Vous êtes sur la page 1sur 64

MASTER :

BANQUES Structure et
ET réglementation du
MARCHES systéme financier
FINANCIERS

Effectué par ; Encadré par :


 Fadoua El-asry Prof . Mme HAOUDI Amina
 Imad Ababou
 Driss El asri
 Ibrahim Eljaidi
 Khalil Rafiq
2
3

TABLES DES MATIERES

TABLES DES MATIERES ...........................................................................................3


INTRODUCTION .........................................................................................................5
CHAPITRE I : PRESENTATION DU SYSTEME FINANCIER .................................................7
I. Evolution et mutations du système financier ............................................................. 8
1. Les Grands traits de la mutation financière : ......................................................... 8
i. La globalisation financière .................................................................................. 9
a. Décloisonnement des marchés domestiques : l’exemple français ..................10
b. L’internationalisation des marchés ................................................................12
c. Désintermédiation ..........................................................................................14
d. Déréglementation et banalisation de l’activité bancaire : ............................15
II. Définition et fonctions de système financier : ..........................................................17
1. Définition du système financier .............................................................................17
2. Les fonctions de système financier :......................................................................17
3. Les fonctions des agents économiques : ................................................................20
i. Les ménages :.....................................................................................................20
ii. Les entreprises non financières :........................................................................20
iii. Les institutions financières : ...........................................................................20
iv. Les administrations publiques :.......................................................................21
v. Le reste du monde : ...........................................................................................21
CHAPITRE II : STRUCTURE DU SYSTEME FINANCIER ...................................................22
I. Les modes de financement :......................................................................................23
1. La finance directe :................................................................................................23
2. La finance indirecte :.............................................................................................23
II. La structure de système financier :...........................................................................24
1. Les institutions financières : ..................................................................................24
i. Les institutions de dépôts (les banques) : ..........................................................24
ii. Les institutions d’épargne contractuelle :..........................................................25
iii. Les entreprises d’investissement :..................................................................26
2. Les différents marchés des systèmes financiers : .................................................27
i. Le marché Monétaire : .......................................................................................27
ii. Le marché Financier :.........................................................................................27
iii. Le marché des changes :.................................................................................28
III. Le Système financier Marocain : ............................................................................29
4

1. Structure et organisation du système bancaire marocain ......................................30


i. Les autorités monétaires ....................................................................................32
a. Le Ministère des Finances ...............................................................................32
b. Bank Al Maghrib ..............................................................................................32
ii. Les Organe de consultation et de coordination :................................................34
a. Conseil Nationale de la Monnaie et de l’Epargne (CNME) : ............................34
b. Le Comité des Etablissements de Crédit (CEC) : ............................................35
c. La Commission de Discipline des Etablissements de Crédit (CDEC)................35
iii. Les typologies des banques commerciales marocaines :.................................35
iv. Les sociétés de financement : ........................................................................37
2. Structure des Marchés des Capitaux au Maroc :.....................................................38
i. Structure du Marché financier Marocain : ..........................................................38
a. Un marché primaire (émission des nouvelles valeurs)....................................38
b. Le marché secondaire : la Bourse des valeurs de Casablanca. .......................40
ii. Marchés Monétaires :..........................................................................................42
a. Le marché interbancaire : ..............................................................................42
b. Le marché de titres de créance négociables (TCN) : ......................................43
iii. Le marché hypothécaire : ...............................................................................43
iv. Le Marché des Changes :.................................................................................44
CHAPITRE III : REGLEMENTATION DU SYSTEME FINANCIER ........................................45
I. La réglementation et la supervision du système financier : ......................................46
II. Un contrôle bancaire efficace :.................................................................................47
III. Réglementation des marchés des valeurs : ............................................................52
1. La protection des investisseurs :............................................................................52
2. La loyauté, l'efficience et la transparence des marchés........................................53
3. La réduction du risque systémique : ......................................................................53
IV. Contrôle des Assurances : ......................................................................................54
V. Systèmes de paiement et règlement :.......................................................................56
1. La lutte contre l'abus du système financier international : lutte contre le
blanchement d'argent et le financement de terrorisme. ..............................................59
2. La relation entre le système financier, blanchement d'argent et financement de
terrorisme :...................................................................................................................59
3. Les mesures d'accompagnement : ..........................................................................61
CONCLUSION...........................................................................................................62
BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................................64
5

INTRODUCTION

Dans chaque pays le système financier constitue un élément


central du fonctionnement de l'économie. Il établit un cadre qui
facilite l'échange de biens, de services et de capitaux, et qui soutient
la croissance économique.

Le système financier, comprenne les intermédiaires financiers et


des marchés à court, moyen et long termes. Ce système représente la
cour monétaire et financière d’une économie de marché. Les capacités
de financement et les besoins de financement des agents doivent se
rencontrer et s’ajuster.

Le système financier évolue en fonction des déréglementations, des


créations de marchés et d’instruments, et des stratégies des acteurs.
Une vision statique pourrait laisser croire que nous disposons donc de
deux compartiments et marches de financement pour les agents
économiques crédits ou titrer/banques ou marchés. Dans la réalité, il
s’est développé une concurrence entre ces deux compartiments et une
forte indépendance s’est mise en place. Les années 1980 et 1990 sont
marquées par un développement des marchés et une profonde
modification des activités bancaires. La crise mondiale des années 2008
et 2009 a mis à rude épreuve le système financier et l’économie
mondiale. Ce qui pose la question d’une nouvelle régulation.

De ce fait, vu l’importance du système financier sur l’efficacité de


l’économie, nous essayerons de répondre à la problématique suivante :

Quelle structure et quelle réglementation peut-on suivre pour une


stabilité financière et un bon fonctionnement du système financier ?

De cette problématique découle les questions suivantes :

1- Quelles sont les principales mutations et évolutions qu’a connues


le système financier ?
2- Qu’est ce qu’un système financier ?
3- Comment s’effectue le financement de l’économie ?
4- Quelle est la structure du système financier marocain ?
6

5- Quels sont les principaux organes de contrôle et de


réglementation du système financier international, ainsi que leurs
impacts sur la stabilité et le fonctionnement de l’économie
mondiale ?

La contribution du système financier s’avère très important et


nécessaire pour la vie économique et sociale dans le monde.

En effet, à travers notre rapport, nous allons essayer de répondre à


cette problématique dans les trois chapitres suivants :

Le premier chapitre consiste à présenter les différentes évolutions


et mutations du système financier, ainsi que sa définition et ses
différentes fonctions.

Ensuite, dans un deuxième chapitre, nous aborderons la structure du


système financier, nous traiterons les modes de financement de
l’économie, la structure générale du système financier et en prenant le
cas du Maroc.

En fin, dans le troisième chapitre, nous allons présenter le cadre


général de la réglementation du système financier, d’où on va parler
précisément des organes de contrôle et de réglementations ainsi que
leurs rôles.
7

CHAPITRE I : PRESENTATION
DU SYSTEME FINANCIER
8

I. Evolution et mutations du système financier

Au-delà de ses coûts considérables, la crise de 2007-2009 souligne


les lacunes criantes qui subsistent dans notre compréhension du rôle
de la finance et de son intégration avec l’économie. Jusqu’aux années
1980, les liens entre l’économie réelle et l’économie financière
étaient relativement peu étudiés. Les théories de la croissance ne
faisaient aucune place au rôle du secteur financier. Il fallait remonter
à Schumpeter pour trouver une analyse substantielle du rôle du crédit.
Il considérait en effet que l’entrepreneur et le banquier représentaient
les deux acteurs complémentaires du processus d’innovation. Après lui,
les travaux se sont plutôt concentrés sur le rôle de l’entrepreneur. La
littérature économique sur les systèmes financiers connaît un certain
renouveau dans la seconde moitié du XXe siècle, notamment avec les
travaux de Gurley et Shaw (1955) qui identifient une relation
significative entre les intermédiaires financiers et la croissance.
Goldsmith (1969) consacre une étude importante au rôle de la
structure financière dans le développement. Puis McKinnon (1973) et
Shaw (1973) soulignent l’effet négatif de la répression financière
(plafonnement des taux d’intérêt, politique d’allocation sélective du
crédit, protectionnisme financier) qui réduit la formation de capital,
biaise les choix techniques au détriment des activités intensives en
main-d'œuvre et conduit à des investissements intensifs en capital et
de piètre qualité.

1. Les Grands traits de la mutation financière :


La mutation financière désigne la profonde évolution des systèmes
financiers amorcée des les années 1970 dans les pays anglo-saxons,
dans les années 1980 pour les pays européens et les années 1990 dans
beaucoup de pays émergents (Asie du sud-est, Amérique du Sud, Pays
Europe centrale et orientale, Maghreb…). À l’origine de cette
transformation, deux types d’initiative. L’initiative privée, tout
d’abord, mais davantage dans le cas des pays anglo-saxons, avec une
accélération sans précédent d’innovations financières introduites le
9

plus souvent par les institutions financières. L’initiative publique a


dominé dans les pays soucieux de rattraper le retard de leur place
financière par rapport aux pays en avance: d’importantes réformes
financières ont dès lors été entreprises par les pouvoirs publics, visant
à décloisonner des marchés nationaux de capitaux, à les étendre et à
en faciliter l’accès, ainsi qu’à libéraliser l’activité des banques et à
favoriser l’essor de nouveaux intermédiaires financiers (SICAV,
assurances vie). Progressivement, à l’échelle internationale, les
marchés de capitaux se sont standardisés (mêmes produits, mêmes
segments de marchés, mêmes procédés, mêmes intervenants) et
interconnectés jusqu’à créer un vaste marché mondial des capitaux. Le
rôle des marchés de capitaux s’est ainsi considérablement accru. tant
au niveau des modalités du financement des entreprises qu’à celui des
possibilités de placements des ménages, au point de pouvoir y associer
un « nouveau régime de croissance », pour reprendre la formulation de
Dominique Plihon.

i. La globalisation financière

Parmi les nombreux concepts associés à la mutation financière, celui


de «globalisation», par son caractère concret et unificateur, apparait
comme le dénominateur commun à l’ensemble des transformations qui
ont affecté le fonctionnement des systèmes financiers, la globalisation
financière résulte des progrès techniques en matière de
communication, mais elle procède aussi de décisions politiques; le
passage aux changes flottants à partir de 1973, le changement du
contexte macroéconomique (chocs pétroliers, ralentissement de la
croissance, creusement des déficits publics. .) ont conduit, à partir du
début des années 1980, les pouvoirs publics à modifier le cadre
institutionnel mis en place au lendemain de la Seconde Guerre
mondiale, La globalisation s’est ainsi accompagnée d’une libéralisation
des systèmes financiers nationaux. Cette libéralisation se caractérise
par Ce Qu’il est convenu d’appeler le phénomène des « 3D » :
décloisonnement (et internationalisation), désintermédiation (et
banalisation des activités) et déréglementations.
10

a. Décloisonnement des marchés domestiques : l’exemple français

Les conditions nécessaires de la globalisation financière sont non


Seulement l’ouverture des marchés nationaux, mais aussi, à l’intérieur
de ceux-ci, l’éclatement des compartiments préexistants. Les
dispositifs en place dans la plupart des pays au début des années 1970,
notamment en France, se caractérisaient par de fortes limitations du
jeu des forces du marché, au moyen notamment de contrôles des prix
ou du volume des opérations des institutions financières, et de
restrictions à l’accès au marché.
Ce système d’« économie d’endettement » présentait trois traits
principaux :
- la prédominance de l’intermédiation bancaire liée à la faiblesse et
à l’étroitesse des marchés de capitaux ;
- une concurrence insuffisante entre institutions financières : les
circuits de financement et de collecte de l’épargne étaient
étroitement cloisonnés et spécialisés ;
- un strict contrôle par les autorités monétaires de la distribution
du crédit et des opérations financières avec l’étranger.
Les inconvénients de ce système financier ont commencé à se faire
sentir à la fin des années 1970 : permissivité à l’égard de l’inflation,
coûts excessifs de l’intermédiation, faible efficacité dans l’allocation
des ressources. Dans le même temps, les marchés financiers ne
répondaient plus aux besoins grandissants d’emprunt de l’État et des
entreprises. Cette situation allait être totalement bouleversée par un
vaste mouvement de réformes entreprises au cours des années 1980.
En France, le décloisonnement a consisté à réduire le nombre de
marchés spécifiques (circuit bancaire et du Trésor, réseaux mutualistes
ou caisses d’épargne, etc.) afin de constituer un vaste marché des
capitaux permettant une régulation monétaire plus efficace et plus
conforme aux règles de la concurrence. L’ouverture du marché
monétaire à partir de 1985 marque la première étape du processus de
décloisonnement. Avant 1985, le marché monétaire français était
réservé aux banques pour ajuster leur trésorerie par le biais de
placements ou d’emprunts de monnaie banque centrale. À partir de
11

