Vous êtes sur la page 1sur 95

SECTEUR LOGISTIQUE

RESPONSABLE D'EXPLOITATION
LOGISTIQUE

Niveau Technicien Spécialisé

GUIDE DE SOUTIEN
(CONTENU DÉTAILLÉ)

MODULE 1 : MÉTIER ET FORMATION

1/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-1-
Septembre 2011

2/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-2-
EQUIPE DE PRODUCTION

Le présent document a été réalisé avec la collaboration des personnes suivantes :

Frédéric DAPON-PIGATTO – Expert logistique


Jean François DEGUILLAUME – Expert logistique
Thierry COLLIGNON – Expert logistique

Coordination 

- Valérie CASTAY – DRRI AFT IFTIM

Conception et rédaction 

Thierry COLLIGNON – Expert logistique AFT IFTIM

3/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-3-
TABLE DES MATIERES

PAGE

INTRODUCTION……………………………………………………………………….…………………………… 4

1. TABLEAU SYNTHESE DU PROGRAMME DE FORMATION…………………………………………… 5

2. PROGRAMME DE FORMATION, MODULE N° 1 MÉTIER ET FORMATION 6

3. GUIDE PEDAGOGIQUE, MODULE N° 1 MÉTIER ET FORMATION 8

4. FONCTION, RÉFÉRENTS ET STRUCTURE DU PLAN DE MODULE……………………………. 12


……………….....

5. PLAN DE MODULE N° 1 MÉTIER ET FORMATION 13

6. INFORMATION RELATIVE A LA CONCEPTION ET A L’INTERPRETATION DE LA PLANIFICATION GLOBALE D’UN 18


MODULE…………………………….…………………………….…………………………….……………….

7. PLANIFICATION GLOBALE DU MODULE N° 1 MÉTIER ET FORMATION 20

8. DESCRIPTION DES ACTIVITES D’ENTRAINEMENT ET DE TRANSFERT SELON LA PLANIFICATION GLOBALE 21


DU MODULE ………………………….…………………………….…………………………….………………

9. SECTION DES NOTES TECHNIQUES ET DES MOYENS MEDIA……………………….……………………… 27

4/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-4-
INTRODUCTION

Le programme de formation énonce par un objectif opérationnel chacune des compétences à développer
chez le stagiaire. La planification pédagogique s’effectue suivant les paramètres de chaque objectif
opérationnel : les conditions d’évaluation, les critères généraux de performance, les précisions sur le
comportement attendu et les critères particuliers de performance. Lors de la planification pédagogique, le
formateur peut aussi se référer à l’analyse de situation de travail pour vérifier les attentes des employeurs
dans la fonction de travail que le lauréat occupera à la fin de sa formation.
La planification pédagogique repose sur la mise en œuvre d’une pédagogie active centrée sur l’acquisition
des compétences par le stagiaire. Pour traduire les objectifs opérationnels en activités d’apprentissage
significatives et représentatives des savoir faire exigés du monde du travail, le formateur planifie un
environnement éducatif qui situe le stagiaire au cœur de l’acte d’apprendre lui permettant de traiter de
façon efficace l’information, de développer de nouveaux comportements et ainsi construire ses
compétences.
La planification pédagogique permet d’anticiper et de préparer la situation d’enseignement en fonction
des objectifs, des contenus et des critères d’évaluation du programme de formation d’une part et, d’autre
part, en prenant en compte les phases d’acquisition d’une compétence et les différentes façons
d’apprendre des apprenants.
Le Guide de soutien pour le module « métier et formation. » du programme de formation « Responsable
d’Exploitation Logistique » propose une démarche d’organisation de l’enseignement. Ce module de
compétence spécifique est d’une durée de 30 heures dont une heure doit être consacrée à l’évaluation à
la fin du module.
Les ressources éducatives sont organisées selon le plan de module qui permet d’associer les ressources
aux préalables et précisions sur le comportement figurant au niveau de la compétence dans le programme
de formation et le guide pédagogique. Le Guide de soutien comprend l’ensemble des ressources
utilisables dans un parcours de formation pour aider le stagiaire dans ses apprentissages dans un
contexte d’approche par compétences et pour faciliter l’action du formateur. Les ressources sont les
suivantes :
1. Le tableau synthèse des modules du programme de formation
2. Le module tel que prescrit au « Programme de formation»
3. Le module tel que suggéré au « Guide pédagogique »
4. La fonction, les référents et la structure du plan de module
5. Le plan du module
6. L’information relative à la conception et à l’interprétation de la planification globale d’un module
7. La planification globale du module
8. La description des activités d’entraînement et de transfert selon la planification globale
9. La section des notes techniques et des moyens media
Le « Tableau synthèse du programme de formation», le « Module du programme de formation » ainsi que
le « Module du guide pédagogique » sont d’abord fournis pour rappeler, aux utilisateurs de ce guide, les
paramètres et permettre la juste interprétation de la planification suggérée. On trouvera ensuite une
explication particulière pour le Plan de module et pour la Planification globale du module.

5/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-5-
6/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-6-
1. TABLEAU SYNTHESE DU PROGRAMME DE FORMATION

Dans le présent tableau synthèse du programme de formation, le module du Guide de soutien


apparaît en grisé.
Titre du programme : RESPONSABLE D'EXPLOITATION LOGISTIQUE
Nombre de modules : 20
Durée en heures : 1700
Code du programme : REL
DUREE
CODE N° TITRE DU MODULE
(heures)
REL 1 Métier et formation 30

REL 2 Environnement logistique de l’entreprise 30

REL 3 Communication en français dans le milieu de travail 60

REL 4 Communication en anglais dans le milieu de travail 60

REL 5 Informatique bureautique 100

REL 6 Fondements du management de la qualité 70

REL 7 Tableaux de bord d’activité 40

REL 8 Règles d’hygiène et de sécurité 50


Moyens de manutention, équipements de stockage et
REL 9 70
infrastructures
REL 10 Informatique appliquée à la gestion d’entrepôt WMS 110

REL 11 Techniques d’organisation des métiers de la logistique 70

REL 12 Opérations de réception des produits 110

REL 13 Gestion physique de stocks et des implantations 90

REL 14 Opérations de préparation de commandes 90

REL 15 Opérations d’expédition 90

REL 16 Fiabilité des stocks 50

REL 17 Gestion des moyens humains 120

REL 18 Elaboration et gestion des budgets de fonctionnement 70

REL 19 Techniques de recherche d’emploi. 30

REL 20 Intégration dans le milieu de travail 360

00

7/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-7-
2. PROGRAMME DE FORMATION, MODULE N°1 

MODULE 01 : Métier et formation

Code : REL 1 DURÉE : 30 heures


OBJECTIF OPERATIONNEL

COMPORTEMENT ATTENDU

Pour démontrer sa compétence, le stagiaire doit être capable de se situer au regard du métier et de la
formation selon les conditions, les critères et les précisions qui suivent :

CONDITIONS D’EVALUATION

Individuellement.

A partir :
- de documentation sur les métiers, d’informations sur le marché de l’emploi, sur la vie économique
des entreprises...

A l’aide :
du rapport d’analyse de situation de travail,
du programme de formation,
de sites Internet pertinents.

CRITERES GENERAUX DE PERFORMANCE

Prise de notes et présentation structurée.


Collecte d’informations pertinentes.
Classement approprié de l’information.
Esprit d’analyse et de synthèse

8/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-8-
OBJECTIFS OPERATIONNELS
PRECISIONS SUR LE CRITERES PARTICULIERS
COMPORTEMENT ATTENDU DE PERFORMANCE

o Liste précise des différents types d’entreprises


o Description exacte des différentes structures
A. Recueillir de l’information sur le marché du
d’entreprises
travail.
o Evaluation correcte de l’importance du secteur de
la logistique comme employeur potentiel

o Information claire et précise sur :


- les conditions de travail, les missions,
B. Recueillir de l’information sur la nature et les
- la rémunération,
exigences de l’emploi.
- les possibilités d’avancement,
- la hiérarchisation des entreprises.

o Description juste des habiletés nécessaires à


C. Décrire les fonctions et les tâches propres à
l’exercice du métier.
l’exercice du responsable d’exploitation
o Description juste des comportements appropriés.
logistique.
o Description correcte des diverses tâches

D. Recueillir de l’information sur le programme et o Information précise sur le programme de formation


la démarche de formation. o Information juste sur la démarche de formation

E. Distinguer les différents modes d’évaluation o Description correcte de l’évaluation formative


o Description correcte de l’évaluation certificative

9/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


-9-
3. GUIDE PÉDAGOGIQUE, MODULE N° 1

MODULE 01 : METIER ET FORMATION

CODE : REL 01 DURÉE : 30 HEURES

OBJECTIF OPERATIONNEL

COMPETENCE

Se situer au regard du métier et de la formation .

PRESENTATION

Ce module de compétence spécifique est un préalable à toutes les compétences. Il doit être
dispensé au tout début de la formation.

Dans ce module, le stagiaire se renseigne sur le métier, le milieu du travail, la nature et les
exigences de l’emploi et s’informe aussi sur les fonctions et les tâches propres à l’exercice
du métier de technicien en logistique.

Pour ce faire, le stagiaire doit recueillir de l’information sur le marché du travail, sur la
nature et les exigences de l’emploi et s’informer sur le programme de formation et les modes
d’évaluation.

CONTEXTES DE REALISATION

A partir :
 de documentation,
 de revues professionnelles,
 d’annonces d’offres d’emploi,
 d’Internet,
 du rapport d’analyse de situation de travail,
 du programme de formation.
A l’aide de :
 méthodes de prise de notes,
 règles de discussion.
REFERENCES :

10/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


- 10 -
- Revues professionnelles,
- Rapport d’analyse de situation de travail,
- Programme de formation,
- Guide de soutien : Module REL 01

PRECISIONS PREALABLES ELEMENTS DE CONTENU

F. Avant de recueillir de l’information sur le


marché du travail, le stagiaire doit :

1. Décrire des techniques de prise de notes  Méthode de prise de notes


 Classification des notes
 Exigences de présentation
2. Définir la fonction logistique  Evolution et rôle de la logistique
 Enjeux de la logistique
 Définition de la logistique :
- Flux
- Coût
- Délais
- Qualité
 La chaîne logistique et ses différents
maillons

3. Définir les secteurs d’activité concernés  Logistique industrielle


 Logistique externalisée
 Logistique de distribution
 Logistique des services
 Logistique et Transport
G. Avant de recueillir de l’information sur la
nature et les exigences de l’emploi, le
stagiaire doit :
4. Décrire les différents métiers de la logistique  Les différentes fonctions de l’entreprise
Fonction commerciale
Fonction financière
Fonction achat
Fonction direction
Fonction logistique
Fonction production
 Organigramme et place de la logistique
Logistique intégrée
Logistique éclatée

11/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


- 11 -
 Les principaux services logistiques en
entreprise
Réception
Stockage
Préparation de commandes
Gestion des stocks
Expédition
 Les différents postes dans la logistique
Opérateurs logistique
Approvisionneurs
Chef d’équipe
Responsable d’exploitation
Responsable logistique

PRECISIONS PREALABLES ELEMENTS DE CONTENU


 Perspective d’emploi, Rémunération,
Conditions de travail, Droits,
Responsabilités, Règles d’éthique.
 Avantages : possibilité d’avancement,
5. Distinguer la nature et les exigences de métier évolutif, conditions salariales, …
l’emploi etc.
 Inconvénients : Stress, niveau de
responsabilités, risques.
 Exigences.

H. Avant de décrire les tâches propres à


l’exercice du métier de technicien en
logistique, le stagiaire doit :

 Tâches
6. Distinguer les tâches, des habiletés et des  Habiletés
comportements.  Comportements

I. Avant de recueillir de l’information sur le


programme et la démarche de formation, le
stagiaire doit :

7. Décrire les éléments du projet de formation.  Programme de formation :


 buts
 objectifs généraux
 compétences

12/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


- 12 -
PRECISIONS PREALABLES ELEMENTS DE CONTENU
 Démarche de formation

J. Avant de distinguer les différents modes


d’évaluation, le stagiaire doit :

 Evaluation formative
8. Décrire les types d’évaluation  Evaluation de sanction

13/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


- 13 -
4. FONCTION, RÉFÉRENTS ET STRUCTURE DU PLAN DE MODULE

FONCTION
Le plan de module a pour fonction de clarifier le projet d’enseignement et de le transmettre dans une
forme communicable tout d’abord aux membres de la direction du centre. Il est aussi présenté aux
apprenants lors de la première séance de formation afin de les informer des objectifs visés et des
éléments contenus, et leur donner une vue d’ensemble des activités et des éléments de contenu
marquant le déroulement de l’enseignement du module .
Le plan de module s’avère également fort utile au formateur, d’abord pour clarifier son approche et se
donner un outil de référence en cours d’enseignement, ensuite pour rationaliser son travail de planification
en vue des prestations ultérieures : ayant déjà déterminé les stratégies, les moyens, le matériel et les
équipements nécessaires, il lui sera plus facile d’aborder l’enseignement du module et ce à plusieurs
groupes. Le plan de module peut aussi fournir au conseiller à la pédagogie, aux collègues, au personnel
formateur suppléant, aux membres de la direction et aux employeurs des informations sur le module.

RÉFÉRENTS
Le plan de module s’appuie principalement sur les données fournies dans le programme de formation et le
guide pédagogique. Le programme de formation est un document prescriptif et aucune donnée dans ce
document ne peut être modifiée alors que les données du guide pédagogique sont fournies en tant
qu’appui et peuvent être enrichies tout au long de son utilisation.

STRUCTURE
- De manière générale, le plan de module présente deux parties :
une première partie dédiée aux renseignements généraux relatifs au module, tels que l’identification du
module, le numéro du module, le code et la durée de module, la compétence visée, les critères généraux
ainsi que l’identification des modules préalables. Un schéma est présenté ci-après.
- une seconde partie regroupe les conditions spécifiques au déroulement de l’enseignement du module  :
Savoirs préalables et précisions sur le comportement, éléments de contenus, activités d’enseignement et
d’apprentissage ainsi que les thèmes que le formateur identifie comme étant importants et qui sont
retenus en terme d’évaluation formative. Une information sommaire concernant l’évaluation de certification
du module est inscrite à la fin du plan de module.

