Vous êtes sur la page 1sur 69

AUDIT BANCAIRE

Mamadou BADIANE
Cours Master TBF BEM 2018
AUDIT BANCAIRE

SOMMAIRE

Chapitre 1: Généralités sur l’audit et évaluation du contrôle interne


Chapitre 2: Fondements de la réglementation et normes prudentielles
Chapitre 3: Contrôle des agios bancaires
Chapitre 4: Grands risques bancaires
Chapitre 5: Méthodologie d’audit bancaire
AUDIT BANCAIRE

CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR L’AUDIT ET EVALUATION DU CONTRÔLE


INTERNE
I.- DEFINITION DES CONCEPTS

On va successivement définir:
❑ Audit
❑ Audit financier
❑ Audit opérationnel
❑ Contrôle interne
❑ Audit interne
AUDIT BANCAIRE

1.1.- Définition de l’audit


L’audit vient du mot latin « audire » qui désigne : entretiens, auditions

C’est un examen d’informations mené par une tierce personne, autre que celle qui les
prépare ou les utilise, avec l’intention d’établir leur véracité et de faire un rapport
sur le résultat de cet examen avec le désir d’augmenter l’utilité de l’information pour
l’utilisateur.
AUDIT BANCAIRE

1.2.- Définition de l’audit financier


C’est l’examen auquel procède un professionnel compétent et indépendant en
vue d’exprimer une opinion motivée sur la régularité, la sincérité et la fidélité avec
laquelle les comptes annuels d’une entité traduisent sa situation à la date de clôture
et ses résultats pour l’exercice considéré, en tenant compte du droit et des usages du
pays où l’entité a son siège.
AUDIT BANCAIRE

1.3.- Définition de l’audit opérationnel


C’est l’examen systématique des activités d’une entité en fonction de ses finalités et
objectifs, en vue :
➢ d’évaluer les réalisations (en identifiant notamment les pratiques non économiques,
improductives et inefficaces)
➢ de faire des recommandations d’améliorations.
AUDIT BANCAIRE

Audit opérationnel sera réparti en:


✓ Audit qualité
✓ Audit informatique
✓ Audit social
✓ Audit marketing
✓ Audit sécurité
✓ Audit RH
✓ Audit juridique
✓ Audit bancaire
✓ etc
AUDIT BANCAIRE

1.4.- Définition du contrôle interne


Le contrôle interne est un processus mis en œuvre par la direction générale, le
personnel d’une entreprise, et destiné à fournir une assurance raisonnable quant
à la réalisation d’objectifs entrant dans les catégories suivantes :
➢ Réalisation et optimisation des opérations ;
➢ fiabilité des informations financières ;
➢ conformité aux lois et règlementations en vigueur.
AUDIT BANCAIRE

1.5.- Définition de l’audit interne


L’audit interne est défini par l’IFACI comme étant « une activité indépendante et
objective au sein d’une organisation, destinée à donner une assurance sur le
degré de maitrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les
améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée ».

IFACI : institut Français des auditeurs et consultants internes


AUDIT BANCAIRE

II.- AUDIT ET METIERS VOISINS

➢ Auditeur interne
➢ Auditeur externe (junior/senior)
➢ Expert comptable
➢ Commissaire aux comptes
➢ Contrôleur de gestion
➢ Compliance Officer
➢ Inspecteur
➢ Fraud examiner
➢ Contrôleur interne
AUDIT BANCAIRE

III.- EVALUATION DU CONTRÔLE INTERNE

L’évaluation du contrôle interne s’effectue selon les étapes suivantes:


➢ Choix des fonctions
➢ Description des procédures
➢ Tests de conformité
➢ Évaluation préliminaire
➢ Tests de permanence
➢ Évaluation définitive
AUDIT BANCAIRE