1985, la France, à l’instar des autres grands pays industrialisés, se dote


d’un véritable marché monétaire ouvert à l’ensemble des agents.
L’introduction des titres de créances négociables (TCN) et des bons du
Trésor négociables (BTAN et BTF) participe à la mise en place du
chaînon manquant entre le marché interbancaire et le marché
obligataire. Les titres de créance négociables sont de trois types : les
certificats de dépôt émis par les institutions financières, les billets de
trésorerie émis par les entreprises et les bons à moyen terme
négociables qui peuvent être émis par toutes les sociétés (financières
et non financières). La loi du 26 juillet 1995 les dote de
caractéristiques (montant unitaire, mode de rémunération, modalités
de placement et de négociation, domiciliation, dématérialisation) que
les autorités ont voulues aussi homogènes que possible pour en
accroître l’attrait pour les investisseurs. Ce cadre légal a été refondu
fin 1998 afin de faciliter les conditions d’émission et promouvoir
l’ouverture européenne et internationale de ces marchés. Alors que les
certificats de dépôt et les billets de trésorerie sont émis pour des
échéances à l’origine pouvant aller d’un jour (comme sur le marché
américain) à un an, les bons à moyen terme négociables sont émis au-
delà d’un an afin d’offrir une alternative au marché obligataire. Les
TCN permettent ainsi l’instauration d’un continuum d’échéances entre
le très court terme et le long terme. La seconde étape du processus de
décloisonnement & été réalisée par la levée progressive de
l’encadrement du crédit entre 1985 et 1987, complétée par une plus
grande égalité dans les conditions de collecte des ressources et
d’octroi de financements.
La décennie des années 1980 est aussi celle de la réhabilitation des
marchés boursiers dans le financement de l’économie. Cette
réhabilitation s’est accompagnée, en France, d’une modernisation des
structures institutionnelles et d’une transformation des techniques de
marché avec l’informatisation des échanges. Émerge alors un marché
national unifié et structuré : les anciennes bourses de valeurs locales,
Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nancy et Nantes, fusionnent en janvier
1991 avec Paris pour créer un marché national unifié qui rassemble
toutes les valeurs cotées sur un même système informatique de
négociation (CAC ou cotation assistée en continu depuis 1986 puis NSC
Nouveau Système de Cotation depuis 1995). Depuis 1991, la négociation
12

des titres est facilitée par le système automatique de règlement-


livraison RELIT (Règlement Livraison de Titres) qui assure le
dénouement des opérations traitées par les sociétés de bourse
(entreprises d’investissement depuis la loi de modernisation financière
en 1996). 1 Parallèlement, le statut des acteurs du marché a
considérablement évolué. Les bourses sont passées du statut de
coopératives à celui de sociétés anonymes, elles-mêmes cotées en
bourse.

b. L’internationalisation des marchés

La globalisation des flux financiers comme celle des échanges


commerciaux n’est pas un fait nouveau. Dès le milieu du XVIIIe siècle,
il existait déjà une véritable intégration financière internationale : les
cours des titres connaissaient des évolutions similaires sur les
principales places boursières et les crises avaient déjà, à la fin du XIXe
siècle des répercussions internationales. La crise de 1929 marquera
ensuite l’entrée dans une phase de désintégration financière.
L’internationalisation financière reprend de façon spectaculaire dans
les années 1960 avec le développement des euro-marchés de capitaux,
largement impulsé par les banques d’affaires anglaises (merchants
banks). Ceux-ci permettent le recyclage des excédents pétroliers à la
suite du premier choc d’octobre 1973, ainsi que le financement de la
relance mondiale de 1976 à 1979 par l’apport de fonds aux pays en
développement à revenu intermédiaire. Cet endettement allait
toutefois s’avérer ultérieurement une source de difficultés dans un
contexte conjoncturel moins favorable. De plus, le développement des
euros-marchés, limité initialement aux professionnels, n’a pas été sans
risques puisqu’il fut à l’origine de la première grande alerte financière
de la fin du XXe siècle : le dépôt de bilan en 1974 de la banque
Herstatt, amenant les régulateurs bancaires à s’organiser au sein du
Comité de Bâle.
Ce mouvement d’internationalisation s’est vu renforcé à partir des
années 1970 par la libéralisation des mouvements de capitaux. La
progression des transactions internationales sur titres, qui
représentaient 110 % du PIB américain au début des années 1990 contre
13

4 % en 1975. pemettent de le mesurer. En France, ce ratio passe de 3 %


à 106 % au cours de la même période et dépasse 1 000 % en Grande-
Bretagne il s'illustre également par l’ampleur des mouvements de
restructurations ans les secteurs de la banque et de la finance : à partir
des années 1980, des Spécialistes étrangers. Tels que les investment
banks américaines ou les merchant banks britanniques s’implantent en
France.
L’internationalisation est également catalysée par l’essor des nouvelles
technologies de l’information et de la communication (NTIC) qui
permettent une interconnexion des places boursières (GLOBEX1), une
diffusion plus rapide et moins coûteuse de l’information (systèmes
Reuters, Telerate, Fininfo. . .) et l’automatisation des processus de
traitement de cette dernière (avec en particulier l’introduction des
program-trading).
En Europe, l’Union économique et monétaire et la création de
l’euro ont conduit à l’émergence d’un vaste marché unifié des
capitaux. Les entreprises de marché européennes ont entamé un large
mouvement de restructurations avec la fusion en 2000 des places de
Paris, Amsterdam et Bruxelles pour créer Euronext. Cette bourse a
depuis accueilli Lisbonne et le LIFFE (marché de produits dérivés de
Londres), avant de fusionner avec le NYSE (New York Stock Exchange)
en 2007. Le choix d’une plateforme totalement informatisée garantit
aux investisseurs la liquidité du marché, la transparence et la sécurité
des transactions à moindre coût. On observe de la même façon, sur le
marché des titres d’État, une prépondérance de l’électronique : près
de 90 % de la dette gouvernementale européenne est désormais traitée
sous forme électronique sur les trois principales plates-formes, MTS,
BrokerTec et E urexbonds.
Les transformations apportées aux cadres juridiques nationaux ont
tout autant contribué à l’internationalisation des marchés. En Europe,
la première directive bancaire adoptée en 1977 interdit aux États
membres de refuser l’implantation d’établissements de crédit de pays
de la Communauté. La deuxième directive bancaire, adoptée en 1989
et transposée en droit français en 1992, consacre les notions de libre
établissement et de libre prestation de services bancaires, sur la base
de la reconnaissance mutuelle des agréments nationaux. La loi de
Modernisation des Activités Financières (MAF) du 2 juillet 1996, qui
14

transpose en droit français la directive européenne sur les services


d’investissement en valeurs mobilières (DSI), étend ces dispositions à
l’ensemble des services financiers. Enfin, la DSI II (Directive Marchés
d’instruments financiers ou MIF ) ouvre la voie à la concurrence
européenne entre différents systèmes de négociation des transactions,
en reconnaissant l’existence de réseaux privés de négociations
totalement électroniques (Multilatéral Trading Facilities) et en
autorisant les banques à pratiquer elles-mêmes la confrontation des
ordres en interne. D’autres directives importantes sur les OPA, sur les
prospectus en matière d'opérations financières, sur les instruments
financiers ..., sans oublier celles relatives aux métiers du chiffre
(normes IAS/IFRS, 8e directive concernant les commissaires aux
comptes et leur responsabilité) ont été plus récemment adoptées.

c. Désintermédiation

La désintermédiation a été l’une des premières conséquences visée.


Les du décloisonnement des marchés. Elle traduit schématiquement ie
passage d’une situation qualifiée de « finance indirecte intermédiée »,
dans laquelle les entreprises sont essentiellement financées par les
banques au moyen de crédits bancaires classiques, à une situation de «
finance directe », dans laquelle les entreprises se financent davantage
par apport de fonds propres ou par émission de titres de créances
négociables, sur les marchés financiers (of. Chapitre II). Bien que les
financements de marché tendent à supplanter les financements
bancaires traditionnels, on constate dans le même temps, que les
banques ne se désintéressent pas, loin s’en faut, du développement du
marché des capitaux ; au contraire, elles ont accentué leurs
interventions sur ces marchés, en émettant elles-mêmes des titres ou
en souscrivant à des actifs émis sur les marchés monétaires et
financiers. C’est cette présence accrue des banques sur le marché des
capitaux qui a entraîné une « marchélisation » des conditions bancaires
des opérations traditionnelles, et qui rend forcément un peu arbitraire
la frontière entre l’intermédiation et la désintermédiation. L’essor des
activités de marché des banques s’accompagne comptablement d’une
augmentation de la part des commissions dans leur produit net. En
1984, les commissions ne représentaient que 14 % du produit net
15

bancaire des banques françaises prises globalement. Une vingtaine


d’années plus tard, pour l’ensemble des banques en France, la
proportion était de 34 %, et la tendance va se poursuivre, même si la
part des commissions pour la France et la plupart des autres pays
européens reste encore en retrait des chiffres observés aux États-Unis.
Les systèmes financiers se divisent en gros en systèmes fondés sur les
financements intermédiés et donc le crédit (« bank-based ») et en
systèmes reposant principalement sur les marchés de capitaux («
market based »). La figure 1 rapproche, pour un certain nombre de
pays, deux indicateurs : le ratio de capitalisation boursière
(capitalisation/PIB), pris comme indicateur du poids des marchés
financiers, et le ratio de crédit (crédit intérieur/PIB), choisi comme
indicateur du poids des banques.
La complémentarité des financements intermédiés et des financements
désintermédiés se traduit par le fait que la plupart des pays se situent
autour de la première bissectrice. Mais il apparaît aussi que le
Royaume-Uni conserve une avance significative par rapport à ses
partenaires européens pour le ratio de capitalisation boursière.

d. Déréglementation et banalisation de l’activité bancaire :

Le mouvement de déréglementation entrepris dans l’ensemble


des pays industrialisés, dès la fin des années 1970 et principalement au
cours des années 1980-1990, a comporté principalement deux volets :
une « déréglementation des volumes » (suppression du contrôle des
changes, levée des mesures d’encadrement du crédit) et une «
déréglementation des prix » (libéralisation des tarifs bancaires, des
taux créditeurs et débiteurs. . .). L’événement le plus emblématique a
été le Big Bang imposé par l’Angleterre à son système financier en
octobre 1986. Ce mouvement de déréglementation a accentué la
concurrence entre les banques sur tous les segments du marché du
crédit (particuliers et professionnels). En France, par exemple, en
raison de choix stratégiques différents et de dispositions législatives
particulières (monopole de distribution du livret A pour les caisses
d’épargne et la Poste, crédits bonifiés pour le Crédit Agricole), la
concurrence entre les établissements banques AFB, Poste, Caisses
d’épargne ou banques mutualistes était relativement réduite. En
16

France avant la loi de 1984, plus de trente statuts différents


d’établissements de crédit coexistaient, conférant souvent à leurs
bénéficiaires le monopole de certains créneaux d’activités
fréquemment assortis d’avantages fiscaux ou financiers. Tout en
respectant les spécificités statutaires du monde mutualiste et
coopératif, la loi bancaire de 1984 fonde le concept d’établissement de
crédit en éliminant la séparation entre banque de dépôt et banque
d’affaire. Elle reconnaît de façon explicite la vocation universelle des
établissements de crédit puisque ceux-ci sont non seulement habilités à
effectuer toutes les opérations de banque mais aussi la quasi-totalité
des opérations de finance. Ainsi, en un peu plus de trente ans, le
paysage financier français a profondément évolué. Au système
compartimenté et spécialisé, s’est substitué un modèle de « banque
universelle ». On observe également aux États-Unis, un mouvement
similaire avec la remise en question de la distinction traditionnelle
séparant banques commerciales et « Investment Banks » spécialisées
dans le placement des valeurs mobilières. La concurrence interne au
système bancaire s’est amplifiée au cours des années 1990 posant des
problèmes de rentabilité et de viabilité des institutions bancaires
aboutissant à des faillites et des restructurations (of. Chapitre II). Les
banques ont également dû faire face à l’essor de nouveaux
concurrents, tels que les sociétés d’assurance (en particulier dans le
domaine de l’assurance-vie), les OPCVM et les fonds de pension, qui
ont profité de cette banalisation des activités bancaires.
17

II. Définition et fonctions de système financier :


1. Définition du système financier

Le système financier englobe les marchés, intermédiaires, sociétés


de services, et toutes les autres institutions qui mettent en œuvre les
décisions financières des ménages, des entreprises et des
gouvernements.

