Vous êtes sur la page 1sur 37

PROJET DE PARC ÉOLIEN ELSA À ATH ET SILLY

DEMANDEUR : IDETA

COMPLÉMENT D’ÉTUDE D’INCIDENCES


RAPPORT FINAL

Namur, le 28.03.2011
NA 00080.300

CSD Ingénieurs Conseils SA


Avenue des Champs Elysées, 160
B-5000 Namur
t +32 8 143 40 76
f +32 8 143 47 92
e namur@csdingenieurs.be
www.csdingenieurs.be
Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. Table des matières
N/réf. NA00080.300

TABLE DES MATIÈRES

1. INTRODUCTION ....................................................................................................1
1.1 Renseignements administratifs ..............................................................................................1
1.2 Historique du dossier et objet du complément d’étude d’incidences ........................................1
1.3 Auteurs d’étude du complément ...........................................................................................5
1.4 Présentation du projet soumis à complément d’étude d’incidences..........................................6

2. ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE COMPLÉMENTAIRE ..................................9


2.1 Environnement sonore..........................................................................................................9
2.2 Ombrage stroboscopique....................................................................................................19
2.3 Etude de Risque..................................................................................................................21
2.4 Incidences liés au Positionnement de l’éolienne 2 .................................................................24
2.5 Incidences liées au Déplacement de l’éolienne 4...................................................................26
2.6 Etude détaillée du potentiel éolien du site de Ghislenghien ...................................................27
2.7 Analyse de l’insertion paysagère du parc éolien prévu...........................................................30

3. CONCLUSIONS....................................................................................................32

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Coordonnées et références cadastrales des 7 éoliennes de l’arrêté ministériel du 03/06/2010 soumises
au complément d’étude d’incidences ............................................................................................ 6
Tableau 2 : Distances des éoliennes aux zones habitées les plus proches. .......................................................... 7
Tableau 3 : Valeurs limites applicables aux nouvelles installations classées (source : AGW 04/07/2002). ............... 9
Tableau 4 : Valeurs limites applicables au droit des zones d’immission II et III de l’AGW 04/07/2002 (source :
arrêté ministériel du 03/06/2010).................................................................................................11
Tableau 5 : Courbes de puissance acoustique des types d’éoliennes Enercon E-82 (source : Enercon)..................13
Tableau 6 : Récepteurs (points de calcul) considérés pour les modélisations acoustiques. ...................................14
Tableau 7 : Niveaux d’immission prévisibles de l’Enercon E-82 en fonction de la vitesse du vent. ........................16
Tableau 8 : Durée d’exposition à l’ombre stroboscopique portée au niveau des habitations et zones d’habitat les
plus proches...............................................................................................................................20
Tableau 9 : Zones à risque calculées pour les différentes hauteurs de mât de l’Enercon E-82..............................21
Tableau 10 : Production électrique prévisible du parc, selon le type d’éolienne considéré (source : bureau ATM-Pro,
rapport du 15 mars 2011). ..........................................................................................................28
Tableau 11 : Evolution de l’angle de perception visuelle du projet d’extension depuis certains points de vue
significatifs du projet de Ghislenghien. .........................................................................................30

Rapport final – 28.03.2011 I


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. Table des matières
N/réf. NA00080.300

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Localisation des 9 éoliennes ayant fait l’objet de la demande de permis unique de l’IDETA (source :
étude d’incidences, CSD Ingénieurs, 15/09/2008)........................................................................... 2
Figure 2 : Localisation des 7 éoliennes prévues par l’arrêté ministériel du 03/06/2010. ..................................... 4
Figure 3 : Courbe de bruit maximale (WindNormCurve WNC 40) issue de la législation néerlandaise................10
Figure 4 : Valeurs limites de bruit applicables en règle générale pour la période nocturne (22h à 6h du matin) à
un nouveau parc éolien...............................................................................................................10
Figure 5 : Valeurs limites de bruit définies par l’arrêté ministériel du 03/06/2010 en termes de valeurs limites de
bruit à respecter dans les zones d’immission II et III de l’AGW 04/07/2002.......................................11
Figure 6 : Valeurs limites de bruit définies par l’arrêté ministériel du 03/06/2010 en termes de valeurs limites de
bruit à respecter dans la zone d’immission I de l’AGW 04/07/2002. ................................................12
Figure 7 : Délimitation des zones à risque pour les éoliennes 1 à 4 (source : étude d’incidences du 15/09/2008).
.................................................................................................................................................21
Figure 8 : Plan de situation du parc d’activité Ath-Ghislenghien II (source : IDETA, mars 2011).........................22
Figure 9 : Localisation des différentes zones regroupant les parcelles cadastrales concernées par les mesures de
compensation et ce, par rapport à la Sille et à la station d’épuration Ipalle. .....................................25
Figure 10 : Position de l’éolienne 4 par rapport au hameau du lieu-dit de Bois Monsieur à Ollignies...................26
Figure 11 : Principe de calcul des vents locaux par le logiciel MAESTROW. ........................................................27
Figure 12 : Représentation graphique du potentiel éolien du site de Ghislenghien pour l’Enercon E-82 (source :
bureau ATM-Pro, rapport du 15 mars 2011). ................................................................................29
Figure 13 : Représentation graphique du niveau altimétrique des éoliennes 1 à 4. ............................................31

Rapport final – 28.03.2011 II


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 1 Introduction
N/réf. NA00080.300

1. INTRODUCTION
1.1 RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS

Objet de l’étude : Projet de parc éolien ELSA à Ath et Silly


Type de procédure : Demande de permis unique de classe 1
Communes concernées : Ath et Silly (Province de Hainaut)
Promoteur du projet : IDETA, rue Saint-Jacques 11, 7500 Tournai
Auteur de l’étude d’incidences : CSD Ingénieurs Conseils, av. des Champs-Elysées 160, 5000 Namur
Auteur de l’étude acoustique : AVEA Consulting, av. des Champs-Elysées 160, 5000 Namur
Agrément(s) concerné(s) : 4 – Processus industriels relatifs à l’énergie
Autorité compétente : Direction Générale Opérationnelle Agriculture, Ressources Naturelles et
Environnement (DGO3) – Département Permis et Autorisations (DPA) –
Direction extérieure de Mons (Fonctionnaire technique)
Direction Générale Opérationnelle Aménagement du Territoire,
Logement, Patrimoine et Energie (DGO4) – Direction extérieure de
Mons (Fonctionnaire délégué)
Lieu et date de la réunion de
consultation du public : Ancienne sucrerie, située Grand Chemin 60 à Hellebecq, en date du
19 octobre 2008
Rubriques concernées du
permis d’environnement : 40.10.01.04.03 / 40.10.01.01.02

1.2 HISTORIQUE DU DOSSIER ET OBJET DU COMPLÉMENT D’ÉTUDE


D’INCIDENCES

Le présent complément d’étude d’incidences s’inscrit dans le cadre de l’instruction d’une demande de
permis unique de classe 1 visant l’implantation et l’exploitation d’un parc de 9 éoliennes sur le territoire
des communes d’Ath et Silly, à l’intérieur et à proximité de la zone d’activité économique d’Ath-
Ghislenghien, de l’éolienne existante de la société Colruyt/Waldico et de la sortie n°29 de l’autoroute
A8/E429.
Le projet de parc éolien ELSA (« l’éolien à Silly et Ath ») est développé par l’intercommunale IDETA, en
partenariat avec la société WE-Power du groupe Colruyt.
La demande de permis unique, accompagnée de l’étude d’incidences réalisée par CSD Ingénieurs Conseils
(anciennement dénommé CSD Enviro Consult) et datée du 15/09/2008, a été introduite par
l’intercommunale IDETA en date du 21/10/2008 auprès de la commune de Silly.
L’enquête publique s’est déroulée du 17 novembre au 18 décembre 2008 sur le territoire de la commune
d’Ath, du 14 novembre au 15 décembre 2008 sur le territoire de la commune de Lessines, et du
14 novembre au 16 décembre 2008 sur le territoire de la commune de Silly.

Rapport final – 28.03.2011 1


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 1 Introduction
N/réf. NA00080.300

Figure 1 : Localisation des 9 éoliennes ayant fait l’objet de la demande de permis unique de l’IDETA
(source : étude d’incidences, CSD Ingénieurs, 15/09/2008).
Dans le cadre de l’instruction de la demande de permis, les avis suivants ont été rendus sur le projet par
les administrations et instances consultées par l’autorité compétente :
 Collège communal d’Ath : avis favorable sous conditions ;
 Conseil communal d’Ath : avis favorable ;
 Collège communal de Lessines : avis favorable ;
 CCATM de Silly : avis réputé favorable ;
 Collège communal de Silly : avis favorable sous conditions ;
 Conseil communal de Silly : avis favorable sous conditions ;
 CRAT : avis réputé favorable ;
 CWEDD : avis partiellement favorable ;
 DGO3 – DRCE – Direction du développement rural : avis favorable sous conditions ;
 DGO4 – Cellule RAVeL : avis favorable ;
 DGO3 – DEE – Cellule RAM : avis partiellement favorable et avis rectificatif favorable ;
 DGO3 – DEE – Cellule sous-sol/géologie : avis favorable ;
 DGO3 – DNF – Direction de Mons : avis partiellement favorable et avis rectificatif favorable ;
 DGO4 – DEBD – Direction de l’Energie : avis favorable sous conditions ;
 FLUXIS : avis partiellement favorable ;

Rapport final – 28.03.2011 2


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 1 Introduction
N/réf. NA00080.300

 INFRABEL : avis favorable ;


