Vous êtes sur la page 1sur 8

CORRECTION DE L’EPREUVE DE PHYSIQUE ENSPD 2020

EXERCICE1
Dans tout le problème, on négligera les frottement et on prendra la valeur de l’intensité de
pesanteur = 10𝑚. 𝑠 −2 .
Un disque (D) plein et homogène de masse M=200g et de rayon r=10cm peut tourner autour
d’un axe horizontal () passant par son centre 𝑂1. On enroule sur le disque (D) un fil
inextensible donc l’une de ses extrémité est liée à un solide (S) de masse m=100g. l’autre
extrémité est liée à un solide (𝑆1 ) de masse 𝑚1 = 700𝑔 posé sur un plan incliné AB fesant un
angle  avec l’horizontal. Les points 0, A, B, et C sont placés dans un même plan verticale.
lorsque le solide (𝑆1 ) ne touche pas le disque (D) le fil reste tendu.
1. Le solide (𝑆1 ) se déplace sur le plan incliné AB avec une accélération 𝑎 = 2,5𝑚. 𝑠 −2
a) Calculer, en degré la valeur de l’angle 
b) Partant du point A sans vitesse initial, le solide (𝑆1 ) arrive en B avec une vitesse
𝑉𝐵 = 4𝑚. 𝑠 −1. Calculer la durée du parcours AB.
2. En arrivant en B le solide (𝑆1 ) se détache du fil et poursuit sa course sur le trajet
horizontal BC avec la vitesse acquise en B. il vient heurter un solide (𝑆2 ) de masse 𝑚2
immobile accroché à l’extrémité libre d’un ressort de masse négligeable, a spires non
jointive et de raideur K=400 𝑁. 𝑚−1. Apres le ,choc, les deux solides s’accrochent et
forme un seul système de centre d’inertie G. la vitesse de G juste après le choc est
𝑉𝐺 = 2𝑚. 𝑠 −1 .
a) Calculer la masse 𝑚2
b) Calculer le raccourcissement maximal du ressort.
3. Dans la suite on prendra 𝑚2 = 700𝑔
a) Déterminer l’équation différentielle du mouvement ultérieur du système formé par
les solide 𝑆1 et 𝑆2 .
b) Calculer la période du mouvement.
c) L’origine des abscisses est la position 0 ou le choc a eu lieu. Ecrire l’équation
horaire du mouvement de G en prenant comme l’origine des dates l’instant ou G se
trouve au point de raccourcissement maximal du ressort.
SOLUTION

1.a) Calculer, en degré la valeur de l’angle 

 Sur le solide 𝑆1 ,

∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑒𝑥𝑡 = 𝑚1 𝑎

 ⃗⃗⃗
𝑇1 + ⃗⃗⃗
𝑃1 + 𝑅⃗ = 𝑚1 𝑎
Projection suivant (OX), 𝑃1 𝑠𝑖𝑛𝛼 − 𝑇1 = 𝑚1 𝑎
 𝑇1 = 𝑃1 𝑠𝑖𝑛𝛼 − 𝑚1 𝑎 (1)
 Sur le disque (D),

∑ 𝑀𝐹𝑒𝑥𝑡
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝐽∆ 𝜃
̈

⃗⃗⃗1, ) + 𝑀∆ (𝑇
 𝑀∆ (𝑇 ⃗⃗⃗ , ) = 𝐽∆ 𝜃̈

𝑎
𝑇1, 𝑟 − 𝑇 , 𝑟 = 𝐽∆ 𝜃̈ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝜃̈ = 𝑟 (2)

 Sur le solide S,

∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑒𝑥𝑡 = 𝑚𝑎

 𝑇
⃗ + 𝑃⃗ = 𝑚𝑎

En faisant la projection suivant y, 𝑇 − 𝑃 = 𝑚𝑎


 𝑇 = 𝑚𝑎 + 𝑃 (3)
Or 𝑇1 = 𝑇1, 𝑒𝑡 𝑇 = 𝑇 ,
𝑎
𝑟(𝑃1 𝑠𝑖𝑛𝛼 − 𝑚1 𝑎 − 𝑚𝑎 − 𝑃) = 𝐽∆ 𝑟
𝑎 1 𝑃 1
𝛼 = sin−1 [𝑃 (2 𝑀 + 𝑚 + 𝑚1 ) + 𝑃 ] 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐽∆ = 2 𝑀𝑟 2
1 1

𝟐,𝟓 𝟏 𝟏𝟎𝟎
𝜶 = 𝐬𝐢𝐧−𝟏 [𝟕𝟎𝟎×𝟏𝟎 (𝟐 𝟐𝟎𝟎 + 𝟏𝟎𝟎 + 𝟕𝟎𝟎) + 𝟕𝟎𝟎]

