Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre 3 Calcul des régimes transitoires des lignes par la

méthode des ondes mobiles

Il existe plusieurs méthodes pour analyser les régimes transitoires dans une ligne électrique tels que :

✓ Méthode analogique : Ce moyen d’étude est connu sous le nom d’analyseur transitoire des
réseaux (TNA), basé sur la représentation des réseaux par des circuits électriques travaillant
avec des tensions réduites et des courant faible.
✓ Méthodes analytiques : basées sur la résolution des équations différentielles, on trouve trois
méthodes :
• Méthode des ondes mobiles ;
• Méthode graphique appelée méthode de BEWLEY (BEWLEY Lattice Diagram) ;
• Méthode de Bergeron ;
• Méthode numérique : cette méthode inclus la solution analytique des équations
définissant les caractéristiques transitoire système de puissance par l’utilisation d’un
ordinateur.

Ce chapitre est dédié à l’étude et à la compréhension des trois méthodes analytiques : méthodes
des ondes mobiles, méthode de BEWLEY, méthode de Bergeron

1.1 Méthode des ondes mobiles


Dans le chapitre antécédent on trouve une description détaillée sur la propagation des ondes
mobile ainsi que les solutions des équations différentielles du courant et de la tension [17, 18] :

𝜗 = 𝑓(√𝐿𝐶 𝑥 − 𝑡) + 𝑓 ′ (√𝐿𝐶 𝑥 + 𝑡) (3-1)


1
𝑖 = 𝑍 [𝑓(√𝐿𝐶 𝑥 − 𝑡) − 𝑓 ′ (√𝐿𝐶𝑥 + 𝑡)] (3-2)
𝐶

𝜗 = 𝜗 ′ + 𝜗 ′′ et 𝑖 = 𝑖 ′ + 𝑖 ′′ (3-3)
𝜗′ ′′
𝑖′ =
𝑍𝐶
et 𝑖 ′′ = − 𝜗𝑍 (3-4)
𝐶

1.1.1 Détermination des coefficients de réflexion


Les coefficients de réflexion des ondes mobiles sont déterminés à travers l’impédance de la
source 𝒁𝑺 et l’impédance caractéristique de la ligne𝒁𝑪 et l’impédance de la charge 𝒁𝒄𝒉 .

1|P a g e
𝒁𝑪

𝒁𝑺 𝒁𝑪𝑯

Figure. 3.1 schéma simplifié d’une ligne électrique

o A la sortie de la ligne on a

𝑣 = 𝑍𝑐ℎ ∙ 𝑖
𝑖 = 𝑖𝑖 + 𝑖𝑟
Donc :
𝑣 𝑣𝑖 + 𝑣𝑟 𝑣𝑖 𝑣𝑟
𝑖= = = −
𝑍𝑐ℎ 𝑍𝑐ℎ 𝑍𝑐 𝑍𝑐
𝑍𝑐ℎ − 𝑍𝑐
𝑣𝑟 = ( )𝑣
𝑍𝑐ℎ + 𝑍𝑐 𝑖
Alors on pose :

𝑍𝑐ℎ −𝑍𝑐
𝐾𝑟 = (3-5)
𝑍𝑐ℎ +𝑍𝑐
ou ;

𝐾𝑟 : coefficient de réflexion à la sortie de la ligne

Par analogie :

𝑖𝑟 = −𝐾𝑟 ∙ 𝑖𝑖 (3-6)

o A l’entrée de la ligne
𝑣𝑖
Au début de la perturbation et pendant 2τ, seule l’onde incidente agie à l’entrée de la ligne où 𝑍𝑐 = 𝑖𝑖
Regardant la ligne de l’entrée :
𝐸∙𝑧 𝐸
𝑣𝑖 = 𝑍 +𝑍𝑐 et 𝑖𝑖 = 𝑍 (3-7)
𝑐 𝑠 𝑐 +𝑍𝑠

Si on considère le temps de propagation de l’onde de surtension τ de la source vers la réception,


à partir de 2τ une onde réfléchie de la sortie (𝑣𝑟 , 𝑖𝑟 ) provient à l’entrée et qui sera réfléchie à nouveau
ce qui donne naissance à une nouvelle onde incidente (𝑣𝑖1 , 𝑖𝑖1 ).

