Vous êtes sur la page 1sur 9

Si Dieu est bon pourquoi

Plan
SI DIEU EST BON, POURQUOI LA SOUFFRANCE, L’INJUSTICE ?...................... 2
1. DIEU EST-IL RESPONSABLE DE TOUS LES MAUX DE L’HUMANITE ?.............................. 3
2. S’IL EN A LE POUVOIR, POURQUOI N’EMPECHE-T-IL PAS LES ACTES D’INJUSTICE ?... 5
3. EXISTERAIT-IL UNE UTILITE QUELCONQUE A LA SOUFFRANCE ? ................................. 7
1. Juger des injustices, montrer son désaccord.................................... 7
2. Faire réfléchir les hommes .............................................................. 7
4. QUE REPONDRAIT JESUS A CETTE QUESTION ? ............................................................ 8

Franck Segonne © page 1 Mars 2006


Si Dieu est bon pourquoi

Si Dieu est bon, pourquoi la


souffrance, l’injustice ?

 L’une des questions qui me sont adressées le plus souvent lors de


discussions spirituelles est : Si Dieu existe, s’il est bon et tout puissant,
alors pourquoi permet-il la souffrance, l’injustice sur la terre ?
 Que répondriez-vous ? Que répondez-vous habituellement ? Existe-t-il une
réponse toute faite ?
 Je ne pense pas. La question est épineuse. En tant que chrétiens, nous
devons reconnaître honnêtement que nous avons également des questions
sur ce sujet.
 Qui n’a jamais été confronté à la mort d’un proche, au décès d’un enfant
(deux enfants sont décédés dans notre Eglise en 2005) ? Et la question à
laquelle nous n’avons toujours pas de réponse résonne encore dans nos
cœurs : pourquoi ?
 La Bible affirme que Dieu est souverain, qu’il est omniscient et omnipotent
ce qui signifie qu’il peut agir sur chaque événement, sur chaque
catastrophe.
Esaïe 45.5-7 « 5 Moi, je suis l’Eternel, il n’y en a pas d’autre, non, en dehors de
moi, il n’y a pas de Dieu. Je t’ai doté de force sans que tu me connaisses, 6 afin
que du soleil levant jusqu’au soleil couchant, tout homme sache que tout, sauf
moi, n’est que néant, que je suis l’Eternel et qu’il n’y en a aucun autre. 7 J’ai
formé la lumière et créé les ténèbres, je donne le bonheur et je crée le malheur.
Oui, c’est moi, l’Eternel, qui fais toutes ces choses. »
Lamentation 3.34-39 « 5 34 Quand on foule aux pieds Tous les prisonniers d’un
pays, 35 Quand on fait dévier le droit humain A la face du Très–Haut, 36 Quand
on fait tort à l’homme dans son procès, Le Seigneur ne le voit–il pas ? 37 Qui est
celui qui a dit, et cela fut ? Le Seigneur n’est–il pas celui qui commande ?
38
N’est–ce pas de la bouche du Très–Haut que sortent Les maux et les biens ?
39
Pourquoi l’homme vivant se plaindrait–il ? Que chacun (se plaigne) de ses
propres péchés.
 On retrouve la même idée dans le Nouveau Testament. Par exemple,
lorsque Jésus est confronté à Ponce Pilate :
Jean 19.11 « Jésus répondit : Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir, s’il ne
t’avait été donné d’en–haut. C’est pourquoi celui qui me livre à toi est coupable
d’un plus grand péché. »