3.1.- Choix des procédures


Par fonction on entend:
➢ Procédures
➢ Cycles
➢ Circuits

Le choix dépendra du secteur d’activités et de l’importance des flux


d’opérations ou d’informations ou des risques
AUDIT BANCAIRE

3.2.- Description des procédures


3.2.1.- Préalables
➢ Découpage du cycle en plusieurs étapes
➢ Listing des documents utilisés dans chaque étape

3.2.2.- Canevas ou procédés


Pour chaque étape ou opération:
❑ Quoi: opération
❑ Qui : intervenant
❑ Quand: moment d’intervention
❑ Comment: manière de faire
AUDIT BANCAIRE

3.3.- Tests de conformité ou tests de cheminement


Objectif : s’assurer que la description est conforme à la réalité

Modalités : sondage sur les documents et vérifier si les documents retracent la procédure décrite

Opérations : prélever un échantillon de pièces de base et les faire passer à toutes les étapes du cycle (tests
de cheminement)

Prenons le cas du circuit de décaissement par chèque avec les documents et étapes du circuit
AUDIT BANCAIRE

3.4.- Evaluation préliminaire


L’évaluation préliminaire s’effectue à partir d’un questionnaire de contrôle (QCI)
qui est un référentiel en matière de Contrôle interne.
Le QCI est constitué d’un ensemble de questions fermées avec :
➢Réponse positive correspondant à des points forts
➢Réponse négative correspondant à des points faibles
AUDIT BANCAIRE

IV.- CONTRÔLE INTERNE BANCAIRE

4.1.- Structuration du contrôle interne bancaire

2 pôles: front office/back office


Certaines banques en 3 pôles: front/middle/back office
AUDIT BANCAIRE

4.2.- TYPOLOGIE DE CONTROLES EN BANQUE

2 Catégories de contrôles:
➢ Contrôles permanents
➢ Contrôles périodiques
AUDIT BANCAIRE

4.2.1.- CONTROLES PERMANENTS

❑Contrôles de niveau 1:
❖ Agents de caisse notamment: chèques, espèces, etc
❑Contrôles de niveau 2:
❖ Hiérarchie des agents de caisse: contrôles de caisse, etc
AUDIT BANCAIRE

4.2.2.- CONTROLES PERIODIQUES

❑Contrôles de niveau 3:
❖ Contrôleurs et auditeurs des filiales
❑Contrôles de niveau 4:
❖ Contrôleurs et auditeurs de la maison-mère, Comité d’audit
AUDIT BANCAIRE

4.3.- ACTEURS DU CONTRÔLE INTERNE BANCAIRE

➢ Organe délibérant (CA)


➢ Organe exécutif (DG)
➢ Comité d’audit
➢ Auditeurs et contrôleurs internes
➢ Compliance officer
➢ Commission bancaire
AUDIT BANCAIRE

4.3.1.- ORGANE DELIBERANT


C’est le CA et selon le COSO, le CA pilote le contrôle interne

Le CA définit les stratégies de contrôle interne


AUDIT BANCAIRE

4.3.2.- ORGANE EXECUTIF

C’est la Direction Générale.


La DG doit mettre en œuvre les stratégies de contrôle interne définies par le CA en mettant à
disposition:
• Les moyens humains
• Les moyens organisationnels
• Les moyens matériels
• Les moyens financiers
AUDIT BANCAIRE

4.3.3.- COMITE D’AUDIT

C’est un organe d’appoint au CA qu’il assiste.


Le Comité d’audit est composé d’auditeurs et non auditeurs (spécialistes du
droit, de la banque, etc). Il est chargé de recevoir et d’évaluer tout rapport
d’audit (interne et externe)
AUDIT BANCAIRE

4.3.4.- COMMISSION BANCAIRE ou COBAC

Organe de l’UMOA logé à la banque centrale chargé de contrôler sur place ou


sur pièces.
Toute banque devant s’ouvrir doit demander un agrément à la COBAC
La COBAC doit vérifier le niveau d’application des ratios prudentiels
AUDIT BANCAIRE

