Vous êtes sur la page 1sur 8

Partie I Une étude de séries.

I. 1. 1.)

Sur ] 1; 1[ la série proposée est le développement en série entière de log(1 + x) donc

R = 1 et L(x) = ln(1 + x) sur ] 1; 1[

X ( 1) 1
En x = 1; la série véri…e le critère spécial des séries alternées (la valeur absolue du terme général décroît vers
k
0) donc convergente.
L est dé…nie sur ] 1; 1]

Remarque : c’est même exactement son domaine de dé…nition car elle diverge si x = 1

I. 1. 2.) :

Sur ] 1; 1[ on est sur le disque ouvert de convergence donc la somme de la série est continue . (On peut aussi utiliser la
valeur de la somme)
X X
En x = 1 : On sait que si une série entière an xn admet un rayon de convergence R > 0 et si an Rn converge ,
alors la somme de la série est continue en R ( à gauche). Ici R = 1 et donc L est continue en 1

L est continue sur [0; 1]


Pa continuité on a donc : L(1) = lim L(x) = lim ln(1 + x) = ln(2)
x!1 x!1

L(1) = ln(2)

I. 2. 1.) Pour p 2 N ;
3p
X 3p
X 3p
X 3p
X p
X p 1
X p 1
X
ak = ak + ak + ak = a3q + a3q+1 + a3q+2
k=1 k=1;k 0[3] k=1;k 1[3] k=1;;k 2[3] q=1 q=0 q=0

en séparant les entiers k modulo 3:Donc


3p
X p p 1 p 1 p p p 1 p 1
2X1 X 1 X 1 X 1 X 1 X 1 X 1
ak = + + = + + +
3 q=1 q q=0 3q + 1 q=0 3q + 2 q=1
q q=1
3q q=0
3q + 1 q=0
3q +2
k=1
p
X 3p
X
1 1
= + en regroupant tous les entiers modulo 3:
q=1
q k
k=1
3p
X h=2p
X 1 h=2p
1 1 X 1
= = = h
en prenant h = k p
k p+h p 1+ p
k=p+1 h=1 h=1

I. 2. 2). La somme précédente est une somme de Riemann de la fonction f sur [0; 2] :
n n
b aX b a 2X 1
Sn (f ) = f (a + h )=
n
h=1
n n
h=1
1 + 2h
n

On prend la suite extrait des termes paires en posant n = 2p .


La fonction est continue sur [0; 2] , La somme de Riemann converge ver l’intégrale , donc aussi la suite extraite.

h=2p Z Z
1 X 1 b 2
dt
lim h
= f (t) dt = = ln(3)
p!1 p 1+ p a 0 1+t
h=1

3p
X 3p+1
X 3p
X 1
La suite ak converge vers ln(3) , la suite ak = ak + converge aussi vers ln(3) ainsi que la suite
3p + 1
k=1 k=1 k=1
3p+2
X X3p
1 1
ak = ak + +
3p + 1 3p + 1
k=1 k=1
n
!
X
Les 3 suites extraites convergent vers la même limite ln(3) et l’ensemble des indices décrit N . Donc la suite ak
k=1 n2N
converge vers cette limite commune.

X +1
X
la série an converge et an = ln(3)
n=1

1
autre méthode : comparaison série intégrale:t ! décroît sur ] 1; +1[ donc en intégrant sur des intervalles de longueur
1+t
1
p
Z (k+1)=p Z (k=p
dt 1 1 dt
k=p 1+t p 1 + k=p (k 1)=p 1+t
ce qui donne:
Z 2+(1)=p) 3p
X Z 2
dt dt
ap
1=p 1+t 0 1+t
k=1

d’où le résultat.
1
variante: pour tout p faire l’encadrement avec fp = .
( 1 + t=p
2k 1 si k = 3p : 1 2k 1
I. 2. 3.) On a cos = 1 ce qui donne : 8k 2 N ; cos = ak ;
3 si k = 3p + 1 ou 3p + 2 k 3 2
2
1
X 1 2k 1
cos = ln(3)
k 3 2
k=1

