Vous êtes sur la page 1sur 151

RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES

REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE ET FINANCIERE


DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Chapitre VIII

Lutte contre le blanchiment


de capitaux et le financement
du terrorisme
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES

ET REGLEMENTAIRES
REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE ET FINANCIERE
DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE
REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION
MONETAIRE
Chapitre VIII OUEST AFRICAINE

Lutte contre le blanchiment


de capitaux et le financement
du terrorisme

Volume I : Textes de base


et d’application
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Sommaire

8.1 - TEXTES DE BASE������������������������������������������������������������������������������������������������������������������5

Décision n° 26/CM/UMOA du 2 juillet 2015 portant adoption du projet de loi uniforme


relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans
les Etats membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) ����������������������������������������������������������5
Directive n° 02/CM/UEMOA du 2 juillet 2015 relative à la lutte contre le blanchiment
de capitaux et le financement du terrorisme dans les Etats membres de l’UEMOA ��������������������������������55
Loi uniforme du 20 mars 2003 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux
dans les Etats membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine ������������������������������������������������������������95
Loi uniforme du 28 mars 2008 relative à la lutte contre le financement du terrorisme
dans les Etats membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) ����������������������������������������������114
Règlement n° 14/2002/CM/UEMOA du 19 septembre 2002 relatif au gel des fonds et
autres ressources financières dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme
dans les Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)����������������������136

8.2 - TEXTES D’APPLICATION����������������������������������������������������������������������������������������������������138

Instruction n° 01/2007/RB du 2 juillet 2007 relative à la lutte contre le blanchiment


de capitaux au sein des organismes financiers���������������������������������������������������������������������������������138
Décision n° 12/2013/CM/UEMOA du 26 septembre 2013 portant modification de la
Décision n° 09/2008/CM/UEMOA du 28 mars 2008, relative à la liste des personnes, entités
ou organismes visés par le gel des fonds et autres ressources financières dans le cadre
de la lutte contre le financement du terrorisme dans les Etats membres de l’Union Economique
et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)���������������������������������������������������������������������������������������������143
Décret (cadre) portant création d’une Cellule Nationale de Traitement des Informations
Financières (CENTIF)�����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������145

de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

du terrorisme

VIII - 3
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

8.1 - TEXTES DE BASE tée au Conseil des Ministres en sa session


ordinaire tenue à Bissau le 2 juillet 2015 ;
Vu les Délibérations du Conseil des Ministres
DECISION N° 26/CM/UMOA en sa session ordinaire tenue à Bissau le 2
DU 2 JUILLET 2015 PORTANT juillet 2015,
ADOPTION DU PROJET DE LOI
UNIFORME RELATIVE A LA LUTTE DECIDE
CONTRE LE BLANCHIMENT DE Article premier
CAPITAUX ET LE FINANCEMENT
Le projet de loi uniforme relative à la lutte contre
DU TERRORISME DANS LES ETATS
le blanchiment de capitaux et le financement du
MEMBRES DE L’UNION MONETAIRE
terrorisme dans les Etats membres de l’Union
OUEST AFRICAINE (UMOA)(*) Monétaire Ouest Africaine, annexé à la présente
Décision dont il fait partie intégrante, est adopté.
Le Conseil des Ministres de L’Union Monétaire
Ouest Africaine ; Article 2
Dans un délai de six mois à compter de la date
Vu le Traité de l’Union Monétaire Ouest Afri- de signature de la présente Décision, les Etats
caine du 20 janvier 2007, notamment en membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine
ses articles 10, 11,14 15, 17 et 34 ; prennent les dispositions nécessaires en vue
Vu les Statuts de la Banque Centrale des Etats de l’insertion de la loi uniforme visée à l’article
de l’Afrique de l’Ouest annexés au Traité premier dans leur ordre juridique interne.
de l’Union Monétaire Ouest Africaine du
20 janvier 2007, notamment en leurs ar- Article 3
ticles 42, 43 et 60 ; Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de
Vu le Règlement N°14/2002/CM/UEMOA du l’Afrique de l’Ouest est chargé du suivi de la mise
19 septembre 2002 relatif au gel des fonds en œuvre de la présente Décision.
et autres ressources financières dans le
cadre de la lutte contre le financement Article 4
du terrorisme dans les Etats membres de La présente Décision abroge et remplace toutes les
l’Union Economique et Monétaire Ouest dispositions antérieures traitant du même objet.
Africaine ;
Elle entre en vigueur à compter de la date de sa
Vu la Directive N°02/CM/UEMOA du 2 juillet signature et sera publiée partout où besoin sera.
2015 relative à la lutte contre le blanchi-
ment de capitaux et le financement du ter- Fait à Bissau, le 2 juillet 2015
rorisme dans les Etats membres de l’Union
Economique et Monétaire Ouest Africaine ; Pour le Conseil des Ministres de l’Union Monétaire
Ouest Africaine,
Vu la Note de la BCEAO sur le projet de loi
uniforme relative à la lutte contre le blan- Le Président,
chiment de capitaux et le financement
du terrorisme dans les Etats membres de Saidou SIDIBE
l’Union Monétaire Ouest Africaine présen- Ministre des Finances de la République du Niger
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

(*) : Texte en cours d’insertion dans l’ordre juridique interne des Etats
membres de l’UMOA.
du terrorisme

VIII - 5
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

ANNEXE A LA DECISION N° 26 DU jacente au blanchiment de capitaux et au


02/07/2015/CM/UMOA PORTANT financement du terrorisme au .....(citer le nom
ADOPTION DU PROJET DE LOI de l’Etat membre concerné) ;
UNIFORME RELATIVE A LA LUTTE
5. auteur : toute personne qui participe à la
CONTRE LE BLANCHIMENT DE
commission d’un crime ou d’un délit ;
CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU
TERRORISME DANS LES ETATS MEMBRES 6. autorité compétente : l’organe qui, en vertu
DE L’UNION MONETAIRE OUEST d’une loi ou d’une réglementation, est habilité
AFRICAINE (UMOA) à accomplir ou à ordonner les actes ou les
mesures prévues par la présente loi ;
PROJET DE LOI UNIFORME RELATIVE A LA LUTTE 7. autorités de contrôle : les autorités natio-
CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX nales ou communautaires de l’UMOA et de
ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME DANS LES l’UEMOA habilitées, en vertu d’une loi ou d’une
ETATS MEMBRES DE L’UNION MONETAIRE OUEST réglementation, à contrôler les personnes
AFRICAINE (UMOA) physiques et morales visées aux articles 5 et
6 de la présente loi ;
8. autorité de poursuite : l’organe qui, en vertu
TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE
d’une loi ou d’une réglementation, est investi,
même à titre occasionnel, de la mission
Article premier : Définitions d’exercer l’action publique ;
Pour l’application de la présente loi, on entend par : 9. autorité judiciaire : l’organe habilité, en vertu
1. acte terroriste : d’une loi ou d’une réglementation, à accomplir
des actes de poursuite ou d’instruction ou à
–– un acte constitutif d’une infraction au sens de
rendre des décisions de justice ;
l’un des instruments juridiques internationaux
énumérés en annexe à la présente loi ; 10. autorités publiques : les administrations
nationales et celles des collectivités locales de
–– tout autre acte destiné à tuer ou blesser griè-
l’Union ainsi que leurs établissements publics ;
vement un civil, ou toute autre personne qui
ne participe pas directement aux hostilités 11. banque fictive : une banque qui a été
dans une situation de conflit armé, lorsque, constituée et agréée dans un Etat où elle
par sa nature ou son contexte, cet acte vise à n’a pas de présence physique et qui n’est
intimider une population ou à contraindre un pas affiliée à un groupe financier régle-
Gouvernement ou une organisation internatio- menté soumis à une surveillance consolidée
nale à accomplir ou à s’abstenir d’accomplir et effective. L’expression présence physique
un acte quelconque ; désigne la présence d’une direction et d’un
pouvoir de décision dans un pays. La simple
2. acteurs du Marché Financier Régional :
présence physique d’un agent local ou de
les structures centrales (Bourse Régionale
personnel subalterne ne constitue pas une
des Valeurs Mobilières – BRVM, Dépositaire
présence physique ;
Central/Banque de Règlement) et les inter-
venants commerciaux (Sociétés de Gestion 12. bénéficiaire effectif ou ayant droit écono-
et d’Intermédiation, Sociétés de Gestion de mique : la ou les personnes physiques qui, en
Patrimoine, Conseils en investissements bour- dernier lieu, possèdent ou contrôlent un client
et/ou la personne physique pour le compte
de capitaux et le financement

siers, Apporteurs d’affaires et Démarcheurs) ;


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

de laquelle une opération est effectuée. Sont


3. actions au porteur : les titres négociables par
également comprises dans cette définition
simple tradition, représentant la propriété d’une
les personnes qui exercent, en dernier lieu, un
fraction du capital d’une société anonyme ;
contrôle effectif sur une personne morale ou
du terrorisme

4. activité criminelle : tout acte criminel ou une construction juridique telle que définie au
délictuel constituant une infraction sous- point 21 ci-dessous ;

VIII - 6
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

–– lorsque le client d’une des personnes mention- 3 ) elles sont titulaires de droits portant sur
nées à l’article 5 de la présente loi, est une vingt cinq pour cent au moins des biens
société, on entend par bénéficiaire effectif de de la personne morale, de la fiducie ou de
l’opération la ou les personnes physiques qui tout autre dispositif juridique comparable
soit détiennent, directement ou indirectement, relevant d’un droit étranger ;
plus de vingt-cinq pour cent du capital ou des
4 ) elles ont la qualité de constituant, de fidu-
droits de vote de la société, soit exercent, par ciaire ou de bénéficiaire, conformément
tout autre moyen, un pouvoir de contrôle sur aux textes législatifs et réglementaires en
les organes de gestion, d’administration ou vigueur ;
de direction de la société ou sur l’assemblée
générale de ses associés ; 13. BCEAO ou Banque Centrale : la Banque
Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest ;
–– lorsque le client d’une des personnes mention-
nées à l’article 5 de la présente loi, est un 14. biens : les avoirs de toute nature, corporels ou
organisme de placements collectifs, on entend incorporels, meubles ou immeubles, tangibles
par bénéficiaire effectif de l’opération la ou les ou intangibles, fongibles ou non fongibles ainsi
personnes physiques qui soit détiennent, direc- que les documents ou instruments juridiques
tement ou indirectement, plus de vingt cinq pour sous quelque forme que ce soit, y compris élec-
cent des parts ou actions de l’organisme, soit tronique ou numérique, attestant la propriété de
exercent un pouvoir de contrôle sur les organes ces avoirs ou de droits y afférents ainsi que les
d’administration ou de direction de l’organisme intérêts sur lesdits avoirs, à savoir notamment
de placements collectifs ou, le cas échéant, de les crédits, les chèques de voyage, les chèques,
la société de gestion ou de la société de gestion les mandats, les actions, les valeurs mobilières,
de portefeuille le représentant ; les obligations, les traites ou lettres de crédit
ainsi que les éventuels intérêts, dividendes ou
–– lorsque le client d’une des personnes mention- autres revenus ou valeur tirés de tels avoirs, ou
nées à l’article 5 de la présente loi, est une générés par de tels avoirs ;
personne morale qui n’est ni une société ni
un organisme de placements collectifs, ou 15. blanchiment de capitaux : l’infraction définie
lorsque le client intervient dans le cadre d’une à l’article 7 de la présente loi ;
fiducie ou de tout autre dispositif juridique 16. catégories désignées d’infractions :
comparable relevant d’un droit étranger, on
entend par bénéficiaire effectif de l’opération –– la participation à un groupe criminel organisé
la ou les personnes physiques qui satisfont à et la participation à un racket ;
l’une des conditions suivantes : –– le terrorisme, y compris son financement ;
1 ) elles ont vocation, par l’effet d’un acte –– la traite des êtres humains et le trafic illicite de
juridique les ayant désignées à cette fin, migrants ;
à devenir titulaires de droits portant sur
–– l’exploitation sexuelle, y compris le détourne-
vingt-cinq pour cent au moins des biens
ment et l’exploitation des mineurs ;
de la personne morale ou des biens trans-
férés à un patrimoine fiduciaire ou à tout –– le trafic illicite de stupéfiants et de substances
autre dispositif juridique comparable psychotropes ;
relevant d’un droit étranger ; –– le trafic illicite d’armes ;
2 ) elles appartiennent à un groupe dans l’in- –– le trafic illicite de biens volés et autres biens ;
térêt principal duquel la personne morale,
–– la corruption et la concussion ;
de capitaux et le financement

la fiducie ou tout autre dispositif juridique


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

comparable relevant d’un droit étranger –– le détournement de fonds par des personnes
a été constitué ou a produit ses effets, exerçant une fonction publique ;
lorsque les personnes physiques qui en
–– la fraude ;
du terrorisme

sont les bénéficiaires n’ont pas encore été


désignées ; –– le faux monnayage ;

VIII - 7
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

–– la contrefaçon de biens (y compris de monnaie sement de crédit installé dans un autre État. »
ou de billets de banque) et le piratage de
23. CRF : les Cellules de Renseignement Financier ;
produits ;
24. Entreprises et Professions Non Financières
–– le trafic d’organes ; Désignées ou EPNFD :
–– les infractions contre l’environnement ; a) les casinos, y compris les casinos sur
–– les meurtres et les blessures corporelles Internet ;
graves ; b) les agents immobiliers et les courtiers en
–– l’enlèvement, la séquestration et la prise biens immeubles ;
d’otages ; c) les personnes se livrant habituellement au
–– le vol ; commerce ou organisant la vente de pierres
précieuses, de métaux précieux, d’antiquités et
–– la contrebande (y compris relativement aux
d’œuvres d’art ;
taxes et droits de douane et d’accise) ;
d) les avocats, notaires et autres membres
–– les infractions fiscales (liées aux impôts directs
de professions juridiques indépendantes lors-
et indirects) ;
qu’ils préparent ou effectuent des transactions
–– l’extorsion ; pour un client, dans le cadre des activités
–– le faux et l’usage de faux ; suivantes :

–– la piraterie ; –– achat et vente de biens immobiliers ;

–– les délits d’initiés et la manipulation de –– gestion de capitaux, des titres ou autres


marchés ; actifs du client ;

–– tout autre crime ou délit. –– gestion de comptes, y compris les


comptes-titres ;
17. CENTIF :  la Cellule Nationale de Traitement
–– organisation des apports pour la création,
des Informations Financières ;
l’exploitation ou la gestion des sociétés,
18. CIMA : la Conférence Interafricaine des ou création, exploitation ou gestion de
Marchés d’Assurances ; personnes morales ou de constructions
19. client occasionnel : toute personne qui juridiques, et achat et vente d’entités
s’adresse à l’une des personnes assujetties, commerciales.
au sens des articles 5 et 6 de la présente loi, e) les professionnels de l’expertise comptable
dans le but exclusif de préparer ou de réaliser et du commissariat aux comptes ;
une opération ponctuelle ou d’être assistée
f) les prestataires de services aux sociétés et
dans la préparation ou la réalisation d’une
fiducies, non visés ailleurs dans la présente
telle opération, que celle-ci soit réalisée en
loi, qui fournissent les services suivants, à titre
une seule opération ou en plusieurs opéra-
commercial, à des tiers :
tions apparaissant comme liées entre elles.
–– en intervenant, en qualité d’agent, pour la
20. confiscation : la dépossession définitive de
constitution, l’enregistrement et la gestion
biens, sur décision d’une juridiction compé-
de personnes morales, à savoir notam-
tente ou de toute autorité compétente ;
ment les fiducies ;
21. constructions juridiques : les fiducies
de capitaux et le financement

–– en intervenant ou en procédant aux arran-


expresses ou les constructions juridiques simi-
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

gements nécessaires afin qu’une autre


laires ;
personne intervienne, en qualité d’admi-
22. correspondance bancaire : les relations nistrateur ou de secrétaire général d’une
commerciales entre un établissement de crédit société de capitaux, d’associé d’une
du terrorisme

installé au... (indiquer la dénomination de société de personnes ou de titulaire d’une


l’État membre qui adopte la loi) et un établis- fonction similaire pour d’autres personnes

VIII - 8
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

morales ; 30. fonds et autres ressources financières : tous


les actifs financiers et avantages économiques
–– en fournissant un siège, une adresse
de quelque nature qu’ils soient, y compris, mais
commerciale ou des locaux, une adresse
pas exclusivement, le numéraire, les chèques,
administrative ou postale à une société
les créances en numéraire, les traites, les ordres
de capitaux, d’associé d’une société de
de paiement et autres instruments de paiement,
personnes ou toute autre personne morale
les dépôts auprès des institutions financières,
ou structure juridique ; les soldes en comptes, les créances et les titres
–– en intervenant ou en procédant aux arran- de créances, les titres négociés et les instru-
gements nécessaires afin qu’une autre ments de la dette, notamment les actions et
personne intervienne, en qualité d’admi- autres titres de participation, les certificats de
nistrateur d’une fiducie exprès, de titulaire titres, les obligations, les billets à ordre, les
d’une fonction similaire pour d’autres warrants, les titres non gagés, les contrats sur
personnes morales ; produits dérivés, les intérêts, les dividendes ou
autres revenus d’actifs ou plus-values perçus
–– en intervenant ou en procédant aux arran- sur des actifs, le crédit, le droit à compensation,
gements nécessaires afin qu’une autre les garanties, y compris les garanties de bonne
personne intervienne, en qualité d’action- exécution ou autres engagements financiers,
naire agissant pour le compte d’une autre les lettres de crédit, les connaissements, les
personne. contrats de vente, tout document attestant la
g) les autres entreprises ou professions qui détention de parts d’un fonds ou de ressources
pourront être désignées par l’autorité compé- financières et tout autre instrument de finan-
tente ; cement à l’exportation ;

25. Etat membre : l’Etat-partie au Traité de 31. gel :


l’Union Monétaire Ouest Africaine et au Traité a) en matière de confiscation et de mesures
de l’Union Economique et Monétaire Ouest provisoires, l’interdiction du transfert, de la
Africaine ; conversion, de la disposition ou du mouvement
de tout bien, équipement ou instrument suite à
26. Etat tiers : tout Etat autre qu’un Etat membre ;
une mesure prise par une autorité compétente
27. Fiducie  : l’opération par laquelle un ou ou un tribunal dans le cadre d’un mécanisme
plusieurs constituants transfèrent des biens, de gel et ce, pour la durée de validité de ladite
des droits ou des sûretés, ou un ensemble mesure, ou jusqu’à ce qu’une décision de confis-
de biens, de droits ou de sûretés, présents cation soit prise par une autorité compétente ;
ou futurs, à un ou plusieurs fiduciaires qui,
b) aux fins des recommandations de la mise
les tenant séparés de leur patrimoine propre, en œuvre des sanctions financières ciblées,
agissent dans un but déterminé au profit d’un l’interdiction du transfert, de la conversion, de
ou plusieurs bénéficiaires ; la disposition ou du mouvement de tous les
28. financement de la prolifération  : le finan- fonds et autres biens détenus ou contrôlés
cement de la prolifération des armes de par des personnes ou entités désignées suite
destruction massive, à savoir notamment des à une mesure prise par le Conseil de sécurité
armes nucléaires, chimiques, bactériologues des Nations Unies ou une autorité compétente
ou biologiques,  par des actes proscrits par ou un tribunal conformément aux résolutions
la Résolution 1540 (2004) et les résolutions du Conseil de sécurité applicables et ce, pour
successives du Conseil de Sécurité des Nations la durée de validité de ladite mesure.
de capitaux et le financement

Unies relatives à la prévention, la répression et


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

32. infraction grave : un acte constituant une


l’interruption de la prolifération des armes de infraction passible d’une peine privative de
destruction massive et de son financement ; liberté dont le minimum ne doit pas être infé-
29. financement du terrorisme : l’infraction rieur à trois ans ;
du terrorisme

définie à l’article 8 de la présente loi ; 33. infraction sous-jacente : toute infraction,

VIII - 9
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

même commise sur le territoire d’un autre Etat j) conservation et administration de valeurs
membre ou sur celui d’un Etat tiers, qui génère mobilières, en espèces ou liquides, pour le
un produit d’une activité criminelle ; compte d’autrui ;
34. installation gouvernementale ou publique : k) autres opérations d’investissement, d’admi-
toute installation ou tout moyen de transport, nistration ou de gestion de fonds ou d’argent
de caractère permanent ou temporaire, qui pour le compte d’autrui ;
est utilisé ou occupé par des représentants l) souscription et placement de produits d’as-
d’un Etat, des membres du Gouvernement, surances vie et non vie et d’autres produits
du Parlement ou de la magistrature, ou des d’investissement en lien avec une assurance ;
agents ou personnel d’un Etat ou de toute
autre autorité ou entité publique, ou par des m) change manuel ;
agents ou personnel d’une organisation inter- n) toutes autres activités ou opérations déter-
gouvernementale, dans le cadre de leurs fonc- minées par l’autorité compétente.
tions officielles ; Sont désignés sous le nom d’institutions finan-
35. institution financière : toute personne ou cières :
entité qui exerce, à titre commercial, une ou –– les établissements de crédit ;
plusieurs des activités ou opérations suivantes
au nom et pour le compte d’un client : –– les services financiers des postes, ainsi
que les caisses de dépôts et consignations
a) acceptation de dépôts et d’autres fonds ou les organismes qui en tiennent lieu, des
remboursables du public ; Etats membres ;
b) prêts, y compris le crédit à la consommation, –– les sociétés d’assurance et de réassu-
le crédit hypothécaire, l’affacturage avec ou rance, les courtiers en assurance et de
sans recours, le financement de transactions réassurance et les agents généraux d’as-
commerciales ; surance ;
c) crédit-bail, à l’exception du crédit-bail se –– les systèmes financiers décentralisés;
rapportant à des produits de consommation ;
–– les structures centrales du Marché
d) transfert d’argent ou de valeurs ; Financier Régional (BRVM, Dépositaire
e) émission et gestion de moyens de paiement ; Central/Banque de Règlement) ainsi que
les Sociétés de Gestion et d’Intermédia-
f) octroi de garanties et souscription d’enga- tion, les Sociétés de Gestion de Patrimoine
gements ; et tous autres intervenants commerciaux
g) négociation sur : ayant le statut d’institution financière,
au sens des textes régissant le Marché
–– les instruments du marché monétaire ; Financier Régional ;
–– le marché des changes ; –– les Organismes de Placement Collectif en
–– les instruments sur devises, taux d’intérêt Valeurs Mobilières ;
et indices ; –– les Entreprises d’Investissement à Capital
–– les valeurs mobilières ; Fixe ;

–– les options et marchés à terme de –– les Agréés de change manuel ;


de capitaux et le financement

marchandises. –– les Etablissements de Monnaie


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

h) participation à des émissions de valeurs Electronique ;


mobilières et prestation de services financiers –– toute autre structure déterminée par l’au-
connexes ; torité compétente.
du terrorisme

i) gestion individuelle et collective de patri- 36. institutions financières étrangères : les insti-
moine ; tutions financières établies dans un Etat tiers ;

VIII - 10
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

37. instrument : tout bien utilisé ou devant être c) organise des actes terroristes ou incite
utilisé totalement ou en partie et de quelque d’autres à en commettre ;
manière que ce soit pour commettre une
d) contribue à la commission d’actes terro-
infraction pénale ;
ristes par un groupe de personnes agissant
38. instruments négociables au porteur : tous les dans un but commun, lorsque cette contri-
instruments monétaires au porteur tels que : bution est délibérée et vise à favoriser l’acte
–– les chèques de voyage ; terroriste ou qu’elle est apportée en sachant
l’intention du groupe de commettre un acte
–– les instruments négociables (notamment terroriste ;
les chèques, billets à ordre et mandats)
qui sont soit au porteur, soit endossables 43. passeurs de fonds : les personnes qui
sans restriction, soit établis à l’ordre d’un exécutent des transports physiques transfron-
bénéficiaire fictif, ou qui se présentent taliers d’espèces ou d’instruments négociables
sous toute autre forme permettant le trans- au porteur ou qui apportent sciemment leur
fert sur simple remise ; concours à la réalisation de ces opérations ;

–– les instruments incomplets (notamment 44. PPE : les Personnes Politiquement Exposées :
chèques, billets à ordre et mandats) –– PPE étrangères : les personnes physiques qui
signés, mais sur lesquels le nom du béné- exercent ou qui ont exercé d’importantes fonc-
ficiaire a été omis . tions publiques dans un autre Etat membre ou
39. opération de change manuel : l’échange un Etat tiers, à savoir :
immédiat de billets de banque ou monnaies a) les Chefs d’Etat ou de Gouvernement,
libellés en devises différentes, réalisé par les Ministres, les Ministres délégués et les
cession ou livraison d’espèces, contre le Secrétaires d’Etat ;
règlement par un autre moyen de paiement
libellé dans une autre devise ; b) les membres de familles royales ;

40. organisation criminelle : toute entente c) les Directeurs généraux des ministères ;
ou association structurée dans le but de d) les parlementaires ;
commettre, notamment des infractions de
e) les membres des cours suprêmes, des cours
blanchiment de capitaux, de financement du
constitutionnelles ou d’autres hautes juridic-
terrorisme ou de prolifération des armes de
tions dont les décisions ne sont pas suscep-
destruction massive ;
tibles de recours, sauf circonstances excep-
41. organisation ou organisme à but non lucratif : tionnelles ;
toute association, fondation, organisation non
gouvernementale constituée conformément f) les membres des cours des comptes ou des
aux textes législatifs et réglementaires en conseils ou directoires des banques centrales ;
vigueur, ayant pour objet principal la collecte g) les ambassadeurs, les chargés d’affaires et
ou la distribution de fonds à des fins caritatives, les officiers supérieurs des forces armées ;
religieuses, culturelles, éducatives, sociales
h) les membres des organes d’administration,
ou confraternelles, ou pour d’autres types de
de direction ou de surveillance des entreprises
bonnes œuvres ;
publiques ;
42. organisation terroriste, tout groupe de terro-
i) les hauts responsables des partis politiques ;
ristes qui :
de capitaux et le financement

j) les membres de la famille d’une PPE, en l’oc-


a) commet ou tente de commettre des actes
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

currence :
terroristes par tout moyen, direct ou indirect,
illégalement et délibérément ; –– le conjoint ;
du terrorisme

b) participe, en tant que complice, à des actes –– tout partenaire considéré comme l’équiva-
terroristes ; lent d’un conjoint ;

VIII - 11
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

–– les enfants et leurs conjoints ou parte- autre zone géographique au moyen d’une
naires ; communication, d’un message, d’un transfert
ou d’un système de compensation auquel le
–– les autres parents ;
service de transmission de fonds ou de valeurs
k) les personnes connues pour être étroitement appartient. Ce service peut être fourni par des
associées à une PPE ; personnes physiques ou morales en ayant
l) toute autre personne désignée par l’autorité recours au système financier réglementé ou
compétente. de manière informelle ;

–– PPE nationales : les personnes physiques qui 48. relation d’affaires : une situation dans laquelle
exercent ou qui ont exercé d’importantes fonc- une personne visée à l’article 5 de la présente
tions publiques au... (citer le nom de l’Etat loi, engage une relation professionnelle ou
membre concerné), notamment les personnes commerciale qui est censée, au moment où le
physiques visées au a) à i) ci-dessus ; contact est établi, s’inscrire dans une certaine
durée. La relation d’affaires peut être prévue
–– PPE des organisations internationales : les par un contrat selon lequel plusieurs opérations
personnes qui exercent ou qui ont exercé successives seront réalisées entre les cocontrac-
d’importantes fonctions au sein de ou pour tants ou qui crée à ceux-ci des obligations
le compte d’une organisation internationale, continues. Une relation d’affaires est également
notamment les membres de la haute direc- nouée lorsqu’en l’absence d’un tel contrat, un
tion, en particulier, les directeurs, les directeurs client bénéficie de manière régulière de l’inter-
adjoints et les membres du Conseil d’Adminis- vention d’une personne susmentionnée pour
tration et toutes les personnes exerçant des la réalisation de plusieurs opérations ou d’une
fonctions équivalentes. opération présentant un caractère continu ou,
La notion de PPE ne couvre pas les personnes de s’agissant des personnes mentionnées au point
rang moyen ou inférieur relevant des catégories 4 de l’article 5 ci-dessous, pour l’exécution
ci-dessus. d’une mission légale ;
45. produits d’une activité criminelle : tous 49. terroriste : toute personne physique qui :
fonds tirés, directement ou indirectement, a) commet ou tente de commettre des actes
de la commission d’une infraction telle que terroristes par tout moyen, directement ou indi-
prévue aux articles 7 et 8 de la présente loi rectement, illégalement et délibérément ;
ou obtenus, directement ou indirectement, en
commettant ladite infraction ; b) participe, en tant que complice, à des actes
terroristes ou au financement du terrorisme ;
46. saisie : toute mesure conservatoire effectuée
dans le cadre d’une enquête ou d’une fouille. c) organise des actes terroristes ou incite
La saisie peut être ordonnée par une juri- d’autres à en commettre ;
diction compétente ou exécutée sans décision d) contribue à la commission d’actes terroristes
judiciaire par toute autorité compétente dans par un groupe de personnes agissant dans un
l’exercice de ses fonctions. Elle a pour but but commun, lorsque cette contribution est
de placer entre les mains de la Justice ou intentionnelle et vise à réaliser l’acte terroriste,
toute autorité compétente, tous les biens du ou qu’elle est apportée en ayant connaissance
suspect pour une durée déterminée. Les biens de l’intention du groupe de commettre un acte
demeurent la propriété du suspect ; terroriste;
47. service de transfert de fonds ou de valeurs :
de capitaux et le financement

50. UEMOA : l’Union Economique et Monétaire


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

un service financier dont l’activité consiste Ouest Africaine ;


à accepter les espèces, les chèques ou tout
51. UMOA : l’Union Monétaire Ouest Africaine ;
autre instrument de paiement ou dépôt de
valeur dans un lieu donné et à payer une 52. Union : l’Union Economique et Monétaire
du terrorisme

somme équivalente en espèces ou sous toute Ouest Africaine ou l’Union Monétaire Ouest
autre forme à un bénéficiaire situé dans une Africaine ;

VIII - 12
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

53. virement électronique : toute transaction Article 5 : Personnes assujetties aux obligations
par voie électronique effectuée au nom d’un de lutte contre le blanchiment de
donneur d’ordre, personne physique ou morale, capitaux et le financement du terro-
par l’entremise d’une institution financière en risme et de la prolifération
vue de mettre à la disposition d’un bénéficiaire Les dispositions de la présente loi, en particulier
une certaine somme d’argent dans une autre celles de ses titres II et III, sont applicables aux
institution financière, le donneur d’ordre et le personnes physiques ou morales mentionnées
bénéficiaire pouvant être une seule et même ci-après : 
personne.
1. le Trésor Public ; 
TITRE PREMIER : DISPOSITIONS 2. la BCEAO ; 
GENERALES 3. les institutions financières ;
4. les prestataires de services aux sociétés et
Chapitre premier : Objet et champ d’application fiducies ;
de la loi 5. les sociétés immobilières et les agents immo-
biliers, y compris les agents de location ;
Section I : Objet de la loi et illicéité de l’origine 6. les autres personnes physiques ou morales
des capitaux ou des biens négociant des biens, seulement dans la mesure
Article 2 : Objet où les paiements sont effectués ou reçus en
espèces pour un montant de cinq millions de
La présente loi a pour objet de prévenir et de francs CFA au moins, que la transaction soit
réprimer le blanchiment de capitaux et le finan- exécutée en une fois ou sous la forme d’opéra-
cement du terrorisme et de la prolifération des tions fractionnées apparemment liées ;
armes de destruction massive au (nom de l’Etat
7. les opérateurs de ventes volontaires de
membre concerné).
meubles aux enchères publiques ;
Elle détermine les mesures visant à détecter et à
8. les agents sportifs et les promoteurs d’événe-
décourager le blanchiment de capitaux, le finan-
ments sportifs ;
cement du terrorisme et de la prolifération ainsi qu’à
faciliter les enquêtes et les poursuites y relatives. 9. les prestataires de jeux d’argent et de hasard,
notamment les propriétaires, les directeurs
Article 3 : Illicéité de l’origine des capitaux ou et gérants de casinos et d’établissements de
des biens jeux, y compris les loteries nationales ;
Pour l’application de la présente loi, l’origine de 10. les apporteurs d’affaires aux institutions finan-
capitaux ou de biens est illicite lorsque ceux-ci cières ;
proviennent de la commission de l’une des infrac- 11. les personnes se livrant habituellement au
tions mentionnées au point 16 de l’article premier commerce ou organisant la vente de pierres
ci-dessus ou de tous crimes ou délits. précieuses, de métaux précieux, d’antiquités et
d’œuvres d’art ;
Section II : Champ d’application de la loi 12. les transporteurs de fonds ;
Article 4 : Application de la loi dans l’espace 13. les sociétés de gardiennage ;
Les infractions définies aux articles 7 et 8 de la 14. les agences de voyage ;
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

présente loi peuvent être applicables à toute 15. les hôtels ;


personne physique ou morale, et à toute organi-
sation justiciable au...... (citer le nom de l’Etat 16. les organismes à but non lucratif ;
du terrorisme

membre concerné), sans tenir compte du lieu où 17. toute autre personne physique ou morale
l’acte a été commis. désignée par l’autorité compétente.

VIII - 13
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 6 : Autres personnes assujetties y compris dans le cadre de conseils relatifs à la


Sont également soumis aux obligations de lutte manière d’engager ou d’éviter une telle procédure,
contre le blanchiment de capitaux et le finan- ni lorsqu’ils donnent des consultations juridiques,
cement du terrorisme et de la prolifération : à moins que celles-ci n’aient été fournies à des fins
de blanchiment de capitaux ou de financement du
1. les auditeurs externes, experts-comptables terrorisme ou en sachant que le client les demande
externes, les salariés autorisés à exercer la aux fins de blanchiment de capitaux ou de finan-
profession d’expert-comptable, en application cement du terrorisme.
de la loi et les conseillers fiscaux ;
Les avocats, dans l’exercice d’une activité relative
2. les avocats, les notaires, les huissiers de justice aux transactions mentionnées au point b)
et autres membres des professions juridiques ci-dessus, ne sont pas soumis aux dispositions du
indépendantes, notamment les administra- chapitre III du titre III de la présente loi, lorsqu’ils
teurs judiciaires, les mandataires judiciaires et donnent des consultations juridiques, à moins que
les commissaires-priseurs judiciaires ; celles-ci n’aient été fournies à des fins de blan-
Les personnes visées au point 2 de l’alinéa premier chiment de capitaux ou de financement du terro-
ci-dessus, sont soumises aux dispositions des titres risme ou en sachant que le client les demande aux
II et III de la présente loi lorsque, dans le cadre de fins de blanchiment de capitaux ou de financement
leur activité professionnelle : du terrorisme.
a) elles participent, au nom de leur client ou Les personnes morales et physiques qui exercent
pour le compte de celui-ci, à toute transaction une activité financière, à titre occasionnel ou à
financière ou immobilière ou agissent en une échelle limitée comportant peu de risques
qualité de fiduciaire ; de blanchiment de capitaux ou de financement
b) elles assistent leur client dans la prépa- du terrorisme ne relèvent pas de la présente loi,
ration ou l’exécution de transactions portant sous réserve de satisfaire à l’ensemble des critères
sur : suivants :

–– l’achat et la vente de biens immeubles ou –– l’activité financière est limitée en termes


d’entreprises commerciales ; absolus ;

–– la gestion de fonds, de titres ou d’autres –– l’activité financière est limitée au niveau des
actifs appartenant au client ; transactions ;

–– l’ouverture ou la gestion de comptes –– l’activité financière n’est pas l’activité princi-


d’épargne ou de portefeuilles ; pale ;

–– l’organisation des apports nécessaires à –– l’activité financière est accessoire et directe-


la constitution, à la gestion ou à la direc- ment liée à l’activité principale ;
tion de sociétés ; –– l’activité financière est exercée pour les seuls
–– la constitution, la gestion ou la direction clients de l’activité principale et n’est généra-
de sociétés, de fiducies ou de construc- lement pas offerte au public.
tions juridiques similaires ;
–– la constitution ou la gestion de fonds de Chapitre II : Incrimination du blanchiment de
dotation. capitaux et du financement du
terrorisme
Les avocats, dans l’exercice d’une activité relative
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

aux transactions mentionnées au point b)


Article 7 : Incrimination du blanchiment
ci-dessus, ne sont pas soumis aux dispositions des
de capitaux
titres II et III de la présente loi, lorsque l’activité se
rattache à une procédure juridictionnelle, que les Aux fins de la présente loi, sont considérés
du terrorisme

informations dont ils disposent soient reçues ou comme blanchiment de capitaux, les agissements
obtenues avant, pendant ou après cette procédure, énumérés, ci-après, commis intentionnellement :

VIII - 14
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

a) la conversion ou le transfert de biens, par –– a) d’un ou de plusieurs actes terroristes ;


toute personne qui sait ou aurait dû savoir que
–– b) d’un ou de plusieurs actes terroristes par
ces biens proviennent d’un crime ou délit ou
une organisation terroriste ;
d’une participation à un crime ou délit, dans
le but de dissimuler ou de déguiser l’origine –– c) d’un ou de plusieurs actes terroristes, par un
illicite desdits biens, ou d’aider toute personne terroriste ou un groupe de terroristes.
impliquée dans cette activité à échapper aux La commission d’un ou de plusieurs de ces actes
conséquences juridiques de ses actes ; constitue une infraction.
b) la dissimulation ou le déguisement de la La tentative de commettre une infraction de finan-
nature, de l’origine, de l’emplacement de la cement du terrorisme ou le fait d’aider, d’inciter ou
disposition, du mouvement ou de la propriété d’assister quelqu’un en vue de la commettre, ou le
réels de biens ou des droits y relatifs, par toute
fait d’en faciliter l’exécution, constitue également
personne qui sait ou aurait dû savoir que ces
une infraction de financement du terrorisme.
biens proviennent d’un crime ou délit ou d’une
participation à un crime ou délit ; L’infraction est commise, que l’acte visé au
présent article se produise ou non, ou que les
c) l’acquisition, la détention ou l’utilisation de
biens aient ou non été utilisés pour commettre
biens, dont celui qui s’y livre, sait ou aurait dû
cet acte. L’infraction est commise également par
savoir, au moment où il les réceptionne que
toute personne physique ou morale qui participe
ces biens proviennent d’un crime ou délit ou
en tant que complice, organise ou incite d’autres à
d’une participation à un crime ou délit ;
commettre les actes susvisés.
d) la participation à l’un des actes visés aux
La connaissance ou l’intention, en tant qu’élé-
points a), b) et c), le fait de s’associer pour le
ments des activités susmentionnées, peuvent être
commettre, de tenter de le commettre, d’aider
déduites de circonstances factuelles objectives.
ou d’inciter quelqu’un à le commettre ou de le
conseiller, à cet effet, ou de faciliter l’exécution
d’un tel acte. Article 9 : Refus de toute justification

Il y a blanchiment de capitaux, même si cet acte est Nulle considération de nature politique, philoso-
commis par l’auteur de l’infraction ayant procuré phique, idéologique, raciale, ethnique, religieuse ni
les biens à blanchir. aucun autre motif ne peut être pris en compte pour
justifier la commission de l’une des infractions
Il y a également blanchiment de capitaux, même visées aux articles 7 et 8 de la présente loi.
si les activités qui sont à l’origine des biens à
blanchir sont exercées sur le territoire d’un autre
Etat membre ou celui d’un Etat tiers. Chapitre III : Evaluation des risques

La connaissance ou l’intention, en tant qu’élé-


Article 10 : Evaluation nationale des risques
ments des activités susmentionnées, peuvent être
déduites de circonstances factuelles objectives. L’autorité compétente prend des mesures appro-
priées pour identifier, évaluer, comprendre et
Article 8 : Incrimination du financement du atténuer les risques de blanchiment de capitaux et
terrorisme de financement du terrorisme auxquels (nom de
l’Etat membre concerné) est exposé et tient à jour
Aux fins de la présente loi, on entend par finan-
cette évaluation.
cement du terrorisme, tout acte commis par une
personne physique ou morale qui, par quelque Un décret désigne l’autorité compétente chargée
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

moyen que ce soit, directement ou indirectement, de coordonner la réponse nationale aux risques
a délibérément fourni ou réuni des biens, fonds et visés à l’alinéa premier ci-dessus. L’identité
autres ressources financières dans l’intention de de cette autorité est notifiée à chaque autorité
communautaire de contrôle ainsi qu’aux autres
du terrorisme

les utiliser ou sachant qu’ils seront utilisés, en tout


ou partie, en vue de la commission : Etats membres.

VIII - 15
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 11 : Evaluation des risques par les per- TITRE II : PREVENTION DU BLANCHI-
sonnes assujetties MENT DE CAPITAUX
ET DU FINANCEMENT
Les personnes assujetties prennent des mesures
DU TERRORISME
appropriées pour identifier et évaluer les risques
de blanchiment de capitaux et de financement du
terrorisme auxquels elles sont exposées, en tenant Chapitre premier : Dispositions générales de
compte des facteurs de risques tels que les clients, prévention concernant les
les pays ou les zones géographiques, les produits, espèces et les instruments
les services, les transactions ou les canaux de négociables au porteur
distribution. Ces mesures sont proportionnées à la
nature et à la taille des personnes assujetties ainsi Article 12 : Obligation de déclaration ou de
qu’au volume de leurs activités. communication des transports phy-
siques transfrontaliers d’espèces et
Les évaluations visées à l’alinéa premier ci-dessus instruments négociables au porteur
sont documentées, tenues à jour et mises à la
disposition des autorités compétentes et des orga- Toute personne en provenance d’un Etat tiers,
nismes d’autorégulation. qui entre sur le territoire de la République de...
(indiquer la dénomination de l’Etat membre qui
Les personnes assujetties doivent disposer de poli- adopte la loi) ou qui quitte celui-ci, à destination
tiques, de procédures et de contrôles pour atténuer d’un Etat tiers, est tenue de remplir, au moment
et gérer efficacement les risques de blanchiment de l’entrée ou de la sortie, une déclaration d’es-
de capitaux et de financement du terrorisme iden- pèces et instruments négociables au porteur d’un
tifiés au niveau de l’Union, au niveau des Etats montant ou d’une valeur égal (e) ou supérieur (e)
membres et à leur propre niveau. Ces politiques, à un seuil fixé par une instruction de la BCEAO,
procédures et contrôles doivent être proportionnés qu’elle remettra à l’autorité compétente du pays
à la nature et à la taille de celles-ci ainsi qu’au au point d’entrée ou de sortie du territoire.
volume de leurs activités.
L’autorité compétente de... (indiquer la dénomi-
Les politiques, procédures et contrôles visés à nation de l’Etat membre qui adopte la loi) procède
l’alinéa 3 ci-dessus, portent notamment sur : à l’identification du transporteur d’espèces et
–– la vigilance à l’égard de la clientèle, la décla- instruments au porteur au moins égal au montant
ration, la conservation des documents et visé à l’alinéa premier du présent article et exige
de lui, si nécessaire, des informations complémen-
des pièces, le contrôle interne, la gestion du
taires sur l’origine et la destination de ces espèces
respect des obligations (y compris, si la taille
ou instruments au porteur.
et la nature de l’activité le justifient, la nomina-
tion, au niveau de l’encadrement, d’un respon- L’obligation de déclaration n’est pas réputée
sable du contrôle du respect des obligations) exécutée si les informations fournies sont incor-
et les vérifications sur le personnel ; rectes ou incomplètes.
–– lorsque cela est approprié, eu égard à la taille Les personnes qui ont procédé à de fausses décla-
et à la nature des activités, une fonction d’audit rations ou communications sont passibles des
indépendante chargée de tester les politiques, sanctions prévues par la présente loi.
procédures et contrôles visés au premier tiret Les autorités compétentes peuvent, le cas échéant,
ci-dessus. bloquer ou retenir, pour une période n’excédant pas
Les personnes assujetties doivent obtenir l’autori- soixante-douze heures, les espèces ou instruments
de capitaux et le financement

au porteur susceptibles d’être liés au blanchiment


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

sation d’un niveau élevé de leur hiérarchie pour


les politiques, procédures et contrôles qu’elles de capitaux ou au financement du terrorisme. Un
mettent en place. Lesdites politiques, procédures récépissé est délivré à l’intéressé.
et contrôles font l’objet de suivi et de renforcement, L’autorité compétente saisit en totalité le montant
du terrorisme

en tant que de besoin. Elles devront être communi- des espèces non déclarées, en cas de non décla-
quées aux autorités de contrôle. ration ou de fausse déclaration.

VIII - 16
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 13 : Interdiction du paiement en es- tenues de déclarer à la CENTIF, les transactions en


pèces ou par instrument négociable espèces d’un montant égal ou supérieur à un seuil
au porteur de certaines créances fixé par une instruction de la BCEAO, qu’il s’agisse
d’une opération unique ou de plusieurs opérations
Sans préjudice des dispositions de l’article 14
qui apparaissent liées.
ci-dessous, ne peut être effectué en espèces ou
par instrument négociable au porteur, le paiement Un arrêté du Ministre chargé des finances prévoit,
d’une dette d’un montant égal ou supérieur à un le cas échéant, certains secteurs d’activité dont les
seuil fixé par une instruction de la BCEAO. opérations de dépôt en espèces ne doivent pas
Les paiements, ci-après, doivent être effectués par faire l’objet d’une déclaration, au sens de l’alinéa
virement bancaire ou postal ou par chèque, lors- premier ci-dessus.
qu’ils portent sur une somme égale ou supérieure Nonobstant la dérogation prévue à l’alinéa 2,
au montant de référence fixé par une instruction ci-dessus, les institutions financières et les EPNFD
de la BCEAO : exercent une vigilance renforcée à l’égard des
–– les rémunérations, indemnités et autres dépôts d’espèces. Elles déclarent à la CENTIF tout
prestations en argent dues par l’Etat ou ses dépôt dont le montant, pour une opération unique
démembrements aux fonctionnaires, agents, ou pour plusieurs opérations paraissant liées, est
autres personnels en activité ou non ou à leurs inhabituel ou sans rapport avec l’activité en cause.
familles ainsi qu’aux prestataires ;
–– les impôts, taxes et autres prestations en Chapitre II : Réglementation des relations
argent dus à l’Etat ou à ses démembrements. financières extérieures
Les dispositions prévues aux alinéas premier et 2,
ci-dessus, ne sont pas applicables : Article 16 : Respect de la réglementation des
relations financières extérieures
1. aux paiements réalisés par des personnes qui
sont incapables de s’obliger par chèque ou par Les opérations de change, les mouvements de
un autre moyen de paiement ainsi que par celles capitaux et les règlements de toute nature avec
qui ne disposent pas de compte de dépôt ; un Etat tiers doivent s’effectuer conformément aux
dispositions de la réglementation relative aux rela-
2. aux paiements effectués entre personnes
tions financières extérieures des Etats membres de
physiques n’agissant pas pour des besoins
l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
professionnels ;
en vigueur.
Article 14 : Interdiction de payer en espèces
Article 17 : Sanctions
dans les transactions immobilières
Le prix de la vente d’un bien immobilier, dont le La violation des dispositions visées aux articles 12
montant est égal ou supérieur à un seuil fixé par à 16, exposent les auteurs aux sanctions prévues
l’autorité compétente, ne peut être acquitté qu’au par la présente loi.
moyen de virement ou d’un chèque.
Les dispositions prévues à l’alinéa premier Chapitre III : Obligations de vigilance à l’égard
ci-dessus, ne sont pas applicables aux paiements de la clientèle
réalisés par des personnes qui sont incapables de
s’obliger par chèque ou par un autre moyen de Section I : Dispositions générales
paiement scriptural ainsi que par les personnes
qui ne disposent pas de compte de dépôt. Article 18 : Conditions préalables à l’entrée en
de capitaux et le financement

relation d’affaires
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Article 15 : Obligation de déclaration des tran-


Avant d’entrer en relation d’affaires avec un client
sactions en espèces
ou de l’assister dans la préparation ou la réalisation
du terrorisme

Les institutions financières et les Entreprises d’une transaction, les personnes mentionnées aux
et Professions Non Financières Désignées sont articles 5 et 6 de la présente loi identifient le client

VIII - 17
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

et, le cas échéant, le bénéficiaire effectif de la A tout moment, ces personnes doivent être en
relation d’affaires par des moyens adaptés et véri- mesure de justifier auprès des autorités de contrôle,
fient ces éléments d’identification sur présentation l’adéquation des mesures de vigilance qu’elles ont
de tout document écrit fiable. mises en œuvre par rapport aux risques de blan-
chiment de capitaux et de financement du terro-
Elles identifient, dans les mêmes conditions, leurs
risme présentés par la relation d’affaires.
clients occasionnels et, le cas échéant, le bénéfi-
ciaire effectif de la relation d’affaires, lorsqu’elles
soupçonnent que l’opération pourrait participer Article 20 : Obligation de vigilance constante
au blanchiment de capitaux et au financement du sur toutes les opérations
de la clientèle
terrorisme ou, (dans les conditions prévues par la
réglementation en la matière), lorsque les opéra- Les personnes visées aux articles 5 et 6 de
tions sont d’une certaine nature ou dépassent un la présente loi doivent exercer une vigilance
certain montant. constante concernant toute relation d’affaires et
examiner attentivement les opérations effectuées
Par dérogation à l’alinéa premier du présent article,
en vue de s’assurer qu’elles sont conformes à ce
lorsque le risque de blanchiment de capitaux et de
qu’elles savent de leurs clients, de leurs activités
financement du terrorisme paraît faible (et dans
commerciales, de leur profil de risque et, le cas
les conditions prévues par la réglementation en la
échéant, de la source de leurs fonds.
matière), il peut être procédé, uniquement pendant
l’établissement de la relation d’affaires, à la vérifi- Il leur est interdit d’ouvrir des comptes anonymes
cation de l’identité du client et, le cas échéant, du ou des comptes sous des noms fictifs.
bénéficiaire effectif.
Article 21 : Obligation relative aux mesures
Les représentants légaux et directeurs respon-
de prévention en cas de relation
sables des établissements de jeux satisfont à ces
à distance
obligations, en appliquant les mesures prévues à
l’article 29 de la présente loi. Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la
présente loi doivent prendre des dispositions parti-
Article 19 : Obligation de vigilance constante culières et suffisantes pour prévenir le blanchiment
sur la relation d’affaires de capitaux et le financement du terrorisme lors-
qu’elles entretiennent des relations d’affaires ou
Avant d’entrer en relation d’affaires avec un client,
exécutent des opérations avec un client qui n’est
les personnes visées aux articles 5 et 6 de la
pas physiquement présent aux fins d’identification.
présente loi recueillent et analysent les éléments
d’information, parmi ceux figurant sur la liste
Article 22 : Obligation relative aux relations
dressée, à cet effet, par l’autorité de contrôle,
avec les PPE
nécessaire à la connaissance de leur client ainsi
que l’objet et la nature de la relation d’affaires, Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la
pour évaluer le risque de blanchiment de capitaux présente loi sont tenues de disposer de systèmes
et de financement du terrorisme. de gestion de risques adéquats afin de déterminer
si le client est une personne politiquement exposée
Pendant toute la durée de la relation d’affaires, ces
et, le cas échéant, mettent en œuvre les mesures
personnes recueillent, mettent à jour et analysent
spécifiques visées à l’article 54 ci-dessous.
les éléments d’information, parmi ceux figurant sur
une liste dressée, à cet effet, par l’autorité compé-
tente, qui permettent de favoriser une connais- Section II : Obligations des institutions
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

sance appropriée de leur client. La collecte et la financières


conservation de ces informations doivent être
réalisées en adéquation avec les objectifs d’éva- Article 23 : Formation et information
du personnel
luation du risque de blanchiment de capitaux et
du terrorisme

de financement du terrorisme et de surveillance Les personnes visées aux articles 5 et 6 assurent


adaptée à ce risque. la formation et l’information régulière de leurs

VIII - 18
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

personnels en vue du respect des obligations apprécié en fonction notamment de la nature


prévues aux chapitres II et III du Titre II de la des produits ou des services offerts, des condi-
présente loi. tions des transactions proposées, des canaux
de distribution utilisés ainsi que des caracté-
Article 24 : Mise en place de programmes de ristiques des clients ;
prévention du blanchiment de ca-
2. déterminent, si besoin est, un profil de la
pitaux et du financement du terro-
relation d’affaires avec le client, permettant de
risme
détecter des anomalies dans cette relation, au
Les institutions financières doivent élaborer et regard des risques de blanchiment de capitaux
mettre en œuvre des programmes harmonisés ou de financement du terrorisme ;
de prévention du blanchiment de capitaux et du
3. définissent les procédures à appliquer pour
financement du terrorisme. Ces programmes
le contrôle des risques, la mise en œuvre des
comprennent notamment :
mesures de vigilance relatives à la clientèle,
–– la centralisation des informations sur l’identité la conservation des pièces, la détection des
des clients, des donneurs d’ordre, des bénéfi- transactions inhabituelles ou suspectes et
ciaires effectifs, des bénéficiaires et titulaires le respect de l’obligation de déclaration de
de procuration, des mandataires et sur les soupçon à la CENTIF ;
transactions suspectes ;
4. mettent en œuvre des procédures de contrôle,
–– la désignation de responsable de conformité, périodique et permanent, des risques de blan-
au niveau de la Direction, chargé de l’applica- chiment de capitaux et de financement du
tion du dispositif de lutte contre le blanchiment terrorisme ;
de capitaux et le financement du terrorisme ;
5. prennent en compte, pour le recrutement de
–– la formation continue du personnel destinée à leur personnel, selon le niveau des responsa-
les aider à détecter les opérations et les agisse- bilités à exercer, les risques au regard de la
ments susceptibles d’être liés au blanchiment
lutte contre le blanchiment de capitaux et le
de capitaux et au financement du terrorisme ;
financement du terrorisme.
–– un dispositif de contrôle interne pour vérifier
Les modalités de mise en œuvre des procédures et
la conformité, l’observance et l’efficacité des
des mesures de contrôle interne visées aux points
mesures adoptées pour l’application de la
3 et 4 ci-dessus, seront précisées par les autorités
présente loi ;
de contrôle, chacune en ce qui la concerne.
–– le traitement des transactions suspectes.
Les courtiers en assurance assujettis aux obliga-
En cas de besoin, les autorités de contrôle peuvent, tions de vigilance et de déclaration de soupçon
dans leurs domaines de compétences respectifs, et les autres personnes assujetties en vertu des
préciser le contenu et les modalités d’application articles 5 et 6 de la présente loi ne mettent en
des programmes de prévention du blanchiment œuvre les procédures et mesures prévues à l’alinéa
de capitaux et du financement du terrorisme. Elles premier du présent article que si elles sont compa-
effectueront, le cas échéant, des investigations sur tibles avec leur statut, leurs missions et leur niveau
place afin de vérifier la bonne application desdits d’activité et dans des conditions définies par un
programmes. arrêté du Ministre chargé des Finances.