𝜶 = 𝟐𝟕, 𝟔𝟔°
1. 𝑏) 𝑉𝐵 = 4𝑚. 𝑠 −1. Calculer la durée du parcours AB.
𝑉𝐵 − 𝑉𝐴
𝑎=
∆𝑡
𝑽𝑩 −𝑽𝑨
 ∆𝒕 = 𝒂
4
AN : ∆𝑡 = 2,5 = 1,6

∆𝒕 = 𝟏, 𝟔𝒔
2) K=400 𝑁. 𝑚−1, 𝑉𝐺 = 2𝑚. 𝑠 −1 .
a) Calcul de la masse 𝑚2
D’après la concentration de la quantité de mouvement,
⃗⃗⃗⃗𝐵 = (𝑚1 + 𝑚2 )𝑉
𝑚1 𝑉 ⃗⃗⃗⃗𝐺
𝒎𝟏 𝑽𝑩
 𝒎𝟐 = − 𝒎𝟏
𝑽𝑮

700×4
AN : 𝑚2 = − 700 = 700
2

𝒎𝟐 = 𝟕𝟎𝟎𝒈
b) Calcul du raccourcissement maximal du ressort
D’après la conservation de l’énergie mécanique,
1 1
(𝑚1 + 𝑚2 )𝑉𝐺2 = 𝐾𝑥 2
2 2
𝟏
 𝒙 = 𝑽𝑮 √𝑲 (𝒎𝟏 + 𝒎𝟐 )

1
AN : 𝑥 = 2√400 (1,4)

𝒙 = 𝟎,12 m
3) pour la suite 𝑚2 = 700𝑔
a) équation différentielle du mouvement ultérieur du système formé par les solide 𝑆1 et
𝑆2 .
∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑒𝑥𝑡 = 𝑚𝑎

𝑃⃗ + 𝑅⃗ + 𝑇
⃗ = 𝑚𝑎

 −𝐾𝑥 = (𝑚1 + 𝑚2 )𝑥̈


𝑲
D’où l’équation , 𝒙̈ + 𝒎 𝒙=𝟎
𝟏 +𝒎𝟐

b) Calcule la période du mouvement


𝐾
𝑤2 =
𝑚1 + 𝑚2

2𝜋 𝒎𝟏 +𝒎𝟐
Avec 𝑤 = , 𝑻 = 𝟐𝝅√
𝑇 𝑲

1,4
AN : 𝑇 = 2𝜋√400

T= 0,37s
c) Equation horaire du mouvement
𝑥(𝑡) = 𝑥𝑚 cos(𝑤𝑡 + 𝜌)
𝒙(𝒕) = 𝟎, 𝟏𝟐 𝐜𝐨𝐬(𝟏𝟔, 𝟗𝒕 + 𝟐𝝅)

EXERCICE 2 :
Une diode idéale est un composant bipolaire passif composé d’une anode A et d’une cathode
K. sa représentation symbolique est donnée par la figure ci-contre ainsi que ses
caractéristiques. En outre il est important de savoir comment réagissent deux diodes reliées
reliées par la cathode ou reliées par l’anode.
Groupement de diodes :
 Pour les diodes à cathodes communes, seule la diode dont l’anode est liée au potentiel
le plus élevé est susceptible de conduire et d’être donc passante.
 Pour les diodes à anode commune, seule la diode dont la cathode est au potentiel le
plus faible est susceptible de conduire et d’être donc passante.

On considère le montage suivant composé d’une charge résistive :


1. Donnons le signe de la tension d’entrée Ve sur l’intervalle [0 T] :

En effet, on aura deux phases de fonctionnement car la tension d’entrée est sinusoïdale à
savoir:
-sur [0 ; T/2] Ve est de signe positif.
-sur [T/2 ; T] Ve est de signe négatif.
2. Déduisons en le signe de VA-VB : on sait que Ve= VA-VB
Nous aurons également deux valeurs en fonction de t à savoir :
 Sur [0 ; T/2], son signe est positif.
 Sur [T/2 ; T], son signe est négatif.

3. Déduction de l’état passant des 04 diodes :

 Sur [0 ; T/2] : les diodes D1 et D2 étant à cathodes communes, seul D1 sera


conductrice car son anode est reliée au potentiel le plus positif au point A pendant que
pour D3 et D4 étant connectées en anodes commune, seule D3 conduira car sa cathode
est reliée au potentiel le plus négatif. D2 et D4 ne conduisent pas pendant cette phase.
 Sur [T/2 ; T] : ici VA < VB les diodes D1 et D2 étant à cathodes communes, seul D2
sera conductrice car son anode est reliée au potentiel le plus positif au point B pendant
que pour D3 et D4 étant connectées en anodes commune, seule D4 conduira car sa
cathode est reliée au potentiel le plus négatif en B. D1 et D3 ne conduisent pas
pendant cette phase.

