORMATION_PROFESSIONNELLE_A
U_CAMEROUN.pdf
MINEFOP (2020), Information de synthèse - Communication en vue de la réunion pour le rapport
cartographique national de l'ACQF, le 11/03/2020. Non publié.
MINEPAT (2020), Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 (SND30). En français :
https://www.dgb.cm/news/developpement-le-gouvernement-presente-sa-strategie-nationale-2020-
2030/. En anglais : http://minepat.gov.cm/index.php?option=com_docman&view=download&alias=262-
national-development-strategy-2020-2030&category_slug=strategies-de-
developpement&Itemid=284&lang=en
MINESEC (2016), Département du génie civil, du bois et des techniques agricoles. Référentiel de
Formation du métier de Technicien Géomètre-Topographe. Classe de Première.
MINESEC, MINEFOP (2019), Étude sur l’état des lieux de l’Enseignement et de la Formation Techniques et
Professionnelles au Cameroun. Non publié.
MINESEC (2020), Aperçu général sur l’état des lieux de l’enseignement secondaire technique et
professionnel au Cameroun (édition 2019). Ébauche. Non publié.
MINESUP, Guide pour le développement d'un cadre interne d'assurance qualité par les institutions
universitaires au Cameroun. (Programme d'appui à la composante technologique et professionnelle de
l'enseignement supérieur).
MINESUP (2015), Normes universitaires applicables à tous les établissements d'enseignement supérieur
au Cameroun.
MINESUP (2017), Développement de la composante technologique et professionnelle dans
l'enseignement supérieur camerounais : actions PRO-ACT de 2007 à ce jour.
MINESUP (2017), Lignes directrices pour la recherche universitaire au Cameroun.
MINESUP (2018), Cartographie des diplômes de l'enseignement supérieur au Cameroun. Volume II.

45
MINESUP (2018), Lignes directrices pour la professionnalisation de l'enseignement universitaire au
Cameroun. (Programme d'appui à la composante technologique et professionnelle de l'enseignement
supérieur).
MINESUP (2018a), Guide national pour l'évaluation des indicateurs de performance et de comparabilité
des universités.
MINESUP (2018b), Références et lignes directrices en matière d'éducation (Programme de soutien à la
composante technologique et professionnelle de l'enseignement supérieur).
Ministère de l'Économie, de la Planification et du Développement régional (2009), Cameroon Vision 2035.
À : http://extwprlegs1.fao.org/docs/pdf/cmr145894.pdf
Rapport d’évaluation technique du Document de Stratégie du Secteur d’Éducation et de la Formation
(2013-2020) en vue de son endossement au partenariat mondial pour l’éducation par les partenaires
techniques et financiers. À :
https://www.globalpartnership.org/sites/default/files/2015_02_cameroon_appraisal_report.pdf
République du Cameroun, Document de Stratégie du Secteur de l’Éducation et de la Formation 2013-
2020. À :
https://info.undp.org/docs/pdc/Documents/CMR/strat%C3%A9gie%20du%20secteur%20%C3%A9ducati
on.pdf
République du Cameroun, Examen national 2015 de l’éducation pour tous, 2015. À :
https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000231716?locale=en
République du Cameroun (2009), Document de stratégie pour la croissance et l'emploi (DSCE) - Cadre de
référence pour l'action gouvernementale 2010-2020. À :
http://onsp.minsante.cm/fr/publication/194/document-de-strat%C3%A9gies-pour-la-croissance-et-
lemploi-dsce
b) Études, analyses, rapports

Groupe de la Banque africaine de développement (2020), Perspectives économiques en Afrique 2020. À :


https://www.afdb.org/en/documents/african-economic-outlook-2020
Banque africaine de développement, CAMEROUN : DOCUMENT DE STRATEGIE CONJOINTE POUR LES
PAYS 2015-2020 ET RAPPORT D'EXAMEN DES PERFORMANCES DU PORTEFEUILLE DE PAYS. À :
https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Project-and-Operations/Cameroon_-
_Joint_2015-2020_Country_Strategy_Paper_and_Country_Portfolio_Performance_Review_report_–
_06_2015.pdf
Union africaine, AFDB, UN ECA, Rapport 2019 sur l'indice d'intégration régionale en Afrique. 2020. À :
https://www.integrate-africa.org/reports-data/download-the-reports/
Commission des Titres d’Ingénieur, Rapport de mission d’audit a l’ENSP (Yaoundé, Cameroun). À :
https://cetic.cm/wp-content/uploads/2017/08/RAPPORT-YAOUNDE-DEF-CTI.pdf
Commission européenne, Erasmus+ pour l'enseignement supérieur au Cameroun. À :
https://ec.europa.eu/assets/eac/erasmus-plus/factsheets/africa/cameroon_erasmusplus_2019_en.pdf
HAQAA (2019), Analyse du rapport d’auto-évaluation du Cameroun. Rédigé par : Dr Josep Manel Torres
Sola et Dr Abdel Karim Koumare. Non publié.
JICA, Rapport d’analyse du secteur de l’éducation de base Cameroun, 09/2012.
À :https://openjicareport.jica.go.jp/pdf/12083150.pdf
REAMOOC. À: http://reamooc.org/
PNUD (2019), Indice de développement humain au Cameroun. À :
http://hdr.undp.org/sites/all/themes/hdr_theme/country-notes/CMR.pdf