Article 25 : Procédures et contrôle interne Article 26 : Identification des clients


Pour l’application des dispositions des articles 22 Les institutions financières sont tenues de procéder
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

et 24 ci-dessus, les institutions financières : à l’identification de leurs clients et, le cas échéant,
1. élaborent une classification des risques de l’identité et les pouvoirs des personnes agissant
blanchiment des capitaux et de financement pour le compte de ceux-ci, au moyen de docu-
du terrorisme

du terrorisme présentés par leurs activités, ments, de sources, de données ou de renseigne-


selon le degré d’exposition à ces risques ments indépendants et fiables lors de :

VIII - 19
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

–– l’ouverture de comptes, de la prise en garde, de la personne concernée, l’institution financière


notamment des titres, valeurs ou bons ; met en œuvre, en application des dispositions de
l’article 40 de la présente loi, des mesures de vigi-
–– l’attribution d’un coffre ;
lance complémentaires.
–– l’établissement de relations d’affaires ;
–– l’exécution d’opérations occasionnelles dans Article 28 : Identification d’une personne
les conditions fixées à l’article 29 ci-dessous ; morale

–– un transfert de fonds au niveau national ou L’identification d’une personne morale, d’une


international ; succursale ou d’un bureau de représentation
implique l’obtention et la vérification d’infor-
–– suspicions quant à la véracité ou la pertinence mations sur la dénomination sociale, l’adresse
des données d’identification du client précé- du siège social, l’identité et les pouvoirs des
demment obtenues ; associés et dirigeants sociaux mentionnés dans
–– l’existence d’un soupçon de blanchiment de l’Acte uniforme concerné ou de leurs équivalents
capitaux ; en droit étranger, la preuve de sa constitution
légale, à savoir l’original, voire l’expédition ou la
–– l’existence d’un soupçon de financement du copie certifiée conforme de tout acte ou extrait du
terrorisme. Registre du Commerce et du Crédit Mobilier datant
L’identification doit également avoir lieu en cas de de moins de trois mois, attestant notamment de sa
transactions multiples en espèces, tant en monnaie forme juridique.
nationale qu’en devises, lorsqu’elles dépassent au Lorsque la vérification de l’identité ne peut avoir
total, le montant autorisé et sont réalisées par et lieu en présence du représentant de la personne
pour le compte de la même personne en l’espace morale, l’institution financière met en œuvre, en
d’une journée, ou dans une fréquence inhabituelle. application des dispositions de l’article 40 de la
Ces transactions sont alors considérées comme présente loi, des mesures de vigilance complé-
étant uniques. mentaires.

Article 27 : Identification d’une personne Article 29 : Identification du client occasionnel


physique
Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la
L’identification d’une personne physique implique présente loi sont tenues d’identifier leur client occa-
l’obtention des nom et prénoms complets, de la sionnel ainsi que, le cas échéant, le bénéficiaire
date et du lieu de naissance et de l’adresse de effectif de l’opération et de vérifier les éléments de
son domicile principal. La vérification de l’identité leur identification, dans les cas suivants :
d’une personne physique requiert la présentation
d’un document officiel original en cours de validité –– lorsque le montant de l’opération ou des
et comportant une photographie, dont il en est pris opérations liées excède dix millions de francs
copie. La vérification de son adresse est effectuée CFA, pour les personnes autres que les agréés
par la présentation d’un document de nature à en de change manuel ou les représentants légaux
rapporter la preuve ou par tout autre moyen. et directeurs responsables des opérateurs de
jeux ;
Les mentions à relever et à conserver sont les
nom, prénoms, la date et le lieu de naissance de –– lorsque le montant de l’opération ou des
la personne ainsi que la nature, les date et lieu de opérations liées excède cinq millions de francs
délivrance du document. L’institution financière CFA, pour les agréés de change manuel ;
de capitaux et le financement

vérifie l’authenticité du document présenté. –– lorsque le montant de l’opération ou des


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

S’il s’agit d’une personne physique commerçante, opérations liées excède un million de francs
cette dernière est tenue de fournir, en outre, toute CFA pour les représentants légaux et directeurs
pièce attestant de son immatriculation au Registre responsables des opérateurs de jeux ;
du terrorisme

du Commerce et du Crédit Mobilier.Lorsque la véri- –– en cas de répétition d’opérations distinctes


fication de l’identité ne peut avoir lieu en présence pour un montant individuel inférieur à celui

VIII - 20
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

indiqué aux deuxième et troisième tirets du –– tout paiement en espèces ou par titre au
présent article ou lorsque la provenance licite porteur d’une somme d’argent, effectué dans
des capitaux n’est pas certaine. des conditions normales, dont le montant
unitaire ou total est égal ou supérieur à
Par dérogation aux premier et deuxième tirets
cinquante millions de francs CFA ;
ci-dessus, les personnes visées aux articles 5 et 6
de la présente loi procèdent à l’identification de leur –– toute opération portant sur une somme égale
client occasionnel et, le cas échéant, du bénéficiaire ou supérieure à dix millions de francs CFA,
effectif de l’opération, dans les conditions fixées à effectuée dans des conditions inhabituelles de
l’alinéa premier du présent article, quel que soit le complexité ou injustifiées ou paraissant ne pas
montant de l’opération, lorsqu’elles réalisent une avoir de justification économique ou d’objet
opération de transmission de fonds ou une opération licite.
de change manuel alors que le client occasionnel
Dans les cas visés à l’alinéa précédent, les insti-
ou son représentant légal n’est pas physiquement
tutions financières sont tenues de se renseigner
présent aux fins de l’identification, ou lorsqu’elles
auprès du client, et/ou par tous autres moyens,
offrent des services de garde des avoirs.
sur l’origine et la destination des fonds ainsi que
sur l’objet de l’opération et l’identité des acteurs
Article 30 : Identification de l’ayant droit économiques de l’opération, conformément aux
économique dispositions des articles 26 à 31 de la présente loi.
Au cas où il n’est pas certain que le client agit L’institution financière établit un rapport confi-
pour son propre compte, l’institution financière se
dentiel écrit comportant tous les renseignements
renseigne par tout moyen sur l’identité du véritable
utiles sur les modalités de l’opération ainsi que
donneur d’ordre.
sur l’identité du donneur d’ordre et, le cas échéant,
Après vérification, si le doute persiste sur l’identité des acteurs économiques impliqués. Ce rapport est
de l’ayant droit économique, il doit être mis fin conservé dans les conditions prévues à l’article 35
à l’opération, sans préjudice de l’obligation de de la présente loi.
déclarer les soupçons, visée à l’article 79, auprès de
Une vigilance particulière doit être également
la Cellule Nationale de Traitement des Informations
exercée à l’égard des opérations provenant d’insti-
Financières instituée à l’article 59, dans les condi-
tutions financières qui ne sont pas soumises à des
tions fixées à l’article 81 de la présente loi.
obligations suffisantes en matière d’identification
Si le client est un avocat, un notaire, un profes- des clients ou de contrôle des transactions.
sionnel de l’expertise comptable ou du commis-
L’institution financière doit s’assurer que ses obli-
sariat aux comptes, un courtier en valeurs mobi-
gations sont appliquées par ses bureaux de repré-
lières, intervenant en tant qu’intermédiaire
sentation, ses succursales, ou ses sociétés filiales
financier, il ne pourra invoquer le secret profes-
dont le siège est à l’étranger, à moins que la légis-
sionnel pour refuser de communiquer l’identité de
lation locale n’y fasse obstacle, auquel cas, elle en
l’ayant droit économique.
informe la CENTIF.
Article 31 : Nouvelle identification du client
Article 33 : Vérification des virements
Lorsque les institutions financières ont de bonnes électroniques
raisons de penser que l’identité de leur client et les
Les institutions financières qui effectuent des vire-
éléments d’identification précédemment obtenus
ments électroniques sont tenues d’obtenir et de
ne sont plus exacts ou pertinents, elles procèdent
vérifier, concernant le donneur d’ordre, son nom
à nouveau à l’identification du client.
de capitaux et le financement

complet, son numéro de compte, lorsqu’un tel


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

compte est utilisé pour effectuer le virement de


Article 32 : Surveillance particulière
fonds, son adresse ou, en l’absence d’adresse, son
de certaines opérations
numéro d’identification nationale ou le lieu et la
du terrorisme

Doivent faire l’objet d’un examen particulier de la date de sa naissance ainsi que, si nécessaire, le
part des institutions financières : nom de son institution financière.

VIII - 21
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

L’institution financière du donneur d’ordre requiert de comptes et les correspondances commerciales,


également le nom du bénéficiaire et le numéro pendant dix ans, après l’exécution de l’opération.
de compte de ce dernier, lorsqu’un tel compte est
utilisé pour effectuer le virement de fonds. Article 36 : Communication des pièces et docu-
Les informations visées aux alinéas premier et ments
2 ci-dessus, doivent figurer dans le message ou Les pièces et documents relatifs aux obliga-
le formulaire de paiement qui accompagne le tions d’identification prévues aux articles 19, 26
virement. S’il n’existe pas de numéro de compte, à 31 et 32 ci-dessus, et dont la conservation est
un numéro de référence unique doit accompagner mentionnée à l’article 35, sont communiqués,
le virement. sur leur demande, par les personnes visées aux
articles 5 et 6 de la présente loi, aux autorités judi-
Les dispositions des alinéas précédents ne s’ap-
ciaires, aux agents de l’Etat chargés de la détection
pliquent pas aux virements de fonds effectués au
des infractions de blanchiment de capitaux et de
moyen d’une carte de crédit ou de débit ou d’un
financement de terrorisme, agissant dans le cadre
téléphone portable, si la carte ou le téléphone sert
d’un mandat judiciaire, aux autorités de contrôle
à payer des biens ou des services et si le numéro
ainsi qu’à la CENTIF.
de la carte ou du téléphone accompagne, tous les
virements découlant de la transaction. Elles ne
Article 37 : Gestion des risques liés aux nou-
s’appliquent pas également aux transferts pour
velles technologies
lesquels le donneur d’ordre et le bénéficiaire sont
tous deux des institutions financières agissant pour Les institutions financières identifient et évaluent
leur compte, ni aux virements effectués au profit les risques de blanchiment de capitaux ou de
d’autorités publiques, pour le paiement d’impôts, financement du terrorisme pouvant résulter :
d’amendes ou d’autres prélèvements. (a) du développement de nouveaux produits
et de nouvelles pratiques commerciales, y
Article 34 : Dispositions à prendre en cas compris de nouveaux mécanismes de distri-
d’informations incomplètes sur bution ;
le donneur d’ordre
(b) de l’utilisation de technologies nouvelles
Si les institutions financières reçoivent des vire- ou en développement en lien avec de nouveaux
ments électroniques qui ne contiennent pas d’in- produits ou des produits préexistants.
formations complètes sur le donneur d’ordre,
elles prennent des dispositions pour obtenir de L’évaluation des risques visée à l’alinéa premier
l’institution émettrice ou du bénéficiaire les infor- ci-dessus, doit avoir lieu avant le lancement des
mations manquantes en vue de les compléter et nouveaux produits ou des nouvelles pratiques
de les vérifier. Au cas où elles n’obtiendraient pas commerciales ou avant l’utilisation de techno-
ces informations, elles s’abstiennent d’exécuter le logies nouvelles ou en développement. Les insti-
transfert et en informent la CENTIF. tutions financières doivent prendre les mesures
appropriées pour gérer et atténuer ces risques.
Article 35 : Conservation des pièces et docu-
ments par les institutions finan- Article 38 : Relations de correspondant ban-
cières caire transfrontalier

Sans préjudice des dispositions prescrivant des Les institutions financières sont tenues, en ce qui
obligations plus contraignantes, les institutions concerne les relations de correspondant bancaire
financières conservent pendant une durée de dix transfrontalier et les autres relations similaires, en
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

ans, à compter de la clôture de leurs comptes plus des mesures de vigilance normales relatives
ou de la cessation de leurs relations avec leurs à la clientèle :
clients habituels ou occasionnels, les pièces et 1. d’identifier et de vérifier l’identification des
documents relatifs à leur identité. Elles conservent institutions clientes avec lesquelles elles
du terrorisme

également les pièces et documents relatifs aux entretiennent des relations de correspondant
opérations qu’ils ont effectuées, y compris les livres bancaire ;

VIII - 22
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

2. de recueillir des informations sur la nature des 3. le produit ou l’opération favorise l’anonymat
activités de l’institution cliente ; de celle-ci ;
3. d’évaluer la réputation de l’institution cliente 4. l’opération est effectuée pour compte propre
et le degré de surveillance à laquelle elle est ou pour compte de tiers avec des personnes
soumise, sur la base d’informations publi- physiques ou morales, y compris leurs filiales
quement disponibles ; ou établissements, domiciliées, enregistrées ou
4. d’évaluer les contrôles mis en place par l’insti- établies dans un Etat ou un territoire dont les
tution cliente pour lutter contre le blanchiment insuffisances de la législation ou les pratiques
de capitaux et le financement du terrorisme. font obstacle à la lutte contre le blanchiment
de capitaux et le financement du terrorisme.
Les responsables habilités des institutions finan-
cières doivent avoir préalablement autorisé la Les autorités de contrôle, chacune en ce qui la
conclusion d’une relation avec le correspondant concerne, précisent la liste des produits et des
bancaire. opérations visées au point 3 de l’alinéa premier
ci-dessus ainsi que les mesures de vigilance
Article 39 : Obligations des compagnies complémentaires.
d’assurances
Les compagnies d’assurances, les agents et cour- Section III : Obligations des organismes à but
tiers en assurance exerçant des activités d’assu- non lucratif
rance vie et non vie sont tenus d’identifier leurs
Article 41 : Surveillance exercée par les orga-
clients et de vérifier leur identité conformément
nismes de contrôle compétents
aux dispositions de l’article 27 de la présente loi,
lorsque les montants des primes atteignent un Tout organisme à but non lucratif qui recueille,
montant seuil ou les paiements des primes s’effec- reçoit, donne ou transfère des fonds dans le cadre
tuent selon certaines modalités. de son activité philanthropique est soumise à une
surveillance appropriée par son organisme de
Le montant seuil et les modalités de paiement des
contrôle compétent.
primes visés à l’alinéa premier ci-dessus, sont fixés
par un Règlement de la CIMA. L’autorité compétente arrête les règles destinées à
garantir que les fonds de ses organismes à but non
Article 40 : Mesures de vigilance lucratif ne soient pas utilisés à des fins de blanchiment
complémentaires de capitaux ou de financement du terrorisme.
Les personnes visées à l’article 5 de la présente loi
Article 42 : Mesures de surveillance
appliquent des mesures de vigilance complémen-
et de contrôle des organismes
taires à l’égard de leur client, en sus des mesures
à but non lucratif
prévues aux articles 18 et 19 de la présente loi,
lorsque : Les organismes à but non lucratif sont tenus de :
1. le client ou son représentant légal n’est pas 1. produire à tout moment des informations sur :
physiquement présent aux fins de l’identifi-
–– l’objet et la finalité de leurs activités ;
cation ;
–– l’identité de la personne ou des personnes
2. le client est une personne résidant dans un
qui possèdent, contrôlent ou gèrent leurs
autre Etat membre ou un Etat tiers et qui est
activités, y compris les dirigeants, les
exposée à des risques particuliers en raison
membres du conseil d’administration et
de capitaux et le financement

des fonctions politiques, juridictionnelles ou


les administrateurs ;
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

administratives qu’elle exerce ou a exercées


pour le compte d’un autre Etat ou de celles 2. publier annuellement, au journal officiel ou
qu’exercent ou ont exercées des membres dans un journal d’annonces légales, leurs
du terrorisme

directs de sa famille ou des personnes connues états financiers avec une ventilation de leurs
pour lui être étroitement associées ; recettes et de leurs dépenses ;

VIII - 23
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

3. se doter de mécanismes à même de les aider Toute donation en espèces au profit d’un organisme
à lutter contre le blanchiment de capitaux et le à but non lucratif, d’un montant égal ou supérieur
financement du terrorisme ; à un million de francs CFA fait l’objet d’une décla-
4. se doter de mécanismes de contrôle propres ration auprès de la CENTIF, par l’autorité chargée
visant à garantir que tous les fonds sont de la tenue du registre visée au paragraphe 2 de
dûment comptabilisés et utilisés confor- l’alinéa premier ci-dessus. Toute donation au profit
mément à l’objet et à la finalité de leurs acti- d’un organisme à but non lucratif, quel qu’en soit
vités déclarées ; le montant, fait également l’objet d’une déclaration
auprès de la CENTIF, par l’autorité compétente en
5. conserver pendant dix ans et tenir à la dispo- la matière, lorsque les fonds sont susceptibles de
sition des autorités des relevés de leurs opéra- se rapporter à une entreprise terroriste ou de finan-
tions. cement du terrorisme.

Article 43 : Obligations de vigilance particu- Les organismes à but non lucratif doivent, d’une
lière à l’égard des organismes part, se conformer à l’obligation relative à la tenue
à but non lucratif d’une comptabilité conforme aux normes en vigueur
et, d’autre part, transmettre à l’autorité de contrôle,
Tout organisme à but non lucratif, qui souhaite leurs états financiers annuels de l’année précédente,
collecter des fonds, recevoir ou ordonner des trans- dans les six mois qui suivent la date de clôture de
ferts de fonds, doit : leur exercice social. Ils déposent sur un compte
1. s’inscrire sur un registre mis en place, à cet bancaire ouvert dans les livres d’un établissement
effet, par l’autorité compétente. La demande de crédit ou d’un système financier décentralisé
d’inscription initiale sur ce registre comporte agréé, l’ensemble des sommes d’argent qui leur
les nom, prénoms, adresses et numéros de télé- sont remises à titre de donation ou dans le cadre
phone de toute personne chargée d’assumer la des transactions qu’ils sont amenés à effectuer.
responsabilité du fonctionnement de l’organisme
Sans préjudice des poursuites qui peuvent être
concerné, et notamment des président, vice-pré-
engagées contre eux, l’autorité compétente peut
sident, secrétaire général, membres du Conseil
ordonner la suspension temporaire ou la disso-
d’administration et trésorier, selon le cas ;
lution des organismes à but non lucratif qui, en
2. communiquer à l’autorité chargée de la tenue du connaissance de cause, encouragent, fomentent,
registre, tout changement dans la composition organisent ou commettent l’une des infractions
des personnes responsables préalablement visées aux articles 7 et 8 de la présente loi.
désignées, visées au paragraphe précédent.
Toute donation faite à un organisme à but non Section IV : Obligations additionnelles
lucratif d’un montant égal ou supérieur à cinq des Entreprises et Professions
cent mille francs CFA, doit être consignée dans Non Financières Désignées
le registre visé à l’alinéa premier, paragraphe
1 du présent article, comprenant les coordonnées Article 44 : Obligations des casinos et établis-
complètes du donateur, la date, la nature et le sements de jeux
montant de la donation.
Les casinos et établissements de jeux sont tenus
Le registre visé à l’alinéa premier, paragraphe 1 du de :
présent article est conservé par l’autorité compé-
1. tenir une comptabilité régulière ainsi que les
tente pendant une durée de dix ans, sans préjudice
documents y relatifs pendant dix ans, selon les
de capitaux et le financement

des délais de conservation plus longs prescrits


principes comptables définis par la législation
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

par d’autres textes législatifs ou réglementaires


en vigueur ;
en vigueur. Il peut être consulté par la CENTIF, par
toute autorité chargée du contrôle des organismes 2. s’assurer de l’identité, par la présentation d’un
à but non lucratif ainsi que, sur réquisition, par tout document officiel original en cours de validité
du terrorisme

officier de police judiciaire chargé d’une enquête et comportant une photographie, dont il est
pénale. pris copie, des joueurs qui achètent, apportent

VIII - 24
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

ou échangent des jetons ou des plaques pour –– pour les clients et les produits qui présentent
une somme supérieure au montant fixé à l’ar- un faible risque de blanchiment de capitaux ou
ticle 29 alinéa premier, troisième tiret ; de financement du terrorisme, dont la liste est
3. consigner, dans l’ordre chronologique, toutes établie et conservée par l’assujetti ;
les opérations visées au paragraphe 2 –– pour le client ou, le cas échéant, le bénéficiaire
ci-dessus, leur nature et leur montant avec indi- effectif de la relation d’affaires, lorsqu’il est
cation des nom et prénoms des joueurs ainsi soit :
que du numéro du document présenté, sur un
•• une institution financière, établie ou ayant
registre et de conserver celui-ci pendant dix
son siège au.......(préciser le nom de l’Etat
ans après la dernière opération enregistrée ;
concerné), dans un autre Etat membre ou
4. consigner, dans l’ordre chronologique, tout dans un Etat tiers imposant des obliga-
transfert de fonds effectué entre des casinos et tions équivalentes de lutte contre le blan-
cercles de jeux sur un registre et de conserver chiment de capitaux et le financement du
ledit registre pendant dix ans après la dernière terrorisme. La liste de ces pays est arrêtée
opération enregistrée. par le Ministre chargé des Finances ;
Dans le cas où l’établissement de jeux est tenu par •• une société cotée dont les titres sont admis
une personne morale possédant plusieurs filiales, à la négociation sur au moins un marché
les jetons doivent identifier la filiale pour laquelle réglementé au...... (préciser le nom de
ils sont émis. En aucun cas, des jetons émis par l’Etat membre concerné) ou dans un Etat
une filiale ne peuvent être remboursés dans une membre ou dans un Etat tiers imposant
autre filiale, y compris à l’étranger. des exigences de publicité compatibles
avec la législation en vigueur ;
Article 45 : Obligations spécifiques liées aux
•• une autorité publique ou un organisme
opérations immobilières
public, désigné comme tel en vertu des
Les personnes qui réalisent, contrôlent ou Traités de l’UMOA et de l’UEMOA, du droit
conseillent des opérations immobilières sont communautaire dérivé, du droit public d’un
tenues d’identifier les parties conformément aux Etat membre ou de tout autre engagement
dispositions des articles 27 et 28 de la présente international contracté par...... (préciser le
loi, lorsqu’elles interviennent dans des opérations nom de l’Etat concerné), et qu’il satisfait
d’achat ou de vente de biens immobiliers. aux trois critères suivants :
i) son identité est accessible au public,
Section V : Obligations simplifiées de vigilance transparente et certaine ;
à l’égard de la clientèle
ii) ses activités, ainsi que ses pratiques
Article 46 : Atténuation de l’obligation comptables sont transparentes ;
de vigilance iii) il est soit responsable devant une insti-
Lorsque le risque de blanchiment de capitaux et de tution communautaire ou devant les auto-
financement du terrorisme est faible, les personnes rités d’un Etat membre, soit soumis à des
visées à l’article 5 de la présente loi peuvent procédures appropriées de contrôle de
réduire l’intensité des mesures prévues à l’article son activité ;
19 ci-dessus. Dans ce cas, elles justifient auprès •• le bénéficiaire effectif des sommes dépo-
de l’autorité de contrôle dont elles relèvent que sées sur les comptes détenus pour le
l’étendue des mesures est appropriée à ces risques. compte de tiers par les notaires, les huis-
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Elles ne sont pas soumises aux obligations de vigi- siers de justice ou les membres d’une
lance prévues aux articles 19 et 20 de la présente autre profession juridique indépendante
loi, pour autant qu’il n’existe pas de soupçons de établis au...... (préciser le nom de l’Etat
du terrorisme

blanchiment de capitaux ou de financement du membre concerné) ou dans un Etat


terrorisme, dans les cas suivants : membre ou dans un Etat tiers imposant

VIII - 25
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

des obligations équivalentes en matière de 2. les financements d’actifs physiques dont la


lutte contre le blanchiment de capitaux et propriété n’est pas transférée au client ou
le financement du terrorisme, pour autant ne peut l’être qu’à la cessation de la relation
que les informations relatives à l’identité contractuelle et dont le loyer financier ne
du bénéficiaire effectif soient mises à dépasse pas cent millions de francs CFA hors
la disposition des établissements agis- taxes par an, que la transaction soit effectuée
sant en qualité de dépositaires pour ces en une seule opération ou en plusieurs opéra-
comptes, lorsqu’ils en font la demande ; tions apparaissant comme liées et sous
réserve que le remboursement soit effectué
–– lorsque les personnes visées à l’article 5 de la
exclusivement par un compte ouvert au nom
présente loi se livrent à des opérations d’assu-
du client auprès d’une institution financière
rance dont les spécificités sont précisées par
établie dans un Etat membre ;
un Règlement de la CIMA.
3. les opérations de crédit à la consommation,
Les personnes visées à l’article 5 de la présente
pour autant qu’elles ne dépassent pas deux
loi recueillent des informations suffisantes sur
millions six cent mille francs CFA et sous
leur client à l’effet de vérifier qu’il est satisfait aux
réserve que le remboursement de ce crédit
conditions prévues aux premier et troisième tirets
soit effectué exclusivement par un compte
de l’alinéa 2 du présent article.
ouvert au nom du client auprès d’une insti-
Par dérogation à l’alinéa premier de l’article 18 de tution financière mentionnée établie dans un
la présente loi, lorsque le risque de blanchiment de Etat membre ;
capitaux et de financement du terrorisme est faible,
4. les contrats d’assurances dont les spécificités
les institutions financières peuvent, lorsqu’elles
sont précisées par un Règlement de la CIMA.
effectuent des prestations de services de paiement
en ligne, dans les conditions et pour les caté-
gories d’entre elles fixées par la réglementation en Article 48 : Dérogations pour les paiements
vigueur, pour autant qu’il n’existe pas de soupçons en ligne
de blanchiment de capitaux ou de financement du En application de l’alinéa 4 de l’article 46 de la
terrorisme, ne pas vérifier l’identité de leur client présente loi, les institutions financières peuvent,
et, le cas échéant, du bénéficiaire effectif de la pour autant qu’il n’existe pas de soupçon de blan-
relation d’affaires. chiment de capitaux ou de financement du terro-
risme, ne pas vérifier l’identité de leur client et, le
Article 47 : Allègement de l’obligation de vigi- cas échéant, du bénéficiaire effectif de la relation
lance à l’égard de certains produits d’affaires, lorsqu’elles effectuent des prestations
de services de paiement en ligne qui satisfont à
En application de l’alinéa 2 de l’article 46 ci-dessus,
chacune des conditions suivantes :
les personnes visées à l’article 5 de la présente
loi ne sont pas soumises aux obligations de vigi- 1. les fonds reçus du client proviennent d’un
lance prévues aux articles 18 et 19, pour autant compte ouvert à son nom auprès d’une autre
qu’il n’existe pas de soupçons de blanchiment de institution financière établie ou ayant son siège
capitaux ou de financement du terrorisme, lorsque au....(préciser le nom de l’Etat concerné), dans
l’opération porte sur les produits suivants : un Etat membre ou dans un Etat tiers imposant
des obligations équivalentes en matière de
1. la monnaie électronique ayant vocation à être
lutte contre le blanchiment de capitaux ou de
utilisée uniquement pour l’acquisition de biens
financement des activités terroristes ;
ou de services. Toutefois, dès qu’une demande
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

de remboursement porte sur un montant unitaire 2. les fonds sont à destination d’un compte ouvert
ou sur un montant global d’au moins six cent au nom d’un bénéficiaire auprès d’une autre
mille francs CFA au cours de la même année institution financière établie ou ayant son siège
civile, les personnes mentionnées à l’article 5 au....(préciser le nom de l’Etat concerné), dans
du terrorisme

de la présente loi sont tenues de respecter les un Etat membre ou dans un Etat tiers imposant
obligations prévues aux articles 18 et 19 ; des obligations équivalentes en matière de

VIII - 26
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

lutte contre le blanchiment de capitaux ou de tensité des mesures prévues aux articles 19 et 20
financement des activités terroristes ; de la présente loi.
3. l’opération ne dépasse pas le montant unitaire Elles effectuent un examen renforcé de toute
de cent cinquante mille francs CFA ; opération particulièrement complexe ou d’un
montant inhabituellement élevé ou ne paraissant
4. le total des opérations exécutées pour le client
pas avoir de justification économique ou d’objet
au cours des douze mois précédant l’opération
licite. Dans ce cas, ces personnes se renseignent
ne dépasse pas le montant de un million six
auprès du client sur l’origine des fonds et la desti-
cent mille francs CFA.
nation de ces sommes ainsi que sur l’objet de l’opé-
ration et l’identité de la personne qui en bénéficie.
Article 49 : Conditions de mise en œuvre
des dérogations
Article 52 : Interdiction de relation de corres-
Pour la mise en œuvre des dérogations prévues aux pondant bancaire avec une banque
articles 18 et 46 de la présente loi, les personnes fictive
visées à l’article 5 recueillent, dans chaque cas,
Il est interdit aux institutions financières de nouer
des informations suffisantes pour établir si le client
ou de maintenir une relation de correspondant
ou le produit remplit les conditions requises pour
bancaire avec un établissement de crédit ou
bénéficier desdites dérogations.
une société exerçant des activités équivalentes
constitué dans un Etat où cet établissement n’a
Section VI : Obligations renforcées de vigilance aucune présence physique effective permettant
à l’égard de la clientèle que s’exercent des activités de direction et de
gestion, s’il n’est pas rattaché à un établissement
Article 50 : Vigilance renforcée dans le cadre ou à un groupe réglementé.
d’une relation transfrontalière
de correspondant bancaire Les institutions financières prennent des mesures
appropriées pour s’assurer qu’elles ne nouent
Lorsqu’une institution financière ou une entre- ni ne maintiennent une relation de corres-
prise d’investissement autre qu’une société de pondant bancaire avec une personne entretenant
gestion de portefeuille entretient avec une insti- elle-même des relations de banque correspon-
tution financière située dans un Etat tiers ou qui ne dante permettant à un établissement constitué
figure pas sur la liste prévue au deuxième tiret de dans les conditions indiquées à l’alinéa précédent
l’alinéa 2 de l’article 46 ci-dessus, des Etats tiers d’utiliser ses comptes.
imposant des obligations équivalentes en matière
de blanchiment de capitaux et de financement du Article 53 : Mesures de vigilance renforcée
terrorisme, une relation transfrontalière de corres-
pondant bancaire ou une relation en vue de la Lorsqu’elles concluent une convention pour offrir un
distribution d’instruments financiers, l’institution service de correspondant bancaire, d’encaissement
financière établie au (indiquer l’Etat concerné), ou d’escompte de chèques ou nouer une relation d’af-
exerce sur l’institution financière étrangère avec faires en vue de la distribution d’instruments finan-
laquelle elle est en relation, en plus des mesures ciers avec des institutions financières mentionnées
prévues aux articles 19 et 20, les mesures de vigi- à l’article 38 de la présente loi, les personnes assu-
lance renforcée définies à l’article 53 ci-dessous. jetties mentionnées à ce dernier article :
1. recueillent sur l’établissement cocontractant
Article 51 : Renforcement de l’intensité des des informations suffisantes pour connaître la
mesures de vigilance à l’égard nature de ses activités et pour apprécier, sur la
de capitaux et le financement

de la clientèle base d’informations accessibles au public et


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Lorsque le risque de blanchiment de capitaux et de exploitables, sa réputation et la qualité de la


financement du terrorisme présenté par un client, surveillance dont il fait l’objet ;
du terrorisme

un produit ou une transaction leur paraît élevé, les 2. évaluent le dispositif de lutte contre le blan-
personnes visées aux articles 5 et 6 renforcent l’in- chiment de capitaux et le financement du

VIII - 27
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

terrorisme mis en place par l’établissement tions financières prennent les mesures spécifiques
cocontractant ; ci-après, lorsqu’elles nouent des relations d’af-
3. s’assurent que la décision de nouer une relation faires ou lorsqu’elles effectuent des transactions
d’affaires avec l’établissement cocontractant avec ou pour le compte de PPE nationales ou de
est prise par un membre de l’organe exécutif PPE des organisations internationales, au sens de
ou toute personne habilitée, à cet effet, par l’article premier, point 44 de la présente loi :
l’organe exécutif ; 1. mettre en œuvre des procédures adéquates et
4. prévoient dans la convention de correspondant adaptées, en fonction du risque, de manière à
bancaire ou de distribution des instruments finan- pouvoir déterminer si le client ou un bénéfi-
ciers les modalités de transmission des informa- ciaire effectif du client est une PPE ;
tions à la demande de l’établissement assujetti ; 2. appliquer, en cas de relations d’affaires à risque
5. s’assurent, lorsqu’elles accueillent, dans le plus élevé avec de telles personnes, les mesures
cadre des services de correspondance bancaire, visées à l’alinéa premier, point 2, 3 et 4.
des comptes de correspondant qui sont utilisés Sous réserve de l’application de mesures de vigi-
directement par des tiers indépendants pour lance renforcées, en fonction d’une appréciation
l’exécution d’opérations pour leur propre compte, du risque lié à la clientèle, les institutions finan-
que l’établissement de crédit cocontractant cières ne sont pas tenues de considérer comme
a vérifié l’identité des clients ayant un accès
politiquement exposée, une personne qui n’a pas
direct à ces comptes de correspondant et a mis
occupé de fonction publique importante, au sens
en œuvre à l’égard de ces clients des mesures
des alinéas premier et 2 ci-dessus, pendant une
de vigilance conformes à celles prévues aux
période d’au moins un an.
articles 18 et 19 de la présente loi.
Article 55 : Consignation et conservation
Article 54 : Mesures spécifiques à l’égard des
des résultats de la mise en œuvre
Personnes Politiquement Exposées
des mesures de vigilance renforcée
Sans préjudice des obligations prévues aux articles
18 à 20, 26 et 27 de la présente loi, les institu- Les résultats de l’examen de la mise en œuvre des
tions financières prennent les mesures spécifiques mesures de vigilance renforcée prescrit à l’article
ci-après, lorsqu’elles nouent des relations d’af- 53, ci-dessus, sont consignés par écrit et conservés
faires ou lorsqu’elles effectuent des transactions selon les modalités prévues à l’article 35.
avec ou pour le compte de PPE étrangères au sens
de l’article premier, point 44 de la présente loi : Section VII : Exécution des obligations
1. mettre en œuvre des procédures adéquates et de vigilance par des tiers
adaptées, en fonction du risque, de manière à
Article 56 : Recours à des tiers pour mettre en
pouvoir déterminer si le client ou un bénéfi-
œuvre des obligations de vigilance
ciaire effectif du client est une PPE ;
Les institutions financières peuvent recourir à
2. obtenir l’autorisation d’un niveau adéquat de
des tiers pour l’exécution des obligations de vigi-
la hiérarchie avant de nouer une relation d’af-
lance prévues aux articles 18 à 20 de la présente
faires avec de tels clients ;
loi, sans préjudice de la responsabilité finale du
3. prendre toute mesure appropriée, en fonction respect desdites obligations qui leur incombe.
du risque, pour établir l’origine du patrimoine
de capitaux et le financement

et l’origine des fonds impliqués dans la relation Article 57 : Conditions de mise en œuvre des
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

d’affaires ou la transaction ; obligations de vigilance par les tiers


4. assurer une surveillance continue renforcée de Pour les institutions financières, les obligations
la relation d’affaires. prévues aux alinéas premiers des articles 18 et 19
du terrorisme

Sans préjudice des obligations prévues aux articles de la présente loi peuvent être mises en œuvre par
18 à 20, 26 et 27 de la présente loi, les institu- un tiers dans les conditions suivantes :

VIII - 28
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

1. le tiers est une institution financière ou une des échéant, du bénéficiaire effectif ainsi que tout
personnes visées à l’article 6, située ou ayant document pertinent pour assurer ces diligences.
son siège social .........(préciser le nom de
Une convention peut être signée entre le tiers et les
l’Etat concerné) ou une personne appartenant
institutions financières pour préciser les modalités
à une catégorie équivalente sur le fondement
de transmission des informations ainsi recueillies
d’un droit étranger et située dans un autre
et de contrôle des diligences mises en œuvre.
Etat membre ou dans un Etat tiers imposant
des obligations équivalentes en matière de
lutte contre le blanchiment de capitaux et le TITRE III : DETECTION DU BLANCHIMENT
financement du terrorisme sur la liste prévue DE CAPITAUX ET DU FINANCE-
à l’alinéa 2 de l’article 46 de la présente loi ; MENT DU TERRORISME
2. la personne assujettie a accès aux informa-
tions recueillies par le tiers, dans les condi- Chapitre premier : Cellule Nationale de
tions prévues par l’autorité de contrôle. Traitement des Informations
Les institutions financières peuvent communiquer Financières (CENTIF)
des informations recueillies pour la mise en œuvre
de l’alinéa premier des articles 18 et 19 de la Section I : Création et attributions de la CENTIF
présente loi, à une autre institution financière
située ou ayant son siège social........(préciser le Article 59 : Création de la CENTIF
nom de l’Etat concerné). Elles peuvent également Il est institué, sous la dénomination de “Cellule
communiquer ces informations à un établissement Nationale de Traitement des Informations
proposant des activités financières équivalentes Financières ou CENTIF  “ une autorité adminis-
à celles exercées par les institutions financières, trative, placée sous la tutelle du Ministre chargé
dans les conditions suivantes : des Finances. La CENTIF est dotée de l’autonomie
1. le tiers destinataire est situé dans un Etat financière et d’un pouvoir de décision autonome
tiers imposant des obligations équivalentes sur les matières relevant de sa compétence.
en matière de lutte contre le blanchiment de
capitaux et le financement du terrorisme sur Article 60 : Attributions de la CENTIF
la liste prévue à l’alinéa 2 de l’article 46 de la
La CENTIF a pour mission le traitement et la trans-
présente loi ;
mission d’informations, en vue de la lutte contre
2. le traitement par le tiers destinataire des le blanchiment de capitaux et le financement du
données à caractère personnel garantit un terrorisme.
niveau de protection suffisant de la vie privée
et des libertés et droits fondamentaux des A ce titre, elle :
personnes, conformément à la réglementation 1. est chargée, notamment de recueillir, d’ana-
en vigueur en la matière. lyser, d’enrichir et d’exploiter tout rensei-
gnement propre à établir l’origine ou la desti-
Article 58 : Obligation relative à la transmis- nation des sommes ou la nature des opérations
sion d’informations ayant fait l’objet d’une déclaration ou d’une
Pour l’application de l’article 56 ci-dessus, le tiers, information reçue, au titre des dispositions des
qui applique les obligations de vigilance prévues articles 15, 36, 43, 70, 79, 80, 86 et 111 de la
aux articles 18 et 19 de la présente loi, met sans présente loi ;
délai à la disposition des institutions financières, 2. reçoit également toutes autres informations
les informations relatives à l’identité du client et,
de capitaux et le financement

utiles nécessaires à l’accomplissement de sa


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

le cas échéant, du bénéficiaire effectif ainsi que mission, notamment celles communiquées
celles afférentes à l’objet et à la nature de la par les autorités de contrôle ainsi que les offi-
relation d’affaires. ciers de police judiciaire, qu’elle traite, le cas
du terrorisme

Le tiers leur transmet, à première demande, copie échéant, comme en matière de déclaration
des documents d’identification du client et, le cas d’opération suspecte ;

VIII - 29
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

3. peut demander la communication, par les recueillies. Ces rapports sont soumis au Ministre
assujettis ainsi que par toute personne chargé des Finances.
physique ou morale, d’informations détenues
par eux et susceptibles de permettre d’enrichir Section II : Organisation et fonctionnement
les déclarations de soupçons ; de la CENTIF
4. effectue ou fait réaliser des études périodiques Article 61 : Composition de la CENTIF
sur l’évolution des techniques utilisées aux fins
du blanchiment de capitaux et du financement La CENTIF est composée de six membres, à savoir :
du terrorisme au niveau du territoire national ; 1. un haut fonctionnaire issu, soit de la Direction
5. peut animer et coordonner, en tant que de des Douanes, soit de la Direction du Trésor,
besoin, aux niveaux national et international, soit de la Direction des Impôts, ayant rang de
les moyens d’investigation dont disposent Directeur d’Administration centrale, détaché
les administrations ou services relevant du par le Ministère chargé des Finances. Il assure
Ministère chargé des Finances, du Ministère la présidence de la CENTIF ;
chargé de la Justice et du Ministère chargé de 2. un magistrat spécialisé dans les questions
la Sécurité ainsi que les organismes qui y sont financières, détaché par le Ministère chargé de
rattachés, pour la recherche des infractions la Justice ;
induisant des obligations de déclaration ;
3. un haut fonctionnaire, Officier de la Police
6. participe à l’étude des mesures à mettre en Judiciaire, détaché par le Ministère chargé de
œuvre pour faire échec aux circuits financiers la Sécurité (ou par le Ministère de tutelle en ce
clandestins, au blanchiment de capitaux et au qui concerne la Guinée-Bissau);
financement du terrorisme ;
4. un représentant de la BCEAO, assurant le
7. développe, en relation avec les directions secrétariat de la CENTIF ;
concernées relevant du Ministère chargé des
5. un chargé d’enquêtes, Inspecteur des Services
Finances, du Ministère chargé de la Justice et
des Douanes, détaché par le Ministère chargé
du Ministère chargé de la Sécurité, l’action inter-
des Finances ;
nationale de lutte contre les circuits financiers
clandestins, le blanchiment de capitaux et le 6. un chargé d’enquêtes, Officier de Police
financement du terrorisme. Judiciaire, détaché par le Ministère chargé de
la Sécurité (ou par le Ministère de tutelle en ce
La CENTIF est également chargée d’assurer, dans le
qui concerne la Guinée-Bissau).
respect des compétences propres à chacune d’elles,
une coopération efficace et la concertation des Les membres de la CENTIF exercent leurs fonc-
autorités nationales, directement ou indirectement tions à titre permanent. Le mandat du Président
concernées par la lutte contre le blanchiment de de la CENTIF est de cinq ans, non renouvelable. Le
capitaux et le financement du terrorisme. mandat des autres membres de la CENTIF est de
trois ans, renouvelable une fois.
Elle émet des avis sur la mise en œuvre de la
politique de l’Etat en matière de lutte contre le
Article 62 : Personnel de la CENTIF
blanchiment de capitaux et le financement du
terrorisme. A ce titre, elle propose toutes réformes Outre les membres désignés à l’article 61
nécessaires au renforcement de l’efficacité de la ci-dessus, la CENTIF dispose pour son fonction-
lutte contre le blanchiment de capitaux et le finan- nement, d’un personnel administratif et technique
cement du terrorisme. composé d’agents recrutés conformément aux lois
de capitaux et le financement

et règlements en vigueur.
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

La CENTIF élabore des rapports périodiques, au


moins une fois par trimestre, et un rapport annuel,
Article 63 : Correspondants de la CENTIF
qui analysent l’évolution des activités de lutte
contre le blanchiment de capitaux et le finan- Dans l’exercice de ses attributions, la CENTIF peut
du terrorisme

cement du terrorisme au plan national et interna- recourir à des correspondants au sein des Services
tional, et procède à l’évaluation des déclarations de la Police, de la Gendarmerie, des Douanes,

VIII - 30
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

du Trésor, des Impôts ainsi que des Services répondre, dans les délais impartis, aux demandes
Judiciaires de l’Etat et de tout autre Service dont le de la CENTIF.
concours est jugé nécessaire dans le cadre de la
lutte contre le blanchiment de capitaux et le finan- Article 65 : Confidentialité
cement du terrorisme.
Les membres de la CENTIF et leurs correspondants
Les correspondants identifiés sont désignés ès visés à l’article 63, ci-dessus, prêtent serment
qualité par arrêté de leur Ministre de tutelle. Ils devant la juridiction compétente avant d’entrer en
collaborent avec la CENTIF dans le cadre de fonction.
l’exercice de ses attributions.
Les membres de la CENTIF, leurs correspondants
ainsi que le personnel de la Cellule sont tenus au
Article 64 : Désignation d’un déclarant, corres-
respect du secret des informations recueillies, qui
pondant de la CENTIF au niveau des ne pourront être utilisées à d’autres fins que celles
assujettis prévues par les dispositions de la présente loi.
Les institutions financières communiquent à la Le personnel de la CENTIF est soumis aux obli-
CENTIF et à leur autorité de contrôle, l’identité de gations de confidentialité et de respect du secret
leurs dirigeants ou préposés habilités à procéder professionnel.
aux déclarations prescrites à l’article 79 de la
présente loi.
Article 66 : Divulgation des informations trans-
Les autres personnes assujetties communiquent mises à la CENTIF
également à la CENTIF l’identité et la qualité de la
La divulgation des informations détenues par la
personne habilitée à procéder à cette déclaration,
CENTIF est interdite. Elles ne peuvent être utilisées
en application de l’article 79 de la présente loi.
à d’autres fins que celles prévues au présent
Tout changement concernant les personnes habi- chapitre.
litées, en application des alinéas premier et deux
Nonobstant les dispositions de l’alinéa premier
ci-dessus, qui répondent à l’appellation de déclarant,
ci-dessus, et sous réserve qu’elles soient en
doit être porté, sans délai, à la connaissance de la
relation avec les faits susceptibles de faire l’objet
CENTIF et de leur autorité de contrôle, le cas échéant.
d’une déclaration de soupçon, la CENTIF est auto-
Tout dirigeant d’une personne morale mentionnée risée à communiquer des informations qu’elle
aux articles 5 et 6 de la présente loi ou préposé de détient à l’Administration des Douanes, des Impôts,
cette personne morale, peut prendre l’initiative de du Trésor et aux services de Police Judiciaire.
déclarer lui-même à la CENTIF, dans des cas excep-
Elle peut également transmettre aux services de
tionnels, en raison notamment de l’urgence, une
renseignement spécialisés des informations rela-
opération lui paraissant devoir l’être, en application
tives à des faits qui sont susceptibles de révéler
de l’article 79. Cette déclaration est confirmée,
une menace contre les intérêts fondamentaux de
dans les meilleurs délais, par la personne habilitée.
la nation en matière de sécurité publique et de
Les personnes visées à l’article 6 de la présente sûreté de l’Etat.
loi s’acquittent personnellement de l’obligation de
Elle peut aussi transmettre à l’Administration
déclaration mentionnée à l’article 79, quelles que
Fiscale, qui peut les utiliser pour l’exercice de ses
soient les modalités de leur exercice professionnel.
missions, des informations sur des faits suscep-
La personne désignée répond aux demandes de la tibles de relever de la fraude ou de la tentative de
CENTIF et de l’autorité de contrôle, le cas échéant, fraude fiscale.
et assure la diffusion aux membres concernés du
de capitaux et le financement

La CENTIF peut également transmettre aux services


personnel des informations, avis ou recommanda-
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

de l’Etat chargés de préparer et de mettre en œuvre


tions de caractère général qui en émanent.
une mesure de gel ou d’interdiction de mouvement
Les personnes assujetties veillent à ce que les ou de transfert de fonds, des instruments financiers
du terrorisme

fonctions de correspondant soient assurées avec et des ressources économiques, des informations
la continuité nécessaire pour être en mesure de en relation avec l’exercice de leur mission.

VIII - 31
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 67 : Traitement des déclarations de chiment de capitaux ou de financement du terro-


soupçons par la CENTIF risme, la CENTIF transmet un rapport sur ces faits
au Procureur de la République, qui saisit immédia-
La CENTIF accuse réception de toute déclaration
tement le juge d’instruction.
de soupçon écrite. Elle traite et analyse immé-
diatement les informations recueillies et procède, Ce rapport est accompagné de toutes pièces
le cas échéant, à des demandes de renseigne- utiles, à l’exception de la déclaration de soupçon.
ments complémentaires auprès du déclarant, des L’identité du préposé à la déclaration ne doit pas
autres assujettis, des Cellules de Renseignement figurer dans ledit rapport qui fait foi jusqu’à preuve
Financiers étrangères ainsi que de toute autorité du contraire.
publique et/ou de contrôle.
La CENTIF avisera, en temps opportun, l’assujetti
Lorsque ses investigations mettent en évidence déclarant des conclusions de ses investigations.
des faits susceptibles de relever du blanchiment
du produit d’une activité criminelle ou du finan- Article 70 : Droit de communication
cement du terrorisme, la CENTIF saisit le Procureur de la CENTIF
de la République.
La CENTIF peut demander que les pièces
conservées, en application des dispositions de l’ar-
Article 68 : Opposition à l’exécution d’une
ticle 35, ci-dessus, lui soient communiquées, quel
opération ayant fait l’objet d’une
que soit le support utilisé pour leur conservation et
déclaration de soupçon
dans les délais qu’elle fixe.
Lorsque les circonstances l’exigent, la CENTIF peut,
La CENTIF reçoit, à l’initiative des Administrations
sur la base d’informations graves, concordantes et
de l’Etat, des Collectivités Territoriales, des
fiables en sa possession, faire opposition à l’exé-
Etablissements Publics et de toute autre personne
cution de l’opération ayant fait l’objet d’une décla-
investie d’une mission de service public, toutes les
ration de soupçon avant l’expiration du délai d’exé-
informations nécessaires à l’accomplissement de
cution mentionné par le déclarant. Cette opposition
sa mission ou les obtient de ceux-ci à sa demande.
est notifiée à ce dernier par écrit et fait obstacle à
l’exécution de l’opération pendant une durée qui L’autorité judiciaire, les juridictions financières et
ne peut excéder quarante-huit heures. les Officiers de Police Judiciaire peuvent rendre
la CENTIF destinataire de toute information aux
Le juge d’instruction peut, sur requête de la CENTIF,
mêmes fins.
proroger le délai d’opposition sans que ce délai
ne dépasse vingt-quatre heures ou ordonner le
Article 71 : Obligation d’information
séquestre provisoire des fonds, comptes ou titres
de la CENTIF
concernés par la déclaration de soupçon. Il peut
présenter une requête ayant le même objet. Lorsque, sur le fondement d’une déclaration
de soupçon, la CENTIF saisit le Procureur de la
A défaut d’opposition ou si, au terme du délai de
République, elle en informe immédiatement le
quarante-huit heures visé à l’alinéa premier du
déclarant.
présent article, aucune décision du juge d’ins-
truction n’est parvenue à l’auteur de la déclaration, La CENTIF peut, si les circonstances le justifient,
l’opération qui a fait l’objet de déclaration de informer les personnes qui lui ont transmis les
soupçon peut être exécutée. informations, en application de l’alinéa premier de
l’article 67 ci-dessus, qu’elle a saisi le procureur
A défaut de poursuite judiciaire contre le donneur
de la République sur la base de ces informations.
d’ordre dans un délai de quinze jours, à compter
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

de la date de l’ordonnance de séquestre provisoire, La CENTIF partage avec ses correspondants les
celle ci devient caduque. résultats de ses études, si nécessaire.

