Vous êtes sur la page 1sur 39

COURS DE MICROECONOMIE 2

Dr KOUAKOU Omer
CHAPITRE I

LA THEORIE DE L’ARBITRAGE CONSOMMATION-LOISIR

Dans la théorie traditionnelle du consommateur, le revenu du consommateur est supposé


exogène. Tout se passait comme si ce dernier recevait de l‟argent d‟une source extérieure
autre que son propre travail. Une telle hypothèse a permis de comprendre pas mal de réalités
économiques : loi de la demande, part des dépenses de consommation dans le revenu, etc.
Mais, on peut lever l‟hypothèse d‟exogénéité du revenu du consommateur pour intégrer dans
la théorie du consommateur un revenu endogène, c‟est-à-dire un revenu qui provient d‟un
travail rémunéré du consommateur lui-même. Dans ce cas, le consommateur n‟arbitre plus
seulement entre la consommation de divers biens, mais aussi et surtout, il arbitre entre
consommer des biens (grâce au travail source de revenu) et consommer du temps (malgré le
travail qui prend le temps disponible). Ainsi, la théorie du consommateur en cas de revenu
endogène devient une théorie de l‟allocation du temps du consommateur-travailleur. Cette
théorie microéconomique permet d‟expliquer les principales propriétés de l‟offre du travail et
d‟analyser certaines questions de politiques économiques ou sociales d'actualité.

I) Modèle de base

1) Préférences, fonction d’utilité et courbes d’indifférence

Les préférences sont déterminées par une fonction d‟utilité où est le niveau de
consommation et le temps disponible. Le temps travaillé est alors où est le
temps total disponible. est croissante en chacun de ses arguments.

On définit une courbe d‟indifférence par l‟ensemble des tels que . On a


les propriétés suivantes :

 chaque courbe d‟indifférence correspond à un niveau d‟utilité . Plus la courbe est


éloignée de l‟origine, plus le niveau d‟utilité est élevé.

 Les courbes d‟indifférence ne se croisent pas, sinon des combinaisons identiques


conduiraient à des utilités différentes.

 Les courbes d‟indifférence sont décroissantes dans le plan parce que la fonction
d‟utilité est croissante. La pente de la courbe d‟indifférence en un point donné définit
le TMS entre consommation et loisir.

 On suppose que les individus sont moins disposés à sacrifier du temps libre lorsqu‟ils
consomment déjà beaucoup (et vice versa). Cela signifie que le TMS entre
consommation et loisir décroit avec le niveau de loisir : cela est lié à la quasi
concavité de la fonction d‟utilité.

2) Contrainte de budget temporelle


Le temps total disponible peut être consacré au travail salarié ou aux loisirs (peu importe
l'unité de temps : la journée, la semaine, le mois, l'année ou le cycle de vie) :

C‟est la contrainte de temps.

Le consommateur-travailleur ne consomme pas au-delà de son revenu total égal à la somme


de son revenu salarial et de son revenu non salarial :

Cette relation traduit la contrainte de budget du consommateur-travailleur : on parle aussi de


contrainte de revenu de plein temps. Ce revenu de plein temps (revenu salarial maximum
obtenu) est dépensé en biens de consommation ou sous forme de loisirs ou d'activités autres
que le travail salarié. Réécrivons la contrainte de budget après avoir intégré (1) dans (2) :
, ce qui donne :

 La pente de la droite de budget mesure le coût d'opportunité du loisir ou des autres


activités en termes de biens de consommation ou de revenu : En renonçant à une
heure de loisirs, le consommateur-travailleur obtient en contrepartie des biens de
consommation pour une valeur de ⁄ . En renonçant à une heure de travail le
consommateur-travailleur peut obtenir x unités de loisirs.

II) Choix optimal du consommateur-travailleur

Le programme du consommateur-travailleur s‟écrit :

{ }

Solution du programme

On privilégie dans un premier temps les solutions intérieures :

 Soit , le multiplicateur de Lagrange associé à la contrainte budgétaire, on a :


Conditions de premier ordre :

 La saturation de la contrainte budgétaire :

avec

 On en déduit les relations d‟équilibre suivantes :

Commentaire :

 A l‟optimum, le taux marginal de substitution entre loisir et consommation (rapport


des utilités marginales) est égal au taux de salaire réel.

 Ce taux de salaire réel mesure le coût d'opportunité du loisir en termes de revenu


perdu. C'est le prix relatif du loisir, mais aussi le taux marginal de substitution à
l'échange.

 Le rendement de 1 franc consacré aux loisirs doit être juste égal au rendement du
même franc consacré aux biens de consommation.

Nous avons vu que la solution respecte la condition de premier ordre:

De plus, pour que cette solution soit intérieure, il faut que le niveau optimal de loisir
soit compris entre et . Pour que cela soit possible, il suffit que :

( )
Vu que la convexité des courbes d‟indifférence implique la décroissance du taux marginal de
substitution : ⁄ .

En ce point A (solution intérieure), on définit le salaire minimum exigé par le consommateur-


travailleur ou salaire de réserve :

Ce salaire de réserve correspond au taux marginal de substitution dans les préférences : le salaire
réel minimum exigé par le consommateur-travailleur pour renoncer à une heure de loisir et
obtenir x unités de biens de consommation, tout en maintenant constante sa satisfaction au
niveau correspondant à la dotation initiale. Si ce salaire minimum exigé est inférieur à celui
offert, il accepte de travailler. Si, en revanche, il est supérieur au salaire offert, il renonce à
prendre un travail salarié. C‟est la condition de participation au marché du travail.

La demande marshallienne de loisir s‟écrit

L‟offre marshallienne (ou « non compensée ») du travail est

Proposition :

 La quantité optimale de temps de travail que le consommateur-travailleur offre sur le


marché est obtenue quand le salaire minimum exigé pour travailler est juste égal au
taux de salaire offert à l'échange.

 A l'équilibre, le consommateur-travailleur maximise sa satisfaction au point


qui égalise le taux marginal de substitution à l'échange (ou taux de salaire réel du
marché) au taux marginal de substitution dans les préférences (où salaire minimum
exigé, à satisfaction constante, pour sacrifier une heure de loisirs).

III) Statique comparative

1) L'effet revenu

L‟effet revenu étudie l'effet d'une hausse du revenu non salarial. La dotation initiale en
revenu non salarial augmente. : une variation de n‟affecte que . Si est
croissante en , le loisir est un bien normal. Si est décroissante en , le loisir est un bien
inférieur.

Mais en général, la consommation comme le loisir augmentent. Il est raisonnable de penser


que la consommation comme le loisir sont des biens normaux. Une hausse du revenu non
salarial entraîne une consommation accrue de biens et de loisir. Une hausse de loisir signifie
une réduction du temps de travail.
2) L'effet prix

Une hausse du taux de salaire réel modifie le coût d'opportunité du loisir. Prendre une heure
de loisir supplémentaire revient à se priver d'un revenu plus élevé. La droite de budget
pivote autour du point initial avec une pente de plus en plus forte. Le lieu des points pour
lesquels le consommateur-travailleur maximise sa satisfaction - le sentier d'expansion des
prix- a une forme coudée. A bas taux de salaire, une hausse du salaire réel diminue la
demande de loisir, et donc accroît l'offre de travail. En revanche, à des taux de salaire plus
élevés, la demande de loisir peut s'accroître et l'offre de travail diminuer. Cette situation
surprenante est la conséquence des effets substitutions et revenus de la hausse du coût
d'opportunité du loisir.