 Institut Belge des Services Postaux et des Télécommunications (IBPT) : avis partiellement favorable et
avis rectificatif favorable ;
 Ministère de la Défense Nationale : avis favorable sous conditions et avis rectificatif favorable ;
 SNCB – Direction du patrimoine : avis favorable ;
 Belgocontrol : avis favorable ;
 SPF – Mobilité et transport aérien : avis favorable sous conditions ;
 Vlaams Minister van Openbare Werken, Energie, Leefmilieu en Natuur : avis favorable ;
 CCATM d’Ath : avis favorable par défaut ;
 Collège communal de Brugelette : avis favorable par défaut ;
 Collège communale de Bever/Bievene : avis favorable par défaut ;
 DGO1 – DRHBW – Direction des routes de Mons : avis favorable par défaut ;
 DGO4 – DATU – Direction de l’urbanisme et de l’architecture : avis favorable par défaut.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, l’autorité compétente en première instance (Fonctionnaires
technique et délégué) a décidé en date du 25/05/2009 de refuser le permis sollicité par l’IDETA.
Un recours fut introduit par l’IDETA contre cette décision en date du 15/06/2009 auprès du Ministre de
l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de la Mobilité. Suite à l’instruction de ce recours, un
arrêt ministériel a été rendu le 29/10/2009, autorisant l’implantation et l’exploitation des éoliennes 1 à 7,
moyennant le respect de certaines conditions, et refusant l’implantation des éoliennes 8 et 9.
Un recours a ensuite été introduit contre cette décision en novembre 2009 auprès du Conseil d’Etat. Cette
procédure a conduit à l’annulation de l’arrêté ministériel précité par le Conseil d’Etat, en date du
04/05/2010, étant donné que « l’arrêté n’exposait pas à suffisance les raisons pour lesquelles le Ministre a
estimé pouvoir se départir des conclusions du rapport de synthèse et du projet de décision qu’il comporte
et qu’en outre, cet arrêté ministériel n’est pas motivé à suffisance quant au respect des conditions de
l’article 127 du CWATUPE » (page 7 de l’arrêté du 03/06/2010).
Le Ministre a ensuite délivré un nouvel arrêté ministériel en date du 03/06/2010 de manière à statuer sur
les recours exercés contre la décision. L’autorisation d’implanter et exploiter les éoliennes 1 à 7 et le refus
d’installer les éoliennes 8 et 9 furent confirmés.
Saisi une deuxième fois, le Conseil d’Etat a annulé une nouvelle fois cet arrêté en date du 28/01/2011,
principalement en raison d’une divergence d’interprétation qu’il avait soulevé entre l’étude d’incidences et
les divers avis rendus en cours d’instruction en matière de normes sonores applicables dans le cadre de ce
projet, et en particulier en ce qui concerne les quelques habitations localisées à moins de 200 mètres de la
zone d’activité économique mixte (ZAEM) d’Ath-Ghislenghien, estimant qu’il y avait lieu d’éclaircir ce sujet
par un complément d’étude d’incidences.
Compte tenu de ces différents éléments, le Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire
et de la Mobilité a invité l’intercommunale IDETA à produire un complément d’étude d’incidences
approfondissant les aspects soulevés au cours de la procédure.
L’objectif du présent complément d’étude consiste dès lors à fournir des informations complémentaires
relatives aux points soulevés par le Conseil d’Etat en date du 28/01/2011, mais également par certaines
instances lors de l’instruction administrative du dossier de demande, afin de permettre à l’autorité de
statuer en parfaite connaissance de cause des incidences du projet :
 Analyse complémentaire de l’impact du projet sur l’environnement sonore,

Rapport final – 28.03.2011 3


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 1 Introduction
N/réf. NA00080.300

 Mise en œuvre des mesures de compensation relatives au milieu biologique et leur impact sur
l’environnement,
 Déplacement de 40 mètres de l’éolienne 4 requis par l’avis de Fluxys, pour respecter la distance de
sécurité de 350 m par rapport à une station de détente de gaz.
L’auteur d’étude a également tenu à actualiser les informations relatives à certains éléments spécifiques,
mais qui ont eu une importance dans le cadre de l’instruction du dossier :
 Entreprises présentes au niveau de la zone d’activité économique d’Ath-Ghislenghien,
 Situation administrative de la ferme située Chaussée de Bruxelles et faisant partie du périmètre de la
ZAEM Ghislenghien III,
 Faisceaux hertziens BASE à proximité de l’éolienne 4,
 Précisions concernant le potentiel venteux du site de Ghislenghien (réalisation d’une étude de vent
détaillée).

Figure 2 : Localisation des 7 éoliennes prévues par l’arrêté ministériel du 03/06/2010.

Rapport final – 28.03.2011 4


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 1 Introduction
N/réf. NA00080.300

1.3 AUTEURS D’ÉTUDE DU COMPLÉMENT

Le présent complément d’étude d’incidences a été réalisé par le bureau CSD Ingénieurs Conseils
(anciennement dénommé CSD Enviro Consult), excepté pour l’étude acoustique ( voir partie 2.1.
Environnement sonore). CSD est agréé par le Service Public de Wallonie (SPW) comme auteur d’études
d’incidences sur l’environnement.
Les personnes suivantes ont contribué à l’élaboration du présent complément d’étude :
• Chef de projet : Jean-Christophe GENIS, ingénieur agronome
• Co-référent : Ralph KLAUS, ingénieur civil en sciences et techniques de l’environnement
 Frédéric HABILS, ingénieur civil des mines
 Corentin HAUTOT, bachelier en agronomie et environnement
 Damien SEVRIN, bioingénieur en eaux et forêts
 Stéphanie SMET, géographe
L’étude acoustique du complément a été réalisée par le bureau AVEA Consulting, agréé dans le cadre de
la lutte contre le bruit, localisé rue Montagne Sainte-Barbe n°15-17 à 5100 Jambes. Le gestionnaire du
dossier pour AVEA est Philippe NOEL, ingénieur civil.

Rapport final – 28.03.2011 5


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 1 Introduction
N/réf. NA00080.300

1.4 PRÉSENTATION DU PROJET SOUMIS À COMPLÉMENT D’ÉTUDE


D’INCIDENCES

1.4.1 Description du projet soumis à complément d’étude d’incidences

Le projet examiné dans le complément d’étude d’incidences est identique à celui autorisé par
l’arrêté ministériel du 03/06/2010. Il correspond aux éoliennes 1 à 7 du projet ayant fait l’objet de la
demande de permis unique, les éoliennes 8 et 9 ayant été refusées en raison de leur proximité avec une
habitation isolée.
De plus, l’éolienne 4 a été déplacée de 40 m vers le nord sur la même parcelle cadastrale aux coordonnées
X = 115.019 et Y = 151.116, de manière à se situer en dehors de la zone d’effet de risque vis-à-vis des
installations de détente de Fluxys, comme cette dernière le recommande dans son avis du 29/12/2008
(voir annexe 15 de l’arrêté des Fonctionnaires technique et délégué).
Par souci de lisibilité, le projet soumis à complément d’étude d’incidences a été repris sur les principales
cartes du dossier cartographique.
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – CARTES n°1a, 1b, 2, 3a, 3b, 3c
La description du projet du rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008 (pages 63 à 80) est
identique, que ce soit en termes d’analyse du modèle Enercon E-82 ou de l’absence de balisage, des
aménagements à effectuer surtout pour les aires de montage et les chemins d’accès, la pose des
raccordements électriques interne jusqu’à la cabine de tête et externe jusqu’au poste de Deux Acren, etc.
Les coordonnées Lambert de ces 7 éoliennes sont reprises au tableau suivant. Elles sont identiques à celles
du rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008 (tableau 33 page 65), à l’exception des
coordonnées Lambert de l’éolienne 4 qui a été déplacée de 40 m vers le nord au sein de la même parcelle
cadastrale.

Tableau 1 : Coordonnées Lambert des 7 éoliennes de l’arrêté ministériel du 03/06/2010 examinées dans
le complément d’étude d’incidences

Eolienne Coordonnées Lambert1


Eolienne 1 114.525 / 148.744

Eolienne 2 114.418 / 150.127

Eolienne 3 114.517 / 150.615

Eolienne 4 115.019 / 151.116


Eolienne 5 115.632 / 151.489
Eolienne 6 116.167 / 151.940
Eolienne 7 116.753 / 152.445

En termes de distance par rapport aux limites des zones d’habitat au plan de secteur, la suppression des
éoliennes 8 et 9 augmente significativement les distances de garde par rapport aux zones de Bois-de-
Lessines et Bassily. Quant au déplacement de l’éolienne 4, elle réduit la distance de 40 m par rapport à la
zone d’habitat du hameau du lieu-dit de Bois Monsieur d’Ollignies (distance de 500 m au lieu de 540 m
comme antérieurement pour la première habitation).

1
Coordonnées du pied du mât avec une précision relative de +/- 10 m.

Rapport final – 28.03.2011 6


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 1 Introduction
N/réf. NA00080.300

Tableau 2 : Distances des éoliennes aux zones habitées les plus proches.

Zones d’habitat au plan de secteur Distance par rapport à l'éolienne la plus proche2
Ghislenghien
Limite de la zone d’habitat 400 m (éolienne 3)
Maison existante la plus proche 420 m (éolienne 3)
Stoquoi (Meslin-l’Evêque)
Limite de la zone d’habitat 360 m (éolienne 3)
Maison existante la plus proche 400 m (éolienne 3)
Stocquoy (Hellebecq)
Limite de la zone d’habitat 460 m (éolienne 5)
Maison existante la plus proche 480 m (éolienne 5)
Ollignies
Limite de la zone d’habitat 460 m (éolienne 4)
Maison existante la plus proche 500 m (éolienne 4)
Habitations en dehors des zones d’habitat Distance par rapport à l'éolienne la plus proche
Maison et salle Altitude 48 Maison à 415 m et salle à 380 m (éolienne 1)
Maison chemin Roux Galle 375 m (éolienne 3)
Ferme chemin Roux Galle 460 m (éolienne 3)
Ferme rue du Stocquoy 460 m (éolienne 5)
Ferme Pont du Rieu Corps de logis à 380 m (éolienne 7) et 380 m (éolienne 6)

1.4.2 Choix du modèle d’éoliennes

Suite aux différentes décisions administratives rendues en première instance sur le projet de 9 éoliennes
de la demande de permis unique, il convient de revenir sur les principaux avis et décisions de l’arrêté
ministériel du 03/06/2010 :
 Premièrement, les éoliennes 8 et 9 du projet défini dans la demande de permis doivent être
supprimées eu égard à la présence d’une habitation isolée à moins de 350 m.
 Deuxièmement, l’éolienne 4 doit être déplacée de 40 m vers le nord sur la même parcelle cadastrale
aux coordonnées X = 115.019 et Y = 151.116, de manière à se situer en dehors de la zone d’effet de
risque vis-à-vis des installations de détente de Fluxys.
 Troisièmement, l’éolienne 1 est limitée à une hauteur de 120 m en bout de pale au-dessus du niveau
du sol, avec un mât d’une hauteur de 78 m, afin de respecter l’avis de la DGTA car cette éolienne
influence directement les procédures d’approche de l’aérodrome de Chièvres.
 Quatrièmement, les éoliennes ne devront pas être munies d’un balisage de jour ou de nuit,
conformément aux avis rendus par les autorités compétentes en matière aéronautique (Belgocontrol
et Ministère de la Défense).
 Cinquièmement, les éoliennes 1 à 3 sont limitées à une hauteur de 139 m et un diamètre de rotor de
82 m conformément aux conclusions de l’étude de risque et de l’avis de la cellule RAM.
 Sixièmement, une zone humide devra être aménagée en compensation de la construction de
l’éolienne 2 localisée dans une zone humide, conformément à l’avis de la DGO3-DNF.
Suite à l’analyse des principaux avis et décisions de l’arrêté ministériel, l’auteur d’étude recommande
de n’implanter que des éoliennes du modèle Enercon E-82, et d’écarter les autres modèles
initialement envisagés par l’IDETA dans le cadre de l’étude d’incidences.