I. 3. 1.) Pour t 2 ]0; 2 [ ; Sn (t) est la somme partielle d’une suite géométrique de premier terme eit et de raison ei t 6= 1 . :
n
X k 1 eit
n h i
8t 2]0; [ , Sn (t) = eit = eit = '(t) e(n+1) i t eit
1 ei t
k=1

I. 3. 2.) Sur [ ; ] le dénominateur de ' est C 1 et ne s’annule pas .La fonction ' est donc C 1 sur [ ; ] :
e(n+1) i t
I. 3. 3.) Puisque ' et t 7 ! sont C 1 sur le segment [ ; ]on peut e¤ectuer une intégration par partie :
i(n + 1)
Z Z
e(n+1) i '( ) e(n+1) i t
'( ) e(n+1) i t 0
e(n+1) i t '(t) dt = ' (t) dt
(n + 1) i (n + 1) i

' et '0 sont continues sur un segment donc y sont bornées,


Z
2 sup (j'j) + ( ) sup (j'0 j)
e(n+1) i t '(t) dt 6
n+1

Le numérateur est constant,


Z
lim e(n+1) i t '(t) dt = 0
n!1

I. 3. 4.) Pour 2 [ ; 2 [ ; on peut intégrer termes à termes car la somme a un nombre …ni de termes :
Z n
X Z n
X n
kit ekit 1 X eki ( 1)k
Sn (t) dt = e dt = =
ki i k
k=1 k=1 k=1

D’après I. 3. 1.) on a : Z Z Z
Sn (t) dt = e(n+1) i t '(t) dt e i t '(t) dt

et donc : Z Z
n
X n
X k
eki ( 1)
8n 2 N ; = +i e(n+1) i t '(t) dt i e i t '(t) dt
k k
k=1 k=1
Xn k Z
( 1)
Quand n tend vers 1 ; tend vers ln(2) (I.1.2) et e(n+1) i t '(t) dt tend vers 0 (question précédente) ce qui
k
k=1
justi…e la convergence de la série et le calcul par passage à la limite :

1
X Z
eki
= ln(2) i e i t '(t) dt
k
k=1

I. 3. 5.) Pour tout t 2 ]0; 2 [ ; on a

eit eit e i t=2


e i t '(t) = = =
eit 1 eit=2 e i t=2 e it=2 2i sin 2t

e i t=2
e i t '(t) =
2i sin 2t

I. 3. 6.) On a donc :
t
1 cos
e i t '(t) = i 2
t
2 2 sin 2
et Z
1
e i t '(t) dt = ( ) i ln sin 2
2
En séparant parties réelle et imaginaire, on a la convergence des séries et le calcul de leurs sommes : :

1
X 1
X
cos(k ) sin(k )
= ln(2) ln sin 2 et =
k k 2
k=1 k=1

Remarque : Pour 2]0; [ il su¢ t de refaire le même calcul sur [ ; ] au lieu de le faire sur [ ; ]
p 1 p !
2 3 X cos(k ) 3 p
En particulier pour = ; on a sin 2 = et = ln(2) ln = ln 3 on retrouve ainsi le
3 2 k 2
k=1
résultat de I. 2. 3).

Partie II Limite d’une intégrale.


II. 1.) g étant bornée on peut poser M = sup j g j : Alors pour x > 0 et t 0 on a j f (t) g(x t) j 6 M j f (t)j
[0;1[
Comme f est intégrable sur R+ , M f est intégrable sur R+ (par linéarité) et donc t 7! f (t) g(x t) est intégrable sur R+ (par
majoration)
feg (x) existe pour tout x > 0

La fonction est continue par théorème de continuité d’une intégrale à paramètre :

pour tout t 0 ; x 7! f (t) g(x t) est continue sur ]0; +1[


pour tout x > 0 , t 7! f (t) g(x t) est continue par morceaux intégrable sur [0; +1[
On a domination par t 7! M j f (t)j , indépendante de x , continue par morceaux intégrable sur [0; +1[

feg est continue sur ]0; 1[

La majoration précédente donne aussi :


Z 1 Z 1
8x > 0; feg (x) 6 j f (t) g(x t) j dt 6 M j f (t) j dt
0 0

et donc
feg est bornée sur ]0; 1[
II. 2. 1.) Si g est la fonction t 7 ! e i t ; on a les hypothèses, de la question précédente, avec M = 1:
Z 1 Z +1 Z A
Par la relation de Chasles et la dé…nition de la convergence d’une intégrale : j f (t) j dt = j f (t) j dt - j f (t) j dt !A!+1 0
A 0 0