Franck Segonne © page 2 Mars 2006


Si Dieu est bon pourquoi

 Jésus affirme que Dieu est aux commandes, malgré l’injustice flagrante qu’il
est en train de vivre. Jésus ne va pas à l’encontre de cette souveraineté. Il
sait pourquoi il est venu sur cette terre. Il n’est pas venu pour juger mais
pour sauver. La croix, c’est-à-dire la mort la plus injuste qui soit pour un
innocent, était nécessaire.
 Bien d’autres textes nous placent face à la souveraineté de Dieu mais un,
particulièrement, l’exprime totalement :
Matthieu 10.29-31 « 29 Ne vend–on pas deux moineaux pour un sou ?
Cependant il n’en tombe pas un à terre sans (la volonté de) votre Père. 30 Et
même les cheveux de votre tête sont tous comptés. 31 Soyez donc sans crainte :
vous valez plus que beaucoup de moineaux. »
 Dans l’ensemble de ces textes, nous voyons que rien dans l’univers ne se
fait sans la connaissance ni la permission de Dieu. Il est donc évident que ni
l’homme ni Satan ne pourraient agir si Dieu ne le leur permettait.
 Donc, quelque part, Dieu porte la responsabilité finale. Mais cette réponse
est incomplète. Car si la Bible affirme sans ambages la souveraineté d’un
Dieu tout puissant, elle affirme tout autant la responsabilité de l’homme.
 La souveraineté de Dieu et la responsabilité de l’homme se retrouvent dans
la plupart des grands thèmes de la Bible. Ces deux affirmations
« paradoxales » ne sont néanmoins pas contradictoires. Elles se complètent
harmonieusement sans pour autant apporter toutes les réponses à nos
questions.
 Ce matin, je ne ferai pas un exposé exhaustif sur ce sujet épineux (Si Dieu
est bon…), mais j’aimerais donner quelques pistes de réflexion sous forme
de questions, pour que nous puissions orienter les regards de nos
contemporains vers l’essentiel :

1. Dieu est-il responsable de tous les maux de


l’humanité ?
 Si Dieu est bon alors… A votre avis, à quoi pensent les gens lorsqu’ils
posent cette question ? (A quoi songiez-vous quand vous la posiez ?)
 Ils font référence aux images que leur bombarde la télévision, sur les
injustices criantes, les viols, les catastrophes « naturelles ». Toutes ces
injustices qu’ils voient quotidiennement même si elles sont lointaines.
 Ils savent que les croyants n’ont pas de réponse toute faite à cette question.
C’est donc pour eux un excellent moyen de ne pas regarder à leur propres
injustices, de ne pas prendre position pour Dieu.
 Ils pensent, sans le dire ouvertement, à leur quotidien, confrontés qu’ils
sont à l’injustice du monde dans lequel ils vivent.
 Ils voient les riches qui prospèrent de plus en plus et les pauvres qui
s’appauvrissent. Pourquoi ?
 Ils se disent intérieurement : « Si j’étais à la place de Dieu je ferais pleuvoir
sur toute la surface de la terre, je ferais périr les méchants, je ferais régner
la justice sur la terre. »

Franck Segonne © page 3 Mars 2006


Si Dieu est bon pourquoi

 Essayons de définir les domaines de responsabilité de la plupart de ces


maux :
La famine dans le monde :
 1 personne meurt de faim dans le monde tout es les 4
secondes.
 En 2005, 815 millions de personnes ont souffert de
malnut rit ion.
 Pourt ant , d’après les renseignement s donnés par le Quid, il
suffirait de réorienter seulement 2% de la product ion
céréalière mondiale vers les pays les moins avancés pour
éliminer la malnut rit ion.
 Pourt ant , l’OCDE (les 30 nat ions les plus riches) consacre
chaque année 350 milliards d’euro aux subvent ions
agricoles. Dans le même t emps, elle verse 8 milliar ds d’euro
pour soutenir l’agricult ure des pays en développeme nt . Où
est la priorit é ?
Les g uerres, les conflit s :
 Depuis 1945, une cent aine de conflit s a causé environ 21
millions de morts, soit 38 000 par mois.
 Pourt ant : Qui a fabriqué les armes ? Qui tient les
machet t es ? Qui appuie sur la gâchett e ?
Les maladies, les épidémies :
 40 millions de gens at teint s du S I DA (dans le monde ). C’est
(là) encore l’Afrique qui dét ient le t rist e record du nombre
de personnes at t eint es par le virus. F amine + épidé mie +
sécheresse…
 Cancer de la thyroïde, allergies pulmonaires, alime nt aires,
etc. D’où viennent ces fléaux ? Qui choisit le mode de
propulsion des véhicules ? Il y a plus de ving t ans que l’on
sait fabriquer le mot eur à eau. Récemment une ent re prise a
invent é un mot eur non polluant qui fonct ionne à l’air
comprimé. Qui choisit de ne pas les commercialiser ?
 Des dizaines d’espèces d’animaux et d’insect es (abe illes)
sont en voie d’ext inct ion. Qui arrose les champs d’ engrais et
de pest icides t oxiques ? Qui pousse à la surproduct ion ? Qui
cherche la rent abilit é à t out prix, souvent au dét r iment de la
sant é publique ?
Les crimes et les injust ices :
 Le sociologue Gérard Mermet , const at e qu’en F rance les
délit s déclarés ont quadruplé en moins de 50 ans. E n 1949,
on compt ait 574 000 délit s déclarés, soit environ 1 4,1‰
habit ant s. En 1999, on a enregist ré environ 4 millions de
délit s, ce qui représente 61‰ habit ant s. 1
 Dieu est-il responsable de tout cela ? Reconnaissons que la plupart des
maux que nous avons invoqués ici nous incombe. Dans un article sur la
faim dans le tiers monde, un journaliste écrit :