2
Distances par rapport au centre du mât des éoliennes. Précision +/- 10 m

Rapport final – 28.03.2011 7


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 1 Introduction
N/réf. NA00080.300

En effet, le modèle Enercon E-82 est totalement conforme aux différents avis remis dans le cadre de
l’instruction du dossier, puisqu’il est caractérisé par un diamètre de rotor de 82 m (longueur de pale de
41 m) et que plusieurs hauteurs de mât sont disponibles (78 m, 85 m, 98 m, 108 m).
Concernant plus particulièrement la hauteur de mât à prescrire pour les sept éoliennes, il est indispensable
de tenir compte de l’avis de la DGTA et de l’avis de la cellule RAM (voir supra).
A la lecture des autres avis et des analyses reprises dans le rapport final de l’étude d’incidences du
15/09/2008, il serait judicieux pour garantir la cohérence paysagère du projet, de choisir une hauteur de
mât similaire pour les éoliennes 2 à 7, à savoir une hauteur de mât de 98 m.
En conséquence, l’auteur d’étude a analysé dans le présent complément d’étude les incidences
environnementales des éoliennes 1 à 7 du projet ayant fait l’objet de la demande de permis
unique (l’éolienne 4 a été déplacée de 40 m vers le nord et les éoliennes 8 et 9 ont été supprimées), en
considérant uniquement le modèle Enercon E-82 avec un mât de 98 m, excepté pour l’éolienne 1
pour laquelle le mât doit être limité à 78 m au vu des contraintes aéronautiques.
Cette manière de procéder permet d’évaluer précisément les incidences environnementales du parc éolien
prévu par l’arrêté ministériel du 03/06/2010.

Rapport final – 28.03.2011 8


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

2. ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE COMPLÉMENTAIRE


2.1 ENVIRONNEMENT SONORE

La présente étude acoustique a été réalisée par le bureau AVEA Consulting agréé dans le cadre de la lutte
contre le bruit, localisé rue Montagne Sainte-Barbe n°15-17 à 5100 Jambes.

2.1.1 Conditions générales et particulières d’exploitation

2.1.1.1 Cadre réglementaire et normatif

 Arrêté du Gouvernement wallon du 4 juillet 2002 fixant les conditions générales d’exploitation
relatives aux établissements classés
 Cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes en Région wallonne
L’arrêté du Gouvernement wallon du 4 juillet 2002 fixant les conditions générales d’exploitation définit les
valeurs limites de bruit à respecter par tout établissement classé en Wallonie.

Tableau 3 : Valeurs limites applicables aux nouvelles installations classées (source : AGW 04/07/2002).

Valeurs limites en dB [A]


Jour Transition Nuit
Zone d’immission (jours (jours ouvrables et (tous les
ouvrables et samedis de 6h à 7h et de jours de
samedis de 19h à 22h, dimanches et 22h à 6h)
7h à 19h) jours fériés de 6h à 22h)
I Toutes zones, lorsque le point de mesure est 55 50 45
situé à moins de 500 m de la zone d'extraction,
d'activité économique industrielle ou d'activité
économique spécifique, ou à moins de 200 m de
la zone d'activité économique mixte dans laquelle
est situé l'établissement
II Zones d’habitat et d’habitat à caractère rural, 50 45 40
sauf I
III Zones agricoles, forestières, d’espaces verts, 50 45 40
naturelles, de parcs, sauf I
IV Zones de loisirs, de services publics et 55 50 45
d’équipements communautaires

2.1.1.2 Conditions d’exploitation en règle générale

Selon l’arrêté, les valeurs limites à respecter au niveau des zones d’habitat inscrites au plan de secteur et
au niveau des habitations isolées situées en zone agricole sont de 40 dB[A] en période nuit, 45 dB[A] en
période de transition et 50 dB[A] en période jour. Ces valeurs s’appliquent à l’extérieur des habitations et
doivent être respectées pour toute période d’une heure (il s’agit de niveaux équivalents calculés sur une
période d’une heure).
Cependant, les valeurs limites fixées par l’arrêté du 4 juillet 2002 sont uniquement valables lorsque la
vitesse du vent mesurée à une hauteur de 10 m du sol est inférieure ou égale à 5 m/s (18 km/h). Au-delà
de cette vitesse, on considère que le bruit ambiant (ou bruit parasite) créé par le vent devient trop
important.

Rapport final – 28.03.2011 9


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Or, les éoliennes génèrent les niveaux de bruit les plus importants à des vitesses de vent supérieures à
5 m/s. En effet, elles commencent à tourner à partir d’une vitesse de 3 à 4 m/s et leur puissance
acoustique devient maximale pour des vitesses de vent supérieures à 8 à 10 m/s (vitesses mesurées à 10 m
du sol).
Pour cette raison, le Cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes en Région wallonne définit les
valeurs guides à respecter pour des vitesses de vent comprises entre 5 et 12 m/s, sur base de la législation
en vigueur à cette période aux Pays-Bas. Celle-ci admet que le bruit particulier généré par un parc éolien
puisse augmenter avec la vitesse du vent, le bruit ambiant généré par ce dernier pouvant partiellement
(voire complètement) masquer le bruit des éoliennes. Elle spécifie une courbe de bruit maximale
(WindNormCurve WNC 40) à respecter (voir figure suivante).

Figure 3 : Courbe de bruit maximale (WindNormCurve WNC 40) issue de la législation néerlandaise.
Dans la pratique, il convient donc de vérifier à la fois le respect des valeurs limites définies par l’arrêté du
4 juillet 2002 pour des vitesses de vent inférieures ou égales à 5 m/s, et le respect des valeurs guides
définies par le ‘Cadre de référence’ pour des vitesses de vent supérieures. La période nocturne étant la
plus contraignante en termes de valeurs limites à respecter et eu égard au fait que les éoliennes peuvent
fonctionner à pleine puissance à tout moment de la journée ou de la nuit, l’examen de la compatibilité du
projet se fera donc en priorité entre 22 h et 6 h du matin (cf. figure suivante).

60

55
Valeur limite en dB(A)

50 50
48
47
46
45
44
43
42
40 40

35

30
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Vitesse du vent à 10 du sol (en m/s)

Figure 4 : Valeurs limites de bruit applicables en règle générale pour la période nocturne (22h à 6h du
matin) à un nouveau parc éolien.

Rapport final – 28.03.2011 10


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Sur base de l’AGW du 04/07/2002 et du Cadre de référence, l’arrêté ministériel du 03/06/2010 a proposé
l’application des conditions générales et particulières susmentionnées au projet de parc éolien de l’IDETA à
Ghislenghien dans le tableau suivant (page 30 de l’arrêté).

Tableau 4 : Valeurs limites applicables au droit des zones d’immission II et III de l’AGW 04/07/2002
(source : arrêté ministériel du 03/06/2010).

AGW Cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes


04/07/2002 en Région wallonne
Vitesse de vent mesurée < ou = à 6 m/s 7 m/s 8 m/s 9 m/s 10 m/s 11 m/s 12 m/s
à 10 m du sol 5 m/s
Valeurs limites nuit (tous 40 42 43 44 46 47 48 50
les jours 22h à 06h) en
dB[A]
Valeurs limites transition 45 45 45 45 46 47 48 50
(jours ouvrables et samedis
de 6h à 7h et de 19h à
22h, dimanches et jours
fériés de 6h à 22h) en dB[A]
Valeurs limites jour (jours 50 50 50 50 50 50 50 50
ouvrables et samedis de 7h
à 19h) en dB[A]

La représentation graphique des conditions d’exploitation définies par l’arrêté ministériel du 03/06/2010
en termes de valeurs limites de bruit à respecter dans les zones d’immission II et III de l’AGW 04/07/2002
est reprise à la figure suivante.

60

55
Valeur limite en dB(A)

50 50
48
47 Jour
46
45 Transition
44
43 Nuit
42
40 40

35

30
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Vite sse du vent à 10 du sol (en m/s)

Figure 5 : Valeurs limites de bruit définies par l’arrêté ministériel du 03/06/2010 en termes de valeurs
limites de bruit à respecter dans les zones d’immission II et III de l’AGW 04/07/2002.

Rapport final – 28.03.2011 11


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

2.1.1.3 Conditions d’exploitation à proximité des zones d’activité économique

En ce qui concerne les habitations situées à moins de 200 m d’une zone d’activité économique mixte ou à
moins de 500 m d’une zone d’extraction, d’une zone d’activité économique industrielle ou d’activité
économique mixte au plan de secteur dans laquelle est situé l'établissement (zone d’immission I), l’arrêté
du Gouvernement wallon du 4 juillet 2002 précise que les valeurs seuils à respecter sont majorées de
5 dB(A) pour des vitesses de vent inférieures ou égales à 5 m/s. Pour les vitesses de vent supérieures à 5
m/s, le Cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes en Région wallonne ne s’exprime pas.
En l’absence de réglementation relative à ce cas particulier, l’auteur d’étude avait estimé dans le rapport
final de l’étude d’incidences du 15/09/2008 que cette prescription pouvait s’appliquer pour les habitations
situées à une distance inférieure à 200 m de la zone d’activité économique mixte d’Ath-Ghislenghien, et
que l’incrément de 5 dB(A) prévu par la législation wallonne jusqu’à 5 m/s pouvait également être
considéré pour les vitesses de vent supérieures, conformément à la pratique en vigueur aux Pays-Bas.
L’arrêté du 25/05/2009 des Fonctionnaires technique et délégué sur le projet de parc éolien de l’IDETA à
Ghsilenghien (page 37 de l’arrêté), ainsi que l’avis de la cellule Bruit de la Direction de la Prévention des
Pollutions, ont marqué leur désaccord sur cette interprétation que l’incrément de 5 dB(A) puisse
s’appliquer. Par contre, l’arrêté du 25/05/2009 des Fonctionnaires technique et délégué (page 37 de
l’arrêté) a considéré qu’il serait logique de conserver la valeur maximorum de 45 dB(A) de l’arrêté du
Gouvernement wallon du 04/07/2002 tant que la vitesse de vent est de l’ordre de 8,5 m/s (valeur de la
vitesse de vent pour laquelle la courbe néerlandaise donne une valeur limite de 45 dB(A)) pour ensuite
embrayer sur la courbe néerlandaise.
L’arrêté ministériel du 03/06/2010 a confirmé cette interprétation en fixant les conditions d’exploitation
du projet de parc éolien de l’IDETA à Ghislenghien dans la zone d’immission I de l’AGW du 04/07/2002,
dont la représentation graphique est reprise à la figure suivante.