Z 1
8" > 0; 9A > 0; 0 6 j f (t) j dt 6 "
A

II. 2. 2.) Pour A ainsi …xé, on fait une intégration par partie, sur le segment [0; A] :
Z A t=A Z A
eixt eixt 0
e i x t f (t) dt = f (t) f (t) dt
0 ix t=0 0 ix

Ainsi Z Z !
A A
1
e ixt
f (t) dt 6 j f (A) j + j f (0) j + 0
j f (t)j dt
0 x 0

Z A
lim e i x t f (t) dt = 0
x!1 0

II. 2. 3.) Soit " > 0; quelconque …xé.


Z 1 Z 1
Pour cet " > 0; avec II. 2. 1). il existe A > 0; tel que 8x > 0; e ixt
f (t) dt 6 j f (t) j dt 6 "
A A

Z A
Pour un A ainsi choisi, il existe X > 0; tel que 8x > X; e i x t f (t) dt < "
0
Z 1
en ajoutant les 2 8x > x0 ; e i x t f (t) dt < 2":
0
En partant de "0 =2 :
8"0 > 0 , 9X , x X =) feg (x) "0

On a donc montré que


lim feg (x) = 0
x!1
Z 1 Z 1
remarque : attention à la double limite . On demande lim lim fx (t) dt et pas lim lim fx (t) dt
x!+1 A!+1 A A!+1 x!+1 A
.
Ax2
Si on prend y = 3 : lim lim (y) = lim (x) = +1 et lim lim (y) = lim (0) = 0.
x + Ax x!+1 A!+1 x!+1
! A!+1 x!+1 A!+1
!
Z 1 Z A Z 1 Z A
On demande lim f x (t) dt + fx (t)dt et pas lim f x (t) dt + lim fx (t)dt
x!+1 A 0 A!+1 A x!+1 0
x A x A
Si on prend y = + lim (y) = +1 et lim + lim =0
A x x!+1 A!+1 A x!+1 x
II.3. )Si g est la fonction t 7 ! j sin(t) j ; on a les hypothèses de II. 1)., avec M = 1:
II. 3. 1.) On prend la partie imaginaire de
Z
1 h ( +i) i
y=
y iy e ( +i) y i
e e dy = = e 1 = 2 [e + 1]
0 + i y=0 + i +1

et donc : Z
y e +1
e sin(y) dy = 2
0 +1

Z 1
f (x) =
II. 3. 2.) On a E e t
j sin(x t) j dt; intégrale convergente (II. 1.) dans laquelle on peut e¤ectuer
0
le changement de variable (u = x t ) qui est C 1 bijectif de [0; +1[ sur lui même (car x > 0 )
On obtient une intégrale convergente de même valeur :
Z 1
f (x) = 1
u
8x > 0 , E e x j sin(u) j du
x 0
II. 3. 3.) Avec le changement de variable (translation) v = u k , pour tout x > 0;
on a Z (k+1) Z Z
u v+k k v k 1
e x j sin(u) j du = e x j sin(v) j dv = e x e x sin(v) dv = e x
k 0 0 x
Z (k+1) u k 1
e x j sin(u) j du = e x
k x
k k
II. 3. 4.) Comme e x = e x ; on a une série géométrique de raison e x 2 ]0; 1[ qui est donc convergente, et

1
X k 1
8x > 0 : e x =
k=0 1 e x

II. 3. 5.) Avec la règle de Chasles, on peut décomposer :

Z X Z (k+1)
k=n k=n Z k=n
(n+1)
t t 1 X (k+1) u 1 1 X k
e j sin(x t) j dt = e j sin(x t) j dt = e x j sin(u) j du = e x
0 k x k x x
k=0 k=0 k=0