En tenant compte du fait que , on a :

Avec

: effet de substitution ( à revenu compensé

: effet de revenu (effet ambivalent d‟une hausse de salaire)

Décomposons l'effet prix en un effet substitution et un effet revenu réel. Quelle serait la
quantité de loisir demandée (ou de travail offerte) lorsque le salaire s'élève et que l'on
maintient la satisfaction au niveau précédent ? Une hausse du taux de salaire diminue la
quantité demandée de loisirs ou augmente la quantité de travail offerte : c'est l'effet
substitution. La force de cet effet est donnée par la courbure des courbes d'indifférence. La
hausse du taux de salaire a pour effet que le consommateur-travailleur est plus riche en
termes de biens de consommation. Cet effet revenu réel tend à accroître la demande de biens
de consommation mais aussi de loisirs, si les loisirs et la consommation sont des biens
normaux. Le point d'équilibre final peut être tel que l'effet revenu réel contrecarre l'effet
substitution.

Lorsque l'on regarde l'impact sur les biens de consommation puisque l'on est plus riche en termes de
biens de consommation, l'effet revenu s'ajoute à l'effet substitution. En revanche on n'est pas plus riche
en termes de loisirs. La hausse du taux de salaire joue comme un effet croisé sur la demande de loisirs:
l'effet revenu compense l'effet de substitution.

Si la force de l'effet revenu réel excède celle de l'effet substitution à une hausse du taux de
salaire peut correspondre une augmentation des quantités demandées de loisirs ou une baisse
des heures de travail offertes sur le marché. D'où la forme coudée de la courbe d'offre de
travail que l'on peut observer.

L'effet substitution est plus fort que l'effet revenu réel à bas taux de salaire et est moins fort
à des taux de salaire plus élevé pour la raison simple suivante : plus l'individu travaille et
plus le salaire est élevé, plus la part de son revenu salarial dans son revenu total s'élève. Or
l'effet revenu, dans l'équation de Slutsky, est toujours pondéré par le coefficient budgétaire
du bien considéré, dans le cas présent le loisir ou le travail.

NB: L'effet revenu et l'effet substitution d'une hausse du taux de salaire vont en sens opposés. L'effet
substitution domine l'effet revenu à bas taux de salaire et l'effet revenu peut dominer l'effet substitution
à taux de salaire plus élevé. La courbe d'offre individuelle de travail est de forme coudée.

3) L'effet de participation
Une modification du revenu non salarial ou une hausse du taux de salaire ont un dernier effet
qui, lui, n'est pas ambigu. Plus le salaire réel sur le marché augmente, plus il y a de chances
qu'il excède le salaire minimum exigé pour rentrer sur le marché. Tous ceux qui estimaient
qu'au précédent salaire cela ne valait pas la peine de sacrifier son loisir ou ses autres activités
entrent plus ou moins massivement sur le marché. Les taux de participation à la force de
travail s'élèvent lorsque le taux de salaire réel croît.

La hausse du revenu non salarial (mais aussi du temps total disponible) ne laisse pas
inchangé, non plus, le comportement des individus qui sont hors du marché. Le salaire
minimum qu'ils vont exiger pour renoncer à une heure de loisir ou à d'autres activités sera
plus élevé. Il n'est pas très difficile de montrer que le salaire minimum exigé dépend entre
autres choses du revenu non salarial. Vous avez la possibilité de consommer davantage de
biens avec un revenu non salarial plus élevé sans pour autant sacrifier vos loisirs ; si le coût
d'opportunité dans les préférences est décroissant, cela signifie que vous serez moins prêt à
sacrifier vos loisirs en contrepartie de biens dont vous êtes déjà largement doté. Vous
exigerez donc un salaire plus élevé pour sacrifier une heure de loisir. On applique ici le
principe de rationalité développé dans le chapitre précédent.

Le revenu compensé

Le revenu compensé se définit par :

Références bibliographiques

Etienne WASMER, « Principes de microéconomie », Pearson Education, 2010


CHAPITRE II

THEORIE DES CHOIX INTERTEMPORELS DU CONSOMMATEUR

Dans ce chapitre, nous levons l‟hypothèse que les choix du consommateur sont faits dans le
cadre d‟une seule période. En effet, maints choix sont faits en tenant d‟au moins deux
périodes. On dit que ces choix ont une dimension intertemporelle. Cela signifie qu‟une
décision prise aujourd‟hui a des conséquences dans le futur. Exemple : décisions d‟épargne,
d‟investissement, de retraite, d‟éducation, familiales (décisions matrimoniales). La théorie des
choix intertemporels analyse ce type de décision du point de vue de la rationalité
économique. L‟initiateur de cette théorie est l‟économiste américain Irving Fisher (1907). En
requalifiant "d'impatience" la préférence pour le temps, se référent ainsi au taux d'intérêt
comme un arbitrage entre l'impatience à dépenser le revenu et l'opportunité d'investir,
Fisher détermine le profil de consommation optimale via la préférence pour le présent et le
taux de rentabilité de l‟investissement. Il montre, dans un contexte de marché parfait des
capitaux, que les décisions de consommation dépendent seulement de la valeur présente du
revenu anticipé nette de l'impôt : d‟où le principe de séparation des décisions
d‟investissement et de consommation.

I) Les préférences intertemporelles

1) Préférences et courbes d’indifférence intertemporelle

On considère un individu rationnel qui doit choisir entre consommer aujourd‟hui ou


consommer demain. Les prix relatifs entre la consommation présente et la consommation
future sont déterminés par le taux d‟intérêt.

Soit un certain pourcentage qui rend l‟individu rationnel indifférent entre consommer
aujourd‟hui et consommer demain. Cette consommation présente et
consommation future qui rendent indifférent l‟individu peuvent être représentées par
une courbe d‟indifférence :

Figure 1 : Courbe d‟indifférence intertemporelle


Comment peut-on interpréter ?
 Plus est élevé, plus l‟individu est impatient. En termes économiques, est le
prix implicite (ou psychologique) du présent. Plus est élevé, plus le présent a de valeur
pour lui.
 peut être interprété comme le taux d’impatience : il varie selon les individus et les
contextes.
 Si , l‟individu est infiniment patient ;
 Si , l‟individu est infiniment impatient : c‟est l‟exemple de quelqu‟un qui meurt
de faim et à qui on propose un choix entre consommer de la nourriture aujourd‟hui ou
consommer demain.
 n‟est pas un invariant psychologique (caractéristique intrinsèque de l‟individu), il
dépend au contraire du niveau de consommation et de revenu de l‟individu.
 En réalité, peut aussi s‟interpréter comme le taux marginal de substitution entre
la consommation présente et la consommation future ou TMS intertemporel. C‟est la
quantité de consommation future que l‟individu est prêt à sacrifier pour augmenter sa
consommation présente.

2) Préférences et fonction d’utilité intertemporelle

Les préférences de l‟individu peuvent être aussi exprimées sous la forme d‟une fonction
d‟utilité : utilité intertemporelle :

Cette fonction d‟utilité intertemporelle doit refléter le fait que toutes les périodes ne sont pas
équivalentes pour l‟individu. On fait l‟hypothèse générale que les gens sont impatients ; de ce
fait la consommation, future devrait avoir une valeur plus faible pour eux : on dit qu’ils
escomptent le futur. Formellement, on a :

 Le paramètre est le taux d’escompte psychologique : il reflète le poids


psychologique plus faible du futur par rapport au présent.
 La fonction est l’utilité instantanée de la consommation (on parle aussi de félicité)
dont on a fait l‟hypothèse qu‟elle était la même au cours de chaque période.

II) La contrainte de budget intertemporelle

L‟individu ne peut choisir le panier qu‟il souhaite. Il est limité par ses ressources
présentes et futures .

