Vous êtes sur la page 1sur 17

Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

I. Introduction
La communication est un transfert d'informations d'une source vers un destinataire, à travers un milieu
appelé « canal ». Ces informations se présentent souvent sous une forme physique inadaptée à sa
transmission .11 importe donc, avant toute chose, de transformer ces grandeurs caractéristiques en
signaux électriques susceptibles de se propager. Cela constitue l'enjeu principal de la modulation. Ce
chapitre décrit les notions essentielles sur La modulation /démodulation numérique ASK,FSK, et PSK.
Dans ce sens, nous allons offrir une vue générale sur la performance du modulation et leurs équations
mathématique [5].
II. Definitions et appellations Modulation numérique
II.1. Définition
Un symbole est un élément d'un alphabet. Si M est la taille de l'alphabet, le symbole est alors dit M-
aire. Lorsque M=2, le symbole est dit binaire. En groupant, sous forme d'un bloc, n symboles binaires
indépendants, on obtient un alphabet de M =.2n symboles M-aire. Ainsi un symbole M- aire véhicule
l'équivalent de n=.log2M bits. [5].
II.2. Définition
La rapidité de modulation R se définit comme étant le nombre de changements d'états par seconde d'un
𝑇
ou de plusieurs paramètres modifiés simultanément. Un changement de phase du signal porteur, une
excursion de fréquence ou une variation d'amplitude sont par définition des changements d'états. La
"rapidité de modulation" 𝑅 =1 S’exprime en "bauds"[5].
II.3. Définition

Le débit binaire D se définit comme étant le nombre de bits transmis par seconde. Il sera égal ou
supérieur à la rapidité de modulation selon qu'un changement d'état représentera un bit ou u

Groupement de bits. Le "débit binaire D = S’exprime en "bits par seconde». Pour un alphabet

M-aire, on a la relation fondamentale 𝑇 = 𝑛. 𝑇𝑏 soit 𝐷 = 𝑛. 𝑅. Il y a égalité entre débit de source et


rapidité de modulation uniquement dans le cas d'une source binaire (alphabet binaire) [5].

La qualité d'une liaison est liée au taux d'erreur par bit :

On notera la différence entre la probabilité d’erreur Pe et le taux d'erreur par bit TEB. Au sens
statistique, on a 𝑃e = 𝐸. (𝑇𝐸𝐵). TEB tend vers Pe si le nombre de bits transmis tend vers l'infi

II.4. Définition
Le débit binaire D se définit comme étant le nombre de bits transmis par seconde, il sera égal ou
supérieurs à la rapidité de modulation selon qu’un changement d’état représentera un but ou un
groupement de but [5].

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

III. Modulation numérique


III.1. Modulation par déplacement d’amplitude (MDA)
Les Modulations par Déplacement d’Amplitude (MDA) sont aussi souvent appelées par
leur abréviation anglaise (ASK) pour « Amplitude Shift Keying » ne s’effectuent que sur la
porteuse en phase cos (𝜔O𝑡 + 𝜙O) et il n’y a pas de porteuse en quadrature. Cette modulation est
parfois dite monodimensionnelle [1]. Le signal modulé s’écrit lors

𝑢(𝑡) = ∑k 𝑎k𝑕 (𝑡 − 𝑘𝑇) × 𝑐o𝑠(𝜔O𝑡 + 𝜙O)


Si t appartient à l’intervalle [0, [, alors l’onde h(t) de durée 𝑇 et d’amplitude égale à 𝐴 est de
forme rectangulaire. Si 𝑡 n’appartient pas à l’intervalle [0,1] alors 𝑕 (𝑡) est égale à 0

III.1.1. Modulations à « M-teats »


Dans ce cas on utilise plutôt la modulation symétrique :
III.1.1.1. Constellations « MDA M Symétrique »
Les symboles 𝑎k sont M-aire et appartiennent à l’alphabet {±1, ±3, ±5, …, ± (2𝑝 + 1), …,
± (𝑀 − 1)}. La constellation de la modulation d’amplitude à 𝑀 états symétriques est donnée par la
figure ci-dessous[1].