Article 69 : Suites données aux déclarations Article 72 : Responsabilité de la CENTIF


du terrorisme

de soupçons ou de ses membres


Lorsque les opérations mettent en évidence des La responsabilité civile de la CENTIF et de ses
faits susceptibles de constituer l’infraction de blan- membres ne peut être engagée, à l’occasion de

VIII - 32
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

l’exercice de leurs missions légales, qu’en cas de Section II : Coopération intracommunautaire


dol ou de faute lourde.
Article 76 : Relations entre CENTIF des Etats
Article 73 : Financement de la CENTIF membres de l’UEMOA
La CENTIF est tenue de :
Les ressources de la CENTIF proviennent du budget
1. communiquer, à la demande dûment motivée
de l’Etat ainsi que des apports consentis par les
d’une CENTIF d’un Etat membre de l’UEMOA,
Institutions de l’UEMOA et les partenaires au déve-
dans le cadre d’une enquête, toutes informa-
loppement. tions et données relatives aux investigations
entreprises à la suite d’une déclaration de
Chapitre II : Coopération soupçon au niveau national ;
2. transmettre les rapports périodiques (trimes-
triels et annuels) détaillés sur ses activités à
Section I : Coopération nationale
la BCEAO.
Article 74 : Coordination nationale en matière Les CENTIF mettent en place un mécanisme de
de lutte contre le blanchiment coopération et de partage de bonnes pratiques
de capitaux et le financement entre elles.
du terrorisme
Article 77 : Rôle assigné à la BCEAO
La CENTIF, les autorités de contrôle, les ordres profes- La BCEAO a pour rôle de favoriser la coopération
sionnels et les instances représentatives nationales entre les CENTIF. A ce titre, elle est chargée de coor-
mettent en place des mécanismes efficaces leur donner les actions des CENTIF dans le cadre de la
permettant de coopérer et de coordonner leurs lutte contre le blanchiment de capitaux et le finan-
activités à l’échelle nationale en ce qui concerne cement du terrorisme et d’établir une synthèse
la définition et la mise en œuvre de politiques et des informations provenant des rapports élaborés
d’actions visant à lutter contre le blanchiment de par ces dernières. La BCEAO participe, avec les
capitaux et le financement du terrorisme. CENTIF, aux réunions des instances régionales et
internationales traitant des questions relatives à la
lutte contre le blanchiment de capitaux et le finan-
Article 75 : Echange d’informations entre la
cement du terrorisme.
CENTIF et les autorités de contrôle,
La synthèse établie par la BCEAO sert de support
les ordres professionnels et les ins-
à un rapport périodique destiné à l’information du
tances représentatives nationales
Conseil des Ministres de l’Union sur l’évolution
La CENTIF échange avec les autorités de contrôle, de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le
les ordres professionnels et les instances représen- financement du terrorisme.
tatives nationales, toute information utile à l’ac-
complissement de leurs missions respectives pour Section III : Coopération Internationale
l’application des dispositions du présent chapitre. Article 78 : Transmission d’informations par la
Lorsque, dans l’accomplissement de leur mission, CENTIF aux CRF étrangères
les autorités de contrôle et les ordres profes- La CENTIF peut communiquer, sur leur demande
sionnels découvrent des faits susceptibles d’être ou à son initiative, aux Cellules de Renseignement
liés au blanchiment de capitaux ou au finan- Financiers étrangères, les informations qu’elle
cement du terrorisme, ils en informent la CENTIF détient sur des sommes ou opérations qui
de capitaux et le financement

qui, le cas échéant, les traite comme en matière de paraissent avoir pour objet le blanchiment du
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

produit d’une activité criminelle ou le financement


déclaration d’opérations suspectes.
du terrorisme, sous réserve de réciprocité et si les
La CENTIF accuse réception et peut, sur leur conditions suivantes sont réunies :
du terrorisme

demande, tenir informées les autorités visées à 1. les CRF étrangères sont soumises à des obli-
l’alinéa 2 ci-dessus, des suites qui ont été réservées gations de confidentialité au moins équiva-
à ces informations. lentes ;

VIII - 33
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

2. le traitement des informations communiquées la CENTIF, toute opération pour laquelle l’identité
garantit un niveau de protection suffisant de du donneur d’ordre ou du bénéficiaire effectif ou
la vie privée ainsi que des libertés et droits du constituant d’un fonds fiduciaire ou de tout
fondamentaux des personnes, conformément autre instrument de gestion d’un patrimoine d’af-
à la réglementation en vigueur. fectation reste douteuse en dépit des diligences
effectuées conformément aux dispositions du
La communication des informations visées à
chapitre III du titre II de la présente loi.
l’alinéa premier du présent article ne peut avoir
lieu dans les cas suivants : Toute information de nature à infirmer, conforter ou
modifier les éléments contenus dans la déclaration
1. une procédure pénale a été engagée au......
de soupçon est portée, sans délai, à la connais-
(citer le nom de l’Etat concerné) ;
sance de la CENTIF.
2. la communication porte atteinte à la souve-
Une instruction de la BCEAO peut étendre l’obli-
raineté de l’Etat ou aux intérêts nationaux ainsi
gation de déclaration visée à l’alinéa premier du
qu’à la sécurité et à l’ordre public.
présent article, aux opérations pour compte propre
La conclusion d’accords entre la CENTIF et les CRF ou pour compte de tiers effectuées par les institu-
homologues étrangères nécessite l’information tions financières avec des personnes physiques ou
préalable du Ministre chargé des Finances. morales, y compris leurs filiales ou établissements,
domiciliées, enregistrées ou établies dans l’en-
Chapitre III : Déclarations de soupçons semble des Etats ou territoires dont les insuffisances
de la législation ou les pratiques font obstacle à
la lutte contre le blanchiment de capitaux et le
Section I : Dispositions générales financement du terrorisme. Cette instruction de la
BCEAO fixe les modalités et le montant minimum
Article 79 : Obligation de déclaration
des opérations soumises à déclaration.
des opérations suspectes
Les institutions financières déclarent à la CENTIF
Les personnes visées aux articles 5 et 6 sont tenues
les éléments d’information relatifs aux opérations
de déclarer à la CENTIF, dans les conditions fixées
de transmission de fonds effectuées à partir du
par la présente loi et selon un modèle de déclaration
versement d’espèces ou au moyen de monnaie
fixé par arrêté du Ministre chargé des Finances, les
électronique. Une instruction de la BCEAO précise
sommes inscrites dans leurs livres ou les opérations
le seuil à partir duquel est requise une déclaration
portant sur des sommes dont elles soupçonnent
auprès de la CENTIF ainsi que les conditions et
ou ont de bonnes raisons de soupçonner qu’elles
modalités de ladite déclaration.
proviennent d’une infraction de blanchiment de
capitaux ou de financement du terrorisme. Les personnes visées aux articles 5 et 6 de
la présente loi s’abstiennent d’effectuer toute
Par dérogation à l’alinéa premier ci-dessus, les
opération sur des fonds en leur possession dont
personnes visées aux articles 5 et 6 de la présente
elles soupçonnent qu’ils sont liés au blanchiment
loi déclarent à la CENTIF, les sommes ou opérations
de capitaux ou au financement du terrorisme
dont elles soupçonnent ou ont de bonnes raisons
jusqu’à ce qu’elles fassent la déclaration de
de soupçonner qu’elles proviennent d’une fraude
soupçon. Elles ne peuvent alors procéder à la réali-
fiscale, lorsqu’il y a présence d’au moins un critère
sation de l’opération que si les conditions prévues
défini par la réglementation en vigueur.
à l’alinéa 3 de l’article 68 sont réunies.
A l’issue de l’examen renforcé prescrit à l’alinéa 2 de
Lorsqu’une opération devant faire l’objet de la décla-
l’article 51, les personnes visées aux articles 5 et 6
ration de soupçon a déjà été réalisée, soit parce qu’il
de capitaux et le financement

de la présente loi effectuent, le cas échéant, la décla-


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

a été impossible de surseoir à son exécution, soit que


ration prévue à l’alinéa premier du présent article.
son report aurait pu faire obstacle à des investigations
Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la portant sur une opération suspectée de blanchiment
présente loi sont également tenues de déclarer à de capitaux ou de financement du terrorisme, soit
du terrorisme

VIII - 34
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

qu’il est apparu postérieurement à sa réalisation La CENTIF accuse réception de la déclaration


qu’elle était soumise à cette déclaration, la personne de soupçon, sauf si l’entité déclarante a indiqué
assujettie en informe, sans délai, la CENTIF. expressément ne pas vouloir en être destinataire.

Article 80 : Obligations spécifiques Article 82 : Confidentialité de la déclaration


des membres de professions
de soupçon
libérales
La déclaration de soupçon mentionnée à l’article
Les professionnels de l’expertise comptable et du
commissariat aux comptes, les notaires, les huis- 79 de la présente loi, est confidentielle.
siers de justice, les administrateurs judiciaires, Il est interdit, sous peine de sanctions prévues par
les mandataires judiciaires, les avocats, lors- les dispositions de la présente loi, aux personnes
qu’ils agissent en qualité de fiduciaires ainsi que
visées aux articles 5 et 6, de porter à la connais-
les commissaires-priseurs sont chargés, à titre
sance du propriétaire des sommes ou de l’auteur
individuel, quelles que soient les modalités de
leur exercice professionnel, de répondre à toute de l’une des opérations induisant une déclaration
demande émanant de la CENTIF et de recevoir de soupçon ou à des tiers, autres que les autorités
ses accusés de réception des déclarations de de contrôle, ordres professionnels et instances
soupçons faites en application des dispositions de représentatives nationales, l’existence et le contenu
l’article 79 de la présente loi. d’une déclaration faite auprès de la CENTIF et de
donner des informations sur les suites qui ont été
Section II : Dispositions relatives à la transmis- réservées à ladite déclaration.
sion et à la confidentialité Le fait pour les personnes visées à l’article 6 de la
de la déclaration de soupçon
présente loi, de s’efforcer de dissuader leur client
Article 81 : Forme et mode de transmission de prendre part à une activité illégale ne constitue
de la déclaration à la CENTIF pas une divulgation au sens de l’alinéa 2 du
Les déclarations de soupçons sont établies par écrit. présent article.
Elles sont transmises à la CENTIF, par les personnes Les dirigeants et préposés des institutions finan-
physiques et morales visées aux articles 5 et 6 de
cières peuvent révéler à l’autorité judiciaire ou aux
la présente loi, par tout moyen laissant trace écrite.
officiers de police judiciaire agissant sur délégation
Les déclarations faites téléphoniquement ou par
moyen électronique doivent être confirmées par que des informations ont été transmises à la CENTIF
écrit dans un délai de quarante-huit heures. en application des dispositions de l’article 79. Dans
ce cas, l’autorité judiciaire ou les officiers de police
Les déclarations précisent, notamment suivant le
cas : judiciaire peuvent demander confirmation à la
CENTIF de l’existence de ladite déclaration.
1. les raisons pour lesquelles l’opération a déjà
été exécutée ou est en cours d’exécution ; La déclaration de soupçon n’est accessible à l’au-
torité judiciaire que sur réquisition auprès de la
2. le délai dans lequel l’opération suspecte doit
être exécutée. CENTIF et dans les seuls cas où cette déclaration
est nécessaire à la mise en œuvre de la responsa-
Lorsque la déclaration de soupçon émane de l’Ad-
bilité des personnes mentionnées aux articles 5 et
ministration des Douanes, elle est faite par écrit,
6 de la présente loi, de leurs dirigeants et préposés
signée et datée par la personne déclarante habi-
litée, à cet effet. Elle est accompagnée du formu- et lorsque l’enquête judiciaire fait apparaître qu’ils
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

laire de déclaration de transport physique trans- peuvent être impliqués dans le mécanisme de
frontalier d’espèces et d’instruments au porteur blanchiment de capitaux ou de financement du
prévu à cet effet à l’article 12 ci-dessus. terrorisme qu’ils ont révélé.
du terrorisme

VIII - 35
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Chapitre IV : Exemption de responsabilité de soupçon a été faite conformément aux disposi-


et mise en jeu de la responsabilité tions de la présente loi.
de l’Etat
Il en est de même lorsque l’une des personnes
visées aux articles 5 et 6, a effectué une opération,
Section I : Exemption de responsabilité à la demande des services d’enquêtes agissant
dans les conditions prévues par les dispositions de
Article 83 : Exemption de responsabilité du fait la présente loi.
des déclarations de soupçons faites
de bonne foi
Section II : Mise en jeu de la responsabilité
Les personnes ou les dirigeants et préposés des de l’Etat
personnes mentionnées aux articles 5 et 6 qui, de
bonne foi, ont transmis des informations ou effectué Article 85 : Responsabilité de l’Etat du fait des
toute déclaration, conformément aux dispositions déclarations de soupçons faites de
de la présente loi, sont exempts de toutes sanc- bonne foi et du fait de certaines
tions pour violation du secret professionnel. opérations
Aucune action en responsabilité civile ou pénale La responsabilité de tout dommage causé aux
ne peut être intentée, ni aucune sanction profes- personnes et découlant directement d’une décla-
sionnelle prononcée contre les personnes ou les ration de soupçon faite de bonne foi, qui s’est
dirigeants, préposés et employés des personnes néanmoins avérée inexacte, incombe à l’Etat.
visées aux articles 5 et 6 de la présente loi, ayant
La responsabilité de l’Etat est également mise en
agi dans les mêmes conditions que celles prévues
jeu, lorsqu’une personne visée aux articles 5 et 6
à l’alinéa premier ci-dessus, même si des déci-
de la présente loi, a effectué une opération à la
sions de justice rendues sur la base des déclara-
demande des autorités judiciaires, des agents de
tions visées dans ledit alinéa n’ont donné lieu à
l’Etat chargés de la détection et de la répression
aucune condamnation.
des infractions liées au blanchiment de capitaux
En outre, aucune action en responsabilité civile ou et au financement du terrorisme, agissant dans le
pénale ne peut être intentée contre les personnes cadre d’un mandat judiciaire ou de la CENTIF.
visées à l’alinéa précédent en raison des
dommages matériels ou moraux qui pourraient
Chapitre V : Obligations des autorités de
résulter du blocage d’une opération en vertu des
régulation et de contrôle, lignes
dispositions de l’article 68 de la présente loi.
directrices et retour d’information
Les dispositions du présent article s’appliquent de
plein droit, même si la preuve du caractère délic-
Section I : Obligations des autorités de contrôle
tueux des faits à l’origine de la déclaration de
soupçon n’est pas rapportée ou si ces faits ont été Article 86 : Dispositions générales relatives
amnistiés ou ont entraîné une décision de non-lieu, aux autorités de contrôle des ins-
de relaxe ou d’acquittement. titutions financières et des Entre-
prises et Professions Non Finan-
Article 84 : Exemption de responsabilité du fait cières Désignées
de l’exécution de certaines opéra-
Les autorités de contrôle s’assurent du respect, par
tions
les institutions financières et les EPNFD, des pres-
Lorsqu’une opération suspecte a été exécutée, et criptions énoncées au titre II de la présente loi.
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

sauf cas de collusion frauduleuse avec le ou les


Conformément à la réglementation en vigueur,
auteurs du blanchiment de capitaux ou du finan-
chaque autorité de contrôle :
cement du terrorisme, les personnes visées aux
articles 5 et 6 ainsi que leurs dirigeants, préposés 1. prend les dispositions requises pour définir
du terrorisme

ou employés sont dégagés de toute responsabilité les critères appropriés pour la possession, le
et aucune poursuite pénale du chef de blanchiment contrôle ou la participation directe ou indirecte
de capitaux ou de financement du terrorisme ne à la direction, à la gestion ou au fonctionnement
peut être engagée à leur encontre, si la déclaration d’une institution financière ou d’une EPNFD ;

VIII - 36
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

2. réglemente et surveille l’observance, par les L’autorité compétente fixe les conditions minimales
EPNFD, des obligations énoncées aux titres d’exploitation, notamment quant à l’inspection
II et III de la présente loi, y compris par les régulière des services de transfert de fonds ou de
inspections sur place ; valeurs ainsi que les sanctions qui découlent du
non respect des dispositions en vigueur.
3. édicte des instructions, des lignes directrices
ou des recommandations visant à aider
Article 88 : Dispositions particulières relatives
les institutions financières et les EPNFD à
aux Entreprises et Professions Non
respecter les obligations énoncées aux titres II
Financières Désignées
et III de la présente loi ;
Nul ne peut exercer une activité en tant qu’Entre-
4. coopère et échange des informations avec prise et Profession Non Financière Désignée sans
d’autres autorités compétentes et apporte son enregistrement préalable par l’autorité de régulation
aide aux enquêtes, poursuites ou procédures ou de contrôle compétente, conformément aux
relatives au blanchiment de capitaux, aux conditions fixées par la réglementation en vigueur.
infractions sous-jacentes et au financement
du terrorisme ;
Section II : Lignes directrices et retour d’infor-
5. définit, en concertation avec les CENTIF, des mations
normes ou des critères applicables aux décla-
rations de soupçons qui tiennent compte des Article 89 : Protection de données et partage
autres normes nationales et internationales d’informations
existantes ou futures ;
Les institutions financières qui font partie d’un
6. veille à ce que les institutions financières et groupe, mettent en œuvre des politiques et procé-
leurs succursales à l’étranger ainsi que leurs dures à l’échelle du groupe, notamment des poli-
filiales à l’étranger dans lesquelles elles tiques de protection des données et des politiques
détiennent une participation majoritaire, et procédures relatives au partage des informa-
adoptent et fassent appliquer des mesures tions au sein du groupe aux fins de la lutte contre
conformes aux dispositions de la présente le blanchiment de capitaux et le financement du
loi, dans la mesure où les lois et règlements terrorisme. Ces politiques et procédures sont mises
locaux le permettent ; en œuvre efficacement au niveau des succursales
et des filiales, établies dans les États membres et
7. communique, sans retard, à la CENTIF, toute
dans des Etats tiers.
information relative aux opérations suspectes
ou à des faits suspects qui pourraient être Lorsqu’une institution financière a des bureaux de
liés au blanchiment de capitaux ou au finan- représentation, des succursales ou des filiales dans
cement du terrorisme ; des Etats tiers dans lesquels les obligations mini-
males en matière de lutte contre le blanchiment
8. apporte une coopération rapide et efficace aux de capitaux et le financement du terrorisme sont
organismes qui exercent des fonctions similaires moins strictes que sur le territoire dans lequel elle
dans d’autres Etats membres ou d’autres Etats est installée, lesdits bureaux de représentation,
tiers, y compris par l’échange d’informations ; succursales et filiales appliquent les obligations
9. tient des statistiques concernant les mesures en vigueur sur son territoire, y compris en matière
adoptées et les sanctions infligées dans le de protection des données, dans la mesure où les
contexte de l’application du présent chapitre. dispositions législatives et réglementaires des
Etats tiers en question le permettent.
Article 87 : Dispositions particulières concer- Les autorités de contrôle concernées s’informent
de capitaux et le financement

nant les services de transfert de mutuellement des cas dans lesquels la légis-
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

fonds ou de valeurs lation d’un Etat tiers ne permet pas d’appliquer


Conformément à la réglementation spécifique en les mesures requises en application de l’alinéa
vigueur, nul ne peut se livrer à l’activité profes- 2 ci-dessus, de façon à engager une action coor-
du terrorisme

sionnelle de transfert de fonds ou de valeurs et de donnée en vue de la recherche d’une solution.


change manuel s’il n’a pas obtenu l’agrément de Lorsque la législation de l’Etat tiers ne permet pas
l’autorité compétente. d’appliquer les mesures requises en application de

VIII - 37
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

l’alinéa premier du présent article, les institutions Les institutions financières communiquent les
financières prennent des mesures supplémentaires mesures minimales appropriées en matière de
pour traiter efficacement le risque de blanchiment lutte contre le blanchiment de capitaux et le finan-
de capitaux ou de financement du terrorisme et cement du terrorisme à leurs succursales et filiales
en informent les autorités de surveillance de leur situées à l’étranger.
Etat d’origine. Si ces mesures supplémentaires
sont insuffisantes, les autorités compétentes de Article 92 : Retour d’informations
l’Etat d’origine envisagent des mesures de surveil-
Les personnes visées aux articles 5 et 6 et les auto-
lance supplémentaires, notamment, s’il y a lieu, de
rités de surveillance et de contrôle visées à l’article
demander au groupe financier de cesser ses acti-
86 de la présente loi reçoivent de la CENTIF les
vités dans l’Etat d’accueil.
informations dont elle dispose sur les mécanismes
de blanchiment de capitaux et de financement du
Article 90 : Mise en place des systèmes d’éva-
terrorisme.
luation et de gestion des risques
Les institutions financières mettent en place des TITRE IV : ENQUETES ET SECRET
systèmes d’évaluation et de gestion des risques PROFESSIONNEL
de blanchiment de capitaux et de financement du
terrorisme. Chapitre premier : Enquêtes
Elles prennent des mesures proportionnées à
leurs risques, leur nature et leur taille, afin que les Article 93 : Techniques d’enquête
salariés concernés aient connaissance des dispo- Aux fins d’obtenir les preuves de blanchiment de
sitions adoptées en application de la présente loi, capitaux et de financement du terrorisme, et de la
y compris des exigences applicables en matière de localisation des produits du crime, le juge d’ins-
protection des données. truction peut ordonner, conformément à la loi, pour
Les mesures visées à l’alinéa 2 ci-dessus une durée déterminée, sans que le secret profes-
comprennent la participation des salariés concernés sionnel ne puisse lui être opposé, diverses actions,
à des programmes spéciaux de formation continue notamment :
visant à les aider à reconnaître les opérations 1. la surveillance des comptes bancaires et des
susceptibles d’être liées au blanchiment de capitaux comptes assimilés aux comptes bancaires,
ou au financement du terrorisme et à les instruire de lorsque des indices sérieux permettent de
la manière de procéder en pareil cas. suspecter qu’ils sont utilisés ou susceptibles
d’être utilisés pour des opérations en rapport
Article 91 : Application de mesures avec l’infraction d’origine ou des infractions
de vigilance dans les succursales prévues par la présente loi ;
et filiales
2. l’accès à des systèmes, réseaux et serveurs
Les institutions financières appliquent des mesures informatiques utilisés ou susceptibles d’être
au moins équivalentes à celles prévues au chapitre utilisés par des personnes contre lesquelles
III du Titre II de la présente loi, en matière de vigi- existent des indices sérieux de participation à
lance à l’égard du client et de conservation des l’infraction d’origine ou aux infractions prévues
informations dans leurs succursales situées à par la présente loi ;
l’étranger. Elles veillent à ce que des mesures
3. la communication ou la saisie d’actes authen-
équivalentes soient appliquées dans leurs filiales
tiques ou sous seing privé, de documents
situées à l’étranger.
de capitaux et le financement

bancaires, financiers et commerciaux ;


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Lorsque le droit applicable localement ne leur


4. la mise sous surveillance ou l’interception de
permet pas de mettre en œuvre des mesures
communications ;
équivalentes dans leurs succursales et filiales à
du terrorisme

l’étranger, les institutions financières en informent 5. l’enregistrement audio ou vidéo ou la photo-


la CENTIF et l’autorité de surveillance et de contrôle graphie d’actes et d’agissements ou de
dont elles relèvent. conversations ;

VIII - 38
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

6. l’interception et la saisie de courrier. anonyme ne peut servir d’unique fondement


Les techniques visées à l’alinéa premier ci-dessus, ni de facteur déterminant de toute inculpation.
ne peuvent être utilisées que lorsqu’il existe des
indices sérieux que lesdits comptes, lignes télé- Chapitre II : Secret professionnel
phoniques, systèmes et réseaux informatiques ou
documents sont ou peuvent être utilisés par des
Article 96 : Levée du secret professionnel
personnes soupçonnées de prendre part au blan-
chiment de capitaux ou au financement du terro- Nonobstant toutes dispositions législatives ou régle-
risme. La décision du juge d’instruction est motivée mentaires contraires, le secret professionnel ne peut
au regard de ces critères.
être invoqué par les personnes visées aux articles
5 et 6 pour refuser de fournir les informations aux
Article 94 : Infiltration et livraison surveillée
autorités de contrôle ainsi qu’à la CENTIF ou de
Aucune sanction ne peut être appliquée aux fonc-
procéder aux déclarations prévues par la présente
tionnaires compétents pour enquêter sur le blan-
loi. Il en est de même en ce qui concerne les infor-
chiment de capitaux et le financement du terro-
risme qui, aux fins de l’obtention de preuves liées à mations requises dans le cadre d’une enquête
ces infractions ou de la localisation des produits du portant sur des faits de blanchiment de capitaux et
crime, posent, dans le cadre d’une opération d’infil- de financement du terrorisme, ordonnée par le juge
tration ou d’une livraison surveillée, des actes qui d’instruction ou effectuée sous son contrôle, par
pourraient être interprétés comme des éléments les agents de l’Etat chargés de la détection et de la
de blanchiment de capitaux ou de financement du
répression desdites infractions.
terrorisme. Le fonctionnaire désigné ne doit pas
inciter le suspect à commettre des infractions.
Article 97 : Exemption de responsabilité en cas
L’autorisation du juge d’instruction saisi de l’affaire de violation du secret professionnel
est requise préalablement à toute opération décrite
à l’alinéa premier ci-dessus. Aucune poursuite pour violation du secret profes-
sionnel ne peut être engagée à l’encontre des
Article 95 : Témoignage anonyme et protection personnes visées aux articles 5 et 6 ou de leurs
des témoins dirigeants, préposés ou employés qui, de bonne
Le juge d’instruction peut, d’office ou sur demande foi, ont transmis des informations ou effectué des
d’un témoin ou d’une partie privée lésée, décider déclarations de soupçons prévues par l’article 79
que : de la présente loi, dans les conditions prescrites par
1. certaines données d’identité ne seront pas les dispositions législatives et réglementaires appli-
mentionnées dans le procès-verbal d’audition, cables ou lorsqu’ils ont communiqué des informa-
s’il existe une présomption raisonnable que le
tions à la CENTIF, en application de l’article 60.
témoin pourrait subir un préjudice grave suite
à la divulgation de certaines informations ;
Article 98 : Impossibilité pour les membres
2. l’identité d’un témoin restera secrète si l’au- et personnel de la CENTIF
torité compétente conclut que le témoin, un
de témoigner publiquement dans
membre de sa famille ou un de ses associés
pourrait vraisemblablement être mis en danger une procédure judiciaire
par le témoignage. L’identité du témoin ne sera Les membres et personnel de la CENTIF ne peuvent
de capitaux et le financement

tenue secrète que si l’enquête relative à l’in- être appelés à témoigner, lors d’une audience
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

fraction l’exige et si d’autres techniques d’en-


publique dans une procédure judiciaire, sur des
quête paraissent insuffisantes pour découvrir
la vérité. Le témoin dont l’identité est tenue faits de blanchiment de capitaux ou du finan-
cement du terrorisme dont ils ont eu à connaître
du terrorisme

secrète ne sera pas cité à comparaître à une


audition sans son accord. Le témoignage dans l’exercice de leur fonction.

VIII - 39
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

TITRE V : REPRESSION DU BLANCHI- la matière, notamment le Règlement communau-


MENT DE CAPITAUX ET DU FI- taire relatif au gel des fonds et autres ressources
NANCEMENT DU TERRORISME financières dans le cadre de la lutte contre le
financement du terrorisme dans les Etats membres
Chapitre premier : Mesures conservatoires de l’UEMOA ainsi que des décisions du Conseil
des Ministres de l’UEMOA relatives à la liste des
personnes, entités ou organismes visés par le gel
Section I : Prescription et exécution des fonds et autres ressources financières en parti-
de mesures conservatoires culier, celle établie par le Conseil de Sécurité des
Article 99 : Prescription de mesures Nations Unies, au titre du chapitre VII de la Charte
conservatoires des Nations Unies et ses mises à jour.

Le juge d’instruction peut, conformément à la En outre, l’autorité compétente ordonne, par


loi, prescrire des mesures conservatoires qui décision, le gel sans délai, des biens, fonds et
ordonnent notamment, aux frais de l’Etat, la saisie autres ressources financières des personnes ou
ou la confiscation des fonds et des biens en relation entités désignées par le Conseil de sécurité des
avec l’infraction de blanchiment de capitaux ou de Nations Unies, au titre des Résolutions relatives à
financement du terrorisme, objet de l’enquête et la lutte contre le financement de la prolifération
de tous les éléments de nature à permettre de les des armes de destruction massive.
identifier ainsi que le gel des sommes d’argent et Les institutions financières et toute autre personne
opérations financières portant sur lesdits biens. ou entité qui détiennent les biens, fonds ou autres
Dans le cas où elle s’oppose à l’exécution de ressources financières visés aux alinéas premier,
mesures non prévues par la législation nationale, 3 et 4 ci-dessus, procèdent immédiatement, sans
l’autorité judiciaire saisie d’une demande relative à notification préalable aux titulaires, à leur gel, dès
l’exécution de mesures conservatoires prononcées notification de ladite décision jusqu’à ce qu’il en
à l’étranger, peut substituer à celles-ci les mesures soit autrement décidé par le Conseil de Sécurité
prévues par le droit interne, dont les effets corres- des Nations Unies ou par une autre décision prise
pondent le mieux aux mesures dont l’exécution est selon la même procédure.
sollicitée. Les institutions financières et autres personnes
La mainlevée de ces mesures peut être ordonnée assujetties avertissent sans tarder la CENTIF de
par le juge d’instruction dans les conditions l’existence de fonds appartenant à des personnes
prévues par la loi. ou entités auteurs de financement du terrorisme
ou de la prolifération ainsi qu’à des organisations
terroristes ou personnes ou organisations qui leur
Section II : Gel sont associées, conformément aux décisions du
Article 100 : Gel de biens et autres ressources Conseil des Ministres de l’UEMOA relatives à la
financières liste des personnes, entités ou organismes visés
par le gel des fonds et autres ressources finan-
L’autorité compétente ordonne, par décision cières en particulier, celle établie par le Conseil
administrative, le gel de biens, fonds et autres de Sécurité des Nations Unies et ses mises à jour.
ressources financières des personnes ou entités Elles déclarent également à l’autorité compétente
auteurs de financement du terrorisme. Une liste tous les biens gelés.
nationale de ces personnes, entités ou organismes
peut, le cas échéant, être dressée conformément à Il est strictement interdit aux personnes visées
aux articles 5 et 6 de la présente loi, de mettre
de capitaux et le financement

la résolution 1373 et les résolutions subséquentes.


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

directement ou indirectement, les fonds objet de


La décision visée à l’alinéa premier ci-dessus, la procédure de gel des fonds à la disposition
définit les conditions ainsi que la durée appli- des personnes physiques ou morales, entités ou
cables au gel desdits fonds. organismes désignés par les décisions visées aux
du terrorisme

L’autorité compétente s’assure également de alinéas premier , 3 et 4 du présent article, ou de les


l’application de la réglementation en vigueur en utiliser à leur bénéfice.

VIII - 40
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Il est également strictement interdit aux personnes familial ou, pour une personne morale, des frais lui
visées aux articles 5 et 6 de la présente loi, de permettant de poursuivre une activité compatible
fournir ou de continuer de fournir des services avec les exigences de l’ordre public. Ladite somme
aux personnes physiques ou morales, entités ou peut aussi couvrir des frais d’assistance juridique ou
organismes désignés par les décisions visées aux des frais exceptionnels. En tout état de cause, les
alinéas premier, 3 et 4 ci-dessus, ou de les utiliser frais doivent être préalablement justifiés.
à leur bénéfice. L’autorité compétente peut également, dans les
Il est interdit de réaliser ou de participer, sciemment conditions qu’elle juge appropriées, autoriser la
et intentionnellement, à des opérations ayant pour personne, l’organisme ou l’entité qui a fait l’objet
but ou pour effet de contourner, directement ou d’une mesure de gel, sur sa demande, à vendre ou
indirectement, les dispositions du présent article. céder des biens, sous réserve que le produit tiré
de cette vente ou de cette cession soit lui-même
Article 101 : Publication des décisions de gel gelé.L’autorité compétente notifie sa décision à la
et des procédures de déblocage personne, l’organisme ou l’entité qui a fait l’objet
de fonds d’une mesure de gel, dans un délai de quinze
Toute décision de gel ou de déblocage de fonds jours, à compter de la réception des demandes
ou autres ressources financières doit être portée mentionnées à l’alinéa premier ci-dessus. Elle
à la connaissance du public, notamment par sa informe la personne assujettie concernée de sa
publication au Journal Officiel ou dans un Journal décision.
d’annonces légales. L’absence de notification au demandeur d’une
L’autorité compétente s’assure également de la décision dans le délai visé à l’alinéa 3 ci-dessus,
publication des procédures à suivre par toute à compter de la réception de la demande vaut
personne physique ou morale inscrite sur la liste décision de rejet.
des personnes, entités ou organismes visés, pour
obtenir le retrait de cette inscription et, le cas Article 104 : Obligation de suspension
échéant, le déblocage des fonds lui appartenant. d’un ordre de virement
Les institutions financières qui reçoivent l’ordre
Article 102  : Gel des fonds au titre de l’exécu- d’un client, autre qu’une institution financière,
tion de contrats d’exécuter pour son compte un virement hors....
Les fonds ou autres ressources financières dus en (préciser le nom de l’Etat membre concerné) de
vertu de contrats, accords ou obligations conclus fonds ou d’instruments financiers au profit d’une
ou nés antérieurement à l’entrée en vigueur de personne, d’un organisme ou d’une entité faisant
la décision de gel de fonds sont prélevés sur les l’objet d’une mesure de gel, suspendent l’exé-
comptes gelés. Les fruits produits par les fonds, cution de cet ordre et informent, sans délai, l’au-
instruments et ressources précités ainsi que les torité compétente.
intérêts échus sont versés sur lesdits comptes.
Les fonds ou instruments financiers dont le virement
a été suspendu sont gelés, sauf si l’autorité compé-
Article 103  : Mesures d’assouplissement
tente en autorise la restitution au client.
en matière de gel de fonds
Les institutions financières qui reçoivent de
Lorsqu’une mesure de gel des fonds et autres
l’étranger, un ordre de virement de fonds ou d’ins-
ressources financières a été prise sur le fondement
des dispositions de l’article 100 de la présente loi, truments financiers d’une personne, d’un orga-
l’autorité compétente peut autoriser, dans les condi- nisme ou d’une entité faisant l’objet d’une mesure
tions qu’elle juge appropriées, la personne, l’orga- de gel au profit d’un client, autre qu’une institution
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

nisme ou l’entité qui en fait l’objet, sur sa demande, financière, suspendent l’exécution de cet ordre et
à disposer mensuellement d’une somme d’argent, informent, sans délai, l’autorité compétente.
fixée par ladite autorité. Cette somme est destinée Les fonds ou instruments dont l’ordre de virement
du terrorisme

à couvrir, dans la limite des disponibilités, pour a été suspendu sont gelés, sauf si l’autorité compé-
une personne physique, des frais courants du foyer tente autorise le virement.

VIII - 41
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 105 : Autorisation de paiement Section III : Saisie des espèces par l’Adminis-
ou de restitution de fonds tration des Douanes
L’autorité compétente peut autoriser le paiement ou Article 108 : Méthodes et moyens de recherche
la restitution des fonds, instruments financiers ou et de constatation de l’infraction
autres ressources économiques faisant l’objet d’une de blanchiment de capitaux ou de
mesure de gel, à une personne non visée par une telle financement du terrorisme
mesure qui lui en fait la demande, si cette personne
est titulaire sur ces fonds, instruments financiers ou Pour la recherche et la constatation de l’infraction
autres ressources économiques d’un droit acquis de blanchiment de capitaux et de financement du
avant la mesure de gel ou si une décision juridiction- terrorisme et conformément aux missions qui leur
nelle devenue définitive lui accorde un tel droit, à la sont assignées dans leur zone d’action en vue de
suite d’une procédure juridictionnelle engagée avant prévenir et de lutter contre les trafics illicites, les
que cette mesure ait été prononcée. agents des douanes peuvent procéder à l’immobili-
sation et à la perquisition des moyens de transport,
Article 106  : Conditions requises pour les auto- à la visite et à la retenue des personnes, confor-
risations mément aux dispositions réglementaires en vigueur.
Les autorisations visées aux articles 103 et 105
Article 109 : Visite des personnes
ci-dessus sont, le cas échéant, subordonnées aux
conditions ou accords que les autorités de..... La visite des personnes visées à l’article 108
(mentionner l’Etat membre concerné) sont tenues ci-dessus, comprend :
de respecter ou d’obtenir en vertu des résolutions 1. l’interrogatoire ;
adoptées, dans le cadre du chapitre VII de la Charte
des Nations Unies ou des actes pris, en application 2. la fouille intégrale de tous les bagages ;
de la réglementation en vigueur. 3. la demande de présentation du contenu des
Si l’autorisation est subordonnée à l’accord d’une poches et le contrôle des vêtements portés sur
instance internationale, les délais mentionnés aux le corps ;
mêmes articles sont prolongés des délais néces- 4. la visite corporelle.
saires pour l’obtenir.
Article 110 : Visite corporelle
Article 107  : Procédure de contestation de me-
sures administratives de gel des La visite corporelle doit être exécutée par deux
fonds agents des douanes du même sexe que la
personne visitée, dans un espace clos réunissant
Toute personne physique ou morale dont les fonds les conditions d’hygiène et de décence.
et autres ressources financières ont été gelés, en
application des dispositions de l’article 100 alinéa Article 111 : Conditions de saisie des espèces
premier ci-dessus, qui estime que la décision de
gel résulte d’une erreur, peut former un recours En cas de non-déclaration, de fausse déclaration
contre cette décision dans un délai d’un mois, ou déclaration incomplète, au sens de l’article
à compter de la date de publication au Journal 12 de la présente loi, ou s’il y a suspicion de
officiel ou dans un journal d’annonces légales. Le blanchiment de capitaux ou de financement du
recours est introduit auprès de l’autorité compé- terrorisme, au sens des articles 7 et 8 ci-dessus,
tente qui a ordonné le gel, en indiquant tous les l’Administration des Douanes saisit la totalité des
de capitaux et le financement

éléments qui peuvent démontrer l’erreur. espèces retrouvées et en dresse procès-verbal.


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Toute contestation de décision de gel de fonds Les espèces saisies et une copie du procès-verbal
et autres ressources financières prise, en appli- de saisie sont envoyées directement au Trésor, à la
cation d’une Résolution du Conseil de Sécurité des Caisse des Dépôts et Consignation ou à l’organisme
du terrorisme

Nations Unies, doit se conformer à la procédure en tenant lieu. Le dossier de l’opération est transmis
adéquate prévue dans le cadre des Résolutions du à la CENTIF dans un délai de huit jours calendaires,
Conseil de Sécurité. par les soins de l’Administration des Douanes.

VIII - 42
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Chapitre II : Sanctions administratives 1. lorsque l’infraction de blanchiment de


et disciplinaires capitaux est commise de façon habituelle ou
en utilisant les facilités que procure l’exercice
Article 112 : Sanctions pour non respect des d’une activité professionnelle ;
dispositions des titres II et III
2. lorsque l’auteur de l’infraction est en état
Lorsque, par suite, soit d’un grave défaut de vigi- de récidive. Dans ce cas, les condamnations
lance, soit d’une carence dans l’organisation de prononcées à l’étranger sont prises en compte
ses procédures internes de contrôle, une personne pour établir la récidive ;
visée aux articles 5 et 6 ci-dessus, a méconnu les
3. lorsque l’infraction de blanchiment est
obligations que lui imposent les titres II et III de
commise en bande organisée.
la présente loi, l’autorité de contrôle ayant pouvoir
disciplinaire peut agir d’office dans les conditions Lorsque le crime ou le délit dont proviennent les
prévues par les textes législatifs et réglementaires biens ou les sommes d’argent sur lesquels a porté
spécifiques en vigueur. l’infraction de blanchiment est puni d’une peine
privative de liberté d’une durée supérieure à celle
Elle en avise en outre la CENTIF ainsi que le
de l’emprisonnement encouru en application de
Procureur de la République.
l’article 113 ci-dessus, le blanchiment est puni des
peines attachées à l’infraction d’origine dont son
Chapitre III : Mesures coercitives auteur a eu connaissance et, si cette infraction est
accompagnée de circonstances aggravantes, des
Section I : Peines applicables en matière peines attachées aux seules circonstances dont il
de blanchiment de capitaux a eu connaissance.

Article 113 : Sanctions pénales applicables aux Article 116 : Sanctions pénales de certains
personnes physiques agissements liés au blanchiment
Les personnes physiques coupables d’une Sont punis d’un emprisonnement de six mois
infraction de blanchiment de capitaux, sont punies à deux ans et d’une amende de cent mille à un
d’un emprisonnement de trois à sept ans et d’une million cinq cent mille francs CFA ou de l’une de
amende égale au triple de la valeur des biens ou
ces deux peines seulement, les personnes et diri-
des fonds sur lesquels ont porté les opérations de
geants ou préposés des personnes physiques ou
blanchiment.
morales visées aux articles 5 et 6 de la présente
La tentative de blanchiment est punie des mêmes loi, lorsque ces derniers auront intentionnellement :
peines.
1. fait au propriétaire des sommes ou à l’auteur
des opérations visées à l’article 7, des révé-
Article 114 : Sanctions pénales applicables à
lations sur la déclaration qu’ils sont tenus de
l’entente, l’association, la com-
faire ou sur les suites qui lui ont été réservées ;
plicité en vue du blanchiment de
capitaux 2. détruit ou soustrait des pièces ou documents
relatifs aux obligations d’identification visées
L’entente ou la participation à une association en
aux articles 26 à 31 dont la conservation est
vue de la commission d’un fait constitutif de blan-
prévue par l’article 35 de la présente loi ;
chiment de capitaux, l’association pour commettre
ledit fait, l’aide, l’incitation ou le conseil à une 3. réalisé ou tenté de réaliser sous une fausse
personne physique ou morale, en vue de l’exécuter identité l’une des opérations visées aux articles
de capitaux et le financement

ou d’en faciliter l’exécution sont punies des mêmes 32, 33 et 39 à 45 et 53 de la présente loi ;
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

peines prévues à l’article 113 ci-dessus.


4. informé par tous moyens la ou (les) personnes
visée(s) par l’enquête menée pour les faits de
Article 115 : Circonstances aggravantes blanchiment de capitaux dont ils auront eu
du terrorisme

Les peines prévues à l’article 113 ci-dessus, sont connaissance, en raison de leur profession ou
portées au double : de leurs fonctions ;

VIII - 43
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

5. communiqué aux autorités judiciaires ou aux 6. l’interdiction définitive ou pour une durée
fonctionnaires compétents pour constater de trois à six ans d’exercer la profession ou
les infractions d’origine et subséquentes des l’activité à l’occasion de laquelle l’infraction
actes et documents visés à l’article 89 de la a été commise et l’interdiction d’exercer une
présente loi, qu’ils savent falsifiés ou erronés ; fonction publique ;
6. communiqué des renseignements ou docu- 7. l’interdiction d’émettre des chèques autres
ments à des personnes autres que celles que ceux qui permettent le retrait de fonds
visées à l’article 36 de la présente loi ; par le tireur auprès du tiré ou ceux qui sont
7. omis de procéder à la déclaration de soupçon, certifiés et l’interdiction d’utiliser des cartes de
prévue à l’article 79 de la présente loi, alors paiement pendant trois à six ans ;
que les circonstances amenaient à déduire 8. l’interdiction de détenir ou de porter une arme
que les sommes d’argent pouvaient provenir soumise à autorisation pendant trois à six ans ;
d’une infraction de blanchiment de capitaux
telle que définie à l’article 7 de la présente loi. 9. la confiscation de tout ou partie des biens
d’origine licite du condamné.
Sont punis d’une amende de cinquante mille à sept
cent cinquante mille francs CFA, les personnes et Article 118 : Exclusion du bénéfice du sursis
dirigeants ou préposés des personnes physiques
ou morales visées aux articles 5 et 6, lorsque ces Aucune sanction pénale prononcée pour infraction
derniers auront non intentionnellement : de blanchiment de capitaux ne peut être assortie
du sursis.
1. omis de faire la déclaration de soupçon, prévue
à l’article 79 de la présente loi ;
Section II : Peines applicables en matière
2. contrevenu aux dispositions des articles 16, 18
de financement du terrorisme
à 40 et 79 de la présente loi.
Article 119 : Sanctions pénales encourues par
Article 117 : Sanctions pénales complémen- les personnes physiques
taires facultatives applicables
Les personnes physiques coupables d’une
aux personnes physiques
infraction de financement du terrorisme, sont
Les personnes physiques coupables des infractions punies d’une peine d’emprisonnement de dix ans
définies aux articles 113 à 116 de la présente loi, au moins et d’une amende égale au moins au
peuvent également encourir les peines complé- quintuple de la valeur des biens ou des fonds sur
mentaires suivantes : lesquels ont porté les opérations de financement
1. l’interdiction définitive de séjour sur le territoire du terrorisme.
national ou pour une durée de un à cinq ans, La tentative de financement du terrorisme est punie
prononcée contre tout étranger condamné ; des mêmes peines.
2. l’interdiction de séjour pour une durée de un
à cinq ans dans une ou des circonscriptions Article 120 : Circonstances aggravantes
administratives ; Les peines prévues à l’article 119 de la présente
3. l’interdiction de quitter le territoire national et loi sont portées au double :
le retrait du passeport pour une durée de six 1. lorsque l’infraction de financement du terro-
mois à trois ans ; risme est commise de façon habituelle ou en
de capitaux et le financement

4. l’interdiction de l’exercice des droits civils et poli- utilisant les facilités que procure l’exercice
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

tiques pour une durée de six mois à trois ans ; d’une activité professionnelle ;
5. l’interdiction de conduire des engins à moteur 2. lorsque l’auteur de l’infraction est en état
terrestres, marins et aériens et le retrait des de récidive. Dans ce cas, les condamnations
du terrorisme

permis ou licences de conduire pour une prononcées à l’étranger sont prises en compte
durée de trois à six ans ; pour établir la récidive ;

VIII - 44
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

3. lorsque l’infraction de financement du terro- 6. communiqué des renseignements ou docu-


risme est commise en bande organisée. ments à des personnes autres que les auto-
rités judiciaires, les agents de l’Etat chargés de
Lorsque le crime ou le délit dont proviennent les
la détection et de la répression des infractions
biens ou les sommes d’argent sur lesquels a porté
liées au financement du terrorisme, agissant
l’infraction de financement du terrorisme est puni
dans le cadre d’un mandat judiciaire, les auto-
d’une peine privative de liberté d’une durée supé-
rités de contrôle et la CENTIF ;
rieure à celle de l’emprisonnement encourue en
application de l’article 119 de la présente loi, le 7. omis de procéder à la déclaration de soupçon,
financement du terrorisme est puni des peines prévue à l’article 79 de la présente loi, alors
attachées à l’infraction connexe dont son auteur a que les circonstances amenaient à déduire
eu connaissance et, si cette infraction est accom- que les fonds pouvaient être liés, associés
pagnée de circonstances aggravantes, des peines ou destinés à être utilisés à des fins de finan-
attachées aux seules circonstances dont il a eu cement du terrorisme tel que défini par les
connaissance. dispositions de l’article 8 de la présente loi.
Sont punis d’une amende de cent mille francs à un
Article 121 : Incrimination et sanction pénale million cinq cent mille francs CFA, les personnes et
des infractions liées au finance- dirigeants ou préposés des personnes physiques
ment du terrorisme ou morales visés aux articles 5 et 6 de la présente
Sont punis d’un emprisonnement de douze mois loi, lorsque ces derniers auront non intentionnel-
à quatre ans et d’une amende de deux cent mille lement :
francs à trois millions de francs CFA ou de l’une 1. omis de faire la déclaration de soupçon, prévue
de ces deux peines seulement, les personnes et à l’article 79 de la présente loi ;
dirigeants ou préposés des personnes physiques
ou morales visées aux articles 5 et 6 de la présente 2. contrevenu aux obligations de vigilance et de
loi, lorsque ces derniers auront intentionnellement : déclaration de soupçon que leur imposent les
dispositions de la présente loi.
1. fait au propriétaire des sommes ou à l’auteur
des actes visés à l’article 8 de la présente loi, Article 122 : Sanctions pénales complémen-
des révélations sur la déclaration qu’ils sont taires facultatives encourues par
tenus de faire ou sur les suites qui lui ont été les personnes physiques
réservées ;
Les personnes physiques coupables des infrac-
2. détruit ou soustrait des pièces ou documents tions définies aux articles 8 et 121 de la présente
relatifs aux opérations et transactions visées loi, peuvent également encourir les peines complé-
aux articles 32, 33,35 et 37 à 40 de la présente mentaires suivantes :
loi ;
1. l’interdiction définitive du territoire national ou
3. réalisé ou tenté de réaliser sous une fausse pour une durée de trois à sept ans, prononcée
identité l’une des opérations visées par les contre tout étranger condamné ;
dispositions des articles 18 et 21, 26 à 34,
36,38 à 40 et 50 à 58 de la présente loi ; 2. l’interdiction de séjour, pour une durée de trois
à sept ans, dans certaines circonscriptions
4. informé, par tous moyens, la ou les personnes administratives ;
visées par l’enquête menée pour les faits de
financement du terrorisme dont ils auront eu 3. l’interdiction de quitter le territoire national et
connaissance, en raison de leur profession ou le retrait du passeport, pour une durée de deux
de capitaux et le financement

de leurs fonctions ; à cinq ans ;


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

5. procédé à de fausses déclarations ou commu- 4. l’interdiction de l’exercice des droits civils et


politiques, pour une durée de deux à cinq ans ;
nications lors de la réalisation de l’une des
du terrorisme

opérations visées par les dispositions des 5. l’interdiction de conduire des engins à moteur
articles 24 à 39 de la présente loi ; terrestres, marins et aériens et le retrait des

VIII - 45
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

permis ou licences, pour une durée de cinq à 1. l’exclusion des marchés publics, à titre définitif
dix ans ; ou pour une durée de cinq ans au plus ;
6. l’interdiction définitive ou pour une durée 2. la confiscation du bien qui a servi ou était
de cinq à dix ans d’exercer la profession ou destiné à commettre l’infraction ou du bien qui
l’activité à l’occasion de laquelle l’infraction en est le produit ;
a été commise et l’interdiction d’exercer une
3. le placement sous surveillance judiciaire pour
fonction publique ;
une durée de cinq ans au plus ;
7. l’interdiction d’émettre des chèques autres
4. l’interdiction, à titre définitif ou pour une durée
que ceux qui permettent le retrait de fonds
de cinq ans, d’exercer directement ou indirec-
par le tireur auprès du tiré ou ceux qui sont
tement une ou plusieurs activités profession-
certifiés et l’interdiction d’utiliser des cartes de
nelles ou sociales à l’occasion de laquelle
paiement pendant cinq à dix ans ;
l’infraction a été commise ;
8. l’interdiction de détenir ou de porter une arme
5. la fermeture définitive ou pour une durée de
soumise à autorisation, pendant cinq à dix ans ;
cinq ans, des établissements ou de l’un des
9. la confiscation de tout ou partie des biens établissements de l’entreprise ayant servi à
d’origine licite du condamné ; commettre les faits incriminés ;
10. la confiscation du bien ou de la chose qui a 6. la dissolution, lorsqu’elles ont été créées pour
servi ou était destinée à commettre l’infraction commettre les faits incriminés ;
ou de la chose qui en est le produit, à l’ex-
7. l’affichage de la décision prononcée ou la
ception des objets susceptibles de restitution.
diffusion de celle-ci par la presse écrite ou par
tout moyen de communication audiovisuelle,
Article 123 : Exclusion du bénéfice du sursis
aux frais de la personne morale condamnée.
Aucune sanction pénale prononcée pour infraction
Les sanctions prévues aux points 3, 4, 5, 6 et 7
de financement du terrorisme ne peut être assortie
du second alinéa du présent article, ne sont pas
du sursis.
applicables aux institutions financières relevant
d’une autorité de contrôle disposant d’un pouvoir
Chapitre IV : Responsabilité pénale disciplinaire.
des personnes morales L’autorité de contrôle compétente, saisie par le
Procureur de la République de toute poursuite
Section I : Responsabilité pénale engagée contre une institution financière, peut
des personnes morales en matière prendre les sanctions appropriées, conformément
de blanchiment de capitaux aux textes législatifs et réglementaires spécifiques
en vigueur.
Article 124 : Sanctions pénales applicables aux
personnes morales
Section II : Responsabilité pénale des per-
Les personnes morales autres que l’Etat, pour le sonnes morales en matière
compte ou au bénéfice desquelles une infraction de financement du terrorisme
de blanchiment de capitaux ou l’une des infrac-
tions prévues par la présente loi a été commise Article 125 : Sanctions pénales encourues par
par l’un des organes ou représentants, sont punies les personnes morales
d’une amende d’un taux égal au quintuple de
de capitaux et le financement

Les personnes morales autres que l’Etat, pour le


celles encourues par les personnes physiques, sans
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

compte ou au bénéfice desquelles une infraction


préjudice de la condamnation de ces dernières de financement du terrorisme ou l’une des infrac-
comme auteurs ou complices des mêmes faits.
tions prévues par la présente loi a été commise
Les personnes morales, autres que l’Etat, peuvent, par l’un de leurs organes ou représentants, sont
du terrorisme

en outre, être condamnées à l’une ou plusieurs des punies d’une amende d’un taux égal au quintuple
peines suivantes : de celles encourues par les personnes physiques,

VIII - 46
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

sans préjudice de la condamnation de ces dernières commettre l’une des infractions prévues aux articles
comme auteurs ou complices des mêmes faits. 7, 8, 113, 115, 116, 121 et 122 de la présente loi
Les personnes morales autres que l’Etat, peuvent, et, d’autre part, d’aide, d’incitation ou de conseil à
en outre, être condamnées à l’une ou plusieurs des une personne physique ou morale en vue de les
peines suivantes : exécuter ou d’en faciliter l’exécution, est exemptée
de sanctions pénales si, ayant révélé l’existence de
1. l’exclusion des marchés publics, à titre définitif cette entente, association, aide ou conseil à l’au-
ou pour une durée de dix ans au plus ; torité judiciaire, elle permet ainsi, d’une part, d’iden-
2. la confiscation du bien qui a servi ou était tifier les autres personnes en cause et, d’autre part,
destiné à commettre l’infraction ou du bien qui d’éviter la réalisation des infractions de blanchiment
en est le produit ; de capitaux et de financement du terrorisme.
3. le placement sous surveillance judiciaire, pour
Article 127 : Causes d’atténuation
une durée de cinq ans au plus ;
de sanctions pénales
4. l’interdiction, à titre définitif ou pour une durée
Les peines encourues par toute personne, auteur
de dix ans au plus, d’exercer directement
ou complice de l’une des infractions énumérées
ou indirectement une ou plusieurs activités
aux articles 7, 8, 117, 119 et 122 de la présente loi
professionnelles ou sociales à l’occasion de
qui, avant toute poursuite, permet ou facilite l’iden-
laquelle l’infraction a été commise ;
tification des autres coupables ou après l’enga-
5. la fermeture définitive ou pour une durée de gement des poursuites, permet ou facilite l’arres-
dix ans au plus des établissements ou de l’un tation de ces derniers, sont réduites de moitié. En
des établissements de l’entreprise ayant servi outre, ladite personne est exemptée de l’amende
à commettre les faits incriminés ; et, le cas échéant, des mesures accessoires et
6. la dissolution, lorsqu’elles ont été créées pour peines complémentaires facultatives.
commettre les faits incriminés ; En matière de financement du terrorisme, lorsque
7. l’affichage de la décision prononcée ou la la peine encourue est la réclusion criminelle à
diffusion de celle-ci, par la presse écrite ou par perpétuité, celle-ci est ramenée à vingt ans.
tout moyen de communication audiovisuelle,
aux frais de la personne morale condamnée. Chapitre VI : Peines complémentaires obliga-
Les sanctions prévues aux points 3, 4, 5, 6 et 7 toires
du second alinéa du présent article, ne sont pas
applicables aux institutions financières relevant Article 128 : Confiscation obligatoire
d’une Autorité de contrôle disposant d’un pouvoir des produits tirés du blanchiment
disciplinaire. de capitaux
L’autorité de contrôle compétente, saisie par le Dans tous les cas de condamnation pour infraction
Procureur de la République de toute poursuite de blanchiment de capitaux ou de tentative, les
engagée contre une institution financière, peut tribunaux ordonnent la confiscation au profit de
prendre les sanctions appropriées, conformément l’Etat, des biens qui ont servi ou qui étaient destinés
aux textes législatifs et réglementaires spécifiques à commettre l’infraction, des produits tirés de l’in-
en vigueur. fraction, des biens mobiliers ou immobiliers dans
lesquels ces produits sont transformés ou convertis
et, à concurrence de leur valeur, des biens acquis
Chapitre V : Causes d’exemption et d’atté-
légitimement auxquels lesdits produits sont mêlés
nuation des sanctions pénales
de capitaux et le financement

ainsi que des revenus et autres avantages tirés de


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

ces produits, des biens en lesquels ils sont trans-


Article 126 : Causes d’exemption de sanctions
formés ou investis ou des biens auxquels ils sont
pénales
mêlés à quelque personne que ces produits et ces
du terrorisme

Toute personne coupable, d’une part, de partici- biens appartiennent, à moins que leur propriétaire
pation à une association ou à une entente, en vue de n’établisse qu’il ignore leur origine frauduleuse.