Les intermédiaires financiers sont définis comme des entreprises dont


l’activité principale consiste à fournir des services et produits
financiers. Ces institutions regroupent des banques, des compagnies
financières, et des compagnies d’assurances. Leurs incluent les
comptes bancaires, des prêts commerciaux, des prêts immobiliers, des
Sicav (société d’investissement à capital variable) et FCP (fonds
commun de placement), ainsi qu’une grande variété de contrats
d’assurance.

Aujourd’hui, le système financier est globalisé. Les marchés et les


intermédiaires financiers sont reliés par un vaste réseau international
de télécommunications, de telle sorte que les transferts d’argent et
les opérations sur les titres financiers peuvent pratiquement se
poursuivre 24 heurs sur 24.

2. Les fonctions de système financier :

Il appelle développement financier le processus par lequel les


instruments, marchés et intermédiaires financiers améliorent le
traitement de l’information, la mise en œuvre des contrats et la
réalisation des transactions, permettant ainsi au système financier de
mieux exercer les fonctions définies ci-dessus.
18

 Le système financier permet de transférer des fonds depuis les


agents économiques (ménages, entreprises, collectivités
publiques) qui épargnent, car leurs dépenses sont inférieures à
leurs revenues, vers les agents économiques qui souhaitent
emprunter, c’est-à-dire dépenser plus que leur revenu .On dit
qu’il sert d’intermédiaire entre les agents à capacité de
financement et les agents à besoin de financement .

 Le système financier facilite les échanges de biens et de services


en Réduisant les coûts de transaction et d’accès à l’information
associés à Ces échanges. Son rôle se compare à celui de la
monnaie, qu’il approfondit, notamment en facilitant les
paiements et en élargissant la dimension inter temporelle par
l’accès au crédit. Le lien avec la croissance passe par
l’interaction entre le développement des échanges et la
spécialisation, l’efficacité productive et l’innovation, très
étudiée par ailleurs dans la littérature économique. Cette
interaction se produit autant au niveau national qu’au niveau
international, le développement des échanges ayant contribué à
la mobilité des capitaux qui, à son tour, nourrit la vigueur du
commerce international.

 Le système financier a le rôle dans la mobilisation et la collecte


de L’épargne. Il permet en effet de constituer un Stock de
ressources financières à partir de la contribution non coordonnée
D’un grand nombre d’épargnants, ce qui est susceptible de
générer des coûts de transaction importants. Il assure aussi une
fonction essentielle de garant de la confiance, nécessaire pour
que chaque épargnant soit prêt à confier son épargne, rôle qui
relève du traitement de l’information mentionné ci-dessus. Ce
rôle est assuré aussi bien par les marchés que par les
intermédiaires financiers : les marchés proposent, dans un
contexte institutionnel encadré par des autorités de régulation,
divers véhicules, qu’il s’agisse de placements en actions, en
obligations, de différents types de produits ou de fonds communs
de placement ; les intermédiaires financiers attirent l’épargne
19

par la réputation qu’ils acquièrent dans leur capacité à faire


fructifier cette épargne, dans un contexte également régulé et
assorti de diverses garanties des dépôts, ce qui est susceptible de
rassurer l’épargnant.

 Le système financier a une quatrième fonction qui porte sur


l’acquisition d’une information Suffisante et de qualité
concernant la profitabilité des projets d’investissement ou la
capacité des agents à s’endetter. En l’absence détecte
information, l’accumulation de capital peut s’avérer inefficace et
nuire à la croissance à long terme, comme l’a amplement montré
l’exemple de l’ex-Union soviétique. Le problème de l’asymétrie
d’information est ici déterminant, car seul le débiteur potentiel
connaît apriori sa capacité à rembourser un emprunt.
L’acquisition de cette information de la part des créanciers est
coûteuse et ce coût peut être mutualisé. Elle est essentielle pour
que le système financier soit capable d’orienter l’épargne vers
les utilisations les plus rentables. Les intermédiaires financiers,
par exemple, ont un rôle majeur à jouer en permettant une
meilleure analyse des projets d’investissement et des entreprises,
contribuant ainsi à l’identification des meilleurs projets, au
financement des entreprises les plus profitables, et donc à
l’efficacité de l’allocation des ressources, à la productivité et à
la croissance. La crise De 2007-2009 a cependant confirmé que la
façon dont les systèmes financiers véhiculent et traitent
l’information peut être source de dysfonctionnements majeurs.

 Le système financier facilite également la gestion et la


diversification Du risque en permettant aux épargnants de détenir
des portefeuilles d’actifs diversifiés. Cela permet à des agents
ayant une aversion pour le risque d’être prêts à investir dans des
projets plus risqués, dont la rentabilité est plus forte. Dès lors
que le risque est correctement appréhendé, ce qui n’est
cependant pas toujours le cas, on peut donc en attendre un effet
bénéfique sur la croissance à long terme.
20

3. Les fonctions des agents économiques :

Traditionnellement les opérateurs sont classés selon les fonctions


qu’ils sont sensés occuper dans le système financier en tant qu’agents
excédentaires, déficitaires ou intermédiaires. Ainsi selon Gurley et
Shaw les agents économiques sont classés en cinq catégories :

i. Les ménages :
Les ménages forment la cellule économique de base de la société. Ils
effectuent de ce fait un certain nombre d’activités qui contribuent à
l’accroissement de la richesse du pays. Ainsi les ménages constituent
en général l’offre de travail qui répond à la demande de travail
émanant des employeurs privés et publics. En contrepartie ils
perçoivent des revenus directs et différents prestations sociales. Ce qui
leur permet de consommer les biens et les services mis a leur
disposition et de pays leurs impôts à l’Etat.

ii. Les entreprises non financières :


Ce sont les agents qui ont pour tâche de créer la valeur ajoutée
qui est « la différence entre la valeur des biens produits et le coût des
matières premières et des intrants qui ont servi à les produire ». Le
reliquat en question n’est autre que les salaires, intérêt et profit
dégagés au sein de l’entreprise. Cependant contrairement aux
ménages, leurs besoins en ressources financières vont généralement
bien au-delà des disponibilités des revenus. Le solde de leurs
opérations fait d’eux des emprunteurs net. Si elles peuvent souvent
mobiliser un financement interne sous forme d’autofinancement ou de
financement en fonds propres, elles restent tributaires du financement
externe que leur procure les différents canaux du système financier.

iii. Les institutions financières :


La particularité des institutions financières vient de la position
qu’ils occupent dans le système financier, par rapport aux autres
agents .leurs rôles d’intermédiaires consiste en effet à mobiliser les
ressources excédentaires des uns pour les affecter à ceux qui
connaissent un gap de financement. L’intermédiation financière est
21

ainsi la principale fonction que remplissent les banques et les sociétés


qui leur sont assimilées. Mais dans le sens large du terme les
institutions financières regroupent également les compagnies qui
gèrent une bonne partie des placement des ménages à travers le
système de l’assurance-vie et des caisses de retraite (les fonds de
pension).

iv. Les administrations publiques :


Les administrations publiques regroupant un ensemble d’opérateurs
qui agissant au nom de l’Etat et des collectivités locales. Elles ont pour
vocation de faire bénéficier les citoyens d’un certain nombre de
services à titre gracieux ou en contrepartie d’une rémunération
symbolique.

v. Le reste du monde :
Le reste du monde regroupe toutes les opérations économiques qui
mettent en cause une unité résidente et une unité non résidente. Pour
faire image l’économie nationale est composée d’agents regroupés
dans cinq secteurs pouvant avoir des relations avec le reste du monde
considéré comme un agent unique pour lequel on ne distingue pas s’il
s’agit de ménages, de sociétés ou d’administrations publiques.
22

CHAPITRE II : STRUCTURE
DU SYSTEME FINANCIER
23

I. Les modes de financement :


Le financement de l’économie s’effectuer en deux manières : direct et
indirect.

1. La finance directe :
C’est la première manière de relier prêteurs et emprunteurs ; elle
est représenté en bas de la figure 1 .Dans la finance directe, les
emprunteurs obtiennent directement des fonds de la part des prêteurs
en leur vendant des titres sur le marché financier .Par exemple, une
entreprise qui a besoin de fonds pour construire un usine peut
emprunter en émettant des obligations. Ce faisant, elle se reconnaît
une dette envers les détenteurs de ces obligations, dettes qu’elle
s’engage à rembourser par les versement échelonnés, durant une
période données ,et selon les modalités précisés au départ .Le montant
de cette dette est inscrit au passif du bilan de l’entreprise, tandis qu’il
est inscrit à l’actif de celui des détenteurs des obligations.

2. La finance indirecte :
Apelle aussi la finance intermédiaire. Dans ce cas, les emprunteurs
obtiennent des fonds en s’adressant à des intermédiaires financiers (en
particuliers les banques) qui leur concèdent des prêts .Les prêteurs quant
à eux prêtent leurs argents non pad directement aux agents à besoin de
financement mais aux intermédiaires financier, spécialement sous formes
de dépôts.

Schéma représentatif des fonctions de système financier


24

II. La structure de système financier :

Les structures des systèmes financiers de différentes payes sont


complexes. Ces Systèmes sont composés de catégories d’institutions
financiers très diverses: banque et institutions financières non
bancaires, compagnies d’assurance, fonds d’investissements et des
différents marches cours, moyens et long termes.

1. Les institutions financières :

On peut distinguer trois catégories d’intermédiaire financiers :


institutions de dépôts (également appelées institutions financiers
monétaires par la banque centrale européenne), les établissement
d’épargnes contractuelle, (comme les compagnes d’assurances et les
fond de pension), et les entreprises d’investissements (également
appelés intermédiaire de placement), qui facilite les placements en
actifs financiers(notamment les banque d’affaires, les fonds collectifs
d’investissement ,les sociétés financière ) .L’activité de ces différents
catégories d’intermédiaire.

i. Les institutions de dépôts (les banques) :

Les institutions de dépôts (banque) collectent les fonds en


acceptant des dépôts à vue (ou compte –cheque) des agents
économiques, en ouvrant des comptes d’épargnes (les dépôts peuvent
faire l’objet de retrait, mais les titulaire n’ont pas le droits de tirer des
chèques) et des dépôts a terme (qui sont bloqués pour une durée
déterminent mois trois mois, etc.) .Les banques utilisent ces fonds pour
distribuer aux consommateurs des prêts commerciaux ou des crédits
hypothécaires, et pour acquérir des obligation du trésor et d’autres
titre public. Les banque représentent les catégories d’intermédiaire
financiers la plus importante et elles détiennent les portefeuilles
d’actifs les plus diversifiés.
25

ii. Les institutions d’épargne contractuelle :

On appelle institution d’épargne contractuelle les institutions


financières auxquelles des fonds sont apportes régulièrement sur la
base d’un contrat à long terme .Les compagnies d’assurance vie et les
fonds de pension sont les principales. Comme ces institutions preuves
prédire de manière assez précise combien elles encaisseront en primes
et combien elles devront verser en prestation dans les années suivant,
elles n’ont pas à se prémunir contre les sortis de fonds comme les
institutions de dépôts. Grace à ce moindre souci de liquidité, elles
peuvent investir dans les actifs à long terme tels que les obligations,
des actions ou des hypothèques.

 Les compagnies d’assurance vie :

Les compagnies d’assurance vie assurent les particuliers contre les


conséquences financières d’un décès, et garantissent le versement de
pension annuelles à partir d’une dates prédéterminée (la retraites en
générale) aux adhérents qui ont payé régulièrement leur primes
pendant leur vie active .Ces primes sont utilisés pour acheter des
obligations, des hypothèques et des actions.

 Les compagnies d’assurance dommage :

Ces compagnies assurent leurs clients contre des accidents tels que
le vol, l’incendie .Elles reçoivent également des primes et paient des
prestations lorsque les accidents assurées surviennent.

 Les fonds de pension :

Sont des institutions financières organisées en générale sur la base


d’une entreprise ou d’un secteur, qui proposent le versement de
pension de retraites en échange de cotisations durant la vie active .
26

iii. Les entreprises d’investissement :

Le dernier groupe d’intermédiaire comprend les sociétés financières,


les fonds collectifs d’investissement et certains et certains fonds
d’investissements monétaire.