Le plan pour le présent module est présenté comme suit :

14/95

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique »


- 14 -
5. PLAN DU MODULE N°1

NO ET TITRE DU MODULE : Métier et formation


CODE : REL01 DURÉE : 30 h
COMPÉTENCE VISÉE : Décrire le métier et la formation CRITÈRES GÉNÉRAUX :

TYPE DE COMPÉTENCE : compétence transversale MODULES PRÉALABLES :


MODULES PARALLÈLES :

EVALUATION
SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS
FORMATIVE
1. Décrire des techniques de prise de  Méthode de prise de notes  S’approprier une méthode de
notes  Classification des notes prise de note
 Exigences de présentation  Gérer et classer les notes et les
documents
2. Définir la fonction logistique Evolution et rôle de la logistique Identifier l’évolution, le rôle et les enjeux
Enjeux de la logistique de la logistique à partir :
Définition de la logistique - de documentation
 Flux spécialisée
 Coût - de rapport d’analyse de
 Délais situation
 Qualité - de sites internet
La chaîne logistique et ses différents maillons pertinents
Définir les notions de flux, coûts, délais,
qualité à travers des visites de sites
logistiques
3. Définir les secteurs d’activité concernés  Logistique industrielle Identifier les différents secteurs d’activité
.…………………………………….  Logistique externalisée concernés par le biais d’activités de
 Logistique de distribution recherche individuelle ou collective, de
 Logistique des services visites de sites ou d’intervention de
 Logistique et Transport logisticiens

15/95
Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique » - 15 -
EVALUATION
SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS
FORMATIVE
A. Recueillir de l’information sur le marché Réaliser l’activité d’entrainement E-2 Contrôle de la réalisation
du travail et de la qualité de
l’activité E-2

EVALUATION
SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS
FORMATIVE
4. Décrire les différents métiers de la Les différentes fonctions de l’entreprise Décrire les différents métiers et les
logistique  Fonction commerciale différents services de la logistique et leur
 Fonction financière place dans la chaîne logistique à partir :
 Fonction achat - d’activités de recherche
 Fonction direction individuelle ou
 Fonction logistique collective,
Organigramme et place de la logistique - de visites de sites ou
 Logistique intégrée d’intervention de
 Logistique éclatée logisticiens
Les principaux services logistiques en
entreprise
 Réception
 Préparation de commandes
 Gestion des stocks
 Expédition
Les différents postes dans la logistique
 Opérateurs
 Approvisionneurs
 Préparateurs de commandes
 Chef d’équipe
 Responsable d’entrepôt
 Responsable logistique

5. Distinguer la nature et les exigences de  Perspective d’emploi, Rémunération, Repérer dans l’AST la nature et les

16/95
Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique » - 16 -
EVALUATION
SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS
FORMATIVE
l’emploi Conditions de travail, Droits, exigences de l’emploi
Responsabilités, Règles d’éthique. Rédiger un tableau des avantages et
 Avantages : possibilité des inconvénients
d’avancement, métier évolutif,
conditions salariales, …etc.
 Inconvénients : Stress, niveau de
responsabilités, risques.
 Exigences.

B. Recueillir de l’information sur la nature et Réaliser l’activité d’entrainement E-4 Contrôle de la réalisation
les exigences de l’emploi et de la qualité de
l’activité E-4
6. Distinguer les tâches, des habiletés et  Tâches A partir de fiches de postes et de visites
des comportements.  Habiletés de sites, identifier les opérations
 Comportements professionnelles et les qualités requises
par secteur d’activités

C. Décrire les tâches propres à l’exercice Réaliser l’activité d’entrainement E-6 Contrôle de la réalisation
du technicien en logistique et de la qualité de
l’activité E-6

17/95
Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique » - 17 -
SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS EVALUATION FORMATIVE

7. Décrire les éléments du projet de Programme de formation : Repérer les modules du programme
formation. - buts de formation
- objectifs généraux
- compétences
Démarche de formation

D. Recueillir de l’information sur le Réaliser l’activité d’entrainement E-8 Contrôle de la réalisation et


programme et la démarche de formation de la qualité de l’activité E-8
8. Décrire les types d’évaluation  Evaluation formative Identifier les modalités d’évaluation
 Evaluation de sanction

E. Distinguer les différents modes Réaliser l’activité d’entrainement E-10 Contrôle de la réalisation et
d’évaluation de la qualité de l’activité E-
10

Information sur l’évaluation de fin de module :

18/95
Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique » - 18 -
La fin de ce module sera évaluée au travers d’une série de questionnaires

Il leur sera demandé :


- Identifier la logistique
- Décrire les flux dans l’entreprise
- Nommer les différentes fonctions en logistique
- Identifier les différents emplois

- Les évaluations sont individuelles

19/95
Guide de soutien « Responsable d’Exploitation logistique » - 19 -
6. INFORMATION RELATIVE À LA CONCEPTION ET À L’INTERPRÉTATION DE LA PLANIFICATION GLOBALE D’UN
MODULE

Compte tenu des caractéristiques mêmes de la compétence, les activités d’apprentissage proposées aux
stagiaires dans le plan de module doivent être fondées sur la pratique du métier et sur la création de produits ou la
prestation de services concrets semblables à ceux qu’ils seront appelés à réaliser à leur entrée sur le marché du
travail. Ces activités d’apprentissage doivent intégrer toutes les dimensions de la compétence (savoirs, savoir
faire et savoir être) ; c’est donc dire que l’on doit analyser chaque activité proposée pour s’assurer qu’elle intègre
bien ces dimensions et que leur ordonnancement permet une progression des apprentissages conduisant à la
maîtrise de la compétence visée.
Il faut donc, lorsqu’on aborde la planification d’un module, se représenter ce que l’on veut ultimement faire réaliser
aux apprenants en se posant cette question : « Comment cette activité d’intégration entraînement traduit-elle de
façon réaliste et authentique les exigences de la compétence ? ». « Quels éléments de contenu sont essentiels à
la réalisation de l’activité d’entraînement prévue ? » Toutes ces donnés peuvent être regroupées dans un tableau
qui donne une vision globale des activités de base (éléments de contenu et exercices) et activités d’entraînement
(tâche partielle, globale ou de transfert qui vise la pratique de la compétence visée).
Dans la façon de planifier globalement l’enseignement d’un module, le formateur doit être familier avec l’un des
facteurs qui présente un impact sur le choix des activités, soit les phases d’acquisition d’une compétence.
On distingue cinq phases successives d’acquisition d’une compétence : l’exploration, l’apprentissage de base,
l’intégration-entraînement, le transfert des apprentissages  et L’enrichissement. Les phases de l’apprentissage
de base, de l’intégration entraînement et du « transfert » sont centrales et elles sont directement prises en compte
lors de l’organisation de l’enseignement. Cependant les phases Exploration et enrichissement ne doivent pas être
négligées dans le cadre de l’organisation de l’enseignement par le formateur. Dans les énoncés qui suivent
chacune des phases est commentée et leur importance précisée.
1. La phase dite « Exploration » consiste pour le formateur à présenter l’objectif d’apprentissage au stagiaire et à
échanger avec lui sur cet objectif afin qu’il en saisisse toute la portée. Dans cette même phase le formateur doit
faire une présentation sommaire de la stratégie qui sera poursuivie et enfin il devra organiser des activités
pédagogiques qui permettent aux apprenants un rappel des connaissances antérieures nécessaires aux
apprentissages à venir. Cette phase d’introduction permet au stagiaire de saisir l’importance et la pertinence de ce
qu’il devra apprendre, de se motiver et de stimuler son intérêt, de se sentir responsable de ses apprentissages, de
faire des liens entre les compétences du programme de formation et celle qu’il est en train de développer et
d’activer les connaissances et les expériences qu’il a déjà en mémoire au regard de ce qui lui est proposé.
2. La phase « Apprentissage de base » permet l’acquisition des connaissances, des habiletés motrices, des
attitudes et des perceptions qui vont permettre au stagiaire de réaliser adéquatement la tâche. Elle inclut le
traitement des notions et l’assimilation des connaissances de base et l’organisation de l’enseignement dans des
séquences logiques. Au cours de cette phase, le stagiaire encode et organise l’information, met souvent dans ses
propres mots l’information reçue et fait des liens avec ce qu’il sait déjà.
3. L’« Intégration – Entraînement » constitue la troisième phase du processus. Cette phase vise l’intégration des
apprentissages de base aux étapes de réalisation d’une tâche partielle ou complète dans un entraînement
progressif, c’est-à-dire de la tâche la plus simple à la plus complexe correspondant aux performances
déterminées. Au cours de cette phase, le formateur favorise la pratique supervisée et l’autoévaluation des
résultats. Cette phase a l’avantage de faire acquérir au stagiaire de l’assurance par l’amélioration de la pratique
des tâches. Elle permet au stagiaire d’exécuter les tâches partielles ou complètes sans erreurs et d’intégrer les
contenus liés à la compétence.

4. La quatrième phase « Transfert des apprentissages » devrait préparer le stagiaire à mobiliser ses savoirs,
savoir faire et savoir être dans d’autres situations que celles dans lesquelles il a développé ses compétences. En
effet, mobiliser ses compétences dans des situations complètement différentes l’une de l’autre n’est pas un

20/95
phénomène spontané ou automatique. Dans un premier temps, le savoir nouvellement acquis est associé au
contexte qui est familier au stagiaire. Cette phase exige du formateur d’avoir la préoccupation de varier les
contextes de réalisation d’une tâche et de veiller à la démonstration d’une autonomie d’exécution par le stagiaire
placé dans le nouveau contexte.
5. La phase « Enrichissement » permet à l’apprenant d’aller plus loin que ne l’indique le programme de formation.
Au cours de cette phase, le stagiaire peut approfondir la compétence développée, acquérir une plus grande
autonomie et développer le goût d’aller plus loin. Au cours de cette phase, le formateur doit prévoir des activités
qui favorisent cet enrichissement et ajoutent de la valeur à ce que le stagiaire a déjà acquis.
La planification globale d’un module présente, sous forme de tableau, une vision synthèse des activités devant
être conduites par le formateur afin que ce dernier assure au stagiaire des activités permettant l’intégration de
l’ensemble du processus d’acquisition de la compétence visée. Ainsi il est essentiel que les phases d’acquisition
2, 3 et 4 d’une compétence soient respectées dans le choix des activités et des stratégies utilisées tout au long du
module. Cette façon de faire vise à intégrer le plus tôt possible dans le module l’ensemble des précisions sur le
comportement, tout d’abord dans des activités simples mais qui deviennent de plus en plus complexes au fur et à
mesure du déroulement du module.

Voici des précisions sur les types d’activités apparaissant dans le tableau de planification et les symboles utilisés.

Types d’activités Symboles


Activité d’apprentissage de base en rapport avec les notions théoriques supportée
A
par des exercices d’application.
Activité d’entraînement  se rapporte à un, plusieurs ou à l’ensemble des objets de
formation et doit être effectuée dans le cadre d’une tâche représentative du métier E
et encadrée par le formateur.
Activité de transfert  se rapporte, le plus souvent, à tous les objets de formation du
module de formation, doit être représentative du métier et réalisée de façon T
autonome par le stagiaire.
Evaluation est une activité autonome pendant laquelle le stagiaire est évalué à la fin
V
de chacun des modules.

Dans le tableau de planification du présent module, on y retrouve :

Activités d’apprentissage de base qui totalisent 12.5 heures de notions théoriques et symbolisées


5 par ▲. Ces activités doivent être accompagnées d’exercices relatifs à chacune des nouvelles
notions.
Activités d’entraînement qui totalisent 14.5 heures constituées de tâches représentatives du métier
5
et symbolisées par. Ces activités sont décrites à la section 10 du présent guide.
Activité de transfert d’une durée de 2 heures constituée de tâches représentatives du métier et
1
symbolisées par √.
Évaluation de fin de module d’une durée de 1 heure et symbolisée par ■. Cette activité est décrite
1
dans le guide d’évaluation du programme de formation.

21/95
7. PLANIFICATION GLOBALE DU MODULE N° 1

Comportement attendu : Décrire le métier et la formation. Activités liées aux phases d’acquisition d’une compétence :
A = Apprentissage de base E = Entraînement T = Transfert V = Évaluation de fin
Types A de module
d’activit A E A E A E EA E T V
Objets de
és
formation
No de 1 1 1
1 2 3 4 5 6 7 8 9
l’activité 0 1 2
1. Décrire des techniques

de prise de notes
2. Définir la fonction

logistique
3. Définir les secteurs

d’activité concernés
A. Recueillir de
l’information sur le marché  √ ■
du travail
4. Décrire les différents

métiers de la logistique
5 . Distinguer la nature et

les exigences de l’emploi
B. Recueillir de
l’information sur la nature et
 √ ■
les exigences de l’emploi
….…….
6. Distinguer les tâches,
des habiletés et des ▲
comportements.
C Décrire les tâches
propres à l’exercice du
 √ ■
technicien en logistique
…….…….
7. Décrire les éléments du

projet de formation
Types d’activités A E A E A E A E A E T V
Objets de formation
No de l’activité 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
D. Recueillir de l’information sur le programme et la démarche de √ ■

formation
8. Décrire les types d’évaluation ▲
E. Distinguer les différents modes d’évaluation  √ ■

Durée de chaque activité dont l’ensemble doit totaliser 30 heures 3


1/2
1/2 4h 3h 5h 2h 3h 2h 2h 2h 2h 1h
h
h
8. DESCRIPTION DES ACTIVITÉS D’ENTRAÎNEMENT ET DE TRANSFERT SELON LA PLANIFICATION GLOBALE DU
MODULE

Les activités d’entraînement sont définies selon l’analyse du module présentée dans le tableau précédent
« Planification globale ».
Pour les tâches d’entraînement planifiées dans le cadre de ce module, une brève description précise les
objets de formation, le matériel requis, la tâche ainsi que les étapes de déroulement.
Pour l’activité de transfert, la tâche est brièvement décrite au stagiaire car ce dernier doit être capable
d’en définir les étapes et d’organiser le travail à effectuer de façon autonome. Cette activité prépare le
stagiaire à l’évaluation de la compétence visée.

ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N° 2

Durée de l’activité : 4 heures

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)


L’activité vise :
A. Recueillir de l’information sur le marché du travail

Matériel requis :

Rapport d’AST
Programme d’études
Autres documents
Sites internet pertinents

Description de l’activité :
La tâche consiste à partir de documentation fournie ou pas à recueillir de l’information sur le marché du
travail. Il est souhaitable que ce travail se réalise en équipe avec une restitution individuelle ou collective.

Étapes de déroulement
Ce travail se réalise selon les consignes prévues par le formateur
Une plénière pourra être organisé pour la restitution des informations par chacune des équipes

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


24
ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N° 4

Durée de l’activité : 5 heures

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)


L’activité vise :
B. Recueillir de l’information sur la nature et les exigences de l’emploi

Matériel requis :

Rapport d’AST
Programme d’études
Répertoire des compétences
Documentation spécialisée
Fiches métiers
Films
Sites internet pertinents

Description de l’activité :
La tâche consiste à partir de documentation fournie ou pas à recueillir de l’information sur la nature et les
exigences de l’emploi.

