Vous êtes sur la page 1sur 28

RESISTANCE DES MATERIAUX 1

Chapitre 1 : Hypothèses de la résistance des matériaux

Et Caractéristiques géométriques des sections planes

Domaine d’application

Génie civil, Génie mécanique, Robotique…

RDM1- Y.Belkacemi Page 1


1 Objectifs:

La résistance des matériaux est la science du dimensionnement.

Son but est de déterminer :

les formes, les dimensions

le chargement

les matériaux des pièces mécaniques et des constructions en général,

afin qu'elles résistent sans dommage à tous les efforts auxquels elle seront
soumises pendant leur service.

Les dimensions déterminées doivent:

RDM1- Y.Belkacemi Page 2


Eviter la rupture de la pièce ou de la structure.

Entraîner que des déformations élastiques (non permanentes).

En respectant : Les conditions de sécurité (règlements), les règles d’économie,


les règles de l’art

2 Hypothèses

-Hypothèses sur les matériaux

Le matériau est continu : le matériau ne contient pas de fissures ou


discontinuité

Matériaux isotrope : Le matériau a les mêmes caractéristiques


quelles que soient les directions autour du point considéré.

Matériau homogène : Le matériau possède les mêmes

propriétés quel que soit le point considéré.

Le matériau est utilisé dans le domaine élastique (notion, voir


suite)

-Hypothèses la géométrie

RDM1- Y.Belkacemi Page 3


Figure 1: Domaine d’étude en équilibre sous l’action de force de surface et
forces de volume

Dans notre étude, nous nous intéressons à des formes spécifiques appelées
poutres, barres ou arbre (barre en rotation).

C’est des volumes engendrés par une surface plane S dont le centre de gravité
décrit une courbe appelée ligne ou fibre moyenne en restant perpendiculaire à
celle ci.

Ligne ou fibre moyenne


S

Figure 1: Génération d’une poutre

La longueur L de la barre est grande devant la dimension sa section droite de

Le rayon de courbure R que prend la barre après déformation est grand


devant la dimension de la section droite de la barre

-Hypothèse de Bernoulli

RDM1- Y.Belkacemi Page 4


R

Figure 2: Barre fléchie : Les sections restent planes et normales à la ligne


moyenne

-Hypothèse de Saint Venant

F F =

F
=

RDM1- Y.Belkacemi Page 5


Figure 3 : Eprouvette en traction

Le principe énonce que dans la zone bleu, loin de la charge concentrée, les
tensions sont homogènes.

3 Chargements et appuis

La poutre est soumise à un système de forces et repose sur des appuis.

Types de force de contact: uniformément réparties, concentrées

Force de volume ( par exemple : pesanteur)

Figure 4: Test de mobile

P
q

RDM1- Y.Belkacemi Page 6


Les appuis sont de trois type selon les actions de liaison

Schéma de l’appui
Appui simple: Action de liaison R2
perpendiculaire à l’axe de la barre.
Le déplacement vertical est bloqué
R2

Appui double: Action de liaison R1


(selon l’axe de la barre) et R2(
perpendiculaire à la barre). Les
déplacements horizontal et vertical
R2 sont bloqués

R1

Encastrement: Action de liaison R1


(selon l’axe de la barre) et R2(
perpendiculaire à la barre) et
R2 souple M3. Les déplacements
M3 horizontal et vertical sont bloqués
et la rotation de la section de la
R1 barre au niveau de l’encastrement
est bloquée.

RDM1- Y.Belkacemi Page 7


1-2 Caractéristiques géométriques des sections planes

Introduction

Afin de faire apparaitre l’intérêt d’aborder les caractéristiques des sections


droite de poutre, nous définissons la contrainte à travers le vecteur
contrainte

Considérons un domaine D soumis à un système de chargement de forces


extérieures ⃗ et ⃗

⃗ sont des forces de surfaces

⃗ Sont des forces de volume agissant en tout point M de D

D
M

RDM1- Y.Belkacemi Page 8


Isolons D1, partie de D. D1 est en équilibre. Soit ∆ ⃗ un élément de force
agissant sur un l’élément de surface DS repéré par sa normale ⃗.

