Vous êtes sur la page 1sur 8

Introduction

I- Définitions
Le terme hyperfréquences (ou micro-ondes de l’anglais microwaves) désigne les
bandes de fréquences situées entre 300 Mhz et 300 GHz. Par extension, le terme
hyperfréquences sert également à désigner l’ensemble des méthodes et des composants
développés pour permettre d’exploiter cette bande.

II- Utilisation des hyperfréquences


Les hyperfréquences sont utilisées essentiellement dans trois applications :
1- Le radar qui sert à la détection et à la mesure. La position d’un obstacle est
déterminée en analysant le signal d’écho (électromagnétique). On compare alors les signaux
émis et reçus après réflexion.
2- Les télécommunications. Elles assurent des liaisons dirigées et notamment dans le
domaine du spatial. Elles servent de support pour véhiculer l’information à très grande
distance.
3- Le chauffage, le séchage, la cuisson de matériaux les plus divers, traitement des
maladies. Dans ce cas il s’agit d’un transfert d’énergie.

On peut diviser conventionnellement les applications des hyperfréquences en deux


catégories selon que l’onde hyperfréquence est :
- porteuse d’information
- simple vecteur d’énergie

III- Spectre micro-onde. Classification par bandes. Attribution internationale des


fréquences.
a- Spectre micro-onde
Le Spectre micro-onde s’étale donc sur une grande bande de fréquences ( 300 MHz-
300 GHz )
F(GHz) λ (=c/F) dénomination
0,3-3 1 m-10 cm UHF - ondes décimétriques
3-30 10 cm-1 cm SHF - ondes centimétriques
30-300 1 cm-1 mm EHF - ondes millimétriques

1
UHF : ultra hautes fréquences
SHF : supra hautes fréquences
UHF : extra hautes fréquences

La position des hyperfréquences dans le spectre électromagnétique est illustrée par la


figure 1.1.

b- Classification par bandes


La classification par bandes est :
Bande F (GHz)
L 1,14-1,73
D 1,72-2,61
S 2,60-3,95
G 3,95-5,85
C 5,20-5,90
J 5,30-8,20
H 7,05-10
X 8,20-12,4
K,Ku 11,9-18
Kx 17,6-26,7
Q,Ka 26,50-40

2
Cette classification apparaît dans le tableau 1.2.

Les hyperfréquences sont aussi divisées en gammes plus étroites, liées aux bandes
normalisées d’utilisation des principaux guides d’ondes (tableaux 2.14 et 2.19).

c- Attribution internationale des fréquences


Voici quelques bandes de fréquences allouées à certaines applications appartenant au
domaine micro-onde :

3
470 MHz-890 MHz télévision
890 MHz-940 MHz Télécommunications civiles dont GSM(890-915, 935-960)
960 MHz-1350 MHz - faisceaux hertziens
- radar* de localisation
1,35 GHz-2,7 GHz - transmission de données
- météo, radio, DCS 1800
> 3 GHz - communications par satellite civiles et
militaires ( bandes C et Ku)
- radioastronomie
- radar de navigation
- missiles

* : RADAR : RAdio Detection And Ranging


Remarque : les systèmes micro-ondes sont des systèmes à larges bandes passantes
donc à débit d’information très grand.
Exemple : un guide d’ondes fonctionnant à 50 GHz est équivalent à 150 000 voies
téléphoniques.

IV- Nécessité du modèle de Maxwell pour les éléments hyperfréquences


La longueur d’onde d’un signal hyperfréquence est du même ordre de grandeur que les
éléments employés pour le produire ou le transmettre. On ne peut pas considérer donc ces
éléments comme ponctuels en comparaison avec les approximations de théorie des circuits.
La notion de tension n’a pas plus de sens, puisque le champ électrique ne dérive pas d’un
potentiel scalaire.
On ne peut pas supposer que ces éléments soient grands par rapport à la longueur
d’onde, approximation qui est à la base de l’optique géométrique.
En hyperfréquences, il est donc nécessaire de considérer de façon complète les champs
électrique et magnétique définis par le modèle de Maxwell.

Domaine comparable : acoustique


La vitesse du son en l’air est 300 m/s (celle de la lumière est 3 108 m/s). les longueurs
d’onde situées entre 1 mm et 1 m correspondent en acoustique (voix humaine et musique) à la
bande de fréquences allant de 300 Hz à 300 KHz.

4
Une similitude existe donc entre hyperfréquences et acoustique. Par conséquent,
certaines méthodes développées en acoustique sont transposables aux hyperfréquences et
vice-versa.

V- Fonctions essentielles et structures utilisées


1- Techniques micro-ondes
Ce sont l’ensemble de moyens théoriques et technologiques nécessaires à la mise au
point de systèmes micro-ondes permettant le traitement des signaux micro-ondes.