 Les sociétés financières :

Lèvent des fonds grâces a la vente de certificats de trésorerie, qui


sont des instruments de dette à court terme, et grâce à l’émission de
titre à long terme pour pratiquer des prêts aux particuliers ou aux
petites entreprise.

 Les fonds collectifs d’investissement :

Aux Etats-Unis les mutuel fonds sont de véritables entreprises


d’intermédiation financière et sont gères par les sociétés de gestion
spécialisées, concurrents des banques et des compagnies d’assurance.
Elles vendent des parts au public et utilisent leurs produits pour
acheter des portefeuilles diversifiés d’obligations ou d’actions cotées
en bourse.

 Les Fonds de placement monétaire :

A côté des fonds d’investissements on considère en Etats unies les


formes de placement monétaire Mme des entreprises d’investissements
Les MMF vendent des parts pour lever des ressources, et ils les utilisent
pour acheter des instruments de marché monétaire qui sont à la fois
sans risques et très liquides.

 Les prestataires de services d’investissements :

Les PSI comprennent d’abords l’établissement de crédits agrées en


tant que PSI, c’est-à-dire les banques qui exercent également des
activités à titre accessoires.
Les catégories des PSI comparent aussi les sociétés de gestion du
portefeuille, qui sont des entreprises d’investissement exerçant à titre
27

principales l’activité de gestion pour compte de tiers, les sociétés


gestionnaires d’organismes de placement collectif en valeurs
mobilières, les fonds communs de créances, les sociétés civiles de
placement immobiliers. Ces entreprises sont supervisées par l’autorité
des marchés financiers.

 Les Banques d’affaires :

Les banques d’affaires ou investment banks sont des institutions


qui ne reçoivent pas de dépôts et ne sont pas vraiment des institutions
financières. Elles aident les entreprises à émettre des titres, d’une part
en les conseillant sur les types d’opérations à réaliser, ensuite en
garantissant les émissions et en organisant leurs acquisitions.

2. Les différents marchés des systèmes financiers :


i. Le marché Monétaire :

Le marché monétaire est un marché de capitaux à court et moyen


terme. Il permet aux institutions financières (trésors nationaux, banque
centrales, banque,…) et aux entreprises, de placer leurs avoirs à court
terme ou de se procurer des financements courts (également moins
d’un an). A travers l’émission et l’échange des titres de créances
négociables à échéance courte (les bons du trésor, les billets de
trésorerie émis par des entreprises, les certificats de dépôts émis par
des établissements financiers…..).

ii. Le marché Financier :


On distingue deux types de marché:

 un marché primaire :
Parmi les principaux investisseurs qui s’intéressent à cet instrument de
financement on peut signaler les compagnies d’assurances, les caisses
de retraites et les OPCVM. Il attire également les particuliers disposant
de liquidités momentanément inutilisées ou en quête de placements à
court terme.
28

 marché secondaire : du marché boursier :


Il existe deux grands modèles d’organisation des marchés boursiers sur
les différentes places internationales : le marché dirigé par les prix-on
dit que la cotation est par les prix et le marché dirigé par les ordres-
cotation par les ordres.
La BC est structurée en un marché central et en un marché des blocs
dans lesquels les investisseurs sont protégés à plusieurs niveaux.

iii. Le marché des changes :


Le marché des changes, appelé FOREX (Foreign Exchange) est le lieu
de confrontation de l’offre et la demande de devises.
C’est le marché sur lequel s’échangent des devises de l’ensemble des
économies à monnaie convertible. Les offreurs et demandeurs de
devises ne se rencontrent pas physiquement.
Les transactions se déroulent dans des salles de marchés des
différentes banques (cambistes) par le biais d’instruments de
communication : Fax, téléphone, internet et dealing (système de
transmission électronique).
Les transactions sur les devises impliquent toujours deux monnaies. Si
l'une est achetée, l'autre est forcément vendue. Si l'une est reçue,
l'autre est livrée. Les agents économiques (entreprises importatrices et
exportatrices, ménages, investisseurs et spéculateurs) s’échangent de
la monnaie domestique contre une autre devise (Dirham contre Dollar
par exemple.), et de ses échanges un prix du
Dirham en Dollar est établi ; ce prix est appelé le taux de change ou
parité de change. Ce marché est essentiellement un marché de gré à
gré en ce sens qu’il n’ya pas de cotations centralisées, mais les
transactions s’effectuent entre les acteurs (contact direct) qui
définissent directement entre eux les conditions de leur échange :
quantités de devises achetées ou vendues et le prix (taux de change).
Au sens strict, le marché de change est un réseau de cotation
international interbancaire fonctionnant en continu. Il repose sur la
présence des teneurs de marché (market makers) dont le rôle
économique est d’assurer la permanence des cotations en proposant à
tout moment deux prix, un prix acheteur et le prix de vente. Ces deux
prix constituent la fourchette.
29

III. Le Système financier Marocain :

Le système financier marocain est constitué d’un ensemble


complexe d’institutions plus ou moins spécialisées, fruit de son
évolution socio-économique propre. Dés les premières années de
l’indépendance, le souci d’assurer le financement de l’économie avait
conduit à la création ou la réorganisation d’établissements financiers
spécialisés, tels que la CDG (Caisse de Dépôt Générale), la BNDE
(Banque Nationale de Développement Economique), la CNCA (Caisse
Nationale de Crédit Agricole), la Caisse d’Epargne Nationale, la CNSS
(Caisse Nationale de la Sécurité Sociale) et le CIH (Crédit Immobilier et
Hôtelier). Chacun de ces établissements s’est vu confier une mission
bien déterminée dans la collecte de l’épargne et le financement des
investissements ainsi que des diverses activités des secteurs privés et
publics. De même certains organismes bancaires ont été chargés de
missions spécifiques. Il est résulté de cette architecture un système
d’intermédiation certes complet, mais compartimenté et où, de
surcroît, les règles de fonctionnement et de gestion étaient
administrées par l’Etat, suite à l’instauration de l’encadrement du
crédit et à l’institution de nombre de coefficients d’emploi obligatoire.

La structure de système financier marocain est devisée en deux


parties :

 système bancaire marocain


 Marché Des Capitaux
30

1. Structure et organisation du système bancaire


marocain

Le secteur bancaire marocain est considéré comme l'un des


moteurs du développement de l'économie du pays et de sa prospérité,
ce dernier est devenu dans une courte période un secteur moderne et
efficace. En réalité, il a connu un mouvement de concentration
significatif aujourd'hui achevé. Plusieurs banques possèdent une licence
d'exploitation mais sept banques contrôlent le marché.
Le secteur bancaire occupe une place importante dans le système
financier. A cet effet, il est nécessaire de signaler la structure du son
système, le rôle de la banque centrale (BAM) et comment celle-ci
intervient dans la régulation financière.

Les structures du système bancaire marocain sont organisées autour


des autorités de tutelle et de contrôle, des organes de consultation et
de coordination, des banques et des sociétés de financement. A travers
les avis du Conseil National de la Monnaie et de l’Epargne (CNME), du
Comité des Etablissements de Crédit
(CEC) et/ ou de la Commission de Discipline des Etablissements de
Crédit, le Ministre de Finance exerce une tutelle et un contrôle sur le
système bancaire.

Bank Al Maghrib est la deuxième entité de surveillance du


système bancaire et financier marocain. Son pouvoir de contrôle et de
dissuasion a été redéfini et élargie avec la loi bancaire de 1993.
Pour exercer leurs activités, les établissements de crédit ainsi que leurs
dirigeants doivent d’un côté satisfaire un certain nombre de conditions
et d’exigences nouvelles et respecter un ensemble de règles, d’un
autre coté. Ces conditions et règles sont :
- L’honorabilité des personnes ;
- Le non-cumul de fonctions ;
- L’agrément par le Ministre des Finances ;
- Le respect normes prudentielles (capital minimum, coefficients
de liquidité, de solvabilité, de division des risques et de tout autre
ratio prévu par Bank Al Maghrib) ;
- Le respect des règles comptables établies par Bank Al Maghrib ;
31

- L’adhésion à une organisation professionnelle.

Ainsi, au niveau du secteur bancaire, trois axes ont été introduits,


en l’occurrence la refonte du cadre législatif régissant l’activité de ces
institutions (principe de banque universelle, protection des déposants,
surveillance du système bancaire), le renforcement de la
réglementation prudentielle en conformité aux normes internationales
(solvabilité, liquidité, gestion des risques,…) et la déréglementation de
l’activité bancaire (libéralisation des taux et suppression des emplois
obligatoires).

La structure du système bancaire et para-bancaire marocain organisées


autour :
- Des autorités tutelle et de contrôle ;
- Des organes de consultation et de coordination ;
- Des banques ;
- Sociétés de financement ;

Le secteur bancaire marocain

Les autorités Les organes de Les établissements


monétaires consultation de crédit

Les banques
CNME
commerciales
Ministère
des
finances
CEC
Les sociétés
financières
Bank Al-
CDEC
Maghreb
32

i. Les autorités monétaires

La loi bancaire a renforcé les pouvoirs de réglementation, de


contrôle de sanctions des autorités monétaires en aménageant une
grande place à la concertation par la création des trois nouveaux
organes de consultation et par l’introduction de l’avis obligatoire de
ces instances sur les points importants touchant à l’activité bancaire.
Les autorités de tutelle et de contrôle des établissements de crédit,
que l’on désigne aussi sous l’appellation « autorités monétaire » sont
constituées par deux entités : Le Ministère des Finances et
Bank Al Maghrib.

a. Le Ministère des Finances

Le Ministère des Finances joue un rôle important dans l’activité


bancaire et sa surveillance car c’est à lui qu’échoit, en définitive, la
responsabilité des décisions relatives à la politique monétaire ainsi
qu’à la réglementation et au contrôle des établissements de crédit,
Autrement dit le Ministère des finances a pour fonction de surveiller les
activités bancaires en raison de la responsabilité qu’il a en matière des
décisions relatives à la politique monétaire.
On notera que le Ministère des finances exerce incontestablement une
influence considérable sur l’ensemble du dispositif mis en place par la
loi bancaire et ce soit directement en étant président du Conseil
National de Monnaie et de l’Epargne, soit indirectement, par
l’entremise de ses représentants présents dans toutes les instances par
cette loi et dans les établissements publics et semi publics.

b. Bank Al Maghrib

Dénommée « Banque du Maroc »jusqu’en 1987, Bank Al-Maghrib a


été créée par le dahir du 30 juin 1959 par substitution à l’ancienne
Banque d’Etat. Appelé également « institut d’émission », « Banque
Centrale », ou banque des banques, Bank Al Maghrib assure un rôle
réunissant, en fait, des activités multiples qui expliquent les différents
appellations dont elle fait l’objet.
33

A cet effet, précisons qu’à l’instar des autres Banques Centrales, Bank
Al- Maghrib a pour mission essentielle de régler le cours de la
circulation monétaire afin de contribuer, en accord avec la politique
économique et financière du gouvernement, à l’expansion économique
du pays. Elle doit, à cet égard, assurer la stabilité de la monnaie et
sauvegarder son pouvoir d’achat. Pour atteindre ces objectifs, elle a le
privilège :

 L'émission des billets de banque et des pièces de monnaie et


d’effectuer toute opération sur or et devises.
 D’entretenir des rapports bancaires avec l’Etat, de lui servir
de conseiller et d’assistant financier.
 De consentir des crédits au système bancaire et d’en contrôler
l’activité.
 La banque assure le contrôle du marché monétaire.
 La publication des statistiques sur la monnaie et le crédit.
 La banque fixe le régime de change.
 La banque veille à l'application des dispositions législatives et
réglementaires.

Alors la BAM s’est engagée dans des réformes structurelles


permettant de garantir la solidité financière du système bancaire et de
veiller à la modernisation et à la sécurisation des systèmes et moyens
de paiement. Par ailleurs, la banque a mis en place, en concertation
avec la communauté bancaire, des systèmes de paiements
performants, à savoir le système interbancaire de télé compensation
(SIMT) et le système des règlements bruts du Maroc (SRBM).