∆⃗


D1

Le vecteur contrainte ⃗( , ⃗) agissant sur la facette dS de normale ⃗ est défini par:

∆⃗
⃗( , ⃗) = lim
∆ → ∆

Considérons le cas plan

Considérons le vecteur contrainte ⃗( , ⃗ ) agissant sur la facette dS de S ayant


pour normale ⃗

21
⃗( , ⃗ )

dS 11

G

RDM1- Y.Belkacemi Page 9


Désignons par 11 la projection de ⃗( , ⃗ ) sur ⃗ : C’est la contrainte agissant
dans la direction ⃗ sur la facette de normale ⃗ , c’est une contrainte normale

Désignons par 21 la projection de ⃗( , ⃗ ) sur ⃗ : C’est la contrainte agissant


dans la direction ⃗ sur la facette de normale ⃗ , c’est une contrainte
tangentielle

Elément de force selon ⃗ agissant sur la facette :

Soit dM le Couple de dF par rapport au centre de gravité :

= =

Pour toute la section S

D’après l’hypothèse de Bernoulli, nous pouvons supposer que la contrainte


normale est une fonction linéaire de la coordonnée x2

11=b x2

où b est une constante

Remplaçons dans M

= = =

Définition :

L’intégrale ∫ est une caractéristique géométrique appelée moment


quadratique par rapport à l’axe ⃗ désigné par

RDM1- Y.Belkacemi Page 10


Le moment quadratique est une grandeur qui caractérise la géométrie d'une
section et se définit par rapport à un axe ou un point. Il s'exprime dans
le Système international en m4.

Ceci nous donne l’expression de la contrainte normale

= =
=

est une caractéristique géométrique de la section droite de la barre


considérée.

2.1 Quelques notions de propriétés de surfaces planes

2.1.1 Moments statiques et moments quadratiques

Moment statique d’une aire plane

Définition : Le moment statique mDd’une aire plane S par rapport à l’axe D est
défini par :

D =

RDM1- Y.Belkacemi Page 11


D
dS

Par conséquent, le moment statique de l’aire S par rapport à ⃗ est défini par

Et le moment statique de l’aire S par rapport à ⃗ est défini par :

2.1.2 Centre de gravité G de l’aire S

Soit G le centre de gravité de l’aire S

RDM1- Y.Belkacemi Page 12


D
G

rG G
G
dS
r ⃗

La distance rG du centre de gravité G de l’aire S à l’axe D est obtenue par :

∫ D
= =

Les coordonnées x1G et x2G du centre de gravité sont obtenues par :

= =

Si l’aire S est subdivisée en surfaces simples Si (i=1,n) de centre de gravité


Gi(x1Gi,, x2Gi) chacune, alors le centre de gravité G a pour coordonnées

= =

2.1.3 Moments quadratiques ( ou moments d’inertie)

Le moment quadratique (ou d’inertie) de la section S par rapport à l’axe D est


défini par :

RDM1- Y.Belkacemi Page 13


D =

Par conséquent, le moment d’inertie de l’aire S par rapport à ⃗ est défini par :

Et le moment d’inertie de l’aire S par rapport à ⃗ est défini par :

Remarque : les moments d’inertie sont toujours positifs.

2.1.4 Rayon de giration

Par définition le rayon de giration (par rapport à un axe


de référence ⃗ ) est :

S est la surface de la barre considérée

En introduisant le module de Young

Ce paramètre est utilisé dans la notion de flambement en calculant ce que l’on


appelé l’élancement de la barre défini par λ =

2.1.5 Produit d’inertie

Le produit d’inertie IDD’ de l’aire S par rapport aux deux axes concourants D et
D’ est défini par

RDM1- Y.Belkacemi Page 14



D’
D
dS

r r’

DD¢ = ′

Par conséquent, le produit d’inertie de l’aire S par rapport à ⃗ et ⃗ est


définis par :

Dans la suite du cours et dans la pratique, on utilise des axes orthonormés.

Remarque : Dans le cas ou l’un des axes est axe de symétrie, de l’aire S, le
produit d’inertie est nul, soit

= 0

Définition: Dans le cas où le produit d’inertie est nul, on dit que les axes ⃗ et
⃗ sont des axes principaux d’inertie. Dans ce cas les moments d’inertie sont
appelés moment d’inertie principaux.

On notera dans ce cas:

RDM1- Y.Belkacemi Page 15


Moments d’inertie principaux

= = , = = ,

Direction principales d’inertie

⃗= ⃗

⃗= ⃗

Dans le cas où les axes principaux passent par le centre de gravité, on dira que
les axes principaux sont des axes centraux. Les moments d’inertie sont appelés
alors moments d’inertie centraux.