A t = 2τ

2|P a g e
𝑍
𝑉𝑠 = 𝐸 − 𝑍𝑠 𝑖 = 𝐸 − 𝑍𝑠 (𝑖𝑖 + 𝑖𝑟 + 𝑖𝑖1 ) = 𝐸 − 𝑍𝑆 (𝑣𝑖 + 𝑣𝑖1 − 𝑣𝑟 ) (3-8)
𝐶

Donc ;
𝑍𝑆
𝑣𝑖 + 𝑣𝑖1 + 𝑣𝑟 = 𝐸 − (𝑣𝑖 + 𝑣𝑖1 − 𝑣𝑟 ) (3-9)
𝑍𝐶

𝑍 𝑍 𝑍
𝑣𝑖 (1 + 𝑍𝑠 ) + 𝑣𝑖1 (1 + 𝑍𝑠 ) + 𝑣𝑟 (1 − 𝑍𝑠 ) = 𝐸 (3-10)
𝑠 𝑠 𝑠

𝐸∙𝑧𝑐
Remplaçant 𝑣𝑖 par , on trouve :
𝑍𝑐 +𝑍𝑠

𝐸∙𝑧𝑐 𝑍𝑠 𝑍 𝑍
𝑍𝑐 +𝑍𝑠
(1 + 𝑍𝑠
) + 𝑣𝑖1 (1 + 𝑍𝑠 ) + 𝑣𝑟 (1 − 𝑍𝑠 ) = 𝐸 (3-11)
𝑠 𝑠

𝑍 𝑍
𝑣𝑖1 (1 + 𝑍𝑠 ) += 𝑣𝑟 (𝑍𝑠 − 1) (3-12)
𝑠 𝑠

𝑍 −𝑍
𝑣𝑖1 = (𝑍𝑆 +𝑍𝐶 ) 𝑣𝑟 (3-13)
𝑆 𝐶

o Le coefficient de réflexion à l’entrée de la ligne devient ;


𝑍𝑆 −𝑍𝐶
𝐾𝑖 = (3-14)
𝑍𝑆 +𝑍𝐶

Donc ;

𝑣𝑖1 = 𝐾𝑖 ∙ 𝑣𝑟 (3-15)

o Jonction de deux lignes d’impédance différentes

𝑣𝑖1 𝑣𝑟1 𝑣𝑖2 𝑣𝑟2


𝑍𝑐1 𝑍𝑐2

𝑥=0

Figure.3.2 Jonction de deux lignes

La figure ci-dessus illustre ce cas particulier, l’excitation initiale est constitué par une onde
incidente 𝑣𝑖1 envoyé sur la ligne 1 (x<0),sur la jonction (x=0) l’onde 𝑣𝑖1 engendre une onde réfléchie
𝑣𝑟1 et une onde réfractée 𝑣𝑖2 [17].

A x=0
𝑣𝑖1 +𝑣𝑟1 = 𝑣𝑖2 (3-16)
𝑣 𝑣
𝑖𝑖1 +𝑖𝑟1 = 𝑖𝑖2 = 𝑍 𝑖1 − 𝑍𝑟1 (3-17)
𝐶1 𝐶1

Donc ;

3|P a g e
𝑣𝑖2 𝑣𝑖1 𝑣𝑟1
= − (3-18)
𝑍𝑐2 𝑍𝐶1 𝑍𝐶1

En combinant es deux équations on trouve ;