Le Conseil de Bank Al est composé comme suit :

 le Gouverneur de la Banque, président ;


 le Vice-gouverneur ou le Directeur Général de la Banque ;
 le Directeur du Trésor et des Finances Extérieures au sein
du Ministère chargé des Finances.
 six membres désignés par le Premier Ministre, dont trois
sur proposition du Gouverneur, parmi les personnes
connues pour leur compétence en matière monétaire,
34

financière ou économique et n'exerçant aucun mandat


électif, aucune fonction de responsabilité dans les
établissements de crédit ou à caractère financier ou dans
l'administration publique.

ii. Les Organe de consultation et de coordination :

Des organes spécialisés ont été créées pour être consultés et


faciliter les prises de décisions des autorités monétaires. Il s’agit : du
Conseil Nationale de la monnaie et de l’Epargne, du Comité des
Etablissements de Crédit et de Discipline des Etablissement de Crédit.

a. Conseil Nationale de la Monnaie et de l’Epargne (CNME) :

Aider le Ministère de tutelle à prendre les décisions relatives,


notamment, à la politique monétaire et de crédit ainsi qu’aux moyens
de sa mise en œuvre.
Son rôle de consultation sur les orientations de la politique monétaire
et du crédit et les moyens de sa mise en œuvre, qui a été étendu aussi,
aux conditions générales de fonctionnement des établissements de
crédit. Une autre innovation réside dans la possibilité de constituer, au
sein du Conseil Nationale de la
Monnaie et de l’Epargne, des groupes de travail en vue de mener
différentes études que pourrait lui confier le Ministère des Finances .la
loi a voulu dynamiser cet aspect d’études en prévoyant, d’une part la
constitution d’un «groupe de conjoncture économique et sociale » qui
aura à se pencher sur les rapports entre les établissements de crédit et
la clientèle et sur l’information du public, et, en envisageant, d’autre,
différents thèmes dont notamment l’examen des implications des
orientations de la politique monétaire et du crédit sur le
développement régional.
35

b. Le Comité des Etablissements de Crédit (CEC) :

Facilite la prise de décision de Ministère concernant les activités


des établissements de crédit et émet des avis consultatifs à l’adresse
de BAM concernant les aspects techniques de la politique monétaire.
Un autre aspect important de la concertation réside dans le fait que le
Comité des Etablissements de Crédit « donne, également son avis au
gouverneur de Bank Al Maghrib, sur les questions se rapportant aux
aspects techniques des instruments de la politique monétaire et des
règles prudentielles ».

c. La Commission de Discipline des Etablissements de Crédit (CDEC)

Pour mission de traitement des dossiers disciplinaires et


proposition des sanctions adéquats aux infractions à la réglementation
bancaire et financière.
En outre elle instruit les dossiers disciplinaires et de proposer les
sanctions susceptibles d’être prononcées à l’encontre des
établissements de crédit par le ministère des Finances ou par le
gouverneur de Bank Al Maghrib.
Ses attributions sont toutefois limitées à l’avis qu’elle peut donner
dans les trois domaines suivants :
- L’interdiction ou la restriction d’exercices relatifs à certaines
opérations se rapportant à l’activité de l’établissement du crédit
concerné.
- La nomination d’un administrateur provisoire.
- le retrait d’agrément.

iii. Les typologies des banques commerciales marocaines :

Selon l'article 11 de la loi bancaire, les banques sont autorisées à :


Recevoir du public des fonds à vue ou d'un terme inférieur ou égal à
2ans.
L'article 11 précise qu'elles sont les seules à y être habilitées. Parmi les
dépôts à vue on peut citer :
36

- Les comptes de chèque ouverts par les particuliers, les


entreprises disposant de la personnalité morale.
- Les comptes courants sont ouverts aux personnes physiques ou
morales appartenant à divers secteurs d'activité pour leurs opérations
professionnelles.
- Les comptes sur carnet qui sont des comptes ouverts par des
particuliers et qui offrent une rémunération fonction d'un taux d'intérêt
et des montants déposés.
- Les comptes d'épargne à caractère spéciale permettent aux
particulier de constituer une épargne avec comme finalité d'obtention
d'un crédit.

Distribuer des crédits

- Gérer et mettre à la disposition de leur clientèle tous moyens de


paiement.
- Réaliser des opérations d'assurance, intermédiation dans les
transferts de fond.
- Prendre des participations des entreprises existantes ou en
création sous réserves qu'elles respectent, pour cela, les limites
réglementaires fixées par banque Al-Maghreb.

Les banques marocaines se répartissent selon la nature de leur


capital et leur statut en banques privée, semi-publiques ou publiques
et en banques offshores.
Fonction :
- La réception des fonds publics ;
- La distribution des crédits ;
- La mise à la disposition de la clientèle des moyens de paiement ;
- Opérations connexes : conseil, change, placement, …
37

iv. Les sociétés de financement :

A la différence des banques, les sociétés de financement ne sont


pas habilitées à recevoir des fonds en dépôts pour des périodes
inférieures ou égales à deux ans.

 Fonction : réaliser différentes opérations de crédits liés à des


domaines particuliers tels que la consommation, l’achat de
véhicules de tourisme, l’acquisition de biens immobiliers. Il
s’agit principalement des sociétés suivantes :
- Sociétés de crédit-bail mobilier et immobilier.
- sociétés de crédit à la consommation.
- sociétés d’affacturages.
- sociétés de cautionnement et de mobilisation de créances.
- sociétés de gestion de moyen de paiement.
- sociétés de crédit immobilier.
- sociétés de financement de nantissement de marchandises.
- sociétés de cautionnement mutuel.
38

Le secteur bancaire marocain est devenu en une courte période un


secteur efficace et puissant, en dépit de son contexte concurrentiel
accru marqué par la baisse significative des taux d'intérêts,
l'augmentation du volume des crédits accordés et de la marge sur
commissions est les contreparties de cette baisse remarquable.

2. Structure des Marchés des Capitaux au Maroc :

i. Structure du Marché financier Marocain :

A l’intérieur du marché financier, que ce soit sur le marché des


titres ou sur le marché obligataire, on peut distinguer un marché
primaire et un marché secondaire.

Le marché primaire est le lieu où les entreprises, l’Etat et les


collectivités locales trouvent les fonds nécessaires pour la réalisation
de leurs investissements en offrant directement des valeurs mobilières
(actions / obligations) aux épargnants.
Le marché secondaire ou boursier est le marché de l’occasion sur
lequel les agents économiques s’échangent les titres (actions ou
obligations) qui ont été émis sur le marché primaire.

a. Un marché primaire (émission des nouvelles valeurs)

Les valeurs mobilières :

Les Actions : catégorie Actions de priorité ou privilégiées –


Actions de jouissance – Actions à double droit de vote – actions sans
droit de vote –
Participation des salariés à l’expansion de l’Entreprise. Ses modalités
d’acquisition au Maroc :
- En souscrivant au K d’une Sté (Création ou augmentation de K)
- En donnant l’ordre d’achat à un intermédiaire financier
- Par acquisition des titres OPCVM
39

- Par succession ou donation, voire échange


- Valeurs de l’action : Chaque action à 3 valeurs
- Une valeur nominal ou facial qui représente la part de l’action
dans le capital selon la loi la VN minimal est de 100 DH en cas de
privatisation elle peut être ramenée à 10 DH
- Une valeur d’émission c’est le prix auquel l’émetteur cède ses
actions pour la première fois sur le marché
- Une valeur de marché c’est le cours boursier qui n’existe que
quand la Sté est cotée en bourse. Ce cours varie en fonction de
l’offre et de la demande et de la liquidité.

Les obligations : sont des titres représentatifs de dettes peuvent être


émis soit par l’Etat, les collectivités locales ou les Entreprises
constituées sous forme de S.A à fin de financer leurs investissements
Condition de lancement d’emprunt obligataire par les Sociétés par
action au Maroc : Dès que l’emprunt dépasse 15000000 DH il faut
d’abord provoquer une concertation entre les Banques qui
participeront à l’émission de cet emprunt ainsi que le ministère
finances
 Le K doit être entièrement libéré
 Les actions doivent être cotées à la bourse de Casablanca
 La Sté doit avoir 2 ans d’existence
 Présenter 2 bilans approuvés par les assemblées
générales
 L’édition d’une notice visée par le CDVM
 Valeur nominal ou faciale : ne peut être inférieur à 50 DH
aucune loi n’interdit d’émettre des Obligations à un prix
inférieur à la VN.
 Le prix de remboursement : est la valeur de l’obligation à
la fin de sa durée de vie (5 et 15 Prime de
remboursement = Prix de remboursement –prix
d’émission : peut être « en dedans » ou « en dehors »
 L’amortissement des obligations : Remboursement par
annuité constante
 Remboursement par série égales
 Remboursement in fine
 Taux : peut-être fixe ou variable
40

b. Le marché secondaire : la Bourse des valeurs de


Casablanca.

Le rôle de la bourse des valeurs de Casablanca : la bourse des


valeurs de
Casablanca permet :
 Une utilisation efficace de l’épargne : la capacité de l’épargne
d’engendrer de l’investissement.
 Une circulation de liquidités et allocation adéquate des capitaux:
avoir des moyens de financement en dehors des opérations
bancaires généralement coûteuses et conditionnées.
 Une favorisation de la croissance externe : la société cotée
devient tout naturellement un pôle de regroupement auquel
chacun pense lorsqu’il s’agit de vendre ou de reprendre une
société du même secteur (fusion, concentration).
 Une cotation en bourse : qui permet l’entrée et la sortie
d’actionnaires temporaires (industriels, financiers) dont
l’entreprise peut avoir besoin à un stade de son développement
et qui, le moment venu, pourront sortir sur le marché boursier
(exemple : participation des banques dans le capital de certaines
sociétés). Elle facilite la transmission des entreprises,
notamment familiales, en permettant des accords entre héritiers
et actionnaires et l’arrivée de nouveaux investisseurs.
 Une détermination des indices boursiers : le MASI et le MADEX.
(Le MASI est un indice nu de capitalisation. Il intègre toutes les
valeurs de type actions, cotées à la Bourse de Casablanca. Il a
pour objectif de présenter l’évolution du marché dans son
ensemble et de fournir une mesure de référence à long terme
pour la gestion de portefeuille actions. * Le MADEX, indice
compact, est composé des valeurs les plus actives de la côte, en
terme de liquidité mesurée sur le semestre précédent. Il est
représentatif des valeurs les plus actives dont les variations sont
fortement reliées à l’ensemble du marché)
41

Les principaux intervenants :

 Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières :

Les OPCVM sont des structures qui permettent la gestion collective


des fonds. Ils ont pour objet d’investir des fonds mis à leur disposition
en valeurs mobilières. La gestion est confiée à des professionnels du
marché financier qui recherchent une optimisation entre risques à
réduire, la rentabilité à maximiser et la liquidité à assurer. Les formes
d’OPCVM : Il existe deux formes juridiques distinctes :
Les Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV) ont pour
objet la gestion d’un portefeuille de valeurs mobilières. N’étant pas
cotées en bourse les SICAV ne sont pas des actions ou des obligations,
elles sont représentatives de valeurs mobilière définies comme des
parts de capital qu’un investisseurs peut acheter et revendre à son gré.
Les Fonds Communs de Placement (FCP) ont le même objectif de
gestion que les SICAV sauf que leurs formes juridiques est différentes,
ils n’ont pas de personnalité morale, les FCP ne sont pas des sociétés
mais des copropriétés, les investisseurs sont des porteurs de part et
non des actionnaires. La création d’un FCP doit être réalisée à
l’initiative de deux fondateurs : le gérant et le dépositaire des fonds.

 Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM)

Le CDVM est placé sous la tutelle du Ministre des Finances. Il est


chargé d’assurer la protection de l’épargne investie en valeurs
mobilières en veillant à la transparence et à la sécurité des marchés
portant sur ces titres. D’autre manière, le CDVM est un établissement
public qui a pour missions de veiller à la protection des épargnants et
veiller au bon fonctionnement et à la transparence du marché des
valeurs mobilières au Maroc.

 Les sociétés de bourse :

Les sociétés de bourse sont les seules habilitées à exercer


directement le métier d’intermédiation et de négociation en bourse.
42

Les sociétés de bourse bénéficient d’un monopole de négociation des


valeurs mobilières inscrites à la bourse des valeurs.

 Maroclear:

Créée en 1997 en tant qu’unique dépositaire des titres au Maroc.


Maroclear est une SA qui a pour objet d’assurer la conservation des VM
admises à ses opérations, d’en faciliter la circulation et d’en simplifier
l’administration pour le cpt de ses affiliés. Le dépositaire central
retrace dans les cpte courant des titres par valeur et par forme de
titres la totalité des avoirs propres de ses affiliés et de ceux de leur
clientèle.