on passe à la limite : :
f (x) = 1
E
1 1
x x 1 e x

soit :
!
f (x) = x 1+e x
8x > 0 : E
x2 + 1 1 e x

1
Quand x ! 1; e x =1 +o et
x x
0 1
f (x) = x @ 2 + o (1) A
E
x2 + 1 + o x1
x
d’où
f (x) = 2
lim E
x!1

cos(2kt) 1 1 1
II. 4. 1) Pour tout x réel terme général d’une série convergente ( avec 2 > )
4k 2 1 4k 2 1 4k 2 1 4k 2
X cos(2kt) cos(2kt)
donc la série des fonctions est normalement convergente sur R;De plus pour tout k la fonction t 7! est
4k 2 1 4k 2 1
continue sur R :
h est dé…nie et continue sur R
La fonction t 7 ! j sin(t) j est continue, de classe C 1 par morceaux,2 -périodique. La fonction est donc développable en série
de Fourier sur R .
Calculons les coe¢ cients de Fourier de g:

Pour tout n 2 N; bn = 0; par parité.


Pour tout n 2 N; Z Z
2 2
an = j sin(t) j cos(nt)dt = sin(t) cos(nt)dt
0 0
On linéarise l’expression :
Z
1
an = [sin((n + 1)t) sin((n 1)t)] dt
0
1 cos((n + 1)t) cos((n 1)t)
=
n+1 0 n 1 0

– si n est impair an = 0
1 2 2 4 1
– si n est pair a2k = =
2k + 1 2k 1 4k 2 1
On a donc :

1 1
a0 X 2 4 X cos(2nt)
jsin(t)j = + a2k (g) cos(2kt) =
2 n=1
4n2 1
k=1

soit :
2 4
8t 2 R; j sin(t) j = h(t)

Remarque : contrairement à d’autres sujets il faut reconnaître vous même que h est la somme d’une série de Fourier.
II. 4. 2.) On a d’après le calcul précédent pour x > 0 :
Z 1 Z 1 Z 1" 1
#
e 2 4 2 4 X cos(2k x t)
f (x) = f (t) j sin(x t) j dt = f (t) h(x t) dt = f (t) f (t) dt
0 0 0 4k 2 1
k=1

où l’on voit apparaître l’intégration termes à termes d’une série des fonctions : :On véri…e les hypothèses :
cos(2k x t) cos(2k x t)
Pour tout k , t ! f (t) est C 0 sur R+ , intégrable sur R+ , car f (t) 6 j f (t) j intégrable sur [0; 1[
4k 2 1 4k 2 1
1
4 X cos(2k x t) 2
pour tout t la série f (t) converge simplement vers t ! jsin(xt)j f (t) continue sur R+
4k 2 1
k=1
Z 1
Z Z 1 Z 1
1 1 4 j f (t) j dt
cos(2k x t) cos(2k x t) 1
La série f (t) dt converge car f (t) dt 6 j f (t) j dt 0
0 4k 2 1 0 4k 2 1 4k 2 1 0 k2
qui converge car 2 > 1 .
On a donc par intégration termes à termes :

Z 1 Z
2 1
4X 1 1
fe (x) = f (t) dt f (t) cos(2k x t) dt pour tout x > 0
0 4k 2 1 0
k=1

Passons à la limite par convergence normale :


Z 1
1
lim f (t) cos(2k x t) dt = 0
x!1 4k 2 1 0
D’après II. 2. 3.), comme f est C 1 on a : lim f (t)eixt dt = 0 , donc en prenant la partie réelle lim (f (t) cos(xt) dt = 0
x!1 x!1
Z 1 Z 1
1
Si x tend vers +1 , 2kx tend vers +1 ( car k > 0) et l’intégrale est majorée par jf (t)j dt et donc lim f (t) cos(2k x t)
0 x!1 4k 2 1 0
La série converge normalement sur R+ :
8
Z 1 Z 1 < indépendant
Z 1 de x
1 1 X
f (t) cos(2k x t) dt 6 j f (t) j dt 1
j f (t) j dt converge
4k 2 1 0 4k 2 1 0 : 4k 2 1 0

On peut donc dire que la limite de la série est la série des limites :
Z 1
2
lim fe (x) = f (t) dt
x!1 0
Z 1
Ce qui est conforme au résultat obtenu pour E:car e t dt = 1
0

II. 4. 3. 1.)

On e¤ectue le changement de variable C 1 u = x t dans l’intégrale :


