Vous êtes sur la page 1sur 12

MMC

Chapitre 5: Critères de limite élastique

1 Introduction

L’ingénieur est appelé à optimiser la structure par un bon dimensionnement en terme


structural et économique. Il doit trouver es conditions limites pour un chargement général
donné. Cette connaissance des états limites est la formulation d’un critère. Ce critère est
une écriture mathématique des contraintes obtenue à la suite d’expériences en laboratoire.

Selon l’histoire, ces essais ont évolué et ont permis de toucher des chemins de contrainte du
plus simple au plus général et touchent aussi les types de matériaux.

Dans ce chapitre on se limite aux matériaux isotropes et quelques critères usuels.

2 Essais et définitions

Dans le chapitre loi de comportement, l’essai de traction a permis de définir la limite


élastique e.

Pour un essai de traction, lorsque la 𝐹


𝜎=
contrainte appliquée  est égale a e, 𝑆0
l’état limite est atteint
[0, 𝜎𝑒 ] est le domaine élastique 𝜎𝑅
Donc le critère de limite élastique en
𝜎𝑒
uni axial :

𝜎 − 𝜎𝑒 ≤ 0
𝜎𝑒 Est la limite élastique en traction
Ou
𝜎 − 𝜎𝑒′ ≤ 0

𝜎𝑒′ Est la limite élastique en


compression 𝜀(%)

Pour un chargement bi-axial (𝜎1 , 𝜎2 )

Les limites élastiques peuvent être différentes dans les deux directions orthogonales.

MMC- Y.Belkacemi Page 1


𝜎2

𝜎𝑒2

𝜎1
𝜎𝑒1

Pour une sollicitation triaxiale, on peut combiner les trois contraintes principales pour
obtenir l’état limite élastique

𝑓(𝜎1 , 𝜎1 , 𝜎1 ) = 0

Le domaine élastique est défini par

𝑓 (𝜎1 , 𝜎1 , 𝜎1 , 𝑘𝑖 ) ≤ 0

𝑘𝑖 sont des paramètres obtenus par des essais.

3 Domaine de représentation des critères

Il est pratique de réaliser des représentations géométriques des critères dans certains
espaces de représentation.

Cette représentation permet de facilite de suivre le chemin de contrainte ou de chargement.

3.1 Représentation dans l’espace de contrainte principales

La représentation dans l’espace des contraintes principales est pratique et facile

𝜎⃗3

𝜎⃗2

𝜎⃗1

Exemple de chemin de chargement

MMC- Y.Belkacemi Page 2


3.2 Plan octaédrique- plans deviatorique

Tous les états de contraintes tels que 𝜎1 = 𝜎2 = 𝜎3 définissent l’axe hydrostatique


⃗⃗ (√3 , √3 , √3 )
∆ 3 3 3

𝜎⃗3

⃗⃗

𝜎⃗2

𝜎⃗1

Rappelons la décomposition de l’état de contrainte en partie sphérique et deviatorique

𝜎̿ = 𝜎̿𝑠 + 𝜎̿𝑑

On se donne 𝜎̿ dans 𝑋⃗𝑖

𝜎1 0 0
𝜎̿ = ( 0 𝜎2 0)
0 0 𝜎3

Partie sphérique

𝜎𝑚 0 0
𝜎̿𝑠 = ( 0 𝜎𝑚 0)
0 0 𝜎𝑚

Avec m, contrainte moyenne donnée par :

1 𝜎1 + 𝜎2 + 𝜎3
𝜎𝑚 = 𝑇𝑟𝑎𝑐𝑒𝜎̿ =
3 3
Partie deviatorique

𝑠1 0 0 𝑠1 − 𝜎𝑚 0 0
𝜎̿𝑑 = ( 0 𝑠2 0) = ( 0 𝑠2 − 𝜎𝑚 0 )
0 0 𝑠3 0 0 𝑠3 − 𝜎𝑚

MMC- Y.Belkacemi Page 3


En utilisant les vecteur de base 𝑋⃗𝑖 de l’espace des contrainte, utilisons l’écriture vectorielle
pratique de la décomposition comme suit