CHAPITRE 2 : FONDEMENTS DE LA RÉGLEMENTATION ET


NORMES PRUDENTIELLES
1.1.- Fondements de la réglementation bancaire

Au cours de la 2ème moitié du 19ème siècle, les crises économiques ont entrainé des effets sur le secteur bancaire.
exple : faillite du Crédit mobilier des frères PEREIRE en 1867 ou celle de l’Union générale en 1882.
Les pouvoirs publics ont alors constaté le rôle amplificateur des crises bancaires sur la conjoncture économique et
la réglementation bancaire trouve là son fondement essentiel : assurer la stabilité du secteur bancaire par la
prévention du risque systémique
AUDIT BANCAIRE

➢ Définition du risque systémique

Tout système financier est constitué de 3 composantes:


❑ Finance directe : marché boursier
❑ Finance indirecte : marché bancaire
❑ Système de règlement: garantie

Le risque systémique découle de la discordance des composantes du système financier.


AUDIT BANCAIRE

➢Banque et Risque systémique

o Banque : Origine du risque systémique ?????

o Banque : agent de propagation du risque systémique???

o Banque : victime du risque systémique????


AUDIT BANCAIRE

➢Normes prudentielles dans l’UMOA

On distingue 4 normes prudentielles dans l’espace UMOA:


▪ Norme de liquidité
▪ Norme de solvabilité
▪ Norme d’équilibre de la structure financière
▪ Norme de division des risques
AUDIT BANCAIRE

NORME DE LIQUIDITE (NL)

NL = Actifs disponibles, réalisables ou mobilisables à CT/Passif


exigible ou engagements susceptibles d’étre exécutés à CT

NL > 75%
AUDIT BANCAIRE

• NORME DE SOLVABILITE (NS)

NS = FPE/Risques et NS > 10,5% (réforme BALE 3)

FPE = Provisions+FRBG+capitaux propres hors FRBG+capital souscrit+Primes


d’émission+Réserves+RAN+résultat – (Immobilisations incorporelles+capital souscrit
non appelé)
Risques = risques de contrepartie+Risques de marché+risques opérationnels
AUDIT BANCAIRE

NESF (Norme d’équilibre de la structure financière)

NESF = Ressources stables/emplois stables > 50%


AUDIT BANCAIRE

• NDR (norme de division des risques)

NDR=(engagements sur une signature/FPE)<75%


AUDIT BANCAIRE

CHAPITRE 3 : CONTRÔLE DES AGIOS BANCAIRES

I.- CONDITIONS DE BANQUE

1.1.- Définition

Les conditions de banque définissent les relations entre la banque et sa clientèle.


Ce sont les conditions générales de banque.
Elles sont négociées ou subies.
AUDIT BANCAIRE

1.2.- Nature des conditions


Les conditions de banque sont réparties en :
➢ Conditions de valeur
➢ Conditions de taux (commissions)
AUDIT BANCAIRE

1.2.1.- CONDITIONS DE VALEUR


Elles précisent les conditions de débit ou de crédit du compte.
Principe de fonctionnement des comptes:
« les remises sont créditées en valeur après la date d’opération et les retraits sont débités
avant la date d’opération »
On distingue en effet: dates d’opération et dates de valeur
Voyons successivement les conditions de valeur sur les opérations au crédit et ensuite sur les
opérations au débit
AUDIT BANCAIRE

Exemple: versement espèces le jeudi 11 Avril 2019


Date opération : jeudi 11 avril 2019
Date de valeur : vendredi 12 avril 2019

Exemple 2: retrait par chéque effectué le jeudi 11 avril 2019


Date de valeur : mercredi 10 avril 2019
AUDIT BANCAIRE

ETUDE DES CHEQUES:


Il existe plusieurs types de chèque selon la nature ou leur utilisation:
➢ Chéque standard
➢ Chéque barré
➢ Chéque barré par la banque
➢ Chéque sur caisse
➢ Chéque sur place
➢ Chéque hors place (bancable, non bancable, étranger)
AUDIT BANCAIRE
➢Chéque au porteur
➢Chéque de guichet
➢Chéque de banque
➢Chéque à blanc
➢Chéque de voyage
➢Chéque d’entreprise
AUDIT BANCAIRE

