Vous êtes sur la page 1sur 23

4L1LAG1D– Chr.

Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 102

SEMAINE 6

COURS n°6a :
La deuxième déclinaison : le neutre
Les adjectifs de la deuxième classe
Nous avons étudié, dans la leçon 4, les noms masculins de la deuxième déclinaison (modèle : ὁ
λόγος, -ου). Nous allons étudier à présent les noms neutres de la 2e déclinaison. Il restera à étudier, plus
tard, les quelques noms féminins de cette déclinaison.

Précision : Vous ne pouvez pas deviner, à partir de son équivalent français, si tel mot grec est un
masculin, un féminin ou un neutre. Seul l’article, dans les listes de vocabulaire, vous indique le genre du
mot : masculin (ὁ), féminin (ἡ) ou neutre (τό).

Ι/ La deuxième déclinaison : le neutre

A/ Morphologie

Cas Neutre (modèle : τὸ δῶρον, -ου, le cadeau)


singulier pluriel

Nom τὸ δῶρ-ον τὰ δῶρ-α

Voc δῶρ-ον δῶρ-α

Acc τὸ δῶρ-ον τὰ δῶρ-α

Gén τοῦ δώρ-ου τῶν δώρ-ων

Dat τῷ δώρ-ῳ τοῖς δώρ-οις

NB 1 : Vous remarquerez l’identité des formes aux nominatif, vocatif et accusatif, au singulier
comme au pluriel. Quand vous rencontrerez παιδίον ou παιδία dans un texte, il faudra donc envisager
les différentes fonctions que le mot peut avoir (sujet, COD…).

B/ Particularités

1/ Accord au neutre pluriel

Il faut signaler une règle d’accord particulière au neutre : quand le sujet d’un verbe est au neutre
pluriel, ce verbe se conjugue à la troisième personne du singulier (et non à la troisième personne du
pluriel).
Ex. : Τὰ ζῷα τρέχει (et non τρέχουσιν), « les animaux courent ».

2/ Substantivation

L’article peut substantiver des mots qui par nature ne sont pas des noms, notamment des adjectifs.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 103
-avec l’article neutre singulier, on aura souvent une qualité. Ex. : τὸ καλόν, « le beau ».
-avec l’article neutre pluriel, on aura souvent des choses. Ex. : τὰ καλά, « les belles choses »

ΙI/ Le neutre des adjectifs de la première classe

Comme on l’a dit, les adjectifs dits « de la première classe » se déclinent au masculin et au neutre
selon la déclinaison thématique1.
Au neutre, pour ces adjectifs, on reprend les mêmes désinences que pour τὸ δῶρον.
Nous reviendrons sur l’accentuation dans la seconde partie de cette leçon. Mais disons déjà que
l’accent du neutre, au nominatif, se déduit de l’accent du masculin. Il est important de le souligner, car
dans les listes de vocabulaire, pour les adjectifs, on ne donne l’accent premier qu’au masculin singulier
(par exemple : ἄξιος, -α, -ον). Ainsi, si on a ἄξιος au masculin, on aura ἄξιον au neutre neutre (même
accent sur l’antépénultième) ; παλαιός au masculin, παλαιόν au neutre neutre (même accent sur la
finale).
Masculin Féminin Neutre
N μόν-ος (« seul ») μόν-ον
Singulier

V μόν-ε μόν-ον
A μόν-ον Le féminin des μόν-ον
G μόν-ου adjectifs sera étudié μόν-ου
D μόν-ῳ plus tard, une fois que μόν-ῳ
N μόν-οι les substantifs féminins μόν-α
V μόν-οι auront été étudiés. μόν-α
Pluriel

A μόν-ους μόν-α
G μόν-ων μόν-ων
D μόν-οις μόν-οις

● L’adjectif s’accorde en genre, nombre et cas avec le nom qu’il qualifie. Le genre vous est donné
par l’article : masculin (ὁ), féminin (ἡ) ou neutre (τό).

● L’adjectif s’enclave entre l’article et le substantif.

le beau cadeau
N τὸ καλὸν δῶρον
V καλὸν δῶρον
A τὸ καλὸν δῶρον
G τοῦ καλοῦ δώρου
D τῷ καλῷ δώρῳ

En thème, vous devez enclaver l’adjectif entre l’article et le nom quelle que soit sa place dans la
phrase en français (que vous ayez « les cadeaux innombrables » ou « les innombrables cadeaux »,
l’adjectif « innombrable » sera enclavé, en grec).

On peut aussi trouver la même structure que pour le complément du nom, avec répétition de
l’article : τὸ δῶρον τὸ καλόν.

→ Faites l’ exercice 1.

1
Ci-dessous, vous verrez que pour le masculin et le neutre, au trois premiers cas du singulier (appelés « cas directs »), on peut
distinguer nettement, après le radical, la voyelle thématique (ε ou ο) et la désinence proprement dite. Par exemple, μόν + ο + ς /
μόν + ο + ν.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 104

ΙII/ Importance du neutre dans la langue philosophique

La langue philosophique fait un emploi particulièrement abondant du neutre. Dans ce passage de


la République, j’indique en caractères gras tout ce que Platon exprime au neutre :

Mais lorsqu’un homme, sain de corps et tempérant, se livre au sommeil après avoir éveillé
l’élément raisonnable (τὸ λογιστικόν1) de son âme, et l’avoir nourri de belles pensées et de nobles
spéculations en méditant sur lui-même ; lorsqu’il a évité d’affamer aussi bien que de rassasier
l’élément concupiscible (τὸ ἐπιθυμητικόν2), afin qu’il se tienne en repos et n’apporte point de trouble,
par ses joies ou par ses tristesses, au principe meilleur (τῷ βελτίστῳ3), mais le laisse, seul avec soi-
même et dégagé, examiner et s’efforcer de percevoir (τοῦ αἰθάνεσθαι4) ce qu’il ignore (ὃ μὴ οἶδεν5)
du passé, du présent et de l’avenir (ἤ τι τῶν γεγονότων ἢ ὄντων ἢ καὶ μελλόντων6) ; lorsque cet
homme a pareillement adouci l’élément irascible (τὸ θυμοειδές7) et qu’il ne s’endort point le cœur
agité de colère contre quelqu’un ; lorsqu’il a donc calmé ces deux éléments de l’âme et stimulé le
troisième, en qui réside la sagesse (τὸ φρονεῖν8), et qu’enfin il repose, alors, tu le sais, il prend contact
avec la vérité mieux que jamais, et les visions de ses songes ne sont nullement déréglées.
(Extrait de la République de Platon, 571d-572b, traduction de Robert Baccou, GF)

On retiendra notamment :

● La substantivation d’infinitifs :
-L’infinitif, invariable, est substantivé par l’article neutre singulier. Ex. : τὸ λέγειν, « le fait de
parler » = « la parole ».
-Si l’infinitif substantivé a un attribut, celui-ci est au neutre singulier. Ex. : τὸ λέγειν χρήσιμόν
ἐστιν, « parler est utile ».
-Il n’est pas rare que le grec exprime sous la forme d’un infinitif substantivé ce que nous
exprimons, nous, sous forme nominale : dans le passage ci-dessus, R. Baccou traduit τὸ φρονεῖν
(le fait d’être sage) par « la sagesse », considérant que l’infinitif substantivé équivaut au nom (ἡ
φρόνησις).
-Aristote, dans la Politique, explique que la raison d’être de la cité n’est pas d’assurer simplement
« le vivre » (τὸ ζῆν), mais « le bien vivre » (τὸ εὖ ζῆν).
-τὸ εἶναι καὶ τὸ μὴ εἶναι : « le fait d’exister et le fait de ne pas exister ». Comme vous pouvez le
constater, la négation d’un infinitif substantivé à valeur générale est μή (et non οὐ, qui sert à
nier la réalité).
-On peut trouver indifféremment, souvent, l’infinitif avec ou sans article. Dans le Gorgias (469b-c),
Socrate explique à Pôlos qu’il est pire de commettre l’injustice (τὸ ἀδικεῖν / ἀδικεῖν) que de
subir l’injustice (τὸ ἀδικεῖσθαι / ἀδικεῖσθαι) :
POLOS : Que veux-tu dire, Socrate ?
SOCRATE : Simplement ceci, que le plus grand des maux, c’est de commettre l’injustice (τὸ ἀδικεῖν).
POLOS : Le plus grand des maux ? Mais subir l’injustice (τὸ ἀδικεῖσθαι), n’est-ce pas pire ?