𝑣𝑖1 +𝑣𝑟1 𝑣 𝑣
𝑍𝑐2
= 𝑍 𝑖1 − 𝑍𝑟1 (3-19)
𝐶1 𝐶1

𝑍 −𝑍
𝑣𝑟1 = (𝑍𝑐2 +𝑍𝐶1 ) ∙ 𝑣𝑖1 (3-20)
𝑐2 𝐶1

Avec ;
𝑍 −𝑍
𝐾𝑟 = 𝑍𝑐2 +𝑍𝐶1 (3-21)
𝑐2 𝐶1

Donc ;
𝑣𝑟1 = 𝐾𝑟 ∙ 𝑣𝑖1 (3-22)
o Calcul du coefficient de réfraction (de transmission)
Relation entre 𝑣𝑖2 et 𝑣𝑖1
𝑣𝑖1 +𝑣𝑟1 = 𝑣𝑖2
Et
𝑣𝑟1 = 𝐾𝑟 ∙ 𝑣𝑖1
On aura,
𝑣𝑖1 + 𝐾𝑟 ∙ 𝑣𝑖1 = 𝑣𝑖2 (3-23)
𝑍𝑐2 − 𝑍𝐶1
𝑣𝑖1 + ∙ 𝑣 = 𝑣𝑖2
𝑍𝑐2 + 𝑍𝐶1 𝑖1
𝑍𝑐2 − 𝑍𝐶1
(1 + ) ∙ 𝑣𝑖1 = 𝑣𝑖2
𝑍𝑐2 + 𝑍𝐶1
2∙𝑍𝑐2
(𝑍 ) ∙ 𝑣𝑖1 = 𝑣𝑖2 (3-24)
𝑐2 +𝑍𝐶1

Avec ;
2∙𝑍𝑐2
𝑍𝑐2 +𝑍𝐶1
= 𝐾𝑇 (3-25)

𝐾𝑇 = 1 + 𝐾𝑟 (3-26)
En arrivant à l’extrémité de la ligne on trouve des points de jonctions avec d’autre lignes ou
câbles. Les ondes mobiles subissent une réflexion et une réfraction, les proportions des ondes incidentes
qui sont réfléchit et réfracté sont déterminées par les coefficients de réflexion et de réfraction (de
transmission). Lorsque l’onde incidente 𝑣𝑖1 arrive à la jonction, l’onde réfléchit est donnée par 𝐾𝑟 𝑣𝑖1 Et
l’onde transmise (réfracté) est donnée par 𝐾𝑇 𝑣𝑖1

Remarques :
✓ 𝑍𝑐2 = 𝑍𝐶1 → 𝐾𝑟 = 0 et 𝐾𝑇 = 1 dans ce cas l’onde incidente est totalement transmise sans
réflexion a la jonction.
✓ 𝑍𝑐2 > 𝑍𝐶1 → 𝐾𝑟 > 0 et 𝐾𝑇 > 0 dans ce cas l’onde transmise est supérieure à l’onde incidente.
✓ 𝑍𝑐2 < 𝑍𝐶1 → Dans ce cas l’onde incidente est supérieure à l’onde transmise.

4|P a g e
1.2 Application de la méthode des ondes mobile pour la détection des défauts les câbles-sous-
terrains.
Les câbles électriques ont toujours été un élément très important dans les réseaux de
transmission. Les défauts dans les câbles entraînent habituellement des pertes économiques sévères, il
est donc très important de localiser rapidement le point de défaillance du câble. La plus grande précision
de la détection et de la localisation des défauts a été obtenu par ces taches simples : l'inspection, la
maintenance, et la réparation du câble.

Pour détecter le point de défaillance du câble, le processus peut être divisé en deux étapes :

✓ La localisation du défaut.

✓ Le pointage.

L’emplacement du défaut est généralement utilisé comme première étape pour trouver la
position de défaut approximatif, et l'étape de pointage est utilisée pour obtenir la position exacte du
défaut sur la base de la première étape. Alors le résultat de la localisation du défaut est la base et la
garantie pour localiser la position de défaut exactement [18].

Figure. 3.3 Propagation des ondes mobile ou électromagnétique due au défauts dans le câble.
:

1.3 Techniques de détection de défauts


Selon la méthode de mesure utilisée, les localisateurs de défaut d’onde sont divisés en cinq types
: A, B, C, D et E. Le fonctionnement de chaque type de localisateur est basé sur une analyse de l’onde
électromagnétique entrante provoquée par le défaut. Deux types pertinents des localisateurs sont décrits
ci-dessous [18].

