Vous êtes sur la page 1sur 4

ASSOCIATION ACIER-BETON

(ADHERENCE DES ARMATURES)

1. INTRODUCTION
La capacité d'adhérence du béton à l’acier (adhésion) est une propriété d'importance fondamentale
dans les constructions en béton armé. Elle fait du béton armé un matériau composé, dont la résistance
et les propriétés monolithiques sont d'autant meilleures que les conditions d'adhérence entre le béton et
l’acier sont plus favorables.
La bonne adhérence des armatures au béton et leur recouvrement convenable (protection contre la
rouille) sont des exigences d'une extrême importance pour la bonne tenue des ouvrages en béton armé
au cours du temps.

2. DEFINITION DE L'ADHERENCE
La résistance d’un élément en béton armé et la maîtrise de la fissuration supposent que l’acier ne
puisse pas glisser à l’intérieur du béton, c’est-à-dire qu’il y ait adhérence parfaite entre les deux
matériaux. L’adhérence désigne les forces de liaison qui s'opposent au glissement des armatures par
rapport au béton qui les enrobe.
Les surfaces rugueuses augmentent le frottement entre le béton et l’acier et par conséquent augmente
l’adhérence

L’adhérence est assurée par les L’armature RL, glissante, ne retient pas
aspérités (rugosité, irrégularité) des barres HA (Absence d’adhérence)

3. ESSAI D’ARRACHEMENT D’UNE BARRE SCELLEE DANS UN MASSIF EN BETON


Supposons une barre scellée dans un massif en béton. Si on exerce un effort d'arrachement suivant
l'axe de la barre, on peut avoir trois modes de rupture :

Rupture par traction de l’acier (ancrage parfait)

1
Glissement de la barre dans le béton Destruction du béton par
arrachement d’un cône de béton.

4. CONTRAINTE D'ADHERENCE
La liaison entre une armature et le béton est mesurée par la contrainte d'adhérence s.
Soit une barre rectiligne scellée dans un bloc de béton. Appliquons à cette barre un effort de traction F
et étudions l'équilibre statique.

La barre est donc soumise :


- à l'effort de traction F,
- à la contrainte d’adhérence τs correspondant aux efforts du béton incliné à 45°. La contrainte
est constante sur toute la longueur L de la barre et est répartie tout autour de celle-ci, sur une surface
égale à π.Ø.
Si l'on suppose une répartition uniforme des contraintes tangente τs le long de la barre, l’équation
d’équilibre s’écrit :
F = τs .π. Ø.L
Ce qui nous donne

Contrainte limite d'adhérence


Pour assurer un ancrage correct, c'est-à-dire empêcher le glissement de l'armature dans la gaine de
béton qui l'entoure, il faut limiter la contrainte d'adhérence à la valeur τsu (valeur limite ultime

2
réglementaire). Cette contrainte intègre à la fois les caractéristiques de l’acier, avec le coefficient de
scellement ψs, et celles du béton, avec sa résistance à la traction ftj

ψs est le coefficient de scellement relatif à l’acier, selon sa nature lisse ou HA


 ψs = 1 pour les aciers lisse
 ψs = 1,5 pour les aciers HA
ftj = 0,6+0,06.fcj (ftj et fcj exprimés en MPa)

5. ANCRAGE DES ACIERS


5.1. Ancrage droit d'une barre droite
Une barre est dite "ancrée" lorsque l'effort F de traction exercé sur cette barre est entièrement équilibré
par l'adhérence entre le béton et l'acier dans la zone d'ancrage.

Afin d’assurer une adhérence parfaite entre l’armature et le béton (pas de glissement relatif entre
l’acier et le béton), une longueur minimale de scellement droit Ls est imposée 
Par définition, nous désignerons par la longueur de scellement droit, notée Ls, la longueur sur laquelle
il faut associer l'acier et le béton pour qu'à la sortie de l'ancrage, l'acier puisse travailler en traction à sa
limite élastique fe.
Force d’adhérence = Force de traction
L'effort de traction dans la barre en traction simple est :
F = section × contrainte
F = [π.Ø2/4]×fe
Les contraintes d'adhérence supposées maximum et constantes le long de la barre ont pour résultante :
F = π.Ø.Ls×τsu
L’équilibre de la barre se traduit par
π.Ø.Ls×τsu = [π.Ø2/4]×fe
Soit

3
 ϕ : diamètre de la barre
 fe : limite d’élasticité de l’acier
 τsu : contrainte d’adhérence, dépendante de la résistance du béton.

A défaut de calcul précis, le BAEL permet d'adopter les valeurs forfaitaires suivantes:
 Ls40Øpour les aciers HA Fe E 400 où s 1.5
 Ls50Øpour les aciers HA Fe E 500 où s 1.5
 Ls50Øpour les aciers RL Fe E 215 et Fe E 235

Ancrage par courbure des barres tendues


 l1 = portion d’ancrage rectiligne
 l2 = portion d’ancrage courbe, de rayon r
 l3 = portion d’ancrage rectiligne

Pour les barres RL Fe E 215 et 235 :


 r = 3 Ø pour l’ancrage des armatures
 r = 2 Ø pour l’ancrage des cadres, étriers et épingles
Pour les barres HA Fe E 400 et 500 : r = 5,5 Ø
Le BAEL à indique également les valeurs de l3 en fonction de la courbure de l’acier :
 5 Ø à la suite d’un arc de cercle de 180°,
 10 Ø à la suite d’un arc de cercle de 135°,
 15 Ø à la suite d’un arc de cercle de 90°.

Vous aimerez peut-être aussi