Fig. II.1:Chronogramme de « MDA 4 symétrique


III.1.1.2. Chronogramme de « MDA 4 symétriqu

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Le chronogramme de la modulation d’amplitude MDA 4 symétrique est de la forme


suivant :

Fig. II.2 : Chronogramme de MDA 4 symétrique


III.1.1.3. Spectre de la MDA M-Symétrique
La densité spectrale du signal en bande de base ne présente pas de raie et s’écrit[1].

=
La densité spectrale du signal modulé est le même, mais décalé de ± ƒO

III.1.1.4. Modulation et Démodulation

Fig II. 3 : synoptique simplifié d’un modulateur MDA

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Fig. II.4 : synoptique simplifié de la démodulation cohérente du signal MDA

En absence du bruit, le signal reçu est :


𝑢(𝑡) = ∑k 𝑎k𝑕 (𝑡 − 𝑘𝑇) × 𝑐o𝑠(𝜔O𝑡 + 𝜙O)
La multiplication de ce signal reçu par une onde sinusoïdale issue d’un oscillateur local «
𝐴 × 𝑐o𝑠 (𝜔O𝑡 + 𝜙O)) » donne :

Le terme en cos (2𝜔O𝑡) sera éliminé par filtrage pour obtenir le signal

Si le récepteur dispose d’un oscillateur local synchronisé en fréquence et en phase sur celui
de l’émission, 𝜙O sera voisine de 𝜙1 et le signal 𝑆2(𝑡) représente alors le signal porteur
d’information

III.1.1.5. Performances de la MDA M


Pour avoir comparer les différentes modulations, on exprime la probabilité d’erreur en
fonction du rapport 𝐸𝑏/𝑁O. (𝐸𝑏 désigne l’énergie émise par bit et 𝑁O la densité spectrale mono-
latérale du bruit) [1].

On a montré dans ce qui est précède que la probabilité d’erreur est donnée par

La représentation graphique de la probabilité d’erreur en fonction de 𝐸𝑏/𝑁O pour


différents symboles de la MDA est donnée ci-dessous[1].

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Fig. II.5 : différents symboles de la MDA


Pour conserver une probabilité d’erreur par symbole constante lorsque 𝑀 augmente, il
faut aussi augmenter le rapport 𝐸𝑏/𝑁O. Autrement dit, il faut augmenter l’énergie émise par bit
𝐸𝑏
Lorsqu’on augmente 𝑀 (c'est-à-dire le nombre de bits transmis par symbole) on
Remarque que l’efficacité spectral « 𝑀 » augments (pour une largeur de la bande B donné )

Mais la probabilité d’erreur Pe augmente aussi et pour ne pas la dégrader il sera nécessaire
d’augmenter l’énergie émise par bit Eb .

III.2. Modulation par déplacement de fréquence (MDF)


Les modulations par Déplacement de Fréquence (MDF) sont aussi appelées par leur
abréviation anglaise : FSK pour « Fréquence Shift Keying ».
La fréquence instantanée du signal modulé peut pendre un certain nombre de valeurs
associées aux états possibles de l’information à transmettre [1].
L’expression du signal modulé par déplacement de fréquence peut s’écrit

𝑢(𝑡) = 𝑐o𝑠(2𝜋ƒ0𝑡 + 𝜙(𝑡))

La dérivée de la phase (𝑡) est reliée de façon simple (linéaire) à la valeur des symboles
la fréquence instantanée du signal 𝑢(𝑡) est obtenue par dérivation de la phase (2𝜋ƒ0𝑡 + 𝜙(𝑡))
par rapport au temps :