VIII - 47
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 129 : Confiscation obligatoire des fonds Chapitre II : Transfert des poursuites
et autres ressources financières
liés au financement du terrorisme Article 131 : Demande de transfert
Dans tous les cas de condamnation pour infraction de poursuite
de financement du terrorisme ou de tentative, les Lorsque l’autorité de poursuite d’un autre Etat membre
tribunaux ordonnent la confiscation au profit du estime, pour quelque cause que ce soit, que l’exercice
Trésor Public, des fonds et autres ressources finan- des poursuites ou la continuation des poursuites
cières liés à l’infraction ainsi que de tout bien qu’elle a déjà entamées se heurte à des obstacles
mobilier ou immobilier destiné ou ayant servi à la majeurs et qu’une procédure pénale adéquate est
commission de ladite infraction. possible sur le territoire national, elle peut demander
L’Etat peut affecter les fonds et autres ressources à l’autorité judiciaire compétente d’accomplir les
financières ainsi que les biens visés à l’alinéa actes nécessaires contre l’auteur présumé.
premier ci-dessus, à un fonds de lutte contre le Les dispositions de l’alinéa premier ci-dessus, s’ap-
crime organisé ou à l’indemnisation des victimes pliquent également, lorsque la demande émane
des infractions prévues à l’article 8 de la présente d’une autorité d’un Etat tiers, et que les règles en
loi ou de leurs ayants droit. vigueur dans cet Etat autorisent l’autorité de pour-
La décision ordonnant une confiscation identifie et suite nationale à introduire une demande tendant
localise les fonds, biens et autres ressources finan- aux mêmes fins.
cières concernés. La demande de transfert de poursuite est accom-
Lorsque les fonds, biens et autres ressources finan- pagnée des documents, pièces, dossiers, objets et
cières à confisquer ne peuvent être représentés, informations en possession de l’autorité de pour-
leur confiscation peut être ordonnée en valeur. suite de l’Etat requérant.
Toute personne qui prétend avoir un droit sur un
Article 132 : Transmission de demandes
bien ou des fonds ayant fait l’objet d’une confis-
cation peut, pour être rétablie dans ses droits, saisir Les demandes adressées par les autorités compé-
la juridiction qui a rendu la décision de confis- tentes étrangères, aux fins d’établir les faits de
cation dans un délai de six mois, à compter de la blanchiment de capitaux et de financement du
notification de la décision. terrorisme, d’exécuter ou de prononcer des mesures
conservatoires ou une confiscation, ou aux fins
TITRE VI : COOPERATION d’extradition sont transmises par voie diplomatique.
INTERNATIONALE En cas d’urgence, elles peuvent faire l’objet d’une
communication par l’intermédiaire de l’Organi-
sation Internationale de Police Criminelle (OIPC/
Chapitre premier : Compétence internationale Interpol) ou de communication directe par les auto-
rités étrangères aux autorités judiciaires nationales,
Article 130 : Infractions commises en dehors du par tout moyen de transmission rapide, laissant une
territoire national trace écrite ou matériellement équivalente.
Les juridictions nationales sont compétentes pour Les demandes et leurs annexes doivent être
connaître des infractions prévues par la présente accompagnées d’une traduction dans la langue
loi, commises par toute personne physique ou officielle de ......... (indiquer la dénomination de
morale, quelle que soit sa nationalité ou la locali- l’Etat membre qui adopte la loi).
sation de son siège, même en dehors du territoire
de capitaux et le financement

national, dès lors que le lieu de commission est Article 133 : Refus d’exercice des poursuites
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

situé dans l’un des Etats membres. L’autorité judiciaire compétente ne peut donner
Elles peuvent également connaître des mêmes suite à la demande de transfert des poursuites
infractions commises dans un Etat tiers, dès lors émanant de l’autorité compétente de l’Etat
du terrorisme

qu’une convention internationale leur donne requérant si, à la date de l’envoi de la demande, la
compétence. prescription de l’action publique est acquise selon

VIII - 48
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

la loi de cet Etat ou si une action dirigée contre la L’entraide peut, notamment inclure :
personne concernée a déjà abouti à une décision
1. le recueil de témoignages ou de dépositions ;
définitive.
2. la fourniture d’une aide pour la mise à la
Article 134 : Sort des actes accomplis dans disposition des autorités judiciaires de l’Etat
l’Etat requérant avant le transfert requérant de personnes détenues ou d’autres
des poursuites personnes, aux fins de témoignage ou d’aide
dans la conduite de l’enquête ;
Pour autant qu’il soit compatible avec la législation
en vigueur, tout acte régulièrement accompli sur le 3. la remise de documents judiciaires ;
territoire de l’Etat requérant, aux fins de poursuites ou 4. les perquisitions et les saisies ;
pour les besoins de la procédure, aura la même valeur
que s’il avait été accompli sur le territoire national. 5. l’examen d’objets et de lieux ;
6. la fourniture de renseignements et de pièces
Article 135 : Information de l’Etat requérant à conviction ;
L’autorité judiciaire compétente informe l’autorité 7. la fourniture des originaux ou de copies certi-
de poursuite de l’Etat requérant de la décision fiées conformes de dossiers et documents
prise ou rendue à l’issue de la procédure. A cette pertinents, y compris de relevés bancaires,
fin, elle lui transmet copie de toute décision passée pièces comptables et registres montrant le
en force de chose jugée. fonctionnement d’une entreprise ou ses acti-
vités commerciales.
Article 136 : Avis donné à la personne
poursuivie Article 139 : Contenu de la demande d’entraide
judiciaire
L’autorité judiciaire compétente avise la personne
concernée qu’une demande a été présentée à son Toute demande d’entraide judiciaire adressée
égard et recueille les arguments qu’elle estime à l’autorité compétente est faite par écrit. Elle
opportuns de faire valoir avant qu’une décision ne comporte :
soit prise. 1. le nom de l’autorité qui sollicite la mesure ;

Article 137 : Mesures conservatoires 2. le nom de l’autorité compétente et de l’au-


torité chargée de l’enquête ou de la procédure
L’autorité judiciaire compétente peut, à la demande auxquelles se rapporte la demande ;
de l’Etat requérant, prendre toutes mesures conser-
vatoires, y compris de détention provisoire et de 3. l’indication de la mesure sollicitée ;
saisie, compatibles avec la législation nationale. 4. un exposé des faits constitutifs de l’infraction
et des dispositions législatives applicables,
Chapitre III : Entraide judiciaire sauf si la demande a pour seul objet la remise
d’actes de procédure ou de décisions judi-
Article 138 : Modalités de l’entraide judiciaire ciaires ;

A la requête d’un Etat membre, les demandes d’en- 5. tous éléments connus permettant l’identifi-
traide se rapportant aux infractions prévues aux cation de la ou des personnes concernées et,
articles 7 et 8 de la présente loi sont exécutées notamment l’état civil, la nationalité, l’adresse
conformément aux principes définis par les articles et la profession ;
139 à 155. 6. tous renseignements nécessaires pour loca-
de capitaux et le financement

liser les instruments, ressources ou biens


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Les dispositions de l’alinéa précédent sont appli-


visés ;
cables aux demandes émanant d’un Etat tiers,
lorsque la législation de cet Etat fait obligation à 7. un exposé détaillé de toute procédure ou
du terrorisme

celui-ci de donner suite aux demandes de même demande particulière que l’Etat requérant
nature émanant de l’autorité compétente. souhaite voir suivre ou exécuter ;

VIII - 49
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

8. l’indication du délai dans lequel l’Etat diction dans les (préciser le nombre de jours : dix,
requérant souhaite voir exécuter la demande ; quinze jours, etc.) jours qui suivent cette décision.
9. toute autre information nécessaire pour la Le gouvernement de (indiquer la dénomination de
bonne exécution de la demande. l’Etat membre qui adopte la loi) communique sans
délai à l’Etat requérant les motifs du refus d’exé-
Article 140 : Refus d’exécution de la demande cution de sa demande.
d’entraide judiciaire
Article 141 : Secret sur la demande d’entraide
La demande d’entraide judiciaire ne peut être
judiciaire
refusée que si :
L’autorité compétente maintient le secret sur la
1. elle n’émane pas d’une autorité compétente demande d’entraide judiciaire, sur sa teneur et les
selon la législation de l’Etat requérant ou elle pièces produites ainsi que le fait même de l’entraide.
n’a pas été transmise régulièrement ;
S’il n’est pas possible d’exécuter ladite demande
2. son exécution risque de porter atteinte à l’ordre sans divulguer le secret, l’autorité compétente en
public, à la souveraineté, à la sécurité ou aux informe l’Etat requérant, qui décidera, dans ce cas,
principes fondamentaux du droit ; s’il maintient la demande.
3. les faits sur lesquels elle porte font l’objet
de poursuites pénales ou ont déjà fait l’objet Article 142 : Demande de mesures d’enquête et
d’une décision de justice définitive sur le terri- d’instruction
toire national ; Les mesures d’enquête et d’instruction sont
4. des mesures sollicitées ou toutes autres exécutées conformément à la législation en
mesures ayant des effets analogues, ne sont vigueur, à moins que l’autorité compétente de
pas autorisées ou ne sont pas applicables à l’Etat requérant n’ait demandé qu’il y soit procédé
l’infraction visée dans la demande, en vertu de selon une forme particulière compatible avec cette
la législation en vigueur ; législation.
5. les mesures demandées ne peuvent être Un magistrat ou un fonctionnaire délégué par l’au-
prononcées ou exécutées pour cause de pres- torité compétente de l’Etat requérant peut assister
cription de l’infraction de blanchiment de à l’exécution des mesures selon qu’elles sont effec-
capitaux ou de financement du terrorisme, en tuées par un magistrat ou par un fonctionnaire.
vertu de la législation en vigueur ou de la loi S’il y a lieu, les autorités judiciaires ou policières
de l’Etat requérant ; de ... (indiquer la dénomination de l’Etat membre
6. la décision dont l’exécution est demandée qui adopte la loi) peuvent accomplir, en collabo-
n’est pas exécutoire selon la législation en ration avec les autorités d’autres Etats membres,
vigueur ; des actes d’enquête ou d’instruction.

7. la décision étrangère a été prononcée dans Article 143 : Remise d’actes de procédure
des conditions n’offrant pas de garanties suffi- et de décisions judiciaires
santes au regard des droits de la défense ;
Lorsque la demande d’entraide a pour objet la
8. de sérieuses raisons permettent de penser que remise d’actes de procédure et/ou de décisions
les mesures demandées ou la décision solli- judiciaires, elle devra comprendre, outre les indica-
citée ne visent la personne concernée qu’en tions prévues à l’article 139 ci-dessus, le descriptif
raison de sa race, de sa religion, de sa natio-
de capitaux et le financement

des actes ou décisions visés.


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

nalité, de son origine ethnique, de ses opinions


L’autorité compétente procède à la remise des
politiques, de son sexe ou de son statut.
actes de procédure et de décisions judiciaires qui
Le secret professionnel ne peut être invoqué pour lui seront envoyés à cette fin par l’Etat requérant.
du terrorisme

refuser d’exécuter la demande.


Cette remise peut être effectuée par simple trans-
Le ministère public peut interjeter appel de la mission de l’acte ou de la décision au destinataire.
décision de refus d’exécution rendue par une juri- Si l’autorité compétente de l’Etat requérant en fait

VIII - 50
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

expressément la demande, la remise est effectuée sur le territoire national est jugée nécessaire, l’au-
dans une des formes prévues par la législation en torité compétente, saisie d’une demande adressée
vigueur pour les significations analogues ou dans directement au parquet compétent, procédera au
une forme spéciale compatible avec cette législation. transfert de l’intéressé.
La preuve de la remise se fait au moyen d’un Néanmoins, il ne sera donné suite à la demande
récépissé daté et signé par le destinataire ou d’une que si l’autorité compétente de l’Etat requérant
déclaration de l’autorité compétente constatant le s’engage à maintenir en détention la personne
fait, la forme et la date de la remise. Le document transférée aussi longtemps que la peine qui lui a été
établi pour constituer la preuve de la remise est infligée par les juridictions nationales compétentes
immédiatement transmis à l’Etat requérant. ne sera pas entièrement purgée et à la renvoyer en
état de détention à l’issue de la procédure ou plus
Si la remise n’a pu se faire, l’autorité compétente
tôt, si sa présence cesse d’être nécessaire.
en fait immédiatement connaître le motif à l’Etat
requérant.
Article 146 : Casier judiciaire
La demande de remise d’un document requérant la
Lorsque des poursuites sont exercées par une
comparution d’une personne doit être effectuée au
juridiction d’un Etat membre du chef de l’une des
plus tard soixante jours avant la date de comparution.
infractions visées par la présente loi, le parquet
de ladite juridiction peut obtenir directement des
Article 144 : Comparution de témoins
autorités compétentes nationales, un extrait du
non détenus
casier judiciaire et tous renseignements relatifs à
Lorsque dans une poursuite exercée du chef des la personne poursuivie.
infractions visées dans la présente loi, la compa-
Les dispositions de l’alinéa premier ci-dessus, sont
rution personnelle d’un témoin résidant sur le
applicables lorsque les poursuites sont exercées
territoire national est jugée nécessaire par les
par une juridiction d’un Etat tiers et que cet Etat
autorités judiciaires d’un Etat étranger, l’autorité
réserve le même traitement aux demandes de
compétente, saisie d’une demande transmise par
même nature émanant des juridictions nationales
la voie diplomatique, engage le témoin à se rendre
compétentes.
à l’invitation qui lui est adressée.
La demande tendant à obtenir la comparution du Article 147 : Demande de perquisition
témoin comporte, outre les indications prévues par et de saisie
l’article 139 ci-dessus, les éléments de son iden-
Lorsque la demande d’entraide a pour objet l’exé-
tification.
cution de mesures de perquisitions et de saisies
Néanmoins, la demande n’est reçue et transmise pour recueillir des pièces à conviction, l’autorité
qu’à la double condition que le témoin ne sera ni compétente y donne droit, dans une mesure
poursuivi ni détenu pour des faits ou des condam- compatible avec la législation en vigueur et à
nations antérieurs à sa comparution et qu’il ne sera condition que les mesures sollicitées ne portent
pas obligé, sans son consentement, de témoigner pas atteinte aux droits des tiers de bonne foi.
dans une procédure ou de prêter son concours à une
enquête sans rapport avec la demande d’entraide. Article 148 : Demande de confiscation
Aucune sanction, ni mesure de contrainte ne Lorsque la demande d’entraide judiciaire a pour
peuvent être appliquées au témoin qui refuse objet une décision ordonnant une confiscation, la
de déférer à une demande tendant à obtenir sa juridiction compétente statue, sur saisine de l’au-
comparution. torité compétente de l’Etat requérant.
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

La décision de confiscation doit viser un bien


Article 145 : Comparution de personnes
constituant le produit ou l’instrument de l’une des
détenues
infractions visées par la présente loi et se trouvant
Lorsque, dans une poursuite exercée du chef de sur le territoire national, ou consister en l’obligation
du terrorisme

l’une des infractions visées dans la présente loi, de payer une somme d’argent correspondant à la
la comparution personnelle d’un témoin détenu valeur de ce bien.

VIII - 51
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Il ne peut être donné suite à une demande tendant Nonobstant les dispositions des deux alinéas
à obtenir une décision de confiscation, si une telle précédents, l’exécution des décisions émanant de
décision a pour effet de porter atteinte aux droits l’étranger ne peut avoir pour effet de porter atteinte
légalement constitués au profit des tiers sur les aux droits légalement constitués sur les biens
biens visés, en application de la loi. visés au profit des tiers, en application de la loi.
Cette règle ne fait pas obstacle à l’application des
Article 149 : Demande de mesures conserva- dispositions des décisions étrangères relatives aux
toires aux fins de préparer une droits des tiers, sauf si ceux-ci n’ont pas été mis à
confiscation même de faire valoir leurs droits devant la juridiction
Lorsque la demande d’entraide a pour objet de compétente de l’Etat étranger dans des conditions
rechercher le produit des infractions visées dans la analogues à celles prévues par la loi en vigueur.
présente loi qui se trouve sur le territoire national,
l’autorité compétente peut effectuer des investi- Article 151 : Sort des biens confisqués
gations dont les résultats seront communiqués à L’Etat bénéfice des biens confisqués sur son terri-
l’autorité compétente de l’Etat requérant. toire à la demande d’autorités étrangères, à moins
A cet effet, l’autorité compétente prend toutes les qu’un accord conclu avec l’Etat requérant n’en
dispositions nécessaires pour remonter à la source décide autrement.
des avoirs, enquêter sur les opérations financières
appropriées et recueillir tous autres renseignements Article 152 : Demande d’exécution des déci-
ou témoignages de nature à faciliter le placement sions rendues à l’étranger
sous main de justice, du produit de l’infraction. Les condamnations à des peines privatives de
Lorsque les investigations prévues à l’alinéa liberté, à des amendes et confiscations ainsi qu’à
premier du présent article aboutissent à des des déchéances prononcées pour les infractions
résultats positifs, l’autorité compétente prend, visées par la présente loi, par une décision défi-
sur demande de l’autorité compétente de l’Etat nitive émanant d’une juridiction d’un Etat membre,
requérant, toute mesure propre à prévenir la négo- peuvent être exécutées sur le territoire national, à
ciation, la cession ou l’aliénation du produit visé, la demande des autorités compétentes de cet Etat.
en attendant une décision définitive de la juri-
Les dispositions de l’alinéa précédent s’appliquent
diction compétente de l’Etat requérant.
aux condamnations prononcées par les juridictions
Toute demande tendant à obtenir les mesures visées d’un Etat tiers, lorsque cet Etat réserve le même
dans le présent article doit énoncer, outre les indica- traitement aux condamnations prononcées par les
tions prévues à l’article 139 ci-dessus, les raisons juridictions nationales.
qui portent l’autorité compétente de l’Etat requérant
à croire que le produit ou les instruments des infrac- Article 153 : Modalités d’exécution
tions se trouvent sur son territoire ainsi que les
renseignements permettant de les localiser. Les décisions de condamnation prononcées à
l’étranger sont exécutées conformément à la légis-
Article 150 : Effet de la décision de confiscation lation en vigueur.
prononcée à l’étranger
Article 154 : Arrêt de l’exécution
Dans la mesure compatible avec la législation en
vigueur, l’autorité compétente donne effet à toute Il est mis fin à l’exécution de la décision rendue
décision de justice définitive de saisie ou de confis- à l’étranger lorsqu’en raison d’une décision ou
de capitaux et le financement

cation des produits des infractions visées dans la d’un acte de procédure émanant de l’Etat qui a
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

présente loi émanant d’une juridiction d’un Etat prononcé la sanction, celle-ci perd son caractère
membre. exécutoire.
Les dispositions de l’alinéa premier ci-dessus s’ap-
du terrorisme

Article 155 : Refus d’exécution


pliquent aux décisions émanant des juridictions
d’un Etat tiers, lorsque cet Etat réserve le même La demande d’exécution de la condamnation
traitement aux décisions émanant des juridictions prononcée à l’étranger est rejetée si la peine est
nationales compétentes. prescrite au regard de la loi de l’Etat requérant.

VIII - 52
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Chapitre IV : Extradition nécessaires. A cet égard, il peut fixer un délai de


quinze jours pour l’obtention desdites informa-
Article 156 : Conditions de l’extradition tions, à moins que ce délai ne soit incompatible
avec la nature de l’affaire.
Peuvent être extradés :
1. les individus poursuivis pour les infractions Article 159 : Arrestation provisoire
visées par la présente loi, quelle que soit la
En cas d’urgence, l’autorité compétente de l’Etat
durée de la peine encourue sur le territoire
requérant peut demander l’arrestation provisoire
national ;
de l’individu recherché, en attendant la présen-
2. les individus qui, pour des infractions visées tation d’une demande d’extradition. Il est statué
par la présente loi, sont condamnés définiti- sur cette demande, conformément à la législation
vement par les tribunaux de l’Etat requérant, en vigueur.
sans qu’il soit nécessaire de tenir compte de
La demande d’arrestation provisoire indique l’exis-
la peine prononcée.
tence d’une des pièces visées à l’article 157 de
Il n’est pas dérogé aux règles de droit commun la présente loi et précise l’intention d’envoyer une
de l’extradition, notamment celles relatives à la demande d’extradition. Elle mentionne l’infraction
double incrimination. pour laquelle l’extradition est demandée, le temps
et le lieu où elle a été commise, la peine qui est
Article 157 : Procédure simplifiée ou peut être encourue ou qui a été prononcée, le
Lorsque la demande d’extradition concerne une lieu où se trouve l’individu recherché s’il est connu
personne ayant commis l’une des infractions ainsi que, dans la mesure du possible, le signa-
prévues par la présente loi, elle est adressée lement de celui-ci.
directement au Procureur Général compétent de La demande d’arrestation provisoire est transmise
l’Etat requis, avec ampliation, pour information, au aux autorités compétentes, soit par voie diploma-
Ministre chargé de la Justice. tique, soit directement par voie postale ou télé-
La demande visée à l’alinéa premier ci-dessus est graphique, soit par l’Organisation Internationale
accompagnée : de Police Criminelle (OIPC/Interpol), soit par tout
autre moyen laissant une trace écrite ou admis par
1. de l’original ou de l’expédition authentique la législation en vigueur de l’Etat.
soit d’une décision de condamnation exécu-
toire, soit d’un mandat d’arrêt ou de tout autre L’autorité compétente de l’Etat requérant est
acte ayant la même force, délivré dans les informée, sans délai, de la suite donnée à sa
formes prescrites par la loi de l’Etat requérant demande.
et portant l’indication précise du temps, du lieu L’arrestation provisoire prend fin si, dans le délai
et des circonstances des faits constitutifs de de vingt jours, l’autorité compétente n’a pas été
l’infraction et de leur qualification ; saisie de la demande d’extradition et des pièces
2. d’une copie certifiée conforme des disposi- mentionnées à l’article 157.
tions légales applicables avec l’indication de Toutefois, la mise en liberté provisoire est possible,
la peine encourue ; à tout moment, sauf pour l’autorité compétente à
3. d’un document comportant un signalement prendre toute mesure qu’elle estimera nécessaire
aussi précis que possible de l’individu réclamé en vue d’éviter la fuite de la personne poursuivie.
ainsi que tous autres renseignements de La mise en liberté provisoire ne fait pas obstacle
nature à déterminer son identité, sa nationalité à une nouvelle arrestation et à l’extradition, si la
de capitaux et le financement

et l’endroit où il se trouve. demande d’extradition parvient ultérieurement.


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Article 158 : Complément d’informations Article 160 : Remise d’objets


Lorsque les informations communiquées par l’au- Lorsqu’il y a lieu à extradition, tous les objets
du terrorisme

torité compétente de l’Etat requérant se révèlent susceptibles de servir de pièces à conviction ou


insuffisantes pour prendre une décision, l’Etat provenant des infractions de blanchiment de
requis demande le complément d’informations capitaux ou de financement du terrorisme et

VIII - 53
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

trouvés en la possession de l’individu réclamé, au l’intitulé exacts de la loi uniforme relative à la lutte
moment de son arrestation ou découverts ultérieu- contre le blanchiment de capitaux adoptée dans
rement, sont saisis et remis à l’autorité compétente l’Etat membre concerné) et de la loi N° ............
de l’Etat requérant, à sa demande. (indiquer les références et l’intitulé exacts de la loi
uniforme relative à la lutte contre le financement
Cette remise peut être effectuée même si l’extra-
du terrorisme dans l’Etat membre concerné)
dition ne peut s’accomplir par suite de l’évasion ou
de la mort de l’individu réclamé.
Article 165 : Exécution
Toutefois, sont réservés les droits que les tiers
auraient acquis sur lesdits objets qui devront, si de La présente loi sera exécutée comme loi de l’Etat.
tels droits existent, être rendus le plus tôt possible
et sans frais à l’Etat requis, à l’issue des procédures ANNEXE :
exercées dans l’Etat requérant.
1. Convention internationale pour la répression
Si elle l’estime nécessaire pour une procédure
du financement du terrorisme, adoptée par
pénale, l’autorité compétente peut retenir tempo-
l’Assemblée Générale des Nations Unies le 9
rairement les objets saisis.
décembre 1999.
Elle peut, en les transmettant, se réserver la faculté
2. Annexes à la Convention internationale pour la
d’en demander le retour pour le même motif, en
répression du financement du terrorisme :
s’obligeant à les renvoyer dès que faire se peut.
2.1. Convention pour la répression de la cap-
Article 161 : Obligation d’extrader ture illicite d’aéronefs (La Haye, 16 dé-
ou de poursuivre cembre 1970).
En cas de refus de l’extradition, l’affaire est déférée 2.2. Convention pour la répression d’actes
devant les juridictions nationales compétentes illicites dirigés contre la sécurité de
afin que des poursuites puissent être engagées l’aviation civile (Montréal, 23 septembre
contre l’intéressé pour l’infraction ayant motivé la 1971).
demande. 2.3. Convention sur la prévention et la répres-
sion des infractions contre les personnes
TITRE VII : DISPOSITIONS FINALES jouissant d’une protection internationale,
y compris les agents diplomatiques,
Article 162 : Information de l’Autorité adoptée par l’Assemblée Générale des
de contrôle des poursuites Nations Unies le 14 décembre 1973.
engagées contre les assujettis 2.4. Convention internationale contre la prise
sous sa tutelle d’otages, adoptée par l’Assemblée géné-
Le Procureur de la République avise toute Autorité rale des Nations Unies le 17 décembre
de contrôle compétente des poursuites engagées 1979.
contre les personnes assujetties sous sa tutelle, en 2.5. Convention internationale sur la protec-
application des dispositions de la présente loi. tion physique des matières nucléaires
(Vienne, 3 mars 1980).
Article 163 : Modalités d’application
2.6. Protocole pour la répression d’actes il-
Après concertation, des textes des autorités de licites de violence dans les aéroports
contrôle, chacune dans les limites de ses attri- servant à l’aviation civile internationale,
de capitaux et le financement

butions, déterminent, en tant que de besoin, les


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

complémentaire à la Convention pour la


modalités d’application de la présente loi. répression d’actes illicites dirigés contre
la sécurité de l’aviation civile (Montréal,
Article 164 : Dispositions abrogatoires 24 février 1988).
du terrorisme

Sont abrogées toutes dispositions antérieures 2.7. Convention pour la répression d’actes il-
contraires à la présente loi, notamment les disposi- licites contre la sécurité de la navigation
tions de la loi N° ............ (indiquer les références et maritime (Rome, 10 mars 1988).

VIII - 54
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

2.8. Protocole pour la répression d’actes illi- dans l’ensemble du système fi-
cites contre la sécurité des plates-formes nancier, pourraient être sérieuse-
fixes situées sur le plateau continental ment compromises par les entre-
(Rome, 10 mars 1988). prises conduites par les criminels
et leurs complices pour masquer
2.9. Convention internationale pour la répres-
l’origine de leurs profits ou ali-
sion des attentats terroristes à l’explosif,
menter le terrorisme par des flux
adoptée par l’Assemblée Générale des
d’argent licite ou illicite ;
Nations Unies le 15 décembre 1997.
Considérant la nécessité d’arrêter certaines
mesures de coordination au ni-
DIRECTIVE N° 02 /2015/CM/ veau de l’Union, faute de quoi les
UEMOA DU 2 JUILLET 2015 criminels qui blanchissent des
RELATIVE A LA LUTTE CONTRE capitaux ou qui financent le ter-
LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX rorisme peuvent essayer de tirer
ET LE FINANCEMENT avantage, pour favoriser leurs acti-
DU TERRORISME DANS LES vités, de la libre circulation des ca-
ETATS MEMBRES DE L’UNION pitaux et de la libre prestation des
ECONOMIQUE ET MONETAIRE services financiers qu’implique un
OUEST AFRICAINE (UEMOA) marché financier intégré ;
Considérant que le blanchiment de capitaux et
Le Conseil des Ministres de L’Union Economique le financement du terrorisme s’ins-
et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ; crivent souvent dans un contexte
international et que l’impact des
Vu le Traité de l’Union Economique et mesures adoptées au seul niveau
Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), national, voire de l’Union, sans coor-
notamment en ses articles 6, 7, 16, dination ni coopération internatio-
21, 42, 43, 97, 98 et 113 ; nales, ne pourrait être que limité ;
Vu le Traité de l’Union Monétaire Ouest Considérant, dès lors, qu’il est indispensable
Africaine (UMOA), notamment en d’assurer l’adéquation des me-
son article 34 ; sures arrêtées par l’Union en la
matière avec toute autre action
Vu le Règlement N°14/2002/CM/ engagée dans d’autres enceintes
UEMOA du 19 septembre 2002, internationales ;
relatif au gel des fonds et autres
ressources financières dans le Considérant, en outre, que l’utilisation du sys-
cadre de la lutte contre le finance- tème financier pour acheminer des
ment du terrorisme dans les Etats fonds d’origine criminelle ou même
membres de l’Union Economique licite destinés à des fins terroristes
et Monétaire Ouest Africaine ; menace son intégrité, son bon
fonctionnement, sa réputation et
Considérant que le blanchiment de capitaux sa stabilité et, qu’en conséquence,
ainsi que le financement du ter- les mesures préventives prévues
rorisme et de la prolifération des dans la présente Directive devraient
armes de destruction massive font couvrir non seulement la manipu-
peser des menaces graves sur la lation de fonds d’origine criminelle,
de capitaux et le financement

stabilité du système financier, la


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

mais aussi la collecte de biens ou


paix et la sécurité internationale ; d’argent à des fins terroristes ;
Considérant que la solidité, l’intégrité et la Considérant que la variabilité du risque de blan-
du terrorisme

stabilité des établissements de chiment de capitaux et de finance-


crédit et des autres institutions ment du terrorisme nécessite d’ap-
financiers ainsi que la confiance pliquer une approche fondée sur

VIII - 55
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

les risques, qui suppose la prise de TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE


décisions fondées sur des preuves,
de façon à mieux cibler les risques Article premier : Définitions
de blanchiment de capitaux et de Pour l’application de la présente Directive, on
financement du terrorisme mena- entend par :
çant l’Union ainsi que les acteurs
1. acte terroriste :
qui opèrent en son sein ;
–– un acte constitutif d’une infraction au sens
Considérant l’impérieuse nécessité pour de l’un des instruments juridiques interna-
tous les Etats de poursuivre et tionaux énumérés en annexe à la présente
d’intensifier résolument la lutte Directive ;
contre le blanchiment de capitaux,
le financement du terrorisme et –– tout autre acte destiné à tuer ou blesser
de la prolifération des armes de grièvement un civil, ou toute autre
destruction massive ; personne qui ne participe pas directe-
ment aux hostilités dans une situation
Soucieux de mettre en œuvre les recomman- de conflit armé, lorsque, par sa nature
dations internationales relatives ou son contexte, cet acte vise à inti-
à la lutte contre le blanchiment mider une population ou à contraindre
de capitaux et le financement un Gouvernement ou une organisation
du terrorisme, notamment celles internationale à accomplir ou à s’abstenir
découlant de la Convention des d’accomplir un acte quelconque ;
Nations Unies du 9 décembre
2. acteurs du Marché Financier Régional : les
1999 pour la répression du finan-
structures centrales (Bourse Régionale des
cement du terrorisme, les normes
Valeurs Mobilières – BRVM, Dépositaire Cen-
internationales sur la lutte contre
tral/Banque de Règlement) et les intervenants
le blanchiment de capitaux et le
commerciaux (Sociétés de Gestion et d’Inter-
financement du terrorisme et de
médiation, Sociétés de Gestion de Patrimoine,
la prolifération du Groupe d’Action
Conseils en investissements boursiers, Appor-
Financière (GAFI) ainsi que les
teurs d’affaires et Démarcheurs) ;
normes et standards régionaux
en matière de lutte contre le blan- 3. actions au porteur : les titres négociables par
chiment de capitaux et le finance- simple tradition, représentant la propriété d’une
ment du terrorisme ; fraction du capital d’une société anonyme ;
Soucieux d’assurer une harmonisation de la 4. activité criminelle : tout acte criminel ou dé-
législation des Etats membres de lictuel constituant une infraction sous-jacente
l’Union Economique et Monétaire au blanchiment de capitaux et au financement
Ouest Africaine avec celle des du terrorisme dans un Etat membre ;
autres Etats membres de la Com- 5. auteur : toute personne qui participe à la com-
munauté Economique des Etats mission d’un crime ou d’un délit ;
de l’Afrique de l’Ouest ;
6. autorité compétente : l’organe qui, en vertu
Sur proposition conjointe de la Com- d’une loi ou d’une réglementation, est habilité
mission de l’UEMOA et de la à accomplir ou à ordonner les actes ou les me-
Banque Centrale des Etats de sures prévues par la présente Directive ;
de capitaux et le financement

l’Afrique de l’Ouest ;
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

7. autorités de contrôle : les autorités nationales


Après avis du Comité des Experts statutaire, en ou communautaires de l’UMOA et de l’UE-
date du.......juin 2015 ; MOA habilitées, en vertu d’une loi ou d’une
réglementation, à contrôler les personnes phy-
du terrorisme

ADOPTE LA DIRECTIVE siques et morales visées aux articles 5 et 6 de


DONT LA TENEUR SUIT : la présente Directive ;

VIII - 56
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

8. autorité de poursuite : l’organe qui, en vertu effectif de l’opération la ou les personnes


d’une loi ou d’une réglementation, est inves- physiques qui soit détiennent, directement
ti, même à titre occasionnel, de la mission ou indirectement, plus de vingt cinq pour
d’exercer l’action publique ; cent des parts ou actions de l’organisme,
soit exercent un pouvoir de contrôle sur
9. autorité judiciaire : l’organe habilité, en vertu
les organes d’administration ou de direc-
d’une loi ou d’une réglementation, à accomplir
tion de l’organisme de placements collec-
des actes de poursuite ou d’instruction ou à
tifs ou, le cas échéant, de la société de
rendre des décisions de justice ;
gestion ou de la société de gestion de
10. autorités publiques : les administrations na- portefeuille le représentant ;
tionales et celles des collectivités locales de
–– lorsque le client d’une des personnes
l’Union ainsi que leurs établissements publics ;
mentionnées à l’article 5 de la présente
11. banque fictive : une banque qui a été consti- Directive, est une personne morale qui
tuée et agréée dans un Etat où elle n’a pas de n’est ni une société ni un organisme de
présence physique et qui n’est pas affiliée à un placements collectifs, ou lorsque le client
groupe financier réglementé soumis à une sur- intervient dans le cadre d’une fiducie ou
veillance consolidée et effective. L’expression de tout autre dispositif juridique compa-
présence physique désigne la présence d’une rable relevant d’un droit étranger, on
direction et d’un pouvoir de décision dans un entend par bénéficiaire effectif de l’opé-
pays. La simple présence physique d’un agent ration la ou les personnes physiques qui
local ou de personnel subalterne ne constitue satisfont à l’une des conditions suivantes :
pas une présence physique ; 1. elles ont vocation, par l’effet d’un acte
12. bénéficiaire effectif ou ayant droit écono- juridique les ayant désignées à cette
mique : la ou les personnes physiques qui, en fin, à devenir titulaires de droits portant
dernier lieu, possèdent ou contrôlent un client sur vingt-cinq pour cent au moins des
et/ou la personne physique pour le compte biens de la personne morale ou des
de laquelle une opération est effectuée. Sont biens transférés à un patrimoine fidu-
également comprises dans cette définition ciaire ou à tout autre dispositif juri-
les personnes qui exercent, en dernier lieu, un dique comparable relevant d’un droit
contrôle effectif sur une personne morale ou étranger ;
une construction juridique telle que définie au 2. elles appartiennent à un groupe dans
point 21 ci-dessous ; l’intérêt principal duquel la personne
–– lorsque le client d’une des personnes morale, la fiducie ou tout autre dispo-
mentionnées à l’article 5 de la présente sitif juridique comparable relevant
Directive, est une société, on entend d’un droit étranger a été constitué
par bénéficiaire effectif de l’opération ou a produit ses effets, lorsque les
la ou les personnes physiques qui soit personnes physiques qui en sont les
détiennent, directement ou indirectement, bénéficiaires n’ont pas encore été
plus de vingt-cinq pour cent du capital désignées ;
ou des droits de vote de la société, soit 3. elles sont titulaires de droits portant
exercent, par tout autre moyen, un pouvoir sur vingt-cinq pour cent au moins des
de contrôle sur les organes de gestion, biens de la personne morale, de la
d’administration ou de direction de la fiducie ou de tout autre dispositif juri-
société ou sur l’assemblée générale de dique comparable relevant d’un droit
de capitaux et le financement

ses associés ;
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

étranger ;
–– lorsque le client d’une des personnes 4. elles ont la qualité de constituant, de
mentionnées à l’article 5 de la présente fiduciaire ou de bénéficiaire, confor-
du terrorisme

Directive, est un organisme de placements mément aux textes législatifs et régle-


collectifs, on entend par bénéficiaire mentaires en vigueur ;

VIII - 57
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

13. BCEAO ou Banque Centrale : la Banque Cen- –– le vol ;


trale des Etats de l’Afrique de l’Ouest ; –– la contrebande (y compris relativement
14. biens : les avoirs de toute nature, corporels ou aux taxes et droits de douane et d’accise) ;
incorporels, meubles ou immeubles, tangibles –– les infractions fiscales (liées aux impôts
ou intangibles, fongibles ou non fongibles directs et indirects) ;
ainsi que les documents ou instruments juri-
–– l’extorsion ;
diques sous quelque forme que ce soit, y com-
pris électronique ou numérique, attestant la –– le faux et l’usage de faux ;
propriété de ces avoirs ou de droits y afférents –– la piraterie ;
ainsi que les intérêts sur lesdits avoirs, à savoir
–– les délits d’initiés et la manipulation de
notamment les crédits, les chèques de voyage,
marchés ;
les chèques, les mandats, les actions, les va-
leurs mobilières, les obligations, les traites ou –– tout autre crime ou délit.
lettres de crédit ainsi que les éventuels intérêts, 17. CENTIF : la Cellule Nationale de Traitement des
dividendes ou autres revenus ou valeur tirés de Informations Financières ;
tels avoirs ou générés par de tels avoirs ; 18. CIMA  : la Conférence Interafricaine des Mar-
15. blanchiment de capitaux : l’infraction définie chés d’Assurances ;
à l’article 7 de la présente Directive ; 19. client occasionnel : toute personne qui
16. catégories désignées d’infractions : s’adresse à l’une des personnes assujetties,
–– la participation à un groupe criminel orga- au sens des articles 5 et 6 de la présente Di-
nisé et la participation à un racket ; rective, dans le but exclusif de préparer ou de
réaliser une opération ponctuelle ou d’être
–– le terrorisme, y compris son financement ; assistée dans la préparation ou la réalisation
–– la traite des êtres humains et le trafic illi- d’une telle opération, que celle-ci soit réalisée
cite de migrants ; en une seule opération ou en plusieurs opé-
–– l’exploitation sexuelle, y compris le détour- rations apparaissant comme liées entre elles ;
nement et l’exploitation des mineurs ; 20. confiscation : la dépossession définitive de
biens, sur décision d’une juridiction compé-
–– le trafic illicite de stupéfiants et de subs-
tente ou de toute autorité compétente ;
tances psychotropes ;
21. constructions juridiques :  les fiducies ex-
–– le trafic illicite d’armes ;
presses ou les constructions juridiques simi-
–– le trafic illicite de biens volés et autres laires ;
biens ;
22. correspondance bancaire : les relations com-
–– la corruption et la concussion ; merciales entre un établissement de crédit ins-
–– le détournement de fonds par des tallé dans un Etat membre et un établissement
personnes exerçant une fonction publique ; de crédit installé dans un autre État ;
–– la fraude ; 23. CRF : les Cellules de Renseignement Finan-
cier ;
–– le faux monnayage ;
24. Entreprises et Professions Non Financières
–– la contrefaçon de biens (y compris de
Désignées ou EPNFD, notamment :
monnaie ou de billets de banque) et le
piratage de produits ; a. les casinos, y compris les casinos sur In-
de capitaux et le financement

ternet ;
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

–– le trafic d’organes ;
b. les agents immobiliers et les courtiers en
–– les infractions contre l’environnement ; biens immeubles ;
–– les meurtres et les blessures corporelles c. les personnes se livrant habituellement
du terrorisme

graves ; au commerce ou organisant la vente de


–– l’enlèvement, la séquestration et la prise pierres précieuses, de métaux précieux,
d’otages ; d’antiquités et d’œuvres d’art ;

VIII - 58
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

d. les avocats, notaires et autres membres naire agissant pour le compte d’une autre
de professions juridiques indépendantes personne.
lorsqu’ils préparent ou effectuent des
g. les autres entreprises ou professions qui
transactions pour un client, dans le cadre
pourront être désignées par l’autorité
des activités suivantes :
compétente ;
–– achat et vente de biens immobiliers ;
25. Etat membre : l’Etat-partie au Traité de l’Union
–– gestion de capitaux, des titres ou autres Monétaire Ouest Africaine et au Traité de l’Union
actifs du client ; Economique et Monétaire Ouest Africaine ;
–– gestion de comptes, y compris les 26. Etat tiers : tout Etat autre qu’un Etat membre ;
comptes-titres ;
27. Fiducie  : l’opération par laquelle un ou plu-
–– organisation des apports pour la création, sieurs constituants transfèrent des biens, des
l’exploitation ou la gestion des sociétés, droits ou des sûretés, ou un ensemble de biens,
ou création, exploitation ou gestion de de droits ou de sûretés, présents ou futurs, à un
personnes morales ou de constructions ou plusieurs fiduciaires qui, les tenant sépa-
juridiques, et achat et vente d’entités rés de leur patrimoine propre, agissent dans
commerciales. un but déterminé au profit d’un ou plusieurs
e. les comptables indépendants ; bénéficiaires ;
f. les prestataires de services aux sociétés 28. financement de la prolifération  : le finance-
et fiducies, non visés ailleurs dans la pré- ment de la prolifération des armes de des-
sente Directive, qui fournissent les services truction massive, à savoir notamment des
suivants, à titre commercial, à des tiers : armes nucléaires, chimiques, bactériologues
ou biologiques, par des actes proscrits par la
–– en intervenant, en qualité d’agent, pour la
Résolution 1540 (2004) et les résolutions suc-
constitution, l’enregistrement et la gestion
cessives du Conseil de Sécurité des Nations
de personnes morales, à savoir notam-
Unies relatives à la prévention, la répression et
ment les fiducies ;
l’interruption de la prolifération des armes de
–– en intervenant ou en procédant aux arran- destruction massive et de son financement ;
gements nécessaires afin qu’une autre
personne intervienne, en qualité d’admi- 29. financement du terrorisme : l’infraction défi-
nistrateur ou de secrétaire général d’une nie à l’article 8 de la présente Directive ;
société de capitaux, d’associé d’une société 30. fonds et autres ressources financières : tous
de personnes ou de titulaire d’une fonction les actifs financiers et avantages économiques
similaire pour d’autres personnes morales ; de quelque nature qu’ils soient, y compris, mais
–– en fournissant un siège, une adresse pas exclusivement, le numéraire, les chèques,
commerciale ou des locaux, une adresse les créances en numéraire, les traites, les
administrative ou postale à une société ordres de paiement et autres instruments de
de capitaux, d’associé d’une société de paiement, les dépôts auprès des institutions
personnes ou toute autre personne morale financières, les soldes en comptes, les créances
ou structure juridique ; et les titres de créances, les titres négociés et
les instruments de la dette, notamment les
–– en intervenant ou en procédant aux arran- actions et autres titres de participation, les
gements nécessaires afin qu’une autre certificats de titres, les obligations, les billets
personne intervienne, en qualité d’admi- à ordre, les warrants, les titres non gagés,
de capitaux et le financement

nistrateur d’une fiducie exprès, de titulaire


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

les contrats sur produits dérivés, les intérêts,


d’une fonction similaire pour d’autres les dividendes ou autres revenus d’actifs ou
personnes morales ; plus-values perçus sur des actifs, le crédit, le
–– en intervenant ou en procédant aux arran- droit à compensation, les garanties, y compris
du terrorisme

gements nécessaires afin qu’une autre les garanties de bonne exécution ou autres
personne intervienne, en qualité d’action- engagements financiers, les lettres de crédit,

VIII - 59
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

les connaissements, les contrats de vente, tout a. acceptation de dépôts et d’autres fonds
document attestant la détention de parts d’un remboursables du public ;
fonds ou de ressources financières et tout autre b. prêts, y compris le crédit à la consomma-
instrument de financement à l’exportation ; tion, le crédit hypothécaire, l’affacturage
31. gel : avec ou sans recours, le financement de
transactions commerciales ;
a. en matière de confiscation et de mesures
provisoires, l’interdiction du transfert, de la c. crédit-bail, à l’exception du crédit-bail se
conversion, de la disposition ou du mou- rapportant à des produits de consommation ;
vement de tout bien, équipement ou ins- d. transfert d’argent ou de valeurs ;
trument suite à une mesure prise par une
autorité compétente ou un tribunal dans le e. émission et gestion de moyens de paiement ;
cadre d’un mécanisme de gel et ce, pour f. octroi de garanties et souscription d’en-
la durée de validité de ladite mesure, ou gagements ;
jusqu’à ce qu’une décision de confiscation
g. négociation sur :
soit prise par une autorité compétente ;
b. aux fins des recommandations de la –– les instruments du marché monétaire ;
mise en œuvre des sanctions financières –– le marché des changes ;
ciblées, l’interdiction du transfert, de la
–– les instruments sur devises, taux d’intérêt
conversion, de la disposition ou du mou-
et indices ;
vement de tous les fonds et autres biens
détenus ou contrôlés par des personnes –– les valeurs mobilières ;
ou entités désignées suite à une mesure –– les marchés à terme de marchandises.
prise par le Conseil de sécurité des Na-
tions Unies ou une autorité compétente ou h. participation à des émissions de valeurs
un tribunal, conformément aux résolutions mobilières et prestation de services finan-
du Conseil de sécurité applicables et ce, ciers connexes ;
pour la durée de validité de ladite mesure. i. gestion individuelle et collective de patri-
32. infraction grave : un acte constituant une in- moine ;
fraction passible d’une peine privative de liber- j. conservation et administration de valeurs
té dont le minimum ne doit pas être inférieur mobilières, en espèces ou liquides, pour
à trois ans ; le compte d’autrui ;
33. infraction sous-jacente : toute infraction, k. autres opérations d’investissement, d’ad-
même commise sur le territoire d’un autre Etat ministration ou de gestion de fonds ou
membre ou sur celui d’un Etat tiers, qui génère d’argent pour le compte d’autrui ;
un produit d’une activité criminelle ;
l. souscription et placement de produits
34. installation gouvernementale ou publique : d’assurances vie et non vie et d’autres
toute installation ou tout moyen de transport, de produits d’investissement en lien avec
caractère permanent ou temporaire, qui est uti- une assurance ;
lisé ou occupé par des représentants d’un Etat,
des membres du Gouvernement, du Parlement m. change manuel ;
ou de la Magistrature, ou des agents ou per- n. toutes autres activités ou opérations
sonnel d’un Etat ou de toute autre autorité ou déterminées par l’autorité compétente.
de capitaux et le financement

entité publique, ou par des agents ou personnel


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Sont désignés sous le nom d’institutions financières :


d’une organisation intergouvernementale, dans
le cadre de leurs fonctions officielles ; –– les établissements de crédit ;
35. institution financière : toute personne ou en- –– les services financiers des postes, ainsi
du terrorisme

tité qui exerce, à titre commercial, une ou plu- que les caisses de dépôts et consigna-
sieurs des activités ou opérations suivantes au tions ou les organismes qui en tiennent
nom et pour le compte d’un client : lieu, des Etats membres ;

VIII - 60
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

–– les sociétés d’assurance et de réassurance, un autre moyen de paiement libellé dans une
les courtiers en assurance et de réassu- autre devise ;
rance et les agents généraux d’assurance ;
40. organisation criminelle : toute entente ou as-
–– les systèmes financiers décentralisés ; sociation structurée dans le but de commettre,
notamment des infractions de blanchiment de
–– les structures centrales du Marché
capitaux, de financement du terrorisme ou de
Financier Régional (BRVM, Dépositaire
prolifération des armes de destruction massive ;
Central/Banque de Règlement) ainsi que
les Sociétés de Gestion et d’Intermédia- 41. organisation ou organisme à but non lucratif :
tion, les Sociétés de Gestion de Patrimoine toute association, fondation, organisation non
et tous autres intervenants commerciaux gouvernementale constituée conformément
ayant le statut d’institution financière, aux textes législatifs et réglementaires en vi-
au sens des textes régissant le Marché gueur, ayant pour objet principal la collecte ou
Financier Régional ; la distribution de fonds à des fins caritatives,
religieuses, culturelles, éducatives, sociales
–– les Organismes de Placement Collectif en
ou confraternelles, ou pour d’autres types de
Valeurs Mobilières ;
bonnes œuvres ;
–– les Entreprises d’Investissement à Capital 42. organisation terroriste : tout groupe de terro-
Fixe ; ristes qui :
–– les Agréés de change manuel ; a. commet ou tente de commettre des actes
–– les Etablissements de Monnaie Electronique ; terroristes par tout moyen, direct ou indi-
rect, illégalement et délibérément ;
–– toute autre structure déterminée par l’au-
torité compétente. b. participe, en tant que complice, à des
actes terroristes ;
36. institutions financières étrangères : les insti-
tutions financières établies dans un Etat tiers ; c. organise des actes terroristes ou incite
d’autres à en commettre ;
37. instrument : tout bien utilisé ou devant être
d. contribue à la commission d’actes terro-
utilisé totalement ou en partie et de quelque
ristes par un groupe de personnes agis-
manière que ce soit pour commettre une in-
sant dans un but commun, lorsque cette
fraction pénale ;
contribution est délibérée et vise à favo-
38. instruments négociables au porteur : tous les riser l’acte terroriste ou qu’elle est appor-
instruments monétaires au porteur tels que : tée en sachant l’intention du groupe de
–– les chèques de voyage ; commettre un acte terroriste ;

–– les instruments négociables (notamment 43. passeurs de fonds : les personnes qui exé-
les chèques, billets à ordre et mandats) cutent des transports physiques transfronta-
qui sont soit au porteur, soit endossables liers d’espèces ou d’instruments négociables
sans restriction, soit établis à l’ordre d’un au porteur ou qui apportent sciemment leur
concours à la réalisation de ces opérations ;
bénéficiaire fictif, ou qui se présentent
sous toute autre forme permettant le 44. PPE : les Personnes Politiquement Exposées :
transfert sur simple remise ; –– PPE étrangères : les personnes physiques
–– les instruments incomplets (notamment qui exercent ou qui ont exercé d’impor-
chèques, billets à ordre et mandats) tantes fonctions publiques dans un autre
de capitaux et le financement

signés, mais sur lesquels le nom du béné- Etat membre ou un Etat tiers, à savoir
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

ficiaire a été omis ; notamment :


39. opération de change manuel : l’échange im- a. les Chefs d’Etat ou de Gouvernement, les
médiat de billets de banque ou monnaies libel- Ministres, les Ministres délégués et les
du terrorisme

lés en devises différentes, réalisé par cession Secrétaires d’Etat ;


ou livraison d’espèces, contre le règlement par b. les membres de familles royales ;