4. Déduisons en la relation entre les courants Ie et Ic sur [0 ; T] :

 Sur [0 ; T/2] : Ie=Ic


 Sur [T/2 ; T] : Ie=Ic

5. Déduisons en le signe de la tension de sortie Uc sur [0 ; T] :


 Sur [0 ; T/2] : Uc>0 car VA-VB =Uc sur cet intervalle.
 Sur [T/2 ; T] : Uc>0 car VA-VB = -Uc sur cet intervalle.

6. Déterminons la tension moyenne de sortie Umoyenne :


𝑇
Umoyenne= (1/𝑇) ∫0 𝑢 (𝑡). 𝑑𝑡

=(1/2π) ∫0 𝑢 (𝑡). 𝑑𝑡
π 2π
=(1/2π) [∫0 𝑉𝑒 (𝑡). 𝑑𝑡 + ∫π −𝑉𝑒 (𝑡). 𝑑𝑡]
π 2π
=(1/2π) [∫0 √2𝑉𝑚𝑎𝑥𝑆𝑖𝑛 (𝑤𝑡). 𝑑𝑡 + ∫π − √2𝑉𝑚𝑎𝑥𝑆𝑖𝑛 (𝑤𝑡). 𝑑𝑡

Umoyenne=2 √𝟐𝑽𝒎𝒂𝒙/ π

EXERCICE 3

1. Ecrivons les équations de désintégrations correspondantes :

210
83 Bi  4
2 He  A
Z X

D’après la loi de la conservation de la charge et de la


masse on a:
A 4  210 et Z  2  83 . C’est-à-dire A= 206 et
Z= 81
D’où l’équation:
210
83 Bi  4
2 He  206 81 Ti

On a de plus : 206
81 Ti  206
82 He  0
1 e

2. Donnons l’allure de la courbe qui à tout t associe m(t)

On a :
ln 2 t
 t m0 m0
m(t )  m0 e  t  m0 e  m0e  ln 2  
T
T
t
T
2n
2
m0 m
Ainsi, pour t  0, m(t  0)  m0 ; pour t  T , m(t  T )  ; pour t  3T , m(t  3T )  0
2 8
On obtient alors le graphe suivant :
3. Définition :

La demi-vie d’un élément est la durée nécessaire pour que la moitié du Noyau
initialement
Présent dans un échantillon se désintègre.

4. Exprimons m(T ) en fonction de m0 et de n

D’après ce qui a été fait en 2, en posant t= T  on a :


ln 2 T
 T m0 m0
m(T )  m0 e  T   m0 e  m0 e  ln 2   avec t  nT  .
T
T
T
T
2n
2
5. Déduisons le temps au bout duquel il ne restera dans l’échantillon que 1mg de
polonium.
ln 2
 t
On a : m(t )  m0 e  t  m0e T

m(t ) 
ln 2
t  m(t )  ln 2
 e T  ln   t.
m0  m0  T

T  m0 
D’où t  ln  
ln 2  m(t ) 
AN : t = 4.78 jours

EXERCICE4

1) Schéma
a) Calculons les angles d’incidences et de réfractions sur les faces du prismes.

D’après la loi de Descartes on a:


nair n
nair sin i  n sin r  sin r  sin i  r  arcsin( air sin i)
n n
AN : r  19.47
Par suite on a : A  r  r  r  A  r . r   60  19.47  40.53
n n
De même on a : n sin r   nair sin i  sin i  sin r   i  arcsin( sin r ) . AN : i  77.9
nair nair
b) Calculons l’angle de réfraction limite  :
n n
nair sin 90  n sin   sin   air    arcsin( air )
n n
2) Calculons la puissance intrinsèque du
microscope.
F1 F2
On a: Pi  .
f1 * f 2
12.3*102
AN : Pi  2 2
 1230m 1
0.5*10 * 2*10
3)
a) Calculons l’angle sous lequel on voit le microscope

AB
On sait que tan   or d  
d
tan   0    0

b) Schéma et calcul de O1 A1 et O1 A
Calculons O1 A1

On sait que : O1 A1  O1O2  O2 A1  f1  f 2  F1 F2  O2 A1 (1)


1 1 1
Or d’après la formule de conjugaison sur la lentille (L2 ) on a :    (2)
O2 A1 O2 A f 2
1
Comme l’image se trouve à l’infini on a :  0 car O2 A   D’où O2 A1   f 2
O2 A
(3)
En introduisant (3) dans (1) on a : O1 A1  f1  f 2  F1 F2  f 2  f1  F1 F2 .

Ainsi O1 A1  f1  F1 F2 . AN : O1 A1  0.5*102  12.3*102  12.8*102 m  12.8cm


D’où l’image A1B1 se trouve à 12.8 cm derrière la lentille (L1).
Calculons O1 A
1 1 1 f *O A
D’après la lentille (L1) on a :     O1 A   1 1 1
O1 A O1 A1 f1 O1 A1  f1
AN : O1 A  4.81cm .
D’où l’objet AB est situé devant la lentille (L1) à 4.51 cm.

Vous aimerez peut-être aussi