46
Groupe de la Banque mondiale (2014), Banque Mondiale, Cahiers Économiques du Cameroun –
Réexaminer les sources de la croissance. La qualité de l’éducation de base. Janvier 2014, Numéro 7. À :
http://documents.banquemondiale.org/curated/fr/947461468011438155/pdf/881860WP0P127600Box3
85205B00PUBLIC0.pdf
Groupe de la Banque mondiale (2016), Mémorandum économique du Cameroun : marchés,
administration publique et croissance.
http://documents.worldbank.org/curated/en/981281491336365033/Cameroon-economic-
memorandum-markets-public-administration-and-growth
Groupe de la Banque mondiale (2018), Projet d'appui à la réforme de l'éducation - Document
d'évaluation du projet. À :
http://documents1.worldbank.org/curated/en/991921525399281987/pdf/CAMEROON-PAD-
03232018.pdf
Groupe de la Banque mondiale (2019), Projet de développement de l'enseignement secondaire et des
compétences - Document d'information sur le projet. À :
https://documents.worldbank.org/en/publication/documents-
reports/documentdetail/985741559276623707/concept-project-information-document-pid-secondary-
education-and-skills-development-project-p170561
Groupe de la Banque mondiale (2020), Projet de développement de l'enseignement secondaire et des
compétences - Document d'évaluation du projet. À :
http://documents1.worldbank.org/curated/en/913591595210515945/pdf/Cameroon-Secondary-
Education-and-Skills-Development-Project.pdf

47
14. Annexes
Annexe 1: MINEFOP
Formation professionnelle (MINEFOP) - rôles et fonctions

Deux structures opérationnelles sont spécifiquement impliquées dans le domaine de la formation professionnelle :
• L'Inspection générale de la formation (IGF)
• La Direction de la formation et de l'orientation professionnelle.

a) L'Inspection générale de la formation (IGF) est chargée :

- de la définition des grandes orientations pédagogiques et andragogiques de la formation professionnelle ;


- de la recherche et la production de matériel et de ressources pédagogiques dans le domaine de l'ingénierie de la formation professionnelle pour l'emploi,
en liaison avec le Centre national d'éducation (CNE) ;
- de la standardisation du système et des mécanismes de formation professionnelle pour l'emploi, leur classification et leur réhabilitation ;
- du développement de la qualité, de l'efficience et de l'efficacité des méthodes de formation professionnelle ; le contrôle de l'application des normes de
formation ;
- de la mise en œuvre de critères de référence pour la formation professionnelle ;
- de l'adaptation continue des technologies de formation aux meilleures pratiques ;
- de la participation à la coopération avec des partenaires institutionnels et techniques ainsi qu'avec des entreprises ;
- de l'implication et la consultation des commissions professionnelles locales, régionales, sectorielles et nationales ;
- de la définition, la consolidation et les études des secteurs de formation professionnelle ;
- de la production de matériel d'accompagnement pédagogique et andragogique ;
- de l'élaboration et la diffusion de la cartographie de la formation professionnelle ;
- du développement de l'enseignement à distance ;
- de la validation des propositions de sujets d'examen nationaux et spécifiques, en liaison avec le secteur professionnel concerné ; et
- de l'évaluation de la formation dans les structures de formation professionnelle spécialisées, en collaboration avec les administrations et agences
compétentes.