 L‟individu ne peut pas dépenser plus qu‟il ne gagnera au total dans sa vie.
 Par contre, dans la période présente, il peut choisir de consommer plus que son
revenu (dans ce cas, il doit emprunter la différence ). Ou bien, il peut aussi
consommer moins que son revenu (ici, il doit épargner .
 On suppose alors implicitement l‟existence de marchés financiers sur lequel on
emprunte et épargne.
 De plus, on fait l‟hypothèse de marchés financiers parfaits : ce qui implique que le
taux auquel l‟agent place son argent = le taux auquel il emprunte de l‟argent, soit .

La contrainte budgétaire intertemporelle s‟écrit donc :

Interprétation de cette formule :

 Si L‟individu épargne en première période. Par conséquent, la


consommation future est égale au revenu futur plus la quantité épargnée
augmentée du taux d‟intérêt payé par la banque ;
 Si : L‟individu emprunte en première période. Par conséquent, il doit
diminuer sa consommation future du montant de son emprunt et il doit
aussi retrancher les intérêts qu‟il paie à la banque.

A partir de cette expression de la contrainte budgétaire intertemporelle, il vient :

[ ]

Interprétation de la pente de la contrainte de budget

La pente de la contrainte de budget = : cette pente s‟interprète comme le prix de la


consommation présente par rapport à la consommation future.

Figure 2 :
Autre formulation de la contrainte de budget intertemporelle

La contrainte de budget intertemporelle peut se réécrire :

Cette expression conduit à introduire les notions de valeur actualisée des revenus et de
valeur future des revenus :

 Valeur actualisée des revenus : quand , on a ; l‟individu consomme


en première période la valeur actualisée (VA) de tous ses revenus. Il doit donc
emprunter aujourd‟hui . Dans le futur, il remboursera :

est le prix relatif du futur : c‟est ce qu‟il faut placer aujourd‟hui pour obtenir 1
fcfa dans le futur.

 Valeur future des revenus : quand , on a ; l‟individu


consomme toute sa richesse dans le futur. Cette quantité est la valeur future des
revenus (VF).
estle prix relatif du présent : prix relatif de la consommation présente par
rapport à la consommation future.

III) Le choix intertemporel optimal

1) Détermination graphique du choix intertemporel optimal


On combine les courbes d‟indifférences intertemporelles de l‟individu avec sa contrainte
budgétaire intertemporelle. Il consommera au point où la courbe d‟indifférence la plus élevée
possible est tangente à la droite de budget. A ce point, pente de la courbe d‟indifférence
intertemporelle = pente de la contrainte budgétraireintertemporelle. Formellement, on a :

Interprétation :

 Au choix optimal de l‟individu rationnel, le prix psychologique du futur doit être


égal au prix réel du futur où est fixé par le marché.
Figure 3 : Choix optimal : cas d‟un emprunteur

Figure 4 : Choix optimal : cas d‟un épargnant


2) Statique comparative

Impact d’une baisse du taux d’intérêt pour un emprunteur

Figure 5 : impact d‟une baisse de i : cas d‟un emprunteur

Impact d’une hausse du taux d’intérêt pour un épargnant

Figure 6 : impact d‟une hausse de i : cas d‟un épargnant


3) Détermination du choix intertemporel optimal

On résout le programme de maximisation de la fonction d‟utilité intertemporelle sous la


contrainte de budget intertemporelle :

La condition de premier ordre donne :

Interprétation de la condition de premier ordre :

Le ratio des utilités marginales pour la consommation de chaque période, soit le taux
marginal de substitution intertemporelle, est égale au prix relatif de la consommation
présente.

Relation entre

On sait, à partir de la détermination graphique du choix optimal, que :

Or,

Donc :

Ce lien permet de retrouver des implications intuitives :

 Quand , c‟est-à-dire quand l‟individu attache de moins en moins de poids au


futur, le taux d‟impatience tend vers , à consommations et inchangées.
 Quand devient de plus en plus grand, c‟est-à-dire quand l‟individu attache de plus
en plus de poids au futur, le taux d‟impatience baisse davantage, à consommations
et inchangées.
 La différence essentielle entre et est que le premier est un invariant
psychologique qui ne dépend pas du niveau de consommation de l‟individu alors que
le second varie le long d‟une courbe d‟indifférence.

Exercice d’application 1 : On considère une utilité linéaire , où est une


constante. Montrez que le taux d‟impatience de l‟individu est constant.

Réponse : On a : , il vient alors :

Exercice d’application 2 :Montrez pourquoi l‟individu a un TMS qui varie avec la


consommation dans le cas général où :

Réponse : si par exemple la consommation en période 1 était faible, son utilité marginale
serait alors très élevée, et ceteris paribus, il serait très impatient de consommer. Le
taux d‟impatience reflète donc deux facteurs :

 D‟une part, la rareté relative de la consommation en première période


 D‟autre part, le taux psychologique de préférence pour le présent

En macroéconomie, on parle alors du désir de lissage de la consommation ou consumption


smoothing : une conséquence de la courbure concave de la fonction d‟utilité ou de la convexité
de ses courbes d‟indifférence.

IV) Cohérence et Incohérence intertemporelle des choix

1) Cohérence intertemporelle
On parle de cohérence intertemporellede choix lorsque l‟individu ne se déjuge pas par
rapport à ses décisions passées sur le choix de la séquence de consommation optimale. Dit
autrement, si l‟agent choisitaujourd‟hui la séquence optimale , quand il consomme
aujourd‟hui , il ne revient pas sur sa décision de consommer demain . Plus généralement,
un individu décide aujourd‟hui ce qu‟il fera aujourd‟hui, demain et après-midi. Quand demain
arrivera, le choix qu‟il a fait hier pour demain sera toujours optimal : il n‟aura pas changé
d‟avis.
Les économistes incorporent cette notion de cohérence intertemporellede choix dans
l‟expression de la fonction d‟utilité généralisée à plusieurs périodes. L‟économiste Paul
Samuelson utilise l‟expression :

, par conséquent , ,…deviennent de plus en plus petits. Ainsi, plus une période est
loin dans le futur, moins on lui attribue une valeur importante.

Exercice d’application 3 : est le taux d’escompte psychologique : il reflète le poids


psychologique plus faible du futur par rapport au présent. Soit par an ;

1) Que vaut ce taux d‟escompte psychologique dans 5 ans ? Dans 20 ans ? Dans un
siècle ?
2) Combien faudrait-il dans cent ans pour renoncer à 100 000 fcfa tout de suite ?

Réponse :
1) après 5 ans, on a : ; après 20 ans : ; après cent ans :
.
2) On calcule la valeur future

Supposons que les fonctions sont linéaires, ; dans ce cas, on a :

Montrons qu‟une telle spécification de la fonction d‟utilité intertemporelle est compatible


avec la cohérence intertemporelle. Il suffit de montrer que la valeur relative d‟une période à
l‟autre est invariante dans le temps.

 Aujourd‟hui, à la date 1, le TMS entre les périodes 3 et 2 est de =


 Demain, à la date 2, le TMS entre ces deux périodes sera encore de
 Ainsi, le passage d‟une période à une autre fait décroître de façon régulière et
harmonieuse le poids attribué à la consommation future : les préférences sont alors dites
exponentielles.