𝜎⃗ = 𝜎1𝑋⃗1 + 𝜎2 𝑋⃗2 + 𝜎3 𝑋⃗3 = 𝜎𝑚 (𝑋⃗1 + 𝑋⃗2 + 𝑋⃗3) + 𝑠1𝑋⃗1 + 𝑠2𝑋⃗2 + 𝑠3𝑋⃗3

Posons :

L’état de contrainte

⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝜎1 ⃗⃗⃗
𝑂𝑆 𝑋1 + 𝜎2⃗⃗⃗
𝑋2 + 𝜎3⃗⃗⃗
𝑋3
La partie sphérique

𝑂𝑀 = 𝜎𝑚 (⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑋1 + ⃗⃗⃗
𝑋2 + ⃗⃗⃗
𝑋3 )

La partie deviatorique

𝑀𝑆 = 𝑠1 ⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑋1 + 𝑠2⃗⃗⃗
𝑋2 + 𝑠3 ⃗⃗⃗
𝑋3

Etudions la position du point S donnant l’état de contrainte en calculant ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗


𝑂𝑀. ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑆

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝜎𝑚 (⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . 𝑀𝑆
𝑂𝑀 𝑋1 + ⃗⃗⃗
𝑋2 + ⃗⃗⃗
𝑋3) (𝑠1⃗⃗⃗
𝑋1 + 𝑠2⃗⃗⃗
𝑋2 + 𝑠3⃗⃗⃗
𝑋3 )

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀 . ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑆 = 𝜎𝑚 (𝑠1 + 𝑠2 + 𝑠3 )

𝑠𝑖 = 𝜎𝑖 − 𝜎𝑚

𝑠1 + 𝑠2 + 𝑠3 = 𝜎1 − 𝜎𝑚 + 𝜎2 − 𝜎𝑚 +𝜎3 − 𝜎𝑚 = 𝑇𝑟𝑎𝑐𝑒𝜎̿ − 3𝜎𝑚 = 0


⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀 . ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝑆 = 0

Donc le point S appartient à un plan perpendiculaire à l’axe hydrostatique.

Ce plan est appelé plan octaédrique

MMC- Y.Belkacemi Page 4


𝜎⃗3 Plan octaédrique

S ⃗⃗

O 𝜎⃗2

𝜎⃗1

Cas particulier si

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀 = 0 ⃗⃗

La partie sphérique est nulle, l’état de contrainte est dit purement deviatorique et le plan
octaédrique passe par l’origine. Ce plan est dit plan deviatorique

𝜎⃗3

Plan deviatorique

⃗⃗

S

O 𝜎⃗2
M

𝜎⃗1

3.2 Contrainte normale et tangentielle octaédrique

La contrainte normale octaédrique 𝜎𝑜𝑐 est la contrainte normale agissant sur une facette de
⃗⃗
normale ∆

MMC- Y.Belkacemi Page 5


⃗⃗(𝑀, ∆
𝑇 ⃗⃗) = 𝜎̿∆
⃗⃗

√3 𝜎1 √3
3 3
𝜎1 0 0
⃗⃗ ⃗⃗
𝑇(𝑀, ∆) = ( 0 𝜎2 0 ) √3 = 𝜎2 √3
0 0 𝜎3 3 3
√3 𝜎3 √3
(3) ( 3 )

1 1
⃗⃗𝑇
𝜎𝑜𝑐 = ∆ ⃗⃗(𝑀, ∆
⃗⃗) = (𝜎1 + 𝜎2 + 𝜎3 ) = 𝑇𝑟𝑎𝑐𝑒 𝜎̿ = 𝜎𝑚
3 3

Contrainte tangentielle octaédrique oc est telle que :