Étapes de déroulement
Ce travail peut se réaliser en salle de cours ou au centre de documentation en groupe de travail selon les
consignes prévues par le formateur
Une plénière pourra être organisé pour la restitution des informations par chacune des équipes

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


25
ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N° 6

Durée de l’activité : 3 heures

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)


L’activité vise :
C. Décrire les tâches propres à l’exercice du technicien en logistique

Matériel requis :

Rapport d’AST
Programme d’études
Répertoire des compétences
Documentation spécialisée
Fiches métiers
Films
Sites internet pertinents

Description de l’activité :
La tâche consiste à partir du programme de formation à décrire les fonctions et les tâches propres à
l’exercice du technicien en logistique.

Étapes de déroulement
Ce travail peut se réaliser en salle de cours ou au centre de documentation en groupe de travail selon les
consignes prévues par le formateur
Une plénière pourra être organisé pour la restitution des informations par chacune des équipes

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


26
ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N°8

Durée de l’activité : 2 heures

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)


L’activité vise :
D. Recueillir de l’information sur le programme et la démarche de formation

Matériel requis :

Programme de formation

Description de l’activité :
La tâche consiste à partir du programme de formation à recueillir de l’information sur le programme et la
démarche de formation.

Étapes de déroulement
Ce travail se réalise selon les consignes prévues par le formateur
Une plénière pourra être organisé pour la restitution des informations par chacune des équipes

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


27
ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N°10

Durée de l’activité : 1/2 heure

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)


L’activité vise :
E. Distinguer les différents modes d’évaluation

Matériel requis :

Référentiel de formation

Description de l’activité :
La tâche consiste à partir du référentiel de formation à distinguer les différents modes d’évaluation.

Étapes de déroulement
Ce travail se réalise selon les consignes prévues par le formateur
Une plénière pourra être organisé pour la restitution des informations par chacune des équipes

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


28
ACTIVITE DE TRANSFERT N° 11

Durée de l’activité : 2 heures

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)


L’activité vise :
A-B. Recueillir de l’information sur le marché du travail et sur la nature et les exigences de l’emploi
C. Décrire les tâches propres à l’exercice du technicien en logistique
D. Recueillir de l’information sur le programme et la démarche de formation
E. Distinguer les différents modes d’évaluation

Matériel requis :

Rapport d’AST
Programme d’études
Documentation spécialisée

Description de l’activité :
La tâche consiste à effectuer la tâche telle que définie dans la fiche technique
Cette tâche doit être effectuée de façon autonome par le stagiaire.

Étapes de déroulement
Description de l’activité :
La tâche consiste à vérifier que le stagiaire est capable de cerner avec précision le rôle du technicien en
logistique en entreprise et de repérer les entreprises et secteurs d’activité dans lequel ce métier peut être
exercé. Il doit avoir une vision précise de l’environnement professionnel dans lequel le technicien en
logistique sera positionné

Étapes de déroulement
Les compétences du stagiaire sont vérifiées progressivement au cours de la formation à partir de mises
en situation au plus près de la réalité professionnelle.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


29
9. SECTION DES NOTES TECHNIQUES ET DES MOYENS MEDIA

Objets de formation A, B, C, D et E:

- 1° support : Entreprise et logistique page 28


- 2° support : Fonction magasinage page 42
- Evaluations page 62

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


30
NOTES TECHNIQUES

Objet de formation A et B-3


Synthèse de l’AST

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


31
Distinguer la nature et les exigences de l’emploi (d’après A.S.T)

DEFINITION DE LA FONCTION

Au sein d'une entreprise, l’entrepôt, la plate-forme logistique et le magasin sont des lieux où l'on reçoit,
contrôle, stocke, puis réexpédie des marchandises destinées à des clients (logistique d'entreposage) ou
transférées ensuite vers un atelier de production (logistique industrielle).

Le Responsable d'exploitation logistique est le responsable de l'entrepôt, de la plate-forme ou du


magasin.

Il exerce une responsabilité qui, progressivement, s'est élargie pour devenir une responsabilité complète
de fonction au sein de la Supply Chain de l'entreprise.

Selon l'importance des entreprises, il existe des entrepôts de toutes tailles, allant de quelques centaines
de m² à plusieurs milliers de m², selon les besoins.

Certains entrepôts sont spécialisés par produits.

On trouve ainsi des entrepôts dédiés au stockage :

- De produits en vrac (matières premières et matières auxiliaires de fabrication).


Ces entrepôts peuvent être couverts ou en stockage extérieur.
- De containers, unités de stockage et de transport de plus en plus utilisées dans le commerce
international.
- De palettes, supports traditionnels de produits à transporter et à stocker.
- De produits devant respecter des températures de transport et de stockage rigoureuses avec une
traçabilité assurée (produits alimentaires par exemple). On parle alors d'entrepôts fonctionnant
sous température dirigée.

D'autres entrepôts sont spécialisés, non pas par produits, mais en fonction de la situation administrative
des produits qu'ils contiennent. On trouve ainsi des entrepôts dits "entrepôts sous douane " dans lesquels
les marchandises sont stockées non dédouanées (économie temporaire de droits de douane pour
l'entreprise). En contrepartie, ces entrepôts sont placés sous contrôle permanent de l'Administration des
douanes.

Il existe donc une grande diversité d'entrepôts.

Tous ces entrepôts, plates formes et magasins sont en fait les maillons de l'ensemble beaucoup plus
vaste que constitue la fonction Supply Chain de l'entreprise. C'est le Responsable d'exploitation logistique
qui, aujourd'hui, prend en charge, gère et optimise l'ensemble des flux physiques circulant dans
l'entreprise.

Dans une entreprise, le terme "Responsable d'exploitation logistique" est le terme utilisé pour désigner le
responsable d'un entrepôt ou d'un magasin.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


32
Ce responsable assure les responsabilités qui concourent à la bonne marche de l'entrepôt, qu'il s'agisse :

- de son organisation et du partage des tâches,


- de la gestion du personnel,
- de la sécurité des personnes et des biens stockés,
- du maintien en état des installations,
- de l'application des normes "Qualité" de l'entreprise,
- des résultats obtenus (en termes de qualité, coûts et délais)

Aujourd'hui, en fait, un entrepôt constitue une véritable unité d'exploitation de la Supply Chain, une unité
centrée non pas sur la transformation des produits, mais sur la gestion optimale des flux.

Par son autonomie le Responsable d’exploitation logistique est un responsable polyvalent. .

Il dirige des équipes spécialisées par métiers (réception des produits, contrôle, magasinage, préparation
de commandes, expéditions, …..)

Une part importante de son temps de travail est consacrée au management des équipes qu’il dirige.

Il exerce habituellement sa responsabilité sous l'autorité du Directeur Logistique de l'entreprise,


responsable de l'ensemble de la Supply Chain.

Dans les entreprises de petite taille (moins de 100 personnes), il n'y a pas toujours de Directeur
Logistique et le Responsable d'exploitation logistique est alors souvent directement rattaché au
Responsable de l'entreprise.

Le Responsable d'exploitation logistique sur lequel est centrée la présente AST gère un entrepôt ou un
magasin de taille moyenne, avec une superficie de stockage variant entre 2000 et 5000 m².

Au delà de ces superficies, la fonction, par son importance et par l'importance des effectifs gérés, est
positionnée au niveau Cadre, dans une responsabilité de Chef de Service ou de Département.

En deçà, c'est à dire dans des entrepôts de moins de 2000 m², elle est souvent confiée à un Technicien
en logistique dont la fonction se trouve ainsi élargie à la responsabilité d'un petit entrepôt.

AUTRES APPELLATIONS

La fonction de Responsable d'exploitation logistique s'exerce sous d'autres appellations dans les
entreprises.

On relève ainsi les appellations suivantes:

 Responsable logistique
 Responsable d'entrepôt
 Responsable de magasin
 Responsable de magasin par type de produits (matières premières, produits finis ou
autres magasins spécifiques)
 Chef de magasin
 Gestionnaire de magasin
 Gestionnaire d’entrepôt

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


33
Souvent ces appellations sont en rapport avec le type d'entrepôt (entrepôt, plate-forme ou magasin
industriel).

RESPONSABILITES ASSUMEES

Le Responsable d’exploitation logistique est responsable de la bonne marche et des résultats de


l'entrepôt ou du magasin dont il a la charge.

Il bénéficie habituellement d'une large autonomie dans son travail.

Sa responsabilité couvre plus précisément:

 Au niveau du fonctionnement de l'entrepôt :

- L'organisation et la répartition des tâches,


- La gestion des personnels,
- La gestion des installations,
- La santé, la sécurité et le respect de l'environnement,
- La relation « client » et « fournisseur ».

 Au niveau des résultats :

L'atteinte des objectifs fixés en matière de :

- Gestion des stocks et immobilisations correspondantes,


- Niveau de service (réactivité, personnalisation du service)
- Délais de circulation des produits,
- Qualité des prestations logistiques réalisées (taux de service client)
- Progrès continus réalisés.
- Résultat financier de l’exploitation (rigueur dans la gestion, suivi des budgets alloués)

CONDITIONS DE TRAVAIL

Le Responsable d'exploitation logistique travaille en horaire de bureau.

Son activité et ses responsabilités l’amènent à être en contact étroit et quasiment permanent avec toutes
les autres fonctions de l’entreprise et les clients extérieurs. Il se déplace donc beaucoup dans l'entreprise
et hors de l'entreprise, avec les risques que représentent ces déplacements.

Il est également exposé aux risques dus aux bruits, intempéries, pollution, ainsi qu'aux risques liés au
transport et au stockage éventuels de matières dangereuses.

Les contraintes de délais dans lesquelles s'exerce son activité, l’élévation régulière des objectifs de
productivité et les impératifs de la sécurité font du métier de Responsable d’exploitation logistique un
métier exposé au risque de stress.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


34
CONDITIONS D'ENTREE SUR LA MARCHE DE TRAVAIL ET SELECTION DES CANDIDATS

Les visites d'entreprises qui ont été effectuées et les échanges réalisés à cette occasion ont largement
fait ressortir le besoin, sur le marché, de Responsables d’exploitation logistique formés et expérimentés (2
à 5 ans d'expérience professionnelle dans les métiers de la logistique).

L'autonomie qui caractérise la fonction de Responsable d'exploitation logistique et l'étendue des


responsabilités qu'elle recouvre sont autant de facteurs d'intérêt complémentaires.
La mise en place d'une formation diplômante pour ce type de fonction est en outre perçue comme un
gage de sérieux et de qualité de la formation.

Le recrutement de responsables formés, par les entreprises, s'effectue actuellement :

- soit dans le cadre de mouvements internes au sein des entreprises,


- soit dans le cadre de recrutements externes.

Dans ce dernier cas, une première sélection est opérée sur la base des CV et des lettres de motivation
reçus. La sélection finale s'effectue après entretien avec les candidats sélectionnés.

La période d’essai est de 3 mois.

PERSPECTIVES D’EMPLOI ET CONDITIONS SALARIALES

Le développement des échanges commerciaux au Maroc au cours des 5 à 10 prochaines années, tant au
niveau national qu'à l'international, va nécessiter la construction de nouvelles structures d'entreposage.

Ces structures, pour être compétitives devront être dirigées par des responsables qualifiés. Il existe donc
actuellement au Maroc un véritable marché en développement pour la filière de formation "Responsable
d'exploitation logistique" qui va être mise en place.

Les conditions salariales d’embauche d'un Responsable d’exploitation logistique se situent actuellement
aux alentours de 4 500 DHS par mois pour un responsable débutant et 11 à 12 000 DHS pour un
responsable expérimenté (5 ans d'expérience dans la fonction).

PLACE DES FEMMES DANS LA PROFESSION

Nous n'avons pas rencontré, dans les entrepôts de taille moyenne visités, de postes de Responsable
d'exploitation logistique tenus par du personnel féminin.

Etant donné qu'il n'y a aucun facteur particulier de pénibilité lié à l'exercice de cette fonction, elle peut être
indifféremment confiée à un homme ou à une femme.

Nous avons par contre, à plusieurs reprises, lors de nos visites, rencontré des responsables logistiques
niveau N+1/N+2 qui sont des femmes. Il s'agissait en l'occurrence d'une Responsable de service
transports et d'une Responsable de service achats d'une grande entreprise industrielle de la région de
Casablanca.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


35
IMPACT DE LA FONCTION SUR L'ENVIRONNEMENT

Le Responsable d'exploitation logistique est particulièrement concerné par les problématiques


environnementales.

Il est souvent responsable du stockage et du transport de produits dangereux pour l'environnement.


C'est lui qui impulse, dans l'entrepôt ou le magasin dont il a la charge, la démarche de respect de
l'environnement.
Il lui incombe de vérifier et de suivre en permanence la bonne application des mesures qui sont à mettre
en œuvre.
Les nuisances habituellement rencontrées dans un entrepôt sont:

- Le bruit,
- La pollution atmosphérique engendrée par les chariots et les engins de manutention,
- Les risques de fuites en cas de stockage de produits dangereux (bacs de rétention
nécessaires par exemple),
- la conservation inutile et dangereuse de déchets (déchets métalliques, palettes non
réutilisables, cartons,…).
En fait, le Responsable d'exploitation logistique doit, avec ses équipes, faire respecter les normes
environnementales et être une force de proposition permanente dans un dispositif d'amélioration
continue.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


36
Objet de formation C-5 et C-6

FICHE DE FONCTION

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


37
FONCTION DU RESPONSABLE D’EXPLOITATION EN LOGISTIQUE

Tâches

1. Contrôler les opérations de réception des produits

2. Superviser la gestion physique des stocks et des implantations.

3. Contrôler les opérations de préparation des commandes

4. Contrôler les opérations d’expédition

5. Etablir les budgets de fonctionnement

6. Mettre en place les tableaux de bord d'activités

7. Garantir la fiabilité des stocks

8. Gérer les moyens humains

9. Gérer les moyens de manutention, les équipements de stockage et les infrastructures.

TACHE 1 : CONTROLER LES OPERATIONS DE RECEPTION DES PRODUITS

Opérations

1.1 Vérifier l'application des procédures opérationnelles de réception


1.2 Contrôler les plannings de réception
1.3 Traiter les litiges « fournisseur »
1.4 Optimiser l’organisation de la réception
1.5 Suivre le niveau de service et le taux de service de l’activité « réception »

Précisions

La réception est l’activité qui permet de filtrer les marchandises à l’entrée dans l’entrepôt. Son rôle est
donc essentiel. Une mauvaise réception peut avoir des conséquences lourdes pour l’entreprise en
termes de coût et de temps, voir de sécurité dans certaines entreprises industrielles.