Opérations au crédit Conditions standard Conditions limites

Versements d’espèces J+1 ouvrable J

Chèque remis sur caisse J+1 ouvrable J

Chèque remis sur place J+2 ouvrable J+1 ouvré

Chèque remis hors place :


- bancable J+15 calendaires J+8 calendaires
- non bancable J+25 calendaires J+15 calendaires
- étranger J+25 calendaires J+15 calendaires
Effets à l’encaissement J+1 ouvrable J+1 ouvré

Virements reçus J+1 ouvrable J


AUDIT BANCAIRE

Opérations au Débit Conditions standard Conditions limites

Chèque émis J-1 ouvrable J+1 ouvré

Virement émis J-1 ouvrable J+1 ouvré

Domiciliation d’effets J-1 ouvrable J+1 ouvré

Virement d’équilibrage J-1 ouvrable Valeur compensée jour

Impayés J-1 ouvrable J


AUDIT BANCAIRE

1.2.2.- CONDITIONS DE TAUX ou COMMISSIONS


En plus des gains sur les dates de valeur, la banque facture des commissions à la clientèle.
Les principales commissions sont:
❑ Commission de mouvement de compte (CDM)
❑ Commission du plus fort découvert (CPFD)
❑ Commission fixe par mouvement
❑ Commission fixe par trimestre
❑ Commission d’autorisation de dépassement de découvert
❑ Intérêts débiteurs (ID)
AUDIT BANCAIRE

1.2.2.1.- Commission de mouvement de compte (CDM)

➢Assiette de calcul: tous les montants au débit du compte exceptées les


opérations exonérées (agios, remboursements de crédits, etc)
➢Taux : 1/4000 ou 0,25 pour 1000
AUDIT BANCAIRE

1.2.2.2.- Commission du plus fort découvert (CPFD)

• Assiette : plus fort débiteur de chaque mois dans le trimestre


• Taux : 0,05%
• Plafond autorisé : moitié des ID
AUDIT BANCAIRE

1.2.2.3.- INTERETS DEBITEURS (ID)

• ID = total des nombres débiteurs x taux (ID)/36.000

• Nbre débiteur = solde débiteur x Nbre de jours


• Nbre de jours = durée pendant laquelle le solde en valeur reste constant
AUDIT BANCAIRE

Les agios sont établis sur la base d’une échelle d’interets


AUDIT BANCAIRE

CAPITAUX SOLDES NOMBRES

DATES Débit crédit débit crédit Nbre de jour débiteur créditeur

01-janv 110 000 16 1 760 000

17-janv 42 000 68 000 4 272 000

21-janv 16 000 52 000 1 52 000

22-janv 60 000 8 000 8 64 000

30-janv 460 000 452 000 22 9 944 000

21-févr 20 000 472 000 4 1 888 000

25-févr 110 000 362 000 1 362 000

26-févr 28 000 8 000 382 000 3 1 146 000


AUDIT BANCAIRE

CHAPITRE 4: GRANDS RISQUES BANCAIRES


o Risques de crédit ou risques de contrepartie
o Risques de change
o Risques de taux
o Risques de liquidité
o Risques opérationnels
AUDIT BANCAIRE

I.- RISQUES DE CONTREPARTIE

Risque de crédit = risque de contrepartie


La contrepartie de la banque c’est la CLIENTELE qui peut ne pas
honorer ses engagements en principal, intérêt et commissions
Le risque-pays fait partie du risque de contrepartie
Comment évaluer les risques de contrepartie?
AUDIT BANCAIRE

1.1.- Quantification des risques de contrepartie

Il existe 4 méthodes de quantification :


➢ Rating ou système de notation
➢ Probabilité de défaut
➢ Encours lors du défaut (EAD)
➢ Perte encourue en cas de défaut (LGD)
AUDIT BANCAIRE