= +

 𝑓 𝐹𝑟 𝑞𝑢𝑒𝑛𝑐𝑒 𝑐𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎 𝑒

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

 : Déviation de fréquence
Appelons 𝛥ƒ la différence ou la déviation de la fréquence instantanée correspondant à
l’émission de deux symboles adjacents, et soit 𝑎k un symbole appartenant à l’ensemble {±1, ±3,
. ., ± (𝑀 − 1)}. La déviation de fréquence s’écrit alors,
Suivant la valeur à transmettre

= ∑

Donc soit

= ∑

Où 𝑕 (𝑡) est une fonction porte de durée 𝑇

La phase étant l’intégrale de la fréquence. Alors, pour t appartenant à l’intervalle [ 𝑇, (𝑘 +


1) 𝑇] : on obtient après intégration de l’expression précédente l’expression suivante
𝜙(𝑡) = 𝜋. 𝛥ƒ. 𝑎k. (𝑡 − 𝑘𝑇) + 𝜃k
Où 𝜃k = (𝑘𝑇) est une constante :
La fréquence instantanée peut s’écrire donc :

 L’expression du signal modulé devient :

 L’indice de modulation est défini par : 𝑚 = 𝛥ƒ × 𝑇


On distingue deux cas importants : « Modulation MDF à phase continue » et

« Modulation MDF à phase discontinue »


III.2.1. Modulation MDF à phase continue (MDF-PC)
Dans ce type de modulation, la phase varie de façon continue aux instants de transition
kT. Cette propriété est exprimée par : « 𝜃k = 𝜃k−1 + 𝑚𝜋. 𝑎k−1 »

Cette condition de continuité est réalisée quand on utilise un oscillateur unique dont on
module la fréquence[1].
Un exemple de modulateur MDF-M-PC est représenté ci-dessous. Il est constitué
d’une logique de codage permettant de charger un convertisseur 𝑁/𝐴 dont la tension de sortie,
en forme de paliers, est représentative du symbole à transmettre. Cette sortie du CNA module
alors un oscillateur commandé par tension (VCO).

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Fig. II.6 : CNA module alors un oscillateur commandé par tension (VCO)
Un synoptique de démodulateur MDF-M-PC est représenté par la figure ci- dessous. Il
est constitué d’un discriminateur de fréquence dont la sortie fournie un signal analogique à
plusieurs niveaux. Ce signal analogique est envoyé dans un convertisseur analogique
numérique (CAN) dont la sortie est décodée pour déterminer les symboles et régénérer le train
de bits reçus [1].
III.2.2. Modulation MDF à phase discontinue (MDF-PD)
Dans ce cas, la condition de continuité de la phase aux instants de transition 𝑘𝑇 n’est
pas forcement vérifiée. Le modulateur MDF se réalise à partir des oscillateurs indépendants
comme elle indique la figure ci-dessous. En plus le nombre de générateur égale au nombre des
aires 𝑀.

Fig. II.7 : Le modulateur MDF se réalise à partir des oscillateurs indépendants


III.2.2.1. Performances
Il est possible de comparer les MDF-M entre elles, en utilisant la probabilité d’erreur
par bit en fonction du rapport 𝐸𝑏/𝑁0 (figure suivante).

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Fig. II.8 : la probabilité d’erreur par bit en fonction du rapport 𝐸𝑏/𝑁0

III.3. Modulation par déplacement de Phase (MDP)


Reprenons l’expression générale d’une modulation numérique :

𝑢(𝑡) = 𝑅e[𝑢e(𝑡) × ej(𝜔0𝑡+𝜙0)] = 𝑅e[∑k 𝑐k𝑕 (𝑡 − 𝑘𝑇) × ej(𝜔0𝑡+𝜙0)]


Pour améliorer les performances par rapport au bruit, on impose aux symboles d’être
répartis régulièrement sur le cercle (il sera ainsi plus facile de les distinguer en moyenne)
L’ensemble des phases possibles se traduit alors par les expressions suivantes
𝜋
𝑘 𝑆𝑖 𝑀
𝑀
{𝑒𝑡 𝑠𝑖 𝐶
𝑜𝑢 𝜋 𝑆𝑖 𝑀 𝑐𝑎𝑟 {
𝜋 𝑠𝑖 𝐶