3) Incohérence intertemporelle
Les choix intertemporels peuvent être incohérents à travers le temps : les individus peuvent
ne pas respecter les choix qu‟ils ont faits à un certain moment ou revenir parfois sur leurs
décisions. Ce phénomène de procrastination est l‟une des formes de l‟incohérence
intertemporelle. Pour formaliser l‟incohérence intertemporelle, on survalorise le présent par
rapport à la formulation exponentielle de Samuelson. Les préférences dites hyperboliques en sont
une représentation plus appropriée : ici, le poids du présent n‟est plus 1 mais un paramètre
:

: taux de procrastination

 S‟il est évalué à la période 1, le TMS entre la période 2 et la période 3 est de –


 Mais lorsqu‟on arrive à la période 2, l‟individu a une fonction d‟utilité intertemporelle
qui s‟écrit :

Le TMS entre la période 2 et la période 3, évalué à la période 2, est : l‟agent est


donc moins patient vis-à-vis du futur qu‟il ne l‟aurait été en période 1. En un mot, il
préfère plus aujourd‟hui par rapport à demain, que demain par rapport à après-
demain.
 Ces préférences hyperboliques impliquent donc que l‟individu souhaite sans cesse
remettre les efforts à une date ultérieure.

4) Résoudre le problème d’incohérence intertemporelle

Résoudre le problème d’incohérence temporelle pouvant affecter ses placements bancaires : Lorsqu‟un
individu place son argent dans une banque, il se fait en général un plan optimal quant à la
façon d‟utiliser dans le temps cet argent. Mais une incohérence temporelle peut survenir
lorsque pour faire face à un achat impulsif, l‟épargnant succombe à l‟envie de tout retirer.
Une solution : l‟épargne à terme qui est un placement qui, s‟il était retiré avant l‟échéance
prévue, mène à des pénalités ou à une taxation plus grande des intérêts.

Résoudre le problème d’incohérence temporelle pouvant affecter le choix de politique économique :

Pendant longtemps, les gouvernements ont été les responsables à la fois de la politique
fiscale et de la politique monétaire. Supposons qu‟un gouvernement promet comme politique
optimale pour aujourd‟hui et demain de réduire l‟inflation. Toutefois, à la veille d‟une
élection, une incohérence temporelle peut prendre place. En effet, à la veille d‟une élection, il
devient tentant, pour se faire réélire, de créer de l‟inflation par création monétaire en vue de
former une croissance temporaire artificielle. Avec l‟intention de ne faire face à l‟inflation
qu‟après l‟élection. Solution : les gouvernements se sont liés les mains en e retirant de la
gestion de la politique monétaire, désormais confiée à une banque centrale indépendante. Les
objectifs de la BC sont généralement principalement la lutte contre l‟inflation (voir théorie
de Kydland et Prescott, 1977 qui ont obtenu le Nobel d‟économie en 2004).
SUPPLEMENT : comment escompter le bien-être des générations futures ?

L‟économiste Christian Gollier définit le taux d‟escompte d‟un investissement initial de 1


euro qui rapporte euros à la date t, comme la valeur de pour laquelle cet
investissement n‟affecte pas la valeur actualisée du bien-être social.

Il montre que dépend de l‟horizon temporel considéré, du taux d‟escompte psychologique


des agents, de la courbure de leur fonction d‟utilité et des aléas affectant les conséquences de
la décision d‟investissement

Références bibliographiques

Etienne WASMER, « Principes de microéconomie », Pearson Education, 2010

Christian GOLLIER, « What is the socially efficient level of the long term discount rate ? »,
Mimeo UniversitédeToulouse, janvier 2009.
CHAPITRE III

THEORIE DES CHOIX EN INCERTAIN

I) Du concept de gain espéré au concept d’utilité espérée

1) Le paradoxe de Saint-petersbourg

Pour comparer différentes alternatives dotées de probabilités différentes, le critère de choix


auquel l‟on pense en premier lieu est l‟espérance de gain de chaque alternative. L‟alternative
choisie sera celle qui procure le maximum de gain espéré. Ce critère a le mérite d‟être simple
mais on peut s‟interroger sur le fait de savoir s‟il prend suffisamment en compte les éléments
essentiels en matière de choix en situation de risque. Car on peut bien imaginer que certains
individus pourraient ne pas choisir l‟alternative ayant le maximum de gain mais celle
permettant d‟éviter tout risque de perte.

La limite du critère de l‟espérance gain a été mise en évidence dès le XVIIIème siècle par le
mathématicien Nicolas Bernoulli (1738) à travers le problème classique connu sous le nom
de « paradoxe de Saint-Petersbourg » : soit un jeu dans lequel un arbitre impartial joue à pile
ou face avec une pièce de monnaie. Le jeu s‟arrête lorsque « face » apparaît pour la première
fois. Le joueur reçoit une récompense de si « face » est obtenu pour la première fois au
nième lancer ( Le tableau suivant présente les résultats possibles du jeu avec
leurs probabilités d‟obtention :

Numéro du lancer pour lequel Gain Probabilité


« face » apparaît pour la 1ère
fois
1 1/2
2 1/4
3 1/8
4 1/16

N

L‟espérance mathématique du gain du jeu est :

( ) ( ) ( )

L‟espérance mathématique de gain est infinie. Cependant, peu d‟individus seraient disposés à
payer une somme élevée pour participer à ce jeu, car le risque d‟obtenir „face‟ dès les premiers
lancers de la pièce est loin d‟être négligeable, comme l‟indique la troisième colonne du
tableau. Ainsi, le critère de maximisation du gain espéré peut conduire, dans certaines
circonstances, à des décisions que le simple bon sens permet d‟écarter en prenant en compte
de façon réaliste la notion de risque. Dit autrement, un individu rationnel en situation
risquée ne raisonne pas d‟ordinaire en termes de maximisation de gain espéré. Il faut un
autre critère de décision.

2) Le concept d’utilité espérée comme solution au paradoxe de Saint-


Petersbourg
Daniel Bernoulli propose, pour résoudre le paradoxe de Saint-Petersbourg, le critère de
maximisation de l‟utilité espérée. Le concept d‟utilité permet de donner un poids différent à
des sommes d‟argent d‟un même montant selon le niveau de richesse auquel elles s‟ajoutent.
Il permet de prendre en compte la dimension risque du jeu. En effet, l‟individu relativise un
accroissement de sa richesse en fonction du niveau de celle-ci et eu égard à son attitude vis-
à-vis du risque. On aboutit alors à une solution plus raisonnable. Bernoulli utilise une
fonction d‟utilité logarithmique de la richesse de la forme :

: niveau de la richesse ; et : coefficients positifs. L‟utilité marginale de la richesse est ici


décroissante. De plus, à des accroissements de richesse proportionnels, cette fonction fait
correspondre des accroissements d‟utilité égaux.

Richesse Utilité de la richesse Accroissement


d’utilité

10 -

100

1000

10 000

Bernoulli montre alors qu‟un individu doté d‟une fonction d‟utilité (1) attribuera au jeu ci-
dessus une utilité de qui est aussi l‟utilité d‟un montant certain de
unitésmonétaires. Ainsi, si cet individu est rationnel, il ne devrait accepter de payer plus de
unités monétaires pour participer au jeu proposé. Montrons-le.

Avec la fonction (1), on obtient comme utilité espérée du jeu :

[ ] ∑ ( ) ∑

∑ ∑

On montre aisément que ∑ et que ∑ . Et donc, on a :

[ ]

D‟où

G. Cramer, contemporain de Bernoulli, arrive à une solution proche en utilisant une fonction
d‟utilité de la richesse de la forme : √ . L‟utilité marginale de la richesse est elle
aussi décroissante.