SYSTÈME DE NOTATION ou RATING ou SCORING

• Système de notation des banques centrales


• Agences spécialisées :
✓ MOODY’S
✓ STANDARDS and POOR’S
AUDIT BANCAIRE

PROBABILITE DE DEFAUT (PD)

PD = Nbre de défauts/Nbre de crédits octroyés

On peut déterminer la PD sur une période de N mois sur un service bancaire quelconque
AUDIT BANCAIRE

ENCOURS LORS DU DEFAUT (EXPOSURE AT DEFAULT ou EAD)

EAD correspond au montant de l’encours de crédit lorsque le défaut est


constaté
AUDIT BANCAIRE

PERTE ENCOURUE EN CAS DE DEFAUT (LOSS GIVEN DEFAULT ou


LGD)

Elle correspond à la perte encourue par la banque lorsqu’après le défaut le client ait
réagi et payé une partie de sa dette

Quel lien existe-t-il entre EAD et LGD ?


AUDIT BANCAIRE

LGD = EAD (1- taux de recouvrement estimés après le défaut)


AUDIT BANCAIRE

II.- RISQUE DE CHANGE

Toutes les banques sont confrontées au risque de change, du fait de leurs


activités de change ou des opérations entre banque.
Ce risque existera lorsque :
• Banque est en position courte par rapport à des devises qui montent
• Banque est en position longue par rapport à des devises qui baissent
AUDIT BANCAIRE

III.- RISQUE DE TAUX

Il découle de la variabilité du taux d’intérêt:


➢ Emprunt à taux fixe et refinancement à taux variable
➢ Emprunt à taux variable et refinancement à taux fixe
Il peut découler également de crédit bancaire souscrit et la banque n’arrive pas à
refinancer suffisamment pour couvrir les interets
AUDIT BANCAIRE

CHAPITRE 5 : METHODOLOGIE D’AUDIT BANCAIRE


Les principales procédures de révision sont reprises ci-après par grands
postes des états financiers :
➢ opérations interbancaires
➢ opérations avec la clientèle
➢ charges et produits bancaires.
AUDIT BANCAIRE

I.- OPÉRATIONS INTERBANCAIRES

1.1.- Définition
Les opérations interbancaires sont des opérations de prêts ou d’emprunts réalisées
entre établissements de crédit et constituent la classe 1 « opérations de trésorerie et
interbancaires » du plan comptable bancaire.
1.2.- Catégories d’opérations concernées
• opérations de trésorerie
• opérations réalisées entre établissements de crédit, telles que définies par l’article 3-1
du règlement CRB N°91-01.
AUDIT BANCAIRE

1.3.- Risques inhérents


• Risque de contrepartie
• Risque de taux
• Risque de liquidité
• Risque administratif ou risques opérationnels.
AUDIT BANCAIRE

1.4.- High level controls


Par l’intermédiaire d’entretiens avec la direction, il faut :
➢ Comprendre l’activité du client
➢ Evaluer l’utilisation des outils qui peuvent exister et de leur impact sur les
décisions de gestion
➢ Existence d’une politique clairement définie et écrite par la direction générale
en matière d’opérations de trésorerie (refinancement, placement, etc…)
➢ Existence d’un outil de mesure et suivi du risque de taux
➢ Existence de limites par opérateur, contrepartie,….
AUDIT BANCAIRE

1.5.- Méthodologie de vérification


1.5.1.- Phase de description des flux
✓ S’assurer du recensement exhaustif des opérations de trésorerie et
interbancaire traitées par l’établissement
✓ Sélectionner les types d’opérations de trésorerie les plus significatifs en
termes de résultat (prêts/emprunts au jour le jour) et documenter le flux
d’information
✓ Comprendre le mode de gestion « actif/passif » mis en place par la banque
✓ Comprendre le fonctionnement et le mode d’alimentation des applicatifs de
gestion et de comptabilité
AUDIT BANCAIRE