48
Dans son organisation, l'IGF comprend, en plus de l'inspecteur général de la formation, quatre inspecteurs de formation, chacun assisté par un attaché
pédagogique. Plusieurs membres du personnel sont impliqués dans la mise en œuvre des actions de l'IGF.

b) La Direction de la formation et de l'orientation professionnelle (DFOP) se compose des entités suivantes :


- la sous-direction de la gestion des structures de formation ;
- la sous-direction des examens, des concours et de la certification ; et
- la sous-direction de l'orientation professionnelle.
Et est chargé :
- de l'élaboration et la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de formation professionnelle, d'apprentissage et de formation en
alternance ;
- de la détermination des besoins de formation et la dotation en personnel des structures publiques de formation professionnelle ;
- de la définition des programmes de formation professionnelle ;
- de la préparation de la mobilité du personnel administratif et des formateurs des structures publiques de formation professionnelle ;
- du recyclage et le dépistage des personnes handicapées en vue de leur requalification et de leur formation continue ;
- de la prospection et l'octroi de bourses et de stages dans le domaine de la formation professionnelle ;
- des statistiques sur les structures, le personnel, les offres de formation et les apprenants des structures privées de formation professionnelle ;
- de la création, l'ouverture, la fermeture, l'octroi ou le retrait des accréditations accordées aux structures privées de formation professionnelle, en liaison
avec les administrations compétentes ;
- de l'information du public sur les structures publiques et privées de formation professionnelle, en liaison avec l'ONEFOP ;
- des subventions aux structures privées de formation professionnelle et le contrôle de leur utilisation, conformément aux dispositions légales en vigueur
;
- de la régulation de l'offre de formation professionnelle par rapport à la demande ;
- du contrôle administratif des activités des structures de formation professionnelle publiques et privées ;
- de la conception d'indicateurs, de normes et de procédures dans le domaine de la formation professionnelle ;
- du contrôle de l'application des réglementations relatives aux examens psychotechniques et à l'orientation professionnelle ;
- de la supervision des concours et des examens organisés par les organismes de formation professionnelle publics et privés ;
- de l'organisation des examens de fin de formation ;
- de l'organisation de sessions de validation des acquis de l'expérience
- du suivi des structures spécialisées de formation professionnelle, en collaboration avec les administrations et agences compétentes.

Plusieurs services et bureaux contribuent à la mise en œuvre des actions programmées par le DFOP.

49
Annexe 2 : MINESEC

Inspection Générale des Enseignements

Article 7.- (1) Placée sous l’autorité d’un Inspecteur Général des Enseignements, l’Inspection Générale des Enseignements est chargée :

- de la définition des programmes de recherche ;


- de la coordination, de la supervision, du suivi et de l’évaluation des activités dévolues aux Inspections de Pédagogie ;
- du suivi des activités des structures chargées des examens et des concours ;
- de la confection et de la diffusion des annales des épreuves suscitées ;
- du contrôle et de l’évaluation du système éducatif camerounais ;
- de l’adaptation permanente de la pédagogie à l’évolution de la science ;
- de l’application de la politique gouvernementale en matière de manuels scolaires et autres outils didactiques ;
- des relations avec les institutions et organismes partenaires en matière de recherche et de programme de formation, en liaison avec la structure
en charge de la coopération ;
- de la définition des programmes de formation continue et de l’enseignement à distance des enseignants ;
- de l’élaboration du rapport annuel d’évaluation des activités pédagogiques ;
- du suivi et de l’évaluation des activités pédagogiques des Conseillers d’Orientation ;
- du suivi et de l’évaluation des activités relatives à la vie scolaire.

L’Inspection Générale des Enseignements comprend :

- neuf (09) Inspections de Pédagogie ;


- une (01) Cellule d’Appui à l’Action Pédagogique.

INSPECTIONS DE PÉDAGOGIE

Placées sous l’autorité des Inspecteurs Coordonnateurs Généraux, les Inspections de Pédagogie sont chargées :

- de la supervision et de la coordination de l’activité des Inspecteurs Pédagogiques Nationaux :

50
- de la définition et de l’élaboration des programmes ainsi que les méthodes d’enseignement des différentes disciplines ;
- du suivi, du contrôle et de l’évaluation permanente des programmes, des enseignants, des manuels et matériels didactiques ;
- des enquêtes d’ordre pédagogique auprès des délégations régionales ;
- de la mise en œuvre des programmes de recherche pédagogique en liaison avec la Cellule d’Appui à l’Action Pédagogique ;
- de la mise en œuvre de la recherche et de l’innovation pédagogique associée à l’expérimentation ;
- du suivi et de l’évaluation de la Formation à Distance des enseignants ;
- du suivi, de l’encadrement et de l’évaluation des élèves-professeurs et élèves-maîtres des écoles normales ;
- du suivi de la formation continue des enseignants, en liaison avec la Direction des Ressources Humaines ;
- de l’élaboration des fiches pédagogiques;
- de l’élaboration du rapport semestriel d’évaluation des activités d’éducation ;
- de la mise en forme et du contrôle des sujets des examens et des concours en liaison avec les Inspections Pédagogiques Régionales ;
- de l’élaboration des corrigés des sujets des examens et concours ;
- de l’émission des avis techniques sur la formation initiale des enseignants et des cadres de supervision pédagogique ;
- de l’émission des avis techniques sur les propositions des listes des correcteurs, chargés de mission et présidents de jurys des examens officiels,
en liaison avec les organismes chargés de l’organisation des examens et des concours.