2- Objectif du cours
Présenter plus les concepts et principes généraux permettant de mettre en œuvre des
systèmes micro-ondes que de se limiter à la description des solutions technologiques.
3- Fonctions essentielles obtenues
Dans le cas des circuits passifs les techniques micro-ondes permettent d’obtenir les
fonctions suivantes :
- guidage d’un signal sur une même structure
- transfert d’une structure de guidage à une autre
- filtrage
- répartition entre plusieurs accès
4- structures utilisées
Les structures permettant de réaliser ces fonctions sont :
- le câble coaxial
- les guides d’ondes
- les microlignes
Ces composants passifs sont éventuellement associés à des composants actifs(diodes,
transistors, …) pour réaliser d’autres fonctions comme :
- le mélange
- l’amplification
- la détection
- la multiplication
- l’atténuation
……..

5
VI- Propriétés des micro-ondes
1- Bande passante
La grande bande passante disponible favorise l’emploi des micro-ondes en
télécommunications. Entre 300 MHz et 300 GHz on peut acheminer 999 fois plus
d’informations en un temps donné que toutes les bandes situées en dessous de 300 MHz.
2- Transparence de l’ionosphère
Les signaux hyperfréquences ne sont pratiquement pas affectés tant que leur amplitude
reste faible. On les utilise de ce fait pour les télécommunications par satellites.

Ionosphère

Terre Guide d’ondes


’’diélectrique’’

Ionosphère : couches ionisées ou plasma d’électrons


- Fréquences entre 10 et 40 MHz réflexions multiples (ondes courtes)
- Fréquences élevées les signaux hyperfréquences traversent l’ionosphère mais
subissent une distorsion qui décroît avec la fréquence.
- les signaux hyperfréquences ne sont pratiquement pas affectés tant que leur
amplitude reste faible.
3- Transparence partielle de l’atmosphère
Jusqu’à environ 10 GHz les signaux hyperfréquences ne subissent pas d’influence de
l’atmosphère. Au-delà des effets indésirables apparaissent : absorption, dépolarisation et
scintillement.
4- Bruit électromagnétique
C’est dans la bande 1-10 GHz que l’on peut détecter les signaux de plus en plus faibles
amplitudes avec une puissance de bruit minimale. C’est donc dans cette bande que l’on
dispose des récepteurs les plus sensibles.

6
En effet :
Pbruit = k.T.∆F
K : constante de Boltzmann
T : température du bruit équivalent en °K
∆F : bande passante du récepteur

5- Directivité des antennes


L’angle d’ouverture du faisceau rayonné par une antenne est proportionnel au quotient
de la longueur d’onde à la plus grande dimension de l’antenne. pour transmettre un signal
d’un point à un autre (faisceaux hertziens) ou pour déterminer d’une façon précise l’origine
d’une réflexion (radar), un faisceau étroit est indispensable. Il faut dans ce but soit disposent
d’une antenne de grandes dimensions, ce qui n’est pas toujours réalisable en pratique, soit
faire usage d’un signal de très haute fréquence. Les hyperfréquences conviennent bien à ces
applications.
Des angles d’ouverture encore plus étroits sont obtenus en faisant usage de fréquences
dans la bande visible (Laser). Les problèmes de pointage peuvent devenir importants lorsque
les faisceaux deviennent très étroits.
6- Réflexion sur des obstacles
La surface effective de réflexion est une grandeur qui dépend de façon critique du
quotient entre la dimension de l’obstacle et de la longueur d’onde. si l’élément réfléchissant
est beaucoup plus petit que la longueur d’onde, sa réflexion est extrêmement faible. En
revanche, lorsque la longueur d’onde devient beaucoup plus petite que l’obstacle, la surface
effective de réflexion d’un objet métallique est approximativement sa section droite dans la
direction du faisceau. Les ondes centimétriques permettent ainsi de détecter des objets dont la
grandeur est de l’ordre du mètre, sans être influencées par les gouttes de pluie. Ces dernières
peuvent en revanche perturber la détection effective par des ondes millimétriques.
7- Interaction avec la matière
Lorsqu’une onde électromagnétique rencontre un échantillon de matériau, elle est
absorbée de façon préférentielle à certaines fréquences : les fréquences de résonance du
matériau.
En particulier l’eau absorbe fortement toutes les hyperfréquences ; propriété qui a
permis deux types d’applications :

7
- le chauffage par micro-ondes (cuisson d’aliments, séchage et traitement
thermique de nombreux matériaux, traitement médical de nombreuses maladies
par diathermie).
- La détection et la mesure de l’humidité contenue dans les matériaux.
8- Rayonnement non ionisant
Le rayonnement des hyperfréquences est non ionisant.
9- Fréquences d’oscillation stables
Les oscillateurs atomiques les plus stables connus, respectivement l’hydrogène, le
césium est le radium, ont tous leurs fréquences d’oscillation dans les bandes hyperfréquences.
Il en résulte que les horloges atomiques de haute précision et les étalons de fréquences font
usage d’hyperfréquences.