II) Le théorème de l’utilité espérée

1) Le théorème de l’utilité espérée

La notion d‟utilité espérée connue depuis le XVIIIème siècle a été pour la première fois
axiomatisée en 1947par un mathématicien, John Von Neumann et un économiste, Oskar
Morgenstern. Comme le revenu est incertain, les agents, plutôt que de maximiser l‟utilité
, vont maximiser l‟espérance subjective d‟utilité [ ] en fonction des situations
possibles (états de la nature ou événements aléatoires) et de leurs probabilités. S‟il y a
états de la nature indicés par i, on a :

[ ] ∑

En se fondant sur un certain nombre d‟axiomes de comportement de l‟individu en incertain


(axiomes de continuité, de complétude et d‟indépendance), Von Neumann et Morgenstern
(1947) définissent ce qui a été convenu d‟appeler la fonction d‟utilité Von Neumann-
Morgenstern (VNM) : une telle fonction d‟utilité respectant ces axiomes de comportement
est une fonction croissante de la richesse de l‟individu. Sa dérivée première est alors positive :
Ensuite, Von Neumann et Morgenstern élaborent le théorème de l‟utilité espérée : confronté
à un ensemble de lignes d‟actions aux résultats aléatoires ou de manière plus générale à un
ensemble de loteries, un individu rationnel choisit la loterie dont l‟utilité espérée est la plus
élevée.

Nb : Vous verrez ultérieurement, dans la poursuite de vos études, la définition rigoureuse de


ces axiomes de comportement, la démonstration du théorème de l‟utilité espérée, les
généralisations en matière de représentation des préférences, d‟évaluation des situations
risquées et de dominance stochastique.

2) L’attitude envers le risque de l’individu

Le critère de l‟utilité espérée apporte une réponse au problème du choix en incertain. Mais il
ne permet de choisir la meilleure loterie que si les caractéristiques de la fonction d‟utilité de
l‟individu sont parfaitement identifiées. En effet, les individus diffèrent dans leurs attitudes
vis-à-vis du risque. Pour le voir, supposons un individu qui a la possibilité d‟avoir soit un
revenu certain de soit un revenu incertain issu de deux situations
équiprobables : en situation favorable ou en situation
défavorable. On le voit, les deux scenarios procurent la même utilité espérée :
( ) ( ).L‟individu en question peut:

 Etre averse au risque (il est riscophobe) : il préfère un revenu donné certain à un
revenu incertain (risqué) ayant la même valeur espérée. La plupart des individus sont
averses au risque. Cela se traduit bien souvent par la souscription à une assurance-
vie, une assurance-santé, une assurance de voiture et préfèrent les emplois stables.

 Etre neutre au risque : il est indifférent entre un revenu certain et un revenu


incertain ayant la même valeur espérée.

 Avoir du goût pour le risque (il est riscophile) : il préfère un revenu incertain à un
revenu certain ayant la même valeur espérée.

Cette préférence peut même demeurer quand bien même la valeur espérée du revenu
incertain serait moins importante que celle du revenu certain.
(Trois graphiques)
Friedman et Savage (1948) mettent en évidence le lien existant entre le comportement de
l‟individu envers le risque et le signe de la dérivée seconde de la fonction d‟utilité. Ils
montrent que :

 l‟utilité marginale de l‟individu averse au risque est décroissante. C‟est dire que plus il
s‟enrichit, moins une unité monétaire supplémentaire lui procure un supplément
appréciable d‟utilité. La dérivée seconde de la fonction d‟utilité est négative, ce qui
traduit la concavité de cette fonction :

 l‟utilité marginale de l‟individu neutre au risque est constante. Plus il s‟enrichit, une
unité monétaire supplémentaire ne lui procure aucun supplément d‟utilité. La dérivée
seconde de la fonction d‟utilité est nulle, ce qui traduit la linéarité de cette fonction :

 l‟utilité marginale de l‟individu ayant du goût pour le risque est croissante. Plus il
s‟enrichit, plus une unité monétaire supplémentaire lui procure un supplément
appréciable d‟utilité. La dérivée seconde de la fonction d‟utilité est positive, ce qui
traduit la convexité de cette fonction :

3) Equivalent certain, prime de risque et attitude envers le risque

La notion d‟équivalent certain d‟un revenu incertain (aléatoire) est le revenu qui, obtenu avec
certitude, procure à un individu le même niveau d‟utilité que ce que lui procure le revenu
incertain. En le notant , on le détermine de la façon suivante :

[ ] ∑

La différence entre le revenu espéré [ ∑ ] et l‟équivalent-certain est la


prime de risque . Elle s‟interprète simplement comme la prime qu‟un individu accepte de
payer pour s‟assurer contre les fluctuations de son utilité. Inversement, on peut voir la prime
de risque comme ce que l‟on doit payer à l‟individu pour qu‟il accepte d‟avoir un revenu
incertain au lieu d‟un revenu certain. C‟est le montant monétaire maximal qu‟un individu
averse au risque paye pour éviter de prendre un risque.

Représentation graphique de la prime de risque.


Il est possible de caractériser l‟attitude envers le risque de l‟individu à partir de la notion
d‟équivalent certain…

L‟écart entre l‟utilité certaine et l‟utilité incertaine est une mesure indirecte de l‟aversion au
risque :

[ ]

Plus cet écart est grand, plus l‟individu est averse au risque. Cet écart correspond à la
désutilité du risque et dépend de la courbure de la fonction d‟utilité.

4) Aversion absolue, aversion relative envers le risque et prime de risque

Le signe de la dérivée seconde de la fonction d‟utilité de l‟individu permet de déterminer son


attitude envers le risque (aversion, goût ou neutralité pour le risque). Mais ce signe ne
permet pas de savoir le degré d‟aversion ou de goût pour le risque. Cela parce que la fonction
d‟utilité n‟est définie qu‟à une transformation linéaire positive près.

Notion d’aversion absolue envers le risque

Pour mesurer le degré d‟aversion pour le risque, Arrow (…) et Pratt (…) recourent à la
notion d‟aversion absolue au risque (ou coefficient Arrow-Pratt) qui s‟exprime ainsi:

Montrons comment on parvient à ce résultat : La prime de risque , en tant


que montant maximal que l‟individu est prêt à payer pour éviter le risque lié à la survenue de
l‟événement aléatoire, peut être considérée comme une mesure de l‟aversion absolue de
l‟individu envers le risque. Déterminons une approximation de la prime de risque.

Soit une expansion de la fonction en une série de Taylor autour de . En


ignorant les dérivées d‟ordre égal et supérieur à 2, on a :

[ ] [ ] [ ]

[ ] [ ]

Procédons à une expansion de [ ]en une série de Taylor autour de . En


ignorant les dérivées d‟ordre égal et supérieur à 3, on a :

[ ]
{ [ ]} { [ ] [ ] }

[ ]
[ ]
{ [ ]} [ ]
[ ]
{ [ ]} [ ]

On sait que

{ [ ]}

En égalant les termes de droite de (2) et (3), on obtient :

[ ]
[ ] [ ] [ ]

Ou encore :

[ ]
[ ]

Etant donné que est une constante qui ne caractérise que la volatilité de l‟événement
aléatoire , l‟aversion absolue envers le risque de l‟individu est alors mesurée par le rapport
. Etant donné sa fonction d‟utilité, l‟individu dont l‟aversion absolu envers le risque
est croissante prendra de moins en moins de risque lorsque sa richesse augmente. L‟individu
dont l‟aversion absolu envers le risque est décroissante prendra de plus en plus de risque
lorsque sa richesse augmente. L‟individu dont l‟aversion absolu envers le risque est
constante prendra le même niveau de risque lorsque sa richesse augmente.