1
Gérard Mermet, Francoscopie 2003, Edition Larousse, p.241

Franck Segonne © page 4 Mars 2006


Si Dieu est bon pourquoi

Les causes de la faim sont nombreuses et variées. Quelques unes


sont nat urelles. Mais les plus import ant es t iennent à la manière
dont sont organisées la product ion et la dist ribut ion de la
nourrit ure dans le monde. Elles sont donc, plus g énéralement :
économiques, sociales et polit iques. 2
« S upprimer la faim serait « techniquement » possible puisque la
planèt e produit act uellement assez de nourrit ure pour nourrir la
populat ion mondiale. Mais il s’agit en fait d’un pr oblème
éminemment polit ique, dont la solut ion passe par une remise en
cause non seulement de l’ordre économique mondial, mais des
comport ement s géopolit iques du Nord comme du S ud. » 3
 Autrement dit, dans la grande majorité des cas de souffrance que nous
observons autour de nous, l’homme est seul responsable. Et je pense qu’il
faut insister sur ce fait.
 Prendre Dieu pour bouc émissaire de nos propres manquements c’est trop
facile ! Un certain « Adam » l’a déjà fait en Eden : « Ce n’est pas de ma
faute. C’est la femme que TU as placée à mes côtés… » (Gen 3.12)
 Dieu a effectivement permis que Eve soit à ses côtés (souveraineté de Dieu)
mais il n’a pas choisi à sa place de manger le fruit défendu (responsabilité
de l’homme). La nuance est de taille.
 Vous me direz : « N’est-ce pas Dieu qui a le pouvoir de faire pleuvoir et de
maîtriser les vents, d’empêcher les maladies ou les catastrophes
naturelles ? » Si.
Mais ce n’est pas Dieu qui a choisi d’habiter dans un désert (Somalie, Soudan). Ce
n’est pas Dieu qui a choisi de construire des habitations en bordure de mer
(Katrina). Ce n’est pas Dieu qui a construit des buildings sur des terrains instables
(Japon). Ce n’est pas Dieu qui n’a pas respecté les règles élémentaires de
construction (Turquie, Algérie, Amérique du Sud). Ce n’est pas Dieu qui a choisi
de considérer le sexe comme un objet de consommation égoïste (progression du
SIDA dans le monde). Ce n’est pas Dieu qui investit des milliards dans la
fabrication d’armes et de munitions de guerre (Tous les pays industrialisés).
 La bonté et la toute puissance de Dieu n’impliquent pas sa
responsabilité dans tous nos maux. L’homme a une large part de
responsabilité dans la plupart des maux de l’humanité.

2. S’il en a le pouvoir, pourquoi n’empêche-t-il


pas les actes d’injustice ?
 N’aurait-il pas pu créer l’homme parfait, sans la capacité de se révolter et
de désobéir ? Henry Bryant, auteur d’un ouvrage sur la question écrit :
…Dieu a créé l’homme à son image ce qui implique, e ntre aut res
choses, le pouvoir de choisir. Cet t e libert é d’agir const it ue l’une
de ses plus grandes g loires, et également l’un des pires dangers
pour lui. Dieu n’a pas voulu créer des pant ins, mais des êt res
capables d’aimer, et par conséquent , capables de ne pas aimer et

2
Henri Bryant, Si Dieu est bon, pourquoi la souffrance… ?, Editions Clé, 1995, p.12
3
Henri Bryant, Si Dieu est bon, pourquoi la souffrance… ?, Editions Clé, 1995, p.13