1 Adjectif substantivé au neutre.


2 Adjectif substantivé au neutre.
3 Adjectif substantivé au neutre.

4 Infinitif substantivé au neutre.

5 Proposition subordonnée relative introduite par le pronom relatif neutre ὃ (à ne pas confondre avec l’article).

6 Littéralement : « quelque chose (τι, pronom indéfini neutre) parmi les choses ou bien passées (τῶν γεγονότων,

participe parfait substantivé au neutre pluriel), ou bien présentes (ἢ ὄντων, participe présent), ou bien encore
futures (ἢ καὶ μελλόντων) ».
7 Adjectif substantivé au neutre.

8 Infinitif substantivé au neutre (littéralement : « le fait d’être sage »).


4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 105
SOCRATE : Pas le moins du monde.
POLOS : Ainsi, tu aimerais mieux subir l’injustice que la commettre ? (ἀδικεῖσθαι μᾶλλον ἢ ἀδικεῖν)
SOCRATE : Je ne désire ni l’un ni l’autre ; mais s’il était nécessaire de subir l’injustice ou de la
commettre (ἀδικεῖν ἢ ἀδικεῖσθαι), je préférerais subir l’injustice plutôt que de la commettre (μᾶλλον
ἀδικεῖσθαι ἢ ἀδικεῖν).

● La substantivation d’adjectifs :
καλός : beau → τὸ καλόν : le beau
ἀγαθός : bon → τὸ ἀγαθόν : le bien
θεῖος : divin → τὸ θεῖον : le divin, la nature divine

Quand Platon évoque les trois parties de l’âme, dans la République (livres IV et IX, 571d-572b, cité
supra), il utilise abondamment la substantivation au neutre :
Substantif Adjectif correspondant Adjectif substantivé au
neutre singulier
ὁ λόγος λογιστικός, ή, όν τὸ λογιστικόν
la raison rationnel l’élément rationnel
αἱ ἐπιθυμίαι ἐπιθυμητικός, ή, όν τὸ ἐπιθυμητικόν
les désirs désireux, concupiscible l’élément concupiscible
ὁ θυμός θυμοειδής, ής, ές τὸ θυμοειδές
la colère colérique, irascible l’élément irascible
Ce neutre pourra se traduire de différentes façons : ce qui est rationnel, le rationnel, l’élément
rationnel, le principe rationnel, la partie rationnelle.

Les possibilités de substantivation sont multiples, et permettent de répondre aux besoins de


précision des philosophes. Selon les contextes, Platon préfère employer le substantif (ὁ θυμός, la
colère), substantiver l’adjectif (τὸ θυμοειδές, l’élément colérique), ou encore parler, en employant
l’article neutre suivi d’un génitif, de τὸ τοῦ θυμοῦ (ce qui relève de la colère, le propre de la
colère, …).
Plusieurs adjectifs coordonnés peuvent être substantivés par le même article : il peut ainsi être
question de τὸ... θηριῶδές τε καὶ ἄγριον (« ce qui est tout à la fois irascible et sauvage »)1.

● La substantivation de participes
-Si on veut insister sur le processus, on peut aussi substantiver un participe, en particulier un
participe présent. Voici un extrait du Lysis de Platon (221c-d) :
– Nous étions tombés d’accord pour reconnaître que ce qui aime (τὸ φίλον2) aime un certain objet pour
une certaine cause ; et nous avons cru alors que c’était à cause du mal (διὰ τὸ κακόν3) que ce qui n’était
ni bon ni mauvais (τὸ μήτε ἀγαθὸν μήτε κακόν4) aimait le bien (τὸ ἀγαθόν5).
– C’est vrai.
– Et maintenant, à ce qu’il semble, nous découvrons une autre raison d’aimer et d’être aimé (τοῦ
φιλεῖν τε καὶ φιλεῖσθαι6).

1
Il faut être rigoureux dans la traduction. Il est question ici d’un principe unique, qui a deux qualités (étroitement liées par la
coordination renforcée ...τε ...καί...). A ne pas confondre avec τὸ θηριῶδες καὶ τὸ ἄγριον, où la répétition de l’article
implique qu’il y a, non pas un seul principe défini par deux qualités, mais deux principes distincts.
2
Adjectif substantivé au neutre.
3
Adjectif substantivé au neutre.
4
Adjectifs substantivés au neutre. Même remarque que pour l’infinitif substantivé à valeur générale : la négation
n’est pas οὔτε... οὔτε..., mais μήτε... μήτε..., ici.
5
Adjectif substantivé au neutre.
6 Infinitifs substantivés au neutre.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 106
– Il semble ainsi, en effet.
– Est-ce donc qu’en réalité, comme nous le disions tout à l’heure, le désir (ἡ ἐπιθυμία1) est la cause de
l’amitié (τῆς φιλίας2), de sorte que ce qui désire (τὸ ἐπιθυμοῦν3) est l’ami de ce qu’il désire et quand
il le désire, tandis que notre précédente définition de l’amitié n’était qu’un vain bavardage, comme un
long poème ?
– C’est possible.
– Cependant, repris-je, ce qui désire (τὸ ἐπιθυμοῦν4) a le désir de ce qui lui manque ?
– Oui.
– Et par conséquent ce qui manque de quelque chose est ami de ce qui lui manque ?
– Je le crois.
– Or une chose nous manque quand elle nous est enlevée.
– Evidemment.
Ici, vous avez, substantivé au neutre, le participe présent du verbe ἐπιθυμεῖν, « désirer ». D’où :
« l’élément désirant ».

-Si on substantive le participe du verbe « être » au neutre pluriel, on obtient τὰ ὄντα, « les choses
qui existent », c’est-à-dire, selon les contextes, « les étants » ou « les biens » d’une personne5.

● Autres substantivations :
On peut aussi substantiver des syntagmes prépositionnels. Par exemple, τὰ ἐφ’ ἡμῖν (« les choses
qui dépendent de nous ») et τὸ ἐφ’ ἡμῖν (« ce qui dépend de nous », « le libre arbitre »).

La traduction d’un neutre n’est pas toujours aisée. Il y a toujours un parti pris. Comme vous avez
pu le constater, nous traduisons souvent le neutre par un nom commun (la chose, le principe, etc.). Je
donnerai un cas particulièrement délicat : celui des mystères d’Eleusis. Ces derniers ont gardé une grande
partie de leur secret grâce à un neutre pluriel, τὰ ἱερά. En substantivant l’adjectif ἱερός (« sacré »), et en
employant le syntagme au neutre pluriel, on obtient en effet τὰ ἱερά, « les choses sacrées ». Nous savons
qu’il était interdit de révéler τὰ ἱερά, mais les spécialistes ne sont pas d’accord quand il s’agit de préciser
ce qu’étaient ces « choses sacrées » : des objets sacrés ? des rites sacrés ?6

● Neutre singulier, neutre pluriel


Le neutre singulier est plus abstrait que le neutre pluriel. Le premier désigne volontiers des qualités, le
second, des choses.
Pour dire « l’avenir », on aura ainsi le choix entre :
-τὸ μέλλον (participe substantivé au neutre singulier) : « le futur, l’avenir » (abstrait) ;
-τὰ μέλλοντα (participe substantivé au neutre pluriel) : « les événements à venir, la situation
future » (concret).

→ Faites l’exercice 2.

1 Substantif féminin.
2 Substantif féminin.
3 Participe du verbe ἐπιθυμῶ (je désire) substantivé au neutre : « la chose désirante », « le principe désirant ».

4 Participe du verbe ἐπιθυμῶ (je désire) substantivé au neutre : « la chose désirante », « le principe désirant ».

5 La valeur sémantique concrète du neutre pluriel est bien attestée.

6 Pour plus de détails sur les implications de ce neutre pluriel et sur les difficultés qu’il pose, cf. Christophe Bréchet,

« A la recherche des objets perdus d'Eleusis : langage et mystères », in in Objets sacrés, objets magiques de l'Antiquité au
Moyen Age (textes réunis par Ch. Delattre), Paris, Picard, 2007, p. 23-51.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 107

COURS n°6b :
L’accentuation des noms et des adjectifs
La maîtrise des accents, comme on l’a dit, est indispensable pour ne pas confondre certains mots.
Les accents vous renseignent aussi sur la prononciation. Le grec ancien n’est plus parlé : l’indication de
l’accent vous indique où la voix monte, quand on prononce les mots (la voix se fait plus haute sur la voyelle
ou la diphtongue de la syllabe accentuée).