Cette fonction est en relation directe avec les fournisseurs et les transporteurs. La bonne organisation,
la rapidité d’exécution et la fiabilité des contrôles participent à la bonne exploitation de l’entrepôt.
Du fait de sa position à l’interface entre l’entreprise et l’extérieur, la communication en français et en
anglais est fréquente (fournisseurs et transporteurs).

L’organisation de la réception est intimement liée à l’organisation des approvisionnements

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


38
TACHE 2 : SUPERVISER LA GESTION PHYSIQUE DES STOCKS ET DES IMPLANTATIONS

Opérations

2.1 Vérifier l’application des procédures opérationnelles de mise en stock et de déstockage


2.2 Optimiser l’organisation du stockage
2.3 Vérifier le respect des règles de stockage énoncées par famille de produit
2.4 Suivre le niveau de service et le taux de service de l’activité « stockage »

Précisions

Le stockage des marchandises qui est un élément essentiel du processus logistique. Son organisation,
la rapidité d’exécution et la fiabilité des opérations participent à la bonne marche des autres activités.

Outre la valeur de la marchandise stockée, cette fonction emploie des ressources onéreuses (surface,
manutention et stockage, personnel). C’est une fonction sensible au niveau du compte d’exploitation.
C’est également une fonction présentant certains dangers, la sécurité sera donc privilégiée.

Le stockage est à l’interface de nombreuses fonctions, il a des répercussions directes sur la


préparation de commande et la fiabilité des stocks.

TACHE 3 : CONTROLER LES OPERATIONS DE PREPARATION DES COMMANDES

Opérations

3.1 Vérifier l’application des procédures opérationnelles de préparation de commandes


3.2 Superviser les plannings de préparation de commandes
3.3 Optimiser l’organisation de la préparation de commandes
3.4 Suivre le niveau de service et le taux de service de l’activité « préparation de commande »

Précisions

La préparation des commandes est un élément essentiel du processus logistique. Son organisation, la
rapidité d’exécution et la fiabilité des opérations participent à la bonne marche des autres activités.
Cette activité conditionne l’image de marque de l’entreprise par sa capacité à honorer les attentes des
clients.

Outre la valeur de la marchandise stockée, cette fonction emploie des ressources onéreuses (surface,
manutention et stockage, personnel) et difficilement contrôlables. Le niveau d’aléas rencontré dans
cette activité est généralement important. C’est la fonction la plus sensible au niveau du compte
d’exploitation. Les techniques d’organisation trouvent dans cette activité un terrain adéquat.
C’est également une fonction présentant certains dangers, la sécurité sera donc privilégiée.

La préparation de commandes est à l’interface de nombreuses fonctions, il a des répercussions


directes sur les expéditions et la fiabilité des stocks.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


39
TACHE 4 : CONTROLER LES OPERATIONS D’EXPEDITION

Opérations

4.1 Vérifier l’application des procédures opérationnelles des expéditions


4.2 Superviser le planning des expéditions
4.3 Traiter un litige « Client »
4.4 Optimiser l’organisation des expéditions
4.5 Suivre le niveau de service et le taux de service de l’activité « expédition »

Précisions

L’activité expédition est la dernière activité du processus entrepôt. Son organisation, la rapidité
d’exécution et la fiabilité des opérations participent à la bonne marche des autres activités.
Comme la préparation de commandes cette activité conditionne l’image de marque de l’entreprise par
sa capacité à honorer les attentes des clients : complet et à l’heure, « on time in full ».

Outre la valeur de la marchandise expédiée, cette fonction emploie des moyens de transport différents
obligeant une adaptation de l’activité à cette contrainte.
Ces moyens et leurs emplois sont définis dans le plan transport de l’entreprise, qu’il est impératif de
respecter. Les relations avec les organisateurs du transport sont donc très fréquentes.
Le niveau d’aléas rencontré dans cette activité est généralement important.

C’est également une fonction présentant certains dangers, particulièrement lors des chargements. La
sécurité sera donc privilégiée.

L’activité expédition est une vitrine vis-à-vis des Clients.

TACHE 5 : ETABLIR LES BUDGETS DE FONCTIONNEMENT

Opérations

5.1 Déterminer les limites de capacité des moyens matériels et humains des différentes activités de
l’entrepôt
5.2 Déterminer le volume des ressources matérielles et humaines nécessaires
5.3 Valoriser l’ensemble des ressources en budget et faire valider le budget
5.4 Communiquer sur le budget validé
5.5 Contrôler les dépenses en cours d’exercice

Précisions

Les budgets logistiques sont la finalité de l’organisation logistique.


Une bonne organisation doit permettre de rationnaliser ce budget, la logistique est un centre de coûts
pour l’entreprise et non un centre de profits.
En 2011, le coût logistique moyen varie entre 7% et 11% du CA de l’entreprise, alors qu’il était encore
de l’ordre de 15% il y a 10 ans.
Le responsable d’exploitation logistique va proposer un budget qui sera validé par sa Direction. Ce
module est très fortement lié à celui concernant les tableaux de bord, les unités d’œuvre logistiques
servant de base à l’élaboration du budget. Ces mêmes tableaux de bord serviront au suivi.
Il est essentiel d’intégrer la qualité et la sécurité dans un budget prévisionnelle car toute économie faite
à ce niveau se traduira par des dépenses imprévues bien supérieures durant l’exploitation.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


40
TACHE 6 : METTRE EN PLACE LES TABLEAUX DE BORD D’ACTIVITES

Opérations

6.1 Concevoir les tableaux de bord


6.2 Mettre en place les tableaux de bord
6.3 Contrôler la fiabilité des informations saisies
6.4 Analyser les résultats
6.5 Définir les mesures d'adaptation et les mesures correctives à mettre en œuvre (le cas échéant)
6.6 Contrôler l’application des mesures décidées
6.7 Contrôler les effets des mesures appliquées

Précisions

Le responsable d’exploitation logistique doit suivre et contrôler la performance des différentes activités
dont il a la responsabilité. Le tableau de bord est précieux outils à sa disposition pour gérer ses
équipes mais également pour communiquer et alerter lorsqu’il constate des tendances particulières. Il
doit être capable de faire évoluer le tableau de bord en proposant des améliorations dans sa
conception et son contenu, en réévaluant les objectifs à atteindre.

TACHE 7 : GARANTIR LA FIABILITE DES STOCKS

7.1 Choisir une forme d’inventaire adaptée à l’activité du site et des moyens.
7.2 Mettre en place l’organisation correspondante à la forme de l’inventaire
7.3 Contrôler le bon déroulement des opérations d’inventaire
7.4 Analyser les écarts d’inventaire

Précisions

La fiabilité des stocks est tout simplement déterminante dans la performance logistique.
Toutes décisions prises par l’entreprise en matière logistique se fait au regard des niveaux de stocks.
Si les stocks ne sont pas fiables, impossible de prendre de bonnes décisions.

La fiabilité des stocks est très difficile à obtenir. Par la multiplicité des causes générant des écarts de
stocks, mais également par le facteur humain qui est la composante essentielle en matière de fiabilité.

Cette activité est souvent délaissée et à tort par les entreprises. Les écarts de stocks peuvent générés
des pertes financières très importantes.
C’est la pierre angulaire pour parvenir à faire baisser les niveaux de stocks.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


41
TACHE 8 : GERER LES MOYENS HUMAINS

8.1 Définir les besoins par métier en termes d'effectifs et de qualifications


8.2 Participer au recrutement des équipes
8.3 Superviser le suivi administratif des agents
8.4 Coordonner le travail d’une équipe
8.5 Elaborer un plan annuel de formation
8.6 Gérer les conflits entre collaborateurs
8.7 Préparer et réaliser les entretiens annuels du personnel du niveau N-1
8.8 Préparer et animer une réunion de travail

Précisions

La logistique est travail d’équipe et une défaillance pénalise un ensemble d’acteurs.


Les défaillances humaines sont nombreuses et un management équilibré et efficace contribue
sensiblement à leur diminution voire à leur disparition.

TACHE 9 : GERER LES MOYENS DE MANUTENTION, LES EQUIPEMENTS DE STOCKAGE ET LES
INFRASTRUCTURES

9.1 S'informer sur les nouveaux matériels et leur intérêt et proposer les matériels et les équipements à
renouveler ou à acquérir
9.2 Vérifier l'application des procédures de remplacement et de vérification des différents matériels
employés.
9.3 Vérifier l'application des règles de sécurité, d'hygiène et de respect de l'environnement.

Précisions

Les moyens de manutention, les équipements de stockage et les infrastructures constituent des
ressources d’exploitation déterminantes pour la performance des différentes activités. Leur bonne
adéquation avec les besoins, leur bon emploi, assurent à l’entreprise une optimisation de la
productivité mais également des coûts d’exploitation (matériels très onéreux).

A l’issue de ce module, le Responsable d’Exploitation en Logistique doit être capable de repérer les
différents moyens d’exploitation (hors RH) et de les associer au besoin de l’organisation du travail.
De les gérer économiquement

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


42
HABILITES ET COMPORTEMENTS GENERAUX

Les entretiens réalisés dans les entreprises et l’atelier ont permis de préciser plusieurs
connaissances, habilités, attitudes et qualités professionnelles jugées importantes par les
spécialistes pour exercer le métier de Responsable d’Exploitation en Logistique.

1. HABILETES ET COMPORTEMENTS SOCIO – AFFECTIFS

Les indications communiquées par les participants ont été regroupées par catégories d’habiletés.

1.1. HABILETES COGNITIVES (SAVOIRS)

Au-delà des connaissances "métier" indispensables pour réaliser correctement les tâches qui lui
incombent, le Responsable d'exploitation logistique doit aussi maitriser des connaissances relatives :

- à l’environnement économique de l’entreprise,


- à la gestion des achats et des approvisionnements,
- aux outils informatiques et bureautiques,
- à plusieurs langues étrangères (français et anglais à minima).

1.2. HABILETÉS MOTRICES

Le métier n'exige pas d'habiletés motrices particulières.

1.3. HABILETÉS PERCEPTIVES

Au niveau d'un Responsable d'exploitation logistique, les habiletés perceptives à posséder sont les
habiletés perceptives de tout responsable en charge de biens et de personnes, à savoir une vue correcte
et des capacités auditives normales.

Ces 2 sens sont également très importants pour des raisons de sécurité lors des déplacements dans
l'entrepôt et à l'extérieur.

1.4. COMPORTEMENTS SOCIO-AFFECTIFS

Les participants à l’AST ont énuméré les principales habiletés que doivent posséder les personnes
exerçant la fonction de Responsable d'exploitation logistique.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


43
3.4.1 HABILETÉS LIÉES À LA COMMUNICATION

Un responsable d’exploitation logistique communique en permanence avec son environnement


(hiérarchie, collègues, collaborateurs, clients de l’entreprise, fournisseurs, ……).

De ce fait, des aptitudes telles que :


- la capacité d’écoute,
- la facilité à travailler en équipe,
- le savoir-faire en négociation,
- la capacité à apaiser les conflits,

sont autant d'aptitudes très importantes dans la profession.

3.4.2 HABILETÉS PERSONNELLES

Ce sont des habiletés qui couvrent le domaine affectif ou traduisent des choix personnels.

On trouvera ainsi :

- la maîtrise du ressenti émotionnel


- le degré d’attention porté aux autres
- la capacité à gérer son stress
- l’impartialité
- le choix d’une éthique professionnelle
- la démarche de motivation de ses collaborateurs
- un fonctionnement en autonomie
- la maitrise de la gestion du temps
- l'équilibre de la personnalité
- le sens des responsabilités
- le souci de la sécurité, de la préservation de la santé et du respect des normes environnementales

2. SUGGESTIONS RELATIVES A LA FORMATION

Les spécialistes du métier ont fait des suggestions dans le cadre de la formation projetée de Responsable
d’exploitation logistique.

Voici les principaux axes qui, selon eux, contribueraient à une qualité optimale de la formation :

Axe 1 : Bien mettre en évidence les enjeux de la sécurité, de l'hygiène et du respect de l'environnement.

Axe 2 : Développer les aspects animation et motivation d'équipes.

Axe 3 : Maîtriser les outils informatiques de base de la logistique (logiciels abordés en formation type
WMS, modèles de base de la gestion des stocks, …).

Axe 4 : Maitriser les langues avec priorité au français et à l'anglais.

Axe 5 : Prévoir des stages en entreprise pour familiariser les futurs responsables avec la réalité des
entreprises et du métier de "Responsable d'Exploitation Logistique".

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


44
Objet de formation D-5 :

PROGRAMME D’ETUDES

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


45
PRESENTATION DU PROGRAMME D’ETUDES

Le programme de formation « Responsable d’Exploitation en Logistique » constitue le cadre de


référence pour les formateurs pour l’exercice de leur fonction. Il délimite leurs interventions
pédagogiques en précisant les grandes orientations et les objectifs d’apprentissage à atteindre
par les stagiaires.
Ce programme est défini par compétences, formulé par objectifs et structuré en modules. Il est
conçu selon une approche globale qui tient compte à la fois de facteurs tels les besoins de
formation, la situation de travail, les finalités, les buts ainsi que les stratégies et les moyens pour
atteindre les objectifs.
Dans le programme de formation, on énonce et structure les compétences minimales que le
stagiaire doit acquérir pour obtenir son diplôme. Ce programme de formation doit servir de
référence pour la planification de la formation et de l’apprentissage ainsi que pour la
préparation du matériel didactique et du matériel d’évaluation.
La durée du programme de formation est de 1700 heures.
1120 heures sont consacrées à l’acquisition de compétences liées directement à la maîtrise des
tâches du métier et 580 heures à l’acquisition de compétences transversales.
Le programme de formation est divisé en 21 modules dont la durée varie de 30 à 360 heures.
Cette durée comprend le temps requis pour l’évaluation des apprentissages aux fins de
l’obtention du diplôme.
Dans ce contexte d’approche globale, trois documents accompagnent le programme de
formation : le Guide pédagogique, le Guide d’évaluation et le Guide d’organisation
pédagogique et matérielle.
Ce programme de formation a été élaboré en 2011.

VOCABULAIRE

Programme de formation professionnelle


Un programme est un ensemble cohérent de compétences à acquérir, formulé en termes d’objectifs et
découpé en modules. Il décrit les apprentissages attendus du stagiaire en fonction d’une performance
déterminée. Ses objectifs et son contenu sont obligatoires.

Buts de la formation
Les buts de la formation sont les énoncés des intentions éducatives retenues pour le programme. Il s’agit
d’une adaptation des buts généraux de la formation professionnelle pour un programme de formation
donné.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


46
Compétence
Pouvoir d‘agir, de réussir et de progresser qui permet de réaliser adéquatement des tâches ou des
activités et qui résulte d’un ensemble intégré de connaissances, d’habiletés, d’attitudes et de
comportements.