La bouse de Casablanca constitue depuis quelques années un


marché émergent appelé à moyen terme à jouer un rôle important
dans la collecte des capitaux nationaux et internationaux et le
financement de l’économie.

ii. Marchés Monétaires :

Au Maroc ’est le lieu sur lequel s’effectuent les transactions à court


et très court terme (1 jours à 12 mois).Il s’oppose au marché financier
spécialisé dans les capitaux dont la durée est longue.
Le marché monétaire est lui-même constitué de trois compartiments :

a. Le marché interbancaire :

Il permet aux banques d’ajuster à l’équilibre leurs trésoreries


respectives en compensant entre elles les déficits et excédents.
Réservé à l’origine aux banques et à la banque centrale, le marché
monétaire a commencé à s’élargir depuis 1983 : l’Etat par le biais du
Trésor public peut y trouver des financements en émettant des Bons de
trésor à un mois.
43

b. Le marché de titres de créance négociables (TCN) :

Les TCN privés sont des billets à ordre ou des bons émis par des
émetteurs privés pour des durées allant de 10 jours à 7 ans, matérialisé
par des titres où inscrit en compte et qui sans être coté en bourse,
confère à leur porteur un droit de créance, librement négociable et
portant intérêt. Le montant unitaire minimal d’un TCN a été fixé à 100
000 DH en 2001.

On y distingue :

 les certificats de dépôt : qui sont des titres de créances


négociables émis par les établissements de crédit et dont la
durée varie entre 10 jours et 1 an
 les billets de trésorerie : sont des titres émis par toute
personne morale autre qu’un établissement financier. Ils
permettent l’élargissement des marchés de capitaux et le
développement d’une plus ample souplesse pour le
financement des entreprises
 les bons de société de financement : sont quant à eux des
titres négociables émis par les sociétés de financement pour
des échéances comprises entre 2 et 7 ans.

iii. Le marché hypothécaire :

Créé en 1999, il a pour objectif de permettre aux établissements


de crédit, en particulier ceux qui distribuent des crédits à long terme,
de trouver de nouvelles ressources financières.
Le fonctionnement de ce marché est basé sur la technique de la «
titrisation ».
La titrisation est une technique qui a été importée des États-Unis à la
fin des années 80. Originalement, il s’agit d’un mode de financement
reposant sur les techniques du financement structuré qui a évolué pour
devenir à la fois un instrument de gestion du bilan, de gestion des
risques et de création de valeur.
44

Il s’agit d’une technique financière qui permet à un établissement


cédant de vendre une partie de ses créances en les transformant en
titres liquides et négociables.
L’établissement cédant, vend un lot de créances à une structure
appropriée : Au Maroc, le Fonds de Placements Collectifs en Titrisation
(FPCT).

iv. Le Marché des Changes :

Bank Al-Maghreb affiche en continu, les taux de change applicable


aux opérations d’achat et de vente de devises avec les intermédiaires
agréés. Ces taux sont exprimés à l’incertain (montant en dirhams
correspondant aux unités des devises cotées). la liste des 25 devises
cotées en continu et précise qu’elle se réserve le droit d’en coter
d’autres ou de limiter ses interventions à un nombre plus réduit de
devises en fonction des possibilités de traitement sur le marché.
Les excédents et besoins en devises des banques peuvent être négociés
auprès d’autres intermédiaires agréés à des taux de change déterminés
d’un commun accord entre les parties, ils peuvent également être
traités avec Bank Al-Maghreb.

Les opérations traitées avec Bank Al-Maghreb sont effectuées en


continu de 8h
30 à 15h 30, sur la base d’une date de valeur de j+2 (2 jours ouvrable)
conformément à la norme internationale. Les banques peuvent
également convenir de dates de règlement en valeur décalée (valeur
jour ou lendemain). Le non-respect de la date de valeur par l’un des
parties donne droit à la contrepartie d’exiger, en compensation, des
intérêts de retard.
45

CHAPITRE III :
REGLEMENTATION DU
SYSTEME FINANCIER
46

L’activité financière est, dans tous les pays, l’une des activités
parmi les plus réglementées qui soient Aujourd’hui, les États
réglementent cette activité dans deux buts principaux: améliorer
l’information disponible pour les investisseurs et assurer la stabilité du
système financier. Aux Etats-Unis, la réglementation est complexe en
raison de la multiplicité des statuts des institutions de dépôt et des
substitutions financières à laquelle répond un nombre important
d’autorités de contrôle dont les champs de compétence se chevauchent
souvent.
En Europe, la réglementation financière est d'autant plus
complexe qu'elle est exercée de manière conjointe et complémentaire
par les Etats et par la Commission européenne. Elle est en outre en
pleine transformation.
En effet, dans nombre de pays européens, la réglementation financière
a longtemps visé plus que les objectifs précédents, à faciliter
l’intervention de l’État dans l’économie et, parfois le financement du
budget. Ces objectifs interventionnistes ont été largement abandonnés
depuis une vingtaine d’années, et ce sont les deux objectifs
d'information de l’investisseur et de stabilité financière qui sont
désormais visés dans la mise de la réglementation européenne.

I. La réglementation et la supervision du système


financier :
Une réglementation et une supervision adéquates du secteur
financier sont impératives pour prévenir les crises. De manière à
perfectionner les normes internationales dans ce domaine, le FMI et la
Banque Mondiale travaillent en coopération avec le Comité de Bâle sur
le contrôle bancaire, l'organisation internationale des commissions de
valeurs, l'organisation internationale des contrôleurs d'assurances, et le
comité sur les systèmes de paiement et de règlement et les
recommandations du GAFI contre le blanchement d'argent et le
financement du terrorisme.
47

II. Un contrôle bancaire efficace :


La fragilité du secteur bancaire et l'insuffisance du contrôle
bancaire1ont joué un rôle essentiel dans les récentes crises financières
qu'ont connues des pays tant développés qu'en développement. Depuis
les années 70, constatant que les crises, en raison de
l'internationalisation de l'activité bancaire, risquaient de plus en plus
d'avoir des effets déstabilisateurs dans d'autres pays, on a pris des
initiatives visant à améliorer la coopération internationale en matière
de réglementation et de contrôle bancaire. Dans un premier temps, ces
initiatives concernaient surtout les banques des pays industriels et des
centres financiers offshores, en raison de plusieurs événements qui
avaient mis en évidence les carences de leur réglementation et de leur
contrôle. Ces événements ont beaucoup inspiré les efforts faits par la
suite pour renforcer la coopération en matière de réglementation et de
contrôle. Les normes qui en ont résulté ont fini par être largement
reprises par les pays en développement et en transition.

Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (BCBS), qui est l'organe le


plus actif dans ce domaine, a de plus en plus assumé le rôle de
normalisateur mondial à cet égard.

Un des principaux résultats de l'élargissement du champ d'activité du


BCBS au delà des préoccupations de ses pays membres est récapitulé
dans l'ouvrage CorePrinciples for Effective Banking Supervision, publié
à la fin de 1997. Pour élaborer les principes en question, le BCBS a
collaboré avec des organes de contrôle de pays extérieurs au Groupe
des dix. Ces principes visent sept grands domaines :

 les conditions préalables d'un contrôle efficace des banques;


 l'agrément et la structure des banques
 les règlements et prescriptions prudentiels
 les méthodes de contrôle permanent
 les exigences d'information
 les compétences des organes de contrôle
 et les activités bancaires transfrontières.
48

En janvier 2001, le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a


publié un second ensemble de propositions sur un Nouvel accord de
Bâle sur les fonds propres qui remplace l'accord de 1988. Ce dernier a
contribué à accroître la solidité et la stabilité du système bancaire
international et à renforcer l'égalité des conditions de concurrence
entre les grandes banques internationales. Le marché financier a
toutefois connu une évolution spectaculaire au cours des dix dernières
années, au point que le ratio standard de fonds propres de l'accord est
devenu un indicateur moins précis de la situation financière d'un
établissement et a même créé des incitations contraires.

Le nouveau dispositif répond à plusieurs objectifs: mieux aligner les


exigences de fonds propres sur les risques sous-jacents, prendre en
compte les améliorations apportées à la mesure et au contrôle des
risques et fournir aux banques et à leurs autorités de contrôle plusieurs
options pour évaluer l'adéquation de leurs fonds propres, afin que
l'accord puisse s'appliquer à tous les types d'établissements.

En formulant ces propositions, le Comité est convaincu d'établir les


bases d'un dispositif souple de fonds propres, capable de s'adapter aux
mutations du système financier et d'en renforcer la sécurité et la
solidité.

Les commentaires suscités par les propositions du premier document


soumis à consultation par le Comité en juin 1999 (Rapport trimestriel
BRI d'août 1999) ainsi que le dialogue permanent avec la profession et
les autorités de contrôle au niveau mondial ont été très utiles au
Comité pour mettre au point les nouvelles propositions. Il admet que le
Nouvel accord est plus complet et complexe que celui de 1988, en ce
sens qu'il reflète naturellement les innovations des marchés financiers
et la nécessité qui en résulte d'un dispositif mieux différencié en
fonction des risques.

L'essentiel des propositions est brièvement résumé ci-après : Les


propositions se fondent sur trois piliers, qui se consolident
mutuellement et permettent aux banques et à leurs autorités de
contrôle d'évaluer correctement les divers risques encourus.
49

Le Nouvel accord comporte essentiellement, des exigences minimales


de fonds propres affinant le dispositif de mesure exposé dans l'accord
de 1988, un processus de surveillance prudentielle de l'adéquation des
fonds propres de chaque banque et de ses procédures d'évaluation
interne, un recours à la discipline de marché, par l'intermédiaire d'une
communication financière efficace.

 Premier pilier :

En ce qui concerne le premier pilier « exigences minimales de


fonds propres », le Comité prévoit de remplacer par un choix d'options
le dispositif uniforme défini dans l'accord de 1988. Le Nouvel accord
précise quelles options sont ouvertes aux banques, avec l'aval de leur
autorité de contrôle, selon la complexité de leurs activités et la qualité
de leur gestion des risques. Ce dispositif vise à inciter les banques à
améliorer constamment leur potentiel de gestion des risques, en vue
d'utiliser les options offrant le plus haut degré de différenciation en
fonction du risque et de produire ainsi des exigences de fonds propres
plus exactes. Pour le calcul des exigences réglementaires, le Comité
attache également une plus grande importance à l'évaluation, par les
banques elles-mêmes, des risques qu'elles encourent.

Pour le risque de crédit, les banques moins complexes pourront opter


pour une approche standardisée perfectionnant la méthodologie de
1988 et permettant de faire appel à des évaluations de crédit externes.
Celles qui disposent, pour la gestion des risques, d'outils plus élaborés
et qui satisfont à des critères prudentiels stricts peuvent utiliser une
approche fondée sur les notations internes : la banque procède elle-
même à l'estimation de certains facteurs clés du risque de crédit,
comme la probabilité de défaillance de l'emprunteur. Le Comité
propose, en outre, une exigence de fonds propres explicite en regard
du risque opérationnel, pour laquelle plusieurs modes de calcul sont
présentés en détail. L'approche vis-à-vis des risques de marché
demeure en grande partie inchangée.

En ce qui concerne le niveau global des fonds propres, qui sera obtenu
en additionnant les exigences calculées séparément pour le risque de
crédit, les risques de marché et le risque opérationnel, l'objectif
50

primordial du Comité est d'instaurer une méthodologie plus


différenciée en fonction du risque qui, en moyenne, préserve le niveau
de fonds propres des banques, sans l'augmenter ni l'abaisser, après
prise en compte de la nouvelle exigence au titre du risque
opérationnel.

À l'échelle de l'établissement, naturellement, les exigences de fonds


propres peuvent se trouver accrues ou réduites, en fonction de son
profil de risque.

 Deuxième pilier :

Les travaux du Comité montrent également qu'il est essentiel de


compléter les exigences minimales de fonds propres par le processus de
surveillance prudentielle. Le Nouvel accord propose donc des
procédures, grâce auxquelles les autorités de contrôle pourront
s'assurer que chaque établissement s'est doté de processus internes
sains pour évaluer l'adéquation de ses fonds propres et se fixer en la
matière des objectifs correspondant aux spécificités de son profil de
risque et de son cadre de contrôle. Les autorités exerceraient ensuite
une surveillance de ce processus interne et pourraient, au besoin, le
faire amender.

 Troisième pilier :

Le Comité est convaincu que les exigences et recommandations


qu'il propose en matière de communication financière contribueront à
la discipline de marché, en permettant aux intervenants d'évaluer les
informations déterminantes pour le profil de risque et l'adéquation des
fonds propres des établissements. Les propositions contiennent des
recommandations plus détaillées sur la communication d'informations
concernant la structure du capital, l'exposition aux risques et
l'adéquation des fonds propres.