Notion d’aversion relative envers le risque

Notons la fraction de richesse que l‟individu est prêt à abandonner pour éviter le risque lié
à la survenue de l‟événement. C‟est aussi une mesure de la prime de risque.

On a :

[ ] [ ]

[ ]
[ ]

L‟aversion relative au risque est mesurée par le rapport -


III) Fonction d’utilité VNM, attitude envers le risque et choix optimal :
application au marché de l’assurance

1) Le programme de l’individu dans le cas général

L‟agent économique est confronté à un environnement incertain qui peut être soit favorable
soit défavorable. Son revenu dans le cas favorable donne lieu à une consommation . Sa
consommation dans le cas défavorable est .

Dans le mauvais état nature, la compagnie d‟assurance lui verse une compensation d‟1 fcfa
par unité souscrite. Si l‟individu souscrit unités d‟assurance, il reçoit comme
compensation et paiera une prime d‟assurance de . Dans le bon état de nature, la
consommation de l‟agent est la différence entre son revenu brut et sa prime d‟assurance,
soit : . Dans le mauvais état de nature, sa consommation sera égale à son
revenu brut moins la prime d‟assurance plus la compensation, soit :
.

Soit la probabilité que l‟état de nature défavorable se produise. Le programme de l‟agent


s‟écrit :

Ou encore :

La condition de premier ordre donne :

Ce qui implique :

Le terme de gauche est le TMS. Le TMS est égal au ratio des utilités marginales de chaque
état de la nature pondéré par sa probabilité.
Dans ce cas général, la compagnie d‟assurance est supposée avoir des coûts de gestion et
d‟administration (frais de chargement). Cela implique que le prix de l‟assurance est plus élevé
que le risque : . Ce qui donne que :

Puisque est décroissante (cas d‟aversion au risque), on a :

Interprétation :

 L‟utilité marginale dans le mauvais état de la nature est plus élevée que dans le bon ;
 La consommation est strictement plus élevée dans le bon état de la nature et donc
l‟utilité de l‟agent strictement plus élevée dans cet état que dans le mauvais état de la
nature.
 L‟assurance optimale prise ne couvre donc pas intégralement le risque, elle est
partielle.
 Le fait que peut aussi provenir du fait que l‟entreprise est sur un secteur non
concurrentiel ; dans ce cas, la compagnie se garde une marge de profit. Il peut être
aussi de l‟intérêt de l‟assureur de ne pas couvrir intégralement le risque pour éviter la
prise de risque excessive.

2) Le cas particulier du marché d’assurance concurrentiel

Déterminons le profit espéré de la compagnie d‟assurance :

Pour simplifier, on supposera qu‟il n‟y a aucun frais d‟administration (frais de chargement) et
que la compagnie fait des profits nuls : .

On peut calculer la prime que la compagnie demandera à ses clients :

Ce qui implique :

Interprétation : Ce résultat montre que la prime demandée pour chaque franc cfa assuré est
égale à la probabilité de devoir les payer.

En réinjectant ce résultat dans la condition de premier ordre, il vient :


Interprétation :

 Dans ce contexte où le coût unitaire de l‟assurance est égal à la probabilité que le


mauvais état de nature se produise, l‟agent choisit un niveau optimal d‟assurance lui
permettant d‟avoir exactement le même niveau de consommation dans chaque état de
la nature : l‟assurance est parfaite dans ce cas. Ainsi, s‟assurer complètement, c‟est se
garantir d‟avoir son revenu moyen en toutes circonstances.
 L‟assurance permet donc à l‟agent d‟opérer le lissage de son revenu entre les
différents états de la nature en raison de la concavité de son utilité. Dans le cas d‟un
marché parfaitement concurrentiel, il y parvient parfaitement.

IV) Courbes d’indifférence en incertain, attitude envers le risque et choix


optimal

1) Courbes d’indifférence

L‟agent économique est confronté à un environnement incertain qui peut être soit favorable
soit défavorable. Son revenu dans le cas favorable donne lieu à une consommation . Sa
consommation dans le cas défavorable est . On peut représenter ces niveaux de
consommation dans un repère ( , ).

La situation initiale de l‟agent est représentée par le point : en ce point, est très élevé
et est beaucoup plus faible. Comme l‟individu est averse au risque, il préfère les situations
moins extrêmes, ce qui se traduit par une courbe d‟indifférence convexe. Cette courbure
convexe est une conséquence directe de la concavité de la fonction d‟utilité. Dans la théorie
traditionnelle du consommateur, cette convexité de la courbe d‟indifférence traduisait la
décroissance de l‟utilité marginale d‟un bien. En univers incertain, elle traduit l‟aversion
pour le risque.

La pente de la courbe d‟indifférence n‟est rien d‟autre que le TMS entre les deux états de la
nature. Au point initial , la pente est très forte : l‟individu est donc prêt à sacrifier
beaucoup de sa consommation quand tout va bien pour augmenter un peu sa consommation
si les choses tournent mal. Le point représente une situation dans laquelle il est moins
désireux de sacrifier de sa consommation d‟un état de la nature favorable à un état de la
nature favorable. Le TMS est plus faible en valeur absolue.

2) Contrainte de budget

A partir du point , l‟agent peut transférer de l‟utilité entre les divers états de la nature, en
souscrivant à une assurance. Soit le contrat d‟assurance le plus simple possible : payer une
prime par unité d‟assurance. Dans le mauvais état nature, la compagnie d‟assurance lui
verse une compensation d‟1 fcfa par unité souscrite. Si l‟individu souscrit unités
d‟assurance, il reçoit comme compensation et paiera une prime d‟assurance de .

Dans le bon état de nature, la consommation de l‟agent est la différence entre son revenu
brut et sa prime d‟assurance, soit : .

Dans le mauvais état de nature, sa consommation sera égale à son revenu brut moins la
prime d‟assurance plus la compensation, soit :

En combinant les deux expressions ci-dessus, on obtient :



 La quantité est le prix relatif de l‟assurance : est le prix dans le bon état de la
nature, est le gain net du coût dans le mauvais état de la nature.

Graphiquement, on a :
3) Choix optimal

Le choix optimal est le point de tangence entre la droite de budget et la courbe d‟indifférence
la plus élevée. Si l‟individu n‟achète pas d‟assurance, il consommera en fonction de ses
revenus dans chaque état :

Il se situe au point . Mais il peut obtenir une utilité plus élevée en achetant une quantité
d‟assurance qui le place au point de choix optimal, au point de tangence entre la droite de
budget et une nouvelle courbe d‟indifférence plus éloignée du point d‟origine. Comme
l‟individu est averse au risque, la possibilité de s‟assurer lui permet d‟atteindre une courbe
d‟utilité supérieure à ce qu‟il aurait obtenu avec sa dotation initiale, en l‟absence d‟assurance
(point ).

V) Une approche alternative à la théorie de l’utilité espérée : l’utilité moyenne-


variance

1) Les fondements de cette approche de l’utilité moyenne-variance

Une approche alternative à la théorie de l‟utilité espérée est de représenter les distributions
de probabilité par un petit nombre de paramètres et de définir la fonction d‟utilité par
rapport à ces paramètres. L‟exemple le plus connu de cette approche est le modèle moyenne-
variance (les deux premiers moments de la distribution de probabilité). Ce modèle est une
simplification du modèle de l‟utilité espérée. Ici, on ne considère pas que les préférences d‟un
individu dépendent de l‟ensemble de la distribution de probabilité de sa richesse dans les
différentes situations possibles. On suppose que ses préférences peuvent être définies sur la
base d‟un petit nombre de statistiques qui synthétisent la distribution de probabilité de sa
richesse. Si les choix à effectuer peuvent être définis complètement par leur moyenne et leur
variance, une fonction d‟utilité définie sur base de la moyenne et de la variance permet de
classer les choix de la même façon qu‟une fonction d‟utilité espérée. Comment justifier cette
approche ?
Justificatif par la distribution de probabilité normale

Lorsque la distribution de probabilité de la richesse est celle de la loi normale, ses deux
premiers moments la caractérisent parfaitement. L‟approche moyenne-variance se justifie
alors : l‟agent économique peut ne se préoccuper que de l‟espérance et de la variance.