2.1.6 Moment polaire

Le moment polaire I0 de la section plane S par rapport à l’origine O est défini


par :

= = + = +

RDM1- Y.Belkacemi Page 16


2.1.7 Moment relatifs à des axes parallèles

Considérons le cas où D et D’ sont parallèles et que D passe par le centre de


gravité G.

⃗′ ⃗
D
x’1G

D’
dS

r ⃗

G
x’2G
r’’
⃗′
O

On se donne ID, Ix1, Ix2 et Ix1x2,

On se propose de déduire ID’, Ix’1, Ix’2 et Ix’1x’2 à partir des données ci-dessus.

Ecrivons, à partir des définitions des moments d’inertie,

D = = ( + ′′) = + ′ + 2 ′

D =

′ = ′ = ′

RDM1- Y.Belkacemi Page 17


2 ′ =2 = 2 D =0

D = D + ′

On peut déduire donc :

= +

= +

Le produit d’inertie,

= ( + )( + )

= + + +

A partir des définitions et conditions du cas présent, nous avons:

= = =0

= = =0

= +

RDM1- Y.Belkacemi Page 18


2.2Formules de changement de repères

Moment quadratique principaux et direction principales d’inertie

Soit donnés les moments d’inertie Ix1 et Ix2 et le produit d’inertie Ix1x2 de la
section plane S rapportée au système d’axes ⃗ et ⃗

On se propose de déduire, à partir de ces données, les moments d’inertie et


produit d’inertie de cette section rapportée au système d’axes ⃗′ et ⃗′


⃗′

⃗′
dS

 ⃗

Par définition, on a :

RDM1- Y.Belkacemi Page 19


= ′ ′

Les coordonnées x’i sont déduites à partir de xi en utilisant les formules


suivantes :

= cos( ) + sin ( )
= − sin ( ) + cos ( )

Soit (P) la matrice définie par :

cos ( ) −sin ( )
( )=
sin ( ) cos ( )

Nous pouvons écrire vectoriellement les relations de changement de repère:

⃗ = t(P) ⃗

Soit :

cos ( ) sin ( )
=
−sin ( ) cos ( )

En reprenant les définitions et les formules de changement de repères, nous


déduisons

= ∫ = ∫ ( − sin ( ) + cos ( )) =

=∫ sin ( ) + ∫ cos ( ) −2 ∫ sin ( )cos ( )

= cos ( ) + sin ( ) − 2 sin ( )cos ( )

= ∫ = ∫ ( cos( ) + sin ( )) =

=∫ cos ( ) + ∫ sin ( ) +2 ∫ sin ( )cos ( )

= sin ( ) + cos ( + 2 sin ( )cos ( )

=∫ ′ ′ =∫ ( cos( ) + sin ( ))(− sin( ) +


cos( ))

RDM1- Y.Belkacemi Page 20


= ( − ) cos( ) sin ( ) + (cos ( ) − sin (θ))dS

= ( − ) cos( ) sin ( ) + (cos ( ) − sin (θ))

Les formules de changement de repère pour les moments et produit d’inertie


sont résumées par les relations suivantes :

= cos ( ) + sin ( ) − 2 sin ( )cos ( )

= sin ( ) + cos ( + 2 sin ( )cos ( )

= ( − ) cos( ) sin ( ) + (cos ( ) − sin (θ))

Remarque :

+ = +

Définissons la matrice (I) par :



( )=

Les expressions ci-dessus peuvent être écrites sous forme matricielle en


utilisant la matrice de (P) :

(I’)=t(P) (I) (P)

Soit :

RDM1- Y.Belkacemi Page 21




cos ( ) sin ( ) − cos ( ) −sin ( )
=
−sin ( ) cos ( ) − sin ( ) cos ( )

A partir de (I) symétrique, nous pouvons affirmer que :

Il existe un système d’axes ⃗ tel que (I) est diagonalisé.


0
( )=
0

I1 et I2 sont les moments quadratiques principaux et ⃗ sont les directions


principales.

I1 et I2 sont solution du polynôme caractéristique :


− −
=0
− −

Et ⃗ sont telle que :

( )⃗ = ⃗

2.2.1 Cercle de Mohr d’inertie

Le but est de trouver un moyen graphique pour la recherche de moments et


produit d’inertie.

Reprenons les formules de changement de repères.