Le 26 juin 2004, le Comité a publié un document intitulé International


Convergence of Capital Measurement and Capital Standards - A Revised
Framework (le « Nouveau dispositif d'adéquation des fonds propres »)
énonçant les modifications proposées de l'Accord de 1988 qui
permettent d'évaluer plus précisément les exigences de fonds propres
51

en regard des risques. Le Nouveau dispositif d'adéquation des fonds


propres donne suite à l'évolution des produits financiers, aux progrès
dans la mesure du risque et aux pratiques de gestion.

Le Nouveau dispositif d'adéquation des fonds propres repose sur trois


piliers : des exigences minimales de fonds propres, un processus de
surveillance prudentielle et la discipline de marché. En vertu du
premier pilier, une institution de dépôts doit calculer des exigences de
fonds propres selon son exposition au risque de crédit et au risque
opérationnel (de même qu'au risque de marché si l'institution exerce
d'importantes activités de négociation). Il ne modifie ni la définition
des éléments de fonds propres réglementaires, ni le ratio minimum de
fonds propres en regard du risque, ni la méthode de calcul des
exigences de fonds propres pour risque de marché. Le Nouveau
dispositif d'adéquation des fonds propres propose plusieurs méthodes
pour déterminer les exigences de fonds propres pour risque de crédit et
pour risque opérationnel.

Il y a deux façons de déterminer le risque de crédit : l'approche


standardisée et l'approche fondée sur les notations internes (NI). Cette
dernière englobe à son tour une approche dite « NI simple », aux
termes de laquelle les autorités de contrôle fournissent certains
éléments de risque, les autres émanant des institutions de dépôts, et
une approche dite « NI complexe », qui prévoit que les institutions de
dépôts fournissent davantage d'éléments de risque.

S'agissant du risque opérationnel, trois approches clés sont présentées:


l'approche indicatrice de base, l'approche standardisée et l'approche de
mesures complexes (AMC). Selon les deux premières méthodes, les
exigences de fonds propres pour risque opérationnel représentent des
pourcentages fixes servant d'indicateurs globaux approchés du risque
opérationnel. En vertu de l'AMC, l'institution de dépôts peut établir sa
propre technique de mesure du risque opérationnel, sous réserve d'un
examen et de l'approbation de l'autorité de contrôle. Une variante de
l'approche standardisée, appelée « autre approche standardisée », est
également à la disposition d'un sous-ensemble d'institutions de dépôts
qui seraient assujetties au Nouveau dispositif d'adéquation des fonds
propres.
52

Le deuxième pilier du Nouveau dispositif d'adéquation des fonds


propres, le processus de surveillance prudentielle, souligne que les
institutions de dépôts doivent évaluer l'adéquation de leurs fonds
propres par rapport au risque (et non uniquement d'après les exigences
minimales de fonds propres), et que les autorités de contrôle doivent
examiner ces évaluations et prendre les mesures qui s'imposent.

Le troisième pilier du Nouveau dispositif impose aux institutions de


dépôts des normes de publication conçues pour permettre aux
participants au marché d'évaluer les renseignements clés au sujet du
profil de risque d'une institution de dépôts et le niveau correspondant
de ses fonds propres.

III. Réglementation des marchés des valeurs :


1. La protection des investisseurs :

Les investisseurs doivent être protégés contre toute manipulation


et toute pratique trompeuse ou frauduleuse telles que les délits
d'initiés, le non-respect des règles de priorité et le détournement des
avoirs des clients. A chaque infraction de la loi, les investisseurs
doivent être protégés par une application stricte du droit au moyen de
procédures et de tribunaux impartiaux. Le moyen le plus important
permettant d'assurer la protection des investisseurs est l'obligation de
publier la totalité des informations sur lesquelles se fondent les
décisions des investisseurs. Ces derniers peuvent ainsi mieux percevoir
les gains et les risques potentiels et protéger leurs propres intérêts.
L'existence de normes comptables et d'audit de haut niveau reconnues
sur le plan international constitue un élément clef de l'obligation de
publication. Seules les personnes dûment agréées sont en droit, vis à
vis du public, de se présenter comme fournisseurs de services
d'investissement. Ces prestataires, intermédiaires ou opérateurs de
marchés, doivent présenter un niveau minimum de fonds propres, afin
de leur permettre d'être dans la situation d'honorer à tout moment les
demandes de leurs contreparties et si nécessaire, de liquider leurs
activités sans induire de perte pour leurs clients. La surveillance des
intermédiaires de marché doit assurer la protection des investisseurs
en établissant des normes minimales. Les investisseurs doivent
53

bénéficier d'un traitement juste et équitable de la part des


intermédiaires de marché conformément à des normes d'éthique.

2. La loyauté, l'efficience et la transparence des


marchés

Il est nécessaire de garantir que les marchés soient équitables,


efficaces et transparents. La nature des marchés ne doit pas être de
nature à favoriser, de façon injustifiée, certains participants par
rapport à d'autres. La régulation en place doit détecter, neutraliser et
punir toute manipulation du marché et toute autre pratique
frauduleuse. Autant que possible, la régulation doit fournir aux
investisseurs l'assurance qu'ils bénéficient d'un juste accès aux
installations de marché ainsi qu'aux informations relatives au marché et
aux prix. Elle doit également promouvoir les pratiques de marché de
nature à assurer un juste traitement des ordres ainsi qu'un processus
fiable d'établissement des prix.

3. La réduction du risque systémique :

L'objectif de la régulation doit être de réduire le risque de


défaillance. Si nécessaire, un intermédiaire doit être capable de
liquider son fond de commerce sans induire de perte pour ses clients et
contreparties, ni dommage systémique. Des événements se produisant
dans une autre juridiction ou sur le plan international peuvent
constituer des facteurs d'instabilité, les réponses apportées par les
régulateurs aux dysfonctionnements du marché doivent en conséquence
viser à rétablir la stabilité des marchés tant sur le plan national
qu'international, ce qui implique un climat de coopération et un
échange d'informations.

Pour atteindre ces objectifs, l'OICV propose une liste de 30 principes


visant les responsabilités des organes de réglementation 28(*),
l'autoréglementation, l'application de la réglementation des marchés
de valeurs, la coopération entre les organes de réglementation à
l'échelle nationale et internationale, les responsabilités des émetteurs,
les règles et normes applicables aux fonds communs de placement, les
prescriptions applicables aux intermédiaires et les règles et normes
54

régissant le marché secondaire. Les principes qui concernent plus


particulièrement le risque systémique sont ceux des deux dernières
rubriques, il s'agit des normes de fonds propres et des normes
prudentielles applicables aux intermédiaires, des mécanismes de
gestion de la défaillance d'un intermédiaire et des systèmes de
compensation et de règlement des transactions propres à limiter ces
risques. En d'autres termes, les principes visant à réduire le risque
systémique concernent avant tout les mesures applicables aux
entreprises et aux infrastructures.

Comme il s'agit d'un code élaboré par une fédération mondiale


d'organes de réglementation spécialisés, il n'est pas surprenant que les
principes concernent essentiellement l'équité et l'efficience du
fonctionnement des marchés eux-mêmes. Ces principes restent muets
au sujet des questions plus générales de politiques macroéconomiques
et de politiques du secteur financier, qui ont les unes et les autres ont
été associées à l'instabilité systémique dans les pays en développement
et en transition. Un ensemble plus complet de principes applicables
aux marchés de valeurs mobilières, tenant compte des problèmes mis
en évidence par les crises récentes dans les pays en développement et
en transition, devrait sans doute traiter de certains aspects de la
politique appliquée au compte de capital de la balance des paiements
(tels que les conditions d'accès des investisseurs de portefeuille
étrangers) et de la présence commerciale des sociétés d'investissement
étrangères.

IV. Contrôle des Assurances :


Jusqu'à une date récente, le secteur de l'assurance n'avait guère
fait l'objet d'une attention particulière de la part des institutions
garantes de la stabilité financière, des interrogations sont apparues au
cours de ces dernières années. La sur-réaction des valeurs d'assurance
lors de la chute des marchés boursiers, l'interruption d'activité des
compagnies aériennes après l'attentat du World Trade Center, la
découverte du rôle stratégique de la réassurance dans la pérennité de
la couverture des risques, l'influence accrue des conglomérats
financiers, le transfert du risque de crédit de la banque vers d'autres
secteurs comme l'assurance et la réassurance, les remises en cause
55

temporaires ou durables de certaines couvertures, ont appelé


l'attention des experts sur la place nouvelle de l'assurance dans les
grands équilibres économiques et financiers. Dans ce cadre, il est
naturel de s'interroger sur la contribution de l'assurance à la stabilité
financière nationale et internationale et sur le potentiel de risque
systémique qu'il comporte. Ces interrogations ont été renforcées par la
perception des réalités complexes des conglomérats financiers, des
transferts de risque et de la réassurance. Un examen attentif tant des
caractéristiques du secteur que des données empiriques sur d'éventuels
phénomènes de contagion à partir de l'assurance incite à conclure que
cette dernière ne constitue pas a priori une source de risque
systémique pour l'économie mais qu'elle peut néanmoins être source de
chocs déstabilisants tant pour le secteur financier que pour l'économie
dans son ensemble. L'émergence des conglomérats financiers, le
transfert d'une fraction non négligeable du risque de crédit vers
l'assurance et la place particulière acquise par la réassurance ne
remettent pas en cause cette conclusion. Ce potentiel de
déstabilisation financière justifie pleinement la régulation du secteur
et, notamment, le contrôle de sa solvabilité. Pourtant, l'horizon de
long terme, voire de très long terme, de l'assurance appelle non
seulement des règles spécifiques mais aussi une flexibilité suffisante de
celles-ci en fonction des circonstances. De cette façon, l'assurance sera
en mesure de jouer pleinement le rôle d'absorbeur de chocs que l'on
peut attendre d'elle.

Le rapport intitulé InsuranceCore Principales porte essentiellement sur


l'organisation et l'application concrète du contrôle de l’assurance, ainsi
que sur plusieurs thèmes spécifiques, tels que, le gouvernement
d'entreprise des compagnies d'assurance, leur contrôle interne, leurs
règles prudentielles, leur déontologie et la supervision de l'assurance
transfrontière. Les règles prudentielles visent la gestion de l'actif, la
définition et le classement des éléments de passif, la capitalisation,
l'utilisation, la publication et le contrôle des produits dérivés et des
autres éléments hors bilan, et la réassurance en tant que moyen de
limiter les risques. La supervision de l'assurance transfrontière doit être
conçue de façon à ce qu'aucune compagnie d'assurance internationale
ne puisse échapper au contrôle et à ce que les mécanismes de
56

consultation et d'échange d'information entre les organismes de


contrôle du pays de domicile et du pays d'accueil soient suffisants.

Ces principes ont donc essentiellement une orientation fonctionnelle,


tandis que les questions qui relèvent expressément du contrôle des
conglomérats financiers sont laissées à d'autres organisations.

V. Systèmes de paiement et règlement :


Les systèmes de paiement permettent de transférer des fonds
entre les établissements financiers, pour leur propre compte ou pour
celui de leurs clients, et peuvent donc être à l'origine d'un risque
systémique. Cela apparaît clairement lorsqu'on examine quatre
éléments essentiels du processus de transfert de fonds dans une
économie :

 les activités des différents agents économiques


 le marché des instruments financiers et des éléments d'actif et
de passif
 les infrastructures, dont le système de paiement fait partie
intégrante
 les conditions économiques qui lient les marchés entre eux et
assurent la compensation

Une défaillance dans l'un des trois premiers domaines peut


perturber les liens entre les marchés et les agents économiques dont
l'interdépendance réciproque s'appuie sur différents types de
transactions et de risques. Si elles prennent de l'ampleur, ces
perturbations peuvent facilement devenir un problème systémique.

Les systèmes de paiement jouent aussi un rôle essentiel dans les


opérations en devises, qui sont l'interface entre les systèmes de
paiement des différents pays. En raison des liens et des similitudes qui
existent entre les systèmes de paiement et de règlement pour les
transferts de fonds et pour les opérations portant sur d'autres actifs
financiers, le principal organe qui coordonne les initiatives
internationales dans ce domaine, c'est-à-dire le Comité sur les
systèmes de règlement et de paiement (CSRP) de la BRI, ne s'occupe
57

pas seulement des transferts de fonds et se penche aussi sur le


règlement des opérations sur devises et sur titres ainsi que sur les
mécanismes de compensation de produits dérivés négociés en bourse.
Par ailleurs, les problèmes de stabilité spécifiques que pose le
règlement des opérations sur titres sont examinés par un groupe de
travail conjoint du CSRP et de l'Organisation internationale des
commissions de valeurs (OICV).