Nous avons vu, dans la leçon précédente, comment accentuer les formes verbales. Nous allons
nous concentrer aujourd’hui sur l’accentuation des noms et des adjectifs.

Il faut savoir qu’il existe des règles spécifiques selon la nature du mot :

Mots pour lesquels la place de l’accent varie, au cours de la Mots pour lesquels
conjugaison/déclinaison. l’accent reste toujours le
même.
Les verbes Les noms et les adjectifs Les mots invariables
Pour les formes verbales, la Les noms et adjectifs ont ce qu’on appelle un Ils conservent toujours le
position de l’accent obéit à « accent premier ». C’est l’accent du même accent à la même
des règles fixes, dont la nominatif singulier. place.
principale est la suivante : Cet accent arbitraire, ce ton, est un élément à
de façon générale, l’accent part entière de l’identité des noms et des Cf. les adverbes :
« remonte » le plus loin adjectifs . 1 πολλάκις (« souvent »), εὖ
possible, jusqu’au troisième La règle est la suivante : on vous donne (« bien »)…
temps à partir de la fin du l’accent pour le nominatif singulier. A vous,
mot. ensuite, de déterminer s’il subsiste tel quel Cf. les conjonctions : γάρ
aux autres cas. L’un des principes (« en effet ») ; ὅτι (« parce
d’accentuation grecque – en particulier la que ») ; etc.
règle de limitation – peut vous amener à
procéder à une modification.
La question à se poser est la suivante : est-ce
qu’au fil de la déclinaison, je peux conserver
à la même place le même accent ? Si vous ne
pouvez pas conserver « à la même place, le
même accent », il faut procéder ou à un
changement d’accent, ou à un changement de
place. La modification obéit à des règles
strictes, que nous allons étudier.
  
En observant ces règles, Vous ne pouvez pas placer vous-mêmes l’accent sur ces mots, à moins de
vous pouvez placer vous- connaître l’accent premier.
mêmes l’accent sur toutes En revanche, dès lors que vous connaissez l’accent premier, vous pouvez
les formes verbales. utiliser ces mots de façon autonome, en appliquant un nombre limité de
règles.

1 L’idéal serait que vous puissiez retenir cet accent premier, dans les listes de vacabulaire, même si, le jour de
l’examen, vous ne serez pas sanctionné(e) si vous ne connaissez pas sa position.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 108

I/ Les principes généraux


A) L’accentuation des noms et des adjectifs en 11 principes

Nous allons revoir ici des principes que nous avons déjà énoncés pour les verbes.

1 Sauf exception, chaque mot comporte un – et un seul – accent.


2 Les noms ou les adjectifs reçoivent un accent premier, « arbitraire », un ton, qui définit leur
identité. C’est l’accent du nominatif singulier, qui vous est systématiquement donné dans les listes
de vocabulaire : - ὁ θάνατος est accentué sur l’antépénultième ;
- ὁ λόγος et τὸ δῶρον, sur la pénultième ;
- ὁ θεός et τὸ πῦρ, sur la finale.
Vous n’avez, pour l’instant, aucun moyen de savoir quel est l’accent premier d’un nom ou d’un
adjectif autrement que par les listes de vocabulaire1.
Au cours de la déclinaison, l’accent peut être amené à changer, mais il ne peut pas remonter sur
une syllabe antérieure à celle qui porte l’accent premier2. Ainsi, si γεωργός est accentué sur la
finale, l’accent ne pourra pas remonter sur la pénultième (ωρ) ni sur l’antépénultième (γε).
3 L’accent premier d’un nom ou d’un adjectif ne peut porter que sur une des 3 dernières syllabes :
-sur la finale : ὁ κατακλυσμός
-sur la pénultième : ὁ ὡροσκόπος
-sur l’antépénultième : ὁ ψευδώνυμος
La différence avec les verbes est nette : on ne place pas l’accent en remontant mécaniquement de 3
temps à partir de la fin du mot3. On tient compte d’une information initiale.
4 Trois accents sont possibles :
-l’accent aigu : καλός (« beau »)
-l’accent grave, qui remplace l’aigu sur la syllabe finale du mot, quand ce mot est suivi par un
autre mot accentué4 : καλὸν δῶρον (« un beau présent »). L’accent grave ne se prononce
pas ; il indique simplement la suppression, dans l’enchaînement de la phrase, d’un accent
aigu sur la dernière syllabe.
-l’accent circonflexe, qui ne peut porter que sur une voyelle longue ou une diphtongue : τὸ
δῶρον (« le cadeau »), Ἀθηναῖος (« athénien »).
5 Lorsque la pénultième est longue (voyelle longue ou diphtongue) et porte le ton, cet accent est
nécessairement (en attique) un accent circonflexe (à condition, bien sûr, que la dernière syllabe
soit brève) : ὁ δῆμος (« le peuple »), Ἀθηναῖος (« athénien »). C’est la règle de la pénultième
longue accentuée (῀  ).

1 La plupart des mots d’une langue ont une syllabe que la voix souligne : c’est la syllabe accentuée. En français,
l’accent porte sur la dernière syllabe prononcée d’un mot ou d’un groupe de mots. S vous ne connaissez pas l’italien
et que vous devez lire un texte écrit en italien, vous ne pouvez pas savoir quelles syllabes vous devez accentuer (par
exemple, dans les mots italiens telefono, italiano, verità, l’accent tombe sur les voyelles surlignées). En français, le
mot téléphone est accentué sur la dernière syllabe prononcée : téléphone.
Au fur et à mesure que vous avancerez dans l’apprentissage du grec, vous verrez qu’il existe parfois des constantes,
selon la formation des mots (par exemple, les adjectifs en –ικος ont leur accents premier sur la finale : τραγικός,
πολιτικός, λογιστικός, μυθολογικός…).
2 Il y a quelques exceptions.

3 Nous aurions alors, si ces noms étaient des verbes : * ὁ κατάκλυσμος (et non ὁ κατακλυσμός) ; * ὁ ὡρόσκοπος (et

non ὁ ὡροσκόπος). Parfois, comme pour les verbes, l’accent remonte le plus loin possible sur les noms (cf. : ὁ
ψευδώνυμος), mais ce n’est pas une règle mécanique.
4 Ce ne sera le cas que quand vous aurez à décliner des expressions comportant un nom + un adjectif, ou quand vous

sortirez du cadre de la déclinaison pour faire de vrais thèmes, où les noms, au sein d’une phrase, pourront être
suivis d’autres mots accentués.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 109
6 Accentuer un nom ou un adjectif, c’est déterminer, à mesure que la quantité de la finale change au
fil de la déclinaison, si l’accent premier peut rester identique et à la même place à tous les cas,
sans enfreindre la loi de limitation. En effet, la loi de limitation est une règle absolue : l’accent ne
peut pas se maintenir au-delà du 3e temps à partir de la fin du mot.
7 En vertu de ces différentes règles :
-une voyelle antépénultième ne peut recevoir l’accent aigu que si la finale est brève : ὁ θάνατος
(le ο final est bref)
-une voyelle longue en position de pénultième ne peut recevoir l’accent circonflexe que si la
dernière position est brève : ὁ δῆμος (« le peuple »), Ἀθηναῖος (« athénien »). Vous
noterez ainsi cette variation, dès lors que la finale n’est plus brève, mais longue :
-ὁ Ἀθηναῖος δῆμος (« le peuple athénien ») : le circonflexe sur la pénultième est
possible car au nominatif, la finale (ο) est brève.
-τοῦ Ἀθηναίου δήμου : le circonflexe sur la pénultième n’est plus possible au génitif
dès lors que la finale est longue (la diphtongue ου est toujours longue).
7 Quitte à simplifier à l’excès votre travail d’accentuation des noms et des adjectifs, disons que vous
allez devoir vérifier que vous ne dépassez pas les 3 temps autorisés en combinant :
-l’accent qui frappe une syllabe, dont la position vous est donnée par l’accent premier1 : l’accent
aigu compte pour 1, l’accent circonflexe pour 2.
-la longueur des syllabes après la syllabe accentuée : une brève compte pour 1, une longue (= 2
brèves) compte pour 2.