Compétence spécifique (ou particulière)


Compétence qui porte sur une tâche du métier ou de la profession et qui rend la personne apte à assurer
avec efficacité la production d’un bien ou d’un service de qualité.

Compétence transversale (ou générale)


Compétence qui porte sur une activité de travail ou de vie professionnelle qui déborde du champ
spécifique des tâches du métier visé; compétence qui peut être transférable à plusieurs activités de
travail.

Objectifs généraux
Les objectifs généraux servent à catégoriser les compétences à faire acquérir par le stagiaire. Ils servent
à orienter et à regrouper les objectifs opérationnels.

Objectifs opérationnels
L’objectif opérationnel est défini en fonction d’un comportement relativement fermé et décrit les actions
et les résultats attendus du stagiaire. Il comprend cinq composantes :
- Le comportement attendu qui présente la compétence.
- Les conditions d’évaluation qui renseignent sur les conditions qui prévalent au moment de l’évaluation
de certification : contexte, matériel, etc.
- Les critères généraux de performance qui définissent des exigences liées à l’accomplissement d’une
tâche ou d’une activité et donnent des indications sur le niveau de performance recherché ou sur la
qualité globale d’un produit ou d’un service. Ils sont également rattachés à l’ensemble ou à plusieurs
précisions sur le comportement attendu.
- Les précisions sur le comportement attendu qui décrivent des éléments essentiels à la compréhension
de la compétence.
- Les critères particuliers de performance qui définissent des exigences à respecter et accompagnent
chacune des précisions sur le comportement. Ils permettent également de porter un jugement rigoureux
sur l’atteinte de la compétence.

Module de formation
Subdivision autonome d’un programme de formation professionnelle formant en soi un tout cohérent et
signifiant.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


47
1 - Synthèse du programme de formation

Titre du programme : RESPONSABLE D'EXPLOITATION LOGISTIQUE


Nombre de modules : 20
Durée en heures : 1700
Code du programme : REL

DUREE
CODE N° TITRE DU MODULE
(heures)
REL 1 Métier et formation 30

REL 2 Environnement logistique de l’entreprise 30

REL 3 Communication en français dans le milieu de travail 60

REL 4 Communication en anglais dans le milieu de travail 60

REL 5 Informatique bureautique 100

REL 6 Fondements du management de la qualité 70

REL 7 Tableaux de bord d’activité 40

REL 8 Règles d’hygiène et de sécurité 50


Moyens de manutention, équipements de stockage et
REL 9 70
infrastructures
REL 10 Informatique appliquée à la gestion d’entrepôt WMS 110

REL 11 Techniques d’organisation des métiers de la logistique 70

REL 12 Opérations de réception des produits 110

REL 13 Gestion physique de stocks et des implantations 90

REL 14 Opérations de préparation de commandes 90

REL 15 Opérations d’expédition 90

REL 16 Fiabilité des stocks 50

REL 17 Gestion des moyens humains 120

REL 18 Elaboration et gestion des budgets de fonctionnement 70

REL 19 Techniques de recherche d’emploi. 30

REL 20 Intégration dans le milieu de travail 360

00

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


48
BUT DU PROGRAMME DE FORMATION

Le programme de formation «  RESPONSABLE d’EXPLOITATION LOGISTIQUE » vise à former des


personnes aptes à exercer la fonction de Responsable d’Exploitation Logistique que l’on peut trouver
sous d’autres appellations dans les entreprises :
Responsable logistique, Responsable d'entrepôt, Responsable de magasin et de type de magasin
(matières premières, produits finis ou autres magasins spécifiques), Chef de magasin, Gestionnaire de
magasin, Gestionnaire d’entrepôt.

Le RESPONSABLE d’EXPLOITATION LOGISTIQUE est responsable de la bonne marche et des


résultats de l'entrepôt ou du magasin dont il a la charge.
Il bénéficie habituellement d'une large autonomie dans son travail.

Les résultats recherchés au terme de la formation couvrent plus précisément la responsabilité de


l’exécution des tâches suivantes :

 Au niveau du fonctionnement de l'entrepôt :

- Contrôler les opérations de réception des produits.


- Superviser la gestion des stocks et des implantations.
- Contrôler les opérations de préparation des commandes
- Contrôler les opérations d’expédition
- Etablir les budgets de fonctionnement.
- Mettre en place les tableaux de bord de l’activité.
- Garantir la fiabilité des stocks.
- Gérer le personnel.
- Gérer les moyens de manutention, les équipements de stockage et les infrastructures.

 Au niveau des résultats :

L'atteinte des objectifs fixés en matière de :

- Niveau des stocks et immobilisations correspondantes,


- Délais de circulation des produits,
- Qualité des prestations "clients",
- Progrès continus réalisés.
- Optimisation de l’exploitation du site logistique.

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


49
Conformément aux buts généraux de la formation professionnelle, le programme de formation
« RESPONSABLE d’EXPLOITATION LOGISTIQUE » vise à :

1. Rendre la personne efficace dans l'exercice de sa profession, soit :


- lui permettre de réaliser correctement, avec des performances acceptables au seuil d'entrée sur le
marché du travail, les tâches et les activités inhérentes à la profession,
- lui permettre de développer des habiletés intellectuelles et techniques qui entraînent des choix judicieux,
- lui permettre de développer une préoccupation constante de la santé et de la sécurité au travail,

2. Favoriser l'intégration de la personne à la vie professionnelle, soit :


- lui faire connaître le marché du travail en général ainsi que le contexte particulier de la profession
choisie,
- lui faire connaître ses droits et ses responsabilités comme travailleur,
- lui permettre d’employer ses compétences dans n’importe quel contexte logistique (agilité technique),

3. Favoriser l'évolution de la personne et l'approfondissement des savoirs professionnels :


- lui permettre de comprendre les concepts reliés aux techniques et aux outils de travail utilisés,
- lui permettre de développer son autonomie et sa capacité d’apprendre ainsi que d’acquérir des
méthodes de travail,
- lui permettre de développer sa faculté d’expression, sa créativité, son sens de l’initiative, son esprit
d’entreprise et son esprit d’équipe,
- lui permettre de contribuer à l’atteinte des objectifs définis par la stratégie de l’Entreprise ;

4. Favoriser la mobilité professionnelle de la personne, soit :


- lui permettre d’adopter une attitude positive,
- lui permettre de se donner des moyens pour gérer sa carrière,
- lui enseigner des techniques solides et pérennes,
- lui permettre de connaître les filières possibles pour son évolution professionnelle.

3. Compétences visées et matrice des compétences


Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »
50
La matrice des compétences est un tableau qui présente l'ensemble structuré des compétences en
mettant en relation les compétences transversales (ou générales) et les compétences spécifiques (ou
particulières).

1-Contenu de la matrice
La matrice des compétences comprend :

- Sur l’axe horizontal, les compétences transversales qui portent sur des activités communes à différentes
tâches ou à différentes situations. Elles portent, notamment, sur l'application de principes scientifiques et
technologiques liés à la fonction de travail;
L’axe horizontal met aussi en évidence les grandes étapes du processus de travail propre à l’exercice de
la fonction.
- Sur l’axe vertical, les compétences spécifiques qui visent l'exécution des tâches et des activités de la
fonction de travail;
- le nombre d'objectifs et la durée de la formation.

2- Structure de la matrice
La matrice des compétences permet de voir les liens qui existent entre les compétences transversales et
les compétences spécifiques.

Le symbole O indique la présence d'un lien entre une compétence transversale et une compétence
spécifique.
Le symbole Δ indique la présence d'un lien entre les compétences spécifiques et une étape du
processus.
Des symboles noircis (●▲) indiquent en plus que l’on tiendra compte de ces liens dans le programme de
formation pour la formulation des objectifs visant l’acquisition des compétences spécifiques.

La logique suivie au moment de la conception d'une matrice influe sur la séquence d'acquisition des
compétences. Ainsi, la conception de la matrice s'est réalisée de manière à permettre d'une part une
progression dans la complexité des compétences à acquérir et, d'autre part, l'établissement de liens
favorisant l'intégration des compétences.

Cette matrice propose pour ce programme de formation 10 compétences spécifiques à développer


totalisant 1120 heures, et 9 compétences transversales totalisant 580 heures pour une formation totale
d'une durée de 1700 heures

Guide de soutien « Responsable d’Exploitation en Logistique »


51
PROCESSUS

Appliquer les fondements du management

Appliquer les règles d’hygiène et de

Utiliser les techniques d’organisation des

Utiliser les dispositifs de recherche


MATRICE DES OBJETS DE FORMATION

Traiter les dysfonctionnements

NOMBRE de COMPETENCES
DUREE EN HEURES

(6)
Planifier les activités
Analyser le travail
RESPONSABLE

NUMEROS

(9)

(14)
(13)

(16)
d'EXPLOITATION

DUREE
(8)

(12)
(10)

(15)
(11)

(17)

(18)
(4)

(5)

(7)
LOGISTIQUE

COMPETENCES SPECIFIQUES

contexte de travail

gestion d’entrepôt WMS


sécurité

d’emploi
logistique

de la qualité

métiers de la logistique
de travail
(24) (32) (33) (34)
(22) (23) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (35) (36)
(19) NUMEROS
(20)
(42) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51)
(52)
(37) DUREE EN HEURES (21)
(40) (41) (43)
0
(53) (54)
(55) Se situer au regard du (57)
métier et de la formation
(56) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72)
(73) Mettre en place les (75)
tableaux de bord d’activité
(74) (76) (77) (78) (79) (80) (81) (82) (83) (84) (85) (86) (87) (88) (89) (90)
(91) Gérer les moyens de
manutention, les équipements (93)
de stockage et les
(92) (94) (95) (96) (97) (98) (99) (100) (101) (102) (103) (104) (105) (106) (107) (108)
infrastructures
(109) Contrôler les
(110) (111)
opérations de réception des (112)(113)(114) (115) (116) (117) (118) (119) (120) (121) (122) (123) (124) (125) (126)
produits
(127) Superviser la gestion
(128) (129)
physique des stocks et des (130)(131)(132) (133) (134) (135) (136) (137) (138) (139) (140) (141) (142) (143) (144)
implantations
(145) Contrôler les
(146) (147)
opérations de préparation de (148)(149)(150) (151) (152) (153) (154) (155) (156) (157) (158) (159) (160) (161) (162)
commandes
(163) Contrôler les (164) (165)
(166)(167)(168) (169) (170) (171) (172) (173) (174) (175) (176) (177) (178) (179) (180)
opérations d’expédition
(181) Garantir la fiabilité des (182) (183)
(184)(185)(186) (187) (188) (189) (190) (191) (192) (193) (194) (195) (196) (197) (198)
stocks
(199) Gérer les moyens (200) (201)
Programme de formation « Technicien en Logistique » humains (202) (203)(204) (205) (206)(207) (208) (209) (210) (211) (212) (213) (214) (215) (216)
(217) Etablir let gérer les (218) (219) 52
OBJECTIFS GENERAUX

Les objectifs généraux du programme de formation Responsable d'Exploitation Logistique sont présentés ci-après.
Ils sont accompagnés de l'énoncé des compétences liées à chacun des objectifs opérationnels qu'ils regroupent.

Développer les compétences nécessaires pour une intégration harmonieuse au milieu de formation et au milieu de
travail.

C1 / Se situer au regard du métier et de la formation


C2 / Situer l'entreprise et son environnement logistique
C3 / Communiquer en français
C4 / Communiquer en anglais
C19 / Utiliser les dispositifs de recherche d’emploi
C20 / S’intégrer dans le milieu du travail

Développer les compétences nécessaires pour l'application des règles, des méthodes et des principes essentiels à la pratique
du métier.

C5 / Utiliser les outils bureautiques


C6 / Appliquer les fondements du management de la qualité
C7 / Mettre en place les tableaux de bord d’activité
C9 / Gérer les moyens de manutention, les équipements de stockage et les infrastructures
C10 / Utiliser les outils informatiques de gestion d’entrepôt WMS
C11 / Utiliser les techniques d’organisation des métiers de la logistique
C12 / Contrôler les opérations de réception des produits
C13 / Superviser la gestion physique de stocks et des implantations
C14 / Contrôler les opérations de préparation de commandes
C15 / Contrôler les opérations d’expédition
C16 / Garantir la fiabilité des stocks
C17 / Gérer les moyens humains
C18 / Etablir les budgets de fonctionnement

Développer les compétences nécessaires à une exécution sécuritaire des tâches.

C8 / Appliquer les règles d’hygiène et de sécurité

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique 53


Objet de formation E-6 :

L’EVALUATION

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique 54


EVALUATION DES APPRENTISSAGES ET SANCTION DES ETUDES

La compétence, en formation professionnelle, se définit comme le pouvoir d’agir, de réussir et de progresser, qui
permet de réaliser adéquatement des tâches ou des activités de travail et qui se fonde sur un ensemble organisé de
savoirs.
Puisque la compétence se définit de façon multidimensionnelle, son évaluation se doit de l’être également, toutes les
dimensions importantes d’une compétence sont donc considérées au moment d’en évaluer l’acquisition.
Ainsi, l’évaluation porte sur les connaissances, les habiletés, les perceptions et les attitudes sur lesquelles se fonde la
compétence. Tous les critères de performance d’un programme doivent être atteints et évalués en cours de formation
ou aux fins de sanction.
Le mode d’évaluation privilégié en formation professionnelle est de type critérié. Cette évaluation permet d’établir si
le stagiaire a atteint le niveau requis, en matière de performance, au regard d’une tâche et ce, en fonction de critères
précis.
Il s’agit donc de vérifier dans quelle mesure un stagiaire a atteint une compétence déterminée dans le programme de
formation, selon les critères de performance du programme et selon les critères définis pour l’évaluation.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique 55


TABLEAU D’ANALYSE DU PROGRAMME

Appr. : Temps d’apprentissage en % 

Éval.  : Pondération de l’évaluation

P  : Epreuve pratique

C  : Epreuve de connaissances pratiques (théorique)

TABLEAU DE SPECIFICATIONS

St  : Stratégie d’évaluation

Pt  : Produit

Ps  : Processus

Pond. : Poids relatif

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique 56


TABLEAU D’ANALYSE DU PROGRAMME

Titre du programme : Technicien en logistique Code : TL01


N° et titre du module : 01 – Métier et formation Durée : 30 heures.