Les symboles 𝑐k prennent leurs valeurs dans un alphabet de 𝑀 > 2 éléments {e j 𝜙𝑘 } où 𝜙k


est défini ci-dessus avec 𝑘 = 0, 1, 2, …, 𝑀 − 1. On peut aussi considérer que 𝑎k et 𝑏k prennent
simultanément leurs valeurs dans l’alphabet {𝑐o𝑠𝜙k} et {𝑠i𝑛𝜙k}.
Le signal modulé peut s’écrire

= Re[∑ h(t-kT) ]
Dans l’intervalle de temps [ 𝑇, (𝑘 + 1) 𝑇 ] : on aura

𝑢(𝑡) = 𝐴𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0 + 𝜙k) = 𝐴 𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0) 𝑐o𝑠(𝜙k) − 𝐴 𝑠i𝑛 (𝜔0𝑡 + 𝜙0) 𝑠i𝑛(𝜙k)
Cette dernière expression montre que la phase de la porteuse est modulée par l’argument 𝜙k
de chaque symbole ce qui explique le nom donné à la MDP. Remarquons aussi que la porteuse en

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

phase cos (𝜔0𝑡 + 𝜙0) est modulée en amplitude par le signal A×cos (𝜙k) et que la porteuse
en quadrature sin (𝜔0𝑡 + 𝜙0) est modulée en amplitude par le signal 𝐴 × 𝑠i(𝜙k)
On appelle « MDP-M » une modulation par déplacement de phase (MDP) correspondant
à des symboles M-aires. La figure ci-dessous montre différentes constellations de MDP pour 𝑀 =
2, 4 et 8 codés en binaire réfléchi. Si le nombre de constellation dépasse 16, on sera condamné à
avoir du bruit [1].

Fig.II.9 : différentes constellations de MDP pour 𝑀 = 2, 4 et 8


III.3.1. Modulation « MDP-2 »
La modulation MDP-2 encore appelée par son abréviation anglaise : BPSK pour «
Binary Phase Shift Keying » est une modulation binaire (un seul bit transmis par période
T) : 𝑛 = 1, 𝑀 = 2 et 𝜙k = 0 ou 𝜋. Le symbole {𝑐k = e j 𝜙𝑘 } prend donc sa valeur dans l’alphabet
{−1,1}.
Dans ce cas, la modulation ne s’effectue que sur la porteuse en phase cos (𝜔0𝑡 +𝜙0).
C’est une modulation monodimensionnelle. Le signal modulé s’écrit alors pour 𝑡 appartient à
l’intervalle [0, [ sous la forme suivante : 𝑢𝑚(𝑡) = ±𝐴 × 𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0). On remarquera que cette
modulation est strictement identique à la modulation MDA-2 symétrique
La constellation et le chronogramme de la modulation de phase MDP-2 sont comme suit

Fig. II.10: prend donc sa valeur dans l’alphabet {−1,1}.

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Fig. II.11 : la modulation MDA-2 symétrique.


III.3.1.1. Modulation et Démodulation
Le modulateur est constitué d’un multiplicateur qui effectue le changement de
fréquence sur un signal numérique codé en NRZ. Le principe de ce modulateur MDP-2 est
donné par la figure ci-dessous[1].