Justificatif par des restrictions sur l’utilité espérée

Tobin (1958) et Markowitz (1959) montrent que la simplification de la fonction d‟utulité


espérée sous forme de fonction d‟utilité moyenne-variance est obtenue via certaines
restrictions sur la fonction d'utilité ou sur la distribution a priori des rendements aléatoires.
Tsiang (1972, 1974) discute ces restrictions. En outre, Levy et Markowitz (1979)
démontrent, pour certaines classes de fonctions d'utilité, que les choix selon le critère de
moyenne-variance procurent un niveau d'espérance d'utilité qui est très proche du niveau
obtenu par la maximisation directe de l'utilité espérée, indépendamment de la nature de la
distribution de probabilité.

Montrons que l‟une de ces classes de fonction est la fonction d‟utilité quadratique de la
forme:

sont des constantes, avec . L‟agent est averse au risque pour


, soit pour [ ]. En prenant l‟espérance de , on obtient :

[ ]

En notant la variance de , on a : + . Ainsi :

[ ]

On voit bien que l‟utilité espérée de est exclusivement fonction des deux premiers
moments de la distribution de (espérance et variance)

Nb : la fonction d‟utilité quadratique décrit, dans sa portion croissante, un individu dont


l‟aversion absolue au risque est croissante et l‟aversion relative au risque croissante. Une
telle fonction n‟est pas réaliste pour un investisseur dont l‟aversion absolue au risque est
décroissante et l‟aversion relative au risque est constante. Il aurait fallu des fonctions
d‟utilité caractérisées explicitement non seulement par les deux premiers moments mais
aussi par des moments d‟ordre supérieur (kurtosis, par exemple). La fonction qui
conviendrait le mieux pour décrire les choix d‟un investisseur est une fonction exponentielle
négative.

Forme générale de la fonction d’utilité moyenne-variance

[ ]
: degré d‟aversion au risque. Plus est élevé, plus l‟individu est averse au risque. Ce
paramètre traduit également la désutilité engendrée par une unité de variance
supplémentaire. Si , l‟individu est neutre au risque.

2) Courbes d’indifférence

[ ]

Ou encore :

[ ]
[ ]

A chaque valeur de [ ] correspond une courbe d‟indifférence différente, mais pour une
courbe d‟indifférence donnée, [ ] peut être considérée comme une constante. On peut
écrire :

[ ]

VI) Arbitrage entre risque et rendement : application au marché boursier

Un investisseur souhaite investir dans deux actifs : des bons du Trésor (actif sans risque) et
un ensemble représentatif de valeurs boursières. Il doit décider du montant à investir dans
chaque actif. On étudie le choix optimal de l‟investisseur. Notons le rendement de l‟actif
sans risque (rendement espéré supposé égal au rendement réel) et le rendement de l‟actif
risqué. On a , sinon les investisseurs averses au risque n‟achèteront que des bons du
Trésor et se détourneront des valeurs boursières.

Soit la part de l‟épargne placée sur le marché boursier et la part utilisée pour
acheter des bons du Trésor. Le rendement espéré de l‟ensemble du portefeuille de
l‟investisseur est :

En notant la variance de l‟investissement risqué sur le marché boursier et sachant que la


variance de l‟investissement dans l‟actif sans risque est nulle ( ), la variance du
rendement de ce portefeuille est :

[ ]

Ou encore :

[ ] [ ]
Comment l‟investisseur choisit-il la part optimal ?

1) Risque et droite de budget

On a vu que : et que , il vient donc :

Cette équation est une droite de budget car elle décrit l‟arbitrage entre le risque et le
rendement . Elle montre que le rendement espéré du portefeuille augmente lorsque
l‟écart-type de ce rendement augmente. La pente de cette droite est le prix du risque :
il indique quel risque supplémentaire l‟investisseur est prêt à encourir pour obtenir un
rendement plus grand.

2) Choix optimal de l’investisseur

L‟utilité espérée de l‟investisseur est de forme moyenne-variance :

[ ( )]

Il maximise cette fonction-objectif sous la contrainte que

A l‟optimum, on obtient :

Et donc :
VII) Détermination empirique des préférences des individus en incertain

Les outils de l‟économiste lui permettent, à partir du comportement observé des individus
(observations obtenues à la suite d‟enquête, de sondage, de questionnaires, d‟interviews,
d‟entretiens, etc.), d‟identifier leur attitude envers le risque (préférences vis-à-vis du risque)
et partant de déterminer leur fonction d‟utilité (logarithmique, exponentielle négative,
quadratique, etc.). Ces résultats sont utiles pour divers agents économiques :

Les compagnies d‟assurance privées : qui s‟en serviront pour mieux cerner les profils
de risque des clients existants ou potentiels afin de leur conserver ou les attirer en
leur offrant des produits d‟assurance adaptés ;
Les compagnies d‟agents de change, les fonds de placement, les banques : la
connaissance des préférences de leurs clients investisseurs est utile pour leur
politique commerciale ;
L‟Etat : dans sa politique d‟assurance-chômage, d‟assurance-maladie universelle .

1) Identifier les préférences vis-à-vis du risque à partir de


comportements observés

Friend et Blume (1975) tentent d‟identifier la nature de la fonction d‟utilité des ménages à
partir d‟une analyse de la composition du patrimoine de 2100 d‟entre eux. Comment se
comportent-ils vis-à-vis du risque en fonction de leurs niveaux de richesse. Leurs résultats
sont les suivants :

 Ils concluent à l‟hypothèse d‟une aversion relative pour le risque constante et une
aversion absolue pour le risque décroissante.
 Le coefficient d‟aversion relative pour le risque du ménage moyen se situe aux
environs de 2 et donc dépasse donc la valeur de 1 qu‟il devrait présenter si on avait
une fonction logarithmique que suggère la constance de l‟aversion relative.
 Les résultats doivent être interprétés avec prudence car ne concernent pas le
comportement du même individu en fonction de l‟évolution de sa richesse.

Cohn, Lewellen, Lease et Schlarbaum (1975) étudient l‟influence de la richesse sur la fraction
du patrimoine que les individus consacrent à des investissements dans des actifs risqués.
Pour cela, ils administrent un questionnaire aux clients d‟une compagnie d‟agents de change
dont l‟activité s‟étend à l‟ensemble des Etats-Unis. Ils obtiennent 2506 observations et les
résultats font apparaître une aversion relative pour le risque décroissante en fonction de la
richesse.

2) Un exemple de construction d’une fonction d’utilité espérée


Un chimiste vient de fabriquer une nouvelle molécule et a la possibilité soit de vendre son
invention soit de l‟exploiter. Comment l‟aider à décider rationnellement ce qu‟il faut faire ?
On définit deux critères de décision : le critère de la maximisation du gain espéré et le critère
de la maximisation de l‟utilité espérée. On sait que le critère pertinent est le second. Mais
comment construire la fonction d‟utilité espérée ?
Les résultats de ces alternatives sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Vente Exploitation

Résultat Probabilité Résultat Probabilité

-500 000 0,25

300 000 1 0 0,25

500 000 0,25

1 500 000 0,25

Le résultat de la vente est de 300 000 en toute certitude, tandis que l‟espérance
mathématique du résultat de l‟exploitation est 375 000. Selon le critère de maximisation du
gain espéré, le chimiste devrait préférer l‟exploitation à la vente. Qu‟en est-il du choix selon
le critère de l‟utilité espérée ?