VIII - 61
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

c. les Directeurs généraux des ministères ; 45. produits d’une activité criminelle : tous fonds
d. les parlementaires ; tirés, directement ou indirectement, de la com-
mission d’une infraction telle que prévue aux
e. les membres des cours suprêmes, des articles 7 et 8 de la présente Directive ou ob-
cours constitutionnelles ou d’autres tenus, directement ou indirectement, en com-
hautes juridictions dont les décisions ne mettant ladite infraction ;
sont pas susceptibles de recours, sauf cir-
constances exceptionnelles ; 46. saisie : toute mesure conservatoire effectuée
dans le cadre d’une enquête ou d’une fouille.
f. les membres des cours des comptes ou La saisie peut être ordonnée par une juridic-
des conseils ou directoires des banques tion compétente ou exécutée sans décision
centrales ; judiciaire par toute autorité compétente dans
g. les ambassadeurs, les chargés d’affaires et l’exercice de ses fonctions. Elle a pour but de
les officiers supérieurs des forces armées ; placer entre les mains de la Justice ou toute
autorité compétente, tous les biens du suspect
h. les membres des organes d’administra-
pour une durée déterminée. Les biens de-
tions, de direction ou de surveillance des
meurent la propriété du suspect ;
entreprises publiques ;
47. service de transfert de fonds ou de valeurs :
i. les hauts responsables des partis poli-
un service financier dont l’activité consiste
tiques ;
à accepter les espèces, les chèques ou tout
j. les membres de la famille d’une PPE, en autre instrument de paiement ou dépôt de va-
l’occurrence : leur dans un lieu donné et à payer une somme
–– le conjoint ; équivalente en espèces ou sous toute autre
forme à un bénéficiaire situé dans une autre
–– tout partenaire considéré comme l’équiva-
zone géographique au moyen d’une commu-
lent d’un conjoint ;
nication, d’un message, d’un transfert ou d’un
–– les enfants et leurs conjoints ou parte- système de compensation auquel le service
naires ; de transmission de fonds ou de valeurs ap-
–– les autres parents ; partient. Ce service peut être fourni par des
personnes physiques ou morales en ayant re-
–– les personnes connues pour être étroite-
cours au système financier réglementé ou de
ment associées à une PPE ;
manière informelle ;
–– PPE nationales : les personnes physiques
48. relation d’affaires : une situation dans laquelle
qui exercent ou qui ont exercé d’impor-
une personne visée à l’article 5 de la présente
tantes fonctions publiques dans l’Etat
Directive, engage une relation professionnelle
membre concerné, notamment les
ou commerciale qui est censée, au moment
personnes physiques visées au a) à i)
où le contact est établi, s’inscrire dans une
ci-dessus ;
certaine durée. La relation d’affaires peut être
–– PPE des organisations internationales  : prévue par un contrat selon lequel plusieurs
les personnes qui exercent ou qui ont opérations successives seront réalisées entre
exercé d’importantes fonctions au sein les cocontractants ou qui crée à ceux-ci des
de ou pour le compte d’une organisation obligations continues. Une relation d’affaires est
internationale, notamment les membres également nouée lorsqu’en l’absence d’un tel
de la haute direction, en particulier, les contrat, un client bénéficie de manière régulière
de capitaux et le financement

directeurs, les directeurs adjoints et les de l’intervention d’une personne susmention-


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

membres du Conseil d’Administration et née pour la réalisation de plusieurs opérations


toutes les personnes exerçant des fonc- ou d’une opération présentant un caractère
tions équivalentes. continu ou, s’agissant des personnes mention-
du terrorisme

La notion de PPE ne couvre pas les personnes de nées au point 4 de l’article 5 ci-dessous, pour
rang moyen ou inférieur relevant des catégories l’exécution d’une mission légale ;
ci-dessus. 49. terroriste : toute personne physique qui :

VIII - 62
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

a. commet ou tente de commettre des actes cement du terrorisme et de la prolifération ainsi qu’à
terroristes par tout moyen, directement ou faciliter les enquêtes et les poursuites y relatives.
indirectement, illégalement et délibéré-
ment ; Article 3 : Illicéité de l’origine des capitaux
b. participe, en tant que complice, à des ou des biens
actes terroristes ou au financement du Pour l’application de la présente Directive, l’origine
terrorisme ; de capitaux ou de biens est illicite lorsque ceux-ci
c. organise des actes terroristes ou incite proviennent de la commission de l’une des infrac-
d’autres à en commettre ; tions mentionnées au point 16 de l’article premier
d. contribue à la commission d’actes terro- ci-dessus, ou de tous crimes ou délits.
ristes par un groupe de personnes agissant
dans un but commun, lorsque cette contri- Section II : Champ d’application de la Directive
bution est intentionnelle et vise à réaliser
l’acte terroriste, ou qu’elle est apportée Article 4 : Application de la Directive dans
en ayant connaissance de l’intention du l’espace
groupe de commettre un acte terroriste ;
Les Etats membres s’engagent à prendre les
50. UEMOA : l’Union Economique et Monétaire dispositions nécessaires pour que les infractions
Ouest Africaine ; définies aux articles 7 et 8 de la présente Directive
51. UMOA : l’Union Monétaire Ouest Africaine ; soient applicables à toute personne physique ou
52. Union : l’Union Economique et Monétaire morale, et à toute organisation justiciable, sans
Ouest Africaine ou l’Union Monétaire Ouest tenir compte du lieu où l’acte a été commis.
Africaine ;
Article 5 : Personnes assujetties aux obligations
53. virement électronique : toute transaction par
voie électronique effectuée au nom d’un don- de lutte contre le blanchiment de
neur d’ordre, personne physique ou morale, par capitaux et le financement du terro-
l’entremise d’une institution financière en vue de risme et de la prolifération
mettre à la disposition d’un bénéficiaire une cer- Les dispositions de la présente Directive, en parti-
taine somme d’argent dans une autre institution culier celles de ses titres II et III, sont applicables
financière, le donneur d’ordre et le bénéficiaire aux personnes physiques ou morales mentionnées
pouvant être une seule et même personne. ci-après : 

TITRE PREMIER : DISPOSITIONS 1. le Trésor Public ; 


GENERALES 2. la BCEAO ; 
3. les institutions financières ;
Chapitre premier : Objet et champ d’application
de la Directive 4. les prestataires de services aux sociétés
et fiducies ;

Section I : Objet de la Directive et illicéité de 5. les sociétés immobilières et les agents


l’origine des capitaux ou des biens immobiliers, y compris les agents de
location ;
Article 2 : Objet 6. les autres personnes physiques ou mo-
La présente Directive a pour objet de prévenir rales négociant des biens, seulement
de capitaux et le financement

et de réprimer le blanchiment de capitaux et le dans la mesure où les paiements sont


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

financement du terrorisme et de la prolifération effectués ou reçus en espèces pour un


des armes de destruction massive dans les Etats montant de cinq millions de francs CFA
membres de l’Union. au moins, que la transaction soit exécu-
du terrorisme

Elle détermine les mesures visant à détecter et à tée en une fois ou sous la forme d’opé-
décourager le blanchiment de capitaux, le finan- rations fractionnées apparemment liées ;

VIII - 63
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

7. les opérateurs de ventes volontaires de ration ou l’exécution de transactions por-


meubles aux enchères publiques ; tant sur :
8. les agents sportifs et les promoteurs –– l’achat et la vente de biens immeubles ou
d’événements sportifs ; d’entreprises commerciales ;
9. les prestataires de jeux d’argent et de –– la gestion de fonds, de titres ou d’autres
hasard, notamment les propriétaires, les actifs appartenant au client ;
directeurs et gérants de casinos et d’éta-
–– l’ouverture ou la gestion de comptes
blissements de jeux, y compris les lote-
d’épargne ou de portefeuilles ;
ries nationales ;
–– l’organisation des apports nécessaires à
10. les apporteurs d’affaires aux institutions
la constitution, à la gestion ou à la direc-
financières ;
tion de sociétés ;
11. les personnes se livrant habituellement
–– la constitution, la gestion ou la direction
au commerce ou organisant la vente de
de sociétés, de fiducies ou de construc-
pierres précieuses, de métaux précieux,
tions juridiques similaires ;
d’antiquités et d’œuvres d’art ;
–– la constitution ou la gestion de fonds de
12. les transporteurs de fonds ;
dotation.
13. les sociétés de gardiennage ;
Les avocats, dans l’exercice d’une activité relative
14. les agences de voyage ; aux transactions mentionnées au point b) ci-dessus,
15. les hôtels ; ne sont pas soumis aux dispositions des titres II
et III de la présente Directive, lorsque l’activité se
16. les organismes à but non lucratif ; rattache à une procédure juridictionnelle, que les
17. toute autre personne physique ou morale informations dont ils disposent soient reçues ou
désignée par l’autorité compétente. obtenues avant, pendant ou après cette procédure,
y compris dans le cadre de conseils relatifs à la
Article 6 : Autres personnes assujetties manière d’engager ou d’éviter une telle procédure,
ni lorsqu’ils donnent des consultations juridiques,
Sont également soumis aux obligations de lutte à moins que celles-ci n’aient été fournies à des fins
contre le blanchiment de capitaux et le finan- de blanchiment de capitaux ou de financement du
cement du terrorisme et de la prolifération : terrorisme ou en sachant que le client les demande
1. les auditeurs externes, experts-comptables aux fins de blanchiment de capitaux ou de finan-
externes, les salariés autorisés à exercer la cement du terrorisme.
profession d’expert-comptable en application Les avocats dans l’exercice d’une activité relative
de la loi et les conseillers fiscaux ; aux transactions mentionnées au point b)
2. les avocats, les notaires, les huissiers de justice ci-dessus, ne sont pas soumis aux dispositions
et autres membres des professions juridiques du chapitre III du titre III de la présente Directive,
indépendantes, notamment les administra- lorsqu’ils donnent des consultations juridiques, à
teurs judiciaires, les mandataires judiciaires et moins que celles-ci n’aient été fournies à des fins
les commissaires-priseurs judiciaires ; de blanchiment de capitaux ou de financement du
terrorisme ou en sachant que le client les demande
Les personnes visées au point 2 de l’alinéa premier
aux fins de blanchiment de capitaux ou de finan-
ci-dessus, sont soumises aux dispositions des
cement du terrorisme.
de capitaux et le financement

titres II et III de la présente Directive lorsque, dans


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

le cadre de leur activité professionnelle : Les personnes morales et physiques, qui exercent
une activité financière, à titre occasionnel ou à
a. elles participent, au nom de leur client ou
une échelle limitée comportant peu de risques de
pour le compte de celui-ci, à toute
du terrorisme

blanchiment de capitaux ou de financement du


transaction financière ou immobilière ou
terrorisme, ne relèvent pas de la présente Directive,
agissent en qualité de fiduciaire ;
sous réserve de satisfaire à l’ensemble des critères
b. elles assistent leur client dans la prépa- suivants :

VIII - 64
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

–– l’activité financière est limitée en termes commettre ou de le conseiller, à cet effet,


absolus ; ou de faciliter l’exécution d’un tel acte.
–– l’activité financière est limitée au niveau Il y a blanchiment de capitaux, même si cet acte est
des transactions ; commis par l’auteur de l’infraction ayant procuré
–– l’activité financière n’est pas l’activité les biens à blanchir.
principale ; Il y a également blanchiment de capitaux, même
–– l’activité financière est accessoire et direc- si les activités qui sont à l’origine des biens à
tement liée à l’activité principale ; blanchir sont exercées sur le territoire d’un autre
–– l’activité financière est exercée pour les Etat membre ou celui d’un Etat tiers.
seuls clients de l’activité principale et La connaissance ou l’intention, en tant qu’élé-
n’est généralement pas offerte au public. ments des activités susmentionnées, peuvent être
déduites de circonstances factuelles objectives.
Chapitre II : Incrimination du blanchiment
de capitaux et du financement Article 8 : Incrimination du financement
du terrorisme du terrorisme
Aux fins de la présente Directive, on entend par
Article 7 : Incrimination du blanchiment
financement du terrorisme, tout acte commis par
de capitaux
une personne physique ou morale qui, par quelque
Aux fins de la présente Directive, sont considérés moyen que ce soit, directement ou indirectement,
comme blanchiment de capitaux, les agissements a délibérément fourni ou réuni des biens, fonds et
énumérés, ci-après, commis intentionnellement : autres ressources financières dans l’intention de
a. la conversion ou le transfert de biens, par les utiliser ou sachant qu’ils seront utilisés, en tout
toute personne qui sait ou aurait dû sa- ou partie, en vue de la commission :
voir que ces biens proviennent d’un crime
a. d’un ou de plusieurs actes terroristes ;
ou délit ou d’une participation à un crime
ou délit, dans le but de dissimuler ou de b. d’un ou de plusieurs actes terroristes par
déguiser l’origine illicite desdits biens, ou une organisation terroriste ;
d’aider toute personne impliquée dans
c. d’un ou de plusieurs actes terroristes, par
cette activité à échapper aux consé-
quences juridiques de ses actes ; un terroriste ou un groupe de terroristes.

b. la dissimulation ou le déguisement de La commission d’un ou de plusieurs de ces actes


la nature, de l’origine, de l’emplacement constitue une infraction.
de la disposition, du mouvement ou de la La tentative de commettre une infraction de finan-
propriété réels de biens ou des droits y cement du terrorisme ou le fait d’aider, d’inciter ou
relatifs, par toute personne qui sait ou au- d’assister quelqu’un en vue de la commettre, ou le
rait dû savoir que ces biens proviennent fait d’en faciliter l’exécution, constitue également
d’un crime ou délit ou d’une participation
une infraction de financement du terrorisme.
à un crime ou délit ;
L’infraction est commise, que l’acte visé au
c. l’acquisition, la détention ou l’utilisation
présent article se produise ou non, ou que les
de biens, dont celui qui s’y livre, sait ou
aurait dû savoir, au moment où il les ré- biens aient ou non été utilisés pour commettre
ceptionne que ces biens proviennent d’un cet acte. L’infraction est commise également par
de capitaux et le financement

toute personne physique ou morale qui participe


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

crime ou délit ou d’une participation à un


crime ou délit ; en tant que complice, organise ou incite d’autres à
commettre les actes susvisés.
d. la participation à l’un des actes visés aux
La connaissance ou l’intention, en tant qu’élé-
du terrorisme

points a), b) et c), le fait de s’associer


pour le commettre, de tenter de le com- ments des activités susmentionnées, peuvent être
mettre, d’aider ou d’inciter quelqu’un à le déduites de circonstances factuelles objectives.

VIII - 65
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 9 : Refus de toute justification –– la vigilance à l’égard de la clientèle, la décla-


Nulle considération de nature politique, philoso- ration, la conservation des documents et
phique, idéologique, raciale, ethnique, religieuse ni des pièces, le contrôle interne, la gestion du
aucun autre motif ne peut être pris en compte pour respect des obligations (y compris, si la taille
justifier la commission de l’une des infractions et la nature de l’activité le justifient, la nomina-
visées aux articles 7 et 8 de la présente Directive. tion, au niveau de l’encadrement, d’un respon-
sable du contrôle du respect des obligations)
Chapitre III : Evaluation des risques et les vérifications sur le personnel ;
–– lorsque cela est approprié, eu égard à la taille
Article 10 : Evaluation nationale des risques et à la nature des activités, une fonction d’audit
Chaque Etat membre prend des mesures appro- indépendante chargée de tester les politiques,
priées pour identifier, évaluer, comprendre et procédures et contrôles visés au premier tiret
atténuer les risques de blanchiment de capitaux ci-dessus.
et de financement du terrorisme auxquels il est Les personnes assujetties doivent obtenir l’autori-
exposé et tient à jour cette évaluation. sation d’un niveau élevé de leur hiérarchie pour
Chaque Etat membre désigne l’autorité compé- les politiques, procédures et contrôles qu’elles
tente chargée de coordonner la réponse nationale mettent en place. Lesdites politiques, procédures
aux risques visés à l’alinéa premier ci-dessus. et contrôles font l’objet de suivi et de renforcement,
L’identité de cette autorité est notifiée à chaque en tant que de besoin. Elles devront être communi-
autorité communautaire de contrôle ainsi qu’aux quées aux autorités de contrôle.
autres Etats membres.
TITRE II : PREVENTION DU BLANCHI-
Article 11 : Evaluation des risques par les per- MENT DE CAPITAUX
sonnes assujetties ET DU FINANCEMENT
Les personnes assujetties prennent des mesures DU TERRORISME
appropriées pour identifier et évaluer les risques
de blanchiment de capitaux et de financement du Chapitre premier : Dispositions générales
terrorisme auxquels elles sont exposées, en tenant de prévention concernant
compte des facteurs de risques tels que les clients, les espèces et les instru-
les pays ou les zones géographiques, les produits, ments négociables
les services, les transactions ou les canaux de au porteur
distribution. Ces mesures sont proportionnées à la
nature et à la taille des personnes assujetties ainsi Article 12 : Obligation de déclaration
qu’au volume de leurs activités. ou de communication des transports
physiques transfrontaliers d’espèces
Les évaluations visées à l’alinéa premier ci-dessus, et instruments négociables
sont documentées, tenues à jour et mises à la au porteur
disposition des autorités compétentes et des orga-
Toute personne en provenance d’un Etat tiers, qui
nismes d’autorégulation.
entre sur le territoire d’un Etat membre ou qui quitte
Les personnes assujetties doivent disposer de poli- celui-ci, à destination d’un Etat tiers est tenue de
tiques, de procédures et de contrôles pour atténuer remplir, au moment de l’entrée ou de la sortie, une
et gérer efficacement les risques de blanchiment déclaration d’espèces et instruments négociables
de capitaux et de financement du terrorisme iden- au porteur d’un montant ou d’une valeur égal(e) ou
de capitaux et le financement

tifiés au niveau de l’Union, au niveau des Etats supérieur(e) à un seuil fixé par une instruction de
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

membres et à leur propre niveau. Ces politiques, la BCEAO, qu’elle remettra à l’autorité compétente
procédures et contrôles doivent être proportionnés du pays au point d’entrée ou de sortie du territoire.
à la nature et à la taille de celles-ci ainsi qu’au
L’autorité compétente exige l’identification du trans-
du terrorisme

volume de leurs activités.


porteur d’espèces et instruments au porteur au moins
Les politiques, procédures et contrôles visés à égal au montant visé à l’alinéa premier du présent
l’alinéa 3 ci-dessus, portent notamment sur : article et exige de lui, si nécessaire, des informations

VIII - 66
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

complémentaires sur l’origine et la destination de ces Article 14 : Interdiction de payer en espèces


espèces ou instruments au porteur. dans les transactions immobilières
L’obligation de déclaration n’est pas réputée Le prix de la vente d’un bien immobilier dont le
exécutée si les informations fournies sont incor- montant est égal ou supérieur à un seuil fixé par
rectes ou incomplètes. l’autorité compétente ne peut être acquitté qu’au
Les Etats membres veillent à ce que des sanc- moyen de virement ou d’un chèque.
tions efficaces, proportionnées et dissuasives Les dispositions prévues à l’alinéa premier
s’appliquent aux personnes qui ont procédé à des ci-dessus, ne sont pas applicables aux paiements
fausses déclarations ou communications.
réalisés par des personnes qui sont incapables de
Les autorités compétentes peuvent, le cas échéant, s’obliger par chèque ou par un autre moyen de
bloquer ou retenir, pour une période n’excédant pas paiement scriptural ainsi que par les personnes
soixante-douze heures, les espèces ou instruments qui ne disposent pas de compte de dépôt.
au porteur susceptibles d’être liés au blanchiment
de capitaux ou au financement du terrorisme. Un Article 15 : Obligation de déclaration
récépissé est délivré à l’intéressé. des transactions en espèces
L’autorité compétente saisit en totalité le montant
Les institutions financières et les Entreprises
des espèces non déclarées, en cas de non décla-
et Professions Non Financières Désignées sont
ration ou de fausse déclaration.
tenues de déclarer à la CENTIF, les transactions en
espèces d’un montant égal ou supérieur à un seuil
Article 13 : Interdiction du paiement en espèces
fixé par une instruction de la BCEAO qu’il s’agisse
ou par instrument négociable au
porteur de certaines créances d’une opération unique ou de plusieurs opérations
qui apparaissent liées.
Sans préjudice des dispositions de l’article 14
ci-dessous, ne peut être effectué en espèces ou L’autorité compétente peut prévoir, le cas échéant,
par instrument négociable au porteur, le paiement certains secteurs d’activité dont les opérations de
d’une dette d’un montant égal ou supérieur à un dépôt en espèces ne doivent pas faire l’objet d’une
seuil fixé par une instruction de la BCEAO. déclaration au sens de l’alinéa premier ci-dessus.
Les paiements, ci-après, doivent être effectués par Nonobstant la dérogation prévue à l’alinéa 2,
virement bancaire ou postal ou par chèque, lors- ci-dessus, les institutions financières et les EPNFD
qu’ils portent sur une somme égale ou supérieure au exercent une vigilance renforcée à l’égard des
montant de référence fixé par instruction de la BCEAO : dépôts d’espèces. Elles déclarent à la CENTIF tout
–– les rémunérations, indemnités et autres dépôt dont le montant, pour une opération unique
prestations en argent dues par l’Etat ou ses ou pour plusieurs opérations paraissant liées, est
démembrements aux fonctionnaires, agents, inhabituel ou sans rapport avec l’activité en cause.
autres personnels en activité ou non ou à leurs
familles ainsi qu’aux prestataires ;
Chapitre II : Réglementation des relations
–– les impôts, taxes et autres prestations en financières extérieures
argent dus à l’Etat ou à ses démembrements.
Les dispositions prévues aux alinéas premier et 2, Article 16 : Respect de la réglementation des
ci-dessus, ne sont pas applicables : relations financières extérieures
1. aux paiements réalisés par des personnes qui Les opérations de change, les mouvements de
de capitaux et le financement

sont incapables de s’obliger par chèque ou par capitaux et les règlements de toute nature avec
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

un autre moyen de paiement ainsi que par celles un Etat tiers doivent s’effectuer conformément aux
qui ne disposent pas de compte de dépôt ; dispositions de la réglementation relative aux rela-
2. aux paiements effectués entre personnes tions financières extérieures des Etats membres de
du terrorisme

physiques n’agissant pas pour des besoins l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
professionnels. en vigueur.

VIII - 67
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 17 : Sanctions éléments d’information, parmi ceux figurant sur la


Les Etats membres veillent à ce que des sanctions liste dressée, à cet effet, par l’autorité compétente,
efficaces, proportionnées et dissuasives s’ap- nécessaire à la connaissance de leur client ainsi
pliquent aux auteurs de violation des dispositions que l’objet et la nature de la relation d’affaires,
visées aux articles 12 à 16 de la présente Directive pour évaluer le risque de blanchiment de capitaux
et de financement du terrorisme.

Chapitre III : Obligations de vigilance à l’égard Pendant toute la durée de la relation d’affaires, ces
de la clientèle personnes recueillent, mettent à jour et analysent
les éléments d’information, parmi ceux figurant sur
une liste dressée, à cet effet, par l’autorité compé-
Section I : Dispositions générales
tente, qui permettent de favoriser une connais-
Article 18 : Conditions préalables à l’entrée en sance appropriée de leur client. La collecte et la
relation d’affaires conservation de ces informations doivent être
réalisées en adéquation avec les objectifs d’éva-
Avant d’entrer en relation d’affaires avec un client
luation du risque de blanchiment de capitaux et
ou de l’assister dans la préparation ou la réalisation
de financement du terrorisme et de surveillance
d’une transaction, les personnes mentionnées aux
adaptée à ce risque.
articles 5 et 6 de la présente Directive identifient
le client et, le cas échéant, le bénéficiaire effectif A tout moment, ces personnes doivent être en
de la relation d’affaires par des moyens adaptés et mesure de justifier auprès des autorités de contrôle
vérifient ces éléments d’identification sur présen- l’adéquation des mesures de vigilance qu’elles ont
tation de tout document écrit fiable. mises en œuvre par rapport aux risques de blan-
chiment de capitaux et de financement du terro-
Elles identifient, dans les mêmes conditions, leurs
risme présentés par la relation d’affaires.
clients occasionnels et, le cas échéant, le bénéfi-
ciaire effectif de la relation d’affaires, lorsqu’elles
soupçonnent que l’opération pourrait participer Article 20 : Obligation de vigilance constante
au blanchiment de capitaux et au financement du sur toutes les opérations
terrorisme ou, (dans les conditions prévues par la de la clientèle
réglementation en la matière), lorsque les opéra- Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la
tions sont d’une certaine nature ou dépassent un présente Directive doivent exercer une vigilance
certain montant. constante concernant toute relation d’affaires et
Par dérogation à l’alinéa premier du présent article, examiner attentivement les opérations effectuées
lorsque le risque de blanchiment de capitaux et de en vue de s’assurer qu’elles sont conformes à ce
financement du terrorisme paraît faible (et dans qu’elles savent de leurs clients, de leurs activités
les conditions prévues par la réglementation en la commerciales, de leur profil de risque et, le cas
matière), il peut être procédé, uniquement pendant échéant, de la source de leurs fonds.
l’établissement de la relation d’affaires, à la vérifi- Il leur est interdit d’ouvrir des comptes anonymes
cation de l’identité du client et, le cas échéant, du ou des comptes sous des noms fictifs.
bénéficiaire effectif.
Les représentants légaux et directeurs respon- Article 21 : Obligation relative aux mesures
sables des établissements de jeux satisfont à ces de prévention en cas de relation
obligations, en appliquant les mesures prévues à à distance
de capitaux et le financement

l’article 29 de la présente Directive. Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

présente Directive prennent des dispositions parti-


Article 19 : Obligation de vigilance constante culières et suffisantes pour prévenir le blanchiment
sur la relation d’affaires de capitaux et le financement du terrorisme lors-
du terrorisme

Avant d’entrer en relation d’affaires avec un client, qu’elles entretiennent des relations d’affaires ou
les personnes visées aux articles 5 et 6 de la exécutent des opérations avec un client qui n’est
présente Directive recueillent et analysent les pas physiquement présent aux fins d’identification.

VIII - 68
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 22 : Obligation relative aux relations préciser le contenu et les modalités d’application
avec les PPE des programmes de prévention du blanchiment
de capitaux et du financement du terrorisme. Elles
Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la présente
effectueront, le cas échéant, des investigations sur
Directive sont tenues de disposer de systèmes de
place afin de vérifier la bonne application desdits
gestion de risques adéquats afin de déterminer si le
programmes.
client est une personne politiquement exposée et, le
cas échéant, mettent en œuvre les mesures spéci-
fiques visées à l’article 54 ci-dessous. Article 25 : Procédures et contrôle interne
Pour l’application des dispositions des articles 22
Section II : Obligations des institutions et 24, ci-dessus, les institutions financières :
financières 1. élaborent une classification des risques de
Article 23 : Formation et information du personnel blanchiment des capitaux et de financement
du terrorisme présentés par leurs activités,
Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la selon le degré d’exposition à ces risques
présente Directive assurent la formation et l’infor- apprécié en fonction notamment de la nature
mation régulière de leurs personnels en vue du des produits ou des services offerts, des condi-
respect des obligations prévues aux chapitres II et tions des transactions proposées, des canaux
III du Titre II de la présente Directive. de distribution utilisés ainsi que des caracté-
ristiques des clients ;
Article 24 : Mise en place de programmes
2. déterminent, si besoin est, un profil de la
de prévention du blanchiment
relation d’affaires avec le client, permettant de
de capitaux et du financement
détecter des anomalies dans cette relation, au
du terrorisme
regard des risques de blanchiment de capitaux
Les institutions financières doivent élaborer et ou de financement du terrorisme ;
mettre en œuvre des programmes harmonisés 3. définissent les procédures à appliquer pour
de prévention du blanchiment de capitaux et du le contrôle des risques, la mise en œuvre des
financement du terrorisme. Ces programmes mesures de vigilance relatives à la clientèle,
comprennent notamment : la conservation des pièces, la détection des
–– la centralisation des informations sur l’identité transactions inhabituelles ou suspectes et
des clients, des donneurs d’ordre, des bénéfi- le respect de l’obligation de déclaration de
ciaires effectifs, des bénéficiaires et titulaires soupçon à la CENTIF ;
de procuration, des mandataires et sur les 4. mettent en œuvre des procédures de contrôle,
transactions suspectes ; périodique et permanent, des risques de blan-
–– la désignation de responsable de conformité, chiment de capitaux et de financement du
au niveau de la Direction, chargé de l’applica- terrorisme ;
tion du dispositif de lutte contre le blanchiment 5. prennent en compte, pour le recrutement de
de capitaux et le financement du terrorisme ; leur personnel, selon le niveau des responsa-
–– la formation continue du personnel destinée à bilités à exercer, les risques au regard de la
les aider à détecter les opérations et les agisse- lutte contre le blanchiment de capitaux et le
ments susceptibles d’être liés au blanchiment financement du terrorisme.
de capitaux et au financement du terrorisme ; Les modalités de mise en œuvre des procédures et
des mesures de contrôle interne visées aux points
–– un dispositif de contrôle interne pour vérifier
3 et 4 ci-dessus, seront précisées par les autorités
la conformité, l’observance et l’efficacité des
de capitaux et le financement

de contrôle, chacune en ce qui la concerne.


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

mesures adoptées pour l’application de la


présente Directive ; Les courtiers en assurance assujettis aux obliga-
tions de vigilance et de déclaration de soupçon
–– le traitement des transactions suspectes.
et les autres personnes assujetties en vertu des
du terrorisme

En cas de besoin, les autorités de contrôle peuvent, articles 5 et 6 de la présente Directive ne mettent
dans leurs domaines de compétences respectifs, en œuvre les procédures et mesures prévues à

VIII - 69
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

l’alinéa premier du présent article que si elles sont Les mentions à relever et conserver comprennent
compatibles avec leur statut, leurs missions et leur les nom, prénoms, la date et le lieu de naissance
niveau d’activité. de la personne ainsi que la nature, les date et lieu
de délivrance du document. L’institution financière
Article 26 : Identification des clients vérifie l’authenticité du document présenté.
Les institutions financières sont tenues de procéder S’il s’agit d’une personne physique commerçante,
à l’identification de leurs clients et, le cas échéant, cette dernière est tenue de fournir, en outre, toute
l’identité et les pouvoirs des personnes agissant pièce attestant de son immatriculation au Registre
pour le compte de ceux-ci, au moyen de docu- du Commerce et du Crédit Mobilier.
ments, de sources, de données ou de renseigne-
Lorsque la vérification de l’identité ne peut avoir
ments indépendants et fiables lors de :
lieu en présence de la personne concernée, l’insti-
–– l’ouverture de comptes, de la prise en garde, tution financière met en œuvre, en application des
notamment des titres, valeurs ou bons ; dispositions de l’article 40 de la présente Directive,
–– l’attribution d’un coffre ; des mesures de vigilance complémentaires.

–– l’établissement de relations d’affaires ; Article 28 : Identification d’une personne morale


–– l’exécution d’opérations occasionnelles dans L’identification d’une personne morale, d’une
les conditions fixées à l’article 29 ci-dessous ; succursale ou d’un bureau de représentation
–– un transfert de fonds au niveau national ou implique l’obtention et la vérification d’infor-
international ; mations sur la dénomination sociale, l’adresse
du siège social, l’identité et les pouvoirs des
–– suspicions quant à la véracité ou la pertinence
associés et dirigeants sociaux mentionnés dans
des données d’identification du client précé-
l’Acte uniforme concerné ou de leurs équivalents
demment obtenues ;
en droit étranger, la preuve de sa constitution
–– l’existence d’un soupçon de blanchiment de légale, à savoir l’original, voire l’expédition ou la
capitaux ; copie certifiée conforme de tout acte ou extrait du
–– l’existence d’un soupçon de financement du Registre du Commerce et du Crédit Mobilier datant
terrorisme. de moins de trois mois, attestant notamment de sa
forme juridique.
L’identification doit également avoir lieu en cas de
Lorsque la vérification de l’identité ne peut avoir
transactions multiples en espèces, tant en monnaie
lieu en présence du représentant de la personne
nationale qu’en devises, lorsqu’elles dépassent au
morale, l’institution financière met en œuvre, en
total, le montant autorisé et sont réalisées par et
application des dispositions de l’article 40 de
pour le compte de la même personne en l’espace
la présente Directive, des mesures de vigilance
d’une journée, ou dans une fréquence inhabituelle.
complémentaires.
Ces transactions sont alors considérées comme
étant uniques.
Article 29 : Identification du client occasionnel
Article 27 : Identification d’une personne Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la
physique présente Directive sont tenues d’identifier leur client
occasionnel ainsi que, le cas échéant, le bénéficiaire
L’identification d’une personne physique implique effectif de l’opération et de vérifier les éléments de
l’obtention des nom et prénoms complets, de la leur identification, dans les cas suivants :
date et du lieu de naissance et de l’adresse de
de capitaux et le financement

–– lorsque le montant de l’opération ou des opéra-


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

son domicile principal. La vérification de l’identité


d’une personne physique requiert la présentation tions liées excède dix millions de francs CFA, pour
d’un document officiel original en cours de validité les personnes autres que les agréés de change
et comportant une photographie, dont il en est pris manuel ou les représentants légaux et directeurs
du terrorisme

copie. La vérification de son adresse est effectuée responsables des opérateurs de jeux ;
par la présentation d’un document de nature à en –– lorsque le montant de l’opération ou des
rapporter la preuve ou par tout autre moyen. opérations liées excède cinq millions de francs

VIII - 70
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

CFA, pour les agréés de change manuel ; ne sont plus exacts ou pertinents, elles procèdent
–– lorsque le montant de l’opération ou des à nouveau à l’identification du client.
opérations liées excède un million de francs
CFA pour les représentants légaux et directeurs Article 32 : Surveillance particulière
responsables des opérateurs de jeux ; de certaines opérations
–– en cas de répétition d’opérations distinctes Doivent faire l’objet d’un examen particulier de la
pour un montant individuel inférieur à celui part des institutions financières :
indiqué aux deuxième et troisième tirets du –– tout paiement en espèces ou par titre au
présent article ou lorsque la provenance licite porteur d’une somme d’argent, effectué dans
des capitaux n’est pas certaine. des conditions normales, dont le montant
Par dérogation aux premier et deuxième tirets unitaire ou total est égal ou supérieur à
ci-dessus, les personnes visées aux articles 5 et 6 cinquante millions de francs CFA ;
de la présente Directive procèdent à l’identification –– toute opération portant sur une somme égale ou
de leur client occasionnel et, le cas échéant, du supérieure à dix millions de francs CFA, effectuée
bénéficiaire effectif de l’opération, dans les condi- dans des conditions inhabituelles de complexité
tions fixées à l’alinéa premier du présent article, ou injustifiées ou paraissant ne pas avoir de justi-
quel que soit le montant de l’opération, lors- fication économique ou d’objet licite.
qu’elles réalisent une opération de transmission
de fonds ou une opération de change manuel alors Dans les cas visés à l’alinéa précédent, les insti-
que le client occasionnel ou son représentant légal tutions financières sont tenues de se renseigner
n’est pas physiquement présent aux fins de l’iden- auprès du client, et/ou par tous autres moyens, sur
tification, ou lorsqu’elles offrent des services de l’origine et la destination des fonds ainsi que sur
garde des avoirs. l’objet de l’opération et l’identité des acteurs écono-
miques de l’opération, conformément aux disposi-
Article 30 : Identification de l’ayant droit tions des articles 26 à 31 de la présente Directive.
économique L’institution financière établit un rapport confi-
Au cas où il n’est pas certain que le client agit dentiel écrit comportant tous les renseignements
pour son propre compte, l’institution financière se utiles sur les modalités de l’opération ainsi que
renseigne par tout moyen sur l’identité du véritable sur l’identité du donneur d’ordre et, le cas échéant,
donneur d’ordre. des acteurs économiques impliqués. Ce rapport est
conservé dans les conditions prévues à l’article 35
Après vérification, si le doute persiste sur l’identité
de la présente Directive.
de l’ayant droit économique, il doit être mis fin
à l’opération, sans préjudice de l’obligation de Une vigilance particulière doit être également
déclarer les soupçons, visée à l’article 79, auprès de exercée à l’égard des opérations provenant d’insti-
la Cellule Nationale de Traitement des Informations tutions financières qui ne sont pas soumises à des
Financières instituée à l’article 59, dans les condi- obligations suffisantes en matière d’identification
tions fixées à l’article 81 de la présente Directive. des clients ou de contrôle des transactions.
Si le client est un avocat, un notaire, un profes- L’institution financière doit s’assurer que ses obli-
sionnel de l’expertise comptable ou du commis- gations sont appliquées par ses bureaux de repré-
sariat aux comptes, un courtier en valeurs mobi- sentation, ses succursales, ou ses sociétés filiales
lières, intervenant en tant qu’intermédiaire dont le siège est à l’étranger, à moins que la légis-
financier, il ne pourra invoquer le secret profes- lation locale n’y fasse obstacle, auquel cas, elle en
sionnel pour refuser de communiquer l’identité de informe la CENTIF.
de capitaux et le financement

l’ayant droit économique.


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Article 33 : Vérification des virements


Article 31 : Nouvelle identification du client électroniques
Lorsque les institutions financières ont de bonnes Les institutions financières qui effectuent des vire-
du terrorisme

raisons de penser que l’identité de leur client et les ments électroniques sont tenues d’obtenir et de
éléments d’identification précédemment obtenus vérifier, concernant le donneur d’ordre, son nom

VIII - 71
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

complet, son numéro de compte, lorsqu’un tel ou de la cessation de leurs relations avec leurs
compte est utilisé pour effectuer le virement de clients habituels ou occasionnels, les pièces et
fonds, son adresse ou, en l’absence d’adresse, son documents relatifs à leur identité. Elles conservent
numéro d’identification nationale ou le lieu et la également les pièces et documents relatifs aux
date de sa naissance, ainsi que, si nécessaire, le opérations qu’ils ont effectuées, y compris les livres
nom de son institution financière. de comptes et les correspondances commerciales,
pendant dix ans, après l’exécution de l’opération.
L’institution financière du donneur d’ordre requiert
également le nom du bénéficiaire et le numéro
de compte de ce dernier, lorsqu’un tel compte est Article 36 : Communication des pièces
utilisé pour effectuer le virement de fonds. et documents

Les informations visées aux alinéas premier et Les pièces et documents relatifs aux obligations
2 ci-dessus, doivent figurer dans le message ou d’identification prévues aux articles 19, 26 à
le formulaire de paiement qui accompagne le 31 et 32, ci-dessus, et dont la conservation est
virement. S’il n’existe pas de numéro de compte, mentionnée à l’article 35, sont communiqués, sur
un numéro de référence unique doit accompagner leur demande, par les personnes visées aux articles
le virement. 5 et 6 de la présente Directive, aux autorités judi-
ciaires, aux agents de l’Etat chargés de la détection
Les dispositions des alinéas précédents ne s’ap- des infractions de blanchiment de capitaux et de
pliquent pas aux virements de fonds effectués au financement de terrorisme, agissant dans le cadre
moyen d’une carte de crédit ou de débit ou d’un d’un mandat judiciaire, aux autorités de contrôle
téléphone portable, si la carte ou le téléphone sert ainsi qu’à la CENTIF.
à payer des biens ou des services et si le numéro
de la carte ou du téléphone accompagne, tous les Article 37 : Gestion des risques liés
virements découlant de la transaction. Elles ne aux nouvelles technologies
s’appliquent pas également aux transferts pour
Les institutions financières identifient et évaluent
lesquels le donneur d’ordre et le bénéficiaire sont
les risques de blanchiment de capitaux ou de
tous deux des institutions financières agissant pour
financement du terrorisme pouvant résulter :
leur compte, ni aux virements effectués au profit
d’autorités publiques, pour le paiement d’impôts, (a) du développement de nouveaux produits
d’amendes ou d’autres prélèvements. et de nouvelles pratiques commerciales, y
compris de nouveaux mécanismes de distri-
Article 34 : Dispositions à prendre en cas bution ;
d’informations incomplètes (b) de l’utilisation de technologies nouvelles
sur le donneur d’ordre ou en développement en lien avec de nouveaux
Si les institutions financières reçoivent des vire- produits ou des produits préexistants.
ments électroniques qui ne contiennent pas d’in- L’évaluation des risques visée à l’alinéa premier
formations complètes sur le donneur d’ordre, ci-dessus, doit avoir lieu avant le lancement des
elles prennent des dispositions pour obtenir de nouveaux produits ou des nouvelles pratiques
l’institution émettrice ou du bénéficiaire les infor- commerciales ou avant l’utilisation de techno-
mations manquantes en vue de les compléter et logies nouvelles ou en développement. Les insti-
de les vérifier. Au cas où elles n’obtiendraient pas tutions financières doivent prendre les mesures
ces informations, elles s’abstiennent d’exécuter le appropriées pour gérer et atténuer ces risques.
transfert et en informent la CENTIF.
Article 38 : Relations de correspondant
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Article 35 : Conservation des pièces bancaire transfrontalier


et documents par les institutions Les institutions financières sont tenues, en ce qui
financières concerne les relations de correspondant bancaire
du terrorisme

Sans préjudice des dispositions prescrivant des transfrontalier et les autres relations similaires, en
obligations plus contraignantes, les institutions plus des mesures de vigilance normales relative à
financières conservent pendant une durée de dix la clientèle :
ans, à compter de la clôture de leurs comptes 1. d’identifier et de vérifier l’identification des institu-

VIII - 72
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

tions clientes avec lesquelles elles entretiennent 3. le produit ou l’opération favorise l’anonymat
des relations de correspondant bancaire ; de celle-ci ;
2. de recueillir des informations sur la nature des 4. l’opération effectuée pour compte propre
activités de l’institution cliente ; ou pour compte de tiers avec des personnes
3. d’évaluer la réputation de l’institution cliente physiques ou morales, y compris leurs filiales
et le degré de surveillance à laquelle elle est ou établissements, domiciliées, enregistrées ou
soumise, sur la base d’informations publi- établies dans un Etat ou un territoire dont les
quement disponibles ; insuffisances de la législation ou les pratiques
font obstacle à la lutte contre le blanchiment
4. d’évaluer les contrôles mis en place par l’insti- de capitaux et le financement du terrorisme.
tution cliente pour lutter contre le blanchiment
de capitaux et le financement du terrorisme.
Section III : Obligations des organismes
Les responsables habilités des institutions finan- à but non lucratif
cières doivent avoir préalablement autorisé la
conclusion d’une relation avec le correspondant Article 41 : Surveillance exercée par les orga-
bancaire. nismes de contrôle compétents

Article 39 : Obligations des compagnies Tout organisme à but non lucratif qui recueille,
reçoit, donne ou transfère des fonds dans le cadre
d’assurances
de son activité philanthropique est soumis à une
Les compagnies d’assurances, les agents et cour- surveillance appropriée par son organisme de
tiers en assurance exerçant des activités d’assu- contrôle compétent.
rance vie et non vie sont tenus d’identifier leurs
L’autorité compétente arrête les règles destinées à
clients et de vérifier leur identité conformément aux
garantir que les fonds de ses organismes à but non
dispositions de l’article 27 de la présente Directive,
lucratif ne soient pas utilisés à des fins de blanchiment
lorsque les montants des primes atteignent un
de capitaux ou de financement du terrorisme.
montant seuil ou les paiements des primes s’effec-
tuent selon certaines modalités.
Article 42 : Mesures de surveillance
Le montant seuil et les modalités de paiement des et de contrôle des organismes
primes visés à l’alinéa premier ci-dessus, sont fixés à but non lucratif
par un Règlement de la CIMA. Les organismes à but non lucratif sont tenus de :

Article 40 : Mesures de vigilance 1. produire, à tout moment, des informations sur :


complémentaires –– l’objet et la finalité de leurs activités ;
Les personnes visées à l’article 5 de la présente –– l’identité de la personne ou des personnes
Directive appliquent des mesures de vigilance qui possèdent, contrôlent ou gèrent leurs
complémentaires à l’égard de leur client, en sus activités, y compris les dirigeants, les
des mesures prévues aux articles 18 et 20 de la membres du conseil d’administration et
présente Directive, lorsque : les administrateurs ;
1. le client ou son représentant légal n’est pas 2. publier annuellement, au journal officiel ou
physiquement présent aux fins de l’identifi- dans un journal d’annonces légales, leurs
cation ; états financiers avec une ventilation de leurs
recettes et de leurs dépenses ;
2. le client est une personne résidant dans un
autre Etat membre ou un Etat tiers et qui est 3. se doter de mécanismes à même de les aider
de capitaux et le financement

exposée à des risques particuliers en raison à lutter contre le blanchiment de capitaux et le


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

des fonctions politiques, juridictionnelles ou financement du terrorisme ;


administratives qu’elle exerce ou a exercées 4. se doter de mécanismes de contrôle propres
pour le compte d’un autre Etat ou de celles visant à garantir que tous les fonds sont
du terrorisme

qu’exercent ou ont exercé des membres directs dûment comptabilisés et utilisés, confor-
de sa famille ou des personnes connues pour mément à l’objet et à la finalité de leurs acti-
lui être étroitement associées ; vités déclarées ;

VIII - 73
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

5. conserver pendant dix ans et tenir à la disposition d’un organisme à but non lucratif, quel qu’en soit
des autorités des relevés de leurs opérations. le montant, fait également l’objet d’une déclaration
auprès de la CENTIF, par l’autorité compétente en
Article 43 : Obligations de vigilance particulière la matière, lorsque les fonds sont susceptibles de
à l’égard des organismes à but non se rapporter à une entreprise terroriste ou de finan-
lucratif cement du terrorisme.
Les Etats membres mettent en œuvre, confor- Les organismes à but non lucratif doivent, d’une
mément aux règles de leur droit interne, des part, se conformer à l’obligation relative à la tenue
mesures de vigilance particulière vis-à-vis des d’une comptabilité conforme aux normes en vigueur
organismes à but non lucratif, notamment aux fins et, d’autre part, transmettre à l’autorité de contrôle,
d’empêcher leur implication dans des actions liées leurs états financiers annuels de l’année précédente,
au blanchiment de capitaux ou au financement du dans les six mois qui suivent la date de clôture de
terrorisme. Ils doivent, à cet égard, exiger de tout leur exercice social. Ils déposent sur un compte
organisme à but non lucratif qui souhaite collecter, bancaire ouvert dans les livres d’un établissement
recevoir ou ordonner des transferts de fonds de : de crédit ou d’un système financier décentralisé
1. s’inscrire sur un registre mis en place, à cet agréé, l’ensemble des sommes d’argent qui leur
effet, par l’autorité compétente. La demande sont remises à titre de donation ou dans le cadre
d’inscription initiale sur ce registre comporte des transactions qu’ils sont amenés à effectuer.
les nom, prénoms, adresses et numéros de télé- Sans préjudice des poursuites qui peuvent être
phone de toute personne chargée d’assumer la engagées contre eux, l’autorité compétente peut
responsabilité du fonctionnement de l’organisme ordonner la suspension temporaire ou la disso-
concerné, et notamment des président, vice-pré- lution des organismes à but non lucratif qui, en
sident, secrétaire général, membres du Conseil connaissance de cause, encouragent, fomentent,
d’administration et trésorier, selon le cas ; organisent ou commettent l’une des infractions
2. communiquer à l’autorité chargée de la tenue du visées aux articles 7 et 8 de la présente Directive.
registre, tout changement dans la composition
des personnes responsables préalablement Section IV : Obligations additionnelles
désignées, visées au paragraphe précédent. des Entreprises et Professions
Toute donation faite à un organisme à but non Non Financières Désignées
lucratif d’un montant égal ou supérieur à cinq
cent mille francs CFA, doit être consignée dans Article 44 : Obligations des casinos et établis-
le registre visé à l’alinéa premier, paragraphe 1 sements de jeux
du présent article, comprenant les coordonnées Les casinos et établissements de jeux sont tenus de :
complètes du donateur, la date, la nature et le
montant de la donation. 1. tenir une comptabilité régulière ainsi que les
documents y relatifs pendant dix ans, selon les
Le registre visé à l’alinéa premier, paragraphe 1 du principes comptables définis par la législation
présent article est conservé par l’autorité compé- en vigueur ;
tente pendant une durée de dix ans, sans préjudice
des délais de conservation plus longs prescrits par 2. s’assurer de l’identité, par la présentation d’un
d’autres textes législatifs ou réglementaires en document officiel original en cours de validité
vigueur. Il peut être consulté par la CENTIF, par toute et comportant une photographie, dont il est pris
autorité chargée du contrôle des organismes à but copie, des joueurs qui achètent, apportent ou
de capitaux et le financement

non lucratif ainsi que, sur réquisition, par tout officier échangent des jetons ou des plaques pour une
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

de police judiciaire chargé d’une enquête pénale. somme supérieure au montant fixé à l’article 29
alinéa premier, troisième tiret, ci-dessus ;
Toute donation en espèce au profit d’un organisme
à but non lucratif, d’un montant égal ou supérieur 3. consigner, dans l’ordre chronologique, toutes
du terrorisme

à un million de francs CFA fait l’objet d’une décla- les opérations visées au paragraphe 2
ration auprès de la CENTIF, par l’autorité chargée ci-dessus, leur nature et leur montant avec indi-
de la tenue du registre visée au paragraphe 2 de cation des nom et prénoms des joueurs ainsi
l’alinéa premier ci-dessus. Toute donation au profit que du numéro du document présenté, sur un

VIII - 74
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

registre et de conserver celui-ci pendant dix valentes de lutte contre le blanchiment de


ans, après la dernière opération enregistrée ; capitaux et le financement du terrorisme. La
4. consigner, dans l’ordre chronologique, tout liste de ces pays est arrêtée par le Ministre
transfert de fonds effectué entre des casinos et chargé des Finances ;
cercles de jeux sur un registre et de conserver •• une société cotée dont les titres sont admis
ledit registre pendant dix ans, après la dernière à la négociation sur au moins un marché
opération enregistrée. réglementé dans un Etat membre ou dans
Dans le cas où l’établissement de jeux est tenu par un Etat tiers imposant des exigences de
une personne morale possédant plusieurs filiales, publicité compatibles avec la législation en
les jetons doivent identifier la filiale pour laquelle vigueur ;
ils sont émis. En aucun cas, des jetons émis par •• une autorité publique ou un organisme
une filiale ne peuvent être remboursés dans une public, désigné comme tel en vertu des
autre filiale, y compris à l’étranger. Traités de l’UMOA et de l’UEMOA, du droit
communautaire dérivé, du droit public d’un
Article 45 : Obligations spécifiques liées aux Etat membre ou de tout autre engagement
opérations immobilières
international contracté par l’Etat concerné,
Les personnes qui réalisent, contrôlent ou conseillent et qu’il satisfait aux trois critères suivants :
des opérations immobilières sont tenues d’iden-
•• i) son identité est accessible au public,
tifier les parties conformément aux dispositions
transparente et certaine ;
des articles 27 et 28 de la présente Directive, lors-
qu’elles interviennent dans des opérations d’achat •• ii) ses activités, ainsi que ses pratiques
ou de vente de biens immobiliers. comptables sont transparentes ;
•• iii) il est soit responsable devant une institu-
Section V : Obligations simplifiées de vigilance tion communautaire ou devant les autorités
à l’égard de la clientèle d’un Etat membre, soit soumis à des procé-
dures appropriées de contrôle de son activité ;
Article 46 : Atténuation de l’obligation
•• le bénéficiaire effectif des sommes dépo-
de vigilance
sées sur les comptes détenus pour le
Lorsque le risque de blanchiment de capitaux et de compte de tiers par les notaires, les huis-
financement du terrorisme est faible, les personnes siers de justice ou les membres d’une autre
visées à l’article 5 de la présente Directive peuvent profession juridique indépendante établis
réduire l’intensité des mesures prévues à l’article dans un Etat membre ou dans un Etat tiers
19 ci-dessus. Dans ce cas, elles justifient auprès imposant des obligations équivalentes en
de l’autorité de contrôle dont elles relèvent que matière de lutte contre le blanchiment de
l’étendue des mesures est appropriée à ces risques. capitaux et le financement du terrorisme,
Elles ne sont pas soumises aux obligations de vigi- pour autant que les informations relatives
lance prévues aux articles 19 et 20 de la présente à l’identité du bénéficiaire effectif soient
Directive, pour autant qu’il n’existe pas de soupçons mises à la disposition des établissements
de blanchiment de capitaux ou de financement du agissant en qualité de dépositaires pour
terrorisme, dans les cas suivants : ces comptes, lorsqu’ils en font la demande ;
–– pour les clients et les produits qui présentent –– lorsque les personnes visées à l’article 5 de la
un faible risque de blanchiment de capitaux ou présente Directive se livrent à des opérations
de financement du terrorisme, dont la liste est
de capitaux et le financement

d’assurance dont les spécificités sont préci-


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

établie et conservée par l’assujetti ; sées par un Règlement de la CIMA.


–– pour le client ou, le cas échéant, le bénéficiaire Les personnes visées à l’article 5 de la présente
effectif de la relation d’affaires, lorsqu’il est soit : Directive recueillent des informations suffisantes
du terrorisme

•• une institution financière, établie ou ayant sur leur client à l’effet de vérifier qu’il est satisfait
son siège dans un Etat membre ou dans aux conditions prévues aux premier et troisième
un Etat tiers imposant des obligations équi- tirets de l’alinéa 2 du présent article.