→ Reprenons l’exemple précédent : ὁ δῆμος. L’accent premier (circonflexe sur la pénultième)


est le point de départ. Admettons que vous le laissiez à cette place en déclinant –
provisoirement, c’est-à-dire en attendant de vérifier que vous ne dépassez pas le
décompte de 3.

 Maintien provioire  Ajustements,


➔  Vérification du décompte ➔
de l’accent premier le cas échéant
ὁ δῆμος → 2 (circonflexe) + 1 (ο final) = 3 → ὁ δῆμος
δῆμε → 2 (circonflexe) + 1 (ε final) = 3 → δῆμε
τὸν δῆμον → 2 (circonflexe) + 1 (ο final) = 3 → τὸν δῆμον
τοῦ δῆμου → 2 (circonflexe) + 2 (ου final) = 4 → τοῦ δήμου → 1+2=3
τῷ δῆμῳ → 2 (circonflexe) + 2 (ῳ final) = 4 → τῷ δήμῳ → 1+2=3

 On ne peut rien changer à la
quantité de la finale (longue par
nature). On ne peut donc
 Bilan : 
intervenir que sur la syllabe
Pour les noms/adjectifs accentués sur la pénultième, quand accentuée : on laisse l’accent sur
la finale n’est plus brève, on remplace l’accent circonflexe la même syllabe, mais on prend
par un accent aigu, et on passe : un accent moins « fort » (aigu =
-de ῀   (circonflexe + brève = 2 + 1 = 3) 1  circonflexe = 2).
-à ´– (aigu + longue = 1 + 2 = 3)
C’est un compromis entre la place de l’accent premier et la
règle de limitation.

1 Pour être plus exact, il faudrait parler non pas de l’accent en lui-même, mais de la syllabe frappée de l’accent.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 110

→ Parfois, il ne sera pas possible de prendre un accent plus « petit ». Prenons ὁ θάνατος (« la
mort ») :
 Maintien provioire  Ajustements, le
➔  Vérification du décompte ➔
de l’accent premier cas échéant
ὁ θάνατος → 1 (aigu) + 1 (α) + 1 (ο final) = 3 → ὁ θάνατος
θάνατε → 1 (aigu) + 1 (α) + 1 (ε final) = 3 → θάνατε
τὸν θάνατον → 1 (aigu) + 1 (α) 1 (ο final) = 3 → τὸν θάνατον
τοῦ θάνατου → 1 (aigu) + 1 (α) + 2 (ου final) = 4 → τοῦ θανάτου → 1+2=3
τῷ θάνατῳ → 1 (aigu) + 1 (α) + 2 (ῳ final) = 4 → τῷ θανάτῳ → 1+2=3

 On ne peut rien changer à la
quantité de la finale (longue par
 Bilan :  nature). On ne peut pas non plus
prendre un accent plus « petit »
Pour les noms/adjectifs accentués sur l’antépénultième, que l’accent aigu. On ne peut donc
quand la finale n’est plus brève, on décale l’accent aigu intervenir que sur la syllabe
d’une syllabe vers la droite et on passe : accentuée : on décale l’accent
-de ´     (aigu + brève + brève = 1 + 1 + 1 = 3) d’une syllabe vers la droite.
-à ´– (aigu + longue = 1 + 2 = 3)
C’est un compromis entre la place de l’accent premier et la
règle de limitation.

8 Il y a deux cas où unevoyelle longue compte comme une brève :

1/ En règle générale, les diphtongues sont longues ; mais les deux diphtongues αι et οι, en
position de finale absolue1, se comportent le plus souvent comme des brèves du point de vue de
l’accentuation.
C’est le cas pour le nominatif et le vocatif masculins pluriels : οἱ ἄνεμοι (« les vents »).

2/ Quand la finale est brève, l’accent peut être placé sur l’antépénultième même si la pénultième
est longue : ὁ ἄνθρωπος (« l’homme »).
→ dans ἄν  θρω  πος, le ο final est bref2 → l’accent premier est sur l’antépénultième
αν même si la pénultième θρω est longue.
NB : Pour les noms et les adjectifs, vous n’avez pas à « sauter par-dessus » la
pénultième longue, comme pour les verbes : vous tenez compte de l’accent
premier placé sur cette syllabe, et vous voyez s’il peut s’y maintenir tout au long
de la déclinaison.

9 En position finale, une voyelle longue peut recevoir l’aigu ou le circonflexe : γεωργούς, γεωργοῦ.
10 L’accent fonctionne encore, parfois, comme une marque morphologique, apportant une
caractérisation spécifique. D’où certaines variations accentuelles apparemment surprenantes ;
ainsi pour l’article : τούς, τῶν, τοῖς (la syllabe est longue dans les 3 cas, mais l’accusatif pluriel
n’est pas frappé d’un accent circonflexe, comme le génitif et le datif).
En application de cette fonction, un accent sur une finale longue dans une forme nominale :
-est aigu (ou grave) aux « cas directs » (nominatif, vocatif et accusatif)
-et circonflexe aux « cas obliques » (génitif et datif).

1En position de finale absolue, c’est-à-dire sans être suivie d’aucune autre lettre (οι  οις et αι  αις).
2Pour les voyelles (α, ι et υ) et les diphtongues (αι et οι) qui peuvent être soit longues, soit brèves, nous verrons au
fur et à mesure dans quels cas elles sont longues ou brèves.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 111
Soit :
Cas directs Nominatif ὁ γεωργός οἱ γεωργοί
Vocatif γεωργέ γεωργοί
Accusatif τὸν γεωργόν τοὺς γεωργούς
Cas obliques Génitif τοῦ γεωργοῦ τῶν γεωργῶν
Datif τῷ γεωργῷ τοῖς γεωργοῖς

11 Il existe des mots non accentués, ou atones.

1/ les proclitiques (qui font corps avec le mot tonique suivant). Ex. : les prépositions ἐν, εἰς, la
négation οὐ… Un proclitique ne pose pas de problème d’accentuation (sauf quand il est suivi d’un
enclitique : le proclitique reçoit alors un accent aigu : εἴς τινα ἀγρόν, avec accent d’enclise à cause
de τινα non accentué1).

2/ les enclitiques (qui font corps avec le mot tonique précédent). Ex. : l’indéfini τις (« quelque, un
certain »), le verbe εἰμι (qui, au présent, n’est accentué qu’à la 2e personne du singulier). Comme la
loi de limitation de l’accent joue à partir de la fin du mot, la présence de ce nouvel élément atone a
des conséquences. Cela peut conduire à l’adjonction d’un accent supplémentaire, appelé l’accent
d’enclise. La langue évite en effet les séquences trop longues de syllabes non accentuées.
Ex. : καλός ἐστιν (pas de changement dans ce cas2)
mais : ἄνθρωπός ἐστιν3, νέος ἐστίν4.

Nous aurons l’occasion d’étudier plus loin les règles d’enclise. Pour l’instant, notez les 2
exceptions à la règle n°1 (« chaque forme verbale comporte un – et un seul – accent ») :
-le verbe εἰμι n’est pas accentué au présent de l’indicatif (sauf à la 2sg : εἶ).
-un nom ou un adjectif peut, en plus de son accent propre, recevoir un accent d’enclise
(ἄνθρωπός ἐστιν, « c’est un homme » ; ἄνθρωπός τις, « un certain homme »).

B) Compléments

1/ On ne compte plus mécaniquement, comme pour les verbes, à partir de la fin du mot : on
travaille à partir de l’accent premier.

2/ Comme pour les verbes, l’accent ne « remonte » jamais au-delà de la troisième position
rythmique à partir de la fin du mot. Prenez les mots suivants : ψευδώνυμος, ὡροσκόπος, κατακλυσμός.
Ils comportent chacun 4 syllabes : ψευ  δώ  νυ  μος, ὡ  ροσ  κό  πος, κα  τα  κλυσ  μός. Vous pouvez
vérifier que l’accent ne porte jamais sur la quatrième syllabe à partir de la fin du mot (je souligne la
syllabe accentuée) :
ψευ δώ νυ μος ὡ ροσ κό πος κα τα κλυσ μός
4 3 2 1 4 3 2 1 4 3 2 1
L’accent ne pourrait en aucun cas se trouver sur la syllabe 4.