1.3.1 Détermination Localisateurs de type A


Les localisateurs de type A effectuent des mesures sur un côté de la ligne par exemple au niveau
de la station A, la distance par rapport à l'emplacement du défaut est calculée en mesurant le temps
écoulé entre le moment où la première onde générée à l'emplacement du défaut atteint le localisateur A
et le deuxième moment où la vague réfléchie à partir du lieu du défaut atteint le localisateur A. L'onde
électromagnétique est entièrement réfléchie par l'emplacement du défaut si l'angle de défaut qui apparaît
à une résistance inférieure à l'impédance d'onde de la ligne. Le système de réseau examiné et les
trajectoires des ondes mobiles sont illustrés à la Figure. 3.4

5|P a g e
Station A Station B

Défaut

Figure.3.4 Principe du localisateur de défauts type A.

La distance de l'emplacement de défaut à la station A résulté de la dépendance suivante :

𝑡3 −𝑡1
𝐷= 2
×𝑣 (3-27)

Où :
D : distance de localisation de défaut par rapport à la station A.
𝑡1 : temps dans lequel la première onde générée à l'emplacement du défaut atteint la station A [s].
𝑡3 : temps dans lequel l'onde réfléchie à partir de l'emplacement de défaut atteint la station A [s].
𝑣 : vitesse de propagation de l’onde [m/s].

1.3.2 Localisateurs de type E


Les localisateurs de type C effectuent des mesures sur un côté de la ligne. Le localisateur envoie
une impulsion à la ligne où l’interaction s’est produite. La distance par rapport à l'emplacement du défaut
est calculée à l'aide de la différence de temps entre le moment d'envoi de l'impulsion et le moment où le
dispositif reçoit l'onde réfléchie du point de défaut. Le système de réseau examiné et le parcours des
ondes mobiles sont illustrés à la Figure.3.5.

Station A Station B

Générateur d’implusion

Figure.3.5 Principe du localisateur de défauts type C.

6|P a g e
La distance de l'emplacement de défaut à la station A résulté de la dépendance suivante :
𝑡1 −𝑡2
𝐷= 2
×𝑣 (3-28)

1.4 Méthode graphique de BEWLEY


La méthode de BEWLEY ou la représentation graphique des ondes mobiles consiste à tracer les
ondes dans un diagramme distance-temps (𝑥, 𝑡), ou on peut ensuite enregistrer l’amplitude et la position
et même la direction des ondes transitoires (surintensités ou surtensions transitoires). Dans ce
diagramme, l’axe horizontal représentent la distance parcourue le long de ligne ou le câble et l’axe
vertical, le temps nécessaire pour les parcourir. À chaque instant (𝑡) de changement d'impédance, les
valeurs réfléchies et transmises (courant ou tensions) peuvent être calculées en multipliant les valeurs
d'onde incidente par les coefficients réflexion et transmission [17, 19].

La figure.3.6 présente le diagramme de BEWLEY dans le cas d’une ligne en charge, les tensions
et les courants transitoires sont présentés dans le schéma ci-dessous :

Où :
𝑉1 = 𝑣𝑖
{
𝐼1 = 𝑖𝑖
𝑉2 = 𝑘𝑟 𝑣𝑖
{
𝐼2 = −𝑘𝑟 𝑖𝑖
𝑉2 et 𝐼2 sont respectivement l’onde de tension et de courant réfléchies de 𝑉1et 𝐼1 à la réception, et 𝑘𝑟 est
le coefficient de réflexion.

𝑉 = 𝑘𝑖 𝑉2
{ 3
𝐼3 = −𝑘𝑖 𝐼2

𝑉3 et 𝐼3 sont respectivement l’onde de tension et de courant réfléchie de 𝑉2 et 𝐼2 à l’entrée, avec 𝑘𝑖


coefficient de réflexion à la source.