Franck Segonne © page 5 Mars 2006


Si Dieu est bon pourquoi

de se révolt er, de commet t re des act es d’injust ices . S ans


possibilit é de choix la libert é n’exist e pas. Or là où le choix
exist e, la possibilit é de mauvais choix exist e également . Pouvons-
nous dire alors que le mal est une conséquence inév it able de cett e
liberté de volonté qui fait de l’homme une personne à l’imag e de
son Dieu ? En t out cas ces deux concept ions sont ét roit ement
liées. 4
 La liberté de conscience est un des éléments les plus fondamentaux de la
nature humaine. Elle nous a été donnée par Dieu. Elle est donc précieuse. La
supprimer ferait de nous des robots, des pantins…
 L’autre raison pour laquelle Dieu n’empêche pas les actes d’injustice est
plus palpable.
Imaginons que tu sois dans la peau d’un bon père/mère de famille. Un jour, tu as
la joie d’avoir des enfants. Quel sera ton but ? Comment vas-tu faire pour parvenir
à l’atteindre ? Les réponses sensées sont généralement de cet ordre : Pour
commencer, je leur donnerai des bases, des limites pour les protéger. Ensuite, je
leur donnerai tout ce dont ils ont besoin pour grandir. Je leur inculquerai ce qui
me semble juste pour qu’ils deviennent sages et autonomes afin qu’ils puissent
faire des choix responsables. C’est normalement l’objectif de bons parents.
 Une fois que les gens ont répondu, je leur pose deux dernières questions :
Une fois adulte, 1) Pourrais-tu les empêcher de faire des bêtises, tout en
leur laissant leur liberté ? 2) Pourrais-tu les contraindre de t’aimer et donc
de t’obéir ?
 La réponse semble évidente. On ne peut pas forcer quelqu’un à faire le bien
pas plus que l’on peut le forcer à aimer. Un père équilibré ne peut pas
contraindre ses enfants à l’aimer. On ne peut pas attacher nos enfants dans
leur chaise-haute toute leur vie pour les empêcher de faire des bêtises.
L’amour ne peut vraiment s’exprimer que dans la liberté.
Imaginons que l’amour soit du sable et que je veuille le garder dans le creux de
ma main. Que se passe-t-il si j’essaye de retenir fortement le sable ? Je serre la
main de plus en plus fort et le sable file tout doucement entre les doigts. Tandis
que si je garde la main ouverte, le sable y reste. L’amour de Dieu est comme le
sable. Pour qu’il reste dans la main, il a besoin de s’exprimer dans la liberté.
 Autrement dit, Dieu ne peut forcer l’homme à l’aimer et à obéir à ses
commandements. C’est pourquoi, malgré sa toute puissance, Dieu n’impose
pas sa justice aux hommes.
 Sinon pourquoi son fils serait-il mort sur la croix ? N’était-ce pas la plus
grande injustice ? Et c’est Dieu qui l’a subie à notre place pour que nous
puissions accéder à son Royaume.
 Un jour il fera régner la justice sur la terre. Mais ce sera pendant le
millénium. Et à ce moment il imposera son Royaume et sa justice avec un
sceptre de fer (Apoc 2.27, 19.15). Les hommes n’auront plus le choix, ils
seront obligés de capituler, de plier le genou et de reconnaître la Seigneurie
de Christ (Apoc 5.13).

4
Henri Bryant, Si Dieu est bon, pourquoi la souffrance… ?, Editions Clé, 1995, p.13

Franck Segonne © page 6 Mars 2006


Si Dieu est bon pourquoi

3. Existerait-il une utilité quelconque à la


souffrance ?
 Pour quelle raison Dieu permet-il la souffrance ? A-t-il un but ? Existe-t-il une
pédagogie de la souffrance ? Certainement, mais ce n’est pas toujours son
but.

1. Juger des injustices, montrer son désaccord


 Il arrive que Dieu montre son désaccord en infligeant la souffrance à un
peuple, une nation, un individu. Il s’agit alors d’un jugement.
 Par la souffrance, Dieu montre son désaccord. Les hommes subissent ce
qu’ils méritent. On voit cela à plusieurs reprises dans l’AT.
 Le peuple d’Israël a souffert de la famine, de divers fléaux, et a dû lutter
contre des ennemis (envoyés par Dieu) parce qu’il s’est souvent détourné
de Dieu.
 La souffrance est donc parfois le fruit du péché, c’est-à-dire de la
désobéissance à la parole de Dieu. Paul en parle également dans le NT
(Rom 1.17ss Dieu les livre (abandonne) à leurs convoitises charnelles).