= cos ( ) + sin ( ) − 2 sin ( )cos ( )

= sin ( ) + cos ( + 2 sin ( )cos ( )

= ( − ) cos( ) sin ( ) + (cos ( ) − sin (θ))

Supposons que ⃗ sont les directions principales ⃗ d’inertie, c'est-à-dire


=0

Donc, les relations se réduisent à :

= cos ( ) + sin ( )
RDM1- Y.Belkacemi Page 22
= sin ( ) + cos ( )

= ( − ) cos( ) sin ( )

Remarquons que :

+ = +

Ce résultat est le 1er invariant des moments d’inertie.

Intéressons nous au couple (moment d’inertie, produit d’inertie), soit ( ,


),

= cos ( ) + sin ( )

= ( − ) cos( ) sin ( )

Utilisons l’argument 2 dans les expressions ci-dessus en introduisant les


expressions ci-dessous
1 + cos (2 )
( )=
2

1 − cos (2 )
( )=
2

( ) ( )
= ( )+ ( )

( − )
= sin (2 )
2
+ −
= + cos (2 )
2 2

= sin (2 )
2
Ou

RDM1- Y.Belkacemi Page 23


+ −
− = cos (2 )
2 2

= sin (2 )
2
En élevant au carré et ajoutant membre à membre, nous trouvons :
+ −
( − ) + =( )
2 2
A partir de cette équation, nous pouvons conclure dans le plan défini par
(moment d’inertie, produit d’inertie), que les couples de point ( , )
décrivent un cercle de centre ( , 0) et de rayon . Ce cercle est appelé
centre de Mohr d’inertie.

Construction du cercle de Mohr

Nous savons que le couple ( , ) décrit le cercle de centre ( , 0) et de


rayon .

Posons par hypothèse > .

Ix1x2


dS

⃗ ⃗ I
I2 + I1
 ⃗ 2

RDM1- Y.Belkacemi Page 24


Nous pouvons établir que l’angle ⃗ ,̂ ⃗ = dans le plan réel correspond à
l’angle 180° dans le plan de Mohr. L’argument est donc compté double dans le
passage du plan réel au plan de Mohr. Donc, l’angle ⃗ ,̂ ⃗ = est lu égal à
2dans le plan de Mohr.

Pour la convention de rotation, dans le passage du plan réel au plan de Mohr et


vice versa, calculons à partir des formules de changement de repère.

− = − sin (2 )
2
Dans le cas de notre hypothèse ( ou convention dans la suite du cours) où
> ,

− <0

Donc, pour déduire le point ( , ) , si l’angle ⃗ ,̂ ⃗ = dans le plan


réel, alors dans le plan de Mohr on lira ⃗ ,̂ ⃗ = −2

Ix1x2

⃗ −
dS

⃗  ⃗ I
I2 + I1
 ⃗ 2

O

RDM1- Y.Belkacemi Page 25


Exemple 01 :

Soit une barre de section droite en L représentée sur la figure ci dessous.

60

360

60 ⃗

O 300 mm

1. On demande de trouver les moments d’inertie , et le produit


d’inertie .
2. Calculer les moments d’inertie et directions principale d’inertie ⃗
(i=1,2).

Réponse :

Moments et produit d’inertie :

6 ∗ 36 24 ∗ 6
= + = 95040
3 3
30 ∗ 6 6 ∗ 30
= + = 56160
3 3
= 6 ∗ 36 ∗ 18 + 6 ∗ 30 ∗ 3 ∗ 16 = 19440

La matrice d’inertie (I) est donc

RDM1- Y.Belkacemi Page 26


( )= 95040 −19440
−19440 56160
Moments d’inertie principaux :

Ils sont solution du polynôme caractéristique

(( ) − ̿ )=0

Où ̿ est la matrice identité.

95040 − −19440
=0
−19440 56160 −

Nous obtenons les moments d’inertie, solutions du polynôme caractéristique,

= 103092,3

= 48107,7

Les directions principales ⃗ sont telle que

( ). ⃗ = ⃗

Exemple 02 :

RDM1- Y.Belkacemi Page 27


Pour le quart de disque représenté sur la figure
ci-contre, on demande de: ⃗
⃗′
1/Calculer les moments et le produit d’inertie par
rapport aux axes orthogonaux passant par O
(voir figure ci contre)
2/Trouver la position du centre de gravité G.
R
3/Trouver les moments principaux centraux IX
et IY en utilisant la matrice d’inertie définies par les
moments d’inertie et produit d’inertie par
rapport aux axes orthogonaux passant
⃗′
le centre de gravité G.
4/Vérifier les directions principales passant G
par le centre de gravité (axes centraux) ⃗
O
O

RDM1- Y.Belkacemi Page 28

Vous aimerez peut-être aussi