De la même manière on calcul les autres tensions et courants transitoires (𝑉4 , 𝐼4) et (𝑉5 , 𝐼5 ).

Suite au calcul des différentes amplitudes des tension et courant transitoire on peut
calculer la tension au niveau de la réception 𝑉𝑅 et même la source 𝑉𝑆 .

𝑡 < 0 → 𝑉𝑅1 = 0
𝜏 < 𝑡 < 3𝜏 → 𝑉𝑅2 = 𝑉1 + 𝑉2 = 𝑣𝑖 + 𝑘𝑟 𝑣𝑖
3𝜏 < 𝑡 < 5𝜏 → 𝑉𝑅3 = 𝑉1 + 𝑉2 + 𝑉3 + 𝑉4

7|P a g e
Figure.3.6 Diagramme de BEWLEY.

8|P a g e
1.5 Méthode de Bergeron

La méthode de Bergeron est une autre méthode graphique pour la description des ondes mobiles : les
tensions à la source et à la réception d'une ligne de transmission sont décrites par des lignes de résistance dans
un diagramme tension-courant, Figure 3.7 [19].

Figure.3.7 Description de la méthode Bergeron.

1.6 Exercice d’application 1

Ligne A Câble B Ligne C


1 2

=100 kV
r1 1 r2 2

Figure 1: modèle d’un circuit électrique à deux jonctions


Calcule des coefficients de réflexions et de transmission au niveau des jonctions :
ZB − ZA 100 − 400
K r1 = = = −0.6
ZB + ZA 100 + 400

9|P a g e
ZC − ZB 500 − 100
K r2 = = = 0.66
ZC + ZB 500 + 100
2∗ZB 2∗50
K 1 =Z = 100+400 = 0.4
B +ZA

2 ∗ ZC 2 ∗ 500
K 2 = = = 1.66
ZB + ZC 100 + 500

Calcule des tension réfléchies et transmises au niveau des jonctions


r1 = K r1 ∗ = -0.6*100E3 =-60 kV

1 =K 1 ∗ =0.4*100E3 = 40 kV

r2 = K r2 ∗ 1= 0.66*22E3 = 26.4 kV

2 =K 2 ∗ 1 =1.66*22E3 = 36.52 KV

Les jonctions J1 et J2 sont les endroits idéals pour détecter un défaut de continuité sur le câble C.

1.7 Exercice d’application 2


Données :

𝑍𝐶ℎ = 40 Ω , 𝑍𝐶𝐿 =360 Ω , 𝑍𝑆 = 0 ,E= 200 kV

Calcule des coefficients de réflexions :


Zch −ZCl 40−360
Kr = = = −0.8
Zch +ZCl 40+360

Z −Z 0−360
K r = ZS +ZCl = 0+360 = −1
S Cl

Calcule du temps de propagation la surtension :


l 100∗103
τ=v= 3∗108
= 333.33 µ𝑠

Calcule des tensions VR et Vs :

Au niveau de la réception :

VR0 = 0 volt

VR1 = 200 -160 =40 kV

VR2 = VR1 +160 -128 =72 kV

VR3 = VR2+ 12 -128.4 =97.6 Kv

VR4 = VR3 +102.4 -81.2 =118.08 KV

Au niveau de la source :

VS0 =200 kV

VS1 = VS0 + 160 – 160 = 200 kV

10 | P a g e
VS2 = VS1 – 128+ 128= 200 kV

VS3 = VS2 -102.4+102.4 = 200 KV

VS4 = 200 KV

Ki = -1 Kr = -0.8
àt=0

VR0

VS0 àt=τ

à t = 2τ
VR1

VS1
à t = 3τ

VR2
à t = 4τ

VS2
à t = 5τ

VR3
à t = 6τ

VS3
à t = 7τ
9
VR4
à t = 8τ

VS4
à t =9 τ

à t = 10τ

Figure.3.8 Diagramme de BEWLEY.

11 | P a g e

Vous aimerez peut-être aussi