Comportement Décrire le métier et la formation


attendu :

P
Objets possibles Appr.% Éval. Aspects observables ou thèmes de connaissances
ou C
C
Recueillir de l’information sur le marché du travail 30 40 Définition de la logistique et information sur le secteur de la
logistique

Recueillir de l’information sur la nature et les exigences 20 - Informations recueillies sur la nature et les exigences de l’emploi
de l’emploi.
C
Décrire les tâches propres à l’exercice de technicien en 25 40 Rapport sur les tâches propres à l’exercice de technicien en logistique
logistique
C
Recueillir de l’information sur le programme et la 15 20 Informations recueillies sur le programme
démarche de formation

Distinguer les différents modes d’évaluation. 10 - Distinction des modes d’évaluation

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique 57


TABLEAU DE SPECIFICATIONS - EPREUVE PRATIQUE

Titre du programme : Technicien en logistique Code : TL01


N° et titre du module : 01 – Métier et formation Durée : 30 heures.
Comportement Décrire le métier et la formation
attendu :

Objets d'évaluation St Aspects observables Pond. Éléments Critères Pond.

Recueillir de l’information sur le PT 1. Définition de la logistique et 40 1.1 Définition de la logistique 20


marché du travail information sur le secteur de la
1.2 Information sur le secteur de la logistique 20
logistique

Décrire les tâches propres à PT 2. Rapport sur les tâches propres à 40 2.1 Description des différents flux en logistique 20
l’exercice de technicien en l’exercice de technicien en
logistique 2.2 Détermination des différentes tâches 20
logistique

Recueillir de l’information sur le PT 3. Informations recueillies sur le 20 3.1 Information sur les compétences 10
programme et la démarche de programme
formation 3.2 Information sur la démarche de formation 10

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique 58


RAPPORT DE DONNEES RECUEILLIES

Titre du programme : Technicien en logistique Code : TL01


N° et titre du module : 01 – Métier et formation Durée : 30 heures.
Comportement Décrire le métier et la formation
attendu :

Description de la tâche La tâche consiste à élaborer deux rapports : un qui précise le secteur d’activité et les emplois exercés en logistique et un
autre qui précise certaines données sur le projet de formation.
Nombre de stagiaires Tout le groupe
Durée de l’épreuve 1 heure
Seuil de réussite 70%

Précisions sur les éléments critères

Matériel nécessaire

Consignes particulières Cette épreuve doit être réalisée en salle de cours.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique 59


FICHE D’EVALUATION

Responsable d’Exploitation en Logistique


Code du module :
01 – Métier et formation
TL01
Variante :
Nom stagiaire :………………………………………………..
Établissement : ………………………………………….
Date de passation de l’épreuve : …………………………..
Signature du formateur : ……………………………………..

OBSERVATIONS  Résultat
PREMIERE ETAPE : Recueil d’information sur le secteur de la logistique

1. Définition de la logistique et information sur le secteur


1.1 Définition de la logistique …. /20
- Notion de délai
- Notion de coût
- Notion de service

1.2 Information sur le secteur de la logistique …. /20


- Evolution de la logistique
- La chaine logistique

DEUXIEME ETAPE : Décrire les fonctions et les tâches propres à l’exercice de


technicien en logistique
2. Rapport sur les tâches propres à l’exercice de technicien en logistique
…. /20
2.1 Description des différents flux en logistique
- Physique
- Information
- Financier
- Interne/externe
2.2 Détermination des différentes tâches …. /20
- Réception
- Préparation de commandes
- Expédition
- Gestion des stocks
TROISIEME ETAPE : Recueillir de l’information sur le programme et la démarche
de formation
3. Information recueillie sur le programme
3.1 Information sur les compétences …. /10
3.2 Information sur la démarche de formation …. /10

TOTAL …. /100

Remarques : …………………………………………………………………………………………………

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique 60


ENTREPRISE ET LOGISTIQUE

I> L’ENTREPRISE ET SON ENVIRONNEMENT

La satisfaction des besoins nécessite la création de produits qui peuvent être des biens ou
des services

Produit = bien ou service

de consommation industriels

besoins fréquents occasionnels

alimentaires non alimentaires

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


61
La création de produits nécessite une production génératrice de richesses

4 secteurs d’activité peuvent être identifiés :

Secteur primaire : entreprises d’extraction de matières premières,


pêche, agriculture

Secteur secondaire : industries de transformation, BTP

Secteur tertiaire : commerce, services, transport

Secteur quaternaire : services liés à l’information (informatique,


médias, communication)

Classification des entreprises

Les entreprises peuvent être répertoriées selon plusieurs critères :

• Leur taille (effectifs, CA, résultat, nombre d’implantations…

• Leur secteur d’activités

• Leur forme juridique (SA, SARL, SNC,…)

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


62
L’organisation de l’entreprise
L’organisation de l’entreprise est fonction de la volonté de ses dirigeants, de son secteur d’activités, de son
positionnement sur son ou ses marchés, des relations qu’elle entretient avec ses partenaires (clients,
fournisseurs, sous-traitants,…)

Les relations dans l’entreprise sont en partie retracées au travers de l’organigramme.


Il convient de distinguer :
- les liaisons hiérarchiques
- les liaisons fonctionnelles
- les liaisons de coopération
- les liaisons d’information

Exemples d’organisations

D ir e c t io n G é n é r a le

M a r k e t in g P r o d u c t io n F in a n c e Personnel

S .A .V . A chats R echerche L o g is t iq u e
D é v e lo p p e m e n t

Autre exemple 1
D i r e c t i o n g é n é r a le

A c h a ts P r o d u c tio n C o m m e r c ia l F in a n c e

T ra n s p o rt M P M a n u t e n t io n V e n te s G e s t io n d e s s to c k s
M é th o d e s

S to c k a g e M P F a b r ic a t io n F a c t u r a t io n I n f o r m a t iq u e

R é c e p t io n S to c k a g e P F T ra n s p o rt
liv r a is o n

T ra n s p o rt S .A .V
u s in e -d é p o ts

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


63
Autre exemple 2

D i r e c t i o n g é n é r a le

F o n c t io n F o n c t io n F o n c t io n F o n c t io n
in d u s t r ie lle L o g is t iq u e M a r k e t in g F in a n c iè re

R e c h e rc h e M é th o d e E tu d e s G e s t io n
D é v e lo p p e m e n t o r g a n is a t io n lo g is t iq u e d e m a rc h é s f in a n c iè re

I n d u s t r ia l i s a t i o n A chat C o m m e r c ia l C o m p t a b ilité
tra n s p o rt v e n te s

A chat M P A p p r o v is io n n e m e n t A chat
G e s t io n d e s s t o c k s d e n é go ce

F a b r ic a t io n D is t r ib u t io n
p h y s iq u e

Exemple d’organisation logistique

Conditionnement/emballages
Expédition

Mise en stock

Préparation de commandes
Réception

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


64
LES 9 PHASES DU CIRCUIT MARCHANDISES

Un peu d’histoire……

Quelles sont les origines de la logistique ?

Qu’est-ce que la logistique ?

LA LOGISTIQUE MILITAIRE 1842

La science du raisonnement et du calcul appliquée à la technique militaire : combinaison des


plans pour mouvoir et ravitailler les armées, le choix du terrain, des places fortes, etc.

« Art de combiner tous les moyens de transport, de ravitaillement et de logement des


troupes ».

Définition de l’ASLOG (Association française pour la Logistique)

La logistique est l’ensemble des activités ayant pour objet la mise en place au moindre coût
d’une quantité déterminée d’un produit à l’endroit et au moment où une demande existe.

Définition du Comité Européen de Normalisation

« La logistique est la planification, l’exécution et la maîtrise :


Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
65
- des mouvements et mises en place des personnes et des marchandises,
- et des activités relatives à ces mouvements et mises en place au sein d’un système
organisé pour atteindre des objectifs spécifiques ».

Ainsi, la logistique peut être définie en terme de moyens et d’outils comme la discipline
qui consiste à gérer et réguler :

 les flux physiques

 les flux d’informations

 les flux financiers

 le temps dans l’entreprise

Les flux physiques

Lorsque l’on parle de flux physique, il n’est pas uniquement question de transport. Il sera aussi
question de la manutention à l’intérieur des entrepôts afin d’analyser si la manutention est
réalisée et planifiée correctement, s’il y a des temps morts et s’il manque d’effectifs.

Le flux d'information

Afin de réaliser les différentes étapes du flux physique, il est essentiel de détenir certains
renseignements. Par exemple, pour effectuer le processus de gestion et de réception des
stocks, vous aurez obligatoirement besoin de prévisions pour les semaines à venir dans le but
de bien planifier au niveau des ressources.

- les prévisions
Les prévisions servent à avoir un aperçu de la marchandise qui va entrer à la réception pour
bien orienter la manutention afin d’entreposer cette marchandise aux bons endroits.

- La relance
La relance consiste en fait à faire des démarches pour renouveler les stocks de l’entreprise
lorsque ceux-ci commencent à baisser drastiquement.

- La préparation des transports


Il s’agit de déterminer quel type de véhicule sera utilisé pour la livraison, le personnel
nécessaire et comment sera chargé le véhicule afin d’effectuer cette livraison.

- La planification de la production
Il est important de connaître le type de produit ainsi que la quantité qui sera fabriquée par le
département de production dans les prochaines semaines afin que les autres départements,
comme l’emballage et la livraison, puissent prévoir la charge de travail à venir.

- Programmation de l’approvisionnement
Afin de prévoir quand certains produits pourront entrer en production, il est primordial de
connaître le moment où la réception des matières premières de vos fournisseurs se fera.

Il faut donc important de recueillir de l’information sur la situation des différents départements
au sein de l’organisation afin d’intégrer les services à l’intérieur du flux d’information de
l’entreprise.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


66
La fonction logistique

Ensemble des activités ayant pour objet la mise à disposition au moindre coût, de la qualité
d’un produit, à l’endroit et au moment ou une demande existe.

C’est aussi la gestion systématique de l’ensemble des activités inhérentes au déplacement


des matières, des produits en-cours, de fabrication et des produits finis à partir de la source des
approvisionnements jusqu’à la destination des livraisons, dans le respect des contraintes de
coûts et des niveaux de services prévus.

La chaîne logistique et ses maillons

Elle permet une planification, une exécution et une gestion des flux physiques, flux
d’informations et financiers du fournisseur au client final pour une meilleure satisfaction du client
et de la stratégie de l’entreprise.

Pour assurer le bon fonctionnement de l’entrepôt, chaque zone d’activité doit être identifiée
avec une grande rigueur. Nous pouvons identifier 5 principales zones d’activité :

- la zone « réception de marchandises »


- la zone « stockage »
- la zone « préparation de commandes »
- la zone « conditionnement/emballages »
- et la zone « expédition ».

Présentation des activités de la chaîne logistique

La réception : de quoi s’agit-il ?

 Recevoir des marchandises

 Contrôler
- Réception quantitative : nombre, aspect, genre emballage
- Réception qualitative1 : conformité des produits aux spécifications ou aux échantillons

 Accepter, accepter avec réserves, refuser (il faut en effet que les quantités annoncées
soient reconnues exactes et que l’aspect extérieur de l’envoi soit conforme).

 Informer (approvisionnement, achats, comptabilité)

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


67
Le stockage

Le stock d’un article est une certaine quantité de produit que l’on maintient pendant une
certaine période en prévision d’une consommation qui peut émaner de personnes faisant partie
de l’entreprise ou extérieures à l’entreprise.

On distingue le stockage banalisé et le stockage affecté

Le stockage banalisé

Les palettes ou colis sont rangés dans des emplacements immédiatement disponibles. Aucun
lieu de stockage n’est spécifiquement réservé à un article. Cette méthode assure un bon
coefficient de remplissage de l’entrepôt.

A contrario, le stockage est affecté lorsque des palettes ou colis sont rangés dans des
emplacements prévus à l’avance ou réservés.

Rôle des stocks

Stocks
Matières premières
et consommables

Stocks
En cours

Stocks
Produits finis

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


68
La préparation de commandes

Les deux principaux objectifs recherchés dans la préparation de commandes, sont de satisfaire
la demande du client, au coût économique optimum.

Il faudra pour cela atteindre le niveau de service exigé par le client :

- livrer les bonnes références,


- en quantité voulue,
- en qualité souhaitée (en bon état),
- dans les délais exigés par le client

Le conditionnement/emballage

Le conditionnement

Enveloppe matérielle du produit qui le protège et le met en valeur.

Des distinctions existent parfois entre le conditionnement, première enveloppe du produit en


contact direct avec lui, et l’emballage secondaire ou
de regroupement qui permet le stockage et le transport

En libre-service, le conditionnement est le premier élément «vendeur» du produit.

L’emballage

Tout ce qui sert à emballer (papier, carton, caisse).


En logistique et transport, tout ce qui permet de rendre le produit manutentionnable et
transportable, par différence avec le conditionnement.

L’expédition

C’est l’ensemble des opérations par lesquelles le service expédition transfère des
marchandises vers un destinataire qui en a préalablement passé la commande.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


69
Présentation des métiers de la logistique
 
Derrière l’appellation « Logistique », se dissimule l’organisation matérielle des activités d’une
entreprise. Ainsi, la logistique a pour but de coordonner toutes les activités liées à la circulation
des marchandises en intervenant dans les domaines de l’approvisionnement, de la production,
de la manutention, du conditionnement, de l’emballage, du stockage, de l’entreposage, de la
distribution et ce, jusqu’à la livraison à travers l’étude des moyens de transport à utiliser.
 
Travailler dans le domaine de la logistique, c’est donc occuper un emploi dans ces différents
secteurs d’activité et ce, à quelque niveau de qualification que ce soit, en ayant toujours à
l’esprit le respect des procédures, des règles d’hygiène et de sécurité, avec le souci de la
satisfaction du client et de la conservation des produits.
 
Si les postes proposés peuvent être très variés (de celui de magasinier à celui de responsable
logistique ou d’exploitation du transport, en passant par le responsable transit, magasin ou
d’entrepôt), il en sera de même des conditions de travail qui seront fort différentes selon le type
de poste occupé et aussi d’une entreprise à une autre.

DIRECTEUR DE SITE(S) LOGISTIQUE(S) (Entrepôts ou plates-formes) :

Optimise l’exploitation des entrepôts ou plates-formes dans un souci de satisfaction de la


clientèle et de performance économique dans le respect des réglementations.
Conseille et apporte son expertise à sa hiérarchie et aux opérationnels.
Prend les décisions relatives à la mise en œuvre, au respect et à l’application des règles
d’hygiène, sécurité et conditions de travail.
NOTA : Lorsque l’emploi s’exerce sur un site logistique de plus de 50 salariés, ou lorsque ce
site est« multi-clients », ou lorsque l’emploi s’exerce sur deux ou plusieurs sites, il est attribué le
coefficient le plus élevé de l’emploi.

