Vous êtes sur la page 1sur 2

Fiche 17

Les figures de style


1 Étudier les figures d’analogie**

Objet d’étude : La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle

L’arrivée du poème est multiple.


La plupart du temps, il progresse comme une vague qui déroule sa turbulence d’images et de mots.
Il s’organise parfois autour d’un mot clef.
Mot-noyau, tombant dru, bousculant le vocabulaire pour se chercher plus loin.
Mais plus encore : soulèvement du dedans ; mouvement en quête de ses rythmes, de sa forme-paroles.

Greffes, le mot s’impose.


Cet œil, ce bourgeon inséré dans le vif d’une plante, me parle infiniment.

Greffe qui donne lieu à une vie autre ; à un renouveau à partir d’une blessure, d’un manque.

Les analogies affluent, les images se chevauchent.


Je les accepte, je les inscris, en vrac.
Les mots viennent dans une sorte de tohu-bohu, à l’intérieur duquel – plus tard, je le sais –, je découvrirai mon
pain, mon eau ; et comme une direction.
Andrée Chedid, « Chantier du poème » (extrait), Cavernes et soleils, © Flammarion, 1979.

a. Quelles figures d’analogie permettent d’évoquer l’activité de la poétesse ?


b. Quelle impression contribuent-elles à donner ? (Vous pouvez vous fonder sur le titre.)

2 Étudier les figures d’opposition***

Objet d’étude : Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Le désespoir m’allait saisir ; on pense à moi pour une place, mais par malheur j’y étais propre : il fallait un
calculateur, ce fut un danseur qui l’obtint. Il ne me restait plus qu’à voler ; je me fais banquier de pharaon : alors,
bonnes gens ! je soupe en ville, et les personnes dites comme il faut m’ouvrent poliment leur maison, en retenant
pour elles les trois quarts du profit. J’aurais bien pu me remonter ; je commençais même à comprendre que, pour
gagner du bien, le savoir-faire vaut mieux que le savoir. Mais comme chacun pillait autour de moi, en exigeant
que je fusse honnête, il fallut bien périr encore.
Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, 1784.

a. Quelles sont les deux déconvenues que raconte Figaro dans cet extrait de son monologue ?
b. Quelle figure d’opposition est à l’œuvre dans ces deux exemples ?
c. Quelle image de la société du XVIIIe siècle permettent-elles de donner ?

© Hachette livre 2019


3 Étudier les figures d’amplification**

Objet d’étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

Elle s’égratigne enfin à une étoffe criante, qui a des reflets de tigre au soleil ; – une étoffe comme une lime, qui
exaspère les doigts quand on la touche, et qui flambe au grand air comme une casserole ! Une belle étoffe, vraiment,
et qui vient de la grand’mère, et qu’on a payée à prix d’or. « Oui, mon enfant, à prix d’or, dans l’ancien temps. »
« Jacques, je vais te faire une redingote avec ça, m’en priver pour toi !… et ma mère ravie me regarde du coin de
l’œil, hoche la tête, sourit du sourire des sacrifiées heureuses.
« J’espère qu’on vous gâte, Monsieur », et elle sourit encore, et elle dodeline de la tête, et ses yeux sont noyés de
tendresse.
« C’est une folie ! tant pis ! on fera une redingote à Jacques avec ça. »
On m’a essayé la redingote, hier soir, et mes oreilles saignent, mes ongles sont usés. Cette étoffe crève la vue et
chatouille si douloureusement la peau !
« Seigneur ! délivrez-moi de ce vêtement ! »
Le ciel ne m’entend pas ! La redingote est prête.
Jules Vallès, L’Enfant, 1878.

a. Relevez toutes les hyperboles du texte.


b. Comment prennent-elles part à la tonalité du récit ?

© Hachette livre 2019