1 Si on change l’ordre des mots, en revanche, on a : εἰς ἀγρόν τινα (εἰς reste non accentué, le mot suivant, ἀγρόν,
ayant un accent).
2 L’enclitique faisant corps avec lemot qui précède, c’est comme si vous aviez, en un seul mot (et de fait, il faut, à

l’oral, les prononcer sans marquer de pause) : *καλόσεστιν (κα  λόσ  εσ  τιν, avec, en quelque sorte, l’accent sur la
3e syllabe avant la fin de ce « mot »).
3 Idem : ἄνθρωπος ἐστιν → ἄν  θρω  πο  σεσ  τιν, avec l’accent sur la 5 e syllabe avant la fin de ce « mot » → pour

ne pas déroger à la règle de limitation, on ajoute un accent d’enclise : ἄνθρωπός ἐστιν.


4 Idem.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 112
3/ La règle est la suivante : on vous donne l’accent pour le nominatif singulier. C’est votre base de
travail.
La première chose à faire est donc d’accepter le caractère arbitraire de cet accent premier, sans
chercher à « remonter » plus loin.

Reprenons : L’accent premier vous Vous ne pouvez en aucun cas


indique que vous devrez faire remonter l’accent sur une
κα τα κλυσ μός ➔ accentuer, tout au long de ➔ syllabe à gauche de l’accent
4 3 2 1 la déclinaison, la dernière premier (même si, dans l’absolu,
syllabe. la loi de limitation le permet) :
* κα τα κλύσ μος
4 3 2 1
* κα τά κλυσ μος
4 3 2 1

Dites-vous que pour les


noms/adjectifs, toutes les syllabes
à gauche de l’accent premier vous
sont interdites (je les grise ci-
dessous) :
κα τα κλυσ μός
4 3 2 1

Vous ne devez pas « remonter »


au-delà de l’accent premier1.

4/ Une fois le caractère arbitraire de l’accent premier accepté, à vous de déterminer s’il subsiste tel
quel aux autres cas, sans enfreindre les autres lois d’accentuation (en particulier la règle de limitation).

La question à se poser est la suivante : est-ce qu’au fil de la déclinaison, sans enfreindre la loi de
limitation, je peux conserver « à la même place le même accent » ?

L’accent premier (celui du nominatif singulier) subsiste aux autres cas dans la mesure où le
permettent les règles générales. Pour le dire autrement, l’accent reste sur la même syllabe et de même
nature (aigu s’il était aigu au départ, circonflexe s’il était circonflexe) si rien ne s’y oppose. La seule chose
qui puisse s’y opposer est le changement de la désinence au cours de la déclinaison. Prenez la
déclinaison de λόγος. Vous noterez que les désinences des nominatif (-ος), vocatif (-ε) et accusatif (-ον)
singuliers sont brèves, mais que celles des datif (-ου) et génitif (-ῳ) singuliers sont longues. Le passage à
une désinence longue (ajoutant 1 temps) peut entraîner une variation de l’accentuation, car l’accent ne
peut pas toujours se maintenir si l’on ajoute 1 temps supplémentaire.

Si vous ne pouvez pas conserver « à la même place, le même accent », il faudra procéder :
-soit à un changement d’accent (« rétrograder » un accent circonflexe, qui compte pour 2, en accent aigu,
qui compte pour 1) ;
-soit à un changement de place (déplacer un accent de l’antépénultième à la pénultième, par exemple).

1 Il y aura un nombre très limité d’exceptions, que je vous signalerai plus tard.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 113
Ces changements sont, en quelque sorte, un compromis entre la place de l’accent premier et la
règle de limitation.

5/ Ce qui va changer au fil de la déclinaison, c’est la quantité de la finale : soit longue, soit brève.
→ les choses sont très simples pour les voyelles qui ont toujours la même quantité :
-sont toujours brèves les voyelles ε et ο.
-sont toujours longues η et ω ; les diphtongues ει, ου, αυ, ευ ; les voyelles longues
avec iota souscrit ᾳ, ῃ et ῳ.
→ la seule incertitude, pour vous, concerne la quantité des voyelles tantôt brèves, tantôt
longues, à savoir :
-les voyelles α, ι et υ
-les diphtongues αι et οι
→ Je vous préciserai, au fur et à mesure que nous avancerons dans les déclinaisons,
la quantité des finales. Soyez d’ores et déjà rassuré(e) : il n’y a qu’un nombre limité
de désinences possibles !

Prenez les désinences la 2e déclinaison :

Masculin Neutre
Singulier Pluriel
N -ος toujours brève N -ον
V -ε toujours brève V -ον toujours brève
A -ον toujours brève A -ον
G -ου toujours longue G -ου toujours longue
D -ῳ toujours longue D -ῳ toujours longue
Pluriel Pluriel
N -οι N -α
brève1
V -οι V -α brève2
A -ους toujours longue A -α
G -ων toujours longue G -ων toujours longue
D -οις toujours longue D -οις toujours longue

5/ Les 4 types d’accentuation possibles

Afin de vous aider à mettre en place les bons mécanismes, je vais passer en revue les 4 cas de
figure possibles pour les noms et les adjectifs. J’indique en bleu les variations (changement de nature de
l’accent ou changement de place de l’accent).

1
Dans les déclinaisons, la diphtongue οι, en position de finale absolue, se comporte comme une brève du point de
vue de l’accentuation. Dans le système verbal, la diphtongue οι, même en position de finale absolue, se comporte en
revanche comme une longue dans les terminaisons de l’optatif (mode que vous étudierez dans les niveaux 2 et 3).
2 Le alpha est une voyelle tantôt brève, tantôt longue : ici, pour la désinence du neutre pluriel (nominatif, vocatif,

accusatif), retenez que c’est une voyelle brève.


4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 114

TYPE 1 : Accent premier sur la finale = ὁ γεωργός, -οῦ

Pour comprendre ce type, il faut connaître la REGLE de la désinence longue accentuée : si


l’accent premier est un aigu sur la finale, les désinences longues ont l’accent aigu aux cas directs (c.a.d. les
nominatif, vocatif et accusatif) et l’accent circonflexe aux cas obliques (c.a.d. au génitif et au datif).

Singulier Pluriel

Nom ὁ γεωργ-ός οἱ γεωργ-οί

Voc γεωργ-έ γεωργ-οί

Acc τὸν γεωργ-όν τοὺς γεωργ-ούς

Gén τοῦ γεωργ-οῦ τῶν γεωργ-ῶν

Dat τῷ γεωργ-ῷ τοῖς γεωργ-οῖς

TYPE 2 : Accent premier sur pénultième à voyelle brève = ὁ λόγος, -ου

C’est le type préféré des étudiant(e)s ! L’accent reste fixe dans toute la déclinaison, puisque : a) même si la
désinence est longue, on ne dépasse pas le troisième temps rythmique1 ; b) une voyelle brève (comme o) ne peut de
toute façon recevoir que l’accent aigu.

Singulier Pluriel

Nom ὁ λόγ-ος οἱ λόγ-οι

Voc λόγ-ε λόγ-οι

Acc τὸν λόγ-ον τοὺς λόγ-ους

Gén τοῦ λόγ-ου τῶν λόγ-ων

Dat τῷ λόγ-ῳ τοῖς λόγ-οις

TYPE 3 : Accent premier sur pénultième longue = ὁ δῆμος, -ου (« le peuple »)

Pour comprendre la substitution du circonflexe par l’aigu, rappelez-vous que la syllabe accentuée
de l’aigu compte pour 1 et la syllabe accentuée du circonflexe, pour 2. Dans δῆμος, on compte 2 pour –δῆ
accentuée du circonflexe et 1 pour la syllabe finale brève –ος, soit 2 + 1 = 3. Au génitif δημου, on ne peut
maintenir le circonflexe, sans quoi on aurait 2 pour –δῆ accentuée du circonflexe et 2 pour la syllabe finale
longue –ου, soit 2 + 2 = 4, soit 1 temps de trop par rapport à la loi de limitation, qui ne permet de remonter
que de 3 temps. Le seul moyen de satisfaire à cette règle est de passer de l’accent circonflexe à l’accent
aigu, afin que –δη ne compte que pour 1. Soit δήμου.
Vous noterez bien aussi la différence entre δῆμοι (nominatif pluriel) et δήμοις (datif pluriel).
Comme il a été dit, -οι en finale absolue se comporte comme une brève. En revanche, -οις est une longue,
puisque c’est le sigma qui est en finale absolue, si l’on peut dire.