Fixons arbitrairement deux points de la fonction d‟utilité et attribuons-les des niveaux


d‟utilité :

Puis déterminons l‟utilité de montants intermédiaire : 0 ; 300 000 et 500 000. Pour y
parvenir, nous soumettons le chimiste à un questionnaire lui proposant différentes loteries.
Chaque loterie lui donne la possibilité de gagner 1500 000 mais aussi de perdre 1500 000.
Les questions suivantes lui sont posées successivement :

 Quelle probabilité attribuez-vous à la possibilité de gagner 1500 000 pour être


indifférent entre la participation à cette loterie et le fait de recevoir en toute
certitude comme montant : 0 ?

 Quelle probabilité attribuez-vous à la possibilité de gagner 1500 000 pour être


indifférent entre la participation à cette loterie et le fait de recevoir en toute
certitude comme montant : 300 000?

 Quelle probabilité attribuez-vous à la possibilité de gagner 1500 000 pour être


indifférent entre la participation à cette loterie et le fait de recevoir en toute
certitude comme montant : 500 000 ?

Les réponses du chimiste dépendent de sa richesse initiale et de son degré d‟aversion au


risque. Si la réponse à la première question est 0,6 on a :

Si la réponse à la deuxième question est 0,8 on a :


Si la réponse à la troisième question est 0,9 on a :

En récapitulant, on a :

Montant Utilité Utilité marginale

-500 000 0 -

0 60 10/83 333

300 000 80 10/150 000

500 000 90 10/200 000

1500 000 100 10/1000 000

On constate que l‟utilité marginale de la richesse du chimiste est rapidement décroissante


(on peut aussi le voir avec un graphique). Pour lui, le poids d‟une perte de 500 000 est deux
fois plus important que celui d‟un gain de 500 000 et que l‟utilité ne s‟accroît que de 10
quand le résultat de l‟exploitation de l‟invention passe de 500 000 à 1500 000 alors qu‟elle
augmente seulement de 20 quand ce même résultat croît de 0 à 300 000.

Montant de l‟utilité espérée en cas d‟exploitation :

Montant de l‟utilité espérée en cas de vente :

Avec le critère de maximisation de l‟utilité espérée, le chimiste choisira de ne pas exploiter


lui-même son invention mais de la vendre. En réalité, les montants assez élevés associés à
l‟exploitation de l‟invention reçoivent maintenant un poids moins important que lorsqu‟on
utilisait le critère de maximisation du gain espéré !

3) Des comportements observés apparemment contradictoires

Plusieurs personnes achètent à la fois des assurances et des billets de loterie. Comment
modéliser une fonction d‟utilité espérée qui concilie à la fois aversion pour le risque et goût
pour le risque ? Friedman et Savage (1948) propose une fonction d‟utilité composée de trois
segments : le premier à concavité tournée vers le bas, le deuxième à concavité tournée vers le
haut et le troisième à concavité à nouveau orientée vers le bas.

Face à des choix qui peuvent faire varier sa richesse entre et , l‟individu aura tendance à
s‟assurer. Par contre, au départ de , il sera prêt à participer à une loterie qui, en cas de
perte, ramène sa richesse à , soit une diminution relativement faible de sa richesse mais
aussi qui lui offre la possibilité, si peu probable soit-elle, d‟atteindre un niveau de richesse
important . L‟existence du troisième segment de la courbe se justifie par le fait que les
loteries ont en général plusieurs prix ou d‟autres considérations (confiance dans sa capacité à
gérer l‟affaire, de sorte que l‟accroissement espéré de richesse est suffisant pour l‟inciter à
consentir à un risque plus élevé.

4) Identifier l’attitude au risque des hommes d’affaires


On cherche à déterminer l‟attitude au risque des hommes d‟affaires. Dans une étude de
Kenneth MacCrimmon et Donald Wehrung (1984), 464 cadres ont répondu à un
questionnaire décrivant des situations risquées auxquelles un individu fait face en tant que
vice-président d‟une entreprise. Quatre événements risqués ont été présentés aux sujets,
chacun ayant une probabilité donnée d‟une issue favorable et d‟une issue défavorable. Les
gains et les probabilités ont été choisis de telle façon que chaque événement a la même valeur
espérée. Classée par ordre croissant de risque (mesuré par la différence entre les issues
favorables et les issues défavorables), les événements sont :

 Un procès concernant la violation d‟un brevet


 La menace d‟un client de se tourner vers un concurrent
 Un conflit syndical
 Une fusion avec un concurrent

Pour mesurer leur aptitude à prendre ou à éviter le risque, les chercheurs ont posé aux sujets
une série de questions concernant les stratégies d‟entreprise. Plusieurs situations ont été
identifiées :

Les sujets adoptent une stratégie risquée avec la possibilité d‟un gain immédiat
important ou reporter la prise de décision jusqu‟à ce que le gain devienne plus certain
et que le risque soit réduit ;
Les sujets peuvent soit opter pour une stratégie immédiatement risquée mais
potentiellement profitable qui peut leur favoriser une promotion soit déléguer la
décision à quelqu‟un d‟autre, protégeant ainsi leur emploi mais éliminant toute
possibilité de promotion

L‟étude montre que les préférences des cadres par rapport au risque varient de manière
substantielle : environ 20% indiquent qu‟ils sont relativement neutres au risque ; 40% optent
pour les alternatives les plus risquées et 20% sont clairement averses au risque (20% n‟ont
pas répondu). De plus, les cadres (y compris qui ont choisi les alternatives risquées) font
typiquement des efforts pour réduire ou éliminer le risque, habituellement en reportant les
décisions ou en réunissant davantage d‟éléments d‟information.
OUVRAGES UTILISES POUR CE CHAPITRE

Etienne WASMER (2010), « Principes de microéconomie », Pearson Education, 2010

Robert PINDYCK et Daniel RUBINFELD (2009), « Microéconomie », 7ème édition, Pearson.

Robert COBBAUT, Roland GILLET et Georges HUBNER (2011), « La gestion de


portefeuille : instruments, stratégie et performance », De Boeck,

Autres Références bibliographiques de ce chapitre

Bernoulli, D. (1738), “Exposition of a new theory on the measurement of risk”, Econometrica,


January, 1954.Article écritinitialement en latin et publiédansPapers of the imperialAcademy of
Science in Petersbourg, volume 5.

Cohn, R.A., Lewellen, W.G., Lease, R.C., et Schlarbaum, G.G. (1975), “ Individual investor
risk aversion and investment portofolio composition, Journal of Finance, May.

Eeckhoudt, L., Gollier, C. (1992), “Les risques financiers: evaluation, gestion, partage”, Paris,
Ediscience International.

Friedman, M. et Savage, L.J. (1948), « The utility analysis of choices involving risk”, Journal
of Political Economy, (August).

Friend, I. et Blume, M. (1975), « The demand for risky assets », The American Economic
Review, December.

Kenneth R. MacCrimmon et Donald A. Wehrung (1984), « The risk in-basket », Journal of


Business 57 : 367-387.

Von Neumann, J., Morgenstern, O. (1947), “Theory of games and economic behavior”,
Princeton, Princeton University Press.

Vous aimerez peut-être aussi