2. Faire réfléchir les hommes


 Un texte écrit par un « philosophe » de l’AT nous pousse dans cette
direction :
Ecclésiaste 7.13-14 « 13 Regarde l’œuvre de Dieu : qui pourra redresser ce qu’il
a courbé ? 14 Au jour du bonheur, jouis du bonheur, et au jour du malheur,
réfléchis : Dieu a fait l’un exactement comme l’autre, de telle sorte que
l’homme ne découvre rien de son avenir. »
 Dieu crée le bonheur et le malheur dans un but pédagogique. Lorsque le
bonheur est à sa porte, que l’homme s’en réjouisse. Lorsque le malheur
frappe à la porte, c’est le moment de réfléchir. Dieu souhaite que l’homme
réfléchisse à sa vie sur terre. A sa condition spirituelle.
 Ici, le malheur (forme de souffrance) a pour but de nous faire lever les yeux
au ciel. Un érudit (CS Lewis, je pense) disait :
« Dieu nous parle t out au long de notre vie, il nous susurre des
messages. Mais, dans la souffrance, il crie dans nos oreilles : Eh
oh, je suis là. M’avais-t u oublié ? »
 Un des amis de Job dit à peu près la chose suivante : Job 33.19 « Par la
douleur aussi l’homme reçoit un avertissement sur sa couche, quand une
lutte continue (vient agiter) ses os. »
 On devient tout de suite plus sensible à la parole de Dieu lorsqu’on est
diminué. On devient moins orgueilleux. Généralement, les plus réceptifs
sont ceux qui ont besoin d’une béquille.
 Ce sont les malades, les boiteux, les pauvres, les démunis, les rejetés, tous
ceux qui souffrent, qui accèdent le plus facilement au Royaume de Dieu.
Jésus a dit qu’il était plus difficile à un riche, [sous entendu bien-portant, se
sentant à l’abri financièrement] d’entrer dans le Royaume de Dieu…qu’à un
chameau de passer par le trou d’une aiguille !

Franck Segonne © page 7 Mars 2006


Si Dieu est bon pourquoi

 Jésus a encore dit : Heureux les pauvres en esprit car le Royaume des cieux
est à eux, ce qui signifie heureux sont ceux qui reconnaissent leur faillite
spirituelle, qui ressentent qu’ils n’ont aucune richesse spirituelle en eux,
ceux qui n’ont rien à offrir à Dieu. Ceux qui admettent qu’ils sont comme
un homme en faillite, quelqu’un qui a déposé le bilan ; qui reconnaît son
besoin…
 Tant de gens pensent qu’ils peuvent offrir à Dieu leurs talents, leur
personnalité, et même leur fortune. Mais Dieu n’est pas impressionné. Il ne
bénira pas en retour, ni en proportion de ce qu’on lui donne. Dieu bénira
celui qui dépend de lui comme un enfant dépend de sa mère pour survivre.
 Jacques dit que Dieu donne sa grâce aux humbles mais qu’il résiste aux
orgueilleux. Si la souffrance est un moyen utilisé pour nous faire réfléchir à
notre condition spirituelle, alors gloire à Dieu et merci pour ces moments.