60

55
Valeur limite en dB(A)

50 50
48
47 Jour
46
45 45 Transition
Nuit

40

35

30
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Vitesse du vent à 10 du sol (en m/s)

Figure 6 : Valeurs limites de bruit définies par l’arrêté ministériel du 03/06/2010 en termes de valeurs
limites de bruit à respecter dans la zone d’immission I de l’AGW 04/07/2002.
Néanmoins, l’application de ces conditions d’exploitation ne pourrait a priori s’envisager au cas précis du
projet de Ghislenghien que si toutes les éoliennes concernées étaient localisées en zone d’activité
économique et qu’elles peuvent être considérées comme des installations compatibles avec l’affectation
de cette zone. Or, les éoliennes 1 et 3 sont prévues en zone d’activité économique mixte au plan de
secteur, mais les éoliennes 4 à 7 sont en zone agricole et l’éolienne 2 est en zone d’espaces verts.
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – CARTE n°2

Rapport final – 28.03.2011 12


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

En raison de cette incertitude, l’auteur d’étude a jugé opportun d’appliquer le principe de


précaution et de considérer dans la présente étude acoustique l’application la plus
contraignante des normes sonores (valeurs limites au droit des zones d’immission II et III de
l’AGW du 04/07/2002), et ce pour toutes les habitations, quelque soit leur positionnement par
rapport à la zone d’activité économique mixte de Ghislenghien.
Dans le cas de figure où la législation devait être précisée ultérieurement, les récepteurs localisés à moins
de 200 m de la zone d’activité économique mixte de Ghislenghien sont toutefois clairement distingués
des autres dans les tableaux de résultats des modélisations et sur les cartes d’immissions sonores.

2.1.2 Incidences du projet en phase de construction

Les impacts du projet en phase de construction ont été examinés dans le rapport final de l’étude
d’incidences du 15/09/2008 et ne nécessitent pas de commentaire supplémentaire.

2.1.3 Incidences du projet en phase d’exploitation

2.1.3.1 Puissances acoustiques des éoliennes considérées

Conformément à la norme IEC 61400-11, l’émission sonore d’une éolienne est caractérisée en un seul
point au niveau du moyeu. Elle est déterminée pour chaque vitesse de vent sur base de mesures sonores
in situ ou de simulations informatiques réalisées par les constructeurs eux-mêmes ou par des organismes
de certification indépendants mandatés par ces derniers.
Suite aux différents avis remis par les instances consultées pendant l’instruction de la demande de permis
unique, l’IDETA a décidé de construire uniquement des éoliennes de type Enercon E-82 (mât de 78 m
pour l’éolienne 1 et de 98 m pour les éoliennes 2 à 7).
La puissance acoustique des deux variantes de hauteur de mât pour l’Enercon E-82 est reprise au tableau
suivant, en fonction de la vitesse du vent mesurée à 10 m du sol. Le spectre d’émission propre du modèle
a également été pris en compte (spectre d’émissions par bandes de tiers d’octave).

Tableau 5 : Courbes de puissance acoustique des types d’éoliennes Enercon E-82 (source : Enercon).

Puissance Hauteur Diamètre Puissance acoustique LWA [dB] 3


Modèle nominale moyeu rotor
5 m/s 6 m/s 7 m/s 8 m/s 9 m/s
[kW] [m] [m]
Enercon E-82 (mât de 98 m) 2 050 98 82 98,2 102,6 104,6 105,0 105,0
Enercon E-82 (mât de 78 m) 2 050 78 82 97,3 101,7 104,3 105,0 105,0

La courbe de puissance du modèle Enercon E-82 est une courbe garantie par le constructeur. Celui-ci
conseille toutefois l’application d’un facteur de sécurité de 1 dB[A] dans le cadre des études
d’implantation, qui a été intégré sur les valeurs reprises au tableau ci-dessus. Elle est reprise à l’annexe G
du rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008. Il convient de souligner que les données utilisées
figurant au tableau ci-dessus sont identiques aux données déjà considérées dans l’étude d’incidences.

3
Puissance acoustique pour des vitesses de vent mesurées à 10 m du sol et y compris le facteur de sécurité du modèle

Rapport final – 28.03.2011 13


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

2.1.3.2 Modélisation des niveaux sonores à l’immission

Hypothèses de calcul

Les niveaux de bruit à l’immission (i.e. au niveau des zones d’habitat) ont été calculés à l’aide du logiciel
CadNaA. Celui-ci se base sur la méthode de calcul défini par la norme ISO 9613-2 ‘Acoustics –
Attenuation of sound during propagation outdoors’.
Les simulations ont été réalisées en prenant en compte les conditions les plus favorables à la propagation
du bruit et mènent donc à des résultats maximalistes.
Conformément aux directives européennes, les niveaux de bruit sont calculés à 4 m du sol, à savoir à une
hauteur représentative de l’étage où se trouve habituellement la chambre à coucher. Les zones boisées
n’ont pas été intégrées dans la modélisation numérique pour se placer dans une approche maximisant les
incidences.
Pour vérifier le respect des valeurs limites, 32 récepteurs (points de calcul) sont considérés. Ces récepteurs
sont soit placés au niveau des habitations existantes les plus proches (à 3,50 m de leur façade), soit en
limite des terrains urbanisables au plan de secteur qui n’ont pas encore été mis en œuvre. Par souci de
lisibilité, les mêmes récepteurs que ceux définis dans le rapport final de l’étude d’incidences du
15/09/2008 (pages 143 et 144), mais ils sont classés en deux catégories selon qu’ils se situent ou non à
moins de 200 m de la zone d’activité économique mixte.
Pour rappel, l’application la plus contraignante des normes en vigueur (valeurs limites au droit des zones
d’immission II et III de l’AGW du 04/07/2002) a été opérée pour tous les récepteurs.

Tableau 6 : Récepteurs (points de calcul) considérés pour les modélisations acoustiques.

N° Localisation Plan de secteur Type Distance


[m]
Récepteurs localisés à une distance égale ou supérieure à 200 m de la ZAEM (cas général)
R1 Rue d’Horlebaix Zone d’habitat 905 m (E7)
Limite de village (Bois
R2 Rue Warissaet Zone d’habitat 1080 m (E7)
de Lessines)
R3 Rue Warissaet Zone agricole 1240 m (E)

R4 Chemin Vert Zone agricole Maison isolée 1670 m (E7)

R5 Rue de Paris Zone d’habitat Habitations 1675 m (E7)

R6 Rue de Paris Zone agricole Maison isolée 1425 m (E7)


R7 Rue du Bois Zone agricole Maison isolée 705 m (E7)
R8 Rue de Paris Zone agricole Maison isolée 1260 m (E7)
R9 Chemin Royal Zone agricole Ferme isolée 380 m (E7)
R10 Rue du Bois Zone d’habitat Habitations (Bourlon) 950 m (E7)
R11 Rue de la Wallonie Zone d’habitat Limite de village 510 m (E6)
R12 Rue Tournibouge Zone d’habitat (Stocquoy Hellebecq) 490 m (E5)
R13 (rue du) Stoquoy Zone agricole Ferme isolée 490 m (E5)
Limite de village
R14 (rue du) Stoquoy Zone d’habitat 590 m (E5)
(Hellebecq)
R15 Chaussée Victor Lampe Zone d’habitat Habitations (N57) 500 m (E4)
R17 Chemin Paneterre Zone agricole Maison isolée 760 m (E4)
R21 Chemin des Bergères Zone d’habitat Ferme isolée 600 m (E3)
Limite de village
R22 Chemin des Bergères Zone d’habitat 670 m (E3)
(Stoquoi Meslin)
R29 Chemin Brimboriau Zone agricole Habitations (Glaude) 585 m (E1)

Rapport final – 28.03.2011 14


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

N° Localisation Plan de secteur Type Distance


[m]
R30 Chemin des Skippes Zone agricole Ferme isolée 840 m (E1)
R31 Chemin de Chièvres Zone agricole Ferme isolée 450 m (E1)
R32 Ferme la Rouyère Zone agricole Ferme isolée 610 m (E6)
Récepteurs localisés à moins de 200 m de la ZAEM
Limite de village
R16 Chaussée de Grammont Zone d’habitat 520 m (E4)
(Ghislenghien)
Limite de village
R18 Chemin du Stoquoi Zone d’habitat 400 m (E3)
(Stoquoi Meslin)
R19 Chemin Roux Galle Zone agricole Maison isolée 375 m (E3)
R20 Chemin Roux Galle Zone agricole Ferme isolée 460 m (E3)
Habitations
R23 Rue de la Sille Zone d’habitat 685 m (E2)
(Le Marais)
Limite de village
R24 Chemin de Chièvres Zone d’habitat 580 m (E1)
(Ghislenghien)
R25 Chemin des Skippes Zone agricole Maison isolée 570 m (E1)
Zone d’activité
R26 Chaussée de Bruxelles Maison isolée 335 m (E1)
économique mixte
Maison isolée et salle
R27 Chemin Brimboriau Zone agricole 410 m (E1)
Altitude 48
Limite de village
R28 Rue Centrale Zone d’habitat 515 m (Colruyt)
(Meslin-l’Evêque)

Le récepteur R26 du rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008 (page 144) correspond à la
ferme dite « Van Wynnendaele » située Chaussée de Bruxelles et faisant partie du périmètre de la ZAEM
Ghislenghien III. Les dispositions de l’Arrêté du Gouvernement Wallon du 12 février 2008 (MB
11.03.2008), affectent à l'usage d'activité économique mixte certains terrains situés sur le territoire de la
Ville d'Ath (ZAEM Ghislenghien III) et autorisent, en son article 3, l’IDETA à exproprier les terres visées par
ledit arrêté (en ce compris, cette ferme).
Des négociations sont actuellement en cours avec l’agriculteur concerné afin d’acquérir à l’amiable le bâti
qui, du reste, est appelé à être démolie pour accueillir la ZAEM Ghislenghien III. Il est donc certain qu’à
l’heure de l’érection des machines, cette ferme n’existera plus.
Les niveaux sonores y sont donnés à titre indicatif, mais ne doivent donc pas être pris en compte dans
l’analyse du respect de la législation.

Résultats des modélisations acoustiques

Le tableau suivant reprend les résultats des modélisations effectuées pour le projet faisant l’objet du
présent complément d’étude avec l’Enercon E-82 (éolienne 1 avec un mât de 78 m et éoliennes 2 à 7 avec
un mât de 98 m) pour des vitesses de vent comprises entre 5 et 8 m/s.
Les cartes des immissions sonores ont été établies et intégrées dans le dossier cartographique du
complément d’étude. Elles illustrent les résultats sous forme de courbes iso-phones à une vitesse de 7 et
8 m/s, de manière à illustrer la situation maximaliste, que ce soit en termes de puissance acoustique ou de
vitesse de vent considérée. Pour information, les récepteurs localisés à moins de 200 m de la zone
d’activité économique mixte de Ghislenghien sont clairement distingués des autres.
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – CARTES n°4a et 4b : Immissions sonores Enercon E-82

Rapport final – 28.03.2011 15


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Enercon E-82 : éolienne 1 (mât de 78 m) et éoliennes 2 à 7 (mât de 98 m)

Tableau 7 : Niveaux d’immission prévisibles de l’Enercon E-82 en fonction de la vitesse du vent.