1 ´   = 1 + 1 = 2 et ´  – = 1+ 2 = 3.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 115

Singulier Pluriel

Nom ὁ δῆμ-ος οἱ δῆμ-οι

Voc δῆμ-ε δῆμ-οι

Acc τὸν δῆμ-ον τοὺς δήμ-ους

Gén τοῦ δήμ-ου τῶν δήμ-ων

Dat τῷ δήμ-ῳ τοῖς δήμ-οις

TYPE 3 : Accent premier sur l’antépénultième = ὁ ἀνθρωπος, -ου (« l’homme »)

On voit qu’au génitif ἀνθρωπου, si on laissait l’accent sur l’antépénultième, on enfreindrait la loi
de limitation : on aurait, pour ἄνθρωπου, 1 pour ἀν- portant l’accent aigu + 1 pour la syllabe θρω1 + 2
pour la désinence longue –που, soit un total de 4. On ne peut, comme précédemment, opter pour un
accent « plus petit », puisque l’aigu est le plus faible. La seule solution est alors de décaler l’accent d’une
syllabe vers la droite, sur la pénultième.
Retenez pour l’instant que l’accent premier ne peut se déplacer vers la gauche, mais qu’il peut se
déplacer d’un cran vers la droite, si la loi de limitation le réclame.

Singulier Pluriel

Nom ὁ ἄνθρωπ-ος οἱ ἄνθρωπ-οι

Voc ἄνθρωπ-ε ἄνθρωπ-οι

Acc τὸν ἄνθρωπ-ον τοὺς ἀνθρώπ-ους

Gén τοῦ ἀνθρώπ-ου τῶν ἀνθρώπ-ων

Dat τῷ ἀνθρώπ-ῳ τοῖς ἀνθρώπ-οις

→ Faites les Exercices 3 et 4.

1 Voir supra le principen°8.


4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 116

Exercices
● Exercice 1 : Gymnastique

Déclinez les expressions ci-dessous, à tous les cas, au singulier et au pluriel, sans tenir compte
pour l’instant des accents :
a) τὸ ῥᾴδιον βιϐλίον, « le livre facile »
b) τὸ πολιτικὸν ζῷον, « l’animal politique »
c) τὸ χρήσιμον φάρμακον, « le remède utile »
d) τὸ καλὸν εἴδωλον, « la belle image »

● Exercice 2 : Traduction

Remarque préalable : Très souvent, quand les phrases ont une valeur générale, le verbe « être »
(surtout à la 3sg) est sous-entendu, et les articles tendent à disparaître. Le grec ancien est une
langue d’une extrême souplesse et très économique, comme vous allez le voir.

1) Ἀργύριον οὐκ ἔχομεν. (Lucien)


τὸ ἀργύριον, ου : l’argent (monnayé) ≠ ὁ ἄργυρος, ου : l’argent (métal)

2) Δεινὰ πάσχομεν. (Aristophane, Acharniens)

3) Ὁ λόγος εἴδωλόν ἐστι τῶν ἔργων. (attribué à Solon, Diogène Laerce I, 58).

4) Χαλεπὰ τὰ καλά ἐστιν. (Platon, Cratyle)


χαλεπός, ή, όν : difficile ≠ ῥᾴδιος, α, ον : facile

5) Ἐμοὶ παιδία οὐκ ἔστιν1. (Démosthène)


ἐμοί : pronom personnel de la 1è pers. du sing., au datif (« pour moi, à moi »)

6) Βέϐαιον οὐδέν ἐστιν ἐν θνητῷ βίῳ. (Ménandre, Maximes)


βέϐαιος, a, ον : stable, ferme, solide, οὐδέν (nominatif neutre sing.) : rien… ne…

7) Ὅπλον μέγιστόν ἐστιν ἀνθρώποις λόγος. (Ménandre, Maximes)


μέγιστος, η, ον : très grand

8) Λόγος γὰρ ἐσθλὸς φάρμακον φόϐου βροτοῖς. (Euripide, Fragments)


βροτός, ός, όν : mortel (adjectif poétique2) → οἱ βροτοί : les mortels
ἐσθλός, ή, όν : bon, noble

9) Μέγιστον ὀργῆς ἐστι φάρμακον λόγος. (Ménandre, Maximes)


μέγιστος, η, ον : très grand ἡ ὀργή, ῆς : la colère (substantif féminin)

10) Ἆρ’ ἐστὶ θυμοῦ φάρμακον χρηστὸς λόγος; (Ménandre, Maximes)


ἆρα...; est-ce que… ? ὁ θυμός, οῦ : la colère

1 Retenez l’accentuation particulière de ἐστι précédé de οὐκ : οὐκ ἔστιν.


2 En prose, on emploie plutôt : θνητός, ή, όν : mortel.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 117
11) Δῶρα θεοὺς πείθει. (Hésiode)

12) Χρόνος τὰ κρυπτὰ πάντα πρὸς τὸ φῶς φέρει. (Ménandre, Maximes)


κρυπτός, ή, όν : caché, dissimulé πρὸς τὸ φῶς : vers la lumière du jour
πάντα (adjectif neutre pluriel) : tous, toutes

13) Πάντων μέτρον ἄνθρωπος. (Protagoras)


πάντων : génitif neutre pluriel de πᾶς, « tout » τὸ μέτρον, ου : la mesure

14) Τῶν ζῴων τὰ μὲν θνητὰ τὰ δ’ἀθάνατα. (Aristote, Topiques 122b)


θνητός, ή, όν : mortel ≠ ἀθάνατος, ος, ον : immortel

15) (...) φανερὸν ὅτι (...) ὁ ἄνθρωπος φύσει πολιτικὸν ζῷον (...). (Aristote, Politique 1253a)
φανερόν (ἐστιν) ὅτι... : il est évident que φανερός, ά, όν : évident
φύσει (datif de φύσις) : par nature πολιτικός, ή, όν : politique

16) Κοινὰ τὰ τῶν φίλων. (Proverbe ; cf. par ex. Platon, Phèdre, 279c)

17) Τὸ μέλλον ἀόρατον. (Isocrate, I, 29)


τὸ μέλλον : le futur, l’avenir ἀόρατος, ος, ον : invisible, qu’on ne voit pas.

18) Ἄδηλα γὰρ τὰ τῶν πολέμων. (Thucydide, II, 11)


ἄδηλος, ος, ον : caché, incertain, impénétrable ≠ δῆλος, η, ον : évident, visible, clair1

19) Ὁ θάνατος δεινὸν κακόν. (Euripide, Iphigénie à Aulis, 1415)

20) Πᾶς ἄνθρωπος ζῷον· Σωκράτης δ’ἄνθρωπος· Σωκράτης ἄρα ζῷον. (Sextus Empiricus, Pyrrh. II,
196)
πᾶς : tout (adjectif) Dans un syllogisme, δέ = « or » et ἄρα = « donc ».

● Exercice 3 : Exercices d’accentuation

a) Marquez de l’aigu ou du circonflexe les mots ci-dessous, qui sont tous des masculins ou des neutres
(vous connaissez donc la longueur de toutes les désinences). Les voyelles/diphtongues à accentuer sont
surlignées en rose ; j’indique si la voyelle à accentuer est brève ou longue quand vous ne pouvez pas le
savoir.
γελοιος πρωτον νεος φαρμακα μυθος (υ long) λυκος (υ bref)

γελοιῳ πρωτοις νεου φαρμακον μυθους (υ long) λυκους (υ bref)

Ἀθηναιε πρωτα οἰκον φαρμακοις μυθοις (υ long) λυκοις (υ bref)

Ἀθηναιους πρωτοις οἰκους φαρμακου μυθοι (υ long) λυκοι (υ bref)

b) De l’accentuation des mots ci-dessous, déduisez la quantité, brève ou longue, des voyelles soulignées :

ὁ ὕπνος τὰ πρόϐατα ἡ ἡμέρα τὸ πῦρ

1 Se construit, comme son contraire, avec le datif : « pour, aux yeux de ».


4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 118
τὸν σῖτον μᾶλλον ἡ γλῶττα τόν λίθον

● Exercice 4 : Gymnastique

Déclinez les 4 expressions de l’exercice 1, à tous les cas, au singulier et au pluriel, en mettant cette
fois-ci les accents :
a) τὸ ῥᾴδιον βιϐλίον, « le livre facile »
b) τὸ πολιτικὸν ζῷον, « l’animal politique »
c) τὸ χρήσιμον φάρμακον, « le remède utile »
d) τὸ καλὸν εἴδωλον, « la belle image »

● Exercice 5 : Thème

Faites attention à la place des particules (la particule δέ est la plus fréquente dans les textes ; dans
beaucoup de phrase de thème, « d’autre part » correspond à cet enchaînement minimal entre deux
phrases).