4. Que répondrait Jésus à cette question ?


 Qu’est-ce que Jésus a répondu aux personnes qui se posaient cette
question ? A-t-il fait un exposé théologique des raisons de la souffrance ? A-t-
il donné une série d’arguments persuasifs sur le sujet ? Il était largement
capable de le faire.
 Observons son attitude dans cette situation :
Luc 13.1-5 « 1 En ce temps–là, quelques personnes vinrent lui raconter ce qui
était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs
sacrifices. 2 Il leur répondit : Pensez–vous que ces Galiléens aient été de plus
grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu’ils ont souffert de la
sorte ? 3 Non, vous dis–je. Mais si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous
de même. 4 Ou bien, ces dix–huit sur qui est tombée la tour de Siloé et qu’elle a
tués, pensez–vous qu’ils aient été plus coupables que tous les autres habitants
de Jérusalem ? 5 Non, vous dis–je. Mais si vous ne vous repentez pas, vous
périrez tous pareillement. »
 Certaines personnes vinrent trouver Jésus pour lui raconter un malheur qui
était arrivé à quelques-uns de leurs amis. Leur question n’est pas posée
explicitement mais elle me semble implicite :
 « Alors toi, le prophète de Dieu, celui qui prétend être le fils de Dieu, qui fait
des miracles, peux-tu nous expliquer pourquoi ces hommes sont morts ? »
 Jésus, qui savait lire dans les cœurs, connaissait parfaitement leurs pensées
et leurs préjugés sur le sujet. Il commence par corriger leur fausse
conception en leur posant à son tour une question.
 Pensez–vous que ces Galiléens aient été de plus grands pécheurs que tous
les autres Galiléens, parce qu’ils ont souffert de la sorte ?
 Ces hommes établissaient un lien étroit entre la souffrance et le jugement
de Dieu. Mais Jésus leur dit : NON. Vous avez tort de penser cela. Ces
hommes n’étaient pas plus pécheurs que vous. Ils ont souffert plus que les
autres, mais (sous-entendu) ils n’étaient pas pires que vous.
 Pour étayer son raisonnement, Jésus va prendre un autre exemple. Cette
fois, il va évoquer une catastrophe naturelle.

Franck Segonne © page 8 Mars 2006


Si Dieu est bon pourquoi

 Le texte parle d’une tour, à Siloé, qui se serait effondrée sur des hommes et
des femmes et aurait fait 18 victimes. Cette catastrophe était assez récente
et visiblement connue de tous. Jésus y fait donc allusion pour leur ouvrir les
yeux sur la vie.
 Il pourrait prendre beaucoup d’autres exemples de la sorte et démontrer
que personne ne connaît l’avenir. Que ce genre de catastrophe peut arriver
à n’importe quel moment et qu’il vaut mieux y être préparée !
 Peut-être le toit de l’Église va-t-il s’effondrer dans quelques instants ! Qui
sait ? A votre avis, quelle serait la chose la plus importante ? Connaître la
réponse au pourquoi de la souffrance ???
 Non, bien entendu. La chose la plus importante serait de connaître le
créateur du ciel et de la terre. De connaître celui qui donne la vie et qui peut
la reprendre d’un instant à l’autre.
 Quelle serait la première étape pour parvenir à cette connaissance
essentielle ? La repentance. Jésus ne répond même pas à la question des
curieux qui sont confrontés « de loin » à cette question de la souffrance.
 Il recentre le débat sur leur devoir d’homme. Sur le fait qu’ils n’adorent pas
le Dieu créateur et que, par conséquent, ils périront sans Dieu s’ils ne se
repentent pas.
La semaine dernière, nous étions au WE de Pâques 2006. 1200 jeunes, 100
organisateurs. Bref, nous étions tous « boostés » par de super messages, des
temps de louanges géniaux, des ateliers pertinents. Bref, tout le monde était dans
la joie de fêter la résurrection du Seigneur. Puis un événement est venu nous
rappeler à la réalité de notre fragilité humaine. Au milieu du WE, une maman est
venue chercher sa jeune fille de 15 ans pour la ramener à la maison. Quelques
heures auparavant, son papa décédait subitement dans sa baignoire, des suites
d’un AVC. Un tout petit vaisseau, dans son cerveau, qui a cédé.
 Qui aurait pu prévoir un tel cataclysme dans cette famille ? A votre avis,
quelle était la chose la plus importante pour cet homme ? De connaître la
réponse au pourquoi de la souffrance ou bien de connaître son créateur ?
 C’est ce que Jésus donne comme réponse à ces hommes qui sont perdus. Il
me semble que c’est la meilleure réponse que l’on puisse donner à des
gens qui ne connaissent pas Dieu.
 Finalement, les réponses philosophico-bibliques ont leur utilité. Mais elles
ne doivent pas nous faire perdre de vue l’essentiel. Les non-croyants ont
besoin de faire la paix avec leur Dieu. Ils ont besoin de connaître la Bonne
Nouvelle de l’Évangile.

Franck Segonne © page 9 Mars 2006

Vous aimerez peut-être aussi