Niveaux d’immission en dB[A]


N° Localisation 5 m/s 6 m/s 7 m/s 8 m/s
Récepteurs localisés à une distance égale ou supérieure à 200 m de la ZAEM
R1 Rue d’Horlebaix 26,8 31,5 33,2 33,6
R2 Rue Warissaet 25,0 29,7 31,4 31,7
R3 Rue Warissaet 22,5 27,2 28,9 29,2
R4 Chemin Vert 19,0 23,7 25,3 25,7
R5 Rue de Paris 18,9 23,7 25,3 25,7
R6 Rue de Paris 20,9 25,6 27,3 27,6
R7 Rue du Bois 29,7 34,5 36,1 36,5
R8 Rue de Paris 23,6 28,3 30,0 30,4
R9 Chemin Royal 37,8 42,5 44,2 44,6
R10 Rue du Bois 26,8 31,5 33,2 33,6
R11 Rue de la Wallonie 34,0 38,8 40,5 40,8
R12 Rue Tournibouge 34,9 39,6 41,3 41,7
R13 (rue du) Stoquoy 35,1 39,9 41,6 41,9
R14 (rue du) Stoquoy 34,8 39,5 41,2 41,6
R15 Chaussée Victor Lampe 34,3 39,0 40,7 41,0
R17 Chemin Paneterre 32,9 37,7 39,4 39,7
R21 Chemin des Bergères 35,2 40,0 41,7 42,0
R22 Chemin des Bergères 33,8 38,5 40,2 40,6
R29 Chemin Brimboriau 31,3 35,8 38,2 38,8
R30 Chemin des Skippes 27,4 31,9 34,3 34,9
R31 Chemin de Chièvres 33,4 37,9 40,4 41,0
R32 Ferme la Rouyère 33,3 38,1 39,8 40,1
Valeurs limites en vigueur 40,0 42,0 43,0 44,0

Récepteurs localisés à moins de 200 m de la ZAEM


R16 Chaussée de Grammont 36,9 41,7 43,4 43,7
R18 Chemin du Stoquoi 35,8 40,6 42,3 42,6
R19 Chemin Roux Galle 38,2 43,0 44,6 45,1
R20 Chemin Roux Galle 36,6 41,4 43,1 43,4
R23 Rue de la Sille 31,9 36,6 38,4 38,8
R24 Chemin de Chièvres 33,2 37,8 39,9 40,4
R25 Chemin des Skippes 31,9 36,5 38,7 39,3
R26* Chaussée de Bruxelles 38,8 43,4 45,5 46,0
R27 Chemin Brimboriau 35,3 39,9 42,1 42,7
R28 Rue Centrale 34,3 38,9 40,9 41,4
Valeurs limites en vigueur 40,0 42,0 43,0 44,0
* Récepteur R26 non pris en compte car la ferme est dans le périmètre de la ZAEM Ghislenghien III

Rapport final – 28.03.2011 16


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Nivaux sonores à l’immission – Vitesse de vent égale ou supérieure à 9 m/s


Considérant que les niveaux de puissance acoustique des éoliennes restent stables pour des vitesses égales
ou supérieures à 9 m/s, les résultats des modélisations acoustiques sont similaires aux niveaux d’immission
constatés à 8 m/s (voir tableau précédent).
Le bruit ambiant étant de plus en plus important, la valeur guide du Cadre de référence la plus
contraignante de 46 dB(A) en période nuit à 9 m/s est respectée au niveau de tous les récepteurs.

Interprétation des résultats au regard des valeurs limites en vigueur

Les modélisations acoustiques effectuées pour le projet faisant l’objet du présent complément d’étude
avec l’Enercon E-82 (éolienne 1 avec un mât de 78 m et éoliennes 2 à 7 avec un mât de 98 m) permettent
de garantir le respect des valeurs limite et de référence à considérer en Région wallonne pour les trois
périodes considérées (jour, soirée et nuit) au droit de toutes les zones d’habitat et maisons isolées, à
l’exception de la ferme du Pont Rieu (récepteur R09), de la ferme et de la maison isolée du chemin Roux
Galle (R19 et R20), ainsi que de maisons de la chaussée de Grammont à Ghislenghien (R16).
Afin de garantir le respect des normes et des valeurs guides définies par le Cadre de référence au droit de
toutes les habitations, il est recommandé de prévoir un programme de bridage acoustique des
éoliennes 3 et 7 (réduction de la puissance acoustique en fonction de la vitesse du vent) , tel que cela
avait déjà été proposé et décrit dans l’étude d’incidences (pages 151 à 154).
Ce système, proposé par les constructeurs d’éoliennes, diminue la vitesse de rotation des pales en les
faisant pivoter, de manière à ce qu’elles offrent une plus faible prise au vent, ce qui réduit le niveau
d’émission acoustique.
Des données acoustiques certifiées ont été transmises à l’auteur d’étude par le constructeur Enercon. Il
ressort des modélisations acoustiques effectuées sur la base de ces informations techniques que les
éoliennes 3 et 7 devront être bridées pendant la période nocturne (de 22h00 à 06h00) à une puissance
nominale de 1 MW (à plein régime) pour des vitesses de vent s’échelonnant de 6 à 8 m/s (à 10 m du sol).
Les modélisations ayant été réalisées selon des conditions maximalistes, il semble indiqué de faire réaliser
par un organisme agréé une campagne de mesure de bruit in-situ du parc éolien dans les 3 mois
suivant sa mise en fonctionnement, de manière à confirmer le respect des valeurs limites, compte tenu
du type de bridage mis en place.
La perte de production associée au bridage des éoliennes 3 et 7 a été évaluée par le bureau spécialisé
ATM Pro. Elle s’élève à une perte de production par éolienne de maximum 5% (à définir plus précisément
en fonction de programme de bridage adopté par le constructeur).
 Voir 2.6. Etude détaillée du potentiel éolien du site de Ghislenghien

Calcul des niveaux de bruit à l’immission au niveau de la ZAEM de Ghislenghien

L’analyse du rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008 (pages 155 et 156) reste pertinente et ne
nécessite pas de commentaire supplémentaire.

Interprétation des résultats en termes d’émergence acoustique

Le rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008 incluait des mesures de l’environnement sonore en
situation existante effectuées au début du mois de février 2008 par le bureau AVEA Consulting, auteur de
la présente étude acoustique (pages 59 et 60).

Rapport final – 28.03.2011 17


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Sur base des résultats de ces mesures, il peut être mis en évidence que les bruits liés aux éoliennes, à
l’autoroute et à la zone d’activité économique d’Ath-Ghislenghien s’additionneront (augmentation
d’environ 2 à 3 dB(A)).
D’autre part, il peut être considéré, dépendant des conditions météorologiques, que les éoliennes
pourront être perceptibles significativement par rapport au bruit autoroutier pendant la nuit et pour des
vitesses de vent de niveau moyen (5 à 9 m/s à 10 m du sol). Cette ‘émergence’ sera très variable en
fonction de la distance par rapport à l’autoroute, des conditions météorologiques et l’orientation du vent.
Pendant la journée par contre, les éoliennes ne seront pas ou très peu perceptibles par rapport au bruit
ambiant.

2.1.4 Conclusions

Les modélisations acoustiques effectuées pour le projet faisant l’objet du présent complément d’étude
avec l’Enercon E-82 (éolienne 1 avec un mât de 78 m et éoliennes 2 à 7 avec un mât de 98 m) permettent
de garantir le respect des valeurs limite et de référence à considérer en Région wallonne pour les trois
périodes considérées (jour, soirée et nuit) au droit de toutes les zones d’habitat et maisons isolées, à
l’exception de la ferme du Pont Rieu (récepteur R09), de la ferme et de la maison isolée du chemin Roux
Galle (R19 et R20), ainsi que de maisons de la chaussée de Grammont à Ghislenghien (R16).
Afin de garantir le respect des normes et des valeurs guides définies par le Cadre de référence, il est dès
lors recommandé de prévoir un programme de bridage acoustique des éoliennes 3 et 7 (réduction de la
puissance acoustique en fonction de la vitesse du vent).
Ce système, proposé par les constructeurs d’éoliennes, diminue la vitesse de rotation des pales en les
faisant pivoter, de manière à ce qu’elles offrent une plus faible prise au vent, ce qui réduit le niveau
d’émission acoustique.

2.1.5 Recommandations

 Installer uniquement le modèle Enercon E-82 prévu par l’intercommunale IDETA.


 Prévoir un programme de bridage acoustique en période nocturne (de 22h à 6h du matin) des
éoliennes 3 et 7 (limitation de leur puissance à environ 1 MW).
 Effectuer une campagne de mesure de bruit in-situ du parc éolien dans les 3 mois suivant sa mise en
fonctionnement, de manière à confirmer que les mesures préconisées ci-avant garantissent le respects
des valeurs limites et des valeurs particulières.

Rapport final – 28.03.2011 18


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

2.2 OMBRAGE STROBOSCOPIQUE

Explication du phénomène

Le phénomène d’ombre portée intermittent associé au fonctionnement des éoliennes est communément
appelée ‘ombre stroboscopique’. Il résulte de la rotation des pales et se présente lorsque certaines
conditions sont réunies : vent supérieur à 3 m/s, soleil en position relativement bas et ciel dégagé
(rayonnement direct).
En cas d’exposition prolongée, ce phénomène, qui se traduit par une intermittence lumière/ombrage, peut
constituer une gêne, voir porter atteinte au bien-être de personnes sensibles. Le ‘Cadre de référence pour
l’implantation d’éoliennes en Wallonie’ définit un seuil de tolérance de 30 heures cumulées par an et de
30 minutes par jour. Ces seuils sont également utilisés dans d’autres pays comme la France ou
l’Allemagne.

Estimation de l’ombre portée dans les habitations

L’ombre portée dans les habitations peut être calculée et estimée via une modélisation numérique, en
considérant que la rotation des pales est assimilée à un disque. Dès lors, en faisant varier la position du
soleil, minute par minute, pendant une année complète, l’ombre portée engendrée par la rotation des
pales, peut être calculée, ainsi que la durée d’exposition annuelle et journalière maximale en tous points
du territoire.

Résultats des modélisations

Les tableaux aux pages suivantes reprennent les durées d’exposition annuelles et journalières maximales
calculées au niveau des habitations les plus proches du projet faisant l’objet du présent complément
d’étude avec l’Enercon E-82 (éolienne 1 avec un mât de 78 m et éoliennes 2 à 7 avec un mât de 98 m).
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – CARTE n°5 : Ombrage
Il en découle que l’analyse des incidences liées à l’ombrage stroboscopique des éoliennes est similaire à
celle du rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008 (pages 161 à 167), que ce soit pour les zones
d’habitat ou les entreprises de la zone d’activité économique mixte.
Dès lors, la recommandation du rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008 est confirmée. Elle
demande d’équiper les éoliennes 1 et 3 d’un module spécifique (shadow module) entraînant son arrêt lors
des conditions météorologiques favorables au phénomène d’ombrage (soleil rasant hivernal).