1.5.2.- Phase d’évaluation du contrôle interne


✓ S’assurer que la direction a fixé des limites aux opérateurs de marché
✓ S’assurer du respect du principe de séparation des tâches entre les différentes cellules
✓ S’assurer que les rapprochements des opérations avec les confirmations des
contreparties sont effectués systématiquement
✓ S’assurer que tous les rapprochements et régularisations sont effectués avant
validation des opérations dans le système comptable
✓ S’assurer qu’il existe une procédure de traitement des réclamations des contreparties
✓ S’assurer qu’il existe une procédure de suivi des impayés
AUDIT BANCAIRE

1.6.- COMPTES NOSTRI


1.6.1.- Définition
➢ Un établissement bancaire qui a ouvert un compte bancaire auprès de l’un de
ses confrères qualifie son compte de « nostro », c'est-à-dire notre compte
chez X.
➢ La vocation des comptes « nostri » est de figurer à l’actif du bilan du titulaire
du compte, mais il n’y a pas une obligation absolue. Si les comptes sont
débiteurs, des agios y seront calculés et facturés au titulaire du compte.
➢ L’établissement chez qui a été ouvert le compte définit ce compte de
« loro », c'est-à-dire leur compte ouvert chez nous.
AUDIT BANCAIRE

1.6.2.- Risques inhérents


Les principaux risques sont constitués de :
• Risque de contrepartie
• Risque de fraude
• Risques opérationnels
AUDIT BANCAIRE

1.6.3.- High level controls


Il s’agira par le biais d’entretiens avec la direction de :
• Comprendre l’activité du client, c'est-à-dire la nature des marchés sur lesquels il
intervient, du type de produits qu’il négocie et la stratégie globale mise en œuvre
• Evaluer l’utilisation des outils qui peuvent exister et de leur impact sur les décisions de
gestion. Cela permettra de décider de l’étendue des travaux à effectuer
• Autorisation de la direction lors de l’ouverture d’un compte dans un établissement
confrère
• Revue inopinée des rapprochements de ces comptes par l’audit interne
• Suivi des agios payés sur ces comptes par la direction pour s’assurer qu’une gestion
optimale de la trésorerie est effectuée au sein de l’établissement.
AUDIT BANCAIRE

1.6.4.- Méthodologie de vérification


• S’assurer de la correcte séparation des tâches
• S’assurer que les rapprochements des comptes nostri sont correctement effectués
• S’assurer que le calcul des échelles d’intérêts est correctement effectué
• S’assurer qu’il existe une procédure de traitement des réclamations des contreparties et notamment
les comptes lori
• Revoir les comptes dormants
• Revoir les comptes à monnaie non convertibles
• S’assurer que les réserves obligatoires BCEAO sont conformes à la réglementation
• Scanner la liste des contreparties afin de repérer les éventuelles contreparties douteuses et des
soldes atypiques
AUDIT BANCAIRE

II.- Opérations avec la clientèle : crédit à la clientèle


2.1.- Définition
Selon la loi 84-46 du 24 janvier 1984, dite « loi bancaire », constitue une
opération de crédit « tout acte par lequel une personne
agissant à titre onéreux met ou promet de mettre des fonds à
disposition d’une autre personne ou prend, dans l’intérêt de
celle-ci, un engagement par signature tel qu’un aval, un
cautionnement ou une garantie ».
AUDIT BANCAIRE

2.2.- Risques inhérents


Les principaux risques sont :
• Qualité des contreparties
• Répartition du portefeuille de crédits
• Gestion des autorisations, utilisations et amortissements des crédits
• Suivi des dossiers litigieux et procédures de provisionnement (sous
provisionnement du capital, non respect des règles de provisionnement sur
les intérêts impayés).
AUDIT BANCAIRE

III.- CHARGES ET PRODUITS BANCAIRES

Techniques de contrôle et de validation

✓ Revue analytique
✓ Rapprochements NOSTRI et confirmation directe
✓ Sondages détaillés
✓ Vérification du respect des principes comptables

Vous aimerez peut-être aussi