1) Les livres, d’autre part, sont un trésor pour les hommes. (ὁ θησαῦρος, ου : le trésor)

2) En effet, éduquer et instruire des barbares est une tâche difficile. (ὁ βάρϐαρος, ου : le barbare)

3) Quant aux dieux [= les dieux, d’autre part], ce ne sont pas les présents qui [les1] persuadent, mais les
beaux discours.

4) Dans la vie humaine, d’autre part, les enfants sont le plus beau cadeau. (ἀνθρώπινος, η, ον : humain,
d’homme ; κάλλιστος, η, ον : le plus beau)

1 Vous n’avez pas à traduire « les », puisqu’il y a déjà un COD en tête de phrase.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 119

Correction des exercices

1/ Gymnastique

Voici les expressions déclinées sans les accents.


Rappel : Vous devez impérativement, à ce stade :
-mettre les accents sur l’article,
-tracer les esprits à l’initiale des mots (oublier l’esprit rude sur ἱππος, c’est comme écrire hippique
sans le h- initial, en français). C’est une faute d’ortographe, qui n’a rien à voir avec
l’accentuation.
-ne pas oublier les iotas souscrits, dans les désinences, mais aussi, parfois, dans le radical des mots
(c’est le cas pour ζῳον).
→ pour ῥᾳδιος, il faut donc à la fois l’esprit rude sur le ρ et iota souscrit sous le α. Oublier un de ces 2
éléments, c’est faire une faute.

Sg. le livre facile l’animal politique


N τὸ ῥᾳδιον βιϐλιον τὸ πολιτικον ζῳον
V ῥᾳδιον βιϐλιον πολιτικον ζῳον
A τὸ ῥᾳδιον βιϐλιον τὸ πολιτικον ζῳον
G τοῦ ῥᾳδιου βιϐλιου τοῦ πολιτικου ζῳου
D τῷ ῥᾳδιῳ βιϐλιῳ τῷ πολιτικῳ ζῳῳ
Pl. les livres faciles les animaux politiques
N τὰ ῥᾳδια βιϐλια τὰ πολιτικα ζῳα
V ῥᾳδια βιϐλια πολιτικα ζῳα
A τὰ ῥᾳδια βιϐλια τὰ πολιτικα ζῳα
G τῶν ῥᾳδιων βιϐλιων τῶν πολιτικων ζῳων
D τοῖς ῥᾳδιοις βιϐλιοις τοῖς πολιτικοις ζῳοις

Sg. le remède utile la belle image


N τὸ χρησιμον φαρμακον τὸ καλον εἰδωλον
V χρησιμον φαρμακον καλον εἰδωλον
A τὸ χρησιμον φαρμακον τὸ καλον εἰδωλον
G τοῦ χρησιμου φαρμακου τοῦ καλου εἰδωλου
D τῷ χρησιμῳ φαρμακῳ τῷ καλῳ εἰδωλῳ
Pl. les remèdes utiles les belles images
N τὰ χρησιμα φαρμακα τὰ καλα εἰδωλα
V χρησιμα φαρμακα καλα εἰδωλα
A τὰ χρησιμα φαρμακα τὰ καλα εἰδωλα
G τῶν χρησιμων φαρμακων τῶν καλων εἰδωλων
D τοῖς χρησιμοις φαρμακοις τοῖς καλοις εἰδωλοις

Si je vous donne ce corrigé sans les accents, dans un premier temps, c’est pour que vous preniez
conscience de tout ce que vous devez écrire, indépendamment de la maîtrise de l’accentuation.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 120

Exercice 2 : Traduction

Traduction Remarques
1 « Nous n’avons pas d’argent ». Ne pas traduire « nous n’avons pas l’argent », comme s’il y avait
l’article, en grec.
2 « Nous endurons de terribles épreuves » Il faut, dans la mesure du possible, éviter de traduire
(littéralement : « Nous subissons des systématiquement un neutre pluriel par le mot « chose », et
choses terribles »). préférer un sens adapté.
3 « La parole est l’image des actes ». L’attribut du sujet ne prend pas l’article.
4 « Les belles choses sont difficiles à Sujet au neutre pluriel → verbe au singulier.
atteindre ». Χαλεπός a plusieurs significations, selon les contextes :
« difficile, difficilement accessible, difficile à supporter,
pénible », etc.
5 « Moi, je n’ai pas d’enfant » Le « moi, je » est une façon de rendre le ἐμοί en tête de phrase
(littéralement : « A moi (datif de (place emphatique) ; si on veut dire, en grec, « je n’ai pas
possession), des enfants ne sont pas »). d’enfant », sans insistance sur le pronom personnel, on dira :
παιδία μοι οὐκ ἔστιν. Vous apprendrez, avec l’habitude, à
repérer ce genre de choses.
6 « Rien n’est stable dans une vie J’ai proposé cette traduction en respectant l’absence d’article
mortelle » (ou, si on remplace l’adjectif dans la phrase de départ.
par un complément du nom équivalent, Beaucoup de phrases, dans le fascicule, sont extraites des
qui passe mieux en français, ici : « Rien Maximes de Ménandre. Ces phrases, qui énoncent des vérités
n’est stable dans une vie de mortel »). générales, sont très souvent elliptiques.
Le sens est potentiellement ici : « Rien n’est stable dans la vie des
hommes ».
Nous allons voir dans les phrases qui suivent que les articles
sont souvent omis.
7 « La parole, pour les hommes, est une C’est la valeur générale de cette sentence qui explique l’absence
très grande arme ». de deux articles (τοῖς ἀνθρώποις et ὁ λόγος). On pourrait aussi
se dispenser du verbe « être » : Ὅπλον μέγιστον ἀνθρώποις
λόγος.
8 « En effet, une bonne parole, pour les Comme dans beaucoup de phrases à valeur générale, le verbe
mortels, est un remède de la peur ». « être » est sous-entendu (ἐστι, ici) et l’article est omis (τοῦ
D’où : « En effet, une bonne parole, pour φόϐου, τοῖς βροτοῖς).
les mortels, est un remède contre la
peur »
9 « La parole est un très grand remède de
la colère ». D’où : « La parole est un très
grand remède contre la colère ».
10 « Est-ce qu’une bonne parole est un
remède à la colère ? ».
11 « Les cadeaux persuadent les dieux ». Sujet au neutre pluriel → verbe au singulier.
Phrase à valeur générale → omission des articles (τὰ δῶρα, τοὺς
θεούς). Ne pas traduire mécaniquement, donc, par « Des
cadeaux persuadent des dieux », sous prétexte qu’il n’y a pas
d’article en grec.
12 « Le temps amène tout ce qui est
dissimulé à la lumière du jour ».
13 « L’homme est la mesure de toutes Comme dans beaucoup de phrases à valeur générale, le verbe
choses ». « être » est sous-entendu (ἐστι, ici). L’attribut, lui (μέτρον), ne
prend pas l’article.
14 « Parmi les animaux, les uns sont Τῶν ζῴων est un génitif partitif (le tout dont on envisage une
mortels, les autres, immortels ». partie), lequel n’est jamais enclavé, contrairement au
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 121
complément du nom.
On a vu οἱ μέν... οἱ δέ..., au nominatif pluriel, pour désigner « les
uns… les autres ». Au neutre, on aura τὰ μέν... τὰ δέ... On a ici le
neutre parce qu’il est question des uns et des autres parmi les
animaux, et que les animaux, en grec, sont un neutre (τὰ ζῷα).
15 « Il est évident que l’homme est par Le verbe être est sous-entendu.
nature un animal politique ».
16 Littéralement : « Les choses des amis Extrême souplesse du grec : τὰ (les choses) τῶν φίλων (des
sont communes » → « Entre amis, tout amis).
est commun ».
17 « L’avenir est insondable ». Le verbe être est sous-entendu.
18 « En effet, les choses (τὰ) des guerres Extrême souplesse du grec : les choses (τὰ) des guerres (τῶν
(τῶν πολέμων) sont impénétrables ». → πολέμων).
« En effet, ce qui relève des guerres est
impénétrable ». « Le cours des
événements militaires, en effet, est
obscur ».
19 « La mort est un mal épouvantable ».
20 « Tout homme est un animal ; or Socrate
est un homme ; donc Socrate est un
animal ».