2
𝜏𝑜𝑐 ⃗⃗ 2 − 𝜎𝑜𝑐
= 𝑇 2

2
1
𝜏𝑜𝑐 = [(𝜎 − 𝜎2 )2 + (𝜎1 − 𝜎3 )2 + (𝜎2 − 𝜎3 )2 ]
9 1
En faisant intervenir les contrainte deviatorique s i, avec 𝜎𝑖 = 𝑠𝑖 + 𝜎𝑚 , on obtient :

2
1
𝜏𝑜𝑐 = [(𝑠 − 𝑠2 )2 + (𝑠1 − 𝑠3 )2 + (𝑠2 − 𝑠3 )2 ]
9 1

La contrainte normale octaédrique n’a pas d’influence sur le domaine élastique et la rupture
est provoquée par la contrainte octaédrique. Une limite de la contrainte octaédrique peut
être définie

4/Critère de Tresca

Le critère de Tresca est un critère en cisaillement maximal. L’état limite est obtenu lorsque la
contrainte de cisaillement maximale atteint la limite élastique en cisaillement 𝝉𝒆 . Ce critère
est applicable aux matériaux ductiles. Ce critères est applicable aux matériaux isotrope et
ayant une limite élastique en traction égale à la limité élastique en compression.

En général :

max

3 1 
2

MMC- Y.Belkacemi Page 6


1
𝜏𝑚𝑎𝑥 = sup(𝜎𝑖 − 𝜎𝑗 )
2
Si 𝜎1 > 𝜎2 > 𝜎3 , alors

1
𝜏𝑚𝑎𝑥 = sup(𝜎1 − 𝜎3)
2
et

1
𝜏𝑚𝑎𝑥 = √𝜎 2 + 4 𝜎13
2
2 11
Remarque 1 : Dans le cas d’un essai de traction

𝜎11 0 0
𝜎̿ = ( 0 0 0)
0 0 0

Représentation avec le cercle de Mohr pour l’essai de traction


𝜎11
= 𝜏𝑚𝑎𝑥
2


0 

Pour un essai de traction jusqu’à la limite 𝜎11 = 𝜎𝑒 , nous obtenons comme conséquence
pour le critère de Tresca que
𝜎𝑒
𝜏𝑚𝑎𝑥 = = 𝜏𝑒
2
Remarque 2 : Le critère de Tresca est insensible à la pression hydrostatique


0 

MMC- Y.Belkacemi Page 7


Remarque 3 : Le critère est insensible à la contrainte principale intermédiaire


max

3 2 1 3 2 1 

4.1 Représentation dans le plan octaédrique

soit 𝜎⃗𝑖′ la projection de 𝜎⃗𝑖 dans le plan octaédrique

Le critère de Tresca peut s’exprimer comme suit

1
𝜏𝑚𝑎𝑥 = (𝜎 − 𝜎𝑗 )
2 𝑖

𝜎𝑒 = 𝜎3 − 𝜎1 si 𝜎1 < 𝜎2 < 𝜎3

𝜎𝑒 = 𝜎1 − 𝜎2 si 𝜎2 < 𝜎3 < 𝜎1

𝜎𝑒 = 𝜎2 − 𝜎3 si 𝜎3 < 𝜎1 < 𝜎2

Donnant la représentation du domaine élastique dans le plan octaédrique

⃗⃗

𝜎⃗3

𝜎⃗2

𝜎⃗1

Cylindre parallèle à l’axe hydrostatique

MMC- Y.Belkacemi Page 8


𝜎⃗3′

𝜎2 < 𝜎1 < 𝜎3 𝜎1 < 𝜎2 < 𝜎3

𝜋
3
𝜎2 < 𝜎3 < 𝜎1 ⃗⃗

𝜎1 < 𝜎3 < 𝜎2

2
√ 𝜎𝑒
3
𝜎⃗1′ 𝜎⃗2′
𝜎3 < 𝜎2 < 𝜎1 𝜎3 < 𝜎1 < 𝜎2

Domaine élastique de Tresca dans le plan octaédrique

Dans le cas plan (3=0), la représentation du critère le plan (𝜎1 , 𝜎2 ) est comme suit