Rapport final – 28.03.2011 19


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Enercon E-82 : éolienne 1 (mât de 78 m) et éoliennes 2 à 7 (mât de 98 m)

Tableau 8 : Durée d’exposition à l’ombre stroboscopique portée au niveau des habitations et zones
d’habitat les plus proches.

Récepteurs Localisation Exposition maximale Exposition maximale


annuelle (heures) journalière (minutes)
R1 Rue d’Horlebaix 5 2
R2 Rue Warissaet 3 7
R3 Rue Warissaet 3 6
R4 Chemin Vert 2 4
R5 Rue de Paris 2 6
R6 Rue de Paris 4 7
R7 Rue du Bois 7 6
R8 Rue de Paris 4 5
R9 Chemin Royal 12 13
R10 Rue du Bois 7 8
R11 Rue de la Wallonie 4 8
R12 Rue Tournibouge 8 8
R13 (rue du) Stoquoy 6 7
R14 (rue du) Stoquoy 12 10
R15 Chaussée Victor Lampe 12 11
R16 Chaussée de Grammont 12 10
R17 Chemin Paneterre 8 7
R18 Chemin du Stoquoi 15 16
R19 Chemin Roux Galle 19 15
R20 Chemin Roux Galle 23 20
R21 Chemin des Bergères 18 16
R22 Chemin des Bergères 20 19
R23 Rue de la Sille 7 6
R24 Chemin de Chièvres 10 9
R25 Chemin des Skippes 7 13
R26 Chaussée de Bruxelles 17 14
R27 Chemin Brimboriau 10 17
R28 Rue Centrale 7 10
R29 Chemin Brimboriau 0 0
R30 Chemin des Skippes 0 0
R31 Chemin de Chièvres 0 0
R32 Ferme la Rouyère 8 9
Valeurs seuils 30 30

Rapport final – 28.03.2011 20


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

2.3 ETUDE DE RISQUE

Une étude de risque faisait partie du dossier d’étude d’incidences du bureau CSD Ingénieurs Conseils
(anciennement dénommé CSD Enviro Consult). Les conclusions de cette étude ont été validées par la
cellule Risque Accidents Majeurs (RAM) du Service Public de Wallonie (SPW).
Les conclusions de l’étude de risque mettaient en évidence que les dimensions des éoliennes 1 à 3 ne
devaient pas être supérieures à la turbine déjà présente sur le site, à savoir un mât de 98 à 100 mètres de
hauteur totale et un rotor de 82 mètres de diamètre (cas de figure des éoliennes de type Enercon E-82 ou
REpower MM82 par exemple).
Les zones à risque ont été également calculées pour l’éolienne 1 avec un mât de 78 m. La comparaison
des périmètres iso-risque est reprise au tableau suivant.

Tableau 9 : Zones à risque calculées pour les différentes hauteurs de mât de l’Enercon E-82.

Enercon E-82 Enercon E-82


mât de 98 m mât de 78 m
Hauteur du mât 98 m 78 m
Données d’entrée Diamètre du rotor 82 m 82 m
Vitesse de rotation nominale 19,5 rpm 19,5 rpm
10-5/an 4 41 m 41 m
Zones à risque 10-6/an max 148 m max 137 m
10-7/an 199 m 187 m

Etant donné que les zones à risque 10-6/an et 10-7/an sont plus faibles avec un mât de 78 m, les
conclusions de l’étude de risque effectuée le 15/09/2008 restent valables et pertinentes. L’implantation de
l’éolienne 1 avec le modèle Enercon E-82 et un mât de 78 m est donc compatible avec les conclusions de
l’étude de risque menée dans le cadre de l’étude d’incidences. Pour rappel, celle-ci a confirmé la
possibilité d’installer des éoliennes aux endroits prévus, moyennant le respect de certaines conditions.

Figure 7 : Délimitation des zones à risque pour les éoliennes 1 à 4 (source : étude d’incidences du
15/09/2008).

4
Probabilité d’un accident

Rapport final – 28.03.2011 21


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Une actualisation des entreprises présentes au niveau de la zone d’activité économique mixte d’Ath-
Ghislenghien a également été effectuée.

Eolienne 3

Eolienne 2

Figure 8 : Plan de situation du parc d’activité Ath-Ghislenghien II (source : IDETA, mars 2011).

Rapport final – 28.03.2011 22


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Aucune nouvelle entreprise n’est venue se rajouter près de l’éolienne 2.


A proximité de l’éolienne 3, les nouvelles entreprises qui se sont implantées sont les suivantes :
 Ecolair : hall de stockage et bureau d’une société spécialisée dans le traitement et le contrôle des
odeurs industrielles et domestiques.
 J&B International : bureau et hall de stockage pour matériel de décoration en pierre et céramiques.
 Musch : imprimerie et un bureau.
 Purocos-Ecomar : bureaux, stockage de produits cosmétiques et showroom pour les séminaires pour
esthéticiennes.
 Oxyphair : hall de stockage de bouteilles d’oxygène et bureau pour ce prestataire de service,
d’assistance, de vente ou location d’appareillage médical ou paramédical.
Parmi ces nouvelles entreprises, seule la société Oxyphair dispose d’un dépôt classé de substances
potentiellement dangereuses. Il s’agit d’environ 10 m³ d’oxygène liquide (avec bac de rétention), dont le
lieu de stockage est à plus de 150 mètres au sud de l’éolienne 3 (en face de Rice Cake Factory) et en-
dehors de la zone à risque 10-6/an.
La seule nouvelle entreprise localisée dans la zone à risque 10-6/an de l’éolienne 3 est la société Ecolair,
spécialisée dans le traitement et le contrôle des odeurs industrielles et domestiques, et localisée à côté de
la société Devleeschouwer.
Ecolair est une PME artisanale impliquant une présence humaine très limitée (entrepôt et atelier avec
surface de bureau réduite pour moins de 10 employés) et pas de dépôt de substances dangereuses. Les
caractéristiques de cette société sont conformes aux prescriptions de l’étude de risque du 15/09/2008
établies pour les terrains non encore occupés à cette date.
Que ce soit pour Ecolair ou Oxyphair, le niveau de risque est jugé acceptable au regard des critères
d’évaluation habituellement considérés.

Rapport final – 28.03.2011 23


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

2.4 INCIDENCES LIÉS AU POSITIONNEMENT DE L’ÉOLIENNE 2

2.4.1 Mise en œuvre des mesures de compensation relatives au milieu biologique

L’éolienne 2 est implantée en zone d’espaces verts au plan de secteur, et plus spécifiquement dans une
zone humide qui a été aménagée par l’IDETA suite à la construction de la zone d’activité économique
mixte de Ghislenghien (bassin écologique d’écrêtement des crues de la Sille).
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – CARTE n°2
Dans l’étude d’incidences, il avait été recommandé l’aménagement d’une zone humide eu égard aux
incidences attendues. Selon l’avis favorable sous conditions de la DGO3 – DNF – Direction de Mons du
09/02/2009 rectifiant l’avis partiellement favorable sous conditions du 06/01/2009, les inconvénients liés à
l’emplacement de l’éolienne 2 sont :
 Un risque de collision accru avec les oiseaux occupant la zone humide et un risque d’effarouchement.
Dans l’état actuel, la zone humide présente un intérêt fort d’un point de vue ornithologique. Elle est
favorable aux passereaux paludicoles mais également aux rallidés et aux anatidés.
 La perte directe en surface d’un habitat intéressant (formation à grands hélophytes) au niveau de
l’implantation même de l’éolienne.
Le DNF a sur cette base remis un avis favorable conditionnel pour l’éolienne 2 eu égard aux mesures de
compensation proposées par l’intercommunale IDETA. Les conditions particulières du DNF ont été reprises
par l’arrêté ministériel du 03/06/2010 et sont les suivantes :
 L’exploitant aménagera une zone humide dans le prolongement de la zone humide existante et sur
une longueur de 1,5 ha le long de la Sille au moyen de :
o petites mares de profondeurs variables sur les parcelles cadastrées Division de Ghislenghien
478A, 479D, 446F et 446E (situées derrière la station d’épuration d’Ipalle) ;
o d’une zone humide proprement dite sur les parcelles cadastrées Division de Ghislenghien
660A et 658A (situées en val du chemin de fer).
 Ces aménagements seront effectués conformément aux prescriptions du permis d’urbanisme délivré
le 16 septembre 2009 et en tenant compte des remarques émises par le DNF.
 Cette zone humide sera en fonctionnement au moins 6 mois avant la construction de l’éolienne 2 qui
ne pourra être mise en place que durant la période comprise entre le 1er octobre et le 1er mars. La
chasse sera également interdite dans cette zone.
 Le cahier des charges relatif à ces travaux sera établi en concertation avec les Départements de l’Etude
du Milieu Naturel et de la Nature et des Forêts de la Direction Générale de l’Agriculture, des
Ressources Naturelles et de l’Environnement.
 Un plan de gestion sera établi par l’IDETA en collaboration avec les instances mentionnées ci-avant
afin de garantir le complexe d’habitats humides dans un stade évolutif favorable sur le long terme.
 Enfin, l’exploitant mettra en place, avec l’aide de spécialistes, une surveillance des effets éventuels du
projet sur l’avifaune locale en faisant réaliser une étude de suivi des effets directs (mortalité) et
indirects (évolution des populations avant et après la mise en exploitation du parc) dont les résultats
seront transmis annuellement au fonctionnaire chargé de la surveillance.
Afin de situer plus précisément les différentes parcelles cadastrales, celles-ci sont regroupées en plusieurs
zones délimitées sur la figure suivante. Les parcelles 446E et 446F font partie de la zone humide existante
qui est à aménager, les parcelles 478A et 479D font partie de la zone appelée « extension 1 » et les
parcelles 660A et 658A font partie de la zone « extension 2 ».

Rapport final – 28.03.2011 24


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Figure 9 : Localisation des différentes zones regroupant les parcelles cadastrales concernées par les
mesures de compensation et ce, par rapport à la Sille et à la station d’épuration Ipalle.
Les différents aménagements imposés par le DNF ont été analysés de manière détaillée par l’auteur
d’étude. Il en ressort que les mesures de compensation proposées sont pertinentes par rapport à l’impact
éventuel du projet et que leur localisation est judicieuse puisque situées à proximité des zones humides
existantes et au sein de la même vallée de la Sille.
Les mesures de compensation auront donc un impact positif sur le développement et l’état de
conservation des populations d’oiseaux qui ont déjà colonisé les zones humides existantes. Après la mise
en œuvre des zones humides imposées à l’IDETA, la superficie des milieux attractifs pour la Gorgebleue à
miroir, les rallidés et les anatidés sera significativement augmentée. Cela induira une augmentation du
nombre d’oiseaux qui fréquenteront le site durant la période de reproduction mais également durant les
périodes de migration et d’hivernage. Ces mesures permettront donc, via la création de milieux humides
de grande qualité écologique sur des parcelles sans grande valeur, de compenser les impacts liés à la
construction et l’exploitation des 7 éoliennes, et en particulier de l’éolienne 2.
L’IDETA a profité de la période d’instruction pour acquérir la maîtrise foncière sur les parcelles cadastrales
susmentionnées, les permis d’urbanisme ont été délivrés le 16 septembre 2009 (dossier
n°F0313/51004/UCP3/2009.12) et le 5 octobre 2009 (dossier n°F0313/51004/UCP3/2009.21) et les
travaux d’aménagement ont déjà débuté. La réalisation de ces mesures de compensation avant la
construction des éoliennes est donc assurée.