● Exercice 3 : Exercices d’accentuation

a) γελοῖος πρῶτον νέος φάρμακα μῦθος (υ long) λύκος (υ bref)

γελοίῳ πρώτοις νέου φάρμακον μύθους (υ long) λύκους (υ bref)

Ἀθηναῖε πρῶτα οἶκον φαρμάκοις μύθοις (υ long) λύκοις (υ bref)

Ἀθηναίους πρώτοις οἴκους φαρμάκου μῦθοι (υ long) λύκοι (υ bref)


Vous voyez qu’on ne fait pas la même
chose avec la même voyelle, tantôt
longue, tantôt brève.

b) ὁ ὕπνος → υ bref (cf. τὰ πρόϐατα → α final ἡ ἡμέρα → α final long τὸ πῦρ → υ long (car
règle 5) bref sans quoi l’accent (cf. règle 5) seule une longue admet
ne pourrait pas le circonflexe)
remonter de 3 temps.
τὸν σῖτον → ι long (car μᾶλλον → α long (car ἡ γλῶττα → α final τόν λίθον → ι bref (cf.
seule une longue admet seule une longue admet bref (sans quoi le règle 5)
le circonflexe) le circonflexe) circonflexe ne serait pas
possible sur la
pénultième)

Quand nous étudierons
les féminins de la 1e
déclinaison, nous verrons
que le α final est tantôt
long, lantôt bref.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 122

Exercice 4 : Gymnastique

Sg. le livre facile l’animal politique


N τὸ ῥᾴδιον βιϐλίον τὸ πολιτικὸν1 ζῷον
V ῥᾴδιον βιϐλίον πολιτικὸν ζῷον
A τὸ ῥᾴδιον βιϐλίον τὸ πολιτικὸν ζῷον
G τοῦ ῥᾳδίου βιϐλίου τοῦ πολιτικοῦ ζῴου
D τῷ ῥᾳδίῳ βιϐλίῳ τῷ πολιτικῷ ζῴῳ
Pl. les livres faciles les animaux politiques
N τὰ ῥᾴδια βιϐλία τὰ πολιτικὰ2 ζῷα
V ῥᾴδια βιϐλία πολιτικὰ ζῷα
A τὰ ῥᾴδια βιϐλία τὰ πολιτικὰ ζῷα
G τῶν ῥᾳδίων βιϐλίων τῶν πολιτικῶν ζῴων
D τοῖς ῥᾳδίοις βιϐλίοις τοῖς πολιτικοῖς ζῴοις

Sg. le remède utile la belle image


N τὸ χρήσιμον φάρμακον τὸ καλὸν3 εἴδωλον
V χρήσιμον φάρμακον καλὸν εἴδωλον
A τὸ χρήσιμον φάρμακον τὸ καλὸν εἴδωλον
G τοῦ χρησίμου φαρμάκου τοῦ καλοῦ εἰδώλου
D τῷ χρησίμῳ φαρμάκῳ τῷ καλῷ εἰδώλῳ
Pl. les remèdes utiles les belles images
N τὰ χρήσιμα φάρμακα τὰ καλὰ4 εἴδωλα
V χρήσιμα φάρμακα καλὰ εἴδωλα
A τὰ χρήσιμα φάρμακα τὰ καλὰ εἴδωλα
G τῶν χρησίμων φαρμάκων τῶν καλῶν εἰδώλων
D τοῖς χρησίμοις φαρμάκοις τοῖς καλοῖς εἰδώλοις

Exercice 5 : Thème

1) Τὰ δὲ βιϐλία τοῖς ἀνθρώποις θησαῦρός5 ἐστιν. (Attention : quand le sujet est au neutre pluriel, le
verbe est à la troisième personne du singulier)

2) Τὸ γὰρ βαρβάρους παιδεύειν καὶ διδάσκειν χαλεπὸν ἔργον ἐστίν6. Ou : Βαρβάρους γὰρ παιδεύειν
καὶ διδάσκειν χαλεπὸν ἔργον ἐστίν. (Rappel : si l’infinitif doit avoir un attribut du sujet, celui-ci se met
au neutre singulier)

1 L’accent aigu sur la finale se change en accent grave quand le mot suivant est accentué, comme ici (ζῷον). Idem au
vocatif et à l’accusatif.
2 L’accent aigu sur la finale se change en accent grave quand le mot suivant est accentué, comme ici (ζῷα). Idem au

vocatif et à l’accusatif.
3 L’accent aigu sur la finale se change en accent grave quand le mot suivant est accentué, comme ici (εἴδωλον). Idem

au vocatif et à l’accusatif.
4 L’accent aigu sur la finale se change en accent grave quand le mot suivant est accentué, comme ici (εἴδωλα). Idem

au vocatif et à l’accusatif.
5 Accent d’enclise sur la finale à cause de ἐστιν.
6
Accent d’enclise sur ἐστίν, dans cette configuration.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 123
3) Τοὺς δὲ θεοὺς οὐ τὰ δῶρα πείθει, ἀλλ’ οἱ καλοὶ λόγοι. (Attention : quand le sujet est au neutre pluriel,
le verbe est à la troisième personne du singulier ; la négation est placée devant τὰ δῶρα)

4) Ἐν δὲ τῷ ἀνθρωπίνῳ βίῳ τὰ παιδία κάλλιστον δῶρόν1 ἐστιν. (Attention : 1) l’attribut du sujet ne


prend pas l’article ; 2) accord à la 3sg).

1
Accent d’enclise sur la finale à cause de ἐστιν.
4L1LAG1D– Chr. Bréchet – Grec initiation (semestre 1) – 2021/2022 124

Vocabulaire : Liste 6

IMPORTANT
Dès qu’une leçon est terminée, vous devez assimiler le vocabulaire correspondant à la leçon.
Comment retenir le vocabulaire ?
Prononcez et écrivez plusieurs fois chaque mot. Entraînez-vous à en conserver mentalement l’image
visuelle ; ainsi vous retiendrez sa forme exacte, avec les esprits (obligatoires) et les accents (ce serait
encore mieux), et éviterez les trop fréquentes confusions (ε / η, ο / ω, κ / χ, τ / θ). Si vous choisissez de
retenir les accents, voici un moyen mnémotechnique, si vous avez une mémoire plus auditive que
visuelle : prononcez à voix haute tous les mots en accentuant davantage la syllabe qui porte l’accent.
Certaines confusions peuvent être facilement évitées. Connaissant le mot français anthropologie, vous
savez que le mot grec ἄνθρωπος s’écrit avec un θ (thêta) et non un τ (tau).

● Noms masculins de la deuxième déclinaison


-ὁ φόϐος, ου : la peur, la terreur

● Noms neutres de la deuxième déclinaison


-τὸ δῶρον, ου : le cadeau, le présent, le don
-τὸ εἴδωλον, ου : l’image, la représentation, le double, le fantôme
-τὸ ἔργον, ου : l’acte, le travail, l’œuvre
-τὸ ζῷον, ου1 : l’être vivant, l’animal
-τὸ κακόν, οῦ : le mal, le malheur
-τὸ ὅπλον, ου : l’arme
-τὸ παιδίον, ου : l’enfant
-τὸ φάρμακον, ου : le remède, la drogue

● Adjectifs de la première classe


-ἀγαθός, ή, όν : bon, excellent, courageux
-χρηστός, ή, όν : bon, vertueux
-θνητός, ή, όν : mortel ≠ ἀθάνατος, ος, ον : immortel

● Verbes
-πάσχω : je supporte, je subis
-πείθω : je persuade
-τρέχω : je cours

● Mots invariables
- ἄρα : donc  ἆρα...; est-ce que… ?

1 N’oubliez pas le iota souscrit sous le ω → ῳ.

Vous aimerez peut-être aussi