Elles sont réparties ainsi qu’il suit :

- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement et de la promotion du Bilinguisme : enseignement et promotion de l’anglais pour les
francophones et du français pour les anglophones ;
- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement des Sciences et Technologies du Tertiaire ;
- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement des Lettres, des Arts et des Langues : français 1ère langue, anglais 1ère langue, allemand,
arabe, espagnol, chinois, japonais, italien, portugais, etc., et des langues et cultures nationales ;
- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement des Techniques Industrielles ;
- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement des Sciences Humaines : philosophie, histoire, géographie, éducation à la citoyenneté et à la
Morale ;
- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement des Sciences : mathématiques, physiques, chimie, technologie, sciences de la vie et de la
terre, éducation à l’environnement, hygiène et biotechnologie ;
- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement normal ;

51
- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement de l’informatique (informatique, infographie, maintenance informatique) ;
- l’Inspection de Pédagogie chargée de l’Orientation et Vie Scolaires.

L’Inspection de Pédagogie chargée de l’Orientation et Vie Scolaire est chargée :

- du suivi et de l’évaluation des activités des Conseillers d’Orientation ;


- de la formation continue des Conseillers d’Orientation, en liaison avec la Direction des Ressources Humaines ;
- du suivi et de l’encadrement des Conseillers d’Orientation ;
- de l’élaboration des outils d’orientation des élèves ;
- de l’émission des avis techniques sur le choix des filières ;
- de l’information des parents et des élèves sur les filières et débouchés existants ;
- de la validation, du suivi et de l’évaluation des projets d’établissements ;
- du suivi et de l’évaluation des personnels de direction des établissements scolaires, en liaison avec l’Inspection Générale des Services ;
- de la validation et du suivi de l’application du règlement intérieur ;
- de la formation continue et de l’évaluation des personnels de documentation et de bibliothèques ;
- du suivi et de l’évaluation des centres de documentation et des bibliothèques ;
- du contrôle des normes relatives aux ateliers, laboratoires et autres salles spécialisées, en liaison avec les autres structures compétentes ;
- du suivi et de l’évaluation des établissements en matière d’hygiène, de salubrité et d’environnement ;
- de la formation des délégués d’élèves et membres des différents conseils de l’établissement ;
- du suivi et de l’évaluation des activités post et périscolaires;
- de la promotion des relations interdisciplinaires ;
- du suivi de l’accompagnement des élèves em difficulté scolaire ;
- du suivi, de l’encadrement et de l’évaluation des élèves-conseillers d’orientation.

Chaque Inspection de Pédagogie est animée par deux (02) ou trois (03) Inspecteurs Pédagogiques Nationaux par discipline ou groupe de disciplines.

Les Inspections de Pédagogie comprennent des Sections animées chacune par un (01) Inspecteur Pédagogique National Chef de Section. Deux exemples :

L’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement des Sciences et Technologies du Tertiaire comprend :

52
- la Section des Sciences et Techniques Economiques et de Gestion (Comptabilité et Finances, Sciences Economiques et Sociales, Assurances,
Mathématiques Financières, Droit, Législation) ;
- la Section de l’Action et Communication Administratives et Commerciales (métiers de Secrétariat et de Bureautique, Communication et Gestion
Administratives, Action et Communication Commerciales, Economie Sociale et Familiale, Hôtellerie et Tourisme).

L’Inspection de Pédagogie chargée de l’Enseignement des Techniques Industrielles comprend :

- la Section du Génie Electrique, de Chimie Industrielle et des Sciences Biomédicales ;


- la Section du Génie Mécanique ;
- la Section du Génie Civil, du Génie du Bois et des Techniques Agricoles ;
- la Section des Arts et des Modes.

DE LA CELLULE D’APPUI À L’ACTION PÉDAGOGIQUE

Placée sous l’autorité d’un Chef de Cellule, la Cellule d’Appui à l’Action Pédagogique est chargée :

- de l’accompagnement des activités de recherche pédagogique ;


- de l’appui à la formation continue des personnels ;
- de la gestion des infrastructures et des équipements pédagogiques à usage transversal ;
- de l’organisation de la validation des ressources pédagogiques ;
- du développement des ressources numériques en collaboration avec les Inspections de Pédagogie et la Cellule Informatique ;
- de la promotion et de la diffusion des résultats de recherche ;
- de la production et de la diffusion des annales des épreuves.

53

Vous aimerez peut-être aussi