Vous êtes sur la page 1sur 2

Lycée La Bruyère, Versailles Pour le mercredi 17/10/2012

ECS 2 – Mathématiques – A. Troesch

DM no 5 : Intégrales impropres et un peu d’algèbre

Exercice 1 – (Exercice technique)


1. Déterminer la nature des intégrales suivantes
Z +∞   +∞
1 1 cos x
Z
I1 = ln(1 + x3 ) sin √ − √ dx I2 = √ dx.
0 x x 0 x + ln x

2. Montrer la convergence des intégrales suivantes et les calculer :


+∞ +∞
p √
ln(3 + 2x + x2 ) Arctan( x)
Z Z
I3 = dx I4 = √ dx
0 (x + 1)2 0 x(x + 1)

3. Montrer la convergence des intégrales suivantes et les calculer :


Z +∞ Z +∞ Z +∞
−4x2 +2x−2 t 2
I5 = e dx I6 = t3 e− 3 +2 dt I7 = t7 e−2t dt.
−∞ 3 2

Exercice 2 – (Exercice technique) Déterminer, suivant la valeur des paramètres a et b dans R, le rang des matrices
suivantes. Déterminer une base de l’image et du noyau de l’endomorphisme canoniquement associé.
   
1 a 0 1 b a
M 1 = 0 a 1  M 2 = a 1 b  .
b 1 b b a 1
Pour la matrice M2 , on pourra remarquer que

1 − 3ab + a3 + b3 = (a + b + 1)(1 − b − a + b2 + a2 − ab),

puis montrer que si (a, b) 6= (1, 1), a2 + b2 − ab − a − b + 1 > 0, en effectuant une mise sous forme canonique par rapport
à la variable a (en considérant b comme une constante), puis par rapport à b.

Problème –

Partie I – Préliminaires
 
n −t2 1
1. (a) Justifier, pour tout n ∈ N : t e = o .
t→+∞ t2
Z +∞
2
(b) Montrer que, pour tout n ∈ N, l’intégrale tn e−t dt est convergente.
−∞
Z +∞
2
2. En déduire que, pour tout polynôme P de R[X], l’intégrale P (t)e−t dt converge.
−∞
Z +∞
2
On note, dans tout le problème, pour tout n ∈ N : In = tn e−t dt.
−∞
3. Rappeler sans calcul la valeur de I0 . Calculer I1 .
n+1
4. Établir, à l’aide d’une intégration par parties, pour tout n ∈ N : In+2 = In .
2
5. Montrer, pour tout p ∈ N : I2p+1 = 0
(2p)! √
6. Montrer, pour tout p ∈ N : I2p = 2p π.
2 p!
7. Écrire une fonction en Pascal prenant en paramètre une valeur n, et calculant In . On privilégiera la relation de
récurrence à la formule explicite.

Partie II – Calcul d’intégrales dépendant d’un paramètre


Z +∞ Z +∞
2 2
1. Montrer que, pour tout x ∈ R, les intégrales sin(xt)e−t dt et t cos(xt)e−t dt convergent.
0 0

1
On note S : R → R et C : R → R les applications définies, pour tout x ∈ R, par :
Z +∞ Z +∞
−t2 2
S(x) = sin(xt)e dt et C(x) = t cos(xt)e−t dt.
0 0

λ2
2. Établir, pour tout a ∈ R et tout λ ∈ R : |sin(a + λ) − sin a − λ cos a| 6 .
2
On pourra utiliser l’inégalité de Taylor-Lagrange
S(x + h) − S(x)
3. (a) Démontrer, pour tout x ∈ R : − C(x) −→ 0.
h h→0
(b) En déduire que S est dérivable sur R et que, pour tout x ∈ R, S ′ (x) = C(x).
1 x
4. (a) À l’aide d’une intégration par parties, établir, pour tout x ∈ R : C(x) = − S(x).
2 2
Z x 2
x2 t
(b) Montrer, pour tout x ∈ R : 2e 4 S(x) = e 4 dt.
0
1 x2 x t2 1 x x2 x t2
Z Z
(c) En déduire, pour tout x ∈ R : S(x) = e− 4 e 4 dt et C(x) = − e− 4 e 4 dt.
2 0 2 4 0

Partie III – Obtention d’un développement limité


+∞
1
Z
2
1. Montrer que, pour tout x ∈ R, l’intégrale e−t dt converge.
−∞ 1 + x 2 t2
Z +∞
1 2
On note g : R → R l’application définie, pour tout x ∈ R, par : g(x) = 2 t2
e−t dt.
−∞ 1 + x
1
2. (a) Montrer que pour tout u ∈ [0, +∞[ : 0 6 (1 − u + u2 ) − 6 u3 .
1+u
Z +∞ √
2 2 4 4 −t2 15 π 6
(b) En déduire, pour tout x ∈ R : 0 6 (1 − x t + x t )e dt − g(x) 6 x .
−∞ 8
3. Montrer que g admet un développement limité à l’ordre 5 en 0, et former ce développement limité.

Partie IV – Nature d’une série


+∞
t2p
Z
2
1. Montrer que, pour tout p ∈ N, l’intégrale e−t dt converge.
−∞ t2 + (2p)!
Z +∞ 2p
t 2
On note, pour tout p ∈ N : up = e−t dt.
−∞ t2 + (2p)!
I2p
2. Montrer que, pour tout p ∈ N : 0 6 up 6 .
(2p)!
En déduire que la série de terme général up est convergente.
3. Étudier la nature de la série up xp , x ∈ R.
P

Vous aimerez peut-être aussi