Fig. II.12: Le principe de ce modulateur MDP-2


Le récepteur utilise une démodulation cohérente. Alors, le schéma synoptique
simplifié du démodulateur MDP-2 est comme suit

Fig. II.13: le schéma synoptique simplifié du démodulateur MDP-2


𝑥(𝑡) = 𝐴. 𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0 + 𝜙k) est le signal non bruité reçu dans l’intervalle de temps
[𝑘𝑇, (1 + 𝑘𝑇)]. Après multiplication avec la porteuse récupérée, on obtient :
𝑆1(𝑡) = 𝐴𝑐o𝑠(𝜔0𝑡 + 𝜙0 + 𝜙k)𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0)

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Le filtrage PB permet d’éliminer la composante à la fréquence 2𝑓 : =

Le récepteur doit encore récupérer le rythme des symboles transmis, puis échantillonner et
comparer le signal 𝑆2(𝑡). Suivant le symbole émis « −1 » ou « 1 », 𝜙k prend 𝜋 ou 0 et le
signe de 𝑆2(𝑡) devient négatif ou positif mettant en évidence la donnée binaire reçue « 0 » ou «1»
III.3.1.2. Spectral de la «MDP-2»
Le spectre du signal en bande de base est le spectre de puissance de 𝑕 (𝑡) qui est ici un
signal « porte » de durée 𝑇 et d’amplitude 𝐴
𝛾e(ƒ) = 𝐴²𝑇 × 𝑠i𝑛𝑐 (ƒ𝑇)
Le spectre du signal modulé est décalé de ± ƒ. Donc soitµ
𝛾e(ƒ) = 𝐴²[𝑠i𝑛𝑐(ƒ ƒ0)𝑇 + 𝑠i𝑛𝑐(ƒ + ƒ0)𝑇]
III.3.2. Modulation « MDP-4 »
Un autre exemple de modulation MPD-M est la modulation MDP-4 encore appelée
par son abréviation anglaise : QPSK pour « Quadrature Phase Shift Keying »

Dans Ce cas : 𝑛 = 2, 𝑀 = 4 et

Les symboles prennent leurs valeurs dans l’alphabet {e j𝜙𝑘 } : où


On peut aussi considérer que 𝑎k e𝑡 𝑏k prennent simultanément leurs valeurs dans l’alphabet
{𝑐o𝑠 𝜙k} et {𝑠i𝑛 𝜙k} Le tableau suivant précise les différentes valeurs en fonction du symbole à
transmettre :
Bit Bit
𝜙k 𝑎k 𝑏k 𝑢𝑚(𝑡)
impair Symb 𝑏 √ √
pair
ole

𝜋
0 0 00 √ √ 1 1 𝑡 √ * 𝜔

𝜋 √
1 0 01 √ −1 1 𝑡 √ * 𝜔

𝜋 √ √
1 1 11 −1 −1 𝑡 √ * 𝜔

𝜋 √
0 1 10 √ 1 −1 𝑡 =√ 𝜔

Tableau. II.1 : Le tableau précise les différentes valeurs en fonction du symbole


Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)
Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

On remarque qu’il existe une relation simple entre les bits paires et ak et entre les bits
impairs et 𝑏k, où {ik} la suite des valeus du train binaire au rythme 𝑇𝑏 = 𝑇/2
𝑎k = 1 − 2i2k e𝑡 𝑏k = 1 − 2i2k+1
Soit:
𝑢(𝑡) = ∑k(1 − 2i2k)𝑕 (𝑡 − 𝑘𝑇) 𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0) − (1 − 2i2k+1)𝑕 (𝑡 − 𝑘𝑇)𝑠i𝑛(𝜔0𝑡 + 𝜙0)

Ce qui revient à écrire


Dans l’intervalle [𝑘𝑇, (𝑇 + 1)] , 𝑢𝑚(𝑡) peut s’écrire sous la forme
𝑢𝑚(𝑡) = 𝐴. 𝑎k. 𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0) 𝐴. 𝑏k. 𝑠i(𝜔0𝑡 + 𝜙0)
On peut dire que le train binaire {ik} est aiguillé en un train binaire {i𝑎k} sur la voie
en phase pour les bits pairs, et un train binaire {i𝑏k} sur la voie en quadrature pour les bits
impairs.
La vitesse des trains binaires {i𝑎k} et {i𝑏k} est deux fois moins rapide que la vitesse des {ik}.
III.3.2.1. Constellation « MDP-4 »
La constellation MDP-4 est donnée par la figure ci-dessous. Elle montre que
l’affectation des bits aux points de la constellation se fait en général selon un codage en binaire
réfléchi (code de
Gray)