DIRECTEUR CONDITIONNEMENT Á FAÇON :

Détermine les techniques et matériels à mettre en oeuvre en vue d'assurer les prestations de
sur emballage ou d'habillage des produits clients.
Rédige les cahiers des charges, sélectionne les fournisseurs et réceptionne les matériels.
Détermine l’implantation des ateliers et assure leur approvisionnement en fluides et prévoit les
équipements de maintenance.
S'assure que l'atelier est en mesure de répondre aux spécifications qualité du cahier des
charges client ou en l'absence de ce dernier, prend toute disposition assurant un résultat
conforme.
Connaît la mécanisation des emballages et l'adaptation des matériaux aux produits, aux
machines et aux résultats souhaités (productivité, qualité et rentabilité).

DIRECTEUR D'EXPLOITATION LOGISTIQUE :

Dirige et anime le personnel d'exploitation en fonction des objectifs fixés par sa hiérarchie.
Fait des propositions en vue d'améliorer la qualité, la rentabilité et la sécurité.
Optimise les moyens tant humains que matériels.
Analyse, définit et met en place les besoins structurels d'exploitation en accord avec sa
hiérarchie. Rend compte à sa hiérarchie et aux clients selon formulaires (tableaux de bord,
etc...).
Se conforme aux procédures et instructions en vigueur dans l'entreprise et les fait respecter.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


70
CHEF D'EXPLOITATION LOGISTIQUE

Dirige et anime le personnel d'exploitation en fonction des objectifs fixés par sa hiérarchie.
Optimise les moyens tant humains que matériels.
Rend compte à sa hiérarchie selon formulaires (tableaux de bord, etc...).
Se conforme aux procédures et instructions en vigueur dans l'entreprise et les fait respecter.

CHEF DE PROJET (Méthodes ou études logistiques) :

Définit et assure la mise en oeuvre des études techniques permettant d'améliorer la rentabilité,
l'efficacité et la qualité des prestations.
Assiste les opérationnels dans cette démarche.

CHEF DE QUAI LOGISTIQUE :

Planifie, organise et contrôle les activités du quai de réception et d'expédition des produits.
Assure la qualité de traitement de l'information sur les flux de marchandises.
Anime une équipe d'opérateurs.
Fait respecter les règles de sécurité et d'utilisation des engins de manutention.
S'assure de la propreté de l'entrepôt.
Participe aux inventaires.

CHEF D'ÉQUIPE LOGISTIQUE :

Anime une équipe d'opérateurs qui interviennent dans les domaines de la réception et / ou du
stockage, et / ou de la préparation de commandes, et / ou de l'expédition des produits et / ou du
conditionnement à façon.
Organise et contrôle conformément au cahier des charges client et aux procédures internes.
Organise les inventaires.
Rend compte de la bonne gestion des produits confiés et des moyens mis en oeuvre.
S'assure de la propreté et de la sécurité de l'entrepôt.

GESTIONNAIRE DE STOCKS

Traite les commandes et retours directs.


Classe et archive les dossiers.
Organise les inventaires.
Gère les stocks produits (physique et informatique).
Informe sa hiérarchie et son client en cas de non conformité et met en place les actions
préventives et / ou correctives.
Utilise et maîtrise l'outil informatique et tous les documents relatifs aux stocks.

RESPONSABLE MAINTENANCE D'ENTREPÔT LOGISTIQUE :

Planifie, organise et contrôle les actions d'entretien préventif et curatif sur l'ensemble des
machines, équipements et installations de l'établissement en fonction de son domaine de
compétence technique etde son périmètre d'affectation.
Gère la sous-traitance des interventions techniques.
Anime une équipe de techniciens et agents de maintenance.
Assure le maintien au bon niveau de compétence de son équipe et rend compte des actions
conduitesdans le cadre du plan de maintenance, dans le respect de la sécurité et des limites
budgétaires.
NOTA : suivant l'importance de l'entrepôt, il assure en partie ou en totalité ces missions.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


71
RESPONSABLE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ :

Met en place les dispositions de certification ISO et entretient le système de management de la


qualité.
Développe, adapte et f ait respecter le plan assurance qualité du ou des clients en fonction du
cahier des charges et réalise toute tâche imprévue nécessitant une action afin d'améliorer la
qualité.
Valide et met en place les procédures, instructions et documents relatifs à la qualité.
Informe et sensibilise tout le personnel aux actions de qualité.
Planifie, coordonne et / ou réalise les audits internes.
Tient à jour les tableaux de bord qualité.
Rend compte à la hiérarchie de l’évolution du système qualité.

CORRESPONDANT DU RESPONSABLE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ :

Connaît la norme de certification et celle du système qualité groupe.


S'assure de l'application, du contrôle et du suivi des procédures.
Met à jour la documentation qualité et est garant de la mise en oeuvre des actions correctives.
Joue le rôle de formateur, animateur auprès des opérateurs terrain.
Rend compte au Responsable Management de la qualité.

OPÉRATEUR / EMBALLEUR DE CONDITIONNEMENT/RECONDITIONNEMENT :

Réalise toutes les opérations de conditionnement, sur chaînes ou non, en respectant les
spécifications techniques et qualitatives du cahier des charges.
Réalise toutes les tâches de remise en conformité des produits détériorés lors de la
manutention ou de la préparation des produits confiés par le client.
Palettise et, si besoin, filme les palettes constituées.
Travaille en relation avec le gestionnaire de stock et lui rend compte.
Réintègre les produits reconditionnés dans le circuit de la préparation.
Peut utiliser un matériel de manutention léger.
Participe aux inventaires généraux.
Prend soin du matériel qui lui est confié et maintient sa zone de travail propre et rangée.

CONTRÔLEUR / FLASHEUR :

Effectue les contrôles quantitatifs et qualitatifs des prestations réalisées en réception,


préparation de commandes, expéditions ou conditionnement à façon.
Identifie les non conformités, remplit, annote et signe tout document de contrôle en vigueur
dans l'entreprise.
Participe aux inventaires généraux.
Effectue le suivi des colis en entrée ou en sortie avec le matériel approprié.

TECHNICIEN DE MAINTENANCE D'ENTREPÔT LOGISTIQUE :

Elabore et met à jour les consignes d'entretien.


Réalise les diagnostics de pannes sur les machines, équipements et installations de
l'établissement en fonction de son domaine de compétence technique et de son périmètre
d'affectation.
Participe aux tâches d'entretien préventif et curatif et contrôle les installations et le matériel de
manutention des entrepôts.
Assure la réception technique des nouveaux matériels et accompagne les agents de
maintenance dans la mise en route de ces équipements.
Peut être amené à animer une équipe d'agents de maintenance.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


72
AGENT DE MAINTENANCE D'ENTREPÔT LOGISTIQUE :

Exécute, sur l’ensemble des machines, équipements et installations de l’établissement, en


fonction de son domaine de compétence technique et de son périmètre d’affectation, les tâches
d’entretien en application des consignes générales d’entretien du matériel ou en réponse aux
demandes de dépannages
formulées en application des procédures édictées par son responsable hiérarchique.
Maintien en bon état d'utilisation l'outillage nécessaire à la réalisation de ses interventions.

EMPLOYÉ D'ORDONNANCEMENT :

Planifie la préparation des commandes en fonction des impératifs de livraison.

PRÉPARATEUR DE COMMANDES :

Réalise les tâches de préparation des commandes en respectant les procédures de travail
définies dans l'entreprise.
Constitue des emballages hétérogènes ou homogènes dans le respect des règles de
préparation.
Prend soin du matériel et des produits mis à sa disposition.
Participe aux inventaires.
Maintient sa zone de travail propre et rangée.

RESPONSABLE OU SUPERVISEUR DE LIGNES :

En complément de l'ensemble des tâches incombant à l'opérateur / emballeur de


conditionnement /re conditionnement, il effectue ou dirige la réalisation des commandes en
respectant les procédures de travail définies dans l'entreprise.
Peut coordonner l'activité de plusieurs opérateurs.
Prend soin du matériel mis à sa disposition, sous couvert , lorsqu'elle est nécessaire, d'une
autorisation de conduite.
Participe aux inventaires généraux.
Maintient sa zone de travail propre et rangée.
Détecte, signale ou traite les anomalies qu'il constate dans la limite de ses responsabilités.

OPÉRATEUR DE LIGNE :

En complément de l’ensemble des tâches incombant à l’opérateur / emballeur


déconditionnement / re conditionnement, il exécute la réalisation des commandes en respectant
les procédures de travail définies dans l entreprise.
Prend soin du matériel mis à sa disposition, sous couvert, lorsqu'elle est nécessaire, d'une
autorisation de conduite.
Participe aux inventaires généraux.
Maintient sa zone de travail propre et rangée.
Détecte ou signale les anomalies qu’il constate dans la limite de ses responsabilités.

CARISTE :

Cariste 1er degré

Effectue tout mouvement de palettes dans l'enceinte de l'établissement (déchargement,


chargement, stockage ou déstockage) et participe aux préparations de commandes.
Conduit des engins automoteurs de manutention à conducteur porté dans le respect des règles
de circulation et de sécurité suivant les catégories définies à l'annexe 1 de la Recommandation
R 389.
Remplit tout document propre à ses activités.
Détecte et signale les anomalies qu'il constate sur le matériel dans la limite de ses
responsabilités.
Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
73
Cariste 2ème degré

Même définition que pour le cariste 1er degré, mais assure seul la répartition des marchandises
qu’il transporte.

CARISTE EN PRESTATIONS LOGISITIQUES :

Procède à l’ensemble des opérations effectuées par les caristes 1er et 2ème degré au moyen
d’engins :bi ou tri directionnels, à prise latérale, à poste de conduite élevable, à mât rétractable
et / ou équipés d’informatique embarquée.
Procède à toutes les opérations nécessaires aux préparations de commandes.

ASSISTANT INVENTAIRE :

Sous la responsabilité d'un chef d'équipe logistique, il effectue tout inventaire demandé et
assure des inventaires tournants sur une ou plusieurs références, afin de garantir la conformité
des stocks tant physiques que théoriques.
Utilise l'outil informatique et tous documents relatifs aux stocks.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


74
FONCTION MAGASINAGE

PREAMBULE

Avant même d'aborder la fonction magasinage, il importe de définir son rôle, sa place dans
l'économie.

La distribution ainsi que la production occupent dans l'économie moderne une place
prépondérante ; or, c'est à ces deux activités que se rattache inévitablement la fonction
magasinage.

De l'évolution des systèmes de production et de distribution découle un ajustement permanent


de la fonction magasinage.

Ceci provoque des modifications de structure, d'implantation, de matériel... qui entraînent des
investissements qu'il convient de contrôler et non de subir.

Jusqu'à ces dernières années, la fonction magasinage était considérée comme élément
secondaire de la production ou de la distribution. Les installations, moyens utilisés,
étaient rudimentaires. Le personnel était plus ou moins formé ou apte (exemple : ouvrier
de fabrication accidenté, diminué physiquement transféré au magasin).

Actuellement, on s'aperçoit que la fonction magasin est un rouage à part entière de l'entreprise
et vital pour sa prospérité.

Les propos qui vont suivre ont pour but de mettre en évidence cet état de fait.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


75
A. NOTIONS FABRICATION - DISTRIBUTION

 Fabrication

C'est la transformation physique des matières, l'assemblage des pièces et éléments conduisant
à la réalisation de produits finis ou semi-finis.

 Distribution

La distribution consiste à acheminer un produit de son point d'élaboration (fabrication) à son


point d'utilisation (consommation) par divers canaux dits de distribution.
Il est acheminé par étapes successives constituant les maillons de la chaîne de distribution.
Le nombre des maillons varie selon les intermédiaires.

B. I - CARACTERISTIQUES GENERALES DE LA FONCTION

1.1. Origine

Le terme magasin provient du mot arable "MAKHAZIN" qui signifie lieu d'entrepôt. Les
arabes y entreposaient leur trésor pour le préserver des pillards.

1.2. Définition

Le magasin est un espace dans lequel on accumule des marchandises en vue de leur utilisation
ultérieure. L'accumulation de ces produits constitue un "Stock".
Le magasin est un lieu équipé et préparé pour assurer des fonctions physiques telles que :

 recevoir
 ranger des produits
 conserver
 distribuer

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


76
Le magasin peut être comparé à une caisse de banque qui, au lieu de détenir des valeurs en
espèces, abrite des valeurs matérielles sous la forme de matières, matériels, produits.

1.3. Principes de fonctionnement

Le fonctionnement d'une caisse de banque est caractérisé par :

 une seule personne effectue les manipulations d'argent (caissier)


 ces manipulations se traduisent par :
- des entrées (dépôt d'argent),
- des sorties (retrait d'argent).

Tous ces mouvements étant effectués à l'aide de documents.

Transposons cet exemple au magasin, il en résulte :

a) Règle : les mouvements entrées et sorties doivent être contrôlés par un magasinier à l'aide
de documents. Il faudra pour cela que le magasin ait été conçu de telle manière que l'accès soit
interdit à toutes personnes étrangères au service. Ce qui implique une aire ou un local clos.

b) Schéma de fonctionnement

C. II - FRAIS ENTRAINES PAR UN MAGASIN

 Le magasinage est une opération indirectement productive qui n'apporte rien à la valeur
intrinsèque du produit (sauf quelques exceptions connues : matières premières, vins) mais qui
entraîne des frais.

 Pour accumuler, stocker des marchandises, il faut disposer de terrains, de bâtiments.

Des matériels ou personnel sont nécessaires pour ranger les produits.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


77
L'utilisation d'équipements peut être envisagée ; le chauffage, l'électricité, le téléphone sont
également des charges à supporter tout comme vous les supportez vous-même dans votre
propre habitation.

Les différents frais peuvent se décomposer comme suit :

a) Frais de contenant
b) Frais de contenu
c) Frais d'exploitation, de fonctionnement

a) Frais de contenant

 Valeurs locatives des terrains ou installations, ou amortissement des installations qui


abritent les marchandises
 Entretien des bâtiments
 Assurances bâtiments.
Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
78
b) Frais de contenu.

 Intérêt du capital immobilisé représentant la valeur des marchandises stockées


 L'assurance des marchandises
 Dépréciation commerciale (marchandise qui brutalement se trouve démodée)
 Dépréciation physique (marchandise détériorée en cours de manutention ou stockage)
 Les pertes, casses, détournements.

c) Frais d'exploitation, de fonctionnement.

 Valeurs locatives ou amortissement des matériels de manutention et équipements de


stockage. Assurance matériel et équipement.
 Main d'oeuvre pour effectuer les opérations de réception, stockage, expédition.
 Chauffage, électricité, téléphone.

Compte tenu de l'importance de ces frais, il y aura lieu de les minimiser.

Pour cela, il faudra stocker les produits dans des conditions économiques.
Cette solution pourra être obtenue en organisant rationnellement les activités de magasinage.