VIII - 75
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Par dérogation à l’alinéa premier de l’article 18 auprès d’une institution financière mentionnée,
de la présente Directive, lorsque le risque de blan- établie dans un Etat membre ;
chiment de capitaux et de financement du terro-
4. les contrats d’assurances dont les spécificités
risme est faible, les institutions financières peuvent,
sont précisées par un Règlement de la CIMA.
lorsqu’elles effectuent des prestations de services
de paiement en ligne, dans les conditions et pour
Article 48 : Dérogations pour les paiements
les catégories d’entre elles fixées par la réglemen-
en ligne
tation en vigueur, pour autant qu’il n’existe pas de
soupçons de blanchiment de capitaux ou de finan- En application de l’alinéa 4 de l’article 46 de la
cement du terrorisme, ne pas vérifier l’identité de présente Directive, les institutions financières
leur client et, le cas échéant, du bénéficiaire effectif peuvent, pour autant qu’il n’existe pas de soupçon
de la relation d’affaires. de blanchiment de capitaux ou de financement du
terrorisme, ne pas vérifier l’identité de leur client et,
Article 47 : Allègement de l’obligation de vigi- le cas échéant, du bénéficiaire effectif de la relation
lance à l’égard de certains produits d’affaires, lorsqu’elles effectuent des prestations
de services de paiement en ligne qui satisfont à
En application de l’alinéa 2 de l’article 46 ci-dessus,
chacune des conditions suivantes :
les personnes visées à l’article 5 de la présente
Directive ne sont pas soumises aux obligations de 1. les fonds reçus du client proviennent d’un compte
vigilance prévues aux articles 18 et 19, pour autant ouvert à son nom auprès d’une autre institution
qu’il n’existe pas de soupçons de blanchiment de financière établie ou ayant son siège dans un Etat
capitaux ou de financement du terrorisme, lorsque membre ou dans un Etat tiers imposant des obli-
l’opération porte sur les produits suivants : gations équivalentes en matière de lutte contre le
blanchiment de capitaux ou de financement des
1. la monnaie électronique ayant vocation à être
activités terroristes ;
utilisée uniquement pour l’acquisition de biens
ou de services. Toutefois, dès qu’une demande 2. les fonds sont à destination d’un compte ouvert
de remboursement porte sur un montant au nom d’un bénéficiaire auprès d’une autre insti-
unitaire ou sur un montant global d’au moins tution financière établie ou ayant son siège dans
six cent mille francs CFA au cours de la même un Etat membre ou dans un Etat tiers imposant
année civile, les personnes mentionnées à l’ar- des obligations équivalentes en matière de lutte
ticle 5 de la présente Directive sont tenues de contre le blanchiment de capitaux ou de finan-
respecter les obligations prévues aux articles cement des activités terroristes ;
18 et 19 ; 3. l’opération ne dépasse pas le montant unitaire
2. les financements d’actifs physiques dont la de cent cinquante mille francs CFA ;
propriété n’est pas transférée au client ou 4. le total des opérations exécutées pour le client
ne peut l’être qu’à la cessation de la relation au cours des douze mois précédant l’opération
contractuelle et dont le loyer financier ne ne dépasse pas le montant de un million six
dépasse pas cent millions de francs CFA hors cent mille francs CFA.
taxes par an, que la transaction soit effectuée
en une seule opération ou en plusieurs opéra-
Article 49 : Conditions de mise en œuvre
tions apparaissant comme liées et sous
des dérogations
réserve que le remboursement soit effectué
exclusivement par un compte ouvert au nom Pour la mise en œuvre des dérogations prévues
du client auprès d’une institution financière aux articles 18 et 46 de la présente Directive, les
de capitaux et le financement

établie dans un Etat membre ; personnes visées à l’article 5 recueillent, dans


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

chaque cas, des informations suffisantes pour


3. les opérations de crédit à la consommation, pour
établir si le client ou le produit remplit les conditions
autant qu’elles ne dépassent pas deux millions
requises pour bénéficier desdites dérogations.
six cent mille francs CFA et sous réserve que le
du terrorisme

remboursement de ce crédit soit effectué exclu-


sivement par un compte ouvert au nom du client

VIII - 76
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Section VI : Obligations renforcées de vigilance que s’exercent des activités de direction et de


à l’égard de la clientèle gestion, s’il n’est pas rattaché à un établissement
ou à un groupe réglementé.
Article 50 : Vigilance renforcée dans le cadre
d’une relation transfrontalière Les institutions financières prennent des mesures
de correspondant bancaire appropriées pour s’assurer qu’elles ne nouent
ni ne maintiennent une relation de corres-
Lorsqu’une institution financière ou une entreprise pondant bancaire avec une personne entretenant
d’investissement autre qu’une société de gestion de elle-même des relations de banque correspon-
portefeuille entretient avec une institution financière dante permettant à un établissement constitué
située dans un Etat tiers ou qui ne figure pas sur dans les conditions indiquées à l’alinéa précédent
la liste prévue au deuxième tiret de l’alinéa 2 de d’utiliser ses comptes.
l’article 46 ci-dessus, des Etats tiers imposant des
obligations équivalentes en matière de blanchiment Article 53 : Mesures de vigilance renforcée
de capitaux et de financement du terrorisme, une
relation transfrontalière de correspondant bancaire Lorsqu’elles concluent une convention pour offrir
ou une relation en vue de la distribution d’instru- un service de correspondant bancaire, d’encais-
ments financiers, l’institution financière établie dans sement ou d’escompte de chèques ou nouer une
l’Etat membre exerce sur l’institution financière relation d’affaires en vue de la distribution d’ins-
étrangère avec laquelle elle est en relation, en plus truments financiers avec des institutions finan-
des mesures prévues aux articles 19 et 20, des cières mentionnées à l’article 38 de la présente
mesures de vigilance renforcée. Directive, les personnes assujetties mentionnées à
ce dernier article :
Article 51 : Renforcement de l’intensité 1. recueillent sur l’établissement cocontractant
des mesures de vigilance à l’égard des informations suffisantes pour connaître la
de la clientèle nature de ses activités et pour apprécier, sur la
base d’informations accessibles au public et
Lorsque le risque de blanchiment de capitaux et de
exploitables, sa réputation et la qualité de la
financement du terrorisme présenté par un client,
surveillance dont il fait l’objet ;
un produit ou une transaction leur paraît élevé, les
personnes visées aux articles 5 et 6 renforcent l’in- 2. évaluent le dispositif de lutte contre le blan-
tensité des mesures prévues aux articles 19 et 20 chiment de capitaux et le financement du
de la présente Directive. terrorisme mis en place par l’établissement
cocontractant ;
Elles effectuent un examen renforcé de toute
opération particulièrement complexe ou d’un 3. s’assurent que la décision de nouer une relation
montant inhabituellement élevé ou ne paraissant d’affaires avec l’établissement cocontractant
pas avoir de justification économique ou d’objet est prise par un membre de l’organe exécutif
licite. Dans ce cas, ces personnes se renseignent ou toute personne habilitée à cet effet par
auprès du client sur l’origine des fonds et la desti- l’organe exécutif ;
nation de ces sommes ainsi que sur l’objet de l’opé- 4. prévoient dans la convention de correspondant
ration et l’identité de la personne qui en bénéficie. bancaire ou de distribution des instruments
financiers les modalités de transmission des
Article 52 : Interdiction de relation informations à la demande de l’établissement
de correspondant bancaire assujetti ;
avec une banque fictive
5. s’assurent, lorsqu’elles accueillent, dans le cadre
Il est interdit aux institutions financières de nouer
de capitaux et le financement

des services de correspondance bancaire, des


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

ou de maintenir une relation de correspondant comptes de correspondant qui sont utilisés direc-
bancaire avec un établissement de crédit ou tement par des tiers indépendants pour l’exé-
une société exerçant des activités équivalentes cution d’opérations pour leur propre compte, que
constitué dans un Etat où cet établissement n’a
du terrorisme

l’établissement de crédit cocontractant a vérifié


aucune présence physique effective permettant l’identité des clients ayant un accès direct à ces

VIII - 77
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

comptes de correspondant et a mis en œuvre à politiquement exposée, une personne qui n’a pas
l’égard de ces clients des mesures de vigilance occupé de fonction publique importante, au sens
conformes à celles prévues aux articles 18 et 19 des alinéas premier et 2 ci-dessus, pendant une
de la présente Directive. période d’au moins un an.

Article 54 : Mesures spécifiques à l’égard des Article 55 : Consignation et conservation


Personnes Politiquement Exposées des résultats de la mise en œuvre
des mesures de vigilance renforcée
Sans préjudice des obligations prévues aux
articles 18 à 20, 26 et 27 de la présente Directive, Les résultats de l’examen de la mise en œuvre des
les institutions financières prennent les mesures mesures de vigilance renforcée prescrit à l’article
spécifiques ci-après, lorsqu’elles nouent des rela- 53 de la présente Directive, sont consignés par
tions d’affaires ou lorsqu’elles effectuent des tran- écrit et conservés selon les modalités prévues à
sactions avec ou pour le compte de Personnes l’article 35 ci-dessus.
Politiquement Exposées étrangères, au sens de
l’article premier, point 44 de la présente Directive : Section VII : Exécution des obligations
1. mettre en œuvre des procédures adéquates et de vigilance par des tiers
adaptées, en fonction du risque, de manière à
pouvoir déterminer si le client ou un bénéfi- Article 56 : Recours à des tiers pour mettre en
ciaire effectif du client est une PPE ; œuvre des obligations de vigilance
2. obtenir l’autorisation d’un niveau adéquat de Les institutions financières peuvent recourir à
la hiérarchie avant de nouer une relation d’af- des tiers pour l’exécution des obligations de vigi-
faires avec de tels clients ; lance prévues aux articles 18 à 20 de la présente
Directive, sans préjudice de la responsabilité finale
3. prendre toute mesure appropriée, en fonction
du respect desdites obligations qui leur incombe.
du risque, pour établir l’origine du patrimoine
et l’origine des fonds impliqués dans la relation
d’affaires ou la transaction ; Article 57 : Conditions de mise en œuvre des
obligations de vigilance par les tiers
4. assurer une surveillance continue renforcée de
Pour les institutions financières, les obligations
la relation d’affaires.
prévues aux alinéas premiers des articles 18 et
Sans préjudice des obligations prévues aux articles 19 de la présente Directive peuvent être mises en
18 à 20, 26 et 27 de la présente Directive, les institu- œuvre par un tiers dans les conditions suivantes :
tions financières prennent les mesures spécifiques
1. le tiers est une institution financière ou une des
ci-après, lorsqu’elles nouent des relations d’affaires
personnes visées à l’article 6, située ou ayant
ou lorsqu’elles effectuent des transactions avec ou
son siège social dans l’Etat membre concerné
pour le compte de PPE nationales ou de PPE des
ou une personne appartenant à une caté-
organisations internationales, au sens de l’article
gorie équivalente sur le fondement d’un droit
premier, point 44 de la présente Directive :
étranger et située dans un autre Etat membre
1. mettre en œuvre des procédures adéquates et ou dans un Etat tiers imposant des obliga-
adaptées, en fonction du risque, de manière à tions équivalentes en matière de lutte contre
pouvoir déterminer si le client ou un bénéfi- le blanchiment de capitaux et le financement
ciaire effectif du client est une PPE ; du terrorisme sur la liste prévue à l’alinéa 2 de
2. appliquer, en cas de relations d’affaires à risque l’article 46 de la présente Directive ;
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

plus élevé avec de telles personnes, les mesures 2. la personne assujettie a accès aux informa-
visées à l’alinéa premier, point 2, 3 et 4. tions recueillies par le tiers, dans les condi-
Sous réserve de l’application de mesures de vigi- tions prévues par l’autorité de contrôle.
du terrorisme

lance renforcées en fonction d’une appréciation Les institutions financières peuvent communiquer
du risque lié à la clientèle, les institutions finan- des informations recueillies pour la mise en
cières ne sont pas tenues de considérer comme œuvre de l’alinéa premier des articles 18 et 19

VIII - 78
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

de la présente Directive, à une autre institution TITRE III : DETECTION DU BLANCHIMENT


financière située ou ayant son siège social dans DE CAPITAUX ET DU FINANCE-
l’Etat membre concerné. Elles peuvent également MENT DU TERRORISME
communiquer ces informations à un établissement
proposant des activités financières équivalentes Chapitre premier : Cellule Nationale
à celles exercées par les institutions financières, de Traitement des
dans les conditions suivantes : Informations Financières
1. le tiers destinataire est situé dans un Etat
Section I : Création et attributions de la CENTIF
tiers imposant des obligations équivalentes
en matière de lutte contre le blanchiment de
Article 59 : Création de la CENTIF
capitaux et le financement du terrorisme sur
la liste prévue à l’alinéa 2 de l’article 46 de la Il est institué, sous la dénomination de “Cellule
présente Directive ; Nationale de Traitement des Informations
Financières ou CENTIF  “ une autorité adminis-
2. le traitement par le tiers destinataire des
trative, placée sous la tutelle du Ministre chargé
données à caractère personnel garantit un
des Finances. La CENTIF est dotée de l’autonomie
niveau de protection suffisant de la vie privée financière et d’un pouvoir de décision autonome
et des libertés et droits fondamentaux des sur les matières relevant de sa compétence.
personnes, conformément à la réglementation
en vigueur en la matière. Article 60 : Attributions de la CENTIF

Article 58 : Obligation relative à la transmission La CENTIF a pour mission le traitement et la trans-


d’informations mission d’informations, en vue de la lutte contre
le blanchiment de capitaux et le financement du
Pour l’application de l’article 56 ci-dessus, le tiers, terrorisme.
qui applique les obligations de vigilance prévues
aux articles 18 et 19 de la présente Directive, met A ce titre, elle :
sans délai à la disposition des institutions finan- 1. est chargée, notamment de recueillir, d’analyser,
cières, les informations relatives à l’identité du d’enrichir et d’exploiter tout renseignement propre
client et, le cas échéant, du bénéficiaire effectif à établir l’origine ou la destination des sommes
ainsi que celles afférentes à l’objet et à la nature ou la nature des opérations ayant fait l’objet d’une
de la relation d’affaires. déclaration ou d’une information reçue, au titre
des dispositions des articles 15, 36, 43, 70, 79, 80,
Le tiers leur transmet, à première demande, copie
86 et 111 de la présente Directive ;
des documents d’identification du client et, le cas
échéant, du bénéficiaire effectif ainsi que tout 2. reçoit également toutes autres informations
document pertinent pour assurer ces diligences. utiles nécessaires à l’accomplissement de sa
mission, notamment celles communiquées
Une convention peut être signée entre le tiers et les par les autorités de contrôle ainsi que les offi-
institutions financières pour préciser les modalités ciers de police judiciaire, qu’elle traite, le cas
de transmission des informations ainsi recueillies échéant, comme en matière de déclaration
et de contrôle des diligences mises en œuvre. d’opération suspecte ;
3. peut demander la communication, par les
assujettis ainsi que par toute personne
physique ou morale, d’informations détenues
par eux et susceptibles de permettre d’enrichir
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

les déclarations de soupçons ;


4. effectue ou fait réaliser des études périodiques
sur l’évolution des techniques utilisées aux fins
du terrorisme

du blanchiment de capitaux et du financement


du terrorisme au niveau du territoire national ;

VIII - 79
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

5. peut animer et coordonner, en tant que de soit de la Direction des Impôts, ayant rang de
besoin, au niveau national et international, Directeur d’Administration Centrale, détaché
les moyens d’investigation dont disposent par le Ministère chargé des Finances. Il assure
les administrations ou services relevant du la présidence de la CENTIF ;
Ministère chargé des Finances, du Ministère
2. un magistrat spécialisé dans les questions
chargé de la Justice et du Ministère chargé de
financières, détaché par le Ministère chargé de
la Sécurité ainsi que les organismes qui y sont
la Justice ;
rattachés, pour la recherche des infractions
induisant des obligations de déclaration ; 3. un haut fonctionnaire, Officier de Police
Judiciaire, détaché par le Ministère chargé de
6. participe à l’étude des mesures à mettre en
la Sécurité (ou par le Ministère de tutelle en ce
œuvre pour faire échec aux circuits financiers
qui concerne la Guinée-Bissau);
clandestins, au blanchiment de capitaux et au
financement du terrorisme ; 4. un représentant de la BCEAO, assurant le
secrétariat de la CENTIF ;
7. développe, en relation avec les directions
concernées relevant du Ministère chargé des 5. un chargé d’enquêtes, Inspecteur des Services
Finances, du Ministère chargé de la Justice des Douanes, détaché par le Ministère chargé
et du Ministère chargé de la Sécurité, l’action des Finances ;
internationale de lutte contre les circuits finan-
6. un chargé d’enquêtes, Officier de Police
ciers clandestins, le blanchiment de capitaux
Judiciaire, détaché par le Ministère chargé de
et le financement du terrorisme.
la Sécurité (ou par le Ministère de tutelle en ce
La CENTIF est également chargée d’assurer, dans le qui concerne la Guinée-Bissau).
respect des compétences propres à chacune d’elles,
une coopération efficace et la concertation des Les membres de la CENTIF exercent leurs fonc-
autorités nationales, directement ou indirectement tions à titre permanent. Le mandat du Président
concernées par la lutte contre le blanchiment de de la CENTIF est de cinq ans, non renouvelable. Le
capitaux et le financement du terrorisme. mandat des autres membres de la CENTIF est de
trois ans, renouvelable une fois.
Elle émet des avis sur la mise en œuvre de la poli-
tique de l’Etat en matière de lutte contre le blan-
Article 62 : Personnel de la CENTIF
chiment de capitaux et le financement du terrorisme.
A ce titre, elle propose toutes réformes nécessaires au Outre les membres désignés à l’article 61
renforcement de l’efficacité de la lutte contre le blan- ci-dessus, la CENTIF dispose pour son fonction-
chiment de capitaux et le financement du terrorisme. nement, d’un personnel administratif et technique
La CENTIF élabore des rapports périodiques, au composé d’agents recrutés conformément aux lois
moins une fois par trimestre, et un rapport annuel, et règlements en vigueur.
qui analysent l’évolution des activités de lutte
contre le blanchiment de capitaux et le finan- Article 63 : Correspondants de la CENTIF
cement du terrorisme au plan national et interna- Dans l’exercice de ses attributions, la CENTIF peut
tional, et procède à l’évaluation des déclarations recourir à des correspondants au sein des Services
recueillies. Ces rapports sont soumis au Ministre de la Police, de la Gendarmerie, des Douanes,
chargé des Finances. du Trésor, des Impôts ainsi que des Services
Judiciaires de l’Etat et de tout autre Service dont le
Section II : Organisation et fonctionnement concours est jugé nécessaire dans le cadre de la
de capitaux et le financement

de la CENTIF lutte contre le blanchiment de capitaux et le finan-


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

cement du terrorisme.
Article 61 : Composition de la CENTIF
Les correspondants identifiés sont désignés ès
La CENTIF est composée de six membres, à savoir : qualité par arrêté de leur Ministre de tutelle. Ils
du terrorisme

1. un haut fonctionnaire issu, soit de la Direction collaborent avec la CENTIF dans le cadre de
des Douanes, soit de la Direction du Trésor, l’exercice de ses attributions.

VIII - 80
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 64 : Désignation d’un déclarant, Les membres de la CENTIF, leurs correspondants


correspondant de la CENTIF ainsi que le personnel de la Cellule sont tenus
au niveau des assujettis au respect du secret des informations recueillies,
qui ne pourront être utilisées à d’autres fins que
Les institutions financières communiquent à la
celles prévues par les dispositions de la présente
CENTIF et à leur autorité de contrôle, l’identité de
Directive.
leurs dirigeants ou préposés habilités à procéder
aux déclarations prescrites à l’article 79 de la Le personnel de la CENTIF est soumis aux obli-
présente Directive. gations de confidentialité et de respect du secret
professionnel.
Les autres personnes assujetties communiquent
également à la CENTIF l’identité et la qualité de la
personne habilitée à procéder à cette déclaration, en Article 66 : Divulgation des informations
application de l’article 79 de la présente Directive. transmises à la CENTIF
La divulgation des informations détenues par la
Tout changement concernant les personnes CENTIF est interdite. Elles ne peuvent être utilisées
habilitées, en application des alinéas premier et à d’autres fins que celles prévues au présent
deux ci-dessus, qui répondent à l’appellation de chapitre.
déclarant, doit être porté, sans délai, à la connais-
Nonobstant les dispositions de l’alinéa premier
sance de la CENTIF et de leur autorité de contrôle,
ci-dessus, et sous réserve qu’elles soient en
le cas échéant.
relation avec les faits susceptibles de faire l’objet
Tout dirigeant d’une personne morale mentionnée d’une déclaration de soupçon, la CENTIF est auto-
aux articles 5 et 6 de la présente Directive ou risée à communiquer des informations qu’elle
préposé de cette personne morale, peut prendre détient à l’Administration des Douanes, des Impôts,
l’initiative de déclarer lui-même à la CENTIF, dans du Trésor et aux services de Police Judiciaire.
des cas exceptionnels, en raison notamment de
Elle peut également transmettre aux services de
l’urgence, une opération lui paraissant devoir l’être
renseignement spécialisés des informations rela-
en application de l’article 79. Cette déclaration
tives à des faits qui sont susceptibles de révéler
est confirmée, dans les meilleurs délais, par la
une menace contre les intérêts fondamentaux de
personne habilitée.
la nation en matière de sécurité publique et de
Les personnes visées à l’article 6 de la présente sûreté de l’Etat.
Directive s’acquittent personnellement de l’obli-
Elle peut aussi transmettre à l’Administration
gation de déclaration mentionnée à l’article 79,
Fiscale, qui peut les utiliser pour l’exercice de ses
quelles que soient les modalités de leur exercice
missions, des informations sur des faits suscep-
professionnel.
tibles de relever de la fraude ou de la tentative de
La personne désignée répond aux demandes de la fraude fiscale.
CENTIF et de l’autorité de contrôle, le cas échéant,
La CENTIF peut également transmettre aux services
et assure la diffusion aux membres concernés du
de l’Etat chargés de préparer et de mettre en œuvre
personnel des informations, avis ou recommanda-
une mesure de gel ou d’interdiction de mouvement
tions de caractère général qui en émanent.
ou de transfert de fonds, des instruments financiers
Les personnes assujetties veillent à ce que les et des ressources économiques, des informations
fonctions de correspondant soient assurées avec en relation avec l’exercice de leur mission.
la continuité nécessaire pour être en mesure de
répondre, dans les délais impartis, aux demandes Article 67 : Traitement des déclarations
de la CENTIF. de soupçon par la CENTIF
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

La CENTIF accuse réception de toute déclaration


Article 65 : Confidentialité
de soupçon écrite. Elle traite et analyse immé-
Les membres de la CENTIF et leurs correspondants diatement les informations recueillies et procède,
du terrorisme

visés à l’article 63, ci-dessus, prêtent serment devant le cas échéant, à des demandes de renseigne-
la juridiction compétente avant d’entrer en fonction. ments complémentaires auprès du déclarant, des

VIII - 81
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

autres assujettis, des Cellules de Renseignements du préposé à la déclaration ne doit pas figurer dans
Financiers étrangères ainsi que de toute autorité ledit rapport qui fait foi jusqu’à preuve du contraire.
publique et/ou de contrôle.
La CENTIF avisera, en temps opportun, l’assujetti
Lorsque ses investigations mettent en évidence déclarant des conclusions de ses investigations.
des faits susceptibles de relever du blanchiment
du produit d’une activité criminelle ou du finan- Article 70 : Droit de communication de la CENTIF
cement du terrorisme, la CENTIF saisit le Procureur
La CENTIF peut demander que les pièces
de la République.
conservées, en application des dispositions de l’ar-
ticle 35 de la présente Directive, lui soient commu-
Article 68 : Opposition à l’exécution
niquées, quel que soit le support utilisé pour leur
d’une opération ayant fait l’objet
conservation et dans les délais qu’elle fixe.
d’une déclaration de soupçon
La CENTIF reçoit, à l’initiative des Administrations
Lorsque les circonstances l’exigent, la CENTIF peut,
de l’Etat, des Collectivités Territoriales, des
sur la base d’informations graves, concordantes et
Etablissements Publics et de toute autre personne
fiables en sa possession, faire opposition à l’exé-
investie d’une mission de service public, toutes les
cution de l’opération ayant fait l’objet d’une décla-
informations nécessaires à l’accomplissement de
ration de soupçon avant l’expiration du délai d’exé-
sa mission ou les obtient de ceux-ci à sa demande.
cution mentionné par le déclarant. Cette opposition
est notifiée à ce dernier par écrit et fait obstacle à L’autorité judiciaire, les juridictions financières et
l’exécution de l’opération pendant une durée qui les Officiers de Police Judiciaire peuvent rendre
ne peut excéder quarante-huit heures. la CENTIF destinataire de toute information aux
Le juge d’instruction peut, sur requête de la CENTIF, mêmes fins.
proroger le délai d’opposition sans que ce délai
ne dépasse vingt-quatre heures ou ordonner le Article 71 : Obligation d’information de la CENTIF
séquestre provisoire des fonds, comptes ou titres Lorsque, sur le fondement d’une déclaration
concernés par la déclaration de soupçon. Il peut de soupçon, la CENTIF saisit le Procureur de la
présenter une requête ayant le même objet. République, elle en informe immédiatement le
A défaut d’opposition ou si, au terme du délai de déclarant.
quarante-huit heures visé à l’alinéa premier du La CENTIF peut, si les circonstances le justifient,
présent article, aucune décision du juge d’ins- informer les personnes qui lui ont transmis les
truction n’est parvenue à l’auteur de la déclaration, informations, en application de l’alinéa premier de
l’opération qui a fait l’objet de déclaration de l’article 67 ci-dessus, qu’elle a saisi le Procureur
soupçon peut être exécutée. de la République, sur la base de ces informations.
A défaut de poursuite judiciaire contre le donneur La CENTIF partage avec ses correspondants les
d’ordre dans un délai de quinze jours à compter résultats de ses études, si nécessaire.
de la date de l’ordonnance de séquestre provisoire,
celle-ci devient caduque. Article 72 : Responsabilité de la CENTIF
ou de ses membres
Article 69 : Suites données aux déclarations de La responsabilité civile de la CENTIF et de ses
soupçons membres ne peut être engagée, à l’occasion de
Lorsque les opérations mettent en évidence des l’exercice de leurs missions légales, qu’en cas de
faits susceptibles de constituer l’infraction de dol ou de faute lourde.
de capitaux et le financement

blanchiment de capitaux ou de financement du


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

terrorisme, la CENTIF transmet un rapport sur ces Article 73 : Financement de la CENTIF


faits au Procureur de la République, qui saisit Les ressources de la CENTIF proviennent du budget
immédiatement le juge d’instruction. de l’Etat ainsi que des apports consentis par les
du terrorisme

Ce rapport est accompagné de toutes pièces utiles, Institutions de l’UEMOA et les partenaires au
à l’exception de la déclaration de soupçon. L’identité développement.

VIII - 82
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Chapitre II : Coopération tions et données relatives aux investigations


entreprises à la suite d’une déclaration de
soupçon au niveau national ;
Section I : Coopération nationale
2. transmettre les rapports périodiques (trimes-
Article 74 : Coordination nationale en matière triels et annuels) détaillés sur ses activités à
de lutte contre le blanchiment la BCEAO.
de capitaux et le financement Les CENTIF mettent en place un mécanisme de
du terrorisme coopération et de partage de bonnes pratiques
La CENTIF, les autorités de contrôle, les ordres profes- entre elles.
sionnels et les instances représentatives nationales
mettent en place des mécanismes efficaces leur Article 77 : Rôle assigné à la BCEAO
permettant de coopérer et de coordonner leurs La BCEAO a pour rôle de favoriser la coopération
activités à l’échelle nationale en ce qui concerne entre les CENTIF.  A ce titre, elle est chargée de
la définition et la mise en œuvre de politiques et coordonner les actions des CENTIF dans le cadre
d’actions visant à lutter contre le blanchiment de de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le
capitaux et le financement du terrorisme. financement du terrorisme et d’établir une synthèse
des informations provenant des rapports élaborés
Article 75 : Echange d’informations entre par ces dernières. La BCEAO participe, avec les
la CENTIF et les autorités de CENTIF, aux réunions des instances régionales et
contrôle, les ordres professionnels internationales traitant des questions relatives à la
et les instances représentatives lutte contre le blanchiment de capitaux et le finan-
nationales cement du terrorisme.
La CENTIF échange avec les autorités de contrôle, La synthèse établie par la BCEAO sert de support
les ordres professionnels et les instances représen- à un rapport périodique destiné à l’information du
tatives nationales, toute information utile à l’ac- Conseil des Ministres de l’Union sur l’évolution
complissement de leurs missions respectives pour de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le
l’application des dispositions du présent chapitre. financement du terrorisme.
Lorsque, dans l’accomplissement de leur mission,
les autorités de contrôle et les ordres profes- Section III : Coopération Internationale
sionnels découvrent des faits susceptibles d’être
liés au blanchiment de capitaux ou au finan- Article 78 : Transmission d’informations
cement du terrorisme, ils en informent la CENTIF par la CENTIF aux CRF étrangères
qui, le cas échéant, les traite comme en matière de
déclaration d’opérations suspectes. La CENTIF peut communiquer, sur leur demande ou
à son initiative, aux Cellules de Renseignements
La CENTIF accuse réception et peut, sur leur Financiers étrangères, les informations qu’elle
demande, tenir informées les autorités visées à détient sur des sommes ou opérations qui
l’alinéa 2 ci-dessus, des suites qui ont été réservées paraissent avoir pour objet le blanchiment du
à ces informations. produit d’une activité criminelle ou le financement
du terrorisme, sous réserve de réciprocité et si les
Section II : Coopération intracommunautaire conditions suivantes sont réunies :
1. les CRF étrangères sont soumises à des obliga-
Article 76 : Relations entre CENTIF des Etats tions de confidentialité au moins équivalentes ;
de capitaux et le financement

membres de l’UEMOA
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

2. le traitement des informations communiquées


La CENTIF est tenue de : garantit un niveau de protection suffisant de
1. communiquer, à la demande dûment motivée la vie privée ainsi que des libertés et droits
du terrorisme

d’une CENTIF d’un Etat membre de l’UEMOA, fondamentaux des personnes, conformément
dans le cadre d’une enquête, toutes informa- à la réglementation en vigueur.

VIII - 83
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

La communication des informations visées à Toute information de nature à infirmer, conforter ou


l’alinéa premier du présent article ne peut avoir modifier les éléments contenus dans la déclaration
lieu dans les cas suivants : de soupçon est portée, sans délai, à la connais-
1. une procédure pénale a été engagée dans sance de la CENTIF.
l’Etat membre concerné ; Une instruction de la BCEAO peut étendre l’obligation
2. la communication porte atteinte à la souve- de déclaration visée à l’alinéa premier du présent
raineté de l’Etat ou aux intérêts nationaux ainsi article, aux opérations pour compte propre ou pour
qu’à la sécurité et à l’ordre public. compte de tiers effectuées par les institutions finan-
cières avec des personnes physiques ou morales,
La conclusion d’accords entre la CENTIF et les CRF
y compris leurs filiales ou établissements, domi-
homologues étrangères nécessite l’information
ciliées, enregistrées ou établies dans l’ensemble
préalable du Ministre chargé des Finances.
des Etats ou territoires dont les insuffisances de la
législation ou les pratiques font obstacle à la lutte
Chapitre III : Déclarations de soupçons contre le blanchiment de capitaux et le financement
du terrorisme. Cette instruction de la BCEAO fixe les
Section I : Dispositions générales modalités et le montant minimum des opérations
soumises à déclaration.
Article 79 : Obligation de déclaration Les institutions financières déclarent à la CENTIF
des opérations suspectes les éléments d’information relatifs aux opérations
Les personnes visées aux articles 5 et 6 sont tenues de transmission de fonds effectuées à partir du
de déclarer à la CENTIF, dans les conditions fixées versement d’espèces ou au moyen de monnaie
par la présente Directive et selon un modèle de électronique. Une instruction de la BCEAO précise
déclaration fixé par arrêté du Ministre chargé des le seuil à partir duquel est requise une déclaration
Finances, les sommes inscrites dans leurs livres auprès de la CENTIF ainsi que les conditions et
ou les opérations portant sur des sommes dont modalités de ladite déclaration.
elles soupçonnent ou ont de bonnes raisons de Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la
soupçonner qu’elles proviennent d’une infraction présente Directive s’abstiennent d’effectuer toute
de blanchiment de capitaux ou de financement du opération sur des fonds en leur possession dont
terrorisme. elles soupçonnent qu’ils sont liés au blanchiment
Par dérogation à l’alinéa premier ci-dessus, les de capitaux ou au financement du terrorisme
personnes visées aux articles 5 et 6 de la présente jusqu’à ce qu’elles fassent la déclaration de
Directive déclarent à la CENTIF, les sommes ou soupçon. Elles ne peuvent alors procéder à la réali-
opérations dont elles soupçonnent ou ont de bonnes sation de l’opération que si les conditions prévues
raisons de soupçonner qu’elles proviennent d’une à l’alinéa 3 de l’article 68 sont réunies.
fraude fiscale lorsqu’il y a présence d’au moins un Lorsqu’une opération devant faire l’objet de la décla-
critère défini par la réglementation en vigueur. ration de soupçon a déjà été réalisée, soit parce
A l’issue de l’examen renforcé prescrit à l’alinéa qu’il a été impossible de surseoir à son exécution,
2 de l’article 51, les personnes visées aux articles soit que son report aurait pu faire obstacle à des
5 et 6 de la présente Directive effectuent, le cas investigations portant sur une opération suspectée
échéant, la déclaration prévue à l’alinéa premier de blanchiment de capitaux ou de financement du
du présent article. terrorisme, soit qu’il est apparu postérieurement à
sa réalisation qu’elle était soumise à cette décla-
Les personnes visées aux articles 5 et 6 de la
ration, la personne assujettie en informe, sans
de capitaux et le financement

présente Directive sont également tenues de


délai, la CENTIF.
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

déclarer à la CENTIF, toute opération pour laquelle


l’identité du donneur d’ordre ou du bénéficiaire
effectif ou du constituant d’un fonds fiduciaire ou Article 80 : Obligations spécifiques
des membres de professions
du terrorisme

de tout autre instrument de gestion d’un patrimoine


juridiques indépendantes
d’affectation reste douteuse en dépit des dili-
gences effectuées conformément aux dispositions Les professionnels de l’expertise comptable et du
du chapitre III du titre II de la présente Directive. commissariat aux comptes, les notaires, les huis-

VIII - 84
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

siers de justice, les administrateurs judiciaires, déclaration de soupçon ou à des tiers, autres que
les mandataires judiciaires, les avocats, lors- les autorités de contrôle, ordres professionnels et
qu’ils agissent en qualité de fiduciaires ainsi que instances représentatives nationales, l’existence
les commissaires-priseurs sont chargés, à titre et le contenu d’une déclaration faite auprès de la
individuel, quelles que soient les modalités de CENTIF et de donner des informations sur les suites
leur exercice professionnel, de répondre à toute qui ont été réservées à ladite déclaration.
demande émanant de la CENTIF et de recevoir Le fait pour les personnes visées à l’article 6 de
ses accusés de réception des déclarations de la présente Directive, de s’efforcer de dissuader
soupçons faites en application des dispositions de leur client de prendre part à une activité illégale ne
l’article 79 de la présente Directive. constitue pas une divulgation au sens de l’alinéa 2
du présent article.
Section II : Dispositions relatives à la transmis-
sion et à la confidentialité Les dirigeants et préposés des institutions finan-
de la déclaration de soupçon cières peuvent révéler à l’autorité judiciaire ou
aux officiers de police judiciaire agissant sur délé-
Article 81 : Forme et mode de transmission gation que des informations ont été transmises à
de la déclaration à la CENTIF la CENTIF, en application des dispositions de l’ar-
ticle 79 de la présente Directive. Dans ce cas, l’au-
Les déclarations de soupçons sont établies par écrit.
torité judiciaire ou les officiers de police judiciaire
Elles sont transmises à la CENTIF, par les personnes
peuvent demander confirmation à la CENTIF de
physiques et morales visées aux articles 5 et 6 de
l’existence de ladite déclaration.
la présente Directive, par tout moyen laissant trace
écrite. Les déclarations faites téléphoniquement ou La déclaration de soupçon n’est accessible à l’au-
par moyen électronique doivent être confirmées par torité judiciaire que sur réquisition auprès de la
écrit dans un délai de quarante-huit heures. CENTIF et dans les seuls cas où cette déclaration
Les déclarations précisent, notamment suivant le cas : est nécessaire à la mise en œuvre de la respon-
sabilité des personnes mentionnées aux articles 5
1. les raisons pour lesquelles l’opération a déjà et 6 de la présente Directive, de leurs dirigeants et
été exécutée ou est en cours d’exécution ; préposés et lorsque l’enquête judiciaire fait appa-
2. le délai dans lequel l’opération suspecte doit raître qu’ils peuvent être impliqués dans le méca-
être exécutée. nisme de blanchiment de capitaux ou de finan-
Lorsque la déclaration de soupçon émane de l’Ad- cement du terrorisme qu’ils ont révélé.
ministration des Douanes, elle est faite par écrit,
signée et datée par la personne déclarante habi- Chapitre IV : Exemption de responsabilité et
litée, à cet effet. Elle est accompagnée du formulaire mise en jeu de la responsabilité de
de déclaration de transport physique transfrontalier l’Etat
d’espèces et d’instruments au porteur prévu, à cet
effet, à l’article 12 de la présente Directive. Section I : Exemption de responsabilité
La CENTIF accuse réception de la déclaration
de soupçon, sauf si l’entité déclarante a indiqué Article 83 : Exemption de responsabilité
expressément ne pas vouloir en être destinataire. du fait des déclarations de soupçons
faites de bonne foi
Article 82 : Confidentialité de la déclaration
Les personnes ou les dirigeants et préposés des
de soupçon
personnes mentionnées aux articles 5 et 6 qui, de
La déclaration de soupçon mentionnée à l’article bonne foi, ont transmis des informations ou effectué
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

79 de la présente Directive, est confidentielle. toute déclaration, conformément aux dispositions


Il est interdit, sous peine de sanctions prévues de la présente Directive, sont exempts de toutes
par les dispositions de la présente Directive, aux sanctions pour violation du secret professionnel.
du terrorisme

personnes visées aux articles 5 et 6, de porter à Aucune action en responsabilité civile ou pénale
la connaissance du propriétaire des sommes ou ne peut être intentée, ni aucune sanction profes-
de l’auteur de l’une des opérations induisant une sionnelle prononcée contre les personnes ou les

VIII - 85
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

dirigeants, préposés et employés des personnes ration de soupçon faite de bonne foi, qui s’est
visées aux articles 5 et 6 de la présente Directive, néanmoins avérée inexacte, incombe à l’Etat.
ayant agi dans les mêmes conditions que celles
La responsabilité de l’Etat est également mise en
prévues à l’alinéa premier ci-dessus, même si des
jeu lorsqu’une personne visée aux articles 5 et 6
décisions de justice rendues sur la base des décla-
de la présente Directive a effectué une opération
rations visées dans ledit alinéa n’ont donné lieu à à la demande des autorités judiciaires, des agents
aucune condamnation. de l’Etat chargés de la détection et de la répression
En outre, aucune action en responsabilité civile ou des infractions liées au blanchiment de capitaux
pénale ne peut être intentée contre les personnes et au financement du terrorisme, agissant dans le
visées à l’alinéa précédent en raison des cadre d’un mandat judiciaire ou de la CENTIF.
dommages matériels ou moraux qui pourraient
résulter du blocage d’une opération en vertu des
Chapitre V : Obligations des autorités
dispositions de l’article 68 de la présente Directive.
de contrôle, lignes directrices
Les dispositions du présent article s’appliquent de et retour d’information
plein droit, même si la preuve du caractère délic-
tueux des faits à l’origine de la déclaration de
Section I : Obligations des autorités de régula-
soupçon n’est pas rapportée ou si ces faits ont été
tion et de contrôle
amnistiés ou ont entraîné une décision de non-lieu,
de relaxe ou d’acquittement.
Article 86 : Dispositions générales relatives
aux autorités de surveillance et de
Article 84 : Exemption de responsabilité
contrôle des institutions financières
du fait de l’exécution de certaines
et des Entreprises et Professions
opérations
Non Financières Désignées
Lorsqu’une opération suspecte a été exécutée, et
Les autorités de contrôle s’assurent du respect,
sauf cas de collusion frauduleuse avec le ou les
par les institutions financières et les EPNFD, des
auteurs du blanchiment de capitaux ou du finan-
prescriptions énoncées au titre II de la présente
cement du terrorisme, les personnes visées aux
Directive.
articles 5 et 6 ainsi que leurs dirigeants, préposés
ou employés sont dégagés de toute responsabilité Conformément à la réglementation en vigueur,
et aucune poursuite pénale du chef de blanchiment chaque autorité de contrôle :
de capitaux ou de financement du terrorisme ne 1. prend les dispositions requises pour définir
peut être engagée à leur encontre, si la déclaration les critères appropriés pour la possession, le
de soupçon a été faite conformément aux disposi- contrôle ou la participation directe ou indirecte
tions de la présente Directive. à la direction, à la gestion ou au fonctionnement
Il en est de même lorsque l’une des personnes d’une institution financière ou d’une EPNFD ;
visées aux articles 5 et 6, a effectué une opération, 2. réglemente et surveille l’observance, par les
à la demande des services d’enquêtes agissant EPNFD, des obligations énoncées aux titres II
dans les conditions prévues par les dispositions de et III de la présente Directive, y compris par les
la présente Directive. inspections sur place ;
Section II : Mise en jeu de la responsabilité 3. édicte des instructions, des lignes directrices
de l’Etat ou des recommandations visant à aider
les institutions financières et les EPNFD à
de capitaux et le financement

Article 85 : Responsabilité de l’Etat du fait des respecter les obligations énoncées aux titres II
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

déclarations de soupçons faites et III de la présente Directive ;


de bonne foi et du fait de certaines
4. coopère et échange des informations avec
opérations
d’autres autorités compétentes et apporte son
du terrorisme

La responsabilité de tout dommage causé aux aide aux enquêtes, poursuites ou procédures
personnes et découlant directement d’une décla- relatives au blanchiment de capitaux, aux

VIII - 86
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

infractions sous-jacentes et au financement enregistrement préalable par l’autorité de régulation


du terrorisme ; ou de contrôle compétente, conformément aux
conditions fixées par la réglementation en vigueur.
5. définit, en concertation avec les CENTIF, des
normes ou des critères applicables aux décla-
rations de soupçons qui tiennent compte des Section II : Lignes directrices et retour
autres normes nationales et internationales d’informations
existantes ou futures ;
6. veille à ce que les institutions financières et Article 89 : Protection de données et partage
leurs succursales à l’étranger ainsi que leurs d’informations
filiales à l’étranger dans lesquelles elles Les institutions financières qui font partie d’un
détiennent une participation majoritaire, groupe, mettent en œuvre des politiques et procé-
adoptent et fassent appliquer des mesures dures à l’échelle du groupe, notamment des poli-
conformes aux dispositions de la présente tiques de protection des données et des politiques
Directive, dans la mesure où les lois et règle- et procédures relatives au partage des informa-
ments locaux le permettent ; tions au sein du groupe aux fins de la lutte contre
7. communique, sans retard, à la CENTIF, toute le blanchiment de capitaux et le financement du
information relative aux opérations suspectes terrorisme. Ces politiques et procédures sont mises
ou à des faits suspects qui pourraient être en œuvre efficacement au niveau des succursales
liés au blanchiment de capitaux ou au finan- et des filiales, établies dans les Etats membres et
cement du terrorisme ; dans des Etats tiers.

8. apporte une coopération rapide et efficace aux Lorsqu’une institution financière a des bureaux de
organismes qui exercent des fonctions similaires représentation, des succursales ou des filiales dans
dans d’autres Etats membres ou d’autres Etats des Etats tiers dans lesquels les obligations mini-
tiers, y compris par l’échange d’informations ; males en matière de lutte contre le blanchiment
de capitaux et le financement du terrorisme sont
9. tient des statistiques concernant les mesures moins strictes que sur le territoire dans lequel elle
adoptées et les sanctions infligées dans le est installée, lesdits bureaux de représentation,
contexte de l’application du présent chapitre. succursales et filiales appliquent les obligations
en vigueur sur son territoire, y compris en matière
Article 87 : Dispositions particulières concer- de protection des données, dans la mesure où les
nant les services de transfert de dispositions législatives et réglementaires des
fonds ou de valeurs Etats tiers en question le permettent.
Conformément à la réglementation spécifique en Les autorités de contrôle concernées s’informent
vigueur, nul ne peut se livrer à l’activité profes- mutuellement des cas dans lesquels la légis-
sionnelle de transfert de fonds ou de valeurs et de lation d’un Etat tiers ne permet pas d’appliquer
change manuel s’il n’a pas obtenu l’agrément de les mesures requises en application de l’alinéa
l’autorité compétente. 2 ci-dessus, de façon à engager une action coor-
L’autorité compétente fixe les conditions minimales donnée en vue de la recherche d’une solution.
d’exploitation, notamment quant à l’inspection Lorsque la législation de l’Etat tiers ne permet pas
régulière des services de transfert de fonds ou de d’appliquer les mesures requises en application de
valeurs ainsi que les sanctions qui découlent du l’alinéa premier du présent article, les institutions
non respect des dispositions en vigueur. financières prennent des mesures supplémentaires
pour traiter efficacement le risque de blanchiment
de capitaux et le financement

Article 88 : Dispositions particulières relatives de capitaux ou de financement du terrorisme et en


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

aux Entreprises et Professions Non informent les autorités de surveillance de leur Etat
Financières Désignées d’origine.
du terrorisme

Nul ne peut exercer une activité en tant qu’Entre- Si ces mesures supplémentaires sont insuffisantes,
prise et Profession Non Financière Désignée sans les autorités compétentes de l’Etat d’origine envi-

VIII - 87
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

sagent des mesures de surveillance supplémentaires, rités de contrôle visées à l’article 86 de la présente
notamment, s’il y a lieu, de demander au groupe Directive reçoivent de la CENTIF les informations dont
financier de cesser ses activités dans l’Etat d’accueil. elle dispose sur les mécanismes de blanchiment de
capitaux et de financement du terrorisme.
Article 90 : Mise en place des systèmes d’éva-
luation et de gestion des risques TITRE IV : ENQUETES ET SECRET
Les institutions financières mettent en place des PROFESSIONNEL
systèmes d’évaluation et de gestion des risques
de blanchiment de capitaux et de financement du
terrorisme. Chapitre premier : Enquêtes

Les institutions financières prennent des mesures Article 93 : Techniques d’enquête


proportionnées à leurs risques, leur nature et leur
taille, afin que les salariés concernés aient connais- Aux fins d’obtenir les preuves de blanchiment de
sance des dispositions adoptées, en application capitaux et de financement du terrorisme, et de la
de la présente Directive, y compris des exigences localisation des produits du crime, le juge d’ins-
applicables en matière de protection des données. truction peut ordonner, conformément à la loi, pour
une durée déterminée, sans que le secret profes-
Les mesures visées à l’alinéa 2 ci-dessus, sionnel ne puisse lui être opposé, diverses actions,
comprennent la participation des salariés concernés notamment :
à des programmes spéciaux de formation continue
visant à les aider à reconnaître les opérations 1. la surveillance des comptes bancaires et des
susceptibles d’être liées au blanchiment de capitaux comptes assimilés aux comptes bancaires,
ou au financement du terrorisme et à les instruire de lorsque des indices sérieux permettent de
la manière de procéder en pareil cas. suspecter qu’ils sont utilisés ou susceptibles
d’être utilisés pour des opérations en rapport
Article 91 : Application de mesures de vigilance avec l’infraction d’origine ou des infractions
dans les succursales et filiales prévues par la présente Directive ;
Les institutions financières appliquent des mesures 2. l’accès à des systèmes, réseaux et serveurs
au moins équivalentes à celles prévues au chapitre informatiques utilisés ou susceptibles d’être
III du Titre II de la présente Directive, en matière utilisés par des personnes contre lesquelles
de vigilance à l’égard du client et de conservation existent des indices sérieux de participation à
des informations dans leurs succursales situées l’infraction d’origine ou aux infractions prévues
à l’étranger. Elles veillent à ce que des mesures par la présente Directive ;
équivalentes soient appliquées dans leurs filiales 3. la communication ou la saisie d’actes authen-
situées à l’étranger.
tiques ou sous seing privé, de documents
Lorsque le droit applicable localement ne leur bancaires, financiers et commerciaux ;
permet pas de mettre en œuvre des mesures
4. la mise sous surveillance ou l’interception de
équivalentes dans leurs succursales et filiales à
communications ;
l’étranger, les institutions financières en informent
la CENTIF et l’autorité de surveillance et de contrôle 5. l’enregistrement audio ou vidéo ou la photo-
dont elles relèvent. graphie d’actes et d’agissements ou de
conversations ;
Les institutions financières communiquent les
mesures minimales appropriées en matière de 6. l’interception et la saisie de courrier.
de capitaux et le financement

lutte contre le blanchiment de capitaux et le finan-


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Les techniques visées à l’alinéa premier ci-dessus,


cement du terrorisme à leurs succursales et filiales
ne peuvent être utilisées que lorsqu’il existe des
situées à l’étranger.
indices sérieux que lesdits comptes, lignes télé-
phoniques, systèmes et réseaux informatiques
du terrorisme

Article 92 : Retour d’informations ou documents sont ou peuvent être utilisés par


Les personnes visées aux articles 5 et 6 et les auto- des personnes soupçonnées de prendre part au

VIII - 88
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

blanchiment de capitaux ou au financement du être invoqué par les personnes visées aux articles
terrorisme.  La décision du juge d’instruction est 5 et 6 pour refuser de fournir les informations aux
motivée au regard de ces critères. autorités de contrôle ainsi qu’à la CENTIF ou de
procéder aux déclarations prévues par la présente
Article 94 : Infiltration et livraison surveillée Directive. Il en est de même en ce qui concerne les
informations requises dans le cadre d’une enquête
Aucune sanction ne peut être appliquée aux fonc-
portant sur des faits de blanchiment de capitaux et
tionnaires compétents pour enquêter sur le blan-
de financement du terrorisme, ordonnée par le juge
chiment de capitaux et le financement du terro-
d’instruction ou effectuée sous son contrôle, par
risme qui, aux fins de l’obtention de preuves liées à
les agents de l’Etat chargés de la détection et de la
ces infractions ou de la localisation des produits du
répression desdites infractions.
crime, posent, dans le cadre d’une opération d’infil-
tration ou d’une livraison surveillée, des actes qui
Article 97 : Exemption de responsabilité en cas
pourraient être interprétés comme des éléments
de violation du secret professionnel
de blanchiment de capitaux ou de financement du
terrorisme. Le fonctionnaire désigné ne doit pas Aucune poursuite pour violation du secret profes-
inciter le suspect à commettre des infractions. sionnel ne peut être engagée à l’encontre des
personnes visées aux articles 5 et 6 ou de leurs
L’autorisation du juge d’instruction saisi de l’affaire
dirigeants, préposés ou employés qui, de bonne foi,
est requise préalablement à toute opération décrite
ont transmis des informations ou effectué des décla-
à l’alinéa premier ci-dessus. rations de soupçons prévues par l’article 79 de la
présente Directive, dans les conditions prescrites par
Article 95 : Témoignage anonyme et protection
les dispositions législatives et réglementaires appli-
des témoins
cables ou lorsqu’ils ont communiqué des informa-
Le juge d’instruction peut, d’office ou sur demande tions à la CENTIF, en application de l’article 60.
d’un témoin ou d’une partie privée lésée, décider que :
1. certaines données d’identité ne seront pas Article 98 : Impossibilité pour les membres
mentionnées dans le procès-verbal d’audition et personnel de la CENTIF
s’il existe une présomption raisonnable que le de témoigner publiquement
témoin pourrait subir un préjudice grave suite dans une procédure judiciaire
à la divulgation de certaines informations ; Les membres et personnel de la CENTIF ne peuvent
2. l’identité d’un témoin restera secrète si l’au- être appelés à témoigner, lors d’une audience
torité compétente conclut que le témoin, un publique dans une procédure judiciaire, sur des
membre de sa famille ou un de ses associés faits de blanchiment de capitaux ou du finan-
pourrait vraisemblablement être mis en danger cement du terrorisme dont ils ont eu à connaître
par le témoignage. L’identité du témoin ne sera dans l’exercice de leur fonction.
tenue secrète que si l’enquête relative à l’in-
fraction l’exige et si d’autres techniques d’en- TITRE V : REPRESSION DU BLANCHI-
quête paraissent insuffisantes pour découvrir MENT DE CAPITAUX ET DU FI-
la vérité. Le témoin dont l’identité est tenue NANCEMENT DU TERRORISME
secrète ne sera pas cité à comparaître à une
audition sans son accord. Le témoignage Chapitre premier : Mesures conservatoires
anonyme ne peut servir d’unique fondement
ni de facteur déterminant de toute inculpation.
Section I : Prescription et exécution de mesures
conservatoires
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Chapitre II : Secret professionnel


Article 99 : Prescription de mesures
Article 96 : Levée du secret professionnel conservatoires
du terrorisme

Nonobstant toutes dispositions législatives ou régle- Les Etats membres adoptent, conformément aux
mentaires contraires, le secret professionnel ne peut règles de leur droit interne, des mesures conser-

VIII - 89
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

vatoires qui ordonnent notamment, aux frais de autres ressources financières des personnes ou
l’Etat, la saisie ou la confiscation des fonds et des entités désignées par le Conseil de Sécurité des
biens en relation avec l’infraction de blanchiment Nations Unies, au titre des Résolutions relatives à
de capitaux ou de financement du terrorisme, objet la lutte contre le financement de la prolifération
de l’enquête et de tous les éléments de nature des armes de destruction massive.
à permettre de les identifier, ainsi que le gel des
sommes d’argent et opérations financières portant Les institutions financières et toute autre personne
sur lesdits biens. ou entité qui détiennent les biens, fonds ou autres
ressources financières visés aux alinéas premier,
Dans le cas où elle s’oppose à l’exécution de mesures
3 et 4 ci-dessus, procèdent immédiatement, sans
non prévues par la législation nationale, l’autorité
notification préalable aux titulaires, à leur gel, dès
judiciaire saisie d’une demande relative à l’exécution
notification de ladite décision jusqu’à ce qu’il en
de mesures conservatoires prononcées à l’étranger,
peut substituer à celles-ci les mesures prévues par le soit autrement décidé par le Conseil de Sécurité
droit interne, dont les effets correspondent le mieux des Nations Unies ou par une autre décision prise
aux mesures dont l’exécution est sollicitée. selon la même procédure.