𝜎⃗2
𝜎𝑒 ⃗⃗

𝜎⃗1
𝜎𝑒

5/Critère de Von-Mises

Le critère de Von Mises est un critère en cisaillement et exprimé par

(𝜎1 − 𝜎2)2 + (𝜎1 − 𝜎3 )2 + (𝜎2 − 𝜎3 )2 = 2 𝜎𝑒2


Remarque 1 : Dans le cas d’un essai de cisaillement

0 𝜎12 0
𝜎̿ = (𝜎12 0 0)
0 0 0

MMC- Y.Belkacemi Page 9


Déduisons les contraintes principales:

𝜎1 = 𝜎12 , 𝜎2 = −𝜎12 , 𝜎3 = 0
Remplaçons dans le critère

(𝜎1 − 𝜎2)2 + (𝜎1 − 𝜎3 )2 + (𝜎2 − 𝜎3)2 = (2𝜎12 )2 + 𝜎12


2 2
+ 𝜎12
A la limite
2
6𝜎12 = 6 𝜏𝑒2 = 2𝜎𝑒2
Conséquence
𝜎𝑒
𝜏𝑒 = ≅ 0,577 𝜎𝑒
√3
Dimensionnement avec le critère de Von-Mises pour la Flexion+Torsion

1 1 2 2
𝜎1 = 𝜎11 + √𝜎11 + 4 𝜎13
2 2
𝜎2 = 0

1 1 2 2
𝜎3 = 𝜎11 − √𝜎11 + 4 𝜎13
2 2
(𝜎1 − 𝜎2 )2 + (𝜎1 − 𝜎3)2 + (𝜎2 − 𝜎3)2 =
2 2
1 1 2 2 2 2
( 𝜎11 + √𝜎11 + 4 𝜎13 ) + (√𝜎11 + 4 𝜎13 )
2 2
2
1 1 2 2
+ (− 𝜎11 + √𝜎11 + 4 𝜎13 ) =
2 2

1 2 1 2 2 ) 2 2
𝜎11 + (𝜎11 + 4 𝜎13 + 𝜎11 + 4 𝜎13 = 2𝜎𝑒2
2 2
2 2
𝜎11 + 3 𝜎13 = 𝜎𝑒2
En faisant intervenir le coefficient de sécurité

𝜎
√𝜎211 + 3 𝜎213 = 𝑒
𝐹𝑠

MMC- Y.Belkacemi Page 10


5.1 Représentation du critère de Von Mises dans le plan octaédrique

𝜎3

𝜎3

𝜎1

Représentation des critères de Tresca et Von Mises dans l’espace des contraintes principales
𝜎⃗3′

⃗⃗

2
√ 𝜎𝑒
3
𝜎⃗1′ 𝜎⃗2′

Représentation du critère de Von Mises dans le plan octaédrique

Dans le cas plan (3=0), la représentation du critère dans le plan (𝜎1 , 𝜎2 ) est comme suit

MMC- Y.Belkacemi Page 11


𝜎2

Ellipse de Von Mises


𝜎𝑒
Polygone de Tresca

𝜎𝑒
2
𝜎𝑒
√3
𝜎𝑒
𝜎1

6 Critère de Rankine

C’est un critère en contrainte principale majeure. On s’intéresse à la résistance à la


compression et la résistance en traction.

Condition en traction Condition en compression


𝑚𝑎𝑥𝜎𝑖 = 𝜎𝑒 𝑚𝑎𝑥𝜎𝑖 = 𝜎𝑒′

Dans le cas plan dans l’espace des contraintes principale, le domaine élastique est donc un
carré

𝜎⃗2

𝜎𝑒′ 𝜎𝑒

𝜎⃗1
𝜎𝑒

𝜎𝑒′

MMC- Y.Belkacemi Page 12

Vous aimerez peut-être aussi