Les systèmes de paiement peuvent être soumis à de nombreux risques,


notamment:

- Le risque de crédit : lorsqu'une contrepartie est incapable


d'honorer ses obligations au sein du système, ou risque de le
devenir
- Le risque de liquidité (lié au risque de crédit mais ne lui est
pas identique) : lorsqu'une contrepartie ne dispose pas de fonds
suffisants dans le système pour honorer ses obligations à
l'échéance, même si elle peut les avoir à un moment futur
- Le risque juridique : lorsqu'un cadre juridique inadapté ou des
incertitudes juridiques causent ou aggravent un problème de
crédit ou de liquidité
- Le risque opérationnel : lorsque des pannes ou des erreurs
humaines causent ou aggravent un problème de crédit ou de
liquidité.
- Le risque systémique : dans le contexte des systèmes de
paiement, il s'agit du risque que l'incapacité d'un participant de
faire face à ses obligations, ou qu'un dysfonctionnement du
système, se traduise pour d'autres participants ou institutions
financières, dans d'autres parties du système financier, par
l'impossibilité de s'acquitter en temps voulu de leurs propres
obligations.

Une telle défaillance pourrait entraîner des problèmes généralisés


de liquidité ou de crédit et menacer ainsi la stabilité du système ou des
marchés financiers.

L'équipe de travail créée pour formuler les principes


fondamentaux devait se borner à examiner les systèmes de paiement
58

ayant une importance systémique, c'est-à-dire ceux qui pourraient


déclencher ou transmettre des chocs sur les marchés financiers
nationaux et internationaux.

Le premier principe fondamental concerne le risque juridique et


affirme la nécessité d'une base juridique solide pour le système de
paiement, qui est liée à d'autres aspects du droit des affaires tels que
le régime des banques, le droit contractuel et le droit des faillites.

Les deuxième et troisième principes concernent les règles et modalités


nécessaires pour que les participants puissent comprendre clairement
l'impact du système sur les risques financiers. En outre, ils tiennent
compte de la nécessité de définir la façon de gérer les risques de crédit
et de liquidité et les responsabilités dans ce domaine. Les risques
peuvent être aggravés par le délai nécessaire pour le règlement final
ou par la nature des actifs employés pour régler les obligations.

Les quatrième et sixième principes insistent sur la rapidité du


règlement et sur la nécessité d'employer pour le règlement d'un actif
qui soit une créance sur la banque centrale ou un autre actif pour
lequel le risque de crédit est négligeable, c'est-à-dire que le risque de
faillite de l'émetteur doit être négligeable.

Le cinquième principe exige un minimum de solidité des systèmes


multilatéraux de compensation.

Le septième principe vise à limiter le risque opérationnel en renforçant


autant que possible la sécurité et la fiabilité du système.

Les huitième, neuvième et dixième principes traitent d'aspects plus


généraux de l'efficacité et de la commodité d'emploi du système (y
compris la nécessité de reconnaître explicitement les compromis entre
sécurité et efficacité). Ils traitent aussi de la nécessité d'avoir des
critères objectifs et publics pour la participation au système, de façon
à en rendre l'accès ouvert et équitable, et d'avoir des mécanismes de
gestion et de supervision efficaces, responsables et transparents. Les
banques centrales ont une responsabilité essentielle : c'est elles qui
doivent veiller à ce que les systèmes de paiement soient conformes aux
principes.
59

La deuxième partie du rapport sur les principes fondamentaux pour les


systèmes de paiement d'importance systémique donne des précisions
sur des questions telles que la définition des systèmes de paiement
d'importance systémique, les modalités de leur examen et de leur
réforme, les facteurs structurels, techniques et institutionnels à
prendre en considération, et la nécessité de coopérer, dans le
processus de réforme, avec les participants au système, les groupes
d'utilisateurs et les autres intéressés (CSRP). Cette deuxième partie
examine aussi certains aspects transfrontières des systèmes de
paiement.

1. La lutte contre l'abus du système financier


international : lutte contre le blanchement d'argent et
le financement de terrorisme.

Durant les dernières années les groupes multilatéraux ont approuvé


des mesures visant à contrer le recours abusif au système financier
international, le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme
peuvent menacer la stabilité financière et la prospérité économique,
ce qui accentue la gravité des infractions principales. En collaboration
étroite avec la communauté internationale, le FMI redouble d'efforts
pour combattre ces abus.

2. La relation entre le système financier, blanchement


d'argent et financement de terrorisme :

Le blanchiment d'argent est la transformation du produit d'une


infraction sous une forme utilisable et le camouflage de ses sources
illégales. Après que le produit d'une infraction est introduit dans le
système financier, il est caché (blanchi) grâce à diverses opérations et
instruments financiers, pour être finalement investi dans des actifs
financiers et connexes. Il s'agit souvent d'opérations internationales,
qui permettent de dissimuler la source des fonds.

En fait, le blanchiment d'argent est mondial par nature. Si un pays


durcit sa réglementation concernant le blanchiment d'argent et le
financement du terrorisme, ces activités seront vite transférées dans
un pays où la réglementation est moins stricte.
60

Le financement du terrorisme est le traitement de biens d'une source


quelconque aux fins du financement d'une activité terroriste passée ou
future. Comme les techniques sont en grande partie les mêmes que
pour le blanchiment d'argent, beaucoup de contre-mesures sont donc
identiques, on sait que plusieurs organisations terroristes financent
leurs activités par le crime. Néanmoins, le financement du terrorisme
diffère du blanchiment d'argent à plusieurs égards qui touchent la
politique des pouvoirs publics. Il est parfois beaucoup plus difficile à
détecter que le blanchiment d'argent parce qu'il est orienté
essentiellement vers des activités futures : il est possible que la seule
infraction commise au moment du financement soit une conspiration en
vue d'un acte terroriste.

Lorsqu'une institution financière est utilisée involontairement par des


éléments criminels ou des terroristes, elle risque de compromettre sa
réputation. Si des membres de son personnel complotent avec des
éléments criminels pour blanchir des fonds ou financer des terroristes,
les dégâts peuvent être bien plus élevés. Ceux qui traitent avec une
institution dont on découvre qu'elle blanchit de l'argent peuvent aussi
voir leur réputation salie et lorsqu'une place financière est largement
perçue comme étant vulnérable au blanchiment d'argent, d'autres
opérateurs se garderont d'y investir. Le danger le plus sérieux apparaît
lorsque des institutions financières importantes sont contrôlées par des
criminels, car dans ce cas l'intégrité et les opérations de l'ensemble du
système financier peuvent être compromises.

Pour certains pays, l'impact économique et financier pourrait être


notable. Une fois l'intégrité d'une institution ou d'une place financière
remise en question, sa viabilité à long terme est en jeu, avec des
conséquences économiques qui pourraient être sérieuses. Par ailleurs,
si le système financier n'est pas suffisamment intégré, les décisions
concernant l'affectation des ressources sont faussées et l'investissement
est mal orienté, ce qui pèse sur la croissance économique
61

3. Les mesures d'accompagnement :

Le FMI et la Banque Mondiale ont reconnu que les 40


recommandations du GAFI constituaient les normes internationales à
privilégier en la matière, et ils ont convenu d'adapter les
recommandations qui correspondaient à leur mandat. Au lendemain des
événements du 11 septembre, le FMI s'occuperait, en plus de la lutte
contre le blanchiment de capitaux, de la lutte contre le financement
du terrorisme. Ainsi, le FMI a incorporé les huit recommandations
spéciales du GAFI concernant la lutte contre le financement du
terrorisme à la liste des normes et codes utiles pour ses activités
opérationnelles, et il a adopté une méthodologie exhaustive dans le
cadre des évaluations portant sur les activités de blanchiment de
capitaux et de financement du terrorisme.

À l'issue du programme pilote de 12 mois conduit par le FMI et la


Banque Mondiale, en octobre 2003, sur l'évaluation des dispositifs et
pratiques de lutte contre le blanchiment de capitaux et financement
du terrorisme (LBC/FT), le Conseil d'administration a décidé d'inclure
cette activité à tous les rapports liés au programme d'évaluation du
secteur financier et des centres financiers offshore (CFO). Le Conseil a
entériné les 40 + 8 recommandations du Groupe d'action financière
internationale pour en faire le nouveau schéma élargi devant guider les
évaluations des dispositifs et pratiques LBC/FT.

Pour conclure cette partie, on peut dire que les normes et codes n'ont
d'intérêt, que si on les applique, et que les pays les considèrent comme
un outil utile pour renforcer leur système financier et leur économie en
générale.
62

CONCLUSION

Jusqu’à présent le système financier joue un rôle primordial dans le


financement de l’économie à travers le transfert des fonds des agents à
capacité de financement qui ont des fonds disponible (les investisseurs)
vers les agents à besoin de financement qui manquent de fonds (les
emprunteurs). Les marchés financiers les canalisent en mettant directement
en rapport les prêteurs, qui achètent des titres, et les emprunteurs, qui les
émettent. C’est ce que l’on appelle la finance direct ou le financement non
intermédié. Dans la finance indirecte ou intérmédiée, un intérmédiaire
financier reçoit les fonds de l’investisseur avant de les prêter lui-même aux
agents à besoin de financement. Dans les deux cas, ce transfert de fonds
améliore le bien-être économique, parce qu’il permet de faire circuler les
fonds de ceux qui ont le moins besoin vers ceux qui en ont l’usage le plus
productif ou qui ont les besoins d’achat les plus urgents.

Le système financier nécessite une dure structure et une adéquate


réglementation pour faire face aux fluctuations économique et aux progrès
techniques pour régir le développement et pour parvenir les crises.

De ce fait, les récentes crises financières internationales ont souligné la


nécessité d'adopter et d'appliquer des codes et standards de bonne conduite en
matière de gestion économique et financière. Ils peuvent être regroupés en trois
catégories :

- politique macroéconomique et transparence : politiques monétaires et


financières, politiques budgétaires, diffusion des données statistiques

- infrastructure institutionnelle et de marché : droits des créanciers et insolvabilité,


gouvernement d'entreprise, comptabilité et vérification des comptes, systèmes de
paiement et de règlement livraison, lutte contre le blanchiment et le financement
du terrorisme

- supervision financière : contrôle des banques, des compagnies d'assurances et


des intermédiaires de marché.
63

Pour le système financier marocain, le Maroc a engagé ces dernières années,


plusieurs réformes structurelles qui ont eu pour résultat la stabilité de son cadre
macroéconomique. Cette orientation tangible habilite le Maroc à traverser les
étapes restantes pour moderniser son économie et mettre en place de nouvelles
méthodes d'élaboration des politiques qui soient flexibles et réactives à
l'environnement national et international, basées sur la bonne gouvernance de ses
institutions (gestion, contrôle, indépendance et responsabilisation) et sur la
régulation économique et financière. Ces efforts doivent être accompagnés d'une
solidité de son système financier qui est subordonnée à la stabilité financière de
ses institutions et à l'efficience de son infrastructure de marché.
64

BIBLIOGRAPHIE

 Cours de l’économie monétaire et financier : Mme A.HAOUDI partie 1 et 2.

 Economie monétaire et financier : LECARPENTIER-MOYAL, S édition, Bordas.

 Monnaie, banques, et marchés financier : FREDERIC MISHKIN, 9éme édition.

 Economie des marchés financiers.

 Financement de l’économie mondiale : T2 : les perspectives : P.ARTUS.

 Monnaie et système financier : BICHOT, HACHETT.

 Rapport du CNUCED sur le commerce et le développement, « tendances et

perspectives mondiales : architecture financière », 2001.

 Rapport trimestriel BRI, « Activité bancaire et financière internationale », Mars

2001 http://www.bis.org/publ/r_qt0103french.pdf

 Pour une analyse plus détaillée, se reporter à l'ensemble des documents

publiés par le Secrétariat du Comité sur le site www.bis.org

 http://www.gcgf.org/West_African_Bankers_2002/Discours%20RAYNAUD.pdf

 Rapport du CNUCED sur le commerce et le développement, « tendances et

perspectives mondiales : architecture financière », 2001

 Revue de la stabilité financière N°5, Philippe TRAINAR « Assurance et stabilité

financière » Banque de France, Novembre 2004

 Rapport du Groupe de travail sur les principes et pratiques applicables aux

systèmes de paiement Banque Des Règlements Internationaux Bâle, Suisse,

Juillet 2000

Vous aimerez peut-être aussi