Une organisation rationnelle devra conduire :

 à la diminution des stocks (immobilisation des capitaux), sans rupture ;


 à la réduction des pertes, vols, gaspillages (abaissement du prix de revient du produit,
augmentation de la marge bénéficiaire) ;
 à l'alimentation régulière des demandeurs, donc à la stricte observation des délais de
livraison, rotation optimale et approvisionnement ;
 à la diminution des coût de manutention par l'organisation et la rapidité d'exécution de
celle-ci ;
 à l'utilisation d'un personnel qualifié.

D. III - DIFFERENTS TYPES DE MAGASINS

Nous avons vu dans le préambule que le magasin pouvait être :

 un élément de la distribution ;
 un élément de la production.

Il faut donc dans notre étude distinguer ces deux possibilités.

3.1. Magasins éléments de la distribution

3.1.1. Définition

Magasins abritant des produits aux divers stades de leur distribution.


La distribution est l'acheminement d'un produit du stade de son élaboration au stade de sa
consommation ou utilisation.
Tous les magasins se trouvant entre ces deux bornes sont donc considérés comme éléments
de la distribution.
Ces magasins sont appelés "magasins commerciaux"

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


79
Ils présentent un aspect commercial, c'est-à-dire que la distribution des produits se
traduit par un transfert de propriété, soit une vente.

On distingue plusieurs vocations de magasins éléments de la distribution :


 grossiste
 semi-grossiste
 détaillant.

Les différents canaux de la distribution font apparaître l'un ou l'autre de ces magasins.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


80
3.1.2. Historique de la distribution

De tous les temps, les hommes ont eu besoin d'échanger des biens et des services pour
améliorer leurs conditions de vie mais si l'histoire du commerce se perd dans la nuit des temps,
celle de la distribution n'a pas beaucoup plus d'un siècle.

C'est au cours du XIXème siècle et la première moitié du XXème siècle que sont nées les
principales formes de la distribution moderne.

1852 : fondation, en France, par Aristide Boucicaut, du premier grand magasin moderne
"Le Bon Marché".
1866 : création, en France, de la première maison d'alimentation à succursales multiples
"Les Etablissements Economiques de Reims".
1872 : aux U.S.A., apparaît le premier organisme de vente par correspondance.
1879 : aux U.S.A., création du premier magasin populaire (grande surface).
1930 : apparaît, en France, le premier magasin populaire (grande surface).

Il est à noter que les formes modernes d'échange qui sont apparues au cours de la seconde
moitié du XIXème siècle et de la première moitié du XX ème siècle sont nées pour la plupart outre-
atlantique.

C'est ainsi que le système de distribution, que la France connaît actuellement, a repris et
adapté de nombreuses formules américaines (supermarchés, centres commerciaux) avec un
décalage de 5 à 10 années.

Malgré les difficultés d'adaptation, l'évolution ou la révolution de la distribution se présente


comme un phénomène inéluctable pour la plupart des pays occidentaux.

3.1.3. Rôle de la distribution vis-à-vis du producteur, de l'utilisateur

a) Vis à vis du producteur

Permet une fabrication toute l'année par le stockage et les commandes à l'avance. La
distribution opère donc une régulation dans la fabrication. Les hauts et les bas de la demande
sont ainsi amortis.

b) Vis à vis de l'utilisateur

Elle met à sa disposition où qu'il se trouve et souvent quelle que soit la saison, les biens qu'il
désire dans la quantité voulue.
Elle lui évite ainsi d'avoir à faire de gros achats et d'immobiliser des sommes qu'il n'a peut être
pas, ce qui serait le cas s'il s'adressait directement au producteur.

3.1.4. Rôle des magasins commerciaux

Ces différents magasins de distribution peuvent être a priori considérés comme des
intermédiaires inutiles et coûteux. Pourtant, ils ont leur raison d'être.

Prenons par exemple le cas d'un produit dont les cadences de consommation sont différentes
des cadences de production.

Soit :
Production continue  consommation discontinue

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


81
ou encore
Production discontinue  consommation continue.

Selon ces deux hypothèses, si le transfert des produits se faisait directement, que se passerait-
il ?

 Dans le premier cas, il est évident que la production ne sera pas absorbée (pendant une
période) par la consommation.
OU IRA DONC LE RESTE ?

 Par contre, dans le deuxième cas, c'est l'inverse qui se produira, pendant une certaine
période, la consommation ne sera plus fournie.

Transposons ces deux hypothèses à des exemples concrets :


 1er cas : distribution de jouets, chocolats
 2ème cas : les conserves, les légumes.

Pour confirmer l'utilité de tels magasins, on peut évoquer également leur rôle au niveau de la
rationalisation de la distribution.

En effet, serait-il rationnel qu'un produit élaboré dans le sud de la France soit distribué dans le
nord sans l'aide de ces magasins. Soit relation directe : Producteur  Consommateur.
Ces magasins, élément de la distribution, apparaissent donc comme nécessaires.
La réduction des coûts de distribution se fera par une organisation rationnelle de ces derniers.

3.1.5. La fonction de gros

3.1.5.1. Caractéristiques de la fonction

 achat par grosses quantités (le grossiste doit posséder les capitaux nécessaires).
 stockage en grosses quantités :
- immobilisation de capitaux
- entrepôt de grande surface, volume
- installation spéciale (chambre froide) pour produits spéciaux (produits surgelés,
beurre, viande, etc ...)
- revente par petites quantités (fractionnement des marchandises pour
distribution aux détaillants).

3.1.5.2. Caractéristiques des entreprises

 surface financière importante


 spécialisation par familles de produits
 assistance d'un service commercial.

3.1.5.3. Rôle économique

Il se définit essentiellement par rapport aux producteurs et par rapport aux détaillants sur le plan
des services que la fonction de gros leur apporte.

 par rapport aux producteurs

- Le grossiste paye de grosses commandes, ce qui permet aux producteurs, par


l'alimentation constante de leur flux financier, de poursuivre sans à-coups leur
activité.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


82
- En stockant de grosses quantités, le grossiste rend un service analogue aux
producteurs
qui sont ainsi libérés de la charge matérielle et financière du stockage.
- Le grossiste étale ses commandes dans le temps à partir des renseignements
qu'il obtient
par le canal des détaillants sur les variations de la consommation.
- Le grossiste, relais entre détaillant et producteur, permet à ceux-ci d'avoir des
renseignements précieux sur l'accueil fait à leurs produits.
- Le grossiste peut participer à des campagnes de promotion auprès des
revendeurs.

 par rapport aux détaillants

- Le grossiste joue un rôle d'information.


- Le grossiste qui s'approvisionne par wagon ou par camion, fractionne les
marchandises et
livre aux détaillants à l'unité près la quantité qu'ils peuvent stocker.
- Le grossiste permet le plus souvent aux détaillants de bénéficier de prix aussi
intéressants que s'ils se fournissaient directement aux producteurs, ceux-ci ne
pouvant
consentir de remise que pour de fortes quantités.
- Le fait de s'adresser à un grossiste plutôt qu'à plusieurs producteurs permet aux
détaillants de simplifier et d'alléger leurs travaux administratifs.

3.2. Magasins, éléments de la fabrication

3.2.1. Définition

Magasin abritant des produits, matières premières, outillage, pièces de rechange


nécessaires à une fabrication.
Ces magasins sont appelés "magasins industriels".
Les deux magasins les plus souvent rencontrés en fabrication sont :
 magasins outillage, pièces de rechange ;
 magasins de matière première ou produits semi-oeuvrés.

3.2.2. Rôle magasin outillage

Fournir aux ateliers et personnel de fabrication


- outillage individuel ;
- petit appareillage électrique-pneumatique ;
- les instruments de mesure ;
- les équipements de protection ;
- les matières consommables.

De par leur petite taille, ces magasins ne présentent pas de difficultés particulières. Les entrées
et sorties se font à l'aide de jetons ou encore de fiches lorsque le système de jetons devient
trop lourd (utilisateur trop nombreux).

3.2.3. Rôle magasin matières premières

Alimenter une fabrication. Son rôle est vital car le coût engendré par un arrêt momentané de
machine peut être très important.

La tenue de stock de ce magasin devra donc être très suivie.


Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
83
Les fluctuations devront être contrôlées en fonction du programme de fabrication, lequel
programme est fonction des consommations réelles.

3.3. Autres types de magasins

A ces deux types de magasin que nous venons d'étudier, il convient d'ajouter d'autres magasins
(qui feront l'objet d'un cours particulier).

Ces magasins abritent des produits pouvant être l'objet de contrôles administratifs ou de
transactions financières, tels que magasins :
- sous douane
- sous contrôle de régie
- généraux.

IV - LES STOCKS

4.1. Caractéristiques d'un stock

 pour mémoire, un stock est constitué par une accumulation de produits.


 un stock se caractérise tout d'abord par rapport aux produits stockés. Nous appellerons
cela une caractéristique statique.

En effet, une analyse des marchandises permettra de déterminer


- le lieu de stockage ;
- la forme de stockage ;
- le moyen de stockage ;
- le moyen de manutention.

L'organisation matérielle dépend donc en partie de la nature du produit stocké.

 Une autre caractéristique du stock se situe sur le plan dynamique, dépendant dans ce
cas des entrées et sorties en nombre et en volume.
L'analyse de cette caractéristique pourra se faire à partir de l'historique des documents
magasins.

4.2. Quantités stockées

Dans le cas de magasin industriel comme dans le cas de magasin commercial, le souci du
magasinier est de satisfaire les demandes.

Pour ce faire, il faudrait que les magasins disposent d'un maximum de marchandises stockées
pour ne pas, soit :
- arrêter une production ;
- mécontenter la clientèle.

Par ailleurs, sur le plan financier, les immobilisations seront d'autant plus importantes que le
stock sera conséquent.

Une politique de compromis s'impose donc. La gestion des stocks (que nous étudierons dans
un prochain chapitre) permettra de réaliser ce compromis.

La gestion aura entre autres missions d'éviter

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


84
- les stocks pléthoriques (stock mort)
- les ruptures de stocks.

Ce qui permettra de définir les quantités à stocker.


4.3 Différentes fonctions d'un stock

La constitution d'un stock peut avoir plusieurs objectifs, la ou les fonctions d'un stock sont liées
avec le type de magasins.

On trouve 3 fonctions distinctes :


- fonction réserve
- fonction régulation
- fonction de regroupement

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


85
Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
86
Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
87
V - DIFFERENTES CONCEPTIONS DE MAGASINS

Sans nous intéresser aux techniques de stockage (que nous étudierons dans un prochain
chapitre), quelles sont les possibilités offertes pour réaliser un magasin ?

Deux conceptions possibles :


- bâtiments à étages
- bâtiments à un seul niveau.

En outre, les bâtiments pourront être de plein-pied ou surélevés. La différence se fera au niveau
de l'accès (avec ou sans quai).

L'analyse sommaire de ces deux conceptions fait apparaître pour chacune d'elles des
avantages et des inconvénients.

5.1. Bâtiments à un seul niveau

Avantages :
- coût moins élevé que l'autre formule
- rapidité des manutentions
- extension plus facile
- utilisation maximum du volume
- reconversion possible du bâtiment
- possibilité stockage grande hauteur.

Inconvénients :
- volume de stockage plus faible
- coût de la surface au sol plus élevé.

5.2. Bâtiment à étages

Il suffit d'extrapoler les avantages et inconvénients du 1er cas.


(à développer pour faire apparaître les inconvénients majeurs que présentent les bâtiments à
étages par rapport aux bâtiments à un seul niveau).

VI - LA PROFESSION DE MAGASINIER

Le magasinier doit assurer un certain nombre de fonctions physiques et administratives. Ses


responsabilités varient suivant l'importance, la structure du magasin dans lequel il travaille.

On peut pourtant schématiser la fonction magasinier en ces termes :

"Employé chargé d'assurer le flux de produits


à l'intérieur d'un magasin et de tenir les états de stock".

Ses attributions peuvent se limiter à la responsabilité d'un secteur de magasin ou comprendre


la gestion totale de celui-ci, cela dépendant de l'importance du magasin.

L'importance des magasins est très variable, ces derniers peuvent se caractériser par :

 leur taille
 le nombre de références stockées
 la fréquence des mouvements (entrée/sortie) etc...

Cela se traduit par des différences :

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


88
 d'effectif
 de structure (découpage des fonctions).

Prenons le cas d'un réseau de distribution de pièces détachées automobiles

Magasin central de
pièces de rechange

E. Service

Centre régional de
pièces de rechange

Succursale ou
concessionnaire

1.

2. Commande

Garagiste

Il est fort probable que la fonction du magasinier travaillant au magasin central soit différente de
l'exécutant opérant chez un concessionnaire car le cloisonnement des fonctions au niveau du
magasin central risque d'être plus sensible que chez le concessionnaire.

La fonction d'un magasinier est donc directement liée à l'importance du magasin qui l'emploie.

En outre, quel que soit le magasin, il importe que l'exécutant connaisse au mieux l'ensemble
des services composant le magasin.

En tout état de cause, dans les deux cas, il devra connaître l'ensemble des tâches se trouvant à
l'intérieur du magasin (voir organigramme).

Parmi les qualités requises pour cette profession, on peut noter comme primordiales :

 ordre
 esprit méthodique
 organisation
 honnêteté
 esprit d'initiative
 esprit d'analyse
 soin
 sociabilité
 qualités physiques
 clairvoyance.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


89
VII - ORGANIGRAMME FONCTIONNEL DES MAGASINS

Après analyse de ces deux organigrammes, on constate qu'il n'existe pas de différences
fondamentales sur le fonctionnement de ces deux types de magasins.

On peut noter en outre des nuances sur certaines fonctions.

Ces nuances proviennent du fait que ces magasins ont une vocation différente :

 l'un étant à vocation commerciale (distribution) ;


 l'autre étant complément de la production (industriel).

Il en découle que :

 dans le premier cas, la sortie des produits se traduira par un transfert de responsabilités
(magasin industriel) ;
 dans le deuxième cas, la sortie des produits se traduira par un transfert de propriété
(magasin commercial).

Ces différences ayant une incidence certaine sur la fonction "sortie" (sur le plan administratif,
juridique).

Il en va de même pour la fonction "entrée". En effet, dans un cas le produit provient de la


production ; dans l'autre cas, il provient d'un fournisseur extérieur.

Nous analyserons ces nuances lorsque nous aborderons les fonctions concernées.

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


90
Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
91
Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
92
Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
93
Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique
94
EVALUATIONS
Evaluations théoriques :

Eval-mod1-log
P – 2009 – magasinage énoncé et corrigé
P – 2011 – magasin stockage

Voir fichiers joints

Guide de soutien Responsable d’Exploitation en Logistique


95

Vous aimerez peut-être aussi