La mainlevée de ces mesures peut être ordonnée Les institutions financières et autres personnes
par le juge d’instruction dans les conditions assujetties avertissent, sans tarder, la CENTIF de
prévues par la Directive. l’existence de fonds appartenant à des personnes
ou entités auteurs de financement du terrorisme
ou de la prolifération ainsi qu’à des organisations
Section II : Gel
terroristes ou personnes ou organisations qui leur
Article 100 : Gel de biens, fonds et autres sont associées, conformément aux décisions du
ressources financières Conseil des Ministres de l’UEMOA relatives à la
Les Etats membres prennent les mesures néces- liste des personnes, entités ou organismes visés
saires pour ordonner, par décision administrative, par le gel des fonds et autres ressources finan-
le gel de biens, fonds et autres ressources finan- cières en particulier, celle établie par le Conseil
cières des personnes ou entités auteurs de finan- de Sécurité des Nations Unies et ses mises à jour.
cement du terrorisme. Une liste nationale de ces Elles déclarent également à l’autorité compétente
personnes, entités ou organismes peut, le cas tous les biens gelés.
échéant, être dressée conformément à la réso-
Il est strictement interdit aux personnes visées aux
lution 1373 et les résolutions subséquentes.
articles 5 et 6 de la présente Directive, de mettre
La décision visée à l’alinéa premier ci-dessus, directement ou indirectement, les fonds objet de
définit les conditions ainsi que la durée appli- la procédure de gel des fonds à la disposition
cables au gel desdits fonds. des personnes physiques ou morales, entités ou
L’autorité compétente s’assure également de organismes désignés par les décisions visées aux
l’application de la réglementation en vigueur en alinéas premier, 3 et 4 du présent article, ou de les
la matière, notamment le Règlement communau- utiliser à leur bénéfice.
taire relatif au gel des fonds et autres ressources
Il est également strictement interdit aux personnes
financières dans le cadre de la lutte contre le
visées aux articles 5 et 6 de la présente Directive,
financement du terrorisme dans les Etats membres
de fournir ou de continuer de fournir des services
de l’UEMOA ainsi que des décisions du Conseil
des Ministres de l’UEMOA relatives à la liste des aux personnes physiques ou morales, entités ou
organismes désignés par les décisions visées aux
de capitaux et le financement

personnes, entités ou organismes visés par le gel


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

des fonds et autres ressources financières en parti- alinéas premier, 3 et 4 ci-dessus, ou de les utiliser
culier, celle établie par le Conseil de Sécurité des à leur bénéfice.
Nations Unies, au titre du chapitre VII de la Charte Il est interdit de réaliser ou de participer, sciemment
du terrorisme

des Nations Unies et ses mises à jour. et intentionnellement, à des opérations ayant pour
En outre, l’autorité compétente ordonne, par but ou pour effet de contourner, directement ou
décision, le gel, sans délai, des biens, fonds et indirectement, les dispositions du présent article.

VIII - 90
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 101: Publication des décisions de gel Article 104 : Obligation de suspension
et des procédures de déblocage d’un ordre de virement
de fonds Les institutions financières qui reçoivent l’ordre
Toute décision de gel ou de déblocage de fonds d’un client, autre qu’une institution financière,
ou autres ressources financières doit être portée d’exécuter pour son compte un virement, hors de
à la connaissance du public, notamment par sa leur territoire, de fonds ou d’instruments finan-
publication au Journal Officiel ou dans un Journal ciers au profit d’une personne, d’un organisme ou
d’annonces légales. d’une entité faisant l’objet d’une mesure de gel,
suspendent l’exécution de cet ordre et informent,
L’autorité compétente s’assure également de la
sans délai, l’autorité compétente.
publication des procédures à suivre par toute
personne physique ou morale inscrite sur la liste Les fonds ou instruments financiers dont le virement
des personnes, entités ou organismes visés, pour a été suspendu sont gelés, sauf si l’autorité compé-
obtenir le retrait de cette inscription et, le cas tente en autorise la restitution au client.
échéant, le déblocage des fonds lui appartenant. Les institutions financières qui reçoivent de
l’étranger, un ordre de virement de fonds ou d’ins-
Article 102 : Gel des fonds au titre truments financiers d’une personne, d’un orga-
de l’exécution de contrats nisme ou d’une entité faisant l’objet d’une mesure
Les fonds ou autres ressources financières dus en de gel au profit d’un client, autre qu’une institution
vertu de contrats, accords ou obligations conclus financière, suspendent l’exécution de cet ordre et
ou nés antérieurement à l’entrée en vigueur de informent sans délai l’autorité compétente.
la décision de gel de fonds, sont prélevés sur les Les fonds ou instruments dont l’ordre de virement
comptes gelés. Les fruits produits par les fonds, a été suspendu sont gelés, sauf si l’autorité compé-
instruments et ressources précités ainsi que les tente autorise le virement.
intérêts échus sont versés sur lesdits comptes.
Article 105 : Autorisation de paiement
Article 103 : Mesures d’assouplissement ou de restitution de fonds
en matière de gel de fonds
L’autorité compétente peut autoriser le paiement
Lorsqu’une mesure de gel des fonds et autres ou la restitution des fonds, instruments financiers
ressources financières a été prise sur le fondement ou autres ressources économiques faisant l’objet
des dispositions de l’article 100 de la présente d’une mesure de gel, à une personne non visée
Directive, l’autorité compétente peut autoriser, dans par une telle mesure qui lui en fait la demande, si
les conditions qu’elle juge appropriées, la personne, cette personne est titulaire sur ces fonds, instru-
l’organisme ou l’entité qui en fait l’objet, sur sa ments financiers ou autres ressources écono-
demande, à disposer mensuellement d’une somme miques d’un droit acquis avant la mesure de gel ou
d’argent, fixée par ladite autorité. Cette somme est si une décision juridictionnelle devenue définitive
destinée à couvrir, dans la limite des disponibilités, lui accorde un tel droit, à la suite d’une procédure
pour une personne physique, des frais courants du juridictionnelle engagée avant que cette mesure
foyer familial ou, pour une personne morale, des frais ait été prononcée.
lui permettant de poursuivre une activité compatible
avec les exigences de l’ordre public. Ladite somme Article 106 : Conditions requises
peut aussi couvrir des frais d’assistance juridique ou pour les autorisations
des frais exceptionnels. En tout état de cause, les
Les autorisations visées aux articles 103 et 105
frais doivent être préalablement justifiés.
ci-dessus, sont, le cas échéant, subordonnées aux
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

L’autorité compétente peut également, dans les conditions ou accords que les autorités des Etats
conditions qu’elle juge appropriées, autoriser la membres sont tenues de respecter ou d’obtenir
personne, l’organisme ou l’entité qui a fait l’objet en vertu des résolutions adoptées, dans le cadre
d’une mesure de gel, sur sa demande, à vendre ou du chapitre VII de la Charte des Nations Unies ou
du terrorisme

céder des biens, sous réserve que le produit tiré de des actes pris en application de la réglementation
cette vente ou de cette cession soit lui-même gelé. en vigueur.

VIII - 91
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Si l’autorisation est subordonnée à l’accord d’une poches et le contrôle des vêtements portés sur
instance internationale, les délais mentionnés aux le corps ;
mêmes articles sont prolongés des délais néces-
4. la visite corporelle.
saires pour l’obtenir.
Article 110 : Visite corporelle
Article 107 : Procédure de contestation
de mesures administratives La visite corporelle doit être exécutée par deux
de gel des fonds agents des douanes du même sexe que la
personne visitée, dans un espace clos réunissant
Toute personne physique ou morale dont les fonds
les conditions d’hygiène et de décence.
et autres ressources financières ont été gelés en
application des dispositions de l’article 100 alinéa
Article 111  : Conditions de saisie des espèces
premier ci-dessus, qui estime que la décision de
gel résulte d’une erreur, peut former un recours En cas de non-déclaration, de fausse déclaration
contre cette décision dans un délai d’un mois, ou déclaration incomplète, au sens de l’article 12
à compter de la date de publication au Journal de la présente Directive, ou s’il y a suspicion de
officiel ou dans un journal d’annonces légales. Le blanchiment de capitaux ou de financement du
recours est introduit auprès de l’autorité compé- terrorisme, au sens des articles 7 et 8 ci-dessus,
tente qui a ordonné le gel, en indiquant tous les l’Administration des Douanes saisit la totalité des
éléments qui peuvent démontrer l’erreur. espèces retrouvées et en dresse procès-verbal.
Toute contestation de décision de gel de fonds Les espèces saisies et une copie du procès-verbal
et autres ressources financières prise en appli- de saisie sont envoyées directement au Trésor, à la
cation d’une Résolution du Conseil de Sécurité des Caisse des Dépôts et Consignation ou à l’organisme
Nations Unies doit se conformer à la procédure en tenant lieu. Le dossier de l’opération est transmis
adéquate prévue dans le cadre des Résolutions du à la CENTIF dans un délai de huit jours calendaires,
Conseil de Sécurité. par les soins de l’Administration des Douanes.

Section III : Saisie des espèces par l’Adminis- Chapitre II : Sanctions administratives
tration des Douanes et disciplinaires

Article 108 : Méthodes et moyens de recherche Article 112 : Sanctions pour non respect
et de constatation de l’infraction des dispositions des titres II et III
de blanchiment de capitaux
ou de financement du terrorisme Lorsque, par suite, soit d’un grave défaut de vigi-
lance, soit d’une carence dans l’organisation de
Pour la recherche et la constatation de l’infraction ses procédures internes de contrôle, une personne
de blanchiment de capitaux et de financement du visée aux articles 5 et 6 ci-dessus, a méconnu les
terrorisme et conformément aux missions qui leur obligations que lui imposent les titres II et III de
sont assignées dans leur zone d’action en vue de la présente Directive, l’autorité de contrôle ayant
prévenir et de lutter contre les trafics illicites, les pouvoir disciplinaire peut agir d’office dans les
agents des douanes peuvent procéder à l’immobili- conditions prévues par les textes législatifs et
sation et à la perquisition des moyens de transport, réglementaires spécifiques en vigueur.
à la visite et à la retenue des personnes, confor-
mément aux dispositions réglementaires en vigueur. Elle en avise en outre la CENTIF ainsi que le
Procureur de la République.
de capitaux et le financement

Article 109 : Visite des personnes


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

La visite des personnes visées à l’article 108 Chapitre III : Mesures coercitives
ci-dessus, comprend :
Article 113 : Peines applicables
du terrorisme

1. l’interrogatoire ;
Les Etats membres prennent, dans le délai prévu
2. la fouille intégrale de tous les bagages ;
à l’article 119 de la présente Directive, les dispo-
3. la demande de présentation du contenu des sitions législatives ou réglementaires relatives,

VIII - 92
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

d’une part, aux sanctions pénales applicables à 7. omis de procéder à la déclaration de soupçon,
toute personne physique ou morale ayant commis prévue à l’article 79 de la présente Directive,
ou tenté de commettre une infraction de blan- alors que les circonstances amenaient à
chiment de capitaux ou de financement du terro- déduire que les sommes d’argent pouvaient
risme et, d’autre part, aux mesures de confiscation provenir d’une infraction de blanchiment de
des sommes d’argent et tous autres biens, objet capitaux telle que définie à l’article 7 de la
desdites infractions. présente Directive,
–– d’autre part, non intentionnellement :
Article 114 : Incrimination de certains actes
liés au blanchiment de capitaux 8. omis de faire la déclaration de soupçon, prévue
imputables aux personnes à l’article 79 de la présente Directive ;
physiques et morales 9. contrevenu aux dispositions des articles 16, 18
Dans les mêmes conditions que celles visées à à 40 et 79 de la présente Directive.
l’article 113 ci-dessus, chaque Etat membre est
tenu de prendre les dispositions législatives affé-
rentes aux sanctions pénales applicables, d’une Article 115 : Incrimination de certains actes
part, aux personnes morales autres que l’Etat, pour liés au financement du terrorisme
le compte ou au bénéfice desquelles une infraction imputables aux personnes
subséquente a été commise par l’un de ses organes physiques et morales
ou représentants et, d’autre part, aux personnes et Dans les mêmes conditions que celles visées à
dirigeants ou préposés des personnes physiques l’article 113 ci-dessus, chaque Etat membre est
ou morales visées aux articles 5 et 6 de la présente tenu de prendre les dispositions législatives affé-
Directive, lorsque ces derniers auront, rentes aux sanctions pénales applicables d’une
–– d’une part, intentionnellement : part, aux personnes morales autres que l’Etat, pour
le compte ou au bénéfice desquelles une infraction
1. fait au propriétaire des sommes ou à l’auteur subséquente a été commise par l’un de ses organes
des opérations visées à l’article 7 de la ou représentants et, d’autre part, aux personnes et
présente Directive des révélations sur la décla- dirigeants ou préposés des personnes physiques
ration qu’ils sont tenus de faire ou sur les ou morales visées aux articles 5 et 6 de la présente
suites qui lui ont été réservées ; Directive, lorsque ces derniers auront,
2. détruit ou soustrait des pièces ou documents –– d’une part, intentionnellement :
relatifs aux obligations d’identification visées
aux articles 26 à 31 dont la conservation est 1. fait au propriétaire des sommes ou à l’auteur
prévue par l’article 35 de la présente Directive ; des actes visés à l’article 8 de la présente
Directive, des révélations sur la déclaration
3. réalisé ou tenté de réaliser sous une fausse qu’ils sont tenus de faire ou sur les suites qui
identité l’une des opérations visées aux articles lui ont été réservées ;
32, 33 et 39 à 45 et 53 de la présente Directive ;
2. détruit ou soustrait des pièces ou documents
4. informé par tous moyens la ou (les) personnes
relatifs aux opérations et transactions visées
visée(s) par l’enquête menée pour les faits de
aux articles 32 à 40 de la présente Directive ;
blanchiment de capitaux dont ils auront eu
connaissance, en raison de leur profession ou 3. réalisé ou tenté de réaliser sous une fausse
de leurs fonctions ; identité l’une des opérations visées par les
dispositions des articles 18 et 19, 26 à 40 et
5. communiqué aux autorités judiciaires ou aux
50 à 58 de la présente Directive ;
fonctionnaires compétents pour constater les
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

infractions d’origine et subséquentes des actes 4. informé par tous moyens la ou les personnes
et documents visés à l’article 93 de la présente visé(e)s par l’enquête menée pour les faits de
Directive, qu’ils savent falsifiés ou erronés ; financement du terrorisme dont ils auront eu
connaissance, en raison de leur profession ou
du terrorisme

6. communiqué des renseignements ou docu-


de leurs fonctions ;
ments à des personnes autres que celles
visées à l’article 36 de la présente Directive ; 5. procédé à de fausses déclarations ou commu-

VIII - 93
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

nications lors de la réalisation de l’une des actes terroristes, et des organisations terroristes et,
opérations visées par les dispositions des d’autre part, à mettre en œuvre, dans la mesure du
articles 24 à 39 de la présente Directive ; possible, des procédures permettant l’extradition
de telles personnes.
6. communiqué des renseignements ou docu-
ments à des personnes autres que celles
visées à l’article 36 de la présente Directive ; Article 117 : Renforcement de la coopération
internationale
7. omis de procéder à la déclaration de soupçon,
Les Etats membres s’obligent à prendre les dispo-
prévue à l’article 79 de la présente Directive,
sitions nécessaires, en vue de coopérer dans
alors que les circonstances amenaient à déduire
la mesure la plus large possible avec les autres
que les fonds pouvaient être liés, associés ou
Etats, à l’échelle internationale, aux fins d’échange
destinés à être utilisés à des fins de financement
d’informations, d’investigations et de procédures
du terrorisme tel que défini par les dispositions
visant les mesures conservatoires, ainsi que la
de l’article 8 de la présente Directive ;
confiscation des instruments et produits liés au
–– d’autre part, non intentionnellement : blanchiment de capitaux et au financement du
8. omis de faire la déclaration de soupçon, prévue terrorisme. La coopération internationale s’ap-
à l’article 79 de la présente Directive ; plique également en matière d’assistance tech-
nique mutuelle et d’extradition.
9. contrevenu aux obligations de vigilance et de
déclaration de soupçon que leur imposent les Article 118 : Conditions et modalités
dispositions de la présente Directive. de la coopération internationale
Les conditions et modalités de mise en œuvre de
TITRE VI : COOPERATION la coopération internationale seront précisées par
INTERNATIONALE la loi uniforme à titre de mesure de transposition
de la présente Directive ainsi que par toute norme
Article 116 : Entraide judiciaire adéquate de droit interne.
Les Etats membres veillent à promouvoir, mettre en
œuvre et renforcer une dynamique de coopération TITRE VII : DISPOSITIONS FINALES
internationale et d’entraide judiciaire entre eux, afin
de garantir l’efficacité de la lutte contre le blan- Article 119 : Obligation de transposition
chiment de capitaux et le financement du terrorisme. Les Etats membres de l’Union prennent les dispo-
L’entraide judiciaire consiste notamment en la sitions législatives et réglementaires nécessaires à
recherche de preuves et en l’exécution de mesures la mise en œuvre de la présente Directive, au plus
de contraintes, en particulier lorsque les infractions tard six mois, à compter de la date de sa signature.
résultant d’opérations susceptibles d’être qualifiées
de blanchiment de capitaux ou de financement de Article 120 : Suivi de l’exécution de la Directive
terrorisme présentent un caractère international. La Commission de l’UEMOA et la BCEAO sont
Les Etats membres s’engagent à apporter aux autres chargées du suivi de l’application de la présente
Etats, sur le fondement d’un traité, d’un accord ou de Directive.
tout autre mécanisme relatif à l’entraide judiciaire
ou à l’échange de renseignements, l’assistance Article 121 : Modification de la Directive
la plus large possible dans le cadre des enquêtes, La présente Directive peut être modifiée par le
de capitaux et le financement

investigations ou procédures pénales, civiles ou Conseil des Ministres de l’UEMOA, à l’initiative de la


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

administratives concernant le blanchiment de BCEAO, sur proposition conjointe de la Commission


capitaux ainsi que le financement du terrorisme, des de l’UEMOA et de la BCEAO.
actes terroristes et des organisations terroristes.
du terrorisme

Les Etats membres s’engagent, d’une part, à prendre Article 122 : Entrée en vigueur de la Directive
toutes les mesures nécessaires en vue de s’assurer La présente Directive abroge et remplace toutes
qu’ils ne servent pas de refuge aux personnes dispositions antérieures contraires, notamment
poursuivies pour le financement du terrorisme, des les dispositions de la Directive n° 07/2002/CM/

VIII - 94
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UEMOA du 19 septembre 2002 relative à la lutte servant à l’aviation civile internationale,


contre le blanchiment de capitaux dans les Etats complémentaire à la Convention pour la
membres de l’Union Economique et Monétaire répression d’actes illicites dirigés contre
Ouest Africaine (UEMOA) et celles de la Directive la sécurité de l’aviation civile (Montréal,
n°04/2007/CM/UEMOA du 4 juillet 2007 relative 24 février 1988).
à la lutte contre le financement du terrorisme
2.7. Convention pour la répression d’actes
dans les Etats membres de l’Union Economique et
illicites contre la sécurité de la navigation
Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).
maritime (Rome, 10 mars 1988).
Elle entre en vigueur à compter de sa date de
2.8. Protocole pour la répression d’actes illi-
signature et sera publiée au bulletin officiel de
cites contre la sécurité des plates-formes
l’Union.
fixes situées sur le plateau continental
Fait à Bissau, le 2 juillet 2015 (Rome, 10 mars 1988).
2.9. Convention internationale pour la répres-
Pour le Conseil des Ministres, sion des attentats terroristes à l’explosif,
adoptée par l’Assemblée Générale des
Le Président,
Nations Unies le 15 décembre 1997.
Saidou SIDIBE
Ministre des Finances de la République du Niger LOI UNIFORME DU 20 MARS 2003
RELATIVE A LA LUTTE CONTRE LE
BLANCHIMENT DE CAPITAUX DANS
ANNEXE :
LES ETATS MEMBRES DE L’UNION
1. Convention internationale pour la répression MONETAIRE OUEST AFRICAINE
du financement du terrorisme, adoptée par
l’Assemblée générale des Nations Unies le 09 Le Conseil des Ministres de l’Union Monétaire
décembre 1999. Ouest Africaine (UMOA) ;
2. Annexes à la Convention internationale pour la Vu le Traité du 14 novembre 1973 constituant
répression du financement du terrorisme : l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA),
2.1. Convention pour la répression de la cap- notamment en son article 22 ;
ture illicite d’aéronefs (La Haye, 16 dé- Vu la Directive n° 07/2002/CM/UEMOA du 19
cembre 1970). septembre 2002 relative à la lutte contre
2.2. Convention pour la répression d’actes illi- le blanchiment des capitaux dans les Etats
cites dirigés contre la sécurité de l’aviation membres de l’Union Economique et Moné-
civile (Montréal, 23 septembre 1971). taire Ouest Africaine (UEMOA), notamment
en ses articles 36, 37, 39, 40, 41, 42 et 43 ;
2.3. Convention sur la prévention et la répres-
sion des infractions contre les personnes Sur proposition de la BCEAO ;
jouissant d’une protection internationale,
y compris les agents diplomatiques, ADOPTE LA LOI UNIFORME
adoptée par l’Assemblée générale des DONT LA TENEUR SUIT :
Nations Unies le 14 décembre 1973.
2.4. Convention internationale contre la prise TITRE PRELIMINAIRE : DEFINITIONS
d’otages, adoptée par l’Assemblée Générale
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

des Nations Unies le 17 décembre 1979. Article premier : Terminologie


2.5. Convention internationale sur la protec- Au sens de la présente loi, on entend par :
tion physique des matières nucléaires Acteurs du Marché Financier Régional  : la
du terrorisme

(Vienne, 3 mars 1980). Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM),


2.6. Protocole pour la répression d’actes il- le Dépositaire Central/Banque de Règlement,
licites de violence dans les aéroports les Sociétés de Gestion et d’Intermédiation, les

VIII - 95
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Sociétés de Gestion de Patrimoine, les Conseils en membre ou sur celui d’un Etat tiers, ayant permis à
investissements boursiers, les Apporteurs d’affaires son auteur de se procurer des biens ou des revenus.
et les Démarcheurs.
OPCVM  :  Organismes de Placement Collectif en
Auteur  : Toute personne qui participe à la Valeurs Mobilières.
commission d’un crime ou d’un délit, en quelque
qualité que ce soit. Organismes financiers  : Sont désignés sous le
nom d’organismes financiers :
Autorités de contrôle : Les autorités nationales ou
communautaires de l’UEMOA habilitées, en vertu –– les banques et établissements financiers ;
d’une loi ou d’une réglementation, à contrôler les –– les Services financiers des Postes, ainsi que
personnes physiques et morales. les Caisses de Dépôts et Consignations ou
Autorités publiques  : Les administrations natio- les organismes qui en tiennent lieu, des Etats
nales et celles des collectivités locales de l’Union, membres ;
ainsi que leurs établissements publics. –– les Sociétés d’assurance et de réassurance,
Autorité compétente : organe qui, en vertu d’une loi les courtiers d’assurance et de réassurance ;
ou d’une réglementation, est habilité à accomplir –– les institutions mutualistes ou coopératives
ou à ordonner les actes ou les mesures prévus par d’épargne et de crédit, ainsi que les structures
la présente loi. ou organisations non constituées sous forme
Autorité judiciaire : organe habilité, en vertu d’une mutualiste ou coopérative et ayant pour objet
loi ou d’une réglementation, à accomplir des actes la collecte de l’épargne et/ou l’octroi de crédit ;
de poursuite ou d’instruction ou à rendre des déci- –– la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières, le
sions de justice. Dépositaire Central/Banque de Règlement, les
Autorité de poursuite : organe qui, en vertu d’une Sociétés de Gestion et d’Intermédiation, les
loi ou d’une réglementation, est investi, même si Sociétés de Gestion de Patrimoine ;
c’est à titre occasionnel, de la mission d’exercer –– les OPCVM (Organismes de Placement
l’action pour l’application d’une peine. Collectif en Valeurs Mobilières) ;
Ayant droit économique : Le mandant, c’est-à-dire –– les Entreprises d’Investissement à Capital Fixe ;
la personne pour le compte de laquelle le manda-
taire agit ou pour le compte de laquelle l’opération –– les Agréés de change manuel.
est réalisée. UEMOA : L’Union Economique et Monétaire Ouest
BCEAO ou Banque Centrale : La Banque Centrale Africaine.
des Etats de l’Afrique de l’Ouest. UMOA : L’Union Monétaire Ouest Africaine.
Biens : Tous les types d’avoirs, corporels ou incor- Union  : L’Union Economique et Monétaire Ouest
porels, meubles ou immeubles, tangibles ou Africaine.
intangibles, fongibles ou non fongibles, ainsi que
les actes juridiques ou documents attestant la Article 2 : Définition du blanchiment
propriété de ces avoirs ou des droits y relatifs. de capitaux
CENTIF  : La Cellule Nationale de Traitement des Au sens de la présente loi, le blanchiment de
Informations Financières. capitaux est défini comme l’infraction constituée
Confiscation  : Dépossession définitive de biens, par un ou plusieurs des agissements énumérés
sur décision d’une juridiction compétente, d’une ci-après, commis intentionnellement, à savoir :
autorité de contrôle ou de toute autorité compétente.
de capitaux et le financement

–– la conversion, le transfert ou la manipulation


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Etat membre  : L’Etat-partie au Traité de l’Union de biens, dont l’auteur sait qu’ils proviennent
Economique et Monétaire Ouest Africaine. d’un crime ou d’un délit ou d’une participation
à ce crime ou délit, dans le but de dissimuler
Etat tiers : Tout Etat autre qu’un Etat membre. ou de déguiser l’origine illicite desdits biens
du terrorisme

Infraction d’origine : Tout crime ou délit au sens de ou d’aider toute personne impliquée dans la
la loi, même commis sur le territoire d’un autre Etat commission de ce crime ou délit à échapper

VIII - 96
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

aux conséquences judiciaires de ses actes ; TITRE PREMIER : DISPOSITIONS


GENERALES
–– la dissimulation, le déguisement de la nature,
de l’origine, de l’emplacement, de la disposi-
CHAPITRE UNIQUE : Objet et champ
tion, du mouvement ou de la propriété réels d’application de la loi
de biens ou de droits y relatifs dont l’auteur
sait qu’ils proviennent d’un crime ou d’un délit, Article 4 : Objet de la loi
tels que définis par les législations nationales La présente loi a pour objet de définir le cadre
des Etats membres ou d’une participation à ce juridique relatif à la lutte contre le blanchiment de
crime ou délit ; capitaux au (nom du pays qui adopte la loi), afin
de prévenir l’utilisation des circuits économiques,
–– l’acquisition, la détention ou l’utilisation de financiers et bancaires de l’Union à des fins de
biens  dont l’auteur sait, au moment de la recyclage de capitaux ou de tous autres biens
réception desdits biens, qu’ils proviennent d’origine illicite.
d’un crime ou d’un délit ou d’une participation
Article 5 : Champ d’application de la loi
à ce crime ou délit.
Les dispositions des titres II et III de la présente
Il y a blanchiment de capitaux, même si les faits loi sont applicables à toute personne physique ou
morale qui, dans le cadre de sa profession, réalise,
qui sont à l’origine de l’acquisition, de la détention
contrôle ou conseille des opérations entraînant des
et du transfert des biens à blanchir, sont commis dépôts, des échanges, des placements, des conver-
sur le territoire d’un autre Etat membre ou sur celui sions ou tous autres mouvements de capitaux ou
d’un Etat tiers. de tous autres biens, à savoir :
a. le Trésor Public ;
Article 3 : Entente, association, tentative b. la BCEAO ;
de complicité en vue du blanchiment c. les organismes financiers ;
de capitaux
d. les membres des professions juridiques indé-
Constitue également une infraction de blan- pendantes, lorsqu’ils représentent ou assistent
chiment de capitaux, l’entente ou la participation des clients en dehors de toute procédure judi-
ciaire, notamment dans le cadre des activités
à une association en vue de la commission d’un
suivantes :
fait constitutif de blanchiment de capitaux, l’asso-
•• achat et vente de biens, d’entreprises
ciation pour commettre ledit fait, les tentatives de commerciales ou de fonds de commerce,
le perpétrer, l’aide, l’incitation ou le conseil à une •• manipulation d’argent, de titres ou d’autres
personne physique ou morale, en vue de l’exécuter actifs appartenant au client,
ou d’en faciliter l’exécution. •• ouverture ou gestion de comptes
bancaires, d’épargne ou de titres,
Sauf si l’infraction d’origine a fait l’objet d’une loi
•• constitution, gestion ou direction de sociétés,
d’amnistie, il y a blanchiment de capitaux même :
de fiducies ou de structures similaires,
–– si l’auteur des crimes ou délits n’a été ni pour- exécution d’autres opérations financières ;
suivi ni condamné ;
e. les autres assujettis, notamment :
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

–– s’il manque une condition pour agir en justice


•• les Apporteurs d’affaires aux organismes
à la suite desdits crimes ou délits. financiers ;
•• les Commissaires aux comptes ;
du terrorisme

•• les Agents immobiliers ;

VIII - 97
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

•• les marchands d’articles de grande part, de l’original, l’expédition ou la copie certifiée


valeur, tels que les objets d’art (tableaux, conforme, de tout acte ou extrait du Registre
masques notamment), pierres et métaux du Commerce et du Crédit Mobilier, attestant
précieux ; notamment de sa forme juridique, de son siège
social et, d’autre part, des pouvoirs des personnes
•• les transporteurs de fonds ;
agissant en son nom.
•• les propriétaires, directeurs et gérants de
casinos et d’établissements de jeux, y Les organismes financiers s’assurent, dans les
mêmes conditions que celles fixées à l’alinéa 2 du
compris les loteries nationales ;
présent article, de l’identité et de l’adresse véritables
•• les agences de voyage ; des responsables, employés et mandataires agissant
•• les Organisations Non Gouvernementales pour le compte d’autrui. Ces derniers doivent, à leur
(ONG). tour, produire les pièces attestant, d’une part, de la
délégation de pouvoir ou du mandat qui leur a été
accordé et, d’autre part, de l’identité et de l’adresse
TITRE II : DE LA PREVENTION DU BLAN- de l’ayant droit économique.
CHIMENT DE CAPITAUX
Dans le cas des opérations financières à distance,
les organismes financiers procèdent à l’identifi-
CHAPITRE I : De la réglementation des changes cation des personnes physiques, conformément aux
principes énoncés à l’annexe de la présente loi.
Article 6 : Respect de la réglementation
des changes Article 8 : Identification des clients occasion-
Les opérations de change, mouvements de capitaux nels par les organismes financiers
et règlements de toute nature avec un Etat tiers L’identification des clients occasionnels s’effectue
doivent s’effectuer conformément aux dispositions dans les conditions prévues aux alinéas 2 et 3 de
de la réglementation des changes en vigueur. l’article 7, pour toute opération portant sur une
somme en espèces égale ou supérieure à cinq
CHAPITRE II : Mesures d’identification millions (5.000.000) de francs CFA ou dont la
contre-valeur en franc CFA équivaut ou excède ce
Article 7 : Identification des clients montant.
par les organismes financiers Il en est de même en cas de répétition d’opérations
Les organismes financiers doivent s’assurer de distinctes pour un montant individuel inférieur
l’identité et de l’adresse de leurs clients avant de à celui prévu à l’alinéa précédent ou lorsque la
leur ouvrir un compte, prendre en garde, notamment provenance licite des capitaux n’est pas certaine.
des titres, valeurs ou bons, attribuer un coffre ou
établir avec eux toutes autres relations d’affaires. Article 9 : Identification de l’ayant droit écono-
mique par les organismes financiers
La vérification de l’identité d’une personne physique
est opérée par la présentation d’une carte d’identité Au cas où le client n’agirait pas pour son propre
nationale ou de tout document officiel original en compte, l’organisme financier se renseigne par
tenant lieu, en cours de validité, et comportant une tous moyens sur l’identité de la personne pour le
photographie, dont il est pris une copie. La vérifi- compte de laquelle il agit.
cation de son adresse professionnelle et domi- Après vérification, si le doute persiste sur l’identité
ciliaire est effectuée par la présentation de tout de l’ayant droit économique, l’organisme financier
document de nature à en rapporter la preuve. S’il procède à la déclaration de soupçon visée à
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

s’agit d’une personne physique commerçante, l’article 26 auprès de la Cellule Nationale de


cette dernière est tenue de fournir, en outre, toute Traitement des Informations Financières instituée à
pièce attestant de son immatriculation au Registre l’article 16, dans les conditions fixées à l’article 27.
du Commerce et du Crédit Mobilier.
du terrorisme

Aucun client ne peut invoquer le secret profes-


L’identification d’une personne morale ou d’une sionnel pour refuser de communiquer l’identité de
succursale est effectuée par la production, d’une l’ayant droit économique.

VIII - 98
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Les organismes financiers ne sont pas soumis Article 12 : Communication des pièces
aux obligations d’identification prévues aux trois et documents
alinéas précédents, lorsque le client est un orga-
Les pièces et documents relatifs aux obligations
nisme financier, soumis à la présente loi.
d’identification prévues aux articles 7, 8, 9, 10 et 15
Article 10 : Surveillance particulière et dont la conservation est mentionnée à l’article
de certaines opérations 11, sont communiqués, sur leur demande, par les
personnes visées à l’article 5, aux autorités judi-
Doivent faire l’objet d’un examen particulier de la
ciaires, aux agents de l’Etat chargés de la détection
part des personnes visées à l’article 5 :
et de la répression des infractions liées au blan-
–– tout paiement en espèces ou par titre au porteur chiment de capitaux, agissant dans le cadre d’un
d’une somme d’argent, effectué dans des mandat judiciaire, aux autorités de contrôle, ainsi
conditions normales, dont le montant unitaire qu’à la CENTIF.
ou total est égal ou supérieur à cinquante
millions (50.000.000) de francs CFA ; Cette obligation a pour but de permettre la recons-
titution de l’ensemble des transactions réalisées
–– toute opération portant sur une somme égale
par une personne physique ou morale et qui sont
ou supérieure à dix millions (10.000.000)
liées à une opération ayant fait l’objet d’une décla-
de francs CFA, effectuée dans des conditions
ration de soupçon visée à l’article 26 ou dont les
inhabituelles de complexité et/ou ne parais-
sant pas avoir de justification économique ou caractéristiques ont été consignées sur le registre
d’objet licite. confidentiel prévu à l’article 10 alinéa 2.

Dans les cas visés à l’alinéa précédent, ces Article 13 : Programmes internes de lutte contre
personnes sont tenues de se renseigner auprès du
le blanchiment de capitaux au sein
client, et/ou par tous autres moyens, sur l’origine et
des organismes financiers
la destination des sommes d’argent en cause, ainsi
que sur l’objet de la transaction et l’identité des Les organismes financiers sont tenus d’élaborer
personnes impliquées, conformément aux disposi- des programmes harmonisés de prévention
tions des alinéas 2, 3 et 5 de l’article 7. Les carac- du blanchiment de capitaux. Ces programmes
téristiques principales de l’opération, l’identité du comprennent notamment :
donneur d’ordre et du bénéficiaire, le cas échéant,
–– la centralisation des informations sur l’iden-
celle des acteurs de l’opération sont consignées
dans un registre confidentiel, en vue de procéder à tité des clients, donneurs d’ordre, mandataires,
des rapprochements, en cas de besoin. ayants droit économiques ;
–– le traitement des transactions suspectes ;
CHAPITRE III : Conservation et communication
–– la désignation de responsables internes
des documents
chargés de l’application des programmes de
Article 11 : Conservation des pièces et docu- lutte contre le blanchiment de capitaux ;
ments par les organismes financiers –– la formation continue du personnel ;
Sans préjudice des dispositions édictant des obli- –– la mise en place d’un dispositif de contrôle interne
gations plus contraignantes, les organismes finan- de l’application et de l’efficacité des mesures
ciers conservent pendant une durée de dix (10) adoptées dans le cadre de la présente loi ;
ans, à compter de la clôture de leurs comptes ou
de la cessation de leurs relations avec leurs clients –– les Autorités de contrôle pourront, dans leurs
habituels ou occasionnels, les pièces et docu- domaines de compétences respectifs, en cas
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

ments relatifs à leur identité. Ils doivent également de besoin, préciser le contenu et les modalités
conserver les pièces et documents relatifs aux d’application des programmes de prévention du
opérations qu’ils ont effectuées pendant dix (10) blanchiment de capitaux. Elles effectueront, le
cas échéant, des investigations sur place afin de
du terrorisme

ans à compter de la fin de l’exercice au cours


duquel les opérations ont été réalisées. vérifier la bonne application de ces programmes.

VIII - 99
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

CHAPITRE IV : Dispositions applicables peuvent être remboursés par une autre filiale, que
à certaines opérations celle-ci soit située sur le territoire national, dans un
particulières autre Etat membre de l’Union ou dans un Etat tiers.

Article 14 : Change manuel


TITRE III : DE LA DETECTION
Les agréés de change manuel doivent, à l’instar DU BLANCHIMENT
des banques, accorder une attention particulière DE CAPITAUX
aux opérations pour lesquelles aucune limite
réglementaire n’est imposée et qui pourraient être CHAPITRE I : De la Cellule Nationale de
effectuées aux fins de blanchiment de capitaux, Traitement des Informations
dès lors que leur montant atteint cinq millions Financières
(5.000.000) de francs CFA.
Article 16 : Création de la CENTIF
Article 15 : Casinos et établissements de jeux Il est institué par décret (ou un acte de portée équi-
Les gérants, propriétaires et directeurs de casinos valente en ce qui concerne la Guinée-Bissau), une
et établissements de jeux sont tenus aux obliga- Cellule Nationale de Traitement des Informations
tions ci-après : Financières (CENTIF), placée sous la tutelle du
Ministre chargé des Finances.
–– justifier auprès de l’autorité publique, dès la
date de demande d’autorisation d’ouverture,
de l’origine licite des fonds nécessaires à la Article 17 : Attributions de la CENTIF
création de l’établissement ; La CENTIF est un Service Administratif, doté de
–– s’assurer de l’identité, par la présentation l’autonomie financière et d’un pouvoir de décision
d’une carte d’identité nationale ou de tout autonome sur les matières relevant de sa compé-
document officiel original en tenant lieu, en tence. Sa mission est de recueillir et de traiter le
cours de validité, et comportant une photogra- renseignement financier sur les circuits de blan-
phie dont il est pris une copie, des joueurs qui chiment de l’argent.
achètent, apportent ou échangent des jetons A ce titre, elle :
ou des plaques de jeux pour une somme supé-
rieure ou égale à un million (1.000.000) de –– est chargée notamment de recevoir, d’ana-
francs CFA ou dont la contre-valeur est supé- lyser et de traiter les renseignements propres
rieure ou égale à cette somme ; à établir l’origine des transactions ou la nature
des opérations faisant l’objet de déclarations
–– consigner sur un registre spécial, dans l’ordre de soupçons auxquelles sont astreintes les
chronologique, toutes les opérations visées à personnes assujetties ;
l’alinéa précédent, leur nature et leur montant
avec indication des noms et prénoms des joueurs, –– reçoit également toutes autres informations
ainsi que du numéro du document d’identité utiles, nécessaires à l’accomplissement de sa
présenté, et conserver ledit registre pendant dix mission, notamment celles communiquées par
(10) ans après la dernière opération enregistrée ; les Autorités de contrôle, ainsi que les officiers
de police judiciaire ;
–– consigner dans l’ordre chronologique, tous
transferts de fonds effectués entre casinos et –– peut demander la communication, par les
établissements de jeux sur un registre spécial assujettis, ainsi que par toute personne
et conserver ledit registre pendant dix (10) ans physique ou morale, d’informations détenues
de capitaux et le financement

après la dernière opération enregistrée. par eux et susceptibles de permettre d’enrichir


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

les déclarations de soupçons ;


Dans le cas où le casino ou l’établissement de jeux
serait contrôlé par une personne morale possédant –– effectue ou fait réaliser des études périodiques
plusieurs filiales, les jetons de jeux doivent iden- sur l’évolution des techniques utilisées aux
du terrorisme

tifier la filiale par laquelle ils sont émis. En aucun fins du blanchiment de capitaux au niveau du
cas, des jetons de jeux émis par une filiale ne territoire national.

VIII - 100
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Elle émet des avis sur la mise en œuvre de la poli- que des Services Judiciaires de l’Etat et de tout autre
tique de l’Etat en matière de lutte contre le blan- Service dont le concours est jugé nécessaire dans le
chiment de capitaux. A ce titre, elle propose toutes cadre de la lutte contre le blanchiment de capitaux.
réformes nécessaires au renforcement de l’effi-
Les correspondants identifiés sont désignés
cacité de la lutte contre le blanchiment de capitaux.
ès qualité par arrêté de leur Ministre de tutelle.
La CENTIF élabore des rapports périodiques (au Ils collaborent avec la CENTIF dans le cadre de
moins une fois par trimestre) et un rapport annuel, l’exercice de ses attributions.
qui analysent l’évolution des activités de lutte
contre le blanchiment de capitaux au plan national Article 20 : Confidentialité
et international, et procède à l’évaluation des
déclarations recueillies. Ces rapports sont soumis Les membres et les correspondants de la CENTIF
au Ministre chargé des Finances. prêtent serment avant d’entrer en fonction.
Ils sont tenus au respect du secret des informations
Article 18 : Composition de la CENTIF recueillies, qui ne pourront être utilisées à d’autres
fins que celles prévues par la présente loi.
La CENTIF est composée de six (6) membres, à
savoir : Article 21 : Organisation et fonctionnement
–– un (01) haut fonctionnaire issu, soit de la de la CENTIF
Direction des Douanes, soit de la Direction du
Le décret (ou l’acte de portée équivalente en ce qui
Trésor, soit de la Direction des Impôts, ayant
concerne la Guinée-Bissau) instituant la CENTIF
rang de Directeur d’Administration centrale,
précise le statut, l’organisation et les modalités de
détaché par le Ministère chargé des Finances.
Il assure la présidence de la CENTIF ; financement de la CENTIF.

–– un (01) magistrat spécialisé dans les ques- Un Règlement Intérieur, approuvé par le Ministre
tions financières, détaché par le Ministère chargé des Finances, fixe les règles de fonction-
chargé de la Justice ; nement interne de la CENTIF.

–– un (01) haut fonctionnaire de Police Judiciaire, Article 22 : Financement de la CENTIF


détaché par le Ministère chargé de la Sécurité
(ou par le Ministère de tutelle en ce qui Les ressources de la CENTIF proviennent notamment
concerne la Guinée-Bissau) ; des apports consentis par l’Etat, les Institutions de
l’UEMOA et des partenaires au développement.
–– un (01) représentant de la BCEAO, assurant le
secrétariat de la CENTIF ;
Article 23 : Relations entre les cellules
–– un (01) chargé d’enquêtes, Inspecteur des de renseignements financiers
Services des Douanes, détaché par le Ministère des Etats membres de l’UMOA
chargé des Finances ;
La CENTIF est tenue de :
–– un (01) chargé d’enquêtes, Officier de Police
Judiciaire, détaché par le Ministère chargé de –– communiquer, à la demande dûment motivée
la Sécurité (ou par le Ministère de tutelle en ce d’une CENTIF d’un Etat membre de l’UMOA,
qui concerne la Guinée-Bissau). dans le cadre d’une enquête, toutes informa-
tions et données relatives aux investigations
Les membres de la CENTIF exercent leurs fonctions,
entreprises à la suite d’une déclaration de
à titre permanent, pour une durée de trois (03) ans,
soupçons au niveau national ;
renouvelable une fois.
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

–– transmettre les rapports périodiques (trimestriels


Article 19 : Des correspondants de la CENTIF et annuels) détaillés sur ses activités au Siège
Dans l’exercice de ses attributions, la CENTIF peut de la BCEAO, chargé de réaliser la synthèse des
rapports des CENTIF aux fins de l’information du
du terrorisme

recourir à des correspondants au sein des Services


de la Police, de la Gendarmerie, des Douanes, ainsi Conseil des Ministres de l’UEMOA.

VIII - 101
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 24 : Relations entre la CENTIF et les ser- lorsque celles-ci pourraient s’inscrire dans un
vices de renseignements financiers processus de blanchiment de capitaux ;
des Etats tiers
–– les sommes d’argent et tous autres biens
La CENTIF peut, sous réserve de réciprocité, qui sont en leur possession, lorsque ceux-ci,
échanger des informations avec les services de suspectés d’être destinés au financement du
renseignements financiers des Etats tiers, chargés terrorisme, paraissent provenir de la réalisa-
de recevoir et de traiter les déclarations de tion d’opérations se rapportant au blanchiment
soupçons, lorsque ces derniers sont soumis à des de capitaux.
obligations analogues de secret professionnel.
Les préposés des personnes susvisées sont tenus
La conclusion d’accords entre la CENTIF et un Service d’informer immédiatement leurs dirigeants de ces
de renseignement d’un Etat tiers nécessite l’autori- mêmes opérations, dès qu’ils en ont connaissance.
sation préalable du Ministre chargé des Finances.
Les personnes physiques et morales précitées ont
l’obligation de déclarer à la CENTIF les opérations
Article 25 : Rôle assigné à la BCEAO
ainsi réalisées, même s’il a été impossible de
La BCEAO a pour rôle de favoriser la coopération surseoir à leur exécution ou s’il est apparu, posté-
entre les CENTIF.  A ce titre, elle est chargée de rieurement à la réalisation de l’opération, que
coordonner les actions des CENTIF dans le cadre celle-ci portait sur des sommes d’argent et tous
de la lutte contre le blanchiment de capitaux autres biens, d’origine suspecte.
et d’établir une synthèse des informations
provenant des rapports élaborés par ces dernières. Ces déclarations sont confidentielles et ne peuvent
La BCEAO participe, avec les CENTIF, aux réunions être communiquées au propriétaire des sommes
des instances internationales traitant des questions ou à l’auteur des opérations.
relatives à la lutte contre le blanchiment de capitaux.
Toute information de nature à modifier l’appré-
La synthèse établie par le Siège de la BCEAO est ciation portée par la personne physique ou morale
communiquée aux CENTIF des Etats membres de lors de la déclaration et tendant à renforcer le
l’Union, en vue d’alimenter leurs bases de données. soupçon ou à l’infirmer, doit être, sans délai, portée
Elle servira de support à un rapport périodique à la connaissance de la CENTIF.
destiné à l’information du Conseil des Ministres de
Aucune déclaration effectuée auprès d’une autorité
l’Union sur l’évolution de la lutte contre le blan-
en application d’un texte autre que la présente loi,
chiment de capitaux.
ne peut avoir pour effet, de dispenser les personnes
Une version de ces rapports périodiques sera visées à l’article 5 de l’exécution de l’obligation de
élaborée pour l’information du public et des assu- déclaration prévue par le présent article.
jettis aux déclarations de soupçons.
Article 27 : Transmission de la déclaration
CHAPITRE II : Des déclarations portant à la CENTIF
sur les opérations suspectes Les déclarations de soupçons sont transmises
par les personnes physiques et morales visées à
Article 26 : Obligation de déclaration des opéra- l’article 5 à la CENTIF par tout moyen laissant trace
tions suspectes écrite. Les déclarations faites téléphoniquement
Les personnes visées à l’article 5 sont tenues de ou par tout moyen électronique doivent être
déclarer à la CENTIF, dans les conditions fixées par confirmées par écrit dans un délai de quarante-huit
de capitaux et le financement

la présente loi et selon un modèle de déclaration (48) heures. Ces déclarations indiquent notamment
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

fixé par arrêté du Ministre chargé des Finances : suivant le cas :


–– les sommes d’argent et tous autres biens qui –– les raisons pour lesquelles l’opération a déjà
sont en leur possession, lorsque ceux-ci pour- été exécutée ;
du terrorisme

raient provenir du blanchiment de capitaux ;


–– le délai dans lequel l’opération suspecte doit
–– les opérations qui portent sur des biens, être exécutée.

VIII - 102
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 28 : Traitement des déclarations trans- dirigeants et préposés des personnes visées à l’ar-
mises à la CENTIF et opposition ticle 5 ayant agi dans les mêmes conditions que
à l’exécution des opérations celles prévues à l’alinéa précédent, même si des
La CENTIF accuse réception de toute déclaration décisions de justice rendues sur la base des décla-
de soupçon écrite. Elle traite et analyse immédia- rations visées dans ce même alinéa n’ont donné
tement les informations recueillies et procède, le lieu à aucune condamnation.
cas échéant, à des demandes de renseignements En outre, aucune action en responsabilité civile ou
complémentaires auprès du déclarant, ainsi que pénale ne peut être intentée contre les personnes
de toute autorité publique et/ou de contrôle. visées à l’alinéa précédent du fait des dommages
A titre exceptionnel, la CENTIF peut, sur la base matériels et/ou moraux qui pourraient résulter du
d’informations graves, concordantes et fiables en blocage d’une opération en vertu des dispositions
sa possession, faire opposition à l’exécution de de l’article 28.
ladite opération avant l’expiration du délai d’exé-
Les dispositions du présent article s’appliquent de
cution mentionné par le déclarant. Cette opposition
plein droit, même si la preuve du caractère délic-
est notifiée à ce dernier par écrit et fait obstacle à
tueux des faits à l’origine de la déclaration n’est
l’exécution de l’opération pendant une durée qui
ne peut excéder quarante-huit (48) heures. pas rapportée ou si ces faits ont été amnistiés ou
ont entraîné une décision de non-lieu, de relaxe ou
A défaut d’opposition ou si, au terme du délai de d’acquittement.
quarante-huit (48) heures, aucune décision du
juge d’instruction n’est parvenue au déclarant, Article 31 : Responsabilité de l’Etat du fait
celui-ci peut exécuter l’opération. des déclarations de soupçons faites
Article 29 : Suites données aux déclarations de bonne foi
de soupçons La responsabilité de tout dommage causé aux
Lorsque les opérations mettent en évidence des personnes et découlant directement d’une décla-
faits susceptibles de constituer l’infraction de ration de soupçon faite de bonne foi, mais qui s’est,
blanchiment de capitaux, la CENTIF transmet un néanmoins, avérée inexacte, incombe à l’Etat.
rapport sur ces faits au Procureur de la République,
qui saisit immédiatement le juge d’instruction. Ce Article 32 : Exemption de responsabilité
rapport est accompagné de toutes pièces utiles, à du fait de l’exécution de certaines
l’exception de la déclaration de soupçon. L’identité opérations
du préposé à la déclaration ne doit pas figurer dans
ledit rapport qui fait foi jusqu’à preuve du contraire. Lorsqu’une opération suspecte a été exécutée, et
sauf collusion frauduleuse avec le ou les auteurs
La CENTIF avisera, en temps opportun, les assujettis
du blanchiment, aucune poursuite pénale du
aux déclarations de soupçons des conclusions de
chef de blanchiment ne peut être engagée à l’en-
ses investigations.
contre de l’une des personnes visées à l’article 5,
Article 30 : Exemption de responsabilité du fait leurs dirigeants ou préposés, si la déclaration de
des déclarations de soupçons faites soupçon a été faite conformément aux dispositions
de bonne foi de la présente loi.
Les personnes ou les dirigeants et préposés des Il en est de même lorsqu’une personne visée à l’ar-
personnes visées à l’article 5 qui, de bonne foi, ticle 5 a effectué une opération à la demande des
ont transmis des informations ou effectué toute
autorités judiciaires, des agents de l’Etat chargés
déclaration, conformément aux dispositions de la
de capitaux et le financement

de la détection et de la répression des infractions


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

présente loi, sont exempts de toutes sanctions pour


violation du secret professionnel. liées au blanchiment de capitaux, agissant dans le
cadre d’un mandat judiciaire ou de la CENTIF.
Aucune action en responsabilité civile ou pénale
du terrorisme

ne peut être intentée, ni aucune sanction profes-


sionnelle prononcée contre les personnes ou les

VIII - 103
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

CHAPITRE III : De la recherche de preuves TITRE IV : DES MESURES COERCITIVES

Article 33 : Mesures d’investigation


CHAPITRE I : Des sanctions administratives
Afin d’établir la preuve de l’infraction d’origine et disciplinaires
et la preuve des infractions liées au blanchiment
de capitaux, le juge d’instruction peut ordonner, Article 35 : Sanctions administratives et disci-
conformément à la loi, pour une durée déter- plinaires
minée, sans que le secret professionnel puisse lui
être opposé, diverses actions, notamment : Lorsque, par suite, soit d’un grave défaut de vigi-
lance, soit d’une carence dans l’organisation de
–– la mise sous surveillance des comptes ses procédures internes de contrôle, une personne
bancaires et des comptes assimilés aux visée à l’article 5 a méconnu les obligations que
comptes bancaires, lorsque des indices sérieux lui imposent le titre II et les articles 26 et 27 de
permettent de suspecter qu’ils sont utilisés ou la présente loi, l’autorité de contrôle ayant pouvoir
susceptibles d’être utilisés pour des opéra- disciplinaire peut agir d’office dans les conditions
tions en rapport avec l’infraction d’origine ou prévues par les textes législatifs et réglementaires
des infractions prévues par la présente loi ; spécifiques en vigueur.
–– l’accès à des systèmes, réseaux et serveurs Elle en avise en outre la CENTIF, ainsi que
informatiques utilisés ou susceptibles d’être
le Procureur de la République.
utilisés par des personnes contre lesquelles
existent des indices sérieux de participation à
l’infraction d’origine ou aux infractions prévues CHAPITRE II : Des mesures conservatoires
par la présente loi ;
–– la communication d’actes authentiques ou Article 36 : Mesures conservatoires
sous seing privé, de documents bancaires, Le juge d’instruction peut prescrire des mesures
financiers et commerciaux. conservatoires, conformément à la loi ordonnant,
Il peut également ordonner la saisie des actes aux frais de l’Etat, notamment la saisie ou la
et documents susmentionnés. confiscation des biens en relation avec l’infraction,
objet de l’enquête et tous les éléments de nature
Article 34 : Levée du secret professionnel à permettre de les identifier, ainsi que le gel des
sommes d’argent et opérations financières portant
Nonobstant toutes dispositions législatives ou sur lesdits biens.
réglementaires contraires, le secret professionnel
ne peut être invoqué par les personnes visées à La mainlevée de ces mesures peut être ordonnée
l’article 5 pour refuser de fournir les informa- par le juge d’instruction dans les conditions
tions aux autorités de contrôle, ainsi qu’à la CENTIF prévues par la loi.
ou de procéder aux déclarations prévues par la
présente loi. Il en est de même en ce qui concerne CHAPITRE III : Des peines applicables
les informations requises dans le cadre d’une
enquête portant sur des faits de blanchiment, Article 37 : Sanctions pénales applicables
ordonnée par le juge d’instruction ou effectuée
aux personnes physiques
sous son contrôle, par les agents de l’Etat chargés
de la détection et de la répression des infractions Les personnes physiques coupables d’une
liées au blanchiment de capitaux.  infraction de blanchiment de capitaux, sont punies
de capitaux et le financement

d’un emprisonnement de trois (3) ans à sept (7)


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

ans et d’une amende égale au triple de la valeur


des biens ou des fonds sur lesquels ont porté les
opérations de blanchiment.
du terrorisme

La tentative de blanchiment est punie des mêmes


peines.