Fig. II.14 : La constellation MDP-4 est donnée


III.3.2.2. Chronogramme de « MDP-4 »
La figure ci-dessous représente un chronogramme de la modulation de phase MDP-4.
Elle met en évidence la distribution des bits numérotés du train binaire entrant {ik} vers les
trains binaires {i𝑎k} et {i𝑏k}, ainsi que le retard à introduire sur la voie en phase pour
réaligner les deux flux de bits

On observe aussi que la phase du signal modulé peut de changer de 0 ± 𝜋

radiants lors du passage d’un symbole à un autre.


Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)
Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Fig. II.15 : la phase du signal modulé


III.3.2.3. Modulation et Démodulation
Le schéma synoptique du modulateur MDP-4 représenté à la figure ci-dessous
montre le démultiplexage du train binaire à l’entrée du modulateur en deux trains binaires sur
les voies en phase et en quadrature. Les deux trains binaires sont alors codés en NRZ. La suite
du schéma représente la relation
𝑢(𝑡) = 𝑢𝑎(𝑡) 𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0) 𝑢𝑏(𝑡)𝑠i𝑛 (𝜔0𝑡 + 𝜙0)

fait donc appel à deux multiplieurs

Fig. II.16 : synoptique du modulateur MDP-4 représenté

La démodulation cohérente est applicable lorsque le récepteur a une connaissance exacte


de la fréquence et de la phase de la porteuse. Le schéma synoptique d’un démodulateur cohérent
pour la MDP-4 est présenté à la figure suivante

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Fig. II.17 : La démodulation cohérente est applicable


Le démodulateur MDP-4 est essentiellement constitué de deux démodulateurs MDP-
2. En effet, le signal reçu (après un filtrage passe-bande éventuel) est démodulé dans deux
voies parallèles par deux porteuses en quadrature. Certaines techniques permettent de
synchroniser l’oscillateur local avec la porteuse à l’émission. Le signal en quadrature est
généré à partir de l’oscillateur local et d’un déphaseur de 𝜋/2.
Soit « 𝑢(𝑡) = 𝐴. 𝑎k. 𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0) − 𝐴. 𝑏k. 𝑠i(𝜔0𝑡 + 𝜙0) » le signal non bruité reçu par le
récepteur dans l’intervalle de temps [𝑘𝑇, (𝑘 + 1) 𝑇[. Alors, pour la voie 𝐴 (en phase) et après
multiplication avec la porteuse récupérée, on obtient

𝑆𝑎1(𝑡) = (𝐴. 𝑎k . 𝑐o𝑠 (𝜔0𝑡 + 𝜙0) − 𝐴. 𝑏k. 𝑠i𝑛 (𝜔0𝑡 + 𝜙0)). 𝑐o(𝜔0𝑡 + 𝜙0)
Après filtrage la composante de fréquence ƒ0 sera éliminer et on obtient :
𝑆𝑎 𝑡 𝐴

De la même manière on obtient pour la voie 𝐵 (en quadrature) : 𝑆𝑏 𝑡 𝐴

Le récepteur doit encore récupérer le rythme des symboles transmis, puis


échantillonner et comparer les signaux 𝑆𝑎2(𝑡) et 𝑆𝑏2(𝑡). Les trains binaires {i𝑎k} et {i𝑏k} ainsi
récupérés sont alors multiplexés pour obtenir le train binaire {ik}
III.3.3. Généralisation aux MDP-M
III.3.3.1. Modulation et Démodulation
Le schéma du modulateur MDP-4 ne se généralise pas aux modulateurs MDP-M pour
𝑀 > 4. Les bits du train entrant sont groupés par 𝑛 = o𝑔2𝑀 bits pour former des symboles 𝑐k
qui sont répartis sur un cercle et vérifient [1]:

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Or nous avons montré que ak module en amplitude la porteuse en phase et 𝑏k


module en amplitude la porteuse en quadrature. Une solution générale pour générer les 𝑎k et les
𝑏k à partir du train entrant {ik} est de faire intervenir deux convertisseurs 𝑁/𝐴 ainsi qu’une
logiquede contrôle dans le modulateur. Donc le principe de la modulation MDP-M est donné ci-
dessous

Fig. II.18 : le principe de la modulation MDP-M

De même le démodulateur fait intervenir deux convertisseurs 𝐴/𝑁 ainsi qu’une logique
de décodage pour déterminer les symboles puis régénérer le train de bits reçus. Donc le principe de
la démodulation MDP-M est donné ci-dessous

Fig. II.19 : le principe de la démodulation


III.3.3.2. Efficacité spectrale
Pour une même rapidité de modulation 𝑅 = 1/𝑇, le spectre du signal modulé de la
MDP-M est identique à celui du signal MDP-2
Toujours pour une même rapidité de modulation, le débit binaire 𝐷 = 1/𝑇𝑏 de la MDP-M est
multiplié par 𝑛 = o𝑔2𝑀 par rapport à celui de la MDP-2. Autrement dit, pour un spectre

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)
identique (et donc largeur de bande 𝐵 constante),
L’efficacité spectrale 5 = 𝐷/𝐵 est multiplié par 𝑛 = o𝑔2𝑀

Débit Efficacité
𝑀 Modulation
binaire spectrale
𝐷 5

2 MDP-2 𝐷 𝐻

4 MDP-4 2. 𝐷 2. 5

8 MDP-8 3. 𝐷 3. 5

16 MDP-16 4. 𝐷 4. 5

Tableau. II.20 : le gain obtenu sur le débit binaire et sur l’efficacité spectrale pour diverses
modulations MDP-M
III.3.3.3. Performances
L’augmentation de 𝑀 réduit la distance entre symboles adjacents sur la constellation et
cela dégrade naturellement la probabilité d’erreurs. On montre que la probabilité d’erreurs 𝑃e
s’écrit

(√ )

Cette probabilité d’erreur « 𝑃e » par symbole est représentée à la figure ci-dessous pour
𝑀 allant de 2 à 32 en fonction de 𝐸𝑏/𝑁0 . On constate que pour conserver une probabilité d’erreur
par symbole constante lorsque 𝑀 augmente, il faut aussi augmenter le rapport 𝐸𝑏/𝑁0. Autrement
dit, il faut augmenter l’énergie émise par bit 𝐸𝑏 [1].
Pour 𝑀 = 8, le rapport nécessaire à une probabilité d’erreur donnée est 4𝑑𝐵 plus grand que
pour 𝑀 = 4. Pour 𝑀 grand, le rapport 𝐸𝑏/𝑁0 doit être augmenté de 6𝑑𝐵 chaque fois que l’on
double 𝑀, c'est-à-dire, chaque fois que l’on ajoute un bit par symbole émis.
Dans le cas de l’utilisation d’un code de Gray en négligeant la probabilité d’erreur
entre symboles non voisins, la probabilité d’erreur par bit 𝑃e𝑏 peut s’écrire
𝑝
𝑃
𝑀

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)


Chapitre II Modulation / Démodulation Numérique (ASK, FSK et PSK)

Fig. II.20 : la probabilité d’erreur entre symboles non voisins, la probabilité d’erreur par bit 𝑃e𝑏

IV. Conclusion
La transmission de signaux numériques s’impose de plus en plus dans de nombreuses applications
industrielles, en particulier la transmission par modulation ASK, FSK, et PSK.
Dans ce sens, nous avons offert une vue détaillée sur les éléments importants liés directement aux trois
types de modulation /démodulation qui ASK, FSK, et PSK dont on aura besoin par la suite tel que : la
définition et la performance de chaque type de modulation

Etude et simulation des Modulation/démodulation numérique (ASK, FSK, PSK)

Vous aimerez peut-être aussi