2.4.2 Localisation dans un périmètre d’aléa d’inondation faible

Conformément à la circulaire ministérielle du 09/01/2003 relative à la délivrance de permis dans les zones
exposées aux inondations et à la lutte contre l’imperméabilisation, il convient d’analyser les conséquences
de la construction de l’éolienne 2 localisée en zone inondable.
Il s’agit d’une zone d’inondation d’aléa faible relative à une zone humide existante utilisée comme zone
de débordement de la Sille lors des événements pluvieux de forte intensité. L’IDETA a prévu de construire
l’éolienne 2 sur une plateforme surélevée au niveau de la voirie, dont l’assiette supérieure sera d’environ
15 ares (aire de montage et fondations), et ceinturée d’un talus périphérique caractérisé par une pente de
8/4. L’assise de l’éolienne se fera via des fondations profondes sur pieux.
L’apport en eaux de ruissellement supplémentaires liées à l’imperméabilisation d’une surface de maximum
15 ares pour l’éolienne est faible car il s’agit d’une superficie limitée et les matériaux pierreux utilisés sont
semi-perméables. La capacité de débordement sera compensée par la création des zones humides
imposées par le DNF et l’arrêté ministériel du 03/06/2010 et qui joueront un rôle de zones d’écrêtement
des crues.

Rapport final – 28.03.2011 25


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

2.5 INCIDENCES LIÉES AU DÉPLACEMENT DE L’ÉOLIENNE 4

L’arrêté ministériel du 03/06/2010 a déplacé l’éolienne 4 de 40 m vers le nord sur la même parcelle
cadastrale aux coordonnées X = 115.019 et Y = 151.116, de manière à se situer en dehors de la zone
d’effet de risque vis-à-vis des installations de détente de Fluxys.
Il s’agit d’un déplacement minime qui ne modifie pas la situation cadastrale de l’installation. La position
prévue par l’arrêté ministériel du 03/06/2010 est reprise aux cartes 3a et 3b.
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – CARTES n°3a et 3b
Cette position de l’éolienne 4 permet également de respecter les distances de garde aux faisceaux
hertziens de l’opérateur de téléphonie BASE, dont le pylône de télécommunication est localisé à côté du
château d’eau à proximité directe de l’éolienne 4. A ce sujet, l’avis de l’Institut belge des Postes et
Télécommunications (IBPT) du 11/02/2009 (voir annexe 17 de l’arrêté des Fonctionnaires technique et
délégué) avait confirmé que l’éolienne 4 avec les coordonnées Lambert X = 115.019 et Y = 151.116 ne
risquait pas d’interférer avec les faisceaux de l’opérateur. Les deux faisceaux hertziens de BASE ont été
repris sur la carte des contraintes locales.
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – CARTE n°6
Le déplacement de l’éolienne 4 de 40 m vers le nord ne modifie aucunement l’analyse globale de
l’intégration paysagère du projet développée dans le rapport final de l’étude d’incidences du 15/09/2008,
ce déplacement n’étant pas significativement perceptible à l’échelle du projet et du paysage. Il implique
uniquement une modification faible et non significative des distances de garde suivantes :
 L’éolienne 4 s’éloigne de 40 m des premières maisons du hameau du Stocquoy à Hellebecq, ce qui
limitera partiellement la transformation du cadre paysager pour ces habitants.
 L’éolienne 4 se rapproche par conséquent de 40 m des premières maisons du hameau du lieu-dit de
Bois Monsieur d’Ollignies qui sont situées à proximité de la sortie n°29 de l’autoroute A8/E429 :
distance de garde par rapport à la première maison de 500 m au lieu de 540 m initialement.

Hameau du lieu-dit de Bois Hameau du lieu-dit de Bois


Monsieur à Ollignies Monsieur à Ollignies

Figure 10 : Position de l’éolienne 4 par rapport au hameau du lieu-dit de Bois Monsieur à Ollignies.
L’évaluation des incidences du déplacement de l’éolienne 4 a été effectuée sur les différents domaines
environnementaux.
Plus particulièrement pour l’acoustique et l’ombrage, le déplacement de l’éolienne 4 implique les
différences suivantes pour la limite de la zone d’habitat du hameau du lieu-dit de Bois Monsieur
d’Ollignies (récepteur R15) :
 Au niveau acoustique, il est estimé une augmentation de moins de 1 dB(A) avec des valeurs
inférieures aux normes et valeurs guide.

Rapport final – 28.03.2011 26


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

 Au niveau de l’ombrage, les niveaux calculés sont similaires, avec quelques heures d’ombrage
supplémentaires réparties sur toute l’année, et toujours inférieurs aux normes reprises par le Cadre de
référence (maximum 30 heures par an et 30 minutes par jour).
Aucune différence significative n’a donc été mise en évidence après déplacement de l’éolienne 4 de 40 m
vers le nord.

2.6 ETUDE DÉTAILLÉE DU POTENTIEL ÉOLIEN DU SITE DE GHISLENGHIEN

Méthodologie

Afin d’estimer le productible éolien du permis autorisé par l’arrêté ministériel du 03/06/2010, l’IDETA a
mandaté la société ATM Pro, bureau d’étude reconnu par les administrations régionales et organismes de
crédit, pour la réalisation d’une étude de vent sur le site de Ghislenghien. Pour ce faire, ATM Pro a utilisé
un modèle météorologique, adapté à la détermination du champ de vent à l’échelle locale.
Le logiciel utilisé pour la modélisation est appelé MAESTRO WIND (source : www.atmpro.be). Ce dernier
résout les équations du mouvement de l’air sur une grille, suivant le relief, et intègre les données relatives
au calcul de rayonnement solaire, du bilan énergétique et des caractéristiques de surface pour déterminer
le pouvoir dispersif de l’air et les caractéristiques de la turbulence atmosphérique. Il utilise en fait le vent à
grande échelle (‘géostrophique’ ± 2.500m d’altitude), établi sur base des vents synoptiques (±10m du sol),
disponibles au niveau des stations météorologiques.

Figure 11 : Principe de calcul des vents locaux par le logiciel MAESTROW.


La validation du modèle MAESTROW est basée sur une comparaison des résultats avec ceux obtenus sur
d’autres parcs éoliens existants en Wallonie. Les corrélations obtenues sur les vitesses et directions de vent
(environ 95%) témoignent de la capacité de MAESTROW à reproduire les vents locaux.

Evaluation du productible annuel prévisible

Les résultats du calcul de production sont résumés dans le tableau suivant :


 La production brute correspond à l’énergie annuelle théoriquement récupérable à la sortie de la
génératrice sans pertes.
 La production nette correspond à l’énergie brute moins les pertes de sillage et les pertes
d’exploitation.
 Les pertes par effet de sillage (ou ‘effet de parc’) dépendent de la localisation des éoliennes les unes
par rapport aux autres.

Rapport final – 28.03.2011 27


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

 Les pertes d’exploitation englobent les pertes dues à l’indisponibilité des éoliennes (entretiens ou
incidents techniques) et les pertes électriques dans les câbles et les transformateurs. Elles sont
généralement estimées égales à 5 % de la production brute.
 Le nombre d’heures équivalentes pleine charge est le nombre théorique d’heures de fonctionnement
à pleine puissance d’une éolienne permettant de fournir sa production annuelle nette. Ce nombre est
couramment utilisé pour caractériser la production d’une éolienne.
 Le facteur de capacité net est le rapport entre le productible net et la production théorique maximale
de l’éolienne si elle fonctionnait à sa puissance nominale pendant l’ensemble des 8.760 heures de
l’année. Ce facteur donne une idée de l’intensité d’utilisation de l’éolienne.
Il convient de remarquer que l’estimation réalisée par le bureau ATM-Pro fournit le productible sous forme
de probabilité. Les valeurs utilisées ci-dessous correspondent au P50, à savoir le productible qui est atteint
au moins une année sur deux.
Etant donné que l’éolienne existante de Colruyt ferait partie intégrante du projet de parc éolien de
Ghislenghien, elle a été prise en compte dans tous les calculs, de manière à se situer dans le cas de figure
réaliste en termes de pertes liées à l’effet de parc (turbulences entre turbines).

Tableau 10 : Production électrique prévisible du parc, selon le type d’éolienne considéré (source : bureau
ATM-Pro, rapport du 15 mars 2011).

Enercon
Dénomination
E-82 E2
Hauteur nacelle [m] éolienne 1 78
Hauteur nacelle [m] éoliennes 2 à 7 98
Hauteur nacelle [m] éolienne Colruyt 98
Diamètre rotor [m] 82
Puissance nominale [MW] 2,05
Nombre d’éoliennes [pc] 8
Production annuelle brute (P50) [MWh/an] 35 427
Effet de parc [%] 3,6
Incapacité et perte électrique [%] 5
Production annuelle nette (P50) [MWh/an] 34 150
avec l’éolienne de Colruyt
Heures équivalentes pleine charge [h] 2 160
Facteur de capacité net [%] 24,7
Production annuelle nette (P50) [MWh/an] 29 770
sans l’éolienne de Colruyt

Commentaires
Un paramètre couramment utilisé pour caractériser la production d’une éolienne est son nombre d’heures
équivalentes pleine charge. Dans le cas du présent projet, il est de 2 160 heures pour l’Enercon E-82. Ces
valeurs permettent de mettre en évidence le bon potentiel venteux du site. En effet, pour les modèles de
2 MW, l’administration wallonne admet généralement qu’à partir de 2.200 heures un site présente un
potentiel éolien intéressant.
Avec le modèle Enercon E-82 (mât de 78 m pour l’éolienne 1 et mât de 98 m pour les éoliennes 2 à 7), le
parc ELSA de Ghislenghien produira l’équivalent de l’électricité consommée par environ
8 050 ménages wallons5 si l’on ne prend pas en compte l’éolienne Colruyt (7 éoliennes au total) et
9 230 ménages en considérant cette éolienne déjà en exploitation.

5
Sur base d’une consommation annuelle moyenne de 3 700 kWh par ménage, hors chauffage électrique.

Rapport final – 28.03.2011 28


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Pour information, la limitation de mât à 78 m pour l’éolienne 1 implique une perte d’environ 10 %,
compensée en partie par son niveau altimétrique plus élevé.
La représentation graphique du potentiel éolien du site de Ghislenghien pour l’Enercon E-82 avec les
hauteurs de mât envisagées (78 m pour EOL01 et 98 m pour EOL02 à 07) est reprise à la figure suivante.