VIII - 104
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 38 : Sanctions pénales applicables 1. fait au propriétaire des sommes ou à l’auteur
à l’entente, l’association, des opérations visées à l’article 5, des révé-
la complicité en vue du blanchiment lations sur la déclaration qu’ils sont tenus de
de capitaux faire ou sur les suites qui lui ont été réservées ;
L’entente ou la participation à une association en 2. détruit ou soustrait des pièces ou documents
vue de la commission d’un fait constitutif de blan- relatifs aux obligations d’identification visées
chiment de capitaux, l’association pour commettre aux articles 7, 8, 9,10 et 15, dont la conservation
ledit fait, l’aide, l’incitation ou le conseil à une est prévue par l’article 11 de la présente loi ;
personne physique ou morale, en vue de l’exé- 3. réalisé ou tenté de réaliser sous une fausse
cuter ou d’en faciliter l’exécution sont punies des identité l’une des opérations visées aux
mêmes peines prévues à l’article 37. articles 5 à 10, 14 à 15 de la présente loi ;
4. informé par tous moyens la ou les personnes
Article  39 : Circonstances aggravantes visées par l’enquête menée pour les faits de
blanchiment de capitaux dont ils auront eu
1. Les peines prévues à l’article 37 sont portées
connaissance, en raison de leur profession ou
au double :
de leurs fonctions ;
–– lorsque l’infraction de blanchiment de
5. communiqué aux autorités judiciaires ou aux
capitaux est commise de façon habituelle
fonctionnaires compétents pour constater
ou en utilisant les facilités que procure
les infractions d’origine et subséquentes des
l’exercice d’une activité professionnelle ;
actes et documents visés à l’article 33 de la
–– lorsque l’auteur de l’infraction est en état présente loi, qu’ils savent falsifiés ou erronés ;
de récidive ; dans ce cas, les condamna-
6. communiqué des renseignements ou docu-
tions prononcées à l’étranger sont prises ments à des personnes autres que celles
en compte pour établir la récidive ; visées à l’article 12 de la présente loi ;
–– lorsque l’infraction de blanchiment est 7. omis de procéder à la déclaration de soupçons,
commise en bande organisée. prévue à l’article 26, alors que les circons-
2. Lorsque le crime ou le délit dont proviennent les tances amenaient à déduire que les sommes
biens ou les sommes d’argent sur lesquels a d’argent pouvaient provenir d’une infraction de
porté l’infraction de blanchiment est puni d’une blanchiment de capitaux telle que définie aux
peine privative de liberté d’une durée supérieure articles 2 et 3.
à celle de l’emprisonnement encouru en appli- Sont punis d’une amende de cinquante mille
cation de l’article 37, le blanchiment est puni (50.000) à sept cent cinquante mille (750.000) F
des peines attachées à l’infraction d’origine CFA, les personnes et dirigeants ou préposés des
dont son auteur a eu connaissance et, si cette personnes physiques ou morales visées à l’article 5,
infraction est accompagnée de circonstances lorsque ces derniers auront non intentionnellement :
aggravantes, des peines attachées aux seules
circonstances dont il a eu connaissance. –– omis de faire la déclaration de soupçons,
prévue à l’article 26 de la présente loi ;
Article 40 : Sanctions pénales de certains –– contrevenu aux dispositions des articles 6, 7,
agissements liés au blanchiment 8, 9, 10, 11, 12, 14, 15 et 26 de la présente loi.
Sont punis d’un emprisonnement de six (6)
mois à deux (2) ans et d’une amende de cent Article 41 : Sanctions pénales complémentaires
mille (100.000) à un million cinq cent mille facultatives applicables
de capitaux et le financement

aux personnes physiques


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

(1. 500. 000) F CFA ou de l’une de ces deux (02)


peines seulement, les personnes et dirigeants ou Les personnes physiques coupables des infrac-
préposés des personnes physiques ou morales tions définies aux articles 37, 38, 39 et 40 peuvent
du terrorisme

visées à l’article 5, lorsque ces derniers auront également encourir les peines complémentaires
intentionnellement : suivantes :

VIII - 105
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

1. l’interdiction définitive du territoire national l’un de ses organes ou représentants, sont punies
ou pour une durée de 1 à 5 ans contre tout d’une amende d’un taux égal au quintuple de
étranger condamné ; celles encourues par les personnes physiques, sans
préjudice de la condamnation de ces dernières
2. l’interdiction de séjour pour une durée de un
comme auteurs ou complices des mêmes faits.
(1) à cinq (5) ans dans certaines circonscrip-
tions administratives (qui doivent être dési- Les personnes morales, autres que l’Etat, peuvent,
gnées par l’Etat qui adopte la loi uniforme) ; en outre, être condamnées à l’une ou plusieurs des
peines suivantes :
3. l’interdiction de quitter le territoire national et
le retrait du passeport pour une durée de six 1. l’exclusion des marchés publics, à titre définitif
(6) mois à trois (3) ans ; ou pour une durée de cinq (05) ans au plus ;
4. l’interdiction des droits civiques, civils et de 2. la confiscation du bien qui a servi ou était
famille pour une durée de six (6) mois à 3 ans ; destiné à commettre l’infraction ou du bien qui
5. l’interdiction de conduire des engins à moteurs en est le produit ;
terrestres, marins et aériens et le retrait des 3. le placement sous surveillance judiciaire pour
permis ou licences pour une durée de trois (3) une durée de cinq (5) ans au plus ;
à six (6) ans ;
4. l’interdiction, à titre définitif, ou pour une durée
6. l’interdiction définitive ou pour une durée de de cinq (05) ans au plus, d’exercer direc-
trois (3) à six (6) ans d’exercer la profession tement ou indirectement une ou plusieurs acti-
ou l’activité à l’occasion de laquelle l’infraction
vités professionnelles ou sociales à l’occasion
a été commise et interdiction d’exercer une
de laquelle l’infraction a été commise ;
fonction publique ;
5. la fermeture définitive ou pour une durée de
7. l’interdiction d’émettre des chèques autres
que ceux qui permettent le retrait de fonds cinq (05) ans au plus, des établissements
par le tireur auprès du tiré ou ceux qui sont ou de l’un des établissements de l’entreprise
certifiés et d’utiliser des cartes de paiement ayant servi à commettre les faits incriminés ;
pendant trois (3) à six (6) ans ; 6. la dissolution, lorsqu’elles ont été créées pour
8. l’interdiction de détenir ou de porter une arme commettre les faits incriminés ;
soumise à autorisation pendant trois (3) à six 7. l’affichage de la décision prononcée ou la
(6) ans ; diffusion de celle-ci par la presse écrite ou par
tout moyen de communication audiovisuelle,
9. la confiscation de tout ou partie des biens aux frais de la personne morale condamnée.
d’origine licite du condamné ;
Les sanctions prévues aux points 3, 4, 5, 6 et 7
10. la confiscation du bien ou de la chose qui a du second alinéa du présent article, ne sont pas
servi ou était destinée à commettre l’infraction applicables aux organismes financiers relevant
ou de la chose qui en est le produit, à l’ex- d’une Autorité de contrôle disposant d’un pouvoir
ception des objets susceptibles de restitution. disciplinaire.
L’Autorité de contrôle compétente, saisie par le
CHAPITRE IV : De la responsabilité pénale Procureur de la République de toute poursuite
des personnes morales engagée contre un organisme financier, peut prendre
les sanctions appropriées, conformément aux textes
de capitaux et le financement

Article 42 : Sanctions pénales applicables législatifs et réglementaires spécifiques en vigueur.


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

aux personnes morales


Les personnes morales autres que l’Etat, pour le
compte ou au bénéfice desquelles une infraction
du terrorisme

de blanchiment de capitaux ou l’une des infrac-


tions prévues par la présente loi a été commise par

VIII - 106
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

CHAPITRE V : Des causes d’exemption et d’atté- TITRE V : DE LA COOPERATION


nuation des sanctions pénales INTERNATIONALE

Article 43 : Causes d’exemption


CHAPITRE I : De la compétence internationale
de sanctions pénales
Toute personne coupable, d’une part, de partici- Article 46 : Infractions commises en dehors
pation à une association ou à une entente, en vue du territoire national
de commettre l’une des infractions prévues aux
Les juridictions nationales sont compétentes pour
articles 37, 38, 39, 40 et 41 et, d’autre part, d’aide,
connaître des infractions prévues par la présente
d’incitation ou de conseil à une personne physique
loi, commises par toute personne physique ou
ou morale en vue de les exécuter ou d’en faciliter
l’exécution, est exemptée de sanctions pénales morale, quelle que soit sa nationalité ou la locali-
si, ayant révélé l’existence de cette entente, asso- sation de son siège, même en dehors du territoire
ciation, aide ou conseil à l’autorité judiciaire, elle national, dès lors que le lieu de commission est
permet ainsi, d’une part, d’identifier les autres situé dans l’un des Etats membres de l’UEMOA.
personnes en cause et, d’autre part, d’éviter la Elles peuvent également connaître des mêmes
réalisation de l’infraction. infractions commises dans un Etat tiers, dès lors
qu’une convention internationale leur donne
Article  44 : Causes d’atténuation compétence.
des sanctions pénales
Les peines encourues par toute personne, auteur ou CHAPITRE II : Transfert des poursuites
complice de l’une des infractions énumérées aux
articles 37, 38, 39, 40 et 41 qui, avant toute poursuite, Article  47 : Demande de transfert de poursuite
permet ou facilite l’identification des autres coupables Lorsque l’autorité de poursuite d’un autre Etat
ou après l’engagement des poursuites, permet ou membre de l’UEMOA estime, pour quelque cause
facilite l’arrestation de ceux-ci, sont réduites de moitié. que ce soit, que l’exercice des poursuites ou
En outre, ladite personne est exemptée de l’amende la continuation des poursuites qu’elle a déjà
et, le cas échéant, des mesures accessoires et peines entamées se heurte à des obstacles majeurs et
complémentaires facultatives. qu’une procédure pénale adéquate est possible
sur le territoire national elle peut demander à l’au-
CHAPITRE VI : Des peines complémentaires torité judiciaire compétente d’accomplir les actes
obligatoires nécessaires contre l’auteur présumé.
Les dispositions de l’alinéa précédent s’appliquent
Article  45 : Confiscation obligatoire également, lorsque la demande émane d’une
des produits tirés du blanchiment autorité d’un Etat tiers, et que les règles en vigueur
Dans tous les cas de condamnation pour infraction dans cet Etat autorisent l’autorité de poursuite
de blanchiment de capitaux ou de tentative, les nationale à introduire une demande tendant aux
tribunaux ordonnent la confiscation au profit du mêmes fins.
Trésor Public, des produits tirés de l’infraction, La demande de transfert de poursuite est accom-
des biens mobiliers ou immobiliers dans lesquels
pagnée des documents, pièces, dossiers, objets et
ces produits sont transformés ou convertis et, à
informations en possession de l’autorité de pour-
concurrence de leur valeur, des biens acquis légiti-
suite de l’Etat requérant.
mement auxquels lesdits produits sont mêlés, ainsi
de capitaux et le financement

que des revenus et autres avantages tirés de ces


Article 48 : Refus d’exercice des poursuites
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

produits, des biens en lesquels ils sont transformés


ou investis ou des biens auxquels ils sont mêlés L’autorité judiciaire compétente ne peut donner suite
à quelque personne que ces produits et ces biens à la demande de transfert des poursuites émanant
de l’autorité compétente de l’Etat requérant si, à la
du terrorisme

appartiennent, à moins que leur propriétaire n’éta-


blisse qu’il ignore leur origine frauduleuse. date de l’envoi de la demande, la prescription de

VIII - 107
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

l’action publique est acquise selon la loi de cet L’entraide peut notamment inclure :
Etat ou si une action dirigée contre la personne –– le recueil de témoignages ou de dépositions ;
concernée a déjà abouti à une décision définitive.
–– la fourniture d’une aide pour la mise à disposi-
Article 49 : Sort des actes accomplis dans l’Etat tion des autorités judiciaires de l’Etat requérant
requérant avant le transfert de personnes détenues ou d’autres personnes,
des poursuites aux fins de témoignage ou d’aide dans la
conduite de l’enquête ;
Pour autant qu’il soit compatible avec la légis-
–– la remise de documents judiciaires ;
lation en vigueur, tout acte régulièrement accompli
aux fins de poursuites ou pour les besoins de la –– les perquisitions et les saisies ;
procédure sur le territoire de l’Etat requérant aura –– l’examen d’objets et de lieux ;
la même valeur que s’il avait été accompli sur le
territoire national. –– la fourniture de renseignements et de pièces
à conviction ;
Article 50 : Information de l’Etat requérant –– la fourniture des originaux ou de copies certi-
fiées conformes de dossiers et documents
L’autorité judiciaire compétente informe l’autorité
pertinents, y compris de relevés bancaires, de
de poursuite de l’Etat requérant de la décision
pièces comptables, de registres montrant le
prise ou rendue à l’issue de la procédure. A cette
fonctionnement d’une entreprise ou ses acti-
fin, elle lui transmet copie de toute décision passée vités commerciales.
en force de chose jugée.
Article 54 : Contenu de la demande d’entraide
Article 51 : Avis donné à la personne poursuivie judiciaire
L’autorité judiciaire compétente avise la personne Toute demande d’entraide judiciaire adressée
concernée qu’une demande a été présentée à son à l’autorité compétente est faite par écrit. Elle
égard et recueille les arguments qu’elle estime comporte :
opportuns de faire valoir avant qu’une décision ne
a. le nom de l’autorité qui sollicite la mesure ;
soit prise.
b. le nom de l’autorité compétente et de l’autorité
Article 52 : Mesures conservatoires chargée de l’enquête ou de la procédure aux-
quelles se rapporte la demande ;
L’autorité judiciaire compétente peut, à la demande
de l’Etat requérant, prendre toutes mesures conser- c. l’indication de la mesure sollicitée ;
vatoires, y compris de détention provisoire et de d. un exposé des faits constitutifs de l’infraction et
saisie compatible avec la législation nationale. des dispositions législatives applicables, sauf si
la demande a pour seul objet la remise d’actes
CHAPITRE III : Entraide judiciaire de procédure ou de décisions judiciaires ;
e. tous éléments connus permettant l’identifica-
Article 53 : Modalités de l’entraide judiciaire tion de la ou des personnes concernées et, no-
tamment l’état civil, la nationalité, l’adresse et
A la requête d’un Etat membre de l’UEMOA, les
la profession ;
demandes d’entraide se rapportant aux infractions
prévues aux articles 37 à 40 sont exécutées, confor- f. tous renseignements nécessaires pour locali-
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

mément aux principes définis par les articles 54 à 70. ser les instruments, ressources ou biens visés ;

Les dispositions de l’alinéa précédent sont appli- g. un exposé détaillé de toute procédure ou de-
cables aux demandes émanant d’un Etat tiers, mande particulière que l’Etat requérant sou-
du terrorisme

lorsque la législation de cet Etat fait obligation à haite voir suivre ou exécuter ;
celui-ci de donner suite aux demandes de même h. l’indication du délai dans lequel l’Etat requé-
nature émanant de l’autorité compétente. rant souhaiterait voir exécuter la demande ;

VIII - 108
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

i. toute autre information nécessaire pour la requérant les motifs du refus d’exécution de sa
bonne exécution de la demande. demande.

Article 55 : Des refus d’exécution de la Article 56 : Secret sur la demande d’entraide
demande d’entraide judiciaire judiciaire
La demande d’entraide judiciaire ne peut être L’autorité compétente maintient le secret sur la
refusée que : demande d’entraide judiciaire, sur sa teneur et les
–– si elle n’émane pas d’une autorité compétente pièces produites, ainsi que le fait même de l’en-
selon la législation du pays requérant ou si traide.
elle n’a pas été transmise régulièrement ; S’il n’est pas possible d’exécuter ladite demande
–– si son exécution risque de porter atteinte à sans divulguer le secret, l’autorité compétente en
l’ordre public, à la souveraineté, à la sécurité informe l’Etat requérant, qui décidera, dans ce cas,
ou aux principes fondamentaux du droit ; s’il maintient la demande.

–– si les faits sur lesquels elle porte font l’objet Article 57 : Demande de mesures d’enquête
de poursuites pénales ou ont déjà fait l’objet et d’instruction
d’une décision de justice définitive sur le terri-
toire national ; Les mesures d’enquête et d’instruction sont
exécutées conformément à la législation en vigueur,
–– si des mesures sollicitées ou toutes autres à moins que l’autorité compétente de l’Etat requérant
mesures ayant des effets analogues, ne sont n’ait demandé qu’il soit procédé selon une forme
pas autorisées ou ne sont pas applicables à particulière compatible avec cette législation.
l’infraction visée dans la demande, en vertu de
la législation en vigueur ; Un magistrat ou un fonctionnaire délégué par l’au-
torité compétente de l’Etat requérant peut assister
–– si les mesures demandées ne peuvent être à l’exécution des mesures selon qu’elles sont effec-
prononcées ou exécutées pour cause de pres- tuées par un magistrat ou par un fonctionnaire.
cription de l’infraction de blanchiment, en
vertu de la législation en vigueur ou de la loi S’il y a lieu, les autorités judiciaires ou policières
de l’Etat requérant ; de [nom du pays qui adopte la loi uniforme]
peuvent accomplir, en collaboration avec les auto-
–– si la décision dont l’exécution est demandée rités d’autres Etats membres de l’Union, des actes
n’est pas exécutoire selon la législation en d’enquête ou d’instruction.
vigueur ;
Article 58 : Remise d’actes de procédure
–– si la décision étrangère a été prononcée dans
et de décisions judiciaires
des conditions n’offrant pas de garanties suffi-
santes au regard des droits de la défense ; Lorsque la demande d’entraide a pour objet la
remise d’actes de procédure et/ou de décisions
–– s’il y a de sérieuses raisons de penser que les
judiciaires, elle devra comprendre, outre les indica-
mesures demandées ou la décision sollicitée
tions prévues à l’article 54, le descriptif des actes
ne visent la personne concernée qu’en raison
ou décisions visés.
de sa race, de sa religion, de sa nationalité,
de son origine ethnique, de ses opinions poli- L’autorité compétente procède à la remise des
tiques, de son sexe ou de son statut. actes de procédure et de décisions judiciaires qui
lui seront envoyés à cette fin par l’Etat requérant.
Le secret professionnel ne peut être invoqué pour
refuser d’exécuter la demande. Cette remise peut être effectuée par simple trans-
de capitaux et le financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

mission de l’acte ou de la décision au destinataire.


Le ministère public peut interjeter appel de la
Si l’autorité compétente de l’Etat requérant en fait
décision de refus d’exécution rendue par une juri-
expressément la demande, la remise est effectuée
diction dans les (…) jours qui suivent cette décision.
dans une des formes prévues par la législation en
du terrorisme

Le gouvernement de … (nom du pays qui adopte vigueur pour les significations analogues ou dans
la loi uniforme) communique sans délai à l’Etat une forme spéciale compatible avec cette législation.

VIII - 109
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

La preuve de la remise se fait au moyen d’un Néanmoins, il ne sera donné suite à la demande
récépissé daté et signé par le destinataire ou d’une que si l’autorité compétente de l’Etat requérant
déclaration de l’autorité compétente constatant le s’engage à maintenir en détention la personne
fait, la forme et la date de la remise. Le document transférée aussi longtemps que la peine qui lui a été
établi pour constituer la preuve de la remise est infligée par les juridictions nationales compétentes
immédiatement transmis à l’Etat requérant. ne sera pas entièrement purgée et à le renvoyer en
Si la remise n’a pu se faire, l’autorité compétente état de détention à l’issue de la procédure ou plus
en fait connaître immédiatement le motif à l’Etat tôt si sa présence cesse d’être nécessaire.
requérant.
Article 61 : Casier judiciaire
La demande de remise d’un document requérant
la comparution d’une personne doit être effectuée Lorsque des poursuites sont exercées par une juri-
au plus tard soixante (60) jours avant la date de diction d’un Etat membre de l’UEMOA du chef de
comparution. l’une des infractions visées par la présente loi, le
parquet de la dite juridiction peut obtenir direc-
Article 59 : La comparution des témoins tement des autorités compétentes nationales un
non détenus extrait du casier judiciaire et tous renseignements
relatifs à la personne poursuivie.
Si, dans une poursuite exercée du chef des infrac-
tions visées dans la présente loi, la comparution Les dispositions de l’alinéa précédent sont appli-
personnelle d’un témoin résidant sur le territoire cables lorsque les poursuites sont exercées par une
national est jugée nécessaire par les autorités judi- juridiction d’un Etat tiers et que cet Etat réserve le
ciaires d’un Etat étranger, l’autorité compétente, même traitement aux demandes de même nature
saisie d’une demande transmise par la voie diplo- émanant des juridictions nationales compétentes.
matique, l’engage à se rendre à l’invitation qui lui
est adressée. Article 62 : Demande de perquisition
La demande tendant à obtenir la comparution du et de saisie
témoin comporte, outre les indications prévues par Lorsque la demande d’entraide a pour objet l’exé-
l’article 54, les éléments d’identification du témoin. cution de mesures de perquisitions, et de saisies
Néanmoins, la demande n’est reçue et transmise pour recueillir des pièces à conviction, l’autorité
qu’à la double condition que le témoin ne sera compétente y donne droit, dans une mesure
ni poursuivi ni détenu pour des faits ou des compatible avec la législation en vigueur et à
condamnations, antérieurs à sa comparution et condition que les mesures sollicitées ne portent
qu’il ne sera pas obligé, sans son consentement, pas atteinte aux droits des tiers de bonne foi.
de témoigner dans une procédure ou de prêter
son concours à une enquête sans rapport avec la Article 63 : Demande de confiscation
demande d’entraide. Lorsque la demande d’entraide judiciaire a pour
objet une décision ordonnant une confiscation, la
Aucune sanction, ni mesure de contrainte ne
juridiction compétente statue sur saisine de l’au-
peuvent être appliquées au témoin qui refuse
torité compétente de l’Etat requérant.
de déférer à une demande tendant à obtenir sa
comparution. La décision de confiscation doit viser un bien,
constituant le produit ou l’instrument de l’une des
Article 60 : La comparution de personnes infractions visées par la présente loi, et se trouvant
détenues sur le territoire national ou consister en l’obligation
de payer une somme d’argent correspondant à la
de capitaux et le financement

Si, dans une poursuite exercée du chef de l’une


valeur de ce bien.
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

des infractions visées dans la présente loi, la


comparution personnelle d’un témoin détenu sur Il ne peut être donné suite à une demande tendant
le territoire national est jugée nécessaire, l’au- à obtenir une décision de confiscation si une telle
torité compétente, saisie d’une demande adressée décision a pour effet de porter atteinte aux droits
du terrorisme

directement au parquet compétent, procédera au légalement constitués au profit des tiers sur les
transfert de l’intéressé. biens visés en application de la loi.

VIII - 110
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Article 64 : Demande de mesures conserva- visés au profit des tiers, en application de la loi.
toires aux fins de préparer une Cette règle ne fait pas obstacle à l’application des
confiscation dispositions des décisions étrangères relatives aux
Lorsque la demande d’entraide a pour objet de droits des tiers, sauf si ceux-ci n’ont pas été mis à
rechercher le produit des infractions visées dans la même de faire valoir leurs droits devant la juridiction
présente loi qui se trouve sur le territoire national, compétente de l’Etat étranger dans des conditions
l’autorité compétente peut effectuer des investi- analogues à celles prévues par la loi en vigueur.
gations dont les résultats seront communiqués à
l’autorité compétente de l’Etat requérant. Article 66 : Sort des biens confisqués
A cet effet, l’autorité compétente prend toutes les L’Etat jouit du pouvoir de disposition sur les biens
dispositions nécessaires pour remonter à la source confisqués sur son territoire à la demande d’auto-
des avoirs, enquêter sur les opérations financières rités étrangères, à moins qu’un accord conclu avec
appropriées et recueillir tous autres renseignements le gouvernement requérant n’en décide autrement.
ou témoignages de nature à faciliter le placement
sous main de justice des produits de l’infraction. Article 67 : Demande d’exécution des décisions
Lorsque les investigations prévues à l’alinéa premier rendues à l’étranger
du présent article aboutissent à des résultats Les condamnations à des peines privatives de
positifs, l’autorité compétente prend, sur demande liberté, à des amendes et confiscations, ainsi qu’à
de l’autorité compétente de l’Etat requérant, toute des déchéances prononcées pour les infractions
mesure propre à prévenir la négociation, la cession visées par la présente loi, par une décision défi-
ou l’aliénation des produits visés en attendant une nitive émanant d’une juridiction d’un Etat membre
décision définitive de la juridiction compétente de de l’UEMOA, peuvent être exécutées sur le territoire
l’Etat requérant. national, à la demande des autorités compétentes
Toute demande tendant à obtenir les mesures de cet Etat.
visées dans le présent article doit énoncer, outre
Les dispositions de l’alinéa précédent s’appliquent
les indications prévues à l’article 54, les raisons qui
aux condamnations prononcées par les juridictions
portent l’autorité compétente de l’Etat requérant
d’un Etat tiers, lorsque cet Etat réserve le même
à croire que les produits ou les instruments des
traitement aux condamnations prononcées par les
infractions se trouvent sur son territoire, ainsi que
les renseignements permettant de les localiser. juridictions nationales.

Article 68 : Modalités d’exécution


Article 65 : Effet de la décision de confiscation
prononcée à l’étranger Les décisions de condamnation prononcées à
l’étranger sont exécutées conformément à la légis-
Dans la mesure compatible avec la législation en
lation en vigueur.
vigueur, l’autorité compétente donne effet à toute
décision de justice définitive de saisie ou de confis- Article 69 : Arrêt de l’exécution
cation des produits des infractions visées dans la
présente loi émanant d’une juridiction d’un Etat Il est mis fin à l’exécution lorsqu’en raison d’une
membre de l’UEMOA. décision ou d’un acte de procédure émanant de
l’Etat qui a prononcé la sanction, celle-ci perd son
Les dispositions de l’alinéa précédent s’appliquent
caractère exécutoire.
aux décisions émanant des juridictions d’un Etat
tiers, lorsque cet Etat réserve le même traitement Article 70 : Refus d’exécution
aux décisions émanant des juridictions nationales
de capitaux et le financement

La demande d’exécution de la condamnation


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

compétentes.
prononcée à l’étranger est rejetée si la peine est
Nonobstant les dispositions des deux alinéas
prescrite au regard de la loi de l’Etat requérant.
précédents, l’exécution des décisions émanant de
du terrorisme

l’étranger ne peut avoir pour effet de porter atteinte


aux droits légalement constitués sur les biens

VIII - 111
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Chapitre IV : Extradition Article 74 : Arrestation provisoire


En cas d’urgence, l’autorité compétente de l’Etat
Article 71 : Conditions de l’extradition
requérant, peut demander l’arrestation provisoire
Sont sujets à l’extradition : de l’individu recherché, en attendant la présen-
–– les individus poursuivis pour les infractions tation d’une demande d’extradition  ; il est statué
visées par la présente loi quelle que soit la sur cette demande, conformément à la législation
durée de la peine encourue sur le territoire en vigueur.
national ; La demande d’arrestation provisoire indique l’exis-
–– les individus qui, pour des infractions visées tence d’une des pièces visées à l’article 72 et
par la présente loi, sont condamnés définiti- précise l’intention d’envoyer une demande d’ex-
vement par les tribunaux de l’Etat requérant, tradition ; elle mentionne l’infraction pour laquelle
sans qu’il soit nécessaire de tenir compte de l’extradition est demandée, le temps et le lieu
la peine prononcée. où elle a été commise, la peine qui est ou peut
être encourue ou qui a été prononcée, le lieu où
Il n’est pas dérogé aux règles de droit commun se trouve l’individu recherché s’il est connu, ainsi
de l’extradition, notamment celles relatives à la que, dans la mesure du possible, le signalement
double incrimination. de celui-ci.
Article 72 : Procédure simplifiée La demande d’arrestation provisoire est transmise
Lorsque la demande d’extradition concerne une aux autorités compétentes, soit par voie diploma-
personne ayant commis l’une des infractions tique, soit directement par voie postale ou télégra-
prévues par la présente loi, elle est adressée phique, soit par l’organisation internationale de
directement au Procureur Général compétent de Police criminelle, soit par tout autre moyen laissant
l’Etat requis, avec ampliation, pour information, au une trace écrite ou admis par la législation en
Ministre chargé de la Justice. vigueur de l’Etat.
Elle est accompagnée : L’autorité compétente est informée, sans délai, de
la suite donnée à sa demande.
–– de l’original ou de l’expédition authentique,
soit d’une décision de condamnation exécu- L’arrestation provisoire prend fin si, dans le délai de
toire, soit d’un mandat d’arrêt ou de tout autre vingt (20) jours l’autorité compétente n’a pas été
acte ayant la même force, délivré dans les saisie de la demande d’extradition et des pièces
formes prescrites par la loi de l’Etat requérant mentionnées à l’article 72.
et portant l’indication précise du temps, du lieu Toutefois, la mise en liberté provisoire est possible
et des circonstances des faits constitutifs de à tout moment, sauf pour l’autorité compétente à
l’infraction et de leur qualification ; prendre toute mesure qu’ elle estimera nécessaire
–– d’une copie (certifiée conforme) des disposi- en vue d’éviter la fuite de la personne poursuivie.
tions légales applicables avec l’indication de La mise en liberté provisoire ne fait pas obstacle
la peine encourue ; à une nouvelle arrestation et à l’extradition si la
–– d’un document comportant un signale- demande d’extradition parvient ultérieurement.
ment aussi précis que possible de l’individu
réclamé, ainsi que tous autres renseignements Article 75 : Remise d’objets
de nature à déterminer son identité, sa natio-
Lorsqu’il y a lieu à extradition, tous les objets
nalité et l’endroit où il se trouve.
susceptibles de servir de pièces à conviction ou
de capitaux et le financement

provenant de l’infraction et trouvés en la possession


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

Article 73 : Complément d’information


de l’individu réclamé au moment de son arres-
Lorsque les informations communiquées par
tation ou découverts ultérieurement sont saisis et
l’autorité compétente se révèlent insuffisantes
remis à l’autorité compétente de l’Etat requérant, à
pour permettre une décision, l’Etat demande le
du terrorisme

sa demande.
complément d’informations nécessaires et pourra
fixer un délai de quinze (15 jours) pour l’obtention Cette remise peut être effectuée même si l’extra-
de ces informations, à moins que ce délai ne soit dition ne peut s’accomplir par suite de l’évasion ou
incompatible avec la nature de l’affaire. de la mort de l’individu réclamé.

VIII - 112
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Sont, toutefois, réservés les droits que les tiers client et qu’aucun blanchiment de capitaux ne
auraient acquis sur lesdits objets qui devront, si de soit suspecté ;
tels droits existent, être rendus le plus tôt possible
3. Les procédures ne doivent pas être appliquées
et sans frais à l’Etat requis, à l’issue des procédures
exercées dans l’Etat requérant. aux opérations impliquant l’emploi d’espèces ;

Si elle l’estime nécessaire, pour une procédure 4. Les procédures de contrôle internes visées
pénale, l’autorité compétente peut retenir tempo- à l’article 7 de la loi uniforme relative à
rairement les objets saisis. la lutte contre le blanchiment de capitaux
Elle peut, en les transmettant, se réserver la faculté dans les Etats membres de l’UEMOA doivent
d’en demander le retour pour le même motif, en tenir spécialement compte des opérations à
s’obligeant à les renvoyer dès que faire se peut. distance ;
5. Dans le cas où la contrepartie de l’organisme
TITRE VI : DISPOSITIONS FINALES financier réalisant l’opération (“organisme
financier contractant”) serait un client,
Article 76 : Information des Autorités l’identification peut être effectuée en recourant
de contrôle des poursuites engagées aux procédures suivantes :
contres les assujettis
a) l’identification directe est effectuée par la
Le Procureur de la République avise toute Autorité succursale ou le bureau de représentation
de contrôle compétente des poursuites engagées de l’organisme financier contractant qui est
contre les assujettis sous sa tutelle, en application le plus proche du client.
des dispositions de la présente loi.
b) dans les cas où l’identification est effectuée
Article 77 : Entrée en vigueur sans contact direct avec le client :
La présente loi entre en vigueur à compter de la –– la fourniture d’une copie du document
date de sa signature. d’identité officiel du client ou du numéro
du document d’identité officiel, est exigée.
Fait à ……….., le……………….. Une attention spéciale est accordée à la
vérification de l’adresse du client lorsque
ANNEXE A LA LOI UNIFORME celle-ci est indiquée sur le document
DU 20 MARS 2003 RELATIVE A LA LUTTE d’identité (par exemple en envoyant les
CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPI- pièces afférentes à l’opération à l’adresse
TAUX DANS LES ETATS MEMBRES du client sous pli recommandé, avec avis
DE L’UNION MONETAIRE OUEST de réception) ;
AFRICAINE (UMOA) –– le premier paiement afférent à l’opéra-
tion doit être effectué par l’intermédiaire
MODALITES D’IDENTIFICATION DES CLIENTS d’un compte ouvert au nom du client
(PERSONNES PHYSIQUES) PAR LES ORGA- auprès d’un établissement de crédit situé
NISMES FINANCIERS DANS LE CAS D’OPERA- dans l’espace UEMOA. Les Etats membres
TIONS FINANCIERES A DISTANCE peuvent autoriser les paiements réalisés
par l’intermédiaire d’établissements de
Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment crédit de bonne réputation établis dans
de capitaux, les procédures d’identification mises des pays tiers qui appliquent des normes
en œuvre par les organismes financiers, pour les anti-blanchiment équivalentes ;
opérations financières à distance, doivent être
de capitaux et le financement

conformes aux principes suivants : –– l’organisme financier contractant doit


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

soigneusement vérifier que l’identité du


1. Les procédures doivent assurer une identifi- titulaire du compte par l’intermédiaire
cation appropriée du client ; duquel le paiement est réalisé corres-
du terrorisme

2. Les procédures peuvent être appliquées à pond effectivement à celle du client, telle
condition qu’aucun motif raisonnable ne laisse qu’indiquée dans le document d’identité
penser que le contact direct (“face à face”) est (ou établie à partir du numéro d’identifica-
évité afin de dissimuler l’identité véritable du tion). En cas de doute sur ce point, l’orga-

VIII - 113
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

nisme financier contractant doit contacter


LOI UNIFORME DU 28 MARS 2008
l’établissement de crédit auprès duquel le
compte est ouvert afin de confirmer l’iden-
RELATIVE A LA LUTTE CONTRE
tité du titulaire du compte. S’il subsiste LE FINANCEMENT DU TERRORISME
encore un doute, il conviendra d’exiger de DANS LES ETATS MEMBRES
cet établissement de crédit un certificat DE L’UNION MONETAIRE OUEST
attestant de l’identité du titulaire du compte AFRICAINE (UMOA)
et confirmant qu’il a été dûment procédé à
l’identification et que les informations qui y
Le Conseil des Ministres de l’Union Monétaire
sont relatives ont été enregistrées, confor-
Ouest Africaine (UMOA) ;
mément à la Directive relative à la lutte
contre le blanchiment de capitaux dans les Vu le Traité du 14 novembre 1973
Etats membres de l’UEMOA. constituant l’Union Monétaire
6. Dans le cas où la contrepartie de l’organisme Ouest Africaine (UMOA), notam-
financier contractant serait un autre établis- ment en son article 22 ;
sement agissant pour le compte d’un client : Vu le Règlement N° 14/2002/CM/
a) lorsque la contrepartie est située dans UEMOA du 19 septembre 2002,
l’Union, l’identification du client par l’or- relatif au gel des fonds et autres
ganisme financier contractant n’est pas ressources financières dans
requise, conformément à l’article 9 alinéa le cadre de la lutte contre le fi-
4 de la Directive relative à la lutte contre nancement du terrorisme dans
le blanchiment de capitaux dans les Etats les Etats membres de l’Union
membres de l’UEMOA ; Economique et Monétaire Ouest
Africaine (UEMOA) ;
b) lorsque la contrepartie est située hors de
l’Union, l’organisme financier doit vérifier son Vu la Directive N° 07/2002/CM/UEMOA
identité en consultant un annuaire financier du 19 septembre 2002, relative à la
fiable. En cas de doute à cet égard, l’orga- lutte contre le blanchiment de ca-
nisme financier doit demander confirmation pitaux dans les Etats membres de
de l’identité de sa contrepartie auprès des l’UEMOA ;
autorités de contrôle du pays tiers concerné.
Vu la Loi N° ............ (indiquer les
L’organisme financier est également tenu de
références et l’intitulé exacts de
prendre “des mesures raisonnables” en vue
la Loi uniforme relative à la lutte
d’obtenir des informations sur le client de sa
contre le blanchiment de capi-
contrepartie, à savoir le bénéficiaire effectif
taux adoptée dans l’Etat membre
de l’opération, conformément à l’article 9 ali-
concerné) ;
néa 1er de la Directive relative à la lutte contre
le blanchiment de capitaux dans les Etats Vu la Directive N° 04/2007/CM/UEMOA
membres de l’UEMOA. Ces “mesures raison- du 4 juillet 2007, relative à la lutte
nables” peuvent se limiter - lorsque le pays contre le financement du terrorisme
de la contrepartie applique des obligations dans les Etats membres de l’UE-
d’identification équivalentes - à demander MOA, notamment en ses articles 6,
le nom et l’adresse du client, mais il peut y 27 et 28 ;
avoir lieu, lorsque ces obligations ne sont pas Considérant la gravité des menaces que fait
équivalentes, d’exiger de la contrepartie un
de capitaux et le financement

peser le terrorisme sur la paix et


Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

certificat confirmant que l’identité du client a


la sécurité internationale ;
été dûment vérifiée et enregistrée.
Considérant la nécessité impérieuse pour tous
7. Les procédures susmentionnées sont sans
les Etats de s’engager résolument
du terrorisme

préjudice de l’emploi d’autres méthodes qui,


dans la lutte contre ce fléau mon-
de l’avis des autorités compétentes, pourraient
dial qu’est le terrorisme ;
offrir des garanties équivalentes en matière
d’identification dans le cadre d’opérations Soucieux de mettre en œuvre les recom-
financières à distance. mandations internationales rela-

VIII - 114
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

tives à la lutte contre le finance- venants commerciaux (Sociétés de Gestion


ment du terrorisme, notamment et d’Intermédiation, Sociétés de Gestion de
celles découlant de la Convention Patrimoine, Conseils en investissements bour-
des Nations Unies du 9 décembre siers, Apporteurs d’affaires et Démarcheurs) ;
1999 pour la répression du fi- 2. auteur : toute personne qui participe à la
nancement du terrorisme et les commission d’un crime ou d’un délit, à quelque
recommandations spéciales du titre que ce soit ;
Groupe d’Action Financière sur le
blanchiment de capitaux (GAFI) ; 3. autorités de contrôle : les autorités nationales
ou communautaires de l’UEMOA habilitées,
Soucieux d’assurer une harmonisation de
en vertu d’une loi ou d’une réglementation, à
la législation des Etats membres
contrôler les personnes physiques et morales ;
de l’UMOA avec celles des autres
Etats membres de la Commu- 4. autorités publiques : les administrations natio-
nauté Economique des Etats de nales et celles des collectivités locales de
l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union, ainsi que leurs établissements publics ;
visée à travers la Loi cadre relative 5. autorité compétente : organe qui, en vertu
à la lutte contre le financement du d’une loi ou d’une réglementation, est habilité
terrorisme élaborée par le Groupe à accomplir ou à ordonner les actes ou les
Inter-Gouvernemental d’Action mesures prévues par la présente Loi ;
contre le Blanchiment d’Argent et
le Financement du Terrorisme en 6. autorité judiciaire : organe habilité, en vertu
Afrique de l’Ouest (GIABA), adop- d’une loi ou d’une réglementation, à accomplir
tée par son Comité Ministériel le des actes de poursuite ou d’instruction ou à
13 juin 2007, à Banjul (Gambie) ; rendre des décisions de justice ;

Désireux de doter les Etats membres de 7. autorité de poursuite : organe qui, en vertu
l’UMOA d’un dispositif juridique d’une loi ou d’une réglementation, est investi,
spécifique permettant de définir, même si c’est à titre occasionnel, de la
d’incriminer et de sanctionner le mission d’exercer l’action pour l’application
financement du terrorisme ; d’une peine ;
Sur proposition de la Banque Centrale 8. ayant droit économique : le mandant, c’est-
des Etats de l’Afrique de l’Ouest à-dire la personne pour le compte de laquelle
(BCEAO) ; le mandataire agit ou pour le compte de
laquelle l’opération est réalisée ;
ADOPTE LA LOI UNIFORME 9. BCEAO ou Banque Centrale : la Banque
DONT LA TENEUR SUIT : Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest ;
10. biens : tous les types d’avoirs, corporels ou
TITRE PRELIMINAIRE : DEFINITIONS
incorporels, meubles ou immeubles, tangibles
Article premier : Terminologie ou intangibles, fongibles ou non fongibles,
ainsi que les actes juridiques ou documents
Pour l’application de la présente Loi, les termes et attestant la propriété de ces avoirs ou des
expressions, ci-après, ont le sens qui leur est donné droits y relatifs ;
par l’article premier de la Loi N° ............ (indiquer
les références et l’intitulé exacts de la Loi uniforme 11. blanchiment de capitaux : l’infraction définie
relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux aux articles 2 et 3 de la Loi uniforme relative
de capitaux et le financement

adoptée dans l’Etat concerné), ci-après, « la Loi à la lutte contre le blanchiment de capitaux ;
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

uniforme relative à la lutte contre le blanchiment 12. CENTIF : la Cellule Nationale de Traitement des
de capitaux », à savoir : Informations Financières ;
1. acteurs du Marché Financier Régional :
du terrorisme

13. confiscation : dépossession définitive de


les structures centrales (Bourse Régionale biens, sur décision d’une juridiction compé-
des Valeurs Mobilières – BRVM, Dépositaire tente, d’une autorité de contrôle ou de toute
Central/Banque de Règlement) et les inter- autorité compétente ;

VIII - 115
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

14. Etat membre : l’Etat-partie au Traité de l’Union 22. clients occasionnels : les personnes physiques
Economique et Monétaire Ouest Africaine ; ou morales qui obtiennent des services ponc-
tuels de la part des organismes financiers, en
15. Etat tiers : tout Etat autre qu’un Etat membre ;
l’absence de relations d’affaires durables qui
16. infraction d’origine : tout crime ou délit au feront d’eux des clients habituels ;
sens de la loi, même commis sur le territoire
d’un autre Etat membre ou sur celui d’un Etat 23. Convention : la Convention des Nations Unies
tiers, ayant permis à son auteur de se procurer du 9 décembre 1999 pour la répression du
des biens ou des revenus ; financement du terrorisme ;

17. OPCVM : Organismes de Placement Collectif 24. fonds et autres ressources financières :
en Valeurs Mobilières ; tous les actifs financiers et avantages écono-
miques de quelque nature qu’ils soient, y
18. organismes financiers : sont désignés sous le compris, mais pas exclusivement, le numé-
nom d’organismes financiers : raire, les chèques, les créances en numéraire,
–– les banques et établissements financiers ; les traites, les ordres de paiement et autres
instruments de paiement, les dépôts auprès
–– les services financiers des postes, ainsi des banques et établissements financiers, les
que les caisses de dépôts et consigna- soldes en comptes, les créances et les titres de
tions ou les organismes qui en tiennent créances, les titres négociés et les instruments
lieu, des Etats membres ; de la dette, notamment les actions et autres
–– les sociétés d’assurance et de réassu- titres de participation, les certificats de titres,
rance, les courtiers d’assurance et de les obligations, les billets à ordre, les warrants,
réassurance ; les titres non gagés, les contrats sur produits
dérivés, les intérêts, les dividendes ou autres
–– les institutions mutualistes ou coopéra-
revenus d’actifs ou plus-values perçus sur des
tives d’épargne et de crédit, ainsi que les
actifs, le crédit, le droit à compensation, les
structures ou organisations non consti-
garanties, y compris les garanties de bonne
tuées sous forme mutualiste ou coopé-
exécution ou autres engagements financiers,
rative et ayant pour objet la collecte de
les lettres de crédit, les connaissements, les
l’épargne et/ou l’octroi de crédit ;
contrats de vente, tout document attestant la
–– les structures centrales du Marché Financier détention de parts d’un fonds ou de ressources
Régional (BRVM, Dépositaire Central/Banque financières et tout autre instrument de finan-
de Règlement) ainsi que les Sociétés de cement à l’exportation ;
Gestion et d’Intermédiation, les Sociétés de
25. gel de fonds et autres ressources finan-
Gestion de Patrimoine et tous autres inter-
cières : toute action visant à empêcher tout
venants commerciaux ayant le statut d’orga-
mouvement, transfert, modification, utilisation
nisme financier, au sens des textes régissant
ou manipulation de fonds qui aurait pour
le Marché Financier Régional ;
conséquence un changement de leur volume,
–– les OPCVM ; montant, localisation, propriété, possession,
–– les Entreprises d’Investissement à Capital nature, destination ou toute autre modifi-
Fixe ; cation qui pourrait en permettre l’utilisation,
notamment la gestion de portefeuille ;
–– les Agréés de change manuel ;
26. installation gouvernementale ou publique :
19. UEMOA : l’Union Economique et Monétaire toute installation ou tout moyen de transport,
de capitaux et le financement

Ouest Africaine ;
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

de caractère permanent ou temporaire, qui


20. UMOA : l’Union Monétaire Ouest Africaine ; est utilisé ou occupé par des représentants
d’un Etat, des membres du Gouvernement,
21. Union : l’Union Economique et Monétaire
du Parlement ou de la Magistrature, ou des
du terrorisme

Ouest Africaine ou l’Union Monétaire Ouest


agents ou personnel d’un Etat ou de toute autre
Africaine.
autorité ou entité publique, ou par des agents
On entend également par : ou personnel d’une organisation intergouverne-

VIII - 116
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

mentale, dans le cadre de leurs fonctions offi- rectement, grâce à la commission d’une telle
cielles ; infraction ;
27. instrument : tout bien utilisé ou devant être 35. saisie : le fait pour une autorité compétente
utilisé totalement ou en partie et de quelque d’assurer la garde ou le contrôle de biens sur
manière que ce soit pour commettre une décision d’un tribunal ou d’une autre autorité
infraction pénale ; compétente ;
36. service de transmission de fonds ou de
28. opération de change manuel : l’échange valeurs : un service financier qui accepte les
immédiat de billets de banque ou monnaies espèces, les chèques ou tout autre instrument
libellés en devises différentes, réalisé par de paiement ou dépôt de valeur dans un lieu
cession ou livraison d’espèces, contre le donné et paye une somme équivalente en
règlement par un autre moyen de paiement espèces ou sous toute autre forme à un béné-
libellé dans une autre devise ; ficiaire situé dans une autre zone géogra-
29. organisation ou organisme à but non phique au moyen d’une communication, d’un
lucratif : une entité juridique ou un organisme message, d’un transfert ou d’un système de
ayant pour objet principal la collecte ou la compensation auquel le service de trans-
distribution de fonds à des fins caritatives, mission de fonds ou de valeurs appartient.
religieuses, culturelles, éducatives, sociales Ce service peut être fourni par des personnes
ou confraternelles, ou pour d’autres types de physiques ou morales en ayant recours au
bonnes œuvres ; système financier réglementé ou de manière
informelle ;
30. organisation criminelle : toute entente
ou association structurée dans le but de 37. virement électronique : toute transaction
commettre, notamment des infractions de par voie électronique effectuée au nom d’un
financement du terrorisme ; donneur d’ordre, personne physique ou morale,
via une institution financière en vue de mettre
31. organismes financiers étrangers : les orga- à la disposition d’un bénéficiaire une certaine
nismes financiers établis en dehors du terri- somme d’argent dans une autre institution
toire communautaire des Etats membres ; financière, le donneur d’ordre et le bénéficiaire
32. passeurs de fonds : les personnes qui pouvant être une seule et même personne.
exécutent des transports physiques transfron-
taliers d’espèces ou d’instruments négociables
TITRE PREMIER : DISPOSITIONS
au porteur ou qui apportent sciemment leur
GENERALES
concours à la réalisation de ces opérations ;
33. Personne Politiquement Exposée (PPE) :
la personne qui exerce ou a exercé d’impor- Chapitre premier : Objet et champ d’application
tantes fonctions publiques dans un autre Etat de la Loi
membre ou un Etat tiers, notamment un Chef
d’Etat ou de Gouvernement, homme politique Article 2 : Objet de la Loi
de haut rang, haut responsable au sein des La présente Loi a pour objet de définir le cadre juri-
pouvoirs publics, diplomate, magistrat ou mili- dique de la lutte contre le financement du terro-
taire de haut rang, dirigeant d’une entreprise risme au/en ............... (indiquer la dénomination
publique ou responsable de parti politique, de l’Etat membre qui adopte la Loi), en mettant
y compris les membres de la famille proche en œuvre la Convention des Nations Unies du 9
de capitaux et le financement

de la PPE en cause, ainsi que les personnes décembre 1999 pour la répression du financement
Chapitre VIII : Lutte contre le blanchiment

connues pour lui être étroitement associées ; du terrorisme et ses neuf (9) annexes, ainsi que
34. produits : tous fonds tirés, directement ou indi- les principales recommandations internationales
rectement, de la commission d’une infraction contre le financement du terrorisme.
du terrorisme

telle que prévue aux articles 4 et 5 de la Elle vise, par ailleurs, à assurer l’interdépendance
présente Loi ou obtenus, directement ou indi- des dispositifs de lutte contre la criminalité finan-

VIII - 117
RECUEIL DES TEXTES LEGAUX ET REGLEMENTAIRES REGISSANT L'ACTIVITE BANCAIRE
ET FINANCIERE DANS L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

cière transnationale en vigueur. A ce titre, elle lesquels pèsent des obligations de vigilance parti-
complète et renforce l’ensemble du dispositif culières.
national de lutte contre la criminalité financière
transnationale et, en particulier, les textes relatifs à
la lutte contre le blanchiment de capitaux. Chapitre II : Définition et incrimination
du financement du terrorisme
Article 3 : Champ d’application de la Loi
Article 4 : Définition du financement
Les personnes assujetties aux dispositions de la du terrorisme
présente Loi sont celles visées à l’article 5 de la Loi
uniforme relative à la lutte contre le blanchiment Aux fins de la présente Loi, le financement du terro-
de capitaux, à savoir : risme est défini comme l’infraction constituée par
le fait, par quelque moyen que ce soit, directement
1. le Trésor Public ;
ou indirectement, délibérément, de fo