Z Z x
1
8x > 0; F (x) = j sin(x t) j dt = j sin(u) j du
x x
x x x x ( )x x x
et sont deux réels positifs et pour x > on a = > 1 et on a donc p = E <E =q

x x
p6 <p+1 q6 <q+1

Comme j sin(u) j 0 on en déduit :


Z q Z x Z (q+1)
j sin(u) j du 6 j sin(u) j du 6 j sin(u) j du
(p+1) x p

Or si k est entier on a en posant v = u k :


Z (k+1) Z Z
j sin(u) j du = j sin(v) j dv = sin(v) dv = 2
k 0 0

et donc pour n et N entiers :


Z N X1 Z (k+1)
N
j sin(u) j du = j sin(u) j du = 2(N n)
n k=n k

d’où l’encadrement:
2 2
8x > , (q p 1) 6 F (x) 6 (q p + 1)
x x

x x x x
Mais par dé…nition des parties entières : 1<p6 et <q6 ce qui donne pour x >

2 x x 2 x x
2 6 F (x) 6 +2
x x

Comme x ! 1 on peut supposer la condition x > véri…ée et donc par encadrement

2
lim F (x) = ( )
x!1

II. 4. 3. 2).

Si f est une fonction en escalier et J un segment, alors il existe une subdivision (xk )06k6n de J telle que f soit constante
égale à yk sur chacun des intervalles ]xk ; xk+1 [ :et donc

Z X1 Z xk+1
n n
X1 Z xk+1
fe (x) = f (t) j sin(x t) j dt = f (t) j sin(x t) j dt = yk j sin(x t) j dt
J k=0 xk k=0 xk

X
On a un nombre …ni (et indépendant de x ) de termes dans la . Par linéarité

X 2 2 X
: lim fe (x) = yk (xk+1 xk ) = yk (xk+1 xk )
x!1
06k6n 1 06k6n 1

or
Z X1 Z xk+1
n X
f (t) dt = yk = yk (xk+1 xk )
J k=0 xk 06k6n 1
Z
2
lim fe (x) = f (t) dt
x!1 J

Si f est continue par morceaux sur J un segment, on peu approcher f uniformément sur ce segment par des factions en
escalier :
8" > 0 , 9' en escalier , 8x 2 J , jf (x) '(x)j "
On décompose alors
Z Z Z Z
2 2 2 2
fe(x) f (t) dt fe(x) e (x)
'(x) + ' ' (t) dt + ' (t) dt f (t) dt
J J J J

par dé…nition de 'on a pour tout x > 0 :


Z Z
2 2 2
fe(x) f (t) dt e (x)
"+ ' ' (t) dt + "
J J

' étant en escalier le terme du milieu est majoré par " pour x assez grand :
Z
2 2
8" > 0 , 9X , x > X ) fe(x) f (t) dt 2+ "
J

2
En prenant " = "0 = 2 + :
Z
2
8"0 > 0 , 9X , x > X ) fe(x) f (t) dt "0
J

Soit : Z
2
lim fe (x) = f (t) dt
x!1 J

Si f est continue par morceaux sur J = [0; 1[ ; on reprend le raisonnement de la question II. 2.) avec un A su¢ samment
Z 1
grand pour que j f (t) j dt 6 ":
A
Alors pour x > 0
Z Z 1
2 2
fe (x) f (t) dt = f (t) j sin(x t) j f (t) dt
[0;1[ 0
Z A Z 1
2 2
f (t) j sin(x t) j f (t) dt + f (t) j sin(x t) j f (t) dt
0 A

avec : Z Z
1 +1
2 2 2
f (t) j sin(x t) j f (t) dt 1+ jf (t)dtj 1+ "
A A

et en appliquant le résultat précédent au segment J = [0; A] :


Z A
2
9X , x > X ) f (t) j sin(x t) j f (t) dt "
0

On a donc : Z
2 2
9X , x > X ) fe (x) f (t) dt (2 + )"
[0;1[

2
Pour "0 > 0 on prend " = "0 =(2 + ) et on …ni comme au point précédent.

Z
2
lim fe (x) = f (t) dt
x!1 [0;1[

Vous aimerez peut-être aussi