Figure 12 : Représentation graphique du potentiel éolien du site de Ghislenghien pour l’Enercon E-82
(source : bureau ATM-Pro, rapport du 15 mars 2011).

Perte de production lié au bridage des éoliennes 3 et 7 en période nuit

L’intercommunale IDETA a demandé au bureau spécialisé ATM Pro de déterminer la perte de production
associée au bridage (recommandé par les auteurs d’étude) des éoliennes 3 et 7 pendant la période
nocturne (de 22h00 à 06h00). Elle s’élève à une perte de production par éolienne de maximum 5% (à
définir plus précisément en fonction de programme de bridage adopté par le constructeur).
En conséquence, il peut être mis en évidence que, selon les données techniques du constructeur, la perte
de production ne modifie pas significativement la valorisation du potentiel venteux du site, bien que la
perte observée au niveau des 2 éoliennes bridées puisse atteindre jusqu’à 5%. En effet, la perte de
production liée au bridage acoustique de deux éoliennes, mais répartie sur la production totale des sept
éoliennes, est d’environ 2%.
D’un point de vue technique, le bridage des éoliennes 3 et 7 implique que leur niveau de puissance
acoustique soit diminué pendant la nuit pour des vitesses de vent s’échelonnant de 6 à 8 m/s (à 10 m du
sol). Il ressort des renseignements techniques fournis par Enercon que le mode bridé correspond à un
fonctionnement des éoliennes Enercon E-82 pendant la nuit pour les vitesses de vent susmentionnées à
une puissance nominale de minimum 1 MW pour les éoliennes 3 et 7.

Rapport final – 28.03.2011 29


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

2.7 ANALYSE DE L’INSERTION PAYSAGÈRE DU PARC ÉOLIEN PRÉVU

L’étude d’incidence et l’arrêté ministériel du 03/06/2010 ont examiné très en détail le respect de l’article
127 §3 du CWATUPE quant à la notion de respect, de structuration ou de recomposition des lignes de
force du paysage (pages 14 à 19 de l’arrêté du 03/06/2010).
Au vu de tous les avis émis par les instances et sur base de l’étude d’incidences du 15/09/2008, le Ministre
a conclu à l’octroi des éoliennes 1 à 7 (y compris le faible déplacement de l’éolienne 4 et une limitation de
hauteur pour les éoliennes 1 à 3) pour lesquelles aucun balisage n’est requis.
La visualisation des photomontages réalisés avec le parc prévu par l’arrêté ministériel du 03/06/2010 met
en évidence les modifications apportées au projet de 9 éoliennes de la demande de permis de l’IDETA du
21/10/2008.
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – PHOTOMONTAGES
Les éléments à mettre en évidence sont les suivants :
 Le déplacement de l’éolienne 4 de quarante mètres n’amène aucune différence significative quant à
la perception visuelle du parc éolien (voir 2.5. Impact du déplacement de l’éolienne 4).
 La suppression des éoliennes 8 et 9 permet de limiter l’occupation visuelle du parc éolien depuis de
nombreux points de vue d’Hellebecq et Bassilly.
 La différence de mât de l’éolienne 1 par rapport aux autres turbines (20 mètres de moins) est peu
perceptible, étant donné que l’éolienne 1 est à un niveau altimétrique supérieur à l’éolienne de
Colruyt et l’éolienne 2.

Occupation visuelle du parc éolien


L’angle de vision occupé par les éoliennes depuis des points de vue significatifs constitue un des
principaux critères d’analyse de l’intégration paysagère d’un projet éolien.
Pour rappel, l’angle de perception le plus large de l’œil humain est de l’ordre de 150°. Dans cet angle, le
cône de reconnaissance visuelle de l’homme, c’est à dire l’angle dans lequel les éléments seront reconnus
et identifiés, présente les caractéristiques suivantes : angle horizontal de vision de 40° et angle vertical de
27°. Afin d’éviter un effet d’encerclement de certains villages, il est généralement recommandé d’éviter
que l’occupation visuelle des éoliennes dépasse l’angle de perception maximal de l’œil humain (150°)
depuis la plupart des points de vue significatifs en termes de fréquentation et de reconnaissance sociale
(un attrait touristique important, un paysage ou patrimoine protégé, …).
De manière à caractériser l’influence de la suppression des éoliennes 8 et 9 est d’examiner l’évolution de
l’angle de perception visuelle pour plusieurs points de vue significatifs.

Tableau 11 : Evolution de l’angle de perception visuelle du projet d’extension depuis certains points de
vue significatifs du projet de Ghislenghien.

Localisation Photomontage Angle de perception visuelle


Projet initial de Projet de
9 éoliennes 7 éoliennes
Bassilly (N7 – rue Wastine) PM 03 92° 68°
Hellebecq (rue de la Sylle) PM 04 154° 112°
Hellebecq-Stoquoy (rue du Leu) PM 05 180° 135°
Ollignies (rue des Combattants) PM 09 84° 72°
Pont E429 Meslin-Stoquoi PM 11 97° 100°
Ghislenghien (chaussée de Bruxelles N7) PM 12 158° 144°

Rapport final – 28.03.2011 30


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 2 Evaluation environnementale complémentaire
N/réf. NA00080.300

Les différents outils d’analyse paysagère permettent de mettre en évidence que la suppression des
éoliennes 8 et 9 a permis de diminuer l’occupation du champ visuel depuis les villages d’Hellebecq et
Bassilly.
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – PHOTOMONTAGES

Hauteur de mât limitée à 78 m pour l’éolienne 1


De manière à caractériser la perception de la différence de mât de l’éolienne 1 par rapport aux autres
turbines (20 mètres de moins), une représentation schématique du niveau altimétrique des éoliennes 1 à 4
est reprise à la figure suivante.

E1 : alt. 60 m Colruyt : alt. 44 m E2 : alt. 34 m E3 : alt. 44 m

Figure 13 : Représentation graphique du niveau altimétrique des éoliennes 1 à 4.


Le schéma permet de visualiser que, malgré une hauteur de mât de 20 m inférieure aux autre turbines, la
nacellle de l’éolienne 1 sera quasi au même niveau que celle de l’éolienne de Colruyt (la plus proche des
autres turbines), puisque l’éolienne 1 est à un niveau altimétrique de 16 m supérieure à celui de l’éolienne
de Colruyt.
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – PHOTOMONTAGES
Le mât de l’éolienne 1 étant moins haut, cette éolienne apparaitra un peu moins élancée que les autres
turbines, mais la perception de cette différence est limitée et peu perceptible, surtout une fois que les
bâtiments de la zone d’extension de la ZAEM d’Ath-Ghisleghien seront construits (voir photomontage
n°18).
 Voir COMPLEMENT D’ETUDE – PHOTOMONTAGE N°18

Rapport final – 28.03.2011 31


Complément d’étude d’incidences– Projet de parc éolien à Ghislenghien
CSD INGENIEURS CONSEILS S.A. 3 Conclusions
N/réf. NA00080.300

3. CONCLUSIONS
Le projet examiné dans le présent complément d’étude d’incidences est identique à celui autorisé par
l’arrêté ministériel du 03/06/2010 puisqu’il a été tenu compte de la suppression inévitable des éoliennes 8
et 9 en raison de la trop grande proximité de celles-ci avec une habitation isolée. Il correspond donc aux
éoliennes 1 à 7 du projet ayant fait l’objet de la demande de permis unique de l’IDETA du 21/10/2008. De
plus, il a été tenu compte du déplacement de l’éolienne 4 de 40 mètres vers le nord sur la même parcelle
cadastrale, de manière à se situer en dehors de la zone d’effet de risque vis-à-vis des installations de
détente de Fluxys, comme cette dernière l’exigeait dans son avis.
L’objectif du présent complément d’étude consiste dès lors à fournir des informations complémentaires
relatives aux points soulevés par le Conseil d’Etat en date du 28/01/2011, mais également par certaines
instances lors de l’instruction administrative du dossier de demande, afin de permettre à l’autorité de
statuer en parfaite connaissance de cause des incidences du projet au regard des normes applicables
notamment.
Il ressort du complément d’étude d’incidences sur l’environnement sur le projet des éoliennes 1 à 7 que
les analyses et conclusions du rapport final du 15/09/2008 de l’étude d’incidences restent valables.
Néanmoins, certains éléments doivent être précisés au vu de l’analyse détaillée des principaux avis remis
par les administrations lors de l’instruction du dossier.
Premièrement, l’auteur d’étude recommande de n’implanter que des éoliennes du modèle
Enercon E-82, tel que prévu dans la demande de permis du 21/10/2008.
Deuxièmement, concernant plus particulièrement la hauteur de mât à prescrire pour les sept éoliennes, il
serait judicieux, de choisir une hauteur de mât identique de 98 mètres pour les éoliennes, excepté
l’éolienne 1 pour laquelle le mât doit être limité à 78 mètres au vu des contraintes aéronautiques.
Troisièmement, la prise en compte de normes sonores identiques pour l’ensemble des habitations situées
à proximité du parc éolien, en ce compris les habitations à moins de 200 m de la zone d’activité
économique, dans un principe de précaution, confirme la nécessité de mettre en place un programme
de bridage acoustique en période nocturne (de 22h à 6h du matin) des éoliennes 3 et 7, tel que
cela avait déjà été proposé et décrit dans l’étude d’incidences. Par ailleurs, il est conseillé de faire effectuer
par un organisme agréé une campagne de mesure de bruit in-situ du parc éolien dans les 3 mois suivant
sa mise en fonctionnement, de manière à confirmer le respect des valeurs limites et de référence en
vigueur.
Quatrièmement, les différentes mesures prévues par l’arrêté ministériel du 03/06/2010 pour le milieu
biologique sur base des recommandations de l’étude d’incidences et de l’avis du Département Nature et
Forêt (DNF) ont été analysés de manière détaillée par l’auteur d’étude. Il en ressort que les mesures de
compensation et les mesures d’accompagnement proposées sont pertinentes par rapport à
l’impact éventuel du parc éolien sur la faune et que leur localisation est judicieuse puisque les zones
humides retenues sont situées à proximité des zones existantes et au sein de la même vallée de la Sille.
Elles auront donc un impact positif sur le développement et l’état de conservation des populations
d’oiseaux qui ont déjà colonisé les zones humides existantes.
Enfin, IDETA dispose désormais de la maîtrise foncière sur les parcelles cadastrales susmentionnées, les
permis d’urbanisme ont été délivrés et les travaux d’aménagement ont d’ores et déjà débuté. L’autorité
compétente est donc assurée de la réalisation de ces mesures de compensation avant même la
construction des éoliennes.

Rapport final – 28.03.2011 32